DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Bon Samaritain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le Bon Samaritain   Ven 13 Juil 2007, 22:09

P. Cantalamessa : Le Bon Samaritain

ROME, vendredi 13 juillet 2007 (ZENIT.org) – Nous publions ci-dessous le commentaire de l’Evangile du dimanche 15 juillet, proposé par le P. Raniero Cantalamessa, Capucin, prédicateur de la Maison pontificale.

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc (10,25-37)


Pour mettre Jésus à l'épreuve, un docteur de la Loi lui posa cette question : « Maître, que dois-je faire pour avoir part à la vie éternelle ? »
Jésus lui demanda : « Dans la Loi, qu'y a-t-il d'écrit ? Que lis-tu ? »
L'autre répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit, et ton prochain comme toi-même. »
Jésus lui dit : « Tu as bien répondu. Fais ainsi et tu auras la vie. »
Mais lui, voulant montrer qu'il était un homme juste, dit à Jésus : « Et qui donc est mon prochain? »
Jésus reprit : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits ; ceux-ci, après l'avoir dépouillé, roué de coups, s'en allèrent en le laissant à moitié mort.
Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; il le vit et passa de l'autre côté.
De même un lévite arriva à cet endroit ; il le vit et passa de l'autre côté.
Mais un Samaritain, qui était en voyage, arriva près de lui ; il le vit et fut saisi de pitié.
Il s'approcha, pansa ses plaies en y versant de l'huile et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui.
Le lendemain, il sortit deux pièces d'argent, et les donna à l'aubergiste, en lui disant : « Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai. »
Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l'homme qui était tombé entre les mains des bandits ? »
Le docteur de la Loi répond : « Celui qui a fait preuve de bonté envers lui. » Jésus lui dit : « Va, et toi aussi fais de même. »

© http://www.aelf.org

Qui est mon prochain?

Nous nous sommes proposés, dimanche dernier, de commenter quelques évangiles en nous inspirant du livre du pape Benoît XVI sur Jésus de Nazareth. Plusieurs pages sont consacrées &agrav e; la parabole du Bon Samaritain. Cette parabole ne peut être comprise sans tenir compte de la question à laquelle Jésus entendait répondre: « Qui est mon prochain? ».

A cette question, qu’un docteur de la loi lui avait posée, Jésus répond sous forme de parabole. Dans la musique et dans la littérature mondiale, certaines « attaques » sont devenues célèbres. Quatre notes d’une séquence et le connaisseur sait déjà : « Cinquième symphonie de Beethoven: le destin qui frappe à la porte! ». Beaucoup de paraboles de Jésus ont cette caractéristique-là. « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho... », et immédiatement, tout le monde comprend: la parabole du Bon Samaritain!

Dans les milieux juifs de l’époque, on discutait [pour savoir] qui devait être considéré comme son prochain par un Israélite. La catégorie des « prochains » comprenait généralement tous les concitoyens et prosélytes, autrement dit les gentils qui avaient adhéré au judaïsme. Dans le choix de ses personnages (un Samaritain portant secours à un Judéen!) Jésus veut nous dire que notre prochain appartient à une catégorie universelle, pas à une catégorie particulière. Il a pour horizon l’homme, non le cercle familial, ethnique ou religieux. Notre prochain c’est aussi l’ennemi! Car on sait que les Judéens, « ne voulaient rien avoir en commun avec les Samaritains! » (cf. Jn 4, 9).

Cette parabole nous enseigne que l’amour du prochain doit être non seulement universel, mais qu’il doit également être concret et factif. Comment le Samaritain de la parabole se comporte-t-il? Si ce dernier s’était contenté de s’arrêter le long de la route et avait dit à ce pauvre malheureux gisant dans son sang: « Mon pauvre ami, comme je suis désolé! Comment est-ce arrivé? et bonne chance! », ou quelque chose du genre, avant de poursuivre son chemin, tout ceci n’aurait-il pas été une ironie ou une insulte? Le Samaritain se comporta autrement: « Il s'était approché, avait pansé les plaies de l’homme en y versant de l'huile et du vin ; puis l’avait chargé sur sa propre monture et l’avait conduit dans une auberge pour prendre soin de lui. Le lendemain, il avait sorti deux pièces d'argent, et en les donnant à l'aubergiste, avait dit : « Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai ».

Toutefois, dan s la parabole du Bon Samaritain ce n’est pas tant que Jésus exige un amour universel et concret qui est inédit. La vraie nouveauté, fait remarquer le pape dans son livre, est ailleurs. Après avoir fini de raconter sa parabole, Jésus demanda au docteur de la loi qui lui avait posé la question: « A ton avis, lequel des trois hommes [le lévite, le prêtre, le Samaritain], était le prochain de cet homme tombé dans le piège des bandits ? ».

Jésus opère un bouleversement inattendu par rapport au concept traditionnel de « prochain ». Le prochain c’est le Samaritain, pas le blessé, comme on aurait pu le croire. Cela veut dire qu’il ne faut pas attendre passivement que notre prochain tombe sur nous, sa présence signalée parfois à coups de signalisations lumineuses et toutes sirènes déployées. C’e st à nous d’être prêts à nous rendre compte qu’il est là, d’être prêts à le découvrir. Le prochain est celui que chacun de nous est appelé à devenir! Le problème du docteur de la Loi paraît renversé; d’un problème abstrait et académique, on passe à un problème concret et opérationnel. La question qu’il faut se poser n’est pas: « Qui est mon prochain? », mais: « De qui puis-je être le prochain, maintenant et ici? ».

Dans son livre, le pape applique la parabole du Bon Samaritain à la situation actuelle. Il assimile tout le continent africain à ce pauvre malheureux, dépouillé, roué de coups, et laissé à moitié mort sur le bord de la route ; et nous, membres des pays riches de l’hémisphère nord, il nous vo it sous les traits des deux personnages qui passent leur chemin, parfois même sous les traits des bandits qui l’ont mis dans cet état.

Je voudrais parler d’une autre actualisation possible de cette parabole. Je suis convaincu que si Jésus vivait aujourd’hui en Israël et qu’un docteur de la Loi lui demandait à nouveau: « Qui est mon prochain? » il changerait légèrement sa parabole et à la place du « Samaritain » mettrait un « Palestinien » ! Et si c’était un Palestinien qui l’interrogeait, à la place du Samaritain nous trouverions un Juif!

Mais limiter nos propos à l’Afrique ou au Moyen Orient est trop facile. Si c’était à l’un de nous de demander à Jésus: « Qui est mon prochain? », que répondrait-il? Il répondrait certainement que notre prochain n’est pas uniquement notre compatriote, mais aussi l’étranger, non seulement le chrétien mais aussi le musulman, non seulement le catholique mais aussi le protestant. Mais il ajouterait aussitôt que ce n’est pas là la chose la plus importante; la chose la plus importante n’est pas de savoir qui est mon prochain, mais de voir de qui je peux être le prochain, maintenant et ici; pour qui je peux être le Bon Samaritain.
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Le Bon Samaritain   Sam 14 Juil 2007, 00:18

La question que pose Jésus est : "qui a été le prochain de l'homme qui était tombé entre les mains des bandits".

A vrai dire, la réponse c'est Jésus qui la donne. Celui qui se fait le prochain de ses frères, c'est celui qui n'est pas "insensible" à ce qui leur arrive. En ce sens, celui qui est le prochain de l'homme, c'est d'abord Dieu qui ne reste pas insensible à ce qui est arrivé à sa créature, l'homme, après que celui-ci tomba dans le piège que lui avait tendu le bandit, Satan.

Que dit Jésus du Samaritain ? Il fut saisi de pitié. Ce qui veut dire que ce Samaritain fut "affligé" par l'état dans lequel se trouvait cet homme qui représente tout homme mis à terre, blessé, incapable de se relever seul. Ce qui veut dire que cela lui causa de la douleur ; que cela le blessa intérieurement ; comme si c'est à lui que ces coups avaient été porté. N'est pas cela, "aimer son prochain comme soi-même".

Se faire le prochain de l'autre, c'est ne pas l'abandonner lorsqu'il se retrouve à terre ; au contraire, c'est se pencher sur lui, penser ses blessures, l'aider à se relever, l'aider à marcher et si besoin est, le porter. N'est-ce pas ce que Dieu a fait avec l'homme, en s'incarnant.

La traduction de la Bible que j'ai fait dire à Jésus : "c'est celui qui a fait preuve de miséricorde".

C'est celui qui n'a pas peur de se pencher sur la misère des autres ; de se pencher sur les miséreux qui se fait le prochain de l'homme ; que leur misère soit matérielle ou morale.

Pierre
Revenir en haut Aller en bas
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Le Bon Samaritain   Sam 14 Juil 2007, 04:51

Citation :
Se faire le prochain de l'autre, c'est ne pas l'abandonner lorsqu'il se retrouve à terre ; au contraire, c'est se pencher sur lui, penser ses blessures, l'aider à se relever, l'aider à marcher et si besoin est, le porter. N'est-ce pas ce que Dieu a fait avec l'homme, en s'incarnant.

thumleft C'est simplement magnifique... I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Bon Samaritain   Dim 15 Juil 2007, 18:05

J'ai parlé dans le fil "deux intentions" ce matin de l'homélie de notre curé.

J'étais captivée.

Il a dit entre autre : "le bon samaritain c'est celui qui s'approche de celui que personne n'approche...êtes vous prêts Frères et Soeurs à cela ?"

En semaine nous avons droit à des homélies 'animées' car il pose des questions et parfois on est bien embarrassés pour répondre. C'est tellement interpellant.

Très belle méditation Pierre cheers
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Bon Samaritain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Méditation dominicale : Le bon samaritain
» Le Christ, bon Samaritain
» Le bon Samaritain
» le bon samaritain
» La Loi d’amour : le bon Samaritain, Saint Luc 10,25-37

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives : Théologie dogmatique, morale et divers-
Sauter vers: