DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Histoire d'en rire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
chiboleth



Messages : 1661
Inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Histoire d'en rire   Dim 16 Sep 2007, 21:19

1 Paul VI… bienheureux ?

1.1 « Quelques Papes, Dieu les veut ; certains, il les permet ; d’autres, il les tolère. » (St Vincent Pallotti)
2 PREAMBULE
3 CHAPITRE I
3.1 SA NOUVELLE RELIGION
3.2 LA RELIGION MAÇONNIQUE
4 CHAPITRE II:
4.1 SON OUVERTURE AU MONDE
4.1.1 (résumé)
5 CHAPITRE III
5.1 SON OUVERTURE AU MODERNISME
5.1.1 (En conclusion)
5.2 CONTRE LE MODERNISME
6 CHAPITRE IV
6.1 SON OUVERTURE À LA FRANC-MAÇONNERIE
6.1.1 (autre “plan”)
6.1.2 (Des règnes)...
6.1.3 (infiltrations)
7 CHAPITRE V
7.1 SON OUVERTURE À LA DÉMOCRATIE UNIVERSELLE
7.1.1 (doux mélange)
7.2 LA DÉMOCRATIE UNIVERSELLE MAÇONNIQUE
8 CHAPITRE VI
8.1 SA TOLÉRANCE ET COMPLICITÉ
8.1.1 (sentiments envers les prêtres)
9 CHAPITRE VII
9.1 SON OUVERTURE AU COMMUNISME
9.1.1 (Des turcs)
9.1.2 (un agent double ?)
9.1.3 (des Ukrainiens)
9.1.4 (des Hongrois et bien d'autres)
9.2 FATIMA AUSSI FUT PROFANÉ PAR PAUL VI
9.3 COMMUNISME ET FRANC-MAÇONNERIE
10 CHAPITRE VIII
10.1 SA MESSE ŒCUMÉNIQUE
10.1.1 (Quelle est la nature de l’évolution)
10.1.2 (rappel de quelques congrès eucharistiques)
10.1.3 (Du bref examen critique du Novus Ordo Missæ)
10.1.4 (de la langue latine)
10.1.5 (zoom avant la conclusion)
11 APPENDICE
11.1 LE SERMENT LE JOUR DU COURONNEMENT DE PAUL VI
11.1.1 ndlr

Tout ceci se trouve sur le site fort bien documenté.....
http://www.christ-roi.net/index.php/PAUL_VI,_bienheureux%3F#SON_OUVERTURE_.C3.80_LA_FRANC-MA.C3.87ONNERIE

Il s'en suit que, si on tient compte des données fournies sur se site éminemment chrétien, Paul VI et ses successeurs jusqu'à JPII furent ou maçons ou très complices de la maçonnerie. Rappelons que JPII fut le pape qui atténua considérablement les condamnations contre la maçonnerie sur proposition de qui???? Réponse : JR

Il s'en suit également que si PVI a été FM ou complice on ne peut que s'interroger à propos de ses prédécesseurs, au moins jusqu'à Léon XIII, et de leurs collaborateurs puisqu'il est dit que son élection fut due à la présence et à l'action de cardinaux maçons (on donne une liste de noms... Valto va pouvoir se régaler). S'il y en avait sous PVI on est en droit de penser qu'il y en avait avant.

Voila peut-être si l'on suit la logique de Valto... une explication du silence vaticanesque lors de la tragédie des années noires et même avant.
Et on comprend mieux cette logique de Valto... comme étant le moyen de cacher derrière l'arbre de ses dénonciations l'immense forêt que constitue le scandaaaaale (G Marchais) d'élections papales à la canonicité douteuse.

Pour ma part je ne fais que mettre à disposition cette information issue d'une mouvance en voie de réintégration. Serait-ce prix à payer pour éviter d'autres divulgations de même nature?
Revenir en haut Aller en bas
Valtortiste91



Masculin Messages : 4991
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Dim 16 Sep 2007, 21:33

Bravo Chibo

Toujours aussi compétent !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
chiboleth



Messages : 1661
Inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Dim 16 Sep 2007, 21:40

Valtortiste91 a écrit:
Bravo Chibo
[img]Toujours aussi compétent !

Merci j'apprécie le compliment.
Revenir en haut Aller en bas
Valtortiste91



Masculin Messages : 4991
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Dim 16 Sep 2007, 21:41

Devinette, histoire d'en rire : qui est Chibo ne sait rien et qui est Luc je manipule ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Dim 16 Sep 2007, 21:48

Merci, Chiboleth, j'ai bien ri et je fais suivre.
Revenir en haut Aller en bas
chiboleth



Messages : 1661
Inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Dim 16 Sep 2007, 22:11

Luc a écrit:
Merci, Chiboleth, j'ai bien ri et je fais suivre.

Comme je vois que ça plait bien à Valto je continue :

http://www.Virgo-Maria.org

Ce message peut être téléchargé sur le site Virgo-Maria.

Un ancien consultant américain du FBI révèle l’élection du Cardinal Siri au conclave de 1958 qui a suivi la mort du Pape Pie XII
Nous livrons ici la traduction d’un texte paru sur un site catholique américain. Il reprend un passage important paru dans un ouvrage publié aux Etats-Unis :

« Paul L. Williams, ancien consultant du FBI, cite des documents déclassifiés des renseignements américains prouvant que le Cardinal Siri a été élu pape sous le nom de Grégoire XVII lors du conclave qui, deux jours après, devait s’achever par l’avènement de Jean XXIII. En 2003, Paul L. Williams a publié un ouvrage intitulé The Vatican exposed : Money, Murder, and the Mafia [1] (Prometheus Books)”

Selon le consultant du FBI, le Cardinal Siri ayant choisi le nom de Grégoire XVII aurait cédé finalement à la menace, il aurait accepté d’être écarté.

Cet article reprend aussi une citation de la célèbre interview du Cardinal Siri par le marquis de La Franquerie, Louis-Hubert Rémi et François Dallais en 1985, où il déclara à ses interlocuteurs : « Je suis tenu par le secret ».

Nous signalons aussi qu’un catholique américain, Garry Giuffré, a beaucoup travaillé cette question et publie des informations et des extraits de son ouvrage sur son site :

http://www.cardinalsiriandtheplotagainstthepope.com/
Traduction en français du texte paru ici :

http://www.mostholyfamilymonastery.com/siri_elction.html

Objet : Un ancien consultant du FBI reconnaît l’élection du Cardinal Siri

Paul L. Williams, ancien consultant du FBI, cite des documents déclassifiés des renseignements américains prouvant que le Cardinal Siri a été élu pape sous le nom de Grégoire XVII lors du conclave qui, deux jours après, devait s’achever par l’avènement de Jean XXIII. En 2003, Paul L. Williams a publié un ouvrage intitulé The Vatican exposed : Money, Murder, and the Mafia [2] (Prometheus Books). William, qui n’est pas catholique, y affirme ceci :

« En 1954, le comte Della Torre, rédacteur en chef du journal du Vatican L’Osservatore Romano, a prévenu [le pape] Pie XII des sympathies communistes de [du cardinal Angelo] Roncalli. D’autres membres de la « noblesse noire » ont exprimé des préoccupations analogues. [5]

« Roncalli [devenu ensuite le « pape Jean XXIII »] n’échappait pas non plus à l’attention du FBI et de la CIA. Ces deux agences ont commencé de constituer d’épais dossiers sur lui et sur les activités discutables d’autres « progressistes » du Vatican, dont Mgr Giovanni Battista Montini (le futur Paul VI). […]

« Pie XII avait fait du Cardinal Giuseppe Siri celui qu’il désirait voir lui succéder. [7] Siri était un anticommuniste acharné, un traditionaliste intransigeant en matière de doctrine de l’Église, ainsi qu’un excellent bureaucrate…

« En 1958 [le 26 octobre], lorsque les cardinaux s’enfermèrent dans la chapelle Sixtine pour élire un nouveau pape, de mystérieux événements commencèrent à se produire. Au troisième tour de scrutin, Siri, selon les sources du FBI, obtint le nombre de voix nécessaire pour être élu pape sous le nom de Grégoire XVII. [8] De la fumée blanche s’échappa de la cheminée de la chapelle pour informer les fidèles qu’un nouveau pape avait été élu. La nouvelle fut joyeusement annoncée à 18 heures par la radio du Vatican. Le journaliste déclara : “La fumée est blanche… Il n’y a absolument aucun doute. Un pape a été élu.” [9]

« Mais le nouveau pape n’apparaissait toujours pas. On commença à se demander si la fumée était blanche ou grise. Pour mettre fin à ces doutes, Mgr Santaro, secrétaire du Conclave des cardinaux, informa la presse que la fumée avait bel et bien été blanche et qu’un nouveau pape avait été élu. L’attente se poursuivit. Le soir, Radio Vatican annonça que les résultats restaient incertains. Le 27 octobre 1958, le Houston Post titrait : “Quatre tours de scrutin n’ont pas suffi aux cardinaux pour élire un pape : la confusion autour des signaux de fumée est source de fausses nouvelles”. [10]

« La nouvelle était cependant exacte : au quatrième tour de scrutin, selon les sources du FBI, Siri avait obtenu à nouveau le nombre de voix nécessaire pour être élu pontife suprême. Mais les cardinaux français firent annuler le résultat, en prétendant que cette élection entraînerait partout des émeutes et l’assassinat de plusieurs évêques éminents derrière le Rideau de Fer. [11]

« Les cardinaux choisirent alors d’élire le Cardinal Federico Todeschini comme “pape de transition”, mais Todeschini était trop malade pour accepter le poste.

« Enfin, le troisième jour de scrutin, Roncalli reçut le soutien nécessaire pour devenir le pape Jean XXIII… » (Paul L. Williams, The Vatican Exposed, Amherst, NY: Prometheus Books, 2003, Pages 90 à 92).

Les notes en bas de page ajoutées par Williams sont les suivantes : [5] Biographie confidentielle du Département d’État : « Jean XXIII » ; date de publication : sans date ; déclassifié le 15 février 1974 ; voir aussi Avro Manhattan, Murder in the Vatican, p. 31. [7] John Cooney, The American Pope, p. 259. [8] Note secrète du Département d’État, « Jean XXIII » ; date de publication : 20 novembre 1958 ; déclassifié le 11 novembre 1974. [9] Les paroles du journaliste sont reproduites dans le London Tablet du 1er novembre 1958, p. 387. [10] Houston Post, 27 octobre 1958, p. 1 et 7. [11] Note secrète du Département d’État : « Cardinal Siri » ; date de publication : 10 avril 1961 ; déclassifié le 28 février 1994.

Le témoignage de cet ancien consultant du FBI, qui repose sur des renseignements du FBI, confirme que le Cardinal Siri a été élu et a pris pour nom « Grégoire XVII ». Il confirme aussi ce que d’autres ont dit, à savoir que le Cardinal Siri a été empêché de prendre librement ses fonctions par la camarilla des conspirateurs français, ainsi que par des menaces. Si ces renseignements du FBI sont exacts, l’« élection » ultérieure d’Angelo Roncalli (Jean XXIII) a été dénuée du moindre fondement. Il est bon de noter que le livre de M. Williams ne porte pas sur l’élection du Cardinal Siri, l’auteur se bornant à la mentionner en passant et sans motif évident de le faire, ce qui ne fait qu’ajouter à la crédibilité de son témoignage.

Ainsi, le Cardinal Siri, cinquième pape élu du siècle dernier, aurait rapidement accepté son élection et annoncé qu’il prendrait le nom de « Grégoire XVII ». Alors se fit entendre le tollé de certains cardinaux français radicaux – dont certains étaient, paraît-il, des francs-maçons –, qui se levèrent d’un bond pour intimider le nouveau pape en menaçant de créer immédiatement une église schismatique internationale s’il sortait pape du conclave. Très ébranlé, Siri aurait alors répondu « Si vous ne voulez pas de moi, élisez quelqu’un d’autre ». Par cette unique déclaration, qui fut considérée comme une abdication, commença le cauchemar apocalyptique devant aboutir à l’« Église » de Vatican II.

Pourtant, là encore, voici ce que dispose l’Église :

« … Pour être valide, l’abdication du pape doit être un acte libre ; aussi la démission forcée de la papauté serait nulle et non avenue, ainsi que l’ont stipulé maints décrets ecclésiaux. » (L’Encyclopédie Catholique, v. 1, 1907, p. 32 de la version anglaise).

Autrement dit, l’élection ultérieure de Jean XXIII n’a pas été valide si Siri a été contraint à la démission. On ne sait pas au juste quand le Cardinal Todeschini fut élu, mais il ressort clairement des écrits précités de Williams, ainsi que des écrits de Scortesco, qu’il le fut lors d’un tour de scrutin. Peut-être fut-il élu après Siri dans la confusion provoquée par la première élection, mais alors, on l’écarta comme Siri pour qu’Angelo Roncalli (Jean XXIII) pût prendre la place.

Tout cela explique pourquoi, le 26 octobre 1958 à 18 heures, de la fumée blanche s’échappa pendant cinq bonnes minutes de la cheminée de la chapelle Sixtine ; cela explique pourquoi les gardes palatine et suisse reçurent l’ordre de se préparer à saluer le nouveau pape ; cela explique pourquoi l’on vit des cardinaux faisant partie du conclave faire signe joyeusement à la foule et pourquoi le gouverneur et le maréchal du conclave se disposèrent à saluer le nouveau pape.

Malachi Martin reconnaît l’élection de Siri
Même l’auteur de best-sellers Malachi Martin, qui connaissait bien le Vatican de l’intérieur et que de nombreux défenseurs des antipapes Jean XXIII et Paul VI considéraient comme un héros, ne fait pas mystère de la vérité (du moins en ce qui concerne l’élection de 1963) dans son livre The Keys of This Blood (pages 607 à 609), où il admet que le Cardinal Siri a notoirement reçu le nombre de suffrages requis pour devenir pape en 1963, mais que son élection a été « mise de côté » par ce que Martin appelle une « légère brutalité ». Cet auteur signale qu’une « communication » (c’est-à-dire une immixtion) a eu lieu entre un membre du conclave et une « organisation aux ramifications internationales » en ce qui concerne la candidature de Siri. Il évoque l’existence d’une « grave question de sécurité d’État [du Vatican] ». (On a dit que les communistes avaient menacé de lâcher une bombe atomique sur le Vatican et de tuer tous les évêques en poste derrière le Rideau de fer au cas où Siri aurait accepté son élection.) Par conséquent, Malachi Martin lui-même, pourtant défenseur des antipapes Jean XXIII et Paul VI, a reconnu que le Cardinal Siri avait été soumis à des pressions pour refuser le poste auquel il reconnaissait aussi que ce prélat avait été élu. Cela confirme ce que Scortesco a révélé et démontre à nouveau le caractère frauduleux de l’élection de Giovanni Montini, l’antipape Paul VI.

Le témoignage du principal intéressé lui-même
Mais en plus des témoignages de Martin et Scortesco, il vaut la peine de citer un entretien que le Cardinal a accordé avant sa mort. Dans cet entretien, qui a fait l’objet d’une publication, et qu’ont eu avec lui le Marquis de la Franquerie, Louis-Hubert Remy et François Dallais, Siri fut interrogé sur diverses questions, y compris les révélations de Scortesco sur son élection. Bien qu’il niât certaines choses, Siri ne démentit pas son élection à la papauté. Tout ce qu’il voulut dire, ce fut :

« Je suis tenu par le secret. C’est un horrible secret. J’aurais des livres à écrire sur les différents conclaves, des choses très graves ont eu lieu, mais je ne peux rien dire. »

Les trois personnes qui l’ont rencontré alors ont conclu que dans la mesure où Siri avait démenti certaines informations dont elles lui avaient parlé, mais n’avait pas nié avoir été élu pape, ce que Scortesco disait devait être vrai. Force est cependant de noter que Siri se trompait en disant être tenu par la confidentialité du conclave. En effet, celle-ci ne pouvait être contraignante dès lors que le salut de millions d’âmes était en jeu et que de toute façon, elle avait déjà été violée par la bande d’apostats et de conspirateurs français (…). Et l’horrible secret du conclave auquel Siri a fait allusion n’est autre, sans aucun doute, que l’intervention illégale de forces extérieures qui ont empêché ce cardinal d’accepter le Siège de Pierre.

Tout concourt à démontrer que l’émission de fumée blanche à laquelle chacun a pu assister le 26 octobre 1958 indiquait l’élection du vrai pape, le Cardinal Siri. Tout le monde, y compris les cardinaux, pensait que nous avions alors un nouveau pape. Mais les francs-maçons et les communistes intervinrent aussitôt pour empêcher le nouveau pape d’occuper son poste. Il s’agit là de la communication avec l’extérieur révélée par Scortesco. Ensuite, la fumée blanche devint noire, et deux jours après, francs-maçons et communistes imposaient leur homme à eux, l’agent de la franc-maçonnerie Angelo Roncalli, l’antipape Jean XXIII. Une immixtion analogue eut lieu au conclave de 1963, l’élection de Siri étant bloquée cette fois en faveur de l’infiltré Giovanni Montini, l’antipape Paul VI.

Le mensuel 30 Days, qui est favorable aux antipapes postconciliaires, a publié en 1994 une interview du chef de la franc-maçonnerie italienne, le Grand Maître du Grand Orient d’Italie. Ce dernier a fait alors la déclaration suivante :

« Quant à cela, il semble que Jean XXIII ait été initié dans une loge maçonnique parisienne et qu’il ait participé aux travaux des ateliers d’Istanbul. » (Giovanni Cubeddu, 30 Days, n° 2-1994, p. 25.)

Il est donc évident que l’antipape Jean XXIII était un agent de la franc-maçonnerie ayant pour mission d’entreprendre la démolition de l’Église du Christ au moyen de son faux concile.

Il est permis de se poser la question suivante : si le Cardinal Siri a été élu pape en 1958 ou 1963 ou bien même ces deux fois, pourquoi ne l’a-t-il pas revendiqué plus vigoureusement ? Notre propos n’est pas d’examiner ici cette question (voir note à la fin de l’article). Il est simplement d’établir qu’étant donné les preuves de ses deux élections successives et les communications qui ont eu lieu avec l’extérieur, quelque chose de non canonique s’est produit aux conclaves de 1958 et 1963, ainsi que l’a révélé Scortesco. Cela est parfaitement logique, car nous savons – de foi divine – que l’antipape Paul VI ne pouvait posséder les clés de Pierre dans la mesure où il a solennellement assujetti les fidèles aux hérésies de Vatican II. Ce concile ne pouvant avoir été lié dans le Ciel, nous savons que l’antipape Paul VI n’avait pas le pouvoir de lier sur la terre, car il a bel et bien tenté de lier Vatican II sur la terre. Quant à l’antipape Jean XXIII, lui non plus ne peut avoir été un vrai pape, puisqu’il a fait le lit de l’apostasie et qu’il était lui-même un hérétique.

Dans le numéro de septembre 2004 d’Inside the Vatican, on trouve une interview de l’abbé Charles-Roux, qui fait cette déclaration :

« L’élection a été marquée par certaines irrégularités lors de ce conclave de 1958, comme le Cardinal Tisserand l’a lui-même reconnu. Certains disent que c’est Agagianian qui a été élu, d’autres que c’est Siri, d’autres disent que ce sont d’autres cardinaux encore et que le camerlingue [grand chambellan] a alors annulé l’élection. En tout état de cause, je suis absolument certain que Jean XXIII a choisi son nom, celui d’un antipape [du quinzième siècle], en toute connaissance de cause, afin de montrer qu’il avait été irrégulièrement élu. » – Abbé Charles-Roux, Inside the Vatican, 09/04, p. 41. L’abbé Charles-Roux est le prêtre qui disait la messe sur le tournage du film de Mel Gibson La Passion du Christ.

____________

Pour vous abonner ou vous désabonner de la lettre d’information Virgo-Maria, veuillez remplir le formulaire disponible sur notre site http://www.virgo-maria.org/





--------------------------------------------------------------------------------



[1] Le Vatican à nu : argent, meurtre et mafia.

[2] Le Vatican à nu : argent, meurtre et mafia.


---
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6683
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Dim 16 Sep 2007, 23:51

bonjour vrai ou pas vrai ??

les renseignements américain je m'en méfis , les services secret ne servent que les chefs (même pas le peuple) et leurs intérêts.

comme aujourd'hui annihiler et discréditer les religions est le but donc je ne m'étonne de plus rien.
Même si c'est vrai (je crois certains évêques assez politiser pour ne pas respecter la Présence du Christ en l'Eglise) la parole du Christ garantissant que les portes de l'enfer ne l'emporterons jamais me suffit.
je ne crois pas en la sagesse de s hommes, mais a la promesse de Dieu;
certes on est capable de virer rome, mais pas Dieu !!
les évêques (institution) ce sont souvent montré des lascars a toutes les époques ce qui en explique le discrédit encore aujourd'hui malheureusement !

de plus on voit que la franc maçonnerie n'apporte rien a l'Eglise sinon des turpitudes qui n'on rien a voir avec l'Evangile et Jésus Vivant en nous et Parmis nous !

tout ce qui est batît avec de la paille fini au feu !

Être au Christ c'est Être au Christ y rajouter le nom que tu veux c'est commencer a batir ton édifice ou ta tombe (ça tombe bien y sont maçons !) seul Jésus batît Son Corps.

y a pas de quoi être fier , parce que dans un cas comme dans l'autre l'Amour et la Foi ? et donc pas de vie Spirituelle.

torpiller l'Eglise ici ; y en a qui vont drôlement déchanter en passant de l'autre coté !

ça me rappel , F Mitterand qui avait un grade (a pompe) chez les fm et qui un peu avant de mourir fut capable de dire , 'Dieu existe peut être moi je ne sais pas !' ce qui pour un dit guide spirituel d'un ordre ce prétendant proche de la foi au Christ , la fout plus que mal !
Revenir en haut Aller en bas
chiboleth



Messages : 1661
Inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Lun 17 Sep 2007, 08:44

Théodéric a écrit:
bonjour vrai ou pas vrai ??
ça me rappel , F Mitterand qui avait un grade (a pompe) chez les fm et qui un peu avant de mourir fut capable de dire , 'Dieu existe peut être moi je ne sais pas !' ce qui pour un dit guide spirituel d'un ordre ce prétendant proche de la foi au Christ , la fout plus que mal !

Cher Théodoric... Faut prendre tout ça au nième degré.

Quant à F Mitterand FM... c'est une légende.
Tout comme pour Giscard et Chirac

Il ne faut pas le confondre avec Jacques Mitterand qui fut en effet FM (homme politique, Officier de la Légion d'Honneur, Croix de guerre, Médaille de la Résistance, Officier de l’ordre de l’Empire britannique. Deux fois Grand Maître du GO). Sans lien avec François M.

Ni avec un autre Jacques Mitterand, général d'aviation, grand patron de l'industrie qui a fait de l'industrie aéronautique française l'un des plus beaux fleurons de notre économie. Parent de François M
Revenir en haut Aller en bas
Valtortiste91



Masculin Messages : 4991
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Lun 17 Sep 2007, 17:48

Cher Chibo, Cher Luc

Après l'émotion que vous ont procurés les retrouvailles de vos liens consanguins avec Frère Omar Bongo et Frère Bush

Je vous propose encore un autre instant d'émotion partagée sur le salon "Génocide : vision chrétienne – vision maçonnique"
Autour du thème :
Chapitre 2 : Où la passivité maçonnique, après avoir aidé à remplir les stalags, donne un coup de main aux goulags.
J'espère que nous passerons d'excellent moments ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
Valtortiste91



Masculin Messages : 4991
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Lun 17 Sep 2007, 18:06

Cher Chibo, Cher Luc

Savez-vous quel est le onzième commandement ?

Citation :
"De ton intelligence tu te serviras
Et pour cela maçon ne deviendras"
(je m'excuse je n'ai pas réussi à trouver la référence : j'ai des lacunes)
Amitiés

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
Mouche-Du-Coche



Messages : 1325
Inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Lun 17 Sep 2007, 19:04

Valto, tu es trop féroce
Revenir en haut Aller en bas
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Lun 17 Sep 2007, 19:11

Tout ce qui est excessif est insignifiant.

Vous êtes fatigant, et c'est vrai que vos délires démotivent le dialogue. Comment discuter avec quelqu'un qui ne cesse de vous insulter? Surtout si de plus on met un point d'honneur à rester courtois et ne pas verser dans les insanités?

Je jette l'éponge, continuez tout seul si ça vous amuse.
Revenir en haut Aller en bas
Mouche-Du-Coche



Messages : 1325
Inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Lun 17 Sep 2007, 19:13

Mais reste, Luc, je disais 'féroce dans l'humour'
reste, quoi
On a plus Zeus et Copernic, SNIF


Dernière édition par le Lun 17 Sep 2007, 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Valtortiste91



Masculin Messages : 4991
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Lun 17 Sep 2007, 19:13

Luc a écrit:
Je jette l'éponge, continuez tout seul si ça vous amuse.
Pour passer l'éponge, c'est sur l'autre file.
Garder-là pour effacer certaines scènes de votre mémoire.
Intéressant, Non ? on parle de la Franc-maçonnerie.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
Valtortiste91



Masculin Messages : 4991
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Lun 17 Sep 2007, 19:22

Mouche-Du-Coche a écrit:
Mais reste, Luc, je disais 'féroce dans l'humour'
reste, quoi
On a plus Zeus et Copernic, SNIF
J'accuse réception de tes messages que tu m'a adressé et des mains tendues que tu as eu plusieurs fois envers les "frères" chaque fois qu'ils s'enfonçaient.
Blessure d'amour-propre n'est pas mortelle, seulement pédagogique.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Lun 17 Sep 2007, 19:28

Personne ne s'enfonce, sauf vous. Vous suintez tellement la haine la plus basse que vous en devenez caricatural. Je n'ai plus rien à vous dire.
Revenir en haut Aller en bas
Valtortiste91



Masculin Messages : 4991
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Lun 17 Sep 2007, 19:31

Luc a écrit:
Je n'ai plus rien à vous dire.
Déjà !!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
chiboleth



Messages : 1661
Inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Lun 17 Sep 2007, 20:41

Comme Valto semble vraiment avoir une machoire d'âne :

Le PAPE JEAN PAUL II a, lui aussi, un passé intéressant et digne d'être mentionné.

William Cooper qui a travaillé douze ans pour la "Naval Intelligence" (service secret de la Navy) écrit dans son livre "Behold a Pale Horse" qu'il aurait travaillé pendant la Deuxième Guerre en Allemagne pour I.G. Farben à la production du gaz pour les chambres à gaz des camps de concentration. A la fin de la guerre, de peur d'être exécuté pour avoir collaboré à des crimes de guerre, il se serait enfui en Pologne sous la protection de l'Église catholique. Il y serait resté et aurait eu une carrière semblable à celle d'Eisenhower, si ce n'est que cela dura un peu plus longtemps avant qu'il ne soit élu cardinal Wojtyla et qu'il ne devienne pape.
Il remercia aussitôt ses amis en levant le 27 novembre 1983 l'excommunication de tous les francs-maçons, notifiée dans le "Codex Iuris Canonici". Le pape actuel connaît intimement le langage secret franc-maçonnique, la "poignée de main des francs-maçons" (une pression de la main particulière qui permet aux initiés de se reconnaître entre eux) mais aussi son discours lors d'une audience le 15 septembre 1982 en sont des preuves "manifestes": A propos de la mort du président libanais Gemayel, il parlait de Jérusalem, la ville de Dieu. Il dit mot à mot: "Jérusalem peut devenir aussi "la cité de l'homme" (City of man)." La "cité de l'homme" est un mot clé des Illuminati pour la dictature mondiale.
Le 18 avril 1983, le pape reçut toute la "COMMISSION TRILATÉRALE", c.-à-d. environ 200 personnes, pour une audience.
Cette organisation secrète fut fondée en juin 1973 par David Rockefeller et Zbigniew Brzezinski puisque les les organisations établies, comme l'ONU ou d'autres, mettaient trop de temps à instaurer le "gouvernement mondial". La commission trilatérale, organisation élitaire, a pour but de réunir en un seul groupement les géants les plus éminents de l'industrie et de l'économie, donc des nations trilatérales - des États-Unis, du Japon et de l'Europe de l'Ouest - pour créer en force et une fois pour toutes le "Nouvel Ordre mondial". Elle offre à l'élite venant d'horizons divers de la franc-maçonnerie la possibilité d'une collaboration secrète à l'échelle mondiale. Elle doit aussi permettre aux "Bilderberger" d'élargir leur influence en leur donnant une base politique plus large. La plupart des membres européens ont, depuis longtemps, des contacts avec les Rockefeller. La commission trilatérale se compose de 200 membres environ qui sont, contrairement aux membres des Bilderberger, permanents.
Vous pouvez bien imaginer que le PAPE JEAN PAUL II n'a pas invité tous ces gens pour une tasse de thé.

Un autre membre intéressant du "Comitédes 300" fut Joseph Retinger (Ratzinger?). La CIA lui apporta son soutien après la guerre afin qu'il puisse conclure des contrats avec le Vatican. Il gagna, entre autres, à sa cause le Dr Luigi Gedda, conseiller médical et dirigeant des activités catholiques. Grace à lui, il réussit à consolider ses relations avec le pape Paul VI qui avait déja collaboré auparavant avec l'OSS (Office of Strategic Services = Bureau des services stratégiques), organisation qui allait devenir, plus tard, la CIA. Retinger rencontra aussi le prince Bernhard des Pays-Bas, le Premier ministre italien, Sir Collin Grubbin, directeur de la SOE (Special Operations Executive, service secret britannique) et le directeur de la CIA, le général Walter Bedell.
Le PRINCE BERNHAR était chez les SS avant la guerre et obtint, ensuite, un emploi à la I.G. Farben. Par la suite, son mariage le lia à la maison Orange-Nassau et il occupa un poste dans la compagnie Shell Oil. Le petit groupe de personnes citées ci-dessus se rencontra en mai 1954 à l'hôtel "De Bilderberg" à Oosterbeek, en Hollande, ce fut le noyau du groupe qui devait être connu, plus tard, sous le nom de "Bilderberger". Le prince Bernhard des Pays-Bas, membre du Comité des 300, fut le premier directeur des "Bilderberger" (voir ci-après).
Le cardinal Spellman fut une des personnes de la CIA qui eut une influence importante dans l'Église catholique. Spellman soutint, entre autres, la CIA lorsque celle-ci renversa la démocratie au Guatemala en 1954. Ce fut lui aussi qui introduisit le père Paul Marcinkus de Chicago auprès du pape. En 1971, Marcinkus devint archevêque et chef de la BANQUE DU VATICAN. Il développa aussi d'étroites relations avec Michele Sindona, membre de la loge franc-maçonnique P2, et avec Roberto Calvi. Le grand maître de la loge P2 était Licio Gelli. Calvi, chef de la BANQUE D'AMBROSIANO fut mêlé, plus tard, au grand scandale de cette banque. En 1982, on trouva son corps suspendu au pont Blackfriars à Londres. En janvier 1966, le magazine "Look" publiait cet article:
"Comment les Juifs réussirent à modifier la pensée de l'Église catholique". On y décrit avec force détails les négociations secrètes entre la loge juive B'NAI B'RITH et le cardinal Bea, représentant de l'Église catholique. Le Vatican est probablement la plus riche organisation du monde. Une grande partie de son capital se trouve dans les banques Rothschild. Il ne fait aucun doute que le Vatican fut repris au cours des années par le "Comité des 300", ce qui explique les fréquentes visites de Bush, Gorbatchev et autres chefs d'État chez le pape.

http://www.webd.org/fr/services/forums/message.asp?id=29030&msgid=3795903&poster=0&ok=0


Dernière édition par le Lun 17 Sep 2007, 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Valtortiste91



Masculin Messages : 4991
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Lun 17 Sep 2007, 20:57

chiboleth a écrit:
Comme Valto semble vraiment avoir une machoire d'âne :
Tu te trompes de file : ce post est à transférer sur la file "Génocide - Vivsion chrétienne - Vision maçonnique"
Ici, on est là pour rigoler : c'est toi qui l'a dit.
Exemple
----------------------------
Cher Chibo, Cher Luc (un cher disparu)

Savez-vous quel est le onzième commandement ?

Citation :
"De ton intelligence tu te serviras
Et pour cela maçon ne deviendras"
(je m'excuse je n'ai pas réussi à trouver la référence : j'ai des lacunes)
Amitiés

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
chiboleth



Messages : 1661
Inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Lun 17 Sep 2007, 21:00

Pas si vite j'ai pas cité mes sources :

http://www.webd.org/fr/services/forums/message.asp?id=29030&msgid=3795903&poster=0&ok=0
Revenir en haut Aller en bas
Valtortiste91



Masculin Messages : 4991
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Lun 17 Sep 2007, 21:03

chiboleth a écrit:
Pas si vite j'ai pas cité mes sources :
Ah bon ! Mais je n'ai pas vu en quoi c'était drôle !
Sans forfanterie (je ne suis pas maçon) je préfère celle-là :
--------------------
Cher Chibo, Cher Luc (ce cher disparu)

Après l'émotion que vous ont procurés les retrouvailles de vos liens consanguins avec Frère Omar Bongo et Frère Bush

Je vous propose encore un autre instant d'émotion partagée sur le salon "Génocide : vision chrétienne – vision maçonnique"
Autour du thème :
Chapitre 2 : Où la passivité maçonnique, après avoir aidé à remplir les stalags, donne un coup de main aux goulags.
J'espère que nous passerons d'excellent moments ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
chiboleth



Messages : 1661
Inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Mar 18 Sep 2007, 00:14

.../...
Revenir en haut Aller en bas
Valtortiste91



Masculin Messages : 4991
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Mar 18 Sep 2007, 12:10

chiboleth a écrit:
.../...
???
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
chiboleth



Messages : 1661
Inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Mar 18 Sep 2007, 14:04

Valtortiste91 a écrit:
chiboleth a écrit:
.../...
???

.../...
Revenir en haut Aller en bas
Valtortiste91



Masculin Messages : 4991
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Mer 19 Sep 2007, 08:44

chiboleth a écrit:
Valtortiste91 a écrit:
chiboleth a écrit:
.../...
???

.../...
Ah bon !
Tant que çà n'est pas nln
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
chiboleth



Messages : 1661
Inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Mer 19 Sep 2007, 10:37

L'ancien évêque du Guatemala dévoile les liens entre les Jésuites, l'église catholique et le Nouvel Ordre Mondial...
L'ancien évêque du Guatemala dénonce le contrôle des Jésuites et du Vatican sur le Nouvel Ordre Mondial. Selon l'ancien évêque Gérard Bouffard, le chef des Jésuites, Peter Hans Kolvenbach, donne l'ordre de marche au Pape. Il appuie dès lors les accusations faites par Alberto Rivera sur l'ordre sinistre des Jésuites.

L'ancien évêque du Guatemala, Gerard Bouffard, a affirmé que le Vatican est "celui qui contrôle en réalité spirituellement" les Illuminati et le Nouvel Ordre Mondial. Dans le même temps, les Jésuites, à travers le Pape noir, Peter Hans Kolvenbach, contrôlent la hiérarchie du Vatican et l'église catholique romaine.

L'évêque Bouffard, qui a quitté l'église catholique et est maintenant un chrétien né de nouveau vivant au Canada, a basé sa conclusion après avoir travaillé six ans comme prêtre du Vatican, assigné à la correspondance sensible entre le Pape et les dirigeants de l'ordre des Jésuites résidant à Borgo Santo Spirito, près de la place Saint Pierre.

"En effet, l'homme connu sous le nom de Pape noir contrôle toutes les décisions majeures faites par le Pape et contrôle alternativement les Illuminati," a déclaré l'évêque Bouffard la semaine dernière dans l'émission de greg Szymanski, le journal d'investigation, sur la radio GCNLive.com où les archives de ses déclarations saisissantes peuvent être entendues dans leur intégralité.

"Je sais que ceci est vrai depuis que j'ai travaillé des années au Vatican et voyagé avec le Pape Jean-Paul II. Le Pape prend ses ordres de marche du Pape noir. Les Jésuites sont en définitive les véritables dirigeants du Nouvel Ordre Mondial, avec des opérations d'infiltration d'autres religions et gouvernements du monde dans le but d'apporter un gouvernement fasciste mondial et une religion mondiale basée sur le satanisme et la religion Luciférienne.

"Personne n'imagine à quel point les dégats qu'ils causent et vont encore causer sont diaboliques, alors qu'ils agissent sous une couverture parfaite qui les fait apparaître comme des hommes de Dieu."

Les révélations de première main de l'évêque Bouffard sur ce danger diabolique au sein de la hiérarchie du Vatican et particulièrement dans l'ordre des Jésuites confirme le témoignage d'autres chercheurs, comme Bill Hughes, auteur du livre "Secret Terrorists", ainsi que le spécialiste de l'ordre Jésuite, Eric Jon Phelps, auteur de "Vatican assassins".

L'évêque Bouffard affirme que le pouvoir occulte des Jésuites s'étend à travers le monde, incluant une solide infiltration du gouvernement fédéral des Etats-Unis d'Amérique, du Conseil des Relations Etrangères (CFR) et des organisations religieuses majeures. Selon l'évêque Bouffard, les Jésuites agissent comme les caméléons, prenant l'identité des Protestants, des Mormons, des Baptistes et des Juifs, dans l'intention d'amener la déchéance de l'Amérique en dirigeant le pays grâce à une religion mondiale basée à Jérusalem.

"Le Vatican contrôle et dirige tout en Israël dans l'intention de détruire les Juifs", continue l'évêque Bouffard. Le véritable objectif de l'ordre des Jésuites serait d'amener tous les dirigeants du monde dans un conflit mondial majeur qui détruira au final l'Amérique, le Proche-Orient et Israël. "Ils détruisent tout de l'intérieur et veulent amener la destruction de l'église catholique, dans le but d'y introduire une religion mondiale basée sur le Satanisme. Cela peut d'ailleurs se voir dans les paroles de la messe, qui exaltent la mort, ainsi que dans les symboles qui ornent les églises, relevant typiquement du satanisme."

Après son service à Rome, l'évêque Bouffard servit en Afrique et au Guatemala, s'élevant à une position de pouvoir au sein de l'église. Peu importe comment, avec ce pouvoir religieux est venue l'affiliation à la franc-maçonnerie, dans laquelle il devint membre du trente septième degré, pratique en apparence réprouvée par l'église catholique romaine. En droit canonique, un membre de loge maçonnique est immédiatement excommunié. Mais selon l'évêque Bouffard, la Franc-maçonnerie est utilisée par l'église pour exécuter ses desseins secrets. Des prêtres de haut rang, des évêques, des cardinaux et même des papes auraient rejoint des sociétés secrètes.(...)

Ses déclarations éclairent d'un jour nouveau des rapports qui furent publiés dans des journaux italiens et français au début des années 1980: plus de 150 prêtres hauts placés avaient été dévoilés comme membres de la Franc-maçonnerie, dont la fameuse loge maçonnique P2, et d'autres sociétés secrètes.

"Je suis finalement né de nouveau et j'ai dénoncé l'église catholique", raconte l'évêque Bouffard, qui est maintenant un chrétien vivant selon la Parole de Dieu, la Bible. "Nous devons toujours prier pour nos bergers en dénonçant ouvertement le Diable et en exposant les Jésuites pour ce qu'ils sont réellement." (...)

http://www.blogdei.com/index.php/2006/10/05/22-la-confession-numero-16
Revenir en haut Aller en bas
Valtortiste91



Masculin Messages : 4991
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Mer 19 Sep 2007, 11:27

Oh ! Mon Dieu ! C'est horrible : çà fait peur !
c'est fou ce que le monde est terrifiant !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
Mouche-Du-Coche



Messages : 1325
Inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Mer 19 Sep 2007, 11:32

Mais non, rassure-toi, Valto : tu n'as pas vu le titre de cette discussion ? Frère chiboleth est parfaitement dans le sujet !
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Louis B



Masculin Messages : 1319
Inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Mer 19 Sep 2007, 11:37

Heureusement qu'on est dans le fil "histoire d'en rire" !!!
Revenir en haut Aller en bas
chiboleth



Messages : 1661
Inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Mer 19 Sep 2007, 14:33

Jean-Louis B a écrit:
Heureusement qu'on est dans le fil "histoire d'en rire" !!!

Par contre là je ne sais pas s'il faut en rire ou en pleurer :


par Vivre Au Présent
Tout homme qui réfléchit à l’évolution de l’univers ou sa propre destinée est engagée, devrait comprendre qu’il est pris dans une lutte gigantesque, planétaire, ou le vainqueur sera ou bien les maîtres du profit réglé par l’ordre ou le désordre établi, ou bien les chefs des esclaves révoltés pour arracher et rétablir par leur dignité d’hommes que le besoin contraint de travailler mais libre de fixer par leur libre consentement les justes conditions de leur travail. Ces propos que l’on attribuerait volontiers à un disciple de Marx ont été écrit en réalité en 1972 par une espèce d’ecclésiastique en voie de disparition. Auteur de la préface du Secret des guerres ou la genèse de l’agression, un ouvrage d’Albert Norden, historien communiste de l’ex R.D.A., l’abbé jean Boulier, ancien professeur à la faculté catholique de droit de Paris, était un religieux catholique qui s’interrogeait sur une hypothétique filiation entre le message originel de l’évangile et les doctrines d’émancipation populaire. Dépeignant sans complaisance les horreurs du rêve américain et le marché aux esclaves de l’Europe de la liberté, paraphrasant jean Jaurès qui clamait que le capitalisme porte la guerre en nuées, il identifiait la culpabilité systématique du grand capital derrière tous les conflits d’un siècle hanté par les guerres et quelques uns des pires génocides de l’histoire de l’homme. Jean Boulier avait été formé à l’école des jésuites, un ordre partisan de la théologie de la libération que ses détracteurs accusaient de relayer la subversion marxiste au sein de l’église. Ses adversaires conservateurs ne reculèrent devant aucunes compromissions pour s’emparer du gouvernement de l’église, aussi malsaines fussent elles, reprenant l’avantage et terrassant la dissidence.
L’organisation internationale catholique responsable de ce retour de l’ordre moral s’appelle l’Opus Deï, devenu un instrument de contrôle des églises locales au service du pouvoir temporel du Vatican.
Un destin qui n’est pas sans rappeler celui d’une autre secte qui régna par la terreur religieuse sur l’Espagne du XVIeme siècle, avant d’imposer son fanatisme dans l’église universelle : l’inquisition. L’abbé jean Boulier écrivait, qui ne comprend le passé ne peut saisir le présent. Nous sommes tentés d’y ajouter les fameux mots de Voltaire, plus l’homme sera éclairé plus il sera libre, en espérant qu’un jour l’être humain se réveille et parvienne, définitivement, à écraser l’infâme.

Nous vivons une époque où un déluge d’informations ne génère paradoxalement qu’une ignorance et un obscurantisme croissant, soigneusement entretenus par des médias sous contrôle. De plus en plus de citoyens quand ils ne cultivent pas une indifférence satisfaite s’adonnent à un ésotérisme de pacotille, aux tables qui tournent et à la lecture de Voici. Le combat commencé il y a plus de deux siècles entre ceux qui ne reconnaissent que la propriété comme premier droit des hommes contre ceux qui y privilégie le droit à l’existence prend à l’aube du troisième millénaire une configuration inquiétante, le clergé retrouvant peu à peu auprès du grand capital le rôle de bras séculier qu’il avait du temps de la monarchie.

Une situation qui n’est pas le fruit d’une évolution logique et saine de nos société contemporaines, mais bel et bien une vaste campagne de désinformation, coups tordus et autres opérations spéciales orchestrés autant par le Vatican, l’Opus Deï, Communion et libération que par les services secrets occidentaux sous l’égide de la CIA, ainsi que leur double obscur : la Mafia (terme désignant autant le syndicat américain que Cosa Nostra sicilienne).

L’un des plus illustres parrains de Chicago, Sam Giancana, chef incontesté jusqu’en 1975 et auxiliaire de la CIA, qui fut tout de même reçu en audience privée par le pape Paul VI en 1968, révélait que les prêtres lui rappelaient le quartier comme il était autrefois. Dans le personnel du diocèse, il y a des gars de Chicago qui d’après Strich (cardinal de cette mégapole) vont arriver au sommet... jusqu’au Vatican. Strich est ambitieux. Et l’église est comme tous les autres trafics politiques. Il y a un racket derrière chaque autel quand c’est un type comme Strich qui mène la danse, ou comme il dit qui fait l’oeuvre de Dieu. Sam Giancana qui fut l’un des instigateurs de la débâcle de la baie des cochons et vraisemblablement celui du meurtre de John et Bobby Kennedy, ainsi que de Marylin Monroe (quoi qu’en dise la légende) utilisait des prêtres catholiques pour ses transferts de fonds internationaux dans une énorme affaire de blanchissement d’argent qui fournissait des liquidités au Vatican. L’un des gars de Chicago au sein du personnel du diocèse auquel le parrain faisait allusion n’était autre que Paul Marcinkus, originaire de Cicero dans la banlieue de la ville, ancien fief du légendaire al Capone.
En 1952, sur recommandation de Strich et du cardinal Spellman, Marcinkus obtient un poste au Vatican, suivant ses études à l’ENA du saint siège, l’académie pontificale. Il fera un stage à la Continental Illinois Bank en 1959, après avoir été nonce apostolique en Bolivie et au Canada, pour revenir à Rome un peu plus puissant. C’est l’époque où Castro, après avoir été aidé par les américains passe dans le camps soviétique. L’Amérique latine est à deux doigts de basculer dans la révolution, les curés de base évangélisant les loubards ou prenant le maquis, comme en Colombie, contre les impérialistes yankees. Le concile Vatican II parle d’ouverture ou d’oecuménisme.

Un vent de panique souffle sur Washington, la CIA assistée du SIFAR (contre espionnage militaire italien) posant des micros dans le bureau et les appartements du pape pour contrôler l’église romaine. C’est de cette manière que l’agence d’espionnage américaine parviendra à être informé de l’état de santé précaire du pape Jean XXIII, influant ainsi sur le choix du successeur élu par un conclave.

Protégé par quatre anticommunistes virulents, le cardinal Spellman, David Kennedy, le directeur de la continental Illinois bank qui deviendra secrétaire au trésor sous Nixon, John B. Connaly, gouverneur du Texas et futur ministre des finances du même Nixon, John Sheen, archevêque de Newport, ainsi que le secrétaire d’état du Vatican, Dell’acqua, Marcinkus se retrouvera chef de la sécurité du nouveau pape Paul VI. Il est nommé secrétaire général de la banque du Vatican le 6 janvier 1969.

Ses méthodes se révéleront d’emblée peu catholiques. Selon une équipe d’enquêteurs spécialistes de la Mafia américaine, Marcinkus a été mêlé à une falsification de titres et d’obligations des sociétés Pan American, Chrysler, American Telephon & Telegraph. On cite à ce propos le nom du ministre des finances de Nixon, Connaly. Une enquête interrompue à la demande du président américain qui dira : cette affaire est montée pour éliminer mes plus fidèles collaborateurs dans notre combat contre le communisme international. Marcinkus devenu secrétaire général de la banque du Vatican, c’était la première fois qu’un américain occupait un poste aussi élevé dans la hiérarchie. Au sommet de sa carrière, il allait être accusé de blanchissement d’argent dans le cadre du scandale de la banque Ambriosiano mêlant le Vatican, le syndicat américain, Cosa Nostra sicilienne aux services secrets et à une loge maçonnique dévoyée, la loge P2. Il fut aussi soupçonné d’avoir trempé dans la liquidation du pape Jean Paul Ier en 1978, après seulement vingt cinq jours de règne. Le cardinal Albino Luciani, Jean Paul Ier de son nom de scène, sera découvert mort dans son lit par une bonne soeur le matin du 28 septembre 1978. Affolée, elle appelle le chef du service de sécurité qui reste enfermé dans la chambre, seul, pendant une demi heure. Lorsqu’il en ressort pour prévenir un médecin et le secrétaire d’état, il n’y a plus un papier sur le bureau du défunt pape. Malgré cette mort suspecte, le cardinal Luciani ne souffrant pas de maladie, il, ne sera ordonné aucune autopsie.

Les liaisons entre la CIA et le saint siège remontent à l’appel de Pie XII à la guerre sainte contre le communisme. Personne, disait le pape, ne peut être un bon catholique et en même temps un vrai socialiste . En aucun cas, le socialisme ne peut se concilier avec la confession du catholicisme. Les américains s’engagèrent a encourager cette nouvelle croisade. Un accord, dit plan X fut même signé entre le saint siège et le département d’état.

Désignée depuis le début de la guerre froide sous le terme générique d’église du silence, diverses opérations des services secrets occidentaux furent ainsi menées sous couvert de l’église catholique. Incluant un gigantesque complot européen anticommuniste orchestré par la CIA (associée à la Mafia et à l’extrême droite) de l’immédiat après guerre aux années contemporaines qui sera révélé par Guilio Andreotti, en 1991 : le Glaciaux ou Glaive et les réseaux Stay behind. Aucun responsable français n’a officiellement confirmé l’existence de ces réseaux qui étaient encore très récemment implantés dans toute l’Europe. Crées par Henri Ribière, le patron socialiste du SDECE (service d’espionnage français), en liaison avec les américains au début de la guerre froide, on y trouera autant Jacques Foccart que François De Grossouvre (alias monsieur Leduc ) qui dirigera ce groupe à l’échelle nationale après avoir été chef de section pour le Lyonnais. Plus grave, le SDECE embauchera les services d’anciens responsables de la collaboration tels René Bousquet (qui fournira le fichier anticommuniste de l’occupation) ainsi que Paul Touvier qui malgré ses crimes sera protégé par une partie de la hiérarchie catholique.

Au mépris de la vérité et du sens de l’histoire, les gouvernants français qui se sont succédés ont préféré, à ce sujet, faire baigner leur peuple en pleine ignorance et confusion bêtifiante. On comprend mieux, dès lors, pourquoi ils ont pu bénéficier d’une telle impunité jusqu’à leurs morts. On a appris tout récemment que le Glaciaux, réactivé depuis environ un an en Europe, se consacrerait au renseignement et à la lutte contre la menace terroriste découlant de l’immigration.

Les rapports entre les différents pouvoirs temporels en Italie depuis la fin de la seconde guerre mondiale, pour qui veut comprendre l’évolution et les causes du retour de l’ordre moral, sont à cet égard significatifs. Le Vatican s’est toujours opposé au pouvoir républicain, imposant une présence quasi hégémonique à Rome depuis près de dix sept siècles. En 1870, bien que le nouveau parlement italien assure au pape un traitement annuel et l’extratèrritorialité de ses palais, ce dernier refusait de reconnaître le nouvel état, allant jusqu’à publier un document interdisant aux catholiques de participer aux élections, qu’ils soient candidats ou électeurs. Il faudra attendre 1912 pour que les catholiques italiens soient autorisés sous certaines conditions à participer à la vie politique. Benito Mussolini constitua son premier gouvernement en 1922 grâce à l’appui de ministres du parti populaire créé en 1919, le parti catholique, ainsi que sur intervention directe du pape. Pie XI puis Pie XII comprenant que le fascisme était le meilleur rempart contre le mouvement communiste international, particulièrement bien implanté en Italie, conduiront à la signature des accords de Latran qui mit un terme à la dispute état-église.

Le fascisme vaincu, les communistes furent les premiers à se doter après guerre d’une structure et d’un réseau national qui allaient leur permettre être partout et de prendre en main un pays en grande partie détruit. La base de la première république était l’antifascisme. Le pape s’apercevant que le vide laissé par le fascisme était une chance unique incita les catholiques à créer la démocratie chrétienne, victorieuse de l’union de la gauche en 1948.

Une longue ère de stagnation anticommuniste s’ensuivit, les évêques et les curés dispersés dans toute la péninsule parvenant à verrouiller la société italienne jusque dans les plus petits détails. C’est l’âge d’or de l’église catholique italienne. Les prêtres sont soutenus financièrement par le budget de l’état italien, tandis que le Vatican ne paie pas d’impôts sur ses biens innombrables qu’il possède en dehors des murs. Ses liens privilégiés avec la démocratie chrétienne lui permettent d’intervenir même auprès des préfets de la république afin qu’ils interdisent les maillots de bain trop déshabillés sur les plages italiennes. Tout le monde se sent espionné par le Vatican lorsque l’on découvre que le SIFAR (contre espionnage militaire de la république italienne) surveille même des leaders démocrates chrétiens dans le but de ficher leurs éventuelles escapades extra conjugales. Une opération orchestrée par le cardinal Siri, un ultra de la préservation de la foi catholique et de la guerre froide. La confusion est presque totale entre le pouvoir religieux et le pouvoir temporel.

Elle mènera à l’apparition d’une contestation timide lorsque les jeunes catholiques s’aperçoivent que la réalité de la présence de l’église a peu de chose en commun avec le message de l’évangile. Des prêtres ouvriers aux différents groupe d’opposition intérieure qualifiés de catho-communistes, la contestation n’épargnera pas la hiérarchie, conduisant les plus extrémistes de ces catholiques à prendre part à la création des premiers groupes contestataires étudiants puis à la formation de groupes armés, notamment des Brigades rouges à Milan, en 1970.

De plus, l’Italie sur le plan religieux est coupée en deux. Dans le nord, la dimension idéologique reste importante et la démocratie chrétienne, ainsi que les différentes associations catholiques y sont bien implantées, assurant à leurs membres une appartenance à un milieu catholique qui prend en charge tous les aspects de la vie. Cette vision totalitaire, théocratique de la société qui offre une sécurité matérielle, psychologique, et intellectuelle assure à l’église de beaux jours.

Dans le sud, en revanche, la présence de l’église est presque de type féodal. L’église catholique, comme les autres pouvoirs, est restée clientélisme, conditionnée par l’esprit de clocher et le désir d’entretenir une religiosité traditionnelle. Le morcellement du pouvoir religieux de l’église favorisa les infiltrations de la Mafia, toujours prête à se mettre sous la protection des puissants, peu importe que leur pouvoir soit politique ou religieux, social ou économique. Le silence complice de la plupart des responsables religieux du nord comme du sud face à la corruption généralisée au sein même de la démocratie chrétienne ; le parti catholique, explique pourquoi de nombreux fidèles habitués à confondre appartenance politique et obédience religieuse ont finalement rejeté l’une et l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Mouche-Du-Coche



Messages : 1325
Inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Mer 19 Sep 2007, 15:07

POUR CONTINUER DANS L'ECLAT DE RIRE ,
VOICI LA SUITE,
dans le plus pur style Roman Policier



Le krach de la banque Ambriosiano est l’une des affaires qui illustre le mieux la dégénérescence du pouvoir des plus hautes autorités catholiques. Nous avons vu que Sam Giancana et le syndicat utilisèrent l’église dans les années soixante pour convoyer des millions de dollars. Un magot qui arrivait à la Continental Illinois (ou Marcinkus fit un stage en 1959), une banque qui possédait des gros intérêts au sein de la Finibank, établissement bancaire suisse dont le Vatican était partiellement propriétaire et que contrôlait le financier Michelle Sindona, grand argentier de la Mafia américaine et sicilienne, dont la famille Gambino.

Une partie de l’argent était convertie en obligations puis transférée à la Finibank ou dans un autre établissement bancaire européen contrôlé par Sindona tandis que le reste des fonds était placé dans des banques d’Amérique centrale ou du sud, comme Panama, transitant ensuite par la banque du Vatican à Rome, puis à la Finibank en Suisse pour arriver dans les mains de Sindona ou d’un prêtre dont l’influence grandissait : Mgr Marcinkus. Michelle Sindona, ancien président des jeunesses catholiques siciliennes, fut recommandé au début de sa carrière au cardinal Battista Montini, alors secrétaire d’état au Vatican et plus tard connu sous le nom de Paul VI. Il fut aussi en contact avec l’incomparable spécialiste du marché noir, affilié à la Mafia américaine dans son exil doré en Italie, Vito Genovése. Il devint le banquier attitré du saint siège sous Paul VI avec le contrôle total de ses investissements à l’étranger pour le compte de la banque du Vatican, l’IOR, instituto per l’opere di religione, l’institut pour les oeuvres religieuses.

Contrôlant la bourse de Milan, il avait une telle capacité d’intervention dans les finances du pays que le premier ministre Guilio Andreotti l’appela un jour le sauveur de la lire. Le banquier que le magazine Times présentait en couverture en 1973 comme l’homme le plus important d’Italie après Mussolini et pour lequel l’Italie, les Etats unis et le Vatican avait claqué plus de deux milliards de dollars, afin de lui sauver la mise, était membre d’une loge maçonnique de type écossais au même titre que les protecteurs et Marcinkus lui même, Spellman, Kennedy, Connaly et Sheen.

La CIA désireuse d’améliorer sa situation financière aurait employé ses circuits de blanchissement de fonds, l’agence utilisant déjà l’IOR pour subventionner des partis et des mouvements politiques européens. En 1972, Paul VI bombarde Marcinkus président de l’IOR, une promotion qui dérangeait l’Opus Deï mais avec laquelle l’organisation catholique du composer une fois arrivée au pouvoir, en 1978, après l’élection de Jean Paul II. Marcinkus avait trop de dossiers, il savait trop de secrets, on ne pouvait pas le congédier sans risque.

L’Oeuvre de Dieu, née en Espagne avant la guerre civile avait soutenu Franco et proliférait dans les régimes les plus autoritaires d’Amérique latine, réussissant à s’imposer en plaçant des hommes clefs aux postes importants de la curie romaine. Au Vatican, les secrétaires d’état changent mais l’appareil reste. Le substitut du secrétaire d’état est le véritable personnage capital. Le cardinal Baggio, sorte de ministre de l’intérieur, le cardinal Samore qui dirige les archives secrètes sont membres de l’Opus Deï, ainsi que le nouveau substitut du secrétaire d’état, Mgr Martinez Somalo, l’un des chefs de l’organisation.

Le capital propre de l’IOR, sans compter les 800 milliards de lires qui correspondent aux dépôts des congrégations et des ordres religieux se chiffrait à 55 milliards de nos francs au début des années 80. L’IOR participait, à l’époque au capital des banques Ambriosiano, Bafisud, Cisalpine, banque pour le commerce continental (qui a financé le coup d’état du Général Pinochet), Rothschild, Hambro’s, Chase Manhattan, Morgan, Bakers trust et les sociétés General Motors, Shell, RCA, ITT... Plus de 25 tonnes d’or étaient déposés à Fort Knox aux Etats unis. Lorsque Jean Paul II accède au pontificat, il sait que Marcinkus et Roberto Calvi (président de la banque Ambrosien) ont fait parvenir en Pologne plus de quarante millions de dollars pour aider l’église et Solidarnosc. Il le sait d’autant mieux que c’était à sa demande, au travers de l’église polonaise américaine.

En 1980, c’est l’escalade. L’IOR contrôle 16 % des actions de l’Ambrosiano quand cette dernière lance une série d’emprunts par l’intermédiaire de ses sociétés écrans : Bellatrix, Manic, Enin, Belrosa, Marbella... Garantis par Ambrosiano, ces emprunts internationaux transitent par l’IOR et rapportent de confortables bénéfices placés sur des prêts à court terme. Au bout du compte, ces sommes étaient destinées à acheter des hommes politiques et des groupes de presse. Le groupe Rizzoli, le plus important d’Italie passe doucement entre les mains de Mgr Marcinkus, Calvi et Gelli de la loge P2.
On raconte que l’affaire Rizzoli commença chez monsieur Dominique Fratoni, au casino du Ruhl à Nice. Les deux associés de l’ami de Jacques Médecin, mort en 1992 à Lugano, que la justice de leur pays tient pour des mafiosi, ont simplement plumé le patriarche Angelo Rizzoli. Il aurait perdu au jeu une quinzaine de milliards d’ancien francs et l’IOR lui aurait avancé plusieurs milliards de lire en échange de 80 % de son journal, le Corriere della Serra. L’affaire de la banque Ambrosiano ou scandale de l’IOR mit la lumière sur la complicité entre le Vatican, représenté par l’IOR de Mgr Marcinkus et Cosa Nostra, représenté par Michelle Sindona, le banquier de Dieu et de la Mafia.

Un système fonctionnant sous la houlette du grand vénérable Licio Gelli, également maçon de rite écossais et grand maître de la loge maçonnique la plus fermée du Monde : la loge P2. Sindona fut le trait d’union entre l’honorable société, la démocratie chrétienne, le saint siège et la banque Ambrosien de Roberto Calvi. La longue collaboration qui s’était instaurée entre ces différents acteurs avais permis à la démocratie chrétienne de Guilio Andreotti de recevoir régulièrement des financements occultes, à Cosa Nostra de blanchir d’importantes sommes d’argent et au Vatican de percevoir des pourcentages non négligeables.

Une affaire qui allait se terminer par au moins trois morts violentes, dont celle de Roberto Calvi, retrouvé pendu sous le pont des Blackfiars à Londres et celle de Michelle Sindona, empoisonné à la strychnine dans une prison italienne peu avant sa comparution devant les juges. Aujourd’hui, l’hypothèse la plus plausible de l’assassinat du banquier Calvi est celle d’un meurtre décidé par la Mafia de Toto Riina pour le punir de ne pas avoir rendu à temps une importante somme que l’organisation lui aurait prêté, lâché par Marcinkus. De la même façon que l’Opus Deï lâchera en 1981, après des années de collaboration, la loge propaganda Du, la loge P2, sinistre organisation de Liccio Gelli qui voulait imposer une solide dictature à l’Italie et à laquelle appartenaient militaires de haut grade, financiers, ministres, ainsi que des dirigeants de presse...

Durant plus d’une dizaine d’années, tous les chefs des services secrets italiens seront membres de la P2, la loge devenant une gigantesque machine à collecter et à distribuer l’argent, les faveurs et les protections parmi les plus grandes institutions d’Italie. Le Saint Siège perdant le contrôle de ses alliés, (qui s’apprêtaient à faire une ouverture à gauche en finançant le parti socialiste italien, un acte intolérable pour le Vatican qui avait des fonds en jeu dans cette affaire) organisa une fuite contrôlée de dossiers confidentiels sur la P2.

Il apparaîtra vite que Propaganda Du entretenait des liens étroits avec la Mafia et surtout avec le terrorisme d’extrême droite, responsable des attentats meurtriers de Milan, du train Italicus et surtout de la gare de Bologne. Quelques uns des épisodes les plus sanglants d’un complot de déstabilisation organisé par des extrémistes fascistes manipulés par les services secrets italiens, la stratégie de la tension. Marcinkus, à défaut être inquiété, sera nommé par Jean Paul II vice président du gouvernement papal sous les ordres directs de Baggio, le cardinal qui a facilité le coup d’état de l’Opus Deï à l’intérieur du Vatican.

Protégeant Jean Paul II comme il le faisait pour son prédécesseur, il devint également évêque titulaire d’Orta, un diocèse tunisien historique qui n’existe plus qu’a l’état de symbole depuis Saint Augustin. Une commission de contrôle de l’IOR composée de quinze cardinaux trouva un déficit de quatre vingt milliards de lires, Marcinkus fut remplacé par un membre de l’Opus Deï, Mgr Renato Dardozzi. L’ancien président sera renvoyé aux Etats unis à l’initiative de Jean Paul II pour éviter de comparaître devant les tribunaux de la péninsule, malgré un mandat d’arrêt international qui fut levé ultérieurement. Cette affaire ne semble pas avoir servi de leçon au Vatican puisque l’IOR a de nouveau été compromise, au début de 1994, dans le procès Enimont.

Le Saint Siège a reconnu que le fameux institut, l’IOR, a servi de relais pour le transfert à l’étranger de 93 milliards de lires, un maxi pot de vin payé à tous les partis politiques italiens pour s’assurer la mainmise sur la chimie italienne. Un scandale qui démontre que l’IOR, chargé de gérer l’argent du Vatican, continue à servir en toute discrétion de banque parallèle. La justice italienne a aussi ouvert une enquête sur les pots de vin versés à l’occasion de la restauration de la fameuse cathédrale de Monreale, d’une valeur de plusieurs milliards de lires, qui avaient directement profités au principal clan de Cosa Nostra, celui de Corléone que dirigeait Toto Riina actuellement en prison. Le secrétaire de l’archevêque, Mario Campisi, fut accusé d’avoir rendu de nombreux services à Léoluca Bagarella, le beau frère de Riina. Le successeur du patron du premier trust mondial de l’héroïne avait ainsi l’habitude de téléphoner et donc de diriger les activités de Cosa Nostra de l’intérieur même de l’archevêché en utilisant le téléphone personnel de Mgr Salvatore Cassica, évêque de Monnedo, qui fut par ailleurs mis en examen pour corruption et trafic d’influence.

Dès lors, on ne s’étonnera pas du bien fondé des accusations de magistrats de Torre Anunziata (province de Naples) qui, grâce à des témoignages de repentis recoupés par des indices matérielles et des écoutes téléphoniques, mettent en cause en 1995 le cardinal Ricardo Maria Carles, archevêque de Barcelone, dans un trafic d’armes, de pierres précieuses et, surtout, de cocaïne qui profiterait à la Mafia italienne. L’intéressé a évidemment démenti, ainsi que le ministre de l’intérieur espagnol et le porte parole de l’Opus Deï.

Cette organisation catholique est pourtant responsable de la création en Colombie d’un centre informatique installé par le saint siège, jouissant du statut d’extraterritorialité et dont le rôle est de ficher les activités politiques des religieux sud américains. Un certain nombre d’ecclésiastiques de ce continent séduits par un marxisme populaire s’opposant aux dictatures militaires auraient ainsi pu être facilement liquidés par des escadrons de la mort. Toutes les enquêtes approfondies menées par des journalistes sud américains réfutant la désinformation occidentale accusent les militaires d’extrême droite être les réelles bénéficiaires du trafic de drogues et, comme en Colombie, ceux de la stratégie de la tension (narco terrorisme) mise sur le dos de Pablo Escobar au début des années 90. Assistés de la CIA qui a pu s’ingérer un peu plus dans les affaires nationales des pays d’Amérique latine, ils réussirent à pervertir, corrompre et manipuler les guérillas marxistes ou nationalistes contrôlant de vastes territoires (M19, FARC en Colombie, Sentier Lumineux au Pérou... ).

L’Opus Deï a soutenu les Contras du Nicaragua en lutte contre les Sandinistes isolés, soutenu par des jésuites. On sait, depuis l’affaire de l’"Iran gâte" sous le règne de Ronald Reagan, a quel point la Contras a été impliquée dans le trafic de cocaïne avec la bénédiction de la CIA, au nom de la lutte anticommuniste. Les investigations des magistrats italiens, comme celle du juge Palermo au début des années 80 sur le troc armes-drogues, ont donc toutes les chances de passer aux oubliettes de l’histoire ou sous séquestre pour cinquante ans pour cause de raison d’état.

Ce bref survol d’un demi siècle de relations sulfureuses entre le Vatican et l’état italien démontre quels périls menacent la République française des lors que l’église se mêle des affaires de la nation.

Tu l'as dit, bouffi !

Chibo va-t-il oser mettre la 3eme partie ?
Revenir en haut Aller en bas
chiboleth



Messages : 1661
Inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Mer 19 Sep 2007, 15:20

Tout ça pour dire à Valto que quand on veut faire le procès d'une institution vaut mieux s'assurer avant qu'on a les fesses propres.

C'est bien la raison pour laquelle je n'ai jamais attaqué l'église sur ses actions profanes en distinguant toujours l'Eglise (communauté des fidèles) et l'église catholique (organisation humaine) qui n'est qu'une partie de l'Eglise.

Je ne conteste d'ailleurs pas l'existence de l'église ni les apports éminents qui furent les siens au cours de l'histoire. Simplement sa prétention à être au dessus de toutes les autres institutions (dont chrétiennes), à s'arroger le droit de les juger toutes, de s'exonérer du jugement du monde au prétexte d'être d'institution divine et de détenir seule la vérité.

Pour ma part je suis tout disposé à clore ce fil. Sous réserve que cessent les vômissures sur la FM, et sur nos institutions républicaines qui sont ce qu'elles sont sans être, et de loin, parfaites.
Revenir en haut Aller en bas
Valtortiste91



Masculin Messages : 4991
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Mer 19 Sep 2007, 16:02

chiboleth a écrit:
Tout ça pour dire à Valto que quand on veut faire le procès d'une institution vaut mieux s'assurer avant qu'on a les fesses propres.
[...]
Pour ma part je suis tout disposé à clore ce fil. Sous réserve que cessent les vômissures sur la FM, et sur nos institutions républicaines qui sont ce qu'elles sont sans être, et de loin, parfaites.
Le conseil anatomique de Chibo m'interpelle. Je vais y réfléchir profondément : les ai-je propres ?
C'est un façon toute maçonnique et républicaine d'aborder la "Vis comica" instaurée sur cette file par frère Chibo.
Quant à l'idée de clore cette file, je ne sais pas si on a intérêt à arrêter une file qui est un filon de rires et de larmes successives.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
Valtortiste91



Masculin Messages : 4991
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Mer 19 Sep 2007, 16:24

Allons les "Frères" : courage, vous finirez par l'avoir "la calotte"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
chiboleth



Messages : 1661
Inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Mer 19 Sep 2007, 16:30

Mouche-Du-Coche a écrit:
POUR CONTINUER DANS L'ECLAT DE RIRE ,
VOICI LA SUITE,
[color=darkblue][size=18]Tu l'as dit, bouffi !


Chibo va-t-il oser mettre la 3eme partie ?

Après vous monsignore.
Revenir en haut Aller en bas
Valtortiste91



Masculin Messages : 4991
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Mer 19 Sep 2007, 16:37

Mouche-Du-Coche a écrit:
POUR CONTINUER DANS L'ECLAT DE RIRE ,
VOICI LA SUITE,
Chibo va-t-il oser mettre la 3eme partie ?
Fais gaffe MDC, je ne suis pas sûr qu'on cultive un quelconque sens de l'humour chez les Francs Macs
Very Happy
D'ailleurs je me demande ce qu'on peut y cultiver.
Mais que je ne le sache pas est normal : j'appartiens à l'obscurantisme
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
chiboleth



Messages : 1661
Inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Jeu 20 Sep 2007, 16:15

Après l'argent les moeurs :

La vie sexuelle des papes


Par Seigneur Pierre d'Abbeville

Vous allez me dire que ma chronique de ce mois-ci derape legerement vers I'imagination et que je fais de la fiction par rapport a une realite qui n'a probablement jamais existe dans I'histoire de la papaute. Detrompez-vous car iI a ete prouve qu'a travers I'histoire personnelle de certains papes, quelque uns etaient reconnus pour avoir des epouses, des maitresses ou des II mignons ". Cet article, ainsi que d'autres qui suivront, va lever Ie voile sur la vie sexuelle de certains papes de qui se faisaient appeler, avec insistance, "... tres cher Saint-Pere ... ft.

Les premiers siecles de la chretiente

. II ne fait aucun doute que les premiers papes de la chretiente furent des saints et des personnes de bonne foi qui croyaient en leur mission divine. Neanmoins, les choses commencerent a se gater lorsque I'Eglise tente de s'associer a la classe dominante afin de s'extirper d'une position perilleuse comme aux temps des persecutions. Celle-ci influen.;:a grandement la decision de I'empereur de Rome et d'Orient, Constantin Ie Grand(277-337), de faire de la religion chretienne au 4ieme siecle, la religion de I'empire. C'est a partir de cette peri ode que I'on vit se succeder sur Ie trone de l'Apotre Saint Pierre, des hommes de moins en moins mystiques et davantage attires par les intrigues et Ie pouvoir politi que, la luxure, la corruption, Ie vice et la debauche sexuelle que par la modeste vie religieuse. L'occupation du Saint- iege devint un poste influent et tres lucratif qui revenait de droit aux grandes families aristocratiques de Rome et de I'empire qui se disputaient Ie pouvoir politique et economique. A titre d'exemple, Saint Anastasie 1er appartenait a la famiIle princiere des Massimi(son pontificat dura de 399 a 401) ; Saint Silvere(du 8 juin 536 au II novembre 537) etait Ie fils du pape Saint Hormidas(du 20 juillet 514 au 6 aout 523) et fut e1u pape par 1a volonte du sanguinaire Theodat, roi des Ostrogoths d'Italie. Vigile(du 29 mars 537 au 7juin 555), rempla9a Ie pape Saint Silvere grace a la complicite de.sa maitresse, I'imperatrice Theodora.

La periode de la fin du Raut Moven .A2:e(Sieme et 9ieme siecle)

C'est un pape aux mreurs corrompues, Leon III (du 26 decembre 795 au 12 juin 816) qui couronna a Rome au mois de decembre de l'an 800, l'empereur Charlemagne(742-814). Etant repute pour aimer la bonne chere, Ie vin et surtout les plaisirs charnels, Leon III echappa a une tentative d'assassinat complotee par deux pretres desireux de debarrasser Rome et l'Eglise de ce pape denature. Etienne IV(du 22 juin 816 au 24 janvier 817) ne fut pape que quelque mois, mais son successeur, Pascal 1er(du 25 janvier 817 au 11 fevrier 824) mena une vie de debauche qui, pendant 1es sept annees de son pontificat, fit de la ville sainte et du palais papal des lieux maudits OUIe libre cours sexuel etait donne a toutes formes de perversions inimaginables.

Venu a Rome pour se faire sacrer empereur, Lothaire(795-855), petit-fils de Charlemagne, fut scandalise par tout ce desordre et fit des remontrances tres severes a Pascal. Le saint-pere promit a Lothaire de reformer ses mreurs mais des que celui-ci eut Ie dos tourne, Pascal Ier emprisonna deux humbles pretres pour avoir denonce ces comportements pervers. Comme sentence exemplaire on leur arracha la langue et les yeux avant de les decapiter. Plus tard, Ie pontificat de Leon IV(du 10 avril 847 au 12 juillet 855) sembla etre au-dessus de tout soup90n jusqu'au jour OUcertains chroniqueurs de I'epoque affirmerent que Ie pontife avait installe dans sa pro pre maison un couvent de religieuses afin de s'adonner avec celles-ci a des plaisirs sexuels " tres torrides ".

La le2:ende de la papesse Jeanne

.C'est a partir de la fin de Ia papaute de Leon IV que naquit plusieurs 1egendes a connotations sexuelles qui fortifierent l'histoire de la pa~esse Jeanne. Ces legendes prirent racine a travers des faits veri diques, vers la fin du 9; mesiecle, la ou on assistait a une periode de flottement de I'exercice temporel et spirituel de la papaute. 11est tres peu probable qu'une femme ait succede a Leon IV sur Ie trane de I~ chretiente, vers I'an 856, comme Ie veut la legende qui prit naissance au milieu du 13'Omesiecle et racontee par l'entremise des chants des troubadours et des menestrels.

Celle-ci fut vraisemblablement inspiree par I'histoire malheureuse d'un pape devergonde du nom de Jean VIII (du 14 decembre 872 au 16 decembre 882). Jean VIII fut reconnu comme etant un pape debauche qui fut jete plusieurs fois en prison parce qu'il ne s'occupait pas de ses charges pontificales. Ce pape homosexuel, qui aimait les jeunes gar90ns, connut une fin tragique aux mains des membres de la famille de l'un de ses " mignons " qui, trouvant que Ie poison qu'ils lui avaient administre n'agissait pas assez vite, lui fracasserent Ie crane a coup de marteau. L'lIll de ses conspirateurs, I'eveque Formose alia aussi devenir pape neufans apres la mort de Jean VIII (du 6 octobre 891 au 4 avril 896) et connut une fin aussi tragi que que son predecesseur en etant etrangle par celui qui Ie rempla9a sur la chaire pontificale, c'est a dire Ie futur pape Etienne VI(du mois d'aout au mois de decembre 897) qui connu egalement une fm terrible en etant etrangle par la populace de Rome en de lire et cela, sans proces. D'autres sources mentionnent qu'au milieu du 9iemesiecle, un pretre anglais du nom de John, un homosexuel reconnu, avait gagne la faveur des cardinaux de Rome, a un point tel qu'il a failli etre elu pape a la mort de Leon IV en l'an 855. C'est probablement a la memoire de ce John aux allures tres effeminees, communement appele Jeanne par 1es intimes, que naquit la Iegende de la papesse qu'on disait d'origine anglaise. Les troubadours et les menestrels du 13iemesiecle ajouterent a cette histoire, en signe de derisions et de moqueries, que John aurait pu accouche d'un enfant Ie jour meme de son couronnement car rien dans son comportement sexuel n'indiquait "... qu'i! hait un homme ... fl. Ainsi fut fomente dans la confusion et par les esprits tordus la Iegende de la celebre papesse Jeanne.

Rome, ville du vice et de la debauche au lOieme siecle

Le calmerevint a Rome sous Ie pontificat de Jean IX( du mois de janvier 898 a janvier 900)mais ce fut de courte duree car lorsque BenOit IV prit Ie trane de Saint-Pierre(du mois de fevrier 900 au mois de juillet 903)la corruption redevint maltresse dans la " Cite hernelle " pendant, helas, de tres nombreuses decennies. Afin d'illustrer avec plus de precisions cette ambiance qui regnait a Rome pendant tout Ie 10iemesiecle, citons ce roi d'Angleterre, Edgar dit Ie Pacifique(944-975)qui, s'adressant a ses eveques, donna une description peu flatteuse de ce qu'il avait vu lors d'un de ses voyages dans la ville des papes.

"... On ne voit a Rome que debauches, dissolution, ivrogneries et impuretis ... les maisons des pr€tres sont devenues les retraites honteuses des prostituees, des bateleursGongleurs, equilibristes, acrobates, etc .... ) et des sodomites(homosexuels) ... on ;oue nuit et jour dans la demeure du pape ... les chants bachiques(chansons a boire), les danses lascives et les debauches de Messaline ont remplace jeimes et prieres( epouse de I'empereur romain Claude(IO-54), elle etait reconnue pour se livrer a de la debauche de toutes sortes et meme a la prostitution. Se sentant bafoue, son mari la fit assassiner lorsqu'il apprit qu'elle avait marie son jeune amant, Silius) ... c'est ainsi que ces pretres infames dissipent les patrimoines des pauvres, les aumones des princes ou plutot, Ie prix du sang du Christ ... "

Leon V ne succeda a Benoit IV que pendant quelques semaines avant d'etre etrangle par I'un de ses pretres qui, devenu pape, prit Ie nom de Christophore. Ce dernier connut aussi la meme fin tragique que son predecesseur apres trois mois de regne. Celui qui Ie remplaça fut Ie comte Serge de Tusculum qui prit Ie nom pontifical de Serge III. II fut pape pendant sept longues annees(du 29 janvier 904 au 15 avril 911).

Une suite????
Revenir en haut Aller en bas
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Jeu 20 Sep 2007, 16:33

Pour l'argent ce n'est pas fini. Le Vatican accuse la franc-maçonnerie italienne... de vouloir lui faire payer des impôts comme tout le monde. On sait bien sûr que le Vatican est un état souverain, mais qui possède sur tout le territoire italien de nombreux biens et propriétés (pas seulemnt sur le territoire italien, d'ailleurs)

Source : la revue catholique GOLIAS

Deux hauts prélats de Curie viennent de faire des déclarations en lesquelles ils se placent vraiment sur la défensive.

On sait qu’il existe actuellement une polémique qui porte sur les avantages fiscaux de l’Eglise en Italie. Le cardinal Tarcisio Bertone, dans un entretien accordé à l’hebdomadaire ’ Famiglia Cristiana ’ au retour d’un voyage au Pérou a tenu des propos très durs contre des groupes selon lui " très connotés politiquement ".

Dénoncer l’opposant évite d’ailleurs de façon très confortable de se confronter à ses arguments !

Le nouveau président du Conseil pour la culture, Mgr Gianfranco Ravasi, inaugure assez mal sa nouvelle mission. Il déplore un climat d’agression anti-chrétienne et part en guerre contre le nihilisme. Il pointe du doigt une " soi-disante culture laïque qui à notre époque rencontre un succès médiatique pour le moins excessif ".

Pour Mgr Ravasi, et sur ce dernier point, nous rejoignons cette remarque l’Eglise doit retrouver " le langage des symboles et la force du récit, deux éléments auxquels l’"homo televisivus" d’aujourd’hui se montre particulièrement sensible ".

Il est indéniable que nous assistons aujourd’hui à une mise en cause du christianisme dans son ensemble, parfois avec une grande violence (par exemple chez le philosophe Michel Onfray), et souvent sur fond d’une réelle ignorance.

Ceci étant, reste à savoir si opposer à cette lame de fond une posture défensive et intransigeante constitue l’attitude la plus sage ou au contraire revient à opposer à un mal un mal inverse. Pour un dialogue de sourds.

Mais il n’est pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Valtortiste91



Masculin Messages : 4991
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: chille Zavatta   Jeu 20 Sep 2007, 16:34

chiboleth a écrit:
Après l'argent les moeurs :
La vie sexuelle des papes
Une suite????
Je ne sais pas pour les autres, mais pour moi : oui.
Achille Zavatta va en faire une jaunisse : il n'a plus le !monopole des pîtreries.

Une autre ! Une autre !
Very Happy


Dernière édition par le Jeu 20 Sep 2007, 16:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
Valtortiste91



Masculin Messages : 4991
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Jeu 20 Sep 2007, 16:37

Luc a écrit:
Source : la revue catholique GOLIAS
Alors là, si tu cites GOLIAS !!!!
C'est l'expression de 0,000001% des cathos de France (et encore je suis charitable).
Le seul problème, c'est qu'ils sont LES SEULS à se dire catholiques.
Ils se font fait commerce de nager dans le glauque.
C'est connu comme le loup blanc (pas écossais ! Very Happy )
Pas étonnant que cela attire la maçonnerie.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Jeu 20 Sep 2007, 16:53

Encore une réduction ad hominem !!! Votre spécialité, quand on vous met le nez dans votre c...a.

Oui ou non les faits énoncés par Golias sont-ils exacts?

Oui ou non, Monsieur Ravasi, cardinal de son état a-t-il vilipendé la république laïque qui avait l'absurde prétention de faire payer à l'ECAR des impôts comme aux autres contribuables?
Revenir en haut Aller en bas
Valtortiste91



Masculin Messages : 4991
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Jeu 20 Sep 2007, 16:56

Luc a écrit:
Encore une réduction ad hominem !!! Votre spécialité, quand on vous met le nez dans votre c...a.
J'ai le même avis sur GOLIAS que j'ai sur la valeur des arguments que les frères siamois avancent

Doit-on répondre, ou se délecter ?
Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
Mouche-Du-Coche



Messages : 1325
Inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Jeu 20 Sep 2007, 17:27

Se délecter !
C'est vrai qu'on se marre bien, ici ; dans sa grande miséricorde, le Seigneur nous a envoyé deux anges, plus un autre impayable en bonus, à la place des regrettés Zeus et Copernic, pour que l'on puisse s'esbaudir comme avant. Et le Seigneur est bon : on a de vrais vedettes !


Dernière édition par le Jeu 20 Sep 2007, 17:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Valtortiste91



Masculin Messages : 4991
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Jeu 20 Sep 2007, 17:30

Mouche-Du-Coche a écrit:
Se délecter !
C'est vrai qu'on se marre bien, ici ; dans sa grande miséricorde, le Seigneur nous a envoyé deux siamois plus un autre impayable en bonus, à la place des regrettés Zeus et Copernic, pour que l'on puisse s'esbaudir comme avant. Et le Seigneur est bon : on a de vrais vedettes !
Euh ! ... qui parlait de l'humour féroce ?
Very Happy Very Happy Very Happy
... mais c'est vrai qu'on se dégourdit les zygomatiques !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
chiboleth



Messages : 1661
Inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Jeu 20 Sep 2007, 17:39

Chronologie

1826
Le dernier hérétique est brûlé vif par l'inquisition en Espagne. Désormais, l'Église recourra à des moyens plus subtils pour tuer, comme par exemple en interdisant l'assistance aux femmes qui doivent avorter, en sabotant la planification familiale dans les pays pauvres, en interdisant le préservatif comme moyen d'endiguer l'épidémie du SIDA, etc.
1829
Déclaration du pape Léon XIII: "Quiconque procède à la vaccination cesse d'être un fils de Dieu: la variole est un châtiment voulu par Dieu, la vaccination est un défi contre le ciel". De même, autrefois, lorsque la peste faisait des ravages, l'Église promulguait des édits qui interdisaient la destruction des rats puisqu'ils étaient considérés, en qualité de propagateurs de l'épidémie, comme les réalisateurs de la volonté divine.
1830
La Vierge apparaît à une bonne sœur du couvent "les filles de la charité" à Paris. La Vierge exige que soit frappée une médaille à son effigie, ce qui sera fait et la fabrication en série de la médaille miraculeuse améliorera nettement les saintes finances. Une statue de la vierge portant un globe en or et la vente de 10 000 "médailles miraculeuses" fut une escroquerie qui fit l'objet d'un procès.. Source : Encyclopædia Universalis
1832
" De cette source empoisonnée de l'indifférentisme, découle cette maxime fausse et absurde, ou plutôt ce délire : qu'on doit procurer et garantir à chacun la liberté de conscience ; erreur des plus contagieuses, laquelle aplanit la voie de cette liberté absolue et sans frein des opinions qui, pour la ruine de l'Église et de l'État, va se répandant de toutes parts, et que certains hommes, par un excès d'impudence, ne craignent pas de présenter comme avantageuse à la religion. " Source: Grégoire XVI, encyclique "Mirari Vos", 15 août 1832
1835
Un allemand, le professeur David Friedrich Strauss, de l'université de Tübingen, publie "Une vie de Jésus" dans laquelle il défend la thèse que les miracles des évangiles ne sont qu'affabulations inventées après sa mort. Strauss est destitué de son poste et privé à jamais de sa chaire d'enseignant. "C'est comme si l'étude critique de Jésus et des origines du christianisme ébranlait la totalité de l'édifice de la culture européenne". Source : Encyclopædia Universalis
1840
Bruno Bauer publie une critique des Évangiles où il dénonce l'historicité de Jésus qui lui vaut sa révocation et l'interdiction d'enseigner. Source : Encyclopædia Universalis
1848
La population de Rome se révolte contre la dictature papale. Le pape Pie IX est chassé. Une république est proclamée et les murs du ghetto de Rome sont abattus. Le Pape est remis au pouvoir en 1849 par les troupes françaises. Les opposants sont fusillés. L'état de l'Église redevient une monarchie absolue dont le souverain est le pape. Source : Encyclopædia Universalis
1854
Le dogme de l'Immaculée Conception est proclamé par le pape Pie IX "Nous définissons que la Bienheureuse Vierge Marie a été préservée de toute tache du péché originel... dès le premier instant de sa conception." Nota: les représentations de Marie sont inspirées des statues d'Isis, déesse égyptienne de la Lune. Isis est enveloppée d'un manteau bleu constellé d'étoiles et tient serré dans ses bras un enfant emmailloté. L'Ishtar d'Arbèles était célébrée le 15 août; la date a été récupérée par les chrétiens pour la fête de Marie. Source : Encyclopædia Universalis
1859
Darwin publie, après les travaux de Lamark, de nombreux voyages et plusieurs années de réflexion, son texte sur l'origine des espèces : C'est le début de l'effondrement de la thèse créationniste encore aujourd'hui mollement défendue, contre les évidences, par l'Église.
1860
Les progrès de la médecine remettent en cause l'obscurantisme de l'Eglise catholique: Louis Pasteur démontre l'importance des microbes qui remettent en question les dires de l'Eglise selon lesquels un nourrisson décède car "Dieu l'a voulu".
1863
Ernest Rénan publie "Vie de Jésus" où il essaie de réhabiliter un Jésus historique tout en déclarant avoir écrit quatre cents pages à partir de matériaux lui permettant à grand peine d'en écrire une! Source: "Jésus en son temps" "Histoire de l'Église" Daniel Rops
1864
Le bienheureux Pape Pie IX publie le Syllabus. Ce document est un recensement des "erreurs" de la pensée moderne :
Le mariage civil, la tolérance en pays catholique de rites d'autres religions, la liberté de religion, le panthéisme, le libéralisme, le socialisme, la rébellion contre un souverain "légitime", la critique au pouvoir temporel du pape, la possibilité de progresser par la raison, la non-intervention du religieux dans les sciences et la philosophie. En 1870, il fera voter par le concile Vatican I l'infaillibilité du pape avec effet rétroactif, pour s'assurer que ses condamnations ne seront plus remises en question. Source : Encyclopædia Universalis
1872
Georges Smith découvre dans des tablettes rapportées de Ninive "L'épopée de Gilgamesh" (IIe millénaire avant JC). Et non ! la Bible n'est pas le plus vieux livre du monde, et de loin! La plupart des grands récits de l'Ancien Testament, comme le déluge ou la Genèse, ont été recopiés, dans le détail, de Gilgamesh. Sources : "La plus belle histoire du monde" Seuil, "L'épopée de Gilgamesh" Raymond Tournay {Les éditions du Cerf}, Les collections de l'Histoire N°22 janvier mars 2004
1881
Les Pogroms russes : Excités par des prélats orthodoxes, qui répandent une fausse rumeur comme quoi le Tzar Alexandre II aurait été assassiné par un juif, des foules se rassemblent dans plus de 200 villes russes, et détruisent les biens des juifs. Les Pogroms deviendront communs dans la pieuse Russie tsariste, surtout entre 1900 et 1907. Source: "Lire" mars 1997
1886
Thérèse de Lisieux depuis son carmel, bâtit en secret une nouvelle voie spirituelle où elle présente un Dieu de tendresse et de liberté. Ces textes, qui effraient l'Église, ne seront publiés intégralement que 60 ans plus tard. Source : Encyclopædia Universalis
1895
Le pape Léon XIII et, après lui le pape Benoît XV ne se gênent pas pour puiser amplement dans les caisses du Vatican pour leurs besoins personnels, à la fin de leurs règnes, les caisses sont quasiment vides. Source: 'L'expansion" janvier 2004
1901
La police secrète russe diffuse un document, un faux, vraisemblablement écrit par Mathieu Golovinski, "Le Protocole des sages de Sion" censé être rédigé par les juifs lors du congrès sioniste mondial à Bâle en 1897. C'est un plan diabolique élaboré par les juifs pour détruire les civilisations existantes et prendre le pouvoir du monde. Ce document conçu pour renforcer l'antisémitisme fait le tour du monde. Source : Encyclopædia Universalis
1904
Le Père Lagrange écrit "Introduction à l'étude du Nouveau Testament" où il estime que les Évangiles sont "insuffisants comme documents historiques pour écrire une histoire de Jésus Christ." Source : Encyclopædia Universalis
1905
En France : Loi Combes de séparation de l'Église et de l'État. Fondation du journal d'extrême droite nationaliste et antisémite "Action Française": "La démocratie, c'est la mort" avec le soutien de l'archevêque de Rennes puis par le pape. Source : Encyclopædia Universalis
30 juin 1909
Le pape Pie X affirme le caractère historique des faits relatés par la Genèse!
1914
Publication du livre du psychanalyste Sigmund Freud "Totem et tabou" "L'avenir d'une illusion" et de "Moïse et le monothéisme" : Toutes nos religions ne sont rien d'autres que le lointain aboutissement des rites, cérémonies et sacrifices cultuels par quoi des générations de fils ont tenté de se racheter en adorant l'ancêtre outragé. La religion est une névrose collective de l'humanité. Sources : S. Freud "totem et Tabou", "L'avenir d'une illusion", "Moïse et le monothéisme"
24 juin 1914
Église n'accorde plus qu'une "authenticité indirecte" dans "l'Épître aux Hébreux" de la Bible. Traduction: Église a été obligée de reconnaître un des faux manifestes de la sainte bible pourtant "directement inspirée par dieu". Source: "Jésus anatomie d'un mythe" P. Boistier
Revenir en haut Aller en bas
chiboleth



Messages : 1661
Inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Jeu 20 Sep 2007, 17:40

1917
Apparition de la vierge de Fatima à trois bergers illettrés au Portugal... qui engendrera, avec la complicité du dictateur Salazar, un "Lourdes bis" (Une fois de plus, dictature et religion font bon ménage). Pourtant le seul miracle est celui que Jean-Paul II a revendiqué dans un discours: La Vierge a arrêté la balle qui a failli lui coûter la vie lors de l'attentat de 1981! Le fameux troisième et grand secret a été révélé par un porte-parole du Vatican en 1995: "Une troisième et terrible guerre mondiale devrait éclater avant la fin du XXe siècle et en une heure des millions de gens mourront". Aujourd'hui, toujours rien. Caramba!encore raté!
1918
Début de la guerre civile catholiques / protestants en Irlande. Aujourd'hui le problème n'est toujours pas réglé...
1925
Pie XI: " Aux États, la célébration annuelle de cette fête [du Christ-Roi] rappellera que les magistrats et les gouvernants sont tenus, tout comme les citoyens, de rendre au Christ un culte public et de lui obéir (...) Car sa royauté exige que l'État tout entier se règle sur les commandements de Dieu et les principes chrétiens aussi bien dans la législation que dans la façon de rendre la justice et que dans la formation de la jeunesse à une doctrine saine et à une bonne discipline des mœurs. " Source: Pie XI, pape, Encyclique "Quas Primas", in fine. Cité dans "Itinéraires" n°233, p.39
1925
Le professeur Louis Rougier écrit: " Les Évangiles sont rédigés pour l'endoctrinement des néophytes, la réfutation des hérétiques, la confusion des juifs endurcis, les besoins de la liturgie ".
1918
Le parti pris pour les dictatures : L'Église soutient activement la montée des totalitarismes en Europe, puis défend leurs crimes dans plusieurs cas, et refuse de les dénoncer dans d'autres.
En Autriche, le soutien de l'Église catholique pour l'Austrofascisme est total.
En Italie, le Vatican signe avec le régime fasciste un concordat, qui fait du catholicisme la religion d'état.
1929 Mussolini ayant signé le concordat dit "Patti Lateranensi", il est qualifié par le pape d'homme de la providence ("Uomo della provvidenza").
1930
Turmel (alias Herzog) est excommunié quand il montre une des nombreuses falsifications de la Bible de Jérusalem pour augmenter le nombre de prophéties réalisées: dans Isaie 7,14, "la jeune femme" a été remplacé par "la vierge". Ce qui montre au passage que l'évangile de Matthieu a été rédigé très tardivement, par un non-juif qui n'avait pas accès aux textes hébreux. Source: la Bible Segond 1910, La Bible d'André Chouraqui
1933
Le linceul de Cadouin (près de Périgueux) rapporté d'Antioche par les croisés en 1115 est mis à l'abri dans une église près de Cadouin. Après moultes péripéties, au XVe siècle, les autorités religieuses viennent rendre hommage à ce linceul qui avait enveloppé la tête du Christ. St Bernard, St Louis et 14 papes en ont parlé, 2000 miracles et 60 morts ressuscités! les pèlerins affluent par dizaines de milliers. Un des plus hauts lieux de pèlerinage français. Un jour de 1933, un expert s'aperçut que les ornementations dans la trame du linceul était en réalité une écriture qui s'avérera être de l'arabe coufique et situait donc le linceul au début du 11e siècle. Les inscriptions étaient une profession de foi en Allah! La farce est finie! Catastrophe et fin de l'histoire du linceul de Cadouin!. Source: "Le pèlerinage du Saint-suaire de Cadouin" Professeur Marc Agostino Patrice Bourgeix, "L'Humanité" 20 avril 1998.
1933
"Le 12 avril 1933, quelques semaines seulement après l'arrivée de Hitler à la chancellerie, une philosophe catholique allemande d'origine juive, Edith Stein, ose écrire à Rome pour demander au pape Pie XI et à son secrétaire d'état, le cardinal Pacelli, ancien nonce en Allemagne et futur Pie XII, de ne plus se taire et de dénoncer les premières persécutions contre les juifs. Comment expliquer que Église catholique resta si longtemps sourde à une lettre aussi prophétique et mit soixante-dix ans avant de la sortir de ses archives ? Edith Stein sera gazée et déportée à Auschwitz en 1942." Extrait: "Le Monde" 28 février 2003, "libération" 27 novembre 2003

Janvier 1933 En Allemagne, le Zentrum, parti catholique, dont le leader est un prélat catholique (Prälat Kaas), vote les pleins pouvoirs à Hitler : Ce dernier peut ainsi atteindre la majorité des 2/3 au Reichstag pour suspendre les droits garantis par la constitution. "Le Mercure de France du 15 janvier 1934 a montré - et personne ne l'a contredit - que c'était Pie XI qui "avait fait" Hitler.
Hitler, pragmatique, se proclame catholique dans "Mein Kampf", l'ouvrage où il annonce son programme politique. Il y affirme aussi qu'il est convaincu qu'il est un "instrument de Dieu". Hitler fait inscrire sur le ceinturon de chque soldat allemand "Gott mit uns" Dieu avec nous. Les élèves des écoles allemandes doivent commencer la journée par une prière pour Jésus. L'Église catholique ne mettra jamais "Mein Kampf" à l'Index. L'Eglise catholique approuve le réarmement de l'Allemagne, elle est muette à propos du boycott des commerçants juifs, de la proclamation des lois raciales de Nuremberg en 1935 et la nuit de cristal en 1938. L'Eglise catholique fournit aux nazis son fichier d'archives généalogiques ce qui leurs permet en défalquant les chrétiens, d'identifier les juifs. Source: "Traité d'athéologie" Michel Onfray, "Mein Kampf" Adolf Hitler

1938, les SS et SA organisent la "Nuit de Cristal" : Déguisés en civils, les miliciens nazis attaquent synagogues et magasins appartenant à des juifs. La population allemande est à la fois horrifiée et terrifiée. L'évêque de Freiburg, Monseigneur Gröber, déclare alors, en réponse à des questions sur les lois raciales et les pogroms de la "Nuit de cristal" : « On ne peut refuser à quiconque le droit de sauvegarder la pureté de sa race et d'élaborer les mesures nécessaires à cette fin.»
En Espagne, la république est établie en avril 1931. Tout de suite, l'Église catholique déclare la guerre à la démocratie : Le 7 mai 1931, l'archevêque de Toledo, le Cardinal Pedro Segura publie une pastorale invitant les fidèles à prendre les armes contre la république. En 1935, un quarteron de généraux conservateurs tente un coup d'état militaire, qui échoue et dégénère en guerre civile. L'Église soutient la rébellion, prêtres et évêques bénissent les canons des insurgés dirigés par Franco. La guerre fait plus d'un million de morts, et Franco fait fusiller au moins 200 000 prisonniers pendant la guerre, et 200 000 après. L'Église soutient la guerre et les exécutions. A quelques mois du début du conflit, l'aviation allemande et nationaliste détruit Guernica. Face à ce massacre, certains catholiques commencent à douter de la sainteté de la cause nationaliste. L'Église vient au secours de Franco : Elle justifie encore une fois la guerre, la hiérarchie catholique prend position officiellement pour les exécutions de prisonniers : Une lettre, signée par deux cardinaux, six archevêques, 35 évêques et 5 vicaires généraux (la quasi-totalité de l'épiscopat espagnol), est adressée "à tous les évêques du monde". Elle définit la guerre civile comme étant une croisade et un plébiscite armé. Les signataires se réjouissent des exécutions de prisonniers car au moment de l'exécution, l'exécuté se réconcilie avec Dieu. Mgr Diaz Gomara évêque de Carthagène:" Bénis soient les canons si, dans les brèches qu'ils ouvrent, fleurit l'Évangile "
Dans le monde entier, l'Église catholique se mobilise pour soutenir Franco contre la république.
En France, l'Église déclare dès 1940 que "Pétain, c'est la France".
Au cours de la 2e guerre mondiale, le Vatican est au courant des exterminations de juifs par les nazis. On saura, après la guerre, que le pape pie XII a hésité à lancer un appel public, à plusieurs reprises, mais s'est finalement abstenu de le faire. En décembre 2002, la prestigieuse revue bimensuelle des jésuites italiens contrôlée par le Vatican Civiltà cattolica écrit ainsi "Pie XII n'a pas eu, probablement, une trempe de prophète" et reconnaît ainsi, tardivement, le silence du Vatican.
Le Pape prend ouvertement parti pour l'occupant, contre les résistants : Le 12 mars 1944, pendant la fête de son ascension sur le trône, il lance un appel contre l'insurrection populaire contre l'occupant.
Les Églises protestantes européennes ne se comportent guère mieux que l'Église catholique face à la persécution des juifs par les nazis. Sources : M. Aarons, J. Loftus "Des nazis au Vatican" Olivier Orban 1992, A. Lacroix-Riz "Le Vatican, l'Europe et le Reich" A. Colin 1996, France5 (Arte), http://perso.wanadoo.fr/jocelyn.bezecourt/PieXII.html, http://www.monde-diplomatique.fr/1997/01/PERRAULT/7551.html, "Civiltà cattolica" 20 décembre 2002, "Le Nouvel Observateur" 22 décembre 2002, "Traité d'athéologie" Michel Onfray
1939
Le journal "La Croix" publie un article de l'abbé Thellier: "des milliers et des milliers de combattants succombent (...) Si douloureux que soit leur trépas, il leur apporte, par la miséricorde divine, un bien supérieur à la vie. (...) Sans la guerre, beaucoup de nos morts auraient mené une existence moralement insignifiante, religieusement presque nulle, destinée à s'achever dans une fin médiocre, peut-être mauvaise, qui les eût menés à un avenir douteux." Source: "La Croix"
1939 Eugenio Pacelli est élu pape et prend le nom de Pie XII. Il félicite Franco pour la «victoire catholique» remportée en Espagne.
1940
Célèbre déclaration de Mgr Gerlier, Primat des Gaules: "Pétain, c'est la France et la France, c'est Pétain"
Revenir en haut Aller en bas
chiboleth



Messages : 1661
Inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Jeu 20 Sep 2007, 17:41

1941
Les nazis brûlent 1600 juifs dans une grange en Pologne. C'est du moins la version officielle, dans la réalité, les villageois catholiques et antisémites, encouragés par l'Église ont participé au massacre. Petit à petit, la vérité s'est ébruitée et a obligé l'Église à faire acte de repentance le 27 mai 2001 pour espérer éteindre l'affaire.
1941
Krunoslav Draganovitch, prêtre franciscain était aussi oustachi (les SS croates), il a participé à l'extermination d'orthodoxes réfractaires, puis a organisé pour le Vatican une filière d'exfiltration de criminels de guerre et de nazis vers l'Amérique du Sud. Son chef Ante Pavelic, recherché par toutes les polices est protégé par le Vatican. Il est embauché par les américains sous le nom de "Dynamo" qui sont intéressés par son efficacité pour combattre le communisme. On le soupçonne d'être un agent double. Source: "Nouvel Obs"11 juillet 2002
1944
Deux juifs hongrois évadés du camp d'Auschwitz (R. Vraba et A. Bestic) font parvenir au Vatican, via le Nonce apostolique de Slovaquie, un rapport détaillé sur la situation dans le camp. Le rapport sera enterré...
1945
Le camp d'Auschwitz est libéré et la population occidentale commence à saisir l'ampleur du génocide. Quelle est la réaction de l'Eglise catholique au sujet des charniers, des chambres à gaz et des camps d'extermination? aucune, elle organise avec la cardinal Bertram une messe de Requiem à la mémoire d'Adolf Hitler. Source: "Traité d'athéologie" Michel Onfray
1945
Le Vatican met en place une filière pour exfiltrer d'Europe les nazis compromis (essentiellement vers l'Amérique du sud). Eichmann, par exemple. L'Eglise délivre des documents tamponnés avec le visa du Vatican, utilise des monastères pour cacher les fugitifs, nomme dans sa hiérarchie des anciens collaborateurs de Hitler. Source: "Traité d'athéologie" Michel Onfray
6 août 1945
Le père catholique Georges Zabelka bénit l'équipage américain du bombardier Enola Gay qui largue une bombe atomique sur Hiroshima: environ cent mille morts, femmes vieillards, enfants et malades. Source: "Traité d'athéologie" Michel Onfray
1946
Découverte des treize papyrus codices du IVe siècle à Nag-Hammadi en Égypte. Aucune trace de la naissance de la vie de la mort et de la résurrection de Jésus de Nazareth. Source : Encyclopædia Universalis
20 octobre 1946
Un document accablant en provenance du Saint Office et adressé au nonce apostolique à Paris par le pape Pie XII indique l'attitude à tenir vis-à-vis des enfants juifs confiés pour les sauver durant la guerre à des institutions catholiques. Il y est écrit que les enfants seront élevés selon l'éducation chrétienne et qu'une fois baptisé ils ne pourront pas être remis à leurs familles même si les parents les réclame. Encore un élément qui éclaire l'attitude scandaleuse du pape Pie XII à propos de l'extermination des juifs par les nazis... Source: Le Point
1947
Découverte des "manuscrits de la Mer Morte" à Qumran (Sokoka) dans 11 grottes par un bédouin qui cherchait une cachette pour des marchandises de contrebande. Ces manuscrits contemporains de l'époque de Jésus de Nazareth de la Bible (de 250 av JC à 68 après JC, bien après la supposée mort du Christ) ont été écrits par des membres de la communauté des Qumraniens/Esséniens. Ils traitent de religion, de justice, des psaumes, de récits de guerre. La plupart de ces manuscrits sont entreposés par les catholiques au musée biblique à Jérusalem (aujourd'hui musée Rockfeller). Dans les exemplaires transmis aux historiens, on trouve des passages de l'Ancien Testament. Aucune trace des Évangiles, aucune mention des apôtres, de Jésus ou de sa résurrection ! Rien ! L'Église a été très longue à montrer les manuscrits. 54 ans après la découverte des manuscrits, l'intégralité, en 39 volumes a été publiée: certains manuscrits sont gênants: ils montrent que l'histoire de JC a été inspirée, entre autre du messie Ménahem, rejeté par les pharisiens, et mis à mort par les romains en -4 AV JC puis aurait été considéré comme ressuscité par ses disciples. Source: "L'Autre Messie", Israël Knohl Directeur du département biblique à l'Université hébraïque de Jérusalem: (Albin Michel). "Il met notamment en évidence, pour la première fois, des correspondances extrêmement troublantes entre la biographie de Jésus et celle du leader messianique qui l'a précédé d'une génération : Ménahem l'Essénien" et pour cause...
"Le Maître galiléen (...) apparaît aussi, à bien des égards, comme une étonnante réincarnation du Maître de Justice. Comme celui-ci, il prêcha la pénitence, la pauvreté, l'humilité, l'amour du prochain, la chasteté. Comme lui, il fut l'élu et le Messie de Dieu - le messie rédempteur du monde. Comme lui il fut en butte à l'hostilité des prêtres. Comme lui, il fut condamné et supplicié. Comme lui il fonda une Église dont les fidèles attendaient avec ferveur son glorieux retour." Dupont-Sommer
4Q525: "Heureux l'homme qui a atteint la sagesse - qui marche dans la loi du très haut - Heureux celui qui dit la vérité avec un cœur pur - et ne calomnie pas avec sa langue... Heureux ceux qui la cherche [la sagesse] avec des mains pures - et qui ne la recherche pas avec un cœur fourbe..." recopié presque à l'identique dans Matthieu 5, 3-12.
4Q521 contient la mention d'un messie unique et eschatologique très proche du Jésus-Messie-Christ des premiers chrétiens: "Les cieux et la Terre prêteront l'oreille à son Messie,.. Sur les pauvres, Son Esprit planera et il restaurera les fidèles par Sa puissance... Il libérera les captifs, rendra la vue aux aveugles, redressera les opprimés... Le Seigneur accomplira des prodiges... Il guérira les blessés et ressuscitera les morts ; aux pauvres, il annoncera la bonne nouvelle"
1Q28a 1QSa introduit le concept de Dieu comme père du messie "Voici la menace des hommes de renom, quand Dieu aura engendré le Messie"
Les textes les plus primitifs du Nouveau Testament indiquent que Jésus ne devint fils de Dieu qu'après sa résurrection. On fait ensuite remonter cette filiation à son baptême puis finalement à sa conception.
4Q246 renferme l'idée de fils de Dieu, l'un des attributs prépondérants du messie de la théologie chrétienne.
4Q174 montre la filiation avec David du Messie-fils de Dieu.
Le professeur Dupont-Sommer qui le premier, montra les similitudes étonnantes entre l'histoire du Maître de justice ésséniens et Jésus-Christ (postérieur) reçut des menaces et du "caviarder" sa version: il était en train de mettre au grand jour et auprès du public, sans le vouloir, des éléments montrant que l'histoire de Jésus-Christ avait été créée de toute pièce: "Jésus s'est appliqué à soi-même les mystérieux oracles d'Esaïe relatifs au serviteur de Jahvé, ainsi que l'avait fait avant lui le Maître de Justice; cette commune référence au Serviteur de Jahvé est extrêmement significative: entre les deux prophètes, elle établit une parenté tout à fait particulière et de caractère unique"
J.M. Allegro, chercheur anglais a avancé que le leader messianique de la secte de Qumran, le Maître de justice a été crucifié et que le récit du Nouveau Testament n'est qu'une version mythique empruntée de seconde main à l'original des manuscrits de la Mer Morte
On pourrait en conclure que les manuscrits ont servi de source d'inspiration aux Évangiles qui leur sont nettement postérieurs. A moins que tous ces textes n'aient puisé leur inspiration à une source commune et antérieure, pas encore découverte, qui serait à l'origine de cette notion de résurrection des morts. La mention de ce même miracle dans les manuscrits et les évangiles prouvent qu'elles proviennent d'un tronc commun.
"La lecture des manuscrits de Qumran sèmera le trouble chez tout ceux à qui les prêtres ou les apologètes chrétiens ont fait croire que les titres de Christ ou de Messie attribués à Jésus ne trouvent aucun antécédent dans la littérature apocalyptique et messianique du judaïsme" Frank Cross
En 586 av JC, la destruction de Jérusalem et l'incendie du Temple de Salomon met fin à la dynastie des rois David. A partir de là, 'mashia' désigne le retour au pouvoir de la lignée de David. Luc et Matthieu font descendre Jésus de David à travers Joseph. Bien que Jésus soit Galiléen, on le fait naître à Jérusalem. Luc et David voulaient donner plus de poids au statut de messie davidique accordé à Jésus.
"Nous devons loyalement reconnaître que nous ne possédons pas encore un fragment de texte de témoins oculaires de Jésus" Emile Puech, directeur de recherche au CNRS
A long terme, les manuscrits de Qumran montrent que l'histoire de Jésus est le résultat d'une évolution continue midrashique et pourraient bien porter un coup sévère à la chrétienté. ... Sources : Herschel Shanks "L'énigme des manuscrits de la Mer Morte". M. Baigent, R Leigh "La Bible confisquée, Enquête sur le détournement des manuscrits de la Mer Morte", Plon 1992, http://perso.wanadoo.fr/jocelyn.bezecourt/conf.html, "Le monde de la Bible" N°107 novembre décembre 1997, "Le Monde" 25 décembre 2001, "Jésus anatomie d'un mythe" P. Boistier
.../...
1er mai 1947
En Italie, l'assassinat par la mafia de douze paysans qui souhaitaient des réformes agraires marque le début de l'alliance entre l'organisation criminelle et la Démocratie Chrétienne.
1948
Civiltà Catholica : "L'Église catholique, consciente d'être, de par une divine prérogative la seule vraie Église, ne peut prendre en considération que pour elle-même le droit à la liberté, car ce droit ne peut être assuré qu'à la vérité et jamais à l'erreur"
Le pape déclare que toute personne qui voterait communiste ou qui aiderait ce parti de quelque manière que ce soit, sera automatiquement excommuniée. La mesure divise des familles, provoque des exclusions socialement intolérables pour beaucoup, contraint à la clandestinité nombre de communistes de zones rurales.
Les curés italiens s'empressent de traduire cette décision dans les faits, et appellent leurs ouailles à voter pour le grand parti anticommuniste (DC - Democrazia Cristiana). Le régime DC s'effondrera ensuite dans la corruption généralisée au milieu des années 1990. Source : Encyclopædia Universalis
Revenir en haut Aller en bas
chiboleth



Messages : 1661
Inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Jeu 20 Sep 2007, 17:42

décembre 1950
Pie XII reconnaît, dans un discours radiodiffusé, que les fouilles effectuées sous les cryptes du Vatican depuis 1940 à la recherche du sépulcre de saint Pierre pour prouver que saint Pierre n'est pas un mythe et renforcer ainsi l'autorité pontificale sont un échec complet. Source: "Jésus anatomie d'un mythe" P. Boistier
1953
Stanley Miller, un étudiant chercheur américain fabrique la "soupe de la vie": en soumettant un mélange chimique inerte à des étincelles électriques, il obtient des acides aminés, première pierre pour la fabrication de la vie. Il apporte ainsi de l'eau au moulin des tenants de la génération spontanée" de la vie sur Terre.
1955
Déclaration du pape Pie XII à un congrès International d'historiens qui s'est tenu à Rome :
"La question de l'existence de Jésus relève de la foi et non de la science !" Pour une fois, nous sommes d'accord !
1961
Le financier mafieux Michele Sidona chargé du blanchiment des revenus du trafic d'héroïne entre la Sicile et les États-Unis fait entrer dans le capital de sa banque: la Banca Privata Finanziara de Milan le IOR: Institute per le Opere di Religione: la banque du Vatican grâce au futur pape Paul VI.
1961
Dernière édition de l'index (Index Additus Librorum Prohibitorum), qui cite comme auteurs dont l'ensemble de l'œuvre est interdite de lecture pour les catholiques, entre autres : Jean-Paul Sartre, Alberto Moravia, André Gide. Ce n'est qu'en 1966 que l'index sera officiellement abrogé par l'Église catholique. Source : Encyclopædia Universalis
.../...
3 juin 1963 19h49
Mort du pape Jean XXIII. L'annonce de sa mort parut, par erreur, quelques heures plus tôt dans le quotidien mexicain "El Informador", publié par la grande loge des francs-maçons de l'ouest du Mexique (l'annonce fut publiée le 3 juin 1963, le pape mourut le 3 juin 1963 à 19h49).
1967
La fin du monde d'après la secte Moon. Secte qui se réclame de la Bible et dont la ressemblance avec l'Église catholique est intéressante. Source : Encyclopædia Universalis
1968
Le pape Paul VI reçoit en audience privée un illustre parrain de la mafia de Chicago: Sam Giancana (instigateur probable de l'assassinat des Kennedy et de Marylin Monroe) qui utilisait des prêtres catholiques pour des transferts de fond internationaux pour blanchir de l'argent via la "Continental Illinois et la Finibank" et fournir des liquidités au Vatican. Source: "Notre homme à la maison blanche" Samuel et Chuck Giancana.
1969
L'Académie pontificale archéologique reconnaît que la chaire de Saint-pierre (qui n'a jamais existé) à Rome, est en réalité le trône de l'empereur Charles le Chauve utilisé pour son couronnement en 875.
1970
C'est la première étude sérieuse et exhaustive sur l'existence de Jésus-Christ depuis... Presque 2000 ans ! Le livre de G.A. Wells démarre une polémique qui va s'amplifier aux US, sur Internet avec des gens comme Earl.Doherty. http://pages.ca.inter.net/~oblio/home.htm
1974
Décès du cardinal Daniélou au domicile d'une prostituée noire... L'affaire est étouffée. Source: "Le cardinal et l'hindouiste" Emmanuelle de Boysson
1975
La "dernière" fin du monde des témoins de Jéovah ne s'est pas trop mal passée: 1874, 1914, 1925, 1941, 1969, 1975 vu les échecs successifs, ils ont mis un bémol depuis...
1976
Publication de la liste des dignitaires de la loge P2 (fortement liée au Vatican, à la CIA, la Cosa Nostra, à l'extrême droite et à la Mafia via la Banco Ambrosiano) : Scandale et chasse aux sorcières au Vatican.
L'assassinat du magistrat italien Vittorio Occorsio stoppe une enquête sur les relations entre un mouvement néofasciste et P2. Assassinat du prince de Broglie (avec la bénédiction du gouvernement français), le prince, qui dirigeait la société luxembourgeoise Sodetex SA (filiale de MAtesa, instrument de l'Opus Dei Espagnol) est mouillé dans l'Opus Dei, la Mafia et des politiciens français et espagnols. En 1981, le juge Michel qui enquêtait sur cette affaire est assassiné. Sources: "L'Opus Dei Enquête sur une église au coeur de l'Eglise" Bénédicte et Patrice des Mazery, "Un crime sous giscard, l'affaire de Broglie, l'Opus dei et la Matesa" Jesus Ynfante .
1978
Le Saint-esprit inspire les cardinaux au Vatican pour choisir le nouveau pape : Jean-Paul I qui est liquidé subitement (empoisonné) un mois plus tard : Pas d'autopsie. Le certificat de décès (non signé) parle d'un probable problème cardiaque. Un journaliste anglais, David Yallop prétend que le pape a été assassiné par la loge P2. (Le journaliste Carmine Pecorelli avait publié la liste des personnalités du Vatican impliquées dans la P2. Jean-Paul I avait démarré une enquête au sujet de la banque du Vatican IOR et venait de demander au Cardinal Villot d'écarter du Vatican les personnes appartenant à la P2). Mgr Marcinkus, chef de la sécurité puis secrétaire général de la banque du Vatican, spécialiste de trafic et de blanchiment, est soupçonné. Jean-Paul II (qui dans sa jeunesse avait travaillé dans une usine chimique I.G. Farben Solvay à Borek Falecki, qui fabriquait le Zyclon B utilisé par les nazis pour exterminer les juifs) lui succède. Sources: "Behold a Pale Horse" William Cooper, "Au nom de Dieu" David Yallop, Encyclopædia Universalis, "La vie de Jean-Paul II" Bernstein, Carl et Politi, Marco, Documentations Informations Catholiques Internationales.
1979
Assassinat du magistrat milanais Emilio Alessandrini, peu de temps après avoir effectué une enquête sur la banque Ambrosiano. Assassinat de Carmine Pecorelli journaliste membre du P2, bavard. Le chef de la mafia de Rome: Giulio Andreotti (appelé par les mafieux « Zi'Giulio » (« Oncle Giulio » ou « u Gobbo » « le Bossu ), également ministre, sénateur et chef du gouvernement! ami personnel de Jean-Paul II, figure de la Démocratie Chrétienne (qui s'est effondrée dans la corruption) après avoir été acquitté, est finalement condamné en 2002 à 24 ans de prison pour avoir commandité ce meurtre. Assassinat de Giorgio Ambrosoli à cause de son témoignage contre Sindona (qui blanchissait l'argent de la mafia à travers la banque du Vatican en Suisse) donné au chef de la police de Palerme Boris Giulano assassiné quinze jours après (son successeur Emanuele Basile sera assassiné l'année suivante). Assassinat du magistrat Cesare Terranova. Assassinat du colonel Giuseppe Russo. Assassinat du lieutenant colonel Antonio Varisco qui enquêtait sur la P2. Source: Encyclopedia Britannica, tf1 JT 20h 17/11/2002, Le monde 18/11/2002, mensuel "Historia" N°679 juillet 2003
1980
Assassinat de Roberto Rossone, président adjoint de la Banco Ambrosiano.
Années 1980
Après une période d'apparente libéralisation, le pape Jean-Paul II arrive à la tête de la plus grande secte du monde et renoue avec les traditions les plus terribles de l'Église. Sa condamnation du préservatif comme moyen d'endiguer la lutte contre le Sida provoque un nombre de morts difficile à estimer. Il pratique une politique active de sabotage des mesures de contrôle des naissances dans le tiers monde : Les conséquences de cette action se mesurent en terme de famine, misère, manque de soins médicaux au niveau des continents les plus pauvres (Amérique du Sud, Afrique).
1980
La banque du Vatican: IOR (Instituto per l'Opere del Religion) dérape de plus en plus: après avoir participé au financement du coup d'état du général Pinochet, les bénéfices de ses opérations servent à acheter des hommes politiques et des groupes de presse comme Rizzoli plumé par la mafia et propriétaire du "Corriere della serra". Source: BBC, Vatican
13 mai 1981
Le pape Jean-Paul II est victime d'un attentat monté par le KGB via les services secrets roumains et la Stasi. Ils s'en sort mais sa santé est compromise.
1982
Le banquier Roberto Calvi de la Banco Ambrosiano, la banque du Vatican, a été suicidé (étranglé puis pendu) sous le pont des Black Friards à Londres (assassinat par le parrain mafieux Pippo Calo)... (quelques heures auparavant, sa secrétaire Grazziella Corrocher est "suicidée" en tombant du 4e étage des bureaux de la Banco Ambrosiano), assassinat de Roberto Rossone directeur général de la Banco Ambrosiano. Guiseppe Dellacha, executive, se tue en tombant d'une fenêtre de la Banca Ambrosiano Milan. Rescandale... Michelle Sidona, financier, grand argentier de la Mafia américaine et sicilienne depuis 1957, qui contrôlait la Finibank propriété du Vatican, est empoisonné en prison à la Strychnine juste avant de comparaître devant les juges. Le général Della Chiesa, le président de la D.C. Aldo Moro sont assassinés. Mgr Marcinkus, banquier du Vatican, est nommé aux USA pour éviter la justice italienne malgré un mandat d'arrêt international. Sources : F. Hacourt "Le Vatican, l'argent et le pouvoir" Ed EPO 1984, Encyclopedia Britannica, CNN, "La croix" 16 octobre 2003
1982
Le pape Jean-Paul II déclare que la bombe atomique, dirigée contre le caractère dominateur et agressif de l'idéologie marxiste léniniste permet d'aller vers la paix!
1982
L'Opus Dei, secte catholique fondée par Josemaria Escriva de Balaguer obtient du Vatican le statut unique de prélature personnelle: elle n'a de compte à rendre qu'au pape. Le Vatican montre ainsi sa reconnaissance d'avoir renfloué sa banque après le scandale de la Banco Ambrosiano qui l'a ruiné. La secte Opus Dei reconnue et soutenue par l'Eglise catholique, pratique l'hypocrisie, la mainmise totale sur ses membres, leurs revenus et leur fortune. L'Opus Dei est mouillé dans pas mal de scandales comme l'assassinat du Prince de Broglie en 1976. Ce changement de statut coïncide avec le début de l'infiltration du Vatican par L'Opus Dei (infiltration qui culminera en 2005 avec l'élection de Joseph Ratzinger comme pape). Source: "L'Opus Dei Enquête sur une église au coeur de l'Eglise" Bénédicte et Patrice des Mazery
1986
Sur les bords du lac de Tibériade, on découvre une barque de 2000 ans: c'est celle de Jésus! Du coup les ruines de la maison à coté du lac sont les ruines de la maison de Pierre!
1989
Paul Touvier fasciste, antisémite notoire, criminel contre l'humanité, bourreau des nazis dans la région lyonnaise condamné à mort en 1945, (embauché par le SDECE) est arrêté dans un couvent de Nice : Il vivait dans la clandestinité, protégé par l'Église catholique (l'archevêché de Lyon planquera les archives Touvier à Rome) depuis 1947. Source: "Histoire" janvier-février 2002, L'Express, L'Alsace, Le Monde,"Le Canard Enchaîné" 06/1990
matin
Revenir en haut Aller en bas
chiboleth



Messages : 1661
Inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Jeu 20 Sep 2007, 17:43

1989
USA: Le "télévangéliste" protestant Jim Baker, accusé de malversations financières et compromis dans des affaires de mœurs, qui, avec sa femme, avait bâti un véritable empire sur la crédulité publique est jugé et condamné à 45 ans de prison. Source: G. Kepel "La revanche de Dieu"
1990
"Les musulmans, c'est comme les femmes. Si on est faible avec eux, ils sont forts. Si on est fort avec eux, ils sont faibles" Abbé Laguérie,
A Lyon le Cardinal Decourtray organise deux grandes séances de guérisons miraculeuses rassemblant 25 000 personnes. Six mois plus tard, toujours pas le moindre petit miracle, pas la moindre guérison... Source "Le Monde", 17/08/90, "Le canard Enchaîné" 19 décembre 1990, 22/08/1990
Revenir en haut Aller en bas
chiboleth



Messages : 1661
Inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Histoire d'en rire   Jeu 20 Sep 2007, 17:44

Années 1990 : Guerres de religion en Yougoslavie
La religion sépare Croates et Serbes : Les "Croates" ont étés christianisés par Rome, et sont catholiques. Les Serbes, qui écrivent le Serbo-croate en caractères cyrilliques, ont étés christianisés par les Byzantins et sont donc orthodoxes. Lorsque Milosevitch, le dictateur serbe, commence à agiter le spectre de la "Grande Serbie", la Croatie déclare son indépendance. Aussitôt, le Vatican et la RFA (dont le chancelier de l'époque se proclame "überzeugter Katholik" catholique convaincu) reconnaissent la Croatie catholique comme état indépendant. Le pape multiplie appels, prières et messes pour l'indépendance de la Croatie. La guerre civile est déclenchée. Source: http://perso.wanadoo.fr/jocelyn.bezecourt/stepinac.html
1991
Eugen Drewermann, prêtre catholique allemand est suspendu de ses fonctions de prêtre et d'enseignant en théologie. Il a écrit "La naissance du fils de Dieu ne se situe pas au niveau de l'histoire, elle se situe au niveau d'une réalité que seules les images du mythe sont capables de décrire. Mais il convient alors de lire symboliquement l'histoire de la naissance de Jésus à Bethléem". Drewermann considère la naissance de Jésus et la virginité de Marie comme des mythes symboliques. Si on prend le récit de la genèse au pied de la lettre, on entre dans une série de difficultés insurmontables. Source: Luc Ferry "L'homme-dieu ou le sens de la vie"
1992
Le Cardinal Maurice Otunga, archevêque de Nairobi brûle des préservatifs sur la place publique. Le juge Giovanni Falcone est assassiné, son successeur le juge Paolo Borsellino est assassiné. Giulo Andreotti, sept fois président du conseil, sénateur à vie, intime des hiérarchies vaticanes, ami personnel de Jean-Paul II, appelé "le cardinal" est mis en cause par les repentis mafieux dans les affaires Sindona, Calvi, Dalla Chiesa, Pecorelli et Aldo Moro, il serait le patron de la mafia à Rome: ouverture d'une enquête. Il sera acquitté en 1999 puis condamné à 20 ans de prison en 2002 mais ne purgera pas sa peine. Silvio Berlusconi travaille main dans la main avec la mafia et le Vatican via par exemple Silvio Carboni, ex homme de confiance de Roberto Calvi (banquier du Vatican, de la loge P2 et de la mafia), ou de Pipo Calo trésorier de la mafia.
Mai 1992
Béatification de Mgr Escriver de Balaguer, (Canonisé en 2002) fondateur de l'Opus Dei : Société religieuse de plus de 70 000 membres impliqués dans la vie économique, politique et dans l'enseignement, mêlée à des affaires et à la Mafia, elle cultive le goût du secret. Source : Encyclopædia Universalis
1993
Parution de l'encyclique papale "Splendor Veritatis", un intéressant monument d'hypocrisie d'ailleurs très critiqué au sein même de l'Église catholique. (En vente dans toutes les bonnes librairies)
22 décembre 1993
Le pape Jean Paul II reconnaît que le 25 décembre est une fête païenne. Il déclare : "Chez les païens de l'Antiquité, on célébrait l'anniversaire du soleil invincible, ce jour-là afin qu'il coïncide avec le solstice d'hiver. Il a semblé logique et naturel pour les chrétiens de remplacer cette fête par celle du seul Soleil véritable : Jésus-Christ ". Source: "La Repubblica"
1994
La banque du Vatican: IOR (Instituto per l'Opere del Religion, utilisée aussi par la CIA) dérape de nouveau: elle est compromise dans le scandale Enimont où l'IOR a servi de relais à un pot de vin de 93 milliards de lires payé aux partis politiques italiens pour s'assure la mainmise sur la chimie italienne. La banque du Vatican est aussi impliquée dans un trafic d'armes au profit d'une famille mafieuse de Catane et dans une tentative de détournement informatique de subventions européennes.
1994 - Sexe, mensonges et répression
L'Église catholique oblige ses prêtres à renoncer à toute vie sexuelle au moment de leur ordination. Et, de tout temps, elle entretient des monastères de femmes, où vivent des nonnes qui se déclarent "épouses du Christ". Les contacts entre prêtres et religieuses sont inévitables : Confessions... De cette situation explosive naissent inévitablement des problèmes. En 1994 : Une religieuse, qui est aussi médecin, sœur Maura O'Donohue, chargée de la coordination de la campagne contre le SIDA, remet un rapport qui recense des cas d'abus sexuels et de viols répétés de la part de prêtres sur des religieuses dans pas moins de 23 pays.
L'Église garde le rapport dans le plus grand secret, et une partie de son contenu ne sera révélé au public qu'en mars 2001 par un journal catholique américain, le "National Catholic Reporter".
François de Grossouvres (alias Monsieur Leduc), ancien conseiller de Mitterrand, mouillé dans les affaires africaines, la loge P2 (Licio Gelli) et la Mafia, sait beaucoup de chose : Il est suicidé d'une balle dans la tête, dans son bureau de l'Élysée, le 7 avril (assis sur son fauteuil, une épaule luxée). Pas d'enquête, permis d'inhumer. (Son gendre sera suicidé d'une balle dans la tête en 1997). Décès brutal de Roger Patrice Pelat, Pierre Bérégovoy (atteint de 2 balles chacune mortelle), Charles Hernu. Sources : "Le Point" 05/04/02, "The National Catholic Reporter" 16 mars 2000, "L'Express", 7/06/2001, "Golias" juin 2001
1994 - Assistance aux génocidaires du Rwanda
On estime à 800 000 le nombre de Tutsi et Hutus modérés massacrés par les partisans du parti Hutu Power dès avril 1994. Certains religieux participent aux massacres. En juillet, les troupes du FRP Front Populaire pour le Rwanda (Tutsi) entrent à Kigali et mettent fin au massacre. Les génocidaires fuient en masse vers les pays voisins.
L'Église catholique met en place un vaste réseau pour permettre à ses membres qui ont participé au génocide de retrouver des cieux plus cléments et d'échapper à la justice internationale. L'affaire ne deviendra publique qu'en avril 2001, lorsque l'Europe, stupéfiée, découvre sur ses écrans de télévision deux religieuses Rwandaises accusées de participation à un génocide devant un tribunal belge. Sœur Gertrude (Consolata Mukangango) et sœur Kisito (Julienne Mukabutera) étaient en avril 1994 respectivement Mère supérieure et Intendante lorsque des centaines de réfugiés sont massacrés et en partie brûlés vifs. Les deux sœurs ont livré les réfugiés cachés dans leur couvent de Sovu, et apporté elles-mêmes des bidons d'essence puis enflammé le hangar plein de réfugiés. L'institution catholique a aussi procédé à l'achat et à l'acheminement de machettes, à la localisation des victimes. à travers l'association humanitaire chrétienne "Caritas internationalis". Dès août 1994, l'Église catholique donne refuge aux deux sœurs dans un couvent au Sud de la Belgique. Le public européen découvre avec stupéfaction que le cas des deux sœurs n'est pas isolé. En Belgique, mais aussi dans d'autres pays européens, l'on trouve maints prêtres et religieux accusés de participation au génocide qui coulent des jours paisibles loin des tribunaux Rwandais et internationaux, grâce à l'aide de l'Église catholique. Par exemple, l'abbé Emmanuel Rukondo, prêtre officiant (2002) dans la paisible paroisse de Granges-Canal à Genève, l'abbé Martin Kabalira qui officie aujourd'hui (2002) à Saint-Béa près de Luchon (Haute-Garonne). Source : "Le Point" 20 Avril 2001, "Traité d'athéologie" Michel Onfray, "L'Eglise et le génocide au Rwanda" Jean Damascène Bizimana
Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire d'en rire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une histoire naturelle du rire sur Arte
» histoire d'en rire: les pires rumeurs à notre sujet
» histoire juste pour rire
» Histoire d'en rire
» Histoire Vraie Pour rire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: