DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Un nouveau témoignage de NDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Un nouveau témoignage de NDE   Sam 18 Aoû 2007, 14:06

Les deux NDE vécue par elle:



Voilà, c'est fait. Bon ou mauvais, je n'en sais rien. A vous de voir. Une précision: j'écris, c'est vrai, mais relater ces expériences m'a toujours été difficile, les mots sont impuissants. J'ai réécrit le tout, sans consulter mes "archives".
Par contre, répondre aux questions demandant d'approfondir ces expériences a été très enrichissant et, sans doute, cela m'a-t-il permis de les intégrer dans le quotidien de ma vie. Cependant, rien n'est jamais acquis et, à chaque bouleversement de vie (par ex. une agression avec violence subie en mars (à relever la synchronicité) 2003, je me retrouve assaillie par de nouvelles questions, comme n'importe quel mortel. Une N.D.E. ne fait pas nécessairement de nous des Saints pour autant.

Citation :
La première expérience a été vécue lors d'un épisode grippal sévissant à l'époque: une grippe asiatique baptisée la Hong Kong A II. Beaucoup de décès, par pneumonie, ont été signalés en cet hiver 1967-1968.
J'en ai été l'une des dernières victimes.

Elle m'a rattrappée en mars 1968, malgré un hiver sans problème en dépit d' un profil de bronchiteuse chronique, J'en avais ressenti un sentiment de fierté.

Mal m'en a pris. En huit jours, torturée par une toux épuisante de jour et de nuit, ponctuée de crachats immondes, en hypothermie, j'avais perdu 10 kgs. Le diagnostic était tombé : pneumonie à virus sur lequel les antibiotiques n'avaient pas de prise. Ils me furent néanmoins prescrits, par précaution.

Chaque matin, je m'efforçais de m'habiller et de descendre au rez-de-chaussée afin de ne pas effrayer mes enfants, âgés respectivement de 8 et 11 ans.

Je vivais en léthargie, la radio près de moi déversait de la musique classique. Dans ce silence habité, ponctué par la visite d'une aide-ménagère et de l'infirmière chargée de me faire les piqûres, la peur rodait. Je faisais peur, alors que je n'éprouvais aucune crainte. Rien que de l'apaisement malgré la toux, les crachats et le reste. Comme en attente. L'infirmière s'effrayait : "Je ne comprends pas ce médecin. Il devrait vous envoyer en clinique. C'est inadmissible. Votre mari pourrait vous retrouver morte ce soir en rentrant. Et vos enfants?" Je préférais rester chez moi, je n'avais nulle envie de me retrouver en clinique.

La réaction de mon mari ayant été négative, je n'ai pas trop osé leur raconter ce que j'avais vécu de bizarre.. Fort probablement au "pic" de la maladie. A partir de ce jour en effet, celle-ci a régressé jusqu'à la guérison finale.

Le jour ou le "bizarre" est arrivé, je somnolais, étendue sur le divan du salon, enveloppée de musique.
Brutalement, je me suis sentie détachée de tout ce qui m'entourait, emportée vers l'arrière à une très très grande vitesse. De très loin supérieure à celle des avions juste avant le décollage ou juste après un atterrissage. Les coussins du divan avaient pris la consistance de l'eau. L'eau d'un ruisseau avec, au-dessus de moi, des arbres en corbeille, immobiles. Ils me faisaient un étroit couloir dans lequel je dérivais au centre d'une lumière noire, semblable à celle d'une nuit de pleine lune. Progressivement transformée en une lumière blanche et dorée à la fois, chaude aussi dans laquelle j'éprouvais une sensation de bonheur absolu. Douceur et amour m'enveloppaient, comme au temps de mon enfance lorsque j'étais lovée dans les bras de ma grand-mère adorée. Accueillie enfin, aimée d'un amour tellement immense, jamais éprouvé auparavant et impossible à décrire avec nos mots humains.

J'éprouvais aussi la sensation d'entrer en communication avec tout l'Univers, dans une Paix Infinie où tous conflits étaient abolis. De connaître toutes les langues du monde en un langage amoureux et universel.

Je m'enfonçais de plus en plus dans cette lumière quand, soudain, la "pensée" de mes deux enfants m'a envahie : pour eux, il fallait que je m'arrache à cette dérive bienheureuse. Ce n'était pas mon désir, mais il le fallait, absolument.

La souffrance m'a traversée. Abandonner cet univers de Beauté, d'Harmonie, de Douceur, de Paix. Impossible, mais une Force m'a saisie et je me suis retrouvée dans mon cadre familier : la musique envahissait l'espace. Je regardais avec détachement tous les objets familiers, pas vraiment heureuse d'être "revenue".

Avais-je rêvé ? Non, c'était autre chose. Je me suis dit :"Si c'est çà mourir, ce n'est pas si terrible."
Les enfants sont rentrés de l'école : c'était pour eux que j'étais là, en vie. Oui, mais quelle vie ?

Au retour de mon mari, je lui ai raconté ce qui m'était arrivé. Il s'est moqué, m'a dit que j'avais rêvé, que c'était l'effet des médicaments. Je savais dans mon coeur qu'il n'en était rien. Bref, je n'ai pas été écoutée.

J'ai décidé de ne pas en parler autour de moi. J'ai vite compris qu'il était préférable de me taire. Enseignante, mère de famille, n'aurais-je pas riqué d'être traitée de "folle, de me retrouver dans un asile psychiatrique ?
Des choses étranges me sont arrivées. Que faire ? J'ai cherché à comprendre. Je me sentais en porte-à-faux, en décalage par rapport avec ce monde qui m'entourait. Sauvée cependant par l'écriture de poèmes: ils me traversaient et je les écrivais à l'aube, avant de partir au travail. Un parcours de lectures aussi, dans des domaines qui ne m'intéressaient pas vraiment auparavant : philosophie, religions etc... jusqu'à ce fameux mois d'août 197O.

Je continuerai la suite demain. J'ai un autre travail qui m'attend. Navrée de vous quitter.

Pensez à nous dans vos prières. Je vous recommande tout spécialement mes enfants et mes petits-enfants. Merci.

_________________
Arnaud


Dernière édition par le Dim 19 Aoû 2007, 11:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Dim 19 Aoû 2007, 11:22

Bonjour. Voici la suite promise :

Citation :
Mois d'août 1970

Vers le 6 environ, je suis entrée en clinique pour y subir une intervention chicurgicale lourde. Ayant eu des difficultés pour devenir maman, j'avais déjà connu plusieurs épisodes d'anesthésie complète. Si deux de mes enfants sont en vie, quatre nous ont précédés là-haut, tous nés avant la naissance. Dans mon coeur, ils sont devenus des "Vivants".

Deux jours après cette énième intervention et pour éviter les phlébites, l'infirmière et l'aide-soignante m'ont demandé de quitter mon lit et de m'installer dans le fauteuil un peu plus loin. Je n'y suis jamais arrivée. Je suis tombée entre les deux. Ce n'était pas la première fois, mais là, quelle aventure.

J'ai été projetée immédiatement dans la Lumière Indescriptible que j'avais dû quitter avec tant de souffrance et d'arrachement lors de ma première expérience : même sentiment de plénitude, de douceur, d'amour. Je retrouvais ma véritable Maison, enfin.

Dans cette Lumière, j'ai "vu" mes grands-parents maternels. Je les ai "vus", mais avec une autre perception que celle d'ici-bas. Plus tard, j 'ai appelé cela "voir avec les yeux de l'Esprit". Ils me regardaient, tout en discutant entre eux. Mon grand-père et ma grand-mère désiraient que je les accompagne, que je reste avec eux. J'ai "entendu" -nettement la voix de ma grand-mère, toujours dans cette perception différente d'ici : "Qu'elle reste avec nous. Là-bas, elle n'est pas heureuse." Elle exprimait la vérité. Effectivement, je n'étais pas heureuse. Envahie de questions sans réponse, sans personne à qui parler, terriblement solitaire dans cette quête.

Quand soudain, l'un de mes oncles, leur fils cadet, celui qui a remplacé mon père prisonnier de guerre 40-45 est intervenu. Nette, sa voix s'est élevée :" Non, pas encore, elle est beaucoup trop jeune et puis, il y a les enfants. Ils ont encore besoin d'elle."

La lumière m'a quittée brutalement et je me suis retrouvée couchée sur le sol avec, penché au-dessus de moi, un visage. Sans doute avais-je reçu une paire de gifles pour me faire revenir ! Le visage avait une expression effrayée, mais doux. Je me suis sentie en confiance. Immédiatement, j'ai éprouvé le besoin de raconter ce qui m'était arrivé. J'ai eu plus de chance que la première fois. Elle m'a répondu en me tutoyant : "Je te crois. Nous avons eu très peur. Tu étais en train de mourir. Tes yeux étaient fixes et brillants. On aurait dit que tu voyais quelque chose. Ils étaient pleins de lumière. Ma collègue est partie chercher du secours, mais je vois que çà ira." Le tutoiement était normal, la clinique étant située dans la zone flamande du pays.

La collègue est revenue et nous sommes restées toutes les trois pour en discuter. Non, ce n'était pas un simple évanouissement. Elle aussi avait eu très peur. Elle ajouta : "Je n'avais jamais vu çà." Sans doute était-ce sa première confrontation avec la mort.

J'ai vérifié les dates, suis allée au cimetière et, aussi étrange que cela puisse paraître, l'oncle qui est intervenu au nom de mes enfants est décédé en 1976. Or cette deuxième expérience a eu lieu en 1970. Je tiens à relever cette précision. Elle me paraît importante.

J'ai aussi eu la chance, au cours de mes recherches ultérieures, d'avoir pu acquérir un livre écrit, je crois, bien avant Moody : La vie après la mort ? d'un écrivain suédois le docteur NILS O'JACOBSON. Ecrit en 1971, il a été traduit en français en 1973 et édité par les Presses de la Cité.

J'ai fait de mon mieux, mais décrire l'indisciptible avec nos pauvres mots n'est pas facile. Heureusement, il y a eu ce don de la poèsie pour qui, chaque jour je dis Merci.

A bientôt. Merci pour vos prières.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Dim 19 Aoû 2007, 11:28

Citation :
Bonjour,

Je suis Belge. J'ai vécu deux N.D.E. il y a bien longtemps.
Je viens de m'offrir un ordinateur. Le temps de m'y adapter un peu et de me familiariser avec l"engin, j'ai évdemment parcouru les sites concernant ces expériences. Avec bonheur, j'ai contacté ainsi "La petite Rien du tout" qui m'a proposé de porter témoignage : ce que je viens d'effectuer. C'est étrange, j'ai l'impression de trouver, enfin, un lieu où des catholiques m'écouteront. J'ai été l'une des premières à m'affilier à l'IANDS France vers les années 1980 environ. Mes expériences dataient de 1968 et 1970. J'ai vite compris qu'il était préférable de ne pas en parler, mais je me suis mise à chercher beaucoup jusqu'en 1975 où un article d'Historia parlait du Père Teilhard de Chardin. Sans doute à l'occasion de l'anniversaire de sa mort (en 1955). Si je suis restée dans le giron de l'Eglise, c'est grâce à lui: sa fidélité envers elle m'a véritablement fascinée. Je me suis intéressée à sa biographie, ses écrits, abordables pour moi : ma bibliothèque en est pleine. Plus tard, j'ai eu l'immense privilège de connaître la Présidente de la Société Teilhard de Chardin en Belgique. Je me suis affiliée à cette Association où j'ai passé des instants merveilleux jusqu'à sa dissolution après la mort de Dominique.

Je suis heureuse de connaître votre site et, comme nous habitons tous deux le même pays et sans doute pas très loin l'un de l'autre, je serai infiniment heureuse de vous rencontrer. Pas la semaine prochaine car je serai absente, mais la suivante. A votre convenance évidemment. Voici mes coordonnées :

Mme R.V.Q.

_________________
Arnaud


Dernière édition par le Dim 26 Aoû 2007, 11:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Lun 20 Aoû 2007, 19:48

Mon coeur exulte de joie à la lecture de ces récits d'expérience NDE !
Merci Cher Arnaud de nous les communiquer I love you

Aussi bizarre que cela puisse paraître, je n'ai jamais eu peur de mourir mais ceci me conforte qu'un jour vraiment je me retrouverai dans la lumière mais en plus oui je les envie un peu, j'ai tellement envie de rejoindre mon Dieu dans la plénitude , je suis un peu comme l'abbé Pierre pas de tendance suicidaire mais qu'y a t'il de plus merveilleux de vivre en compagnie de Jésus dans la Connaissance, certains me trouveront anormale, cependant je me plie à la Volonté de Dieu qui me rappellera quand Il le voudra bien... je suis là pour faire sa Volonté... rien ne peut m'intéresser davantage moi pourtant si imparfaite , tellement imparfaite !

Ce soir il y a le film Jeanne d'Arc , j'ai envie de voir j'aime beaucoup Ste Jeanne d'Arc car d'ailleurs mon second prénom est Jeanne. Basketball

Ste Jeanne d'Arc prie pour nous !
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Lun 20 Aoû 2007, 20:57

Attention le Jeanne d'arc de ce soir est un peu "hard"...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Louis



Masculin Messages : 6128
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Lun 20 Aoû 2007, 21:34

Merci à cette dame pour son témoignage.

J'aime quand elle dit : "voir avec les yeux de l'esprit". En effet, dès cette vie nous pouvons voir avec les yeux de l'esprit. C'est d'ailleurs le cas pour nous tous lorsque nous rêvons la nuit.

Ce qui m'interpelle c'est l'intervention de cet oncle alors qu'il n'était pas encore mort. Comme si une partie de notre âme avait une vie parallèle.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com/
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Lun 20 Aoû 2007, 21:49

Citation :
Brutalement, je me suis sentie détachée de tout ce qui m'entourait, emportée vers l'arrière à une très très grande vitesse. De très loin supérieure à celle des avions juste avant le décollage ou juste après un atterrissage.

Ce témoignage me rappelle une expérience faites il y a 11 ans, à la différence que ce n'était pas une NDE. Etait-ce une expérience mystique, peut-être ! Ce n'est pas à moi d'en juger.

Je me trouvais allongé sur un lit dans une clinique. J'entendais tout ce qui se passait autour de moi, notamment les infirmières qui essayaient de me réveiller en me secouant. A vrai dire je ne dormais pas, seul mon corps semblait complètement endormi. Je n'avais absolument pas envie de faire ce qu'elle me demandait. Etais-je dans un état extatique ? Je ne saurai le dire. Moi je me demande si je ne me trouvais pas dans le repos de l'Esprit. J'ai lu des témoignages de personnes qui sont tombés dans cet état qui ressemblait exactement à ce que je ressentais à ce moment là.

C'est alors que j'ai senti qu'on me faisait une piqure. Je me suis retrouvé hors de mon corps, avec mon esprit. Je ne me suis pas vu sortir. J'ai alors entendu la voix d'une personne que j'aimais beaucoup, un évêque, grâce à qui j'avais été ordonné diacre 1 an auparavant. Cela ne pouvait pas être lui, c'est évident, mais la voix qui me parlait, c'était sa voix. Il me tutoyait, m'appelant par mon prénom. Je ne me souviens plus exactement ce qu'il m'a dit.

Ce dont je me souviens, c'est que nous sommes partis à toute vitesse. Je crois avoir fait alors un vol de l'esprit. Nous allions de plus en plus vite jusqu'à atteindre une vitesse que je ne saurai décrire, peut-être la vitesse de la lumière. Je n'avais pas peur du tout, je me sentais très bien. Sans doute, parce que c'était mon évêque qui m'accompagnait, du moins c'est ce que l'ange qui m'accompagnait m'a fait croire pour ne pas que je m'inquiète. (c'est moi qui analyse comme cela).

C'est alors que nous nous sommes arrêté brusquement et que je me retrouvais dans un grand silence, quand j'ai entendu 2 voix (celle de 2 autres amis, un prêtre et un laïc) qui me disaient combien ils m'aimaient. J'ai alors cru comprendre que je me trouvais au coeur de la Trinité, j'étais l'un de la Trinité, apparemment le Fils.

Je ne saurai dire combien de temps cela a duré. Je me souviens qu'il m'a fallut repartir et refaire marche arrière, à la même vitesse. C'est alors que je suis revenu sur terre, mais pas dans la chambre de la clinique où je me trouvais. J'ai atterri, c'est le moment de le dire (après un vol de l'esprit), sur une base aéronautique où j'exerçais comme aumônier ; et ce dans la chapelle, en sortant d'un grande fresque qui se trouvait juste derrière l'autel, représentant le Christ ressuscité avec à sa droit un paysage de guerre et à sa gauche un paysage de paix. Je suis sorti du Christ qui était peint sur le tableau. Le dernier souvenir que j'ai de cette expérience, c'est que j'étais en aube, comme le Christ sur la fresque, et je portais mon étole de diacre.

Je n'ai repris conscience que quelques jours plus tard, parce qu'on m'avait fait dormir. Je me souvenais de tout ce que j'avais vécu auparavant, comme si je venais de sortir de mon expérience. Une question m'est de suite venue à l'idée. Je n'avais jamais remarqué que le Christ de la fresque portait une étole de diacre. Je me suis dit que j'avais peut-être rêvé. Mais je me suis promis de retourner voir cette fresque dès que je sortirai pour vérifier.

C'est ce que j'ai fait, et là, à ma grand surprise, je ne l'avais jamais remarqué, ce Christ portait bien comme une étole de diacre, mais qui était formé par les plis de son aube. J'ai accueilli cela comme un signe que ce drôle de rêve était peut-être plus qu'un rêve. Alors que j'ai oublié tous les autres rêves que j'ai fait, je n'ai jamais oublié celui-là.

Tout cela pour vous dire que ce voyage que j'ai fait, en esprit, ressemble (au niveau du déplacement) à ce que dit notre soeur à propos de la sortie de son corps.

Voilà, c'est un simple témoignage qui vaut ce qu'il vaut. En tous les cas, cela m'a beaucoup marqué. Après coup, je me suis demandé si la voix de celui qui m'accompagnait et que j'ai pris pour mon évêque, n'était pas la voix de l'Archange Michel. Autre détail surprenant, cet évêque qui m'accompagnait, était à l'époque, évêque aux armées. L'Archange Michel est le chef des Armées des cieux, des légions d'Ange.

Fraternellement

Pierre
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Mar 21 Aoû 2007, 08:06

Merci Pierre pour ce témoignage sunny

Jésus a voulu peut-être te dire qu'il t'aime et est content que tu sois diacre par cette expérience.

C'est aussi simplement mon interprétation !
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Mar 21 Aoû 2007, 12:33

petero a écrit:
J'ai alors entendu la voix d'une personne que j'aimais beaucoup, un évêque, grâce à qui j'avais été ordonné diacre 1 an auparavant.

J'ai oublié de vous dire que cet évêque s'appelait Michel. C'est la raison pour laquelle j'ai fait le rapprochement, après coup, avec l'Archange Michel.

Cordialement

Pierre
Revenir en haut Aller en bas
Toniov



Masculin Messages : 1936
Inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Mar 21 Aoû 2007, 13:02

C'est vrai que beaucoup de témiognages NDE sont bouleversants et cela ne peut laisser indifférent. Mais le monde est bien étrange et on ne sait pas du tout en vérité de quoi il sagit vraiment... Pour moi, qui ait beaucoup de mal à accepter la disparition définitive des etres aimés, cela me procure un certain " réconfort ". Il y a deux visages du monde; l'un est implacable et l'autre est l'espérance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Mar 21 Aoû 2007, 15:09

petero a écrit:
petero a écrit:
J'ai alors entendu la voix d'une personne que j'aimais beaucoup, un évêque, grâce à qui j'avais été ordonné diacre 1 an auparavant.

J'ai oublié de vous dire que cet évêque s'appelait Michel. C'est la raison pour laquelle j'ai fait le rapprochement, après coup, avec l'Archange Michel.

Cordialement

Pierre

Tout ceci me conforte dans ma pensée que c'est bien une grâce de Dieu que vous avez reçue Pierre. La similitude avec le Saint Archange Michel est grande. Pour l'anecdote j'aime beaucoup St Michel, je connais une personne qui est chère à mon I love you de ce même prénom et cette personne est née le 2 octobre, jour de la fête des Saints Anges. ange1

Cordialement et union de prières :sts:

Elise
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Sam 01 Sep 2007, 16:03

Témoignage d'un ermite (la Petite rien du tout) sur cette NDE:


Citation :
Commentaire de La-petite-rien-du-tout ( http://nde-au-dela.fr )
A sa première NDE, d'un déroulement très habituel, "Elvir" a réalisé que c'est l'amour pour ses enfants qui a fait s'inverser cette Force qui l'entraînait vers un univers d'une joie indicible que la mort définitive lui offrait.
Parce qu'elle se retrouvait, deux ans plus tard, dans la même situation, une situation connue, elle pouvait comprendre, intégrer une autre expérience: voir, entendre des personnes de sa famille prendre pour elle la décision de son retour auprès de ses enfants. Cela ne peut pas être de l'imagination. Et l'une d'entre elles ne mourra, dans notre perception, que six ans plus tard.
Nous nous situons dans notre univers comme dans un plan où le temps serait en abcisse et l'espace en ordonnée. Dans l'au-delà, il n'y a plus ni temps ni espace, car nous nous situons en Dieu, dans l'univers des êtres. Cela dépasse notre intelligence. Le point peut-il imaginer la ligne? La ligne peut-elle imaginer le cube? L'univers de Dieu, c'est une autre dimension!


L'idée du plan avec le temps en abcisse et l'espace en ordonnée n'est pas de moi, mais du Seigneur, ce matin. Rendons à Dieu ce qui Lui appartient!
MPVA

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Théodéric



Messages : 6692
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Mer 05 Sep 2007, 05:08

Bonjour,

j'ai eu la chance et même le bonheur de mourir pas mal de fois a cause de mon accident et de ces conséquence sur tout mon organisme qui tombé tour a tour en panne ou qui lâchait pendant les opérations ; bien sûr pour la médecine c'est du délire dû aux produits.

j'avais avant l'accident appris les méthodes de dé corporation ce qui n'a absolument rien a voir car le truc des dé corporation ce fait sans la Lumière d'en haut donc je traînerais pas sur le sujet.

Par contre chaque fois que le coeur lachait et il a lachait tellement souvent que ce n'ai pas noté dans mon dossier car cela la fiche mal dans un hôpital de dire que pendant 6 mois un malade meurt 3 fois par jour (ça fait un peu léger envers les Drs responsable !) alors je vivais quasiment tout le temps au dessus de mon corps qui était invivable et douloureux, je baignais dans une lumière sans fin (pas de notion de temps) qui communie a tout dans une Paix que l'on ne peut nommer (maintenant je sais que c'est celle de l'Esprit . et quand ma santé lâchait vraiment j'étais aspiré encore plus profondément dans la pénétration de cette lumière, mais il y avait toujours 2 êtres Lumineux a mes cotés et il me disaient "non non c'est pas fini;"

bien que dés le début de mon accident je savais que je ne mourrais pas, pourtant une fois j'ai sentis la vie me quitter corps et âme vraiment anéantis, et là j'ai vu Jésus (auquel je ne comprenais rien n'étant que mal croyant !) et IL m'a dit fermement en m'appelant par mon prénom " TU NE CROIS PAS QUE J AI RéSSUCITé LAZAR !" puis tout a disparu et je suis réellement mort on m'emmenais a la morgue et pendant le trajet l'infirmier a eu la surprise de voir le mort bouger et du coup on m'a ramené aux soins et ils m'ont mis sous dialyse;
c'est vrai que la Résurrection ne m'avait jamais soucié et que mon opinion sur Jésus était la même que sur Bouddha ou presque.
ensuite ma santé a progressé a l'étonnement des Drs qui n'ont jamais pariés une vielle seringue que je vivrais; 2ans d'hôpital.

plusieur fois j'ai revue le Ciel et mes 2 gardiens de lumière jamais je n'ai vu un tunnel ou autre toujours dans la lumière , je me souviens qu'une fois j'ai vu de l'herbe comme il y en a la haut , elle était vivante animé par un mouvement noble en elle, c'est en fait la Vie de l'Esprit lorsque la Création ne subit pas de déchéance.

depuis je n'ai jamais perdu ce regard de voir la lumière partout est en tout, Dieu n'Est jamais loin, c'est nous comme somme loin et souvent loin de nous même.
plus tu es faible plus cette évidence de sa présence devient perceptible;
je ne suis jamais si heureux que quand ma santé baisse , car alors l'écran disparaît d'autant .
la meilleur solution connu est le jeun, pas pour vivre un truc , mais dans le but d'être plus a LUI et moins a soi et a notre force.

nous baignons tous dans cette Lumière elle ne peux pas ne pas être présente, la chair est opaque a sa présence , seule la prière l'Amour et surtout la fidélité a Lui permet de Vivre simplement Unis a cette Lumiére. qui Est l'Esprit, ensuite Jésus attire encore plus profondément en LUI et l'a l'évangile est pour moi irremplaçable.
Mais rechercher a vivre cette Lumière serait comme un caprice, la Lumière on la en propre lorsque l'on tend la main a un malheureux a un malade, dés que tu Aime et sert les autres tu porte cette Lumière en toi et la leurs donne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Mer 05 Sep 2007, 08:23

Merci Théodoric pour ce témoignage que j'ai lu avec beaucoup d'émotion.

J'ai beaucoup aimé la fin de ton témoignage aussi :

la Lumière on la en propre lorsque l'on tend la main a un malheureux a un malade, dés que tu Aime et sert les autres tu porte cette Lumière en toi et la leurs donne.

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Mer 13 Fév 2008, 17:32

TEMOIGNAGE de Mme Gloria Constanza POLO, dentiste à Bogota, (Colombie), foudroyée le 5 mai 1995, lors d’un orage, déclarée cliniquement morte, revenue à la vie. Une vie nouvelle, par la Grâce de l’Infinie Miséricorde de Dieu.(Sur son site internet : www.gloriapolo.com en langue espagnole la totalité d’un entretien qu’elle a accordé à ’Radio Maria’ en Colombie.)

« Dieu m’a donné cette mission, il m’a dit : “Tu vas repartir (sur terre) et tu donneras ton témoignage non pas mille fois, mais mille fois mille fois. Et malheur à ceux qui ne changeront pas après avoir entendu ton témoignage, car ils seront jugés plus sévèrement, comme toi lorsque tu reviendras ici un jour ; de même pour mes oints, les prêtres, car il n’y a pas pire sourd que celui qui refuse d’entendre !”

Afin que tous ceux qui liront et entendront ce témoignage changent leur vie dés aujourd’hui, se mettant en conformité avec les COMMANDEMENTS de DIEU.
QUE LE SEIGNEUR NOUS CONCEDE A TOUS LA GRACE DE LA CONVERSION ET DU SALUT.

******************************************************

« Frères et sœurs, c’est merveilleux pour moi de partager avec vous en cet instant, l’ineffable grâce que m’a donnée Notre Seigneur, il y a maintenant plus de dix ans.



C’était à l’Université Nationale de Colombie à Bogota (le 5 mai 1995). Avec mon neveu, dentiste comme moi, nous préparions une maîtrise. Ce vendredi après-midi, mon mari nous accompagnait car nous avions des livres à prendre à la Faculté. Il pleuvait abondamment et mon neveu et moi-même, nous abritions sous un petit parapluie. Mon mari, vêtu d’un imperméable, approchait de la bibliothèque du Campus. Mon neveu et moi qui le suivions, nous sommes dirigés vers des arbres pour éviter des flaques d’eau.
A ce moment-là, nous avons été tous les deux foudroyés. Mon neveu est mort sur le coup ; il était jeune et en dépit de son jeune âge, il s’était déjà consacré à Notre Seigneur ; il avait une grande dévotion à l’Enfant-Jésus. Il portait toujours sa sainte image dans un cristal de quartz sur sa poitrine. D’après l’autopsie, la foudre serait entrée par l’image ; elle a carbonisé son cœur et est ressortie par ses pieds. Extérieurement, l’on n’apercevait aucune trace de brûlure. Pour ma part, mon corps a été calciné de façon horrible, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Ce corps que vous voyez maintenant, reconstitué, l’est par la grâce de la miséricorde divine. La foudre m’avait carbonisée, je n’avais plus de poitrine et pratiquement toute ma chair et une partie de mes côtes avaient disparu. La foudre est sortie par mon pied droit après avoir brûlé presque entièrement mon estomac, mon foie, mes reins et mes poumons. (Aujourd’hui Gloria Polo porte sur son corps, particulièrement ses jambes, les traces de ces grandes brûlures).

Je pratiquais la contraception et portais un stérilet intra-utérin en cuivre. Le cuivre étant un excellent conducteur d’électricité, carbonisa mes ovaires. Je me trouvais donc en arrêt cardiaque, sans vie, mon corps ayant des soubresauts à cause de l’électricité qu’il avait encore. Mais ceci ne concerne que la partie physique de moi-même car, alors que ma chair était brûlée, je me retrouvai à cet instant dans un très beau tunnel de lumière blanche, remplie de joie et de paix ; aucun mot ne peut décrire la grandeur de ce moment de bonheur. L’apothéose de l’instant était immense.

Je me sentais heureuse et remplie de joie, car je n’étais plus sujette à la loi de la pesanteur. A la fin du tunnel, je vis comme un soleil d’où émanait une lumière extraordinaire. Je la décrirai comme blanche pour vous en donner une certaine idée, mais en fait, aucune couleur sur terre n’est comparable à un tel éclat. J’y percevais la source de tout amour et de toute paix.

Alors que je m’élevais, je réalisais que je venais de mourir. A cet instant-là j’ai pensé à mes enfants et je me suis dit : ‘Oh, mon Dieu, mes enfants, que vont-ils penser de moi ? La maman très active que j’ai été, n’a jamais eu de temps à leur consacrer’ ! Il m’était possible de voir ma vie telle qu’elle avait été réellement, et cela m’a attristée. Je quittais la maison tous les jours pour transformer le monde et je n’avais même pas été capable de m’occuper de mes enfants.

A cet instant de vide que j’éprouvais à cause de mes enfants, je vis quelque chose de magnifique : mon corps ne faisait plus partie de l’espace et du temps. En un instant, il m’était possible d’embrasser du regard tout le monde : celui des vivants et celui des morts. J’ai pu étreindre mes grands-parents et mes parents défunts. J’ai pu serrer contre moi tout le monde, c’était un si beau moment ! Je compris alors combien j’avais été trompée en croyant à la réincarnation dont je m’étais faite l’avocate. J’avais l’habitude de “voir” partout mon grand-père et mon arrière grand-père. Mais là, ils m’embrassaient et j’étais parmi eux. En un même instant, nous nous sommes étreints ainsi qu’avec tous les êtres que j’avais connus dans ma vie.



Durant ces moments si beaux hors de mon corps, j’avais perdu la notion du temps. Mon regard avait changé : (sur terre) je faisais la différence entre celui qui était obèse, celui qui était de couleur ou disgracieux car j’avais toujours des préjugés. Hors de mon corps, je considérais les êtres de l’intérieur. Comme c’est beau de voir les gens de l’intérieur ! Je pouvais connaître leurs pensées et leurs sentiments. Je les embrassais tous en un instant tout en continuant à m’élever toujours plus haut et pleine de joie. Je compris alors que j’allais profiter d’une vue magnifique, d’un lac d’une beauté extraordinaire. Mais à ce moment-là, j’entendis la voix de mon mari qui pleurait et m’appelait en sanglotant : “Gloria, je t’en prie, ne pars pas ! Gloria, reviens ! N’abandonne pas les enfants, Gloria”. Je l’ai donc regardé et non seulement je l’ai vu mais j’ai ressenti son profond chagrin. Et le Seigneur m’a permis de revenir bien que ce n’était pas mon souhait. J’éprouvais une si grande joie, tant de paix et de bonheur ! Et voilà que je descends désormais lentement vers mon corps où je gisais sans vie. Il reposait sur une civière, au centre médical du Campus. Je pouvais voir les médecins qui me faisaient des électrochocs et tentaient de me ranimer suite à l’arrêt cardiaque que j’avais fait. Nous sommes restés là pendant deux heures et demie. D’abord, ces docteurs ne pouvaient pas nous manipuler car nos corps étaient encore trop conducteurs d’électricité ; ensuite, lorsqu’ils le purent, ils s’efforcèrent de nous ramener à la vie.
Je me posai près de ma tête et je ressentis comme un choc qui m’entraîna violemment à l’intérieur de mon corps. Ce fut douloureux car cela faisait des étincelles de toutes parts. Je me vis intégrer quelque chose de si étroit. Mes chairs meurtries et brûlées me faisaient mal. Elles dégageaient de la fumée et de la vapeur.

Mais la blessure la plus horrible venait de ma vanité. J’étais une femme du monde, un cadre, une intellectuelle, une étudiante esclave de son corps, de la beauté et de la mode. Je faisais de la gymnastique quatre heures par jour, pour avoir un corps svelte : massages, thérapies, régimes en tous genres, etc… C’était ma vie, une routine qui m’enchaînait au culte de la beauté du corps. Je me disais : “J’ai de beaux seins, autant les montrer. Il n’y a aucune raison de les cacher”. De même pour mes jambes, car je croyais que j’avais de belles jambes et une belle poitrine ! Mais en un instant, j’avais vu avec horreur que j’avais passé ma vie à prendre soin de mon corps. L’amour de mon corps avait été le centre de mon existence. Or, maintenant, je n’avais plus de corps, plus de poitrine, rien que d’horribles trous. Mon sein gauche en particulier avait disparu. Mais le pire, c’était mes jambes qui n’étaient que plaies béantes sans chair, complètement brûlées et calcinées. De là, l’on me transporta à l’hôpital où l’on me dirigea d’urgence au bloc opératoire et l’on commença à racler et nettoyer les brûlures.
Alors que j’étais sous anesthésie, voilà que je sors à nouveau de mon corps et que je vois ce que les chirurgiens sont en train de me faire. J’étais inquiète pour mes jambes. Tout à coup je passai par un moment horrible : toute ma vie, je n’avais été qu’une catholique “au régime”.
Ma relation avec le Seigneur ne tenait qu’à l’Eucharistie du Dimanche, pas plus de 25 minutes, là où l’homélie du prêtre était la plus brève, car je ne pouvais supporter davantage. Telle était ma relation avec le Seigneur. Tous les courants (de pensée) du monde m’avaient influencée telle une girouette.

Un jour, alors que j’étais déjà en Maîtrise dentaire, j’avais entendu un prêtre affirmer que l’enfer comme les démons, n’existait pas. Or c’était la seule chose qui me retenait encore dans la fréquentation de l’Eglise. En entendant une telle affirmation, je me suis dit que nous irions tous au Paradis, indépendamment de ce que nous sommes et je m’éloignais complètement du Seigneur.



Mes conversations devinrent malsaines car je ne pouvais plus endiguer le péché. Je commençais à dire à tout le monde que le diable n’existait pas et que cela avait été une invention des prêtres, que c’était de la manipulation… Lorsque je sortais avec mes camarades de l’université, je leur disais que Dieu n’existait pas et que nous étions le produit de l’évolution. Mais à cet instant, là, dans la salle d’opération, j’étais vraiment terrifiée ! Je voyais des démons venir vers moi car j’étais leur salaire. Des murs du bloc opératoire, je vis surgir beaucoup de monde. Au premier abord, ils semblaient normaux, mais en fait, ils avaient des visages haineux, affreux. A ce moment-là, par une certaine perspicacité qui me fut donnée, je réalisais que j’appartenais à chacun d’entre eux. Je compris que le péché n’était pas gratuit et que le mensonge le plus infâme du démon, c’était de faire croire qu’il n’existait pas. Je les voyais tous venir me chercher. Imaginez ma frayeur ! Mon esprit intellectuel et scientifique ne m’était d’aucun secours. Je voulus regagner l’intérieur de mon corps, mais celui-ci ne me laissait pas entrer. Je courus alors vers l’extérieur de la pièce, espérant me cacher quelque part dans le couloir de l’hôpital mais en fait je finis par sauter dans le vide.

Je tombais dans un tunnel qui me tirait vers le bas. Au début, il y avait de la lumière et cela ressemblait à une ruche d’abeilles. Il y avait beaucoup de monde. Mais bientôt je commençais à descendre en passant par des tunnels complètement sombres. Il n’y a aucune commune mesure entre l’obscurité de cet endroit et l’obscurité la plus totale de la terre que l’on pourrait comparer à la lumière astrale. Cette obscurité-là suscitait la souffrance, l’horreur et la honte. L’odeur était infecte. Quand enfin j’eus fini de descendre le long des ces tunnels, j’atterris lamentablement sur une plateforme. Moi qui avais l’habitude de clamer que j’avais une volonté d’acier et que rien n’était de trop pour moi… là, ma volonté ne me servait de rien ; je ne parvenais pas à remonter. A un certain point, je vis au sol comme un gigantesque gouffre s’ouvrir et je vis un vide immense, un abîme sans fond. Le plus horrible concernant ce trou béant était que l’on y ressentait l’absence absolue de l’amour de Dieu et ce, sans le moindre espoir. Le trou m’aspira et j’étais terrifiée. Je savais que si j’allais là-dedans, mon âme en mourrait. J’étais tirée vers cette horreur, on m’avait saisie par les pieds. Mon corps entrait désormais dans ce trou et ce fut un moment d’extrême souffrance et d’épouvante. Mon athéisme me quitta et je commençais à crier vers les âmes du Purgatoire pour avoir de l’aide. Tandis que je hurlais, je ressentis une douleur très intense car il me fut donné de comprendre que des milliers et des milliers d’êtres humains se trouvaient-là, surtout des jeunes. C’est avec terreur que j’entendais des grincements de dents, d’horribles cris et des gémissements qui m’ébranlèrent jusqu’au tréfonds de mon être. Il m’a fallu des années avant de m’en remettre car chaque fois que je me souvenais de ces instants, je pleurais en pensant à leurs indicibles souffrances. Je compris que c’est là où vont les âmes des suicidés qui, en un instant de désespoir, se retrouvent au milieu de ces horreurs. Mais le tourment le plus terrible, c’était l’absence de Dieu. On ne pouvait pas sentir Dieu.

Dans ces tourments-là, je me mis à crier : “Qui a pu commettre une erreur pareille ? Je suis presque une sainte : je n’ai jamais volé, je n’ai jamais tué, j’ai donné de la nourriture aux pauvres, j’ai pratiqué des soins dentaires gratuits à des nécessiteux ; qu’est-ce que je fais ici ? J’allais à la messe le dimanche… je n’ai pas manqué la messe du dimanche plus de cinq fois dans ma vie ! Alors pourquoi suis-je ici ? Je suis catholique, je vous en prie, je suis catholique, sortez-moi d’ici !”. Tandis que je criais que j’étais catholique, j’aperçus une faible lueur. Et je peux vous assurer qu’en cet endroit, la moindre lueur est le plus beau des cadeaux. Je vis des marches au-dessus du trou et je reconnus mon père, décédé cinq ans auparavant. Toute proche et quatre marches plus haut, se tenait ma mère en prière, baignée par davantage de lumière.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Mer 13 Fév 2008, 17:33

Les apercevoir, me remplit de joie et je leur dis : “Papa, Maman, sortez-moi de là ! Je vous en supplie, sortez-moi de là ! Quand ils se penchèrent vers ce trou, vous auriez du voir leur immense chagrin. A cet endroit-là, vous pouvez percevoir les sentiments des autres et éprouver leur peine. Mon père se mit à pleurer en tenant la tête dans ses mains : ‘Ma fille, ma fille’ ! disait-il. Maman priait et je compris qu’ils ne pouvaient me sortir de là ; ma peine s’accrut de la leur puisqu’ils partageaient la mienne. Aussi, je me mis à crier à nouveau : ‘Je vous en supplie, sortez-moi d’ici ! Je suis catholique ! Qui a pu commettre une telle erreur ? Je vous en supplie, sortez-moi de là” ! Cette fois, une voix se fit entendre, une voix douce qui fit trembler mon âme. Tout fut alors inondé d’amour et de paix et toutes ces sombres créatures qui m’entouraient, s’échappèrent car elles ne peuvent faire face à l’Amour. Cette voix précieuse me dit : “Très bien, puisque tu es catholique, dis-moi quels sont les commandements de Dieu ”.

En voilà un coup manqué de ma part ! Je savais qu’il y avait dix commandements, un point c’est tout. Que faire ? Maman me parlait toujours du premier commandement d’amour. Je n’avais qu’à répéter ce qu’elle me disait. Je pensais pouvoir improviser et masquer ainsi mon ignorance des autres (commandements). Je croyais pouvoir m’en tirer, comme sur terre où je trouvais toujours une bonne excuse ; et je me justifiais en me défendant pour masquer mon ignorance.

Je dis : ‘Tu aimeras le Seigneur ton Dieu par-dessus tout et ton prochain comme toi-même’. J’entendis alors : “Très bien, les as-tu aimés ?” Je répondis :“Oui, je les ai aimés, je les ai aimés, je les ai aimés !” Et il me fut répondu : “Non. Tu n’as pas aimé le Seigneur ton Dieu par-dessus tout et encore moins ton prochain comme toi-même. Tu t’es créée un dieu que tu ajustais à ta vie et tu t’en servais seulement en cas de besoin désespéré. Tu te prosternais devant lui lorsque tu étais pauvre, quand ta famille était humble et que tu voulais aller à l’université. A ces moments-là, tu priais souvent et tu t’agenouillais pendant de longues heures pour supplier ton dieu de te sortir de la misère ; pour qu’il t’accorde le diplôme qui te permettrait de devenir quelqu’un. Chaque fois que tu avais besoin d’argent, tu récitais le chapelet. Voilà quelle était ta relation avec le Seigneur.”

Oui, je dois reconnaître que je prenais le chapelet et j’attendais de l’argent en retour, telle était ma relation avec le Seigneur. Il me fut donné de voir qu’aussitôt le diplôme en poche et la notoriété obtenue, je n’ai pas eu le moindre sentiment d’amour envers le Seigneur.

Etre reconnaissante : non, jamais ! Lorsque j’ouvrais les yeux le matin, je n’avais jamais un merci pour le jour nouveau que le Seigneur me donnait à vivre, je ne le remerciais jamais pour ma santé, pour la vie de mes enfants, pour le toit qu’il m’avait donné. C’était l’ingratitude la plus totale. Je n’avais pas de compassion pour les nécessiteux ! “En fait, tu plaçais le Seigneur si bas que tu avais plus de confiance dans les augures de Mercure et Vénus. Tu étais aveuglée par l’astrologie, clamant que les étoiles dirigeaient ta vie ! Tu vagabondais vers toutes les doctrines du monde. Tu croyais que tu allais mourir pour renaître encore ! Et tu as oublié la miséricorde. Tu as oublié que tu as été rachetée par le Sang de Dieu !
”On me mit à l’épreuve avec les dix commandements. On me montra que je prétendais aimer Dieu avec mes mots mais qu’en réalité, c’était Satan que j’aimais. Ainsi, un jour, une femme était entrée dans mon cabinet dentaire pour m’offrir ses services de magie et je lui avais dit : “je n’y crois pas, mais laissez ces porte-bonheur ici au cas où çà marcherait. ” J’avais remisé dans un coin, un fer à cheval et un cactus, censés éloigner les mauvaises énergies.

Comme tout cela était honteux ! Ce fut un examen de ma vie à partir des dix commandements. Il me fut montré quel avait été mon comportement vis-à-vis de mon prochain. On me fit voir comment je prétendais aimer Dieu alors même que j’avais l’habitude de critiquer tout le monde, de pointer mon doigt sur chacun, moi la très sainte Gloria ! On me montra aussi combien j’étais envieuse et ingrate ! Je n’avais jamais éprouvé de reconnaissance envers mes parents qui m’avaient donné leur amour et avaient fait tant de sacrifices pour m’éduquer et m’envoyer à l’université. Dès l’obtention de mon diplôme, eux aussi devinrent inférieurs à moi ; j’avais même honte de ma mère en raison de sa pauvreté, de sa simplicité et de son humilité.



En ce qui concerne mon comportement en tant qu’épouse, il me fut montré que je me plaignais tout le temps, du matin au soir. Si mon mari disait “bonjour”, je répliquais : “Pourquoi ce jour serait-il bon alors qu’il pleut dehors.” Je me plaignais aussi continuellement de mes enfants. Il me fut montré que je n’avais jamais aimé ni eu compassion pour mes frères et sœurs de la terre. Et le Seigneur me dit : “Tu n’as jamais eu de considération pour les malades ; dans leur solitude, tu ne leur as jamais tenu compagnie. Tu n’as pas eu compassion des enfants orphelins, de tous ces enfants malheureux.” J’avais un cœur de pierre dans une coquille de noix. Sur cette épreuve des dix commandements, je n’avais pas une demi réponse correcte.

C’était terrible, dévastateur ! J’étais totalement bouleversée. Et je me disais : Au moins on ne pourra pas me blâmer d’avoir tué quelqu’un !

Par exemple, j’achetais des provisions pour les nécessiteux ; ce n’était pas par amour, mais plutôt pour paraître généreuse, et pour le plaisir que j’avais à manipuler ceux qui étaient dans le besoin. Je leur disais : “Prenez ces provisions et allez à ma place à la réunion des parents et des professeurs parce que je n’ai pas le temps d’y assister.” En outre, j’aimais être entourée de personnes qui m’encensaient. Je m’étais faite une certaine image de moi-même.

Ton dieu c’était l’argent, m’a-t-on dit. Tu as été condamnée à cause de l’argent : C’est pour cette raison que tu as sombré dans l’abîme et que tu t’es éloignée de ton Seigneur. Nous avions été effectivement riches, mais à la fin nous étions devenus insolvables, sans le sou et criblés de dettes. Pour toute réponse, je criais : “Quel argent ? Sur terre, nous avons laissé beaucoup de dettes !”

Lorsqu’on en vint au second commandement, je vis avec tristesse que dans mon enfance, j’avais vite compris que le mensonge était un excellent moyen d’éviter les sévères punitions de Maman. Je commençais main dans la main avec le père du mensonge (Satan) et je devins menteuse. Mes péchés augmentaient comme mes mensonges. J’avais remarqué combien Maman respectait le Seigneur et Son Nom Très Saint ; je vis là une arme pour moi et je me mis à blasphémer par Son Nom. Je disais : “Maman, je jure sur Dieu que…”. Et ainsi, j’évitais les punitions. Imaginez mes mensonges, impliquant le Nom Très Saint du Seigneur…

Et remarquez, frères et sœurs que les paroles ne sont jamais vaines car lorsque ma mère ne me croyait pas, j’avais pris l’habitude de lui dire : “Maman, si je mens, que l’éclair me frappe ici et maintenant…” Si les mots se sont envolés avec le temps, il se trouve que la foudre m’a bel et bien frappée ; elle m’a carbonisée et c’est grâce à la Miséricorde Divine que je suis ici maintenant.

Il me fut montré comment, moi qui me disais catholique, je ne respectais aucune de mes promesses et combien j’utilisais futilement le nom de Dieu.
Je fus surprise de voir qu’en la présence du Seigneur, toutes ces horribles créatures qui m’entouraient, se prosternaient en adoration. Je vis la Vierge Marie aux pieds du Seigneur qui priait et intercédait pour moi.

En ce qui concerne le respect du Jour du Seigneur, j’étais pitoyable et j’en éprouvais une douleur intense. La voix me disait que le dimanche, je passais quatre ou cinq heures à m’occuper de mon corps ; je n’avais pas même dix minutes d’action de grâce ou de prières à consacrer au Seigneur. Si je commençais un chapelet, je me disais : ‘Je peux le faire pendant la publicité, avant le feuilleton’. Mon ingratitude vis-à-vis du Seigneur me fut reprochée. Lorsque je ne voulais pas assister à la messe, je disais à maman : ‘Dieu est partout, pourquoi devrais-je y aller ?’… La voix me rappela également que Dieu veillait sur moi nuit et jour et qu’en retour, moi je ne le priais pas du tout ; et le Dimanche, je ne le remerciais pas et je ne lui manifestais pas ma gratitude ou mon amour. Par contre, je prenais soin de mon corps, j’en étais esclave et j’oubliais totalement que j’avais une âme et que je devais l’alimenter. Mais jamais je ne la nourrissais de la Parole de Dieu, car je disais que celui qui lit la Parole de Dieu, devient fou.


En ce qui concerne les Sacrements, j’avais tout faux. Je disais que je n’irai jamais me confesser car ces vieux messieurs étaient pires que moi. Le diable me détournait de la confession et c’est ainsi qu’il empêchait mon âme d’être propre et de guérir. La blanche pureté de mon âme en payait le prix chaque fois que je péchais. Satan y laissait sa marque : une marque obscure. Excepté pour ma première communion, je n’ai jamais fait une bonne confession. A partir de là, je n’ai jamais reçu Notre Seigneur dignement. Le manque de cohérence de ma vie avait atteint un tel degré que je blasphémais : ‘La Sainte Eucharistie ? Peut-on imaginer Dieu vivant dans un morceau de pain ?’ Voilà à quoi en était réduite ma relation avec Dieu. Je n’ai jamais nourri mon âme et pis encore, je critiquais les prêtres constamment. Vous auriez du voir combien je m’y appliquais !

Depuis ma plus tendre enfance, mon père avait l’habitude de dire que ces gens-là étaient encore plus coureurs que les laïcs. Et le Seigneur me dit : ‘Qui es-tu pour juger ainsi mes oints. Ce sont des hommes et la sainteté d’un prêtre est soutenue par sa communauté qui prie pour lui, qui l’aime et le seconde. Lorsqu’un prêtre commet une faute, c’est sa communauté qui en est redevable, mais pas lui’. A un certain moment de ma vie, j’ai accusé un prêtre d’homosexualité et la communauté en fut informée. Vous ne pouvez imaginer le mal que j’ai fait !

En ce qui concerne le 4ème commandement, “Tu honoreras ton père et ta mère” comme je vous l’ai dit, le Seigneur me fit voir mon ingratitude vis-à-vis de mes parents. Je me plaignais car ils ne pouvaient m’offrir bien des choses dont disposaient mes camarades.
J’ai été ingrate envers eux pour tout ce qu’ils ont fait pour moi et j’en étais même arrivée au point où je disais que je ne connaissais pas ma mère parce qu’elle n’était pas à mon niveau. Le Seigneur me montra combien j’aurais pourtant pu observer ce commandement. En effet j’avais payé les factures du médecin et du pharmacien lorsque mes parents étaient tombés malades, mais comme j’analysais tout en fonction de l’argent, j’en profitais alors pour les manipuler et j’en étais arrivée à les écraser.

J’eus mal de voir mon père pleurer tristement car bien qu’il fut un bon père qui m’avait appris à travailler durement et à entreprendre, il avait oublié un détail important : que j’avais une âme et que par son mauvais exemple, ma vie avait commencé à basculer. Il fumait, buvait et courait les femmes à tel point qu’un jour je suggérai à maman de quitter son mari : ‘Tu ne devrais pas continuer plus longtemps avec un homme comme celui-là. Sois digne, fais-lui voir que tu vaux quelque chose’. Et Maman de répondre :’Non ma chérie, j’ai mal mais je me sacrifie car j’ai sept enfants et parce qu’en fin de journée, ton papa montre qu’il est un bon père ; je ne pourrais pas m’en aller et vous séparer de votre père ; de plus, si je partais, qui prierait pour son salut ? Je suis la seule à pouvoir le faire car toutes ces peines et blessures qu’il m’inflige, je les unis aux souffrances du Christ sur la Croix. Chaque jour je dis au Seigneur : Ma douleur n’est rien en comparaison de votre Croix, aussi, je vous en prie, sauvez mon mari et mes enfants’. Pour ma part, je ne parvenais pas à comprendre cela et je devins rebelle, je commençais à prendre la défense des femmes, à encourager l’avortement, la cohabitation et le divorce.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Mer 13 Fév 2008, 17:33

Quand l’on en vint au 5ème commandement, le Seigneur me fit voir l’assassin horrible que j’avais été en commettant le plus horrible des crimes : l’avortement. De plus, j’avais financé plusieurs avortements parce que je proclamais qu’une femme avait le droit de choisir d’être enceinte ou pas. Il me fut donné de lire dans le Livre de Vie et je fus profondément meurtrie, car une fillette de 14 ans avait avorté sur mes conseils. J’avais également prodigué de mauvais conseils à des fillettes dont trois d’entre elles étaient mes nièces, en leur parlant de la séduction, de la mode, en leur conseillant de profiter de leur corps, et en leur disant qu’elles devaient utiliser la contraception. C’était une sorte de corruption de mineures qui aggravait l’horrible péché de l’avortement.



Chaque fois que le sang d’un bébé est versé, c’est un holocauste à Satan, qui blesse et fait trembler le Seigneur. Je vis dans le Livre de Vie, comment notre âme se formait, le moment où la semence parvient dans l’œuf. Une belle étincelle jaillit, une lumière qui rayonne du soleil de Dieu le Père. Dès que le ventre de la mère est ensemencé, il s’éclaire de la lumière de l’âme. Pendant l’avortement, l’âme gémit et crie de douleurs, et l’on entend un cri au Ciel car il est ébranlé. Ce cri résonne également en enfer, mais c’est un cri de joie ! Combien de bébés sont tués chaque jour ! C’est une victoire pour l’Enfer. Le prix de ce sang innocent libère chaque fois un démon de plus. Moi, j’ai trempé dans ce sang et mon âme devint totalement enténébrée. A la suite de ces avortements, j’avais perdu la conscience du péché. Pour moi, tout était O.K. Et que dire de tous ces bébés à qui j’avais refusé la vie à cause du stérilet que j’utilisais ! Il n’est pas étonnant que j’aie toujours été amère, frustrée, dépressive. Et je sombrais encore plus dans l’abîme. Comment pouvais-je affirmer que je n’avais jamais tué !

Et toutes les personnes que j’ai méprisées, haïes, que je n’ai pas aimées ! Là aussi j’ai été une tueuse parce qu’on ne meurt pas seulement d’une balle de révolver. On peut également tuer en haïssant, en commettant des actes de méchancetés, en enviant et en jalousant.

Pour ce qui est du 6ème commandement, mon mari fut le seul homme de ma vie. Mais l’on me donna de voir qu’à chaque fois que je dévoilais ma poitrine et que je portais des pantalons-léopards, j’incitais les hommes à l’impureté et je les conduisais au péché. De plus, je conseillais aux femmes trompées d’être infidèles à leur mari, je prêchais contre le pardon et j’encourageais le divorce. Je réalisais alors que les péchés de la chair sont affreux et condamnables même si le monde actuel trouve acceptable que l’on se conduise comme des animaux.

Il était particulièrement douloureux de voir combien les péchés d’adultère de mon père avaient blessé ses enfants. Mes trois frères devinrent des copies conformes de leur père, coureurs et buveurs, inconscients du tort qu’ils faisaient à leurs enfants. Voilà pourquoi mon père pleurait avec tant de chagrin en constatant que le mauvais exemple qu’il avait donné s’était répercuté sur tous ses enfants.

Quant au 7ème commandement, - ne pas voler-, moi qui me jugeais honnête, le Seigneur me fit voir que la nourriture était gaspillée dans ma maison pendant que le reste du monde souffrait de la faim. Il me dit : ‘J’avais faim et regarde ce que tu as fait avec ce que je t’ai donné ; comme tu as gaspillé ! J’avais froid et vois comment tu étais esclave de la mode et des apparences, jetant tant d’argent dans des régimes pour maigrir. De ton corps, tu en as fait un dieu !’ Il me fit comprendre que j’avais ma part de culpabilité dans la pauvreté de mon pays. Il me montra aussi que chaque fois que je critiquais quelqu’un, je lui volais son honneur. Il aurait été plus facile pour moi de voler de l’argent, car l’argent, on peut toujours le restituer, mais la réputation !... De plus je dérobais à mes enfants la grâce d’avoir une maman tendre et pleine d’amour. J’abandonnais mes enfants pour aller dans le monde, je les laissais devant la télévision, l’ordinateur et les jeux vidéo ; et pour me donner bonne conscience, je leur achetais des vêtements de marque. Comme c’est horrible ! Quel chagrin immense !

Dans le Livre de Vie, l’on voit tout comme dans un film. Mes enfants disaient : “Espérons que Maman ne rentre pas trop tôt et qu’il y aura des embouteillages car elle est agaçante et râleuse.” En fait, je leur avais volé leur mère, je leur avais volé la paix que j’étais censée apporter à mon foyer. Je ne leur avais pas enseigné l’amour de Dieu ni l’amour du prochain. C’est simple : si je n’aime pas mes frères, je n’ai rien à voir avec le Seigneur ; si je n’ai pas de compassion, je n’ai rien à voir avec Lui non plus.

Maintenant je parlerai des faux témoignages et du mensonge car j’étais devenue une experte en la matière. Il n’y a pas de mensonges innocents, tous viennent de Satan qui est leur père. Les fautes que j’ai commises par la langue étaient vraiment épouvantables. J’ai vu combien j’avais blessé par ma langue. Chaque fois que je cancanais, que je me moquais de quelqu’un ou lui attribuais un surnom dévalorisant, je blessais cette personne. Comme un surnom peut blesser ! Je pouvais complexer une femme en l’appelant : “la grosse”…



Au cours de ce jugement sur les dix commandements, l’on me montra que toutes mes fautes avaient pour cause la convoitise, ce mauvais désir. Je me suis toujours vue heureuse avec beaucoup d’argent. Et l’argent devint une obsession. C’est vraiment triste, car pour mon âme les moments les plus terribles avaient été ceux où j’avais disposé de beaucoup d’argent. J’avais même pensé au suicide. J’avais tant d’argent et je me trouvais seule, vide, amère et frustrée. Cette obsession de l’argent me détourna du Seigneur et fit que je m’échappais de ses mains.

Après l’examen des dix commandements, le Livre de Vie me fut montré. Je voudrais avoir les mots adéquats pour le décrire. Mon Livre de Vie commença lorsque les cellules de mes parents s’unirent. Presque immédiatement, il y eut une étincelle, une magnifique explosion et une âme était ainsi formée, la mienne, créée par les mains de Dieu, notre Père, un Dieu si bon ! C’est vraiment merveilleux ! Il veille sur nous 24h sur 24. Son amour était mon châtiment car il ne regardait pas mon corps charnel mais mon âme et il voyait combien je m’éloignais du salut.

Je voudrais aussi vous dire à quel point j’étais hypocrite ! Je disais à une amie : ‘Tu es ravissante dans cette robe, elle te va si bien ‘! Mais je pensais en moi-même : ce vêtement est grotesque, et elle se prend pour une reine ! Dans le Livre de Vie, tout apparaît exactement tel qu’il a été pensé, l’on voit aussi l’environnement intérieur de l’âme. Tous mes mensonges étaient exposés et chacun pouvait les voir.

Je faisais souvent l’école buissonnière, car maman ne me permettait pas d’aller là où moi je voulais. Par exemple, je lui mentais au sujet d’un travail de recherche que je devais faire à la bibliothèque de l’université et en fait, j’allais voir au même moment un film porno ou boire une bière dans un bar avec des amis. Quand je pense que Maman a vu défiler ma vie et que rien ne lui a échappé !

Le Livre de la Vie est vraiment très beau. Ma mère avait l’habitude de glisser dans mon panier, des bananes pour mon déjeuner, de la pâte de guava ainsi que du lait car, dans mon enfance, nous étions très pauvres. Il m’arrivait de manger les bananes et de jeter les peaux par terre sans me soucier que l’on pouvait glisser dessus et se blesser. Le Seigneur me montra comment une personne glissa sur l’une de mes peaux de bananes ; j’aurais pu la tuer par mon manque de compassion.

La seule fois de ma vie que je fis une vraie confession avec regret et repentance, fut lorsque une femme me rendit 4500 pesos de trop dans une épicerie de Bogota. Mon père nous avait appris l’honnêteté. En allant au travail, tandis que je conduisais, je me rendis compte de l’ erreur. ‘Cette idiote m’a donné 4500 pesos de trop et maintenant je dois retourner à son magasin’, me dis-je. Il y avait un embouteillage énorme et je décidai de ne pas faire demi-tour. Mais la blessure demeura en moi et j’allai me confesser le dimanche suivant en m’accusant d’avoir volé ces 4500 pesos faute de les avoir restitués. Je n’ai pas prêté attention aux paroles du confesseur. Mais savez-vous ce que le Seigneur me dit ? “Tu n’as pas compensé ce manque de charité. Pour toi, ce n’était que de l’argent de poche, mais pour cette femme qui ne gagnait que le minimum, cette somme représentait l’équivalent de trois jours de nourriture”. Le Seigneur me montra combien elle en souffrit, se privant durant plusieurs jours ainsi que ses deux petits qui eurent faim.

Ensuite le Seigneur me posa la question suivante : “Quels trésors spirituels apportes-tu ?” Des trésors spirituels ? Mes mains sont vides ! ‘A quoi cela te sert-il, ajouta-t-il, de posséder deux appartements, des maisons et des bureaux si tu ne peux même pas m’en apporter ne serait-ce qu’un peu de poussière ? Et tu croyais que tu avais réussi ? Qu’as-tu donc fait des talents que je t’ai donnés ? Tu avais une mission : cette mission, c’était de défendre le Royaume de l’Amour, le Royaume de Dieu’. Oui, j’avais oublié que j’avais une âme ; aussi comment pouvais-je me souvenir que j’avais des talents ; tout ce bien que je n’ai pas su faire, a blessé le Seigneur.

Le Seigneur me parla encore du manque d’amour et de compassion. Il me parla également de ma mort spirituelle. Sur terre, j’étais vivante, mais en réalité j’étais morte. Si vous pouviez voir ce qu’est la mort spirituelle ! (La mort spirituelle, c‘est la perte de l’état de grâce.)
C’est comme une âme haineuse, une âme terriblement amère et dégoûtée de tout, remplie de péchés et qui blesse tout le monde. Je voyais mon âme qui, extérieurement, était bien habillée et sentait bon ; mais intérieurement c’était une vraie puanteur et mon âme habitait les profondeurs de l’abîme.



Ce n’est pas étonnant si j’étais aigrie et dépressive. Et le Seigneur me dit : “Ta mort spirituelle a commencé lorsque tu as cessé d’être sensible à ton prochain. Je t’avertissais en te montrant leur détresse. Lorsque tu voyais des reportages, des meurtres, des enlèvements, la situation des réfugiés, tu disais : ‘Pauvres gens, comme c’est triste’. Mais en réalité, tu n’avais pas mal pour eux, tu ne ressentais rien dans ton cœur. Le péché a changé ton cœur en pierre.”

Vous ne pouvez imaginer l’immensité de mon chagrin lorsque mon Livre de Vie se referma. J’avais de la peine pour Dieu, mon Père, de m’être comportée de la sorte car, en dépit de tous mes péchés, de ma saleté, de toutes mes indifférences et de mes sentiments horribles, le Seigneur a cherché à m’atteindre jusqu’au bout. Il m’a envoyé des personnes qui ont eu une bonne influence sur moi. Il m’a protégée jusqu’à la fin. Dieu mendie notre conversion !

Bien entendu, je ne pouvais pas le blâmer de me condamner. De mon propre gré, j’ai choisi mon père, Satan, au lieu de Dieu. Lorsque le Livre de la Vie se referma, je remarquai que je me dirigeai vers un puits au fond duquel il y avait une trappe. Tandis que je descendais là-dedans, je commençais à appeler tous les Saints du Ciel pour me sauver. Vous n’avez pas idée de tous les noms de Saints qui me revinrent à l’esprit, moi qui étais une mauvaise catholique ! J’appelais St Isidore ou St François d’Assise et lorsque ma liste s’épuisa, le silence s’installa. J’éprouvais alors un grand vide et une peine profonde.

Je pensais que tout le monde sur terre, croyait que j’étais morte en odeur de sainteté, peut-être s’attendaient-ils même à demander mon intercession ! Et regardez où j’atterrissais ! Je levais les yeux et mon regard croisa celui de ma mère. Avec une intense douleur, je criais vers elle :’Maman, comme j’ai honte ! J’ai été condamnée, Maman. Là où je vais, je ne te reverrai plus jamais !’. A ce moment, une grâce magnifique lui fut accordée. Elle se tenait sans bouger mais ses doigts se mirent à pointer vers le haut. Deux écailles se détachèrent douloureusement de mes yeux : l’aveuglement spirituel.

Je revis alors en un instant ma vie passée, lorsqu’un de mes patients me dit une fois : “Docteur, vous êtes très matérialiste, et un jour vous aurez besoin de ceci : en cas de danger imminent, demandez à Jésus-Christ de vous couvrir de son sang, parce que jamais Il ne vous abandonnera.
Il a payé le prix du Sang pour vous.”

Avec une honte immense, je me mis à sangloter : ‘Seigneur Jésus, ayez pitié de moi ! Pardonnez-moi, donnez-moi une seconde chance !’.

Et le plus beau moment de ma vie se présenta alors à moi, il n’y a pas de mots pour le décrire. Jésus vint et me tira du puits. Il me souleva et toutes ces horribles créatures s’aplatirent au sol. Quand il me déposa, il me dit avec tout son amour : “Tu vas retourner sur terre, je te donne une seconde chance”. Mais il précisa que ce n’était pas à cause des prières de ma famille. “Il est juste de leur part d’implorer pour toi. C’est grâce à l’intercession de tous ceux qui te sont étrangers et qui ont pleuré, prié et élevé leur cœur avec un profond amour pour toi”.

Et je vis beaucoup de petites lumières s’allumer, telles des petites flammes d’amour. Je vis des personnes qui priaient pour moi. Mais il y avait une flamme beaucoup plus grande, c’était celle qui me donnait le plus de lumière et de laquelle jaillissait le plus d’amour. J’essayais de distinguer qui était cette personne. Le Seigneur me dit : “Celui qui t’aime tant, ne te connaît même pas’.”
Il m’expliqua que cet homme avait lu une coupure de presse de la veille. C’était un pauvre paysan qui habitait au pied de la Sierra Nevada de Santa Marta (au nord-est de la Colombie). Ce pauvre homme était allé en ville acheter du sucre de canne. Le sucre avait été emballé dans du papier journal et il avait vu ma photo, toute brûlée que j’étais. Lorsque l’homme me vit ainsi, sans même avoir lu l’article en entier, il tomba à genoux et commença à sangloter avec un profond amour. Il dit : “Seigneur Dieu, ayez pitié de ma petite sœur. Seigneur, sauvez-là. Si vous la sauvez, je vous promets que j’irai en pèlerinage au Sanctuaire de Buga (qui se trouve dans le Sud-Ouest de la Colombie). Mais je vous en prie, sauvez-la.”

Imaginez ce pauvre homme, il ne se plaignait pas d’avoir faim et il avait une grande capacité d’amour car il s’ offrait de traverser toute une région pour quelqu’un qu’il ne connaissait même pas ! Et le Seigneur me dit : ‘ C’est cela aimer son prochain’. Et il ajouta :
“Tu vas repartir (sur terre) et tu donneras ton témoignage non pas mille fois, mais mille fois mille fois. Et malheur à ceux qui ne changeront pas après avoir entendu ton témoignage, car ils seront jugés plus sévèrement, comme toi lorsque tu reviendras ici un jour ; de même pour mes oints, les prêtres, car il n’y a pas pire sourd que celui qui refuse d’entendre !”


Ce témoignage, mes frères et sœurs, n’est pas une menace. Le Seigneur n’a pas besoin de nous menacer. C’est une chance qui se présente à vous, et Dieu merci, j’ai vécu ce qu’il m’a fallu vivre ! Lorsque chacun d’entre vous mourra et que son Livre de Vie s’ouvrira devant lui, vous verrez tout cela comme moi je l’ai vu. Et nous nous verrons tous comme nous sommes, la seule différence c’est que nous ressentirons nos pensées en la présence de Dieu ; le plus beau c’est que le Seigneur sera face à chacun de nous, mendiant toujours notre conversion afin que nous devenions une nouvelle créature avec Lui, car, sans Lui, nous ne pouvons rien faire.

Que le Seigneur vous bénisse tous abondamment.
Gloire à Dieu !
Gloire à Notre Seigneur Jésus-Christ !

Gloria Constanza POLO.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Louis



Masculin Messages : 6128
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Mer 13 Fév 2008, 18:19

Citation :
Et malheur à ceux qui ne changeront pas après avoir entendu ton témoignage, car ils seront jugés plus sévèrement, comme toi lorsque tu reviendras ici un jour
Je ne crois pas en un Dieu qui lance des malédictions.

Et son histoire avec les dix commandements, ça me parait uin peu gros. What the fuck ?!?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Mer 13 Fév 2008, 18:46

C'est à titre de témoignage. En même temps, l'usage d'expressions bibliques est sans doute lié à sa culture.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Gabrielle



Féminin Messages : 242
Inscription : 14/09/2007

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Mer 13 Fév 2008, 22:29

Moi aussi j'aurais plutôt tendance à garder mes distances par rapport à ce genre de récit ; je partage l'avis de Louis...

Bref l'image de Dieu telle qu'elle est reflétée là ne me paraît pas "coller" du tout avec le Dieu de miséricorde auquel je crois ; on se croirait plutôt devant un tribunal avec cette analyse si détaillée du moindre travers...Aucun rapport avec les récits spontanés de NDE qui nous ont été rapportés, et dont certains sont vraiment très beaux...

Comment se fait-il que ceux qui ont vécu une NDE ne parlent jamais de cet autre aspect...le tunnel "tirant vers le bas" et le jugement détaillé qui lui est lié ; tous auraient-ils été exemplaires pendant leur vie terrestre ?

Gabrielle.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Louis B



Masculin Messages : 1319
Inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Mer 20 Fév 2008, 17:17

Témoignage tiré de la vie du Padre Pio (sur http://www.padrepio.catholicwebservices.com/FRANCAISE/Miracles_Fran.htm) :

Citation :
L’on connaissait, à San Giovanni Rotondo, une femme très bonne. Si bonne que Padre Pio disait que l’on pourrait la citer en exemple à certains confesseurs. En d’autres mots, c’était une sainte femme. Vers la fin du Carême, cette femme, du nom de Paolina, tomba gravement malade. Les médecins n’entretenaient aucun espoir de la sauver. Son époux, accompagné de leurs cinq fils, se rendit au couvent. Ils supplièrent Padre Pio; les deux plus jeunes enfants s’agrippaient en pleurant au froc de Padre Pio. Bouleversé, Padre Pio s’efforça de les consoler et leur promit de prier pour leur mère. Au début de la Semaine Sainte, Padre Pio s’exprima différemment. En effet, à ceux qui imploraient son intercession pour la guérison de Paolina, le Padre répondit avec assurance: «Elle ressuscitera le jour de Pâques». Le Vendredi Saint, Paolina perdit connaissance et, tôt le samedi, tomba dans le coma. Au bout de quelques heures, elle ne bougea plus. Elle semblait morte. Quelques proches de Paolina, suivant la tradition, la revêtirent de sa robe nuptiale; d’autres, désespérés, coururent vers le couvent, où Padre Pio leur répéta: «Elle ressuscitera ...». Padre Pio s’en fut célébrer la sainte messe. Au moment où Padre Pio commença à chanter le Gloria et pendant que les cloches volaient, annonçant la résurrection de Christ, la voix de Padre Pio se brisa d’un hoquet et ses yeux se remplirent de larmes. Au même moment, Paolina ressuscita. Sans aucune aide, elle se redressa sur son lit, puis s’agenouilla et récita trois fois, à haute voix, le Credo. Puis elle se releva et sourit. Était-elle guérie? Était-elle ressuscitée? Padre Pio avait dit: «Elle ressuscitera»; il n’avait pas dit: «elle guérira». Lorsqu’on demanda à Paolina ce qui lui était arrivé pendant que tous la croyaient morte, elle se contenta de répondre, rougissant un peu: «Je montais, je montais, contente ... Comme j’entrais dans une grande lumière, je suis revenue en arrière, je suis revenue ...».
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Mer 20 Fév 2008, 17:51

salut

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Jean-Louis B



Masculin Messages : 1319
Inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Mer 20 Fév 2008, 17:59

Arnaud Dumouch a écrit:
salut
Finalement, ca va finir par devenir banal ce genre de phénomène... ;) Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Jeu 21 Fév 2008, 10:20

Ressusciter pour continuer à vivre sur terre, comme Lazare, ce n'est pas identique à ressusciter pour la vie éternelle
Cette histoire, comme bcp d'autres, m'intrigue: qu'est-ce qui décide de la mort d'une personne: on dit "Dieu l'a rappelée à Lui", mais la prière peut (parfois) retarder l'échéance...
Quel sens ont les NDE? Pourquoi cette femme a-t-elle été ressuscitée? Pourquoi pas simplement guérie? Pour en faire un symbole de plus, une démonstration supplémentaire du miracle de la résurrection pascale?
Je ne vois pas bien l'utilité de ce miracle.
Revenir en haut Aller en bas
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Jeu 21 Fév 2008, 10:23

Pour dire que l'important ce n'est pas la mort mais la vie et cela dans l'éternité.
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Jeu 21 Fév 2008, 10:30

Oui... Je suis d'accord, alléluia!
Mais je ne puis m'empêcher de penser que cette femme a goûté ainsi à une chose de laquelle il doit être pénible de revenir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Jeu 21 Fév 2008, 10:55

Souvent dans mon enfance, j'entendais mon entourage sceptique dire :

personne n'est jamais revenu nous dire s'il y a quelque chose après Confused bien sûr c'étaient des doutes concernant la Foi en la Résurrection :|

D'autres ont certainement encore des doutes et je crois que des personnes passent par les NDE pour témoigner, elles reviennent pour témoigner de la Lumière, de l'Amour du Christ, de Dieu :sts: ce sont parfois des âmes qui doutaient donc elles reviennent affermies et sûres de la Vie et affermissent les autres. C'est je pense une explication, Cher Pacalou. Bien sûr ce n'est que ma vision personnelle Very Happy

Elles sont envoyées pour témoigner, comme nous après la messe sommes envoyés pour témoigner du Christ.

Jésus nous demande de faire preuve d'audace évangélique alien cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Louis B



Masculin Messages : 1319
Inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Jeu 21 Fév 2008, 11:21

PACALOU a écrit:
Ressusciter pour continuer à vivre sur terre, comme Lazare, ce n'est pas identique à ressusciter pour la vie éternelle
Cette histoire, comme bcp d'autres, m'intrigue: qu'est-ce qui décide de la mort d'une personne: on dit "Dieu l'a rappelée à Lui", mais la prière peut (parfois) retarder l'échéance...

Quel sens ont les NDE? Pourquoi cette femme a-t-elle été ressuscitée? Pourquoi pas simplement guérie? Pour en faire un symbole de plus, une démonstration supplémentaire du miracle de la résurrection pascale?

Je ne vois pas bien l'utilité de ce miracle.
Bonjour Pacalou,

Par rapport au sens des NDE, je ressortirai le témoignage qui était paru sur KTO concernant ce phénomène (avant la mise à jour du site... Je ne sais pas si ce témoignage est disponible à nouveau...) :

Citation :
Cela se passait en Afrique, un homme venait d'avoir un grave accident de voiture et était décédé sur le trajet vers l'hopital. Il a été déclaré mort, et le corps a commencé à être préparé pour les funérailles (notamment avec des piqures pour conserver le corps). C'était un vendredi.

La personne, qui avait pris conscience qu'elle était morte fut amené par un (ou deux) ange(s) qui l'a amené à un endroit où de nombreuses personnes étaient là dans une grande joie. Tous louaient Dieu de la même manière, à l'unisson dans une grande béatitude. Si l'un voulait se prosternait à terre pour adorer, tous le faisait en même temps que lui... L'ange lui a demandé de noter tout ce qu'il voyait.

La personne a voulu rejoindre les personnes qu'il voyait, tant était grande leur joie, mais l'ange l'en a empéché en lui disant : je vais maintenant te montrer le paradis. L'ange l'a alors amené dans un autre lieu d'une beauté indescriptible qui faisait penser à la Jérusalem céleste du livre de l'Apocalypse. La personne continuait à noter tout ce qu'elle voyait.

Puis l'ange lui a dit que la demande de l'homme riche avait été accordé à cette génération et la personne est "redescendue" dans son corps.

Lorsqu'elle est revenue à la vie, c'était le dimanche, trois jours donc après son décé. La première réaction en revenant dans notre monde fut de demander à ceux qui se trouvaient là (et qui n'en revenaient pas de le voir revenir à la vie) où se trouvaient ses notes. Il n'arrétait pas de le demander et les gens ne comprenait pas.

Il a alors compris que les notes que l'ange lui avait demandé de prendre étaient en fait le souvenir de ce qu'il avait vu. Puis plus tard, en lisant la Bible, il compris la phrase de l'ange "la demande de l'homme riche a été accordé à cette génération" : il comprit que c'était la demande de l'homme riche dans la parabole de Lazare, afin que quelqu'un revienne du royaume des morts pour témoigner (en Luc 16, 19-31).

Après, à savoir pourquoi cela puisse arriver à certains et non à d'autre, c'est le genre de question que le père Emiliano Tardif, dans son charisme de guérison c'est toujours posé sans jamais avoir eu de réponse.

Ce genre de question, la soeur Bridge McKenna, qui a elle aussi le charisme de guérison, se l'est également posée. Un jour une famille lui a demandé de prier pour la guérison d'une de leur jeune enfant gravement malade. La soeur s'est pris d'amitiés pour cette famille et a adressé des prières ferventes à Dieu pour la guérison, mais la guérison n'est pas venue et la jeune enfant est décédée. La soeur en fut profondement attristé mais à un jour reçue en son coeur la réponse à sa question "pourquoi" : Dieu avait un plan pour cet enfant, et ce plan ne pouvait s'accomplir qu'au Ciel.

Dieu à un plan pour chacun de nous qui s'insère dans un grand plan de salut de l'humanité. Pour certains, ce plan va passer par une NDE, pour d'autres non, pour certains, cela sera à travers la souffrance, pour d'autres, à travers autre chose... Pour chacun de nous, Dieu a un plan qui est autant unique que nous-mêmes sommes unique.

Voila ma visions des choses...
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Jeu 21 Fév 2008, 11:42

L'utilité de ce miracle (dont la qualité est non vérifiable) est effectivement de consolider la foi des fidèles, et des moins fidèles, surtout à une époque où l'angoisse grandit.

Les gens ont plus de mal à croire (par l'Eglise).

Dieu ne les abandonne pas totalement et multiplie des signes "plus philosophiques".

Car les NDe sont en parties vérifiables (à cause de la phase de décorporation, celle où le mort est dans la pièce et regarde ce qui se passe autour de son corps).

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Jeu 21 Fév 2008, 11:51

Mais ce genre de témoignage ne touche guère que des personnes qui ont la foi... Le peuple de Dieu; les autres, majoritaires, s'en balancent!
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Jeu 21 Fév 2008, 11:53

C'est curieux comme ce genre de témoignage, même s'il répond aux angoisses les plus secrètes du coeur de tout être humain, ne sera pas reçu par le plus grd nombre...
JC avait raison: "même si un revient d'entre les morts..."
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Jeu 21 Fév 2008, 12:09

Citation :
[quote="Jean-Louis B"]La soeur en fut profondement attristé mais à un jour reçue en son coeur la réponse à sa question "pourquoi" : Dieu avait un plan pour cet enfant, et ce plan ne pouvait s'accomplir qu'au Ciel.

Bonjour Jean -Louis
J'ai aussi eu cette intuition que toutes les clés de ce qu'il se passe ds notre monde ne se trouvent pas forcément et même forcément pas en cette vie...
Ce qui est bizarre et ns laisse avec ts nos raisonnements sur notre faim, (parce que ns n'avons pas idée de l'"autre côté"), c'est comment le plan de Dieu commençé ici-bas peut être continué au Ciel...
N'y a-t-il pas là l'idée de "quelque chose" que les orientaux traduisent par la réincarnation? Je dis bien: l'idée...

En ce qui me concerne, je sais confusément que mes désirs, mes ambitions ne trouveront pas à s'accomplir en ce monde; ma jeunesse est derrière et j'ai raté le coche qui aurait pu m'emmener plus loin; je ne regrette rien toutefois car je me dis que sur une autre route -de la réussite socio-professionnelle je n'aurais pê pas rencontré Dieu;

je suis malgré tout convaincu que si je n'ai pas trouvé ma voie en ce monde, je la trouverai ds l'autre, et que les talents (aux 2 sens du mot) que le Seigneur m'a donnés, je saurai mieux les faire fructifier là-haut qu'ici-bas, où la vie en a décidé autrement...

Ce qui est valable pour moi doit être valable pour nous tous, et ns sommes plus nopmbreux, je crois, à être frustrés par l'existence que ns le sommes à pouvoir ns y réaliser pleinement, comme certains artistes, par exple (à ce qu'il semble, tout au moins...
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Jeu 21 Fév 2008, 12:13

Cher Pacalou, la réponse du christ n'est par réincarnation mais "purgatoire" en vue de la vie éternelle, avec Dieu et le prochain.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Jeu 21 Fév 2008, 12:33

Arnaud Dumouch a écrit:
Cher Pacalou, la réponse du christ n'est par réincarnation mais "purgatoire" en vue de la vie éternelle, avec Dieu et le prochain.

Je sais bien; je ne crois pas à la réincarnation; le terme est de ma part mal choisi; je voulais exprimer (comment faire?) la continuité qui peut exister d'un monde à l'autre... Plutôt que rupture totale d'avec celui-ci.
Le va-et-vient d'un monde à l'autre ds les NDE n'est-il pas un peu l'illustration de ce que je dis?
Qu'en pensez-vs?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Jeu 21 Fév 2008, 12:46

Oui. Pris en ce sens.

Mais le mot est ambigü...

"Retour à la vie" serait mieux? Very Happy

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Jeu 21 Fév 2008, 13:22

Sainte Thérèse disait qu'elle voulait passer son ciel à faire du bien sur la terre.

Et nous pouvons nous passer notre ciel à faire du bien sur la terre ?

Le plus commun des mortels peut-il faire du bien sur la terre après son décès ou resterons nous dans la Béatitude, le mot est mal choisi également : resterons nous sans agir ?

Bien sûr la Vie auprès de Dieu n'a rien de comparable avec ici-bàs !
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Jeu 21 Fév 2008, 13:40

Eloïse a écrit:
Sainte Thérèse disait qu'elle voulait passer son ciel à faire du bien sur la terre.

Et nous pouvons nous passer notre ciel à faire du bien sur la terre ?

Le plus commun des mortels peut-il faire du bien sur la terre après son décès ou resterons nous dans la Béatitude, le mot est mal choisi également : resterons nous sans agir ?

Bien sûr la Vie auprès de Dieu n'a rien de comparable avec ici-bàs !

Cher Eloïse, on ne le pourra que lorsqu'on sera dans la vision béatifique. A ce moment, unis parfaitement à Dieu, il nous ferra toute confiance et nous ferons absolument l'apostolat que nous voudrons, ayant une seule volonté avec le projet de Dieu.

Avant, dans les purgatoires, on ne peut rien faire. On est tout entier brûlant de repentir et d'effort sur soi, incapables d'aider les autres (sauf en priant).

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Ven 22 Fév 2008, 11:04

Merci Cher Arnaud Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Louis B



Masculin Messages : 1319
Inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Jeu 20 Mar 2008, 12:55

Je cite un passage d'un manuscrit intitulé "lettre de l'au delà... ou le manuscrit de l'enfer", qui relate une lettre qu'aurait reçue une personne (devenue religieuse) de la part d'une de ses amies morte et damnée. Cette dernière personne explique à son amie ce qu'est l'enfer et pourquoi elle y est allée.

Au delà de la réalité de la provenance de ce récit, au moins deux imprimatur ont été accordés, en Allemagne (j'ai l'impression) en 1952 et en France en 1964. Néanmoins, le texte, datant de 1937 est troublant au regard de la théologie catholique et au regard des expériences de NDE.

Le texte complet peut se trouver sur le net ici (par exemple) : http://www.ephphata.net/lettres-de-l-au-dela/Lettre-a-d-recit.html

Je ne cite que la partie où il est fait mention de l'heure de la mort :

Citation :
Il y a une semaine, je parle selon que vous comptez ; en regard à la douleur, je pourrais dire très bien que je brûle en enfer déjà depuis dix ans. Il y a une semaine donc, mon mari et moi, nous faisions pendant ce dimanche, une promenade… la dernière.
Le jour pointait, radieux. Je me sentais bien autant que jamais. Un sinistre sentiment de bonheur m'envahit qui serpentait en moi durant toute la journée… Quand voici qu'à l'improviste, pendant le retour, mon mari fut ébloui par une auto qui venait à toute allure. Il perdit le contrôle… « Jésus » me sortit des lèvres comme un frisson, non comme une prière, mais comme un cri. Une douleur déchirante m'opprimait toute. Et en regard de celle d'à présent, c'était une bagatelle. Puis, je perdis les sens.
Il est étrange que pendant cette matinée, il m'était venu encore à l'esprit, d'une façon inexplicable, cette pensée : « Tu pourrais encore une fois aller à la messe ». Elle retentissait en moi comme une imploration. Nettement et résolument, mon « non » trancha le fil de mes pensées. « Avec toutes ces choses, il faut en finir. Que j'en endosse toutes les conséquences ! Maintenant, je les porte. »


Ce qui advint après ma mort, tu le sais déjà. Le sort de mon mari, celui de ma mère, ce qui arriva de mon cadavre et le déroulement de mes funérailles, je les ai connus dans leur détail par le moyen des connaissances naturelles que nous avons ici. Ce qui arrive sur la Terre, nous le savons seulement d'une façon assez vague. Mais ce qui nous touche de plus près, en quelque façon, nous le connaissons. Ainsi, je vois maintenant où tu séjournes.
Moi-même, au moment de ma mort, je me réveillai soudainement du brouillard. Je me vis comme inondée d'une lumière éblouissante. J'étais au lieu même où gisait mon cadavre. Il arriva comme il arrive au théâtre lorsque, d'un coup, s'éteignent les lumières pour ne plus voir que la scène. Le rideau se divise avec grand bruit et s'ouvre sur une scène inattendue, horriblement lumineuse : la scène de ma vie…
Comme dans un miroir, mon âme se montra à elle-même : les grâces méprisées depuis ma jeunesse, jusqu'au dernier « non » en face de Dieu. Je me sentis comme un assassin auquel, durant le procès judiciaire, on vient apporter sa victime inanimée…
Me repentir ? Jamais !…
En avoir Honte ? Jamais !…
Pourtant, je ne pouvais non plus résister sous les yeux de Dieu que j'avais rejeté. Il ne me restait qu'une chose : la fuite. Comme Caïn s'enfuit du cadavre de son frère Abel, ainsi, mon âme fut poussée dehors, loin de cette vue d'horreur. Ce fut le jugement particulier : l'invisible Juge disait : « Eloigne-toi de moi ! »


…Alors mon âme, comme une ombre enduite de soufre, se précipita dans l'éternel tourment !…

Arnaud, avez-vous lu ce manuscrit ? On y retrouve de nombreux points parfaitement conformes à ce que vous développez dans votre livre "l'heure de la mort" (nota : c'est certainement normal, les deux ouvrages ayant l'imprimatur, mais bon...)
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Jeu 20 Mar 2008, 13:10

Rien n'est dit ds cette lettre de ce que la personne avait à se reprocher, à part "les grâces refusées"...
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Jeu 20 Mar 2008, 13:11

Cher Louis, Ce qui m'étonne c'est que, si elle reçoit la grâce d'une "pensée positive intérieure (Va à la messe, repend toi), elle ne voit jamais lui apparaître le christ glorieux, ni d'aiolleurs l'ange révolté.

Dans les NDE au contraire, les témoins de toute origine voient ce fabuleux Être de lumière.

Question: Les NDE seraient-elle plus "vraies" que ce récit ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Jean-Louis B



Masculin Messages : 1319
Inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Jeu 20 Mar 2008, 14:22

N'y a-t-il pas des NDE où les personnes ne voient que la lumière ?

Il me semble que dans toutes (ou plutôt dans le peu) de NDE négatives que j'ai lu, il n'y a pas la rencontre avec l'Etre de Lumière... Il n'y a que la fuite de la lumière...

Me trompe-je ? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Jeu 20 Mar 2008, 19:04

c'est vrai, il y a certains pourcentages de NDE négatives où la personne voit l'enfer.

Et cela semble être efficace, comme si la terreur ressentie était le meilleur moyen pour changer la personne.

Citation :
"La peur est le commencement de la sagesse",
dit la Bible.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Lun 14 Avr 2008, 20:24

Arnaud Dumouch a écrit:
c'est vrai, il y a certains pourcentages de NDE négatives où la personne voit l'enfer.

Et cela semble être efficace, comme si la terreur ressentie était le meilleur moyen pour changer la personne.

Citation :
"La peur est le commencement de la sagesse",
dit la Bible.


Sait-on si ces personnes étaient des personnes vicieuses , arrogantes, méchantes ???
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Lun 14 Avr 2008, 20:27

Cher Franc-Lazur, oui, toujours.

J'ai en mémoire un tueur de la mafia. Mais il y a aussi l'histoire d'un ivrogne invétéré, un homme qui battait sa femme et son fils. Les deux sont revenus convertis et pleuraient au souvenir de cette horreur.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Jean-Louis B



Masculin Messages : 1319
Inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Mar 15 Avr 2008, 09:40

Ces témoignages sont disponibles sur le net ?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Mar 15 Avr 2008, 09:54

Non. Je les ai vu sur vidéo cassettes.

Par contre, sur Iand France, vous verrez des témoignages écrits.

Tapez sur Google: "NDE négatives". Il y a eu aussi un débat sur ce thème ici.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Turquoise



Féminin Messages : 1392
Inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Dim 08 Fév 2009, 17:24

La réponse à votre question cher Arnaud (à savoir pourquoi il n'y a pas eu de rencontre avec le Christ) est exprimé clairement dans le message. Avant sa mort, elle avait donné un NON catégorique et conscient à Dieu. Et comme Il respecte notre liberté...! Le choix pleinement conscient que Dieu donne à tout être humain APRÈS sa mort (et que vous expliquez si bien), elle l'a fait AVANT sa mort.

Elle dit aussi: Moi-même, au moment de ma mort, je me réveillai soudainement du brouillard. Je me vis comme innondée d'une lumière éblouissante.
Le Christ n'est-Il pas la Lumière? Donc présent?

Elle dit aussi:
Me repentir?: Jamais!...
En avoir honte?: Jamais!...

L'Amour de Dieu bute sur l'orgueilleux!

L'Humilité et l'Amour de Dieu respecte la liberté de son enfant, c'est ce que moi j'y vois! Loin de contredire les NDE, je crois que son message les complête.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Dim 08 Fév 2009, 18:23

Citation :
[quote="Turquoise"]La réponse à votre question cher Arnaud (à savoir pourquoi il n'y a pas eu de rencontre avec le Christ) est exprimé clairement dans le message. Avant sa mort, elle avait donné un NON catégorique et conscient à Dieu. Et comme Il respecte notre liberté...! Le choix pleinement conscient que Dieu donne à tout être humain APRÈS sa mort (et que vous expliquez si bien), elle l'a fait AVANT sa mort.

Chère Turquoise ! C'est impossible.

Le "non" ou le "oui" que nous disons ici-bas au Christ est fondé sur notre connaissance partielle du Christ. C'est pourquoi, lorsque ce "non" ou ce "oui" doit engager notre éternité, on ne peut échapper à la lucidité parfaite que seule la Parousie peut donner. De même et pour la même raison, Lucifer doit apparaitre aux saints.



Citation :
Elle dit aussi: Moi-même, au moment de ma mort, je me réveillai soudainement du brouillard. Je me vis comme innondée d'une lumière éblouissante.
Le Christ n'est-Il pas la Lumière? Donc présent?

oui. Je préfère. Elle a vu la gloire du Christ et ALORS, alors seulement, elle a pu le refuser les yeux dans les yeux. salut

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Un nouveau témoignage de NDE   Dim 08 Fév 2009, 19:36

Arnaud Dumouch a écrit:
Elle a vu la gloire du Christ et ALORS, alors seulement, elle a pu le refuser les yeux dans les yeux. salut

A chaque fois, ça me terrifie.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
 
Un nouveau témoignage de NDE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nouveau témoignage de Marthe Robin sur l'heure de la mort
» Un nouveau témoignage d'insomine (angoisse du sommeil)
» Un nouveau témoignage de NDE
» Ovni BRUXELLES: un nouveau témoignage (31/05/2009)
» Eisenhower & les Ovnis : nouveau témoignage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: