DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Jeu 07 Juin 2007, 12:41

Salut, en tant qu'étudiant j'ai vraiment les boules sur l'Europe à la 1984 qu'on nous prépare, ça me concerne de près...je souhaite vous faire partager cet article de Charles Durand (auteur d'ouvrages sur la question interlinguistique dans les sciences et techniques) :

http://www.francophonie-avenir.com/Index%20CD%20Eramus.htm

Citation :
Je voudrais braquer le projecteur sur un secteur dont nous n'avons que peu ou pas parlé. C'est le secteur de l'éducation et surtout le secteur de

l'enseignement supérieur qui comprend essentiellement les universités et les écoles d'ingénieur. Or, dans ce secteur, la Commission européenne est très

active. Elle pratique une politique d'anglicisation à outrance sans l'annoncer explicitement, un endoctrinement au tout-anglais qui ne semble pas avoir

d'équivalent nulle part, par le biais des échanges universitaires financés par des programmes tels qu"Erasmus", par exemple.

Dans le principe, Erasmus est conçu pour favoriser les échanges universitaires. Dans la pratique, Erasmus finance des stages d'étude de 6 mois à un an dans un autre pays de l'UE pour les étudiants qui postulent au programme. Théoriquement et contrairement aux dispositions de la DG XIII qui impose explicitement l'anglais dans le cadre de toutes les demandes de financement, Erasmus n'impose nullement l'anglais mais se sert des petits pays ou ceux dont la langue n’a aucune diffusion internationale, pour faire de l'anglais le seul choix possible pour l'étudiant qui s'y rend, en invitant ces pays à offrir des cours en anglais.

Par exemple, pour "promouvoir" une mobilité vers la Hongrie, les universités hongroises offrent des cours en anglais. C'est déjà le cas depuis longtemps
avec des pays tels que la Suède, la Finlande, le Danemark ou la Hollande (seul pays qui, jusque dans les années 50, avait encore une langue à diffusion internationale). Pour ne pas être en reste, les autres grands pays ont ainsi tendance à suivre. C’est le cas de l’Allemagne, l’Italie, et la France. D'autre part, des petits pays, tels que le Luxembourg, où l'on fonctionnait traditionnellement en français ou en allemand, utilisent maintenant l'anglais dans le cadre de tous leurs échanges universitaires avec l'extérieur. Le Luxembourg a, depuis quelques années, créé sa propre université nationale et semble avoir recruté, principalement au sein des départements scientifiques, des anglophiles notoires, qui imposent même l'anglais comme langue de rédaction des thèses aux étudiants étrangers, même ceux qui viennent pourtant du monde francophone !

Même topo en Suisse aussi, à l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Même chose en Belgique, avec l'exemple de l'Université catholique de
Louvain (l'UCL de Louvain-la-Neuve), bien que ces deux universités soient des MEMBRES À PART ENTIÈRE de l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF) et que, en plus, dans le cas de l'UCL, le président soit souvent mandaté par l'AUF pour effectuer un certain nombre de missions pour
l'agence...

L’offre de cours en anglais a débuté, comme je le disais, dans des pays dont les langues n’ont aucune diffusion internationale mais, de proche en proche,
la pratique s’est communiquée aux grands pays de l’Europe continentale ! C’est ainsi que des Alsaciens vont faire des stages en Allemagne en anglais ! Que des Italiens de San Remo viennent faire des stages à Sophia-Antipolis en anglais, à 20km de Nice ! Et que des Vietnamiens francophones doivent rédiger leur thèse en anglais au département d'informatique de l’université catholique de Louvain !

Il faut absolument casser cette machine universitaire, européiste et atlantiste qui essaye d'imprimer dans le cerveau des jeunes que la mobilité en Europe n'est possible que grâce à l'anglais. Évidemment, on ne trouve guère de jeunes Italiens, Allemands ou Français qui parlent le hongrois mais il faut démolir une fois pour toutes la croyance que l'on peut sérieusement découvrir et s'intéresser à un pays (sauf pour y faire du tourisme) sans avoir à appréhender sa langue, surtout pour y faire des études ! Il faut tordre le cou à cette promesse « d'enrichissement culturel » et de « découverte » par le biais d’un séjour qui se fait au détriment des intérêts du pays d’accueil et au détriment des intérêts du visiteur, mais au plein bénéfice des seuls pays anglophones !

Indirectement, les valeurs promues par des programmes comme « Erasmus » sont le mépris des cultures nationales, le mépris des langues et de leur diversité, l’illusion que l’on peut bâtir des relations durables avec un peuple sans qu’on lui montre la politesse élémentaire d’apprendre sa langue quand on est chez lui, l’illusion que les jeunes peuvent vraiment se mêler à d’autres jeunes en parlant une langue qu’aucun ne maîtrise vraiment et que l’environnement dans lequel ils sont ne pourra pas, avec le temps, les aider à surmonter cet handicap.

La Hongrie est intéressante par son caractère hongrois tout comme l’Italie l’est pour son caractère italien. Si je me déplace pour retrouver la même chose ailleurs, QUEL EST ALORS L’INTÉRÊT DE ME DÉPLACER ?

Nous devons dénoncer auprès des jeunes cette immense imposture qui est de leur faire croire qu’il faut aplanir les différences en les faisant passer au rouleau compresseur du tout-anglais ! Autant rester chez soi si on n’est pas vraiment intéressé par les différences. Nous nous déconsidérons à envoyer dans divers pays des jeunes qui refusent d’apprendre la langue des gens auxquels ils sont censés s’intéresser. L’anglais lingua franca est un concept qui a été lancé par les anglo-saxons, au seul bénéfice des anglo-saxons. C’est une monstrueuse imposture et nous devons, de toute urgence, la dénoncer comme telle et s’attaquer à la démolir.

La machine européenne est une machine à la solde des anglo-saxons et des États-Unis et qui utilise nos propres ressources et nos impôts dans un SENS
CONTRAIRE A NOS INTÉRÊTS.

Eveiller la conscience générale, c’est bien mais je pense que nous devons aussi porter notre attention vers les jeunes qui sont, en général, assez sensibles aux principes de justice et de liberté et combattre sans relâche l’intoxication à laquelle ils sont soumis.

Il faut aussi dénoncer les valets de l’impérialisme linguistique anglo-saxons, à savoir les présidents des universités qui acceptent non seulement des situations inacceptables mais qui, en plus, les encouragent et qui, de surcroît, quelquefois, le font en contradiction complète avec leurs engagements dans des organismes à but culturel et linguistique tels que l’AUF (exemples du recteur Marcel Crochet à l’UCL et de Patrick Aebischer à l’EPFL).

En agissant ainsi sur la jeunesse de nos divers pays européens, en les biberonnant d’anglais (selon l’expression de Jean-Loup Cuisiniez) dès le
plus jeune âge, la commission européenne, avec le concours des autorités éducatives des divers pays d’Europe continentale tentent de créer une situation où la colonisation mentale et la conquête des esprits serait triomphante et irréversible.

En résumé, je pense que le volet « Éducation » doit être pris en compte dans nos priorités. Reste à définir comment il nous faut agir dans ce domaine.

Charles Durand



Réaction :

M. Charles Durand a tout à fait raison la question des jeunes et de l’éducation est fondamentale, si nous arrivons à régler cela il y aura très vite une renversement de la tendance, le problème est de quel biais prendre l’affaire. Il faut se confronter avec la Commission mais la Commission se défile, elle utilise une sorte de charabia qui cache le but véritable de ses actions en mettant de l’avant des faux-semblants.



Il y a encore plus grave, la Commission a constitué un « Groupe d’experts indépendants de haut niveaux » pour la conseiller sur la question linguistique, ces « experts » qui ne sont ní experts, ní indépendants mais, pour la plus part, des simples linguistes anglophiles, vont remettre leur rapport à l’automne et l’on pourrait parier, dès à présent, qu’ils vont conseiller à la Commission d’être « efficace » et « respectueuse de l’argent du contribuable » et de mettre en place une quelconque tarte qui va encore plus accentuer et justifier le tout-anglais.



Nous avons écrit des lettres au Commissaire Figel à ce sujet sans aucun succès, Jan Figel a été remplacé par Leonard Orban, le nouveau Commissaire roumain. Il devient urgent de s’inventer quelque chose pour se faire écouter par Leonard Orban.


Anna Maria Campogrande

Voir aussi l'article de Krokodilo sur Agora Vox :
http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=25409


Dernière édition par le Ven 22 Juin 2007, 19:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Ven 08 Juin 2007, 12:07

Un autre article intéressant du même auteur, que je décompose...

Citation :
Le français scientifique: «Si ce n'est pas rédigé en anglais, ça ne vaut pas la peine d'être lu !»

Charles Durand
12-09-2006
Une politique officielle en faveur d’une langue étrangère ne peut s’imposer que si des mesures sont prises pour la faire accepter. Aussi, la gestion des perceptions prend autant d’importance que les mesures concrètes prises pour en développer l’usage.

Cet article a pour but de démontrer le bien-fondé de cette assertion à partir de faits facilement observables, plus particulièrement dans le domaine des sciences et des techniques où l’anglais a été clairement imposé par les Anglo-Saxons en collaboration avec les autorités des pays non anglophones de l’Union européenne et d’ailleurs. Or, contrairement à ce que l’on pourrait croire, si le monde scientifique des pays non anglophones a accepté l’anglais aussi facilement dans la communication scientifique – au point où cet usage déborde largement sur les scènes purement nationales – c’est qu’il est très sensible à la propagande et que la manipulation des esprits prétendument scientifiques s’est révélée être très facile en dépit du fait qu’il est aisé de démontrer que cet usage est contraire à l’intérêt des peuples et des chercheurs qui ne sont pas des anglophones natifs.
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Ven 08 Juin 2007, 12:10

Comme ça à la fin on pourra discuter de la théorie du complot, si théorie du complot il y a... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Ven 08 Juin 2007, 14:42

(suite)

Citation :
Cette manipulation des perceptions est faite à très large échelle et elle est efficace car elle s’appuie essentiellement sur l’ignorance de faits dont la connaissance inhiberait automatiquement son action. L’article donne également un aperçu des mesures concrètes prises par la minuscule frange des gens de pouvoir pour promouvoir et imposer l’anglais en Europe continentale aux dépens des intérêts de ceux qui en font usage. Cette élite n’en est probablement pas consciente et la frange des gens de pouvoir est probablement la première à avoir été touchée par la propagande.
Revenir en haut Aller en bas
Curbud



Masculin Messages : 325
Inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Ven 08 Juin 2007, 18:13

Quel est le problème avec l'anglais... étant dans une filière scientifique tous les articles doivent être rédigé en anglais...

Je ne pense pas que cela soit par pression quelconque... bien sur la première puissance mondiale parle l'anglais, et de nombreux chercheurs sont anglophones...!!

L'utilisation de l'anglais reconnu comme langue universel dans tous les domaines, pas que la Science, permet d'être lu par tout le monde!!

Les grands journaux scientifiques et les banques de données (SwissProt, EMBL...) rédigent tous en anglais!!

Prenons le problème différemment! Demain on peut rédiger en français... Les anglophones devront alors apprendre le français qui est une langue bien plus complexe que l'anglais...!!

Puis les japonnais, pourquoi devrait(il a leur tour parler le français ou l'anglais et pas le japonais... et les bulgares... et ainsi dessuite!!

L'anglais a été choisi par sa facilité d'apprentissage par rapport aux autres langues latines ou asiatiques qui sont bien plus complexes et beaucoup moins usitées dans le monde scientifique!!
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Ven 08 Juin 2007, 18:48

Cher Coca-Colonisé,

tout en respectant votre personne (mais pas vos idées), je répondrai aux lieus communs et aux anneries qui vous tiennent lieu d'arguments plus tard (pb de connexion). Smile Ainsi que la suite de l'article.

malideane Smile

Wàng
Revenir en haut Aller en bas
Curbud



Masculin Messages : 325
Inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Ven 08 Juin 2007, 18:51

Des anneries?? Tiens donc?? Je vous dis comment c'est étant moi même confronté même en examens à des articles scientifiques... Maintenant si dire la vérité c'est dire des anneries, vous pouvez continuer à vous cacher la vérité...!!

Avez vous lu au moins ou vu un article scientifique??

Si vous arrivez à contredire les faits actuels je reconnaitrais avoir dit des anneries comme vous le dites!!

Etes vous dans un parcours scientifique au fait? Juste une question comme ça... Car si la réponse est oui vous êtes pas très au courant de ce qui s'y passe!!

Savez vous ou ont lieu les grands coloques toutes sciences confondues??

Au passage essayez d'éviter les Coca-colanisé"... Je suis loin d'être pro-américain... Mais j'estime être dans la possibilité de dire les faits réels ne vous en déplaise! Car sinon le dialogue risque de vite déraper!!
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Ven 08 Juin 2007, 19:05

Attendez au moins que je vous réponde de façon argumentée. Smile Vous savez ce que c'est, une carpette anglaise ?

En attendant, la suite de l'article (ça risque d'être long, je le fais au compte goutte)...

Citation :
Les pressions politiques pour remplacer une langue par une autre peuvent s’exercer de manière brutale. Louis-Jean Calvet (1) semble avoir été l’un des premiers chercheurs en sociolinguistique à décrire les méthodes, bien connues aujourd’hui, qui furent utilisées depuis la fin de la seconde guerre mondiale par le système soviétique pour imposer le russe dans les républiques non russophones dans le but qu’il remplace les langues locales. Il explique également le rôle crucial du système éducatif dans ce processus et comment ils furent mobilisés dans ce but. De la même manière, l’une des premières préoccupations des Américains après le départ des Français du Vietnam fut d’encourager les bibliothèques universitaires du sud à retirer de leurs étagères tous les livres en langue française qui y figuraient pour les remplacer de manière systématique par des livres américains. C’est ainsi que, par camions entiers, les livres qui servirent à former l’élite vietnamienne durant la période coloniale disparurent en quelques mois, comme le rapportèrent des témoins oculaires vivant à Saïgon au moment où la présence américaine commença à s’y renforcer. Cependant, de nos jours, la volonté politique pour forcer le choix d’une langue consacrée aux échanges internationaux est aussi importante que la manipulation de la population pour laquelle ce choix est fait, de façon à ce qu’elle l’accepte dans le rôle qu’on lui a ainsi conféré. Le système soviétique a clairement échoué dans sa tentative d’imposer le russe dans les républiques non russophones et, aujourd’hui, 15 ans après l’effondrement de l’Union soviétique, le ressentiment à ce propos vis-à-vis de la Russie demeure très vivace. C’est pourquoi l’imposition de l’anglais comme langue de communication internationale par les autorités de Bruxelles, secondées souvent dans ce rôle par la plupart des autorités nationales des pays de l’UE, doit être doublée par un certain nombre de mesures visant à faire accepter par les populations ciblées ce choix comme s’il était de leur propre ressort, comme s’il dépendait de leur propre évaluation faite en toute liberté. Psychologiquement tout autant que socialement, la langue anglaise doit apparaître comme étant le choix naturel et rationnel du peuple si la volonté politique de la promouvoir a des chances d’aboutir.
Revenir en haut Aller en bas
Curbud



Masculin Messages : 325
Inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Ven 08 Juin 2007, 19:09

Dites au moins en quoi concerne mes anneries?? Eclairez moi au lieu de faire un copier-coller de l'article ça ira plus vite je pense...

Déjà une vidéo certains ne l'accepte pas alors lire tout un article au compte goute ça risque d'être long!!
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Ven 08 Juin 2007, 19:12

Patience ! Pour réfuter, il faut des arguments. ;) Et je ne peux pas taper plus que quelques lignes. Mais rien que l'idée d'anglais facile...
Revenir en haut Aller en bas
Curbud



Masculin Messages : 325
Inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Ven 08 Juin 2007, 19:19

English is so difficult... drunken

Bon beh je vous laisse chercher dans l'article, peu-être y trouverez vous des arguments...

Pour ce qui est de mon expérience je ne trouve pas que l'anglais soit si difficile que ça... Par rapport ne serait-ce qu'à la grammaire française!!
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Ven 08 Juin 2007, 19:28

Patience ! Je ne vous répèterai pas la propagande de certains profs d'anglais, ce sera rationnel et solidement argumenté, soyez en sûr. ;)

Suite de l'article :

Citation :
Lorsqu’on interroge les scientifiques et les chercheurs à propos des raisons qui semblent avoir fait de l’anglais la lingua franca de la communication scientifique internationale, ils répondent en donnant généralement leur propre interprétation de ce phénomène plutôt que d’essayer d’analyser les causes objectives qui ont abouti à la situation actuelle. Cette situation nous est présentée comme la conséquence d’un accident historique mais, le plus souvent, comme le résultat d’une tendance naturelle, comme le travail d’une main invisible au même titre que celle d’Adam Smith qui, sur la scène économique, est censée synchroniser les marchés avec les besoins individuels. La diffusion de l’anglais est considérée comme le résultat d’une loi naturelle qui s’appliquerait aux systèmes sociaux de manière aussi rigoureuse que les lois de la physique s’appliquent au comportement mécanique et à la trajectoire d’un solide, indépendamment de toute volonté humaine.


Dernière édition par le Ven 08 Juin 2007, 19:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Curbud



Masculin Messages : 325
Inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Ven 08 Juin 2007, 19:36

J'espère au moins que vous me parlerez des cas ou il y a de la Science...

Je dis ça au cas ou vous orienterez vos arguments sur d'autres branches que la Science!!

Pffffffff faudra tout lire, vous pouvez pas sélectionner des phrases de l'article qui appuieront vos arguments?

Car franchement je ne pense pas tout lire de l'article!!
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Ven 08 Juin 2007, 19:47

Pour l'article, ça suffira pour aujourd'hui. Smile Et je selectionnerai les passages importants en gras, et donnerai un résumé à la fin de son livre que j'ai lu. Smile

Sinon, pour l'analyse de la complexité relative de l'anglais, il est évident qu'il y aura des arguments linguistiques...
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Ven 08 Juin 2007, 21:03

Citation :
Cher Coca-Colonisé,

Bravo pour le respect Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Sam 09 Juin 2007, 00:02

Merci Coyotte. Mr. Green C'est une marque de respect qui déborda, suite à une constatation réaliste. Mr. Green

Suite de l'article :

Citation :
Gestion des perceptions

Dans cet article, je veux expliquer que la diffusion actuelle de l’anglais comme lingua franca de la science et de la technologie n’est pas la conséquence du libre choix de la majorité. Alors que l’usage de la langue anglaise a fait l’objet d’une promotion intense de la part de ses locuteurs natifs, elle a été imposée à la majorité par une toute petite minorité de décideurs en Europe continentale, tandis que l’importance de l’anglais, la prétendue nécessité d’y recourir dans un nombre croissant de situations, ainsi que sa diffusion apparente ont été le résultat d’une gestion habile des perceptions de la population qui a introduit des distorsions dans la manière dont les scientifiques (et bien d’autres catégories sociales) considèrent leur propre communauté et interagissent avec elle. Le recours massif à l’anglais comme moyen de communication internationale entre les scientifiques n’a pas été le résultat d’un vote populaire. Cependant, les habitudes qui se sont construites au cours des trente dernières années ne seront pas facilement inversées lorsqu’on constate que le monde universitaire, plus particulièrement, est notoirement hostile à toute proposition de changement. Toute modification des habitudes établies dans le secteur de la communication scientifique ne pourra provenir que d’une prise de conscience croissante que la situation actuelle désavantage tous les scientifiques qui ne sont pas des locuteurs anglophones natifs.
Revenir en haut Aller en bas
Curbud



Masculin Messages : 325
Inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Sam 09 Juin 2007, 00:34

Wang a écrit:
la situation actuelle désavantage tous les scientifiques qui ne sont pas des locuteurs anglophones natifs.
"Le professeur Yves Chauvin de l'Institut Français du Pétrole de Rueil-Malmaison a été honoré aujourd'hui par l'Académie Royale des Sciences de Suède pour ses travaux sur le « développement de la méthode de métathèse en synthèse organique" (2005)

Pas pour lui en tout cas!!

Il est vrai que les américains ont raflé pas mal de prix nobel ces dernières années mais je ne pense pas que cela soit grâce à leur langue maternel mais plutôt grâce aux soutiens financiers importants!!

Un peu à l'image des grandes inventions comme le rayon X!!
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Sam 09 Juin 2007, 00:43

Citation :
Avant d’entrer dans le détail de la démonstration Mr. Green , il faut tenir compte du fait que les questions linguistiques peuvent facilement déclencher des réactions émotionnelles Mr. Green et que les opinions personnelles peuvent ne pas refléter correctement la réalité, car ces opinions sont émises par des gens qui peuvent indûment généraliser leur propre situation ou avoir des vues partiales basées sur l’attrait ou la répulsion qu’une situation linguistique particulière peut leur inspirer. Par exemple, dans un monde où l’anglais semble triompher, nous pouvons être surpris de découvrir que certaines des personnalités qui ont un énorme pouvoir d’influence dans les cercles intellectuels et politiques, tels que Samuel Huntington (2), considèrent que la diffusion de l’espagnol représente une menace directe à l’encontre de l’homogénéité linguistique des États-Unis et de la cohésion de son peuple. A l’inverse, l’homme d’affaires qui prend constamment l’avion en Europe occidentale, pour rendre visite à ses clients ou s’en faire de nouveaux, est en droit de penser que nous basculons rapidement dans un monde ou l’anglais devient la langue mondiale alors que le nombre de locuteurs natifs ne cesse de se réduire depuis une trentaine d’années, passant d’environ 7% de la population mondiale à 4,84 % en 2005 (3) !
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre



Messages : 511
Inscription : 22/10/2005

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Sam 09 Juin 2007, 00:45

Plaignez-vous !

le jour où la lingua franca sera le Mandarin, vous regretterez l'Anglais !

Alexandre
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Sam 09 Juin 2007, 00:48

Alexandre a écrit:
Plaignez-vous !

le jour où la lingua franca sera le Mandarin, vous regretterez l'Anglais !

Alexandre

Du calme ! ;) Je ne préconise pas de plonger dans la mare pour se protéger de la pluie, c'est tout ! Ni de remplacer une hégémonie par une autre. Et le mandarin est bien plus régulier que l'anglais, d'ailleurs, les anglais délaissent l'étude des langues des voisins pour le chinois. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre



Messages : 511
Inscription : 22/10/2005

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Sam 09 Juin 2007, 00:51

Vous connaissez celle-là ?

C'est Bush qui dit à Chirac : "sans notre intervention en 1944, vous parleriez Allemand".

Et Chirac lui répond : "sans notre intervention avec Lafayette, vous parleriez Anglais"...

Alexandre
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Sam 09 Juin 2007, 00:57

Alexandre a écrit:
Vous connaissez celle-là ?

C'est Bush qui dit à Chirac : "sans notre intervention en 1944, vous parleriez Allemand".

Et Chirac lui répond : "sans notre intervention avec Lafayette, vous parleriez Anglais"...

Alexandre

Et si les gaulois avaient été un peu plus attaché à leur culture, et pas uniquement tournés vers leur intérêt immédiat (promotion selon les critères imposés par Rome), on parlerait une langue dérivée directement du gaulois avec la culture bimillénaire que ça implique. Mr. Green Et l'adoption du latin n'a pas été une grande utilité contre Babel, parce qu'il s'est aussitôt fragmenté en dialectes. Smile Pas confondre avec son (sain) rôle de langue neutre (mais élitiste) au moyen âge. D'où l'intérêt de tirer les leçons de l'histoire. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Sam 09 Juin 2007, 01:00

suite de l'article :

Citation :
En science et en technologie, nous entendons souvent que si l’anglais est fréquemment choisi comme langue de communication pour les publications et la communication verbale, c’est parce qu’il est la seule langue à disposer du vocabulaire adéquat pour représenter les concepts scientifiques modernes et leurs applications techniques récentes. La presse de langue anglaise s’empresse de rapporter et de souligner tous les commentaires des hauts fonctionnaires et des politiciens en vue dès qu’ils valorisent l’usage de l’anglais pour la communication internationale. Nous pouvons, par exemple, lire à propos de l’engouement des Sud-Coréens pour l’anglais et qui iraient jusqu’à se faire opérer (4) pour améliorer leur prononciation et leur accent tandis que l’auteur de l’article passera sous silence les statistiques concernant l’étude des autres langues étrangères telles que le chinois, le japonais ou même le français (5) ! Les professeurs des universités britanniques soulignent toujours aux visiteurs du continent qu’ils sont, eux, les seuls vrais promoteurs de l’Europe par le biais de l’anglais qui permet à tous les étudiants des pays membres bénéficiaires du programme Erasmus de communiquer entre eux et ainsi de construire les « bases sérieuses » de l’Union européenne durant leur séjour en Grande-Bretagne. Ils précisent souvent que l’anglais a donné naissance à un grand nombre de mots prétendument « internationaux » tels que « computer », « software » ou « téléphone (6) » tout en faisant remarquer avec condescendance que les Français ont voulu inventer des « équivalents artificiels » tels que « ordinateur » et « logiciel ». Ils ne tiennent pas compte du fait que, à l’extérieur de la famille des langues européennes, une très grande proportion de la population mondiale a créé des mots (7) pour désigner des objets ou des concepts de manière beaucoup plus efficace dans le cadre d’autres langues qu’aucun mot anglais non traduit ne pourra jamais le faire (8). Ils évoquent le développement et la diffusion de l’ « Inglish » aux Indes, une variété d’hindi fortement anglicisé et qui démontre, selon eux, l’intrusion de la culture mondialiste basée sur l’anglais, tandis qu’ils semblent oublier pour les besoins de la démonstration le fait que l’anglais standard n’est pas maîtrisé par plus d’une proportion allant de 2% de la population de ce pays à 4% pour les estimations les plus optimistes (9) ! D’après Sam Huntington dans son « choc des civilisations », l’usage de l’anglais aux Indes ne va pas au-delà du cercle constitué par une fine élite et cette langue ne peut pas être considérée comme lingua franca. «La dure réalité, écrit-il, est que, pour un voyageur qui descend du Cachemire jusqu’à l’extrême sud à Kanyakumari, la communication se maintient le mieux par l’usage d’une forme d’hindi»(p. 62). Il estime que la chaîne de télévision prétendument internationale CNN a un auditoire d’environ 55 millions de téléspectateurs, c’est-à-dire moins de 1 % de la population mondiale ! En dépit de ces données, les propos les plus délirants à propos de l’anglais continuent à être relayés par le réseau des agences de presse anglo-saxonnes, auxquelles souscrivent un très grand nombre de pays.
Revenir en haut Aller en bas
Zeus



Messages : 2864
Inscription : 09/04/2006

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Sam 09 Juin 2007, 01:58

Supposons que Wang gagne dans un concours télévisé un tour du monde des auberges de jeunesse. Quelles langues et dans quelles proportions utilisera-t-il durant son voyage ?
Revenir en haut Aller en bas
http://christouislam.easyforumpro.com/index.htm
Curbud



Masculin Messages : 325
Inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Sam 09 Juin 2007, 12:43

Au fait, vous comptez argumenter à partir de quand??

Car là je ne lis qu'un article qui a une position assez arrété sur la chose... en ce qui concerne les Sciences je n'ai rien lu de censé!!

Wang a écrit:
Cher Coca-Colonisé,

tout en respectant votre personne (mais pas vos idées), je répondrai aux lieus communs et aux anneries qui vous tiennent lieu d'arguments plus tard (pb de connexion). Ainsi que la suite de l'article.
J'attends toujours...!!
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Sam 09 Juin 2007, 19:22

ordis résidence stop connection pourrie stop 3 secondes d'internet stop 3 minutes sans stop répondrai lundi stop
Revenir en haut Aller en bas
Curbud



Masculin Messages : 325
Inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Sam 09 Juin 2007, 19:49

30 secondes aurait suffit cher Wang!! Bon beh je vous laisse chercher d'autres articles sur le sujet, apparemment il n'y a que comme ça que vous trouvez des arguments pour débattre!!

A lundi!
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Sam 09 Juin 2007, 23:55

En attendant, la suite :

Citation :
Dans son livre intitulé La langue anglaise (The English language), publié en 1985, Robert Burchfield écrivit :

« Toute personne éduquée dans le monde souffre de privations si elle ne connaît pas l’anglais. Bien sûr, l’extrême pauvreté ou la famine sont reconnues comme étant les formes les plus cruelles et révoltantes de privation. Quand elle s’applique seulement à la langue, on ne la remarque pas mais, pourtant, elle n’en est pas moins significative »
Revenir en haut Aller en bas
Zeus



Messages : 2864
Inscription : 09/04/2006

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Dim 10 Juin 2007, 01:46

C'est exact. Je possède l'"Ecce Deus" de Benjamin Smith en anglais et je n'ai pas encore trouvé la patience de le lire pour cette raison.

Il y a quelques années encore, il n'existait de traduction ni du Mahabharata ni de Gibbon.
Revenir en haut Aller en bas
http://christouislam.easyforumpro.com/index.htm
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Lun 11 Juin 2007, 10:03

Curbud a écrit:
30 secondes aurait suffit cher Wang!! Bon beh je vous laisse chercher d'autres articles sur le sujet, apparemment il n'y a que comme ça que vous trouvez des arguments pour débattre!!

A lundi!

Cher Curbud,

un peu d'indulgence. Je n'ai pas d'ordinateur. Ceux de ma résidence ont une connection de merde, en ce moment c'est « impossible d'afficher la page » pendant 5 minutes pour une seconde de connection...si je tape un texte un peu long, je peux ne jamais pouvoir l'envoyer, et je ne peux rien rechercher.
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Lun 11 Juin 2007, 10:05

Zeus a écrit:
Supposons que Wang gagne dans un concours télévisé un tour du monde des auberges de jeunesse. Quelles langues et dans quelles proportions utilisera-t-il durant son voyage ?

Mr. Green C'est vous qui disiez que vous n'aimiez pas vous taper de l'anglais ? Ben moi, si je vais dans un pays, je fais l'effort de parler quelques mots dans la langue du pays, ou j'utilise le pasporta servo. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Lun 11 Juin 2007, 10:17

Citation :
Quel est le problème avec l'anglais...

Il y en a plusieurs : c'est injuste que certains apprennent longtemps une langue difficile (ne vous en déplaise), irrégulière, imprononçable et idiomatique pendant des années, pour atteindre le niveau survie , pendant que les autres ont ça de naissance, et consacrent leur temps aux trucs utiles (sciences, loisirs, littérature dans la langue maternelle). De plus cela a un coût pour les nations non anglophones : François Grin, de l'université de Genève, a montré, dans un rapport commandité par le gouvernement Raffarin, que l'anglais rapportait 17 milliards d'euros pas an à la Grande Bretagne. Le problème de l'utilisation de l'anglais transcende le domaine des sciences. De plus, on est toujours plus à l'aise et créatif dans sa langue maternelle, accepter d'utiliser la langue d'une nation étrangère (dont les intérêts ne sont pas les notres...), c'est se placer ipso facto en situation d'infériorité et le revendiquer comme tel... Les inconvénients d'une langue nationale, utilisée dans un rôle international, peuvent être synthétisés comme suit :

Citation :
1. L'apprentissage de l'anglais, en France comme dans tous les autres
pays non-anglophones, a un coût astronomique en argent et en temps, un
temps qui, selon l'axiome "Time is money", est aussi de l'argent.
2. La population native anglophone ne représente que 8% de l'humanité;
pour 92%, cet effort représente un détournement de ressources humaines,
financières et matérielles au profit de "cette machine d'invasion
intellectuelle", pas seulement intellectuelle, d'ailleurs.
3. Du fait qu'une véritable maîtrise de toutes les ressources et
subtilités de l'anglais, permettant un dialogue d'égal à égal, n'est
globalement accessible sans effort supplémentaire qu'aux natifs
anglophones, l'anglais devient de fait un facteur de fracture
linguistique, d'inégalité des droits et des chances par la langue.
4. Pour les pays non-anglophones, cet accès n'est possible que moyennant
un effort financier important des personnes, des entreprises et des
institutions, ce qui le réserve à une frange sociale plus privilégiée ou
disposée à des sacrifices.
5. Le choix de l'anglais dans le rôle de langue de relations
internationales équivaut à la ratification, sans contrepartie, d'un
traité faisant du pays le plus puissant de l'anglophonie le point de
départ et d'arrivée des flux d'échanges et le centre des décisions à
l'échelle mondiale.
6. L'anglais est la langue NATIONALE d'un certain nombre de pays; lui
donner le nom de langue INTERNATIONALE et l'adopter comme telle, c'est
non seulement dispenser ces pays de tout effort budgétaire
supplémentaire d'enseignement des langues, mais c'est contribuer à leur
enrichissement aux dépens de tous les peuples non-anglophones. C'est ce
qui a permis à un directeur du British Council de dire : "Le véritable
or noir de la Grande-Bretagne n'est pas le pétrole de la Mer du Nord,
mais la langue anglaise" .
7. À l'échelle de l'Europe, du fait que l'apprentissage d'une langue
étrangère nécessite de longs séjours dans le pays où elle est parlée,
c'est en Angleterre, l'une des NATIONS de l'Europe, que les élèves
européens se rendent en majorité et en premier lieu pour apprendre la
langue de cette NATION.
8. Dans tous les pays européens non anglophones, il est fait appel à des
enseignants natifs anglophones pour enseigner l'anglais. Il est donc
clair que l'anglais est avant tout d'une langue NATIONALE.
9. Mieux encore : malgré ce surcroît d'efforts sans réciprocité, le
nombre d'annonces d'emplois réservés à des natifs anglophones pour des
postes de responsabilités dans des organisations européennes
subventionnées par Bruxelles, et comportant des exigences
discriminatoires telles que "English mother tongue" ou "English native
speaker", ne cesse de croître. Leur nombre s'élevait à 895 le 27
octobre 2004 sur le site <www.lingvo.org/diskriminacio> où elles sont
recensées et affichées. Ceci démontre qu'une langue NATIONALE, que
certains prétendent pourtant être plus facile que les autres, ne
convient pas dans le rôle de langue INTERNATIONALE.
10. De toutes les langues, du fait de sa complexité graphique et
phonétique, l'anglais est celle qui prédispose le plus à la dyslexie
comme l'ont montré des recherches publiées dans la revue "Science" (16
mars 2002).
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Lun 11 Juin 2007, 10:41

Citation :
Je ne pense pas que cela soit par pression quelconque...

Vous êtes naïf. Mr. Green Lisez Linguistic Imperialism, du professeur Phillipson, un ancien du British Counsil. D'autre part, pour être dans la partie, vous devriez méditer sur la mentalité de l'Europe depuis une dizaine d'année. La Commission Européenne fonctionne à l'anglosaxonne (avec les groupes de pression ou « lobbies »), selon la loi de la jungle (celle du plus fort), communique et pense en anglais, impose des offres d'emplois exigeant un niveau d'anglais « natif », tout en se faisant le chantre hypocrite de la diversité (idéologie du « multilinguisme » !). Si l'anglais n'est pas la langue officielle unique, c'est uniquement parce qu'ils savent que ce serait inacceptable, à cause de gens comme nous qui défendons le droit des gens à pouvoir vivre dans leur langue maternelle. d'où l'hypocrisie...d'autre part, c'est sûr, il n'y a aucune pression individuelle : vous avez le choix entre apprendre l'anglais pour trouver votre place dans un monde injuste, ou être au chômage. Mr. Green

Citation :
bien sur la première puissance mondiale parle l'anglais, et de nombreux chercheurs sont anglophones...!!

Oui. Mais les anglophones natifs ne sont pas 80% du monde (pourcentage des publications en anglais. Ils n'ont pas l'exclusivité de la créativité. Mr. Green

Citation :
L'utilisation de l'anglais reconnu comme langue universel dans tous les domaines, pas que la Science, permet d'être lu par tout le monde!!

Il faudrait pourtant le remettre en question, vu qu'il est possible de trouver une meilleure solution ! Je vous signale que le seul domaine où l'anglais est seule langue internationale de Jure, c'est l'aviation ! Et que 11 à 15% des accidents d'avion sont dûs à des problèmes de communication dûs à la langue utilisée ! En plus, suffit pas de lire et d'obéir, faut aussi pouvoir créer. Mr. Green Pour ça, la langue maternelle est irremplaçable.

Citation :
Les grands journaux scientifiques et les banques de données (SwissProt, EMBL...) rédigent tous en anglais!!

Ben c'est parce que les chercheurs se laissent imposer les normes des anglo américains. Smile Ils sont trop conformistes. Smile ils feraient mieux de chercher de façon indépendante, et si ça vaut le coup, ce sera forcément traduit un jour ou l'autre. Smile Si vous pensez que seul ce qui est pensé, conçu et commandé en anglais est valable, et que seuls les anglo américains sont habilités à en juger ( et à corriger vos travaux, donc les récupérer), faut pas s'étonner à ce qu'ils restent les premiers. Smile

Citation :
Prenons le problème différemment! Demain on peut rédiger en français... Les anglophones devront alors apprendre le français qui est une langue bien plus complexe que l'anglais...!!

Dans le passé c'était pas parfait, mais on rédigeait en anglais, en allemand (relativité), en français (pasteur), et ça ne posait pas de problèmes, il suffit de comprendre les autres langues passivement. Smile Cela dit je pense que l'espéranto devrait avoir un rôle à jouer lors de congrés avec plusieurs langues maternelles. Et je vous signale que le français n'est pas plus dur que l'anglais, leurs difficultés sont très différentes, c'est tout.

Citation :
Puis les japonnais, pourquoi devrait(il a leur tour parler le français ou l'anglais et pas le japonais... et les bulgares... et ainsi dessuite!!

En fait, il n'y a pas plus de légitimité pour le français que pour l'anglais. Smile Vous avez raison. Smile Les langues européennes sont incroyablement complexes pour les asiatiques.
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Lun 11 Juin 2007, 10:46

Citation :
L'anglais a été choisi par sa facilité d'apprentissage par rapport aux autres langues latines ou asiatiques qui sont bien plus complexes et beaucoup moins usitées dans le monde scientifique!!

Aïe...excusez moi, je vais refaire des copiers coller, ça prendrait trop de temps à répéter toujours les mêmes choses (c'est un préjugé très fréquent)

Citation :
anglais :

Alphabet non phonétique de 26 lettres (46 phonèmes, 20 voyelles )

Prononciation chaotique, insaisissable ; impossibilité de fixer une norme

Accent d’intensité (ou « accent tonique ») indéfinissable, fixé par l’usage ; aucune norme ne peut être établie

Verbes irréguliers 283

Conjugaison : radical variable

Identification de la fonction grammaticale confuse ; nombreuses relations grammaticales inexprimées

Syntaxe rigide, ordre rigoureux des mots

Formation des mots dérivés [1] possibilités réduites : 5%

Indice d’agglutination [2] 0,30

Idiotisme innombrables

Homonymes très nombreux

Polysémies [3] très nombreuses [4]

Vocabulaire nécessaire à la compréhension d’un texte ordinaire [5] à 80-90% : 2000 mots à 99% : 7000 mots

Temps nécessaire pour atteindre un niveau de maîtrise correspondant à celui du baccalauréat [6] 1500 heures pour un francophone
espéranto :

Alphabet phonétique

Prononciation toute lettre se prononce et représente toujours le même son

Accent d’intensité toujours sur l’avant-dernière syllabe (la pénultième)

Verbes irréguliers aucun

Conjugaison : radical invariable

Identification de la fonction grammaticale claire et immédiate

Syntaxe : ordre des mots très souple

Formation des mots dérivés vastes possibilités

Indice d’agglutination 1

Idiotismes quasi inexistants

Homonymes quasi inexistants

Polysémies rares


Vocabulaire nécessaire à la compréhension d’un texte ordinaire à 80-90% 500 mots + 50 éléments à 99% 2000 mots

Temps nécessaire pour atteindre un niveau de maîtrise correspondant à celui du baccalauréat 150 heures pour un francophone

--------------------------------------------------------------------------------

[1] "Lingvistikaj aspektoj de Esperanto", Dr John C. Wells ; professeur de phonétique de la langue. anglaise à University College, Londres.

[2] "Lingvistikaj aspektoj de Esperanto", Dr John C. Wells ; professeur de phonétique de la langue. anglaise à University College, Londres.

[3] Edward Thorndike, pédagogue et éducateur américain renommé.

[4] 21 120 significations pour les 850 mots du vocabulaire de base.


Dernière édition par le Lun 11 Juin 2007, 11:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Lun 11 Juin 2007, 10:47

Citation :
L'énorme difficulté de l'anglais tient à une foule d'incohérences qui n'apportent rien à la communication. Dans la majorité des langues qui s'écrivent avec un alphabet, il suffit de connaître quelques règles d'orthographe pour pouvoir écrire correctement un mot que l'on sait prononcer. En anglais, l'orthographe n'a rien de facile, et il faut apprendre la prononciation, notamment la place de l'accent, avec chaque mot. Le a ne se prononce pas de la même manière dans nation et national, ni le i dans wild et wilderness, alors que dans les deux cas le second dérive du premier. Le groupe ict se prononce d'une façon dans depict, d'une autre dans indict. Si la plupart des Occidentaux non anglophones prononcent mal sweatshirt et Reagan, c'est parce que rien ne permet de deviner comment les lettres ea vont se prononcer. La mise en mémoire de la prononciation et de l'orthographe de chaque nouveau mot appris représente pour tout élève d'anglais une somme d'énergie considérable. Le mot «aberrant» est justifié pour qualifier ce décalage entre écriture et prononciation, puisqu'il est absent de la plupart des langues et que cela n'affecte absolument pas la communication. À une époque où l'on tente de convaincre les populations des avantages de la rationalisation dans les entreprises, il est vraiment étrange de choisir pour communiquer, parmi toutes les langues disponibles, une langue où le rapport efficacité/coût est aussi défavorable.

Cette aberration-là n'en est qu'une parmi des dizaines de milliers. La règle veut qu'on forme le pluriel d'un nom en lui ajoutant un s. Mais le mot woman `femme', fait au pluriel, à l'écrit women (on a remplacé le a par e), et à l'oral /wim'n/ (on a remplacé le son `ou', écrit o, par le son `i', lui aussi écrit o). Ou considérons la négation. Dans la quasi-totalité des langues du monde la négation suit un modèle régulier, valable pour tous les verbes. En français, si on sait dire je ne sais pas, on peut appliquer la même structure aux autres verbes et dire je n'ai pas, je ne peux pas, je ne suis pas. En anglais, le modèle de I do not know `je ne sais pas' n'est pas applicable à un certain nombre d'autres verbes. On doit dire I am not `je ne suis pas', non I do not be. En plus, l'orthographe est aberrante ici aussi. `Je ne dois pas' s'écrit en trois mots : I must not, mais `je ne peux pas' en deux : I cannot. Quant à la négation des adjectifs et des substantifs, elle se fait dans la plupart des langues par un préfixe qui reste toujours lui-même, comme in- en français, un- en allemand, ne- en russe, bu- en chinois. En anglais, c'est tantôt in- (injustice, invisible), tantôt un- (unjust, unpleasant). Se rappeler que si `incapable' se dit unable, `incapacité' se dit inability, alors que dans le cas de unpleasant `désagréable', le préfice un- ne devient pas in- quand on passe de l'adjectif au nom - on dit unpleasantness - demande au cerveau une dépense d'énergie qui lui est épargnée dans presque toutes les autres langues.

Un autre aspect de l'anglais qui ajoute encore à l'effort à faire pour maîtriser la langue est son immense lexique. D'une part, il contient un nombre de synonymes dont se passent agréablement la plupart des langues. On ne maîtrise pas l'anglais si l'on ignore que `lire' se dit read, (9) mais aussi peruse, qu'à côté d'inevitable il y a unavoidable, à côté de menace, threat. D'autre part, il n'y a souvent aucun rapport de forme entre un mot et ce qui, dans l'immense majorité des autres langues, est un dérivé : comparez l'anglais tooth / dentist au français dent>dentiste, à l'allemand Zahn>Zahnartzt, à l'arabe asnân>tubîb al-asnân, au persan dandan > dandansaz, au japonais ha>haisha, au chinois ya >yayi, au malais gigi>doktor gigi. Comparer arme > désarmement (allemand : Waffe >Entwaffnung ; russe : oružie > razoruženie) à l'anglais weapon / disarmament. Il n'y a aucun rapport de forme entre year et annual, city et urban, moon et lunar (comparez avec l'Esperanto: jaro> jara, urbo > urba, luno > luna). Mémoriser toutes ces incohérences représente un effort d'autant plus décourageant que l'élève ne peut s'empêcher de comparer avec sa propre langue ; il se rend ainsi compte qu'elles ne sont nullement nécessaires pour qu'une langue puisse jouer le rôle qu'on attend d'elle : assurer une bonne intercompréhension. En outre, elles compliquent le travail de la mémoire. L'insertion de ces incohérences dans le cerveau exige la mise en place de réflexes conditionnés. Or, ceux-ci ne tardent pas à s'effilocher quand ils cessent d'être quotidiennement renforcés : il suffit d'un an ou deux hors d'un milieu anglophone pour que les formes sans lien mnésique se dissolvent et qu'une bonne partie de l'acquis linguistique devienne difficile à retrouver, ce qui empêche de parler couramment.


Dernière édition par le Lun 11 Juin 2007, 11:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Lun 11 Juin 2007, 10:47

Citation :
Le globish ne comporte aucun système de dérivation. Sa liste comprend, par exemple, decide, mais pas decision, beautiful mais pas beauty, administer mais ni administrative ni administration, aggression mais ni aggress ni aggressive.

le globish reprend les aberrations de la langue de Shakespeare, dont l'incroyable décalage entre orthographe et prononciation : ou exprime quatre sons différents dans touch, through, though et thought (7 sons pour ou en anglais normal dans though, tough, through, plough, cough, ought et hiccough !)

les mots nécessaires pour dire "Garçon, une salade de tomates!" ne figurent pas dans la liste. "Expliquez-vous par gestes", dit M. Nerrière. Comment allez-vous mimer "salade" et "tomate" de manière à éviter toute confusion? Je demande à voir, me rappelant la mésaventure de cet Américain qui, pour se faire servir un verre de lait, avait mimé la traite d'une vache. Après une attente interminable, il avait reçu un steak dur comme de la semelle. De même, si l'on peut dire "je t'aime" (mais pas "tu m'aimes", me ne fait pas partie des 1500 élus.

le globish n'est pas une langue réellement utilisable, comme on s'en rend vite compte si l'on essaie de s'exprimer en pratique en n'utilisant que les 1500 mots prévus par M. Nerrière, pour ne rien dire du fait que bien des mots recouvrent plusieurs concepts sans que rien ne précise lequel est le bon: can (pouvoir, boîte de conserve), case (cas, caisse, boîtier, arguments en faveur de..., trousse), light (léger, lumière, allumer), right (rectiligne, côté droit, correct, un droit), watch (surveiller, montre), etc. Si l'on tient compte des différences de sens, elle comprend en fait pas loin de 2000 mots. Par ailleurs, ce n'est pas vrai qu'on peut traiter de tous les sujets de la vie courante avec cette liste restreinte. Elle comprend, par exemple, decide, mais pas decision, administer mais pas administrative ou administration. Comme elle n'offre aucun moyen de dériver un mot d'un autre, celui qui a appris beautiful ne peut parler de "beauté" (beauty n'y figure pas), et on a beau connaître aggression, on ne peut former une phrase avec "agressif" ou "agresser" sans circonlocution compliquée. Dans bien d'autres cas, il n'existe aucun moyen de formuler sa pensée même par une voie détournée.

healthy - health

mental - mind

create -creation

inform - information

live - life

ask - question

remember - memory

think - thought

good - well

good - better

one - first

he - his - him

I - my - me

We - our - us

shall - should
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Lun 11 Juin 2007, 10:48

Citation :
Gandhi et l’anglais


Le recours à une langue étrangère en Inde pour assurer l’enseignement supérieur a causé à la nation un préjudice moral et intellectuel incalculable. Nous sommes encore trop rapprochés de cette période pour mesurer l’énormité du dommage subi. Et c’est un tour de force presque impossible que d’avoir à juger nous-mêmes cette éducation dont nous sommes également les victimes. Il me faut aussi préciser les raisons qui m’ont conduit à poser de telles conclusions. Pour ce faire, le mieux est, je crois, de faire part de ma propre expérience.

Jusqu’à l’âge de 12 ans, tout l’enseignement me fut donné en gujarati, qui est ma langue maternelle. J’avais alors quelques rudiments d’arithmétique, d’histoire et de géographie. Puis, j’entrai au lycée où pendant trois années encore, je reçus mon enseignement dans la langue maternelle. Mais le rôle du professeur était de faire rentrer l’anglais dans la tête des élèves par tous les moyens. C’est pourquoi plus de la moitié de notre temps se passait à étudier l’anglais et à maîtriser l’orthographe et la prononciation si arbitraires de cette langue. Je découvris avec tristesse qu’il me fallait apprendre une langue dont la prononciation ne correspondait pas à l’orthographe. Quelle drôle d’expérience que d’avoir à apprendre par coeur l’orthographe des mots. Mais c’est là une parenthèse sans grand rapport avec mon sujet. Donc, quoi qu’il en soit, au cours de ces trois premières années de lycée tout se passa relativement bien.

Le supplice commença avec la quatrième année. Il fallait tout apprendre en anglais géométrie, algèbre, chimie, astronomie, histoire et géographie. La tyrannie de l’anglais s’étendait si loin qu’il fallait passer par cette langue et non par la nôtre pour apprendre le sanskrit ou le persan. Si un élève s’exprimait dans sa propre langue, le gujarati, on le punissait. II n’importait nullement au professeur que l’enfant parlât mal l’anglais et qu’il fût incapable de le prononcer correctement ou de le comprendre parfaitement. Pourquoi le maître aurait-il dû s’en inquiéter ? Lui-même parlait un anglais qui était loin d’être parfait. Il ne pouvait pas en être autrement. L’anglais était une langue étrangère aussi bien pour lui que pour ses élèves. Le résultat était catastrophique. On nous donnait à apprendre par coeur beaucoup de choses que nous étions loin de toujours comprendre parfaitement et qu’il nous arrivait même souvent de ne pas comprendre du tout. La tête me tournait quand le professeur s’escrimait à nous faire comprendre ses démonstrations de géométrie. Je n’ai d’ailleurs pas saisi un traître mot de cette discipline avant d’avoir atteint le treizième théorème du premier livre d’Euclide (sic). Et je tiens à avouer au lecteur que malgré tout mon amour pour ma langue maternelle, je ne sais pas encore, arrivé à ce jour, traduire en gujarati les termes techniques de géométrie, d’algèbre, etc. Je sais à présent que si l’enseignement avait pu se faire en gujarati, et non en anglais, il m’aurait suffi largement d’une seule année au lieu de quatre pour en apprendre tout autant en arithmétique, en géométrie, en algèbre, en chimie et en astronomie. La compréhension de ces matières m’aurait paru plus facile et plus claire. Mon vocabulaire en gujarati aurait été plus riche. On aurait pu, chez moi, profiter de ces connaissances. Mais le fait de les avoir acquises en anglais créait une barrière infranchissable entre ma famille et moi, car eux n’étaient pas passés par des écoles anglaises. Mon père ignorait tout de ce que je faisais. Même si j’avais voulu, je n’aurais pu l’intéresser à ce que j’étudiais. Car, malgré sa grande intelligence, il ne savait pas un mot d’anglais. Ainsi, je devenais rapidement un étranger dans ma propre maison. J’étais certainement devenu quelqu’un ! Même dans ma manière de m’habiller il se produisait d’imperceptibles changements. Ce qui m’arrivait là n’avait rien d’exceptionnel. C’était le cas d’un grand nombre de mes camarades.

Les trois premières années de lycée ajoutèrent peu à mon bagage de connaissances générales. Elles étaient destinées à nous préparer à recevoir tout enseignement en anglais. Ces lycées étaient des écoles pour la conquête culturelle qu’opéraient les Anglais. Le savoir acquis par les trois cents garçons de mon école correspondait en fait à une conquête limitée. On ne pouvait pas le transmettre à l’ensemble du peuple. Un mot sur la littérature. Nous devions apprendre plusieurs livres de poésie et de prose anglaises. Nul doute que tout ceci était fort beau. Mais ces connaissances ne m’ont été d’aucune utilité pour servir mon peuple ou me rapprocher de lui. Je suis dans l’impossibilité de dire qu’il me manquerait un trésor précieux si j’ignorais tout de la poésie et de la prose anglaises. Si, à la place, j’avais passé ces précieuses sept années à maîtriser le gujarati et si, en même temps, j’avais appris en gujarati les mathématiques, les autres sciences et le sanskrit, il m’aurait été facile de faire profiter mon entourage de mes connaissances. J’aurais pu enrichir le lexique gujarati et qui sait, si avec mon acharnement coutumier et mon amour démesuré pour mon pays et ma langue maternelle, je n’aurais pas réussi à servir les hommes d’une manière plus féconde et plus large ? Il ne faut pas me prêter l’intention de vouloir dénigrer l’anglais ou sa noble littérature. Les colonnes du Harij en témoignent suffisamment en faveur de mon amour de l’anglais. Mais la noblesse de sa littérature ne peut être guère plus utile à la nation indienne que le climat tempéré de l’Angleterre ou son paysage. L’Inde doit s’épanouir sous un climat, dans un cadre et selon une littérature qui lui appartiennent en propre, même si tous trois ne valent pas ceux qu’on trouve en Angleterre. Nous devons, nous et nos enfants, bâtir sur notre propre héritage. Nous l’appauvrissons dans la mesure où nous empruntons à celui d’un autre. Les nourritures qui viennent de l’étranger ne pourront jamais nous faire grandir. Je tiens à ce que le pays parvienne à la connaissance des trésors d’une culture étrangère au moyen de ses langues vernaculaires. Je n’ai pas besoin d’apprendre le bengali pour connaître les beautés de l’oeuvre incomparable de Rabindranath. Je peux y avoir accès grâce à de bonnes traductions. Ceux qui parlent gujarati n’ont pas à étudier le russe pour apprécier les nouvelles de Tolstoy. Ils peuvent en prendre connaissance dans une bonne traduction. Les Anglais se vantent de pouvoir, en une semaine, publier les meilleures productions de la littérature mondiale et les mettre à la disposition de leurs lecteurs traduites dans un anglais facilement accessible. Il est inutile d’apprendre l’anglais si je veux connaître ce qu’il y a de mieux dans la pensée et les écrits de Shakespeare et Milton. Ce serait faire une bonne économie que de mettre à part un groupe d’étudiants dont le travail serait d’apprendre dans les différentes langues du monde ce qu’on peut y trouver de plus précieux, et, ensuite, d’en donner la traduction dans leur langue vernaculaire. Nos maîtres s’y sont mal pris avec nous, et l’habitude aidant, l’anomalie fait figure de norme...

Les universités devraient être indépendantes. L’État ne prendrait à sa charge que ceux dont il a besoin pour ses services, et pour le reste, il encouragerait l’initiative privée. Il faudrait aussi, à tout prix et immédiatement, ne plus se servir de l’anglais pour assurer l’enseignement, mais redonner aux langues de chaque province la place qui leur convient. Je préférerais assister à la désorganisation temporaire de l’enseignement supérieur plutôt que de voir se perpétuer jour après jour ce gâchis criminel...


Dernière édition par le Lun 11 Juin 2007, 11:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Lun 11 Juin 2007, 10:55

L'avis de Claude Hagège :

« Aux yeux d'un linguiste professionnel, l'anglais est l'une des langues les
plus difficiles du monde. Sa domination actuelle est avant tout l'expression de la suprématie économique et politique des États-Unis et du monde anglophone en général. Elle n'a donc intrinsèquement rien de fatal ni d'irréversible.
...
Il faut ajouter que l'anglais est une des langues les plus diffi­ciles à
apprendre. Comme di­sait Churchill : « L'anglais est une langue très facile à parler mal. » Il existe bien peu de langues pour lesquelles on mette autant de temps à passer pour un autochtone. Les choses sont beaucoup moins longues avec le russe ou l'arabe. L'anglais est une langue extrêmement “traî­tresse” avec son absence ap­parente d'inflexion et la grande quantité de mots monosylla­biques. Dire qu'elle est une langue facile est une énorme sottise.
...
Cette réputation de l'anglais comme langue facile est une totale imposture et un total mensonge. C'est une langue d'une extrême complexité. Une preuve: la grande difficulté qu'éprouvent les non-autochtones à comprendre et à employer les innombrables expressions idiomatiques que beaucoup d'anglicistes éminents ne connaissent pas. Non, je vous assure, c'est une langue très, très difficile.
Encore n'ai-je rien dit de sa prononciation! Rares sont les langues où il est
aussi difficile de se faire passer pour un autochtone!".
»
Revenir en haut Aller en bas
Curbud



Masculin Messages : 325
Inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Lun 11 Juin 2007, 12:12

Bon!! Alors restons sur une chose vous voulez bien: La difficulté de l'Anglais par rapport au Français, d'où son choix en Science!

Alors, il faut savoir que l'anglais scientifique est très facile! Cela n'a rien à voir avec l'anglais littéraire!! Les termes scientifiques français sont dans la plupart des cas similaires en anglais (électrophorèse - electrophoresis, embryo - embryon...)
L'avantage de l'anglais sur le français ou d'autres langues latines, c'est surtout les verbes!!

Exemple en anglais: carry out an experiment (effectuer, faire, mener une expérience)

I carry out an experiment
You carry out an experiment
He, She, It carries out an experiment
We carry out an experiment
You carry out an experiment
They carry out an experiment

Maintenant en français:

J'effectue une expérience
Tu effectues une expérience
Il, Elle, On effectue une expérience
Nous effectuons une expérience
Vous effectuez une expérience
Ils effectuent une expérience

Citation :
Il faudrait aussi, à tout prix et immédiatement, ne plus se servir de l’anglais pour assurer l’enseignement, mais redonner aux langues de chaque province la place qui leur convient.
vous imaginez ça en Science?? Si chaque province écrit un article dans sa langue, ce n'est plus une langue qu'il faut apprendre, c'est des dizaines...!!
Comment lire les travaux des autres??

Citation :
Dans le passé c'était pas parfait, mais on rédigeait en anglais, en allemand (relativité), en français (pasteur), et ça ne posait pas de problèmes, il suffit de comprendre les autres langues passivement. Cela dit je pense que l'espéranto devrait avoir un rôle à jouer lors de congrés avec plusieurs langues maternelles. Et je vous signale que le français n'est pas plus dur que l'anglais, leurs difficultés sont très différentes, c'est tout.
L'avantage par rapport à aujourd'hui, c'est que les découvertes et avancées technologiques vont beaucoup plus vite grâce à la collaboration de tous les scientifiques que du temps de Pasteur ou Einstein! Les communications aussi (internet...) permettent ces échanges mais à condition qu'une seule et unique langue soit utilisé!!

Demain, le monde scientifique adopte le français, je serais le plus heureux, mais je dois reconnaître que l'anglais scientifique offre la meilleure alternative dans le système où l'on se trouve!!

A un moment donné, vous donnez les heures d'apprentissage nécessaire pour avoir un bon niveau en anglais et en espéranto!! Ces nombres d'heure sont comme vous le dites faites pour des francophones! Je doute que cela soit la même chose pour des germaniques ou scandinaves!!

Quand on parle de langue UNIVERSELLE, il ne faut pas se restreindre à regarder qu'une partie de la population mondiale, mais TOUT LE MONDE!!


Dernière édition par le Lun 11 Juin 2007, 17:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Lun 11 Juin 2007, 17:03

J'y répondrai demain. Smile En attendant, la suite de l'article. Smile

Citation :
Dans le contexte asiatique, une telle affirmation n’a aucun sens. La croyance assez répandue que la connaissance de l’anglais apporte la prospérité n’est pas vérifiée par les faits. En Asie du sud-est, par exemple, les Philippins sont de loin ceux qui connaissent le mieux cette langue et, pourtant, 40 % de la population des Philippines vit avec moins d’un euro et demi par jour ! Les compagnies chinoises au Vietnam engagent préférentiellement des Vietnamiens connaissant le chinois. Les Vietnamiens qui veulent travailler sur les projets de grande envergure de développement logiciel pour les Japonais doivent en priorité apprendre le japonais et aussi obtenir certains certificats attestant qu’ils maîtrisent les normes et les exigences de développement japonaises pour l’écriture des logiciels. Dans leurs succursales asiatiques, les investisseurs japonais et leurs homologues chinois font la promotion de leurs langues respectives, dont la connaissance devient indispensable pour les gestionnaires locaux et le personnel de direction. Il est également intéressant de noter que les étudiants japonais inscrits en premier cycle dans les universités américaines, en science et en technologie, dont les Américains pensent qu’ils y sont pour bénéficier ainsi d’un système éducatif supérieur en qualité, sont en fait ceux qui ont échoué au concours d’entrée des universités nationales japonaises les plus prestigieuses !
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Lun 11 Juin 2007, 19:15

Curbud a écrit:
Quel est le problème avec l'anglais... étant dans une filière scientifique tous les articles doivent être rédigé en anglais...

Je ne pense pas que cela soit par pression quelconque... bien sur la première puissance mondiale parle l'anglais, et de nombreux chercheurs sont anglophones...!!

L'utilisation de l'anglais reconnu comme langue universel dans tous les domaines, pas que la Science, permet d'être lu par tout le monde!!

Les grands journaux scientifiques et les banques de données (SwissProt, EMBL...) rédigent tous en anglais!!

Prenons le problème différemment! Demain on peut rédiger en français... Les anglophones devront alors apprendre le français qui est une langue bien plus complexe que l'anglais...!!

Puis les japonnais, pourquoi devrait(il a leur tour parler le français ou l'anglais et pas le japonais... et les bulgares... et ainsi dessuite!!

L'anglais a été choisi par sa facilité d'apprentissage par rapport aux autres langues latines ou asiatiques qui sont bien plus complexes et beaucoup moins usitées dans le monde scientifique!!

Je partage l'avis de Curbud. Il faut bien une langue internationale.

Or les Anglais sont historiquement le peuple qui a le plus répandu sa langue grâce à son empire colonial...

Jadis, ce fut le latin, puis le Français.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Lun 11 Juin 2007, 19:47

Cela (votre soutien sans condition à l'anglais) n'a pas de rapport ni avec les arguments exposés, ni avec les problèmes que je soulève, que vous considérez sans doute comme ridicules. Je trouve même (c'est certes subjectif) que votre intervention manque de délicatesse à mon égard. Autant dire en substance : « Cause toujours avec tes conneries, la raison du plus fort doit s'appliquer ! »

Toutefois je vous répondrai demain (et pas en 3 lignes)

Cordialement

Wàng
Revenir en haut Aller en bas
Curbud



Masculin Messages : 325
Inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Lun 11 Juin 2007, 19:52

Citation :
« Cause toujours avec tes conneries, la raison du plus fort doit s'appliquer ! »
Non c'est pas ça dutout! Moi je soutiens l'utilisation dans le domaine scientifique, d'une langue universelle qui pour moi doit y être pour beaucoup dans les avancées médicales par la possibilité d'échange qu'elle offre aux scientifiques de tout pays!!!

Citation :
Je trouve même (c'est certes subjectif) que votre intervention manque de délicatesse à mon égard.
Si ne pas partager vos idées sur la chose c'est faire preuve de manque de délicatesse, que dire de ça:

Citation :
Cher Coca-Colonisé,

tout en respectant votre personne (mais pas vos idées), je répondrai aux lieus communs et aux anneries qui vous tiennent lieu d'arguments plus tard (pb de connexion). Ainsi que la suite de l'article.

malideane

Wàng
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Lun 11 Juin 2007, 19:59

Ma remarque s'adressait à Arnaud, pas à vous, puisque j'arrive à discuter avec vous même s'il y a du chemin. ;) La moindre des politesses, c'est d'écouter les arguments de l'autre. Cette façon de débattre en terrain inconnu avec des idées toutes faites est révélatrice d'une mentalité qui m'effraie (cf le roman 1984 cité en haut du fil).
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Lun 11 Juin 2007, 20:01

A demain
Revenir en haut Aller en bas
Curbud



Masculin Messages : 325
Inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Lun 11 Juin 2007, 20:02

Citation :
Cette façon de débattre en terrain inconnu avec des idées toutes faites est révélatrice d'une mentalité qui m'effraie (cf le roman 1984 cité en haut du fil).
Etes vous dans un domaine scientifique?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Lun 11 Juin 2007, 20:07

Curbud a écrit:
Citation :
« Cause toujours avec tes conneries, la raison du plus fort doit s'appliquer ! »
Non c'est pas ça dutout! Moi je soutiens l'utilisation dans le domaine scientifique, d'une langue universelle qui pour moi doit y être pour beaucoup dans les avancées médicales par la possibilité d'échange qu'elle offre aux scientifiques de tout pays!!!]

Je suis d'accord. L'anglais est de fait une langue complexe et pauvre.

L'esperanto peutêtre une solution, mais aussi le Français.

Cependant, de fait, l'Histoire semble aller vers l'anglais car c'est la langue la plus connue au monde.

Or notre société va vers ce qui est rapide et efficace...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Mar 12 Juin 2007, 10:11

Cher Curbud, je vais tenter de répondre à vos arguments de façon quantitative...

Citation :
Bon!! Alors restons sur une chose vous voulez bien: La difficulté de l'Anglais par rapport au Français, d'où son choix en Science!

Note : en français, les noms de langues ne prennent pas de majuscule...vous mélangez ici les règles de l'anglais et du français. ;)

Citation :
Alors, il faut savoir que l'anglais scientifique est très facile!

Euh...une langue facile, ça s'apprend chez soi, devant son ordinateur, en quelques mois. Smile Pas suite à 10 ans d'apprentissage scolaire suivis une longue immersion. En plus, il ne devrait pas être nécessaire de se faire relire par des natifs. Même les profs chercheurs qui vantent l'anglais comme solution géniale reconnaissent être toujours comme un lourd handicap à la base de devoir publier en anglais pour être reconnu...et je ne parle pas des rencontres « internationales », où les natifs occupent le plus clair du temps à se renvoyer la balle...maitriser à fond une langue, ce n'est pas la trouver fastoche, mais pouvoir répondre du tac au tac sans être ridicule, avec les mêmes nuances que dans sa langue maternelle. Smile Et pas faire connaitre le vide intersidéral régnant dans sa tête. Il ne suffit pas de savoir bien lire (purement passif) et de vaguement comprendre la pensée de l'auteur non plus... Même les nordiques, qui n'ont pas d'autre choix que d'apprendre de façon intensive une langue dominante (dès le plus jeune âge, télévision retransmettant des programmes angloaméricains non doublés, invasion de l'anglais comme support d'enseignement jusque dans le secondaire, au point que leur langue se vide des termes médicaux et scientifiques), ne maitrisent pas l'anglais comme les angloaméricains en dépit du fait de la parenté de leur langue maternelle à l'anglais.

article sur l'anglais en Scandinavie

Citation :
SCANDINAVIE • Les langues des Vikings en voie de disparition ?

Si la presse scandinave s'accorde à dire qu'il faut défendre à tout prix les langues des Vikings, elle n'arrive pas à s'entendre sur le rôle de l'anglais dans les sociétés scandinaves. Officialiser l'usage d'une langue étrangère, est-ce une menace ou une nécessité ?



DR


"Tout le monde parle de la langue, mais personne ne fait rien. Il faut bien entendu défendre la langue suédoise, mais contre quoi ? Le véritable danger ne vient pas des banlieues défavorisées, mais des universités, des entreprises et des ministères."

Cet avertissement du quotidien suédois Dagens Nyheter souligne que "si la langue nous donne la possibilité de communiquer sur un plan individuel, elle nous oblige à respecter des règles de communication collective". De plus, observe l'éditorialiste, "modifier une langue de façon importante exige un temps considérable. Les accents multiculturels au sein de notre société peuvent très bien exister à côté de la langue officielle sans que cette dernière connaisse jamais des changements importants."

Dès lors, pour le journal libéral, "ce n'est pas le tant décrié 'suédois des banlieues' qui menace le plus la langue nationale, mais l'anglais, qui s'introduit lentement mais sûrement dans nos écoles et entreprises, alors que se poursuivent les débats plus ou moins inutiles sur la place des accents multiculturels en Suède".

En effet, "pourquoi un chercheur à l'université doit-il mettre en exergue ses théories dans une langue qu'il ne maîtrise pas [en l'occurrence l'anglais] plutôt que rédiger dans sa langue maternelle, puis avoir recours à un traducteur professionnel ? Pourquoi, dans les établissements dispensant des programmes scolaires internationaux, les instituteurs sont-ils obligés d'enseigner en utilisant un anglais médiocre ?" se demande l'éditorialiste.

"Parce qu'un petit peuple parlant une langue pas très répandue peut ainsi élargir ses perspectives économiques et politiques", réplique le quotidien suédois Expressen. "L'anglais ne nous permet pas seulement de nous faire comprendre et d'exercer une influence sur le plan international, il peut également nous être utile dans les milieux d'affaires pour réaliser des bénéfices et attirer des investissements sur le territoire suédois", insiste le journal populaire, pour qui "emprunter aux autres langues est un signe de vitalité".

Encore faut-il maîtriser la langue anglaise, remarque le quotidien norvégien Aftenposten, commentant un rapport universitaire récemment publié qui montre que l'apprentissage des langues étrangères, et surtout de l'anglais, représente un obstacle significatif pour les Norvégiens. "Pour un pays qui aime à se vanter de ses connaissances linguistiques, cette information a fait l'effet d'une douche froide", s'exclame l'éditorialiste.

"Peu de nations sont aussi bien intégrées dans les affaires internationales que la Norvège, que ce soit pour le commerce, la culture ou le tourisme, et le besoin de savoir bien parler l'anglais devient de plus en urgent." Pour cette raison, insiste le journal de droite, "il est regrettable de constater que ces lacunes linguistiques ont causé maints malentendus, notamment des pertes de clients". Alors, en guise de conclusion, l'éditorialiste appelle tout simplement à "plus d'anglais à l'école !"

Citation :
Le professeur Jan Svartvik écrivait dans son livre (→ Sources.) «dans plusieurs lycées suédois, on voit apparaître un enseignement bilingue, c'est-à-dire, un enseignement qui s'accomplit en anglais, non seulement pendant les cours d’anglais mais également dans d’autres cours comme la physique, les mathématiques et l’histoire. L’idée est sans aucun doute bonne: faire utiliser l’anglais aux élèves comme un outil fonctionnel pour devenir bilingue «pour de vrai». Cependant, un enseignement général dispensé en anglais à des élèves qui ont le suédois pour langue maternelle peut avoir des effets négatifs…

Faire usage de l’anglais comme langue de classe pendant les cours de physique par exemple peut souvent conduire à un emploi de la langue moins nuancé et donc à une approche plus superficielle du sujet étudié. Les étudiants de langue anglaise qui participent à des cours dispensés en anglais par des professeurs de langue suédoise se plaignent souvent de la pauvreté du langage utilisé qui baisse le niveau d’enseignement et qui rend les cours vides d’intérêts…

… Une condition pour que l’anglais soit utilisé dans l’enseignement est que les professeurs aient eux-mêmes un bon niveau d’anglais. Une étude menée dans un lycée suédois a montré que les professeurs n’avaient pas de connaissances linguistiques suffisantes et que ceux-ci ne donnaient pas d’exemples clairs sur les avantages à utiliser l’anglais dans l’enseignement…

Citation :
Dans le cadre d’une étude réalisée en 2000, 111 médecins généralistes danois, suédois et norvégiens ont lu le même article synoptique pendant 10 minutes. La moitié l’a lu dans sa langue maternelle, l’autre moitié en anglais. Des questions étaient posées tout de suite après la lecture. En général, tous les médecins danois, norvégiens et suédois sont relativement à l’aise avec la langue anglaise grâce à l’enseignement reçu à l’école et grâce également à la télévision, aux films. De plus, leur langue est une parente de l’anglais. Ils lisent également des ouvrages d’études en anglais, sont abonnés à des revues médicales en anglais. Dans le cadre de cette étude, les médecins avaient indiqué qu’ils comprenaient tous l’anglais. 42% d’entre eux avaient même signalé qu’ils lisaient chaque semaine des communiqués en anglais.

Cette étude a révélé que les résultats obtenus par les médecins ayant lu l’article dans leur langue maternelle étaient bien meilleurs que ceux obtenus par la lecture du texte anglais. Les médecins qui avaient lu le texte en anglais avaient perdu 25% des informations que s’ils l’avaient lu dans leur langue maternelle. Läkartidningen numéro 26-27, 2002, revue spécialisée destinée aux médecins suédois.

http://www.2-2.se/fr/index.html#toc
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Mar 12 Juin 2007, 10:38

Citation :
Alors, il faut savoir que l'anglais scientifique est très facile! Cela n'a rien à voir avec l'anglais littéraire!!

Cher Curbud, je ne parle pas de l'anglais littéraire, mais de l'anglais parlé à un niveau suffisant pour que le handicap et le ridicule ne soient pas trop lourds vis-à-vis des natifs. Smile

Citation :
Les termes scientifiques français sont dans la plupart des cas similaires en anglais (électrophorèse - electrophoresis, embryo - embryon...)

C'est parce qu'il s'agit de mots internationaux, qui seront aussi les mêmes dans d'autres langues. Smile Et si en anglais beaucoup de mots dérivent du vieux français, nous qui avons déjà du mal, vous imaginez la tâche du hongrois qui ne reconnait rien ? Quel est le pluriel d'electrophoresis ? Est il régulier ? ;)

Citation :
L'avantage de l'anglais sur le français ou d'autres langues latines, c'est surtout les verbes!!

Non, ça c'est surtout le gros point faible du français (avec les langues latines), la complexité de sa conjugaison, que je vous concède aisément. Smile Mais l'anglais se rattrape largement dans d'autres domaines. Smile Si votre critère c'est la conjugaison, choisissez le chinois : il n'y a pas de conjugaison (moi faim) et qu'un seul verbe irrégulier, la négation du verbe avoir. Smile

Pour en revenir à la conjugaison anglaise, qui est beaucoup plus délicate à manier que ce qu'on dit (une fois vues les règles de base, comme dans le globiche où on n'utilise pas certains temps) : 9 temps pour le passé (et c'est pas parce qu'on sait différencier dans sa langue je suis allé, j'allai, j'allais, qu'on maitrise les nuances et qu'on manie aisément entre went, has(ve) gone, used to go, was going, has been going, had gone, would go), 283 VI (contre 1 pour le chinois, 0 pour l'eo, 81 pour le français, 46 pour l'espagnol). En tout : près de 600 formes verbales, contre 2000 pour le français et 12 pour tout exprimer en eo. L'apprentissage de l'accent : toujours sur la dernière syllabe du verbe en français, à apprendre avec chaque verbe particulier (et ses variantes flexionnelles) en anglais.

Vous me citez un exemple de verbe à post position. Smile Un exemple à moi :

Citation :
You make it up.
You make up your mind.
You make up to go out.
You make up roads!?!
You make up the money you owe me.

Avec à chaque fois la postposition qui donne un sens différent (idiomatique). Smile Cherchez dans le dico à set, vous aurez 200 traductions avec les flexions post verbales. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences   Mar 12 Juin 2007, 10:46

Le gros problème de l'anglais, en sciences comme ailleurs, c'est son imprecision, cf Sapir :

Citation :
L’imprécision de l’anglais

La langue anglaise est de nature hybride, dont l’origine est germanique, mais son lexique a été considérablement latinisé et sa syntaxe d’origine a été simplifiée au point que d’innombrables idiotismes ont dû être créés pour remplacer ce qu’elle ne pouvait plus exprimer. Ainsi, s’il est facile d’apprendre des rudiments d’anglais, cette langue ne se maîtrise vraiment qu’après plusieurs années de vie en pays anglophone puisque les idiotismes ne peuvent être vraiment appris que dans ce contexte.

L’anglais est donc la langue la plus facile à mal parler et cela se vérifie dans presque tous les pays du monde où l’anglais est largement utilisé avec les étrangers qui ne connaissent pas la langue du pays.

Le linguiste américain Sapir a démonté le mythe que l’anglais pourrait présenter les caractéristiques d’une grande langue internationale [3]. Du point de vue de la simplicité, de la régularité, de la logique, de la richesse et du pouvoir créateur, il écrit :

" En ce qui concerne la simplicité, il est exact que la structure formelle de l’anglais n’est pas aussi complexe que celle de l’allemand ou du latin, par exemple, mais cette constatation n’épuise pas le problème. Un débutant en anglais trouve cette langue facile parce qu’il n’a pas beaucoup de paradigmes à apprendre mais il constate bientôt, à ses dépens, que cette impression de facilité est illusoire et, qu’en fait, l’absence même de signaux grammaticaux explicites est pour lui une source continuelle de difficultés.

A titre d’exemple, une des particularités souvent invoquées pour mettre en évidence la “simplicité” de l’anglais est le fait qu’un même mot peut être utilisé à la fois comme nom et comme verbe. Ainsi est le mot “cut” qui est un nom dans “a cut of meat” (une tranche de viande) et un verbe dans “to cut the meat” (couper la viande), même chose pour les mots “kick” ou “ride”. Toutefois, un examen un peu plus approfondi nous révèle que cette “facilité” est un mirage.

Tout d’abord, dans quel sens un verbe peut-il être utilisé comme un nom ? Dans le cas de “take a ride” ou “give a kick”, le nom indique l’acte lui-même, mais dans le cas de “to have a cut on the head” (avoir une blessure à la tête), le nom n’indique plus l’acte lui-même, mais le résultat de l’acte. Dans ce dernier cas, un couteau ou tout autre objet a coupé la peau du sujet et le nom “cut” se rapporte à la blessure ainsi produite ; dans “a cut of meat”, il désigne la portion de viande qui a été détachée par l’acte de découpage.

Quiconque prend la peine d’examiner ces exemples avec soin s’apercevra que derrière une simplicité apparente se dissimule une foule de règles d’usage bizarres et arbitraires. Ces difficultés échappent bien évidemment aux anglophones, mais elles déconcertent un étranger dont la langue maternelle possède des structures totalement différentes.
Revenir en haut Aller en bas
 
Espéranto et hégémonie de l'anglais dans les sciences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le pape souhaite de joyeuses Pâques en espéranto
» L'espéranto, langue universelle?
» Traduire les albums de Tintin
» espéranto?
» Espéranto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives: Histoire, Philosophie et Spiritualité-
Sauter vers: