DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Méditation Pierre Valdès n° 180: L'Esprit de Vérité.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jehan



Masculin Messages : 659
Inscription : 11/10/2006

MessageSujet: Méditation Pierre Valdès n° 180: L'Esprit de Vérité.   Sam 26 Avr 2008, 19:24

Citation :
À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Si vous m’aimez, vous resterez fidèles à mes commandements. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : c’est l’Esprit de vérité. Le monde est incapable de le recevoir, parce qu’il ne le voit pas et ne le connaît pas ; mais vous, vous le connaissez, parce qu’il demeure auprès de vous, et qu’il est en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous. D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi. En ce jour-là, vous reconnaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous. Celui qui a reçu mes commandements et y reste fidèle, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. »
(Jn. 14, 15-21)

Dans la pensée de Jean, un esprit d’erreurs et de mensonges pénètre et domine le monde : c’est pourquoi le monde n’accueille pas le Christ, lui qui est la Vérité. C’est pourquoi à chaque fois que l’évangile est proposé, cet esprit de mensonge secrète des « anticorps » dont le but est de neutraliser la puissance de Vérité du Christ, en travestissant son message, en cherchant à le tourner au ridicule, en voulant cacher son originalité et son caractère unique. En le niant et en le trouvant insultant pour les autres croyances, comme si la lumière de la vérité ne devait pas être mise sur son support pour éclairer l’humanité. Mais le Christ a promis à ses disciples la venue d’un Défenseur, un Esprit de force sur lequel le père du mensonge malgré tous ses efforts se cassera toujours les dents : l’Esprit Saint. Le véritable disciple du Christ pourra toujours compter sur cet Esprit Saint pour le maintenir dans le bon cap, lui inspirer les paroles qu’il faut contre ceux qui le persécutent ou cherchent à le ridiculiser ou le neutraliser. Comme le prophétisait Isaïe au sujet du Messie:

« Sur lui reposera l’Esprit du Seigneur
- esprit de sagesse et d’intelligence,
- esprit de conseil et de force,
- esprit de connaissance et de crainte du Seigneur ».(Is. 11)

C’est l’Esprit Saint qui permet à chaque disciple d’emplir son âme de Dieu, de passer progressivement de l’ignorance et de la peur à la connaissance et à l’assurance du témoin du Ressuscité. C’est l’Esprit Saint qui permet de discerner le vrai du faux, de faire la part des choses entre les apparences trompeuses de sagesse dont le monde aime revêtir les innombrables illusions qu’il secrète et l’authentique Sagesse, celle qui amène à la pleine Vérité de Jésus Christ .
L’Esprit Saint est-il réservé aux seuls baptisés ? Non, puisqu’il souffle où il veut, et donc les sagesses acquises parmi les disciples de certaines grandes religions ou traditions multimillénaires sont certainement de son émanation. Mais ces sagesses, si belles puissent-elles être par ailleurs, sont incomplètes tant qu’elles ne sont pas illuminées par le Christ.
Et même quand elles considèrent le Christ comme un grand sage ou un puissant prophète (par exemple dans l’Islam), elles ont besoin de se convertir encore en se laissant pleinement éclairer par le Message du Fils de Dieu.
La religion juive elle-même, bien que ce soit par elle que la venue du Messie ait été rendu possible, restera incomplète tant qu’elle ne reconnaitra en Jésus ce Messie annoncé par les prophètes.
Le chrétien ne doit pas être dans l’orgueil de celui qui est dans la vérité et dans l'intelligence des initiés, car quel que soit son avancement spirituel, il lui reste bien plus de chemin à gravir qu’il n’a pu déjà le faire. Et de toute façon, ce n’est pas redevable à lui, mais à la seule grâce de Dieu qu’il n’a fait que recevoir. Le chrétien doit apprécier à son infinie valeur le fait de connaître le Christ et de vivre de son évangile ; cependant cette connaissance même ne doit pas l’amener à se rengorger, mais au contraire à respecter et à apprécier le cheminement proposé par les autres religions.
En même temps, il doit être capable de témoigner simplement ce qui fait la richesse du message de Jésus, ce en quoi celui-ci n’a pas été seulement un éminent gourou, un chamane instruit ou un grand prophète comme il peut y en avoir dans les autres religions, mais en quoi le Christ est l’alpha et l’oméga, celui qui récapitule tout, l’unique sauveur de l’humanité.
Quand le centurion romain vint implorer le Christ pour la guérison de son serviteur, sans doute croyait-il comme la plupart de ses compatriotes en Jupiter et aux autres dieux romains, mais il montra cependant assez de foi en Jésus pour que celui-ci soit admiratif et fasse remarquer à ceux qui assistaient à la scène : « En vérité, je vous le déclare, chez personne en Israël je n’ai trouvé une telle foi. » (Mt. 8, 10).
Même admiration de Jésus pour la foi de la Cananéenne, c’est-à-dire sans doute une polythéiste de Phénicie, qui vient lui demander la guérison de sa fille : « Femme, ta foi est grande ! Qu’il t’arrive comme tu veux ! » (Mt. 15, 28 )
A coté de cela, des gens imprégnés jusqu’à la corde par la pensée d’Israël, non seulement n’ont pas reconnu en lui le Messie tant attendu, mais ont cherché et obtenu sa mort.
Cette leçon doit être méditée soigneusement par nous autres chrétiens. Oui, bien sûr, nous connaissons et croyons au Maitre de la Vérité, mais nous pouvons passer complètement à coté de lui si nous ne parvenons pas à l’humilité qui permet de rendre notre foi active. Et par contre, ce musulman, ce juif, cet athée, brisés par un malheur et croisant Jésus au hasard d’un livre ou d’une rencontre, sauront peut-être trouver les mots et les gestes pour lui montrer qu’ils croient en sa puissance salvatrice et pour que leurs prières qui viennent du fin-fond de leurs cœurs soient exaucées. Et cela sera sans doute pour eux le début d’un long cheminement avec le Christ, cheminement qui leur fera remettre en cause leurs croyances antérieures et voir en quoi il leur manquait quelque chose d’essentiel. Peu à peu, ils se laisseront imprégner par l’Esprit-Saint et deviendront des disciples du Christ à part entière. On voit cela par exemple en Kabylie où de nombreux musulmans se tournent actuellement vers Jésus Christ, malgré toutes les persécutions et les oppositions que cela suscitent de la part de leurs frères restés musulmans.
On peut se demander par ailleurs pourquoi les générations actuelles de l’Occident dédaignent souvent le Christ pour se tourner vers l’athéisme ou vers d’autres croyances ou philosophies, l’Islam ou le bouddhisme par exemple. La réponse est dans ce passage déjà cité de Jean : «Celui qui a reçu mes commandements et y reste fidèle, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. » L’Occident a reçu ses commandements mais une partie non négligeable de lui n’y est pas resté fidèle, cela pour de multiples raisons mais qui se ramènent toutes à celle-ci : le manque d’amour pour le Christ en les pauvres que nous rencontrons. L’Occident est matériellement riche et sa spiritualité s’est peu à peu laissé étouffer par cette richesse. Comme le disait Jésus : « Il est plus facile à un chameau de passer dans le trou d’une aiguille qu’à un riche de rentrer dans le Royaume de Dieu. » (Mt. 19, 24).
L’embonpoint matérialiste de l’Occident l’empêche souvent de voir que le Royaume de Dieu est à coté de lui, dans les pauvres innombrables qui sont à sa porte et qui non seulement n’ont pas même droit à ses miettes, mais qui sont pillés des richesses qu’ils ont. Et comme tout est bon pour que cet égoïsme soit maintenu, pour cela il faut fuir le Christ et son message authentique, car ils remettent radicalement en cause ce matérialisme. Alors on fait tout pour l’oublier, on devient athée ou pour se donner l’impression de ne pas fuir toute recherche spirituelle, on se donne bonne conscience en s’initiant dans telle ou telle spiritualité, certes parfois respectable, mais bien loin de l’exigence évangélique. On se tourne vers des sectes comme la scientologie, vers les théories de pacotilles du New Age, vers des syncrétismes mélangeant tout et son contraire, vers des sectes qui empêchent de voir et d’aimer son frère, etc…
Je sais que ce que je dis là ne va pas plaire, mais ce n’est pas fait pour plaire. Quand Jésus disait ce qu’il a dit au sujet des riches, il ne cherchait pas à plaire, mais à mettre en garde.
Que sa mise en garde soit enfin comprise par l’Occident, c’est ce que tout chrétien de cette région du monde peut souhaiter dans sa prière :
« Seigneur, fais que le riche que je suis ne se laisse pas étouffer par sa richesse, mais que cette richesse soit mise au service des plus pauvres et que je reste ainsi un témoin de ton amour envers tous les hommes. Amen. »

Texte de l'Association Pierre Valdès. Rédacteur principal: Eric.
Revenir en haut Aller en bas
 
Méditation Pierre Valdès n° 180: L'Esprit de Vérité.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Méditation Pierre Valdès n° 180: L'Esprit de Vérité.
» Méditation Pierre Valdès: Les noces de Cana
» Méditation Pierre Valdès: La Visitation.
» Méditation Pierre Valdès: Le grand commandement.
» L'Esprit de Vérité.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: