DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le ministère diaconal, ministère ordonné.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Le ministère diaconal, ministère ordonné.   Mer 23 Avr 2008, 16:37

A mes frères diacres, évêques, prêtres, consacrés et fidèles laïcs,



Chers frères et sœurs,

Par cette méditation sur le ministère ordonné et plus particulièrement sur le ministère diaconal, en ce qu’il a de plus « mystique », je voudrai vous aider à découvrir en profondeur ce merveilleux don que le Christ fait à son Eglise.

Le ministre ordonné, porte en lui-même un mystère qui est « ordonné » au Christ et qui est un véritable don en or qui est offert et donné non seulement à l’Eglise, à tous les baptisés, mais aussi proposé à tous les hommes qui se trouvent en dehors de l’Eglise, qui n’ont pas encore découvert les mystères du Christ. Par le ministère or-donné, le Christ nous fait don de ce qu’il a de plus précieux à nous offrir, sa Vie donnée pour la multitude, qui vaut pour nous plus que tout l’or du monde, toutes les biens que nous trouvons dans le monde et que nous cherchons comme on cherche de l’or.

Le ministère ordonné, porte donc en lui-même ce don de Lui-même que Jésus fait à l’homme. Il porte en lui le mystère du Christ, la Vie que le Christ désire répandre en nous et qui reste pour nous mystérieuse, puisque c’est dans la foi que nous l’accueillons ; mystérieuse ou sens de « mystique », cachée à nos yeux. Au cœur du mot ministère que j’ai souligné pour faire le lien avec le « m-istère » du Christ, se trouve le mot « in », qui veut dire en anglais « dans ». C’est donc dans et par le ministère ordonné qui porte en lui-même ce don mystérieux que le Christ fait à l’humanité, sa propre Vie, que l’église en ce monde reçoit la Vie éternelle, que tout homme se voit offrir la Vie éternelle. D’où la nécessité pour l’église d’avoir des ministres ordonnés, d’appeler de la part du Christ, au ministère ordonné. Je suis moi-même ministre ordonné, diacre permanent.

J’entends souvent dire, par un grand nombre de diacres du diocèse au sein duquel j’exerce mon ministère, que le plus important pour un diacre n’est pas d’être présent dans le chœur, lorsque chaque dimanche, le mystère du Christ est célébré ; quand ce bien le plus précieux que le Christ nous fait dans le don de sa Vie est re-présenté à son Eglise pour l’enrichir toujours plus de cette Vie afin de la préparer à entrer dans la Vie pour toujours avec Lui.

Dans la paroisse du quartier où j’habite, il semble que les prêtres pensent la même chose, puisque cela fait 15 mois que j’assiste chaque dimanche à la célébration de l’eucharistie qu’ils célèbrent, sans m’avoir jamais inviter à servir à la table du Seigneur avec eux, bien que je les remercie toutefois de m’avoir invité à la table du presbytère pour leur traditionnel déjeuner du Jeudi Saint.

C’est donc à ces frères diacres qui pensent qu’il n’est pas important pour eux de monter dans le chœur le dimanche pour célébrer la sainte messe aux côtés de leur curé et à ces prêtres qui ne les encouragent pas, pensant la même chose, que cette méditation s’adresse d’abord, ainsi qu’à mes frères évêques à qui cela arrive parfois d’oublier le ministère diaconal. Je dis cela, parce que cela m’est arrivé il y a quelques années, lors de la célébration des obsèques d’un ami prêtre, d’être totalement oublié par l’évêque qui m’avait appelé au diaconat, me laissant participer à ces obsèques derrière le tabernacle, où j’avais réussi à trouver une petite place, alors que j’étais le seul diacre présent ; le service confié habituellement au diacre ayant été confié à un prêtre.

J’ai beaucoup souffert de cette mise à l’écart, dans cette dernière paroisse où le Seigneur a voulu que je pratique, d’autant plus que celle-ci a pour saint patron le diacre Saint Laurent. Je n’en veux pas aux prêtres qui ne m’ont jamais invités à servir comme diacre à la table du Seigneur durant ces quinze derniers mois, ni même à ceux qui dans ma précédente paroisse ont fait exactement la même chose. Ils sont persuadé avoir agit comme cela pour une bonne raison, qui est que je ne suis pas diacre du diocèse où j’habite ; que je n’ai reçu aucune mission de ce diocèse à la porte duquel j’ai frappé il y a maintenant quelques mois, pour qu’ils me face une petite place. Je remercie en passant le groupe des diacres de ce diocèse qu’il nous ont accueilli avec mon épouse, au sein de leur groupe et de leur rencontre, très fraternellement.

Mais revenons à cette méditation que je voulais livrer à ces frères diacres et prêtres qui pensent qu’il n’est pas important qu’un diacre monte au cœur le dimanche pour célébrer au côté du ou des prêtres, la sainte messe. Tout est grâce, écrivait Bernanos en terminant son « journal d’un curé de campagne ». Cet exil dans lequel on m’a placé n’a pas été vain et toutes les souffrances que j’ai offerte en les joignant aux souffrances du Christ s’offrant sur la Croix, je puis le dire aujourd’hui, ont été source de beaucoup de grâces dont je voulais faire profiter ces frères prêtres qui m’ont privés de la grâce de servir dans le chœur de leur paroisse.

Pourquoi est-il si important qu’un diacre monte au chœur le dimanche, pour célébrer aux côtés du prêtre, le sacrement de l’Eucharistie ?

Qu’est-ce que symbolise le « choeur » d’une église ? Le « coeur » de l’Eglise d’où jaillit la Vie de toute l’Eglise, ce cœur dans lequel Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus a voulu être « l’Amour » pour que cet Amour qui n’était plus d’après elle, recueilli, soit à nouveau accueilli et surtout redistribué, porté à tous. Thérèse aurait voulu parcourir le monde pour faire connaître et aimer cet Amour dont son cœur était consumé et dont elle voulait raviver la flamme dans le cœur de l’Eglise et qu’elle aurait aimé aller porter dans le monde entier en remplissant « toutes les vocations. »

L’Eglise, nous le savons, n’a pas d’autre cœur que celui qui lui a été donné par le Christ qui s’est livré pour elle. Monter au chœur, c’est donc s’approcher du Cœur du Christ d’où jaillit la Vie donnée à toute l’Eglise ; c’est entrer dans le Cœur du Christ par la porte qui s’est ouverte le jour où sur la croix, sont cœur fut transpercé par l’immense Amour qui le consumait de l’ardent désir de se répandre sur toutes les âmes. Entrer dans le Cœur du Christ, c’est entrer dans la Jérusalem Céleste où est célébrée la Liturgie des Noces de l’Agneau.

Monter au Chœur c’est donc pénétrer dans la célébration du mystère de la liturgie qui est célébré au Ciel. Le Pape Jean Paul II a décrit la messe comme « le Ciel sur la terre », en expliquant que ce que « nous célébrons à la messe, c’est une participation mystérieuse à la liturgie du Ciel. » Ce qui explique pourquoi nous devons revêtir pour monter au chœur célébrer l’Eucharistie, le vêtement blanc rappelant le vêtement dont son revêtus au ciel les anges et les saints et qui n’est autre que la sainteté dont le Christ les a revêtus en leur faisant don de sa Vie. On ne peut pas entrer au Ciel pour partager le repas du Seigneur, sans revêtir cette tenue de noce. Rappelez-vous la parabole des invités au festin donnée par Jésus (Matthieu 22, 11), ainsi que la parabole de l’enfant prodigue, que le père revêt de la plus belle robe, avant de lui mettre l’anneau au doigt, signe de son retour dans l’alliance avec son Père, dans la communion de Vie avec son Père et son frère (Luc 15, 22)

Pourquoi les ministres ordonnés revêtent-il cette robe, ainsi que les enfants qui montent au chœur pour les assister ? Parce qu’en montant au chœur, ils entrent « mystiquement » au ciel, d’une manière qui ne paraît pas, mais qui est bien réelle. Ils viennent offrir au Christ, la vie de tous les fidèles qui sont rassemblés à l’entrée du chœur et qui attendent qu’ils descendent leur apporter ce don en or, qui vaut plus que tout l’or du monde, dont ils sont par leur ministère, porteur.

On ne peut entrer au ciel sans être revêtus de la sainteté et comme ils ne sont pas encore totalement saints, ils se revêtent de celui qui les rends, pour l’exercice de ce ministère, digne d’entrer au ciel, le temps de célébrer avec tous les saints et tous les anges, la liturgie du ciel. Ils peuvent alors s’approcher de l’autel céleste, où ils portent l’offrande que les fidèles font de leur vie, et qui est symbolisé par le pain et le vin qu’ils apportent en procession, qui symbolisant eux-mêmes le fruit de leur travail.

Pourquoi il est important que le prêtre que le prêtre soit accompagné des diacres, lorsqu’ils montent au chœur, lorsqu’ils entrent dans le Cœur de l’Eglise, le Cœur du Christ, le Ciel pour déposer sur l’autel céleste, l’offrande des fidèles ?

Par ce que le diacre reçoit du Christ une mission « particulière » qui n’est pas celle du prêtre et qui prend sa source, comme celle du prêtre, dans la célébration de ce grand mystère qu’est le mystère eucharistique, qu’est le Litugie Céleste.

Pour le comprendre, il faut s’appuyer sur ce que le diacre reçoit lorsqu’il repart en mission, là où l’envoie l’Eglise, à l’extérieur de l’Eglise, au milieu du monde, sur son lieu de vie, son milieu familial ( sa famille et les familles qui l’entourent), son milieu professionnel. Que reçoit-il ?

La « coupe » avec le Vin Nouveau, qu’il présent au Père, avec le prêtre au moment de l’élévation. C’est lui qui la présente parce que c’est lui qui va la recevoir pour la porter jusqu’à l’extérieur de l’Eglise, en traversant les fidèles présent à l’intérieur de l’Eglise et qu’il abreuvera au passage. Voilà pourquoi c’est lui, lorsqu’il y a communion au précieux sang, qui en premier présente cette coupe au fidèles.

Que fait le diacre après avoir présenté cette coupe aux fidèles ou après que les prêtres aient bus à cette coupe, si celle –ci n’est pas présentée aux fidèles ? Il boit ce qu’il reste dans la coupe, avant de la purifier. Quand seul les prêtres communient, il attends et boit ce qui reste, quand les prêtres lui en laisse ; il m’est en effet arrivé qu’il ne reste plus de vin, les prêtes passés avant moi, ayant tout bu.

Ce geste de « terminer la coupe » est très important, à mon sens, pour comprendre pourquoi le diacre se doit de monter chaque dimanche au Chœur avec les prêtres. C’est parce que le Christ l’a choisit pour emporter avec lui le reste de Vin Nouveau, pour l’emporter auprès de tous ceux qui sont loin de l’Eglise ; tous ceux qui ne s’approchent pas de cette source d’Eau Vie qui jaillit du Chœur de l’Eglise, du Cœur du Christ, puisque le Cœur de l’Eglise c’est le Cœur du Christ.

La Charité que les diacres sont appelés à redistribuer là où ils sont envoyés, pour que soit manifesté la Charité de l’Eglise, l’Amour de l’Eglise et de son Epoux le Christ, ils la reçoivent des mains du Christ, dans le Cœur de l’Eglise, dans le Paradis où ils entrent avec le prêtre ou bien évidemment l’évêque lorsqu’il est présent.

Les diacres ne peuvent pas exercer leur ministère, ne peuvent pas porter ce qui leur est confié dans leur ministère, le mystère du Christ, le don mystérieux du Christ, de sa Vie à tous les hommes, s’ils ne montent pas chaque dimanche au Chœur de l’église et n’entre pas dans le cœur de l’Eglise, pour accéder au Christ de qui ils reçoivent le ministère, la mission qu’il leur est confié par l’Eglise.

Lorsqu’on est diacre, il ne s’agit pas de donner là où Dieu nous a placé, de faire don aux hommes de notre amitié, mais de leur faire don de l’Amour du Christ ; de cet Amour que le Christ désire répandre dans le cœur de tous les hommes par le don du St Esprit, et que les diacres reçoivent en leur cœur pour le distribuer à l’extérieur de l’Eglise à tous ceux qui n’ont pas encore découvert ce don.

Voilà pourquoi les diacres boivent le vin nouveau qui reste dans leur cœur. Leur cœur devient la coupe dans laquelle le Christ verse le Vin Nouveau qui reste, pour le porter au monde. Le cœur devient, si je peux le dire ainsi, « le tabernacle » du St Esprit. Car le Vin Nouveau qu’ils emportent avec eux, c’est le don de l’Esprit Saint portant en Lui-même la Charité qu’il désire répandre dans le cœur des hommes. Comment, mes frères diacres, pouvez-vous faire don aux hommes qui sont loin de l’Eglise, de ce merveilleux vin clairet, pour qu’ils puissent y goûter et que cela leur donne envie de trouver les caves où ils pourront en trouver en abondance, dans la Vigne du Seigneur, si vous ne remplissez pas votre cœur, de ce Vin que le Christ chaque Dimanche vous envoie porter ?

Le fait que vous l’avaliez, que vous le digériez a aussi un sens caché, mystique. Ce petit vin clairet, il vous appartient non pas de le faire boire, mais de le faire goûter, de le faire « humer », pour qu’il éveille les sens (ou l’essence où l’âme) de vos frères, qui sur terre, dans leur quête du bonheur, sont à la recherche de sens à donner à leur vie qu’ils cherchent dans la malheureuse possession des biens de ce monde. Pour le faire humer, il faut que ce petit vin clairet dont votre cœur a été rempli par le Christ, exhale le parfum de l’Amour qu’il renferme, de l’Amour que le Christ a pour chacun d’eux.

C’est ainsi que vous pourrez commencer à les é-clairet sur l’Amour du Christ, à leur faire goûter à cet Amour que le Christ leur réserve, la Charité, et que le Christ a cacher en vous, pour que l’Esprit du Christ, qui est ce Vin en personne, puisse s’approcher discrètement d’eux sans les effrayer, sans même qu’ils sachent qu’ils sont approchés. Voilà pourquoi, nous sommes appelés à sentir bon le Christ, à sentir bon l’Amour. Voilà pourquoi cet bonne odeur du Christ doit déborder de notre propre cœur pour transparaître dans tout ce que nous faisons ; dans tous les services que nous rendons à notre prochain.

Il est évident que tous les baptisés sont appelés à exaler cette bonne odeur du Christ, de l’Amour qui les habite et les fait vivre. La mission particulière des diacres, est d’être auprès de tous ceux qui sont loin de l’Eglise, qui rencontrent peu de chrétien, d’être des diffuseurs de ce parfum précieux de l’Amour. L’important n’est pas le service que nous rendons à tous ces frères, en les visitant, mais le parfum que notre cœur dégage, lorsque nous leur rendons ces services. Les prêtres bien évidemment, comme les évêques, sont appelés eux aussi à répandre ce parfum ; eux c’est plutôt à l’intèrieur de la famille des chrétiens qu’ils ont mission de l’exaler, lorsqu’ils accueillent les fidèles qui viennent les rencontrer pour demander des services ; lorsqu’ils visitent les paroissiens malades, etc ….

Comment un diacre dont le ministère est d’exaler ce parfum, peut-il exercer son ministère s’il se contente de donner ce qu’il a reçu pour lui-même, en ne faisant qu’assister comme simple fidèle à la célébration de l’Eucharistie, alors que sa mission est de porter à tous ses frères, ce que le Christ mystiquement veut lui confier par les mains du prêtres qui au Chœur le rend présent. Là encore, il est bon que le diacre n’attrape pas lui-même la coupe sur l’autel, mais que plutôt il l’a reçoive du prêtre où de l’évêque.

Voilà, je m’arrête là. Je demande à mes frères diacres et à mes frères prêtres que je visais par ce message, de me pardonner mon audace ; en espérant ne pas les avoir blessés par mes propos. Je demande pardon au Seigneur pour la pauvreté du rendu de ce grand mystère dont j’ai, avec mes pauvres mots, essayé de témoigner par ce message.

Je vous aime tous dans le Christ Jésus.

Pierre

Diacre là où finis la terre, là où on a qu’un Père.



Dernière édition par petero le Mer 23 Avr 2008, 20:25, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le ministère diaconal, ministère ordonné.   Mer 23 Avr 2008, 16:39

Petero bonjour, tu peux mettre en plus gros caractères ? Merci
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le ministère diaconal, ministère ordonné.   Mer 23 Avr 2008, 18:13

cathe a écrit:
Petero bonjour, tu peux mettre en plus gros caractères ? Merci

Je m'associe Cher Petero à la demande de Cathe, c'est difficile à lire.

Je comprends d'après ce que j'ai lu que tu souffres beaucoup de cet état de choses et j'espère que tu seras bientôt invité à l'autel du Seigneur car là est ta place.

Fraternellement,

Eloïse
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Le ministère diaconal, ministère ordonné.   Mer 23 Avr 2008, 18:21

Eloïse a écrit:
cathe a écrit:
Petero bonjour, tu peux mettre en plus gros caractères ? Merci

Je m'associe Cher Petero à la demande de Cathe, c'est difficile à lire.

Je comprends d'après ce que j'ai lu que tu souffres beaucoup de cet état de choses et j'espère que tu seras bientôt invité à l'autel du Seigneur car là est ta place.

Fraternellement,

Eloïse

Chère Eloïse,

C'est fait, j'ai mis en plus gros caractère.

C'est pas ma souffrance qui est à comprendre. Elle n'est pas importante à côté de ce que le Christ, par le ministère ordonné et plus particulièrement dans le ministère diaconal désire donner à son Eglise. Même si je devais rester encore longtemps éloigné de la table de l'Eucharistie où tout diacre doit remplir son ministère, comme ministre de l'Eucharistie et de la Charité, l'important pour moi, c'est que mes frères diacres qui eux s'ils le veulent, peuvent monter au choeur, comprennent combien il est essentiel pour eux, pour l'Eglise et pour le monde, qu'ils y montent chaque dimanche.

C'est dans la célébration de ce grand mystère, que prends sens leur ministère particulier. Ils ne doivent donc pas s'en éloigner sous aucun prétexte, comme on ne devrait pas les en éloigner.

Fraternellement

Petero
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Le ministère diaconal, ministère ordonné.   Mer 23 Avr 2008, 18:23

Ce que je vous demande, c'est de l'imprimer, et de le passer à vos prêtres et diacres que vous connaissez dans vos paroisses.

Fraternellement

Petero
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le ministère diaconal, ministère ordonné.   Mer 23 Avr 2008, 18:28

Cher Petero,

Merci.

je vais bien sûr l'imprimer et aussi le lire et le décortiquer car je vois que ce texte est très intéressant et ferai passer.

Permets moi de te dire quand même que je t'admire de réagir de la sorte, tu ne penses pas à toi mais à tes frères.

Que le Seigneur te bénisse,

Fraternellement,

Eloïse
Revenir en haut Aller en bas
 
Le ministère diaconal, ministère ordonné.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le ministère diaconal, ministère ordonné.
» répertoire des métiers du Ministère
» Le ministère offre des livres aux élèves de CM1
» Le ministère de la sainte communion -
» Détachement pour enseigner au Ministère de la Défense

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: