DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Guénon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
bajulum



Messages : 1029
Inscription : 03/10/2007

MessageSujet: Re: Guénon   Jeu 18 Oct 2007, 14:52

Citation :
Lephenix a écrit :Aucun des innombrables ouvrages de René Guénon, n'apparaît, même dans la plus petite phrase, un quelconque syncrétisme
Soyons sérieux, RG passe son temps à démontrer qu’il existe une philosopia perennis et quelles correspondances existent entre les différentes traditions. Ça n’est pas parce que RG a fait un sort malheureux au mot « syncrétisme » c'est-à-dire « union des crétois » qu’il faut oublier les faits.
Citation :
Lephenix a écrit : Le G.°. A.°. de l'U.°. est en quelque sorte le symbole du Grand Principe métaphysique qui régit l'univers. Il ne fait nullement "concurrence" au Dieu d'une religion, encore moins d'un "démiurge", et, de même, cela ne concerne en rien une religion, quelque soit son dogme
Que non. Il ne l’est que dans les obédiences laïcardes.
Citation :
Lephenix a écrit : (même si RG n’a pas vu en quoi elle constituait une triade) Absolument inexact …
Je persiste et signe et ce qui est curieux c’est que RG ne l’ait pas vu alors que le Coran dont il a fait son livre le rappelle “Al-Maidah - 5.116. (Rappelle-leur) le moment où Allah dira : "Ô Jésus, fils de marie, est-ce toi qui as dit aux gens : “Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors d'Allah ? ” Il dira : “Gloire et pureté à Toi ! Il ne m'appartient pas de déclarer ce que je n'ai pas le droit de dire ….
Or, présenter l’Esprit Saint comme une Mère était une manière de parler habituelle des traditions araméennes héritées du judéochristianisme. Aphrahate (dit le Sage de Perse) écrit vers 340 que le chrétien qui se marie tend à oublier “son Père et l’Esprit Saint sa mère”. C’est ce qu’on peut lire également dans l’Evangile selon les Hébreux dont Origène a rapporté le logion suivant :
“Le sauveur a dit : Il y a un instant, ma Mère qui est l’Esprit Saint, m’a enlevé par un de mes cheveux et m’a transporté sur la grande montagne du Thabor” (Sur l’év. de Jean, Hom. 2, 12)
Origène ajoutait simplement : “C’est une preuve dans leur croyance que l’Esprit-Saint est la mère du Christ” (In Jer. 15,4).
Jérôme relate de même “Selon l’évangile écrit en langue hébraïque que les Nazaréens lisent... nous trouvons ceci : Il arriva que, tandis que le Seigneur remontait de l’eau, toute la source du Saint-Esprit descendit et reposa sur lui et lui dit : Mon Fils, parmi tous les prophètes, je t’attendais pour que tu viennes et que je puisse reposer en toi. Car tu es mon repos, tu es mon fils premier-né qui règnes pour toujours”.
Il n’y a rien là que de très orthodoxe puisque Luc 1,35 précise que Jésus a été engendré sous l’action de l’Esprit Saint, il était inévitable que le titre de "mère" fût attribué à l’Esprit Saint.
Les 3 éléments de toutes triades sont donc bien réunis n’en déplaise à RG.
Citation :
Lephenix a écrit : Mais cette voie est indissociable de la Religion, et de la transmission de la tradition exotérique. Mais à ce titre, elle n'a pas à connaître ce qui est au-delà de son Ordre de réalité.
Il s’agit là du catéchisme Guénonien. Il faut dire par delà ce rappel en quoi l’Eglise doit être dépossédée de la gnose de ses pères dont RG expose qu’elle constitue une tradition à part entière et de fait NYSSE (Gnosis–Agape–Apagheia) est bien un processus de «désexistencification ».
[
Citation :
i]Lephenix a écrit : Nous ne pensons pas qu'il en soit de même pour la "délivrance" en vue de la "réintégration", qui est de l'ordre des "mystères" pour la religion.
[/i]
Simple apriorisme.
Citation :
Lephenix a écrit : Le salut qui est acquis à tout chrétien par sa foi dans le Christ signifie simplement que le corps est redevenu le lieu du salut. (Le Corps Glorieux ?)[/i]
Pas du tout. Le corps physique, éternelle image de Dieu cachée sous la gangue de la chute.
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: Guénon   Ven 19 Oct 2007, 10:25

bajulum a écrit:
Citation :
Lephenix a écrit :Aucun des innombrables ouvrages de René Guénon, n'apparaît, même dans la plus petite phrase, un quelconque syncrétisme
Soyons sérieux, RG passe son temps à démontrer qu’il existe une philosopia perennis et quelles correspondances existent entre les différentes traditions. Ça n’est pas parce que RG a fait un sort malheureux au mot « syncrétisme » c'est-à-dire « union des crétois » qu’il faut oublier les faits.
Citation :
Lephenix a écrit : Le G.°. A.°. de l'U.°. est en quelque sorte le symbole du Grand Principe métaphysique qui régit l'univers. Il ne fait nullement "concurrence" au Dieu d'une religion, encore moins d'un "démiurge", et, de même, cela ne concerne en rien une religion, quelque soit son dogme
Que non. Il ne l’est que dans les obédiences laïcardes.
Citation :
Lephenix a écrit : (même si RG n’a pas vu en quoi elle constituait une triade) Absolument inexact …
Je persiste et signe et ce qui est curieux c’est que RG ne l’ait pas vu alors que le Coran dont il a fait son livre le rappelle “Al-Maidah - 5.116. (Rappelle-leur) le moment où Allah dira : "Ô Jésus, fils de marie, est-ce toi qui as dit aux gens : “Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors d'Allah ? ” Il dira : “Gloire et pureté à Toi ! Il ne m'appartient pas de déclarer ce que je n'ai pas le droit de dire ….
Or, présenter l’Esprit Saint comme une Mère était une manière de parler habituelle des traditions araméennes héritées du judéochristianisme. Aphrahate (dit le Sage de Perse) écrit vers 340 que le chrétien qui se marie tend à oublier “son Père et l’Esprit Saint sa mère”. C’est ce qu’on peut lire également dans l’Evangile selon les Hébreux dont Origène a rapporté le logion suivant :
“Le sauveur a dit : Il y a un instant, ma Mère qui est l’Esprit Saint, m’a enlevé par un de mes cheveux et m’a transporté sur la grande montagne du Thabor” (Sur l’év. de Jean, Hom. 2, 12)
Origène ajoutait simplement : “C’est une preuve dans leur croyance que l’Esprit-Saint est la mère du Christ” (In Jer. 15,4).
Jérôme relate de même “Selon l’évangile écrit en langue hébraïque que les Nazaréens lisent... nous trouvons ceci : Il arriva que, tandis que le Seigneur remontait de l’eau, toute la source du Saint-Esprit descendit et reposa sur lui et lui dit : Mon Fils, parmi tous les prophètes, je t’attendais pour que tu viennes et que je puisse reposer en toi. Car tu es mon repos, tu es mon fils premier-né qui règnes pour toujours”.
Il n’y a rien là que de très orthodoxe puisque Luc 1,35 précise que Jésus a été engendré sous l’action de l’Esprit Saint, il était inévitable que le titre de "mère" fût attribué à l’Esprit Saint.
Les 3 éléments de toutes triades sont donc bien réunis n’en déplaise à RG.
Citation :
Lephenix a écrit : Mais cette voie est indissociable de la Religion, et de la transmission de la tradition exotérique. Mais à ce titre, elle n'a pas à connaître ce qui est au-delà de son Ordre de réalité.
Il s’agit là du catéchisme Guénonien. Il faut dire par delà ce rappel en quoi l’Eglise doit être dépossédée de la gnose de ses pères dont RG expose qu’elle constitue une tradition à part entière et de fait NYSSE (Gnosis–Agape–Apagheia) est bien un processus de «désexistencification ».
[
Citation :
i]Lephenix a écrit : Nous ne pensons pas qu'il en soit de même pour la "délivrance" en vue de la "réintégration", qui est de l'ordre des "mystères" pour la religion.
[/i]
Simple apriorisme.
Citation :
Lephenix a écrit : Le salut qui est acquis à tout chrétien par sa foi dans le Christ signifie simplement que le corps est redevenu le lieu du salut. (Le Corps Glorieux ?)[/i]
Pas du tout. Le corps physique, éternelle image de Dieu cachée sous la gangue de la chute.

Mon cher Bajulum,

Que vous soyez incapable d'appréhender l'oeuvre de Guénon, nous le comprenons. Vous n'êtes pas "INITIE". Seul un "initié", peut éventuellement en faire une critique plus ou moins objective. Quant aux autres, philosophes et scientistes de tous poils, modernes, en l'occurrence, ils sont formatés dans une logique qui n'en n'est pas une. Par voie de conséquence, toute leur analyse repose sur une falsification, due au non respect d'une méthodologie traditionnelle. Exit ce qui suit, pour les modernes...


Le titre de docteur, signifie que l'impétrant a été examiné pour la dernière fois de sa vie, et jugé saturé de connaissances. Après cela, aucune idée nouvelle ne peut lui être inculquée.
Stéphen Leacock.

Le monde est plein, de ces "docteurs" là, d'où une croissance exponentielle de la bêtise, de l'illétrisme, j'en passe et des pires.
Revenir en haut Aller en bas
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Guénon   Ven 19 Oct 2007, 10:31

bajulum a écrit:
Citation :
Lephenix a écrit :Aucun des innombrables ouvrages de René Guénon, n'apparaît, même dans la plus petite phrase, un quelconque syncrétisme
Soyons sérieux, RG passe son temps à démontrer qu’il existe une philosopia perennis et quelles correspondances existent entre les différentes traditions. Ça n’est pas parce que RG a fait un sort malheureux au mot « syncrétisme » c'est-à-dire « union des crétois » qu’il faut oublier les faits.

Pouvez-vous nous donner un exemple de syncrétisme, ou, si vous voulez, "d'union des crétois", commis par René Guénon ?
Citation :


Lephenix a écrit : Le G.°. A.°. de l'U.°. est en quelque sorte le symbole du Grand Principe métaphysique qui régit l'univers. Il ne fait nullement "concurrence" au Dieu d'une religion, encore moins d'un "démiurge", et, de même, cela ne concerne en rien une religion, quelque soit son dogme
Que non. Il ne l’est que dans les obédiences laïcardes.

Citation :
Lephenix a écrit : (même si RG n’a pas vu en quoi elle constituait une triade) Absolument inexact …
Je persiste et signe et ce qui est curieux c’est que RG ne l’ait pas vu alors que le Coran dont il a fait son livre le rappelle “Al-Maidah - 5.116. (Rappelle-leur) le moment où Allah dira : "Ô Jésus, fils de marie, est-ce toi qui as dit aux gens : “Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors d'Allah ? ” Il dira : “Gloire et pureté à Toi ! Il ne m'appartient pas de déclarer ce que je n'ai pas le droit de dire ….
Or, présenter l’Esprit Saint comme une Mère était une manière de parler habituelle des traditions araméennes héritées du judéochristianisme. Aphrahate (dit le Sage de Perse) écrit vers 340 que le chrétien qui se marie tend à oublier “son Père et l’Esprit Saint sa mère”. C’est ce qu’on peut lire également dans l’Evangile selon les Hébreux dont Origène a rapporté le logion suivant :
“Le sauveur a dit : Il y a un instant, ma Mère qui est l’Esprit Saint, m’a enlevé par un de mes cheveux et m’a transporté sur la grande montagne du Thabor” (Sur l’év. de Jean, Hom. 2, 12)
Origène ajoutait simplement : “C’est une preuve dans leur croyance que l’Esprit-Saint est la mère du Christ” (In Jer. 15,4).
Jérôme relate de même “Selon l’évangile écrit en langue hébraïque que les Nazaréens lisent... nous trouvons ceci : Il arriva que, tandis que le Seigneur remontait de l’eau, toute la source du Saint-Esprit descendit et reposa sur lui et lui dit : Mon Fils, parmi tous les prophètes, je t’attendais pour que tu viennes et que je puisse reposer en toi. Car tu es mon repos, tu es mon fils premier-né qui règnes pour toujours”.
Il n’y a rien là que de très orthodoxe puisque Luc 1,35 précise que Jésus a été engendré sous l’action de l’Esprit Saint, il était inévitable que le titre de "mère" fût attribué à l’Esprit Saint.
Les 3 éléments de toutes triades sont donc bien réunis n’en déplaise à RG
.

C'est bien là le problème qu'évoquait René Guénon, sur la confusion faite, même par les théologiens de bonne foi, sur la compréhension des différents types de triades.

Si nous vous suivons bien, l'Esprit Saint peut être considéré comme la "Mère". Fort bien.
Nous pourrions donc, nous retrouver dans un ternaire (ou triade), Père, Mère, Fils. C'est-à-dire, composée de deux éléments complémentaires : Père-Mère, et du produit des deux, le Fils.

Nous serions là, et nous suivons René Guénon là-dessus, dans une configuration d'une triade extrême orientale.

Mais, si nous appliquons cela, à la Trinité Chrétienne, la triade : le Père, le Fils et le Saint Esprit, se traduirait donc par : Le Père, le Fils, et la Mère.
Ce qui pose, manifestement problème, si l'on considère, comme vous le faites, qu'il s'agit du même type de triade, car dans ce cas, la Mère serait le produit du Père et du Fils....
Guénon ne dit pas autre chose ... et nous non plus.

Crétois ou non, c'est cela qui s'appelle faire du syncrétisme !

Mais là encore, svp, merci de nous donner un exemple précis, d'une phrase, d'un paragraphe ou de citer un chapitre ou René Guénon aurait commis ce genre d'erreur !


Citation :
Lephenix a écrit : Mais cette voie est indissociable de la Religion, et de la transmission de la tradition exotérique. Mais à ce titre, elle n'a pas à connaître ce qui est au-delà de son Ordre de réalité.
Il s’agit là du catéchisme Guénonien. Il faut dire par delà ce rappel en quoi l’Eglise doit être dépossédée de la gnose de ses pères dont RG expose qu’elle constitue une tradition à part entière et de fait NYSSE (Gnosis–Agape–Apagheia) est bien un processus de «désexistencification ».

Où avez-vous trouvé cela ? Nous n'avons jamais dit que l'Eglise doit être dépossédée de quoi que se soit !
Nous disons que ce qui est, actuellement, en dehors et au delà de son Ordre de réalité, c'est-à-dire l'Ordre religieux exotérique, n'a pas à être connu, ou reconnu par Elle, et est même rejeté aujourd'hui, officiellement par l'Eglise, ce qui est normal.
Mais cette méconnaissance extérieure, de tout ésotérisme, ne signifie pas que, en dehors même de tout enseignement ecclésial, l'Eglise possède l'intégralité de la tradition.
Mais, vous n'ignorez pas qu'elle-même, rejette cette idée.
Essayez donc de demander l'initiation aux gens d'Eglise !



Citation :
i]Lephenix a écrit : Nous ne pensons pas qu'il en soit de même pour la "délivrance" en vue de la "réintégration", qui est de l'ordre des "mystères" pour la religion.
[/i]

Simple apriorisme.

Pas du tout ! (nous avons aussi le sens du raccouci...)


Citation :
Lephenix a écrit : Le salut qui est acquis à tout chrétien par sa foi dans le Christ signifie simplement que le corps est redevenu le lieu du salut. (Le Corps Glorieux ?)[/i]
Pas du tout. Le corps physique, éternelle image de Dieu cachée sous la gangue de la chute.

Nous avons toujours pensé que c'est le corps physique qui est la "gange de la chute".
Or, prendre la "gange" pour l'image éternelle de Dieu, c'est un peu fort ... du café !

Lephenix


Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
polaire



Masculin Messages : 1858
Inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Re: Guénon   Ven 19 Oct 2007, 16:35

Citation :
Nous avons toujours pensé que c'est le corps physique qui est la "gange de la chute".

hum ..... le Gange ? la gangue ???

il est vrai qu' on ne saute pas vraiment à l'élastique en esprit

Revenir en haut Aller en bas
bajulum



Messages : 1029
Inscription : 03/10/2007

MessageSujet: Re: Guénon   Ven 19 Oct 2007, 18:32

Loup Ecossais a écrit:
Citation :
Que vous soyez incapable d'appréhender l'oeuvre de Guénon, nous le comprenons. Vous n'êtes pas "INITIE".

Mon cher Polaire, je glousse, je cacarde je cagnarde. Pour le reste, je m’en vais répondre à Lephénix
Revenir en haut Aller en bas
bajulum



Messages : 1029
Inscription : 03/10/2007

MessageSujet: Re: Guénon   Sam 20 Oct 2007, 00:53

Citation :
Lephenix a écrit : Pouvez-vous nous donner un exemple de syncrétisme, ou, si vous voulez, "d'union des crétois", commis par René Guénon ?
RG écrit dans aperçu sur l’ésotérisme chrétien P 49 à propos de la « madona » de DANTE « le rapprochent - (mot horriblement syncrétiste) – d’une telle forme traditionnelle – (ne doutiez-vous pas qu’elle le fut dans un précédent fil ?) – avec celle que représente les soufis persans est tout à fait juste … on l’a trouve dans l’inde aussi où cet aspect est désigné comme la shakti, équivalente à certains égards à la shékina hébraïque – (oh !) …) faut-il aussi rappeler qu’il cite en l’approuvant IBN ARABI, disant « mon cœur est devenu capable de toute forme : Il est pâturage pour les gazelles et un couvent pour les moines chrétiens, et un temple pour les idoles et la KAABAH du pèlerin et la table de la Thorah et le livre du Qoran . Je suis la religion de l’amour, quelque route que prennent ses chameaux ; ma religion et ma foi sont ma vraie religion ». Le syncrétisme que RG vilipende est le « marché » auquel se livrent les tenants de la pseudo-tradition.


Citation :
Lephenix a écrit : Ce qui pose, manifestement problème, si l'on considère, comme vous le faites, qu'il s'agit du même type de triade, car dans ce cas, la Mère serait le produit du Père et du Fils.... Guénon ne dit pas autre chose ... et nous non plus.
Vous reprenez fidèlement la critique guénonienne de la trinité dans son effort pour démontrer l’involution de la tradition chrétienne dans le dogme de Nicée. En réalité, La trinité est une clef d’intellection du père en tant que principe causal. Il est Chez Pasqually « pensée/force/action » ou « Possibilité totale et absolue »/« possibilité non manifestée »/possibilité manifestée/ (védanta P116). RG s’est très bien accommodé de cette dimension transcendante du père dans l’Islam. Mais la trinité recouvre également le mystère de la création. Lorsqu’il se fait chair, le Christ est engendré par l’opération du saint esprit. On voit mal comment il pourrait en être autrement. L’ES emprunte le corps de marie pour y recevoir la semence divine. Si dans l’ordre de l’incréé le principe maternel est inutile par contre, il est impliqué dans toute « venue à stance » ou toute manifestation quelle que subtile qu’elle soit. Ce sens de la sainte trinité a totalement échappé à RG alors même que sa tradition d’adoption le lui enseignait dans l“Al-Maidah - 5.116 rappelant la dénomination araméenne de la trinité.

Citation :
Lephenix a écrit : Nous n'avons jamais dit que l'Eglise doit être dépossédée de quoi que se soit !
RG concède du bout des lèvres qu’il reste peut-être dans un repli caché de l’église catholique une forme passive de la tradition. Or :
D’une part, il écrit à propos de l’hésychasme (pratique très orthodoxe et très actuelle) que son « caractère réellement initiatique ne semble pas douteux » (ibid. P 25). La gnose (il écrivait dans la revue du même nom) est de même attachée à la pensée D’Origène ou de Denys.
D’autre part RG ne conférant aucun sens salvifique au sacrifice du Christ, ne peut seulement concevoir que depuis sa résurrection, Dieu soit devenu directement participable à qui le cherche. Il exclut donc sauf cas très exceptionnel qu’un catholique puisse atteindre à l’état de délivrance du yogi, la voie cardiaque lui fermant même toute possibilité d’y accéder. Tant pis pour Dieu, mais il n’a pour RG aucun talent initiatique. Et c’est là que tout diverge. Voilà donc un Dieu d’où procède l’être et le non-être, qui donne vie à tout ce qui est mais pas l’initiation. Ce Dieu en réalité n’est rien d’autre qu’un principe, un « être-premier » ou être-en-puissance neutre, dépourvu de volonté, un immense « tic tac ». Ce Dieu est celui du fatum, prisonnier de sa propre ipséité, très inférieur sommes toutes à l’homme qui lui, jouit de la liberté de choisir entre rester dans l’individualité ou se « désexistentifier », d’initier ou non. Une telle posture n’est pas tenable, Dieu n’ayant pas de limite. S’il ne fait pas de doute qu’il ne saurait être affecté par l’objet où porte son acte, rien ne saurait le lui interdire (un tel interdit lui serait ipso facto un attribut qui lui ôterait son caractère premier). Le génie du Christianisme est de nous ouvrir à ce va et vient, cette en dehors et cet en dedans sans lequel aucune unité n’est possible. La métaphysique selon RG est voie froide, celle du Chrétien est voie chaude.

Citation :
Lephenix a écrit : Nous ne pensons pas qu'il en soit de même pour la "délivrance" en vue de la "réintégration", qui est de l'ordre des "mystères" pour la religion
La discussion est ouverte.

Citation :
Lephenix a écrit : Nous avons toujours pensé que c'est le corps physique qui est la "gange de la chute".Or, prendre la "gange" pour l'image éternelle de Dieu, c'est un peu fort ... du café !
Le corps enferme la lumière. Il en épouse donc bien que grossièrement la forme, ce qui signifie que le Corps est le lieu où tout commence. Logion 29 de l’évangile selon thomas : « a dit jésus : si la chair a été à cause de l’Esprit c’est une merveille si par contre l’Esprit a été à cause du corps c’est la merveille des merveilles ».
Revenir en haut Aller en bas
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Guénon   Sam 20 Oct 2007, 18:17

bajulum a écrit:
Citation :
Lephenix a écrit : Pouvez-vous nous donner un exemple de syncrétisme, ou, si vous voulez, "d'union des crétois", commis par René Guénon ?
RG écrit dans aperçu sur l’ésotérisme chrétien P 49 à propos de la « madona » de DANTE « le rapprochent - (mot horriblement syncrétiste) – d’une telle forme traditionnelle – (ne doutiez-vous pas qu’elle le fut dans un précédent fil ?) – avec celle que représente les soufis persans est tout à fait juste … on l’a trouve dans l’inde aussi où cet aspect est désigné comme la shakti, équivalente à certains égards à la shékina hébraïque – (oh !) …) faut-il aussi rappeler qu’il cite en l’approuvant IBN ARABI, disant « mon cœur est devenu capable de toute forme : Il est pâturage pour les gazelles et un couvent pour les moines chrétiens, et un temple pour les idoles et la KAABAH du pèlerin et la table de la Thorah et le livre du Qoran . Je suis la religion de l’amour, quelque route que prennent ses chameaux ; ma religion et ma foi sont ma vraie religion ». Le syncrétisme que RG vilipende est le « marché » auquel se livrent les tenants de la pseudo-tradition.

Manifestement, cher Bajulum, vous n'êtes vraiment pas très doué dans, ce que nous découvrons sans surprise à présent, mais que nous soupçonnions déjà, votre mauvaise foi.

Vos arguments, sont tronqués volontairement, et, vous présentez des éléments de phrases mis bout-à-bout, pour ensuite sortir des énormités, qui ne peuvent impressionner que celles et ceux qui ignorent ce dont il s'agit.

Quant à la phrase citée et attribuée à Ibn Arabi, cher Bajalum, vous devriez, tout au contraire, vous jeter à genoux, face contre terre et vous recouvrir de terre, tant est énorme, injuste et indigne, votre interprétation, votre fausse description de ce qui est, en réalité, une immense déclaration d'Amour Universel !

Que vaut, à côté d'une telle profession de foi, vos petits propos sectaires et réducteurs, teintés de mélange néo-martiniste protestant à la mode (pardon pour cette succession de pléonasmes).


* Nous n'avons pas trouvé, d'après vos références, les "petits bouts de textes" concernant la "Madonna" de Dante.
Mais, nous y reviendrons !



Citation :
Lephenix a écrit : Ce qui pose, manifestement problème, si l'on considère, comme vous le faites, qu'il s'agit du même type de triade, car dans ce cas, la Mère serait le produit du Père et du Fils.... Guénon ne dit pas autre chose ... et nous non plus.

Vous reprenez fidèlement la critique guénonienne de la trinité dans son effort pour démontrer l’involution de la tradition chrétienne dans le dogme de Nicée. En réalité, La trinité est une clef d’intellection du père en tant que principe causal. Il est Chez Pasqually « pensée/force/action » ou « Possibilité totale et absolue »/« possibilité non manifestée »/possibilité manifestée/ (védanta P116). RG s’est très bien accommodé de cette dimension transcendante du père dans l’Islam. Mais la trinité recouvre également le mystère de la création. Lorsqu’il se fait chair, le Christ est engendré par l’opération du saint esprit. On voit mal comment il pourrait en être autrement. L’ES emprunte le corps de marie pour y recevoir la semence divine. Si dans l’ordre de l’incréé le principe maternel est inutile par contre, il est impliqué dans toute « venue à stance » ou toute manifestation quelle que subtile qu’elle soit. Ce sens de la sainte trinité a totalement échappé à RG alors même que sa tradition d’adoption le lui enseignait dans l“Al-Maidah - 5.116 rappelant la dénomination araméenne de la trinité.

La Trinité Chrétienne se traduit dans cette phrase : Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

Si vous remplacez le Saint Esprit par la Mère, ce qui est possible d'un certain point de vue, cela devient : au nom du Père, du Fils et de la Mère.
Que vous soyez d'accord ou non ne change rien. C'est ainsi !

Et, c'est là que votre interprétation de la Trinité Chrétienne est absurde, car dans ce cas, la Mère serait le résultat du Père et du Fils !

Pour que cela abonde dans votre sens, il faudrait dire : Au nom du Père, de la Mère et du Fils, ou bien : Au nom du Père, du Saint Esprit et du Fils !

Or, il s'agit bien : Du Père, du Fils et du Saint Esprit.

La compréhension est donc tout autre, et il ne s'agit plus du même type de Triade, ou Ternaire, et vous l'avez très bien compris, mais nous ne souhaitez pas vous remettre en question, ou même,... écouter.

Nous y reviendrons.



Citation :
Lephenix a écrit : Nous n'avons jamais dit que l'Eglise doit être dépossédée de quoi que se soit !

RG concède du bout des lèvres qu’il reste peut-être dans un repli caché de l’église catholique une forme passive de la tradition.

Rien, dans l'oeuvre de René Guénon ne vous autorise à dire cela, bien au contraire. Encore des mots gratuits à l'emporte-pièce. Bon, nous avons compris, vous n'aimez pas Guénon.
Vous n'aimez pas, parce que vous ne comprenez pas ! mais cela est sans importance à présent.

Un exemple : "De l'infaillibilité Pontificale", René Guénon disait ceci : "... les Orientaux pourraient donc s'étonner, non pas que le Pape soit infaillible dans son domaine, ce qui ne saurait faire pour eux la moindre difficulté, mais bien plutôt qu'il soit le seul à l'être dans tout l'Occident." (Autorité spirituelle et Pouvoir temporel - p. 84)

Nous pouvons ajouter, aujourd'hui, que cela étonnerait même la majorité des Occidentaux, dont quelques ... Catholiques !



Or :
D’une part, il écrit à propos de l’hésychasme (pratique très orthodoxe et très actuelle) que son « caractère réellement initiatique ne semble pas douteux » (ibid. P 25). La gnose (il écrivait dans la revue du même nom) est de même attachée à la pensée D’Origène ou de Denys.
D’autre part RG ne conférant aucun sens salvifique au sacrifice du Christ, ne peut seulement concevoir que depuis sa résurrection, Dieu soit devenu directement participable à qui le cherche.

Affirmation totalement gratuite, non étayée, et surtout, démentie par toute l'oeuvre magistrale de René Guénon.


Il exclut donc sauf cas très exceptionnel qu’un catholique puisse atteindre à l’état de délivrance du yogi, la voie cardiaque lui fermant même toute possibilité d’y accéder. Tant pis pour Dieu, mais il n’a pour RG aucun talent initiatique. Et c’est là que tout diverge. Voilà donc un Dieu d’où procède l’être et le non-être, qui donne vie à tout ce qui est mais pas l’initiation. Ce Dieu en réalité n’est rien d’autre qu’un principe, un « être-premier » ou être-en-puissance neutre, dépourvu de volonté, un immense « tic tac ». Ce Dieu est celui du fatum, prisonnier de sa propre ipséité, très inférieur sommes toutes à l’homme qui lui, jouit de la liberté de choisir entre rester dans l’individualité ou se « désexistentifier », d’initier ou non. Une telle posture n’est pas tenable, Dieu n’ayant pas de limite. S’il ne fait pas de doute qu’il ne saurait être affecté par l’objet où porte son acte, rien ne saurait le lui interdire (un tel interdit lui serait ipso facto un attribut qui lui ôterait son caractère premier). Le génie du Christianisme est de nous ouvrir à ce va et vient, cette en dehors et cet en dedans sans lequel aucune unité n’est possible. La métaphysique selon RG est voie froide, celle du Chrétien est voie chaude.

Le contenu de ce que vous commettez dans ce seul paragraphe vaut son pesant de cacahouètes !
Nous vous avons reconnu, cher Bajulum !



Citation :
Lephenix a écrit : Nous ne pensons pas qu'il en soit de même pour la "délivrance" en vue de la "réintégration", qui est de l'ordre des "mystères" pour la religion
La discussion est ouverte.

Il est des domaines où les discussions n'ont pas lieu d'être et même sont proscrites, sauf pour ceux qui souhaitent obtenir le résultat pour lequel vous oeuvrez ...


Citation :
Lephenix a écrit : Nous avons toujours pensé que c'est le corps physique qui est la "gange de la chute".Or, prendre la "gange" pour l'image éternelle de Dieu, c'est un peu fort ... du café !
Le corps enferme la lumière. Il en épouse donc bien que grossièrement la forme, ce qui signifie que le Corps est le lieu où tout commence. Logion 29 de l’évangile selon thomas : « a dit jésus : si la chair a été à cause de l’Esprit c’est une merveille si par contre l’Esprit a été à cause du corps c’est la merveille des merveilles ».

Votre "lumière" ressemble beaucoup à celle d'une lampe de poche.
Le "spiritisme", le "théosophisme" doivent beaucoup vous occuper, cher Bajulum.
Vous êtes, par votre action dissolvante, peut-être même involontaire (laissons, par charité chrétienne, le bénéfice du doute), ce que René Guénon appelle : un agent de la contre-initiation.

Nous vous saluons !

Lephenix



Revenir en haut Aller en bas
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Guénon   Sam 20 Oct 2007, 21:14

polaire a écrit:
Citation :
Nous avons toujours pensé que c'est le corps physique qui est la "gange de la chute".

hum ..... le Gange ? la gangue ???

il est vrai qu' on ne saute pas vraiment à l'élastique en esprit


Mille excuses pour la "coquille" de la gangue, mais vous avez raison.
Très intéressante cette image : avec le pavé mosaïque devant le porche, ... avec un fil à plomb ... élastique ?

Lephenix



Revenir en haut Aller en bas
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: René Guénon   Sam 20 Oct 2007, 21:52

A l'attention de Bajulum,

Extrait d'un chapitre de René Guénon dans le "Langage secret de Dante".

... Mais venons-en à la confusion des points de vue "mystiques" et "initiatiques" : elle est solidaire à la précédente, car c'est la fausse assimilation des doctrines ésotériques au mysticisme, lequel relève du domaine religieux, qui amène à les mettre sur le même plan que l'exotérisme et à vouloir les opposer à celui-ci.

Nous voyons fort bien ce qui, dans le cas présent, a pu causer cette erreur : c'est qu'une tradition "chevaleresque" (p.146), pour s'adapter à la nature propre des hommes a qui elle s'adresse spécialement, comporte toujours la prépondérance d'un principe représenté comme féminin (Madonna), ainsi que l'intervention d'un élément affectif (Amore).

L' "Intellect actif", représenté par Madonna, est le "rayon céleste" qui constitue le lien entre Dieu et l'homme et qui conduit l'homme à Dieu (p.54) : c'est la Buddhi hindoue.
Il faudrait d'ailleurs prendre garde que "Sagesse" et "Intelligence" ne sont pas strictement identiques ; il y a là deux aspects complémentaires à distinguer (Hokmah et Binah dans la Kabbale).

Le rapprochement d'une telle forme traditionnelle avec celle que représentent les Soufis persans est tout à fait juste ; mais il faudrait ajouter que ces deux cas sont loin d'être les seuls où se rencontre le culte de la "donna-Divinità", c'est-à-dire de l'aspect féminin de la Divinité : on le trouve dans l'Inde aussi, où cet aspect est désigné comme la Shakti, équivalente à certains égards à la Shekinah hébraïque ; et il est à remarquer que le culte de la Shakti concerne surtout les Kshatriyas.

Une tradition "chevaleresque", précisément, n'est pas autre chose qu'une forme traditionnelle à l'usage des Kshatriyas, et c'est pourquoi elle ne peut
pas constituer une voie purement intellectuelle comme l'est celle des Brâhmanes ; celle-ci est la "voie sèche" des alchimistes, tandis que l'autre est la "voie humide".

Ces deux voies pourraient aussi, en un autre sens et suivant une autre corrélation, être respectivement celle des initiés en général et celle des mystiques, mais cette dernière est "irrégulière" et n'a pas a être envisagée quand on s'en tient strictement à la norme traditionnelle.

L'eau symbolisant le féminin comme le feu le masculin, et la première correspondant à l'émotivité et le second à l'intellectualité qui prédominent respectivement dans la nature des Kshatriyas et dans celle des Brâhmanes.

C'est pourquoi une telle tradition peut sembler mystique extérieurement, même quand elle est initiatique en réalité, si bien qu'on pourrait même penser que le mysticisme, au sens ordinaire du mot, en est comme un vestige ou une "survivance" demeurant, dans une civilisation telle que celle de l'Occident, après que toute organisation traditionnelle régulière a disparu.
Extrait : Aperçus sur l'ésotérisme chrétien - p.63-64 - René Guénon.

Lephenix
Revenir en haut Aller en bas
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: René Guénon selon Bajulum   Sam 20 Oct 2007, 23:08

Bajulum a écrit :
Et c’est là que tout diverge. Voilà donc un Dieu d’où procède l’être et le non-être, qui donne vie à tout ce qui est mais pas l’initiation.

(Pourquoi cela ??? Si, si, de même que la couture et le football !)


Ce Dieu en réalité n’est rien d’autre qu’un principe, un « être-premier » ou être-en-puissance neutre (???) ,
dépourvu de volonté, un immense « tic tac
»
Le tic tac avant le Bing Bang, non ? En fait, pour vous Dieu, c'est le Grand Kamikaze !

Ce Dieu est celui du fatum, prisonnier de sa propre ipséité, très inférieur sommes toutes à l’homme qui lui, jouit de la liberté de choisir entre rester dans l’individualité ou se « désexistentifier », d’initier ou non.
Une telle posture n’est pas tenable, Dieu n’ayant pas de limite. S’il ne fait pas de doute qu’il ne saurait être affecté par l’objet où porte son acte, rien ne saurait le lui interdire (un tel interdit lui serait ipso facto un attribut qui lui ôterait son caractère premier).


Nous ne sommes pas d'accord avec vous, car Dieu, dans sa manifestation qui est sacrifice, est lui-même soumis à ses propres lois !

Dieu s'est manifesté sous forme de Principe. Vous ne pouvez rejeter cela sans rejeter les Dix Commandements, car, d'un point de vue traditionnel, les lois procèdent toujours d'un principe qui par définition est immuable, ce qui donne la légitimité à une loi (une loi traditionnelle n'a plus rien à voir avec les "conventions humaines", qui elles n'ont aucune légitimité traditionnelle).

Nous soumettons à votre réflexion ces deux citations :

* Toute oeuvre de quelque importance est toujours l’expression d’une nature, celle de son créateur.
Bosco

* Dieu obéit à des lois, mais c’est lui qui les a faites.
Sénèque



Le génie du Christianisme est de nous ouvrir à ce va et vient, cette en dehors et cet en dedans sans lequel aucune unité n’est possible.

Si votre "génie" du Christianisme, c'est d'accepter tout et n'importe quoi, ce qui est dans l'air du temps, avec, notamment cette acceptation scandaleuse de la "tolérance" qui admet tout, même la "laïcité jusque dans les Eglises", et ce rejet de toute rigueur, permettez-nous de vous dire que ce Christianisme là, ne vole pas haut, et ressemble plutôt à cette nouvelle religion des "droits de l'homme", cheval de Troie de la contre-initiation.

La métaphysique selon RG est voie froide, celle du Chrétien est voie chaude.

Vous pourriez, peut-être, nous expliquer ce qu'est la métaphysique chaude du Chrétien ? ... selon Bajulum ?

Lephenix

Revenir en haut Aller en bas
polaire



Masculin Messages : 1858
Inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Re: Guénon   Dim 21 Oct 2007, 00:45

Citation :
la Mère serait le résultat du Père et du Fils !
lephenix

st Augustin qui valait bien Guénon est fort embarrassé avec ce mystère de la trinité

C'est encore par l'analogie qu' il en parle le mieux

De cette trinité pourtant l'eau est le nom commun et à qui s'informe de chacune [de ses parties] nous répondons que c'est de l'eau. Quand je demande si c'est de l'eau qui est dans la source, on me répond oui et si c'est de l'eau qui est dans le fleuve on ne me répond pas autrement ; au sujet du breuvage non plus la réponse ne saurait être différente. Et cependant nous ne parlons pas de trois eaux, mais d'une seule."

De Bajulum je comprends à peu près la spiritualité , quelques peu chantournée dans l'expression , et après tout sil y avait à choisir entre la charité et la gnose je choisirais la charité .

Mais choisir c'est Guénon qui y force .Voila le problème , c'est un maitre de la raison raisonnante et raisonneuse .
Grâce à Dieu il en est de plus raisonnables .

En revanche je résiste fort à l' introduction d'un principe féminin (de maternité )dans la trinité , la trinité chrétienne me semblant essentiellement masculine .

Le culte marial semble suffisant à exprimer les archétypes maternels .
Revenir en haut Aller en bas
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: René Guénon   Dim 21 Oct 2007, 03:44

polaire a écrit:
Citation :
la Mère serait le résultat du Père et du Fils !
lephenix

Ce n'est évidemment pas notre avis, mais c'est ce que nous devrions conclure si l'on remplaçait le Saint Esprit par la Mère, comme le suggère Bajulum.


st Augustin qui valait bien Guénon est fort embarrassé avec ce mystère de la trinité

C'est encore par l'analogie qu' il en parle le mieux

De cette trinité pourtant l'eau est le nom commun et à qui s'informe de chacune [de ses parties] nous répondons que c'est de l'eau. Quand je demande si c'est de l'eau qui est dans la source, on me répond oui et si c'est de l'eau qui est dans le fleuve on ne me répond pas autrement ; au sujet du breuvage non plus la réponse ne saurait être différente. Et cependant nous ne parlons pas de trois eaux, mais d'une seule.
"

De Bajulum je comprends à peu près la spiritualité , quelques peu chantournée dans l'expression , et après tout sil y avait à choisir entre la charité et la gnose je choisirais la charité .

Mais choisir c'est Guénon qui y force .Voila le problème , c'est un maitre de la raison raisonnante et raisonneuse .
Grâce à Dieu il en est de plus raisonnables .

En revanche je résiste fort à l' introduction d'un principe féminin (de maternité )dans la trinité , la trinité chrétienne me semblant essentiellement masculine .

Le culte marial semble suffisant à exprimer les archétypes maternels
.

Nous sommes tout à fait d'accord avec vous que donner au Saint-Esprit un caractère féminin est une erreur.
Nous reviendrons là-dessus.

Lephenix


Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: Guénon   Dim 21 Oct 2007, 10:02

maxime a écrit:

Et bien justement Loup Ecossais et Lephenix, tous les deux en tant que Chrétiens, comment vous acceptez ce que dit Guénon sur l'initiation chrétienne (voir sur le christianisme), et comment vous répondez à la mise au point de Jean Borella que j'ai indiqué?
Est-ce le fait d'être maçon qui vous permet à tous les deux de vous en accommoder?

Je le répète, Guénon m'a beaucoup apporté(je n'ai pas tout lu), mais il n'est pas pour autant comme certains l'ont dit "la boussolle infaillible"
et ce qu'il dit sur l'initiation chrétienne est irrecevable.
Amicalement.

A Maxime,

Peux-tu stp m'indiquer ce que dit Borella, dans sa mise au point?
Quant à dire, que Guénon est une boussole infaillible, je ne crois pas, que quelqu'un sur ce forum, en l'occurrence les FM chrétiens, aient écrit cela quelque part. Que nous partagions ce qu'il dit dans son oeuvre, ne fait pas de lui, une personne infaillible. D'ailleurs, il n'en a jamais eu la prétention. Guénon est bien trop humble, pour s'autoproclamer infaillible
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: René Guénon - la "boussolle infaillible" !!!   Dim 21 Oct 2007, 22:14

maxime a écrit:
Loup Ecossais a écrit:
Mon cher Bajulum,
Que vous soyez incapable d'appréhender l'oeuvre de Guénon, nous le comprenons. Vous n'êtes pas "INITIE". Seul un "initié", peut éventuellement en faire une critique plus ou moins objective. Quant aux autres, philosophes et scientistes de tous poils, modernes, en l'occurrence, ils sont formatés dans une logique qui n'en n'est pas une. Par voie de conséquence, toute leur analyse repose sur une falsification, due au non respect d'une méthodologie traditionnelle. Exit ce qui suit, pour les modernes...

[i]Le titre de docteur, signifie que l'impétrant a été examiné pour la dernière fois de sa vie, et jugé saturé de connaissances. Après cela, aucune idée nouvelle ne peut lui être inculquée.

Stéphen Leacock.
Le monde est plein, de ces "docteurs" là, d'où une croissance exponentielle de la bêtise, de l'illétrisme, j'en passe et des pires.
Et bien justement Loup Ecossais et Lephenix, tous les deux en tant que Chrétiens, comment vous acceptez ce que dit Guénon sur l'initiation chrétienne (voir sur le christianisme),

Et bien justement : que dit Guénon qui semble vous interpeler ?
Quel mot ou quelle phrase, ou même quel chapitre vous semble poser problème, et en quoi ?
Sincèrement, nous ne voyons pas !
Mais cela nous semble fort intéressant et nous voudrions y répondre le plus exactement possible.


et comment vous répondez à la mise au point de Jean Borella que j'ai indiqué?

Désolé, nous ne retrouvons pas cette "mise au point" de Jean Borella !
Pouvez-vous nous dire de quoi il s'agit ? Cela nous semble fort intéressant, mais comme nous ne connaissons pas cette "mise au point", il nous est difficile de donner notre point de vue.



Est-ce le fait d'être maçon qui vous permet à tous les deux de vous en accommoder?

A supposer que nous soyons Franc-Maçons, nous aimerions savoir de quoi sommes-nous censés nous "accommoder" ?
(Nous aimerions pouvoir répondre très précisément)



Je le répète, Guénon m'a beaucoup apporté(je n'ai pas tout lu), mais il n'est pas pour autant comme certains l'ont dit "la boussolle infaillible"

L'infaillibilité de la boussolle réside en ce qu'elle indiquera de manière, que l'on peut considérer comme certaine, la présence d'un champ magnétique.
Ce qui ne signifie pas forcément que ce soit la direction du Nord.
.Very Happy

Si "certains" ont dit de René Guénon qu'il était "la boussolle infaillible", nous mettrons cela sur un excès d'enthousiasme... mais, dirons-nous, quel rapport avec ses écrits ???

Il est certain, que l'oeuvre de René Guénon, est assez remarquable à bien des points de vue, ses premiers ouvrages ont été publiés, il n'avait pas vingt cinq ans ! Ce qui reste d'ailleurs une énigme !!!

Personne ne contestera que son oeuvre nous donne des clefs, des voies et des perspectives de recherches, et une "méthode" rigoureuse, pour mieux comprendre, par analogie avec d'autres traditions, notre propre tradition, c'est-à-dire le Christianisme.

Et nous sommes convaincu du côté "providentiel" qui arrive, comme à point nommé, en cette période où, l'Eglise Enseignante semble s'être effacée par tant de compromission et de "tolérance"...



... et ce qu'il dit sur l'initiation chrétienne est irrecevable.

Une fois encore, que dit-il, qui vous semble irrecevable ???

Et puis, en dehors de vous, pour qui, est-ce donc irrecevable ???


Très cordialement
Lephenix


Amicalement.
Revenir en haut Aller en bas
polaire



Masculin Messages : 1858
Inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Re: Guénon   Dim 21 Oct 2007, 23:08

Citation :
L' "Intellect actif", représenté par Madonna, est le "rayon céleste" qui constitue le lien entre Dieu et l'homme et qui conduit l'homme à Dieu (p.54) : c'est la Buddhi hindoue.

On a là une redondance symbolique .
L’intellect actif est représenté , admettons ! ( par une figure symbolique madonna )
On pourrait s’attendre à:
1)soit on en reste au symbole ( madonna )
ou bien 2) on en arrive à une explication qui n’est pas symbolique .

Mais ce n’est pas le cas puisque « rayon céleste » est aussi « symbolique » .
Ce discours tourne totalement à vide et explique le symbole par le symbole .
C’est une rhétorique poétique potentiellement infinie . C’est une activité analogique ,l’analogie renvoie à une autre analogie sans qu’aucun terrain ferme ne soit jamais atteint .

Et c’est bien cette impression de vacance des certitudes qui m’ avait saisi lorsque j’ai lu Guénon .On est dans l’allusif permanent et le renvoie au caché qui se dérobe toujours sitôt que dévoilé quand encore il y a dévoilement ce qui est rarement le cas ..

À moins que ce soit cela qu’il faille découvrir mais ce n’est pas dit ainsi .

Je ne vais pas dire que c'est creux mais qu'il y a comme un effet de creux


Revenir en haut Aller en bas
polaire



Masculin Messages : 1858
Inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Re: Guénon   Dim 21 Oct 2007, 23:12

Ce test visuel est l'un des meilleurs que l'on puisse faire avec un ordinateur
Faites le, c'est absolument incroyable !

1) Concentrez vous pendant 30 secondes sur les 4 points alignés au centre de l'image
2) Ensuite regardez un mur autour de vous et commencez à cligner des yeux
3) Vous allez voir un cercle de lumière, continuez de regarder ce cercle…que voyez vous ?????
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
bajulum



Messages : 1029
Inscription : 03/10/2007

MessageSujet: Re: Guénon   Dim 28 Oct 2007, 12:10

Lephenix a écrit :(je n'arrive pous à utiliser la fonction "citer"
Affirmation totalement gratuite, non étayée, et surtout, démentie par toute l'oeuvre magistrale de René Guénon. (commentaire de ma phrase suivante : RG ne conférant aucun sens salvifique au sacrifice du Christ, ne peut seulement concevoir que depuis sa résurrection, Dieu soit devenu directement participable à qui le cherche).

Ma réponse :
… attristant, Ou le sacrifice du Christ ouvre en lui seule la voie de la réintégration (le terme n’est pas de LCDSM mais de Pasqually, Précision utile ?) ou la transmission au bénéfice de l’intervention du Maître est nécessaire.

Lephenix a écrit :
Le contenu de ce que vous commettez dans ce seul paragraphe vaut son pesant de cacahouètes ! Nous vous avons reconnu, cher Bajulum !

Ma réponse :
Pour reconnaître, il faut connaître. Vous seriez bien en peine de donner des preuves tangibles de votre élévation spirituelle. Votre seule participation à ce fil fait de vous, comme de l’ensemble de ceux qui y écrivent, moi compris de simples cherchants. Il est fort peu probable que la délivrance voire de simples états ultramondins laissent beaucoup de place à nos logorrhées.

Lephenix a écrit :
Il est des domaines où les discussions n'ont pas lieu d'être et même sont proscrites, sauf pour ceux qui souhaitent obtenir le résultat pour lequel vous oeuvrez ...

Ma réponse :
Vous cachez mal votre ignorance

Lephenix a écrit :
Votre "lumière" ressemble beaucoup à celle d'une lampe de poche. Le "spiritisme", le "théosophisme" doivent beaucoup vous occuper, cher Bajulum. Vous êtes, par votre action dissolvante, peut-être même involontaire (laissons, par charité chrétienne, le bénéfice du doute), ce que René Guénon appelle : un agent de la contre-initiation

Ma réponse :
Je suis chrétien et ne pratique donc pas le spiritisme (Deutéronome 18:10). Je donne au mot « théosophie » le sens qu’on lit sous la plume du professeur FAIVRE en page 23 du tome I de son ouvrage « accès de l’ésotérisme occidental. Vous êtes Cher Lephénix aussi clairvoyant qu’une taupe..

Lephenix a écrit :
Pourquoi cela ??? Si, si, de même que la couture et le football ! (en réponse à ma phrase :"Et c’est là que tout diverge. Voilà donc un Dieu d’où procède l’être et le non-être, qui donne vie à tout ce qui est mais pas l’initiation").

Ma réponse :
Pas du tout. Pour RG l’initiation est un mano à mano. C’est ce qui fait pour l’essentiel que les sacrements et les rites chrétiens n’ont plus pour lui de valeur initiatique. Or, j’affirme que l’initiation vient « d’en haut » et peut être reçu par toute personne dans la communion pour autant que le chemin ait été utilement préparé.


Lephenix a écrit :
Le tic tac avant le Bing Bang, non ? En fait, pour vous Dieu, c'est le Grand Kamikaze !

Ma réponse :
Cher Lephenix, Vous ne comprenez vraiment rien ; ça n’est pas de mon Dieu dont je parle mais de celui que je prête à RG. Manifestement, vous perdez au gré de vos renaissances de précieux neurones au lieu d'en gagner.


Lephenix a écrit :
Nous ne sommes pas d'accord avec vous, car Dieu, dans sa manifestation qui est sacrifice, est lui-même soumis à ses propres lois !

Ma réponse :
Tout au contraire, vous êtes d’accord, vous soumettez dieu à la prison de la modalité dans laquelle il se manifeste.
La question de la liberté de Dieu se manifestant dans le Christ est résolue de longue date par l’affirmation de sa double nature.


Lephenix a écrit :
Si votre "génie" du Christianisme, c'est d'accepter tout et n'importe quoi, ce qui est dans l'air du temps, avec, notamment cette acceptation scandaleuse de la "tolérance" qui admet tout, même la "laïcité jusque dans les Eglises",

Ma réponse :
Là vous divaguer qui parle de laïcité ou de tolérance. Vos réponses sont-elles préparées par avance. Dans ce cas, revoyez votre catalogue de réponses, il n’est plus adapté


Lephenix a écrit :
La métaphysique selon RG est voie froide, celle du Chrétien est voie chaude.

Ma réponse :
Je ne crois pas que ma réponse, au demeurant inutile compte tenu de ce que j’ai écrit vous intéresse Cet échange devant plus à l’amour propre qu’à l’amour, je ne vous répondrai plus, j’ai suffisamment à confesser
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Guénon   Dim 26 Juil 2015, 22:24

La contre-initiation selon R. Guénon (ne pas confondre pseudo & contre-initiation - inversion)

" />

" />

" />
Revenir en haut Aller en bas
 
Guénon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives: Histoire, Philosophie et Spiritualité-
Sauter vers: