DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant
AuteurMessage
Wàng



Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Lun 25 Juin 2007, 12:24

Laurent a écrit:
Citation :
Nucléaire: les voies du dialogue restent ouvertes entre l'UE et l'Iran

Par Edouard PONS


LISBONNE (AFP) - Les voies du dialogue restent ouvertes entre l'Union européenne (UE) et l'Iran sur le dossier nucléaire iranien à l'issue de la réunion visant à relancer les négociations entre Téhéran et la communauté internationale tenue samedi à Lisbonne entre les deux parties.

Le Haut représentant de la politique étrangère européenne Javier Solana et le principal négociateur iranien sur le nucléaire Ali Larijani ont eu plus de quatre heures de conversations qu'ils ont qualifiées de "constructives" ou "bonnes", estimant l'un et l'autre qu'elles permettront "d'avancer vers une meilleure compréhension".

Suite : http://fr.news.yahoo.com/23062007/202/nucleaire-les-voies-du-dialogue-restent-ouvertes-entre-l-ue.html


C'est abuser cette photo, Laughing !
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Lun 25 Juin 2007, 20:20

Lisez ma signature, Wang, tout y est :|

ONU = SDN des années 30 Idea
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Lun 25 Juin 2007, 20:26

Laurent a écrit:
Lisez ma signature, Wang, tout y est :|

ONU = SDN des années 30 Idea

J'ai bien compris. ;)
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mar 26 Juin 2007, 21:18

Citation :
Ayaan Hirsi Ali prend la défense de Salman Rushdie

26 06 2007

Ancienne politicienne néerlandaise et militante des droits des femmes, Ayaan Hirsi Ali réagit à l’affaire Rushdie en estimant que l’Occident devrait exiger des excuses des musulmans pour avoir critiqué son anoblissement.

“L’écrivain nigérian Wole Soyinka a raison : l’Occident fait une erreur fatale lorsqu’il laisse l’intolérance prendre le dessus. L’Occident doit monter la garde. En faisant Salman Rushdie chevalier, la Reine honore la liberté artistique et de conscience chère à l’Europe. Au lieu d’en faire le symbole du pouvoir royal perdu, elle l’érige en symbole de la liberté. Longue vie à la Reine !”

[1] - [2]
PM

http://www.bafweb.com/2007/06/26/ayaan-hirsi-ali-prend-la-defense-de-salman-rushdie/
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mer 27 Juin 2007, 21:30

Citation :
Iran : Les perles de Marjane Satrapi, auteur de Persépolis

27.06.2007


Barbara Théate du Journal du Dimanche a aussi fabriqué un article sur le film Persépolis avec des bouts du dossier de presse et quelques déclarations inédites de Satrapi : des perles !


L’article ressemble à tous les articles de la presse française sur Satrapi : éloge du film et de son auteur et une totale indifférence pour la condition féminine en Iran. Mais Barbara Théate (que nous remercions) a voulu faire mieux que ses petits camarades et elle nous a offert des confidences de Marjane qui se passent de commentaires.


Barbara Théate écrit : Pourtant, la réalisatrice ne considère pas son film comme politique. « Il (le film) n’avance aucune revendication, aucune provocation, aucun parti pris. J’ai évité la caricature : il n’y a pas les méchants barbus d’un côté et les gentils de l’autre. Le témoignage laisse une distance suffisante pour se faire une opinion. » Et éviter qu’une fois de plus, on réduise les Iraniens à des concepts tels que « terroristes », « islamistes » ou « intégristes ». « Cela les déshumanise. On n’a aucun scrupule à leur envoyer ensuite des bombes sur la tête. Ce régime a beaucoup de défauts, mais ce n’est quand même pas celui des talibans ». [1]


Un commentaire quand même : les mollahs ressemblent beaucoup aux Talibans quand même ! Ils considèrent qu’une fillette de 9 ans est une femme et qu’une femme peut se marier si son tuteur est consentant. Ceci s’appelle dépénaliser la pédophilie.

Les mollahs lapident les femmes quand elles couchent en dehors du mariage ou quand elles sont violées ! Les mollahs qui ont si peu de défauts ont fait vitrioler des femmes sans voile au début de la révolution islamique, il arrivait souvent que les barbus tailladent les visages maquillés au cutter, mais la BD Persépolis n’en souffle mot.

Encore à la même période, les mollahs qui ne sont pas des Talibans ont incendié le quartier des prostituées pour les brûler vives, et ils ont aussi réservé le même sort aux fermes d’élevage de cochons. C’est vrai que pour eux les prostituées et des cochons sont identiques, mais ça aussi la BD Persépolis n’en souffle mot.

Quoi d’autre ? l’auteur de la BD Persépolis assimile systématiquement les mollahs au peuple qu’ils martyrisent, et Satrapi essaie délibérément et par tous les moyens de créer la confusion entre les iraniens et les terroristes qui les gouvernent et les maltraitent en réduisant la femme en objet de plaisir sexuel dès l’âge de 9 ans.

Le film Persépolis est plein de mensonges et d’omissions et ceux qui continuent de le défendre sont bien méprisables.

Ils jugent utile de promouvoir une artiste qui évite de parler de la condition nauséabonde des femmes sous le régime des mollahs...

Ils jugent utile de promouvoir encore et encore une artiste qui n’a pas condamné le meurtre de Van Gogh et la fatwa contre Rushdie. Satrapi a publiquement refusé toute solidarité avec les auteurs des caricatures danoises et n’a pas jugé nécessaire de condamner publiquement le concours de caricatures anti-holocauste. Et elle affirme que la laïcité est une forme d’intégrisme anti-voile. Ceux qui continuent de défendre Satrapi sont bien méprisables.


http://www.iran-resist.org/article3573
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mer 27 Juin 2007, 21:54

Citation :
L'approche indirecte face à l'Iran (2)

Les récits de violences et de protestations en Iran, suite à l'instauration d'un rationnement de l'essence et à la diminution de son subventionnement, constituent l'une des premières preuves de l'efficacité de l'approche indirecte choisie par les États-Unis pour faire face au régime des mollahs, et notamment de leur étranglement économique. Extrait :

Hard-line President Mahmoud Ahmadinejad came to power in the 2005 election based largely on his promises to improve the faltering economy. But his failure to do so has sparked widespread criticism.

"This man Ahmadinejad has damaged all things. The timing of the rationing is just one case," said Reza Khorrami, a 27-year-old teacher who was among those lined up at one Tehran gas station before midnight.

Iran is the second-biggest exporter in the Organization of Petroleum Exporting Countries. But because it has low refining capability, it has to import more than 50 percent of its gasoline needs. To keep prices low, the government subsidized gas sales, saddling it with enormous costs.

Under the rationing plan, owners of private cars can buy only 26 gallons of fuel per month at the subsidized price of 38 cents per gallon. Taxis can get 211 gallons a month at the subsidized price.


Bien entendu, quelques protestations et quelques critiques ne forment pas une lame de fond. Mais c'est bien l'une des principales vulnérabilités économiques iraniennes qui est ainsi mise en évidence dans sa dimenson stratégique, et l'incapacité du gouvernement actuel à sortir du cercle vicieux actuel (pénurie - importation - subvention - pas d'investissement - pénurie croissante) est une menace majeure pour la pérennité du régime politique à Téhéran. Surtout si les fonds énormes investis dans le programme nucléaire ne parviennent pas suffisamment vite à porter leurs fruits, sous la forme d'une capacité nucléaire à même de capitaliser le nationalisme iranien (ou perse) et de figer les rapports de force militaires.

Dans ce contexte désespérant pour les mollahs, on comprend mieux la présence militaire américaine dans le Golfe, c'est-à-dire l'effet psychologique qu'elle vise à exercer : l'économie use et détruit, l'armée protège et dissuade.

http://www.ludovicmonnerat.com/archives/2007/06/lapproche_indir_1.html
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 28 Juin 2007, 22:13

Citation :
Iran : Persépolis, Satrapi, France Inter, un partenariat payant

28.06.2007


Le site Iran-resist existe depuis deux ans et notre objectif était de révéler ce que les iraniens ne disent pas aux français car ils pensent que ces derniers sont un peu racistes et ne s’intéressent pas aux malheurs de l’Iran. Nous pensons le contraire et le nombre de nos visiteurs quotidiens nous le confirme. C’est pourquoi nous décortiquons l’info et décodons ce que les autres disent ou publient afin que personne ne puisse dire « nous ne le savions pas ». Mais nous sommes tombés sur un os avec le partenariat : Persépolis, Satrapi, France Inter.


Dans un premier temps nous nous sommes attachés à expliquer les défauts historiques de la BD, les contrevérités qu’elle véhicule, les faux historiques qui sont l’exacte version officielle des mollahs qu’elle propose : pas de réaction chez le partenaire officiel du film ni chez ses nombreux employés.

Dans un deuxième temps nous nous sommes attardés sur les propos de l’auteur qui continuellement affirme vouloir casser les clichés qui courent sur l’Iran : des barbus, des intégristes, des Talibans. Elle cherche à embrouiller le lecteur en créant une confusion entre le peuple iranien et les barbus qui les molestent quotidiennement. Là aussi, France Inter et ses employés journalistes ne se sont pas désolidarisés du projet.

Finalement nous avons parlé de ce que ne dit pas Satrapi : le viol dépénalisé, les mariages forcés, les mariages temporaires et surtout la dépénalisation de la pédophilie.

Ce ne sont pas des éléments cachés du régime, ces choses ne se passent pas sous le manteau –pour reprendre une expression chère à notre Satrapi-. Le viol dépénalisé, les mariages forcés, les mariages temporaires et surtout la dépénalisation de la pédophilie sont l’expression des lois qui sont écrites en toutes lettres sur les sites français qui parlent des lois en vigueur en Iran. La seule réaction qu’a générée nos textes : désormais Satrapi et ses partenaires ne parlent que de l’esthétique du film.

Incroyable, c’est bien la première fois que les journalistes de France Inter aiment un film pour son esthétique et son absence de contenu !!!

Nous sommes arrivés naïvement en disant : « regardez selon les lois islamiques en vigueur en Iran depuis l’avènement de la république islamique, on a dépénalisé le viol et la pédophilie », et en réponse on nous dit : « je veux lire ma BD tranquillement, je veux regarder un film qui est beau, ce n’est pas un film politique ! »

Eh bien non : c’est un film politique. Satrapi est depuis 2001, ambassadrice de la FIDH ! La Fédération Internationale des droits de l’Homme et son vice-président iranien ont décidé de nommer ambassadrice une femme qui n’a jamais parlé des pendaisons des mineurs en Iran, des pendaisons des homosexuels, de la dépénalisation des relations sexuelles entre un vieux pervers et un enfant de 9 ans !

La FIDH et Lahidji, son vice-président iranien, ont décidé de nommer ambassadrice une femme qui n’a jamais parlé des lapidations ni dans sa BD ni dans ses interviews. C’est grave. On meurt psychiquement d’un abus sexuel quand on n’a que 9 ans.

C’est grave.


Mais Satrapi a le profil idéal pour la FIDH (autre partenaire du film) car son vice-président préfère axer la communication sur les mollahs réformateurs plutôt que sur la pédophilie dépénalisée ! Aucun des dissidents iraniens n’a jamais condamné la charia et ce qu’elle permet comme abus. C’est grave.

Le vice-président Lahidji a même été impliqué dans l’étouffement d’une bavure du régime des mollahs, bavure médiatisée car la victime était naturalisée canadienne : la journaliste Zahra Kazemi, arrêtée, violée par 4 hommes et achevée à coup de pieds dans la tête et dans le visage.

L’affaire a été « défendue » par Shirin Ebadi qui a refusé de prendre en compte la déposition d’un témoin clé. Cette affaire a été étouffée par Shirin Ebadi, et ensuite par Lahidji et aucun artiste iranien vivant en exil (Marjane Satrapi, Ali Mahdavi, India Mahdavi et tant d’autres) n’a cru bon d’utiliser cette affaire pour attirer l’attention du monde sur la situation en Iran. En sa qualité d’ambassadrice des droits de l’homme Satrapi n’a jamais évoqué ce cas ou même les lois en vigueur en Iran. Elle assure même que les choses vont mieux.

Ce sont des faits graves. Quel type de partenariat payant peut lier France Inter à Satrapi et à Persépolis pour nier des faits graves ?

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Nous avons écrit tout ceci et adressé des messages aux journalistes de France Inter, du Figaro, de Libé, aux amis personnels de Satrapi (Ali Mahdavi et Joann Sfar). Tous ont préféré continuer leur partenariat avec Satrapi plutôt que risquer de perdre un job ou des contrats en défendant les enfants iraniens victimes d’abus sexuels et sans recours légal. Selon les statistiques iraniennes datant de 2004 (en hausse aujourd’hui), au moins 500 enfants fuient leur domicile chaque jour pour échapper à ces abus.

Et demain, que se passera-t-il ? Rien… Isabelle Giordano, employée de France Inter, diffusera le film dans la salle Médicis du Sénat. Jack Lang ami de Satrapi, et ami de Mottaki le ministre iranien des affaires étrangères à qui il avait proposé d’ouvrir un boulevard devant les mollahs en France, proposera que l’on enseigne la BD Persépolis -ce tissu de mensonges- aux écoliers français pour que personne jamais ne puisse s’intéresser à ce qui se passe en Iran.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Merci donc à Jack Lang, Merci à France Inter, merci à Rebecca Manzoni, merci à Eva Bettan, à Vincent Josse et Cyril Sauvageot (ces trois compères qui persistent joyeusement et signent malgré les nombreux efforts que nous avons faits pour les informer).

Merci à Frédéric Bonnaud, merci aux Inrockuptibles et merci à Vincent Paronnaud qui a rendu « esthétique » le dessin de Satrapi. Egalement merci à France3 qui a produit le film et merci à son énigmatique distributeur iranien : Celluloïd Dreams.

Merci à l’AFP qui a abreuvé le net avec son titre : « l’Iran des mollahs croqué avec drôlerie ». Merci à tous les sites qui ont repris ce titre sans rappeler les lois ignobles en vigueur en Iran. Merci à Constance Chaillet du Figaro et merci à tous ceux qui vont en Iran et reviennent en nous parlant de la beauté des Iraniennes.
http://www.iran-resist.org/article3576
Revenir en haut Aller en bas
Philippe le Bel



Messages : 63
Inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Dim 08 Juil 2007, 04:34

ben quoli? moi je veux r'ayer la belgique de la carte (pour qu'on récupère la wallonie)

je ne vois pas ou serait le problème à rayer un état officiellement raciste et colonialiste de la carte :ping: :ping:
Revenir en haut Aller en bas
Three piglets



Messages : 1272
Inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Dim 08 Juil 2007, 04:40

L'accusation ne fait pas preuve.
A ce rytme, je réclame la disparition de 90% des pays musulmans.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe le Bel



Messages : 63
Inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Dim 08 Juil 2007, 09:39

la preuve est là pour ceux qui veulent la voir


un exemple : les arabes "israéliens" sont interdit de service militaire


(sans parler du racisme de pas mal de partis politiques juifs)
Revenir en haut Aller en bas
Three piglets



Messages : 1272
Inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Dim 08 Juil 2007, 09:48

Source?
Revenir en haut Aller en bas
Philippe le Bel



Messages : 63
Inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Dim 08 Juil 2007, 09:50

Philippe le Bel a écrit:
la preuve est là pour ceux qui veulent la voir


un exemple : les arabes "israéliens" sont interdit de service militaire


(sans parler du racisme de pas mal de partis politiques juifs)



une source pour ça?


'vous faut aussi une "source" si je vous dit que l'eau bout à 100°?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Dim 08 Juil 2007, 10:11

Cher Philippe le bel,

De plus en plus d'Arabes israéliens font leur service militaire. Il y a aussi chez un un vrai mouvement patriotique et une vrai crainte devant l'échec de ce qui se passe de l'autre côté de la frontière.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Philippe le Bel



Messages : 63
Inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Dim 08 Juil 2007, 10:15

Arnaud Dumouch a écrit:
Cher Philippe le bel,

De plus en plus d'Arabes israéliens font leur service militaire. Il y a aussi chez un un vrai mouvement patriotique et une vrai crainte devant l'échec de ce qui se passe de l'autre côté de la frontière.


C'est faux, ils n'ont pas le droit d'intégrer tashal


j'espère que votre sympathise pro-israel n'a pas les mêmes raisons que celles des protestants-sionistes américains :cartonr:
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Dim 08 Juil 2007, 10:24

lol un antisioniste, ca faisait longtemps Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Dim 08 Juil 2007, 13:48

Citation :
La Corée du Nord va fournir des mini-sous-marins à l’Iran

Par Rédacteur en chef

Publié le 7 juillet 2007, dernière mise à jour le 7 juillet 2007.

Le journal Japonais Kyodo News rapporte qu’une source diplomatique a révélé que la Corée du Nord avait “accepté de fournir 4 mini-sous-marins à l’Iran d’ici la mi-juillet.” La source a précisé que l’accord avait été conclu en mai lorsque le vice-ministre Nord-Coréen des Affaires étrangères Kim Yong Il s’était rendu à Téhéran.


Auparavant, la Corée du Nord avait accepté de fournir des mini-sous-marins au Moro Islamic Liberation Front, un groupe terroriste Islamiste Philippin. Le groupe aurait versé à la Corée du Nord 1 million de $ et doit encore 1,2 million selon des documents saisis dans le groupe en 2004. Les sous-marins n’ont jamais été livrés mais la volonté de la Corée du Nord de le faire est significative. La Corée du Nord a cependant livré 10.000 copies nord-coréennes du M-16, des munitions et des grenades.

Sur Scuba Diver Info, des plongeurs expérimentés ont discuté de la plongée comme moyen de terrorisme, y compris l’utilisation de mini-sous-marins comme ceux que l’Iran cherche à obtenir auprès de la Corée du Nord. Le Dr. Walid Phares s’est procuré une copie d’une menace sous-marine d’al-Qaeda sur Ras Tanura, le plus important terminal pétrolier d’Arabie Saoudite sur le Golfe. Dans un conflit, Ras Tanura sera aussi une cible évidente pour l’Iran.


Référence :
ThreatWatch.org

http://www.corlobe.tk/article5657.html


Citation :
Rice considère l'Iran comme un pays "de plus en plus dangereux"

6.07.2007

AFP, Washington, 6 juillet - La secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, a estimé vendredi que l'Iran était un pays "de plus en plus dangereux", refusant à nouveau d'exclure une option militaire au cas où Téhéran ne renoncerait pas à son programme nucléaire.

Les relations entre les Etats-Unis et l'Iran "sont de plus en plus difficiles avec un pays de plus en plus dangereux", a déclaré la chef de la diplomatie américaine dans une interview à CNBC devant être diffusée dans l'après-midi.

Mme Rice a énuméré les reproches de l'admnistration américaine à l'encontre du régime iranien: son "soutien au terrorisme", et notamment au Hezbollah libanais et au Hamas palestinien, ses agissements dans le sud de l'Irak où "il soutient et arme des milices qui menacent la présence de nos forces en Irak", et la recherche de technologies "pouvant conduire à l'arme nucléaire", selon un texte de l'interview communiqué par la chaîne.

Elle a aussi mentionné la répression contre la population iranienne et la détention en Iran de plusieurs personnes détentrices de la double nationalité iranienne et américaine.

"C'est donc un Etat très dangereux avec des politiques très dangereuses et nous avons besoin de l'aide, du soutien et des efforts intenses de la communauté internationale pour s'occuper de l'Iran", a-t-elle ajouté.

Interrogée sur l'hypothèse de frappes militaires sur l'Iran, Mme Rice a réitéré le traditionnel discours de l'administration américaine, selon lequel le président des Etats-Unis "ne retire jamais aucune option de la table" mais qu'il privilégie l'option diplomatique.

http://www.iranfocus.com/french/modules/news/article.php?storyid=5202
Revenir en haut Aller en bas
Three piglets



Messages : 1272
Inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Dim 08 Juil 2007, 18:48

Philippe le Bel a écrit:
Philippe le Bel a écrit:
la preuve est là pour ceux qui veulent la voir


un exemple : les arabes "israéliens" sont interdit de service militaire


(sans parler du racisme de pas mal de partis politiques juifs)



une source pour ça?


'vous faut aussi une "source" si je vous dit que l'eau bout à 100°?

Bien sur.
une accusation se prouve.
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 12 Juil 2007, 21:33

Citation :
L’Iran, nucléaire en 2009

11 juillet 2007 - israelinfos.net

Sauf imprévu, Téhéran aura atteint dans un peu plus de deux ans sa capacité nucléaire militaire. C’est l’analyse des services de renseignements de Tsahal qui estiment que l’Iran constitue désormais la menace numéro un contre Israël.


Lire l’ensemble de la revue de presse de "israelinfos.net"

Selon les analystes de l’armée israélienne, trois facteurs peuvent encore retarder cette échéance : l’intensification des sanctions économiques internationales contre Téhéran, une frappe aérienne d’Israël et des Etats-Unis contre les installations nucléaires iraniennes ou de nouvelles difficultés techniques dans le programme de développement iranien.

Mais la menace que représente le régime des Ayatollahs ne se limitera pas à la seule détention de l’arme atomique. Selon les services de renseignements, c’est alors l’ensemble de son comportement sur la scène internationale qui se modifiera, remettant en question l’actuel rapport des forces dans la région. Téhéran utilisera sa capacité nucléaire comme outil de pression, d’autant qu’il ne sera pas le seul danger pour Israël, d’autres pays de la région pouvant également s’engager à leur tour sous l’impulsion iranienne, dans la course au nucléaire, comme s’y préparent déjà l’Egypte et l’Arabie Saoudite.

De surcroît, l’Iran qui soutient activement le Hezbollah au Liban, mais également la Syrie, détient ainsi deux facteurs de déstabilisation supplémentaires. Ce qui fait dire aux analystes de Tsahal, que sans amorce de dialogue avec Damas, le régime syrien risque de s’enfoncer dans son alliance radicale avec l’Iran.

La Syrie continue par ailleurs de se préparer à une confrontation armée, en renforçant et en modernisant ses arsenaux. Pourtant, on estime en Israël que Damas ne veut pas la guerre. Il s’agit jusqu’à présent d’une tactique défensive, qui pourrait toutefois déboucher sur un conflit armé, en cas d’analyse erronée d’informations ou si intervenaient des éléments extérieurs susceptibles de provoquer une escalade régionale.

Dans tous les cas, si la Syrie devait déclencher les hostilités, ce ne serait plus sous forme d’une guerre de type classique, comme en 1973, mais par des bombardements intensifs d’objectifs civils israéliens, sur le modèle suivi par le Hezbollah durant la deuxième guerre du Liban. Damas dispose aujourd’hui d’un arsenal de roquettes et de fusées dix fois supérieur à celui des milices chiites libanaises, qu’elle continue également à approvisionner. La Syrie, le Hezbollah et l’Iran poursuivent d’ailleurs leur alliance stratégique, notamment par des manœuvres conjointes.

http://www.desinfos.com/article.php?id_article=7693
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 12 Juil 2007, 21:37

Citation :
La vérité sur le dossier nucléaire iranien, Masri Feki

En dépit des déclarations officielles des dirigeants iraniens, insistant sur le caractère civil de leur programme nucléaire, de nombreuses informations démontrent que ce dernier ne répond pas uniquement à un souci d’approvisionnement énergétique, mais témoigne d’une marche vers l’acquisition de l’arme nucléaire.

Texte original arabe : sur le site de Al-Seyassah (La politique, 1er quotidien koweïtien), du 5 juillet 2007.


Traduction de l’arabe pour la presse francophone : Nadine Makram.


Officiellement, les installations nucléaires de Boushehr, près du golfe Persique, constituent la première phase d’un vaste programme civil de production électrique à partir de centrales nucléaires. Les puissances occidentales, mais aussi la Turquie, l’Égypte et les pays arabes du Golfe, craignent que, sous couvert d’un programme de recherche civil, Téhéran puisse acquérir suffisamment d’expertise pour produire des armes nucléaires. En 2002, une série de révélations ont heurté les chancelleries occidentales et modifié leur évaluation de la menace iranienne. Le premier choc est survenu en août 2002, lorsqu’un groupe d’exilés iraniens a révélé que le régime islamique faisait construire des installations permettant l’enrichissement de l’uranium, à Natanz (environ 350 km au sud de Téhéran). Lorsque le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Mohamed El Baradei, s’est rendu sur le site, en février 2003, les installations de Natanz contenaient déjà 160 centrifugeuses fonctionnelles et des pièces pouvant permettre l’assemblage de 1000 autres. En plus, l’Iran a fait construire une usine à Arak, au centre du pays, pour la production d’eau lourde, qui peut, certes, être utilisée dans certains types de centrales nucléaires, mais qui peut également servir à la production de plutonium. Suite à sa visite, El Baradei a commencé à s’interroger sur l’utilité, pour l’Iran, de produire de l’eau lourde, puisque ce pays ne possédait aucune centrale à eau lourde (1).

Dans son rapport de juin 2003, El Baradei a soulevé une autre question restée ouverte, à savoir : l’usage que l’Iran entend faire des deux tonnes d’uranium, achetées à la Chine en 1991, dont une partie prenait la forme d’hexafluorure d’uranium (UF6) et de tétrafluorure d’uranium (UF4). L’UF6 est une forme de gaz à partir duquel on peut enrichir l’uranium à l’aide de centrifugeuses. L’AIEA a noté qu’un des cylindres contenant l’UF6 importé pesait 1.9 kg de moins que ce qui était déclaré, ce à quoi l’Iran a répondu que les quantités manquantes résultaient d’une fuite de cylindres, constatée un an auparavant. D’autre part, la plupart de l’UF4 importé a été converti en uranium métal. Pour l’AIEA, l’usage de cet uranium métal doit être éclairci, puisque aucun des réacteurs dont dispose l’Iran aujourd’hui ne requiert d’uranium métal pour la production d’électricité. Ce questionnement est lourd de conséquences, étant donné que l’uranium métal est essentiellement employé dans la fabrication d’armes nucléaires.

Il est toutefois difficile d’accuser l’Iran de ne pas avoir respecté ses engagements internationaux sur la question nucléaire. Le Traité de non-prolifération (TNP) permet aux États signataires de développer leur capacité nucléaire, à usage civil, tant qu’ils permettent à l’AIEA d’effectuer des inspections de leurs installations. Sous couvert de ce traité, un État peut néanmoins développer une formidable capacité nucléaire, qui peut ensuite être facilement détournée vers un usage militaire, s’il se retire du traité. L’Iran affirme développer son programme nucléaire en vue d’atteindre l’autonomie dans l’alimentation de ses centrales nucléaires. Il est cependant curieux que la République islamique recherche une telle alternative aux ressources hydrocarburées, qu’elle détient pourtant en quantité colossale. Bref, si l’AIEA n’a pas établi avec certitude que le programme nucléaire iranien est bien militaire, elle ne peut non plus certifier qu’il est exclusivement civil (2).

L’acquisition de l’arme atomique par l’Iran impliquerait plusieurs types de dangers. D’abord, sa doctrine d’emploi serait-elle rationnelle (3) ? Le président iranien, qui n’a aucun état d’âme à propos du « choc des civilisations », a une vision du monde actuel et des temps à venir, qui prétend pressentir et hâter le retour apocalyptique du Mahdi, l’imam caché. Pour certains (4) ce retour du douzième imam nécessite la disparition préliminaire de l’État d’Israël, symbole de l’humiliation musulmane et du colonialisme occidental, aux yeux des islamistes, mais aussi de nombreux nationalistes. Les propos belliqueux de Mahmoud Ahmadinejad qualifiant cet État voisin de « tumeur » à « rayer de la carte », posent la question de la rationalité de la politique iranienne. En ce sens, les menaces réitérées proférées à l’encontre de Jérusalem doivent être entendues comme un casus belli officiel et permanent. Certains analystes réfutent l’éventualité d’un usage irrationnel de l’énergie atomique et soutiennent que les objectifs de l’Iran nucléarisé sont, au contraire, bien rationnels : sortir de son isolement régional et répandre la doctrine islamique chiite pour lui assurer une hégémonie mondiale (5). Les deux hypothèses peuvent être simultanément probables.

Deux stratégies peuvent se combiner pour l’Iran : l’acquisition de l’arme nucléaire et, sous ce parapluie, la pratique concomitante du terrorisme international. Jusqu’à la réalisation de ce couplage destructeur, le régime islamique doit démontrer son leadership non seulement sur le Moyen-Orient arabe mais sur le monde islamique planétaire. Pour gagner du temps, il est prêt à prodiguer la fausse monnaie du langage d’apaisement dans l’espoir de duper les démocraties européennes « molles », au moment où les États-Unis et leurs alliés sont préoccupés par les difficultés en Irak. L’Iran d’Ahmadinejad est convaincu qu’une fois la bombe acquise, les rapports de force dans la région changeront, de façon radicale et durable, à son avantage, et qu’il sortira définitivement de ce qu’il vit comme un encerclement.

L’acquisition d’une arme nucléaire par la République islamique représenterait un bouleversement régional et mondial. Outre les raisons évoquées plus haut, une bombe iranienne renforcerait les éléments les plus radicaux en Iran - qui seraient confortés par ce succès majeur -, et aurait un lourd impact sur la course aux armements au Moyen-Orient, puisque l’Arabie saoudite, l’Égypte et la Turquie seraient puissamment incitées à revoir leur engagement de ne pas acquérir l’arme nucléaire.

La bombe iranienne remettrait aussi en cause la fragilité d’un cercle vertueux dans la région, mais encore, probablement – après la sortie de la Corée du Nord du TNP en 1993 –, l’ensemble du régime de non-prolifération, qui ne résisterait pas à un assaut de cette envergure dans une partie du monde stratégiquement sensible (6). C’est ainsi que tout le système mondial de prévention du risque atomique s’écroulerait, puisque sa clef de voûte, le TNP, ne servirait plus à rien si un de ses pays signataires (en 1970) – et qui en respecte officiellement les dispositions – pouvait impunément acquérir l’arme suprême. Une telle extrémité relancerait une nouvelle fois la prolifération, que la communauté internationale a, depuis près de quatre décennies, tenté d’éviter, et perturberait ainsi le système international de façon profonde et durable.

Même si l’on reconnaît que ce n’est pas dans un an que Téhéran placera une charge nucléaire sur un missile Shahab de longue portée, il y a de grandes chances que l’Iran finisse par se doter de cette arme redoutable. La puissance de l’État, sa stature, ses compétences, sont capables de l’amener au but que ses dirigeants poursuivent depuis plus de trois décennies.

Que peuvent donc faire les États-Unis s’ils s’engagent dans une confrontation ? L’option la moins vraisemblable serait le déclenchement d’une guerre analogue à celle menée contre l’Irak. Mais l’Iran est un pays d’une tout autre envergure, par sa dimension, sa population, ses ressources, sa position géostratégique. Une confrontation militaire nécessiterait l’engagement de forces considérables. Les forces iraniennes, divisées entre une armée classique et le corps des Gardiens de la révolution, ne disposent, en réalité, que de crédits restreints et ne représentent qu’une puissance limitée, mais, en dehors peut-être des régions kurde, au nord-ouest, et baloutche, au sud-est, la résistance pourrait être indéfiniment prolongée dans toute la partie centrale du pays.

Dans le même temps, se contenter de pressions diplomatiques et de sanctions économiques à l’encontre de l’Iran peut, à l’inverse de l’effet recherché, renforcer la frange extrémiste du régime, en fusionnant les courants nationalistes et fondamentalistes de l’opinion iranienne. Attendre l’élection présidentielle américaine, et une éventuelle révision de la politique des États-Unis à cette occasion, ferait perdre un temps précieux. Obliger Téhéran à signer le Protocole additionnel au TNP (7), qui dote l’AIEA de pouvoirs plus étendus pour l’inspection de sites nucléaires (8 ), serait insuffisant pour empêcher l’Iran de devenir une puissance nucléaire, puisque ce dernier peut se retirer du TNP à tout moment. Multiplier les sanctions économiques serait inefficace : la République islamique dispose de la troisième réserve mondiale de pétrole. Elle exporte 2,7 millions de barils par jour, dont la plus grande partie est écoulée en Asie (le Japon dépend d’elle pour 15% de ses importations pétrolières, et la Chine pour 13%), mais aussi en Europe (0,8 millions de barils par jour). On voit mal, dans ces conditions, quelles sanctions internationales pourraient efficacement frapper l’Iran sans faire flamber le prix du brut. On peut donc se demander si les sanctions ne sont pas, avant tout, pour l’Occident – et en particulier pour l’Europe – un moyen de s’assurer une bonne conscience.

Si le plus grand danger était le niveau de maîtrise de la technologie nucléaire, l’option coercitive la plus probable serait la destruction ciblée des centres industriels et nucléaires supposés capables de produire un jour des armes atomiques. Mais la réaction iranienne, déjà annoncée, ne se limiterait sans doute pas à une rupture avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), et pourrait se traduire par des initiatives déstabilisant le dispositif politique et militaire américain en Afghanistan – et indirectement au Pakistan. Le moins que l’on puisse dire est que Téhéran est en position de force. Et cela rend d’autant plus nécessaire une action ferme des États-Unis contre la République islamique.


Masri Feki *


© Al-Seyassah pour l’original arabe, Masri Feki pour la traduction française.

* Né au Caire, Masri Feki est président de l’Association Francophone d’Etudes du Moyen-Orient (AFEMO) et auteur de nombreuses publications sur le Moyen-Orient, dont L’axe irano-syrien, géoplitique et enjeux, Editions Studyrama, Paris, juillet 2007.

Notes :

(1) Pierre Jolicoeur, "L’Iran et la question nucléaire", Revue Points de Mire, Centre d’Études et des Politiques Étrangères et de sécurité (CEPES), 15 septembre 2003, vol. 4, no 6.

(2) Selon l’agence de presse iranienne IRNA, le 21 février 2007, le Directeur général de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA), Mohamed El Baradei, affirmait, au sujet du programme nucléaire iranien, qu’il faudrait six mois à Téhéran pour atteindre des « capacités industrielles » (militaires).

(3) Luc Barochez, "Nucléaire iranien : pourquoi il faut être pessimiste", Le Figaro, 7 mars 2006.

(4) Le Mahdi attendu est le futur calife bien guidé, qui rétablira l’unité des musulmans à la fin des temps, selon la foi chiite.

(5) Raphaël Draï, "Après la bombe, le plan ultime de l’Iran", Le Figaro, 30 août 2006.

(6) Thérèse Delpech, L’Iran, la bombe et la démission des nations, éditions Autrement, Paris, 2006, p. 10.

(7) Ce protocole avait été négocié à la suite de la découverte d’un programme nucléaire clandestin en Irak, au début des années 1990. À ce jour, 78 pays signataires du TNP, sur les 188, ont paraphé ce protocole, mais pas l’Iran.

(8 ) En vertu du Protocole additionnel du TNP, les inspecteurs de l’ONU peuvent inspecter des sites non déclarés, par différents moyens, comme la prise d’échantillons environnementaux ou la visite sans préavis de sites suspects, etc.

Mis en ligne le 09 juillet 2007, par M. Macina, sur le site upjf.org

http://www.upjf.org/actualitees-upjf/article-12915-145-7-verite-dossier-nucleaire-iranien-masri-feki.html
Revenir en haut Aller en bas
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Sam 14 Juil 2007, 11:31

Trafic de matériel nucléaire entre l'Allemagne et l'Iran

Plus de 50 entreprises allemandes auraient livré du matériel pour la construction d'un réacteur nucléaire iranien, a annoncé jeudi le parquet de Postdam (Allemagne). Les pièces prenaient le chemin de la Russie via la Pologne pour être finalement acheminées en Iran.

Les enquêteurs ont découvert le pot aux roses en perquisitionnant les locaux de la société berlinoise d'import-export Vero. Depuis 2000, la société aurait racheté des technologies en Allemagne et dans d'autres pays européens pour le compte d'une société russe, qui les aurait expédiées en Iran, a expliqué un membre du parquet.

A ce stade de l'enquête, les livraisons dépassent les 5 millions d'euros. Mais ce ne serait que la partie émergée de l'iceberg. Les enquêteurs tablent sur un total de 150 millions d'euros.
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Sam 14 Juil 2007, 12:27

Source ?
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mar 17 Juil 2007, 09:09

Citation :
Six cents cibles israéliennes seraient définies par l’Iran en cas d’attaque

15.07.2007


L’Orient le Jour, 16 juillet - Selon des sources diplomatiques à Damas, citées par le quotidien qatari al-Watan, l’Iran aurait désigné 600 cibles en Israël. Selon le journal, ces cibles seraient complètement détruites par les missiles iraniens si l’État hébreu se lançait dans une offensive contre l’Iran avec ou sans les États-Unis. Cet avertissement intervient alors que des discussions sur l’opportunité de frappes préventives ont eu lieu récemment entre Tel-Aviv et Washington.

L’Iran aurait également lancé une mise en garde contre toute attaque contre la Syrie. Les sources diplomatiques, arabes et internationales ont également indiqué à al-Watan ne pas s’attendre à une guerre entre Israël et la Syrie cet été.

Parallèlement, le ministère iranien des Affaires étrangères a souligné que Téhéran poursuivra son programme nucléaire controversé.

Le porte-parole du ministère, Mohammad Ali Hosseini, a par ailleurs rejeté, durant sa conférence de presse hebdomadaire, hier, les affirmations selon lesquelles l’Iran aurait ralenti le rythme de son programme d’enrichissement d’uranium. Il a ajouté que l’Iran allait suivre une politique permettant d’éviter de nouvelles sanctions de l’ONU.

Ces déclarations pourraient faire référence à un accord conclu la semaine dernière entre l’Iran et les observateurs des Nations unies sur un cadre de négociations. L’agence onusienne pour l’énergie atomique, l’AIEA, avait indiqué la semaine dernière que Téhéran avait accepté d’ouvrir ses sites nucléaires à ses inspecteurs.

http://www.iranfocus.com/french/modules/news/article.php?storyid=5234
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mar 17 Juil 2007, 18:27

Citation :
L’Orient le Jour, 16 juillet - Selon des sources diplomatiques à Damas, citées par le quotidien qatari al-Watan, l’Iran aurait désigné 600 cibles en Israël. Selon le journal, ces cibles seraient complètement détruites par les missiles iraniens si l’État hébreu se lançait dans une offensive contre l’Iran avec ou sans les États-Unis. Cet avertissement intervient alors que des discussions sur l’opportunité de frappes préventives ont eu lieu récemment entre Tel-Aviv et Washington.

Pour le moment, ce sont des rodomontades.

Leurs missiles de croisière sont des gros V2 sans GPS... Mr.Red

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mar 17 Juil 2007, 23:04

Oui, mais le problème est qu'une partie de ces "gros V2", comme tu dis, sont aux portes mêmes d'Israël, puisqu'aux mains de la Syrie, du Hezbollah et du Hamas Rolling Eyes

Et ca ne me donne pas vraiment envie de rigoler...

(voir fil PO)
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mar 17 Juil 2007, 23:19

Non, les missiles de croisière sont en Iran.

Ils sont trop gros et trop complexes pour être mis discrètement aux mains de mouvements terroristes.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mar 17 Juil 2007, 23:23

RAPPEL : LES "GROS V2 SANS GPS" D'ARNAUD :

Laurent a écrit:
Citation :
La menace des missiles venant d’Iran

10.11.2006


The Washington Times, 10 novembre – Editorial – Alors que le nouveau secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, se prépare pour ses audiences de confirmation, il devra également se consacrer à l’une des menaces à la sécurité les plus sérieuses mais aussi les plus sous-estimées de l’ère post-11 septembre : le danger émergeant de l’arsenal de missiles balistiques de l’Iran de plus en plus menaçant en raison de l’aide considérable apportée par la Corée du Nord. Aujourd’hui, l’Iran détient des missiles balistiques capables de frapper les bases militaires américaines dans le Golfe Persique et en Irak, où environ 150 000 soldats américains sont postés. Ces missiles peuvent atteindre des cibles en Israël, en Jordanie, en Arabie Saoudite et en Turquie et peuvent également toucher certaines parties de l’Allemagne et de l’Italie.

Alors qu’il devient évident, du moins pour le moment, que les Etats-Unis, les Européens et la communauté internationale en général veulent éviter une confrontation avec l’Iran, le régime islamiste, qui a pris confiance en lui, devient de plus en plus agressif et conflictuel. Depuis neuf jours, l’Iran mène des exercices militaires, comprenant des essais de lancement de missiles Shahab capables de frapper des bases américaines dans le Golfe. Dimanche, le commandant en chef des Gardiens de la Révolution d’Iran, le général Yahya Rahim Safavi, a déclaré que les Gardiens avaient formé des milliers de soldats pour des missions-suicides dans le cas où l’Iran était attaqué.

Il faut noter que les dirigeants américains ont qualifié ces manoeuvres de « tentatives d’intimidation ». Mais la réalité sinistre est qu’en plus de travailler sur le développement d’armes nucléaires, Téhéran poursuit à grands pas ses efforts pour tester et développer sa capacité d’atteindre des cibles au Moyen Orient et en Europe à l’aide de missiles balistiques. Il s’agit en fait du Shahab-3, qui est la version iranienne du missile Nodong que la République islamique a importé de Corée du Nord. Le Shahab-3 est un missile balistique à portée moyenne d’au moins 1300 kilomètres, soit suffisamment pour frapper Israël, l’Egypte, l’Arabie Saoudite et certaines zones d’Afrique du Nord, de l’Europe de l’Est et de la Russie. D’autres experts estiment que la portée actuelle du Shahab-3 est proche de 2000 kilomètres. Mais le Shahab-3 n’est qu’une pièce du puzzle, car l’Iran travaille également sur des armes plus dangereuses.

Il y a plusieurs années, l’Iran, tentant d’apaiser les Européens qui craignaient que les Iraniens les prennent pour cibles, a déclaré que le Shahab-3 était la toute dernière version de ce missile et qu’il n’en fabriquerait pas d’autres ayant une portée plus importante. Par la suite, les Iraniens ont annoncé l’existence d’un Shahab-4, mais que celui-ci était similaire à un lanceur satellite et non à un missile balistique. Mais, selon Uzi Rubin, ancien responsable du programme de missile israélien Arrow, ce « lanceur de satellite » n’est qu’une couverture pour dissimuler un missile balistique intercontinental. Ce que les Iraniens doivent faire, a-t-il dit dans une interview avec IranWatch, « c’est des satellites en orbite et menacer l’Amérique une fois pour toutes. Ce sera suffisant pour que les Etats-Unis comprennent qu’ils peuvent être touchés par un ICBM ».

En janvier, le magazine allemand Bild a rapporté que l’Iran avait acheté 18 missiles BM-25 à la Corée du Nord. Le BM-25 est une réplique du SS-N-6, missile balistique à lancement sous-marin de fabrication soviétique, avec une portée de plus de 2900 kilomètres. Le BM-25, selon M. Rubin, « est un missile nucléaire… Il n’existe aucune autre ogive pour celui-ci qu’une ogive nucléaire ». La menace missile de l’Iran est clairement en train de grandir.

http://www.iranfocus.com/french/modules/news/article.php?storyid=4201

Citation :
Les missiles de croisière des mollahs [carte]

23.12.2005

Douze missiles de croisière pouvant être armés d’ogives nucléaires, récemment disparus d’un pays de l’ex-Urss, ont été localisés en Iran, a déclaré mardi le général Aharon Zeevi, chef des renseignements militaires israéliens, cité par la radio.


Les mollahs peuvent d’ores et déjà atteindre Israël avec leurs missiles Chahab qui sont des No Dong de fabrication Nord Coréenne. Par ailleurs, ils ont acheté des missiles BM-25 de fabrication Nord-Coréenne, qui peuvent atteindre l’Europe de l’Est et les pays Baltes. Si leurs ingénieurs cosmopolites arrivent à améliorer la portée de ces derniers missiles, le régime des mollahs pourra menacer l’Italie, l’Allemagne, L’Europe du Nord et Paris.

http://www.iran-resist.org/article1123?var_recherche=BM+25



Dernière édition par le Mar 17 Juil 2007, 23:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mar 17 Juil 2007, 23:29

Laurent a écrit:
Citation :
Six cents cibles israéliennes seraient définies par l’Iran en cas d’attaque

15.07.2007


L’Orient le Jour, 16 juillet - Selon des sources diplomatiques à Damas, citées par le quotidien qatari al-Watan, l’Iran aurait désigné 600 cibles en Israël. Selon le journal, ces cibles seraient complètement détruites par les missiles iraniens si l’État hébreu se lançait dans une offensive contre l’Iran avec ou sans les États-Unis. Cet avertissement intervient alors que des discussions sur l’opportunité de frappes préventives ont eu lieu récemment entre Tel-Aviv et Washington.

L’Iran aurait également lancé une mise en garde contre toute attaque contre la Syrie. Les sources diplomatiques, arabes et internationales ont également indiqué à al-Watan ne pas s’attendre à une guerre entre Israël et la Syrie cet été.

Parallèlement, le ministère iranien des Affaires étrangères a souligné que Téhéran poursuivra son programme nucléaire controversé.

Le porte-parole du ministère, Mohammad Ali Hosseini, a par ailleurs rejeté, durant sa conférence de presse hebdomadaire, hier, les affirmations selon lesquelles l’Iran aurait ralenti le rythme de son programme d’enrichissement d’uranium. Il a ajouté que l’Iran allait suivre une politique permettant d’éviter de nouvelles sanctions de l’ONU.

Ces déclarations pourraient faire référence à un accord conclu la semaine dernière entre l’Iran et les observateurs des Nations unies sur un cadre de négociations. L’agence onusienne pour l’énergie atomique, l’AIEA, avait indiqué la semaine dernière que Téhéran avait accepté d’ouvrir ses sites nucléaires à ses inspecteurs.

http://www.iranfocus.com/french/modules/news/article.php?storyid=5234

Arnaud Dumouch a écrit:
Non, les missiles de croisière sont en Iran.

Ils sont trop gros et trop complexes pour être mis discrètement aux mains de mouvements terroristes.

Dis, Arnaud, je te le dis gentiment, mais sais-tu lire un article ???

Il est fait état de, je cite, "600 cibles désignées en Israël", cibles qui seront "détruites par les missiles iraniens" Idea

Où vois-tu que l'on parle d'une attaque à partir de l'Iran, avec des missiles balistiques ???
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mer 25 Juil 2007, 11:24

Citation :
Les USA descendent un bateau nord-coréen transportant une cargaison d’uranium enrichi pour l’Iran

25 juillet 2007 - Debka

Le mois dernier, l’armée de l’air et la Navy des USA ont intercepté deux navires Nord-Coréens en route clandestinement pour l’Iran avec des cargaisons d’uranium enrichi et de l’équipement nucléaire. L’arrêt des équipements nucléaires de Pongyong a fait l’objet d’articles sur les exigences de la Corée du Nord d’un bon prix à la République islamique. En révélant cela, le service de renseignement et les sources militaires de DEBKA-Net-Weekly’s ont décrit un deuxième incident en détail.


http://www.debka-net-weekly.com/

US Sinks a North Korean Ship Carrying Enriched Uranium Cargo for Iran

In the past month, American naval and air forces have intercepted two North Korean vessels clandestinely en route for Iran with cargoes of enriched uranium and nuclear equipment. The shutdown of Pongyong’s nuclear facilities has made these items surplus to North Korea’s requirements and worth a good price to the Islamic Republic.

Revealing this, DEBKA-Net-Weekly’s intelligence and military sources describe the second incident in detail.

On July 12, the second intercepted North Korean freighter was sunk in the Arabian Sea by torpedoes fired from a US submarine 100 miles southeast of the Iranian naval base-port of Chah Bahar. Delivery of its freight of enriched weapons-grade uranium and equipment and engines for manufacturing more fissile material including plutonium in its hold could have jumped-forwarded Iran’s nuclear bomb and warhead project, lopping off at least a year of work. For this Iran’s rulers were ready to fork out $500 million.

A few hours earlier, President George W. Bush received an intelligence briefing on the vessel, its freight - listed on official documents as a consignment of iron - and destination.

DEBKA-Net-Weekly’s sources report that the shipment was brought forward by several weeks to evade detection by UN nuclear watchdog inspectors who were to descend on Pyongyang this week to verify the dismantling of its nuclear facilities.

US airplanes had been tracking the freighter and picked up signs of radioactivity, indicating the presence of nuclear materials aboard.



Iran offers $1.5 billion for discarded North Korea nuclear items



President Bush had the option of ordering US Marines to board the vessel or sinking it. He decided on the latter - both because the North Korean freighter was approaching an area patrolled by Iranian naval units and seizure of the vessel by American marines might have provoked a clash; also so as not to expose US troops to radioactive contamination. He therefore first ordered American naval and air units in the Persian Gulf, Middle East and seas opposite North Korea to go on a high state of readiness and torpedo the North Korean vessel without delay.

After the attack, US warships raced to the spot where the ship went down. They picked up three lifeboats. Most of the North Korean sailors aboard were either injured or dead. Twenty in all died in the attack. They all bore symptoms of contamination. After the episode, the area was cordoned off and underwater equipment dropped to salvage the cargo from the sunken ship.

All the parties to the incident, the United States, North Korea and Iran, have kept it dark. The situation in and around the Gulf is inflammable enough to explode into a full-blown Iranian-US clash at the slightest provocation. There was also the danger of North Korea aborting the closure of its nuclear facilities at the last moment.

Last February, DEBKA-Net-Weekly’s intelligence sources report the Central Intelligence Agency warned the White House that Iran had offered North Korea a billion and a half dollars in secret negotiations for key components of its dismantled nuclear industry.

In March or early April, Kim Jong-Il decided in the interests of prudence to spurn the offer. He feared that if the deal leaked out to US intelligence, he could say goodbye to the rewards and benefits promised for giving up his nuclear weapons.

But on second thoughts, the North Korea ruler decided it was worth taking the risk of a limited deal with Iran and he therefore agreed to -

1. Subtract for Iran a portion of enriched uranium from his stock.

2. Make up some of Iran’s shortages of high tech equipment for manufacturing weapons.

3. Lend Tehran dozens of nuclear engineers and technicians who have been put out of their jobs by the shutdown of North Korean’s program. With their help, Iran can speed up its program

DEBKA-Net-Weekly’s intelligence sources report that three senior North Korean engineers are due in Tehran by August 20 and another nine in December. By then, North Korea expects the IAEA certificate confirming the closure of its nuclear program to be safely in the bag.

Tehran is also giving North Korea three years’ supply of free oil.

The CIA knew about the North Korean deliveries and knew they would be disguised as iron shipments, but were not clear how many ships would be used.



France helps net the first suspect North Korean freighter



Over several weeks, the Americans cast a dense net of maritime and aerial surveillance, co-opting friendly Asian and European air and naval forces, to keep tabs on every vessel departing North Korea with freights of iron.

The first North Korean vessel was caught in the net on June 25.

Suspected of carrying radioactive materials hidden behind a cargo of iron, the vessel had entered the Arabia Sea and was two days voyage from Iran when, according to our sources in Paris, President Bush and French president Nicolas Sarkozy had a quick conversation over secure lines. That exchange resulted in a decision to rush US and French naval units in the neighborhood to intercept the suspect North Korean freighter and blow it out of the water.

DEBKA-Net-Weekly’s military sources report that much about the incident remains under tight wraps. It is not clear whether the ship was sunk by an American or a French submarine and, even after the event, it is not certain that the doomed ship did in fact carry nuclear materials or equipment.

Three days later, on June 28, the US Navy released this statement:

US sailors helped rescue the crew of a North Korean-flagged ship on Monday. The incident occurred in the Arabian Sea when the ship reported it had engine problems, no food or water and was in danger of sinking. The USNS Kanawha and the French ship Dupleix helped evacuate the ship’s 16 crew members to safety. None of the crew was a North Korean citizen.

The US and French ships are part of Combined Task Force 150, which conducts maritime security operations in the Gulf of Oman, the Gulf of Aden, the Red Sea, the North Arabian Sea and parts of the Indian Ocean.

The Military Sealift Command ship in the US Naval Fleet is the USNS Kanawha Auxiliary Force.

Our sources note that before these two episodes, the last time the US Navy or Air Force directly attacked a North Korean vessel was in December 2002, four months before the invasion of Iraq.

That operation was also carried out in conjunction with a European naval force. The CIA located in the Indian Ocean a North Korean freighter carrying a disguised freight of Scud missiles bound for Saddam Hussein’s army in Iraq. The missiles were to have been unloaded in Yemen and smuggled into Iraq. The ship was boarded by Spanish marines under the cover of American helicopters.

http://www.desinfos.com/article.php?id_article=7826
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mer 25 Juil 2007, 11:43

Es tu sûr de cela.

Si c'est vrai, c'est énorme, gravissime.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mer 25 Juil 2007, 11:46

Je ne suis sûr de rien, j'étais pas sur place Mr. Green

Mais Debka est réputé pour la solidité de ses infos Idea
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Sam 28 Juil 2007, 14:14

Citation :
Iran, 2 ; Israël 0

27 juillet 2007 - Par Caroline B. Glick | Jewish World Review. Adaptation française de Sentinelle 5767 ©

L’Iran a bâti des réseaux d’alliances avec d’autres nations, alliances qui se sont significativement approfondies depuis la guerre de l’été dernier. Il est temps pour l’Amérique et Israël de se réveiller. Jafar Kiani était un prisonnier iranien anonyme, jusqu’à ce qu’au début du mois, il soit devenu le premier Iranien lapidé à mort depuis 2002.


La décision de l’Iran d’en revenir à la barbarie domestique n’est qu’un aspect de la stratégie du régime pour terroriser suffisamment son peuple afin d’étouffer toutes les poches de résistance sous sa férule.

La détermination du régime d’empêcher une rébellion interne fait partie intégrale de son plan plus large de rejeter tous les obstacles à l’acquisition d’armes nucléaires.

L’Iran possède déjà ce dont elle a besoin pour fabriquer des bombes nucléaires. Ce dont elle a besoin, c’est de temps. La guerre de l’été dernier contre Israël a été calculée en temps et en heure pour fournir à l’Iran un répit face à la pression internationale. L’enlèvement par le Hezbollah de deux réservistes de Tsahal, Eldad Regev et Ehud Goldwasser, a eu lieu le jour précédent celui où les dirigeants du G8 devaient discuter le programme nucléaire de l’Iran. En donnant l’ordre de l’attaque contre Israël, l’Iran a détourné leur attention de son programme nucléaire.

Depuis la guerre, le gouvernement Olmert a déclaré que la guerre a divisé le monde musulman en deux camps - les modérés et les extrémistes. Fonctionnant sur la perception de cette division, Israël a cherché à construire une coalition avec les modérés dans l’espoir qu’une telle coalition empêcherait l’Iran d’acquérir la bombe.

Un an après la guerre, le temps est venu de faire une nouvelle évaluation de la situation. Les modérés empêchent-ils l’Iran d’acquérir des armes nucléaires ? Si ce n‘est pas le cas, qu’est-ce qui s’est produit ?

Un bon point de départ pour commencer l’analyse est un élément apparu à la fois sur la liste des choses à faire du Premier Ministre Ehud Olmert, et du président iranien Ahmadinejad cette semaine. Les deux dirigeants ont téléphoné au Premier Ministre turc Recip Erdogan pour le féliciter pour la victoire électorale du parti islamiste AKP dimanche dernier.

La Turquie est perçue comme le parangon de la modération musulmane. Olmert, Tzipi Livni la ministre des affaires étrangères, et le président Shimon Pérès ont tous déclaré qu’Israël n’a pas de problème avec le caractère islamiste de l’AKP. En effet, dans une révérence à l’égard de l’amitié turque, Olmert a révélé que la semaine dernière, la Turquie a facilité des pourparlers entre Israël et la Syrie, en faveur d’une restitution par Israël des Hauteurs du Golan.

Pourtant, l’empressement d’Ankara pour encourager Israël à rendre les Hauteurs du Golan à un client vassal de l’Iran n’indique pas nécessairement que la Turquie soit un ami d’Israël. De fait, depuis que l’AKP a accédé au pouvoir en 2002, il a pris ses distances à la fois par rapport à Israël et aux USA, tout en réchauffant les relations turques avec l’Iran et la Syrie.

En commençant par le refus de la Turquie de participer ou de soutenir le renversement du régime de Saddam Hussein conduit par les USA, les années récentes ont été marquées par une hostilité turque constamment croissante. Il y a deux semaines, à la consternation de Washington, la Turquie a signé un accord sur le gaz de 3,5 milliards de $ avec l’Iran.

De même avec Israël, Erdogan a été le premier dirigeant à accueillir les maîtres du terrorisme du Hamas, après que le mouvement jihadiste ait gagné les élections en janvier 2006. Pendant la guerre de l’été dernier, l’Iran a expédié des armes au Hezbollah à travers la Turquie. Les dirigeants turcs ont déclaré de façon répétée leur soutien au droit de l’Iran de développer son programme nucléaire. La cour que l’Iran fait à la Turquie n’est qu’un des aspects de sa politique étrangère. Au cours des quelques années passées, l’Iran a bâti des réseaux d’alliances avec d’autres Etats, alliances qui se sont significativement approfondies depuis la guerre de l’été dernier.

Dans le premier cercle de ses vassaux - la Syrie, le Hezbollah, les milices shiites en Irak (et de plus en plus les sunnites), et les Palestiniens. Alors que ces forces ont combattu ensemble l’été dernier, de même elles combattront ensemble dans l’avenir. La visite d’Ahmadinejad à Damas la semaine dernière a été étrangement semblable aux réunions qu’il a tenues avec ses terroristes subordonnés avant la guerre de l’été dernier.

Dans le second cercle, l’Iran a cultivé des liens stratégiques avec des pays en Amérique latine, qui, conduits par le Venezuela, partagent sa haine de l’Amérique. Ces liens servent trois objectifs. D’abord, ils fournissent à l’Iran une dissuasion mondiale contre les USA. Ensuite, ils fournissent à l’Iran un soutien tout prêt dans les forums diplomatiques. Troisièmement, ils construisent un soutien pour l’Iran au sein de l’ensemble « progressiste » aux USA et en Europe.

Dans le troisième cercle de l’Iran, il y a des pays comme la Russie, la Chine et l’Egypte. Alors que tous ces Etats s’opposent publiquement à l’acquisition par l’Iran d’armes nucléaires, ils empêchent effectivement la communauté internationale de prendre les mesures efficaces contre le programme nucléaire de l’Iran.

Dans le même temps, la coalition des modérés en faveur d’Israël a échoué à se matérialiser. Les dirigeants de la coalition recherchée, l’Arabie saoudite et Egypte ont refusé de prendre la moindre mesure contre l’Iran. De fait, ils soutiennent effectivement Téhéran. En février, le roi Abdullah d’Arabie a fêté Ahmadinejad pendant sa visite d’Etat. Le mois suivant, en assurant la médiation de la formation du gouvernement Hamas - Fatah, Abdullah a permis aux vassaux palestiniens de l’Iran de s’emparer du contrôle de l’Autorité Palestinienne. De même pour l’Egypte, elle utilise le programme nucléaire de l’Iran comme couverture pour faire avancer son propre programme d’armes nucléaires.

Et puis, il y a les grandes puissances, et avant tout parmi elles la Russie, la France et les USA. Toute action de l’ONU contre l’Iran doit recevoir l’accord de ces trois là. Et il y a peu de chance que cela se produise jamais.

La Russie est l’alliée de l’Iran. La Russie a fourni au Hezbollah et à la Syrie des armes et des renseignements pendant la guerre de l’été dernier. Dans l’année écoulée, la Russie a vendu des systèmes d’armes aussi bien à l’Iran et à la Syrie. Le rapport de la semaine dernière dans les media arabes concernant le financement iranien de l’achat par la Syrie de chasseurs bombardiers, de tanks et de missiles russes, fait partie de ce tableau d’ensemble.

Les analystes israéliens se sont moqués de ce rapport, en remarquant que le milliard de dollars qu’Ahmadinejad a promis est insuffisant pour acheter les armes mentionnées. Mais ces armes n’iront pas toutes en Syrie. En avril dernier, l’Iran et la Syrie ont signé un accord opérant en gros la fusion de leurs armées. Le ministre de la défense de Syrie, Mustafa Muhammad Najjar a déclaré à des journalistes à Damas : « Nous envisageons la capacité des forces défensives de la Syrie comme les nôtres ». Il ajouta que l’Iran offre « toutes ses installations de défense à la Syrie ».

Alors que la Russie vend des armes à la Syrie, un officiel militaire russe a déclaré sur les avions : « les Syriens obtiendront le meilleur des avions russes grâce à un financement de l’Iran, et partageront certaines ou la majorité des plateformes avec les forces aériennes d’Iran ». Le mensuel « Jane’s Defense Monthly » a rapporté qu’au moins dix des systèmes de missiles d’artillerie seront aussi transférés à l’Iran.

La Russie agit aussi comme complice diplomatique de l’Iran. Pendant un sommet à Téhéran le mois dernier, le ministre russe des affaires étrangères Sergei Lavrov a dit : « Nous ne voyons aucune espèce de menace en provenance d’Iran ». Lors d’une visite ultérieure en Israël, Lavrov a insisté sur le fait que les ventes d’armes russes ne constituent pas une menace contre l’Etat juif, et de toute façon, la seule façon pour Israël d’assurer sa sécurité est de restituer les Hauteurs du Golan à la Syrie.

Mais le gouvernement Olmert refuse de reconnaître que la Russie a réinstauré l’hostilité de la Guerre Froide à l’encontre d’Israël. Il a mièvrement félicité le président Vladimir Poutine pour son « rôle positif » dans la région, et continue de croire que la Russie donnera son accord à une action du Conseil de Sécurité de l’ONU contre l’Iran.

Et puis il y a la France. L’été dernier, la France a montré une hostilité ouverte à l’encontre d’Israël dans sa représentation du gouvernement libanais dans lequel le Hezbollah était alors partie prenante aux pourparlers de cessez-le-feu à l’ONU. D’un autre côté, en 2005, la France a joint ses forces avec les USA pour expulser l’armée syrienne du Liban après l’assassinat de l’ancien Premier Ministre libanais Rafik Hariri.

Israël espérait qu’avec la victoire de Nicolas Sarkosy dans la course présidentielle, la France prendrait une position plus en faveur d’Israël. Hélas, c’est le contraire qui advint. Sarkosy a réchauffé les liens de la France avec l’axe Iran - Syrie - Hezbollah. Sarkozy a légitimé ces trois là en invitant les représentants du Hezbollah à participer à des pourparlers tenus avec les factions libanaises dans la banlieue de Paris ce mois ci.

De plus, au début du mois, la France a conduit dix Etats membres de l’UE à s’ingérer dans le conflit palestino - israélien. Les ministres des affaires étrangères de ces grands Etats méditerranéens membres de l’UE ont adressé une lettre à l’envoyé du quartet Tony blair, exigeant, entre autres, que Israël donne son accord au déploiement de forces internationales en Judée et en Samarie, et que le Hamas soit invité à participer à une conférence internationale sur la question.

Alors que la France traite avec l’Iran du Liban, les USA suivent un même exemple en entamant le dialogue avec les mollahs sur l’Irak. Après sa réunion avec son homologue iranien à Bagdad cette semaine, l’ambassadeur des USA Ryan Crocker a annoncé la formation d’un comité de sécurité conjoint USA - Iran, qui discutera du terrorisme sunnite en Irak.

Apparemment, afin de faire avancer la « coopération de sécurité » de l’Amérique avec l’Iran, le Département d’Etat a refusé de soulever la question des cinq citoyens américains détenus en otage en Iran pendant la réunion. Et avec la perspective de « progrès » diplomatique avec l’Iran en vue, les USA ne veulent certainement pas « casser la baraque » en insistant sur la question du programme d’armes nucléaires de l’Iran.

De fait, l’approche de l’Iran par la carotte et le bâton à l’égard de puissances comme les USA et la France forme le quatrième cercle des liens. L’Iran a travaillé à neutraliser des menaces de ces pays en attaquant leurs intérêts dans d’autres sphères : le Liban, dans le cas de la France, et l’Irak dans le cas des USA. Etant donné l’enthousiasme des deux pays pour « l’engagement », il semble que les mollahs aient tapé dans la bonne direction. Israël a l’expérience de certaines réalisations de l’Iran dans l’année écoulée. Le Conseil de Sécurité de l’ONU a adopté deux résolutions de sanctions contre l’Iran. Avec le lobbying actif du dirigeant de l’opposition Binyamin Netanyahou, de nombreux fonds de pension de fonctionnaires américains s’orientent vers un désinvestissement des compagnies en affaires avec l’Iran. Et cette semaine, le Premier Ministre britannique Gordon Brown a annoncé que, comme son prédécesseur Tony Blair, il n’écartera pas l’option d’utiliser la force militaire pour empêcher l’Iran d’acquérir des armes nucléaires.

Pourtant, malgré ces réalisations, l’Iran a accompli des progrès constants dans son programme nucléaire. Mercredi dernier, Ahmadinejad a annoncé : « L’Iran n’abandonnera jamais son activité [nucléaire] pacifique ». Dimanche passé, un officiel iranien de haut rang a déclaré à « The Independent » qu’avec près de 3.000 centrifugeuses fonctionnant dans son installation nucléaire de Natanz : « Nous avons à cette date assez de centrifugeuses pour acquérir une bombe ».

De retour en Israël, la semaine dernière, Olmert a fait clairement savoir qu’il souhaite faire avancer les contacts avec les Palestiniens avec un retrait israélien de Judée et de Samarie. Ses conseillers ont dit à des journalistes qu’Olmert est motivé par son désir de dépasser son échec dans la guerre de l’an passé, et les enquêtes criminelles sur ses traitements d’affaires véreuses. Il souhaite être perçu comme un homme d’Etat.

Bien sûr, si Olmert souhaite vraiment être perçu comme un homme d’Etat, alors il ne devrait pas se soucier lui-même de retraits israéliens qui ne feront que renforcer l’Iran. Il devrait modifier sa cible stratégique à l’égard de l’Iran qui menace d’effacer Israël de la carte.

Malgré les protestations contraires de son gouvernement, il n’existe pas de coalition de modérés avec lesquels oeuvrer contre l’Iran. Il n’y a pas de coalition du tout. Et le temps ne joue pas en faveur d’Israël.

Si Olmert souhaite se gagner le soutien du public, et même son admiration, il doit vite bâtir et déployer une option militaire pour détruire la capacité naissante de l’Iran de détruire l’Etat d’Israël.


Contribuant à la JWR, Caroline B. Glick est membre senior pour le Moyen Orient du “Center for Security Policy” [Centre pour la Politique de Sécurité ] à Washington, DC et rédacteur en chef adjoint du « Jerusalem Post ».

http://www.jewishworldreview.com/0707/glick072707.php3

Cherchez pas, les mollahs auront leur Bombe (s'ils ne l'ont pas déjà Rolling Eyes ), c'est maintenant pour moi une quasi-certitude Idea
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Sam 28 Juil 2007, 14:33

Citation :
DEBKAfile reports: US Air Force B-2 Stealth bombers will soon be fitted with newly-developed 15-tonne Massive Ordnance Penetrator bombs

July 23, 2007, 10:05 AM (GMT+02:00)


New Massive Ordnance Penetrator bomb


American military sources say the gigantic new bunker-blaster is designed to hit fortified underground targets such as Iran’s uranium-enrichment facility at Natanz.

It will be capable of drilling through many meters of earth or concrete. When it falls from a high altitude, the MOP – composed of 20% explosives, 80% hardened metal - will punch a hole in the toughest protective casing before exploding in depth. It is GPS guided.

DEBKAfile’s military sources reveal that Israel’s RAFAEL has upgraded its US-made SPICE air-to-ground missile, adding a stand-off precision guidance kit.

This kit has been cleared for the US-made BLU-109 penetrator warhead, carried by Israeli warplanes, which is rated one of the top-line US weapons capable of hitting fortified targets from the air or warship.

Its effective drop range has been extended from 60km to 90km enabling Israeli warplanes to release the missile to target from outside enemy territory without being exposed to air defense fire.

The Israel-made PGM cannot be jammed since it does not depend on coordinates which can be falsified. After the targets are loaded into the bomb’s computer and dropped, it navigates and guides itself without pilot intervention and cannot therefore be diverted in mid-flight.

The unveiling of these super-weapons comes shortly after satellite pictures showed new digging efforts in the mountains just outside Iran’s Natanz facility. Analysts worldwide believe a tunnel complex is under development.

Citation :
DEBKA Reports: Iran buys 250 long-distance Sukhoi fighter-bombers, 20 fuel tankers, from Russia

July 27, 2007, 2:54 PM (GMT+02:00)

Tehran and the Russian Rosoboronexport arms group are about to sign a mammoth arms deal running into tens of billions of dollars for the sale to Tehran of 250 Su-30MKM warplanes and 20 IL-78 MKI fuel tankers. DEBKAfile’s military sources report Iran has stipulated delivery of the first aircraft before the end of 2007.

The transaction, Russia’s largest arms deal in 30 years, will endow Iran with a long-range aerial assault capability. The Sukhoi can sustain a four-and-a-half hour raid at its maximum range of 3,000 km against long-distance, marine and low-lying ground targets across the Persian Gulf and Middle East, including Israel and Lebanon.

The fuel tankers extends the Su-30MKM’s assault sustainability to 10 hours and its range to 8,000 km at altitudes of 11-13 km. The closest comparable plane in the West is the American F-15E fighter bomber. Iran’s acquisition of an exceptionally large fleet of the Russian fighter-bomber will elevate its air force to one of the two largest and most advanced in the region, alongside the Israeli Air Force.


Iranian air crews are already training on the new Sukhoi aircraft, ready to start flying them early next year with only a short delay after delivery. DEBKAfile’s sources report that Moscow is selling Tehran the same Sukhoi model as India received earlier this year. The Iranians leaned hard on New Delhi to let them have the Israeli avionics and electronics the Indian Air Force had installed in the Russian craft. India refused.

Russia began delivering the same craft in June to Malaysia, which also sought Israeli avionics without success. The Su-20MKM has won the nickname of “Islamic Version of Sukhoi.”

Its two-member crew shares the workload. The first pilot flies the aircraft, controls weapons and maneuvers the plane in a dogfight. The co-pilot employs BVR air-to-air and air-to-ground guided weapons in long-range engagements, sweeps the arena for enemy craft or missiles and performs as command-and-control in group missions.

Some of the plane’s systems are products of the French Thales Airborne Systems company. Moscow’s contract with Tehran for the sale of the Su-30MKM must therefore be cleared with Paris.

There is no decision in Jerusalem about asking Paris to withhold its consent to a deal which would substantially upgrade the long-range air assault capabilities of the Islamic Republic whose leaders want to wipe Israel off the map. However, President Nicolas Sarkozy is in mid-momentum of a diplomatic drive in the Arab and Muslim world and unlikely to be receptive to an Israeli approach. The only chance of aborting the Russian sale would be to route the approach through Washington.

Citation :
DEBKAfile Exclusive: USS Enterprise Strike Group passes through Suez Canal early Saturday after joint maneuver with French Charles De Gaulle carrier in Mediterranean

July 27, 2007, 11:10 PM (GMT+02:00)


French Rafale M fighter takes off from USS Enterprise deck


Egyptian forces were deployed to secure the waterway for the passage of USS nuclear carrier USS Enterprise (CVN 65), en route for the Persian Gulf. Monday, July 23, the group entered the Mediterranean for joint maneuvers with the French Charles De Gaulle carrier.

Rafale M fighters took off from its deck, touched down briefly on Enterprise runways and returned to the parent ship. This is the first time ever that French fighter-bombers have landed on an American carrier and used its facilities.

DEBKAfile’s Middle East and Washington sources say that the closely integrated maneuver is part of the growing cooperation between the Bush administration and the new Nicolas Sarkozy presidency on burning Middle East issues.

DEBKAfile’s sources have previously pointed to a dramatic opening-up of interchanges between Paris, Tehran and Hizballah. They now affirm that this new track was launched with tacit approval from Washington.

Friday, July 27, on the heels of the joint naval-aerial exercise, French foreign minister Bernard Kouchner arrived in Beirut for a visit prepared by France’s former ambassador in Damascus, Jean-Claude Cousseran. Early next week, US Secretary of State Condoleezza Rice and Defense Secretary Robert Gates arrive in Egypt and Saudi Arabia. Rice will also visit Jerusalem and Ramallah.

The contours are thus emerging of a division of labor whereby the United States concentrates on Iraq, the Persian Gulf and the Israel-Palestinian dispute, leaving France to deal directly with Iran, Syria and Lebanon. Sarkozy and his emissaries move into position as the potential go-between for Washington and Tehran, while Britain’s Tony Blair acts for the Quartet to mold Palestinian institutions of government.

The gambit on which Washington and Paris have embarked together takes into account Iran’s elevated standing as a topnotch Middle East power. This partnership and the new horizon opening up were explored in detail in the latest DEBKA-Net-Weekly out this Friday.

The evolving Washington-Paris track has a negative potential for Israel, which the Olmert government has been slow to appreciate.

http://www.debka.com/
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Sam 28 Juil 2007, 14:43

Citation :
America Refurbishes its Gulf-Red Sea Defenses against Iran Menace

DEBKA-Net-Weekly 298 Updated by DEBKAfile Analysts

July 28, 2007, 3:00 PM (GMT+02:00)


To subscribe to DEBKA-Net-Weekly click HERE .

The US Secretaries of State and Defense are traveling together – unusually - next week for a mission weighty enough for the Bush administration to deploy a double-barreled top team.

Built around a massive $20 bn arms deal with Saudi Arabia, it involves a broad boost for US defenses against Iran by means of a three-line deployment strategy across the Persian Gulf and Middle East devised by Secretary Gates.


The system, according to DEBKAfile’s sources, has three powerful components or levels:

The Iraq Level: US forces remaining in Iraq after the withdrawal would redeploy to giant extraterritorial land and air bases located mainly in the central and northern regions.

The Gulf Level: The US would double in size the armies and air forces of Saudi Arabia, Kuwait and Oman, and augment its military facilities in the Gulf region by expansion and new bases.

The Red Sea Level: Jordan and Israel military strength would form the backbone of this line supplemented by new American bases.

On April 27, DEBKA-Net-Weekly 298 divulged the plan when it was still on the drawing board:

American military planners are in the throes of an unprecedented modernization and expansion project for the Gulf emirates’ air, missiles and air defense forces, DEBKA-Net-Weekly’s military and intelligence sources report.

Its linchpins are the kingdom of Saudi Arabia and sultanate of Oman. At the end of the project, the Saudi air force will be the biggest in the Middle East, nearly the size of Israel’s, and equipped with the last word in avionics, electronic warfare systems and missiles.

The function assigned Saudi air fighters in the integrated US defense program is to take on the Iranian air force in an emergency, and prevent its antiquated, low-performance air force from providing support for Iranian naval forces and Iranian marines and saboteurs, should they attempt to seize territory in the Arab emirates.

Iran is known to command 600 bomber-fighters in operating condition.

They include outdated F-4E Phantom II, F5-E and F-14A Tomcats, French Mirage F-1EQ/BQ, Russian MIG-29, Mig-27, MIG-31 and Sukhoi Su-20, 22 and 25. Iran has produced two homemade models: Saeqeh-80 Owj and Azarakhsh. Iran’s most advanced fighting craft will be the Sukhoi Su-27 when it enters service in late 2008.

The Saudi air force, with 350 warplanes organized in 17 squadrons, is much smaller than Iran’s and not much more advanced. Its backbone of 134 Tornado aircraft includes 48 Tornado IDS. Seventy-two F-15S were added in the second half of the 1990s, joining 41 F-15C/D aircraft which served the Saudi Air Fore from the early 1990s.

Washington plans to double the Saudi combat air fleet, by selling the kingdom front-line fighters, including F-16 C and D and F-15 E - or even possibly the F-22 Raptor stealth plane, to which Israel is strongly opposed, although most Saudi Arabian operational aircraft are piloted by Western aviators, some American.

Another key element in Gates’ Level 2 for the Persian Gulf is the conversion of Camp Justice, the US air facility on the Omani island of Masirah, into the biggest American air base in the Persian Gulf and Middle East. An Arabian Sea island, 65 km long by 18 km wide, Masirah lies close to the Strait of Hormuz and the western coast of Iran.

A western military source in the Gulf also reports that a large increment of Marine forces is to be deployed permanently in Kuwait, which lies 130 km west of the nuclear reactor town of Bushehr on the southern Iranian coast.

End of quote from DEBKA-Net-Weekly.

DEBKAfile adds: Since April 18, when deputy secretary of state David Satterfield met King Abdullah in Riyadh and they went through the list of hardware on sale - marking down the king’s comments against each item - things have changed in US-Arabian relations; so too has the nature of the Iranian military menace hanging over Saudi Arabia, the Gulf and the Middle East.

These changes are marked in four aspects:

1. Washington and Riyadh are at odds on Iraq. In the beginning, the Americans approved of Saudi financial assistance to Iraqi insurgent groups to give them an incentive to pull away from al Qaeda. In recent weeks, however, the Saudis are equally active in undermining the Iraqi prime minister Nouri al-Maliki, calling him an Iran’s agent. This has brought the oil kingdom in direct conflict with the Bush policy.

2. A similar conflict has developed on the Palestinian question. King Abdullah strongly disapproves of US-Israeli backing for the Fatah’s Mahmoud Abbas and Salam Fayyad and imposition of an economic boycott against Hamas to overturn its rule in Gaza. The Saudis strongly advocate Palestinian reconciliation, unification of the West Bank and Gaza Strip and acceptance of Hamas as a dominant factor in shaping Palestinian destiny.

3. As oil prices roar towards $80 - and the price of $100 not too far over the horizon - the Bush administration is increasingly critical of Abdullah’s refusal to raise sustained capacity production past its permanent 2.1 million barrels per day. If only Riyadh would relent, they say, world markets would be reassured and demand would cool.

4. Responding to the Bush administration’s Gulf plans for the Saudi air force and Bush’s plan to maintain a post-withdrawal military presence in Iraq, Russian president Vladimir Putin has stepped in with a move of his own: the sale of 250 long-range SU-30MKM fighter-bombers to Iran, as DEBKAfile revealed Friday, July 27.

As acrimony heats up between Washington and Riyadh over key issues, Rice and Gates will have their work cut out next week to talk Saudi leaders round to buying the US Gulf strategy.


http://www.debka.com/article.php?aid=1295
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Sam 28 Juil 2007, 14:54

Oui, bon... scratch :beret:

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Sam 28 Juil 2007, 15:03

Pour les anglophones Mr. Green

Je continue en français, pas de panique Very Happy ;)
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Lun 30 Juil 2007, 16:40

Citation :
L'imposture Persépolis mise à nu : Marjane Satrapi super menteuse

par Imam Grouik-Grouik
Retour sur Persepolis : synthèse des gros mensonges de la réalisatrice et des éléments de manipulation du film et de la BD avec nouvelle action à la clé. Travail effectué à partir des articles d'Iran Resist sur la question, avec l'aimable autorisation du site. Opération à destination essentiellement de la France, sauf si le film passe près de chez vous hors de France...




NDLR : Résistance selon Marjane Satrapi, réalisatrice de Persepolis = Résistance pour... le voile



Mensonge biographique numéro 1. Marjane Satrapi répète à qui veut l’entendre qu’elle est une « princesse rouge » : une descendante des Qajar et de parents membres du parti communiste iranien Toudeh.
Réalité. Marjane Satrapi n’a jamais cherché à prendre contact avec les deux éminents membres du Toudeh, ni avec aucun autre représentant de ce parti en France, au point que pour ces derniers, « Marjane Satrapi » est une création romanesque envoyée en France pour capter l’attention d’un public de gauche.

Mensonge biographique numéro 2. L’autre élément de l’identité de Satrapi serait ses aïeux royaux liés à la Dynastie Qajar, dynastie qui ruina littéralement l’Iran et vendit l’ensemble de ses ressources minérales et pétrolières aux Anglais.
Réalité. L’examen du site des descendants de la dynastie Qajars montre qu’il n’y a aucun Satrapi (nom de la mère de Marjane) ni aucun Ebrahimi (nom du père) ni parmi les descendants d’Ahmad Shah, ni parmi les descendants de Mohammad Ali Shah, ni parmi les descendants de Nasser Eddin Shah (la première version des propos de Satrapi publiée par Wikepedia), ni nulle part dans cette dynastie (liste de toutes les familles liées aux Qajars).

Mensonge biographique numéro 3. Comme conséquence de son sang bleu, Satrapi affirme également appartenir à une famille aisée.
Réalité. Sa famille est inconnue et sans une réputation de famille riche.

Mensonge biographique numéro 4. Ebrahim Ebrahimi [qui] est selon sa fille heureux possesseur d’une compagnie de distribution de gaz en Iran.
Réalité. Il y n’avait aucun Satrapi ou Ebrahimi dans ses relations du travail, les compagnies alors en fonction étaient : Parsia Gaz (appartenant à un Libanais du nom d’Azrapour), la danoise Iran Gaz, Buthan ‘appartenant à M.Khalili), Pasargad Gaz (M. Dehlavi), Alvand Gaz (M. Dadress), Buta Gaz (Kalhor), Orsa Gaz (MM. Ghobadian & Naraghi) et Pars Gaz (Nik Akhtar). Le père de Satrapi est un personnage flou dont on ne connaît rien.

Mensonge biographique numéro 5. Elle affirme avoir été au lycée laïque français de Téhéran dans un environnement mixte.
Réalité. Ce lycée extraordinaire qui avait presque 100% de réussite au bac, lycée où toutes les matières étaient enseignées en Français a été mixte jusqu’à la révolution, mais dès 1980, il n’était plus ni laïque, ni mixte, ni français. La scolarité de Satrapi en langue française a duré de l’âge de 1977 à 1979 (deux ans). Par ailleurs, son nom ne figure pas sur la site des anciens du lycée Razi (ni à Satrapi, ni à Ebrahimi). Par la suite, selon les récits (BD ou interviews), elle aurait été envoyée en 1982 ou 1983 ou en 1984 à Vienne et elle en serait revenue en 1986 ou 1988. Ce lycée est très coûteux (5000 € par an) et seuls les membres liés au régime sont autorisés à envoyer les membres de leurs familles à l’étranger et à ce prix.

Mensonge biographique numéro 6. Elle affirme être arrivée en France en 1994 et jusqu’à très récemment elle disait avoir obtenu sa nationalité française entre 1994 et 1997.
Réalité. Dans un entretien avec le Figaro Madame, elle avoue que c’est Jack Lang qui lui a obtenu sa naturalisation en 2006. Quand Satrapi a fait le tour des Etats-Unis pour parler de son livre, elle s’y est rendue munie d’un passeport du régime des mollahs. Elle a ainsi sillonné le monde munie d’un visa, d’une autorisation et d’un passeport livré par les mollahs pour répandre sa version de la révolution islamique et sa version très édulcorée de la condition féminine.

Mensonge biographique numéro 7. Dans son entretien avec le Parisien, elle dit qu’elle ne parle pas de l’Iran car elle ne peut pas y aller et elle ne sait pas ce qui s’y passe.
Réalité. Nous lui rappelons au passage que sa maman et son papa vivent là-bas et sont censés lui raconter leurs vies et leurs soucis. En réalité, ses propos sous-entendent que les opposants exilés ne sont pas qualifiés pour parler d’un pays qu’ils ont quitté : Après sa définition de la laïcité, voici sa version de la résistance.

Persépolis : Manipulation 1. La BD fait croire que les iraniennes peuvent agir en super héros et tenir tête aux pasdaran et aux mollahs.
Réalité. C'est totalement faux vu qu’elles deviennent des femmes à 9 ans mais qu’elles doivent obtenir l’autorisation d’un père, d’un mari ou d’un tuteur, pour entreprendre des études, travailler et voyager.

Persépolis : Manipulation 2. Avant, l’Iran était selon Marjane dirigé par « un monstre » et il était nécessaire que la « gauche iranienne » dont elle est issue face alliance avec les mollahs pour chasser le « tyran ». Dans cette première partie de Persépolis, Satrapi dresse un tableau sombre de l’Iran des années 70 où les miséreux sont oubliés et « le roi » croule sous les richesses. Arrive la révolution dans la joie et les cris et Marjane Satrapi attribue deux des plus ignobles crimes des mollahs au Roi [1] et passe totalement sous silence le nombre astronomique des victimes et des exécutions sommaires. Dans la seconde partie, plus aucune mention des pauvres en Iran. Il n’y a que des femmes rigolotes, qui font du ski, qui s’habillent à la mode parisienne ou en imitant les séries américaines, pour sortir, draguer... Elles boient, elles fument, elles engueulent les miliciens, elles font des études, elles font du sport, elles arrivent à convaincre les mollahs par des rhétoriques éclairées, et elles roulent dans leurs petites voitures rapides... Ceci est le miroir tendu au lecteur pour qu’il s’identifie à une héroïne inexistante.

Satrapi est un produit marketing conçu pour plaire à une gauche qui ne connaît ni l’Iran, ni son histoire et encore moins le rôle anti-social joué par les communistes qui ont sans cesse fait front commun avec tous les adversaires des réformes sociales. Le livre de Satrapi est formaté pour les occidentaux de gauche et non pour les Iraniens qui y voient des images peu agréables : l’alliance des communistes et des mollahs qui a plongé le pays dans le néant. Persépolis est écrit pour vous et non pour les Iraniens. Il n’a pas de public en Iran car en plus il usurpe un nom lié à la Perse pour le mêler à une identité islamique qui a toujours combattu Persépolis, la Perse, Cyrus le grand, le fondateur de la première charte des droits de l’homme, le libérateur du peuple juif. Cette période qui fait rêver tous les Iraniens est qualifiée par Satrapi d’une nuit de 2500 ans : une expression utilisée uniquement par Khomeiny. Le livre recycle également la haine pour Israël et qualifie Sadate et le Shah de traîtres au Moyen-Orient pour avoir signé un accord de paix historique avec Menahem Begin.

Persépolis : Manipulation 3. Omissions. la BD Persépolis a également oublié d’évoquer le cas Rushdie et cette Fatwa. Cette BD qui dresse un inventaire des évènements marquants de la révolution islamique a la caractéristique d’avoir oublié des faits qui sont par le plus grands des hasards fort préjudiciables pour la république islamique d’Iran. Ainsi on n’y trouve aucune référence à la lapidation, à l’amputation d’une main, puis d’une jambe et ensuite de l’autre main pour les voleurs multirécidivistes, aucune référence à l’énucléation, aucune référence à ceux que l’on fouette et qui meurent par hémorragie interne. La BD inventaire a également oublié dans son inventaire de dire que les fillettes sont considérées comme des femmes dès l’âge de 9 ans, et qu’elles peuvent avoir leurs premières règles alors qu’elles sont déjà mariées depuis quelques années. Cet inventaire bien incomplet a également oublié de préciser que le viol n’est pas reconnu comme un délit en Iran. La personne violée est considérée comme une coucheuse peu vertueuse et risque la lapidation ou une peine de substitution comme la pendaison… pas étonnant que les filles hésitent à porter plainte.

------------>


Dernière édition par le Lun 30 Juil 2007, 16:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Lun 30 Juil 2007, 16:41

Citation :
Persépolis : Manipulation médiatique 1. L’auteur est identifié à la gauche et ses lecteurs de gauche s’identifient à elle. Elle n’a qu’à leur dire ce qu’elle veut et leur tendre un miroir sur la vie d’une jeune fille très moderne et pleine de doutes, une Bridget Jones sous le voile.
Réalité. L’auteur est identifié à la gauche et ses lecteurs de gauche s’identifient à elle. Elle n’a qu’à leur dire ce qu’elle veut et leur tendre un miroir sur la vie d’une jeune fille très moderne et pleine de doutes, une Bridget Jones sous le voile. Elle remet ainsi en cause le principe de la laïcité qui est la matrice de la démocratie car elle libère les peuples de l’opium religieux.

Persépolis : Manipulation médiatique 2. Dans un extrait qui est en notre possession (nous n’arrivons pas à le comprimer en flash ou en wmv), Satrapi dit que les iraniens ne sont pas des terroristes.
Réalité. Le monde ne regarde pas vers l’Iran en y voyant un peuple de terroristes mais un peuple victime de terroristes islamiques au pouvoir. Avec une formulation très particulière, elle crée la confusion entre les islamistes au pouvoir et leurs victimes.

Persépolis : Manipulation médiatique 3. Elle enchaîne sur l’horreur que lui inspirent les propos qui qualifient l’Iran (c’est-à-dire la république islamique) d’Etat terroriste.
Réalité. Le monde considère le régime comme étant une entité terroriste et non les « iraniens » ! C’est une manipulation qui ne profite guère au peuple iranien.

Persépolis : Manipulation médiatique 4. Elle dit avoir fait un film pour faire comprendre que « ces gens » sont comme vous et moi, ils aiment leurs parents, ils aiment manger des glaces et aller à la piscine.
Réalité. Mais elle ne parle pas des « iraniens ». Elle parle de « ces gens » au pouvoir, des mollahs et des Pasdaran ou des miliciens bassidjis, ces terroristes qui aiment leurs parents, mangent des glaces et vont à la piscine. Du fait, ce que dit Satrapi est une formulation délibérée pour dédouaner le régime des mollahs de son étiquette de terroriste islamique. Ces propos de Strapi heurtent les « iraniens », surtout ceux qui vivent encore en Iran et espèrent un élan de solidarité venant de l’Europe. Ses propos trompent les Européens qui oublient le peuple iranien pour se concentrer sur une oeuvre en tout point tendancieuse. La plupart des iraniens sont bien trop pauvres pour se payer des glaces et la piscine.

Persépolis : Manipulation médiatique 5. Dans une vidéo, Satrapi, entre deux gorgées de coca-cola et deux rires gras, déblaterre sur la laideur de l’identité nationale.
Réalité. L’identité nationale des iraniens est un refuge pour résister à l’islamisme du pouvoir. C’est elle qui a permis à l’Iran de préserver sa langue et sa culture dans le monde musulman depuis 14 siècles. Son language du corps est blessant car les iraniens attendent de leurs compatriotes exilés qu’ils parlent à leur place et racontent leur calvaire et non qu’ils oublient de mobiliser les occidentaux pour les soutenir, qu’ils agissent comme si de rien n’était et qu’en plus qu’ils salissent leur seul rempart contre la barbarie, cette identité nationale vieille de plusieurs miliers d’années.

Persepolis Manipulation médiatique 6. « Fiftiz.fr » demande à Satrapi : Quelle est la situation des femmes en Iran ? Elle répond : Dans l’enseignement supérieur, 60 % des étudiants sont des femmes, y compris dans les filières scientifiques et techniques. Ce chiffre à lui seul annonce un profond changement dans la société iranienne. Je pense que les mentalités évoluent.
Réalité. C’est la réponse officielle des responsables du régime quand ils veulent éviter de parler du code civil iranien. Ce code civil est publié sur Internet par différents organismes dont des sites juridiques qui comparent des textes de lois de différents pays du monde. Il est de ce fait inadmissible que les journalistes prétendent ignorer quelle est la condition des femmes en Iran. On ne peut se prétendre journaliste tout en faisant abstraction du fait qu’à 9 ans une fillette iranienne devient une femme pénalement responsable devant la loi, c’est-à-dire qu’en cas de viol, la loi la juge responsable d’avoir sexuellement stimulé son violeur.

Persépolis : Manipulation médiatique 7. Cannes. Le régime des mollahs a protesté contre la sélection du long-métrage animé de « l’exilée iranienne Marjane Satrapi », Persépolis, au Festival de Cannes, car ce film porterait un regard critique sur la révolution islamique.
Réalité. Pour comprendre ce Buzz, il faut revenir en arrière : Les BD de Persépolis sont en vente depuis l’an 2000 et pas une seule fois les mollahs n’ont protesté contre elles et même leurs sites d’info comme iranian.com ou Rooz Online, ces deux sites proches de Rafsandjani ont chanté les louanges de cette œuvre si particulière pendant des années. Pour donner de la crédibilité à ses faux opposants et opposantes intérieurs, le régime des mollahs fait semblant de les persécuter en respectant un timing précis. En Iran, ceci se traduit par des arrestations de complaisance à des dates commémoratives et ici, chez nous, ceci prend la forme d’une protestation contre la sélection officielle à Cannes. Mais la partie la plus drôle est que cette sélection était connue depuis des semaines, mais le régime des mollahs a choisi l’avant-veille de la projection de Persépolis de Marjane Satrapi pour protester afin de lancer une polémique et faire de la publicité pour cette œuvre très particulière qui est une ode à la Révolution islamique et dont son auteur est une militante médiatique pour la liberté du port du voile.


Déclarations délirantes de Marjane Satrapi 1.
« Je suis une vraie amoureuse de la liberté et une vraie démocrate ouverte à toutes les indignations, à toutes les protestations, à toute critique, et je pense qu’on ne peut construire que dans les critiques et la protestation : Il faut un dialogue ouvert »

Dialogue ouvert avec des tortionnaires, des lapideurs, des nazis en babouche ?

Déclarations délirantes de Marjane Satrapi 2. « Le vrai ennemi de la démocratie, ce n’est ni un régime, ni une personne, ni un gouvernement, le vrai ennemi de la démocratie, c’est la culture patriarcale »

On est exactement dans la perspective d'une autre demoiselle passablement perturbée : Houria Bouteldja.


Objectifs de Persepolis. Cette BD et ce film ne sont pas destinés aux iraniens mais à ceux qui ne connaissent rien de l’Iran. Ils les trompent, en leur dressant l’image d’un régime qui évolue doucement dans le bon sens. Son objectif est de tuer les urgences et que les lecteurs jeunes et généralement de gauche de BD deviennent méfiants vis-à-vis des récits horribles que les exilés leur racontent sur l’Iran.

En sortant de Persépolis, vous ne serez pas tétanisés au point de vouloir demander à Bernard Kouchner de ne pas accepter de rencontrer un représentant du régime des mollahs.

Pourtant vous le devriez car là-bas on a dépénalisé le viol et la pédophilie. Là-bas on lapide, là-bas on pend les prisonniers dans la rue et on les laisse devant les yeux des enfants. Là-bas on vend ses organes pour survivre. Là-bas on vend ses enfants à des pédophiles. Là-bas on se défonce pour oublier toutes ces horreurs.

Rappel. Le mensonge et la dissimulation sont une donnée culturelle incontournable de l'islam chiite plus encore que de l'islam sunnite du fait de la longue histoire de persécution du premier par le second. Ils sont clairement indiqués par la charia et rentrent dans le cadre du djihad. Lire cette conférence pour mieux comprendre ce que l'on entend par takkya ou takia.

Article de synthèse basé sur les documents fournis par les articles de l'excellent Iran Resist, à consulter pour plus de détails.[/b]



Nous avions fait déjà une précédente opération sur Marjane Satrapi, en nous attardant sur l'équipe de France-Inter, partenaire du film. Il nous semble intéressant de revenir à la charge avec cet article. Comme Iran Resist ne cesse de dire que les mails envoyés à diverses personnalités sont restées lettres mortes, nous allons plutôt envoyer des vraies missives par la Poste afin d'informer toutes ces personnes de qui se cache derrière Persépolis. [ndlr : instruction de l'Opération SITA dans l'image]



>source

(via LV Idea )
Revenir en haut Aller en bas
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 02 Aoû 2007, 11:10

Laurent a écrit:
Pour les anglophones Mr. Green

Je continue en français, pas de panique Very Happy ;)


Pour les anglophobes !

En français également : un site à visiter, digne d'intérêt, et qui n'est pas anti-sémite pour un sou.

http://news.stcom.net/



* ***
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 02 Aoû 2007, 12:41

url déjà postée ;)
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Lun 06 Aoû 2007, 15:50

Citation :
La solution iranienne

Ahmadinejad propose qu’Israël se trouve un nouveau domicile et cède la place à un grand état palestinien:

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a appelé Israël à «se chercher une place ailleurs» pour son État et à quitter son territoire pour permettre la création d’un État palestinien, selon une interview publiée samedi. «Notre soutien [au peuple palestinien] est inconditionnel. Quant aux Israéliens, qu’ils aillent s’installer ailleurs», déclara Ahmadinejad à différents journaux algériens à quelques jours d’une visite en Algérie qui doit début lundi.

Exagérations verbales sans importance? Dans une certaine mesure, sûrement, mais laquelle?

Au niveau des actes concrets, l’Iran arme et téléguide le Hezbollah, dont la force de feu (et la rhétorique) est clairement dirigée sur Israël (et sur l’intérieur du pays, pas sur la défense des frontières libanaises). L’Iran arme également tant le Hamas que le Fatah. Et l’Iran soutient encore plus massivement la Syrie, qui parraine à son tour d’autres organisations terroristes palestiniennes.

La politique iranienne est donc parfaitement cohérente en ce qui concerne la disparition de l’État d’Israël: l’Iran aide, militairement, tous les ennemis déclarés d’Israël, tous ceux qui veulent sa disparition pure et simple. L’Iran met bel et bien en oeuvre des moyens considérables en vue de détruire l’État d’Israël. Cette partie du discours d’Ahmadinejad est donc confirmée par ses actes.

Mais la politique du gouvernement iranien est très contradictoire au niveau de l’avenir constructif de la région: la création d’un état palestinien va clairement contre les visées du pouvoir syrien et il faut être plus optimiste que ne le permet la raison pour imaginer une cohabitation fructueuse entre le Hamas et le Fatah à la tête d’un État. D’autre part, la puissance du Hezbollah chiite au Liban va également à l’encontre des ambitions libanaises du gouvernement syrien.

Ainsi, si tous ces gens armés et incités à l’action violente par l’Iran — Assad en Syrie, le Hezbollah au Liban et les divers groupes terroristes palestiniens — semblent alliés, c’est uniquement contre Israël. Mais leurs intérêts sont en fait très antagonistes et si Israël disparaissait, tout indique qu’ils s’entretueraient sur les débris. Et quelque part, tout le monde le sait.

http://www.ajm.ch/wordpress/?p=753
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Lun 06 Aoû 2007, 15:56

Laurent a écrit:
Citation :
La solution iranienne

Ahmadinejad propose qu’Israël se trouve un nouveau domicile et cède la place à un grand état palestinien:

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a appelé Israël à «se chercher une place ailleurs» pour son État et à quitter son territoire pour permettre la création d’un État palestinien, selon une interview publiée samedi. «Notre soutien [au peuple palestinien] est inconditionnel. Quant aux Israéliens, qu’ils aillent s’installer ailleurs», déclara Ahmadinejad à différents journaux algériens à quelques jours d’une visite en Algérie qui doit début lundi.

Exagérations verbales sans importance? Dans une certaine mesure, sûrement, mais laquelle?

Au niveau des actes concrets, l’Iran arme et téléguide le Hezbollah, dont la force de feu (et la rhétorique) est clairement dirigée sur Israël (et sur l’intérieur du pays, pas sur la défense des frontières libanaises). L’Iran arme également tant le Hamas que le Fatah. Et l’Iran soutient encore plus massivement la Syrie, qui parraine à son tour d’autres organisations terroristes palestiniennes.

La politique iranienne est donc parfaitement cohérente en ce qui concerne la disparition de l’État d’Israël: l’Iran aide, militairement, tous les ennemis déclarés d’Israël, tous ceux qui veulent sa disparition pure et simple. L’Iran met bel et bien en oeuvre des moyens considérables en vue de détruire l’État d’Israël. Cette partie du discours d’Ahmadinejad est donc confirmée par ses actes.

Mais la politique du gouvernement iranien est très contradictoire au niveau de l’avenir constructif de la région: la création d’un état palestinien va clairement contre les visées du pouvoir syrien et il faut être plus optimiste que ne le permet la raison pour imaginer une cohabitation fructueuse entre le Hamas et le Fatah à la tête d’un État. D’autre part, la puissance du Hezbollah chiite au Liban va également à l’encontre des ambitions libanaises du gouvernement syrien.

Ainsi, si tous ces gens armés et incités à l’action violente par l’Iran — Assad en Syrie, le Hezbollah au Liban et les divers groupes terroristes palestiniens — semblent alliés, c’est uniquement contre Israël. Mais leurs intérêts sont en fait très antagonistes et si Israël disparaissait, tout indique qu’ils s’entretueraient sur les débris. Et quelque part, tout le monde le sait.

http://www.ajm.ch/wordpress/?p=753
plus ca va plus je l'apprécie ce président il remonte dans mon estime les chiites.

chasser ces voleurs et criminels sionistes devraient être la première priorité des états Islamiques.
Revenir en haut Aller en bas
gilabert jorge



Masculin Messages : 241
Inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Lun 06 Aoû 2007, 16:03

Sioniste je vous demande de me dire qu est-ce que c est pour moi
c est un mouvement né en allemagne des rangs d extrème gauche mais ça n
a jamais été ma tasse de thé !Pouvez-vous me renseigner ?SVP.



Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Lun 06 Aoû 2007, 16:10

Le sionisme est un mouvement politique et une idéologie qui affirme le droit à l'existence d'un État juif en Palestine[1] et œuvre à sa création, puis à son développement. Il s'est mis en place à partir de la fin du XIXe siècle, notamment parmi les Juifs d'Europe centrale et d'Europe de l'Est sous la pression des pogroms et de l'antisémitisme chronique de ces régions, mais aussi en Europe occidentale, suite au choc causé par l'affaire Dreyfus. Bien qu'ayant des caractères spécifiques du fait de la dispersion des Juifs, sa naissance au XIXe siècle est contemporaine de l'affirmation d'autres nationalismes, en Europe.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sionisme
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Lun 06 Aoû 2007, 16:11

Citation :
plus ca va plus je l'apprécie ce président il remonte dans mon estime les chiites.

chasser ces voleurs et criminels sionistes devraient être la première priorité des états Islamiques.


Arnaud, fais le ménage, apologie du terrorisme sur le forum Idea

-------
Suite à un grand nombre de réponses, ce sujet a été automatiquement divisé. Vous pouvez retrouver la suite de ce sujet ici :
http://docteurangelique.forumactif.com/viewtopic.forum?t=6025

-------

http://docteurangelique.forumactif.com/viewtopic.forum?t=10260
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Dim 05 Sep 2010, 22:24

L'Iran attaqué "détruirait Israël"
AFP
05/09/2010 | Mise à jour : 17:23 Réactions (53)
Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a averti aujourd'hui que toute attaque contre son pays conduirait à la "destruction" d'Israël, dans une déclaration à Doha, où il se trouvait pour une courte visite. "Tout acte contre l'Iran conduirait à la destruction de l'entité sioniste" (Israël, ndlr), a dit aux journalistes le président iranien qui doit rencontrer l'émir du Qatar cheikh Hamad ben Khalifa Al-Thani.

Le régime iranien, ennemi juré d'Israël dont il prédit régulièrement la disparition, soutient le mouvement islamiste Hamas qui contrôle la bande de Gaza et s'oppose à tout compromis avec l'Etat hébreu. Israël n'a par ailleurs jamais écarté l'option militaire dans le dossier du nucléaire iranien. Téhéran, malgré ses dénégations, est soupçonné par les pays occidentaux et l'Etat hébreu de chercher à se doter de l'arme nucléaire sous couvert de programme civil.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Ven 10 Sep 2010, 15:49

L'Iran dément la construction d'un site secret d'enrichissement d'uranium

(AFP)–Il y a 4 heuresTEHERAN — Le chef du programme nucléaire iranien, Ali Akbar Salehi, a démenti vendredi les informations d'un groupe d'opposition iranien sur la construction d'un nouveau site nucléaire secret pour enrichir l'uranium."Nous n'avons pas de telles installations destinées à faire de l'enrichissement d'uranium", a déclaré M. Salehi, chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), cité par l'agence de presse Mehr.M. Salehi a également affirmé qu'il "n'y a en Iran aucune installation définie en tant que telle, non déclarée à l'Agence internationale de l'énergie atomique" (AIEA).Soona Samsami, du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), et l'ancien porte-parole du CNRI, Alireza Jafarzadeh, ont affirmé jeudi à Washington avoir fourni des informations au gouvernement américain, au Congrès des Etats-Unis et à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur la construction d'un nouveau site nucléaire secret par Téhéran.Le CNRI est la vitrine politique de l'Organisation des Moudjahidine du peuple, principal groupe de l'opposition armée au régime de Téhéran.Selon le groupe, la construction du site de Behjatabad-Abyek (nord ouest de Téhéran), a été entamée en 2005 à quelque 120 km de Téhéran et serait achevée à 85%. Le site serait bâti à l'intérieur d'une montagne, selon la même source.M. Salehi a ajouté que l'Iran possédait de "nombreux centres à travers l'Iran" utilisant des matériaux nucléaires pour un usage médical ou agricole.Un responsable américain a réagi avec prudence aux informations de l'opposition iranienne."Cet équipement est en construction depuis des années, et nous connaissons son existence depuis des années", a déclaré un responsable américain sous couvert de l'anonymat."Bien qu'il y ait encore une certaine ambiguïté sur son objet final (...) il n'y a pas de raison à ce stade de penser qu'il s'agit d'un site nucléaire", a poursuivi ce responsable."Les Iraniens mettent aussi du matériel militaire dans des tunnels. Les gens doivent être prudents dans leurs conclusions dans cette affaire", a insisté ce responsable.
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5j20BEuaP2KJpHyVcOZgwJu5ZJimQ

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mar 14 Sep 2010, 13:18

L’AIEA accuse l’Iran d’entraver son travail



Au premier jour de la réunion d’automne du conseil des 35 gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), prévue la troisième semaine à Vienne, Yukiya Amano, directeur général de l’Agence, a exprimé lundi 13 septembre son « grand regret » à propos du refus de Téhéran d’autoriser deux inspecteurs expérimentés à revenir en Iran, sous prétexte qu’ils avaient rédigé des rapports « erronés ». Ces deux inspecteurs, qui devaient retourner fin septembre surveiller les activités du réacteur de recherche de Téhéran, avaient révélé que les Iraniens procédaient à des expériences nucléaires non déclarées

Quelles sont les accusations de l’AIEA contre l’Iran ?

Dans un rapport confidentiel, remis la semaine dernière aux gouverneurs, Yukiya Amano s’était déjà plaint du retrait du certificat d’inspection des deux experts. Par ailleurs, le rapport insistait sur le fait que Téhéran poursuit la constitution de ses stocks d’uranium enrichi à 5 % et 20 % de degré de pureté, continuant ainsi à défier les résolutions et sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU qui l’enjoignent de cesser ces activités jusqu’à ce que l’AIEA ait pu déterminer s’il y a une possible composante militaire à ce programme nucléaire.

De plus, Téhéran n’a pas signalé à l’Agence les projets de 10 nouveaux sites pour l’enrichissement d’uranium annoncés en août par le chef de l’agence atomique iranienne Ali Akhbar Salehi, alors que l’accord sur les mesures de sauvegarde de l’AIEA l’y oblige. Yukiya Amano a réitéré lundi 13 septembre sa « totale confiance dans le professionnalisme et l’impartialité des inspecteurs concernés », « deux grands connaisseurs du cycle du combustible nucléaire » avec « une longue expérience de l’Iran ».

Par ailleurs, il a annoncé le remplacement du chef des inspecteurs de l’Agence, le Finlandais Olli Heinonen, par le Belge Herman Nackaerts. Olli Heinonen avait démissionné au mois d'août pour « raisons personnelles » après cinq ans à la tête de ce service.Quelle a été la réponse de Téhéran ?

Ali Asghar Soltanieh, ambassadeur de l’Iran auprès de l’AIEA, a rejeté « catégoriquement » l’affirmation selon laquelle le refus de certification de ces deux inspecteurs « entrave » le travail de l’Agence.

Selon lui, l’Iran était dans son bon droit, car l’accord sur les mesures de sauvegarde lui permet d’émettre un veto sur la désignation des inspecteurs, sans même devoir avancer de raisons à ce veto. L’ambassadeur iranien a qualifié de « ridicules » les déclarations sur la décision de Téhéran de refuser deux inspecteurs alors que l’Agence dispose d’un service avec « plus de 150 inspecteurs », service dans lequel elle peut puiser.Que signifie ce nouveau bras de fer entre l’Iran et la communauté internationale ?

Comme l’a remarqué le directeur général de l’AIEA, ce n’est pas la première fois que l’Iran a recours à ce stratagème. Le 16 janvier 2007 déjà, Téhéran avait demandé à l’Agence de revenir sur la certification de 38 inspecteurs. En refusant de laisser les inspecteurs de l’Agence qui ont une bonne connaissance du dossier poursuivre leur travail sur le terrain, Téhéran pourrait chercher à dissuader les inspecteurs de poser trop de questions gênantes.

De leur côté, les États-Unis affirment que le rapport de l’AIEA illustre leur inquiétude concernant l’enrichissement, la poursuite de la construction d’un réacteur de recherche à eau lourde, la coopération avec l’AIEA et l’accès des inspecteurs aux sites principaux.

L’administration Obama pense toutefois que la dernière série de sanctions adoptées par l’ONU a un impact sur le terrain en Iran et alimente un débat parmi les dirigeants iraniens sur le prix à payer pour le développement d’armes nucléaires. Une réunion des six pays suivant pour l’ONU le dossier du nucléaire iranien (Allemagne, Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni et Russie) doit se tenir à la fin du mois de septembre à New York.
François d’ALANÇON

http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2439205&rubId=4077

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mar 14 Sep 2010, 13:25

Nouvelle défection d'un diplomate iranien qui demande l'asile en Norvège

(AFP)–il y a 1 heureOSLO — Un diplomate de l'ambassade d'Iran à Bruxelles a annoncé mardi qu'il rejoignait l'opposition au président Mahmoud Ahmadinejad et demandait l'asile politique en Norvège, constituant la troisième défection d'un diplomate iranien en Europe cette année."Je demande l'asile politique avec toute ma famille", a déclaré Farzad Farhangian, attaché de presse à l'ambassade iranienne en Belgique, lors d'une conférence de presse à Oslo."Je présente mes excuses au peuple iranien. Au cours des 30 dernières années, j'ai été au service du peuple iranien. Mais les dérives atteintes par la république iranienne ne me laissent pas le choix. J'espère être la voix de l'opposition", a dit M. Farhangian.Il est le troisième diplomate iranien à abandonner ses fonctions et demander l'asile dans un pays nordique depuis janvier.Le numéro 2 de l'ambassade d'Iran à Helsinki a annoncé ce week-end sa défection et sa demande d'asile en Finlande.En février, l'ancien consul de l'ambassade iranienne à Oslo, Mohammed Raza Heydari, s'était vu accorder l'asile politique, après avoir fait défection un mois plus tôt.M. Farhangian a expliqué mardi qu'il rejoignait la Norvège pour coopérer avec M. Heydari dans une campagne contre le régime Ahmadinejad.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 16 Sep 2010, 10:46

Les USA affirment que l'Iran est déterminé à fabriquer une bombe nucléaire


AFP | 15.09.10 | 17h46
L'Iran est déterminé à fabriquer une bombe nucléaire, ont affirmé mercredi les Etats-Unis à l'ONU, et les autres membres permanents du Conseil de sécurité ont exprimé leur inquiétude sur la non-coopération de l'Iran avec les inspecteurs de l'AIEA. Les ambassadeurs américain et britannique aux Nations unies ont tous les deux accusé l'Iran de "violations systématiques" des résolutions de l'ONU, imposant quatre séries de sanctions. "L'Iran refuse de prendre en compte nos inquiétudes concernant la prolifération et semble déterminé à obtenir des armes nucléaires", a souligné l'ambassadrice américaine Susan Rice au cours d'un débat du Conseil de sécurité sur les sanctions de l'ONU, faisant allusion à un nouveau rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique. Le Conseil de sécurité et la commission des sanctions "vont devoir étudier un réponse appropriée à la série de violations par l'Iran des résolutions du Conseil de sécurité", a-t-elle ajouté. "Il est urgent de redoubler nos efforts pour mettre en oeuvre les sanctions de l'ONU", a-t-elle déclaré, soulignant que "les Etats membres devraient remplir rapidement leurs obligations" à cet égard. L'ambassadeur britannique à l'ONU, Mark Liyall Frant, a souligné que l'Iran continuait de "défier les multiples résolutions de l'ONU" et avait enrichi une quantité importante d'uranium, "une étape significative pour produire des armes nucléaires". L'ambassadeur de France à l'ONU, Gérard Araud, a lui aussi souligné que l'Iran continuait de refuser de respecter ses obligations et que le programme nucléaire iranien n'avait pas de nature civile crédible. La France est également inquiète des activités de l'Iran pour produire des missiles balistiques. "Notre réponse devrait être résolue", "notre but est le dialogue mais l'Iran refuse le dialogue. La balle est dans leur camp", a-t-il dit. L'Iran nie chercher à acquérir la bombe atomique mais le dernier rapport de l'AIEA souligne que la république islamique possède des stocks croissants d'uranium faiblement enrichi ou enrichi à 20%. L'Iran disposait à la mi-août d'au moins 22 kilos d'uranium hautement enrichi, dont Téhéran affirme qu'il sera utilisé dans son réacteur de recherche, selon l'AIEA.

http://www.lemonde.fr/depeches/2010/09/15/les-usa-affirment-que-l-iran-est-determine-a-fabriquer-une-bombe-nucleaire_3244_108_43394861.html

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
julieng



Masculin Messages : 2590
Inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 16 Sep 2010, 15:07

les usa sont désormais le pays le plus menteur, le plus massacreur de l'humanité...tout ceci n'est que propagande...ils veulent la guerre, ils l'auront. ils cherchent juste le bon angle pour conditionner les peuples. comme du temps de Colin Powel lorsque ce fils de chien tempéra les ardeurs de Rumsfeld, qui voulait , dès le 12 septembre 2001, que Bush fasse de l’iraK « la cible principale du premier round de la guerre au terrorisme » . Powell persuada alors Bush que « l’opinion publique devrait être préparée avant qu’une manœuvre contre l’Iraq soit possible ». fils de chien, sous des allures de colombe, en 1992 il déclara que les usa avaient besoin d’une puissance suffisante pour « décourager n’importe quel rival ne serait-ce que de rêver de nous défier sur la scène mondial »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wmaker.net/eschaton/
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 16 Sep 2010, 15:55

julieng a écrit:
les usa sont désormais le pays le plus menteur, le plus massacreur de l'humanité...

Je ne fais pas de l'angélisme, et je sais bien que l'Amérique a ses victimes. Mais de là à dire qu'elles sont plus nombreuses que celle de vrais régimes massacreurs, ou que l'Amérique est plus menteuse que l'Union Soviétique ou la Chine communiste, il y a quand même un sacré bond. Ces mots sont excessifs. Vous avez le droit d'être anti-américain, mais essayez de l'être raisonnablement.

tout ceci n'est que propagande...

Je ne pense pas que "tout" soit propagande. Il est fort probable que l'Iran est une proie stratégiquement intéressante. Il est également fort possible que les dirigeants américains soient tentés d'en rajouter, et de faire preuve de mauvaise foi, pour avoir le casus belli qu'ils espèrent.
Mais de l'autre côté, il faut avouer que les Iraniens ne font rien pour leur donner tort. Ils pourrissent leur image internationale en lapidant les femmes, ils mettent autant de bâtons dans les roues que possible aux inspecteurs de l'AIEA, et tout en affirmant ne pas vouloir la bombe ils se comportent exactement comme des gens qui ont quelque chose à cacher, le tout mêlé de rodomontades viriles de part et d'autre.
En l'état actuel des choses, et si l'on étudie un peu le dossier, il n'y a pas de preuves que les Iraniens développent la Bombe. Mais il y a des tas d'indices qui soutiennent la thèse qu'ils la veulent, à commencer par leur façon d'agir. Que sur cette question, les Américains forcent le trait dans le sens qui les arrange, ça fait d'eux des va-t-en-guerre, des brutes si vous voulez, mais pas vraiment des menteurs.


ils veulent la guerre, ils l'auront. ils cherchent juste le bon angle pour conditionner les peuples. comme du temps de Colin Powel lorsque ce fils de chien tempéra les ardeurs de Rumsfeld, qui voulait , dès le 12 septembre 2001, que Bush fasse de l’iraK « la cible principale du premier round de la guerre au terrorisme » . Powell persuada alors Bush que « l’opinion publique devrait être préparée avant qu’une manœuvre contre l’Iraq soit possible ». fils de chien, sous des allures de colombe, en 1992 il déclara que les usa avaient besoin d’une puissance suffisante pour « décourager n’importe quel rival ne serait-ce que de rêver de nous défier sur la scène mondial »

Ca c'est la politique de base de toute puissance de premier rang. Ce serait la France, la Suisse ou le Lichtenstein, l'idée serait la même. C'est peut-être pas glorieux, mais ça ne met pas les américains plus bas dans l'échelle de la dignité que n'importe qui d'autre.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
julieng



Masculin Messages : 2590
Inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 16 Sep 2010, 16:15

Citation :
Je ne fais pas de l'angélisme, et je sais bien que l'Amérique a ses victimes. Mais de là à dire qu'elles sont plus nombreuses que celle de vrais régimes massacreurs, ou que l'Amérique est plus menteuse que l'Union Soviétique ou la Chine communiste, il y a quand même un sacré bond. Ces mots sont excessifs. Vous avez le droit d'être anti-américain, mais essayez de l'être raisonnablement.

j'ai écrit désormais, l'URSS n'étant plus et les cocos chinois ne massacrant que leurs dissidents.


Citation :
Je ne pense pas que "tout" soit propagande. Il est fort probable que l'Iran est une proie stratégiquement intéressante. Il est également fort possible que les dirigeants américains soient tentés d'en rajouter, et de faire preuve de mauvaise foi, pour avoir le casus belli qu'ils espèrent.
Mais de l'autre côté, il faut avouer que les Iraniens ne font rien pour leur donner tort. Ils pourrissent leur image internationale en lapidant les femmes, ils mettent autant de bâtons dans les roues que possible aux inspecteurs de l'AIEA, et tout en affirmant ne pas vouloir la bombe ils se comportent exactement comme des gens qui ont quelque chose à cacher, le tout mêlé de rodomontades viriles de part et d'autre.
En l'état actuel des choses, et si l'on étudie un peu le dossier, il n'y a pas de preuves que les Iraniens développent la Bombe. Mais il y a des tas d'indices qui soutiennent la thèse qu'ils la veulent, à commencer par leur façon d'agir. Que sur cette question, les Américains forcent le trait dans le sens qui les arrange, ça fait d'eux des va-t-en-guerre, des brutes si vous voulez, mais pas vraiment des menteurs.

par définition tout ce qui sort de l'afp est à vérifier et à revérifier.

Ca c'est la politique de base de toute puissance de premier rang. Ce serait la France, la Suisse ou le Lichtenstein, l'idée serait la même. C'est peut-être pas glorieux, mais ça ne met pas les américains plus bas dans l'échelle de la dignité que n'importe qui d'autre.

non ce n'est pas la politique de base de masscrer des peuples pour asseoir son hégémonie, la politique est subordonnée à la morale ( distinction sans confusion)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wmaker.net/eschaton/
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 16 Sep 2010, 16:23

julieng a écrit:
Citation :
Je ne fais pas de l'angélisme, et je sais bien que l'Amérique a ses victimes. Mais de là à dire qu'elles sont plus nombreuses que celle de vrais régimes massacreurs, ou que l'Amérique est plus menteuse que l'Union Soviétique ou la Chine communiste, il y a quand même un sacré bond. Ces mots sont excessifs. Vous avez le droit d'être anti-américain, mais essayez de l'être raisonnablement.

j'ai écrit désormais, l'URSS n'étant plus et les cocos chinois ne massacrant que leurs dissidents.

Ils ne sont peut-être plus dans le match, mais ils conservent une sacrée avance au score !

Citation :
Je ne pense pas que "tout" soit propagande. Il est fort probable que l'Iran est une proie stratégiquement intéressante. Il est également fort possible que les dirigeants américains soient tentés d'en rajouter, et de faire preuve de mauvaise foi, pour avoir le casus belli qu'ils espèrent.
Mais de l'autre côté, il faut avouer que les Iraniens ne font rien pour leur donner tort. Ils pourrissent leur image internationale en lapidant les femmes, ils mettent autant de bâtons dans les roues que possible aux inspecteurs de l'AIEA, et tout en affirmant ne pas vouloir la bombe ils se comportent exactement comme des gens qui ont quelque chose à cacher, le tout mêlé de rodomontades viriles de part et d'autre.
En l'état actuel des choses, et si l'on étudie un peu le dossier, il n'y a pas de preuves que les Iraniens développent la Bombe. Mais il y a des tas d'indices qui soutiennent la thèse qu'ils la veulent, à commencer par leur façon d'agir. Que sur cette question, les Américains forcent le trait dans le sens qui les arrange, ça fait d'eux des va-t-en-guerre, des brutes si vous voulez, mais pas vraiment des menteurs.

par définition tout ce qui sort de l'afp est à vérifier et à revérifier.

Précisément, et dans les deux sens. Du coup on reste sur cette triste vérité : impossible d'avoir la moindre certitude. Et devant l'incertitude, deux attitudes possibles : dire "attendons de voir" ou "si on attend il sera trop tard".
Dans les deux cas, vous avez un risque de catastrophe.


Ca c'est la politique de base de toute puissance de premier rang. Ce serait la France, la Suisse ou le Lichtenstein, l'idée serait la même. C'est peut-être pas glorieux, mais ça ne met pas les américains plus bas dans l'échelle de la dignité que n'importe qui d'autre.

non ce n'est pas la politique de base de masscrer des peuples pour asseoir son hégémonie, la politique est subordonnée à la morale ( distinction sans confusion)

Si vous voulez asseoir votre hégémonie, vous êtes obligé de massacrer des gens à un moment ou un autre. Cela aura d'autant plus de poids que vous serez du côté du droit et de la justice, mais ça ne change rien au massacre. Las. Pour ce qui est des Américains, ils sont nettement moins massacreurs que d'autres. Vous savez bien que si l'URSS avait envahi l'Irak, la pacification aurait été un carnage bien plus terrible que ce qu'elle a été.

Encore une fois : critiquer, oui, et il y a de quoi, mais exagérer, c'est perdre tout crédit.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
 
Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 20 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant
 Sujets similaires
-
» Article de Michel Guillou : "Il faut supprimer les Tice des formations disciplinaires".
» Télérama - "Debout l'école" : "Il faut imaginer un enseignement beaucoup moins didactique" (Christophe Prochasson)
» Viviane Youx, présidente de l'AFEF : "Il faut revoir les programmes de français"
» "Il faut que vienne d'abord l'apostasie" St Paul Apôtre aux Thessaloniciens
» La guerre Iran-Israël est-elle imminente ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: