DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Méditation dominicale : Le petit âne et les pharisiens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dominique



Messages : 1126
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Méditation dominicale : Le petit âne et les pharisiens   Dim 01 Avr 2007, 23:28

Evangile des Rameaux, Lc 19, 28-40

Il marchait devant en montant vers Jérusalem. Et il arriva, comme il approchait de Bethphagé et Béthania vers la montagne appelée des Oliviers, qu'il envoya deux des disciples, disant :
"Allez vers le village en face, en y entrant vous trouverez un petit âne attaché. Personne ne s'est jamais assis sur lui. Détachez-le et amenez-le. Et si quelqu'un vous demande : 'Pourquoi le détachez-vous?', vous direz ainsi : ' Parce que le Seigneur a besoin de lui'.
Les envoyés partirent et trouvèrent comme il leur avait dit. Comme ils détachaient le petit âne, ses maîtres leur dirent :
"Pourquoi détachez-vous le petit âne?"
et ils dirent :
"Parce que le Seigneur a besoin de lui",
et ils le menèrent à Jésus, jetèrent leurs manteaux sur le petit âne et firent monter Jésus. Tandis qu'il avançait, ils étendaient leurs manteaux sur la route.
Comme il approchait déjà de la descente du mont des Oliviers, toute la foule des disciples se mirent, joyeux, à louer Dieu à grande voix pour toutes les puissances qu'ils avaient vues, disant :
"Béni Celui qui vient, le Roi, dans le nom du Seigneur !
Paix dans le ciel, et gloire dans les hauteurs !"
Et certains des pharisiens lui dirent, depuis la foule :
"Maître, réprimande tes disciples !",
et répondant il dit :
"Je vous dis, si eux se taisent, les pierres crieront".



Jésus manifeste ici sa puissance.
Jamais il ne se confond avec le reste des hommes : il marche devant. Il donne des ordres. Il voit à distance dans le temps et l'espace. Il emprunte le bien d'autrui, comme si tout lui appartenait, et tout le monde semble trouver cela normal. Il parle de lui-même en disant "le Seigneur". Il trouve normal de recevoir des honneurs royaux.

Les disciples trouvent normal d'obéir à ses ordres même étranges, et de louer Dieu pour les merveilles qu'ils ont vues. Ils sont tout simplement heureux.

Le petit âne, dans son humilité, trouve normal qu'on l'emmène ici ou là. Il pourrait avoir peur de cette aventure, de ces inconnus, de ce poids à porter, de ces cris autour de lui. Il pourrait s'imaginer être le héros de la fête. Mais certainement il se contente de remplir sa mission de son mieux.
Dans Matthieu et Marc, Jésus promet de rendre le petit âne à ses propriétaires juste après, mais ici, chez Luc, il ne promet rien. On ne sait pas ce que deviendra le petit âne. Ceux que Dieu appelle à son service ne savent pas où il les emmène. Brisant les liens légitimes, il prend ceux dont il a besoin : c'est lui qui décide.

Peu de jours après cette manifestation, celui qui aujourd'hui est dans le rôle du roi vainqueur sera alors dans le rôle du petit âne, l'enfant innocent et humble, mené à travers la ville, portant quelque chose de lourd, et accompagné des cris de la foule, peut-être la même.
Il sait sûrement cela, lui qui voit dans le temps et l'espace. Mais aujourd'hui, il partage la joie de ses amis. Chaque chose en son temps.
Aujourd'hui, il est le Bien-Aimé du Cantique, Celui-qui-vient. Il est le Roi Messie tant attendu.
"La sainte Vierge n'a eu ni triomphe, ni miracle. Son fils n'a pas permis que la gloire humaine l'effleurât, même du plus fin bout de sa grande aile sauvage" (Bernanos). Mais Jésus, lui, a son heure de gloire aujourd'hui. Gloire humaine, mais surtout divine, bien sûr, avec toutes ces harmoniques bibliques, toutes ces références à l'Ancien Testament qu'on sent à tout moment derrière ce récit.
Juste avant les Rameaux, l'évangile de Jean décrit l'onction de Béthanie, autre moment de douceur où Jésus reçoit les marques d'amitié de Marie, sœur de Marthe et de Lazare.
L'amitié, une oasis pour prendre des forces avant d'affronter l'épreuve.

Les pharisiens, toujours rabat-joie, sont les seuls à ne pas trouver naturel ce qui se passe. C'est qu'ils comprennent parfaitement, eux, la signification messianique de la scène, et ils voudraient l'empêcher, mais ce n'est pas possible, comme le suggère l'étrange réponse de Jésus :"Si eux se taisent, les pierres crieront".

Immédiatement après ce texte de Luc, Jésus arrivant en vue de Jérusalem se met à pleurer sur la ville. La fête est finie. La Passion va commencer.

(méditation écrite en groupe. Rédactrice principale : Dominique)
Revenir en haut Aller en bas
 
Méditation dominicale : Le petit âne et les pharisiens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Méditation dominicale : De la richesse
» Méditation dominicale 234: Transfiguration
» Méditation dominicale: Le bon Pasteur.
» Méditation dominicale: L'eau vive.
» Méditation dominicale: Le bon grain et l’ivraie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives : Théologie dogmatique, morale et divers-
Sauter vers: