DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La morale et la grâce.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La morale et la grâce.   Dim 18 Jan 2009, 02:40

Voici un texte très profond de Charles Péguy à méditer.
Je me suis décidé à le mettre tant Julienne l'avait apprécié. Very Happy

Il y a quelque chose de pire que d'avoir une mauvaise pensée. C'est d'avoir une pensée toute faite. Il y a quelque chose de pire que d'avoir une mauvaise âme et même de se faire une mauvaise âme. C'est d'avoir une âme toute faite. Il y a quelque chose de pire que d'avoir une âme même perverse. C'est d'avoir une âme habituée. On a vu les jeux incroyables de la grâce et les grâces incroyables de la grâce pénétrer une mauvaise âme et même une âme perverse et on a vu sauver ce qui paraissait perdu. Mais on n'a jamais vu mouiller ce qui était verni, on n'a pas vu traverser ce qui était imperméable, on n'a pas vu tremper ce qui était habitué.
Les “honnêtes gens” ne mouillent pas à la grâce.
C'est que précisément les plus honnêtes gens, ou simplement les honnêtes gens, ou enfin ceux qu'on nomme tels, n'ont point de défauts eux-mêmes dans l'armure. Ils ne sont pas blessés. Leur peau de morale, constamment intacte, leur fait un cuir et une cuirasse sans faute.
Ils ne présentent pas cette ouverture que fait une affreuse blessure, une inoubliable détresse, un regret invincible, un point de suture éternellement mal joint, une mortelle inquiétude, une invincible arrière-anxiété, une amertume secrète, un effondrement perpétuellement masqué, une cicatrice éternellement mal fermée. Ils ne présentent pas cette entrée à la grâce qu'est essentiellement le péché.
Parce qu'ils ne sont pas blessés, ils ne sont pas vulnérables. Parce qu'ils ne manquent de rien, on ne leur apporte rien. Parce qu'ils ne manquent de rien, on ne leur apporte pas ce qui est tout. La charité même de Dieu ne panse point celui qui n'a pas de plaies. C'est parce qu'un homme était par terre que le Samaritain le ramassa.
C'est parce que la face de Jésus était sale que Véronique l'essuya d'un mouchoir. Or celui qui n'est pas tombé ne sera jamais ramassé ; et celui qui n'est pas sale ne sera pas essuyé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La morale et la grâce.   Sam 24 Jan 2009, 03:44

Merci Doumé sunny

C'est vrai que j'ai tellement apprécié ce texte que j'en ai fait un copier/coller et qu'il se trouve dans mes documents.

Cela me réjouit que tu te sois décidé à le mettre cheers
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La morale et la grâce.   Sam 24 Jan 2009, 11:10

Pour la peine, je mets aussi un petit texte de mon cru, moins brillant mais un peu en échos Very Happy

Lumières de la grâce (15 01 06)

J'ai lu et épuisé bien des livres, depuis le temps où je cherchais la Sagesse, le sens de la vie et l' Auteur de toute chose : notre Seigneur...
J'ai fini par comprendre qu'on ne trouve pas Dieu par l'intelligence mais par le coeur et qu'en vérité on ne trouve rien, car tout nous est donné ...

Pour comprendre et vivre cela, il m'a fallu bien des années où je me suis brûlé les ailes, car sans critères on cherche la lumière dans les ténèbres et ceux-ci nous recouvrent si l'on n'y prend garde. C'est ainsi que j'ai erré dans l'ésotérisme, l'occultisme et les sectes.
Cela dit, ce piège insidieux de la connaissance à trouver par soi-même, cet intellectualisme qui confond le moyen et le but, se retrouve même chez des chrétiens qui ont cette tendance ; il y a d'autres illusions mais je voudrais m' attarder particulièrement sur celle-ci.

Nous sommes dans une civilisation intellectuelle qui veut comprendre avant d'agir, analyser, disséquer pour entreprendre... Est-ce à dire que les civilisations du passé étaient dans le vrai ? non bien sûr, sinon nous n'en serions pas là. On peut considérer qu'elles oscillaient entre la volonté et un sentimentalisme superstitieux qui associaient l'idée de se concilier les dieux (ou Dieu lui-même) et le pouvoir qu'ils pouvaient donner. Même le moyen-âge, plus humble que notre époque, obéissait au Seigneur par devoir plus que par amour, d'une crainte presque servile pour beaucoup.
Il faut rentrer dans la civilisation de l' Amour pour sortir de cela. Et on a cru le faire en voulant " se libérer de la religion ", tout comprendre en croyant que l'intelligence mène à la liberté ...
Je ne veux pas dire qu'il faut être bête et discipliné, aveugle et ignorant , non ! Dieu nous a donné l'intelligence pour nous en servir mais nous avons oublié que l'intelligence véritable était dans le coeur, nous avons tout mis à l'envers ...
En un mot, pour parler de quelque chose il faut le vivre, pour comprendre le bien il faut le pratiquer.., et les philosophes sans l'action ne resteront qu'à la surface des choses ! Seul, le coeur formé dans l'action, la foi qui se jette à l'eau apprennent à agir et nager dans l' Amour et la Vérité ...
C'est la peur qui veut expliquer les choses et nous paralyse ; le disciple de Jésus-Christ suit ce qui lui est dit dans les évangiles, les exemples des saints (miroirs de Dieu), les Commandements et comprend parce que Dieu lui donne les Grâces au fur et à mesure qu'il avance ainsi dans la foi, l'obéissance et la confiance.... Et que l'on ne dise pas que les Commandements entravent la liberté de l'homme : si l'on savait aimer, cela ne serait plus des Commandements mais l'évidence !
Ainsi, les lumières ne nous sont données que par le coeur et l'intellect n'est là que pour les définir, les formuler ; ce n'est pas lui qui les trouve !
Un véritable théologien ne met en mots que ce qu'il a pratiqué, éprouvé, selon les lumières de la Grâce ; sinon, il ne mènera l'homme qu'à sa perte car le malin déviera sa bonne volonté vers les ténèbres... Seul celui " qui mouille sa chemise " sait de quoi il parle, et l'on voit que beaucoup de ces théologiens et écrivains, surtout à notre époque, tombent dans ce travers, pour le malheur de l'Eglise......
Il n'est pas utile de parler des intellectuels non croyants qui ont conduit les peuples à des catastrophes sans noms (marxisme, athéisme, libéralisme asociale, etc...)
Je conclurai en disant que seule l'humilité, désuète aux yeux du monde, est la véritable grandeur de l'homme, et la grâce de Dieu pour le conduire le seul chemin pour voir clair au devant de nous. A partir de là ce n'est que le début, mais il ne suffit pas d'expliquer : il faut suivre le chemin où tout se dévoile peu à peu ; l'audace même pour cela nous est donnée !
Ce texte ne suffira pas, bien sûr, pour convaincre tout le monde. Faîtes comme Charles de Foucault disant : " Dieu, si Tu existes fais le moi savoir ! " et persévérez car ce serait trop facile qu'Il se révèle en cinq minutes, sauf si depuis longtemps vous cheminiez ensemble sans le savoir...

Alors, ayant trouvé Dieu, vous vous mettrez à genoux et l'adorerez sachant qu'Il est Tout et que nous ne sommes rien sans Lui ; ainsi la grâce devient notre compagne et nous éclaire !.. Idea
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La morale et la grâce.   Sam 24 Jan 2009, 14:34

Doumé I love you fleur 6 :bravo:
Revenir en haut Aller en bas
 
La morale et la grâce.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cas pratique sur la personne morale
» AUX PAPAS ET AUX MAMANS SEPARES ET EN DETRESSE MORALE
» Les Voeux Religieux (Ethique & Morale)
» La religion, l’athéisme et la morale.
» athéisme et morale ou éthique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: