DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Méditation 208: le Temple de Dieu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
eric



Messages : 898
Inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 09:40

Comme la Pâque des Juifs approchait, Jésus monta à Jérusalem. Il trouva installés dans le Temple les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple ainsi que leurs brebis et leurs bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d’ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. » Ses disciples se rappelèrent cette parole de l’Écriture : L’amour de ta maison fera mon tourment. Les Juifs l’interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour justifier ce que tu fais là ? » Jésus leur répondit : « Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai. » Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce Temple, et toi, en trois jours tu le relèverais ! » Mais le Temple dont il parlait, c’était son corps. Aussi, quand il ressuscita d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ; ils crurent aux prophéties de l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite. (Jn 2, 13-22)

Jésus montre ici sa détermination absolue à faire respecter la maison de son Père. Il s’en prend de plein fouet à tous ces marchands du Temple qui profitent de ce haut-lieu de pèlerinage pour faire des affaires.
Il y a des limites qu’il ne faut pas dépasser, et faire du trafic dans le Temple le met dans une sainte colère. Autant il a montré sa tolérance sur la façon par exemple de respecter le shabbat (car dit-il, il est fait pour l’homme, et non l’inverse), autant ici il ne peut tolérer cette entrée de Mammon dans le Temple de Yahvé. Car c’est bien de cela qu’il s’agit.
Qu’est ce que cela peut signifier pour nous, en 2008 ? Bien sûr, on peut déjà penser à ces hauts-lieux de pèlerinage, où de florissantes fortunes se font sur le dos des pèlerins. Où les rues qui mènent aux sanctuaires sont bordées d’innombrables marchands de colifichets de toutes sortes. Et parfois il y a de quoi effectivement se mettre en de saintes colères : par exemple quand on pense à ses agences de voyage véreuses qui rackettent les pèlerins pour la Mecque.
Mais on peut aussi penser au Temple de Dieu que chacun de nous sommes : nous le profanons chaque fois que nous le laissons envahir par l’esprit du lucre et la poursuite insatiable des richesses matérielles. Quand nous le laissons gagner par toutes sortes de soucis matériels qui nous empêchent de développer en nous cette présence de Dieu. Qui nous empêchent de nous adonner à la prière, à la contemplation, à l’oraison, qui lentement laissent envahir notre âme de ronces qui l’étouffent .
On peut considérer aussi que les merveilles de l’univers sont un peu le Temple de Dieu, car un moyen d’accéder à lui : comment ne pas penser qu’une telle sophistication, une telle perfection, n’est pas œuvre divine ? Et pourtant, pour des bénéfices souvent à très court terme, les hommes contemporains n’hésitent pas à saccager ces merveilles, pour satisfaire leur égoïsme immédiat en ignorant complètement les problèmes que ça posera aux générations futures.
On peut aussi considérer l’univers économique, où la crise actuelle montre que l’économie n’est souvent pas mise au service de tous les hommes, comme cela devrait être, mais uniquement au service de l’égoïsme des plus riches d’entre eux. Le fouet de la monumentale crise actuelle aura, nous l’espérons, le rôle de ramener cette économie au service de tous, et en particulier des plus pauvres en lesquels le Christ se reconnaît en priorité : le Temple de Dieu est ouvert de manière privilégiée à ces plus pauvres.

Méditation Pierre Valdès. Rédacteur principal: Eric.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 13:17

eric a écrit:



Qu’est ce que cela peut signifier pour nous, en 2008 ? Bien sûr, on peut déjà penser à ces hauts-lieux de pèlerinage, où de florissantes fortunes se font sur le dos des pèlerins.

Qui nous empêchent de nous adonner à la prière, à la contemplation, à l’oraison, qui lentement laissent envahir notre âme de ronces qui l’étouffent Eric.

Alors : l'église vit des dons reçus des pèlerins !

Rien ne peut empêcher la prière : ni la pauvreté, ni la richesse !
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 13:56

doris a écrit:
eric a écrit:



Qu’est ce que cela peut signifier pour nous, en 2008 ? Bien sûr, on peut déjà penser à ces hauts-lieux de pèlerinage, où de florissantes fortunes
se font sur le dos des pèlerins.

Qui nous empêchent de nous adonner à la prière, à la contemplation,
à l’oraison, qui lentement laissent envahir notre âme de ronces qui l’étouffent Eric.

Alors : l'église vit des dons reçus des pèlerins !

Rien ne peut empêcher la prière : ni la pauvreté, ni la richesse !

c'est certain et pour ceux qui ne se sont pas encore suffisamment délivrés
des biens matériels ni élevés spirituellement,il y a une ambiance autour
du temple qui ne dénote pas du zèle que Jesus attend d'où cette colère.Eric a bien vu cela.
Tu sais Doris,Eric ne parle pas du temple qui récolte de l'argent,mais des marchands qui font leurs affaires.C'est quand même tout autre chose.

Apocalypse 18:11 Ils pleurent et se désolent sur elle, les trafiquants de la terre; les cargaisons de leurs navires, nul désormais ne les achète!

Ap. 11:18 et le temps est venu (...)de détruire ceux qui détruisent la terre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 15:09

Enlui a écrit:
doris a écrit:
eric a écrit:


Qu’est ce que cela peut signifier pour nous, en 2008 ? Bien sûr, on peut déjà penser à ces hauts-lieux de pèlerinage, où de florissantes fortunes
se font sur le dos des pèlerins.

Qui nous empêchent de nous adonner à la prière, à la contemplation,
à l’oraison, qui lentement laissent envahir notre âme de ronces qui l’étouffent Eric.


Tu sais Doris,Eric ne parle pas du temple qui récolte de l'argent,mais des marchands qui font leurs affaires.C'est quand même tout autre chose.

Apocalypse 18:11 Ils pleurent et se désolent sur elle, les trafiquants de la terre; les cargaisons de leurs navires, nul désormais ne les achète!

Ap. 11:18 et le temps est venu (...)de détruire ceux qui détruisent la terre.


J'ai réagi sur le fait qu'on se 'faisait de l'argent sur le dos des pèlerins'.
Ce qui est faux, à mon avis ! L'église vit de dons, ce qui laisse la liberté à chacun de donner en fonction de ses revenus.

D'autre part, le denier du culte est toujours cet 'impôt' nécessaire aux besoins de l'église.

Mais je ne pense pas qu'un riche puisse être empêché de prier et de contempler Dieu, pas plus qu'un pauvre !
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 15:42

les dons et le denier rien de plus essentiel bien sûr!

1 cor 9:13 Ne savez-vous pas que ceux qui remplissent les fonctions sacrées sont nourris par le temple, que ceux qui servent à l’autel ont part à l’autel?
14 De même aussi, le Seigneur a ordonné à ceux qui annoncent l’Evangile de vivre de l’Evangile.

Nombres 5:9 Toute offrande de choses consacrées par les enfants d’Israël appartiendra au sacrificateur à qui elles seront présentées.
Nombres 5:10 Les choses qu’on aura consacrées lui appartiendront, ce qu’on lui aura remis lui appartiendra.

Je cite le passage ci-dessous tellement ça m'a stupéfait,mais rien à voir directement avec le sujet,j'en conviens:

1 Rois 8:63 Salomon immola vingt-deux mille boeufs et cent vingt mille brebis pour le sacrifice d’actions de grâces qu’il offrit à l’Eternel
____________________________

Sinon j'ai fait quelques recherches et il semble clair que des sacrificateurs avaient un monopole sur les affaires qui se faisaient ,car il y avait beaucoup de sacrifices,de sorte que ceux-ci et les marchands s'engraissaient et certainement pas le Temple.Je comprends encore mieux la colère de jesus:il ne fait pas que chasser des marchands,il stigmatise les agissements des sacrificateurs,il purifie le temple.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 15:50

Enlui a écrit:


Je cite le passage ci-dessous tellement ça m'a stupéfait,mais rien à voir directement avec le sujet,j'en conviens:

1 Rois 8:63 Salomon immola vingt-deux mille boeufs et cent vingt mille brebis pour le sacrifice d’actions de grâces qu’il offrit à l’Eternel

Ces sacrifices sont pris sur ce qui appartient à Dieu, c'est-à-dire tout !
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 16:30

Oui c'est à Dieu,je n'ai pas dit que c'était perdu...tout était mangé non? sauf la graisse qu'on faisait brûler

Stupéfait parce que ça fait combien de gens pour manger tout ça! Des millions ?

stupéfait comme un gamin quoi!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 16:56

Deux raisons ont pu mettre Jésus en colère :

1) une question d'argent. En effet, les frais des sacrifices étaient énormes et permettaient non seulement au haut clergé de vivre dans le luxe mais aussi aux riches d'étaler leur fortune, même s'il était admis que les pauvres aient la possibilité (humiliante) d'offrir de petits animaux.

2) une question d'exclusion : le bâtiment central, c-à-d le lieu sacré du temple, était en effet réservé à une minorité de juifs, les soi-disants "purs", c-à-d 15 à 20% du peuple juif ! tandis que tous les autres les soi-disant "impurs" n'avaient droit qu'au parvis des païens. C'étaient les personnes infirmes, malades, ruinées, exerçant une profession impure...

Donner trop d'importance à un bâtiment religieux que ce soit le temple de Jérusalem, Saint Pierre à Rome, Saint Jean de Latran ou toute autre église, y compris la nôtre comporte toujours un grand risque : oublier que le premier temple de Dieu c'est l'être humain.

Saint Jean Chrysostome est très clair : " honorez Jésus dans la maison de Dieu, mais ne méprisez pas votre frère dans l'épreuve. Ce temple-ci , le frère qui souffre est bien plus important que l'autre".

Nos églises sont importantes mais elle ne sont que des moyens pour prier, nous rassembler. Les véritables temples ce sont nos soeurs et frères pauvres. Et ici-bàs, quand on les prend en considération on se trompe rarement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 17:12

-Julienne a écrit:
Deux raisons ont pu mettre Jésus en colère :

1) une question d'argent. En effet, les frais des sacrifices étaient énormes et permettaient non seulement au haut clergé de vivre dans le luxe mais aussi aux riches d'étaler leur fortune, même s'il était admis que les pauvres aient la possibilité (humiliante) d'offrir de petits animaux.

2) une question d'exclusion : le bâtiment central, c-à-d le lieu sacré du temple, était en effet réservé à une minorité de juifs, les soi-disants "purs", c-à-d 15 à 20% du peuple juif ! tandis que tous les autres les soi-disant "impurs" n'avaient droit qu'au parvis des païens. C'étaient les personnes infirmes, malades, ruinées, exerçant une profession impure...

Donner trop d'importance à un bâtiment religieux que ce soit le temple de Jérusalem, Saint Pierre à Rome, Saint Jean de Latran ou toute autre église, y compris la nôtre comporte toujours un grand risque : oublier que le premier temple de Dieu c'est l'être humain.

Saint Jean Chrysostome est très clair : " honorez Jésus dans la maison de Dieu, mais ne méprisez pas votre frère dans l'épreuve. Ce temple-ci , le frère qui souffre est bien plus important que l'autre".

Nos églises sont importantes mais elle ne sont que des moyens pour prier, nous rassembler. Les véritables temples ce sont nos soeurs et frères pauvres. Et ici-bàs, quand on les prend en considération on se trompe rarement.

Sauf que le jour où il n'y a plus de bâtiments, d'église donc, il n'y a plus d'assemblée.

Aujourd'hui l'église fête la dédicace de Saint Jean de Latran : la cathédrale de l'évêque.

Notre curé nous a rappelés aujourd'hui, qu'en Chine, les chrétiens célébraient en des lieux privés, avec à la porte de la maison, un 'guetteur', parce que les 'milices' entrent chez les gens, pour vérifier qu'aucun culte à Jésu, s'y célèbre !

Depuis le roi David : aucun malade, aucun n'infirme n'avaient droit d'entrer dans le Temple !

Quant aux petits marchandages, nous les connaissons et les pratiquons toujours : certes, sur le parvis, une fois la messe achevée.
Il se vend des gâteaux pour que les jeunes aient des sous pour le frat ou autres choses, chaque année, le renouvellement de 'l'abonnement' pour le chapelet, etc. etc.

Le Temple recevait un impôt, pour l'entretien du Temple ! Comme aujourd'hui, le denier du culte est un impôt, servant à l'entretien de l'église, le chauffage, l'achat des cierges et veilleuses, etc.

Certes : mais si un jour, il n'y a plus d'église il n'y a plus non plus ce que nous sommes : des 'pierres vivantes'. Lors des persécutions, c'est par là qu'on commence : incendie des églises, prêtres assassinés. Ca tient un peu le 'peuple de Jésus' dans la peur, dans le renfermement ! Mais ce n'est pas suffisant ! Car le troupeau de Dieu est grand !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 17:21

Il n'est pas ici question de "fermer les églises" mais ne pas leur accorder trop d'importance.

Si je vais à la messe et que sur ma route, je rencontre un frère malade et qu'il a besoin de moi, j'irai avec mon frère et m'occuperai de lui et n'irai pas à la messe. J'accorde de l'importance à mon frère malade et qui souffre.

C'est cela que je veux dire.

Et à la messe, je sais qu'on vend à la sortie à certaines périodes de l'année j'en suis la première à me proposer.

Ce que j'ai écrit n'a pas à être pris au pied de la lettre !

Je me suis exprimée sur le forum comme tout le monde.

Et si un jour nous n'avons plus d'églises eh bien on priera dehors, on priera dans les rues, on priera partout... prier il y a toujours moyen de prier. Mais nous n'en sommes pas là... je ne suis pas prophétesse m'est avis que nous n'en sommes pas là ma chère Doris.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 17:50

-Julienne a écrit:

Et si un jour nous n'avons plus d'églises eh bien on priera dehors, on priera dans les rues, on priera partout... prier il y a toujours moyen de prier. Mais nous n'en sommes pas là... je ne suis pas prophétesse m'est avis que nous n'en sommes pas là ma chère Doris.

C'est vrai, nous n'en sommes pas là !

Mais cela existe : les chrétiens de Chine, vivent dans la menace continuelle,
et ils ont le courage, la foi vive, de continuer de se rassembler.

Car le chrétien tout seul, ça ne tient pas longtemps !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 18:00

doris a écrit:
-Julienne a écrit:

Et si un jour nous n'avons plus d'églises eh bien on priera dehors, on priera dans les rues, on priera partout... prier il y a toujours moyen de prier. Mais nous n'en sommes pas là... je ne suis pas prophétesse m'est avis que nous n'en sommes pas là ma chère Doris.

C'est vrai, nous n'en sommes pas là !

Mais cela existe : les chrétiens de Chine, vivent dans la menace continuelle,
et ils ont le courage, la foi vive, de continuer de se rassembler.

Car le chrétien tout seul, ça ne tient pas longtemps !

Là je suis d'accord avec toi au sujet des chrétiens de Chine et que un chrétien tout seul ne tient pas longtemps ! donc tu vois ce n'est pas ce je voulais dire plus d'église ..... je parlais de l'importance et de l'amour du prochain avant tout car on a beau aller à l'église , se montrer, se faire bien voir du curé etc... (je ne parle pas pour toi) cela ne sert à rien si le fond du coeur n'aime pas Dieu c-à-d notre frère d'abord.

Je connais une personne qui nettoyait toute l'église à elle seule, les locaux attenant etc... pour le plaisir d'avoir la clef sans doute ??? maintenant elle est très malade de fatigue, je la plains car je crois le fond de son coeur bon .....elle a du retourner en clinique ce week-end, pourtant maintenant l'église la fois dernière on était quinze pour nettoyer !

Aussi je ne comprends pas comment on laisse tout ce boulot à une seule personne ! bon cela est un autre débat. Désolée, je sors du sujet.

Faut dire que tu me réveilles ma Doris.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 18:24

[quote="-Julienne"]
doris a écrit:
-Julienne a écrit:


Là je suis d'accord avec toi au sujet des chrétiens de Chine et que un chrétien tout seul ne tient pas longtemps ! donc tu vois ce n'est pas ce je voulais dire plus d'église ..... je parlais de l'importance et de l'amour du prochain avant tout car on a beau aller à l'église , se montrer, se faire bien voir du curé etc... (je ne parle pas pour toi) cela ne sert à rien si le fond du coeur n'aime pas Dieu c-à-d notre frère d'abord.

Faut dire que tu me réveilles ma Doris.

L'église nous convertit ! Et ce n'est pas en une fraction de seconde que cela se passe ! Et les oeuvres sont une bonne complémentarité de cette conversion en chemin !
Il est évidemment préférable de secourir notre prochain avant l'église. D'autant que des messes, il y'en le soir !
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 19:10

[quote="-Julienne"]Deux raisons ont pu mettre Jésus en colère :

1) une question d'argent. En effet, les frais des sacrifices étaient énormes et permettaient non seulement au haut clergé de vivre dans le luxe mais aussi aux riches d'étaler leur fortune, même s'il était admis que les pauvres aient la possibilité (humiliante) d'offrir de petits animaux.

2) une question d'exclusion : le bâtiment central, c-à-d le lieu sacré
du temple, était en effet réservé à une minorité de juifs, les soi-disants "purs", c-à-d 15 à 20% du peuple juif ! tandis que tous les autres les
soi-disant "impurs" n'avaient droit qu'au parvis des païens. C'étaient les personnes infirmes, malades, ruinées, exerçant une profession impure...
[quote]

C'était un véritable trafic ,comme tu le dis en 1) et entre les mains des sacrificateurs...c'est ça qui a révolté Jesus et qu'a relevé Eric en début
de fil,comparant cela avec les grands centres de pélerinage où les marchands pullulent.

Enfin pour 2) les prêtres au lieu de s'occuper des brebis faibles,blessée,perdues,vaquaient à leur affaires lucratives.

En un coup d'un seul coup Jesus se les met à dos.

Rien à voir avec les entrées vitales pour l'église du denier du culte
et des dons dont parle Doris,ni plus les petites ventes au sortir
de l'église qui font partie de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 19:20

Oui je pense qu'en ce temps là ce trafic a révolté Jésus !

Et je suis d'accord avec que relève Eric.

Bon si on va à Lourdes, dans les sanctuaires il faut reconnaître que rien n'oblige d'acheter. Les magasins sont en dehors du domaine et achète qui veut !

A Beauraing, ni à Banneux il n'y a autant de commerce, les voyants n'ont pas voulu d'un second Lourdes !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: voici un commentaire du Père Cantalamessa   Dim 09 Nov 2008, 19:26

Evangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 2, 13-22)

Comme la Pâque des Juifs approchait, Jésus monta à Jérusalem.
Il trouva installés dans le Temple les marchands de boeufs, de brebis et de colombes, et les changeurs.
Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple ainsi que leurs brebis et leurs boeufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs,
et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d'ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. »
Ses disciples se rappelèrent cette parole de l'Écriture : L'amour de ta maison fera mon tourment.
Les Juifs l'interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour justifier ce que tu fais là ? »
Jésus leur répondit : « Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai. »
Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce Temple, et toi, en trois jours tu le relèverais ! »
Mais le Temple dont il parlait, c'était son corps.
Aussi, quand il ressuscita d'entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu'il avait dit cela ; ils crurent aux prophéties de l'Écriture et à la parole que Jésus avait dite.

Copyright AELF - 1980 - 2006 - Tous droits réservés

Voici la demeure de Dieu !

Cette année, à la place du XXXIIe dimanche du temps ordinaire, on célèbre la fête de la dédicace de l'église-mère de Rome, la basilique du Latran, à l'origine dédiée au Sauveur puis à saint Jean Baptiste. Que représente pour la liturgie et pour la spiritualité chrétienne la dédicace d'une église et l'existence même de l'église comme lieu de culte ? Il faut partir de l'Evangile de Jean 4, 21 qui dit : « L'heure vient - et c'est maintenant - où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père ».

Jésus enseigne que le temple de Dieu est tout d'abord le cœur de l'homme qui a accueilli sa parole. En parlant de lui et du Père, il dit : « Nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui » (Jn 14, 23) et Paul écrit ceci aux chrétiens : « n'oubliez pas que vous êtes le temple de Dieu » (1 Co 3, 16). Le croyant est donc le nouveau temple de Dieu. Mais le lieu où deux ou trois sont réunis en son nom (cf. Mt 18, 20) est aussi le lieu de la présence de Dieu et du Christ. Le Concile Vatican II arrive jusqu'à appeler la famille chrétienne une « église domestique » (LG, 11), c'est-à-dire un petit temple de Dieu justement parce que grâce au sacrement du mariage, celle-ci est par excellence le lieu dans lequel « deux ou trois » sont réunis en son nom.

Pourquoi les chrétiens donnent-ils alors tant d'importance à l'église, si chacun de nous peut adorer le Père en esprit et en vérité dans son cœur ou chez lui ? Pourquoi cette obligation d'aller à l'église tous les dimanches ? La réponse est que Jésus Christ ne nous sauve pas séparément les uns des autres ; il est venu pour se constituer un peuple, une communauté de personnes, en communion avec lui et entre elles.

L'église est pour la famille de Dieu ce que la maison d'habitation est pour une famille. Il n'y a pas de famille sans maison. Je me souviens d'un film du néoréalisme italien intitulé « Il tetto » (Le toit) écrit par Cesare Zavattini et mis en scène par Vittorio De Sica. Deux jeunes, pauvres et amoureux, se marient, mais ils n'ont pas de maison. Ils échafaudent un système pour en construire une à la périphérie de Rome de l'après-guerre, en luttant contre le temps et contre la loi (si la construction n'est pas arrivée au toit avant la tombée de la nuit, elle sera démolie). A la fin, lorsque le toit est mis, ils s'embrassent, heureux, sûrs d'avoir une maison et une intimité : ils sont une famille.

J'ai vu cette histoire se reproduire dans de nombreux quartiers de grandes et de petites villes et dans des villages qui n'avaient pas d'église et qui ont dû en construire une eux-mêmes. Chacune des histoires de solidarité, d'enthousiasme et de joie de travailler avec le prêtre pour donner à la communauté un lieu de culte et de rencontre mériterait un film comme celui de De Sica...

Il faut cependant souligner un phénomène douloureux : l'abandon en masse de la fréquentation de l'église et donc de la messe du dimanche. Les statistiques sur la pratique religieuse sont désastreuses. Cela ne veut pas dire que tous ceux qui ne vont pas à l'église ont perdu la foi, mais que la religion « sur mesure » a remplacé la religion instituée par le Christ. Aux Etats-Unis on l'appelle la religion « pick and choose » (prends et choisis), comme au supermarché. Métaphore à part, chacun se fait sa propre idée de Dieu, de la prière, et a la conscience tranquille.

On oublie ainsi que Dieu s'est révélé à travers le Christ, que le Christ a prêché un évangile, a fondé une ekklesia, c'est-à-dire une assemblée d'appelés, qu'il a institué des sacrements, comme signes et canaux de sa présence et du salut. Celui qui ignore tout cela pour cultiver sa propre image de Dieu s'expose au subjectivisme le plus total. Il ne se confronte plus qu'à lui-même. Dans ce cas, il se passe effectivement ce que disait le philosophe Feuerbach : Dieu se réduit à la projection des nécessités et des désirs de chacun ; ce n'est plus Dieu qui crée l'homme à son image, mais l'homme qui se crée un dieu à son image. Mais c'est un Dieu qui ne sauve pas !

Il est vrai qu'une religiosité faite uniquement de pratiques extérieures ne sert à rien ; Jésus combat ce type de religiosité tout au long de l'évangile. Mais il n'y a pas d'opposition entre la religion des signes et des sacrements et la religion profonde, personnelle ; entre le rite et l'esprit. Les grands génies religieux (nous pensons à Augustin, Pascal, Kierkegaard, notre Manzoni) étaient des hommes d'une intériorité profonde et très personnelle et en même temps ils étaient intégrés dans une communauté, fréquentaient leur église. Ils étaient « pratiquants ».

Dans les Confessions (VIII, 2) saint Augustin raconte comment le grand rhéteur et philosophe romain Marius Victorinus se convertit du paganisme. Désormais convaincu de la vérité du christianisme, il dit au prêtre Simplicien : « Sache que désormais, moi je suis chrétien ». Simplicien lui répondit : « Je ne te croirai pas tant que je ne te verrai pas dans la maison du Christ ». « Ce sont donc les murs qui font de nous des chrétiens ? » rétorqua-t-il. La discussion se poursuivit quelque temps mais un jour Victorinus lut la parole suivante du Christ, dans l'Evangile : « Celui qui aura rougi de moi et de mes paroles dans cette génération... le Fils de l'homme aussi rougira de lui ». Il comprit que c'était son amour propre, la peur de ce qu'auraient dit ses collègues savants, qui le retenaient d'aller à l'église. Il alla voir Simplicien et lui dit : « Allons à l'église, je veux devenir chrétien ». Je crois que cette histoire a aussi quelque chose à dire à plus d'une personne de culture.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 19:27

-Julienne a écrit:
Oui je pense qu'en ce temps là ce trafic a révolté Jésus !

Et je suis d'accord avec que relève Eric.

Bon si on va à Lourdes, dans les sanctuaires il faut reconnaître que rien n'oblige d'acheter. Les magasins sont en dehors du domaine et achète qui veut !

A Beauraing, ni à Banneux il n'y a autant de commerce, les voyants n'ont pas voulu d'un second Lourdes !

Eh oui ! Les magasins autour du sanctuaire de Lourdes, l'église ne touche rien !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 19:28

doris a écrit:
-Julienne a écrit:
Oui je pense qu'en ce temps là ce trafic a révolté Jésus !

Et je suis d'accord avec que relève Eric.

Bon si on va à Lourdes, dans les sanctuaires il faut reconnaître que rien n'oblige d'acheter. Les magasins sont en dehors du domaine et achète qui veut !

A Beauraing, ni à Banneux il n'y a autant de commerce, les voyants n'ont pas voulu d'un second Lourdes !

Eh oui ! Les magasins autour du sanctuaire de Lourdes, l'église ne touche rien !

Absolument !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 19:28

Merci, Enlui, des précisions apportées. Elles m'éclairent !
Revenir en haut Aller en bas
mandonnaud



Messages : 984
Inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 21:56

L'Église est drôle, le jours ou on fête une église, celle du pape à Rome , elle nous fait lire un texte ou Jésus dit "Détruisez ce Temple..." mais le Temple dont il parlait c'était son corps." ainsi pour Jésus la seul église c'est son corps puis le notre qu'il vient visiter.
paul de LIMOGES
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mandonnaud.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 22:29

mandonnaud a écrit:
L'Église est drôle, le jours ou on fête une église, celle du pape à Rome , elle nous fait lire un texte ou Jésus dit "Détruisez ce Temple..." mais le Temple dont il parlait c'était son corps." ainsi pour Jésus la seul église c'est son corps puis le notre qu'il vient visiter.
paul de LIMOGES

Et oui. Car nous abordons le dernier mois de l'année liturgique qui va se clore par le Christ Roi ! Ce que nous fêtons aujourd'hui 'la dédicace de la Basilique de st Jean du Latran est le lieu où réside l'évêque de Rome !
Revenir en haut Aller en bas
Fée Violine



Féminin Messages : 1359
Inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 23:03

Enlui a écrit:
Oui c'est à Dieu,je n'ai pas dit que c'était perdu...tout était mangé non? sauf la graisse qu'on faisait brûler

Stupéfait parce que ça fait combien de gens pour manger tout ça! Des millions ?

ça dépend.
dans certains sacrifices, on mangeait la viande. Dans d'autres (les holocaustes) l'animal était brûlé entièrement, ce qui est d'ailleurs le sens du mot "holocauste".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Dim 09 Nov 2008, 23:06

Fée Violine a écrit:
Enlui a écrit:
Oui c'est à Dieu,je n'ai pas dit que c'était perdu...tout était mangé non? sauf la graisse qu'on faisait brûler

Stupéfait parce que ça fait combien de gens pour manger tout ça! Des millions ?

ça dépend.
dans certains sacrifices, on mangeait la viande. Dans d'autres (les holocaustes) l'animal était brûlé entièrement, ce qui est d'ailleurs le sens du mot "holocauste".

La voilà la différence que je voulais savoir entre : sacrifice et holocauste.
Seuls les prêtres de Yahvé pouvaient manger la viande des sacrifices !
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Lun 10 Nov 2008, 17:32

Je ne faisais que m'étonner et là je m'étonne encore plus car faire brûler tant de chair c'est une chose incroyable.

Il s'agit de sacrifices de communion dans le cas que j'ai cité ,je ne sais pas si les animaux sacrifiés étaient consumés.
Revenir en haut Aller en bas
Fée Violine



Féminin Messages : 1359
Inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: Méditation 208: le Temple de Dieu.   Lun 10 Nov 2008, 18:54

le texte parle d'holocauste et de sacrifices de communion et de brûler les graisses, donc ce sont des choses différentes. L'holocauste représentait seulement une partie des animaux sacrifiés, je suppose qu'ils ont mangé le reste. Ils ont tué beaucoup d'animaux parce qu'il y avait tout le peuple à nourrir, apparemment.
Revenir en haut Aller en bas
 
Méditation 208: le Temple de Dieu.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Méditation 225: Le Temple de Dieu.
» Méditation 208: le Temple de Dieu.
» Méditation 231: Jésus vrai Dieu et vrai homme.
» Méditation 219: La Parole de Dieu.
» Notre corps, le corps-humain est le temple de dieu.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: