DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le concept luthérien de foi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mikael



Masculin Messages : 84
Inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Le concept luthérien de foi   Ven 10 Aoû 2007, 19:04

Voici ce que j'ai rédigé sur le concept de foi chez Luther. Je ne sais pas s'il est coutume de participer au forum en intoxicant de ce genre de monolithes possiblement indigestes ... alors n'hésitez pas à me rentrer dedans ou à supprimer.

Le concept luthérien de foi

Message à l'égard de ceux qui pensent que le concept luthérien de justification par la foi seule disqualifie l'action humaine, contre ceux qui se disent en eux-mêmes que « s'il n'y a que la foi seule pour justifier aux yeux de Dieu, alors agir ne sert à rien : je vais croiser les bras, avoir la foi et attendre d'être sauvé ».

« 1- En disant : Faites pénitence, notre Maître et Seigneur Jésus-Christ a voulu que la vie entière des fidèles fût une pénitence. 3- Toutefois elle ne signifie pas non plus la seule pénitence intérieure ; celle-ci est nulle, si elle ne produit pas au dehors toutes sortes de mortifications de la chair. 4- C'est pourquoi la peine dure aussi longtemps que dure la haine de soi-même, la vraie pénitence intérieure, c'est à dire jusqu'à l'entrée dans le royaume des cieux. »
LUTHER M. (1965), Les quatre-vingt-quinze thèses, La Pléiade.


On peut lire ces lignes soit comme des exhortations (ou des injonctions), soit comme des préventions. Il faut comprendre les exhortations comme un Luther qui exhorte les fidèles à se haïr eux-mêmes, qui appelle les fidèles à mortifier leur chair, qui demande aux fidèles d'accepter d'être sauvés par Dieu en dépit du fait qu'ils soient haïssables : « haïssez-vous vous-même, auto-flagellez-vous, acceptez que l'Amour que Dieu vous porte soit plus grand que la haine que vous vous portez[...] » ; et il faut comprendre les préventions comme un Luther qui prévient les fidèles des conséquences de la foi : haine de soi, mortification de la chair : « quand vous accueillez la foi en vous-même, comme la rouille elle ronge ce qui est impur en vous, et vous vous haïssez vous-même pour être aussi impur et avoir tant à purifier, etc, etc. ».

D'un côté "je vous exhorte à le faire" / de l'autre "je vous préviens que c'est ainsi que la foi tranche".

Dans la première lecture, qui fait l'hypothèse d'un Luther qui exhorte, la haine de soi et la mortification de la chair sont des actions volontaires. On est appelé à agir, comme si nous avions la liberté d'agir ou de ne pas agir, de se haïr ou de ne point se haïr. Dans ce cas, on peut se demander « à quoi bon se haïr, à quoi bon se mortifier, à quoi bon accepté d'être aimé de Dieu puisqu'il n'y a rien d'autre que la foi, et la foi seule, qui puisse me justifier aux yeux de Dieu, et que la haine de moi-même (ni rien d'autre) ne me justifiera pas ? ». La réponse semble assez évidente si on identifie la foi à la haine de soi et à la mortification de soi : la foi est la haine de soi, la foi est la mortification de sa chair, la foi est l'acceptation paradoxale de soi ... la foi est ces actions. C'est la raison pour laquelle ces actions sont opérantes et justifiantes. On pensera, avec Tillich, que la foi est active et consiste en partie à « [...]accepter d'être accepté en dépit du fait que l'on soit inacceptable ».
Quoi qu'il en soit, lire ces articles de Luther comme des exhortations nous amène sur le chemin de la foi comme actions volontaire : je peux me haïr ou ne pas me haïr, je peux accepter d'être accepté ou non, etc. bref, je peux agir en signant mes actions du sceau de la foi ou non, mais avoir la foi c'est agir.
Mais il s'agit d'une interprétation plutôt « soft » de Luther, un peu à la manière de Tillich.

Dans la seconde lecture, celle du Luther préventif, la haine de soi-même et l'auto-flagellation apparaissent comme des actions de la foi, dont on est serf. La foi, placée en nous, livre bataille contre ce qui est sale en nous, et par la suite, on se hait nécessairement soi-même pour être aussi impropre, et on mortifie sa chair dans l'optique nécessaire de se purifier pour que la foi grandisse. Dans la mesure ou cette lecture est recoupée avec Du Serf arbitre, elle est probablement plus fidèle que la première : non seulement, je souligne que « la foi est placée en nous » ce que Luther explique dans Du Serf arbitre, mais en plus elle part elle-même en guerre contre la partie pécheresse de nous-même, qui finissent par s'incliner devant la foi, comme les esclaves de la cour de Dieu.
La question qu'on se posait à la première lecture ne se pose plus, à savoir « à quoi bon se haïr, à quoi bon se mortifier puisqu'il n'y a rien d'autre que la foi, et la foi seule, qui puisse me justifier aux yeux de Dieu, et que la haine de moi-même ne me justifiera pas ? ». Elle ne se pose plus car on est serf de la foi qui s'exerce dans la haine de soi et de la mortification de sa chair. En revanche, on en arrive encore à identifier ces actions à la foi. Elles ne sont pas tellement conséquences de la foi que foi elle-même, dans la mesure ou elles servent pleinement notre pénitence et notre justification aux yeux de Dieu.
Bref, lire les articles luthériens comme des préventions nous amène sur le chemin de la foi comme actions dont on est serf, ou la foi comme actions nécessaires : la foi délivre nécessairement sur des actions telles que la haine de moi-même, la mortification de ma chair, l'acceptation paradoxale de moi-même.

Dans la foi comme actions volontaires ou la foi comme actions dont on est serf, il n'y a pas de disqualification de toutes les actions humaines. La foi luthérienne n'est pas une chose passive, une espérance délavée, une attente « les bras croisés » ou encore une acceptation passive de soi-même. Il s'agit d'une acceptation active et de violences, non moins actives, envers les parties pécheresses de soi-même.


Bibliographie

CHRISTIN O. (1995), Les réformes : Luther, Calvin et les protestants, Découvertes Gallimard.
CRÉTÉ L., Sola Fide.
DELUMEAU J. (2003), Naissance et affirmation de la Réforme, PUF.
ERASME D. (2001), Diatribe : du libre arbitre, Folio essais.
LIENHARD M. (1999), « Introduction », in Oeuvres complètes, La Pléiade.
– (1999b), « Chronologie », in Oeuvres complètes, La Pléiade.
LUTHER M. (1999a), Cours sur l'Épître aux Romains, in Oeuvres complètes, La Pléiade.
– (1999b), Lettre à Georg Spenlein, in Oeuvres complètes, La Pléiade.
– (1999c), Controverse au sujet des forces et de la volonté de l'homme sans la grâce, in Oeuvres complètes, in Oeuvres complètes, La Pléiade.
– (1999d), Lettres à Johann Lang, in Oeuvres complètes, La Pléiade.
– (1999e), Controverse sur la théologie scolastique, in Oeuvres complètes, La Pléiade.
– (1999f), Controverse destinée à montrer la vertu des indulgences [Les Quatre-vingt-quinze Thèses], in Oeuvres complètes, La Pléiade.
– (1999g), Sermon sur les indulgences et la grâce, in Oeuvres complètes, La Pléiade.
– (2001), Du serf arbitre, Folio essais.
TILLICH P. (1999), Le courage d'être, Éditions du Cerf.
VAUCHEZ A. (1999), Le prophétisme médiéval d'Hildegarde de Bingen à Savonarole, COLLEGIUM BUDAPEST Institute for Advanced Study (Public Lecture Series No. 20).
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou



Masculin Messages : 9401
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Le concept luthérien de foi   Ven 10 Aoû 2007, 19:13

Mikael a écrit:

Dans la foi comme actions volontaires ou la foi comme actions dont on est serf, il n'y a pas de disqualification de toutes les actions humaines. La foi luthérienne n'est pas une chose passive, une espérance délavée, une attente « les bras croisés » ou encore une acceptation passive de soi-même. Il s'agit d'une acceptation active et de violences, non moins actives, envers les parties pécheresses de soi-même.

Ce n'est plus le concept de Foi en tant que tel mais celui de justification qui départage encore romains et catholiques confessants.

En effet, la Foi est un acte personnel d'adhésion au Christ, totalement volontaire et intellectuel. Cela Vatican.I et II l'ont reconnu. De plus, que la Foi implique repentance, déjà Thomas d'Aquin le notait dans son article de la Somme sur la justification. Donc, il reste la justification:et là, on n'est pas sorti de l'auberge!...
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le concept luthérien de foi   Ven 10 Aoû 2007, 19:50

Cher Mikael,

si je synthétise, la foi pour Luther, c'est "la confiance en Dieu".

Est ce une confiance active comme vous le dites ? Sans doute.

Mais pour lui, même sans action, la justification est là par cette seule foi.


Et c'est à cela que s'opposent les catholiques qui disent:

"On peut être dans un rapport SERVITEUR avec Dieu (comme le sont les musulmans), et avoir confiance en Lui. Or, un serviteur n'est pas justifié."

Pour un catholique,
Citation :
la foi justifie en ce sens qu'elle est le COMMENCEMENT de la justification (Concile de Trente).

Ce qui justifie, c'est la foi s'épanouissant dans une vraie charité:
Citation :
"Vous n'êtes plus mes serviteurs mais mes amis".

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
saint Zibou



Masculin Messages : 9401
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Le concept luthérien de foi   Ven 10 Aoû 2007, 21:53

Arnaud Dumouch a écrit:



Et c'est à cela que s'opposent les catholiques qui disent:

"On peut être dans un rapport SERVITEUR avec Dieu (comme le sont les musulmans), et avoir confiance en Lui. Or, un serviteur n'est pas justifié."

Ce que vous oubliez, c'est que l'alliance salvifique s'établit entre Dieu et J-C, pas entre Dieu et le croyant. Nous ne sommes que participants, par la Foi seule, de cette alliance, pas ses contractants: voilà comment s'opère notre salut!
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Le concept luthérien de foi   Ven 10 Aoû 2007, 22:18

saint Zibou a écrit:
Ce que vous oubliez, c'est que l'alliance salvifique s'établit entre Dieu et J-C, pas entre Dieu et le croyant. Nous ne sommes que participants, par la Foi seule, de cette alliance, pas ses contractants: voilà comment s'opère notre salut!

Cher Alain,

Vous oubliez aussi cette parole de Jésus : "Puis, prenant une coupe, il rendit grâces et la leur donna en disant : "Buvez-en tous; car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui va être répandu pour une multitude en rémission des péchés." (Matthieu 26, 27-28)

C'est vrai que l'alliance salvifique s'établit entre Dieu et JC, mais ce que vous oubliez de nous dire, c'est en nous faisant boire son sang, le sang de l'Alliance Nouvelle (sa Vie) que Jésus nous rend participant de cette Alliance nouvelle et éternelle ; ce sang qui va épurer notre âme, la libérant de ses péchés.

Celui qui contracte l'Alliance c'est Jésus, mais c'est aussi Jésus qui, en nous demandant de boire le sang répandu pour sceller cette alliance, nous y associe. Il nous associe au don qu'il fait de Lui-même au Père pour notre salut. Le sacrifice du Christ devient alors celui de son Corps, de tous ses membres. Tous nous sommes appelés à faire à Dieu, avec le Christ, le don de toute notre Vie pour l'humanité.

Cordialement

Pierre

Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le concept luthérien de foi   Sam 11 Aoû 2007, 02:19

saint Zibou a écrit:
[
Ce que vous oubliez, c'est que l'alliance salvifique s'établit entre Dieu et J-C, pas entre Dieu et le croyant. Nous ne sommes que participants, par la Foi seule, de cette alliance, pas ses contractants: voilà comment s'opère notre salut!

Oui, c'est un point de contestation fondamental avec les catholique.

D'où notre croyance dans le rôle INDISPENSABLE de Marie à la croix, dont le "oui" crée l'ALLIANCE au nom de l'humanité, comme nouvelle Eve et femme "12 étoiles sont sur sa tête" (Ap. 12).

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Mikael



Masculin Messages : 84
Inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: Le concept luthérien de foi   Lun 13 Aoû 2007, 08:10

saint Zibou a écrit:
Ce n'est plus le concept de Foi en tant que tel mais celui de justification qui départage encore romains et catholiques confessants.

En effet, la Foi est un acte personnel d'adhésion au Christ, totalement volontaire et intellectuel. Cela Vatican.I et II l'ont reconnu. De plus, que la Foi implique repentance, déjà Thomas d'Aquin le notait dans son article de la Somme sur la justification. Donc, il reste la justification:et là, on n'est pas sorti de l'auberge!...
Chez Luther, la volonté est chevauchée ou bien par Dieu ou bien par Satan, elle est déterminée, c'est le serf arbitre. Quand vous dites que la foi est totalement volontaire, d'un point de vue luthérien ça signifie seulement que la foi est l'acte auquel adhère la volonté lorsqu'elle est chevauchée par Dieu.

Moi-même je ne suis pas déterministe à proprement parler mais ça, c'est une autre histoire, je re-situe juste un peu dans le cadre luthérien.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le concept luthérien de foi   Lun 13 Aoû 2007, 08:22

Mikael a écrit:

Chez Luther, la volonté est chevauchée ou bien par Dieu ou bien par Satan, elle est déterminée, c'est le serf arbitre. Quand vous dites que la foi est totalement volontaire, d'un point de vue luthérien ça signifie seulement que la foi est l'acte auquel adhère la volonté lorsqu'elle est chevauchée par Dieu.

Moi-même je ne suis pas déterministe à proprement parler mais ça, c'est une autre histoire, je re-situe juste un peu dans le cadre luthérien.

Oui, Luther n'a pas compris que la grâce, venant de Dieu, était capable de permettre à l'homme un acte de foi libre.

D'autre part, il a cru que cette foi suffisait à rendre l'homme JUSTE devant Dieu, alors que explicitement, l'Ecriture montre qu'un foi qui ne s'épanouit pas dans un amour de charité actif et coopérateur, ne sert à rien.


Citation :
Jacques 2, 18 Au contraire, on dira: "Toi, tu as la foi, et moi, j'ai les oeuvres? Montre-moi ta foi sans les oeuvres; moi, c'est par les oeuvres que je te montrerai ma foi.
Jacques 2, 19 Toi, tu crois qu'il y a un seul Dieu? Tu fais bien. Les démons le croient aussi, et ils tremblent.
Jacques 2, 20 Veux-tu savoir, homme insensé, que la foi sans les oeuvres est stérile?
Jacques 2, 21 Abraham, notre père, ne fut-il pas justifié par les oeuvres quand il offrit Isaac, son fils, sur l'autel?

(Dans ce texte de Jacques, les oeuvres sont en fait pour la foi catholique l'acte de réponse de l'amour de charité).

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
 
Le concept luthérien de foi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conversion d'un pasteur luthérien à la vraie Foi Catholique
» Ratzinger, le luthérien de coeur.
» Benoît XVI, un "modèle dans la foi" selon des Luthériens
» Benoît XVI : rapprochement avec les luthériens
» Etats-Unis : les Anglo-Luthériens veulent se défaire de la Réforme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Débats avec les religions non-catholiques-
Sauter vers: