DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Ordre et Mariage : une question de cohérence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olivier JC



Messages : 2123
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Ordre et Mariage : une question de cohérence   Jeu 20 Déc 2007, 10:00

Il est un aspect de cette question qui semble acquis au vu d'une pratique invariable : l'Eglise n'a jamais accepté qu'un homme ordonné alors qu'il était célibataire puisse se marier postérieurement.

Il est un autre aspect qui semble tout aussi acquis, encore qu'il puisse poser difficulté : l'Eglise accepte d'ordonner des hommes mariés, avec cette précision qu'en cas de veuvage, la première règle s'applique.

Le problème est celui de la cohérence entre ces deux propositions.

Certes, on pourrait évoquer ce mot de S. Paul, selon lequel il convient de rester dans la condition qui était la nôtre lorsque le Christ nous saisit. Cependant, une telle réponse est insuffisante dans la mesure où, premièrement, la théologie catholique n'a jamais accepté de se défausser sur des versets de l'Ecriture et, deuxièmement, cette proposition de S. Paul peut être contredite dans les faits : ainsi, par exemple, un homme marié peut fort bien être ordonné lorsqu'il devient veuf, alors même que le Christ l'a saisit bien avant son mariage par exemple. Double contradiction : le mariage, puis l'ordre.

La question reste donc pleine et entière.

Des deux propositions évoquées précédemment, on peut retenir qu'il n'y a pas d'incompatibilité de principe entre le sacrement de l'Ordre et le sacrement de Mariage. Les deux sacrements peuvent fort bien coexister chez la même personne.

Dès lors, pourquoi cette incohérence. En effet, la cohérence voudrait que :

1) Soit ne peut être prêtre qu'un homme célibataire ;
2) Soit un homme marié peut devenir prêtre et un prêtre un homme marié.

Si l'on étudie la genèse du célibat sacerdotal, on se rend compte qu'aux origines, si un homme marié était appelé aux Ordres, il se trouvait soumis à une obligation stricte de continence. La justification en était, outre l'autorité de la Tradition apostolique, une incompatibilité entre le commerce conjugal et l'exigence de "prier sans cesse" qui incombe aux personnes ordonnées.

L'évolution fut différenciée. L'Occident en vint, pour faire respecter cette règle, à imposer le célibat aux ministres ordonnés, alors que l'Orient a poursuivi une évolution ancienne, qui avait progressivement dispensés les ordres mineurs et même les diacres, pour en dispenser également les prêtres. Seuls les évêques, en Orient, sont tenus au célibat.

Il semble donc que le fond de la question ne concerne pas les rapports entre l'Ordre et le Mariage, mais plus précisément entre l'Ordre et la continence.

Selon l'enseignement le plus récent du Magistère, cela vient de ce que le sacrement de l'Ordre ayant pour finalité de conformer celui qui le reçoit au Christ Tête, et le Christ ayant assumé le célibat pour le Royaume, il y a nécessité, pour les personnes ordonnées, à assumer également le célibat pour le Royaume ou, plus exactement, pour l'Eglise qui est les prémisses.

Il apparaît au final que la différence d'évolution entre l'Occident et l'Orient vient tout simplement d'une conception différente du sacrement de l'Ordre. En effet, en Orient, l'Evêque a toujours gardé dans les faits la place première qui est la sienne dans l'Eglise particulière, tandis que les prêtres restent conçus comme des "fonctionnaires" du culte (ce qui n'a rien de péjoratifs, mais signifie simplement qu'en Orient, c'est l'Eglise qui appelle, et non pas directement Dieu comme il est de coutume de le penser en Occident).
En Occident, l'évolution a conduit à donner au prêtre la première place, la particularité de l'Evêque ne concernant que son pouvoir de juridiction, donc une particularité purement juridique (faiblesse de la distinction pouvoir d'ordre et pouvoir de juridiction sur ce point, heureusement dépassée par Vatican II).

Cependant, au terme de tout ceci, la question demeure encore entière : pourquoi refuser aux prêtres la possibilité de se marier ? Pourquoi cette incohérence entre ces deux propositions ? Seule l'ancienne Eglise avait une réponse cohérente, en imposant la continence en même temps que les ordres : si une personne ordonnée est tenue à la continence, il est bien évident qu'il ne peut pas se marier, puisqu'en tout état de cause, il ne pourra pas accomplir ce qui est la raison d'être du mariage : la participation à l'oeuvre créatrice de Dieu par la procréation.

A l'heure actuelle, il y a vraiment un manque de cohérence...
Revenir en haut Aller en bas
marvel



Masculin Messages : 459
Inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Re: Ordre et Mariage : une question de cohérence   Jeu 20 Déc 2007, 12:24

Olivier JC a écrit:
La justification en était, outre l'autorité de la Tradition apostolique, une incompatibilité entre le commerce conjugal et l'exigence de "prier sans cesse" qui incombe aux personnes ordonnées.

Je ne comprend pas bien cette justification.
Que signifie le terme commerce conjugal ? En quoi s'oppose t'il au prier sans cesse ?
Etant moi même marié, je suis surpris d'apprendre que l'exigence de prier sans cesse ne me concerne pas ! Jésus ne s'adresse t'il pas à tous ses disciples quand il donne ce commandement ?

Bref je ne vois pas plus de cohérence dans l'ancienne justification.

Marvel
Revenir en haut Aller en bas
http://marvel.ichtus.com
marvel



Masculin Messages : 459
Inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Re: Ordre et Mariage : une question de cohérence   Jeu 20 Déc 2007, 12:25

Olivier JC a écrit:
ce qui est la raison d'être du mariage : la participation à l'oeuvre créatrice de Dieu par la procréation

Ceci aussi est discutable. Un couple qui ne procrée pas n'a donc plus de raison d'être.
Merci.

Marvel
Revenir en haut Aller en bas
http://marvel.ichtus.com
Olivier JC



Messages : 2123
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Ordre et Mariage : une question de cohérence   Jeu 20 Déc 2007, 15:15

Les Pères se fondaient sur S. Paul qui invite les couples à ne pas s'abstenir, sauf pour vaquer à la prière.

Ils évoquaient également le régime sacerdotal d'Israël : lorsque leur tour de service arrivait, les prêtres devaient résider au Temple, sans leur femme.

En tout état de cause, leur position ne découle pas de l'Ecriture, qui ne leur sert que d'argument. Leur position repose en tout premier lieu sur la Tradition reçue des Apôtres, qui ont renoncé à tout pour suivre le Christ.

Je pense que le fond de la justification des Pères lorsqu'ils invoquent la nécessité de prier sans cesse réside en ceci qu'un prêtre doit être totalement au service de l'Eglise.

D'ailleurs, cela semble plus particulièrement lié au service de l'autel. On voit d'ailleurs que les décisions qui ont autorisé l'usage du mariage pour les prêtres, en Orient, ont pris soin de préciser que la continence devait être observé depuis la veille du jour où devait être célébrée la Sainte Liturgie.

Toujours est-il que cette question manque cruellement de cohérence à l'heure actuelle. Pourquoi un homme marié peut-il être ordonné alors qu'un homme célibataire ordonné ne le peut-il pas ? Pourquoi l'Orient refuse d'appeler à l'épiscopat des hommes mariés, alors qu'il y en eut (S. Jean Chrysostome, pour n'en citer qu'un) ?

En d'autres termes, se trouve-t-on face à une Tradition apostolique normative (auquel cas quels en sont les contours exacts), ou bien ne s'agit -il que d'une tradition ecclésiastique qui, fut-elle d'origine apostolique, peut être modifiée en fonction des nécessités de temps et de lieu ? Il sem ble acquis aujourd'hui que le refus catholique d'ordonner des hommes mariés relève de la seconde catégorie. Mais les autres points ??
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Ordre et Mariage : une question de cohérence   Ven 21 Déc 2007, 14:06

Olivier JC a écrit:


En d'autres termes, se trouve-t-on face à une Tradition apostolique normative (auquel cas quels en sont les contours exacts), ou bien ne s'agit -il que d'une tradition ecclésiastique qui, fut-elle d'origine apostolique, peut être modifiée en fonction des nécessités de temps et de lieu ? Il semble acquis aujourd'hui que le refus catholique d'ordonner des hommes mariés relève de la seconde catégorie. Mais les autres points ??

Cher Olivier,

J'ai lu avec attention vos deux messages.

En regardant bien tout, je crois que l'on n'est pas ici (je parle fait de ne pas permettre à un homme célibataire ayant reçu les ordres de se marier) devant une Tradition apostolique normative, mais devant une simple coutume apostolique .

J'entends par "coutume apostolique" une pratique née dans la ferveur des premiers moments, mais théologiquement peu fondée. Cette habitude s'est sans doute fondée sur un grand sens du sacrement de l'Ordre et sur un petit sens du sacrement du mariage. Je pense que cette coutume s'est prolongée naturellement par la suite, l'Eglise des premiers siècles ayant eu plutôt du mal à considérer la grandeur du sacrement de mariage.

Voici d'autres exemples, selon moi, de coutume de ce genre:

- Le port du voile par les femmes (coutume abandonnée dans les années 60).
- La demande faites aux femmes de se taire dans l'assemblée et de ne pas enseigner la théologie à des futurs clercs (coutume abandonnée dans les années 60).
- La coutume de ne pas ordonner des hommes handicapés physiques (coutume abandonnée dans les années 60).
- La coutume de ne pas autoriser le mariage entre un confirmé et son parrain ou sa marraine de confirmation (coutume abandonnée dans les années 60).
- La coutume de ne pas permettre à un homme marié de toucher aux vases sacrés (coutume abandonnée dans les années 60).

Beaucoup de ces choses sont des survivances archaïques venues du sacerdoce lévitique. Il ne faut pas oublier que les premiers évêques sont des Juifs.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Olivier JC



Messages : 2123
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Ordre et Mariage : une question de cohérence   Ven 21 Déc 2007, 19:15

C'est également ce que j'ai tendance à penser, même si (pesanteur culturelle oblige, sans doute), j'aurais sans doute quelque difficulté, le cas échéant, à présenter mes hommages à Madame le Pape...
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Ordre et Mariage : une question de cohérence   Ven 21 Déc 2007, 19:36

Olivier JC a écrit:
C'est également ce que j'ai tendance à penser, même si (pesanteur culturelle oblige, sans doute), j'aurais sans doute quelque difficulté, le cas échéant, à présenter mes hommages à Madame le Pape...

Oui, c'est vrai. Moi aussi.

nous portons tous en nous cette phrase de saint Paul:

Citation :

L'homme qui n'est pas marié a souci des affaires du Seigneur, des moyens de plaire au Seigneur.
1 Corinthiens 7, 33 Celui qui s'est marié a souci des affaires du monde, des moyens de plaire à sa femme;


Mais cette phrase de saint Paul n'est pas à 100% vraie... Des saints l'ont montré après lui.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
spidle33



Masculin Messages : 4540
Inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Ordre et Mariage : une question de cohérence   Ven 21 Déc 2007, 20:17

Mais on peut tout de meme noter avec admiration et étonnement que cet empechement à se marier fait se poser de vraies questions, oblige à poser de vrais choix, à se donner plus soi-meme, corps et ame, dans la tache que le Seigneur confie dans la ministere.

Pour moi tout ceci a un sens, non négligeable.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-rdv-des-saints.over-blog.com/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Ordre et Mariage : une question de cohérence   Ven 21 Déc 2007, 20:43

spidle33 a écrit:
Mais on peut tout de meme noter avec admiration et étonnement que cet empechement à se marier fait se poser de vraies questions, oblige à poser de vrais choix, à se donner plus soi-meme, corps et ame, dans la tache que le Seigneur confie dans la ministere.

Pour moi tout ceci a un sens, non négligeable.

Absolument: l'Esprit Saint sait orienter ce désir de perfection à un vrai désir de sainteté.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Olivier JC



Messages : 2123
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Ordre et Mariage : une question de cohérence   Sam 22 Déc 2007, 09:58

Il est bien certain que ce n'est pas en tirant aux cartes que les Apôtres et leurs successeurs ont adopté cette coutume...

Encore que... Quand on voit comment Matthias fut choisi Smile
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Ordre et Mariage : une question de cohérence   Sam 22 Déc 2007, 10:43

Donc et pour être précis, il me semble qu'il n'y a aucune interdiction venant du Seigneur lui-même ou de l'Esprit Saint à ce qu'un homme ordonné se marie ensuite.

C'est une coutume; Mais elle est si ancienne que je ne vois pas comment elle pourrait disparaître.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
 
Ordre et Mariage : une question de cohérence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Diverses question d'ordre pratique
» L'internat, diverses questions d'ordre pratique !
» Question sur le Pacs en terme de transmision de droit.
» Question sur la "nouvelle extraordinaire" de Mme de Sévigné
» Question : l'ordre alphabétique était-il différent au XVIIIème siècle ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives : Théologie dogmatique, morale et divers-
Sauter vers: