DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Bilan de la guerre en Irak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Ven 17 Aoû 2007, 23:27

Luc a écrit:
Toujours en ce qui concerne le massacre d'Hallabjah: http://www.stopusa.be/scripts/print.php?id=25147

----------->

Citation :
Publié le 13 mars 2003 http://www.voltairenet.org/article9234.html

Very Happy Very Happy Very Happy

Je l'avais dit qu'il nous sortirait le Réseau Voltaire Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Ven 17 Aoû 2007, 23:34

Laurent, il s'agit d'un extrait du Washington Post et d'un professeur à l'Army War College. Cités peut-être par le Réseau Voltaire que vous détestez tant. Ca retire-t-il une once de crédit à ces sources? Sources qui soit dit en passant valent bien celles de "la droite libérale française" basées sur des chaines de télé réputées aussi sérieuses et neutres que Fox-News.
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Ven 17 Aoû 2007, 23:41

Luc a écrit:
Mais cher Arnaud, si l'Irak avait des armes de destruction massive, étaient-elles? Hans Blix et sa cohorte d'inspecteurs de l'ONU n'ont rien trouvé. Hans Blix a d'ailleurs dit que le gouvernement américain était une clique de voyous, ce qui dans la bouche d'un diplomate policé de son niveau est aussi incongru qu'une publicité pour le préservatif dans celle du pape, c'est dire à quel point il en avait gros sur la patate.

Citation :
La vraie question : où sont les ADM ?

Un officiel du Pentagone, membre du Iraq Survey Group, le groupe formé à l'automne 2003 pour rechercher des Armes de Destruction Massive en Irak, s'est exprimé à ce propos le 19 février 2006, lors une conférence du renseignement à Alexandrie, en Virginie.

Le sous-secrétaire à la Défense John A Shaw a ainsi expliqué que les Spetsnaz, les forces spéciales russes, ont aidé les Irakiens à déplacer et cacher leurs ADM en Syrie et au Liban. Ses sources, confirmées par les services secrets ukrainiens, donnent un panorama exhaustif des relations russo-irakiennes avant le début de la guerre en Irak, en 2003 :

Conférence de John Shaw

A lire également, le dossier qui offrent d'autres pistes concordantes, de sources américaines, irakiennes, syriennes et russes.

Rappelons également que les experts américains ont observé qu'une parade du Parti Baas en janvier 2002 montrait des armes non conventionnelles qui ont disparu depuis le début de la guerre, en mars 2003, et qui sont toujours introuvables (Richard Miniter, in "Myth : Iraq had no WMD" in Disinformation, the 22 media myths that undermine the war on terror, Regnery p. 104).

Hans Blix, le 27 janvier 2003, a affirmé dans son rapport que les inspecteurs de l'ONU avaient découvert, fin 2002, que l'Irak de Saddam Hussein produisait du gaz VX ainsi qu'un gaz proche du gaz moutarde, le thiodiglycol. Blix a également démontré que l'Irak produisait des missiles interdits. Certains de ces missiles (Al-Hussein) ont été détruits devant les yeux de tous au milieu de la crise, au printemps 2003. (Miniter, op.cit., p. 100)

Le sous-secrétaire à la Défense Shaw, spécialisé dans la technologie internationale, estime, notamment avec le lieutenant-général Mc Tierney, ancien membre de la commission de l'ONU pour la recherche d'ADM en Irak, Charles Duelfer, membre de l'ISG, et George Sada, général adjoint des forces aériennes irakiennes sous Saddam Hussein, que la communauté du renseignement américain ne veut pas exploiter le matériel liant l'Irak de Saddam Hussein à la Russie, la Chine et la France pour des raisons politiques. Avec Téhéran en pleine course à l'armement, la Maison Blanche dément systématiquement toute information qui pourrait salir la réputation de ces trois pays afin de s'assurer leur vote au Conseil de Sécurité dans la crise iranienne.

http://drzz.over-blog.org/article-4910590.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Ven 17 Aoû 2007, 23:47

Citation pour citation, Laurent, copié/collé pour copié/collé.



dimanche 10 octobre 2004, 8h53
Hans Blix accuse Bush et Blair d'avoir rendu le monde pire



LONDRES (AFP) - Hans Blix, l'ancien chef des inspecteurs en armements de l'Onu en Irak, et un autre ex-inspecteur américain Scott Ritter, accusent le président américain George W. Bush et le premier ministre britannique Tony Blair d'avoir aggravé l'insécurité dans le monde et de vouloir justifier leur guerre en Irak "en se raccrochant à n'importe quoi".

Selon M. Blix, qui s'exprime dans un article publié dimanche dans l'Independent on Sunday, MM. Bush et Blair se "cramponnent à n'importe quoi" pour justifier leur guerre contre l'Irak. Les inspecteurs dépêchés en Irak par M. Bush pour confirmer les assertions du président américain à propos des armements interdits "ont dû reconnaître que la réalité sur le terrain était totalement différente de la réalité virtuelle qui avait été répandue", écrit M. Blix.

L'inspecteur en chef américain Charles Duelfer a conclu dans son rapport publié cette semaine que Saddam Hussein avait détruit la plupart de ses armes chimiques et biologiques après la guerre du Golfe de 1991 et que son programme nucléaire était tombé "progressivement en déshérence". Mais il ajoutait que l'ex-président irakien espérait reprendre son programme d'armement si les sanctions de l'Onu étaient levées. "C'est le nouveau fétu de paille auquel les gouvernements concernés ont commencé à se raccrocher" pour justifier la guerre, écrit M. Blix.

L'inspecteur Scott Ritter accuse par ailleurs les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, "les deux plus grandes démocraties du monde", d'avoir sapé le cadre légal des Nations unies mis en place après la deuxième guerre mondiale avec leur guerre en Irak, exactement au moment où le monde avait le plus besoin de multilatéralisme pour engager une guerre mondiale contre la terreur.

"Saddam est parti et le monde est bien pire à cause de ça, non parce que son régime ne présentait aucune menace, visible ou non, mais parce que les menaces pesant sur la paix internationale et la sécurité résultant des décisions prises par MM. Bush et Blair pour envahir l'Irak en violation des traités internationaux rendent insignifiante en comparaison toute autre menace provenant de l'Irak dirigée par Saddam", estime-t-il. M. Ritter était inspecteur en Irak de 1991 à 1998, avant de démissionner pour marquer son désaccord avec le manque de soutien des Etats-Unis et de l'Onu pour ses méthodes sévères de désarmement.


Dernière édition par le Ven 17 Aoû 2007, 23:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Ven 17 Aoû 2007, 23:50

On continue :

ADM irakiennes - l'enquête continue

A la mi-juillet 2007, l'ONU a mis un terme officiel aux inspections pour retrouver les ADM qu'aurait possédé le régime irakien.

Cela fait maintenant des années que l'on nous chante la même chanson : Saddam n'en avait pas, et ceci sans apporter une seule preuve que les armes portées manquantes dans les rapports de l'ONU ont bel et bien été détruites !


Le gouvernement américain n'a aucune envie de réouvrir le dossier, sous peine de devoir intervenir dans les pays voisins où ces armes ont été transférées.

Les commentateurs plus malhonnêtes disent même que Saddam ne comptait pas en avoir, ceci en contradiction avec le rapport final du Congrès américain sur la question (rapport de l'Iraq Survey Group - ISG).

Si l'on divise en deux catégories :

Ce qui est attesté : le régime de Saddam Hussein voulait se réarmer et avait bâti des sites en ce sens.

Ce qui est encore nié : la présence sur le sol irakien d'ADM au début de l'offensive américaine. Les missiles al-Hussein, interdits par l'ONU, sont une partie de l'arsenal. Où sont passés les missiles représentés dans cette vidéo de propagande de 2002 (ci-dessous), où sont mêlées des images de films à celles de la parade militaire du régime baasiste en janvier 2002 (les deux premières minutes) ? Ces camions, vous les voyez comme moi. La netteté de l'image ne laisse aucun doute sur sa datation. Où sont ces armes ?



Les experts américains ont observé qu'une parade du Parti Baas en janvier 2002 montrait des armes non conventionnelles qui ont disparu depuis le début de la guerre, en mars 2003, et qui sont toujours introuvables. (Richard Miniter, 22 myths that undermine the War on Terror, Regnery, 2005, p. 104)

Les documents traduits par Joseph Shadha, un arabophone américain consultant pour CNN, montrent que le régime irakien avait fait l'acquisition de centaines d'armes prohibées, ainsi que de produits chimiques (les services secrets irakiens voulaient utiliser du gaz nerveux contre des cibles civiles occidentales en les introduisant dans des bouteilles de parfum, selon le rapport final de l'ISG) et biologiques (pour ce dernier cas, l'ISG annonce officiellement que l'Irak cherchait à développer des armes contenant la fièvre hémorragique de Crimée-Congo, l'une des plus violentes du monde).

Ces armes ont été transférées dans les Etats voisins. Un ouvrage écrit par l'ex-président de la Task Force sur le terrorisme et la guerre non-conventionnelle pour le Congrès, Yossef Bodansky, explique aussi comment les ADM irakiennes ont été déménagées en Syrie et au Liban.

L'ONU n'en a jamais parlé. En êtes-vous sûr ? Le 9 juin 2004, le porte-parole de l'UNMOVIC, Demetrius Perricos, a exprimé ses inquiétudes auprès du Conseil de Sécurité de l'ONU au sujet de "l'exportation d'armes non-conventionnelles depuis l'Irak avant, pendant, et après la guerre." Les commissions de surveillance de l'ONU auraient reçu des rapports indiquant que du matériel d'ADM et des missiles prohibés étaient envoyés depuis l'Irak vers l'étranger et portaient toujours les sigles d'inspection de l'ONU datant du milieu des années 1990.

Le lieutenant-général James Clapper, ex-directeur de l'agence nationale de la cartographie américaine, a expliqué que les ADM irakiennes avaient été transférées en Syrie. Faisant ainsi écho aux propos du général en chef de Tsahal à l'époque, Moshe Yalon, à l'ex sous-secrétaire à la Défense américain John Shaw, au lieutenant-général des Marines Michael DeLong, au premier chef de l'Iraq Survey Group David Kay, au second chef de l'Iraq Survey Group Charles Duelfer et au dissident syrien Nizar Nayuf, lequel s'est enfui à l'Ouest pour livrer les plans des lieux où les ADM sont enterrées, en Syrie et au Liban.

Ces armes ont-elles été détruites par les frappes israéliennes de 2006 contre la vallée de la Bekaa ? C'est improbable. Il est à craindre que les Syriens s'en servent contre Israël dans la guerre qu'ils comptent mener dans un futur proche.

LE DOSSIER COMPLET :

Les ADM trouvées en Irak"
J'ai trouvé les ADM de Saddam"
L'Irak avait des ADM
La Syrie veut la guerre
Les confessions de George Sada
Les Américains sont bien informés
La vraie question ; où sont les ADM ?
L'aveu de Wolfowitz ?

http://leblogdrzz.over-blog.com/article-11496538.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Ven 17 Aoû 2007, 23:54

Avez-vous des citations venant d'ailleurs que (je cite) ce qui se trouve à l'entête du blog (le vôtre?) "Un excellent blog, que je recommande" GUY MILLIERE Professeur à Sciences Po, Paris VIII et à la California Long Beach Univ., expert pour l'UE, proche des néoconservateurs américains, directeur de l'Inst. Turgot et ancien conseiller de Ronald Reagan

Personnellement je trouve l'extrait d'AFP que je vous ai posté plus crédible. A chacun ses choix....
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Ven 17 Aoû 2007, 23:55

Enfin, pour clore ce chapitre ADM :

Citation :
La Syrie veut la guerre

Une source du ministère syrien de la Défense a expliqué que la prochaine guerre contre Israël verrait l'utilisation de missiles contre les infrastructures civiles et des attaques de guérilla sur le front contre Tsahal.

"Nous devrions assister à des combats entre villes plutôt qu'à des combats sur champs de bataille", déclare cette source, "parce que c'est là que les Israéliens sont les plus faibles".

La Syrie a pu acquérir un nombre important de missiles ballistiques l'année passée, grâce à la complicité de la Russie, le vendeur, et l'Iran, le bailleur de fonds, les deux ayant payé une part des onze milliards $ d'achats.

Le quotidien Al-Sharq a annoné que la Syrie avait déployé ses missiles chinois C-802 acquis grâce à l'Iran. Récemment, la Russie a fait des démarches pour lui vendre des missiles Iskander, d'une portée de 280 kilomètres, largement suffisants pour frapper n'importe quelle ville de l'Etat hébreu.

Lors de la guerre du Liban menée par Israël à l'été 2006, l'aviation israélienne a durement frappé le sud, mais aussi le nord-est, dans la vallée de la Bekaa (carte ci-contre).



Le monument dédié au soldat inconnu, Damas, Syrie

Les positions du Hezbollah à la frontière

C'est là que plusieurs sources convergentes placent les ADM de Saddam Hussein, qui auraient été enterrées par le renseignement syrien. En 2003, la radio publique israélienne avait annoncé qu'un officier de haut rang des services secrets israéliens, Yossi Kupperwasser, avait dit à une commission du Knesset que les ADM irakiennes étaient en Syrie.

Un rapport alarmant est arrivé aujourd'hui : la Syrie occupe à nouveau le Liban, sur une surface équivalent à l'Etat d'Arizona. Et où ses chars ont-ils pénétré ? Dans la vallée de la Bekaa. Al-Assad est en train de déterrer les ADM irakiennes pour les utiliser contre Israël prochainement.

"Cet été verra la victoire des musulmans et la défaite de nos ennemis."
Mahmoud Ahmadinejad, Damas, 20 juillet 2007

http://leblogdrzz.over-blog.com/article-11483198.html[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Ven 17 Aoû 2007, 23:57

Luc a écrit:
Avez-vous des citations venant d'ailleurs que (je cite) ce qui se trouve à l'entête du blog (le vôtre?) "Un excellent blog, que je recommande" GUY MILLIERE Professeur à Sciences Po, Paris VIII et à la California Long Beach Univ., expert pour l'UE, proche des néoconservateurs américains, directeur de l'Inst. Turgot et ancien conseiller de Ronald Reagan

Personnellement je trouve l'extrait d'AFP que je vous ai posté plus crédible. A chacun ses choix....

Les deux avis sont clairement exprimés, à chacun maintenant de se faire sa propre opinion Idea
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 00:00

N'importe quoi Laurent!!!!!!!!

Des ADM auraient été évacuées vers la Syrie, et les Américains ne l'auraient pas vu malgré leurs satellites et leur technologie? Ils ont laissé Colin POwell se présenter à la tribune de lONU avec un sachet de farine alors qu'ils avaient de telles preuves? Qui pourrait croire une chose pareille?
Revenir en haut Aller en bas
leblaze



Messages : 60
Inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 00:08

faut déja que les américains(avec 20 000 ogives nucléaire) et israel qui sont considéré par le monde les deux pays les plus dangeureux de la planéte et également les pays du conseil de sécurité qui a entreprendre et a détruirent leurs armes de déstruction massif,apres on pourrai en débattre sur les lances pierres et canifs de destruction massif et petards mouillés de sadaam.


Dernière édition par le Sam 18 Aoû 2007, 00:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 00:08

Luc a écrit:
Avez-vous des citations venant d'ailleurs que (je cite) ce qui se trouve à l'entête du blog (le vôtre?) "Un excellent blog, que je recommande" GUY MILLIERE Professeur à Sciences Po, Paris VIII et à la California Long Beach Univ., expert pour l'UE, proche des néoconservateurs américains, directeur de l'Inst. Turgot et ancien conseiller de Ronald Reagan

Personnellement je trouve l'extrait d'AFP que je vous ai posté plus crédible. A chacun ses choix....

Puisque vous parlez de l'AFP :

Citation :
L'AFP n'arrête pas de faire des progrès...

... dans la désinformation... Visez moi le sous-titre de la photo...


AFP - Tue Aug 14, 6:58 PM ET - An elderly Iraqi woman shows two bullets which she says hit her house following an early coalition forces raid in the predominantly Shiite Baghdad suburb of Sadr City. (AFP/Wissam al-Okaili)

Une femme âgée irakienne montre deux balles qui auraient touché sa maison suite à un raid des troupes de la coalition dans la périphérie de Bagdad, à Sadr City. (AFP/Wissam al-Okaili)


On ne sait pas à l'AFP qu'une balle tirée se sépare de sa douille !

Mais l'Agence de Propagande Française ne recule devant rien ! Attendez-vous bientôt à ce que l'AFP paie ses propres journalistes pour prendre la pose et accuser la méchante Amerikkke !


Cela ne vous rappelle pas Qana , la mise en scène du Hezbollah présentée comme "un massacre de Tsahal", ou la manifestation rassemblant des centaines de milliers de partisans d'Al-Sadr, en réalité moins de 10'000 ?

L'agence de presse Reuters pour sa part retouchait carrément les photos durant la guerre Israël-Hezbollah !

Vive notre presse !

http://leblogdrzz.over-blog.com/article-11815663.html

Suite du feuilleton :

Citation :
AFP forever !



An Iraqi elderly woman inspects a bullet which she says hit her bed during an alleged overnight raid by US and Iraqi troops in Baghdad’s impoverished district of Sadr City. Residents said two people were killed and four wounded during the raid. (AFP/Wissam al-Okaili)

Ah ces balles magiques qui frappent des lits mais qui résistent ! Exceptionnelles !

A un mois d'intervalle, même vue, même photographe, même propagande :

L'AFP n'arrête pas de faire des progrès...

http://leblogdrzz.over-blog.com/article-11830364.html

Je vous renvoie par ailleurs sur le fil Pravda en action, consacré, entre autres, aux méfaits de l'AFP...chacun pourra juger de la fiabilité qu'il faut accorder à leurs "infos" plus qu'orientées Idea
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 00:27

Luc a écrit:
N'importe quoi Laurent!!!!!!!!

Des ADM auraient été évacuées vers la Syrie, et les Américains ne l'auraient pas vu malgré leurs satellites et leur technologie? Ils ont laissé Colin POwell se présenter à la tribune de lONU avec un sachet de farine alors qu'ils avaient de telles preuves? Qui pourrait croire une chose pareille?

Tout se trouve dans les articles postés ci-dessus, avec les sources originales Idea
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 07:29

Luc a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Elles sont fort probablement dans un des pays limitrophes. Saddam a pris l'habitude, dès la première guerre du golf, de cacher ses armes hors de son territoire. A l'époque, c'est son aviation qu'il a basé en Iran, pourtant l'ennemi héréditaire. L'iran n'a rien rendu !

Avant la guerre on nous a montré des images de canons immenses, prises par satellite. Comment les Irakiens auraient-ils fait disparaître ces armes dans un pays voisin en échappant aux satellites espions? Vous pensez que si les satellites US avaient pu photographier cette preuve on n'aurait pas manqué de la sortir à la tribune de l'ONU, au lieu de la pitoyable prestation de Colin Powell. Des experts ont d'ailleurs affirmé que ce prétendu canon était une pièce d'oléoduc.

Des tubes pour des canons, livrés par l'Allemagne, et non encore montés.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 07:34

Luc a écrit:
N'importe quoi Laurent!!!!!!!!

Des ADM auraient été évacuées vers la Syrie, et les Américains ne l'auraient pas vu malgré leurs satellites et leur technologie? Ils ont laissé Colin POwell se présenter à la tribune de lONU avec un sachet de farine alors qu'ils avaient de telles preuves? Qui pourrait croire une chose pareille?

Saddam n'est pas plus idiot que vous: Il ne fait pas circuler ses camions en plein jour. Il attend la nuit et un ciel nuageux.

Et là, ils font comment vos satellites ? Ils descendent sous les nuages ?

C'est étonnant qu'on soit obligé de vous mettre ce genre de remarques de bon sens de bon sens, comme si vous aviez cinq ans et que vous vous étiez fait une image de la puissance US dans les films de James Bond.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 08:04

Les nuages en Irak sont aussi fréquents que les paroles intelligentes de Bush, renseignez-vous. De plus les satellites voient de jour et de nuit. Enfin, il y a d'autres techniques employées dont le bon vieil espionnage de papa. Je trouve vos réactions agressives étonnantes, Arnaud: non je n'ai pas 5 ans et j'ai d'autres infos que les films de Bond. Puis-je faire remarquer que je n'agresse personne ici?

Pour Laurent, je vois que toutes ses sources proviennent toujours du même blog américano-sioniste donc si je comprends bien plus digne de respect que l'AFP. Si l'AFP avait déformé ou truqué les paroles d'Hans Blix pourquoi ce dernier n'a-t-il pas fait un démenti?

C'est incroyable un tel acharnement à nier l'évidence, puisque Bush lui-même a reconnu que les ADM n'existaient pas.
Revenir en haut Aller en bas
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 08:10

Voici un résumé de la chronologie des mensonges étatsuniens pris sur le site www.wsws.org


* L'Irak avait cherché à acheter de l'uranium du Niger, dans l'ouest de l'Afrique. Il a été prouvé que cette affirmation était basée sur de documents trafiqués, presque une année avant que Bush reprenne l'accusation dans son Discours sur l'état de l'Union de 2003.

* Des milliers de tubes d'aluminium importés par l'Irak pouvaient être utilisés pour construire des centrifugeuses servant à enrichir l'uranium. Ce mensonge a été démoli par l'Agence internationale d'énergie atomique aussi bien que par des scientifiques nucléaires américains.

* L'Irak possède jusqu'à 20 missiles Scud de longue portée, interdits selon les sanctions de l'ONU. On a trouvé aucun de ces missiles et aucun n'a été utilisé durant le conflit militaire.

* L'Irak a entreposé une immense quantité d'agents chimiques et biologiques, y compris de gaz neurotoxique, de bacille du charbon et de la toxine botulinique. Rien n'a été trouvé malgré des recherches sur des centaines de sites désignés avant la guerre dans des rapports des agences d'espionnage américain.

* Saddam Hussein avait fait acheminé des armes chimiques aux troupes aux premières lignes qui les utiliseraient lorsque l'armée américaine entrerait en Irak. Aucune arme chimique ne fut utilisée et on en a trouvé aucune après l'effondrement de l'armée irakienne sous l'impact de l'assaut américain.

L'administration Bush en est réduit à utiliser la découverte de deux remorques de camion près de Mossoul comme la preuve que l'Irak possédait des laboratoires mobiles de développement d'armes biologiques. L'Irak en avait déjà été accusé dans la présentation que fit le secrétaire d'État Colin Powell devant le Conseil de sécurité de l'ONU le 5 février 2003. Mais on a trouvé aucune trace d'un agent biologique dans les remorques et la Maison blanche a dû reculer aussi sur cette affirmation, suggérant que les remorques étaient peut-être la preuve d'un «programme» d'armement, mais pas des armes elles-mêmes.

Un prétexte pour une agression


L'administration Bush et ces défenseurs au sein des médias tentant continuellement de réécrire l'histoire, il est nécessaire de faire à nouveau la démonstration que les armes de destruction massive furent la principale raison offerte pour justifier que les États-Unis aillent en guerre. La résolution votée au Congrès en octobre dernier qui a donné à Bush l'autorisation de lancer la guerre, la résolution 1441 du Conseil de sécurité ainsi que la résolution pour la guerre adoptée par le Parlement britannique à la demande du premier ministre Tony Blair avaient toutes pour coeur le danger que posait le prétendu arsenal d'armes chimiques et biologiques de l'Irak et ses efforts concrets pour développer des armes nucléaires.

Des représentants du gouvernement américain ont maintes fois répété de façon très nette que non seulement l'Irak possédait d'énormes quantités d'armes biologiques et chimiques, en violation des résolutions de l'ONU, mais que les agences d'espionnage américaines avaient indiqué précisément où ces armes étaient entreposées, connaissaient l'identité précise de ceux qui étaient impliqués dans leur production et même les ordres militaires qu'avait donné Saddam Hussein sur leur utilisation en cas de guerre.

Il y a eu des douzaines de citations de ce type desquelles nous ne reproduirons que les suivantes:

* 26 août 2002: Le vice-président Dick Cheney a déclaré devant les Vétérans des guerres à l'étranger: «Il n'y a aucun doute que Saddam Hussein a présentement des armes de destruction massive. Il n'y a aucun doute qu'il les développent pour les utiliser contre nos amis, contre nos alliés et contre nous.»

* 18 septembre 2002: Le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld a dit devant le Comité sur le service militaire de la Chambre des représentants: «Nous savons que le régime irakien a des armes chimiques et des armes biologiques. Son régime en a entreposé de grandes quantités, de façon clandestine, y compris le VX, le sarin, le cyclosarin et le gaz moutarde.»

* 7 octobre 2002: Le président Bush a déclaré dans un discours télévisé de Cincinnati que l'Irak «possédait et produisait des armes chimiques et des armes biologiques. Il cherche à obtenir l'arme nucléaire.»

* 7 janvier 2003: Rumsfeld a déclaré lors d'une conférence de presse du Pentagone: «Il n'y a aucun doute pour moi qu'ils possèdent des armes chimiques et biologiques.» Il a ajouté que cette certitude était basée sur des renseignements récents et pas sur le fait que l'Irak avait utilisé de telles armes dans les 1980.

* 9 janvier 2003: Le porte-parole de la Maison blanche Ari Fleischer a dit «Nous savons que c'est un fait qu'il y a des armes là-bas.»

* 8 février 2003: Bush a dit dans son adresse radiodiffusée hebdomadairement: «Nous avons des sources qui nous disent que Saddam Hussein a récemment donné l'autorisation aux officiers sur le terrain d'utiliser l'arme chimique, les armes mêmes que ce dictateur dit ne pas avoir.»

* 16 mars 2003: Cheney a déclaré sur l'émission «Meet the Press» [«Rencontre avec les médias»], se référant à Saddam Hussein, «Nous croyons qu'il a, en fait, reconstruit des armes nucléaires.»

* 17 mars 2003: Dans l'ultimatum qu'il a donné à Saddam Hussein avait de commencer la guerre, Bush a déclaré: «Les informations qu'ont obtenues ce gouvernement et d'autres gouvernements ne laissent aucun doute sur le fait que le régime irakien continue à posséder et à cacher certaines des armes les plus fatales jamais développées.»

* 30 mars 2003: Sur l'émission «This Week» [«Cette semaine»] du réseau de télévision ABC, 10 jours après le début de la guerre, Rumsfeld réitérait que l'Irak possédait des armes de destruction massive, ajoutant «Nous savons où elles se trouvent.»[/i]


Pour conclure, citons le président américain Eisenhower: "le concept de guerre préventive est une invention d'Hilter. Je n'aurais personnellement aucune confiance en un type qui défendrait une position pareille." study

Deuxième citation, Hans Blix lui-même : « Comment peut-on être certain à 100% de l'existence de quelque chose et à 0% de son emplacement ».


Dernière édition par le Sam 18 Aoû 2007, 08:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 08:20

TEMOIGNAGES du vendredi 8 octobre 2004
IRAK : NOUVELLE TUILE POUR GEORGE BUSH

Les armes de destruction massive ? du pipeau

Un nouveau rapport vient à nouveau de démontrer que les arguments américains pour déclencher la guerre contre l’Irak étaient mensongers. Cette fois-ci, le désaveu est encore plus flagrant car il émane d’experts mandatés par le gouvernement américain.


LE document est accablant pour George Bush. Le chef du groupe américain chargé d’inspecter l’armement irakien, l’Iraq Survey Group (ISG), Charles Duelfer, a rendu mercredi son rapport. Ces spécialistes, nommés par les dirigeants américains, confirment n’avoir trouvé aucun élément prouvant que l’Irak de Saddam Hussein avait produit des armes de destruction massive après 1991.
De plus, ils prouvent que les capacités militaires de l’Irak ont diminué entre 1991 et le déclenchement de la guerre l’an dernier. Conclusion : alors que Washington et Londres affirmaient que l’Irak menaçait le monde l’an dernier, il n’y avait en réalité pas l’ombre d’un obus chargé de gaz mortel. Tout ceci est écrit dans un rapport de 1.000 pages.
Les conclusions de Charles Duelfer viennent confirmer celles de son prédécesseur David Kay.
Elles pourraient renforcer la position du candidat démocrate John Kerry, qui accuse le président Bush de s’être précipité dans cette guerre sur la base de renseignements erronés.
L’inspecteur américain ne nie toutefois pas que Saddam Hussein demeurait une menace.
Hallucination collective

Pour le sénateur Carl Levin, l’un des principaux responsables démocrates du Congrès, le rapport Duelfer fait tomber les deux principaux arguments avancés par le chef de la Maison Blanche pour se lancer dans cette guerre : que Saddam Hussein disposait d’un arsenal d’armes de destruction massive et qu’il pouvait les partager avec des groupes terroristes comme Al-Qaïda.
Rappelons tout de même qu’aux États-Unis, les médias aux ordres des soutiens de George Bush ont réussi à persuader une grande partie de l’opinion que les pirates de l’air du 11 septembre était irakiens. À quatre semaines de la présidentielle, que vont penser ceux à qui on a fait subir une telle hallucination collective ?


Les armes de destruction massive ? du pipeau
Article paru dans Témoignages le vendredi 8 octobre 2004
URL : http://www.temoignages.re/article.php3?id_article=5783


Dernière édition par le Sam 18 Aoû 2007, 08:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 08:26

Le 12 septembre 2001, au lendemain des attentats contre les tours du World Trade Center, le président Bush tenait déjà son coupable a priori : Saddam Hussein. Il n’en a plus démordu. Cette information figure, parmi beaucoup d’autres, dans Against All Enemies (Contre tous les ennemis), le livre que les Américains s’arrachent depuis quelques jours et qui met l’administration Bush dans une position inconfortable. Son auteur, Richard Clarke, ex-éminence grise de la lutte antiterroriste sous Bush père, Bill Clinton et au début du mandat de Bush fils, y affirme que la Maison-Blanche a ignoré ses mises en garde répétées sur la menace Al Qaida et a mené une guerre inconsidérée contre l’Irak.

(Journal Courrier international)


Ce Richard Clarke est sûrement un gauchiste ou un membre du réseau Voltaire, hein Laurent? Faudra conseiller à Bush d'engager son personnel ailleurs que chez Meyssan
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 09:21

]
Luc a écrit:
Les nuages en Irak sont aussi fréquents que les paroles intelligentes de Bush, renseignez-vous. De plus les satellites voient de jour et de nuit. Enfin, il y a d'autres techniques employées dont le bon vieil espionnage de papa. Je trouve vos réactions agressives étonnantes, Arnaud: non je n'ai pas 5 ans et j'ai d'autres infos que les films de Bond. Puis-je faire remarquer que je n'agresse personne ici?

L'Irak est le Saharah ! Mr.Red Saddam ne peut attendre un ciel couvert ?


Citation :

C'est incroyable un tel acharnement à nier l'évidence, puisque Bush lui-même a reconnu que les ADM n'existaient pas.

Question: Où sont passés ces gaz de combat, utilisés si souvent par l'Irak ?

Où sont passée ces souches de virus, fournie par l'Occident ?

Si Saddam les a détruit, pourquoi n'en a-t-il jamais communiqué les preuves? Juste par orgueil? Dans ce cas, il y a laissé sa vie...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 09:26

Luc a écrit:
Le 12 septembre 2001, au lendemain des attentats contre les tours du World Trade Center, le président Bush tenait déjà son coupable a priori : Saddam Hussein. Il n’en a plus démordu. Cette information figure, parmi beaucoup d’autres, dans Against All Enemies (Contre tous les ennemis), le livre que les Américains s’arrachent depuis quelques jours et qui met l’administration Bush dans une position inconfortable. Son auteur, Richard Clarke, ex-éminence grise de la lutte antiterroriste sous Bush père, Bill Clinton et au début du mandat de Bush fils, y affirme que la Maison-Blanche a ignoré ses mises en garde répétées sur la menace Al Qaida et a mené une guerre inconsidérée contre l’Irak.

(Journal Courrier international)


Ce Richard Clarke est sûrement un gauchiste ou un membre du réseau Voltaire, hein Laurent? Faudra conseiller à Bush d'engager son personnel ailleurs que chez Meyssan

Le discours de G. Bush pointe "les Etats voyous". Il cite aussi la Corée du Nord.

Son discours (que tout le monde peut lire ici


http://www.cafepedagogique.net/lesdossiers/Pages/2001/11_sept_2001_index.aspx



vise une géopolitique générale visant les Etats terroristes en général.

Cette interprétation du "Journal Courrier international" est donc une thèse partisane.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 09:38

Voici une carte extraite du monde diplomatique, pas particulièrement un journal gauchiste, qui démontre où et qund des armes de destruction massive ont été employées au cours des dernières décennies. Ca se passe de commentaires. Quel est 'état le plus voyou du monde?


Image hébergée par servimg.com
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 09:49

Vous voyez vous mêmes que l'Irak utilise MASSIVEMENT des armes chimiques en Iran.

Où sont-elles? J'attends votre réponse ?

Remarque: Les agents chimiques utilisés au Vietnam sont des défoliants, pas des armes.

Par contre, le napalm n'est pas cité. Pourtant, il me semble que c'est une ADM.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 09:54

Arnaud Dumouch a écrit:
Vous voyez vous mêmes que l'Irak utilise MASSIVEMENT des armes chimiques en Iran.

Bien sûr... jusqu'en 1988. Les stocks ont été détruits semble-t-il en 1991. S'ils avaient subsisté, pourquoi Hans Blix ne les a-t-il pas trouvés, malgré que Rumsfeld prétendait à la télévision américaine qu'il savait très bien où elles se trouvaient? Et surtout, pourquoi Saddam ne les a-t-il pas employés lors de l'invasion de son pays par les troupes de la "coalition"?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 09:57

Citation :
Les stocks ont été détruits semble-t-il en 1991.

Ah bon ? Moi, je veux bien vous croire... Laughing

Et les preuves venant de Saddam sont où ?


Saddam a fait ça dans son coin (puis il a réutilisé une petite réserve qu'il avait gardé au cas où contre les villages Kurdes)... Mr.Red

Citation :
Et surtout, pourquoi Saddam ne les a-t-il pas employés lors de l'invasion de son pays par les troupes de la "coalition"?

Souvenez vous de l'avertissement US adressé à Saddam:
Citation :
"Toute utilisation d'armes chimiques conduira à une réponse adaptée, y compris nucléaire."

Ca calme... Confused

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 10:12

OK, Arnaud, admettons. Alors posons la question autrement. Les USA avaient intérêt à prouver au monde entier que l'Irak possédait des ADM, dans le but de se donner une légitimité onusienne et d'avoir la plus large coalition possible. Donald Rumsfeld déclare le 30 mars 2003 sur la chaine ABC que l'Irak a des ADM, et il ajoute :"nous savons très bien où elles se trouvent."
Malgré ça, non seulement on ne les trouve pas mais on envoie Colin Powell se ridiculiser à la tribune de l'ONU avec un sachet de farine, et le seul argument qu'il donne est que "ça pourrait être" des spores d'anthrax.
Les témoins dignes de foi affirmant qu'il n'y avait pas d'ADM en Irak ne manquent pas: Hans Blix, Charles Duelfer, Richard Clarke, Carl Levin... Tous cités plus haut.
Dans un documentaire américain intitulé Uncovered, on voit un agent de la CIA témoigner à visage découvert. Il raconte qu'il a dit à Bush qu'il n'y avait pas d'ADM en Irak, et que ce dernier lui a répondu:"M'en fous. Trouvez-en quand même."
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 10:27

Cher Luc, les dirigeant US, visiblement, y croyaient car on n'envoie pas des ministres se "ridiculiser".

Visiblement, Saddam a joué un petit jeu très amusant et à moitié réussi: il s'est débarrassé de ses ADM... SANS EN FOURNIR LA PREUVE A L'ONU. Elles sont probablement en Syrie, voire en Iran).

Mais ce jeu lui a couté la vie.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 10:53

A l'attention des musulmans:


Rome, le 07 août 2007 - (E.S.M.) - Des représentants du grand ayatollah Sistani rendent visite par deux fois au secrétaire de la nonciature à Bagdad, Thomas Hlim Sbib, pour exprimer estime et amitié à Benoît XVI et le désir de le rencontrer à Rome.

Le grand ayatollah Ali al Sistani

Le grand ayatollah Sistani et le pape Benoît XVI


Pourquoi al Qaïda veut la tête du grand ayatollah Sistani
Parce que c'est l'homme-clé pour un Irak libre et pacifié. Mais pas seulement. C'est aussi l'avenir de l'islam qui est lié à la victoire ou à l'échec de sa vision. Portrait d'un grand leader musulman qui, après le discours de Ratisbonne, a exprimé son estime et son amitié au pape Benoît XVI

par Sandro Magister

Citation :
A la fin de l’audience générale de la semaine dernière, Benoît XVI a créé la surprise en évoquant un événement sportif, la victoire de l’équipe de football d’Irak en Coupe d’Asie: (Le pape Benoît XVI se réjouit de la victoire de l'équipe de l'équipe de football irakienne)
Citation :

"J’ai été heureux de l’enthousiasme qui a gagné tous les habitants, descendus dans la rue pour fêter l’événement. De même que j’ai pleuré tant de fois avec les Irakiens, je me réjouis avec eux à cette occasion. Cette expérience de joie partagée montre le désir d’un peuple de mener une vie normale et sereine. Je souhaite, a conclu Benoît XVI, que cet événement contribue à conduire l’Irak – avec l’aide de chacun – vers un avenir fait d’une paix véritable dans la liberté et le respect réciproque".

Le fait que les réjouissances qui, en Irak, ont suivi la victoire de l’équipe de football n’aient pas été endeuillées par des massacres a en effet été interprété par beaucoup comme un signe positif. Al Qaïda et d’autres groupements terroristes – en dépit de leur férocité persistante – apparaissent aujourd’hui plus isolés dans la guerre qu’ils mènent au sein du monde musulman: une guerre qui est plus cruciale pour eux que celle qui les oppose à l’occident.

Dans ce conflit interne au monde musulman, une figure clé en Irak est un des hommes les plus pacifiques et pacificateurs: le grand ayatollah Ali al Sistani, l’autorité religieuse suprême chez les musulmans chiites.

L’interminable série de meurtres qui ont frappé ses proches est la preuve tragique qu’il est le personnage-clé.

10 avril 2003: l'ayatollah Abdel Majid al Khoei, fils du grand ayatollah Abul Qassim al Khoei – le maître spirituel de Sistani et le plus éminent théologien chiite du XXe siècle – est assassiné à Nadjaf.

29 août 2003: à Nadjaf encore, une voiture piégée tue plus de cent fidèles qui sortaient de la mosquée où se trouve la tombe d’Ali, le gendre et successeur de Mahomet, créateur de l’islam chiite. Un autre leader religieux modéré, Mohammad Baqr al Hakim, périt avec eux.

6 février 2004: un commando terroriste s’enfonce dans le dédale de ruelles qui entoure cette même mosquée, presque jusqu’à la maison de Sistani. Ils manquent l’objectif principal, mais tuent le cheik Abdullah Falaq al Basrawi, gestionnaire des offrandes qui affluent du monde entier à l’attention de Sistani.

Mai 2005: un autre collaborateur du grand ayatollah, Tahar al Allaf, est assassiné.

Début 2006: la victime est le cheik Kamaleddin al Ghureifi.

Début juin 2007: Rahim al Hesnawi est assassiné. A la mi-juillet, c’est le tour d’Abdallah Fallaq et, le 26, de Kazim Jabir al Bidairi. Tous étaient de très proches collaborateurs de Sistani.

2 août: le cheik Fadhil al Aqil, un autre de ses hommes de confiance, est tué à Nadjaf.

Aux yeux de ses ennemis, la "faute" du grand ayatollah Sistani est d’être le défenseur le plus autorisé et le plus cohérent d’une vision "apaisée" de l’islam. Selon cette vision, le maître enseigne la théologie, le droit et la morale, il demande que les principes de l’islam soient respectés, mais il ne revendique pas pour lui-même le pouvoir politique et ne prétend pas exercer un contrôle coercitif sur ce dernier.

Ce courant de pensée a toujours été dominant à Nadjaf. L’ayatollah iranien Khomeyni, qui a vécu dans cette ville de 1965 à 1978 et qui soutenait une thèse contraire, y était complètement isolé.

La thèse de Khomeyni, qu’il a concrétisée en 1979 avec sa révolution théocratique en Iran, était que "seule une bonne société peut créer de bons croyants". Elle donnait aux experts de la loi coranique le pouvoir politique nécessaire pour instaurer la société parfaite,

Sistani soutient au contraire que "seuls de bons citoyens peuvent créer une bonne société" et il rejette toute idée de théocratie.

Après la chute du régime de Saddam Hussein, le grand ayatollah Sistani est resté cohérent avec sa vision et a affirmé: "Il n’y aura pas de turbans au gouvernement en Irak". Il a imposé le vote comme obligation religieuse à tous les citoyens, femmes comprises. Il a approuvé la nouvelle constitution – la plus libérale du monde musulman tout entier. Il a exhorté les chiites à ne pas répondre par la violence aux attentats qui décimaient la population civile. Il a condamné les fatwas de Yusuf al Qaradawi, le cheik sunnite qui, depuis les studios d’Al Jazira, exalte le martyre à des fins d’homicide.

Amir Taheri, un intellectuel iranien exilé en Occident, explique: "Pour Sistani, le pouvoir appartient au douzième imam, mais, en raison de la disparition de celui-ci, le pouvoir passe au peuple. L’ultime décision revient à l’individu, en s’appuyant sur la raison, le plus grand don de Dieu. Sistani a la vision aristotélicienne d’une société de citoyens pieux".

Le grand ayatollah Sistani, âgé de 78 ans, s’exprime très rarement et en peu de mots. Il vit isolé, volontairement loin des regards du public. C’est une manière traditionnelle d’exercer l’autorité dans l’islam. Ses indications ne sont pas écoutées et appliquées toujours et par tous. Néanmoins, elles ont le mérite d’élaborer une ligne de conduite, notamment par rapport au christianisme.

En 2004, Sistani prend résolument la défense des minorités chrétiennes en Irak, avec des mots qui condamnent très fermement les attaques des églises.

Le 29 octobre de la même année, il accueille dans sa maison de Nadjaf Emmanuel Delly, patriarche des chaldéens d’Irak, qui décrit ainsi la rencontre:

"Le grand ayatollah nous a accueillis par un chaleureux ‘bienvenue’ et nous a reçus pendant une heure. A la fin de l’entrevue, il n’a pas caché sa satisfaction. Nous partageons son désir de trouver une voie pour apporter la paix et la tranquillité dans le pays. Si nous savons tous les deux que l’Irak est malade, nous voulons trouver ensemble les remèdes pour le guérir. Nous avons parlé comme se parlent deux frères qui s’aiment".

Septembre 2006: la contestation contre le pape explose au sein du monde musulman, après son discours de Ratisbonne. Au même moment, des représentants de Sistani rendent visite par deux fois au secrétaire de la nonciature à Bagdad, Thomas Hlim Sbib, pour exprimer estime et amitié à Benoît XVI et le désir de le rencontrer à Rome.

L’avenir de ce qu’il subsiste de la communauté chrétienne en Irak, et plus largement l’avenir libre et pacifique de l’Irak et des nations voisines sont liés à la victoire ou à l’échec de la ligne de Sistani. De même pour l’évolution de l’islam.

Sistani est une figure de référence capitale pour l’islam "modéré" que beaucoup invoquent sans savoir où le trouver.

Traduction française par Charles de Pechpeyrou, Paris, France.


Repères:
Le site officiel du grand ayatollah Ali al Sistani: Français
Le discours prononcé par Benoît XVI à l’université de Ratisbonne le 12 septembre 2006: Benoît XVI
A propos de ces sujets: La polémique de Ratisbonne - les articles: cliquez
Benoît XVI et Mohammed Khatami :► Benoît XVI
38 musulmans compétents avaient signé, en octobre dernier, une "Lettre ouverte à Sa Sainteté le pape Benoît XVI" qui commentait son discours du 12 septembre à Ratisbonne. Aujourd’hui, les signataires sont 100 : ► Lettre ouverte à sa sainteté Benoît XVI



Sources: La chiesa.it - E.S.M.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 11:10

Luc a écrit:
Voici une carte extraite du monde diplomatique, pas particulièrement un journal gauchiste , qui démontre où et qund des armes de destruction massive ont été employées au cours des dernières décennies. Ca se passe de commentaires. Quel est 'état le plus voyou du monde?

Shocked Shocked Shocked Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 11:11

Voici les liens avec les rapports déposés par Hans Blix devant les Nations unies, avant, faut-il le préciser l'invasion américaine. Le premier est en anglais, le deuxième en français.

http://www.un.org/apps/news/infocusnewsiraq.asp?NewsID=354&sID=6

http://www.monde-diplomatique.fr/cahier/irak/IMG/pdf/douzieme_rapport_unomvic.pdf

J'extrais un passage sans ambiguité du second, qui démontre bien qu'il était certain que l'Irak ne possédait pas d'ADM et que ce motif d'invasion n'était qu'un prétexte fallacieux:

Les paragraphes qui précèdent décrivent en outre les mesures prises par l’Iraq pour s’acquitter de ses obligations aux termes des résolutions pertinentes. Plusieurs de ces obligations sont bien précises : ainsi la résolution 1441 (2002) prescrit à l’Iraq de fournir une déclaration 30 jours après l’adoption de la résolution. Mais l’Iraq est également tenu de façon générale, au titre de la même résolution, de coopérer « immédiatement, onconditionnellement et activement ». La résolution 1284 (1999) lui avait déjà fait obligation de coopérer « à tous égards ». L’Iraq a-t-il apporté une telle coopération et a-t-elle abouti au désarmement?
68. Pour répondre à cette question, une distinction a été établie entre coopération « quant à la procédure » et coopération « quant au fond ». La Commission a indiqué que, de manière générale, l’Iraq coopérait « quant à la procédure », ce qui veut dire, avant tout, qu’il a d’emblée répondu favorablement à toute demande d’accès à un site, quel qu’il soit, que ce site ait ou non été déclaré ou inspecté préalablement.
Aucune barrière n’a donc été érigée dans l’espace. Aucune contrainte n’a été imposée non plus dans le temps, puisque les inspections ont eu lieu aussi bien les jours de semaine que les jours fériés.
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 11:14

lol vous êtes un obstiné vous Mr. Green

Vous n'avez pas encore compris que vous perdez votre temps, et que vos thèses délirantes ne convaincront personne ici ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 11:25

Citation :
Correction du tir ? (info # 011408/7)

Par Laurent Murawiec à Washington

Tuesday 14 August [09:51:00 BST]


© Metula News Agency


Pour le leadership démocrate, dont le chef de la majorité au Sénat, Harry Reid, pour Madam Speaker, Nancy Pelosi, à la chambre des Représentants, pour les media, qui portent à gauche à concurrence de 90 pour cent, et pour les « classes baratineuses », qui font l’opinion, ou une bonne partie de celle-ci, la cause est entendue depuis longtemps : la guerre d’Irak se solde par une défaite dont il convient d’urgence de se dépêtrer. Peu leur chaut que l’Amérique perde, pour autant que Bush tombe. Si l’effondrement du Moyen-Orient doit être la rançon d’un retrait précipité des forces américaines, peu leur importe, tant que la politicaillerie intérieure peut suivre son cours. On a rarement vu une telle disproportion entre l’extraordinaire médiocrité des motifs et l’importance historique des conséquences. C’est pourquoi, collectivement, on n’hésite pas à révéler des secrets d’Etat qui affaiblissent l’effort de guerre, à priver les forces armées de moyens qui leur permettraient de mieux lutter, à entraver la collecte du renseignement en se servant du moindre prétexte, à harceler l’Administration sur le moindre détail, même au risque de faire trébucher les soldats sur le terrain.

Les candidats démocrates à l’investiture renchérissent l’un sur l’autre : il faut replier les troupes et les faire quitter l’Irak le plus vite possible ; demain matin, dit l’un, ce soir même, dit l’autre, tout de suite, surenchérit le troisième. L’enjeu de la vraie guerre a disparu, rien ne compte plus que gagner la guéguerre – politique – à Washington : et pour cela, il est urgent de perdre la vraie guerre.

Le djihad ? La terreur ? Le 11 septembre ? Tout cela disparaît de l’horizon dans la course à la reddition engagée à l’extrême-gauche, et reprise de proche en proche par le parti démocrate : ce sont les activistes carburant à l’idéologie qui font la différence dans les élections primaires ! Barak Obama, la jolie frimousse qui a percé sur la scène politique, taille des croupières à Hillary Clinton, qui fait, quant à elle, plus « establishment. ». Obama, dont la nullité en matière de politique étrangère vient de lui éclater au nez au cours de plusieurs débats des candidats, est le favori des extrémistes. Les autres prétendants s’alignent pour ne pas se faire siffler, quitte à devoir faire le grand écart quand il s’agira de s’adresser à l’électorat tout entier.

Il y a peu, le New York Times, la Pravda des anti-guerre, commandait un sondage d’où il ressortait qu’un nombre croissant d’Américains s’était remis à soutenir l’effort de guerre de l’administration Bush. N’en croyant pas ses yeux, ne voulant surtout pas en croire ses yeux, l’auguste quotidien de la gauche caviar faisait refaire le sondage : comment le vulgum pecus ose-t-il contredire les pontifes de l’Establishment ? Le deuxième sondage confirma, en tous points, le premier, infligeant un démenti sérieux à ceux qui savent tout toujours mieux que les autres. Comment expliquer ce retournement, au moins partiel, de l’opinion américaine ?

Il y a quelques mois, le président Bush a confié au général David Petraeus la tâche difficile de remettre l’ouvrage militaire sur le métier. Le général a changé le fusil américain d’épaule. Il a abandonné trois ans d’une stratégie faillie. En bref, au lieu de se barricader en attendant que les troupes irakiennes reprennent le flambeau, Petraeus a lancé une campagne classique de contre-insurrection ; les forces américaines sont allées au contact, par petits groupes, certes plus exposés et plus vulnérables, qui ont travaillé avec les forces de sécurité irakiennes. Elles ont recherché des alliances contre les forces d’al Qaïda en Irak, elles ont utilisé les forces tribales comme contrepoids aux terroristes étrangers qui se conduisaient comme en territoire conquis.

Les Sunnites irakiens n’acceptent pas le « Califat » décrété par les jihadis, et se sont retournés contre ces derniers. Les forces américaines se sont aussi attaquées, et fort brutalement, aux tueurs chiites, ceux du nervi Muqtada al-Sadr. En s’en prenant aux extrêmes, elles ont renforcé les forces plus modérées – avec un succès indiscutable. Des villes et des régions, hier zones interdites, sont aujourd’hui reconquises et pacifiées.



Le général David Petraeus,

l’homme qui fait tourner le vent, à Bagdad et… à Washington


Pour faire tout cela, Petraeus a obtenu un renfort substantiel de troupes, baptisé the Surge, (la montée en puissance). Les victoires de l’armée américaine gênent les véhéments discours des Démocrates et la contestation des media, tous consacrés à prêcher la défaite ; et démentent la validité de la pseudo stratégie prêchée par les « réalistes » républicains, James Baker et compagnie, qui croient niaisement pouvoir compter sur la bonne volonté de l’Iran, de la Syrie et de l’Arabie saoudite pour aider l’Amérique en Irak. Ou qui sont prêts à tout pour avoir le calme au Moyen-Orient, y compris à le solder, « tant qu’on a le pétrole. ». C’est ce à quoi s’affaire depuis des mois Mlle Condoleezza Rice, qui réinvente la roue chaque fois qu’elle a enfourche un vélo. Alors que les partisans de la défaite poussaient à la barre pour qu’on se rue vers la porte de sortie, Petraeus a pris la voie contraire. « Elle est ardue mais elle est prometteuse », disait-il il y a seulement quelques jours.

D’étranges volte-face commencent à changer la physionomie du rapport à la guerre d’Irak à Washington. Ainsi, deux experts, bien connus pour leur opposition traditionnelle à la guerre, des Démocrates insoupçonnables – Michael O’Hanlon, de la Brookings Institution, un institut de recherche situé au centre gauche, et Ken Pollack, qui fut responsable du Moyen-Orient à la Maison Blanche de Clinton – sont rentrés d’un voyage d’étude en Irak avec un message neuf : la Surge fonctionne, elle est en train de retourner la situation militaire à notre profit sur le terrain. Leur article paru dans le New York Times a secoué les cocotiers du Landernau fédéral. L’important sénateur démocrate Richard Durbin, du Michigan, a concédé que la Surge avait un impact militaire important. D’autres voix démocrates se sont fait entendre sur la même fréquence. La surprise est considérable.

En Irak même, où de puissantes forces tribales se sont ralliées à la stratégie de Petraeus – pour éviter d’être mangées toutes crues, soit par les tueurs d’al Qaïda, soit par les meurtriers alliés de l’Iran – les prodromes d’un réalignement stratégique sont là, vulnérables mais réels.

C’est également pour des motifs en tous points pragmatiques que se dégage un mouvement chez les Démocrates, qui refuse de laisser faire du parti le porte-drapeau de la défaite : certains se souviennent que le triomphe de l’extrême-gauche du parti, en 1972, qui fit de l’ultra pacifiste George McGovern le candidat démocrate à la présidentielle, leur fit non seulement cadeau d’une déroute électorale, mais leur valut, parenthèse Carter refermée, trois mandats républicains successifs à la Maison Blanche. Une victoire pacifiste chez les Démocrates garantirait une série de triomphes républicains aux élections prochaines. Car l’électorat démocrate n’est pas circonscrit aux gauchistes bon teint de San Francisco ; ainsi, les cols bleus, qui avaient rallié le drapeau de Ronald Reagan, avaient durablement déserté le parti démocrate. Une bonne partie de l’électorat démocrate est conservateur et patriote. Il avait largement approuvé le renversement de Saddam Hussein. La conduite défectueuse des opérations l’a, depuis, braqué contre Bush, mais la reprise victorieuse d’une offensive militaire et politique le replacerait dans un sens favorable à Bush et à la guerre.

C’est à cet électorat démocrate-conservateur que s’adresse le sénateur démocrate du Connecticut Joe Lieberman, ferme soutien de la guerre contre les jihadis ; pour être réélu au Sénat, alors qu’il avait été blackboulé par les activistes gauchistes de son Etat, Lieberman s’est présenté sous l’étiquette « indépendant ». En novembre dernier, les électeurs lui ont réservé un triomphe, faisant de lui l’homme-pivot du Sénat.

La course aux gauchistes, qui a dominé le positionnement démocrate depuis plusieurs années, a reçu récemment plusieurs coups d’arrêt. Pour peu que la stratégie du général Petraeus continue de marquer des points, la donne changera plus encore dans les mois qui viennent. Les dés avaient été jetés, ils changent de trajectoire en plein vol.

http://www.menapress.com/article.php?sid=1826

En complément, relire l'article "La danse de la défaite", également de la Mena, plus haut dans le fil (1ere page) Idea


Dernière édition par le Sam 18 Aoû 2007, 11:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 11:26

Thèses délirantes? J'apporte des preuves que l'Irak ne possédait pas d'ADM et que le travail d'inspection de l'ONU a été fait sérieusement, et vous vous obstinez à mettre des liens venant tous du même blog néo-conservateur US et sioniste tentant pitoyablement dé demontrer le contraire, et c'est moi qui suis obstiné? Faisons le compte du nombre d'extraits de presse que vous avez copié-collés, Laurent et on verra tout de suite qui est obstiné.

Au sujet de votre dernier post, je fais moi aussi un copié/collé du site dont vous publiez un extrait:

"Là ne s'arrête pas la particularité de la Ména pour autant, puisque nous sommes la seule agence de presse dont la direction rédactionnelle se situe en Israël,..."

On a tout compris. Blogs sionistes et néo-cons... Votre seule source d'informations.
Revenir en haut Aller en bas
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 11:54

Armes de destruction massive en Irak - «Je ne pense pas qu'elles existaient», déclare l'inspecteur démissionnaire Kay


Agence Reuters
Édition du samedi 24 et du dimanche 25 janvier 2004

Washington et Londres - Le responsable de la mission américaine chargée de découvrir un éventuel arsenal d'armes de destruction massive (ADM) en Irak a démissionné hier en affirmant qu'il ne pensait pas que le régime de Bagdad détenait des stocks d'armes interdites.
Revenir en haut Aller en bas
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 11:57

L'ONU ne cherche plus d'armes de destruction massive

Le Conseil de sécurité a mis fin vendredi au travail de ses inspecteurs qui n'ont trouvé aucune ADM en Irak, depuis l'invasion du pays en 2003.
D.H. (avec agence) - le 29/06/2007 - 18h46

Le Conseil de sécurité a mis fin vendredi "immédiatement"au travail des inspecteurs de l'ONU qui avaient été chargés de localiser les armes de destruction massive (ADM) de l'Irak, où aucune arme de ce type n'a été découverte depuis l'invasion du pays en 2003. Le Conseil a pris cette décision dans une résolution, co-rédigée par les Etats-Unis et le Royaume-Uni, adoptée par 14 voix sur quinze et numérotée 1762. La Russie s'est abstenue. L'ONU ferme également le bureau de vérification nucléaire en Irak de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), qui était responsable du démantèlement du programme nucléaire de ce pays.

N'ayant pas découvert d'armes de destruction massive en Irak à la suite de l'invasion du pays en 2003, les Etats-Unis souhaitaient depuis deux ans la fin de toutes les opérations d'inspection de l'ONU sur le terrain. Dans une récente lettre conjointe au président du Conseil de sécurité, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne affirmaient que "toutes les mesures appropriées" avaient été prises pour "contrôler, retirer, neutraliser (...) éliminer ou détruire toutes les armes de destruction massive connues de l'Irak et ses missiles balistiques d'une portée supérieure à 150 km".

La Cocovinu avait été créée en 1999 par la résolution 1284 du Conseil, afin de vérifier que l'Irak n'avait plus d'ADM et s'était conformée à ses obligations de ne pas acquérir de nouvelles armes prohibées. Ses inspecteurs avaient quitté l'Irak le 18 mars 2003, juste avant l'invasion dirigée par les Etats-Unis, et n'ont jamais été autorisés à y retourner. La tâche de découvrir d'éventuelles armes de destruction massive irakiennes avait alors été confiée à un organisme de la coalition, le Groupe d'inspection de l'Irak (ISG), mais aucune n'a été trouvée, ce qui a mis à mal le principal argument avancé par Washington et Londres pour justifier l'invasion.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 12:33

Luc a écrit:
La Commission a indiqué que, de manière générale, l’Iraq coopérait « quant à la procédure », ce qui veut dire, avant tout, qu’il a d’emblée répondu favorablement à toute demande d’accès à un site, quel qu’il soit, que ce site ait ou non été déclaré ou inspecté préalablement.
Aucune barrière n’a donc été érigée dans l’espace. Aucune contrainte n’a été imposée non plus dans le temps, puisque les inspections ont eu lieu aussi bien les jours de semaine que les jours fériés.
[/i]

Cher Luc, attention, vous ne prenez que les extraits illustrant votre thèse.

Les choses sont bien plus douteuses.

Il est certain que les lieux que les inspecteurs voulaient visiter, ils les visitaient.

Mais Hans Blick et la commission se doutaient bien que tout était caché ailleurs. Car, de tous les stocks achetés aux pays Occidentaux durant la guerre Iran/Irak, on ne trouvait trace que de petites réserves.

Où était donc passé cet arsenal d'obus chimiques ? Mystère.

Si Saddam avait répondu aux questions concernant ces stocks. Loin de le faire, il a voulu ruser.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 12:36

Luc a écrit:
Thèses délirantes? J'apporte des preuves que l'Irak ne possédait pas d'ADM et que le travail d'inspection de l'ONU a été fait sérieusement, et vous vous obstinez à mettre des liens venant tous du même blog néo-conservateur US et sioniste tentant pitoyablement dé demontrer le contraire


Disons que l'affrontement de ces deux thèses permet de se faire une bonne idée de l'hésitation et des doutes de l'époque. Cela s'équilibre ! Mr.Red


Citation :
et c'est moi qui suis obstiné? Faisons le compte du nombre d'extraits de presse que vous avez copié-collés, Laurent et on verra tout de suite qui est obstiné.

Les deux ! Laughing

La vérité, c'est que J. Chirac aussi pensait qu'il y avait ces armes, cachées quelque part, mais était persuadé que les inspection suffisaient, mieux qu'une guerre.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 12:45

Mécréant-LV a écrit:
Citation :
Correction du tir ? (info # 011408/7)

Par Laurent Murawiec à Washington

Tuesday 14 August [09:51:00 BST]


© Metula News Agency


Pour le leadership démocrate, dont le chef de la majorité au Sénat, Harry Reid, pour Madam Speaker, Nancy Pelosi, à la chambre des Représentants, pour les media, qui portent à gauche à concurrence de 90 pour cent, et pour les « classes baratineuses », qui font l’opinion, ou une bonne partie de celle-ci, la cause est entendue depuis longtemps : la guerre d’Irak se solde par une défaite dont il convient d’urgence de se dépêtrer. Peu leur chaut que l’Amérique perde, pour autant que Bush tombe. Si l’effondrement du Moyen-Orient doit être la rançon d’un retrait précipité des forces américaines, peu leur importe, tant que la politicaillerie intérieure peut suivre son cours. On a rarement vu une telle disproportion entre l’extraordinaire médiocrité des motifs et l’importance historique des conséquences. C’est pourquoi, collectivement, on n’hésite pas à révéler des secrets d’Etat qui affaiblissent l’effort de guerre, à priver les forces armées de moyens qui leur permettraient de mieux lutter, à entraver la collecte du renseignement en se servant du moindre prétexte, à harceler l’Administration sur le moindre détail, même au risque de faire trébucher les soldats sur le terrain.

Les candidats démocrates à l’investiture renchérissent l’un sur l’autre : il faut replier les troupes et les faire quitter l’Irak le plus vite possible ; demain matin, dit l’un, ce soir même, dit l’autre, tout de suite, surenchérit le troisième. L’enjeu de la vraie guerre a disparu, rien ne compte plus que gagner la guéguerre – politique – à Washington : et pour cela, il est urgent de perdre la vraie guerre.

Le djihad ? La terreur ? Le 11 septembre ? Tout cela disparaît de l’horizon dans la course à la reddition engagée à l’extrême-gauche, et reprise de proche en proche par le parti démocrate : ce sont les activistes carburant à l’idéologie qui font la différence dans les élections primaires ! Barak Obama, la jolie frimousse qui a percé sur la scène politique, taille des croupières à Hillary Clinton, qui fait, quant à elle, plus « establishment. ». Obama, dont la nullité en matière de politique étrangère vient de lui éclater au nez au cours de plusieurs débats des candidats, est le favori des extrémistes. Les autres prétendants s’alignent pour ne pas se faire siffler, quitte à devoir faire le grand écart quand il s’agira de s’adresser à l’électorat tout entier.

Il y a peu, le New York Times, la Pravda des anti-guerre, commandait un sondage d’où il ressortait qu’un nombre croissant d’Américains s’était remis à soutenir l’effort de guerre de l’administration Bush. N’en croyant pas ses yeux, ne voulant surtout pas en croire ses yeux, l’auguste quotidien de la gauche caviar faisait refaire le sondage : comment le vulgum pecus ose-t-il contredire les pontifes de l’Establishment ? Le deuxième sondage confirma, en tous points, le premier, infligeant un démenti sérieux à ceux qui savent tout toujours mieux que les autres. Comment expliquer ce retournement, au moins partiel, de l’opinion américaine ?

Il y a quelques mois, le président Bush a confié au général David Petraeus la tâche difficile de remettre l’ouvrage militaire sur le métier. Le général a changé le fusil américain d’épaule. Il a abandonné trois ans d’une stratégie faillie. En bref, au lieu de se barricader en attendant que les troupes irakiennes reprennent le flambeau, Petraeus a lancé une campagne classique de contre-insurrection ; les forces américaines sont allées au contact, par petits groupes, certes plus exposés et plus vulnérables, qui ont travaillé avec les forces de sécurité irakiennes. Elles ont recherché des alliances contre les forces d’al Qaïda en Irak, elles ont utilisé les forces tribales comme contrepoids aux terroristes étrangers qui se conduisaient comme en territoire conquis.

Les Sunnites irakiens n’acceptent pas le « Califat » décrété par les jihadis, et se sont retournés contre ces derniers. Les forces américaines se sont aussi attaquées, et fort brutalement, aux tueurs chiites, ceux du nervi Muqtada al-Sadr. En s’en prenant aux extrêmes, elles ont renforcé les forces plus modérées – avec un succès indiscutable. Des villes et des régions, hier zones interdites, sont aujourd’hui reconquises et pacifiées.



Le général David Petraeus,

l’homme qui fait tourner le vent, à Bagdad et… à Washington


Pour faire tout cela, Petraeus a obtenu un renfort substantiel de troupes, baptisé the Surge, (la montée en puissance). Les victoires de l’armée américaine gênent les véhéments discours des Démocrates et la contestation des media, tous consacrés à prêcher la défaite ; et démentent la validité de la pseudo stratégie prêchée par les « réalistes » républicains, James Baker et compagnie, qui croient niaisement pouvoir compter sur la bonne volonté de l’Iran, de la Syrie et de l’Arabie saoudite pour aider l’Amérique en Irak. Ou qui sont prêts à tout pour avoir le calme au Moyen-Orient, y compris à le solder, « tant qu’on a le pétrole. ». C’est ce à quoi s’affaire depuis des mois Mlle Condoleezza Rice, qui réinvente la roue chaque fois qu’elle a enfourche un vélo. Alors que les partisans de la défaite poussaient à la barre pour qu’on se rue vers la porte de sortie, Petraeus a pris la voie contraire. « Elle est ardue mais elle est prometteuse », disait-il il y a seulement quelques jours.

D’étranges volte-face commencent à changer la physionomie du rapport à la guerre d’Irak à Washington. Ainsi, deux experts, bien connus pour leur opposition traditionnelle à la guerre, des Démocrates insoupçonnables – Michael O’Hanlon, de la Brookings Institution, un institut de recherche situé au centre gauche, et Ken Pollack, qui fut responsable du Moyen-Orient à la Maison Blanche de Clinton – sont rentrés d’un voyage d’étude en Irak avec un message neuf : la Surge fonctionne, elle est en train de retourner la situation militaire à notre profit sur le terrain. Leur article paru dans le New York Times a secoué les cocotiers du Landernau fédéral. L’important sénateur démocrate Richard Durbin, du Michigan, a concédé que la Surge avait un impact militaire important. D’autres voix démocrates se sont fait entendre sur la même fréquence. La surprise est considérable.

En Irak même, où de puissantes forces tribales se sont ralliées à la stratégie de Petraeus – pour éviter d’être mangées toutes crues, soit par les tueurs d’al Qaïda, soit par les meurtriers alliés de l’Iran – les prodromes d’un réalignement stratégique sont là, vulnérables mais réels.

C’est également pour des motifs en tous points pragmatiques que se dégage un mouvement chez les Démocrates, qui refuse de laisser faire du parti le porte-drapeau de la défaite : certains se souviennent que le triomphe de l’extrême-gauche du parti, en 1972, qui fit de l’ultra pacifiste George McGovern le candidat démocrate à la présidentielle, leur fit non seulement cadeau d’une déroute électorale, mais leur valut, parenthèse Carter refermée, trois mandats républicains successifs à la Maison Blanche. Une victoire pacifiste chez les Démocrates garantirait une série de triomphes républicains aux élections prochaines. Car l’électorat démocrate n’est pas circonscrit aux gauchistes bon teint de San Francisco ; ainsi, les cols bleus, qui avaient rallié le drapeau de Ronald Reagan, avaient durablement déserté le parti démocrate. Une bonne partie de l’électorat démocrate est conservateur et patriote. Il avait largement approuvé le renversement de Saddam Hussein. La conduite défectueuse des opérations l’a, depuis, braqué contre Bush, mais la reprise victorieuse d’une offensive militaire et politique le replacerait dans un sens favorable à Bush et à la guerre.

C’est à cet électorat démocrate-conservateur que s’adresse le sénateur démocrate du Connecticut Joe Lieberman, ferme soutien de la guerre contre les jihadis ; pour être réélu au Sénat, alors qu’il avait été blackboulé par les activistes gauchistes de son Etat, Lieberman s’est présenté sous l’étiquette « indépendant ». En novembre dernier, les électeurs lui ont réservé un triomphe, faisant de lui l’homme-pivot du Sénat.

La course aux gauchistes, qui a dominé le positionnement démocrate depuis plusieurs années, a reçu récemment plusieurs coups d’arrêt. Pour peu que la stratégie du général Petraeus continue de marquer des points, la donne changera plus encore dans les mois qui viennent. Les dés avaient été jetés, ils changent de trajectoire en plein vol.

http://www.menapress.com/article.php?sid=1826

En complément, relire l'article "La danse de la défaite", également de la Mena, plus haut dans le fil (1ere page) Idea

C'est un article très important.

Il est certain que, pour démocratiser l'Irak, il faut:

1° S'unir au peuple qui souffre des bombes des djihadistes.
2° Se comporter humblement, en dialoguant et en aidant.
3° Eliminer efficacement les forces terroristes.

Si le général Petreus continue cette démarche, vu l'énorme traumatisme des irakiens face aux fanatiques islamiste, il peut y avoir réussite.

Car ces gens sont comme nous: ils ne peuvent aimer la barbarie.

Chaque bombe djihadiste qui déchiquette 100 personnes fait aussi 1000 blessés qui parlent à 100 000 Irakiens qui comprennent qui est l'ennemi.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 14:20

Citation :
Interpol lance un avis de recherche de la fille de Saddam Hussein

(18/08/2007 12:22)


L'organisation internationale de la police criminelle Interpol a lancé un avis de recherche à l'encontre de la fille aînée de Saddam Hussein, actuellement recherchée par le gouvernement irakien qui la soupçonne de "terrorisme". La "fiche rouge" d'Interpol figure sur le site internet de l'organisation consulté samedi. Elle ne constitue pas un mandat d'arrêt mais représente une demande de coopération de la part des polices étrangères pour arrêter Raghad, 38 ans, en vue de son extradition vers l'Irak où elle doit répondre de ces accusations devant la justice. La fille de Saddam Hussein vit en Jordanie depuis juillet 2003. Mais début juillet 2006, l'Irak avait demandé son extradition ainsi que celle de la femme de l'ancien dictateur, dont les noms figurent désormais sur la liste des 41 personnes, considérées comme complices du régime de Saddam, que le nouveau gouvernement irakien recherche en vue de poursuites judiciaires pour incitations à la violence. L'an passé, le Premier ministre jordanien Maarouf Bakhit avait alors déclaré que Raghad était "une hôte de la famille royale hachémite et sous sa protection en tant que demandeur d'asile, conformément à la tradition arabe". Il avait relevé que Raghad n'avait "aucune activité politique et médiatique", en Jordanie. Toute personne, qui aurait connaissance du lieu où elle se trouve, est exhortée à contacter la police locale ou le siège d'Interpol à Lyon, en France. (DEC)

http://www.dhnet.be/breaking_news.phtml?id=80519&source=belga&status=
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 14:38

Mécréant-LV a écrit:
Citation :
Interpol lance un avis de recherche de la fille de Saddam Hussein

(18/08/2007 12:22)


L'organisation internationale de la police criminelle Interpol a lancé un avis de recherche à l'encontre de la fille aînée de Saddam Hussein, actuellement recherchée par le gouvernement irakien qui la soupçonne de "terrorisme". La "fiche rouge" d'Interpol figure sur le site internet de l'organisation consulté samedi. Elle ne constitue pas un mandat d'arrêt mais représente une demande de coopération de la part des polices étrangères pour arrêter Raghad, 38 ans, en vue de son extradition vers l'Irak où elle doit répondre de ces accusations devant la justice. La fille de Saddam Hussein vit en Jordanie depuis juillet 2003. Mais début juillet 2006, l'Irak avait demandé son extradition ainsi que celle de la femme de l'ancien dictateur, dont les noms figurent désormais sur la liste des 41 personnes, considérées comme complices du régime de Saddam, que le nouveau gouvernement irakien recherche en vue de poursuites judiciaires pour incitations à la violence. L'an passé, le Premier ministre jordanien Maarouf Bakhit avait alors déclaré que Raghad était "une hôte de la famille royale hachémite et sous sa protection en tant que demandeur d'asile, conformément à la tradition arabe". Il avait relevé que Raghad n'avait "aucune activité politique et médiatique", en Jordanie. Toute personne, qui aurait connaissance du lieu où elle se trouve, est exhortée à contacter la police locale ou le siège d'Interpol à Lyon, en France. (DEC)

http://www.dhnet.be/breaking_news.phtml?id=80519&source=belga&status=

« Ces accusations n’ont aucun fondement juridique », a déclaré l’avocat irakien Khalil Doulaïmi, qui se trouve en Jordanie. « Interpol n’est pas un jouet (...) on ne peut pas l’utiliser contre Mme Raghad ou à Mme Sajida. » Il a accusé les Etats-Unis de « se permettre de classer terroriste qui ils veulent ». « Mais on se demande qui est le terroriste dans le monde et qui tue et viole la souveraineté des Etats », a-t-il dit.

http://www.elwatan.com/spip.php?page=article&id_article=46020
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 14:53

Very Happy Very Happy Very Happy

C'est la faute à l'Amérique, je l'aurais parié Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 14:55

Mécréant-LV a écrit:
Very Happy Very Happy Very Happy

C'est la faute à l'Amérique, je l'aurais parié Mr. Green

De quoi accuse-t-on exactement cette dame? D'être membre d'Al Qaida? Vite, faut la mettre à Guantanamo, elle avouera certainement.
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 15:14

Guantanamo, où les méchants SS gestapistes américano-sionistes torturent nuit et jour nos pauvres petits djihadistes qui n'ont jamais rien fait de mal à personne ???

Allons, Luc, vous ne les croyez quand même pas capables d'un pareil crime contre l'Humanité !!!

Mais que fait l'ONU ???
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 15:20

Mécréant-LV a écrit:
Guantanamo, où les méchants SS gestapistes américano-sionistes torturent nuit et jour nos pauvres petits djihadistes qui n'ont jamais rien fait de mal à personne ???

Allons, Luc, vous ne les croyez quand même pas capables d'un pareil crime contre l'Humanité !!!

Mais que fait l'ONU ???

L'ONU je ne sais pas... Mais il y a de nombreuses ONG qui s'en préoccupent:

La détention illégale de "combattants ennemis" sur la base navale américaine de Guantánamo, à Cuba va entrer dans sa sixième année. Dans les faits, des centaines de détenus d’environ 35 nationalités restent dans une situation de non-droit : beaucoup ne sont pas autorisés à comparaître devant un tribunal, à consulter un avocat ou à voir leur famille.
Guantánamo est devenu un symbole d’injustice et de mauvais traitements dans la "guerre contre le terrorisme" menée par le gouvernement des États-Unis. Ce camp doit être fermé.

http://www.amnestyinternational.be/doc/article9241.html
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 15:22

Laughing Laughing Laughing

Il me répond !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 15:29

On vit une époque étonnante, Laurent. Il suffit de prendre un quidam et de l'accuser d'être lié à Al QaIda ou suspect de terrorisme pour lui faire perdre ses droits les plus élémentaires. Avez-vous vu le film "The road to Guatanamo" qui relate le calvaire bien réel d'innocents emprisonnés là-bas relâchés après des mois de détention abominable sans même un mot d'excuse?

Pour en revenir à la fille de Saddam Hussein recherchée par Interpol, je vous pose la question: en quoi au juste est-elle suspecte de terrorisme? Qu'est-elle censée avoir fait?
Revenir en haut Aller en bas
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 15:37

Communiqué
AMNESTY INTERNATIONAL
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Flash
Index AI : AMR 51/157/2006 (Public)
Bulletin n° : 255
ÉFAI
29 septembre 2006

États-Unis. Le Congrès entérine la torture et les autres violences
En adoptant la Loi sur les commissions militaires, le Congrès des États-Unis a pour ainsi dire donné son aval aux violations des droits humains commises par les États-Unis dans le cadre de la «guerre contre le terrorisme». Ce texte de loi place à l'évidence les États-Unis en dehors du droit international, et transforme une politique condamnable en une loi nationale condamnable. Amnesty International va mener campagne en faveur de l'abrogation de cette loi et espère vivement qu'elle fera l'objet d'un recours en inconstitutionnalité devant les tribunaux.

Dans le cadre de la «guerre contre le terrorisme», le gouvernement américain a eu recours à la disparition forcée ; la détention au secret pendant une période prolongée ; la détention illimitée sans inculpation ; la détention arbitraire ; la torture et d'autres traitements cruels, inhumains ou dégradants.
Des milliers de personnes sont toujours détenues sous la responsabilité de l'armée américaine pour une période illimitée en Afghanistan, en Irak et à Guantánamo Bay. Le Congrès a manqué à son devoir envers ces détenus et leurs proches. Le président Bush a défendu l'utilisation par la CIA de la détention secrète, et des membres du Congrès ont fait de même lors des débats sur la Loi. Cette politique viole de toute évidence le droit international.
Documents à consulter :

- USA: Rubber stamping violations in the "war on Terror": Congress fails human rights, 29 septembre 2006 http://web.amnesty.org/library/index/ENGAMR511552006
- USA: Military Commissions Act of 2006 – Turning bad policy into bad law, 29 septembre 2006 http://web.amnesty.org/library/index/ENGAMR511542006
- USA: Justice at last or more of the same? Detentions and trials after Hamdan v. Rumsfeld, 18 septembre 2006 http://web.amnesty.org/library/index/ENGAMR511462006
-USA: Rendition – torture – trial? The case of Guantánamo detainee Mohamedou Ould Slahi, 20 septembre 2006 http://web.amnesty.org/library/index/ENGAMR511492006
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 15:50

Ne le prenez pas mal, Luc, mais j'ai rarement vu quelqu'un d'aussi intoxiqué et abruti de propagande que vous ne l'êtes Idea

Le pire est que, loin d'avoir un objectif en tête, au contraire de vos modèles, vous y CROYEZ dur comme fer, rien, absolument RIEN ne peut vous faire changer d'avis, et, quelque part, cela mérite un certain respect dans l'obstination...

Vous êtes un exemple éclatant, une illustration parfaite des ravages et de l'intoxication idéologique de la propagande islamogauchiste actuellement en cours.

Un véritable cas d'école Idea

Amicalement ;)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 16:05

Vous vous trompez Laurent. On est tous soumis à de la propagande, islamo-gauchiste ou néocons-sioniste. Les USA n'ont pas le monopole de la torture avec Guantanamo, il suffit de voir ce qui est arrivé aux infirmères bulgares en Libye. Mais comment un grand pays comme les USA peut-il tomber aussi bas? Comment le gang qui dirige ce pays peut-il sans rire ni rougir brandir son étendard de la liberté en opprimant les autres? Voici un lien vers un dossier très complet et très bien fait sur la question: http://medias.lemonde.fr/medias/pdf_obj/sup_torture_040508.pdf

Je vous livre une réflexion de Stanley Kubrick, lue récemment: "les grandes nations se sonduisent en gangsters, les petites en prostituées."

Je n'approuve pas le fou furieux qui dirige l'Iran, qui estime qu'Israël doit être rayé de la carte, mais je me retrouve très bien dans les propos d'intellectuels juifs comme Yeshyahou Leibowitz que j'ai cité ailleurs. Ou alors, feu Marcel Liebman, professeur à l'université de Bruxelles, juif et pro-palestinien.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 16:12

Luc a écrit:
On vit une époque étonnante, Laurent. Il suffit de prendre un quidam et de l'accuser d'être lié à Al QaIda ou suspect de terrorisme pour lui faire perdre ses droits les plus élémentaires. Avez-vous vu le film "The road to Guatanamo" qui relate le calvaire bien réel d'innocents emprisonnés là-bas relâchés après des mois de détention abominable sans même un mot d'excuse?

Pour en revenir à la fille de Saddam Hussein recherchée par Interpol, je vous pose la question: en quoi au juste est-elle suspecte de terrorisme? Qu'est-elle censée avoir fait?

Un quidam? affraid

Je risque donc l'arrestation ou faut-il que j'aille en séjour touristique en Irak avec une grande barbe ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 16:18

Arnaud Dumouch a écrit:
Un quidam? affraid

Je risque donc l'arrestation ou faut-il que j'aille en séjour touristique en Irak avec une grande barbe ?

Oui, il paraît que les voyages en Irak sont en solde pour l'instant. La barbe n'est pas vraiment conseillée, à ce qu'il semble il y a beaucoup de barbus à Guantanamo.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 16:20

Luc a écrit:
Vous vous trompez Laurent. On est tous soumis à de la propagande, islamo-gauchiste ou néocons-sioniste. Les USA n'ont pas le monopole de la torture avec Guantanamo, il suffit de voir ce qui est arrivé aux infirmères bulgares en Libye. Mais comment un grand pays comme les USA peut-il tomber aussi bas? Comment le gang qui dirige ce pays peut-il sans rire ni rougir brandir son étendard de la liberté en opprimant les autres? Voici un lien vers un dossier très complet et très bien fait sur la question: http://medias.lemonde.fr/medias/pdf_obj/sup_torture_040508.pdf

Je vous livre une réflexion de Stanley Kubrick, lue récemment: "les grandes nations se sonduisent en gangsters, les petites en prostituées."

Je n'approuve pas le fou furieux qui dirige l'Iran, qui estime qu'Israël doit être rayé de la carte, mais je me retrouve très bien dans les propos d'intellectuels juifs comme Yeshyahou Leibowitz que j'ai cité ailleurs. Ou alors, feu Marcel Liebman, professeur à l'université de Bruxelles, juif et pro-palestinien.

La grande différence entre la torture Us et celle des islamistes, c'est que, à Guantanamo, si on vous tient en laisse, vos tortionnaires seront condamnés de la prison, des ONG accuseront le gouvernement des USA et on l'accusera d'être l'équivalent des islamistes.

Chez les islamistes, si on vous égorge avec un couteau rouillé devant une caméra, on dira que votre bourreau défend ses droits d'opprimés et aucune ONG ne protestera.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Luc



Messages : 824
Inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 16:24

Arnaud Dumouch a écrit:
La grande différence entre la torture Us et celle des islamistes, c'est que, à Guantanamo, si on vous tient en laisse, vos tortionnaires seront condamnés de la prison, des ONG accuseront le gouvernement des USA et on vous accusera d'être l'équivalent des islamistes.

Meuh non... On prend une lampiste comme Lynndie England on la condamne et on continue comme si de rien n'était.

Arnaud Dumouch a écrit:
Chez les islamistes, si on vous égorge avec un couteau rouillé devant une caméra, on dira que votre bourreau défend ses droits d'opprimés et aucune ONG ne protestera.

Protestera contre qui? Des types masqués? Aucune ONG n'a prétendu que les égorgeurs défendaient des droits d'oppimés à ma connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Bilan de la guerre en Irak   Sam 18 Aoû 2007, 16:38

Citation :
Protestera contre qui? Des types masqués? Aucune ONG n'a prétendu que les égorgeurs défendaient des droits d'oppimés à ma connaissance.
_________________

En tout cas, les ONG qui crient après les USA sur Guantanamo ne protestent pas contre les crime islamistes, privés ou d'Etat.

Le roi du Maroc reçoit les suspects islamistes et les "traite". Ils parlent tous et ne sortent jamais... Grand silence...

Curieux non ?

Peut-être se disent-elles que, entre Arabes, ils sont libres de s'entretuer.

Peut-être ces ONG ont-elles peur des représailles si elles qualifient les djihadistes ou les Etats musulmans comme elles le font pour l'Etat US.

Je m'étonne de ce grand silence contre les barbaries islamistes et de ce grand cri, allant jusqu'à Washington, contre la femme qui tenait un prisonnier en laisse à Guatanomo.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
 
Bilan de la guerre en Irak
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Retour/Neuvaine à saint Dominique/guerre en Irak/prions pour la paix/
» La 3ième guerre d'Irak
» Bilan de la guerre
» Irak le mensonge et la planification.(info LCI)
» Irak et martyre des chrétiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: