DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le monde de l'enfance s'interroge....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le monde de l'enfance s'interroge....   Ven 09 Nov 2007, 22:25

« Le Monde de l’Enfance » s’interroge

ROME, Vendredi 9 novembre 2007 (ZENIT.org) – Il ne serait pas « prudent » de « permettre [aux parents] d'avoir l'enfant qu'ils ont pré-dessiné », estime Axel Kahn. Boris Cyrulnik estime que la science soulève un problème sérieux : « nous nous prenons pour des dieux capables de fabriquer l'enfant rêvé ».

« Naître au XXIe siècle » : un numéro spécial du « Monde de l'enfance » aborde sous ce titre un dossier sur les grandes questions bioéthiques liées au début de la vie : les tentations du bébé à la carte, l'utérus artificiel, l'assistance médicale à la procréation, etc. La synthèse de pre sse de la Fondation Jérôme Lejeune, fait le point.

Axel Khan, généticien, membre du Comité français consultatif national d'éthique (1992-2004) et directeur de l'Institut Cochin de recherches biomédicales et Boris Cyrulnik, éthologue, neuropsychiatre et psychanalyste, enseignant en éthologie humaine à l'université Sud-Toulon-Var, répondent aux questions du « Monde » dans le dossier intitulé « Naître au 21e siècle ».

A la question du « Monde » : « Aujourd'hui les méthodes de procréation se développent mais certaines posent des questions éthiques importantes, comme l'utérus artificiel et le clonage reproductif. Que pensez-vous de ces évolutions ? », Axel Khan répond : « Pour l'homme, il n'y a donc au cune raison théorique pour que le clonage reproductif soit impossible [...]. Personne ne peut prétendre que la qualité biologique du conceptus produit par le clonage devienne un jour équivalente à celle des méthodes de procréation ». Axel Khan, opposé au clonage reproductif, pense que le clonage « peut correspondre à la demande de certains couples ».

A la question du Monde : « Le XXIe siècle est marqué par la recherche du bébé ‘zéro défaut’. Cet objectif vous semble-t-il dangereux ? » , Axel Khan explique que les techniques de dépistages, dans l'assistance médicale à la procréation, permettent déjà de détecter des maladies rares. « Mais le diagnostic pré-implantatoire ne permettra jamais d'éviter tout handicap! », prévient-il.

Il pour suit : « Aujourd'hui les tests génétiques permettent de choisir l'embryon en fonction d'autres caractéristiques, comme le sexe. A l'avenir, il sera sans doute possible de sélectionner l'embryon en fonction de son potentiel physique ».

« Dans tous ces domaines, dès lors qu'il s'agit d'une technique possible, il y aura toujours des ressorts psychologiques et des moyens économiques pour les mettre en œuvre. La question, comme pour le clonage reproductif, est davantage du domaine du jugement moral que celui de la réalisation », ajoute-t-il.

Axel Khan émet des réserves face à la tentation de l'enfant parfait : « Je ne pense pas qu'il soit prudent de permettre [aux parents] d'avoir l'enfant qu'ils ont pré-dessiné. De plus, l'enfant qui va naître est une autre personne (...). Il ne doit pas devenir une prothèse du corps des parents ou l e produit du choix parental en fonction de son identité biologique, comme le sexe ou la forme du visage ».

Boris Cyrulnik fait pour sa part remarquer : « On appelle ces enfants les ‘chargés de mission’ : ils doivent être parfaits, sinon ils deviennent des sous-hommes ! ».

« D'un point de vue génétique, avertit-t-il, on sera un jour capable de fabriquer l'enfant de nos représentations idéales. Les prémices sont déjà présentes, avec la loi autorisant les avortements en cas d'anomalie génétique grave (...) Mais cette situation soulève un problème, à savoir que nous nous prenons pour des dieux capables de fabriquer l'enfant rêvé ».
Revenir en haut Aller en bas
polaire



Masculin Messages : 1858
Inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Re: Le monde de l'enfance s'interroge....   Sam 10 Nov 2007, 00:45

il est amusant cyrulinik

après avoir reconnu qu'il sera possible de fabriquer l'enfant rêvé il dit que que nous nous prendrons pour des dieux capables de fabriquer l'enfant rêvé.

ça me semble évident .

je veux dire :il ne dit absolument rien avec ces deux affirmations répétitives .

Il n'a qu' à dire une bonne fois toutes ""ces techniques sont à interdire toujours et partout """.

Mais pas du tout il nous dit que quand on saura le faire on se prendra pour des gens capables de le faire .(des dieux! faut pas exagérer )

Ca c'est la pensée langue de bois .
.............................................

cela dit ce sujet est important et généraliste donc à placer à l'étage en dessous .
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le monde de l'enfance s'interroge....   Sam 10 Nov 2007, 15:04

Cher Elise, Mère teresa disait queb les LOIS SUR L'AVORTEMENT, en faisant de l'enfant UNE CHOSE (qu'on peut éliminer ou désirer à volonté) ont ouvert toutes ces portes.

L'embryon avorté fut un temps utilisé comme graisses fines par L'Oréal.

Mais rien à l'avenir ne lui sera épargné puisqu'il n'est pas une personne: Clonage, manipulation génétique, banque d'organe, chimères etc.

Pour moi, l'avortement est l'une des réalisation les plus profondes de cette prophéties de l'apocalypse: "L'abomination de la désolation dans le Temple saint" (le sein marternel).

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le monde de l'enfance s'interroge....   Sam 10 Nov 2007, 15:46

Arnaud Dumouch a écrit:
Cher Elise, Mère teresa disait queb les LOIS SUR L'AVORTEMENT, en faisant de l'enfant UNE CHOSE (qu'on peut éliminer ou désirer à volonté) ont ouvert toutes ces portes.

L'embryon avorté fut un temps utilisé comme graisses fines par L'Oréal.

Mais rien à l'avenir ne lui sera épargné puisqu'il n'est pas une personne: Clonage, manipulation génétique, banque d'organe, chimères etc.

Pour moi, l'avortement est l'une des réalisation les plus profondes de cette prophéties de l'apocalypse: "L'abomination de la désolation dans le Temple saint" (le sein marternel).

Cher Arnaud,

Mère Teresa parlait avec sagesse et avec justesse.

C'est à être dégoûté de se maquiller ! le peu que je me maquille je m'assure qu'il ne s'agit pas de produits testés sur des animaux ou dans le genre L'oréal.

L'avortement est une abomination c'est sûr et chacun de nous doit tout mettre en oeuvre pour lutter contre ! avec ses propres moyens petits ou grands. Ne se rendent t'ils pas compte qu'ils commettent des crimes monstrueux d'autant plus que les innocents ne savent pas se défendre.
Le médecin qui pratique cela est encore plus coupable à mes yeux que la personne peut-être dans le désarroi qui accepte cela...

Je recommande parfois de contacter 'Souffle de Vie'.

Ces avortements me font penser au 'massacre des saints innocents' par association d'idée !

Prions pour que ces crimes soient évités dans la mesure la plus grande possible. Nous ne savons pas assez prier et offrir pour cela.

Un pays comme l'Italie par exemple car je ne veux pas accuser l'un plus que l'autre : ce pays que j'ai visité rempli de merveilles surnaturelles, ce pays où les saints ont abondé, ce pays où le Seigneur a accompli tant de merveilles presque pas de lieux où un saint n'est pas passé, la Vierge Marie.... ce pays a accepté aussi la loi pour l'avortement.

Pour la Belgique Embarassed Embarassed Embarassed

Honneur au Roi Baudouin qui a eu le courage de se prononcer contre.

:sts:
Revenir en haut Aller en bas
Toniov



Masculin Messages : 1936
Inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Le monde de l'enfance s'interroge....   Sam 10 Nov 2007, 20:04

Sans parler " d'enfant parfait ", ce qui est à mon sens une folie, il me semble qu'en agissant sur la génétique on pourra éviter, éradiquer, bien des malheurs. Il y a comme une fatalité dans la génétique: vous naissaz avec telle maladie, et vous allez la développer. Celle ci vous tuera parfois prématurément. Pas si on réussit à comprendre ce qui se passe et qu'on puisse l'éviter.
En ce sens la maitrise de la génétique est un progrés.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le monde de l'enfance s'interroge....   Sam 10 Nov 2007, 20:45

Toniov a écrit:
Sans parler " d'enfant parfait ", ce qui est à mon sens une folie, il me semble qu'en agissant sur la génétique on pourra éviter, éradiquer, bien des malheurs. Il y a comme une fatalité dans la génétique: vous naissaz avec telle maladie, et vous allez la développer. Celle ci vous tuera parfois prématurément. Pas si on réussit à comprendre ce qui se passe et qu'on puisse l'éviter.
En ce sens la maitrise de la génétique est un progrés.

C'est sûr: user de la génétique pour guérir est excellent.

Mais guérir un enfant tandis que plus de 200 000 sont tués chaque année, n'est ce pas dérisoire?

Sans compter ce qui se profile: des embryon servant de banques d'organes.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Toniov



Masculin Messages : 1936
Inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Le monde de l'enfance s'interroge....   Sam 10 Nov 2007, 21:49

Arnaud Dumouch a écrit:
Toniov a écrit:
Sans parler " d'enfant parfait ", ce qui est à mon sens une folie, il me semble qu'en agissant sur la génétique on pourra éviter, éradiquer, bien des malheurs. Il y a comme une fatalité dans la génétique: vous naissaz avec telle maladie, et vous allez la développer. Celle ci vous tuera parfois prématurément. Pas si on réussit à comprendre ce qui se passe et qu'on puisse l'éviter.
En ce sens la maitrise de la génétique est un progrés.

C'est sûr: user de la génétique pour guérir est excellent.

Mais guérir un enfant tandis que plus de 200 000 sont tués chaque année, n'est ce pas dérisoire?

Sans compter ce qui se profile: des embryon servant de banques d'organes.

C'est vrai Arnaud.
Mais faut-il opposer ces deux réalités? Les progrès de la génétique peuvent permettre d'éradiquer de nombreuses maladies. C'est un bien.
200.000 enfants tués chaque année, c'est une horreur.
Ca n'a pas de rapport, je pense.
Tout le mal fait aux enfants c'est le deshonneur de l'homme.
Pour ce qui est des embryons, bien sur, on ne devrait pas pouvoir faire n'importe quoi. Mais il y a tout de meme des comités d'étique, il y a des gens intelligents et sensés qui donnent leur avis...il faut avoir un peu confiance en l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le monde de l'enfance s'interroge....   Sam 10 Nov 2007, 21:58

C'est vrai.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Jean-Louis B



Masculin Messages : 1319
Inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Re: Le monde de l'enfance s'interroge....   Mar 13 Nov 2007, 09:46

Toute la nuance sur le progrés de la génétique repose sur la position de Jérôme Lejeune à mon sens : le progrès sur la génétique ne doit servir que pour l'amélioration du malade et des maladies génétique et non pas à la suppression des individus malades.

Actuellement l'issue principale de la recherche génétique est utilisée pour dépister divers maladies génétique dans l'optique "d'éviter la naissance d'un enfant qui aurait à souffrir d'un handicap et d'éviter aux parents à avoir à supporter un tel poids" !!! Ce genre de position va à l'encontre de toute notion chrétienne.

D'une part au niveau éthique, l'embryon étant reconnu comme être humain par l'Eglise dès sa conception.

D'autre part au niveau spirituel, l'acte visant à refuser un enfant "anormal" (j'exècre ce mot excusez-moi) sous pretexte qu'un couple ne pourrait supporter ce "fardeau" pouvant être assimilé à un acte d'orgueil contre Dieu et contre la grâce d'amour qu'il est prêt à mettre en oeuvre pour permettre aux parents et à l'enfant de vivre dignement.

Cela pose à nouveau le problème de la souffrance qui est percue négativement par les mentalités occidentales alors que la souffrance, à la base, est inhérente à l'être vivant.

Voici encore un article de Zenit sur le "progrés" de la génétique :

Citation :
Europe : L'eugénisme banalisé ? Une décision britannique

Sélection d’embryons pour différentes raisons

ROME, Mardi 6 novembre 2007 (ZENIT.org) – « L'eugénisme banalisé » titre aujourd’hui la synthèse de presse de la fondation Jérôme Lejeune (http://www.genethique.org), en citant une page du quotidien français « Libération ».

« Libération » revient en effet sur l'autorisation accordée - pour la première fois en Europe - par la Haute autorité britannique en fertilisation et embryologie humaines (HFEA) pour sélectionner un embryon non porteur de la maladie d'Alzheimer (cf. Synthèse de presse du 20/09/07).

Or, auparavant, le recours au dépistage pré-implantatoire (DPI) était autorisé dans les seuls cas de maladie génétique d'une particulière gravité et incurable. Mais, depuis plusieurs mois, le recours au DPI s'étend, en Grande-Bretagne, à des maladies « dont la survenue n'est pas certaine ».

En mai dernier, la clinique londonienne privée de « Bridge Center » a sélectionné des embryons non-porteurs des gènes responsables du strabisme (cf. Synthèse de presse du 15/05/07).

Et en juillet, l'hôpital public d'Eastman, a eu recours au DPI pour sélectionner des embryons qui ne présentent pas de prédisposition au cancer du sein (cf. Synthèse de presse du 25/07/07).

« Avec cette autorisation, une nouvelle étape est franchie ! », déplore « Gènéthique ».

« La maladie d'Alzheimer, explique-t-on, a en effet peu de chances de se développer avant 40 ans et, d'ici là, il est possible que des traitements soient trouvés. Il se peut par ailleurs que le gène ne soit pas transmis par les parents et que l'enfant n'ait aucune chance de développer la maladie pour lequel on l'élimine ».

Pourtant, selon Paul Serhal, directeur de l'unité de reproduction assistée d'Eastman, « d'autres autorisations sont sur le point d'être délivrées ». Il se défend toutefois de « banaliser » le recours au DPI.

Pour le strabisme, s'interroge Libération, « est-ce réellement une sélection sur critère médical ? (...) Le spectre de l'eugénisme, de la sélection de l'enfant parfait, est-il aux portes de ces cliniques ? ».

Le quotidien cite la réponse de Paul Serhal : « Mais notre métier c'est de l'eugénisme ! ».

Il explique : « Lorsqu'une femme avorte parce qu'elle apprend que son fœtus est atteint de trisomie 21, c'est aussi de l'eugénisme ! Personnellement, je préfère éliminer un amas de cellules qu'un fœtus de plusieurs semaines ».

« Jusqu'où aller dans l'autorisation des DPI et à qui revient la décision ? », demande « Gènéthique ».

« Dès lors que nous avons un lien clair entre une mutation et une pathologie et que nous pouvons offrir un test de détection efficace, je ne vois pas pourquoi nous refuserions des demandes », répond Alan Thornhill du « Bridge Center ».

Pourtant, continue la synthèse de presse, de l'hyperstimulation ovarienne à la naissance (laquelle aboutit dans 25% des cas) en passant par la fécondation in vitro, recou! rir au DPI n'est pas une démarche « banale ».

Et, elle coûte cher (jusqu'à 15 000 £ soit 21 600 €) et n'est pas totalement remboursée. « Oui, cela pose un problème évident en termes d'accessibilité. Mais la sécurité sociale réalise qu'avec le DPI elle économise sur les soins futurs et commence désormais à rembourser de plus en plus nos patients », commente Alan Thornhill.

A ce jour, les cliniques britanniques proposent de dépister une cinquantaine de maladies génétiques.

Aux Etats-Unis, certains cliniques offriraient jusqu'à plusieurs centaines de tests concernant des prédispositions aux cancers, à l'obésité ou même à l'arthrose, « frôlant l'indication fantaisiste », sans compter celles qui proposent de « sélectionner » l'enfant selon son sexe.

En France, une trentaine de pathologies sont dépistées, notamment la mucoviscidose, la maladie de Huntington, l'hémophilie, de nombreuses altérations chromosomiques héréditaires et, plus récemment des cancers.

A la question : « Jusqu'où peut on aller ? », Stéphane Viville, qui dirige l'un des trois centres français habilités à pratiquer le DPI, répond : « On devient « limite » lorsque le handicap de la famille est d'abord un handicap social et non physique ou mental. Le DPI n'est pas là pour régler un problème de société mais pour éviter un handicap sévère de qualité de vie ».

Gènéthique rappelle que le DPI sélectionne les embryons « sains » pour les réimplanter dans l'utérus maternel. Aucun e! mbryon n'est « guéri » par le DPI. Ceux qui sont malades sont « détruits » ou utilisés pour la recherche.

Source : Libération (Lise Barnéoud) 06/11/07
Revenir en haut Aller en bas
 
Le monde de l'enfance s'interroge....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Post s'interroge sur les programmes scolaires
» agoraphobie et peur d'affronter seul le monde?
» Stephen Hawking : Dieu n'a pas créé le monde
» Saint Marc et commentaire du jour "Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création"
» Tu as rejeté loin de toi toutes les vanités du monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives : Théologie dogmatique, morale et divers-
Sauter vers: