DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 débat autour de l'islam/islamisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18
AuteurMessage
Jonas et le signe



Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 01 Déc 2009, 12:46

[quote="En Christ"]

Citation :
un minaret n’est pas l’interdiction de construire des mosquées

Peut-être, mais la votation suisse est de principe; il s'agit de refuser la visibilité ds le paysage, d'un islam qui veut s'y implanter et n'a nul souci d'intégrer ses fidèles à la société qui les accueille; or l'islam qui s'implante, c'est comme la mauvaise herbe qui étouffe les autres plantes;
il n'est que de réfléchir à l'histoire de toutes les nations chrétiennes qu'il a envahies au cours des siècles; en Occident, l'Espagne s'en est tirée après des siècles de luttes; en Orient l'Arménie est réduite à une peau de chagrin après les massacres de 1915, et la plupart de ses lieux de culte sont abandonnés, en ruine; les pays balkanniques, lgtps sous domination ottomane, en conservent un très mauvais souvenir: les églises bulgares en témoignent, à moitié souterraines pour ne pas dépasser la mosquée voisine en hauteur...
Et on s'étonne que les musulmans ne soient pas bien vus là-bas...

Citation :
et n’empêchera pas l’afflux d’immigrés

Exact, mais tout faire pour que ceux-ci importent leur propre mode de vie -et l'islam est cela, plus qu'une religion- sur le sol européen où ils viennent vivre, ne peut aboutir qu'à une dénaturation de notre civilisation, pê une régression vers la barbarie et le chaos, qui n'est pas ce que souhaitent des parents responsables pour leurs enfants.
Revenir en haut Aller en bas
En Christ



Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 01 Déc 2009, 12:54

[quote="Karl"]
En Christ a écrit:


Citation :
un minaret n’est pas l’interdiction de construire des mosquées

Peut-être, mais la votation suisse est de principe; il s'agit de refuser la visibilité ds le paysage, d'un islam qui veut s'y implanter et n'a nul souci d'intégrer ses fidèles à la société qui les accueille; or l'islam qui s'implante, c'est comme la mauvaise herbe qui étouffe les autres plantes;
il n'est que de réfléchir à l'histoire de toutes les nations chrétiennes qu'il a envahies au cours des siècles; en Occident, l'Espagne s'en est tirée après des siècles de luttes; en Orient l'Arménie est réduite à une peau de chagrin après les massacres de 1915, et la plupart de ses lieux de culte sont abandonnés, en ruine; les pays balkanniques, lgtps sous domination ottomane, en conservent un très mauvais souvenir: les églises bulgares en témoignent, à moitié souterraines pour ne pas dépasser la mosquée voisine en hauteur...
Et on s'étonne que les musulmans ne soient pas bien vus là-bas...

Citation :
et n’empêchera pas l’afflux d’immigrés

Exact, mais tout faire pour que ceux-ci importent leur propre mode de vie -et l'islam est cela, plus qu'une religion- sur le sol européen où ils viennent vivre, ne peut aboutir qu'à une dénaturation de notre civilisation, pê une régression vers la barbarie et le chaos, qui n'est pas ce que souhaitent des parents responsables pour leurs enfants.

Un minaret n’est que la surface visible de l’iceberg, le problème de fond est l’immigration de masse. Car une synagogue ne dérange personne, mais des milliers de mosquées change le paysage culturel.
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 01 Déc 2009, 13:03

[quote="En Christ"]
Citation :
Un minaret n’est que la surface visible de l’iceberg, le problème de fond est l’immigration de masse. Car une synagogue ne dérange personne, mais des milliers de mosquées change le paysage culturel.

Mais oui!
c'est ce que je disais: c'est une décision de principe; derrière, c'est le problème de l'immigration, musulmane surtout, qui est visée, et dt les promoteurs irresponsables, qu'ils soient entrepreneurs, économistes, pseudo-philosophes humanistes ou autres, ne voient pas le danger parce qu'ils sont loin du Christ, sans religion... Donc incapables de différencier l'islam et le christianisme qu'ils imaginent au mieux semblables en superstition...
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 01 Déc 2009, 15:36

Arnaud Dumouch a écrit:
Pierre75 a écrit:
Bonjour,
pourquoi l'Eglise condamne-t-elle la votation suisse?? Où veut donc aller l'Eglise?

Cette position pastorale de l'Eglise (peut-être de Benoît XVI, il faudrait vérifier) est critiquable. Benoît XVI, si c'est lui qui parle ainsi, devrait demander en contrepartie la possibilité aux chrétiens en terre Turque ou Arabe de construire des clochers ...

De toute façon, ceux qui disent qu'il faut défendre les droits des musulmans en Europe (je pense au président de la conférence épiscopale allemande) pour espérer améliorer le sort des chrétiens en terre d'islam oublient que les terres d'islam sont loin de risquer une "christianisation" comparable au risque d'islamisation de l'Europe, qui existe et est très dangereux.

A titre de précision historique, à tous ces gens qui expliquent sur la Toile que la majorité des musulmans suisses viennent des balkans et sont donc européens, rappelons que s'il y a des musulmans dans les balkans, c'est par invasion armée turque.
Faudrait peut-être pas l'oublier : on ne vit que la poursuite d'un ancien mouvement.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Chrysostome



Masculin Messages : 28470
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 01 Déc 2009, 17:17

En tout cas, on constate que le choix démocratique des Suisses n'est pas respecté. On vous permet de voter mais il faut voter du bon côté! C'est beau, la démocratie... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 01 Déc 2009, 17:27

Philippe Fabry a écrit:

De toute façon, ceux qui disent qu'il faut défendre les droits des musulmans en Europe (je pense au président de la conférence épiscopale allemande) pour espérer améliorer le sort des chrétiens en terre d'islam

C'est hallucinant de voir à quel point tous ces évêques n'ont absolument rien compris à l'islam ... :no Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 01 Déc 2009, 17:35

Ce qui est hallucinant, c'est de croire que ça se limite aux évêques.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28470
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 01 Déc 2009, 17:51

Vote anti-minarets: La Suisse en accusation

(Source: Radio-Canada) Le haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'homme estime que l'interdiction des minarets est discriminatoire et la ministre suisse des Affaires étrangères déclare qu'elle met en danger la sécurité du pays.


La votation populaire contre la construction de minarets en Suisse tend à devenir une affaire d'envergure internationale.

Du côté suisse, le gouvernement montre de l'inquiétude et tente de rassurer les pays musulmans et non musulmans.

Devant le Conseil ministériel de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), la ministre suisse des Affaires étrangères Micheline Calmy-Rey a déclaré être préoccupée par le vote.

Allant plus loin, elle a estimé que ce vote mettait en danger la sécurité du pays.

« Chaque atteinte à la coexistence de différentes cultures et religions met aussi en danger notre sécurité. Car la provocation risque d'appeler d'autres provocations, l'outrage d'attiser l'extrémisme », a commenté Mme Calmy-Rey.

Par ailleurs, la ministre regrette que l'expression publique de la liberté d'exercer la religion musulmane soit restreinte par cette votation.

Mme Calmy-Rey a noté qu'il « appartiendrait à la Cour européenne des droits de l'homme (si elle était saisie) de décider de la compatibilité de la nouvelle norme constitutionnelle suisse avec la Convention européenne des droits de l'homme ».

Cependant, la ministre a précisé que malgré ce vote la Suisse continuera à entretenir « des relations étroites aux plans social, politique et économique avec tous les pays musulmans ». La votation contre les minarets « va au contraire nous motiver à poursuivre davantage à rechercher l'ouverture, et le partenariat entre pays musulmans et non musulmans », a-t-elle assuré.

L'ONU sévère

Le haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Navi Pillay, estime que l'interdiction de la Suisse d'ériger des minarets était discriminatoire et la mettait en infraction avec la loi internationale.

Elle a ainsi condamné ce qu'elle a appelé l'exploitation de la peur de l'étranger qui a porté ce vote.

Le Conseil de l'Europe a critiqué lundi le résultat du vote, estimant qu'il touchait à la liberté d'expression et à la liberté de religion qui sont garanties par la Convention européenne des droits de l'homme.

Par ailleurs, le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a exhorté la Suisse à réparer cette « erreur », et a mis l'Europe en garde contre une montée du racisme.

Il a aussi souligné que « l'islamophobie est un crime contre l'humanité ».

De son côté, le chef de l'État turc Abdullah Gül a pour sa part parlé de décision « honteuse » pour les Suisses.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères turc souligne que la décision [le vote anti-minarets] a suscité une inquiétude auprès de « plus de 100 000 Turcs » qui vivent en Suisse.

La Suisse compte environ 400 000 musulmans sur une population de 7,5 millions, ce qui fait de l'islam la deuxième religion du pays après le christianisme, selon les statistiques officielles.


Radio-Canada.ca avec Agence France Presse et Associated Press

http://nouvelles.sympatico.ca/abc/Monde/ContentPosting_SRC_monde.aspx?isfa=1&feedname=CBC_WORLD_V3_FR&showbyline=True&date=true&newsitemid=455476
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 01 Déc 2009, 22:53

Paul a écrit:
"Le concile Vatican II dit clairement qu'il est licite pour toutes les religions de construire des édifices religieux, et les minarets sont des édifices religieux. C'est un coup dur pour l'intégration de tous ceux qui viennent en Suisse".

Si Vatican II dit réellement ça alors c'est un conciliabule.

Je pratique la religion ancestrale des Gaulois.

Je dois, pour les besoins de mon culte, construire une estrade dans la forêt où j'empilerai les squelettes de mes ennemis en armes, la putréfaction de leurs chairs ayant satisfait les divinités des profondeurs de la terre qui me seront alors favorables.

Puis-je construire un monument religieux selon Vatican II ?
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28470
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 01 Déc 2009, 22:56

nilamitp a écrit:
Paul a écrit:
"Le concile Vatican II dit clairement qu'il est licite pour toutes les religions de construire des édifices religieux, et les minarets sont des édifices religieux. C'est un coup dur pour l'intégration de tous ceux qui viennent en Suisse".

Si Vatican II dit réellement ça alors c'est un conciliabule.


Citation :
Le problème est que le minaret n'a rien de religieux, n'est ni une obligation religieuse, ni un édifice religieux, mais un symbole de conquête. Il n'a donc rien à voir avec la liberté religieuse et se situe même à l'opposé de celle-ci, puisque sur tout le territoire où se dresse un minaret, l'expression des autres religions est interdite.

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2009/11/minarets-interdits-en-suisse-%C3%A9tonnante-r%C3%A9action-des-%C3%A9v%C3%AAques-suisses.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 01 Déc 2009, 23:22

Citation :
Par ailleurs, le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a exhorté la Suisse à réparer cette « erreur », et a mis l'Europe en garde contre une montée du racisme.
Que la Turquie donne l'exemple sur un autre sujet : la liberté de culte !
:mdr:

Citation :
Il a aussi souligné que « l'islamophobie est un crime contre l'humanité ».
:mdr:
Je vais changer ma signature de ce pas !
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80775
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 01 Déc 2009, 23:24

nilamitp a écrit:
Paul a écrit:
"Le concile Vatican II dit clairement qu'il est licite pour toutes les religions de construire des édifices religieux, et les minarets sont des édifices religieux. C'est un coup dur pour l'intégration de tous ceux qui viennent en Suisse".

Si Vatican II dit réellement ça alors c'est un conciliabule.

Je pratique la religion ancestrale des Gaulois.

Je dois, pour les besoins de mon culte, construire une estrade dans la forêt où j'empilerai les squelettes de mes ennemis en armes, la putréfaction de leurs chairs ayant satisfait les divinités des profondeurs de la terre qui me seront alors favorables.

Puis-je construire un monument religieux selon Vatican II ?

Cher Nilamipt, les documents pastoraux s'appliquent avec DISCERNEMENT. De même que l'islamisme violent appelant à la haine ne peut être toléré, de même l'islam s'il se montre discret et respectueux de la laïcité doit l'être.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80775
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 01 Déc 2009, 23:25

nilamitp a écrit:
Citation :
Par ailleurs, le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a exhorté la Suisse à réparer cette « erreur », et a mis l'Europe en garde contre une montée du racisme.
Que la Turquie donne l'exemple sur un autre sujet : la liberté de culte !
:mdr:

Citation :
Il a aussi souligné que « l'islamophobie est un crime contre l'humanité ».
:mdr:
Je vais changer ma signature de ce pas !

La Turquie est l'un des pays qui pratique le moins la liberté religieuse, et ce pour raison nationaliste et religieuse. Les églises, les centres d'enseignement chrétiens, y sont persécutés.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 01 Déc 2009, 23:28

"les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes, les dômes nos casques et les croyants nos soldats"

Recep Tayyip Erdogan, 1er ministre Turc.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 01 Déc 2009, 23:37

Citation :
La Turquie est l'un des pays qui pratique le moins la liberté religieuse, et ce pour raison nationaliste et religieuse. Les églises, les centres d'enseignement chrétiens, y sont persécutés.
Parfaitement. Je précise : "un des pays qui pratique le moins la liberté religieuse" par rapport à l'ensemble des pays du monde, parce que pour un pays majoritairement musulman, il est plutôt "cool".

Citation :
Cher Nilamipt, les documents pastoraux s'appliquent avec DISCERNEMENT.
Zut ! La religion celtique est pleine de poésie pourtant.

Citation :
De même que l'islamisme violent appelant à la haine ne peut être toléré
Sans blague.

Citation :
de même l'islam s'il se montre discret et respectueux de la laïcité doit l'être.
l'islam laïque ?
Mais vous ne comprenez RIEN.
Les Chrétiens sont tous des musulmans laïques (musulman, au sens du Coran épuré de la conscience de mahomet ; laïque, au sens de Jésus) !


Dernière édition par nilamitp le Mar 01 Déc 2009, 23:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 01 Déc 2009, 23:37

Mécréant-LV a écrit:
"les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes, les dômes nos casques et les croyants nos soldats"

Recep Tayyip Erdogan, 1er ministre Turc.
Merci, je l'avais complètement oubliée celle-là !
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 01 Déc 2009, 23:37

Paul a écrit:

« Chaque atteinte à la coexistence de différentes cultures et religions met aussi en danger notre sécurité. Car la provocation risque d'appeler d'autres provocations, l'outrage d'attiser l'extrémisme », a commenté Mme Calmy-Rey.

On en revient toujours à la même question : dès qu'il s'agit de l'islam, pour quelque problème si insignifiant soit-il, les gouvernements ch... dans leur froc !
Et le pire, c'est qu'ils expliquent que c'est le peuple qui a peur sans raison ! Alors que si les gens ne veulent pas de minarets, ce n'est pas parce qu'ils ont peur, c'est parce que ça les gonfle ! On peut trouver ça normal ou idiot, civilisé ou rude, mais c'est ainsi.

Grande question aussi sur le rôle des gouvernements : doivent-ils être les tuteurs du peuple ? Parce que c'est ainsi qu'on les voit beaucoup agir ces jours-ci, expliquant au peuple (qui les a élu) ce qu'il doit penser, alors que logiquement, la démocratie est le régime qui permet au peuple de dire au gouvernement ce qu'il doit penser.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Chrysostome



Masculin Messages : 28470
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 01 Déc 2009, 23:44

Philippe Fabry a écrit:
Paul a écrit:

« Chaque atteinte à la coexistence de différentes cultures et religions met aussi en danger notre sécurité. Car la provocation risque d'appeler d'autres provocations, l'outrage d'attiser l'extrémisme », a commenté Mme Calmy-Rey.

On en revient toujours à la même question : dès qu'il s'agit de l'islam, pour quelque problème si insignifiant soit-il, les gouvernements ch... dans leur froc !
Et le pire, c'est qu'ils expliquent que c'est le peuple qui a peur sans raison ! Alors que si les gens ne veulent pas de minarets, ce n'est pas parce qu'ils ont peur, c'est parce que ça les gonfle ! On peut trouver ça normal ou idiot, civilisé ou rude, mais c'est ainsi.

Grande question aussi sur le rôle des gouvernements : doivent-ils être les tuteurs du peuple ? Parce que c'est ainsi qu'on les voit beaucoup agir ces jours-ci, expliquant au peuple (qui les a élu) ce qu'il doit penser, alors que logiquement, la démocratie est le régime qui permet au peuple de dire au gouvernement ce qu'il doit penser.

Ce sont les gouvernements qui ont peur! Comme quand Sarko dit que critiquer l'islam, c'est de l'islamophobie. Et dénigrer le catholicisme, insulter le pape, le Christ ou la sainte Vierge, c'est quoi? On peut faire du "catho bashing" en toute impunité mais allez faire la même chose avec l'islam sur la place publique... bonne chance!

Pourquoi la majorité chrétienne devrait-elle subir les gémissements d'un muezzin 5 fois par jour? C'est ce qu'ils ont dit en votant contre la construction de minarets mais les idiots qui nous gouvernent auraient préféré qu'ils votent "du bon côté" au nom de la liberté de religion, de la tolérance, de l'ouverture...
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 01 Déc 2009, 23:53

Philippe Fabry a écrit:
Paul a écrit:

« Chaque atteinte à la coexistence de différentes cultures et religions met aussi en danger notre sécurité. Car la provocation risque d'appeler d'autres provocations, l'outrage d'attiser l'extrémisme », a commenté Mme Calmy-Rey.

On en revient toujours à la même question : dès qu'il s'agit de l'islam, pour quelque problème si insignifiant soit-il, les gouvernements ch... dans leur froc !
Et le pire, c'est qu'ils expliquent que c'est le peuple qui a peur sans raison ! Alors que si les gens ne veulent pas de minarets, ce n'est pas parce qu'ils ont peur, c'est parce que ça les gonfle ! On peut trouver ça normal ou idiot, civilisé ou rude, mais c'est ainsi.

Grande question aussi sur le rôle des gouvernements : doivent-ils être les tuteurs du peuple ? Parce que c'est ainsi qu'on les voit beaucoup agir ces jours-ci, expliquant au peuple (qui les a élu) ce qu'il doit penser, alors que logiquement, la démocratie est le régime qui permet au peuple de dire au gouvernement ce qu'il doit penser.



Il faudra bien que l'on se décide une bonne fois pour toutes à donner leur vrai nom à ces "élites", qui s'"indignent" (n'est-ce pas, cher ( ) Mr kouchner ???) lorsque les peuples, souverains, s'expriment démocratiquement...dans un sens contraire à leur volonté :

Des ennemis de la démocratie, la vraie

De plus, un régime qui s'arroge le droit de PENSER à la place du peuple, cela s'appelle une dic-ta-tu-re
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Chrysostome



Masculin Messages : 28470
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mer 02 Déc 2009, 00:58

L'Europe des minarets

Le 01 décembre 2009 - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Contrairement à ce qui était annoncé, les Suisses se sont prononcés à 57,5% dimanche par référendum en faveur de l'interdiction de la construction de minarets.

"Tollé" (dixit le Figaro) en France.
Le peuple, ce goujat, ce rustre, a "mal" voté. Il l'a fait, par ignorance crasse "peur de l'autre". S'il était plus cultivé il n'aurait plus peur, et donc accueillerait les minarets à bras ouverts.
CQFD.
Et s'il n'avait pas eu peur (décidément!) de confesser des pulsions "inavouables", les sondages ne se seraient pas trompés!!!
Les "élites" par la voix de la presse mondiale, témoignent leur "honte" devant les "dérapages" "populistes", etc. etc..
Elles vont jusqu'à se demander si la démocratie n'a pas atteint là ses limites. (*)

On va où, comme ça? Et ces élites, elles représentent QUI?
C'en est au point où, ce matin, sur une station de radio que je ne citerai pas, j'ai entendu: les musulmans suisses sont moins contrariés par le résultat de la "votation" que par la mauvaise image que "leur pays" (la Suisse!) va donner au monde.

Comble de la mauvaise foi, on a pu lire iici et là, reprenant un article de l'AFP (je l'ai personnellement lu sur Libération, c'est dire la qualité de l'intention!): Le Vatican apporte son soutien aux musulmans de Suisse.
Une information propre à troubler encore plus les catholiques, s'il en était besoin.
Pour contrer cette fausse nouvelle, il faut lire l'analyse remarquable du Suisse Romain
Revenant sur la "communication" du Pape (voir ici: Rapport d'information sur le Saint-Siège ), il conclut:

- Le Vatican ne s'est pas exprimé (ni directement, ni indirectement) sur la votation de ce week-end, en Suisse, sur les minarets. Cette votation est laissée à la conscience des fidèles. Par contre, chaque catholique suisse est tenu de défendre la liberté religieuse et le dialogue interreligieux, en Suisse et dans le monde entier. Le Concile Vatican II s'est exprimé sur ces réalités qui sont capitales pour l'avenir de l'Eglise et du monde.
...
- L'organisation de la société revient aux laïcs. Le Pape, les évêques et les prêtres ne font pas de politique.

- L'infaillibilité du Pape, dogme de foi, définie par le Concile Vatican I (lorsqu'il s'exprime "ex cathedra" sur la foi et les moeurs), est relativisée par ceux qui veulent se l'attribuer sur des thèmes relatifs.

Les réactions en français (allant de l'excellent à l'exécrable, mais c'est toujours pareil) sont disponibles sur la page d'accueil de Google (actualités).

Il m'a paru plus intéressant de reproduire deux avis "éclairés", celui du grand Messori, et celui de Francesco Colafemmina.
Attention! Il ne s'agit pas de "racisme" (piège dialectique infernal qu'il faut à tout prix refuser!)
Tous deux sont porteurs d'une sage réflexion, chrétienne, qui dépasse l'émotion légitime du moment.

Francesco Colafemmina navigue à contre-courant, il provoque: à qui la faute, si nous en sommes arrivés là?

Minareti si, minareti no
Lundi 30 Novembre 2009
Minaret oui, minaret NON ...

Francis Colafemmina

Quand une nation ressent la nécessité d'interdire quelque chose, cela signifie qu'elle est faible, profondément faible, et promise à perdre lentement son identité.
La décision de la Suisse d'interdire la construction de minarets accolés aux nombreuses mosquées qui se dressent comme des champignons dans le petit pays d'Europe centrale va dans ce sens, et même, elle témoigne d'une certaine hypocrisie depuis toujours liée à ce pays.

Faire venir dans son propre pays, des milliers d'immigrés musulmans qui un jour, réclameront légitimement de pouvoir construire leurs propres lieux de culte, telle est la véritable question-clé.

Si des gens, peut-être tout à fait "respectables" et hypocrites, sont à la recherche de main-d'œuvre à faible coût, de pizzaioli, de maçons, de charpentiers, d'ouvriers, à qui on peut donner sans hésitation un salaire réduit de moitié par rapport à la normale; si nos enfants ont besoin de récupérer quelques grammes de drogue ou de marijuana, dilapidant l'argent gagné par la famille "respectable", laissant proliférer un certain type de criminalité extra-communautaire; si quelque organisation à but non lucratif ou quelque ONG, pour récupérer des subventions de l'État ou de l'Europe a besoin de faire regrouper de pauvres travailleurs émigrés musulmans avec leur famille; si tout cela se passe en Italie (ndt: et en France), comme en Suisse, qui est à blâmer? Les musulmans qui veulent prier Allah ou les pseudo-chrétiens qui chantent tous les jours des hymnes à Mammon?

Il ne s'agit pas simplement de nous lamenter sur nous-mêmes, ou de nous accuser.
Le vrai problème est que s'il y a une avancée de l'Islam en Europe, la responsabilité n'en incombe certes pas aux masses musulmanes, mais aux autorités européennes, et à l'hypocrisie omniprésente dans notre société (associés aux cheiks et aux tyrans du Moyen-Orient.)

Disant cela, je ne pense pas moi non plus qu'il soit opportun et nécessaire de laisser proliférer les mosquées d'Italie ou de permettre la construction de minarets sur notre territoire, au moins en vertu du principe de réciprocité. D'autant plus que nous avons déjà à nous occuper de nombreuses églises qui devraient littéralement être démolies, avant de songer à interdire les minarets des mosquées. En effet, il y a des églises qui ont des clochers difficiles à distinguer des minarets ...
Alors, qu'en dites-nous, commençons - ironiquement - par organiser un référendum afin de les abattre?

***

Vittorio Messori, pour sa part, essaie de trouver le positif: un choc qui pourrait nous permettre de redécouvrir nos racines chrétiennes.
Tout en revenant sur une idée récurrente chez lui: l'islam ne résistera pas au rouleau compresseur de l'hédonisme, et sera absorbé par l'occident! (ce qui n'est d'ailleurs pas une idée si optimiste!)
Mais aussi, et c'est important, il nous rappelle ce qu'est le minaret!!
Et ce n'est pas rien!

Ainsi, nous redécouvrons nos racines chrétiennes et notre culture

Vittorio Messori

La croix blanche sur champ rouge du drapeau (carré, comme celui du Vatican, et non rectangulaire) flotte partout en Suisse.
Il s'agit d'un point de repère (land mark) omniprésent, c'est le signe indéniable de l'identité des 26 états, subdivisée en 23 cantons, où il y a quatre langues officielles, où les catholiques coexistent avec de nombreuses églises et dénominations protestantes et où les traditions sont les moins conformes.

La coexistence n'a pas toujours été idyllique, et encore au milieu du XIXe siècle, «papistes», calvinistes, zwingliens, luthériens se sont affrontés durement, par les armes. Des choses graves, donc, mais, toutefois, des choses entre chrétiens qui prient le même Dieu et lisent la même Bible. Prêtres contre pasteurs, une guerre, mais en famille.

Ainsi, la croix du drapeau a pu continuer à représenter la totalité de ce qui - pour contourner la diversité linguistique - sur les timbres et la monnaie se définit en latin comme Confederatio Helvetica. Et les clochers des églises catholique, comme ceux des églises protestantes ont toujours marqué les scènes urbaines comme les paysages romantiques de montagne.
Pour cela aussi, le résultat du référendum - pas tant contre les lieux de culte islamiques que contre le Manarah, le "phare" en arabe, le minaret qui marque les espaces de la prière musulmane - est significatif.

Copié des chrétiens, remplaçant le clocher par la galerie pour le muezzin qui cinq fois par jour, psalmodie le Coran pour appeler à la prière, le minaret est une partie inséparable de la mosquée. C'est le signe de l'islamisation: quand les Turcs capturèrent la proie la plus convoitée, la vénérable basilique Sainte-Sophie à Constantinople, ils la firent immédiatement "leur", laissant l'intérieur presque intact, supprimant seulement des murs et des coupoles les images humaine abhorrées, mais l'entourant de quatre très hauts "phares".

C'est justement contre ce signe que semble avoir voté la Confédération suisse, avec la désapprobation de la hiérarchie chrétienne. Cette sorte de compendium, ou de résumé de l'histoire et de la culture européenne, planté au cœur du continent, où cohabitent les deux grandes racines, latine et germanique, a dit non. Non à la coexistence explicite, visible au premier coup d'œil, de la croix avec le Croissant, du clocher avec le minaret. Les montagnes blanches, les vertes vallées, les lacs bleus n'ont rien à voir avec les déserts et les steppes d'où viennent les musulmans, si souvent contenus par l'épée (et les milices hélvétiques ont fait leur part) et passant désormais doucement, mais implacablement à une nouvelle conquête, traversant les frontière de manière souvent abusive.

La Suisse ne fait que confirmer le « complexe du siège » qui se répand de plus en plus en Europe.
Quelque chose comme l'alarme des "Barbares à nos portes", qui marqua les derniers siècles de l'Empire romain.

Il peut y avoir un élément positif, en dépit des réprimandes des évêques: d'abord, la redécouverte de notre civilisation et de notre culture, abandonnant cette "inexplicable haine de soi qui depuis longtemps caractérise l'Occident" selon les mots de Joseph Ratzinger quand il était encore cardinal et rappelait aux Européens que les lumières de leur histoire, malgré tout, l'emportent sur les ombres.

Mais il y a aussi, dans cette mise en garde, quelque chose d'irrationnel: il n'est pas réaliste, en effet, de penser que, dilué parmi nous, l'islam restera lui-même. Le respect du Coran, nous ne nous lassons jamais de le dire, est déjà érodé, et il le sera de plus en plus par nos vices et par nos vertus, par nos poisons et par notre grandeur. Nul besoin d'un nouveau Lépante: notre vie quotidienne suffira, dans le bien et dans le mal, pour ôter sa force à une foi archaïque, légaliste, incapable d'affronter les défis non seulement de l'hédonisme et du rationalisme, mais aussi, il faut le dire, de vingt siècles de christianisme qui ont imprégné l'Europe.

http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=0112092_foi
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mer 02 Déc 2009, 05:30

Presque personne ne parle d'un nouveau Lépante . " Notre vie quotidienne suffira pour ôter sa force à une foi archaïque " . Voire ... Je suppose que les autorités romaines du Bas-Empire raisonnaient de la même façon lorsqu'elles intégraient des tribus entières dans l'empire . Les chefs de tribus étaient en même temps fonctionnaires romains .
On sait ce qu'il en est advenu . Les Huns ont chassé devant eux des peuples entiers , qui se sont précipités dans l'empire où ils avaient déjà un pied et ont mis à mal le bel édifice impérial .
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mer 02 Déc 2009, 13:51



What a Face

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mer 02 Déc 2009, 14:20

Philippe Fabry a écrit:


What a Face

:rigolo:
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mer 02 Déc 2009, 14:34

Citation :
Kafir a écrit:
Philippe Fabry a écrit:


What a Face

:rigolo:

:beret:
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Jeu 03 Déc 2009, 06:32

Une anecdote personnelle .
Mon frère , aumônier d'hôpital catholique , rendait visite aux malades sans distinction de religion . A la vue de la croix , une femme hospitalisée ne l'a pas laissé faire deux pas dans la chambre : " Je suis musulmane . Veuillez sortir . " .
Certes l'interprétation correcte de l'incident nécessiterait une enquête sur les motivations de cette femme . Mon frère , qui m'avait confié l'incident , ne s'en souvient plus maintenant .
Il reste que cette femme estimait qu'elle était chez elle et que sa religion passait avant toute autre considération .
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Sam 05 Déc 2009, 00:09

"Musulmans, vous êtes sur une terre chrétienne. Veuillez sortir"

Mécréant-LV.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3932
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Sam 05 Déc 2009, 00:22

Mécréant-LV a écrit:
"Musulmans, vous êtes sur une terre chrétienne. Veuillez sortir"

Mécréant-LV.
Sans être aucunément raciste ou islamophobe et je le revendique :greenange: thumleft
Je peux et me doit de respecter leur religion, mais qu'ils respectent et honorent la notre, dans un pays qu'ils ont choisi?
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Sam 05 Déc 2009, 00:57

Non à la Turquie en Europe, dans TOUTE l'Europe

Parmi les pays qui ont réagi le plus vivement au vote des Suisses contre les minarets figure la Turquie. Vous savez ce pays islamiste qui prétend intégrer l'Union européenne. Ce pays islamiste dans lequel les droits élémentaires des minorités chrétiennes, juives, arméniennes ou kurdes sont bafoués (La Turquie condamnée par la Cour Européenne des droits de l’homme). Ce pays islamiste qui retire les cloches et les croix des édifices religieux chrétiens et qui occupe en toute illégalité le territoire d'un pays membre de l'UE, Chypre, sur lequel il pratique la destruction des églises (La brève du jour : Martine doit réviser ses dossiers !). Et bien aussi incroyable que cela puisse paraître les autorités de ce pays exemplaire dans le domaine des libertés religieuses s'indignent du choix du peuple suisse de ne pas autoriser les minarets sur les mosquées.

Il est vrai que les minarets représentent une question cruciale pour un pays dont le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, proclamait en 1997 : "Les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes, les dômes nos casques et les croyants nos soldats". Finalement il n'est pas surprenant que le résultat du référendum suisse amène cet islamiste à exiger de la Suisse qu'elle fasse "marche arrière dans les plus brefs délais". Sinon quoi ? Je vous laisse imaginer les chantages, les pressions, les attaques si par malheur ce pays de 80 millions de musulmans devait un jour faire partie de l'Union européenne. Oui comme disaient les autres... Imagine. Quant au président turc, islamiste lui aussi, Abdullah Guhl (que des noms très européens comme vous pouvez le constater) il a déclaré que le résultat du référendum était "Une honte pour la Suisse". Le ministère turc des Affaires étrangères souligne, lui, que la décision a suscité de l'inquiétude auprès des "plus de 100.000 Turcs" qui vivent en Suisse. Et oui, déjà 100.000...

Et bien disons les choses d'une manière calme mais ferme. JAMAIS nous n'accepterons la Turquie dans l'Union européenne. Car la Turquie et ses habitants n'ont jamais été, ne sont pas et ne seront jamais des Européens. Mais nous ne devons pas nous contenter d'un refus de la Turquie au sein de la maison européenne même si cela est pour le moment la priorité. Ce que la deuxième reconquista (celle des Balkans) n'a pas réussi à achever cela sera à la troisième de le faire. Non seulement nous devrons chasser les Turcs du nord de Chypre qu'ils occupent en violation des lois internationales mais nous devrons également les chasser de la petite partie du territoire européen qu'ils occupent encore. Jusqu'à CONSTANTINOPLE qui doit redevenir l'un des phares de la chrétienté (Avec Rome et Moscou). Cela peut paraître utopique mais voyez-vous j'ai vécu à Berlin de 1980 à 1985. En pleine guerre froide et avant l'arrivée de Gorbatchev. Lorsque j'ai quitté cette ville à l'été 1985 si un individu m'avait dit que 4 ans plus tard le mur tomberait et que deux ans après cela serait au tour de l'Union Soviétique j'aurais certainement indiqué l'hôpital psychiatrique le plus proche à mon interlocuteur.

http://www.rebelles.info/article-non-a-la-turquie-en-europe-dans-toute-l-europe-40482845.html

Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3932
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Sam 05 Déc 2009, 01:26

Lorsque j'avais 18 ans, j'ai eu un correspondant turque, libanais et chypriote pour parfaire mon anglais.
Je n'ai rien appris en anglais, car il parlait mieux le français que moi.
Ils étaient tous chrétiens.
Je ne sais ce qu'ils sont devenus.

Lorsque j'ai rencontré celui qui est devenu mon mari, j'ai abandonné toute correspondance.
Mais aujourd'hui, je constate que l'islam radical est dominant.
Pas celui que j'ai connu.

Alors je ne peux que prier pour ceux qui ont peut-être résistés et qui font partie de mes frères chrétiens persécutés.
Mais accepter la Turquie dans l'union européenne, telle qu'elle est aujourd'hui.?
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Sam 05 Déc 2009, 13:17

Le vrai danger des minarets: la réprobation des juifs et des chrétiens, proclamée cinq fois par jour

02/12/09


L’initiative populaire suisse du 29 novembre 2009 contre la construction de minarets, qui vient de « remporter la double majorité du peuple (57,5 % de votes favorables) et des cantons (22 cantons sur 26) », met le feu aux poudres islamistes et affole certains dirigeants occidentaux. Pourtant, contrairement à ce que tentent de nous faire accroire certaines personnalités politiques et religieuses, relayées par la presse, il ne s’agit pas là d’une lamentable manifestation d’intolérance, islamophobe de surcroît. Ceux qui le pensent confondent certainement - comme vient de me le faire remarquer, avec pertinence, une internaute perspicace - minaret et mosquée. Le refus des minarets équivaut sans doute, dans leur esprit, à un refus d’accorder un lieu de culte légitime aux musulmans.

Il n’en est rien. C’est contre la visibilité de plus en plus envahissante d’un islam militant et souvent agressif qu’une grande partie de la population suisse s’est rebellée. Pour que ces gens, dont la sociabilité et le pacifisme sont proverbiaux, en soient venus là, il a fallu que leur patience soit à bout et qu’ils aient pris conscience du caractère hégémonique, querelleur et intraitable de ce type d’islam, ainsi que des modifications sournoises, induites dans leur société par le comportement d’une partie de ce groupe humain aux coutumes et à la mentalité si différentes de la leur, et prompt à recourir aux manifestations violentes lorsque ses exigences les plus extravagantes ne sont pas satisfaites.



Crédit Photo : Wikimedia Commons

Je ne sais si les Suisses qui se sont opposés par leur vote à la construction de minarets, l’ont fait parce qu’ils avaient pris conscience des conséquences dangereuses pour la paix civile et religieuse qui risquent de découler de la multiplication de ce qu’il faut bien considérer comme des tribunes d’intolérance. Je m’explique.


En terres musulmanes, c’est du haut de ces édifices en forme de tour qu’est psalmodiée, cinq fois par jour, la première sourate du Coran, appelée la Fatiha, dont voici le texte:





        1. Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.
        2. Louange à Allah, Seigneur de l'univers.
        3. Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux,
        4. Maître du Jour de la rétribution.
        5. C'est Toi [Seul] que nous adorons, et c'est Toi [Seul] dont nous implorons secours.
        6. Guide-nous dans le droit chemin,
        7. le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés.






Les six premières strophes ne posent aucun problème. Il s’agit, à l’évidence, d’une prière de louange et d’adoration d’Allah, dont la seigneurie universelle et la miséricorde sont glorifiées. Les choses se gâtent quand on considère de près la strophe numéro sept.

A en croire les commentaires du Coran des savants de l'islam, admis par tous les exégètes musulmans, ce verset distingue entre les musulmans, les juifs et les chrétiens. Les premiers sont comblés des faveurs de Dieu, les seconds encourent sa colère, les troisièmes sont réputés égarés.

Ces commentateurs anciens qui font autorité en islam, ainsi que « de nombreux autres écrits depuis les premiers temps de l'islam jusqu'aux commentaires des exégètes actuels, se basent essentiellement », pour formuler cette identification, « sur les 2 sourates et le hadith suivants » :

"Dieu a transformé en singes et en porcs ceux qu’Il a maudits, ceux contre lesquels Il est courroucé." [Coran V, 60]

"qui se sont égarés autrefois et qui en ont égaré beaucoup d’autres hors du droit chemin." [Coran V, 77].

"Ady Ben Hatem a dit: J’ai demandé à l’Envoyé de Dieu - qu’Allah le bénisse et le salue - au sujet de ceux qui sont désignés par ce verset : (Non le chemin de ceux qui ont encouru Ta colère), il me répondit : Ce sont les juifs, quant aux égarés ce sont les chrétiens."

On me dira que, hormis le bruit de cet appel, amplifié par une sonorisation moderne peu avare de watts, la population suisse ne sera nullement incommodée par cette stigmatisation quotidienne publique des chrétiens et des juifs, à cinq reprises, trois cent soixante-cinq jours par an, puisqu’ils ne comprennent pas l’arabe. Mais les Suisses de confession musulmane, le comprennent, eux, et connaissent d’autant mieux la nature de cet "enseignement du mépris" et de la réprobation, que la Fatiha est enseignée aux petits musulmans, dès l’âge le plus tendre, et constitue pour ceux d’entre eux qui sont dénués de culture religieuse, la seule prière quotidienne, aussi recommandée que familière, au point que les spécialistes la comparent au "Notre Père" des chrétiens et au "Shema Israel" des juifs.


Ce n’est pas de la paranoïa que de craindre les conséquences néfastes, à plus ou moins long terme, d’un conditionnement mental aussi hostile sur les imaginations enfiévrées de minorités aux fortes tendances victimaires et revendicatrices, entretenues par certains imams emplis d’une haine inconditionnelle pour tout ce qui n’est pas musulman. Il ne semble pas exagéré d’estimer qu’il constitue une incitation et un encouragement permanents à une révolte intérieure, grosse de débordements violents, voire séditieux, dont il n’est pas difficile d’imaginer les effets dévastateurs sur la paix civile des pays qui auront cédé à cette exigence, que leurs gouvernants, égarés par des objectifs économiques et électoraux à courte vue, ont tragiquement considérée comme "folklorique" et sans danger.


Menahem Macina


© upjf.org

Mis en ligne le 2 décembre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org

http://www.upjf.org/actualiees-upjf/article-17544-145-7-vrai-danger-minarets-reprobation-juifs-chretiens-proclamee-cinq-fois-jour.html

(via AMD - LV )
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Sam 05 Déc 2009, 22:08

LES DERNIERS HOMMES LIBRES.


La nature raisonnable a donc toujours le libre choix, puisqu'elle a toujours le pouvoir de garder la droiture de la volonté pour elle-même.

Saint Anselme de Cantorbery - De Libertate Arbitrii (10 - 11)


Les États-Unis d'Europe comptent 26 Cantons.

Il y a deux jours, un petit pays isolé au centre de l'Europe occidentale, connu et moqué pour être un vulgaire « coffre-fort », a démontré qu'il était une forteresse du monde libre, une citadelle de la civilisation chrétienne et européenne, un sanctuaire de nos souverainetés historiques menacées par les agences humanitaires/néocommunistes de la Gouvernance Globale, bref, tout ce que haïssent ou méprisent les valets de la social-démocratie bruxelloise, comme tous les pitres qui s'agitent avec leurs « alternatives néo-nationalistes ».

Pour le Jamaat-ud-Dawa, aile publique présumée du groupe armé islamiste pakistanais interdit Lashkar-e-Taïba (accusé par l'Inde d'avoir perpétré les attentats de Bombay), "cette nouvelle décision viole les principes de compréhension mutuelle et de tolérance religieuse."

On ne vantera jamais assez les talents comiques, souvent mal reconnus, des abrutis islamistes. Mais rien n'égale ceux de leurs esclaves nihilistes, égarés par troupeaux entiers au sein de nos « démocraties ».

Car pour Alain Bonnet de Soral (authentique patronyme de cet ultra-jacobin trans-hémicyclique) et son comité « Égalisation-et-Réconcialité », le diagnostic est très exactement le même. Ainsi que pour les Indigènes de la République, les « nationaux-révolutionnaires » dhimmisés, Daniel Cohn-Bendit, Caroline Fourest, Ségolène Royal, Jean-Luc Mélanchon, le Parti Communiste, la droite carlabruniste, François Bayrou, Edgar Morin, Bernard Kouchner, les Verts (dans tous les sens du terme), les altermondialistes, les Francs-Maçons trotskistes, le « Nouveau Centre », la « Nouvelle Droite » - autant dire la Très-Vieille-Gauche -, bref pour l'ensemble du champ politique français, à jamais circonscrit dans la mélasse laxative du jacobinisme.

Pourtant, c'est désormais toute l'Europe, la vraie, la seule, la nôtre, qui montre lumineusement la direction. De la Hollande au Royaume-Uni, de l'Allemagne et de l'Autriche aux pays slaves, du Danemark à l'Italie, et désormais jusqu'à la Suisse, la révolte des nations européennes prend l'allure d'une authentique guerre ouverte contre les institutions mortifères et liberticides du néo-communisme mondial et ses diverses succursales régionales.

Mais la France fait-elle partie de cette Europe ? En a t-elle jamais fait partie ? Est-elle même prête à songer la rejoindre dans sa lutte pour sa survie civilisationnelle ?

Comme d'habitude, la République des Droits de l'Homme saura fort bien se dresser contre le Devoir d'être Libre, elle tentera d'abattre tous les autres peuples européens s'il le faut, afin de préserver ses intérêts financiers pétro-militaires arabiques, ses flux migratoires islamisés, et son asservissement à l'UE et à l'ONU.

La Suisse est donc le pays des derniers hommes libres. À tous égards, leur conception de la démocratie est bien plus proche de la notion d'un nord-américain (d'origine européenne, faut-il le rappeler ?) que de celle d'un descendant des guillotineurs et des génocidaires de la République franc-maçonne. Authentique fédération « trinationale », la souveraineté populaire n'y est pas un vain mot, les entités territoriales y jouent un rôle décisif, analogue au Collège Électoral américain, et tout citoyen y est un soldat. Sans parler de sa liberté fiscale et de l'équivalent helvétique du second amendement qui singularise à jamais cette nation de toutes celles qui vivent sous la tutelle des agences de contrôle humanitaire de l'Union Européenne.

Elle est le pays des derniers hommes libres, on comprend mieux dès lors pourquoi cette nation d'esclaves qu'est la République Française a réagi avec un tel consensus à son initiative.

L'Hyperium des Nations Libres contre la GoGlob.

Pendant que tous les tenanciers des bordels idéologiques de la République braillent à qui mieux mieux contre l'axe américano-sioniste, l'Histoire se fait, sous leurs yeux de larves myopes, sous leurs nez accommodés à leur propre pestilence, mais bien au-dessus de leurs anus féconds en théories politiques pour vers solitaires. Aux États-Unis et à Israël, il faut en effet ajouter les Cantons suisses qui ont voté contre l'invasion, une demi-douzaine de pays européens où la tension anti-islamique ne fait que s'intensifier chaque jour que Dieu fait, l'Inde, berceau de notre civilisation, la nation australienne, qui a déjà pris ses dispositions contre les adeptes de la sharia, tout comme le Canada, sans parler du peuple russe, qui ne s'en laisse pas conter et subit déjà les rétorsions des hérétiques de la Mecque, ou des « hérétiques » de ces derniers, en provenance de Téhéran.

La « France » de Dieudonné montre ainsi son véritable visage : une unanimité de fond, ontologique, définitive, et mortelle.

Cette nation de lopettes finira où elle se doit, là où les vrais Européens l'enterreront, sans fleurs ni couronnes, recouverte de ses propres cendres.

Cette Europe-Monde surgira de la destruction de ce qui se fait passer pour elle, ce simulacre onuzi dénommé Commission de Bruxelles et dont Paris est le principal bras séculier.

Elle recentrera le projet hégémonique et civilisateur que nous avons propagé depuis trois millénaires sans la moindre interruption, sinon celle des cinquante ou cent dernières années, converties à la panoplie intégrale des nihilismes, que la GoGlob se charge maintenant d'unifier à l'usage de toute l'humanité.

Zentropa : l'Europe historique enfin unie dans le respect de ses singularités et de sa différence.

Westropa : l'axe trans-hémisphérique Amérique du Nord/Extrême-Occident austral.

Ostropa : la Grande Russie orthodoxe, aux avant-postes depuis 10 siècles.

Cette Tri-Unité de la civilisation pan-européenne n'est rendue possible que par la guerre de cent ans qui vient de commencer. Elle n'est rendue possible que par la disjonction des civilisations (et non leur « choc », avis aux bouffons qui me prennent pour un thuriféraire de Huntington), j'oserais même dire qu'elle ne peut s'actualiser que parce que cette guerre apporte la démonstration qu'il n'y a qu'une seule civilisation à l'oeuvre aujourd'hui, contre les pathologies mentales devenues « sociétés » ou « religions » et qui forment désormais la majorité démocratique de l'Assemblée Générale de la Gouvernance Globale.

Cette civilisation est née de la rencontre entre trois entités fondatrices : les nations celtes, la culture gréco-romaine, les confédérations germaniques.

Elle s'est ensuite divisée en trois branches distinctes du Christianisme, ce qui n'est un « hasard » que pour un républicain portant un nom à particule, mais c'est précisément de cette disjonction trinitaire que le projet de synthèse réunificatrice prend tout son sens. Cette guerre que les pousseurs de désert croient nous imposer est inscrite depuis longtemps au calendrier de l'Histoire.

Il faut prier, vraiment, pour que les Iraniens se dotent de leur bombinette atomique. Dès qu'ils la posséderont, ils comprendront ce que signifie faire partie du « club nucléaire » lorsque l'on dépend quasi-intégralement de ressources extérieures pour y parvenir.

Du jour au lendemain, des milliers d'ogives bien plus perfectionnées que les vôtres sont pointées sur votre pays, chacune de ses cités, la moindre de ses villes.

Et le temps que vous ayez à peu près atteint le niveau requis, la civilisation que vous vouliez menacer a déjà inventé l'arme d'après, celle qui renvoie tout votre uranium enrichi au niveau de la poudre noire.

Delenda Est U.N.O.

Nul besoin d'un « burst » solaire en 2012 pour venir détruire the world as we know it.

Nous allons fort bien nous en occuper nous-mêmes. Il est temps.

Il est temps, en effet, de refonder le projet civilisateur qui a guidé l'humanité pendant 3000 ans, et qui nous permet de concevoir la division irrémédiable qui est en train de s'opérer comme la plus grande chance de s'affranchir, au sens strict, de la dictature démocratique mondiale.

Désormais, la guerre pour la restauration de l'Homme Libre, c'est-à-dire historiquement souverain, va moins se livrer contre les adeptes de la Loi Coranique que contre les collaborateurs, et ils sont myriades, de cette entité post-nazie dénommée ONU.

Disons, pour être plus précis, que les deux batailles n'en forment qu'une seule, dès lors que l'on sait que la Conférence des Pays Islamiques et ses divers alliés tiers-mondistes, socialistes, « bolivaristes » et libéraux-démocrates, constituent désormais un bloc majoritaire au sein de la GoGlob.

L'Hyperium des Nations Libres, cet anneau de souverainetés solidaires, n'émergera donc, comme toutes les civilisations fondatrices, qu'en tant que résultante d'un conflit nodal, désormais planétaire, voire extra-orbital, et où sa Constitution, organique comme écrite, ne pourra voir le jour qu'en tant qu'Acte de Séparation absolue avec l'État Supranational qui se met en place.

Le IVème Reich écolo-eugéniste/multiculturaliste/socialo-islamisé qui forme désormais l'Agence de Gestion du « Parc Humain » est le pire complot jamais ourdi contre l'homme au cours de toute son histoire, la plus ténébreuse obstruction à son devenir dont il ait eu à forcer le passage, lui et l'ensemble des formes de vie de cette planète. Les complices de ce totalitarisme démocratique sont des blocs de pays, des partis politiques officiels, des commissions des Droits de l'Homme, des juges, des dirigeants syndicaux, des organisations humanitaires « non gouvernementales », des institutions internationales, des « leaders d'opinion », des journalistes, des patrons de presse, des hommes d'affaires et des lobbyistes professionnels, de petits fonctionnaires d'État, de hauts administrateurs, des animateurs de télévision, des « artistes », comme aux bons vieux temps de toutes les collaborations.

Il est un outrage au Monde Créé. Il est l'entité démiurgique usurpatrice de ces crétins de gnostiques. Il est l'Ennemi.

Il doit être détruit.

By all means necessary.

Maurice G. Dantec, Montréal, le 1er décembre de l'An de Grâce deux mil neuf

http://www.surlering.fr/article.php/id/5319



Du grand, du très grand Dantec, du meilleur cru
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Chrysostome



Masculin Messages : 28470
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Dim 06 Déc 2009, 00:06

Une mosquée a-t-elle besoin d’un minaret, s’interroge le cardinal Barbarin

ROME, Vendredi 4 Décembre 2009 (ZENIT.org) - La question des minarets est une « question seconde ». Ce qui est important, c’est que « les musulmans qui sont en Europe » aient « droit à des lieux de culte », a affirmé le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon et Primat des Gaules après le vote suisse interdisant la construction de minarets.

Sur RCF Lyon Fourvière, il a notamment estimé que la « peur » n’est jamais « très bon signe ».

« Ce qui m’intéresse, c’est de savoir si oui ou non les musulmans qui sont en Europe ont droit à des lieux de culte. La réponse est « oui, évidemment ! », et des mosquées, il y en a », a affirmé le cardinal Barbarin. « Est-ce qu’il est nécessaire qu’à ces mosquées, il y ait des minarets ? C’est une question seconde, ce qui ne veut pas dire qu’elle soit secondaire », a-t-il ajouté.

Le Primat des Gaules a aussi souligné avoir eu « au téléphone le Recteur de la grande mosquée de Lyon qui me disait que pour lui, ce qui est important c’est la mosquée. Le minaret est une question seconde ».

Citant Vatican II, le haut prélat a rappelé que « chacun a le droit libre d’exercer sa religion et doit être respecté par tous en ce domaine ». « Donc, quand la peur dit ‘d’accord pour les mosquées, mais pas pour les minarets’ ce n’est pas très bon signe, (comme l’avaient dit les évêques de Suisse dès avant la votation). Il y a certainement des raisons à cela et il faut les comprendre », a-t-il ajouté.

Enfin, le cardinal français a rappelé la « tradition déjà ancienne de dialogue profond avec les musulmans comme avec les juifs » à Lyon, « ce qui nous permet de dire que ce droit libre doit être le même partout, y compris dans les pays musulmans ».

« Lors de notre voyage en Algérie il y a près de 3 ans, nous avons dit ensemble, chrétiens et musulmans, que nous étions choqués par le ‘catholicisme des caves’ », a-t-il estimé. « Le président Sarkozy avait évoqué en son temps ‘l’islam des caves’ ». « Il y a dans certains pays un catholicisme des caves. Je l’ai dit et certains musulmans aussi le déplorent », a-t-il insisté.

http://news.catholique.org/27883-une-mosquee-a-t-elle-besoin-d-un-minaret-s
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28470
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Dim 06 Déc 2009, 00:08

Les minarets en occident : entre culture de l’intimidation et entente

ROME, vendredi 4 décembre 2009 (ZENIT.org) - Mgr Paul Hinder, de l’ordre des frères mineurs capucins, dans un entretien au journal national de la Suisse orientale, prend position sur les relations entre chrétiens et musulmans.

Mgr Paul Hinder est vicaire apostolique d’Arabie et réside à Abu Dhabi. A Thurgau, sa ville natale en Suisse, il est connu pour sa grande capacité à nouer des relations. « Personne comme lui n’est capable de combler aujourd’hui le fossé entre le monde oriental et le monde occidental », écrit la presse locale.

Depuis 1916, le vicariat apostolique d’Arabie est confié aux frères capucins de Florence. Mgr Paul Hinder, né en 1942, a grandi à Sternberg, en Suisse. Il est entré dans l’ordre des frères mineurs capucins en 1962 et a été ordonné en 1967.

En 1994 il a été nommé définiteur général de l’ordre. En décembre 2003, Jean-Paul II l’a nommé évêque auxiliaire, et en mars 2005 il est devenu vicaire apostolique d’Arabie. Dans les Emirats arabes unis, Mgr Paul Hinder a en charge près de deux millions de catholiques et coordonne le travail de 60 prêtres qui l’assistent dans son action pastorale, pour répondre aux besoins spirituels et matériels des fidèles.

ZENIT - Quelles sont les limites pour les chrétiens dans la terre où vous habitez ? Que peuvent-ils faire ou ne pas faire ?

Mgr Paul Hinder - Je réside à Abu Dhabi dans les Emirats arabes unis, mais en ma qualité d’évêque je suis responsable de 5 autres pays : Bahreïn, Qatar, Oman, Arabie saoudite et Yémen. Dans aucun de ces pays, la liberté religieuse et de culture n’est absolue. Toutefois, dans tous ces pays, à l’exception de l’Arabie saoudite, nous avons des églises où les chrétiens peuvent célébrer librement leurs fonctions religieuses. Ici règne la peur d’une « islamisation rampante ».

ZENIT - Ce danger existe-t-il vraiment ?

Mgr Paul Hinder - Je ne suis pas un prophète. Mais il est un fait qu’aujourd’hui l’islam gagne de plus en plus de terrain. Le motif principal est la migration actuelle de pays en sureffectif de naissances vers des pays où la population souffre de la tendance inverse.

ZENIT - Que pensez-vous du préjugé sur la « fameuse haine des musulmans envers l’occident » ?

Mgr Paul Hinder - Cette « fameuse haine des musulmans pour l’occident » est une légende instrumentalisée, utilisée à des fins politiques. Aujourd’hui comme hier, beaucoup de musulmans admirent les nombreuses conquêtes de l’occident et voudraient les voir se réaliser dans leurs propres pays, comme les droits de l’homme ou la démocratie.

Néanmoins, il est vrai que, par le passé, la domination arrogante des puissances coloniales a laissé des blessures qui saignent encore. Depuis que l’occident a lancé la « guerre contre la terreur » dans beaucoup de pays islamiques il y a eu apparemment un changement de paradigmes, tandis que dans ces mêmes pays la situation des chrétiens a empiré. L’aggravation de la situation ne s’est pas vérifiée de manière généralisée, plutôt de manière épisodique. Une plus forte accentuation de l’identité islamique de la part du régime au pouvoir est la conséquence d’une faible légitimité.

ZENIT - Parlons du référendum en Suisse : Les minarets sont-ils réellement considérés par la doctrine islamique comme des « pointes de lance » ou tout ceci n’est-il que le fruit d’une mauvaise campagne politique ?

Mgr Paul Hinder - D’un point de vue théologique les minarets tout près d’une mosquée ne sont pas une nécessité absolue, tout comme ne l’est le clocher d’une église. Autrefois, ni les églises ni les mosquées n’avaient de tours. De plus, ils ont très probablement repris l’architecture des églises. C’est pourquoi parler de ‘pointes de lance’ ou de ‘missiles’ est sûrement une boutade. Comme lorsque l’on met dans la main du pape un clocher avec une croix et que l’on dit qu’il doit lui servir de pare-choc pour la conquête du monde. Mais ces boutades ne sont signe d’intelligence, au contraire, cela dénote une bonne dose d’ignorance, voire même de méchanceté.

ZENIT - A-t-on raison de dire qu’il n’y a aucune différence entre les sons des cloches et les Muezzin ?

Mgr Paul Hinder - Entre les sons des cloches et les Muezzin il y a une certaine parentèle, dans la mesure où tous deux invitent les fidèles à la prière.

ZENIT -Pensez-vous que l’on ne devrait pas mettre en discussion la liberté des religions étrangères en interdisant les minarets, sachant toutefois que dans ces pays notre liberté religieuse est fortement limitée ?

Mgr Paul Hinder - Oui, il en est ainsi. La limitation des droits fondamentaux garantis par la constitution ne doit être utilisée que dans des situations d’extrême urgence et momentanément. Et non pas pour « leur faire voir » à ceux-là en Arabie ou ailleurs. Une culture de l’intimidation se heurterait-elle donc à une culture locale de l’entente ? Moi je dirais plutôt : dans les deux régions, en orient comme en occident, coexistent deux cultures, celle de l’intimidation et celle de l’entente. Nous en occident on connaît l’intimidation, par exemple, en agissant sur les minarets, et l’on connaît l’entente quand on veut manifester publiquement sa propre foi religieuse.

Charly Pichler

http://news.catholique.org/27881-les-minarets-en-occident-entre-culture-de-l
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28470
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Dim 06 Déc 2009, 23:36

Richard Martineau a écrit:
Djemila sur les minarets

Texte de Djemila Benhabib, auteure de Ma vie à contre Coran, sur l'affaire des minarets en Suisse:

"L’image de cette petite et riche enclave au cœur de l’Europe célèbre pour sa fondue, sa raclette, son chocolat et enviée partout dans le monde pour ses stations de ski et ses lacs paisibles, miroirs où se reflètent des paysages et jardins bucoliques, serait-elle en train de changer ? Que dire de sa flore humaine? Les Suisses auraient-ils subi des mutations biologiques accélérées pour célébrer le deux centième anniversaire de Darwin et sa théorie de l’évolution ?

"Les Suisses, d’habitude si «pragmatiques», s’enflammeraient pour quatre minarets ? Seraient-ils tout simplement trouillards ou plutôt courageux ? Et s’ils étaient ni l’un ni l’autre?

"Se pourraient-ils qu’ils craignent tout simplement la montée fulgurante de l’islamisme politique partout dans le monde et en particulier en Europe ?

"Une chose est sûre, les Suisses viennent de créer un précédent en assénant un coup de massue populaire à la gent politique. En effet, leur vote massif pour l’interdiction des minarets n’est pas tant une victoire de l’extrême droite qu’une défaite des politiques, incapables de recentrer le débat sur les valeurs fondamentales de la démocratie, à savoir la laïcité, l’égalité entre les hommes et les femmes et l’égalité des chances.

"Il est évident que ce suffrage traduit un écart de plus en plus profond entre le bon peuple et l’élite bien pensante qui avale, cette fois-ci bien difficilement, la pilule. Faut-il pour autant annuler le vote comme le réclame certains ? Et pourquoi ne pas changer de peuple ? Y a-t-on pensé ?

"Pourtant, tout avait été mis en place pour que l’on « vote bien ». Quasiment toute la classe politique suisse, de la droite à la gauche, des écolos aux curés, des gauchos aux patrons, avait mené le bal pour appeler à voter non. On a sorti la grosse artillerie habituelle : quiconque s’affichait en faveur de l’interdiction a été accusé de xénophobe, de raciste, d’intolérant et d’islamophobe.

"Des alliés ont même été appelés au renfort : l’ambassadeur de l’Organisation de la conférence islamique (OCI) est invité à faire campagne pour le non après avoir vertement critiqué la Suisse. Ce qui a fait dire au journaliste Vincent Pelligrini : « C’est un peu l’histoire de celui qui voit la paille dans l’œil du voisin et pas la poutre dans le sien » !

"L’OCI, là où fourmillent des dictatures et des théocraties islamiques, qui mène une campagne acharnée pour faire reculer partout dans le monde - et à l’ONU en particulier - les droits des femmes et des homosexuels, qui fait tout pour réduire la liberté d’expression et de conscience au nom du respect des religions, des traditions et des cultures, est montée au créneau pour défendre la démocratie en Suisse.

"Pendant la campagne, le bon peuple s’est bien gardé d’exprimer ses penchants. Motus et bouche cousue. De toute façon, à quoi bon ? Pour les bien-pensants, la problématique est si simple : en quoi l’existence de 4 minarets menacerait-elle la quiétude des Suisses ?

"On aurait cru entendre Jean Charest parlant des accommodements de la Société d’automobile et d’assurance du Québec (SAAQ) et de son projet de loi 16 ou encore Françoise David qui défend corps et âme le port du voile islamique dans la fonction publique québécoise ou la FFQ qui, main dans la main avec Présence musulmane, mène la même campagne.

"Faites un tour en Iran et vous verrez bien quelle liberté ont les femmes dans une théocratie islamique, même en Algérie qui ne ressemble franchement pas au pays des mollahs; le sort des femmes est peu enviable.

"Au moins pour le bon peuple, c’est clair. On ne peut réduire la démocratie à une comptabilité d’épicier. Qu’il s’agisse de la burqa en France, des quatre minarets en Suisse, des quelques cas d’accommodement à la SAAQ ou du port des signes religieux dans la fonction publique québécoise, on ne saurait réduire ses nombreuses manifestations à des « épiphénomènes, des micro-problèmes ou encore à des perceptions ».

"Tout le monde sait que le problème est ailleurs. De nombreuses études, reportages et ouvrages démontrent que la Suisse a été infestée d’islamistes et que c’est à Genève que l’islam politique des Frères musulmans a élu domicile, parrainé par Saïd Ramadan qui n’est nul autre que le gendre du fondateur du mouvement des Frères musulmans, Hassan al-Banna et père de Tariq Ramadan.

"Le premier centre islamique – celui de Genève – a servi de modèle aux nombreux centres islamiques implantés depuis le début des années 1960 en Europe avec le soutien de l’Arabie saoudite. La Suisse va en effet assumer une double fonction dans la stratégie islamiste : celle de "coffre-fort" et de lieu de prédilection à leur propagande. De cela personne ne veut parler. Ni les politiques, ni la « bien-pensance », comme l’a baptisée Élisabeth Badinter.

"Pour le bon peuple, la beauté des minarets ne saurait cacher ni la laideur des discours qui s’y tiennent ni la lâcheté et surtout pas la complicité de la bien-pensance. Puisse seulement le bon peuple être entendu !

— Djemila Benhabib, auteure de Ma vie à contre-Coran (vlb éditeur), récipiendaire du Prix des écrivains francophones d’Amérique et finaliste du prix du Gouverneur général 2009.

http://martineau.blogue.canoe.ca/2009/12/06/djemila_sur_les_minarets
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Lun 07 Déc 2009, 16:21

La croix gammée et le turban

* Mer 09 à 20h45 sur Arte

* Sam 12 à 14h00 sur Arte


Résumé :
Défenseur de la cause panarabe dès les années 20, Amin al-Hussein lutte contre l'émigration des juifs organisée par les Britanniques dans son pays, la Palestine. Affichant une sympathie évidente pour les thèses nazies dès 1937, il s'installe à Berlin, fréquente les dignitaires du IIIe Reich et s'intéresse à la «solution finale». Il est également à l'origine de la création d'un corps d'élite musulman destiné à combattre les Alliés, incorporé à la Waffen SS et composé de 12 000 hommes recrutés en Bosnie et en Croatie. A partir de biographies récentes, ce document revient sur la collaboration du grand mufti avec les nazis, mais aussi, plus largement, sur son rôle historique et politique, expliquant pourquoi il reste encore aujourd'hui un héros et un grand leader nationaliste dans la plupart des pays du Proche-Orient.

Casting :

* Réalisateur : Heinrich Billstein

Caractéristiques techniques :

Pays : Allemagne - Nationalité : allemand - Année de réalisation : 2009 - Durée : 53 mn







TOUT LE DOSSIER :



http://aval31.free.fr/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
yacoub



Masculin Messages : 280
Inscription : 26/01/2011

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mer 26 Jan 2011, 17:28

Le père Boulad prévient le monde non islamique.
L'islam c'est l'islamisme.
L'islam a toujours été poltique dès sa naissance.
La laïcité, mot nouveau , se dit en arabe la dîni ce qui signifie pratiquement agnostique.

[youtube][/youtube]
Revenir en haut Aller en bas
http://apostats-de-lislam.xooit.org/f5-Sous-forum.htm
Michael



Masculin Messages : 767
Inscription : 04/02/2011

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mer 07 Sep 2011, 16:21

L'islamisme est la plus grande menace terroriste pour le Canada, selon Harper
Mise à jour le mercredi 7 septembre 2011 à 6 h 59 HAE


oSrc.oPlusX.writeBarPartage('top');



Photo: CBC

Le premier ministre du Canada, Stephen Harper, en entrevue avec le chef d'antenne de CBC, Peter Mansbridge
Dix ans après les attentats du 11 septembre, le Canada est devenu un pays plus sécuritaire, mais la plus grande menace terroriste demeure l'islamisme, selon le premier ministre Stephen Harper.

« Il y a des menaces à différents niveaux, mais si on parle de terrorisme, la principale menace est encore l'islamisme », a soutenu M. Harper, en entrevue au réseau anglais de Radio-Canada.

Le premier ministre a précisé qu'il existe d'autres menaces terroristes qui peuvent frapper à l'improviste, comme lors du double attentat récemment en Norvège, où un homme qui détestait les musulmans a tué 77 personnes.

Mais le terrorisme islamique est la menace qui occupe le plus l'appareil de sécurité canadien, a indiqué M. Harper.

« Quand les gens pensent au terrorisme islamique, ils pensent à l'Afghanistan, ou peut-être à certains endroits au Moyen-Orient, mais la vérité est que la menace existe partout dans le monde », a-t-il dit, citant le terrorisme national au Nigeria.

M. Harper a également indiqué que les autorités canadiennes gardent un oeil sur les islamistes radicaux venant du Canada.

Vers le retour d'une loi antiterroriste plus musclée

M. Harper a déclaré que son gouvernement entend ramener les lois antiterroristes introduites en 2001, et qui ont été mises au rancart en 2007 lors de débats politiques houleux, au moment où son gouvernement était minoritaire à la Chambre des communes.

Les dispositions de la loi prévoyaient la détention préventive d'individus soupçonnés d'actes terroristes et le témoignage forcé de personnes ayant des renseignements essentiels à une enquête.

Les deux mesures, qui n'ont pas été utilisées avant leur expiration, étaient assorties d'une clause dite « crépusculaire ». Cela signifie qu'elles s'éteignent au bout de cinq ans si les Communes ne les reconduisent pas.

En octobre 2006, un comité parlementaire a recommandé le renouvellement de ces mesures, mais les libéraux, les bloquistes et les néo-démocrates, qui à eux trois étaient majoritaires à la Chambre, ont voté contre cette prolongation en février 2007.

Questionné par le chef d'antenne de CBC Peter Mansbridge sur la volonté du gouvernement de réintroduire ces mesures, M. Harper a affirmé : « Nous pensons que ces mesures sont nécessaires. Nous pensons qu'elles ont été utiles. [...] Comme vous le savez, elles sont rarement appliquées, mais il y a des moments où elles sont nécessaires », a-t-il soutenu.

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/National/2011/09/07/001-stephen_harper-entrevue_cbc-menaces_terroristes.shtml

Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28470
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mer 07 Sep 2011, 17:10

L'islamisme est un danger pour le monde entier et pas juste pour le Canada. La solution pour ramener la paix, c'est la conversion des musulmans au christianisme.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mer 07 Sep 2011, 17:30

Simon1976 a écrit:
L'islamisme est un danger pour le monde entier et pas juste pour le Canada. La solution pour ramener la paix, c'est la conversion des musulmans au christianisme.


Very Happy Pour ça il faut que christianisme soit une vrai religion ( pratiqué par la peuple entier comme dans les pays musulmans et non pas par 5% de la population croyant et pratiquent.) et puis faut aussi pas faire d'amalgame entre l'islamisme et musulmans.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28470
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mer 07 Sep 2011, 17:31

Les islamistes sont des musulmans, ce qui ne veut pas dire que tous les musulmans sont pour la violence.
Revenir en haut Aller en bas
yacoub



Masculin Messages : 280
Inscription : 26/01/2011

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mer 07 Sep 2011, 21:01

Simon1976 a écrit:
Les islamistes sont des musulmans, ce qui ne veut pas dire que tous les musulmans sont pour la violence.
Exact.
Mais ce sont les violents qui ont raison selon les textes et suivant le Beau Modèle.
Pas les pacifiques qui sont vus comme des lâches, des déserteurs, des harkis.
Revenir en haut Aller en bas
http://apostats-de-lislam.xooit.org/f5-Sous-forum.htm
mohameddddd



Messages : 260
Inscription : 25/08/2011

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mer 07 Sep 2011, 22:20

Eliza Maninham Buller, ancienne présidente de l'intelligence
britanniques interne (MI 5) a déclaré que son pays et les États-Unis
étudient les moyens de négocier avec Al-Qaïda dans le but de parvenir à
un règlement pacifique.
Elle a ajouté : «qu'il y a des limites à ce qui peut être atteint par
les actions sécuritaires contre le terrorisme, et on doit envisager à la
fin un règlement politique", mais elle a averti que les négociations
auront lieu dans un proche avenir.
Cela est arrivé dans le contexte d'une conférence, donnée par l'ancien
chef du renseignement, parmi une série de conférences organisées par la
radiodiffusion de la British Corporation.
Et sur ​​la guerre en Irak, elle a déclaré que l'implication
du Royaume-Uni dans la guerre contre l'Irak a alimenté le soutien à Al
Qaida.
Elle a ajouté que «la guerre de l'Irak a orienté des jeunes musulmans
britanniques au "terrorisme" parce que la participation de la
Grande-Bretagne à la guerre, a convaincu les jeunes que Oussama ben
Laden avait raison dans son affirmation que l'islam est attaqué."
Elle a souligné que cette guerre, a stimulé beaucoup de ses musulmans, y
compris des citoyens britanniques à se rendre en Irak pour attaquer les
troupes occidentales.
Buller Maninham avait auparavant déclaré que la guerre en Irak a
contribué à produire une génération de "terroristes" nés en
Grande-Bretagne.
(Source: BBC Arabic)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mer 30 Nov 2011, 19:10

Un livre indispensable sur l’islam tel qu’il est



Jean Robin, directeur des éditions Tatamis, vient de faire œuvre très utile en publiant un recueil de textes qui devraient être lus par le plus grand nombre. Ces textes sont la retranscription d’émissions de radio et de télévision diffusées dans le monde musulman.

Les émissions en question sont diffusées dans le monde arabe, en Iran, en Turquie, mais, grâce aux antennes satellites, elles sont reçues dans tous les pays du monde occidental. Elles contribuent à façonner l’esprit de millions de musulmans d’Europe et d’Amérique du Nord, comme elles façonnent l’esprit des populations vivant dans ce qui s’appelle le dar el Islam, le territoire de l’islam (par rapport auquel nous sommes dans le dar el Harb, le territoire de la guerre).

Et les émissions montrent qu’il s’agit effectivement de guerre : les appels au meurtre et aux assassinats de masse abondent, tout comme les propos antisémites. La haine du monde occidental suinte de chaque syllabe.

Les émissions, comme l’écrit Jean Robin en introduction, ne sont pas le fait de « djihadistes marginaux » ; elles sont le fait de « personnalités en place qui s’expriment à des heures de grande écoute ».

Après avoir lu les textes, on ne s’étonne plus de l’état de violence chaotique qui règne dans une bonne partie du monde musulman. On discerne mieux la dimension antisémite et religieuse de la haine d’Israël qui rend toute paix négociée impossible. On comprend aussi très clairement le danger qui couve dans les banlieues de nombreuses villes et les émeutes qui éclatent sporadiquement, en banlieue de Paris, de Londres, d’Anvers ou d’autres villes.

On comprend que les dirigeants présents du monde occidental, à la notable ex­ception de Stephen Harper au Canada, pratiquent un aveuglement volontaire qui aura, sans aucun doute, de très lourdes conséquences.

On enrage en se disant que le livre ne sera pas effectivement lu par le plus grand nombre et fera l’objet, comme toutes les publications lucides, d’un silence complet de la part des grands médias.

Pour ne pas laisser le lecteur dans un état d’angoisse trop puissant, Jean Robin a inclus dans le livre d’autres textes qui sont aussi des retranscriptions d’émissions. Ces autres textes montrent que des intellectuels musulmans se posent des questions, rejettent le discours hégémonique dans le dar el Islam, et tentent de déchiffrer les impasses dans lesquelles la religion musulmane et ses adeptes se sont fourvoyés depuis des siècles.

Ces autres textes ont pour auteurs des gens très courageux dont le nom doit être cité : Wafa Sultan Lubna Ahmad Al-Husein, journaliste soudanaise traînée en justice pour avoir porté une tenue vestimentaire « inappropriée », Rashid Al-Khayoun, écrivain irakien, Tareq Heggy, écrivain égyptien, Moncef Al-Marzouki, écrivain tunisien.

Ils viennent illustrer la formule de mon ami Daniel Pipes, que je reprends à mon compte : « L’is­lam radical est le problème, l’islam modéré est la solution. »

Mais ces textes représentent des positions très minoritaires dans le monde musulman actuel.
L’islam radical est le problème, dirai-je. Et, le livre le montre de manière très explicite, quasiment tout l’horizon de l’islam aujourd’hui est occupé par l’islam radical. L’islam radical est même en train de devenir un problème beaucoup plus grave et beaucoup plus brûlant encore avec l’hiver islamique qui se propage depuis bientôt une année, et un soulèvement tunisien qui a fait illusion chez quelques pseudo-penseurs.

L’islam modéré est sans doute la solution, mais il est pour l’heure tellement minuscule et tellement embryonnaire qu’il est difficile d’imaginer que la solution est en vue. Il s’écoulera sans doute des décennies avant qu’une solution puisse effectivement prendre forme, et ces décennies risquent fort d’être chargées de douleurs.

Jean Robin a fait œuvre très utile en publiant ces textes, disais-je. Il faut l’en remercier, et ajouter que le livre devrait être, d’ores et déjà, entre toutes les mains.

En vente SUR AMAZON
256 pages

Ou à commander auprès de notre service abonnements 20 € + (5,50 € de port) 4 Vérités-DIP 18 à 24, quai de la Marne 75164 Paris Cedex 19
Revenir en haut Aller en bas
yacoub



Masculin Messages : 280
Inscription : 26/01/2011

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Ven 02 Déc 2011, 10:17

« L’is­lam radical est le problème, l’islam modéré est la solution. »
Erdogan l'a dit clairement. Il n y a pas d'islam modéré et d'islam radical, il y a l'islam.
Mais il y a des musulmans modérés et des musulmans radicaux.
Revenir en haut Aller en bas
http://apostats-de-lislam.xooit.org/f5-Sous-forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Ven 02 Déc 2011, 18:12

yacoub a écrit:
« L’is­lam radical est le problème, l’islam modéré est la solution. »
Erdogan l'a dit clairement. Il n y a pas d'islam modéré et d'islam radical, il y a l'islam.
Mais il y a des musulmans modérés et des musulmans radicaux.

Vous avez raison, il y a aussi un vrai problème avec l'islam, puisque le radicalisme est un aboutissement du dogme (avec notamment les dernières sourates subbrogeantes) il ne peut pas être immédiatement catalogué comme contraire à l'islam.

L'islam modéré n'existe pour l'instant que dans la tête des Occidentaux, je connais la position de Millière, elle est pertinente dans une vision reposant sur la souveraineté de l'individu, parler d'islam modéré n'est pas qu'un voeux pieux mais pemet de donner à ceux qui sont nés dans cette culture et qui acceptent les valeurs fondant la civilisation, la possibilité de contribuer de manière féconde à la "grande société" sans nier leurs spécificités culturelles ou spirituelles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Ven 02 Déc 2011, 18:30

Dromaeosaurus a écrit:
yacoub a écrit:
« L’is­lam radical est le problème, l’islam modéré est la solution. »
Erdogan l'a dit clairement. Il n y a pas d'islam modéré et d'islam radical, il y a l'islam.
Mais il y a des musulmans modérés et des musulmans radicaux.

Vous avez raison, il y a aussi un vrai problème avec l'islam, puisque le radicalisme est un aboutissement du dogme (avec notamment les dernières sourates subbrogeantes) il ne peut pas être immédiatement catalogué comme contraire à l'islam.

L'islam modéré n'existe pour l'instant que dans la tête des Occidentaux, je connais la position de Millière, elle est pertinente dans une vision reposant sur la souveraineté de l'individu, parler d'islam modéré n'est pas qu'un voeux pieux mais pemet de donner à ceux qui sont nés dans cette culture et qui acceptent les valeurs fondant la civilisation, la possibilité de contribuer de manière féconde à la "grande société" sans nier leurs spécificités culturelles ou spirituelles.

Je n'arrive pas à voir si Guy Millière à la même kippa que j'avais quand je me suis rendu au Kotel à Jérusalem,Millière a une vision géopolitique du monde très partisane il suffit de voir ses déclarations & biographie.
Il fait ce q'il veut bien entendu,mais ce n'est pas forcément lui que je vais écouter afin d'avoir un avis impartial,notamment sur l'Islam.



Rencontre a Neuilly - l'islam, le monde arabe et... par Neuillyjournal
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Ven 02 Déc 2011, 19:25

Pourquoi il faut lire et faire lire « Comment le peuple palestinien fut inventé »




Depuis mon retour d’Israël, j’ai fait des conférences en divers lieux de France pour porter la vérité sur le Proche-Orient. J’en ferai d’autres encore, sans prendre en compte la fatigue ou les kilomètres.

Je pense qu’il le faut absolument, car l’heure est très grave.

Jamais l’image d’Israël n’a été aussi négative dans les grands médias européens. Jamais les falsifications sur l’histoire du Proche-Orient n’ont été aussi hégémoniques dans les discours tenus en Europe.

Jamais la délégitimation de l’Etat du peuple juif n’a atteint ces proportions. La menace iranienne se précise. L’hiver islamique qui touche la région s’appesantit. L’Europe est au bord de l’implosion. Les Etats-Unis sont dans l’ère Obama, et c’est tout dire.

Jamais aussi les effets de la délégitimation de l’Etat du peuple juif n’ont débordé à ce point vers une remontée de l’antisémitisme en Europe, et, plus particulièrement, en France.

Partout où je parle, on me demande ce qui peut être fait en ce contexte. Je réponds : réagir face au mensonge, rappeler les faits, ne pas laisser la calomnie et la propagande l’emporter, faire preuve de vigilance.

C’est pour donner les moyens d’aller en ce sens que j’ai tenu à publier Comment le peuple palestinien fut inventé Pourquoi il faut lire et faire lire « Comment le peuple palestinien fut inventé »*.

C’est pour que le livre soit diffusé aussi largement que possible que j’ai tenu à ce qu’il soit bref et concis.

Je demande à ceux qui me lisent de le lire et de le faire lire. Je leur demande, en toute amitié, de le faire circuler.

Il faut rendre ce livre incontournable. Il faut que les barrières du boycott qui le touche soient ébranlées.

Une seule émission de télévision a cité ce livre, Ce soir ou jamais de Frédéric Taddei.

Les autres émissions de télévision, les grandes radios, font la sourde oreille et gardent leurs portes closes. Les ennemis d’Israël et du peuple juif, et tant de menteurs professionnels, sont, eux, invités quotidiennement.

Je ne refuse aucun débat et aucun interlocuteur.

Je veux juste que les portes s’ouvrent. Pas pour moi. Absolument pas pour moi. Pour ce qui doit être dit.

Je veux que le livre soit entre toutes les mains. Pour ce qui doit être dit là encore.

Merci d’avance. Merci pour la vérité. Merci pour la liberté. Merci pour Israël. Merci pour les victimes de l’antisémitisme ou de son masque frelaté : l’ « antisionisme ».

Reproduction autorisée et vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Guy Millière pour www.Dreuz.info

PS: Dans une librairie des Champs Elysées, plusieurs exemplaires du livre ont été raturés et portent la mention manuscrite : « Guy Millière est un révisionniste ». Le mot « révisionniste » est utilisé en général pour désigner ceux qui nient la Shoah. Le voir utilisé pour désigner un livre écrit par un écrivain juif, David Horowitz, et par un ami d’Israël et du peuple juif, qui tous deux se battent contre les mensonges antisémites, et contre la négation du droit qu’a Israël d’exister et de vivre, en dit très long sur les pathologies qui imprègnent certains esprits en ce pays.

* en achetant le livre avec ce lien, vous bénéficiez d'une remise de 5%, et vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%.

http://www.dreuz.info/2011/11/pourquoi-il-faut-lire-et-faire-lire-%C2%AB-comment-le-peuple-palestinien-fut-invente-%C2%BB/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Sam 03 Déc 2011, 14:17

Jeannette Bougrab : «Je ne connais pas d’islamisme modéré»


Dans une interview au «Parisien» - «Aujourd'hui en France» à paraître ce samedi, Jeannette Bougrab, secrétaire d’Etat à la Jeunesse, s’inquiète du succès des partis islamistes au Maroc, en Tunisie et en Egypte. Fille de harki, elle pousse un coup de gueule contre la montée de l’islamisme après le Printemps arabe.
Une voix isolée au sein du gouvernement.

En Tunisie, au Maroc et en Egypte, on assiste à une poussée des islamistes. Cela vous inquiète-t-il ?
JEANNETTE BOUGRAB. Oui. C’est très inquiétant. Je ne connais pas d’islamisme modéré.

Il ne faut pas croire ceux qui se présentent - ou que l’on qualifie - de « modérés » ?
Non. L’égalité ne peut pas être à géométrie variable. L’Etat de droit se mesure notamment en fonction du degré ou du respect des droits des femmes et je n’accepte pas l’idée qu’on puisse fonder une Constitution sur la charia, système religieux fondamentalement inégalitaire. La démocratie n’est pas un supermarché où l’on pourrait prendre uniquement ce qui nous fait plaisir.

Ces « modérés » disent que la charia peut n’être qu’une source d’inspiration...

Il n’y a pas de charia light. Je suis juriste et on peut faire toutes les interprétations théologiques, littérales ou fondamentalistes que l’on veut, mais le droit fondé sur la charia est nécessairement une restriction des droits et libertés, notamment de la liberté de conscience, car l’apostasie est interdite. Il n’est pas possible de se convertir. Les mariages mixtes ne sont pas reconnus. Une femme musulmane ne peut pas se marier avec un non-musulman. Aux yeux de certains, ce n’est peut-être pas grave si des femmes doivent désormais être voilées ou si demain elles n’ont plus les mêmes droits. Pas pour moi. Je ne transige pas sur cette question de l’égalité juridique. Et il faut être attentif au double langage.

Le discours de la diplomatie française, plutôt mesuré envers ces régimes, devrait être plus ferme ?
Je ne suis pas ministre des Affaires étrangères. Je réagis en tant que citoyenne, en tant que femme française d’origine arabe. Je sais le prix qui a été payé par les gens qui sont restés de l’autre côté de la Méditerranée, notamment au moment du terrorisme islamiste qui a fait plus de 200 000 morts en Algérie. Je suis d’ailleurs contente de voir qu’à Alger une loi est adoptée pour interdire la constitution de partis politiques par les anciens du FIS.

Alain Juppé a félicité les dirigeants d’Ennahda en Tunisie et du Parti de la justice et du développement au Maroc…

Il ne s’agit pas de rompre les liens diplomatiques avec le Maroc. En 2003-2004, dès les premières années de son règne, Mohammed VI a modifié la Moudawana (Code de la famille) pour réduire la polygamie, la répudiation et interdire les mariages précoces. Va-t-on revenir sur ces textes ? En Egypte, on a vu les violences dont sont victimes les chrétiens coptes. Aujourd’hui, sur la place Tahrir, des femmes sont agressées parce que ce sont des femmes. Ben Ali ou Moubarak avaient agité le chiffon rouge des islamistes pour obtenir le soutien des pays occidentaux. Mais il ne faudrait pas tomber dans l’excès inverse. Moi, je ne soutiendrai jamais un parti islamiste. Jamais. Au nom des femmes qui sont mortes, de toutes celles qui ont été tuées, notamment en Algérie ou en Iran, par exemple, parce qu’elles ne portaient pas le voile.

La France aurait-elle dû être plus exigeante au moment où les nouvelles autorités libyennes ont parlé de charia ?

Le président de la République a assuré que la France serait très vigilante sur la question du droit des femmes et de la liberté religieuse. Les manifestations d’ouvriers, de femmes, de jeunes qui se déroulent en ce moment à Tunis ou au Caire, pour réclamer le respect des principes d’égalité et de laïcité, montrent que les choses ne sont pas jouées. Je me refuse à croire qu’il y aurait une sorte de malédiction sur ces pays arabes, que le choix devrait se résumer entre les dictateurs et l’islamisme, entre la peste et le choléra.

Mais il y a eu des élections…

Parfois la dictature est venue des urnes. Je fais partie de celles qui estiment qu’on peut interdire des partis politiques fondés sur des pratiques qui portent atteinte à une Constitution. C’est ce qui se passe en Allemagne avec l’article 21 de la loi fondamentale. L’histoire a montré aux Allemands que la démocratie peut être fragile.

Plus de 30 % des Tunisiens de France ont voté pour Ennahda aux législatives…
Oui et cela montre un vrai échec. Alors que les jeunes en Tunisie ont risqué leur vie pour la liberté, les forces conservatrices sont aussi venues de France. Je trouve choquant que ceux qui ont les droits et libertés ici aient donné leur voix à un parti religieux. Je pense à ceux qui, dans leur pays, ont été arrêtés, torturés pour défendre leurs convictions. On leur a en quelque sorte volé la révolution.

http://www.leparisien.fr/politique/jeannette-bougrab-je-ne-connais-pas-d-islamisme-modere-02-12-2011-1749609.php
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80775
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mer 07 Déc 2011, 14:13

Je propose que ce débat qui concerne la place de l'islam dans ce site soit transféré dans le site ami consacré à cela :

http://www.dialogueislam-chretien.com/

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
 
débat autour de l'islam/islamisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 18 sur 18Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18
 Sujets similaires
-
» Des musulmans veulent corriger l'islam
» Pourquoi y a t'il tant de messages anti-Islam sur l'Arche de Marie?
» L'ATHEISME, LE JUDAISME, LE CHRISTIANISME ET L'ISLAM
» groupe de rap "section d'assault" le meilleur de l'islam en musique
» Allan KARDEC et les religions: Le christianisme, l'islam, le bouddhisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Débats avec les religions non-catholiques-
Sauter vers: