DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19, 20, 21  Suivant
AuteurMessage
Krystyna
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mer 27 Sep - 20:09

Citation :

Mer 27 Sep - 4:16
Les Russes sont fous ...

Very Happy Very Happy Arnaud s'est réveillé à 4 heures du matin et a eu une Révélation ! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Messages : 80782
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mer 27 Sep - 20:17

Ils donne de l'uranium à l'Iran !!! shakng2
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Ven 29 Sep - 20:42

Citation :
La Chambre des députés des Etats-Unis adopte l’Iran Freedom Support Act

29.09.2006



Associated Press, Washington, 28 septembre – Par Jim Abrams – La Chambre des députés a voté jeudi en faveur de sanctions obligatoires contre les entités qui fournissent des biens ou des services participant à l’avancement du programme d’armes de l’Iran. Ce vote a lieu tandis que les diplomates américains continuent de faire pression pour que le Conseil de Sécurité de l’ONU pénalise Téhéran s’il refuse de suspendre son programme d’enrichissement d’uranium.

Les partisans de l’Iran Freedom Support Act (loi de soutien à la liberté en Iran) au sein de la Chambre ont déclaré espérer que le Sénat agisse rapidement et que le président Bush reçoive le projet cette semaine pour signature.

Ce projet de loi, adopté par vote par acclamation, sanctionne toute entité contribuant à l’acquisition par l’Iran d’armes chimiques, biologiques ou nucléaires. Le président a le pouvoir d’annuler ces sanctions, mais uniquement s’il arrive à démontrer que cette décision est cruciale pour l’intérêt national.

« Ce serait une erreur monumentale que de permettre à un régime ayant un comportement aussi violent et dangereux que l’Iran de se procurer des armes nucléaires », a déclaré la députée républicaine de Floride, Ileana Ros-Lehtinen, marraine de la mesure. « Assez de carottes, il est temps d’appliquer le bâton. »

Mais les opposants ont mis en doute la nécessité d’une action unilatérale lorsque les Etats-Unis insistaient pour une approche multinationale du programme nucléaire suspecté de l’Iran. « C’est comme si, si vous voulez, un missile de croisière était destiné à un effort diplomatique difficile juste au moment où ils touchent le point le plus sensible », a affirmé le député démocrate de l’Oregon, Earl Blumenauer. « Le moment ne peut pas être plus mal choisi pour cette loi. »

Cette mesure codifie les sanctions économiques existantes contre le gouvernement de Téhéran en vigueur depuis la prise de l’ambassade américaine en 1979 et prévoit que le président avertisse le Congrès 15 jours avant de mettre un terme à l’une de ces sanctions.

Elle approuve également l’assistance accordée aux organisations des droits humains, pro démocratiques et indépendantes et affirme que, selon le Congrès, les Etats-Unis ne doivent pas passer d’accords avec des gouvernements qui participent à l’avancement du programme nucléaire iranien ou qui transfèrent des armes ou des missiles vers l’Iran.

« Si nous manquons de nous servir des outils économiques et diplomatiques à notre disposition, le monde va plonger dans un cauchemar sans fin », a affirmé Tom Lantos, député démocrate de Californie.

Mais d’autres maintiennent que le texte du projet de loi en faveur d’un changement démocratique en Iran ne fera que contrarier les Iraniens qui pourraient y voir un parallèle avec le changement de régime voulu par les USA en Irak voisin. Le temps est venu, selon Dennis Kucinich, député démocrate de l’Ohio, « d’assurer à l’Iran que nous n’allons pas les attaquer ».

La Chambre avait adopté des sanctions similaires sur l’Iran en avril dernier, mais cette mesure a rencontré l’opposition de l’administration qui a jugé qu’elles réduisaient la flexibilité nécessaire pour aboutir à une solution diplomatique aux programmes d’enrichissement d’uranium iranien et de développement d’armes nucléaires. Le Sénat a rejeté cette proposition.

La section portant sur la suspension de l’aide aux pays, tels que la Russie, investissant dans des projets en Iran susceptibles d’avoir un lien avec la prolifération d’armes, est absente de la version révisée. Le texte modifie également l’Iran-Libya Sanctions Act (loi relative aux sanctions contre l’Iran et la Libye) adopté il y a 10 ans en retirant les sanctions sur la Libye, qui coopère désormais avec l’Occident en éliminant ses armes de destruction massive.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a rejeté jeudi une fois de plus les demandes de suspension des activités d’enrichissement d’uranium de Téhéran, répétant que l’Iran poursuivrait son programme d’énergie nucléaire à des fins pacifiques.

http://www.iranfocus.com/french/modules/news/article.php?storyid=4027
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80782
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Sam 30 Sep - 7:24

Citation :
Mais les opposants ont mis en doute la nécessité d’une action unilatérale lorsque les Etats-Unis insistaient pour une approche multinationale du programme nucléaire suspecté de l’Iran. « C’est comme si, si vous voulez, un missile de croisière était destiné à un effort diplomatique difficile juste au moment où ils touchent le point le plus sensible », a affirmé le député démocrate de l’Oregon, Earl Blumenauer. « Le moment ne peut pas être plus mal choisi pour cette loi. »

Parce qu'il y a négociation? Ca marche? Moi j'ai vu une succession d'ultimatum qu'Amadinejab s'est contenté de mépriser, et avec une sécurité absolue.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Sam 30 Sep - 12:06

Citation :
Cauchemar en Iran...

Le monde d’Ahmadinejad

30 septembre 2006 - par Matthias Küntzel

En réfléchissant au comportement de Mahmoud Ahmadinejad, je ne peux m’empêcher de penser aux 500.000 clefs en plastique que l’Iran a importé de Taiwan pendant la guerre Iran - Irak de 1980 - 88. A l’époque, une loi iranienne imposa que des enfants à peine âgés de 12 ans pouvaient être utilisés pour nettoyer les champs de mines, même contre les objections de leurs parents. Avant chaque mission, une petite clef de plastique était accrochée autour du cou de chaque enfant. Elle était supposée leur ouvrir les portes du paradis.


Lire la suite ...

(erreurs typographiques dans le texte, mais néanmoins lisible Idea )

http://www.desinfos.com/article.php?id_article=5789
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Sam 30 Sep - 21:18

Citation :
Une lettre montre que Khomeiny envisageait le nucléaire

29.09.2006

United Press International, Téhéran, 30 septembre – Une lettre de l’ayatollah Khomeiny écrite en 1988 et révélée récemment, dit que l’Iran aurait eu besoin d’armes atomiques pour gagner la guerre contre l’Irak, selon une information de presse.

L’ancien président Hachemi Rafsandjani a révélé que cette lettre entrait dans le cadre d’un différent qui l’opposait à un commandant militaire sur la responsabilité du cessez-le-feu de 1988, indique la BBC.

Dans la lettre, Khomeiny, qui est mort en 1989, cite le commandant en chef militaire du pays de l’époque sur l’armement dont l’Iran aurait besoin pour continuer à se battre. La lettre révèle aussi que l’économie iranienne a été pratiquement détruite par la guerre de huit ans et que les renforts en volontaires s’amenuisaient.

La lettre met le doigt sur un point sensible parce que le président actuel, Mahmoud Ahmadinejad, a démenti que l’Iran cherchait à produire des armes nucléaires. Il a dit que de telles armes violeraient des principes islamiques.

Mais la lettre suggère que Khomeiny, le guide de la révolution islamique d’Iran, n’avait pas ce genre de scrupules

http://www.iranfocus.com/french/modules/news/article.php?storyid=4032
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80782
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 26 Oct - 17:34

La menace iranienne


Citation :
Le Monde, 22 octobre

A l’occasion de la « Journée mondiale de Jérusalem » célébrant -comme chaque année depuis son institution en 1979 par l'ayatollah Khomeiny- le soutien et l'attachement des musulmans à cette ville sainte et à la « résistance » des Palestiniens, le président Mahmoud Ahmadinejad a adressé une mise en garde aux Européens, accusés d'attiser la haine au Moyen-Orient en soutenant Israël. « Les Américains sont loin. Mais vous êtes les voisins des nations de cette région, a-t-il déclaré. Tout gouvernement qui se tient aux côtés du régime sioniste ne doit s'attendre désormais qu'à la haine des peuples du monde. La colère des peuples de la région bouillonne et, si l'ouragan se déchaîne, ses effets ne se limiteront pas aux frontières de la Palestine et vous heurteront ». « C'est un ultimatum », a prévenu M. Ahmadinejad, conseillant aux Occidentaux d'abandonner tout soutien à Israël, voué, selon lui, « à disparaître ».



Le ministre français des Affaires Etrangères, Philippe Douste-Blazy a condamné le 20 octobre, les derniers propos du président iranien, « remettant à nouveau en cause l’existence d’Israël ». Dans une déclaration lue par le porte-parole du ministre, Jean Baptiste Mattéi, le ministre a qualifié ces propos d’inacceptables.



Lire sur ce sujet un article paru dans Le Monde du 24 octobre dernier du philosophe Rémi Brague : « Il faut croire Ahmadinejad sur parole ».

http://paris1.mfa.gov.il/mfm/web/main/document.asp?DocumentID=103513&MissionID=31

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 26 Oct - 18:08

Code:
Il faut croire Ahmadinejad sur parole

In n'y a que les gens en qui j'ai entièrement confiance que je "crois sur parole".
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mer 8 Nov - 12:36

Citation :
Iran - l'heure de la décision

par Daniel Pipes
Daniel Pipes
31 octobre 2006

Adaptation française: Alain Jean-Mairet

Lorsque le gouvernement iranien annonça, la semaine passée, un doublement de son programme d'enrichissement d'uranium, les Nations Unies se chamaillèrent autour d'un projet de résolution européen peu impressionnant. Il consisterait en l'interdiction faite aux étudiants iraniens d'étudier la physique nucléaire à l'étranger, le refus d'octroyer des visas aux Iraniens travaillant dans le secteur nucléaire et la cessation de l'assistance au programme nucléaire iranien – oh, mais à l'exception de la Russie.

Sur quoi débouchera l'interminable série d'initiatives décousues censées prévenir une crise avec l'Iran? Sur des appels dramatiques à un vote du Conseil de sécurité à New York? Sur des négociations permanentes, 24 heures sur 24, avec l'Agence internationale de l'énergie atomique à Vienne? Sur le mandat d'un envoyé spécial de l'Union européenne élaborant un compromis à Téhéran?

Rien de tout cela, je pense, car tous ces scénarios présupposent que Téhéran finira par renoncer à son rêve d'armements nucléaires. Or les derniers développements ne l'indiquent pas:

Déclarations hostiles et provocatrices envers l'Occident. La plus notable de celles-ci a peut-être été l'injonction à l'Europe du président iranien Mahmoud Ahmadinejad de ne pas soutenir Israël: «Nous avons indiqué aux Européens que les nations [islamiques] sont telles un océan prêt à déborder, et si un orage éclate, ses dimensions ne se limiteront pas à la Palestine, et vous pourriez en être affectés.» Plus scandaleusement encore, le chef du pouvoir judiciaire, l'ayatollah Mahmoud Hashemi Shahroudi, menaça les États-Unis, les disant «sur le point d'être annihilés».

Ambiance de messianisme au plus haut niveau du gouvernement. En plus de l'enthousiasme général pour le mahdaviat (foi en le mahdi, un personnage censé apparaître à la fin des temps, et efforts visant à préparer sa venue), des sources dignes de foi relatent qu'Ahmadinejad croit posséder un contact direct avec «l'imam caché», un autre personnage central de l'eschatologie chiite.

Urgence du programme nucléaire. Depuis 2005, renforcé par l'aubaine économique des revenus pétroliers et gaziers, le régime a systématiquement pris les mesures les plus énergiques possibles en vue de rejoindre le club nucléaire, notamment en démarrant l'enrichissement d'uranium en février.

Ainsi, un Téhéran concentré, confiant et déterminé fait face à des Russes, des Arabes, des Européens et des Américains désordonnés et inefficaces. Il y a encore six mois, un effort externe coordonné aurait pu générer une pression effective au sein de la société iranienne exigeant l'arrêt du programme nucléaire, mais cette possibilité semble maintenant dépassée. Les puissances se sont contentées de marmonner, de traîner les pieds et de tergiverser, de sorte que les Iraniens ont vu leurs dirigeants obtenir une autorisation de fait d'aller de l'avant.

Des idées nouvelles ont tout de même été avancées en vue de faire l'impasse sur la guerre avec l'Iran. L'auteur du Los Angeles Times Max Boot, par exemple, considère toute invasion américaine de l'Iran comme «hors de question» et émet trois alternatives: menacer d'un embargo économique, récompenser Téhéran pour la suspension de son programme nucléaire ou aider les milices iraniennes opposées au régime à envahir le pays.

Ces scénarios d'évitement de la guerre et de l'escalade nucléaire sont certes créatifs. Mais ils n'offrent plus aucune chance de succès, car la situation est maintenant devenue sommaire, binaire: soit le gouvernement des États-Unis déploie des forces pour empêcher Téhéran d'acquérir des armes nucléaires, soit Téhéran les acquerra.

Cette décision cruciale – guerre ou acquiescement – sera prise à Washington, pas à New York, ni à Vienne ou à Téhéran (ou à Tel-Aviv). Le moment critique sera atteint lorsque le président des États-Unis sera confronté à ce choix décisif: permettre ou non à la République islamique d'Iran d'acquérir la bombe. Le calendrier du programme nucléaire iranien reste trouble, de sorte que ce pourra être George W. Bush ou son successeur.

Ce sera un moment remarquable. Les États-Unis peuvent s'enorgueillir une opinion publique en pleine floraison pour ce qui concerne la fiscalité, l'instruction publique ou l'aménagement du territoire. Les activistes mettent sur pied des associations, Les citoyens se réunissent en assemblées locales, des groupes de pression élisent des députés.

Mais dès qu'il s'agit de prendre la décision fatidique d'entrer en guerre, l'appareil américain de participation disparaît, laissant le président trancher seul, guidé par son tempérament, inspiré par sa vision, entouré seulement d'un cercle restreint de conseillers, isolé des vicissitudes de la politique. Sa décision sera si intensément personnelle qu'elle dépendra essentiellement de son caractère et de sa psychologie.

Doit-il permettre à des dirigeants mystiques malveillants de bâtir une arme apocalyptique qu'ils pourraient fort bien utiliser? Ou doit-il détruire l'infrastructure nucléaire iranienne, en dépit des coûts économiques, militaires et diplomatiques que cela suppose?

Avant que le président n'ait pris cette décision, tout le reste n'équivaut guère qu'à remettre en ordre les chaises sur le pont du Titanic, autant d'actes futiles sans réelle portée.

http://fr.danielpipes.org/article/4101
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mer 8 Nov - 12:47

Citation :
Iran : le Matin Sincère des Pasdaran

07.11.2006


Le journal Sobhe Sadegh (Matin Sincère), organe officiel des Gardiens de la Révolution (les Pasdaran), a appelé dans son édition d’aujourd’hui les milices chiites du sud Liban, [autrement dit le Hezbollah] à tirer sur Israël avec ses missiles (complaisamment fournis par l’Iran, aujourd’hui encore en dépit de la présence de la FINUL).


Dans le journal, on peut lire cette phrase insensée : « il serait souhaitable que le Hezbollah frappe Tel-Aviv avec ses missiles afin que les ennemis sionistes comprennent qu’il n’existe pas de lieu sioniste dans la géographie ».

Le commentaire suggère encore que le timing de l’opération coïncide avec un prochain sommet international d’importance et l’on peut raisonnablement penser que le journaliste ferait ainsi allusion à la Guerre de Juillet qui débuta au moment du Sommet du G8 et invite le Hezbollah à agir au moment de la prochaine rencontre du Conseil de Sécurité qui se tiendra pour prendre des sanctions contre le régime des mollahs.

La semaine dernière encore, Ali Akbar Mohtashami-pour, ancien ambassadeur du régime islamique à Damas et fondateur du Hezbollah libanais, avait dit que la république islamique d’Iran réarmait le Hezbollah et ce alors même que Téhéran avait sans cesse déclaré qu’il n’apportait qu’un soutien spirituel au Hezbollah. Il est coutumier de ce genre de déclarations et pendant la guerre de juillet 2006, c’est lui qui avait révélé la livraison des Zelzals au Hezbollah. Rappelons pour mémoire que Mohtashami-pour est un modèle de dirigeant de ce régime car il est considéré comme un réformateur et parallèlement, il est l’actuel secrétaire général de la « Conférence de l’Intifada » et se rend utile dans le projet négationniste du régime.

Ce genre de littérature a une utilisation interne : c’est pour entretenir le moral des troupes. Comme vous le savez, le régime est affaibli et il doit montrer les dents. Les mollahs savent que les petits curieux lisent l’ensemble de leur production journalistique et entretiennent ainsi notre moulin à analyse. Il n’est pas impossible que le Hezbollah se prépare à tenter une opération qui désorganiserait encore d’avantage la FINUL, mais dans ce cas, ce genre de déclarations serait fatal à un effet de surprise escompté. Cette annonce a surtout pour objectif de renforcer le moral des troupes au sein des Pasdaran en poste au Liban, mais aussi pour mettre sous pression la FINUL.

Le commandement de la FINUL a une peur panique d’une provocation terroriste téléguidée par Téhéran qui irait dans le sens contraire du « créneau » attendu par Paris pour dénouer la crise nucléaire iranienne. La somme des deux offre aux mollahs un terreau pour cultiver la provocation. Mohtashami-pour n’est pas un vieux gaga, mais un homme des services secrets qui parle à l’endroit et dans un but précis : le message est « nous sommes sur le pied de guerre ».

C’est de l’intimidation et généralement ça marche car on connaît le véritable degré de nuisance des mollahs. Ceci encouragera sans doute Paris à se montrer souple au Conseil de Sécurité.

http://www.iran-resist.org/article2770
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Ven 10 Nov - 21:55

Citation :
La menace des missiles venant d’Iran

10.11.2006


The Washington Times, 10 novembre – Editorial – Alors que le nouveau secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, se prépare pour ses audiences de confirmation, il devra également se consacrer à l’une des menaces à la sécurité les plus sérieuses mais aussi les plus sous-estimées de l’ère post-11 septembre : le danger émergeant de l’arsenal de missiles balistiques de l’Iran de plus en plus menaçant en raison de l’aide considérable apportée par la Corée du Nord. Aujourd’hui, l’Iran détient des missiles balistiques capables de frapper les bases militaires américaines dans le Golfe Persique et en Irak, où environ 150 000 soldats américains sont postés. Ces missiles peuvent atteindre des cibles en Israël, en Jordanie, en Arabie Saoudite et en Turquie et peuvent également toucher certaines parties de l’Allemagne et de l’Italie.

Alors qu’il devient évident, du moins pour le moment, que les Etats-Unis, les Européens et la communauté internationale en général veulent éviter une confrontation avec l’Iran, le régime islamiste, qui a pris confiance en lui, devient de plus en plus agressif et conflictuel. Depuis neuf jours, l’Iran mène des exercices militaires, comprenant des essais de lancement de missiles Shahab capables de frapper des bases américaines dans le Golfe. Dimanche, le commandant en chef des Gardiens de la Révolution d’Iran, le général Yahya Rahim Safavi, a déclaré que les Gardiens avaient formé des milliers de soldats pour des missions-suicides dans le cas où l’Iran était attaqué.

Il faut noter que les dirigeants américains ont qualifié ces manoeuvres de « tentatives d’intimidation ». Mais la réalité sinistre est qu’en plus de travailler sur le développement d’armes nucléaires, Téhéran poursuit à grands pas ses efforts pour tester et développer sa capacité d’atteindre des cibles au Moyen Orient et en Europe à l’aide de missiles balistiques. Il s’agit en fait du Shahab-3, qui est la version iranienne du missile Nodong que la République islamique a importé de Corée du Nord. Le Shahab-3 est un missile balistique à portée moyenne d’au moins 1300 kilomètres, soit suffisamment pour frapper Israël, l’Egypte, l’Arabie Saoudite et certaines zones d’Afrique du Nord, de l’Europe de l’Est et de la Russie. D’autres experts estiment que la portée actuelle du Shahab-3 est proche de 2000 kilomètres. Mais le Shahab-3 n’est qu’une pièce du puzzle, car l’Iran travaille également sur des armes plus dangereuses.

Il y a plusieurs années, l’Iran, tentant d’apaiser les Européens qui craignaient que les Iraniens les prennent pour cibles, a déclaré que le Shahab-3 était la toute dernière version de ce missile et qu’il n’en fabriquerait pas d’autres ayant une portée plus importante. Par la suite, les Iraniens ont annoncé l’existence d’un Shahab-4, mais que celui-ci était similaire à un lanceur satellite et non à un missile balistique. Mais, selon Uzi Rubin, ancien responsable du programme de missile israélien Arrow, ce « lanceur de satellite » n’est qu’une couverture pour dissimuler un missile balistique intercontinental. Ce que les Iraniens doivent faire, a-t-il dit dans une interview avec IranWatch, « c’est des satellites en orbite et menacer l’Amérique une fois pour toutes. Ce sera suffisant pour que les Etats-Unis comprennent qu’ils peuvent être touchés par un ICBM ».

En janvier, le magazine allemand Bild a rapporté que l’Iran avait acheté 18 missiles BM-25 à la Corée du Nord. Le BM-25 est une réplique du SS-N-6, missile balistique à lancement sous-marin de fabrication soviétique, avec une portée de plus de 2900 kilomètres. Le BM-25, selon M. Rubin, « est un missile nucléaire… Il n’existe aucune autre ogive pour celui-ci qu’une ogive nucléaire ». La menace missile de l’Iran est clairement en train de grandir.

http://www.iranfocus.com/french/modules/news/article.php?storyid=4201
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Ven 10 Nov - 23:28

Citation :
Un quotidien iranien : "Montrons [à la France] et aux autres – en écartant la France des marchés iraniens – que les liens politiques et économiques avec l'Iran ont un prix…"

Un article publié le 8 novembre 2006 dans le quotidien iranien conservateur Joumhouria Eslami, affilié au séminaire religieux de Qom, sous le titre « Nous allons débuter les sanctions », exprime l'indignation iranienne face à la participation de la France à la formulation du projet de Résolution du Conseil de sécurité de l'Onu relatif aux sanctions contre l'Iran - alors que la France jouit pleinement du fructueux marché économique iranien. Le quotidien fait en outre référence aux menaces du président français Jacques Chirac émises en janvier 2006 selon lesquelles la France s'octroyait le droit de réagir de manière "non conventionnelle" le cas échéant. L'article appelle donc l'Iran à écarter la France des marchés iraniens, afin de poser un exemple pour les autres nations. Voici l’article :

"Nous n’avons oublié aucune des menaces de réaction nucléaire formulées par Jacques Chirac [contre l'Iran]."
"Le processus des changements relatifs au dossier nucléaire iranien à des fins pacifiques entre à présent dans une nouvelle phase. La Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne, qui autrefois venaient à Téhéran dans le cadre d'une 'commission d'enquête', prétendument pour trouver une solution adéquate et négocier avec l'Iran, ont ensuite tenté, en tant que 'médiateurs', de nous priver unilatéralement de nos droits en échange d'engagements sans provision vis-à-vis de l'Iran ; aujourd’hui, non seulement ces pays nous menacent, mais ils s'enthousiasment de la confrontation avec l'Iran et sont encore plus ivres que les Etats-Unis.

Nous n’avons oublié aucune des menaces de réaction nucléaire formulées par Jacques Chirac [contre l'Iran] pendant ces chaudes journées d’été. (1) La France ne s'est jamais excusée de cette déclaration ; elle ne l'a jamais corrigée ou expliquée ; au contraire, elle a choisi d'adopter vis-à-vis de l’Iran une conduite que même les Etats-Unis ne se permettent pas.

Aujourd’hui, la France figure sur la liste des Etats qui jouent un rôle direct dans la formulation des projets de Résolutions du Conseil de sécurité relatifs aux sanctions [contre l'Iran]...

Il est donc important de comprendre que ces dernières années, la France a profité au maximum des bénéfices importants récoltés sur les marchés iraniens et essaie encore de récupérer la plus grande part du délicieux gâteau de l’économie iranienne.

Paris sait que grâce aux 25 milliards d’Euros investis ces 15 dernières années dans l’économie iranienne, [la France] s’est assurée une assise importante, mais les dirigeants de Paris doivent comprendre qu’on ne peut avoir le beurre et l'argent du beurre. M. Chirac ne peut pas à la fois nous faire des clins d’œil et en faire à nos ennemis, et piller les Iraniens. Les conditions de l’accord [économique] de la France avec l'Iran relatif au pétrole, au gaz et à l'industrie automobile, sont pour la plupart profitables à la France uniquement...

Les bénéfices de plus de 60 pourcents que la France gagne de son contrat sur le gaz avec l'Iran devraient sans aucun doute servir d'apéritif. Toutefois, il est vexant et cruel vis-à-vis de l'Iran que dans de telles circonstances [en faisant de tels bénéfices], la France soit le seul pays à exercer sur l'Iran des menaces nucléaires.

Avec sa présence chaque jour accrue - et irresponsable - sur le marché iranien, Paris essaie d'assurer ses intérêts en Iran et en dehors de l'Iran. Si Paris ne subit aucun problème suite aux sanctions contre l'Iran, Paris pourra [continuer de récolter] les importants bénéfices du marché iranien et se remplir les poches. Si [toutefois] la France doit souffrir des sanctions contre l'Iran, [du fait de l'interruption de ses liens économiques avec l'Iran], elle demandera aux Etats-Unis des dédommagements et recevra de Washington d'autres offres économiques [à la place de celles de l'Iran]."

"Viendra le jour où la coupe de notre patience sera pleine et alors nous agirons comme eux l'auraient fait à notre place - depuis longtemps."

"C'est pourquoi il convient de prévenir Paris et de les informer que nous pouvons lire leurs intentions et sommes tout à fait conscients du fait que la France ne mérite plus d'avoir une présence illimitée sur les marchés iraniens riches en bénéfices.

Montrons [à la France] et aux autres – en écartant la France des marchés iraniens – que les liens politiques et économiques avec l'Iran ont un prix… Le fait que M. Chirac lorgne la table des victuailles iraniennes, tout en participant au projet de Résolution du Conseil de sécurité relatif aux sanctions contre l'Iran, est tout à fait inadmissible et insupportable.

Dans de telles conditions, il convient de réévaluer nos relations avec la France – vu les avantages unilatéraux économiques et industriels dont elle jouit. Cette réévaluation doit avoir lieu afin d'éviter une insolence supplémentaire de la France. D'un autre côté, une telle mesure permettra de faire comprendre aux autres partenaires économiques de l'Iran qu’il y a une limite à notre patience face à leur comportement irresponsable. Viendra le jour où la coupe de notre patience sera pleine et alors nous agirons comme eux l'auraient fait à notre place - depuis longtemps."


(1) Suivre le lien http://www.radiofrance.fr/chaines/france-info/dossiers/laune/index.php?rid=250000086#anc1 pour écouter le discours de Jacques Chirac daté du 19 janvier 2006.

http://memri.org/bin/french/latestnews.cgi?ID=FD5706

----------------------

Citation :
L’Iran pourrait imposer des sanctions à la France

10.11.2006


Un journal gouvernemental iranien demande au gouvernement iranien d’adopter des sanctions contre la France avant l’adoption d’une résolution du Conseil de Sécurité qui imposerait des sanctions contre Téhéran.


sanctions contre la France avant l’adoption d’une résolution du Conseil de Sécurité qui imposerait des sanctions contre Téhéran.

Jomhouri Eslami accuse Jacques Chirac d’avoir « traité l’Iran comme jamais les États-Unis n’ont osé le faire jusqu’à présent ». La France doit être « éliminée du marché hautement rentable pour elle de l’Iran » peut-on aussi y lire.

De grandes sociétés françaises, et en particulier Total, Renault et Peugeot, sont en Iran depuis de nombreuses années. « Paris, qui a investi plus de 25 milliards d’euros au cours des 25 dernières années , a réussi à obtenir des positions clefs dans l’économie iranienne, M. Chirac ne peut pas flirter avec l’ennemi et en même temps piller les richesses de l’Iran », affirme le quotidien.

L’article sort au moment où les grandes puissances, dont la France, essaient de se mettre d’accord sur une résolution contre l’Iran au Conseil de Sécurité. « La participation (de Chirac) pour préparer une résolution visant à imposer des sanctions contre l’Iran et en même temps tirer profit du marché iranien est inacceptable », ajoute le journal.

Dans le même temps, les candidats socialistes à la présidentielle française continuent leur grande cacophonie et n’arrivent à avoir une position novatrice et efficace sur le sujet et ce alors que la France est depuis longtemps dans le collimateur du régime des mollahs. Nous avions fait remarquer sur ce site une telle éventualité car nous connaissons hélas le rejet que la France suscite parmi la population iranienne pour les affaires qu’elle fait en Iran. Ce rejet est un terreau fertile pour des discours populistes voire des discours qui susciteraient l’unanimité. Quoi de plus attrayant que d’aller pour une fois dans le sens des attentes du peuple ? Si cet article est un simple avertissement, l’éviction des français du marché iranien plaira aux iraniens même s’ils détestent les mollahs et rien de tout ce qu’ils font ne trouve grâce à leurs yeux.

C’est l’ambiguïté des liens de la France avec l’Iran qui pose problème : Paris a toujours fait passer les intérêts commerciaux de ses entreprises avant les principes des droits de l’homme les plus élémentaires tout en affichant faussement beaucoup d’intérêt pour le grand peuple iranien. Mises à part ces considérations sentimentales qui ne sont pas celles des chancelleries, cette attitude des mollahs n’est pas sans rapport avec une possible refonte de la diplomatie américaine au Moyen-Orient.

Tout le monde s’est un peu vite réjoui de la victoire des Démocrates et de la défaite de Bush, mais sous le signe du bipartisme, Bush a nommé Robert Gates à la place de Rumsfeld qui déplaisait tant aux Français. Robert Gates entend rétablir le dialogue avec les mollahs et trouver des arrangements sur l’Irak et plus si affinités. Nouveaux marchés, nouveaux pots-de-vin, la roue tourne.

http://www.iran-resist.org/article2782
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Sam 11 Nov - 1:21

Citation :
Israël pourrait recourir à la force contre l'Iran (vice-ministre israélien de la Défense)

19:17 | 10/ 11/ 2006

TEL AVIV, 10 novembre - RIA Novosti. Le vice-ministre israélien de la Défense Efraim Sneh n'exclut pas que l'Etat hébreu puisse recourir à la force afin d'arrêter le programme nucléaire iranien.

"Je ne préconise pas une action militaire préventive d'Israël contre l'Iran, je me rends parfaitement compte des conséquences que cela pourrait avoir. Je pense que ce serait là un moyen extrême mais le moyen extrême est parfois le seul possible", a indiqué le vice-ministre israélien dans une interview à Jerusalem Post.

Jusqu'à présent aucun responsable haut placé israélien ne s'est jamais prononcé dans des termes aussi francs au sujet d'éventuelles solutions pour neutraliser la menace nucléaire iranienne.

L'apparition de l'arme nucléaire iranienne sera néfaste pour Israël : engendrant l'atmosphère de menace permanente, il tuera le "rêve sioniste", a estimé le vice-ministre israélien de la Défense.

"Les Israéliens dans leur majorité refuseront d'y vivre, la majorité des Juifs refuseront de venir ici avec leur familles. Les Israéliens qui peuvent se permettre de vivre à l'étranger agiront en conséquence. Les gens ne sont pas spécialement tentés par l'éventualité d'être anéantis", a expliqué Efraim Sneh.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad pourrait anéantir le rêve sioniste sans même presser le bouton. Voilà pourquoi nous devons empêcher à tout prix le régime iranien de disposer d'un potentiel nucléaire, a déclaré le ministre.

http://fr.rian.ru/world/20061110/55531126.html
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Sam 11 Nov - 1:25

ça va donner... Boulet
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Sam 11 Nov - 1:59

Israël n'a pas le choix, il s'agit ici de son existence même.

Et ils ont toujours été plus que clairs à ce sujet.

Il N'y aura PAS de deuxième Shoah Idea

Jamais.

Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Sam 11 Nov - 21:59

Citation :
Iran : Gates, le remplaçant de Rumsfeld connaît bien les mollahs

10.11.2006


Après l’annonce des résultats à mi-mandat, George Bush a annoncé la démission du secrétaire à la défense, Donald Rumsfeld, et son remplacement par Robert Gates, ancien chef de la CIA qui sera chargé d’apporter « une perspective nouvelle et un nouveau regard » sur la politique suivie en Irak.


Robert Gates, qui fut le directeur de la CIA de 1991 à 1993, est également crédité d’un rôle actif dans l’Irangate (Iran-contra). Sa nomination ouvre la voie à des arrangements avec le régime des mollahs comme le souhaitent les démocrates afin de rapatrier les troupes au plus vite et satisfaire leurs promesses électorales afin de gagner les présidentielles de 2008. Gates est par ailleurs, avec Brzezinski, le co-auteur d’un rapport écrit sur l’Iran en Juillet 2004 pour le Council of Foreign Relations.

Qui est Brzezinski ? | Sur les recommandations de Brzezinski, alors conseiller de la sécurité nationale Jimmy Carter, la CIA avait commencé à livrer des armes aux moudjahiddines afghans six mois avant l’intervention Soviétique en 1980. Brzezinski se félicite publiquement d’être à l’origine de l’invasion soviétique de l’Afghanistan en 1980. Brzezinski a reconnu les faits dans un entretien que nous avons publié sur le site dans un article consacré au rôle actif de Brzezinski dans la révolution islamique en Iran.

Brzezinski est considéré comme l’architecte du projet intitulée Ceinture Verte dont l’objectif était d’utiliser l’Islam pour abattre les Soviétiques. La République Islamique d’Iran est le bébé de Brzezinski. D’ailleurs l’anecdote sur les livraisons d’armes aux moudjahiddines afghans provient des mémoires de Robert Gates dont le nom semble indissociable de Brzezinski.

Brzezinski travaille au Council of Foreign Relations qui est lié à Chatham House, l’organisation qui a très récemment invité Khatami à Londres afin de promouvoir son concept de démocratie islamique. Le Council of Foreign Relations et le Chatham House travaillent en tandem pour la promotion des réformateurs et des (faux)-dissidents du régime des mollahs aux Etats-Unis et en Europe. D’ailleurs le Rapport Brzezinski-Gates [1] dénigre systématiquement les opposants en exil et présente les faux-dissidents comme la seule alternative pour l’Iran.

Dans ce rapport rédigé un an après la découverte du programme nucléaire iranien après 18 ans de dissimulation, les deux auteurs recommandent le dialogue avec les mollahs car l’Iran représente un défi et une opportunité pour les Etats-Unis. Brzezinski étant le gourou de la diplomatie des Démocrates US (& ex-conseiller du candidat Kerry), il n’est pas surprenant que la nomination de Gates ait reçu l’approbation des démocrates.

Il est donc probable que l’on entende à nouveau parler des recommandations de ce Rapport et des conclusion de la commission bipartisane, coprésidée par James Baker et Lee Hamilton, commission à laquelle avait participé ce même Robert Gates.

Le Rapport Baker proposait tout simplement d’impliquer les fauteurs de troubles qui sont l’Iran et la Syrie dans le processus politique irakien dans un rôle pacificateur afin de ramener le calme à Bagdad !

Cette option a été baptisée la « Stabilité d’abord ». D’une manière artificiellement simpliste, le Rapport Baker évite d’établir un lien entre le chaos irakien et la crise nucléaire iranienne ou le renouvellement des activités du Hezbollah. James Baker a même déclaré : « Je crois personnellement qu’il faut parler à ses ennemis. Ni les Syriens ni les Iraniens ne veulent le chaos en Irak », alors que ceci est le coeur même du problème !

Le Rapport Baker prévoit aussi un plan B qui recommande un retrait graduel des troupes américaines dans des bases autour de l’Irak d’où elles pourraient continuer à intervenir. Ce plan B est intitulé : « Redéploiement et Endiguement » et équivaut à livrer l’Irak aux mollahs, à leurs alliés syriens et au Hezbollah, le nouveau héros de l’islam frondeur. Il y a donc la solution négociée et la solution de fuite précipitée.

De prime abord le plan Baker apparaît comme étant le résultat des réflexions de quelques-uns qui ignoreraient les enjeux régionaux. En réalité, ce Rapport est la suite du Rapport Brzezinski-Gates. Le rapport Baker a pour objet l’Iran et non l’Irak. Ce plan est une refonte de la diplomatie américaine au Moyen-Orient et une tentative pour récupérer le régime des mollahs afin que l’Iran ne soit absorbé par la Russie et ne devienne le levier de ses politiques les plus inavouables au Moyen-Orient et en Asie Centrale. Le rapport Baker recommande d’arrêter de mettre l’accent sur la démocratisation et le changement de régime car selon ses auteurs, « il serait déraisonnable de vouloir stabiliser l’Irak et en même temps vouloir déstabiliser l’Iran et la Syrie. »

Il y a donc de l’arrangement dans l’air pour satisfaire le régime des mollahs qui demande des Garanties de Sécurité pour le Hezbollah, son arme de dissuasion régionale. Elles lui seront accordées (sauf événement inattendu) et Israël a des soucis à se faire. Gates est le personnage clef, ami de Brzezinski et agent actif de l’affaire Iran-Contra : il apportera ses connaissances et ses relations iraniennes pour arriver à un accord avec les mollahs.

L’Amérique recule devant un ennemi qui a de multiples atouts dans son jeu dont le plus important est l’opposition à toute sanction de ses partenaires commerciaux qui siègent au Conseil de Sécurité (p5 moins les Usa). Cette nomination est une très mauvaise nouvelle pour les iraniens qui attendaient de l’aide de la part des américains pour renverser un régime à bout de souffle.


WWW.IRAN-RESIST.ORG

Pour en savoir + sur l’Arrangement !
Iran : Rice fait les yeux doux au Hezbollah
(30.10.2006)

L’amorce de cet arrangement programmé :
Le N°2 de la diplomatie Américaine prône le dialogue avec les mollahs !
(27.07.2006)

[1] Le Rapport Brzezinski-Gates | Les auteurs ont acquis la certitude que malgré les mouvements politiques et l’insatisfaction populaire, l’Iran n’est pas à la veille d’une autre révolution. Aussi c’est un devoir pour les USA d’adopter une politique que l’on décrira comme un engagement limité et sélectif avec l’actuel gouvernement iranien. La politique américaine à l’égard de l’Iran doit autant être incitative que punitive. Les sanctions unilatérales n’ont pas obtenu de résultats. Au contraire, selon ce rapport, il faut développer les relations commerciales avec l’Iran et commencer les fomalités d’entrée dans l’OMC.

Les USA doivent défendre la démocratie en Iran sans évoquer un changement de régime. Les USA doivent promouvoir l’évolution politique et encourager le développement des institutions démocratiques au sein du régime actuel. Et finalement, les auteurs recommandent l’ouverture d’un dialogue direct entre les USA et l’Iran sur des éléments de stabilisation dans la région.

Certes le texte évoque l’implication iranienne dans les conflits alentours, et spécialement en Afghanistan et en Irak, mais il propose de négocier avec Téhéran pour résoudre le problème irakien. (source en anglais | PDF) |

http://www.iran-resist.org/article2781
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre



Messages : 511
Inscription : 22/10/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Sam 11 Nov - 22:19

Brzezinski est un tordu et un nul de première grandeur.

Il était déjà conseiller de Carter pendant la crise des otages. Il a toujours ménagé Téhéran, et n'a strictement rien obtenu.

Les otages ont été libérés seulement 5 minutes après l'élection de Reagan !


Alexandre
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Sam 11 Nov - 22:40

Il ne reste plus que nos amis israéliens, qui, eux, n'hésiteront pas Idea
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Sam 11 Nov - 22:49

Citation :
Un "porte-avions US" filmé par un drone iranien

Une chaîne de télévision iranienne a diffusé des images montrant, selon elle, un porte-avions américain naviguant dans les eaux du Golfe et filmé depuis un drone iranien. Les images aériennes saccadées ont été montrées durant les informations du soir de la chaîne de télévision iranienne en langue arabe Al-Alam. On peut y voir un porte-avions transportant de nombreux avions militaires en train de naviguer.

http://www.lefigaro.fr/fil-info/20061111.WWW000000071_un_porte_avions_us_filme_par_un_drone_iranien.html
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Dim 12 Nov - 0:11

Citation :
Olmert : ‘‘il est temps d’arrêter Ahmadinejad’’

Yael Ancri
samedi 11 novembre 2006 - 19:52

Le Premier ministre, Ehoud Olmert, a affirmé, au cours d’une interview accordée au journal ‘‘Newsweek’’, à la veille de sa visite aux Etats-Unis que l’Iran ‘‘payerait cher’’ son refus de coopérer avec la communauté internationale. ‘‘C’est la première fois que le dirigeant officiel d’une nation, qui compte plus de 70 millions d’habitants, parle en public d’anéantir une autre nation, membre de l’Onu. Ahmadinejad est prêt à commettre des crimes contre l’humanité et quelqu’un doit l’arrêter,’’ a déclaré Olmert.

‘‘Je ne pense pas que l’Iran acceptera un compromis, à moins qu’elle n’ait une bonne raison de craindre les conséquences de son refus. Lorsque Hitler a commencé à parler d’éliminer la race juive, tout le monde l’a entendu, mais personne n’a rien fait pour l’en empêcher… Les dirigeants ont ensuite été contraints d’expliquer leur indifférence. Aussi Israël doit-il fait connaître ces faits dans le monde entier. C’est en effet une obligation morale pour nous de faire en sorte que personne ne soient indifférent aux propos du Président iranien et aux conséquences qui en découlent,’’ a ajouté le Premier ministre.

Evoquant la question de la reprise des pourparlers de paix israélo-arabes, qui ne manquera pas d’être abordée par les Américains, Olmert a déclaré : ‘‘Je suis intéressé à engager des négociations avec Abou Mazen [Mahmoud Abbas] et pour ce faire, je suis prêt à libérer de nombreux détenus.’’ Le Premier ministre a ajouté que ‘‘la position extrémiste du Hamas empêchait la libération des prisonniers, par son refus de restituer Guilad Shalit. Le but du Hamas est de renverser Abou Mazen et non de faire libérer les détenus.’’

http://www.a7fr.com/Default.aspx?tabid=52&articleType=ArticleView&articleId=26031
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Dim 12 Nov - 13:10

Citation :
Nucléaire: l'Iran menace Israël et veut toujours installer 3.000 centrifugeuses

Par Aresu Eqbali

TEHERAN (AFP) - L'Iran, toujours déterminé à développer son programme d'enrichissement d'uranium en installant 3.000 centrifugeuses d'ici mars 2007, donnera une réponse "destructrice" à toute attaque israélienne contre ses sites nucléaires.

"Israël n'a pas les moyens et la capacité pour oser menacer l'Iran car sa situation intérieure et sécuritaire est fragile", a déclaré dimanche Mohammad Ali Hosseini lors de sa conférence de presse hebdomadaire.

"S'il fait une telle bêtise, la République islamique et ses défenseurs donneront une réponse destructrice et cela ne prendra pas une seconde", a-t-il ajouté.

Le vice-ministre israélien de la Défense, Ephraïm Sneh, a affirmé dimanche à la radio publique israélienne, que "l'option militaire doit être considérée comme un ultime recours" pour empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire, "car ses conséquences seraient graves".

Toutefois, le général Yahya Rahim Safavi, le chef des gardiens de la révolution, l'armée idéologique du régime, a déclaré dimanche que "la stratégie de l'Iran était défensive et préventive et que l'Iran voulait la paix et la sécurité dans la région et le Golfe Persique", selon les médias iraniens.

M. Hosseini a par ailleurs ajouté que l'Iran était déterminé à développer son programme d'enrichissement.

"Les responsables et les experts iraniens, sous le contrôle de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), cherchent à atteindre cet objectif", a déclaré M. Hosseini, interrogé pour savoir si l'Iran cherchait toujours à installer 3.000 centrifugeuses d'ici à la fin de l'année iranienne.

"La position de principe de l'Iran est qu'il faut faire de l'enrichissment sur notre propre sol, même si d'autres propositions peuvent être examinées", a déclaré M. Hosseini à propos de la proposition russe de faire de l'enrichissement en Russie pour le compte de l'Iran.

L'Iran a installé fin octobre une seconde chaîne de 164 centrifugeuses malgré les menaces de sanctions.

Téhéran affirme que son programme d'enrichissement est pour le moment cantonné dans un cadre de recherches. Selon les experts, il faut avoir plus de 3.000 centrifugeuses pour passer au stade industriel afin de pouvoir produire du combustible pour les centrales nucléaires civiles.

L'Iran fait actuellement de l'enrichissement à un niveau inférieur à 5%, nécessaire pour le combustible d'une centrale nucléaire. Il faut l'amener jusqu'à 90% pour obtenir un effet optimal pour une bombe atomique.

Les six puissances (les cinq permanents du Conseil de sécurité Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, plus l'Allemagne) à l'origine de la résolution contre l'Iran, achoppent sur un nouveau projet de résolution rédigé par les Européens visant à imposer des sanctions économiques et commerciales à l'Iran.

Ces six pays doivent se revoir lundi pour tenter de s'entendre sur un projet de résolution.

La Russie soutenue par la Chine, estimant ce texte trop dur, a proposé des amendements qui l'édulcorent considérablement, tandis que les Etats-Unis veulent au contraire le renforcer.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a qualifié dimanche de "honteuse" l'attitude du Conseil de sécurité de l'ONU qui exige que l'Iran suspende son programme d'enrichissement d'uranium.

Le projet européen prévoit des sanctions économiques et commerciales contre l'Iran dans les domaines liés au nucléaire et aux missiles balistiques, ainsi que des sanctions individuelles -interdiction de voyager et gel des avoirs financiers à l'étranger- contre les Iraniens associés à ces activités.

Samedi, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a appelé Occidentaux et Iraniens à faire preuve de "bonne volonté" pour trouver un terrain d'entente sur la proposition de coopération des six grandes puissances comprenant des incitations économiques en échange d'une suspension des activités d'enrichissement d'uranium de l'Iran.

http://fr.news.yahoo.com/12112006/202/nucleaire-l-iran-menace-israel-et-veut-toujours-installer-3.html
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mar 14 Nov - 15:26

Citation :
Nucléaire: l'Iran veut se doter de 60.000 centrifugeuses

TEHERAN (AFP) - Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré mardi que l'objectif final de l'Iran était d'installer 60.000 centrifugeuses afin de produire du combustible pour les centrales nucléaires civiles, malgré les menaces de sanctions du conseil de sécurité.

"Nous voulons produire du combustible (nucléaire), il faut donc aller jusqu'à 60.000 centrifugeuses, nous sommes au début du chemin", a déclaré M. Ahmadinejad au cours d'une conférence de presse.

Il était interrogé à propos de l'objectif déclaré de l'Iran d'installer d'ici mars 2007 quelque 3.000 centrifugeuses.

Dimanche, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Mohammad Ali Hosseini a déclaré que l'Iran cherchait à "atteindre" l'onjectif des 3.000 centrifugeuses d'ici à la fin de l'année.

L'Iran a installé fin octobre une seconde chaîne de 164 centrifugeuses dans son usine d'enrichissement de Natanz (centre) et refuse de suspendre son programme d'enrichissement d'uranium malgré les menaces du Conseil de sécurité de l'ONU.

Selon les experts, il faut avoir plus de 3.000 centrifugeuses pour passer au stade industriel afin de pouvoir produire du combustible pour les centrales nucléaires civiles.

L'Iran fait actuellement de l'enrichissement à un niveau inférieur à 5%, nécessaire pour le combustible d'une centrale nucléaire. Il faut l'amener à 90% pour obtenir un effet optimal pour une bombe atomique.

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne) et l'Allemagne examinent actuellement un projet de résolution préparé par les Européens et visant à imposer des sanctions contre les programmes nucléaire et balistique de l'Iran après son refus de suspendre son enrichissement d'uranium.

http://fr.news.yahoo.com/14112006/202/nucleaire-l-iran-veut-se-doter-de-60-000-centrifugeuses.html


Citation :
Le Figaro | Le jour où une bombe terroriste rayera Vienne de la carte

14.11.2006


L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) s’est réunie mercredi dans la capitale autrichienne pour envisager la menace nucléaire.


LA VUE aérienne du centre historique de Vienne s’affiche sur un mur richement orné de la Hofburg. Solennel, Gregory Schulte, l’ambassadeur américain auprès des Nations unies, pointe du doigt un cercle rouge, représentant un diamètre d’un kilomètre autour du centre historique de la capitale autrichienne, puis un deuxième, de deux kilomètres celui-là. Au gré des toits aux tuiles vertes caractéristiques, on devine palais et musées habsbourgeois, l’imposant ensemble de la Hofburg, le Ring et ses calèches.

« Imaginez que cette ville soit la cible d’une attaque terroriste nucléaire, prédit sombrement le diplomate. Ce cliché indique la zone de destruction qui serait causée par une arme nucléaire improvisée d’une puissance explosive de 10 kilotonnes. Dans le premier cercle, les bâtiments s’évaporeraient immédiatement. Des siècles d’héritage seraient détruits à jamais. Personne ne pourrait raisonnablement avoir survécu.

Dans le second cercle, les bâtiments ne seraient plus qu’un champ de ruines. Des milliers de personnes mourraient immédiatement, et bien plus encore par la suite, empoisonnées par les radiations. Le premier arrondissement historique de Vienne aurait cessé d’exister. »


Missions de récupération d’uranium enrichi

Cette description apocalyptique fige le sourire des représentants des 56 pays membres de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui s’est réunie mercredi à la Hofburg de Vienne pour débattre de la mise en oeuvre de la résolution 1540 de 2004 de l’ONU sur la lutte contre la prolifération d’armes de destruction massive et la menace terroriste. Une résolution qui enjoint tous les États détenteurs de matières sensibles, d’un programme nucléaire civil en fonctionnement, de centrales nucléaires mal gardées, de renforcer leur dispositif de sécurité pour parer à un coup de main audacieux de groupes terroristes tels que des cellules d’Al-Qaida.

« Certains pourront considérer la probabilité d’une attaque nucléaire terroriste plutôt faible, que ce soit à Vienne, Rome, Bratislava, Almaty, Moscou ou ailleurs, poursuit Schulte. Mais les conséquences seraient si graves qu’il serait irresponsable de ne pas tenter tout ce qui est en notre mesure, dès à présent, pour éviter cette horreur. »

Dans le collimateur des États-Unis et de la Russie, autre promoteur principal de cette résolution, les anciens satellites soviétiques d’Europe de l’Est et d’Asie centrale, où l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), basée à Vienne, a répertorié 18 incidents sérieux entre 1993 et 2004, concernant des cas de vols de plutonium ou d’uranium hautement enrichi (UHE). L’AIEA mène notamment depuis trois ans des opérations ultra-confidentielles de récupération d’UHE dans des centrales nucléaires de Pologne, de Serbie, de Bulgarie, de Libye, d’Ouzbékistan, de Lettonie ou encore de République tchèque.

« Les trafiquants s’intéressent aux pays les plus faibles », avertit Gregory Schulte, soulignant qu’il faut « aider tous les pays à sécuriser leurs frontières et leurs technologies ».

Le point soulevé par Gregory Schulte, c’est-à-dire le lien entre le terrorisme et la prolifération, est l’un des sujets de prédilection de notre site. Nous y avons consacré de nombreux articles qui peuvent compléter cet article du Figaro.

http://www.iran-resist.org/article2792
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mer 15 Nov - 14:35

Citation :
L’Iran lance une OPA sur AL Qaeda

15.11.2006


Non content de se servir de la terreur contre ses propres ressortissants, non content de financer et d’armer les terroristes islamistes et ou palestiniens, et de subvenir aux besoins des milices terroristes en Irak ou en Afghanistan, le régime des mollahs serait en passe de lancer une OPA sur AL Qaeda.


La fusion totale entre ces deux entités qui se sont associées à plusieurs reprises pour des opérations ponctuelles comme l’attentat de Khobar en Arabie Saoudite [1], est d’autant plus inquiétant que la nébuleuse à Ben Laden dit ouvertement qu’elle est à la recherche de la capacité nucléaire ou de matières sales.

Si la république islamique pouvait réussir à se doter d’un arsenal nucléaire [2], nul doute qu’avoir l’appui d’une organisation de l’envergure d’Al Qaeda lui permettrait de mener à bien ses funestes desseins qu’elle caresse depuis sa création : reversement des monarchies Marocaine [3], Jordanienne et Saoudienne (conformément au Testament de Khomeiny), islamisation révolutionnaire de tous « les états musulmans » et surtout de l’Egypte (conformément au Testament de Khomeiny), destruction d’Israël (Testament de Khomeiny) et mainmise sur les mosquées d’occident ...



En effet, selon divers services de renseignement occidentaux, le régime de Téhéran serait en train de déployer tous ses efforts pour que Seyf Al Adel (l’épée du juste), un égyptien de 46 ans devienne le numéro 3 du réseau terroriste après le fantomatique Ben Laden et son dauphin Al Zawahiri.

Les raisons qui poussent Téhéran à se montrer si empressé pour défendre cet homme sont extrêmement simples : l’égyptien est un ardent défenseur du régime islamique de Téhéran et selon certaines rumeurs serait même un agent des services iraniens. Le fait de l’avoir en numéro 3 serait aussi l’emplacement idéal pour qu’il devienne rapidement numéro 2, l’espérance de vie des deux autres susnommés étant soit limitée, soit déjà dépassée.

Par le passé Téhéran a déjà tenté ce genre d’approche en apportant son soutien à Al Zarqawi en Irak. Par le passé, Téhéran a logé et aidé les membres d’Al Qaeda à plusieurs reprises sur son territoire et leur a fourni divers appuis logistiques. Le fils de Ben Laden ? Mohammad, ainsi que 24 autres haut-dirigeants du réseau ont vécu en Iran et ont même planifié l’attaque du 11 septembre depuis le territoire iranien. Afin de ne pas être soupçonné de collaboration avec Al Qaeda, Téhéran a même fait arrêter des membres de ce groupe terroriste.

Mais le régime islamique iranien n’a jamais donné de plus amples nouvelles sur le lieu de détention ni les raisons et pour beaucoup, ces gens ne seraient pas prisonniers mais simplement à l’abri dans des maisons aux alentours de Téhéran sous la « protection » de Pasdarans. Quant à l’égyptien, c’est en Iran, et plus précisément à Téhéran qu’il a trouvé refuge après avoir fui l’Afghanistan en 2001 en compagnie de Mohamad Ben Laden.

Le Daily Telegraph de Londres sur le même sujet annonce pour sa part que les responsables d’Al Qaeda sont actuellement réunis en Iran pour des discussions. Selon le Telegraph, si Al Qaeda accède à la demande de l’Iran, alors le régime de Téhéran permettra à cette organisation terroriste islamique de bénéficier des infrastructures et capacités des forces des Gardiens de la révolution. Une offre qui ne se refuse pas facilement.

WWW.IRAN-RESIST.ORG

| Recherche Par Mots Clefs : Al Qaïda | Al Qaeda |

| Recherche Par Mots Clefs : Exportation de la Révolution |

| Recherche Par Mots Clefs : Guerre Sale - Bombe Sale |




[1] Le 26 juin 1996, un camion piégé a soufflé les Tours Khobar à Dhahran en Arabie Saoudite, qui abritaient des membres de la U.S. Air Force. Dix-neuf américains ont été tués et 372 autres blessés. En 1997, le Washington Post a déclaré que les membres saoudiens du Hezbollah suspectés d’avoir commis l’attentat étaient associés à Ahmad Charifi, un commandant des Pasdaran. Alors qu’il y a de nombreuses preuves d’une participation de l’Iran, il semblerait qu’Al Qaeda y ait également participé, cependant nous ne savons pas de quelle façon. Le rapport de la Commission américaine sur les attentats du 11 septembre 2001, mentionne le soudanais Tourabi comme l'un des principaux soutiens d' al Qaeda en Afrique. Entre 1991 et 1996, Ben Laden vivait au Soudan où il était protégé par Hassan Tourabi, membre des Frères musulmans et chef du Front National Islamique du Soudan. Tourabi est un mollah opportuniste qui a même été brièvement emprisonné pour avoir tenté un coup d’état en faveur de l’Iran en 1985. Il a par la suite aidé les militaires à prendre le pouvoir en 1989. En façade, l'armée était aux commandes, en contrechamp les frères musulmans du Front National Islamique (FNI) tissaient leur projet de société. Tourabi était président du parlement et dans les années 90, il servait d’intermédiaire pour les livraisons d’armes iraniennes aux islamistes algériens. Tourabi prêchait les idéaux inscrits au « testament politique de Khomeiny » cherchant à persuader chiites et sunnites de mettre de côté leurs désaccords et de se rallier contre l’ennemi commun. A la fin de l’année 1991 ou 1992, des négociations au Soudan entre Al Qaeda et des agents iraniens ont débouché sur un accord de coopération consistant à soutenir – même s’il ne s’agissait que d’entraînement – des actions menées essentiellement contre Israël et contre les Etats-Unis. Peu de temps après, de hauts responsables et entraîneurs d’Al Qaeda sont allés en Iran afin de recevoir une formation sur les explosifs. A l’automne 1993, une autre délégation similaire s’est rendue dans la Vallée de la Bekaa au Liban pour une nouvelle formation en explosifs, mais aussi en espionnage et en sécurité. Ben Laden aurait manifesté un intérêt particulier pour l’utilisation des camions piégés, comme celui qui avait tué 241 Marines américains au Liban en 1983. Le lien entre Al Qaeda et l’Iran a démontré que les différends entre sunnites et chiites ne représentaient pas une barrière insurmontable à une coopération pour des opérations

http://www.iran-resist.org/article2796
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80782
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mer 15 Nov - 14:55

Il est clair que si cette information est vraie, elle indique une course de l'Iran vers la guerre.

Et pour comprendre comment c'est possible, il faut avoir en tête l'eschatologie islamiste et son interprétation comme une future domination sur le monde entier, après une GRANDE GUERRE eschatologique où Dieu interviendra en leur faveur:

Pour le comprendre, charger cela:

http://eschatologie.free.fr/livres/islamversionmusulmane.zip

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mer 15 Nov - 15:04

Tsahal, viiiite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80782
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mer 15 Nov - 15:09

Non. C'est une armée plus puissante qu'il faut.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mer 15 Nov - 15:12

Absolument Idea

Mais tsahal pourrait bénéficier, à défaut d'une opération conjointe, de l'aide logistique de qui tu sais ;)

Ils sont parfaitement capables de mener les premières frappes...

Mais c'est un boulot pour les States ou l'OTAN, la meilleure configuration étant une opération conjointe OTAN-Israël Idea

Et il y a plus qu'urgence...
Revenir en haut Aller en bas
AntoineG



Messages : 611
Inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 16 Nov - 0:32

Citation :
Non. C'est une armée plus puissante qu'il faut

Oui à tel point qu'elle n'existe peut-etre pas encore tout à fait...

L'expérience de l'Irak montre que la supériorité technologique et aérienne ne suffisent pas, il faudrait déployer 2 à 3 fois plus d'hommes sur le terrain, peut etre 400 000. La lecon est vraie aussi en Afganistan ou la victoire est loin d'etre acquise aux occidentaux, notamment en raison de nos maigres effectifs qui ne peuvent couvrir le territoire.

Sur un théatre d'opérations plus large et bien plus intensif que l'Irak, avec un scenario impliquant Iran et Israel par exemple avec d'autres pays de la région, on peut donc imaginer qu'il faudra mobiliser et armer plusieurs millions d'hommes. Le caractère spécifique de la guerre de type terroriste accentue encore la nécessité du nombre.

Cela prendra plusieurs années. Au cours de la 2ème guerre les US ont eu besoin de plus de 2 ans pour mettre sur pied une armée capable de rivaliser avec les nazis et japonais, et le double pour parvenir à les battre. La Russie aussi a eu besoin de temps.

Cela laisse aux agresseurs potentiels un bon délai pour accumuler des victoires et se laisser griser par les succès. pale

Antoine
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80782
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 16 Nov - 4:01

Cher Antoine, je pense surtout qu'il faut renoncer à occuper le terrain.

En Iran, il faut venir, recupérer le matériel nucléaire, et s'enfuir à toute allure de ce panier de crabe.

Aucune armée au monde, aussi puissante soit-elle, ne pourra jamais tenir devant une guerre d'embuscades qui, de plus, s'intensifie du fait même d'une présence d'occupation.

Il faut laisser les iraniens vivre avec leurs Ayllatolahs Mr.Red . Si c'est leur choix. quand ils en auront assez, il voteront autrement. Du moment qu'ils ne menacent pas leurs voisins !

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 16 Nov - 11:09

Code:
En Iran, il faut venir, recupérer le matériel nucléaire, et s'enfuir à toute allure de ce panier de crabe.

Facile, en effet ! Tu devrais suggérer ça aux stratèges américains, Arnaud ; ils sont justement en train de se "brainstormiguer" pour voir comment se tirer du merdier qu'ils ont foutu en Irak.

Non, c'est Laurent qui propose la vraie solution : vitrifier l'Iran, comme les US l'ont fait à Hiroshima-Nagazaki.

Il faut rayer l'Iran de la carte.


Dernière édition par le Jeu 16 Nov - 11:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 16 Nov - 11:15

Mais supposons que l'Iran, un jour, aient "la bombe". Après tout : "Vous l'avez, pourquoi pas moi ?"
Ce jour, ils n'y sont pas encore : il y a la distance entre enrichissement à 5% et enrichissement à 90%.
Mais supposons qu'ils l'obtiennent. L'exemple, pas si lointain de la guerre froide, est là pour rappeler que le premier qui "appuie sur le bouton" est sûr d'être rayé de la carte.
Et, contrairement au cas de l'URSS, qui disposait, et dispose toujours, d'un arsenal nucléaire sensiblement égal à celui des USA, l'Iran n'accèdera jamais à un arsenal suffisant pour menacer les USA et donc qu'il serait anéanti sans même avoir pu réaliser son objectif.
Ils sont aussi peu réfléchis que ça, les Iraniens ?
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
manuel



Messages : 1005
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 16 Nov - 11:36

l'idéologie iranienne est eschatologique. La victoire d'allah et le Paradis anticipé.


M.
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 16 Nov - 12:13

Manuel a parfaitement résumé le problème Idea

Pour le reste, je ne discute plus avec Lagaillette, dont les sympathies pro-terroristes sont de plus en plus évidentes Idea
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 16 Nov - 12:20

Citation :
Iran : Le Washington Post nous éclaire sur les intentions des démocrates

16.11.2006


Zbigniew Brzezinski, conseiller en sécurité nationale du président Carter est le père spirituel de la révolution islamique en Iran et de l’invention des talibans en Afghanistan. Il revient aux affaires suite à la victoire tant applaudie des démocrates américains aux élections de mi-mandat aux Etats-Unis.


Nous avions pressenti que Brzezinski allait jouer un rôle important dans la politique qui allaient être menée par les élus démocrates et avons donc consacré des articles à son influence ou les conséquences de son retour aux affaires.

Un article du Washington Post nous apprend qu’il est effectivement le meneur de jeu, bien qu’il n’ait aucun mandat électif. L’article nous apprend également que Biden, dont les campagnes sont financées par la fondation iranienne Iman (Foi), prendra la direction de la Commission des affaires étrangères du Sénat, succédant à Richard G. Lugar, un autre sénateur pro-mollahs mais du parti républicain.

Les propositions de Brzezinski sont tout simplement démentes et vont uniquement dans le sens du renforcement de la république islamique qui vit des heures critiques d’un point de vue économique. L’intention de Brzezinski n’est pas le dialogue mais la levée des sanctions en vue d’injecter des capitaux dans les poches des mollahs et de sauver le régime de la banqueroute dans laquelle il se débat actuellement, alors qu’il n’y a pas de sanctions internationales à son encontre.

Lisez et tremblez car Brzezinski veut faire des mollahs et du Hezbollah des alliés régionaux des Etats-Unis ! Mais contre qui ?


WWW.IRAN-RESIST.ORG

Washington Post | La majorité Démocrate, qui vient de s’installer au Congrès (Sénat+Chambre), va permettre aux législateurs, (qui ont régulièrement demandé à l’administration Bush de discuter avec des adversaires principaux comme l’Iran, la Corée du Nord et la Syrie), d’augmenter la pression sur la Maison-Blanche pour qu’elle cesse de mettre des restrictions ou des conditions sur de telles discussions. Les nouveaux présidents des Commissions des Affaires Etrangères du Sénat et de la Chambre sont le sénateur Joseph R. Biden du Delaware et Tom Lantos de Californie. Biden et Lantos ont depuis longtemps annoncé que la façon de négocier de l’administration Bush était une diplomatie du blocage. L’Iran et la Syrie sont les voisins problématiques de l’Irak et les détracteurs de G. Bush maintiennent que le refus de discuter avec Téhéran et Damas a bloqué les efforts entrepris pour mettre fin à la violence en Irak.

Richard G. Lugar de l’Indiana, le président sortant de la Commission des Affaires Etrangères du Sénat, est lui-même un fervent défenseur d’un dialogue avec Téhéran et Damas. Mais les nouveaux leaders démocrates annoncent qu’ils iront plus loin et demanderont des comptes à l’administration Bush. Lantos qui a souvent visité la Libye ou la Corée du Nord déclare qu’il « tient à absolument à dialoguer avec les personnes avec qui il n’est pas d’accord ».

Depuis que Condoleezza Rice a pris ses fonctions, il y a deux ans, quelques restrictions dans les approches avec l’Iran et la Corée du Nord sont tombées. Dans le cas Nord Coréen, Rice a rejeté les appels à des discussions bilatérales, mais elle a accepté de se joindre à des discussions multilatérales. Dans le cas du dossier nucléaire iranien, l’administration Bush a également accepté cette année de se joindre aux discussions multilatérales, mais à la condition que Téhéran suspende l’enrichissement d’uranium. Il n’y a virtuellement aucun dialogue avec la Syrie depuis son implication dans l’assassinat du 1er ministre libanais Rafik Hariri.

Biden y voit un signe de souplesse de Rice qui selon lui est plus ouverte que les gens ne le pensent. Selon Biden, Rice est perçue comme l’anti-thèse de Cheney ou de Rumsfeld même si les officiels du Département d’État le démentent. Le groupe d’étude sur l’Irak, dirigé par l’ancien secrétaire d’État, James Baker, et l’ancien représentant démocrate de l’Indiana, Lee Hamilton, pourrait envisager un dialogue avec la Syrie et l’Iran afin de soulager l’effort de guerre. Bush comme les législateurs démocrates ont fait savoir qu’ils attendaient avec impatience les conclusions du groupe d’étude.

Les officiels du Département d’État ont fait savoir hier qu’ils étaient ouverts aux idées, mais que les changements au Congrès n’affecteraient pas directement la politique de l’administration. Pour eux la critique de la perception de l’administration est souvent faussée. L’administration considère que les discussions avec les adversaires sont une carte diplomatique à jouer mais ne représentent pas la politique. Le dialogue avec la Syrie par exemple a été limité parce que l’administration ne veut pas que cela interfère dans l’enquête de l’ONU sur le meurtre de Hariri. Un autre des conseillers de Rice a dit qu’il ne pensait pas que les démocrates feraient trop de pression au début, parce qu’ils sont encore trop sujets aux accusations de faiblesse en matière de sécurité nationale.

La nomination de Robert Gates comme Secrétaire à la défense peut aussi changer la dynamique des débats internes de l’administration. Rumsfeld était un opposant acharné aux contacts avec l’ennemi, mais Gates qui a co-écrit, il y a deux ans, un rapport du Council on Foreign Relations appelait à un dialogue direct avec l’Iran.

Dans ce rapport, on pouvait y lire que l’actuel manque de discussion avec l’Iran nuisait aux intérêts américains dans une région sensible. Le même rapport disait que les Etats-Unis devaient chercher des « intérêts communs » avec l’Iran comme ils l’avaient fait par le passé avec l’Union Soviétique ou bien la Chine quand ils étaient adversaires. C’est ce rapport qui suggère de revoir les sanctions unilatérales et de permettre les relations commerciales Iran-USA pour favoriser « un instrument puissant » de négociation avec l’Iran.

Zbigniew Brzezinski, conseiller en sécurité nationale du président Carter et co-auteur du rapport, a dit qu’il espérait que la présence de Gates dans l’administration Bush apporterait « un degré de rationalité, de bon sens, et de perspective historique et équilibrée ».

Brzezinski, précisant qu’il parlait en son nom propre, a dit qu’il trouvait que demander à l’Iran de stopper l’enrichissement d’uranium avant toute négociation était un procédé cavalier parce que l’Iran avait le droit d’enrichir dans le cadre du Traité de Non Prolifération et que c’était exagéré pour une simple discussion. Il a ajouté que revoir l’embargo commercial ou supprimer des sanctions serait une grande occasion pour débuter un dialogue productif avec l’Iran.

http://www.iran-resist.org/article2801
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 16 Nov - 12:23

Citation :
Iran : certitude d’un programme nucléaire militaire

16.11.2006


Le rapport de l’AIEA affirme que les inspecteurs de l’agence ont trouvé dans une décharge à Karaj des traces de plutonium. Le plutonium n’a aucun usage civil et ces traces confirment l’existence d’un programme nucléaire militaire.


Officiellement, l’Iran était jusque-là accusé d’enrichir de l’uranium et aucun précédent rapport de l’AIEA n’avait fait état de traces de Plutonium en Iran.

Quand les inspecteurs de l’AIEA avaient trouvé des traces de l’uranium hautement enrichi en Iran, les mollahs avaient rétorqué qu’il s’agissait de traces provenant de centrifugeuses déjà contaminées vendues par les Pakistanais. Concernant les traces de plutonium, l’explication serait une erreur des inspecteurs de l’AIEA.

L’Iran a même qualifié de « répétitif » ce rapport afin d’éluder les questions restées en suspens depuis que l’AIEA mène ses enquêtes en Iran malgré les pressions et les menaces que le régime des mollahs exerce sur les enquêteurs.

En Août 2006, le régime des mollahs a inauguré officiellement son usine de production d’Eau Lourde. Il semblerait donc que cette inauguration ait été une mise en scène pour camoufler une production de plutonium déjà effective depuis un certain temps. Rappelons que très peu de plutonium peut avoir un effet dévastateur dans une bombe de type Fat Man. Par ailleurs les travaux nucléaires Nord Coréens financés par Téhéran étaient essentiellement fondés sur le plutonium, il serait donc plausible que les traces trouvées correspondent à du plutonium Nord Coréen utilisé en Iran pour fabriquer une première bombe sur place.

Pendant ce temps, l’imperturbable Ahmadinejad a redoublé de provocations verbales (droit dans ses bottes) pour amplifier la crise afin de pousser la communauté internationale à se montrer encore plus consensuelle.

http://www.iran-resist.org/article2803

Pendant ce temps-là, à l'ONU :

Iran: les discussions à l'ONU sur les sanctions piétinent

http://fr.news.yahoo.com/16112006/202/iran-les-discussions-l-onu-sur-les-sanctions-pietinent.html

...mais rassurons-nous, une nouvelle rencontre est prévue spiderman spiderman spiderman
Revenir en haut Aller en bas
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 16 Nov - 18:32

manuel a écrit:
l'idéologie iranienne est eschatologique. La victoire d'allah et le Paradis anticipé.


M.

Tu crois vraiment, Manuel qu'ils sont aussi irréalistes que ça ?

Laurent, tu parles de mes "sympathies pro-terroristes" ; tu n'as pas lu mon dernier post où je disais qu'il fallait les "vitrifier" avant qu'ils n'aient pu metttre à exécution leurs néfastes projets ?
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80782
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 16 Nov - 18:35

Citation :
Tu crois vraiment, Manuel qu'ils sont aussi irréalistes que ça ?

Cher Lagaillette, des martyrs Kamikazes vous le prouvent tous les jours.

Et vous devriez relire Flavius Josephe. Vous verrez ce que donne, comme guerre, une espérance eschatologique devenue fanatique et politique...

http://eschatologie.free.fr/livres/guerredesjuifs.zip

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 16 Nov - 21:16

...et les zélotes n'avaient pas la Bombe...
Revenir en haut Aller en bas
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 16 Nov - 21:36

Code:
vous devriez relire Flavius Josephe. Vous verrez ce que donne, comme guerre, une espérance eschatologique devenue fanatique et politique...

Pas besoin de remonter si loin : la "croisade" de Bush contre "l'axe du Mal" donne un bon exemple de fanatisme politique opposé au fanatisme politique des islamistes. Et des fanatismes politiques, se couvrant du manteau de la religion, on en a connu au cours des siècles
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 16 Nov - 23:09

Shocked Shocked Shocked What a Face

Alors là, mettre sur le même plan la guerre contre le terrorisme en cours et les atrocités djihadistes, celle-là, fallait oser !!!

Toujours plus fort spiderman
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Dim 19 Nov - 17:06

Citation :
Sondage TNS Sofres sur le programme nucléaire iranien - 4 Français sur 5 ne font pas confiance à l’Iran sur son programme nucléaire et sont favorables à des sanctions de l’ONU

19 novembre 2006 - CRIF

Le Conseil Représentatif des Institutions juives de France (CRIF) a confié à TNS Sofres la réalisation d’un sondage sur les Français et le programme nucléaire iranien.
Ce sondage, qui a été publié dans le Parisien-Aujourd’hui en France du 19 novembre 2006, a été effectué les 8 et 9 novembre 2006, en face-à-face, auprès d’un échantillon de 1 000 personnes, représentatif de l’ensemble de la population âgée de 18 ans et plus.



Il en ressort les résultats suivants :

2 Français sur 3 pensent que le programme nucléaire iranien représente un vrai danger pour la France.

Ce programme nucléaire est également considéré comme un vrai danger pour Israël (88% des Français), pour les Etats-Unis (72% des Français), pour les pays arabes (71% des Français) et pour l’Europe (70% des Français).

80% des Français prennent au sérieux la menace du Président iranien de rayer Israël de la carte.

81% des Français ne font pas confiance aux dirigeants iraniens sur la nature de leur programme nucléaire. Ils pensent que les dirigeants iraniens veulent fabriquer la bombe atomique.

Ils ne croient pas les dirigeants iraniens lorsque ceux-ci disent que leur programme nucléaire est un programme civil pour la production d’électricité et que ce programme n’a pas pour objectif la fabrication d’une bombe atomique.

79% des Français sont favorables à ce que l’ONU prenne des sanctions contre l’Iran afin d’empêcher ce pays de fabriquer la bombe atomique.

En matière de sanctions de l’ONU contre l’Iran, une majorité de Français est favorable à l’arrêt des investissements en Iran
(52% des Français sont favorables à cet arrêt et 33% sont défavorables).

Une majorité de Français est défavorable à l’exclusion de l’Iran de l’ONU (49% des Français sont défavorables à cette exclusion et 37% sont favorables).

Les Français sont plus partagés en ce qui concerne l’arrêt des importations de pétrole iranien et l’arrêt des exportations vers l’Iran, même si une légère majorité se dégage en faveur de ces sanctions (46% des Français sont favorables à ces 2 sanctions ; 40% et 41% y sont respectivement défavorables).

Au regard des résultats de ce sondage, le CRIF appelle la communauté internationale à adopter la plus grande vigilance et la plus grande fermeté au sujet du programme nucléaire iranien qui est perçu comme un vrai danger par une large majorité de Français.

Le CRIF appelle également la communauté internationale à avancer, au niveau de l’ONU, dans la définition d’actions et de sanctions qui rendront réelle et tangible la volonté d’empêcher l’Iran de se doter de l’arme atomique.

http://www.desinfos.com/article.php?id_article=6043
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Dim 19 Nov - 17:10

Citation :
L'Iran prêt à riposter jusqu'à 2.000 km (Gardiens de la révolution)

18.11.2006

AFP, Téhéran, 18 novembre - Le commandant des Gardiens de la révolution iraniens, le général Yahya Rahim Safavi, a affirmé que "si l'Iran était attaqué, il avait la capacité de frapper l'ennemi jusqu'à 2.000 km" au-delà de ses frontières, a rapporté samedi l'agence de presse Isna.

"Notre stratégie est défensive, mais si nous sommes agressés, nous ne nous arrêterons pas à nos frontières", a déclaré le général, qui s'adressait à un groupe de Bassiji (auxiliaires combattants), dans la province d'Ispahan (centre).

Le commandant des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique du régime, faisait référence à la portée annoncée des missiles Shahab-3, que les Iraniens ont tirés pour la première fois le 2 novembre.

La télévision Al-Alam avait alors annoncé que "des missiles Shahab, avec une charge à sous-munitions, capables d'avoir une portée de 2.000 km, avaient été tirés du désert situé dans les environ de Qom", à 120 km au sud de Téhéran, lors des manoeuvres "Grand Prophète II".

Avec 2.000 km de portée, les missiles Shahab-3 pourraient en théorie atteindre tant les bases américaines dans le Golfe qu'Israël et le sud de l'Europe.

http://www.iranfocus.com/french/modules/news/article.php?storyid=4236
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Dim 19 Nov - 21:26

Citation :
Le Koweït s’attend à un conflit avec l’Iran

Le directeur du Centre d’Etudes Stratégiques du Koweït, Sami Al Faraj, a annoncé que les «pays du Conseil de Coopération du Golfe et l’Iran courraient à l’affrontement. La mentalité iranienne fait qu’ils ne considèrent pas les pays arabes du Golfe comme des égaux.» Selon une information publiée par le Mideast Newsline, le Koweït aurait demandé à ce que les pays membres du Conseil se préparent à se défendre face à une attaque iranienne.

http://www.a7fr.com/Default.aspx?tabid=61&articleType=ArticleView&articleId=26449
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Lun 20 Nov - 22:23

Citation :
L'Iran veut s'équiper de 100.000 centrifugeuses - Ahmadinejad

Reuters, Téhéran, 20 novembre - Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a déclaré que son pays comptait installer 100.000 centrifugeuses pour enrichir l'uranium à l'avenir, chiffre bien supérieur à celui présenté jusqu'alors, rapporte l'agence de presse iranienne Isna.

"Nous avons l'intention d'installer 100.000 centrifugeuses et, si Dieu le veut, l'Iran sera en mesure de répondre à ses besoins en combustible nucléaire d'ici l'année prochaine", a déclaré le président, cité par Isna.

L'année iranienne commence en mars. Les centrifugeuses servent au processus d'enrichissement d'uranium, lequel peut servir à la fabrication d'armes nucléaires. Téhéran maintient que son programme atomique est purement civil, mais les Etats-Unis sont persuadés que les Iraniens cherchent à se doter de l'arme atomique.

http://www.iranfocus.com/french/modules/news/article.php?storyid=4238

Citation :
Où en est le programme nucléaire iranien ?

Claire Dana Picard
lundi 20 novembre 2006 - 12:46

Le magazine américain New Yorker a indiqué lundi matin, dans un article du journaliste Seymour Hirsch, qu’Israël avait communiqué à la Maison Blanche des informations recueillies par ses agents en Iran. D’après ces derniers, l’Iran aurait développé le matériel nécessaire pour déclencher l’explosion d’une bombe atomique et aurait déjà fait des essais.

La Maison Blanche aurait reçu ces informations mais ne les aurait pas communiquées à son agence de renseignements, la CIA, qui estimerait pour sa part que Téhéran est loin d’être en mesure de produire l’arme nucléaire.

Les évaluations de la CIA ne s’accorderaient pas avec celles de la Maison Blanche et de l’agence de renseignements du Pentagone. La CIA se baserait sur des données techniques recueillies notamment par satellite et en mesurant le taux de radioactivité dans la région. Quant au Pentagone, il semblerait enclin à prendre au sérieux les Renseignements israéliens.

Israël, de son côté, aurait rejeté les informations du New Yorker, niant également que ses agents avaient aidé les rebelles kurdes comme le prétend Seymour Hirsch dans son article.

La Maison Blanche a également publié un démenti virulent, accusant l’auteur de l’article de "publier une fois de plus des informations inexactes sur l’administration Bush". Et de poursuivre : "La Maison Blanche n’a pas l’intention de donner de l’importance à l’article d’un journaliste qui humilie impitoyablement nos soldats. Ces articles sont basés sur des mensonges destinés à justifier des positions fanatiques".

Hirsch a réagi lors d’une interview télévisée sur la CNN. Il a estimé que "ce n’était pas la première fois que la Maison Blanche démentait des faits vérifiés par la suite".


http://www.a7fr.com/Default.aspx?tabid=52&articleType=ArticleView&articleId=26474
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mar 21 Nov - 13:31

Citation :
L’Iran détient probablement des armes bactériologiques, peut-être nord-coréennes

20.11.2006


Reuters, Génève, 20 novembre – Par Richard Waddington – L’Iran détient probablement des armes bactériologiques, la Corée du Nord en a vraisemblablement développées et la Syrie aurait mené des recherches sur ces armes interdites, ont annoncé lundi les Etats-Unis lors d’une conférence sur le contrôle des armes.

Lors de la session d’ouverture de la sixième conférence d’étude de la Convention sur l’interdiction des armes biologiques (CIAB), la délégation américaine dirigée par John C. Rood a affirmé que ces pays étaient particulièrement inquiétants en raison de leur « soutien au terrorisme ».

« Nous pensons que l’Iran poursuit probablement un programme d’armes biologiques offensif en violation de la CIAB », a affirmé Rood. « Nous pensons aussi que la Corée du Nord détient également des armes biologiques qu’elle aurait développées, fabriquées et armées pour s’en servir. »

« Enfin, nous demeurons extrêmement préoccupés par le fait que la Syrie … a conduit des recherches et le développement d’un programme d’armes biologiques », a-t-il dit.

L’Iran, que Washington accuse de chercher à développer des armes nucléaires, ainsi que la Corée du Nord, qui en possède déjà, sont tous deux membres de la CIAB, qui a maintenant 31 ans. La Syrie a signé le pacte mais ne l’a pas ratifié.

« Je rejette catégoriquement ce que la délégation américaine a déclaré à propos de mon pays », a affirmé l’ambassadeur iranien Alireza Moaiyeri lors de la conférence. « Leurs accusations sans fondement sont contraires à l’esprit de cette conférence d’étude. »

Cette conférence, qui a lieu tous les cinq ans, examine le fonctionnement du traité signé par 155 Etats qui interdit le développement, la production et le stockage d’armes biologiques et à toxines et met en place un futur programme de travail.

Rood a refusé de donner des détails sur ses accusations contre les trois Etats. Il a renvoyé les journalistes à un rapport des Etats-Unis de 2005 sur l’application de la CIAB par différents pays.

Les Etats-Unis accusent également d’autres nations, comme la Russie et la Chine, de ne pas respecter totalement le traité.

UNE MENACE GRANDISSANTE

A l’ouverture de cette conférence de trois semaines, le secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, a recommandé que des efforts plus conséquents soient entrepris pour protéger le monde des armes biologiques, qui selon lui représentent une menace grandissante en raison des avancées de la science et de la technologie.

La prise de conscience du danger est plus grande en raison des inquiétudes internationales autour du terrorisme et des nouvelles maladies naturelles hautement infectieuses telles que la grippe aviaire qui ont renforcé la capacité mortelle des virus, a-t-il dit.

Mais des années de négociations sur un nouveau protocole visant à renforcer le traité se sont soldées par un échec en 2001 parce que les Etats-Unis se sont opposés à des mesures telles que des contrôles inopinés dans les laboratoires.

Washington a toujours été sceptique sur la possibilité de mettre en place un système efficace de vérification de l’application du traité et estime que les contrôles inopinés ne peuvent qu’encourager l’espionnage industriel.

Cependant, les Etats sont d’accord pour améliorer la coopération dans des domaines tels que la surveillance des maladies, le renforcement de la législation nationale contre les armes biologiques et le durcissement du code de conduite des scientifiques.

Dans les cinq années à venir, Washington désire aboutir à un renforcement des lois nationales pour garantir que les acteurs non étatiques cherchant à obtenir de telles armes soient arrêtés et sanctionnés.

http://www.iranfocus.com/french/modules/news/article.php?storyid=4245
Revenir en haut Aller en bas
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mar 21 Nov - 18:39

Code:
L’Iran détient probablement des armes bactériologiques, peut-être nord-coréennes

C'est même Saddam qui leur a refilé son stock ; c'est pour ça que les américains ne les ont pas trouvées en Irak. Ils se sont trompés de pays, les américains ; c'est pas pour l'Irak qu'ils avaient embarqué, c'était pour l'Iran ; c'est vrai que "Irak" - "Iran", vu de l'autre côté de l'Atlantique, c'est difficile à distinguer.
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mar 21 Nov - 22:02

Citation :
Iran : Définition des négociations selon les mollahs

21.11.2006


La 3° guerre mondiale (4°, en comptant la Guerre Froide) est peut-être déjà commencée depuis un moment. Certains en doutent et se rassurent en décrétant que l’islamisme est une menace inexistante et que l’on pourrait remplacer la guerre par un bon dialogue constructif. John Abizaïd, le général américain qui commande les troupes au Moyen-Orient, a livré sa vision de cette guerre dont l’un des protagonistes est la république islamique d’Iran.


Selon Abizaïd, si l’on ne trouvait pas une voie pour stopper la montée de l’islamisme, alors on aurait à faire face à la III° Guerre Mondiale. John Abizaïd a comparé la montée du fondamentalisme et la passivité mondiale à la montée du fascisme en Europe dans les années 20 et 30 qui déboucha sur la 2nde guerre mondiale. Selon lui, si les extrémistes ne sont pas arrêtés, ils se sentiront autorisés à continuer dans la même voie, ils développeront des armes de destruction massive et se trouveront une nation à partir de laquelle agir.

Cependant, le général s’est mis au diapason du nouveau Congrès américain et il recommande de s’entendre avec ceux qu’il a, lui-même, comparés aux méchants fascistes des années 30. Selon Abizaïd, il faut négocier avec l’Iran, faire tomber la tension entre arabes et israéliens et casser la prolifération de l’extrémisme. Toujours selon ce stratège, ces trois problèmes se rencontrent en un seul lieu, l’Irak, et cela justifie des sacrifices pour stabiliser ce pays.

Malheureusement, ces déclarations montrent que nous sommes loin de résoudre les problèmes de cette région en premier lieu parce que la tension entre arabes et israéliens est sans incidence pour l’Irak. Le raisonnement d’Abizaïd ne tient pas la route parce qu’il a un objectif politique et prend des libertés avec l’exposé des faits militaires.

Par ailleurs cette tension est entretenue par le régime des mollahs qui paye des organisations terroristes comme le Hamas et le Hezbollah pour continuer la guérilla. Ces mouvements extrémistes payent la population, organisent des attentats, font participer la population à leurs forfaits afin de perpétrer les conditions de la chaîne ininterrompue de violences et de ripostes qui handicape toute initiative de paix et alimente les idéologies extrémistes de parts et d’autres. Cependant, précisons encore une fois : cette violence entre arabes et israéliens n’explique pas les attentats contre les civils irakiens perpétrés par d’autres musulmans.

Le seul lien qui existe entre les points convergents cités par Abizaïd est le régime des mollahs qui dépense des capitaux iraniens et fournit des armes et des instructeurs (Pasdaran) aussi bien en Irak qu’au Liban. Négocier avec les mollahs les convaincra que leurs activités de promotion du terrorisme ont été payantes et qu’il faudra continuer pour obtenir d’autres négociations.

Dans l’esprit des dirigeants de la république islamique, si l’on négocie c’est qu’on n’est pas en position de vaincre, mais en position de faiblesse. Le raisonnement est valable aussi pour le dossier nucléaire : plus la communauté internationale entière insistera à vouloir poursuivre les négociations, et plus le régime des mollahs sera enclin à se montrer intransigeant. Mais l’objectif est ni forcément la bombe, ni forcément le terrorisme et ni le dialogue en soi, l’objectif est de faire faire des concessions à l’adversaire. Le terrorisme, les provocations, la souplesse, le dialogue sont des moyens pour parvenir à la capitulation de l’adversaire.

D’ailleurs, ces derniers temps, de nombreux américains à l’image du Général John Abizaïd ont recommandé le dialogue avec les mollahs, voire la capitulation partielle, mais, les mollahs poursuivent leur objectif et veulent une capitulation totale : faire reconnaître leur rôle régional et obtenir des Garanties de Sécurité pour le Hezbollah.

Le moyen d’y parvenir sera d’amplifier la crise. Exemple : en 2007, nous aurons 100,000 centrifugeuses, a déclaré hier Ahmadinejad. Hier, le régime des mollahs a reçu un dirigeant de la Corée du Nord, aujourd’hui, il a reçu Mugabe… on s’attend à ce qu’il reprenne la répression des minorités, ou faire de nouvelles déclarations anti-holocauste, ou bien encore pendre d’autres mineurs, et bien sûr continuer à mettre à feu et à sang toute la région...

Tout sera mis en œuvre par le régime et son champion Ahmadinejad pour aboutir à une négociation dont l’objectif est la capitulation de l’ennemi. Une capitulation qui ne sera qu’une étape. Nous perdrons la 3° guerre mondiale avant terme dans la phase de préparation au combat.

http://www.iran-resist.org/article2822
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Jeu 23 Nov - 22:35

Citation :
L’armée iranienne menace les troupes américaines dans la région

22.11.2006

Iran Focus, Téhéran, 23 novembre – Le commandant suprême du Corps des Gardiens de la Révolution d’Iran a menacé ouvertement les Etats-Unis en déclarant que ses troupes au Moyen Orient couraient un grave danger si les USA avaient le moindre acte agressif envers la théocratie.

« Si les Etats-Unis décidaient d’attaquer l’Iran, ses 200 000 soldats et ses 33 bases se retrouveraient dans une position extrêmement vulnérable. Aussi bien les dirigeants politiques que les commandants militaires américains en sont conscients », a déclaré le général Yahya Rahim Safavi aux islamistes radicaux. Ses commentaires ont été rapportés par l’agence de presse gouvernementale Fars le 21 novembre.

« L’arène mondiale dans laquelle nous vivons aujourd’hui est pleine d’incertitudes et de méfiance. La région et le monde traversent une période délicate, déterminante et complexe », a déclaré le général Safavi.

Il a averti que Téhéran avait la capacité militaire d’imposer un blocus du Détroit d’Hormuz sur les rives sud de l’Iran.

« Dès que l’Iran le décide, il peut contrôler le Détroit d’Hormuz par lequel 17 millions de barils de pétrole passent chaque jour », a dit Safavi.

Environ deux cinquièmes du stock de pétrole mondial emprunte ce passage large de 50 kilomètres à l’entrée du Golfe Persique.

Plus tôt cette année, le commandant du CGR avait qualifié le détroit d’ « élément économique vital » pour l’Occident, ajoutant qu’il pouvait être utilisé pour faire pression sur les « ennemis » de l’Iran.

Le CGR a mené une série de manœuvres militaires dans le Golfe Persique en en mer d’Oman au début du mois.


http://www.iranfocus.com/french/modules/news/article.php?storyid=4256
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Ven 24 Nov - 12:18

Citation :
Iran : L’AIEA, une main de velours dans un gant d’acier
24.11.2006


L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a écarté une demande d’assistance iranienne pour la construction d’un réacteur nucléaire à eau lourde à Arak, les Occidentaux craignant que le plutonium produit ne serve à l’arme nucléaire.


La décision a été adoptée par consensus par les 35 États du Conseil des Gouverneurs de l’AIEA, en séance plénière, après trois jours de discussions techniques à Vienne ayant permis un compromis entre pays occidentaux et non-alignés. L’organe exécutif de l’AIEA a cependant approuvé sept autres demandes iraniennes qui n’auraient pas d’application militaire. Le régime des mollahs a une fois de plus réussi à obtenir des avantages dans le cadre de l’AIEA sans pour autant se soumettre aux obligations imposées aux signataires du TNP. Sous la direction d’El Baradei, l’AIEA reste très indulgente avec les mollahs et pourrait même revenir sur cette décision de refuser l’aide de l’agence pour le réacteur d’eau lourde en construction à Arak.

« Le projet est gelé », a déclaré El Baradei, en estimant que « la décision du Conseil des Gouverneurs » était « tout à fait liée à la confiance dans la nature pacifique (ou non) du programme nucléaire de l’Iran ». Les choses pourraient changer « si la confiance était rétablie », selon ce déclaré ami du régime des mollahs.

Dans le cadre d’un compromis, la demande d’aide technique à l’AIEA pour Arak n’a pas été rejetée mais mise de côté, ce qui a amené un diplomate du régime des mollahs à parler à juste titre « d’un simple report ». Le régime des mollahs a l’espoir de rétablir la confiance : il vient d’autoriser une d’inspection à Lavizan, un site militaire dénué de tout intérêt pour avoir été complètement nettoyé [1] et l’autorisation a été qualifiée par El Baradei d’« un pas dans la bonne direction » !

Avant même l’annonce de cette décision plutôt molle et emprunte de beaucoup de précautions, le régime des mollahs a déclaré qu’il se passerait de l’aide de l’AIEA pour Arak, tout en estimant que l’aide était un des devoirs de l’Agence.

L’ambassadeur iranien Ali Asghar Soltanieh a même renchéri en précisant que la construction serait même accélérée pour « raisons humanitaires » parce que les « hôpitaux de son pays ont désespérément besoin des radio-isotopes » que fournira le réacteur.

Téhéran assure que celui-ci n’est destiné qu’à des usages pacifiques, notamment pour la recherche médicale. Le réacteur d’Arak d’une puissance de 40 mégawatts pourrait produire jusqu’à 12,5 kg de plutonium par an, soit de quoi fabriquer annuellement de deux à trois bombes nucléaires.

Ce gel du projet et non pas un refus ferme des demandes des mollahs nous rappelle les interminables séances de négociations entre les membres du Conseil des Gouverneurs à l’issue desquelles, le dossier iranien avait été transféré au Conseil de Sécurité.

A l’image de son obsession de résolution à l’unanimité des voix au Conseil de Sécurité, la France exige un consensus concernant les demandes nucléaires des mollahs. Traditionnellement, le Conseil des Gouverneurs de l’AIEA ne vote pas les résolutions, mais les adopte par consensus. Mais, les dossiers sensibles peuvent être soumis au vote, comme ce fut le cas en février 2003 pour le dossier nucléaire nord-coréen.

Encore une fois, le régime des mollahs s’en tire bien et trouve même l’occasion de se poser en victime. Nous devons cette victoire des mollahs à la passivité de la communauté internationale.

http://www.iran-resist.org/article2836
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Ven 24 Nov - 13:26

Citation :
La Russie a commencé à livrer des missiles TOR-M1 à l'Iran

vendredi 24 novembre 2006

La Russie a commencé à livrer des systèmes de missiles sol-air TOR-M1 à l'Iran, ont rapporté vendredi les agences de presse russes en citant des sources au sein du complexe militaro-industriel russe.

(AFP) "Les livraisons de TOR-M1 ont commencé. Les premiers systèmes ont déjà été livrés à Téhéran", a indiqué une source "haut placée" citée par Itar-Tass et Interfax. L'agence russe d'exportation d'armements, Rosoboronexport, contactée par l'AFP, s'est refusée à tout commentaire sur cette annonce.

L'Iran a signé en décembre 2005 un contrat avec la Russie pour l'achat de 29 systèmes de missiles TOR-M1 estimé alors à 700 millions de dollars, suscitant l'inquiétude des Etats-Unis qui ont appelé en vain Moscou à reconsidérer ces livraisons. Washington a adopté depuis fin septembre une loi prévoyant des sanctions à l'encontre des pays qui collaborent au programme nucléaire iranien ou qui fournissent à Téhéran des armes de haute technologie ou des missiles.

Ces livraisons interviennent aussi dans un contexte international tendu, le Conseil de sécurité de l'ONU examinant de possibles sanctions contre l'Iran qui poursuit, contre la volonté des grandes puissances, son programme d'enrichissement d'uranium.

Les TOR-M1, des missiles à courte portée, peuvent frapper avions, hélicoptères et missiles de croisière. L'Iran va les utiliser pour défendre des sites gouvernementaux et militaires ainsi que des installations nucléaires, telle la centrale nucléaire de Bouchehr que les Russes sont en train de construire dans le sud du pays, selon Itar-Tass. "Il y a eu beaucoup de bruit autour de ce contrat (...) Je voudais souligner que ces systèmes ne peuvent être utilisés dans des opérations offensives. Ils possèdent des applications très limitées et ne permettent de défendre qu'une petite partie du territoire iranien", avait affirmé le ministre russe de la Défense Sergueï Ivanov début novembre

http://actuality.skynet.be/index.html?l1=actuality&l2=news&l3=homepage&l4=detail&id=164496&or=textarticles&new_lang=fr
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Dim 18 Mar - 11:24

Citation :
Nucléaire: l'ONU va sanctionner l'Iran, en présence d'Ahmadinejad

Par Hervé COUTURIER

NEW YORK (AFP) - Le Conseil de sécurité de l'ONU pourrait dès cette semaine infliger de nouvelles sanctions à l'Iran pour son refus de suspendre ses activités nucléaires sensibles, en présence du président iranien Mahmoud Ahmadinejad qui a rejeté à l'avance la future résolution.

Les cinq membres permanents du Conseil dotés du droit de veto (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie) se sont mis d'accord sur de nouvelles mesures qui viendront renforcer les sanctions déjà prises contre Téhéran dans la résolution 1737, adoptée en décembre, et en ajouter de nouvelles.

De premières consultations formelles sur le projet de résolution ont été programmées pour mercredi, pour laisser le temps aux délégations des 10 membres non permanents de transmettre le texte à leurs capitales et l'étudier.

Tout en soulignant qu'ils prendraient tout leur temps pour ce faire, l'ambassadeur d'Afrique du Sud Dumisani Kumalo, qui préside le Conseil en mars, a estimé possible une adoption du texte dans la semaine, sans avancer de date précise.

La séance qui sera consacrée au vote promet un spectacle insolite: le chef de l'Etat du pays sanctionné y assistera et y prendra probablement la parole, alors qu'il a d'ores et déjà opposé une fin de non recevoir à la résolution et qu'il dénie toute légitimité au Conseil de sécurité. M. Ahmadinejad a demandé officiellement à participer à cette séance du Conseil et les Etats-Unis ont indiqué qu'ils "faciliteront" son obtention d'un visa pour entrer sur leur territoire afin de se rendre à l'ONU.

Washington espère que le président iranien profitera de l'occasion pour accepter "la main tendue" de la communauté internationale, a déclaré vendredi le porte-parole du département d'Etat, Sean McCormack, en référence aux propositions économiques et politiques présentées à Téhéran en échange de la suspension de ses activités d'enrichissement d'uranium.

M. Ahmadinejad souhaite "défendre les droits de l'Iran en matière de nucléaire", ce qu'il avait déjà fait à l'ONU en septembre devant l'Assemblée générale. "La nation iranienne maîtrise le cycle de la combustion nucléaire et ne reviendra pas en arrière (...) Ne vous imaginez pas que vous bloquerez le chemin que suit la nation iranienne avec ces réunions et ces conciles", a déclaré vendredi le président iranien, qui avait nié la veille toute légitimité au Conseil de sécurité.

Les mesures envisagées comprennent un embargo sur les achats d'armes provenant d'Iran, ainsi qu'un appel aux Etats membres à "faire preuve de vigilance et de retenue" dans la fourniture à l'Iran de toute une série d'armements comme les chars, hélicoptères d'assaut et avions de combat.

Elles contiennent aussi des restrictions financières et commerciales, ainsi que sur les voyages de certaines personnalités iraniennes liées au programme nucléaire. La 1737 avait dressé une liste de 10 entités et de 12 personnalités impliquées dans les programmes nucléaire ou balistique iraniens, dont les "fonds, avoirs financiers et ressources économiques" à l'étranger étaient gelés.

Le nouveau projet ajoute à ces listes 13 entités et 15 personnalités, dont certaines sont liées aux Gardiens de la révolution. Comme la résolution 1737, le texte invoque l'article 41 de la Charte de l'ONU, qui autorise des sanctions économiques et commerciales mais exclut l'usage de la force.

Il prévoit également un nouveau rapport dans les 60 jours du directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur la manière dont l'Iran aura respecté la résolution. Si c'est le cas, les sanctions seront levées, sinon de nouvelles mesures seront envisagées.

http://fr.news.yahoo.com/18032007/202/nucleaire-l-onu-va-sanctionner-l-iran-en-presence-d.html

Shocked Shocked Shocked

Il faut se pincer et relire cette info pour se persuader qu'il ne s'agit pas d'un gag :|
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Lun 19 Mar - 21:30

Citation :
Prêts, face à l’Iran

18.03.2007

The Washington Times, 18 mars – Par Arnold Beichman – Pour reprendre Henry Kissinger: “Il y a toute sorte de discussions tactiques sur la manière de traiter avec l’Iran … mais il y a un certain nombre de principes fondamentaux qu’il faut garder à l’esprit.

« Si l’Iran se dote d’armes nucléaires, nous vivrons dans un nouveau monde. C’est la question fondamentale que nous devons affronter ; Et notre seul choix est soit de l’en empêcher, soit de payer le prix pour ne pas l’avoir empêché. Nous devons comprendre combien il nous reste de temps et quelles sont, comme dans toutes les discussions sur la tactique, les pénalités que nous pouvons exiger. Mais avant tout nous devons savoir qu’il ne s’agit pas d’un problème tactique. C’est un problème fondamental à un tournant historique. »

Cette mise en garde a été prononcée à un dîner en l’honneur de Norman Podhoretz, le rédacteur partant à la retraite du magazine Commentary. Ces paroles sont aussi vraies aujourd’hui qu’elles l’étaient il y a dix mois, plus vitale peut-être depuis que l’Iran semble se rapprocher plus vite que nous le pensons de la fabrication d’un appareil nucléaire.

En traitant avec la tyrannie iranienne, la prudence nous dicte d’assumer le pire, spécialement quand aucune inspection sérieuse du programme nucléaire iranien n’a été autorisée par le belliciste Mahmoud Ahmadinejad, le président de 51 ans de l’Iran. Son mandat se termine en 2009, alors nous l’aurons encore pour un bon moment. Peut-être.

Le président Bush ne s’est pas encore exprimé en des termes aussi apocalyptiques que la rhétorique kissingerienne, mais j’espère que l’ancien secrétaire d’Etat dit ce que pense le président quand il met en garde contre l’acquisition par l’Iran d’armes nucléaires : « soit l’empêcher, soit payer le prix pour ne l’avoir pas empêché. »

Si l’Iran est autorisé à disposer de son programme nucléaire, la prolifération deviendra un fait du 21e siècle et les kamikazes auront gagné. La détente avec des kamikazes ou le régime qui les parraine est impossible. La détente n’est pas possible non plus avec un fanatique comme M. Ahmadinejad. Il a déjà passé à la trappe la demande du Conseil de sécurité que l’Iran mette fin à son programme d’armes nucléaires, en prétendant qu’il est uniquement destiné à des objectifs pacifiques. Il a appelé à ce que Israël soit « rayé de la carte » et a qualifié l’Holocauste de « mythe ».

Parce que Neville Chamberlain ne pensait pas le pire d’Adolf Hitler, des millions et des millions de gens ont payé le prix de leur vie et de leurs richesses. Parce que le Président Roosevelt ne pensait pas le pire du militarisme japonais, il y a eu Pearl Harbor. Parce que nous n’avons pas pensé le pire du fascisme islamique, il y a eu les attaques du 11 septembre 2001. Parce que nous n’avons pas pensé le pire de Saddam Hussein, le président Bush père a laissé Saddam Hussein sur son trône pour que l’Irak puisse se battre une autre fois.

Il y a des hommes d’Etat américains qui pensent le pire de l’Iran. Newt Gingrich, un candidat potentiel à la présidentielle de 2008, a dit dans un message à Israël que permettre à l’Iran de développer des armes nucléaires pourrait signifier un second Holocauste. Il s’adressait par satellite à une conférence israélienne sur la sécurité.

Et maintenant vous entendez de la part de deux des voix les plus influentes dans l’élaboration de la politique étrangère américaine vis-à-vis de l’Iran – que c’est un ennemi de la paix mondiale aujourd’hui comme le fut Hitler en 1933.

Des sanctions radicales et exécutoires – aujourd’hui – contre l’Iran sont un premier pas.

http://www.iranfocus.com/french/modules/news/article.php?storyid=4756
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"   Mar 20 Mar - 21:16

Citation :
Nucléaire : Moscou aurait menacé Téhéran

Selon le New York Times, la Russie menacerait l'Iran de stopper les livraisons de combustibles à Téhéran. L'ambassadeur russe à l'ONU dément.


La déclaration de Vitaly Tchourkine, ambassadeur russe à l'ONU, est des plus explicites : "Je peux vous dire que l'article (du New York Times) n'est pas exact, qu'il n'y a eu aucun ultimatum russe d'aucune sorte à l'Iran". Et de poursuivre : "Nous continuons à considérer le projet de Bouchehr comme étant hors du champ" des résolutions du Conseil de sécurité imposant des sanctions à Téhéran.


Pourtant, selon le New York Times, la Russie aurait menacé l’Iran de cesser toute livraison de combustible pour sa centrale atomique de Bouchehr, si le pays ne suspendait pas son programme d'enrichissement d'uranium, conformément aux exigences des Nations unies. Cette information aurait été confirmée par un haut responsable iranien.


Selon le quotidien américain qui cite des sources anonymes américaines, européennes et iraniennes, le secrétaire du Conseil de Sécurité russe, Igor Ivanov, a posé cet ultimatum la semaine dernière au numéro deux du Conseil suprême de sécurité nationale iranien, Ali Hosseini-Tash, en visite à Moscou.


Tactique russe


Cette décision marquerait un véritable tournant dans la politique russe à l’égard de la République islamique, à la veille de consultations au Conseil de sécurité sur un projet de résolution en vue de sanctions à son égard. La Russie, qui fournit les Iraniens en combustible nucléaire depuis 2005, faisait jusqu’à présent bloc autour de son partenaire commercial, s’attirant les pressions des Etats-Unis.


Un membre de l’administration Bush s’est réjoui à demi-mot de cette annonce, tout en y voyant un «mélange de motifs commerciaux et politiques».


Les relations entre les deux capitales se sont en effet récemment dégradées : la semaine dernière, Moscou a annoncé des retards dans l'achèvement de la centrale de Bouchehr et dans la livraison de combustible, évoquant des retards de paiements iraniens.


Mais de source diplomatique européenne, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait informé les pays européens le mois dernier que la Russie avait décidé de ne pas livrer le combustible, en invoquant officiellement un retard de paiements. Une tactique saluée par un haut responsable européen. «Cela montre que notre désaccord sur la question du programme nucléaire iranien n'est que tactique. Fondamentalement, les Russes ne veulent pas d'un Iran nucléaire».

http://www.lefigaro.fr/international/20070320.WWW000000375_nucleaire_moscou_menace_teheran.html

A prendre avec prudence - voir les analyses d' Iran-Resist sur les relations Iran-Russie Idea
Revenir en haut Aller en bas
 
Iran: "Il faut rayer Israël de la carte"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 18 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19, 20, 21  Suivant
 Sujets similaires
-
» Article de Michel Guillou : "Il faut supprimer les Tice des formations disciplinaires".
» Télérama - "Debout l'école" : "Il faut imaginer un enseignement beaucoup moins didactique" (Christophe Prochasson)
» Viviane Youx, présidente de l'AFEF : "Il faut revoir les programmes de français"
» "Il faut que vienne d'abord l'apostasie" St Paul Apôtre aux Thessaloniciens
» La guerre Iran-Israël est-elle imminente ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: