DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Un extrait de "SPE SALVI"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Un extrait de "SPE SALVI"   Mer 02 Jan 2008, 14:20

Voici pour vous, mes amis un extrait de la lettre encyclique "SPE SALVI" du souverain pontife Benoit XVI aux évêques, aux prêtres et aux diacres.
Aux personnes consacrées et à tous les fidèles laïcs sur l'ESPERANCE CHRETIENNE - Cité du Vatican :



38.

La mesure de l’ h
umanité se détermine essentiellement dans son rapport à la souffrance et à celui qui souffre. Cela vaut pour chacun comme pour la société. Une société qui ne réussit pas à accepter les souffrants et qui n’est pas capable de contribuer, par la compassion, à faire en sorte que la souffrance soit partagée et portée aussi intérieurement est une société cruelle et inhumaine.

Cependant, la société ne peut accepter les souffrants et les soutenir dans leur souffrance, si chacun n’est pas lui-même capable de cela, et d’autre part, chacun ne peut accepter la souffrance de l’autre si lui-même personnellement ne réussit pas à trouver un sens à la souffrance, un chemin de purification et de maturation, un chemin d’Espérance.

Accepter l’autre qui souffre signifie, en effet, assumer en quelque manière sa souffrance, de façon qu’elle devienne aussi la mienne. Mais parce que maintenant elle est devenue souffrance partagée, dans laquelle il y a la présence d’un autre, cette souffrance est pénétrée par la lumière de l’Amour.

La parole latine con-solatio, consolation, l’exprime de manière très belle, suggérant un être-avec dans la société qui alors n’est plus solitude.

Ou encore la capacité d’accepter la souffrance par amour du bien, de la vérité et de la justice est constitutive de la mesure de l’Humanité, parce que si, en définitive, mon bien-être, mon intégrité sont plus importants que la vérité et la justice alors la domination du plus fort l’emporte. Alors règnent la violence et le mensonge. La Vérité et la Justice doivent être au-dessus de mon confort et de mon intégrité physique, autrement ma vie elle-même devient mensonge.

Et enfin, le « oui » à l’amour est aussi source de souffrance, parce que l’amour exige toujours de sortir de son moi, où je me laisse émonder et blesser.

L’Amour ne peut nullement exister sans ce renoncement qui m’est aussi douloureux à moi-même, autrement il devient pur égoïsme et, de ce fait, il s’annule lui-même comme tel.



Revenir en haut Aller en bas
 
Un extrait de "SPE SALVI"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un extrait de "SPE SALVI"
» Extrait de Victor Hugo, dans " Napoléon, le Petit "
» [Espagnol] Je cherche un extrait du livre du prof "Puerta del sol" (Delagrave, 2nde).
» Gustave Flaubert, "Madame Bovary" (extrait) : "Une vieille servante", explication du texte
» L'Ecclésiaste "Qohéleth"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: