DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 sciences de la complexité et politique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zimoï



Messages : 95
Inscription : 22/05/2005

MessageSujet: sciences de la complexité et politique   Sam 24 Nov 2007, 13:44

Bonjour,

Un ouvrage assez prophétique en 1975, Le Macroscope, Joël de Rosnay avait prédit le développement des réseaux informatiques tels qu'ils se réalisent avec Internet.

Un autre aspect de ce livre - moins connu - est l'avènement d'une société dont les progrès se réalisent grâce aux apports des sciences de la complexité et de la cybernétique.

Certaines prédictions de J. de Rosnay sont loin de s'être réalisées. Parmi celles-ci :

- Les réseaux informatisés auraient dû permettre le développement du télétravail, la capacité des individus à gérer eux-mêmes leurs emplois du temps (cela reste pour l'instant le privilège des cadres et des enseignants).

- Inernet auraint rendu inutiles la concentration des populations autour des grands centres économiques, la concentration des flux sur des axes majeurs. On observe exactement le contraire : cela s'aggrave de jour en jour. Pire : les politiques, au lieu de corriger cet effet de la mondialisation, l'aggravent : suppression des services publics locaux, dégradation des indications de directions sur les petites routes...

- Enfin Joël de Rosnay appelait de ses voeux la confection d'objets solides, durables, faciles à réparer et recyclables.On assiste au contraire à la multiplication des objets cassables, des frigos pourris au bout de 3 ans (j'en ai même remplacé un par un vieux de 30 ans qui lui marche toujours !!), à l'électronique des bagnioles qui oblige des réparations à 1000 euros quand il fallait une vis dans le temps. C'est une cause méconnue de l'augmentation du coût de la vie ; c'en est peut-être la principale cause.

On assiste donc à une emprise croissante du temps et de l'espace contraints, alors qu'une société moderne devrait au contraire permettre beaucoup plus de souplesse. On assiste à une société qui gaspille de l'énergie et de l'information, donc qui s'appauvrit : la richesse réelle n'est pas la monnaie, mais les biens réels et les savoirs. Avec un frigo qui fait 5 ans au lieu de 30, on est 6 fois plus pauvre, sans compter le temps perdu à en racheter.

Par ailleurs les politiques sont incapables de raisonner en dehors du quantitatif (35h00, travailler plus pour gagner plus, etc.), alors que beaucoup de choses se jouent dans la concordance des temps et le qualitatif : la préfecture ferme à 16h00 mais je sors à 17h30 ; j'aurais besoin d'un jour en semaine mais on m'impose un emploi du temps du lundi au vendredi ; La ville a prévu des transports en commun, mais pour celui qui veut se rendre du Sud Est au Nord Est de Rennes, le changement de bus est obligatoire et il n'a pas d'autre choix que la voiture s'il veut gérer sa journée, etc.

Les politiques sont incapables de prendre en compte les effets dominos (boucles de rétroactions positives ou "cercles vicieux"). Par exemple, une simple panne peut être le point de départ de l'exclusion : voiture en panne sur un parking payant, PV au moment où une personne est déjà en découvert qui tombe au moment où il y a une fuite dans l'appartement, etc. Là encore ils ne voient que le quantitatif : une fourrière, ça coûte 130 euros en théorie, mais en réalité les coûts annexes sont très supérieurs (journées de travail perdues, découverts, interdits bancaires...)

Incapacité du politique à raisonner à plusieurs échelles. Ils ne pensent qu'aux effets généraux de leurs mesures, jamais aux effets concrets dans les réseaux locaux, sur l'organisation d'une journée qui, compliquée, peut générer du stress... Parler des "petits problèmes" des individus comme je le fait, c'est souvent s'exposer à se faire taxer de "poujadiste", de "courte vue" bien indigne de ces messieurs incapables de penser autre choses que de grands principes abstraits, absolus et appliqués avec une rigueur imbécile.

Beaucoup de maux viennent de ces réalités concrètes, mais ils ne sont traités que par des grands débats, des grands clivages droite-gauche, de grandes oppositions dialectiques.

Les "réformes" d'un côté, les grèves archaïques de l'autre en sont la traduction concrète. Sarkozy ne pourra guère arranger les choses tant qu'il ne prendra en compte ces réalités complexes, ces temporalités et ces échelles multiples, ces phénomènes complexes qui appellent des explications où s'entremêlent les sciences dures et les sciences humaines.

La vraie réforme ne consiste pas en ces sacrifices permanents qu'on nous demande pour compenser le gaspillage d'information, l'entropie créée par la société de gaspillage dans laquelle nous vivons. Voilà pourquoi je ne crois pas aux politiques actuellement au pouvoir. Il faut aller vers une autre société, basée sur les sciences de la complexité ; une écosociété mais qui n'a rien à voir avec l'écologie punitive (et scientifiquement ignarde) de Delanoë et Contassot.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pre-majorite.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80876
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: sciences de la complexité et politique   Sam 24 Nov 2007, 17:34

Cher Zimoï,

Les prévisions de Joël de Rosnay (comme celles du Parti socialiste sur la société des loisirs) ne sont certes pas encore réalisées.

Mais c'est juste une question de temps.

Disons que les choses ont pris un peu de retard car, auparavant, le monde entier doit rattraper le niveau de vie de l'Occident. Ce faisant, le monde entier entre en compétition, ce qui provoques quelques ajustements (dé localisations, transvasement de richesses et de centre d'emplois).

Mais, à moyen terme, c'est inéluctable.

Car des armées d'ordinateurs et de robots s'apprêtent à prendre en main les tâches lourdes ou répétitives.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Somebody



Féminin Messages : 2449
Inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: sciences de la complexité et politique   Lun 26 Nov 2007, 20:25

Chers ZimoÏ et Arnaud,

Dans le cas de Joël de Rosnay, il ne s'agit pas de prédiction, dans le sens "prophétique" du terme. Il s'agit de l'analyse, de la prévision à moyen et long terme study .

Joël de Rosnay, c'est tout d'abord un scientifique, qui en plus de sa culture scientifique, a un excellent sens pédagogique et une culture générale qui sortent du domaine des sciences exactes.
Je trouve que Joël de Rosnay est un Teilhard des temps modernes – la séduction en plus study (avec un peu d'imagination, je trouve que même dpdv physique il y a comme un air de famille drunken ).

Quand on développe le sens pédagogique pour rendre simples les choses très compliquées , nous sommes obligés de faire preuve d'imagination, de se mettre à la place des différents publics qu'on doit "toucher", de les comprendre.

C'est le b a ba de la com. Comment transmettre un message si on n'est pas à la même longueur d'onde que l'interlocuteur (à défaut de moyenner le contact via des anges alien ) ?

Bref, à force d'éprouver son imagination, la prévision peut devenir imaginative... « inspirée », un acte spirituel en quelque sorte - je ne sais pas si vous connaissez la noosphère teilhardienne ou le monde de la "formation" dans la kabbale, ou le champs de l’esprit, tel que j’essayais de le définir qqs part sur ce site...

Son œuvre est, comme celle de Teilhard, très visionnaire.

Je pense, que nous tous, dans tous le domaines, nous devrions faire preuve à l'avenir de dynamisme, de souplesse (de capacité d'adaptation) et bien évidemment l'ingrédient si ne qua non est l'imagination, l’art « des idées ».... nous sommes désormais dans « le monde des créateurs ».

La "terre fertile" dans laquelle le grain de ce nouveau monde de la création devrait germer est celle du respect de l'autre et du respect de la création en général. Sans cet ingrédient le "clivage" du côté obscur de la force sera sans doute inévitable.

Et pour que la cité de Dieux si chère à st. Augustin devienne une réalité objective, notre conscience individuelle et collective doit être portée par la force du bien qui existe dans l'univers...

D'où l'importance des valeurs humaines et humanistes, de la conscience, en général.

L'accumulation des "égrégores", des champs de conscience collective, basés sur la violence (intellectuelle, émotionnelle) est le résultat de l'augmentation de la violence (économique, sociétale, etc) dans le monde physique (le monde de l'action). Elle ne pourrait être modérée que par la création et l'accumulation des champs de la conscience collective opposée, c'est à dire basés sur le respect, sur la dignité, sur la compréhension de l'autre dans sa complexité, de l'espérance.

La bataille entre le bien et le mal se porte désormais d'abord dans "les cieux" :greenange: , c’est à dire dans la noosphère, dans les champs de la formation ! Et au niveau individuel, dans notre esprit, dans notre conscience.

L'éco-société dont vous parliez doit être d'abord basée sur une écologie de l'esprit. Sans une mutation au niveau de la conscience, tout acte dans le monde de l'action sera limité et très vite détourné par un effet boomerang... "this is the road to hell" :help:
Revenir en haut Aller en bas
http://somebodylost.miniville.fr/
 
sciences de la complexité et politique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Crise politique en Belgique:Scission?!
» Initiation à la vie politique Française Option B
» LA POLITIQUE ET DIEU
» Voltaire et le système politique anglais
» Sondage politique : 1er tour des régionales le 14 mars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives: Histoire, Philosophie et Spiritualité-
Sauter vers: