DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Leçons de la crise financière actuelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Dim 28 Juin 2009, 16:55

Si la Fed ne sait pas où sont passés 9000 milliards , elle pourra difficilement assurer sa contribution à l'ONU
pour exercer cette fameuse tutelle .
Revenir en haut Aller en bas
julieng



Messages : 2590
Inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Dim 28 Juin 2009, 17:22

les pays africains corrompus etc... inévitablement. l'explication qui vaut pour la Caillera vaut pour nombreux de ces régimes. Ces bandes qui «  font régner la terreur pour monter leur bizness. Les crapules prennent alors le pouvoir. Sur notre dos. Les crapules, c'est la mort des quartiers. »(association stop la violence). En larmoyant, les travailleurs sociaux ont tendance à dire que ces caillera résulte d'un manque d'intégration ( chômage, indifférence des pouvoirs publics, distance culturelle) or elles sont parfaitement intégrés aux principes de l'extension à tout des rapports marchands. Ils sont ce que Engels appelaient le lumpen-prolétariat, la frange la plus complice du capitalisme. « cette espèce est absolument vénale et impudente. »» Les bandes en assignant à toute activité humaine un seul objectif (la thune), un modèle unique ( le bizness) un modèle anthropologique ( être un vrai chacal) ne font que retranscrire à l'usage des périphéries du système ce qui a cours en son centre, sa pratique et son imaginaire. Ce sont les golden boys des bas-fonds. Idem pour tous les despotes corrompus, aux mœurs déviants qui règnent en Afrique. «  sous nos yeux, l'économie du crime est en train d'accomplir la dernière étape du processus: rendre enfin rentable la délinquance des pauvres et des laissés pour compte, qui jadis était la part d'ombre des sociétés modernes, qu'elles conservaient à leur marges. La délinquance des pauvres qu'on croyait improductive, est désormais reliée au réseaux qui produisent le profit. Du dealer de banlieue jusqu'aux banques de Luxembourg, la boule est bouclée. L'économie criminelle est devenue un sous-produit de l'économie globale, qui intègre à ses circuits la marginalité sociale »( J- de maillard, un monde sans loi).

tous les régimes corrompus d'Afrique le sont par mimétisme. quand la corruption fait à ce point là système - comme en atteste toutes les initiatives prises par le monde politico-finanicer depuis le début de la crise destinées uniquement à rendre encore plus prédatrices les grandes oligarchies, à leur permettre de se livrer à un festin - il n'y a plus rien au sein du système qui puisse servir de point de levier, le système doit aller jusqu'au bout de sa logique de décomposition... on reconstruira à neuf...


C'est la crise! Oui mais de quoi au juste?

Comme une éponge, la crise économique s'imbibe jour après jour de toutes nos craintes, toutes nos angoisses et alimente toutes nos réflexions. Que plusieurs États soient au bord de la banqueroute (les USA et la GB notamment), c'est la crise! Que notre jeunesse soit plus menacée que jamais par le désœuvrement, c'est la crise! Que nos anciens soient exposés à la volatilisation de leur retraite, c'est la crise! Que la classe moyenne soit en voie de précarisation, c'est la crise! Que la délinquance et la violence partout s'épanouissent, c'est encore la crise! Que l'homme perde le goût de l'existence, c'est la crise toujours! Or la crise économique actuelle, à mesure qu'elle progresse, met en fait en crise l'idée même de crise économique. Car elle révèle à quel point, tous, nous nous sommes livrés, pieds et poings liés, aux puissances de l'économie, à quel point notre vie quotidienne, sa relative pacification, est entièrement captive de la bonne santé de l'appareil de production et de consommation.
Comment redonner de la vigueur à cet appareil s'interrogent en se grattant la tête nos élites économico-politiques? Au-dessus du vide dont tout le monde est inconsciemment convaincu de la vertigineuse profondeur, en funambules, dans un exercice d'équilibre dans le déséquilibre, nos décideurs optent une fois pour une relance par l'offre, une autre fois pour une relance par la demande, une fois pour le sauvetage du secteur financier, une autre fois pour celui du secteur industriel.
En fait, ce que cette crise économique est en train de mettre au jour, c'est qu'elle n'est que l'écume d'une vague de fond d'une ampleur et d'une puissance inouïes. Antony Giddens, l'éminence crise de Tony Blair, parlait, pour caractériser notre époque « d'un monde en fuite ». Et en effet, depuis bien longtemps nous avons perdu le monde en le fuyant. La crise économique, nous frappe démunis dans cette fuite en avant. Nous cherchons à nous agripper aux quelques malheureux outils que cinq siècles de refonte totale de la pensée nous ont légués pour chercher à la stopper. Mais comme dans un des cauchemars de notre enfance où les visages des êtres familiers se transformaient en personnages d'épouvante, nous éprouvons le sentiment que nous ne pouvons plus nous fier à quoi que ce soit.
Ce n'est pas une crise économique qui nous a crocheté les pieds dans notre fuite en avant. En rester à ce niveau-là de compréhension c'est s'interdire de rien comprendre, c'est repartir de plus belle, à peine relevé, tête basse dans n'importe quelle direction. Nous sommes en fait entrés de plain-pied dans la phase de décantation d'une crise de civilisation. Elle marque la fin de la civilisation occidentale ( appelée aussi monde moderne) qui a succédé à la civilisation chrétienne. La fin d'une civilisation qui a donné son congé au monde. Que sa phase d'impact ultime ait eu pour détonateur la crise des subprimes est tout un symbole. Car qu'est-ce que la crise des subprimes? L'idée que les marchés financiers peuvent s'élever jusqu'au ciel, l'idée que les revenus financiers sont soustraits au réel, que l'on peut sans cesse ajouter des zéros sur les comptes en banque sans qu'aucune richesse correspondante soit produite. C'est le triomphe du virtuel sur le réel. Comme les spores d'un champion vénéneux titanesque portés par des vents mauvais, les subprimes, par les mécanismes de la titrisation financière, ont contaminé l'essentiel des agents économiques du monde: banque, Etats, entreprises, ménages. Mais pour que ces vents mauvais puissent se lever, encore fallait-il que nos esprits soient déjà tout acquis au congé donné au monde. Encore fallait-il qu'ils évoluassent déjà en plein déni du réel, qu'ils ne puissent plus rien lire dans le réel de normatif.
Il fallait cette désarticulation entre nos esprits et le réel pour que nous ne fassions plus la distinction entre réel et virtuel. Il fallait que, tout absorbés à construire un monde à l'image de notre raiso,n nous ayons renoncé de nous former une raison à l'image du monde.
Une civilisation fondée sur le déni ( du réel) et le meurtre ( de Dieu) est en train de mourir. Cela ne se fera pas sans douleurs, sans fureurs. Ayons la force de croire au pouvoir de la rédemption pour qu'un avenir nous soit encore donné, pour que le monde nous soit rendu.

le deuxième numéro d'Eschaton est sorti:

www.wmaker.net/eschaton/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wmaker.net/eschaton/
SJA



Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Mer 01 Juil 2009, 09:34

salut
Revenir en haut Aller en bas
mandonnaud



Messages : 984
Inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Mer 01 Juil 2009, 20:22

je suis d'accord avec ton analyse, long mais judissieuse, qui va sucéder comme civilisation ou es le debut de la fin du monde? et le debut vers le jugement final,!!!vu le nombre d'homme....
amitiés paul
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mandonnaud.net
julieng



Masculin Messages : 2590
Inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Mer 01 Juil 2009, 21:38

Paul a écrit:
Citation :
qui va sucéder comme civilisation ou es le debut de la fin du monde? et le debut vers le jugement final,!!!vu le nombre d'homme....

je n'en sais rien Paul, tout dépend de la façon dont les chrétiens répondent à l'appel de Benoit XVI "si par un tragique obscurcissement de la conscience collective, le scepticisme et le relativisme éthique parvenaient à éliminer les principes de la loi morale nature, la démocratie serait radicalement touchées dans ses fondements mêmes ( JPII parlait lui de dérive vers un "totalitarisme caractérisé")" contre une telle " crise de la civilisation, il faut mobilisr la conscience des hommes de bonne volonté, y compris non croyants ou fidèles d'autres religions afin qu'ensemble ils rétablissent daans la culture comme dans la société les conditions nécessaires à la rpise de conscience de la valeur indispensable de la loi morale naturelle." ( discours à la comission théologique internationale 2007).

je suis convaincu que l'issue est dans un mouvement trans-courrant qui toucherait de la gauche à la droite tous ceux qui se placent sous l'autorité de la loi naturelle ( la common decency dirait Michéa ou Clouscard, la droite des valeurs et la gauche du travail dirait Soral). c'est un des buts de mon journal ESCHATON d'opérer des ralliements de la sorte.

Eschaton est un journal de combat. il doit accompagner l'agonie de notre civilisation et participer à l'accouchement d'une nouvelle. par forcément chrétienne, mais reconnaissant qu'il y a un ordre intelligible dans le monde. le christianisme est cependant, à mon avis, le mieux à même de soutenir ce projet. Dans un récent article publié dans l’ouvrage collectif de La Nef « Pour Benoît XVI », en quelques formules bien ciselées, Matthieu Baumier a parfaitement résumé l’esprit qui anime ESCHATON « L’ensemble de ce qu’est le catholicisme est une opposition complète, un antagonisme absolu de ce monde, et c’est pourquoi ce monde ne peut que tenter d’éradiquer le catholicisme et les catholiques. Le catholicisme est un ennemi de nature pour les adversaires du catholicisme. Les attaques donnent cet aveu et cet aveu est celui d’une faiblesse. Pour cette raison que le catholicisme n’est plus aujourd’hui en position de se défendre, attaqué sur ses fondements par une culture en expansion, mais bel et bien une contre culture, une culture porteuse d’un autre avenir pour le monde. En un mot : le catholicisme est redevenu un projet politique. Et même le seul projet politique capable de lutter réellement contre la culture inhumaine, anticivilisationnelle, pour le dire avec Bernanos, qui meure rapidement devant nos yeux. Effrayante en apparence, cette réalité est en fait une bonne nouvelle : il y a enfin, de nouveau, une résistance à ce monde et cette résistance, commencée finalement dès les encycliques condamnant dans un même élan le libéralisme, le nazisme et le communisme, est assez forte pour que les tenants des divers pouvoirs sentent la nécessité de procès truqués pour s’y opposer. Voici donc venu le moment de la résistance au pire et de cette résistance Benoît XVI est le premier martyr médiatique, le premier « fusillé virtuel ». et de ce fait, l’acteur de la construction d’une résistance a-moderne concrète. Le grain de blé portera de beaux fruits. »


Ecœuré par les orientations que prennent nos sociétés, par l'orgie de désinformation à laquelle se livrent les médias, j’ai décidé de publier un journal qui ne fait pas mystère de sa fidélité à la tradition et qui fait de Benoît XVI son guide.
Cette démarche procède de la conviction qui est la mienne qu’il nous faut à nous, catholiques, à nouveau peser de toute notre âme dans les grandes enjeux de société qui se profilent ( question bioéthique, économique, politique familiale…), oser sortir du sanctuaire de la subjectivité où nous avons été relégués, oser braver les regards de mépris, de moquerie, le dénigrement pour occuper le terrain culturel et ne plus l’abandonner aux seules forces de la mort qui, à la faveur de la crise, opèrent une grande jonction.
Je crois que la manifestation, l’expression répétée, organisée en réseau, du contenu de notre foi, de son enseignement, sans chercher à l’agrémenter d’une sauce doucereuse pour mieux le faire passer, nous révélera comme un mouvement d’espérance aux yeux de toutes les personnes qui ont faim et soif et qui intuitivement ont compris que le spectacle ( la soumission de tout le monde culturel, politique et médiatique à la logique du spectacle comme Debord en a parlé) est la forme dégénérative ultime du système, son dernier rempart.

Toutes les personnes, sur ce site, qui veulent joindre leurs forces aux miennes dans cet esprit de résistance sont invitées à prendre contact avec moi. Mon journal est ouvert à leurs réflexions, coups de gueule, analyses… Plus le front sera large et uni, plus nous mettrons en commun nos réseaux personnels, plus notre résistance tiendra en respect la bête.

http://www.wmaker.net/eschaton/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wmaker.net/eschaton/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Mer 01 Juil 2009, 22:18

Ce combat qui mêle christianisme et grand projet politique ressemble à la révolution nationale d'une autre époque ...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
julieng



Masculin Messages : 2590
Inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Mer 01 Juil 2009, 23:18

il faut être de son temps Arnaud, le recours à l'épouvantail pétainiste trahi chez ceux qui le brandissent actuellement qu'ils ont un totalitarisme de retard sur ce qui se passe de nos jours... il s'agit de réagir non pas contre le communisme, mais contre cette société de massacre qui plus que jamais entre dans une phase d'accélération: massacre contre les êtres de chair ( politique pro-avortement mondial avec OBAMA, tous les pontes de la finance sont favorables à des programmes de réduction drastique des naissances, politique de santé dévastatrice qui se met en place aux USA etc) et contre l'intelligence...

je ne parle même pas de projet politique, nous en sommes tellement loin, il s'agit avant tout de reprendre possession du terrain culturel, de le reféconder, comme le demande le pape!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wmaker.net/eschaton/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Jeu 02 Juil 2009, 05:58

Réagir, oui. Mais si c'est pour retomber dans votre révolution nationale avec, comme à l'époque, poursuite des coupables (les comploteurs que votre imagination dénonce), ! Non merci !

Créez ESCHATON sio vous voulez. Mais pas dans ce site.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
julieng



Masculin Messages : 2590
Inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Jeu 02 Juil 2009, 08:38

mais je suis à des années lumière de vouloir poursuivre qui que ce soit. je n'en ai ni les moyens et encore moins le tempérament.
je ne fais que répondre à l'appel de Benoiît XVI pour occuper le terrain culturellement. il s'agit de mener un front uni, comme le dit Benoìt XVI, dans une perspective de résistance, car l'heure est grave. l'ennemi parfaitement explicite que désigne Benoît XVI de nos jours est la démocratie sans transcendance qui vire en un "totalitarisme caractérisé" ( JPII) libre à vous de ne pas le reconnaître, mais ne venez pas projeter sur moi vos fantasmes pétainistes. je vis à notre époque moi,une époque marquée par la montée en puissance d'un nouveau totalitarisme, je ne suis pas resté figé au combat contre le nazisme, le communisme...

http://www.wmaker.net/eschaton/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wmaker.net/eschaton/
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Jeu 02 Juil 2009, 09:41

Dans une civilisation traditionnelle, chaque objet, en même temps qu'il était aussi parfaitement approprié que possible à l'usage auquel il était immédiatement destiné, était fait de telle façon qu'il pouvait à chaque instant, et du fait même qu'on en faisait réellement usage (au lieu de le traiter en quelque sorte comme une chose morte ainsi que le font les modernes pour tout ce qu'ils considèrent comme des "oeuvres d'art"), servir de "support" de méditation reliant l'individu à quelque chose d'autre que la simple modalité corporelle, et aidant ainsi chacun à s'élever à un état supérieur selon la mesure de ses capacités.

Quel abîme entre la conception traditionnelle et la conception moderne de l'existence humaine !

Cette dégénérescence qualitative de toutes choses est étroitement liée à celle de la monnaie, comme le montre le fait qu'on en est arrivé à n' "estimer" couramment un objet que par son prix, considéré uniquement comme un "chiffre", une "somme" ou une quantité numérique de monnaie.

Chez la plupart de nos contemporains, tout jugement porté sur un objet se base presque toujours exclusivement sur ce qu'il coûte.

Le mot "estimer", par exemple, a un double sens qualitatif et quantitatif ; aujourd'hui, on a perdu de vue le premier sens, ou, ce qui revient au même, on a trouvé moyen de le réduire au second, et c'est ainsi que non seulement on "estime" un objet d'après son prix, mais aussi un homme d'après sa richesse.

Les Américains sont allés si loin dans ce sens qu'ils disent communément qu'un homme "vaut" telle somme, voulant indiquer par là le chiffre auquel s'élève sa fortune. ils disent aussi, non pas qu'un homme réussit dans ses affaires, mais qu'il "est un succès", ce qui revient à identifier complètement l'individu à ses gains matériels !

La même chose est arrivée aussi, tout naturellement, pour le mot "valeur".

Remarquons-le, en passant, c'est là-dessus que se fonde le curieux abus qu'en font certains philosophes récents, qui ont même été jusqu'à inventer, pour caractériser leurs théories, l'expression de "philosophie des valeurs".

Au fond de leur pensée, il y a l'idée que toute chose, à quelque ordre qu'elle se rapporte, est susceptible d'être conçue quantitativement et exprimée numériquement ; et le "moralisme", qui est d'autre part leur préoccupation dominante, se trouve par là associé directement au point de vue quantitatif (cette association n'est d'ailleurs pas une chose entièrement nouvelle, car elle remonte en fait jusqu'à l' "arithmétique morale" de Bentham, qui date du XVIIIème siècle).

Pour en revenir plus spécialement à la question de la monnaie, je dois ajouter qu'il s'est produit à cet égard un phénomène qui est bien digne de remarque : c'est que, depuis que la monnaie a perdu toute garantie d'ordre supérieur, elle a vu sa valeur quantitative elle-même, ou ce que le jargon des "économistes" appelle son "pouvoir d'achat', aller sans cesse en diminuant, si bien qu'on peut concevoir que, à une limite dont on s'approche de plus en plus, elle aura perdu toute raison d'être, même simplement "pratique" ou "matérielle", et elle devra disparaître comme d'elle-même de l'existence humaine.

On conviendra qu'il y a là un étrange retour des choses, qui se comprend d'ailleurs sans peine ; la quantité pure étant proprement au-dessous de toute existence, on ne peut, quand on pousse la réduction à l'extrême comme dans le cas de la monnaie (plus frappant que tout autre parce qu'on y est déjà presque arrivé à la limite), aboutir qu'à une véritable dissolution.

La conclusion qui se dégage de ce qui vient d'être dit, c'est que le terme réel de la tendance qui entraîne les hommes et les choses vers la quantité pure ne peut être que la dissolution finale du monde actuel.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Jeu 02 Juil 2009, 10:53

julieng a écrit:
mais je suis à des années lumière de vouloir poursuivre qui que ce soit. je n'en ai ni les moyens et encore moins le tempérament.
je ne fais que répondre à l'appel de Benoiît XVI pour occuper le terrain culturellement. il s'agit de mener un front uni, comme le dit Benoìt XVI, dans une perspective de résistance, car l'heure est grave. l'ennemi parfaitement explicite que désigne Benoît XVI de nos jours est la démocratie sans transcendance qui vire en un "totalitarisme caractérisé" ( JPII) libre à vous de ne pas le reconnaître, mais ne venez pas projeter sur moi vos fantasmes pétainistes. je vis à notre époque moi,une époque marquée par la montée en puissance d'un nouveau totalitarisme, je ne suis pas resté figé au combat contre le nazisme, le communisme...

http://www.wmaker.net/eschaton/

Vous devez d'abord acquérir l'esprit de douceur et de positivité qui anime Benoît XVI avant de vous revendiquer de lui.

Les extraits que vous prenez dans leurs immenses textes vont dans le sens de votre esprit centré sur le noir.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Jeu 02 Juil 2009, 11:30

Arnaud Dumouch a écrit:


Vous devez d'abord acquérir l'esprit de douceur et de positivité qui anime Benoît XVI avant de vous revendiquer de lui.

salut

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
julieng



Masculin Messages : 2590
Inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Jeu 02 Juil 2009, 12:05

Citation :
Vous devez d'abord acquérir l'esprit de douceur et de positivité qui anime Benoît XVI avant de vous revendiquer de lui.

c'est cela oui grand interprète officiel de la pensée de Benoìt XVI! vous faites jouer tout simplement son esprit contre la lettre de ses textes, un peu comme le faux esprit de VII que BXVI ne cesse de dénoncer fait jouer l'esprit du concile contre sa lettre. par exemple sur un autre fil j'ai mentionné des propos de BXVI sans les lui attribuer, les voilà désormais restituer à son authentique auteur:
"la critique marxiste de la démocratie ne peut tout simplement être mise de côté: à quel point les élections sont-elles libres?Jusqu'où va la volonté par certain de manipuler l'opinion publique à travers la plublicité, donc à travers le capital? n'existe-t-il pas une oligarchie qui décide de ce qui est moderne et doit servir d'exemple, de ce qu'un homme éclairé doit penser? la cruauté de cette oligarchie, ses possibilités d'expression publique, sont connues depuis longtemps. qui veut s'y opposer est ennemi de la liberté, parce qu'il handicape la liberté d'expression. (...) la conséquence est que la conscience, qui est un acte de la raison visant la vérité des choses, cesse d'être une lumière et devient une simple toile de fond sur laquelle la société des médias projette les images et les impulsions les plus contradictoire."

tenez-vous en à la lettre de ces textes et dites-moi ce que vous en concluez avant de m'attribuer un esprit noir, pétainiste ou autre amabilité du style... franchement vous en avez pas marre de contourner toujours mes arguments factuels, scripturaire, historiques en mettant en cause ma psychologie, en m'imputant je ne sais quel travers ( parano, pétainiste, noirceur), c'est un peu faible à la longue. tous les éléments factuels que j'amène supposent quand même un autre traitement qu'une réfutation ad hominem systématique.

[url= http://www.wmaker.net/eschaton/[/url]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wmaker.net/eschaton/
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Jeu 02 Juil 2009, 12:13

Cher Arnaud,

Trouvez-vous que Saint Augustin soit doux ??
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Jeu 02 Juil 2009, 12:22

SJA a écrit:
Cher Arnaud,

Trouvez-vous que Saint Augustin soit doux ??

Trouvez-vous chez Julieng un saint Augustin qui se cache ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Jeu 02 Juil 2009, 12:27

Arnaud Dumouch a écrit:
SJA a écrit:
Cher Arnaud,

Trouvez-vous que Saint Augustin soit doux ??

Trouvez-vous chez Julieng un saint Augustin qui se cache ?

Qui se cherche ! Sait-on jamais. Smile
Revenir en haut Aller en bas
julieng



Masculin Messages : 2590
Inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Jeu 02 Juil 2009, 13:41

ô grand interprète officiel de BXVI, je suis au regret de vous dire que ma dénonciation de l'oligarchie et de sa cavalerie légère ( LES MéDIAS) se fonde sur BXVI lui-même. dans mes écrits et mes analyses, mes propos sur ce formum vous pouvez désormais constater que je ne fais que me conformer à ce qu'il dit lui-même.

les oligarchies( l'hyper classe d'Attali) ne sont que les premières profiteuses de la logique d'illimitation dont l'idéologie libérale a pour mission de gagner à elle tous les esprits. dernière exemple les propos tenus par Sarko la raclure sur le travail dominical ( pour permettre à Mme Obama de faire du shopping le dimanche il faut que les magasins soient ouverts): il faudra bien que le verrou saute mon cher Arnaud, c'est dans le carnet de route de l'idéologie libérale, c'est dans le sens des intérêts de l'oligarchie. mais peut-être que considérant que les personnes qui travailleront le dimanche seront mieux rémunérées vous y voyez une fois de plus une merveilleuses démonstrations de l'équilibre entre le marché et le social auquel notre système politico-économique est parvenu.
ce que vous ne conceptualisez pas c'est que le libéralisme n'est pas une simple organisation économico-politique c'est une religion, ce que vous ne comprenez pas c'est le côté systématique par lequel cette religion se déploie partout, vous ne voyez pas que la logique qu'elle sert est celle de l'homme divinisé ( divinisation naturellement tout de façade, verbeuse, car dans les faits seuls un tout petit pourcentage, l'hyper classe, a tous les droits), vous ne voyez pas qu'il s'agit d'un combat religieux contre le Christ, que ce combat est soumis à une détermination théologique ( ps 2). Maurras mieux que quiconque a saisi les modalités de cette lutte : « comprenons bien ce que le mot de laïcité signifie. Ce n’est pas du tout une pensée de tolérance pratique née de la volonté de faire un peu de paix entre des esprits divisés. L’Etat laïcise au nom d’une libre pensée qui est une pensée très déterminée et donc par conséquent sans liberté, qui forme un véritable dogme, dogme formel quoique négatif. La libre pensée veut qu’il n’y ait pas de surnaturel, qu’il n’y ait pas de miracle, qu’il n’y ait pas de hiérarchie intellectuelle, morale et religieuse, qu’il n’y ait pas de tradition. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wmaker.net/eschaton/
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Jeu 02 Juil 2009, 14:00

julieng a écrit:


les oligarchies( l'hyper classe d'Attali)

D'accord pour l'analyse de la société, du triomphe malheureux de la libre-pensée, de l'absence de réelle liberté, des dogmes de la religion civile, etc...

Mais par pitié, ne citez pas ce bip d'Attali !

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
julieng



Masculin Messages : 2590
Inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Jeu 02 Juil 2009, 14:20

Citation :
Mais par pitié, ne citez pas ce bip d'Attali

je le cite parce qu'il est le théoricien du nomadisme, le penseur du fatalisme de l'avènement de cette hyper classe, je le cite pour montrer que projet n'a rien de cacher, ceux qui y participent n'en font pas mystère. cette arrogance qu'ils affichent attestent en retour à quel point nous sommes nous inertes, évidés de l'intérieur. s'ils peuvent se permettre autant d'arrogance c'est bien que leurs opposants naturels ( l'Eglise, les forces sociales de gauche, la droite éternelle) ont été totalement démobilisés, ringardisés, ne représentent plus une menace à leurs yeux. la seule réelle menace qu'ils ressentent c'est celle qui émerge de l'intérieur même du système qu'ils défendent. Etant intrinsèquement pervers, ce système peut très bien les balancer par dessus bord: c'est ce qui explique les différents mouvements de panique dans l'oligarchie actuellement au sujet de la crise, elle semble à beaucoup échapper à tout contrôle.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wmaker.net/eschaton/
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Jeu 02 Juil 2009, 15:02

julieng a écrit:
Citation :
Mais par pitié, ne citez pas ce bip d'Attali

je le cite parce qu'il est le théoricien du nomadisme

C'est une biperie la théorie du nomadisme. C'est du pur Attali : ça a l'air intelligent, mais en fait c'est de la daube.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
spidle33



Masculin Messages : 4540
Inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Jeu 02 Juil 2009, 19:58

Philippe Fabry a écrit:
C'est une biperie la théorie du nomadisme. C'est du pur Attali : ça a l'air intelligent, mais en fait c'est de la daube.
Je ne sais pas si tu as systématiquement raison, mais en tout cas cette remarque est aussi amusante que bien formulée ;-)
Revenir en haut Aller en bas
http://le-rdv-des-saints.over-blog.com/
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Jeu 02 Juil 2009, 20:38

spidle33 a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
C'est une biperie la théorie du nomadisme. C'est du pur Attali : ça a l'air intelligent, mais en fait c'est de la daube.
Je ne sais pas si tu as systématiquement raison, mais en tout cas cette remarque est aussi amusante que bien formulée ;-)

Je peux expliciter si tu veux. Mais vraiment pour faire plaisir parce qu'en règle générale j'évite de parler d'Attali, ça me donne des crises d'urticaire.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
spidle33



Masculin Messages : 4540
Inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Jeu 02 Juil 2009, 22:39

Ne te donne pas cette peine. j'ai juste trouvé ta remarque amusante Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://le-rdv-des-saints.over-blog.com/
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Jeu 02 Juil 2009, 22:41

Ben moi comme j'ai lu son bouquin Embarassed , j'aimerais bien une peitite explication même succinte.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Ven 03 Juil 2009, 00:14

SJA a écrit:
Ben moi comme j'ai lu son bouquin Embarassed , j'aimerais bien une peitite explication même succinte.

Rapide alors, pour ménager mes nausées.

Attali prétend qu'après une période sédentaire de quelques milliers d'années qui s'achève, l'homme redevient nomade, bougeant sans arrêt, s'éloignant de chez lui pour travailler, etc... Il invente ainsi des "objets nomades" pour l'accompagner dans cette vie de déplacements.

(Philippe étouffe un mouvement vomitif, et reprend : )

Comme ça cela a l'air intelligent. Cela fait partie de ces "tableaux intéressants" dont est si friand l'esprit littéraire français, comme disait (si je ne m'abuse) Tocqueville.
Le problème c'est que c'est idiot. Les gens ne bougent pas plus qu'avant, ils bougent plus vite.

Exemple : mettons qu'il y a deux cents ans j'avais 5 km à faire pour aller travailler. Je faisais le trajet à pied, au mieux en carriole.
Disons à pied : une heure de trajet.
Aujourd'hui, en voiture ou en métro, je vais 10 à 20 fois plus vite.
Sachant qu'une journée dure toujours en moyenne douze heures, si je consacre autant de temps qu'il y a deux cents ans à rejoindre mon lieu de travail, je peux me permettre de franchir une distance de 50 à 100 km.
Question : cela fait-il de moi un nomade, sachant que je dormirais ce soir dans le même lit, de la même manière qu'il y a deux cents ans ?

MAIS BIEN SUR QUE NON, CRETIN D'ENARQUE !

Peu ou prou, il est évident que l'on ne consacre pas plus de temps qu'auparavant aux déplacements, et que si je quitte mon village natal pour aller habiter à 500km, c'est comme s'il y a deux cents ans j'avais bougé de 50 ou 100km, donc si j'avais déménagé sans quitter mon département ! Ce ne sont pas les gens qui bougent plus, c'est le monde qui a rétréci ! C'est tellement évident que cela me fait mal de le dire.

Attali pense également que la prospérité est dûe au nomadisme, au mouvement. Cela, à la limite, peut se comprendre en partie mais c'est une porte ouverte qu'il enfonce : tiens, le commerce implique des déplacements (peut-on même qualifier les marins ou les aviateurs, les camionnaeurs qui transportent les marchandises de "nomades ?) ! Quel génie cet Attali.

(Philippe va vomir son repas du soir, va se brosser les dents et revient).

La prochaine fois, je ne vous expliquerai pas comment Attali a découvert que depuis quelques décennies existent dans le monde une nouvelle catégorie de personnes, les "altruistes", qui, tels mère Térésa et l'Abbé Pierre, consacrent leur vie au service des autres. (!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!)

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Ven 03 Juil 2009, 08:29

Bravo et merci . Mais il y a quand même le phénomène du tourisme : beaucoup de gens sont nomades pendant quelques semaines par an .
Et l'éternel problème des migrations de masse causées par l'insatisfaction et qui bouleversent chroniquement les données socio-politiques .
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Ven 03 Juil 2009, 09:56

Cher Philippe,

Il me semble qu'il ne dit pas que les humains redeviennent nomade mais que Nomades et sédentaires cohabitent et que l'Histoire a vu se succéder des périodes où le Monde favorisait la domination des nomades et d'autres périodes où il favorise celle des sédentaires.

Revenez Philippe, de toute façon vous n'avez plus rien à vomir !

Pour lui (ou les gens qui refléchissent à cela et dont il pompe les réflexions) les technologies rescentes permettent l'avènement d'une nouvelle domination des nomades au dépend des sédentaires.

Sédentaire qui au demeurant tentent d'imité le mode de vie nomade (ex :tourrisme). Mais ce ne sont que des pisaller.

Sinon, son idée d'altruiste est ridicule.

De plus vous remarquerez qu'Attali soutient l'idée d'un gouvernement mondial. µIl travaille (sans le savoir probablement) à l'avènement de l'Antéchrist.
Revenir en haut Aller en bas
julieng



Masculin Messages : 2590
Inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Ven 03 Juil 2009, 10:17

ce qu'il y a de merveilleux dans cette idéologie c'est que comme toutes les idéologies elle tente de faire passer les intérêts, les projets, la vision d'une seule classe pour celle de l'humanité. contrairement à ce que dit Philippe il est à mon avis parfaitement avéré que notre époque favorise l'épanouissement d'un nomadisme sans commune mesure avec les précédents: un BHL qui dispose d'appartements aux quatre coins du monde, vomit l'esprit français, est doté d'un compte en banque colossal, a toutes ses entrées dans tous les cercles de décision de la planète en est un illustre représentant. Ce mode de vie était inenvisageable il y a encore peu de temps: d'une part les moyens technologiques ne le permettaient pas et d'autre part l'unification du monde et de la doxa n'était pas aussi avancé. la théorie du nomadisme n'est qu'une version remodelée ( markenting) pseudo-romantique du cosmopolitisme, de la domination planétaire du capital et des oligarchies qui le butinent...la putridité d'un Attali consiste à la faire passer pour l'horizon ultime de tout être humain, de la présenter sous un jour avantageux, de flatter en nous tout ce que nos plus bas instincts peuvent lui trouver d'avantageux.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wmaker.net/eschaton/
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Ven 03 Juil 2009, 11:58

SJA a écrit:
Cher Philippe,

Il me semble qu'il ne dit pas que les humains redeviennent nomade mais que Nomades et sédentaires cohabitent et que l'Histoire a vu se succéder des périodes où le Monde favorisait la domination des nomades et d'autres périodes où il favorise celle des sédentaires.

Revenez Philippe, de toute façon vous n'avez plus rien à vomir !

Pour lui (ou les gens qui refléchissent à cela et dont il pompe les réflexions) les technologies rescentes permettent l'avènement d'une nouvelle domination des nomades au dépend des sédentaires.

Mais précisément, mis à part les Roms, qui peut aujourd'hui être appelé nomade dans le monde ? Un homme d'affaires sous prétexte qu'il court d'un bout à l'autre du monde en avion ? C'est parfaitement ridicule.

Sinon, son idée d'altruiste est ridicule.

Tout est ridicule chez Attali. Et quand ça ne l'est pas, c'est qu'il a piqué l'idée à quelqu'un d'autre.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Ven 03 Juil 2009, 13:21

Le nomadisme permet surtout à la classe dominante de pouvoir maintenir le contrôle et sa domination sur la sous-classe.

Dès lors pour le prolo, le nomadisme consiste à être à la disposition du Capitalisme mondialisé.

Ainsi le nomade du bas aura le choix soit d’être au chômage à cause des délocalisations ou d’aller travailler dans un pays à faible coup salarial dans le seul but de maintenir le niveau des rentiers.
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Ven 03 Juil 2009, 16:01

Philippe Fabry a écrit:

Mais précisément, mis à part les Roms, qui peut aujourd'hui être appelé nomade dans le monde ? Un homme d'affaires sous prétexte qu'il court d'un bout à l'autre du monde en avion ? C'est parfaitement ridicule.


Cher Philippe,

Je ne crois pas que les nomades dont parle Attali soient un groupe ethniquement ou culturellement isolable.

L'homme d'effaire est un nomade non parce qu'il prend l'avion mais parce qu'il vit 3 ans à Londres, 4 ans à Singapour, 3 mois à Toulouse, 2 ans à New York ...

Sinon vous voulez un exemple de nomadisme en voici un :
L'US ARMY.

Elle fonctionne sur le mode les armées nomades antiques (les assyriens par exemple).


Sinon j'ai acheté le livre d'Attali un jour où j'attendais le train. J'avais le choix entre ça et un roman qui expliquait comment les templiers avaient organisé l'assassinat de Kennedy. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Ven 03 Juil 2009, 16:12

SJA a écrit:
Philippe Fabry a écrit:

Mais précisément, mis à part les Roms, qui peut aujourd'hui être appelé nomade dans le monde ? Un homme d'affaires sous prétexte qu'il court d'un bout à l'autre du monde en avion ? C'est parfaitement ridicule.


Cher Philippe,

Je ne crois pas que les nomades dont parle Attali soient un groupe ethniquement ou culturellement isolable.

L'homme d'effaire est un nomade non parce qu'il prend l'avion mais parce qu'il vit 3 ans à Londres, 4 ans à Singapour, 3 mois à Toulouse, 2 ans à New York ...

Sinon vous voulez un exemple de nomadisme en voici un :
L'US ARMY.

Elle fonctionne sur le mode les armées nomades antiques (les assyriens par exemple).

Je ne vois pas en quoi on peut la qualifier de nomade. Une armée se déplace au gré des besoins. L'armée romaine a fait des trajets dantesques, ont ne peut pas dire qu'elle était "nomade". Simplement les théâtre d'opérations divers nécessitent le mouvvment.
Encore une fois je ne conteste pas que des gens se déplacent, ce que je dis c'est qu'en faire une théorie du "nomadisme", c'est fumeux. Les marchands se sont toujours déplacés, voyez Jacques Coeur, par exemple. On ne peut pas pour autant le qualifier de "nomade".
Le problème ce n'est pas qu'Attali dit des choses fausses, le problème c'est qu'il prend des choses évidentes et qu'il les érige en théorie. Du coup, c'est du vent.


Sinon j'ai acheté le livre d'Attali un jour où j'attendais le train. J'avais le choix entre ça et un roman qui expliquait comment les templiers avaient organisé l'assassinat de Kennedy. Laughing

Moi c'est pire. C'est mon père qui l'a acheté parce qu'Attali avait paru intéressant à la radio (déjà pour ça je lui en veux, d'autant qu'il le savait bien qu'Attali est une buse). Moi j'ai lu le bouquin en entier (me suis forcé) et encore pire : mon père a lâché l'affaire au bout de 50 pages.
Je ne lui ai pas encore pardonné cet achat, ni le fait de ne pas avoir bu le calice jusqu'à la lie. rambo

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3932
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Leçons de la crise financière actuelle   Sam 04 Juil 2009, 22:06

Pour sortir de la crise et ne plus y revenir : quelques repères

Intervention de Mgr Migliore à l’ONU

ROME, Jeudi 2 juillet 2009 (ZENIT.org) - Pour sortir de la crise et ne plus y revenir : quelques repères inspirés par l'enseignement social de l'Eglise ont été présentés par Mgr Migliore à l'ONU : il faut remettre les personnes au centre du système pour une finance et un développement « durables ».

Mgr Celestino Migliore, observateur permanent du saint-Siège )à l'ONU à New York, a exposé le 26 juin, le point de vue du Saint-Siège sur « la crise financière et économique mondiale et son impact sur le développement ».

« A la base de la crise économique actuelle », Mgr Migliore diagnostique « une idéologie qui place l'individu et les désirs individuels au centre de toutes les décisions économiques ».

Mgr Migliore fait observer que « la pratique de l'économie a renforcé ce centre idéologique et a cherché à effacer les valeurs et la moralité du débat économique au lieu de tenter d'intégrer de telles préoccupations dans la réalisation d'un système financier plus efficace et plus juste ».

Pour surmonter la crise, le Saint-Siège invite les nations, à assurer la « transparence des marchés financiers », « l'intégration des pays pauvres » dans le système du commerce mondial, des investissements pour la « sécurité alimentaire » et les « dépenses sociales », et des interventions économiques « à court terme » pour alléger les souffrances « d'un milliard d'êtres humains qui souffrent de la faim » tandis que la pauvreté augmente sur toute la planète.

Le Saint-Siège préconise en outre, sur le long terme, de construire une « économie durable », qui tienne compte de la « fragilité » des pays en voie de développement, et surtout qui puisse promouvoir « une nouvelle échelle de valeurs », pour que l'activité financière ne soit plus la « recherche effrénée du gain » mais « l'exigence de reconnaître les droits de tous sur la base du principe de partage des responsabilités ».

« Nous ne devons pas oublier qui sont les pauvres, aussi bien dans les pays développés que dans ceux q ui sont en voie de développement », a rappelé l'archevêque.

Le nonce a évoqué la « triste réalité quotidienne » de la « perte d'emplois » chez les uns et le « manque d'accès à un emploi, à la nourriture, aux soins médicaux de base et aux structures éducatives » chez les autres.

Mgr Migliore a rappelé les chiffres de la Banque mondiale : « A la fin des rencontres du Comité pour le développement qui a eu lieu fin avril, la Banque mondiale a estimé qu'entre 55 et 90 millions de personnes se sont retrouvées dans la pauvreté extrême en 2009, spécialement les femmes et les enfants ; en même temps, on s'attendait à ce que cette année, le nombre des personnes qui souffrent chroniquement de la faim dé ;passe le milliard.

Par ailleurs, a-t-il constaté, l'espérance « de mettre fin à l'extrême pauvreté avant 2015, grâce aux huit objectifs de développement du millénaire » s'est éloignée.

Vu la gravité de la crise, a affirmé Mgr Migliore, « les institutions de l'Église dans le monde entier, ont profité de cette conjoncture pour promouvoir de nouvelles structures de solidarité et pour faciliter et encourager une nouvelle orientation des systèmes financiers et économiques nationaux et mondiaux vers les principes de la justice, de la solidarité et de la subsidiarité ».

Le nonce a expliqué qu'étant donné « la vulnérabilité de tant de pauvres dans le monde », le Saint-Siège apporte son soutien aux « propositions avancées pour les protéger à travers des mesures de stabilisation à court terme, en adoptant dans le même temps des mesures à plus long terme pour s'assurer des flux financiers durables et pour réduire la possibilité que se produise une nouvelle crise ».

Ainsi, le Saint Siège demande à la communauté internationale de se concentrer sur une série de mesures « immédiates et urgentes » pour limiter les effets de la crise.

« Nous accueillons avec plaisir les efforts faits lors du sommet du G20 qui s'est déroulé à Londres, en avril dernier, pour rendre disponible plus de mille milliards de dollars, comme aide complémentaire », a rappelé Mgr Migliore, avant de regretter que « seulement une petite partie d'une telle aide a ét& eacute; destinée aux pays en voie de développement les plus pauvres ».

« Il est fondamental de destiner encore une aide financière adéquate à ces pays, dont les besoins financiers doivent être mesurés avec attention. Il est aussi important que de telles aides soient accordées à des conditions minimum par l'Institution financière internationale ».

Le Saint Siège soutient en outre « les mesures destinées à renforcer la sécurité alimentaire », l'aide « aux dépenses sociales et, plus généralement, une dépense publique qui mette au centre les personnes ».

« Devant une telle exigence, nous apprécions de manière particulière les propositions pour les ressources nécessaires ajoutées pour destiner & agrave; la ‘Vulnerability Financing Framework' de la Banque mondiale », a souligné Mgr Migliore.

Le nonce a également affirmé à nouveau « le principe de développement financier durable » et la nécessité « d'un développement durable » pour tous les pays en voie de développement.

Pour ce qui est des mesures visant à prévenir le retour d'une telle crise à l'avenir, le Saint-Siège apporte son soutien, a souligné l'archevêque, aux « réglementations pratiques » et devant « assurer la transparence globale » et le « contrôle » à tous les niveaux du système financier.
Revenir en haut Aller en bas
 
Leçons de la crise financière actuelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
 Sujets similaires
-
» PROPOS DE MGR ATHANASIUS SCHNEIDER la blessure la plus profonde de la crise actuelle de l’Église est
» la pensée de Benoit XVI sur la crise liturgique actuelle
» La pensée de Benoît XVI sur la crise liturgique actuelle
» La crise économique mondiale actuelle est planifiée pour appauvrir les populations !
» Crise chez mes beaux parents :-(

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: