DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'acte sexuel dans l'état de grâce originel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Sam 29 Mar 2008, 14:03

Ils découvrirent qu'ils étaient nus ! C'est une conclusion !

Quand on est sous la douche ou dans le bain, l'acte que nous pratiquons est celui de la toilette. Nous sommes nus.

Encore une fois, il est bon de rappeler que le péché originel n'est pas d'ordre charnel, et n'est pas d'ordre spirituel.

Encore une fois, plaçons-nous du côté de Dieu, de sa grande miséricorde. Entrons et travaillons dans la Parole de Dieu et non la nôtre.

Ils ont mangé le fruit, ils entendent le pas de Dieu dans le jardin, ils se cachent. C'est le grand silence que la question de Dieu brise, par : 'Où es-tu ?'

Et la grande réponse d'Adam : 'J'ai entenu ton pas dans le jardin, j'ai eu peur parce que je suis nu et je me suis caché'.

Qu'exprime cette réponse d'Adam ?

Qu'il est nu, cela il le sait. Qu'il se soit caché, cela il le sait. Ce qu'il exprime tout en la noyant dans sa réponse : c'est la peur. Dieu, va l'amener à confesser avoir mangé le fruit de l'arbre du milieu du jardin. Et cette confession est vraie, puisque Eve lui a donné ce fruit. Et cette confession est simultanément fausse, parce qu'il ne dit pas l'avoir accepté, ce fruit. Jusque là, rien de grave. La gravité, c'est la transformation de l'action de grâce qu'Adam avait rendue à Dieu à propos d'Eve : 'C'est la chair de ma chair, c'est l'os de mes os'. Cette première bénédiction de l'homme devient une malédiction envers Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Olivier JC



Messages : 2123
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Dim 30 Mar 2008, 10:23

Louis a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:

Le plaisir peut être un MOYEN. Vous n'êtes pas obligé d'en fait LE BUT ULTIME !

A bon? ya des gens qui copulent dans un but précis?? ah oui, coloniser la planète, comme disait Jean-Yves ci-dessus! Laughing

En tout cas, au niveau du moyen, yen a pas d'autre. Si l'homme n'a pas de désir, il n'a pas d'érection, donc pas d'acte possible.

Sur ce point, vous pourriez (re)lire et méditer la première partie de Deus Caritas Est. C'est le coeur du sujet : le rapport entre eros et agapè.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves Tarrade



Messages : 3598
Inscription : 15/03/2006

MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Lun 31 Mar 2008, 07:31

Je ne suis pas l'auteur de ce fil !


Je ne lance pas des fils X moâ !!!
Revenir en haut Aller en bas
Louis



Masculin Messages : 6127
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Lun 31 Mar 2008, 10:10

Hier matin dans l'émission religieuse à la télé, il y avait un reportage de catholiques aux USA. Une famille avec 7 ou 8 enfants qui militent avec leurs enfants et manifestent devant les hopitaux contre l'avortement.

La mère disait :
Les catholiques doivent faire de nombreux enfants, comme ça nous serons majoritaires pour faire voter des lois.

Voilà un exemple concret de désir de procréer dans un but politique!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Lun 31 Mar 2008, 10:30

Il m'étonnerait que ce soit leur but ULTIME.

De même dans l'acte conjugal. Nul ne nie aimer le plaisir.

Mais ce plaisir doit être volontairement un MOYEN, en vue d'exprimer l'amour de son conjoint, dans l'ouverture à la vie.

Que les gens aient du mal avec cela, c'est un fait.

Il n'empêche que c'est l'idéal vers lequel doit tendre l'intention.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Lun 31 Mar 2008, 19:24

Mettre le but de sa vie dans le plaisir, voici ce que signifie vivre selon la chair.

Mais celui qui ordonne ce plaisir comme un moyen au service de la finalité voulue par Dieu dans la création de l'homme et la femme, celui vit selon l'esprit.

Il se peut que vous n'y arriviez pas et que vous n'ayez connu du plaisir que l'égoïsme. Ceci explique sans doute votre rejet total d'une partie de l'être créé par Dieu.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Lun 31 Mar 2008, 19:37

Si, si les plaisirs se soumettent à la loi divine, puisque l'union des corps charnels est prévue par le créateur.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Lun 31 Mar 2008, 20:14

cathe a écrit:
Si, si les plaisirs se soumettent à la loi divine, puisque l'union des corps charnels est prévue par le créateur.

Et c'est aussi pourquoi, après la mort, nous retrouverons notre corps. Nous pourrons nous toucher et nous vivrons dans un vrai monde physique. Il y aura des plaisir physique.

Mais, tandis qu'en enfer,n beaucoup les chercheront désespérément comme un BUT, au paradis, tout sera ordonné à l'amour de Dieu et du prochain. Tout louera Dieu.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Lun 31 Mar 2008, 21:33

L'immaculée conception, pour vous, c'est une conception sans acte sexuel ?

Et la concone conception c'est la conception avec l'acte sexuel.

Vraiment, vous êtes disciple de Mani. C'est exactement sa théologie, reprise ensuite par les Albigeois.

Pour l'Eglise Catholique, l'immaculée conception signifie la présence totale de Dieu dès l'instant de la conception dans l'âme que Dieu crée.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Toniov



Masculin Messages : 1936
Inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Lun 31 Mar 2008, 21:51

Arnaud Dumouch a écrit:
cathe a écrit:
Si, si les plaisirs se soumettent à la loi divine, puisque l'union des corps charnels est prévue par le créateur.

Et c'est aussi pourquoi, après la mort, nous retrouverons notre corps. Nous pourrons nous toucher et nous vivrons dans un vrai monde physique. Il y aura des plaisir physique.

Mais, tandis qu'en enfer,n beaucoup les chercheront désespérément comme un BUT, au paradis, tout sera ordonné à l'amour de Dieu et du prochain. Tout louera Dieu.

Oui Arnaud, c'est possible...puisque tout est possible.
Mais certains etres humains ( parmi les " connus ", par exemple, l'abbé Pierre, Gandhi, Mère Thérésa...et beaucoup d'autres ) n'ont pas attendu APRES la mort, il ont préféré se concentrer sur l'AVANT...
C'est beaucoup plus difficile " avant ", parceque tout ne nous est pas donné ( comme au paradis ).
C'est pour cela que je trouve également que c'est plus méritable...
Ces personnages sont des exemples pour moi.

Pour notre monde ( qui n'est pas si mal quand meme ), nous ne parlons que de souffrance, expiation, péché...
Je préfère le regarder avec les memes mots que vous avez utilisés pour le paradis: " Nous vivrons dans un vrai monde physique, il y aura du plaisir physique ( Nicolianor: :gna: ... ), tout sera ordonné à l'amour de dIeu et du prochain ".
alien
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Lun 31 Mar 2008, 21:53

Nicolianor. Marie est issue d'un homme et d'une femme : Joackim et Anne, leur union a donné Marie.
Revenir en haut Aller en bas
Novalis
Modérateur


Masculin Messages : 686
Inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Lun 31 Mar 2008, 22:48

Loué soit le Seigneur, le saint et bon Créateur, pour la pureté qu'il rend à chacun de nos actes. Ce soir, je Lui rends particulièrement grâce pour la pureté qu'Il rend à l'acte sexuel dans le sacrement du mariage, où le plaisir charnel est, par la volonté de Dieu, le privilège sacré et bienfaisant de l'union des époux. Grâce soit rendue à Dieu pour le sacrement du mariage.
Revenir en haut Aller en bas
http://reflexion-contemporaine.over-blog.net/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Lun 31 Mar 2008, 22:49

AMEN !
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Sam 12 Avr 2008, 18:11

Ce que dit saint Thomas de cette question.

En rouge, vous remarquerez en rouge qu'un docteur de l'Eglise (saint Thomas) traite l'opinion d'un autre docteur de l'Eglise (saint jean Dalmascène) de déraisonnable. Ceci pour que nicolianor perde à jamaois son opinion sur l'infaillibilité des Docteurs de l'Eglise:


Citation :
ARTICLE 2: La génération se
serait-elle faite, dans l'état d'innocence, par union charnelle?








Objections:


1. Selon S. Jean Damascène, le premier homme au Paradis terrestre était
" comme un ange ". Mais dans l'état que nous aurons à la résurrection,
quand les hommes seront semblables aux anges, " on ne prendra ni femme ni
mari " (Mt 22, 30). Par conséquent dans le Paradis non plus il n'y aurait
pas eu génération par union charnelle.


2. Les premiers êtres humains furent créés à l'âge adulte. Par conséquent
si pour eux la génération avait eu lieu par union chamelle avant le péché, il y
aurait eu entre eux union des sexes même au Paradis. Or l'Écriture montre bien
que cela est faux.


3. C'est dans l'union charnelle que l'homme devient le plus semblable aux
bêtes à cause de la véhémence du plaisir, et c'est pourquoi on fait l'éloge de
la continence par laquelle les hommes s'abstiennent de plaisirs de ce genre.
Mais si l'homme est comparé aux bêtes, c'est à cause du péché, selon la parole
du Psaume (49, 21): "L'homme ne comprit pas quel était son honneur, il
ressembla au bétail qu'on abat et lui devint pareil. " Par conséquent il
n'y aurait pas eu d'union charnelle de l'homme et de la femme avant le péché.


4. Dans l'état d'innocence il n'y aurait pas eu de corruption. Mais par
l'union charnelle il y a corruption de l'intégrité virginale. Par conséquent il
n'y aurait pas eu d'union des sexes dans l'état d'innocence.


En sens contraire :


1.
C'est avant le péché que Dieu créa l'homme et la femme, comme il est dit dans
la Genèse (1, 27 et 2, 22). Or rien n'existe sans raison dans les oeuvres de
Dieu. Donc, même si l'homme n'avait pas péché, il y aurait eu union charnelle, ce
qui est le but de la distinction des sexes.


2. En Genèse (2, 18), il est dit que la femme fut faite pour aider
l'homme. Mais cette aide n'est destinée à rien d'autre qu'à la génération, laquelle
se fait par union charnelle, car, pour toute autre activité, l'homme pouvait
trouver une aide plus adaptée chez un autre homme que chez la femme. Donc, dans
l'état d'innocence, la génération se serait faite par union charnelle.


Conclusion:


Certains,
parmi les anciens Pères, considérant la laideur de la convoitise qui accompagne
l'union charnelle dans notre état présent, ont soutenu que dans l'état
d'innocence la génération ne se serait pas faite par union des sexes.
Ainsi S.
Grégoire de Nysse dit que dans le Paradis le genre humain se serait multiplié
d'une autre façon, comme se sont multipliés les anges, sans commerce charnel, par
l'opération de la puissance divine. Et il dit que Dieu avait créé l'homme et la
femme avant le péché, en pensant au mode de génération qui allait exister après
le péché, péché que Dieu connaissait à l'avance.


Mais
cette opinion n'est pas raisonnable.
En effet, les choses qui sont naturelles à
l'homme ne lui sont ni retirées ni accordées par le péché. Or il est clair que
si nous considérons dans l'homme la vie animale qu'il avait même avant le péché,
comme nous venons de le dire, il lui est naturel d'engendrer par union
charnelle,
tout comme aux autres animaux parfaits. C'est ce que manifestent les
membres naturels destinés à cet usage. Et c'est pourquoi il ne faut pas dire
qu'avant le péché ces membres naturels n'auraient pas eu leur usage comme les
autres membres.


Il
y a donc deux choses à considérer dans l'union charnelle par rapport à l'état
actuel. Premièrement, ce qui relève de la nature: la conjonction du mâle et de
la femelle pour engendrer. Car en toute génération, il faut une vertu active et
une vertu passive. Par suite, étant donné qu'en tous les êtres chez lesquels il
y a distinction des sexes la vertu active se trouve dans le mâle et la vertu
passive dans la femelle, l'ordre de la nature exige que pour engendrer il y ait
union charnelle du mâle et de la femelle. On peut considérer un autre point, qui
est une certaine difformité de la convoitise immodérée. Celle-ci n'aurait pas
existé dans l'état d'innocence, quand les facultés inférieures étaient
totalement soumises à la raison. Aussi S. Augustin dit: "Gardons-nous de
penser que la génération n'aurait pu avoir lieu sans la maladie de la
sensualité. Ces membres-là auraient obéi comme les autres, au gré de la volonté,
sans l'aiguillon d'une passion séductrice, dans la tranquillité de l'âme et du
corps. "


Solutions:


1. Dans le Paradis l'homme aurait été comme un ange pour ce qui est de
l'âme spirituelle, tout en ayant une vie animale selon son corps. Tandis que, après
la résurrection, l'homme sera semblable à l'ange, étant devenu spirituel à la
fois dans son âme et dans son corps. Aussi ne peut-on appliquer le même
raisonnement à ces deux états.


2. Si nos premiers parents n'eurent pas de commerce charnel au Paradis, c'est,
dit S. Augustin, parce qu'ils furent chassés du Paradis pour leur péché peu
après la formation de la femme; ou bien parce qu'ils attendirent que l'autorité
divine leur fixât un temps pour cela, n'ayant reçu jusqu'alors à ce sujet
qu'une prescription générale. 3. Les bêtes n'ont pas la raison. Aussi l'homme
devient-il bestial dans l'union charnelle en tant qu'il n'est pas capable de
régler par la raison le plaisir de l'union charnelle et le bouillonnement de la
convoitise. Mais, dans l'état d'innocence, il n'y aurait rien eu dans ce
domaine qui n'eût été réglé par la raison; non pas, comme le disent certains, que
le plaisir sensible eût été moindre. Car le plaisir sensible eût été d'autant
plus grand que la nature était plus pure et le corps plus délicat. Mais
l'appétit concupiscible ne se serait pas élevé avec un tel désordre au-dessus
du plaisir réglé par la raison. Car celle-ci n'est pas chargée de diminuer le
plaisir sensible, mais d'empêcher l'appétit concupiscible de s'attacher
immodérément au plaisir. Et je dis " immodérément " par rapport à la
mesure de la raison. C'est ainsi que l'homme sobre ne trouve pas moins de
plaisir que le glouton dans la nourriture qu'il prend avec mesure, mais son
appétit concupiscible se repose moins dans ce genre de plaisir. C'est bien ce
que suggèrent les paroles de S. Augustin: elles n'excluent pas de l'état
d'innocence l'intensité du plaisir, mais l'ardeur de la convoitise et
l'agitation de l'âme. C'est pourquoi la continence n'eût pas mérité d'éloges
dans l'état d'innocence, et si elle en mérite dans le temps actuel, ce n'est
pas parce qu'elle restreint la fécondité, mais parce qu’elle écarte la
convoitise désordonnée. Mais alors il y aurait eu fécondité sans convoitise.


4. Selon S. Augustin: en cet état, " le commerce charnel n'eût
corrompu d'aucune façon l'intégrité de la femme...; en effet l'introduction de
la semence virile dans le sein de la femme n'aurait pas davantage porté
atteinte à l'intégrité de l'épouse que maintenant le flux menstruel à
l'intégrité de la vierge... De même que pour l'enfantement, ce ne sont pas les
gémissements de la douleur, mais la poussée de la maturité qui aurait dilaté
les entrailles de la femme, de même, pour la conception, ce ne sont pas les
convoitises de la volupté mais le libre emploi de la volonté qui aurait uni
l'une et l'autre nature ".

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Jean-Yves Tarrade



Masculin Messages : 3598
Inscription : 15/03/2006

MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Sam 12 Avr 2008, 18:17

Et voici ce qu'en dit Jean-Paul II :


Citation :
La sexualité selon Jean-Paul II
de Yves Semen


http://www.observatoiredesreligions.fr/spip.php?article99

Pour Yves Semen, la réalité est tout autre : fidèle à l’Incarnation du Verbe de Dieu, Jean-Paul II a conçu une véritable « théologie du corps » où apparaît un sexe d’ « essence divine ». Le premier pape slave de l’Histoire a ainsi fabriqué une « bombe à retardement théologique qui pourrait exploser avec des effets spectaculaires, au cours du troisième millénaire de l’Eglise ». La confection de cet engin avait commencé lorsque l’abbé Karol Wojtyla préparait au mariage les couples de sa paroisse à Cracovie en 1950. Elle a été poursuivie au cours des 130 audiences que le pape a consacrées à ce sujet de 1979 à 1984 . La « révolution wojtylienne », prédit notre auteur, sera à la sexualité ce que la révolution copernicienne a été à l’astronomie : « un retournement complet de perspective ». Diable !

En fait de révolution, Jean-Paul II retourne à la Genèse, suivant en cela la pédagogie de Jésus lui-même (Matthieu, 19, 3-9). A lire le récit de la Création, il apparaît en effet que la différence sexuelle est énoncée juste après que l’humanité ait été façonnée à l’image de Dieu. Les organes de la sexualité sont donc à prendre du côté de la ressemblance de Dieu et non pas du côté de l’animal. La communion charnelle est à l’image de la communion divine du Père, du Fils et du Saint-Esprit ; le mariage est icône de la Trinité. « Ceci va même peut-être jusqu’à constituer l’aspect théologique le plus profond de tout ce qui peut être dit sur l’homme », écrit Jean-Paul II.

Autrement dit, la différence sexuelle est somatique, mais aussi psychologique, affective spirituelle. Constitutive de la personne, elle la définit de manière essentielle. Jean-Paul II s’inscrit en faux contre l’idéologie du « genre », tellement à la mode, qui voudrait que le sexe soit un attribut accidentel de la personne, une réalité biologique secondaire et même superficielle, homme et femme n’étant plus que produits de la culture.
« Or, tous deux étaient nus, l’homme et sa femme, et ils n’avaient pas de honte l’un devant l’autre » (Genèse, 2, 25). Les signes corporels de la sexualité, commente M. Semen, étaient vus et même contemplés dans la finalité qui est la leur, à savoir de permettre l’expression de la communion des personnes. L’exclamation jubilatoire d’Adam devant Eve (« Os de mes os, chair de ma chair ») est le prototype du Cantique des Cantiques, chant d’amour sacré et sexuel – sacré, car ce n’est pas un poème laïque, sexuel, sinon il tombe dans l’allégorie.
Dès lors, l’union charnelle ne peut avoir pour unique objectif la procréation. Jean-Paul II s’insurge contre l’utilitarisme procréatif, car ce serait se servir de l’autre comme d’un instrument. Ce qui est premier, c’est la communion. La procréation est seconde, car elle est le fruit de la communion.

Tout irait pour le mieux dans le meilleur des Paradis si Adam et Eve n’avaient commis le péché originel. « Alors leurs yeux à tous deux s’ouvrirent et ils virent qu’ils étaient nus. Ils cousirent des feuilles de figuier et s’en firent des pagnes » (Genèse, 3, 6-7). Ici encore, le célèbre texte doit être relu au plus près. Le tout premier effet du péché, c’est que nos premiers parents cherchent à cacher leur nudité, avant même qu’ils ne cherchent à se cacher devant Dieu. Cette gêne subite confirme, pour Jean-Paul II, qu’est rompue la capacité originelle qu’ils avaient de communiquer avant la Chute. Comme si la sexualité était devenue un obstacle dans les relations entre homme et femme. Pécheurs, ils ne voient plus leur sexe qu’en référence à la sexualité animale qui, elle, est seulement reproductive. D’où la gêne qui les conduit à en camoufler les signes. D’où aussi le surgissement immédiat dans leur conscience qu’ils sont susceptibles de devenir pour l’autre un simple objet de plaisir, de procréation, d’appropriation ; d’être réduits à la condition de moyens, de devenir la proie d’un « regard pour le désir » (Matthieu, 5, 27-28 ) ; bref d’être chosifiés.

Mais le péché originel ne se comprend pas sans la Rédemption. Dans cette perspective, l’union des époux doit être vue non plus comme une concession à la faiblesse de la chair ou aux exigences de la procréation, un remède à la concupiscence, une excuse pour le commerce sexuel, ainsi que l’a enseigné une certaine tradition catholique, mais bien au contraire comme « une sorte de propédeutique* de communion à Dieu » - pour retrouver la sainteté perdue du sexe. Les époux chrétiens doivent être les « prophètes du langage du corps ».

Cela n’impose pas, écrit M. Semen, la nécessité, qu’il y ait possibilité de procréation pour rendre légitime l’acte sexuel, mais cela interdit – « au regard des exigences de la vérité de l’amour et du don authentique des époux dans cet acte » – de dissocier volontairement et artificiellement l’union et la procréation. Même la méthode dite des températures ne trouve pas grâce aux yeux du Saint Père lorsqu’elle relève d’une « mentalité contraceptive », c’est-à-dire lorsqu’on la choisit à cause d’avantages techniques que présenterait cette méthode par rapport à la contraception chimique ou mécanique (efficacité, écologie, confort, économie…) et dans un refus déterminé de l’acte conjugal à la vie. Résumons : le pape ne lâche rien. Comme le dit l’auteur, il s’agit d’un « cadre d’attendus nouveau à la position classique de l’Eglise ». M. Semen reconnaît volontiers que l’encyclique de 1968 de Paul VI (Huamane vitae) sur la question a provoqué un véritable cataclysme. Il regrette que les conceptions wojtyliennes ne soient pas arrivées assez tôt au Vatican pour éviter ce « désastre pastoral et catéchétique ». Question : pourquoi le « trésor » de Jean-Paul II est-il ainsi resté caché ? Maintenant découvert, peut-il réparer les dégâts ? Nul mieux que le pape, sinon M. Semen, devrait savoir le risque que l’on encourt à verser un vin nouveau dans des outres anciennes.

* propédeutique = apprentissage

L'union sexuelle des époux est un apprentissage de la communion à Dieu !

Waou ! cheers


Dernière édition par Jean-Yves TARRADE le Sam 12 Avr 2008, 18:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Sam 12 Avr 2008, 18:30

Cher Jean-Yves, nos messages se sont croisés par un heureux hasard. Et Jean-Paul II et saint Thomas d'Aquin se rejoignent ici.

Jean-Paul II va cependant plus loin, indiquant la dimension trinitaire de la sexualité.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Jeb



Masculin Messages : 4320
Inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Sam 12 Avr 2008, 18:33

Citation :
A lire le récit de la Création, il apparaît en effet que la différence sexuelle est énoncée juste après que l’humanité ait été façonnée à l’image de Dieu. Les organes de la sexualité sont donc à prendre du côté de la ressemblance de Dieu et non pas du côté de l’animal. La communion charnelle est à l’image de la communion divine du Père, du Fils et du Saint-Esprit ; le mariage est icône de la Trinité. « Ceci va même peut-être jusqu’à constituer l’aspect théologique le plus profond de tout ce qui peut être dit sur l’homme », écrit Jean-Paul II.
Jean-Yves a écrit:
L'union sexuelle des époux est un apprentissage de la communion à Dieu !
Selon St Thomas, St Augustin, (Saint) Jean-Paul II, (Saint ? Very Happy ) Arnaud et (Saint ? Very Happy ) Jean-Yves tout est dit ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves Tarrade



Masculin Messages : 3598
Inscription : 15/03/2006

MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Sam 12 Avr 2008, 18:33

Arnaud Dumouch a écrit:
Cher Jean-Yves, nos messages se sont croisés par un heureux hasard.

Tu sais bien que les grands esprits se rencontrent. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves Tarrade



Masculin Messages : 3598
Inscription : 15/03/2006

MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Sam 12 Avr 2008, 18:36

Jeb a écrit:
Selon St Thomas, St Augustin, (Saint) Jean-Paul II, (Saint ? Very Happy ) Arnaud et (Saint ? Very Happy ) Jean-Yves tout est dit ! cheers


Reste à mettre en pratique ! :bisou:
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Sam 12 Avr 2008, 18:40

Jean-Yves TARRADE a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Cher Jean-Yves, nos messages se sont croisés par un heureux hasard.

Tu sais bien que les grands esprits se rencontrent. Very Happy

Mais je crois que, aujourd'hui, 12 avril 2008, saint Thomas d'Aquin et le futur saint Jean-Paul le Grand viennent de détruire la théorie de Nicolianor sur le caractère mauvais de la sexualité.

D'autre part, je pense que tout d'un coup, Marie vient de retrouver sa conception à travers l'union physique naturelle de ses parents.

Et la Bse Anne-Catherine Emmerich, si elle a dit quelque part qu'Adam et Eve se seraient fait un doux sourire pour faire leurs enfants, ne le dit plus...

Voici qui règle en un instant six mois de débat.

Et, remarque ultime: C'est ce que je soutenais depuis le début... Mr. Green

Dernière remarque: Je viens, toujours en regardant le texte de saint Thomas, d'asséner un coup décisif à votre fil sur le péché d'Eve par ignorance...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Jean-Yves Tarrade



Masculin Messages : 3598
Inscription : 15/03/2006

MessageSujet: Re: L'acte sexuel dans l'état de grâce originel   Sam 12 Avr 2008, 19:27

Arnaud Dumouch a écrit:
Mais je crois que, aujourd'hui, 12 avril 2008, saint Thomas d'Aquin et le futur saint Jean-Paul le Grand viennent de détruire la théorie de Nicolianor sur le caractère mauvais de la sexualité.


OUI !

Arnaud Dumouch a écrit:
D'autre part, je pense que tout d'un coup, Marie vient de retrouver sa conception à travers l'union physique naturelle de ses parents.

C'est un autre débat !
L'hypothèse que Marie soit conçue du Saint Esprit ne signifie en rien que la sexualité est mauvaise.

Arnaud Dumouch a écrit:
Et la Bse Anne-Catherine Emmerich, si elle a dit quelque part qu'Adam et Eve se seraient fait un doux sourire pour faire leurs enfants, ne le dit plus...

Un doux regard de lumière !
Ce que A.C. Emmerich a dit est dit, elle ne retirera pas sa parole.
Je ne vois aucune contradiction , au contraire, avec ce que dit JPII !
Vivre la sexuallité dans une relation à Dieu revient à un doux regard de lumière !
NON ?

Arnaud Dumouch a écrit:
Voici qui règle en un instant six mois de débat.

Et, remarque ultime: C'est ce que je soutenais depuis le début... Mr. Green

Ta ta ta !

Arnaud Dumouch a écrit:
Dernière remarque: Je viens, toujours en regardant le texte de saint Thomas, d'asséner un coup décisif à votre fil sur le péché d'Eve par ignorance...

St Thomas est très respectable et le dogme est obligatoirement respectable.
Cependant le peché originel ne peut rendre la rédemption impossible.
Il y a un petit espace laissé par Dieu pour que la faute si grave soit-elle (et elle le fut) soit rémissible.
Tu penses qu'il s'agit de la non expérience de la douleur.
Soit !

Je pense, avec Benoît XVI, que la connaissance de l'Immaculée nous apprendra encore beaucoup sur le péché originel.
Revenir en haut Aller en bas
 
L'acte sexuel dans l'état de grâce originel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Délit de favoritisme: définition
» Le Credo actuellement en acte dans l'Eglise
» Bel acte de charité dans.....un ascenseur ! ?
» Peut-on utiliser librement un détecteur de métaux dans un but archéologique ?
» Comment abordez-vous les différents types de comique dans une pièce ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: