DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le baptême d'eau.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tancrède



Masculin Messages : 396
Inscription : 09/06/2006

MessageSujet: Le baptême d'eau.   Ven 14 Sep 2007, 09:03

-------------


Voilà ce que je pense sur le baptême d'eau


14 Je rends grâces à Dieu de ce que je n’ai baptisé aucun de vous, excepté Crispus et Gaïus,
15 afin que personne ne dise que vous avez été baptisés en mon nom.
16 J’ai encore baptisé la famille de Stéphanas; du reste, je ne sache pas que j’aie baptisé quelque autre personne.

Crispus était un juif, voir Actes 18:8

Gaïus et Stéphanas étaient sûrement aussi des juifs. Ils étaient des juifs de la diapora. Ou, ils étaient des hommes devenus juifs par le judaïsme.

et

44 Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la parole.
45 Tous les fidèles circoncis qui étaient venus avec Pierre furent étonnés de ce que le don du Saint-Esprit était aussi répandu sur les païens.
46 Car ils les entendaient parler en langues et glorifier Dieu. Alors Pierre dit:
47 Peut-on refuser l’eau du baptême à ceux qui ont reçu le Saint-Esprit aussi bien que nous?
48 Et il ordonna qu’ils fussent baptisés au nom du Seigneur. Sur quoi ils le prièrent de rester quelques jours auprès d’eux.
1 Les apôtres et les frères qui étaient dans la Judée apprirent que les païens avaient aussi reçu la parole de Dieu.

Les païens avaient reçu le St-Esprit comme au jour de la pentecôte. Pierre a immédiatement compris que les païens, (tous les païens dans le fond) recevaient aussi le salut.

Toutefois, Pierre n'avait pas encore compris, comme Paul, que le baptème d'eau n'était pas nécessaire pour les païens.

Paul avait une connaissance bien supérieure à celle de Pierre.


Serge


-------

Subject: Re:baptème d'eau


14 Je (Paul) rends grâces à Dieu de ce que je n’ai baptisé aucun de vous, excepté Crispus et Gaïus,
15 afin que personne ne dise que vous avez été baptisés en mon nom.
16 J’ai encore baptisé la famille de Stéphanas; du reste, je ne sache pas que j’aie baptisé quelque autre personne.
17 Ce n’est pas pour baptiser que Christ m’a envoyé, c’est pour annoncer l’Evangile, et cela sans la sagesse du langage, afin que la croix de Christ ne soit pas rendue vaine.


Paul avait compris qu'il n'était pas nécessaire de baptiser les païens

En ce qui concerne:
Matthieu 28:19 Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit,

La traduction pourrait être: Allez (Jésus s'adressait ici à ses disciples juifs dans la Judée), faites de toute la nation (juive) des disciples, les baptisant..... etc........

Ou

Cela s'adressait aux juifs des autres nations, de la diaspora. Les juifs des autres nations qui allaient se convertir.


Pour le baptême d'eau, il était surtout pour les juifs qui se sont convertis.
N'oublions pas que ce sont les juifs qui ont traversés la mer Rouge, qui avait symbolisé pour eux, un baptême d'eau. Une nouvelle vie après la sortie d'Égypte.

Il est vrai que les païens du premier siècle ont été baptisés par l'eau, comme l'éthiopien par exemple.

Jean le Baptiste a baptisé des juifs seulement.

Évidemment, ces choses là ne sont plus nécessaire depuis la Paroussia.


Tancrède
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le baptême d'eau.   Ven 14 Sep 2007, 09:10

Cher Tancrède, voici un article de théologie qui vous donnera , je pense, la vérité sur la nécessité du baptême d'eau:

Traité des fins dernières, Q. 7, a. 13


Article 13 : Le baptême est-il nécessaire à l’entrée dans la gloire ?

Objection 1 : Le baptême est nécessaire selon les paroles du Seigneur : "Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui ne croira pas, sera condamné". L’autorité de cette Parole ne saurait être mise en doute.
Objection 2 :
Il semble que l’homme doit non seulement recevoir le baptême pour être sauvé mais aussi le sacrement de l’Eucharistie selon la parole de Jésus : "Je suis le pain vivant descendu du Ciel ; Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra à jamais". Si donc l’Eucharistie est nécessaire au salut, a fortiori, le sacrement du baptême qui y introduit est indispensable.

Cependant :
Jésus dit au bandit crucifié à sa droite : "Aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le paradis" . Or cet homme n’avait pas été baptisé, ni par le baptême d’eau, ni par celui du martyre puisqu’il n’est pas mort pour le Christ. Donc il est possible d’être sauvé sans recevoir le sacrement de baptême.

Conclusion :
Le baptême est un sacrement puisqu’il réalise efficacement dans l’âme de celui qui le reçoit ce qu’il signifie. Il est possible de distinguer en lui au delà du signe sensible qui est l’eau versée accompagnée de la parole dite, une réalité efficacement reçue par le baptisé. Cette réalité n’est autre que le pardon de tous les péchés commis antérieurement, et la réception de la grâce comme d’une vie nouvelle. Ces deux effets du baptême sont signifiés par l’eau qui lave et fait naître la vie. Ainsi, si l’on considère le baptême en tant qu’il donne le pardon et la grâce, alors sa réception est indispensable au salut. Nous avons montré en effet que nul ne peut rentrer au Ciel si ses péchés ne lui sont pardonnés et s’il n’a reçu la grâce.
Cependant, cette grâce du baptême peut être reçue par l’homme de plusieurs manières : Bien des humains la reçoivent avant même d’avoir été baptisés sacramentellement. Ainsi, ceux qui tournent leur âme vers Dieu par une sincère conversion reçoivent dès cet instant de sa part les effets du baptême. Sachant cela, l’Église n’hésite pas à différer chez les catéchumènes la réception du baptême plusieurs années après qu’ils l’aient demandé. Elle sait qu’elle ne met pas en danger leur salut. De même, les enfants morts sans baptême sont considérés comme sauvés à cause du baptême de la prière de leurs parents pour eux ou des parents adoptifs du Ciel.
En conséquence, on doit dire que la grâce du baptême est nécessaire au salut d’une manière absolue. Quant au sacrement du baptême, il n’est pas nécessaire en soi mais relativement à cet effet dont il est la cause la plus habituelle.
Solution 1 :
Les paroles du Seigneur doivent s’entendre en premier lieu de l’effet du baptême qui est la conversion du cœur vers la vie de la grâce. Cependant, en un second sens, on doit les interpréter par une nécessité de recevoir le sacrement de baptême. En effet, celui qui est véritablement introduit par l’Esprit Saint dans la vie de la grâce ne peut que désirer la réception de ce bain d’eau instauré par le Christ. S’il refuse obstinément, c’est que sa conversion n’est pas totale. En ce sens là, on doit dire que le baptême sacramentel est nécessaire au salut.
Solution 2 :
Comme nous l’avons montré, l’homme ne peut entrer dans la gloire s’il n’a pas une foi ferme et profonde en Dieu, une espérance infaillible et une charité brûlante. Or c’est le rôle du sacrement de confirmation de rendre la foi et l’espérance adultes ; De même, l’eucharistie enflamme la charité puisque, en communiant, l’homme s’unit amoureusement à Dieu en même temps qu’à son prochain. Il réalise sensiblement dans sa vie les deux commandements donnés par le Seigneur. Cependant, ces effets de la grâce peuvent naître dans l’homme par d’autres moyens, comme on le voit chez certains saints qui furent longtemps privés par la persécution de la réception des sacrements. Bien des hommes ne reçoivent ces grâces qu’au moment de leur mort. Nous le montrerons ultérieurement.

En ce qui concerne l’argument en sens contraire, on doit répondre ceci : le bandit crucifié à la droite de Jésus fut réellement baptisé, non d’un baptême d’eau certes mais du baptême de l’Esprit Saint. En effet, il confessa sa foi au Seigneur et une telle profession ne peut venir "de la chair mais seulement du Saint-Esprit" , comme le dit le Seigneur à saint Pierre. On peut même affirmer que le bandit fut baptisé d’un baptême de sang puisqu’il estima juste devant le Seigneur les souffrances qu’il endurait pour son péché. Il est donc évident que cet homme était rempli de la grâce que confère habituellement le baptême d’eau.
D’autres théologiens pensent que ce bandit ne reçut pas sur sa croix la grâce sanctifiante dans ce qui la spécifie, à savoir cette amitié cœur à cœur avec Dieu, mais seulement l’humilité et l’espérance qui en étaient les dispositions. Dans cette hypothèse, il reçut la grâce du baptême un peu plus tard, c’est-à-dire juste à l’heure de sa mort, par la Révélation de l’Évangile du Royaume de Dieu. C’est ce qui se produisait habituellement pour tous les hommes de l’Ancienne Alliance.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
 
Le baptême d'eau.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les enfants morts sans baptême
» Baptême et autres
» Les Sacrements de baptême : donner un Prénom "en plus" de celui des parents!....
» Une NDE qui montre que les enfants morts sans baptême grandissent
» Le baptême du Seigneur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives : Théologie dogmatique, morale et divers-
Sauter vers: