DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le particularisme linguistique québécois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
saint Zibou



Masculin Messages : 9461
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Le particularisme linguistique québécois   Jeu 24 Jan 2008, 12:16

Trop souvent, on a accusé les québécois de parler franglais (loosing french). Quelques rectifications sont à apporter, tout de même...

Premièrement, l'usage d'anglicismes par les québécois a, la plupart du temps, pour fonction d'exprimer une réalité, soit: violente, soit: grossière ou vulgaire... ( Vous voyez, là, dans quelle estime on tient les rosbifs...)

En second lieu, ce qu'on nous reproche comme anglicismes n'est au fond que locutions néologiques.
Par exemple:

Fesser dans le dash(pare-brise): sémantiquement, cela peut se traduire par envoyer dans les gencives, faire connaître sas douleur, ou bien faire pâtir. Néanmoins, l'image est plutôt celle d'une collision violente contre un pare-brise, au sens figuré...

Il l'a fait jumper(to jump, sauter). Ici, aussi, on pourrait traduire par sursauter, grimper dans les rideux ou sauter au plafond. Toutefois, l'image est bien l'action figurée de sauter de rage ou d'effroi.

Ainsi, ces locutions néologiques ont la même fonction que les mots redingotes(raining coat/imperméable) , ou bouligrin(ball in green), admis au dictionnaire.

Les québécois ne parlent donc pas si mal ou si franglais qu'on le croit. Ils tiennent même à parler purement français(à preuve, la loi québécoise 101 de 1976, ancêtre de la loi française Toubon). Car, c'est une façon de refuser l'aliénation rosbive, d'une part, et, de l'autre, parce que le français, à leurs yeux, exprime toute la beauté et l'intelligence, dont le monde ne sera jamais capable.

Ainsi, à l'inverse de bien des hexagonaux, les québécois n'ont pas honte d'eux-même, au point de trouver chic de baragouiner le franglais: pour eux, parler français, et bien, est un acte de résistance!...
Revenir en haut Aller en bas
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Le particularisme linguistique québécois   Jeu 24 Jan 2008, 18:49

Je ne suis pas certaine que la nouvelle génération québécoise attache autant d'importance à la langue française... C'est un problème qu'on semble ignorer... On a sensibilisé la génération des 40 ans et plus... mais on a laissés les 30 ans et moins se sensibiliser tout seule.... Il aurait fallu partager avec eux cette fierté de cette belle richesse qu'est la langue française (mit à part mes fautes d'orthographes, évidement)... La nouvelle génération n'y comprend rien...

Même les français de France subissent de plus en plus l'influence de la langue anglaise...

Pour ce qui est des expressions typiques aux québécois, je constate que les français d'Europe ont aussi les leurs (très colorées d'ailleurs (sens figuré)... ;) Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
 
Le particularisme linguistique québécois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le particularisme linguistique québécois
» En montrant cette photo d'automne québécois à nos amis d'Uruguay, voici quelques réactions:
» Le problème linguistique de l'humanité
» Programmation Neuro-Linguistique
» Course au leadership du parti québécois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: