DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 1 an du Motu proprio sur la liturgie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80855
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: 1 an du Motu proprio sur la liturgie.   Jeu 10 Juil 2008, 17:59

Lettre de "PAIX LITURGIQUE".

Que faut-il penser, selon vous, de cette association "PAIX LITURGIQUE" ?

Voici le document de paix liturgique.

Ma question. Ne sème-t-il pas la guerre ?


Citation :
A 70 jours de la visite de Benoît XVI à Paris, pourquoi Mgr Vingt-Trois renouvelle-t-il ses provocations à propos du Motu Proprio Summorum Pontificum ?


En cette première décade de juillet, la stratégie suicidaire de la Conférence des Evêques de France s'amplifie... comme s'il fallait que le désir de dialogue et de réconciliation qui monte au sein de l'Eglise de France soit muselé
avant la venue du Saint Père en France, dans 70 jours.


Nous ne comprenons pas la politique de provocation qui s'est développée
cette semaine avec la publication d'un article surréaliste de Nicolas
Senèze dans La Croix à l'occasion du premier anniversaire de la
promulgation par Benoît XVI du Motu Proprio Summorum Pontificum.


Pourquoi nier à ce point la réalité ? Pourquoi continuer à refuser de voir qu'au moins 15 % des catholiques français veulent vivre leur foi, en pleine
communion avec l'Eglise, au rythme de la forme extraordinaire du rite
romain (et encore ces chiffres sont-ils le fruit d'études réalisées par
des organismes indépendants à une époque où de nombreux fidèles
croyaient les mensonges consistant à prétendre que la messe
traditionnelle était interdite... que donnerait une telle enquête un an
après la réhabilitation de la liturgie traditionnelle...)?

Certes, nous n'incriminons pas personnellement le pauvre Nicolas Senèze qui
dans cette pénible affaire, n'est que le bras de la Conférence des
Evêques de France et de son Président le Cardinal Vingt-Trois. De fait,
ce sont eux les vrais "patrons" de La Croix, organe officieux pour ne
pas dire officiel du Conseil permanent de l'épiscopat, et donc les
vrais instigateurs de cette campagne incompréhensible. Heureusement,
cette cabale n'est pas souhaitée par tous nos pasteurs évêques et curés
: les signes nombreux de paix dont nous vous informons chaque semaine
et aujourd'hui encore le démontrent.

Mais c'est bien une campagne de grande envergure qui est lancée par les tenants du refus de la paix et depuis une semaine ce sont des dizaines de personnes qui nous interpellent : "Arrêtez, même si vous n'avez pas tort, il faut aimer l'Eglise... Soyez patients, il faut donner du temps au temps et
ne pas être trop pressé pour appliquer le motu proprio…il faut
docilement suivre vos pasteurs, vous soumettre..
."



Citation :
Mais qui sont donc ces interlocuteurs qui feignent aujourd'hui de tout ignorer de nous ?


20
années ont passé depuis le Motu Proprio de 1988, vingt années durant
lesquelles des milliers de fidèles ont adressé - en vain - avec douceur
et charité des demandes à nos pasteur pour les implorer d'être généreux
et bienveillants. Nous avons eu hélas un bel aperçu de la largesse et
de la générosité vues au travers du prisme de l'épiscopat français.

Oui,
nous aimons l'Eglise et ne cherchons pas le scandale mais le temps de
la langue de buis et du non-dialogue est définitivement terminé. Nous
ne pourrons plus continuer à supporter de nos pères la désinformation
et le mépris. C'est pourquoi nous allons amplifier dès lundi prochain
notre campagne de sensibilisation pour qu'enfin le dialogue s'instaure
et que progresse la paix liturgique. En effet, nous allons profiter du
long été qui commence pour publier les textes et documents que
l'association Oremus à édité et commenté depuis 1990 afin que nos
pasteurs et les hommes de bonne volonté constatent que cela fait vingt
ans que les ennemis de la paix utilisent les mêmes stratagèmes, voient
quelle est la véritable situation et constatent à la lecture de tous
ces textes notre profond amour de l'Eglise et de la réconciliation.

N'oublions pas de remercier avec chaleurs tous les évêques et les curés qui avec bonté concourent à la réconciliation.

Qu’ils sachent que nous les aimons et prions pour que le Seigneur les aide.


Christian Marquant

Président d'Orémus


[b] NOTRE DOSSIER ET NOS COMMENTAIRES au sujet de l’article paru dans « La Croix » du 6 juillet 2008


Le motu proprio s’est appliqué en douceur


Un an après la publication de « Summorum Pontificum », par lequel Benoît XVI a libéralisé la liturgie d’avant Vatican II, peu de demandes ont été déposées.

Benoît
XVI l’aurait confié à des évêques français de passage à Rome : à ses
yeux, le motu proprio Summorum Pontificum du 7 juillet 2007, redonnant
droit de cité à la liturgie telle qu’elle était célébrée avant Vatican
II, ne concernait qu’un petit nombre de fidèles. De fait, un an
exactement après sa publication, le nombre de lieux de culte où la
liturgie catholique est célébrée selon la « forme extraordinaire du rite romain »
n’a pas explosé : 172 en France, dont 124 où était déjà appliqué le
motu proprio Ecclesia Dei adflicta publié en 1988 par Jean-Paul II.

À
Paris, les six lieux où la messe dominicale est ainsi célébrée « à
l’ancienne » ne rassemblent pas plus d’un millier de fidèles. « On dénombre en général cinq ou six personnes par paroisse qui demandent une célébration selon la forme extraordinaire, explique Mgr Patrick Chauvet, vicaire général, chargé de ce dossier par le cardinal André Vingt-Trois. Du coup, nous les rassemblons par arrondissement ».
Selon lui, les curés accueillent avec bienveillance les demandes, du
moment qu’elles ne sont pas instrumentalisées par des groupes qui, à
l’instar de La Paix liturgique, tentent de fédérer l’opposition aux
évêques sur ce sujet.

« Mais avec quelques conditions, souligne le P. Chauvet : qu’il n’y ait pas d’agressivité, et qu’il n’y ait pas de communautés les unes à côté des autres ». C’est le principal souci des évêques de France : éviter toute « ghettoïsation » des fidèles attachés à l’ancien rite. « Dans le 16e arrondissement, ceux qui viennent à Sainte-Jeanne-de-Chantal s’intègrent bien dans la vie paroissiale »,
relève-t-il. Un an après Summorum Pontificum, seuls douze diocèses de
France métropolitaine n’ont pas mis le motu proprio en application.


Faute de demandes


Et c’est davantage faute de demandes que par mauvaise volonté. Ainsi, à
Blois, Mgr Maurice de Germiny constatait en septembre dernier qu’« il
n’existe pas dans le diocèse de groupe stable de fidèles désireux de
reprendre l’usage de la liturgie romaine antérieure à la réforme de
1970
». Depuis, une « demande courtoise de mise en œuvre » du motu proprio a été adressée pour Vendôme, et l’évêque cherche « un prêtre “ad hoc” » dans son diocèse, plutôt que de faire appel à un institut relevant de la Commission pontificale Ecclesia Dei.

C’est
aussi ce choix qu’a fait le cardinal Vingt-Trois à Paris, déclinant
l’offre de l’Institut du Bon-Pasteur qui dispose d’un local et d’une
chapelle dans le 2e arrondissement. « Ils ne célèbrent que la messe
tridentine, ce qui est contraire au motu proprio », souligne Mgr
Chauvet. Pas non plus de paroisse personnelle : « Le cardinal ne
souhaite pas que les traditionalistes soient traités comme des
chrétiens à part : l’objectif du motu proprio est justement de
réunifier l’ensemble des catholiques
», explique encore le vicaire général.

À Fréjus-Toulon, c’est au contraire cette dernière solution qu’avait retenue Mgr Dominique Rey dès 2005. Résultat : « Il
y a eu peu de demandes. Sauf dans le golfe de Saint-Tropez, mais il
semble s’agir plus de demandes d’estivants, pour lesquels nous allons
trouver une solution
», explique le P. Marc Aillet, vicaire général du diocèse.

"Insérer les fidèles dans la vie paroissiale"

« L’important est d’insérer les fidèles dans la vie paroissiale »,
insiste-t-il, soulignant par exemple que les séminaristes relevant de
la paroisse personnelle reçoivent la même formation que les autres au
séminaire diocésain – où ils célèbrent chaque jour dans la forme
ordinaire –, et que des couples de la paroisse personnelle participent
aux équipes de préparation au mariage sur le doyenné de Toulon.

« Mais,
si cela se passe bien, cela tient aussi à la personnalité des prêtres
qui desservent la paroisse : autant ils sont attachés à la forme
extraordinaire du rite romain, autant ils sont ouverts à Vatican II
», conclut le P. Aillet.

Reste
la question de la réconciliation avec les intégristes, toujours en
rupture avec Rome, qui formait l’un des buts avoués de ce motu proprio.
Sans doute Benoît XVI n’espérait-il pas grand-chose des responsables de
la Fraternité Saint-Pie -X qui, fin juin, ont refusé une énième main
tendue ( La Croix du 2 juillet). Rome garde toutefois l’espoir que
certains fidèles et prêtres intégristes sauteront cette fois le pas.

À
Paris, quelques fidèles de Saint-Nicolas du Chardonnet fréquentent
aujourd’hui régulièrement les messes du diocèse selon l’ancien Missel.
Et on a recensé l’un ou l’autre prêtre de la Fraternité qui ont demandé
à rejoindre des diocèses français. Mais pas non plus, pour l’instant,
de raz de marée sur ce plan-là.

Nicolas Senèze

_________________
Arnaud


Dernière édition par Arnaud Dumouch le Jeu 10 Juil 2008, 18:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80855
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: 1 an du Motu proprio sur la liturgie.   Jeu 10 Juil 2008, 17:59

[/b]
Citation :
LES COMMENTAIRES DE PAIX LITURGIQUE

-
Nous remercions vivement La Croix et en particulier Nicolas Senèze pour
cet article qui illustre à merveille la ligne du parti d’un certain
clergé français qui contrôle le Conseil permanent de l'épiscopat :
Citation :
« Il
y a très peu de demandes d’application du Motu Proprio de Benoît XVI,
cela ne concerne qu’un très petit nombre de fidèles, pas de quoi
fouetter un chat en somme dans l’Eglise de France qui ne connaît pas de
problème liturgique »... Rien de très nouveau pour La Croix qui le jour
même de l’entrée en vigueur du Motu Proprio – le 14 septembre 2007 -
dans un article qui restera dans les annales de la mauvaise foi titrait
déjà « L’ancienne messe ne fait pas recette » ou « Le motu proprio ne
provoque pas de raz de marée ».

On imagine assez bien quelle sera
encore la teneur des articles de La Croix sur le sujet dans un an, dans
dix ans ou dans vingt ans… tant son souci premier semble être de coller
à un schéma idéologique prédéfini plutôt qu'à la réalité. La Messe
était déjà dite avant le Motu Proprio : « Il n’y a pas de demande, cela
n’intéresse personne, il n’y a pas de problème liturgique en France »
et la publication de ce texte n’a rien changé pour les apparatchiks de
l’Eglise de France en faillite de vocations et de fidèles.



Sur le fond, qu’il nous soit permis de « nuancer » les propos de
Nicolas Senèze. Si le Motu Proprio ne fait pas recette, c’est seulement
chez les évêques de France, car le peuple des fidèles quant à lui ne
l’entend pas de cette oreille. Ainsi à ce jour ce sont près de 900
demandes qui se sont manifestées en France auprès de leurs curés pour
obtenir la célébration dans leurs paroisses de la forme extraordinaire
du rite romain.


- Ces demandes se répartissent globalement
ainsi : un peu plus de 250 demandes "formelles" adressées par des
groupes précis, organisés et identifiés à leurs curés, à leur doyens ou
dans certains cas directement à leurs évêques et un minimum de 600
demandes " informelles" c'est à dire des demandes adressées avec
discrétion par des fidèles à leurs curés dans le souci de ne pas les
mettre dans une situation difficile. Dans l'écrasante majorité des cas,
ces demandes ont été vaines, pire, pour Nicolas Senèze, elles
n'existent même pas !

- Les exemples sont trop nombreux et nous
vous renvoyons à nos bilans concernant le diocèse de Versailles (Lettre 112) ou celui de Paris ( Lettre 116) que vous pourrez retrouver
sur www.paixliturgique.com.

- Que dire aussi des diocèses où la messes est "accordée" (comme si nous en étions encore au régime de 1988 et que le 7 juillet 2007 n'était pas passé par là) une fois par mois devant des centaines de fidèles… Est-ce dans ces cas, comme à Reims, Limoges ou Beaune que la demande n'existe pas pour La Croix ?
Et que dire de ces 15 diocèses où aucune messe motu proprio n'est célébrée mais ou la présence de prieurés de la Fraternité Saint-Pie X démontre que la demande existe bel et bien ?

- Que dire enfin de ces situations, comme à Rambouillet (76ou Sèvres (92) où les fidèles, bien qu'ayant manifesté leur enthousiasme par centaines, ne sont pas écoutés, tout simplement car pour leurs pasteurs, pour leurs pères ils n'existent pas !

- Que dire de Paris où l’on sait que de
nombreuses demandes sont superbement ignorées par un clergé qui refuse
de voir la réalité en face. Que dire de la situation à
Nogent-sur-Seine, à Langres, à Nanterre, à Verdun, à Evreux, à Amiens,
à Saintes et La Rochelle… Les exemples des pieds de plomb avec lesquels
les évêques de France reçoivent le texte du Saint Père sont légions.
Nous continuerons à nous en faire l’écho. Quoi qu’il en soit, ce ne
sont pas les demandes qui font défaut mais bien la mauvaise volonté et
n’ayons pas peur des mots, la haine de certains, qui rend lente et
difficile l’application du Motu Proprio dans les paroisses.


-
La Croix ne semble pas avoir pris à sa juste portée le Motu Proprio et
la coexistence pacifique des deux formes de l’unique rite romain qu’il
entend établir de fait dans les paroisses. Aux bavardages auxquels
certains curés et évêques se prêtent pour refuser l’application du Motu
Proprio « faute de groupe stable », nous pouvons renvoyer aux paroles
du Cardinal Castrillon Hoyos relatées dans un article publié dans le
Daily Telegraph en date du 14 juin 2008 écrit à l'occasion de la
célébration d'une messe dans la forme extraordinaire du rite romain à
la Cathédrale de Westminster. Lorsqu’on a demandé au Cardinal
Castrillon si la messe traditionnelle serait célébrée dans beaucoup de
paroisses ordinaires dans l'avenir, il a dit : « Non, pas dans beaucoup
de paroisses, mais dans toutes les paroisses ». Le Saint Père offre
cette possibilité, non pas à quelques groupes qui la demandent, mais
afin que tous connaissent cette façon de célébrer l’Eucharistie. Le
Pape Benoît réintroduira le rite ancien, qui sera connu sous le nom de
« forme extraordinaire », même là où l’assemblée ne l’a pas demandé.
Citation :
« Les gens ne le connaissent pas, et par conséquent, ne le demandent pas »
a expliqué le cardinal.

- Le décalage entre les paroles et
les gestes du Saint Père en faveur de la liturgie traditionnelle tant
directement qu’à travers ses plus proches collaborateurs et les
vieilles rengaines idéologiques gallicanisantes de La Croix est si
abyssal qu’on croit rêver… On pourra expliquer une partie de cet
aveuglement par la difficulté d’accepter que ce que l’on a considéré
comme mort et enterré est bien vivant et en plein essor. Nous
n’insisterons pas sur les vocations sacerdotales et religieuses
toujours plus nombreuses dans les séminaires traditionnels puisque La
Croix dit que cela n’intéresse pas grand monde ; nous n’insisterons pas
non plus sur l’explosion des lieux de culte traditionnel dans la
plupart du temps trop petits puisque Nicolas Senèze a tranché le débat,
« À Paris, les six lieux où la messe dominicale est ainsi célébrée
Citation :
« à
l’ancienne » ne rassemblent pas plus d’un millier de fidèles ».
Notre
ami oublie de préciser que la messe de Sainte-Jeanne-de-Chantal est
célébrée à 12 h 45, celle de Saint Pierre de Montrouge à 12 h 00.
Alors, oui, tant que le Motu Proprio sera concrètement appliqué à Paris
ou ailleurs pour en limiter la portée et le développement, les
conclusions hâtives des journalistes aux ordres seront toujours
tronquées. La vitalité et l’affluence à l’Eglise
Saint-Nicolas-du-Chardonnet (23 rue des Bernardins – 75005 Paris) qui
avec ses 5 messes dominicales combles et ses 3 messes par jour en
semaine est une des plus importantes paroisses de Paris, démontre s’il
en était besoin l’énorme demande insatisfaite de célébrations de la
forme extraordinaire du rite romain à Paris.


- Nous en sommes au tout début du commencement de la mise en œuvre du Motu Proprio Summorum Pontificum. Les résistances sont telles que le facteur
temps a une importance capitale. La jeune génération de prêtres et de
fidèles lassée des querelles d’anciens combattants des uns et des
autres aspire plus à travailler à la nouvelle évangélisation qu’à
polémiquer. Le Saint Père dans son Motu Proprio permet aux hommes de
bonne volonté de mettre en place les conditions pratiques d’une
authentique paix liturgique au cœur de toutes les paroisses. Alors
travaillons avec courage, demandons à temps et à contre-temps
l’application de ce texte prophétique et laissons les morts enterrer
les morts. Que notre Saint Père Benoît XVI soit vivement remercié pour
la publication de ce texte providentiel pour l’Eglise. Soyons très
nombreux à Paris et à Lourdes pour l’en remercier comme il le faut.


Sylvie Mimpontel

Présidente du mouvement pour la Paix Liturgique et la Réconciliation dans l’Église.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: 1 an du Motu proprio sur la liturgie.   Dim 13 Juil 2008, 18:26

D'après la lecture que j'ai faite du motu proprio , il s'agit d'une concession aux fidèles attachés au rite de Saint Pie V , dans un but de pacification . Si les demandes ne sont pas plus nombreuses , c'est à mon avis parce que l'opinion a bien perçu ce caractère de concession ; l'activisme serait perçu comme contraire à l'esprit du motu proprio et donc anti-pontifical ; l'accusation de gallicanisme portée contre le journal La Croix porte à sourire , le fondateur des assomptionnistes ayant été un ultramontan convaincu ( " Rome a parlé . La cause est entendue ").
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80855
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: 1 an du Motu proprio sur la liturgie.   Dim 13 Juil 2008, 18:52

Je pense que benoît XVI qui est aussi un esthète de haut niveau, vise autre chose:

1° il veut réinfuser un peu de beauté dans les liturgies paroissiales qui on trop tendance à utiliser des grattes ! afro

2° Il veut réintroduire quelques gestes de respect (bancs de communion etc.) qui, il l'espère, redonneront le sens du sacré, donc de l'amour.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 1 an du Motu proprio sur la liturgie.   Lun 14 Juil 2008, 14:26

Arnaud Dumouch a écrit:
Je pense que benoît XVI qui est aussi un esthète de haut niveau, vise autre chose:

1° il veut réinfuser un peu de beauté dans les liturgies paroissiales qui on trop tendance à utiliser des grattes ! afro

2° Il veut réintroduire quelques gestes de respect (bancs de communion etc.) qui, il l'espère, redonneront le sens du sacré, donc de l'amour.

Et je suis bien d'accord avec Benoît XVI cheers ceux qui pensaient qu'il ne serait qu'un pape de transition se sont trompés. Il nous réserve encore bien des surprises.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 1 an du Motu proprio sur la liturgie.   Ven 18 Juil 2008, 22:24

J'ai vu Benoît XVI à la télé et je vous avoue que je l'admire tant.

Que le Seigneur Jésus protège Benoît à Sidney, lui garde la santé car je suis sûre que notre pape est un être merveilleux.


Et oui je suis une fan de Benoît XVI ! un forum existe même pour ses fans "PAPA RATZINGER".

Je n'aurais jamais pensé aimer un autre pape après Jean-Paul II dont la disparition m'a causé tant de peine et pourtant voilà je suis fan de Benoît 16 à son âge, il montre qu'il n'est pas seulement un pape de transition mais qu'il prend son rôle très à coeur. I love you

Que le Seigneur Jésus nous le garde encore.... et puis on a vu des centenaires et pourquoi n'aurions nous pas un pape centenaire ???? :pape: heureux lol!
Revenir en haut Aller en bas
 
1 an du Motu proprio sur la liturgie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Motu Proprio : émission spéciale sur KTO
» AlexisII se réjouit du Motu Proprio
» Motu Proprio "Universae Ecclesiae"
» La Porte de la Foi Lettre apostolique en forme de Motu Proprio par laquelle est promulguée l'année de la foi Par Benoît XVI
» BENOIT XVI PUBLIE UN MOTU PROPRIO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: