DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 méditation dominicale : Qui regarde vers lui resplendira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dominique



Messages : 1126
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: méditation dominicale : Qui regarde vers lui resplendira   Dim 04 Mar 2007, 13:11

Evangile du 4 mars 2007, 2ème dimanche de carême
Lc 9, 28b-36

…prenant Pierre et Jean et Jacques, il monta sur la montagne pour prier.
Et pendant qu'il priait, l'apparence de son visage devint différente, et ses vêtements blancs lançant des éclairs.
Et voici, deux hommes parlaient avec lui, qui étaient Moïse et Elie. Ceux-ci, apparaissant dans la gloire, parlaient de son exode qu'il allait accomplir à Jérusalem.
Pierre et ceux avec lui étaient alourdis de sommeil, mais restant éveillés ils virent sa gloire et les deux hommes qui étaient avec lui.
Et il arriva, pendant qu'ils le quittaient, Pierre dit à Jésus :
"Chef, c'est beau que nous soyons ici, et faisons trois tentes, une pour toi et une pour Moïse et une pour Elie", ne sachant ce qu'il dit.
Pendant qu'il disait cela, il arriva une nuée et elle les couvrit d'ombre. Ils eurent peur en entrant dans la nuée. Et une voix vint de la nuée, disant :
"Lui, c'est mon Fils, le choisi. Ecoutez-le".
Et pendant qu'il y eut la voix, Jésus se trouva seul.
Et eux se turent, et à personne en ces jours-là ils n'annoncèrent rien de ce qu'ils avaient vu.
(traduction personnelle)



"Pendant qu'il priait, l'apparence de son visage devint différente, et ses vêtements blancs lançant des éclairs".
Jésus priait pendant des nuits entières, et ne voyait que son Père. Si les apôtres en avaient fait autant, ils n'auraient même pas remarqué la Transfiguration.
Peut-être que s'ils avaient prié avec la même intensité, ils seraient eux aussi devenus lumineux.
"Qui regarde vers lui resplendira, sans ombre ni trouble au visage", dit un psaume bien connu des fidèles de l'adoration eucharistique. Les moines et moniales, les personnes qui prient beaucoup, ont une sorte de rayonnement, une beauté qui est un reflet de Celui qu'ils contemplent. On devient plus ou moins ce qu'on regarde, c'est pourquoi il est important de bien choisir ses spectacles, ses lectures, ses fréquentations, ses pensées. Combien de parents veillent à ce que leurs enfants soient propres et bien nourris, mais les laissent tremper leur âme dans la boue !
Jadis on recommandait aux femmes enceintes de regarder de belles choses, des œuvres d'art, pour que l'enfant soit beau. C'était un peu naïf, mais il y a certainement quelque chose de juste dans cette préoccupation.

Comme partout dans les Evangiles, et ici plus qu'ailleurs, ce texte est plein de références bibliques, avec Pâques en filigrane.
L'Ancien Testament est explicitement présent dans cette scène, les apôtres reconnaissent très bien Moïse et Elie et n'ont même pas l'air étonnés de les voir là.
Jésus monte sur la montagne pour rencontrer Dieu, comme Moïse avant lui, et comme Moïse, Jésus devient lumineux à cause de la présence de Dieu sur la montagne.
Comme Moïse, Jésus va accomplir un exode (le mot est dans le texte) et une Pâque.
Comme à Gethsémani, Jésus prie pendant une nuit entière, et en compagnie des trois mêmes apôtres qui luttent décidément contre le sommeil.
La voix venue du ciel est la même qui au baptême de Jésus déclarait : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis tout mon amour". On peut remarquer que le Père et la mère de Jésus sont d'accord sur ce point (comme sur tous les autres) : l'un dit : "Ecoutez-le", et l'autre : "Faites tout ce qu'il vous dira". C'est une famille où on s'entend et où on s'aime : le Père regarde le Fils et le Fils regarde le Père.
L'évangélisation est sous-entendue dans le mot "annoncer", qui en grec est de la même famille que "évangile" : ils n'évangélisent pas maintenant car ce n'est pas le moment, mais ils évangéliseront plus tard.
La nuée qui les couvre d'ombre et de frayeur est la même que celle de l'Annonciation : c'est la redoutable présence de Dieu, qui est à la fois une lumière éblouissante et une ombre qui fait peur. Rencontrer Dieu amène la peur, l'obscurité, la solitude et le silence. Et aussi, la gloire et l'émerveillement.
Et au milieu de ces manifestations grandioses, Pierre est attendrissant avec ses préoccupations scoutes, planter des tentes pour les hôtes de marque ! C'est peut-être pour que ne perdions pas pied parmi ces sublimités : car nous ne sommes que des humains, et nous avons tout ce chemin à faire avant d'être, nous aussi, transfigurés.

(texte rédigé en groupe. Rédactrice principale : Dominique)
Revenir en haut Aller en bas
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Marie   Ven 09 Mar 2007, 18:12

Ma vieille voisine est morte dimanche dernier. Elle s’appelait Marie, et même Marie-Madeleine, comme la Vierge mère, bien qu’elle ne fût ni vierge, ni mère. Elle avait 82 ans. Elle vivait seule, dans ses vieux bâtiments de ferme, elle y vivait encore tout comme on vivait il y a cinquante ans. Son cœur était usé, comme un vieux moteur à bout de souffle. Elle venait d’aller mettre coucher ses deux poules, qui lui donnaient un ou deux œufs par jour ; une fois, elle en avait même eu trois dans la même journée. Elle n’a pas eu le temps de rentrer dans sa maison ; on l’a retrouvée, le lendemain matin ; à côté d’elle, la casserole dans laquelle elle avait donné leur grain à ses deux poules.
Pendant deux jours, j’ai senti la présence de son âme comme diffuse dans l’immensité du ciel. Le temps était d’un calme inhabituel. C’était comme si elle avait rejoint l’âme du monde. On ne pouvait pas distinguer si c’était son âme ou l’âme du monde qui habitait ainsi le ciel. Et qu’est-ce que c’est, Dieu, si ce n’est l’âme du monde ?
Mais le lundi matin, quand celui qui avait découvert le corps avait averti les pompiers qui étaient venus la ramasser, les corbeaux s’étaient déjà rassemblés sur les arbres d’alentour, attendant le festin qu’ils espéraient. Mais ce festin leur est passé sous le nez. Eux aussi, un de ces jours, rejoindront l’âme du monde.
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Dominique



Messages : 1126
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: méditation dominicale : Qui regarde vers lui resplendira   Sam 10 Mar 2007, 20:13

que Dieu ait son âme ange1
mourir en servant les petits et les faibles, quelle belle mort !
Revenir en haut Aller en bas
Jehan



Masculin Messages : 659
Inscription : 11/10/2006

MessageSujet: Re: méditation dominicale : Qui regarde vers lui resplendira   Dim 11 Mar 2007, 20:36

Depuis que le monde est monde, les plus sourds entendent ainsi le passage furtif de la mort ; depuis que le monde est monde les plus simples d’entre les hommes comprennent ainsi à demi mot le signe invisible que la mort fait aux vivants……

Tu nous parlais souvent Jean Pierre de ta bonne vielle voisine. Je suis désolé d’apprendre sa disparition.

Toute ma sympathie,

Jean
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: méditation dominicale : Qui regarde vers lui resplendira   Jeu 15 Mar 2007, 12:58

Un bonjour amical à tous. I love you

Cher Lagaillette, je compatis. Paix à l'âme de votre attachante voisine...! sunny Le Seigneur l'accueille dans son admirable Lumière! I love you Amen.

Vous exprimez votre ressenti de manière fort belle :

"Pendant deux jours, j’ai senti la présence de son âme comme diffuse dans l’immensité du ciel. Le temps était d’un calme inhabituel. C’était comme si elle avait rejoint l’âme du monde. On ne pouvait pas distinguer si c’était son âme ou l’âme du monde qui habitait ainsi le ciel."

Vous semblez sentir intuitivement, combien notre âme, après cette vie terrestre, "embrasse" toute chose créée, combien sa capacité de comprendre toute chose et d'aimer est multipliée par des millions de fois ce que nous connaissons... sunny cheers

Chère Dominique, je souhaiterais commenter ta traduction, ainsi que l'interprétation commune qui lui a été apportée... Ceci, en toute amitié, quand bien même ma critique pourrait être négative ; I love you bien entendu. Smile

En toute humilité aussi : je n'apporte que mon "grain de sel", c'est évident ; pour l'édification de tous, éventuellement... Rolling Eyes sunny

Ta traduction est certainement fidèle au texte, relativement au sens ; je ne suis pas latiniste et je te fais entièrement confiance. Ta démarche est louable, et je l'approuve.
Toutefois, je reprendrai les termes de français qui ne me semblent pas convenir ; tu me diras ce que tu en penses.

L'euphonie laisse à désirer dans "il monta sur la montagne" : la répétition de "monta et "monta"-gne n'est pas heureuse...
"..il gravit la montagne" semble plus approprié.

"Lançant" est incorrect, syntaxiquement ; il faut "lançait".

"Chef" me paraît irrecevable pour apostropher Jésus ; pourquoi ne pas s'en tenir à Maître, ou Seigneur? Je sais que le chef est "à la tête de ", étymologiquement, mais ici il faut le traduire autrement, le mot chef ayant une connotation autoritaire qui ne "cadre" pas avec le Christ (même s'Il "fait autorité", mais d'une autre manière).
Dans l'Ancien Testament, le Chef des armées est le Dieu des Hébreux ; mais le Christ est le Dieu des doux et des humbles : Il n'est que le "Chef" d'une Eglise d'artisans de Paix...!

"...ne sachant ce qu'il disait" : l'imparfait semble mieux convenir...

"Lui, c'est mon Fils, le choisi. Ecoutez-le". Le démonstratif neutre me paraît indésirable, ici, et inesthétique ; pourquoi ne pas dire : "Celui-ci (pronom masculin) est mon Fils, le choisi (le terme est beau!). Ecoutez-Le."?

"Et pendant qu'il y eut la voix, Jésus se trouva seul."

Cette phrase semble en contradiction de sens avec la Bible. En effet, il est dit dans Celle-ci : «Et quand la voix eut retenti, Jésus se trouva seul. » ; autrement dit, la voix retentit puis Jésus se retrouva seul : deux actions successives. Dans ta traduction, on tend à croire que tant que la voix du Père S’est fait entendre, Jésus est demeuré seul (les apôtres ayant sombré dans un profond sommeil) : deux actions simultanées (qui ont lieu en même temps).

Pour le « rythme » et l’esthétique de la phrase, je proposerais, par ailleurs : « Après que la voix eut retenti, Jésus apparut seul. »



Voilà pour mes remarques sur la forme. J’ai apprécié divers passages de ta traduction, comme je l’ai laissé entendre – entre autres, la dernière phrase. Bravo ! cheers

Concernant le commentaire, il m’a paru contenir de très bons éléments, et quelques-uns moins bons – toujours en toute humilité… Je sais qu’il est le fruit d’une réflexion commune.

La prière nous transforme, nous transfigure…, cela est vrai. Je citerai un auteur poétique : « Que ton cœur devienne un lac d’étoiles afin que Dieu repose dans la lumière. » Et aussi : « …vous ne pouvez trouver le repos que dans votre transfiguration en l’image Divine. Tout effort, tout travail, toute recherche doivent vous identifier à Dieu. »

Le Psaume (33)34 est magnifique… sunny gage de notre transfiguration dès à présent, et de notre rayonnement éternel dans la gloire…

En effet, nous sommes ce que nous choisissons d’être, en fonction de toutes nos activités. Tout « déteint » sur nous : celles-ci, de même que nos fréquentations – tous nos choix de vie ; et quelle que soit notre vie !

« On devient plus ou moins ce qu'on regarde. » C’est très beau ! Dépêchons-nous de regarder le Christ, et notre visage attirera les hommes à Son incomparable Amour…

Éduquons nos enfants à cette beauté intérieure, assurément ; et commençons par nous-mêmes. Cela m’évoque ce passage concernant la Vénérable Anne :

« Madame de Guigné fera un jour cette confidence à propos d’Anne : « Rien d’extraordinaire n’a marqué sa naissance, sa vie, sa mort, si ce n’est que, pendant que j’attendais cet enfant, je me suis efforcée de mettre en pratique très spécialement une parole qui m’avait été dite par mon beau-père : « si vous voulez avoir un enfant parfait, il faut vous-même pratiquer les vertus que vous voulez lui voir pratiquer plus tard » ; et certainement, je m’y suis appliquée, mieux que je ne l’ai fait pour les autres. » (Anne est l’aînée)

Je ne peux être d’accord avec cette affirmation :

« Jésus monte sur la montagne pour rencontrer Dieu, comme Moïse avant lui, et comme Moïse, Jésus devient lumineux à cause de la présence de Dieu sur la montagne. »

Je comprends le parallèle ; jusqu’à un certain point. Jésus est Dieu ; Moïse n’est pas Dieu.
Jésus manifeste sa gloire toute Divine, sur la montagne, mais une telle gloire L’a habité toute Sa vie : simplement, les hommes ne pouvaient la voir ; pour les raisons ci-dessus invoquées… Même les disciples ont encore bien du chemin à parcourir avant de discerner en Jésus la Divinité – on songe à Marie-Madeleine, ou aux pèlerins sur le chemin d’Emmaüs !!

« C'est une famille où l’on s'entend et où l’on s'aime : le Père regarde le Fils et le Fils regarde le Père. » Encore une belle chose ! Mais aussi, la Mère regarde le Fils, parce qu’elle ne cesse de regarder le Père, dans la grâce de l’Esprit Saint…

Le commentaire ajoute :

« La nuée qui les couvre d'ombre et de frayeur est la même que celle de l'Annonciation : c'est la redoutable présence de Dieu, qui est à la fois une lumière éblouissante et une ombre qui fait peur. Rencontrer Dieu amène la peur, l'obscurité, la solitude et le silence. Et aussi, la gloire et l'émerveillement. »

Là non plus, je ne ressens pas ce passage de cette façon : on ne doit pas, à mon humble avis, « pousser » l’interprétation aussi loin. Même si le Tout-Autre génère en nous le sentiment de la Puissance du Créateur, nous ne pouvons en être - nous chrétiens, aujourd’hui – ni effrayés, ni troublés (dans la nuit !), ni ressentir solitude ou angoisse. Tous ces sentiments et émotions ne me semblent pas concorder avec la Présence de Dieu, et dans la mesure où cette méditation peut être lue par des personnes athées ou peu affermies dans leur foi…

Je proposerais : « …qui est à la fois une lumière éblouissante et l’ombre de l’Inconnaissable. Rencontrer Dieu amène la « crainte », qui est respect extrême envers l’Indicible, prise de conscience de la « distance » qui sépare toute créature de Son Créateur… Mais Sa présence est aussi plénitude, Lumière, solitude infinie du silence…, elle est gloire et émerveillement. »

Les « préoccupations scoutes » de Pierre, chez moi, cela ne passe pas : on ne peut minimiser le comportement de l’apôtre, même s’il est effectivement attendrissant dans son humanité ; nous nous reconnaissons en lui, et nous sommes pleins d’indulgence… Pierre ressent, me semble-t-il, le vif désir de faire sa demeure là où il est heureux : sur la montagne, avec Jésus et les patriarches. On le comprend : nous aimerions tous "planter notre tente" (le sens est tout de même figuré) – comme celle dans laquelle les Juifs demeuraient -, dès à présent… Mais nous avons tous un chemin de conversion à faire, avant d’espérer être totalement transfigurés ! Bon carême… :sts:
Revenir en haut Aller en bas
Dominique



Messages : 1126
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: méditation dominicale : Qui regarde vers lui resplendira   Jeu 15 Mar 2007, 14:29

Fanny a écrit:

Ta traduction est certainement fidèle au texte, relativement au sens ; je ne suis pas latiniste et je te fais entièrement confiance. Ta démarche est louable, et je l'approuve.
Toutefois, je reprendrai les termes de français qui ne me semblent pas convenir ; tu me diras ce que tu en penses.

chère Fanny,
merci d'avoir pris la peine de faire ces commentaires.
L'évangile est en grec et non en latin. J'ai ici décalqué le texte grec en français d'aussi près que possible. Ce n'est pas une traduction, encore moins un texte littéraire. Si le style et les mots employés te choquent, adresse tes critiques à st Luc ! je ne suis pas responsable de ce qu'il a écrit.
Je t'assure que "épistatès" signifie "chef" ou "gouverneur", celui qui est à la tête. Donc je ne me permettrais pas de mettre un autre mot.
Les incorrections viennent du fait que ce grec n'est lui-même que le décalque d'un original hébreu ou araméen, où les phrases ne sont pas construites comme chez nous.
Je trouve important de pouvoir s'approcher aussi près que possible du texte d'origine.
Cela dit, on peut en effet dire "celui-ci est mon fils" au lieu de "lui c'est mon fils" qui est trop familier.
Je reconnais aussi que l'allusion au scoutisme est un peu réductrice (mais j'aime beaucoup le scoutisme, c'est pourquoi cette comparaison m'est venue).

Citation :
"Et pendant qu'il y eut la voix, Jésus se trouva seul."

Cette phrase semble en contradiction de sens avec la Bible. En effet, il est dit dans Celle-ci : «Et quand la voix eut retenti, Jésus se trouva seul. » ; autrement dit, la voix retentit puis Jésus se retrouva seul : deux actions successives. Dans ta traduction, on tend à croire que tant que la voix du Père S’est fait entendre, Jésus est demeuré seul (les apôtres ayant sombré dans un profond sommeil) : deux actions simultanées (qui ont lieu en même temps).

oui, ce n'est pas logique. Mais les temps grammaticaux en grec ne sont pas les mêmes qu'en français. Quant à l'hébreu, c'est encore autre chose. J'ai essayé de transposer au mieux, mais c'est vrai que le résultat est bizarre.

Citation :
Concernant le commentaire, il m’a paru contenir de très bons éléments, et quelques-uns moins bons – toujours en toute humilité… Je sais qu’il est le fruit d’une réflexion commune.

en fait, j'en suis le seul auteur. Les autres se sont contentés d'approuver !



J
Citation :
e ne peux être d’accord avec cette affirmation :

« Jésus monte sur la montagne pour rencontrer Dieu, comme Moïse avant lui, et comme Moïse, Jésus devient lumineux à cause de la présence de Dieu sur la montagne. »

Je comprends le parallèle ; jusqu’à un certain point. Jésus est Dieu ; Moïse n’est pas Dieu.
Jésus manifeste sa gloire toute Divine, sur la montagne, mais une telle gloire L’a habité toute Sa vie : simplement, les hommes ne pouvaient la voir ; pour les raisons ci-dessus invoquées… Même les disciples ont encore bien du chemin à parcourir avant de discerner en Jésus la Divinité – on songe à Marie-Madeleine, ou aux pèlerins sur le chemin d’Emmaüs !!

oui, tu as raison. Je voulais seulement souligner les correspondances entre l'AT et le NT, mais j'aurais dû préciser que bien entendu, Moïse et Jésus ce n'est pas pareil !

Citation :
Le commentaire ajoute :

« La nuée qui les couvre d'ombre et de frayeur est la même que celle de l'Annonciation : c'est la redoutable présence de Dieu, qui est à la fois une lumière éblouissante et une ombre qui fait peur. Rencontrer Dieu amène la peur, l'obscurité, la solitude et le silence. Et aussi, la gloire et l'émerveillement. »

Là non plus, je ne ressens pas ce passage de cette façon : on ne doit pas, à mon humble avis, « pousser » l’interprétation aussi loin. Même si le Tout-Autre génère en nous le sentiment de la Puissance du Créateur, nous ne pouvons en être - nous chrétiens, aujourd’hui – ni effrayés, ni troublés (dans la nuit !), ni ressentir solitude ou angoisse. Tous ces sentiments et émotions ne me semblent pas concorder avec la Présence de Dieu, et dans la mesure où cette méditation peut être lue par des personnes athées ou peu affermies dans leur foi…

Je proposerais : « …qui est à la fois une lumière éblouissante et l’ombre de l’Inconnaissable. Rencontrer Dieu amène la « crainte », qui est respect extrême envers l’Indicible, prise de conscience de la « distance » qui sépare toute créature de Son Créateur… Mais Sa présence est aussi plénitude, Lumière, solitude infinie du silence…, elle est gloire et émerveillement. »

je n'ai pas vu Dieu, mais les personnes qui ont eu des expériences mystiques témoignent d'une sorte d'effroi. Ce n'est pas de la peur, mais une grandeur écrasante. je suppose qu'il est difficile, voire impossible, d'exprimer cela en paroles humaines.

Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: méditation dominicale : Qui regarde vers lui resplendira   Dim 18 Mar 2007, 14:49

Un grand merci pour tes éclaircissements et réajustements, chère Dominique : j'apprécie. I love you Very Happy

Je sais que Luc a écrit en grec, mais je ne pouvais deviner ton texte de référence..., à moins que cela m'ait échappé?

Aucune peine à commenter, mais un grand plaisir : aucun orgueil là-dedans, c'est toujours l'Esprit qui nous aide à témoigner de notre foi. sunny cheers

Je comprends ton point de vue, qui diffère forcément du mien : tu te places dans la perspective intéressante d'un "retour aux sources" avec le texte grec, et je me situe dans une "lecture" contemporaine, sur ce forum. drunken Mais enfin, la version que tu proposes ne s'adresse-t-elle pas à tout un chacun, sur ce forum, ou bien à quelques exégètes-connaisseurs? Rolling Eyes

Il est important de "pouvoir s'approcher aussi près que possible du texte d'origine", je suis d'accord, mais il faut bien avertir le lecteur de sa démarche, ne crois-tu pas?

Je te l'ai dit, je me place d'un point de vue théologique (compréhension du texte selon la foi) contemporain : c'est ainsi que le "Seigneur" est le "Chef", celui qui gouverne... Ici, le Christ "fait autorité", Il est le Chemin.
On ne peut omettre que la Parole de Jésus propose de vivre selon la Vérité ; elle n'impose jamais, respectant la pleine liberté humaine ; mais Elle dit : choisissez la Vie, plutôt que le malheur..., comme déjà dans l'Ancien Testament.

Savais-tu que "planter la tente" a tout son sens dans notre "Amen" qui assure de notre foi, à la fin de nos prières? "Amen" signifierait : planter le piquet central, celui qui soutient tout l'ensemble... C'est beau, n'est-ce pas? sunny

Quant aux actions successives dans ce passage, elles sont indéniables, le passé antérieur "eut retenti" exprime essentiellement une antériorité par rapport au verbe de la principale, au passé simple : "se trouva". Merci pour tes remarques.

L'effroi, tu as raison : les saints et mystiques qui ont fait l'expérience de l'Ineffable, ont ressenti la prodigieuse Puissance du Créateur de toute chose... Le Saint Abbé Lamy dit du Christ : "On sent que Notre-Seigneur nous regarde, mais que son regard plonge aussi dans l'infini."

Tu as transposé au mieux, chère Dominique, en effet, et mes compliments pour ta rédaction... solitaire! I love you sunny cheers Encore merci.

Amitiés. Fanny
Revenir en haut Aller en bas
 
méditation dominicale : Qui regarde vers lui resplendira
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» méditation dominicale : Qui regarde vers lui resplendira
» Qui regarde vers Lui resplendira
» Qui regarde vers Lui resplendira - Chorale Haut les Choeurs, La Roche sur Yon
» « Qui regarde vers Lui resplendira »,nous dit le psaume du jour.
» Bénédiction du 15 Mars : "Qui regarde vers lui resplendira"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives : Théologie dogmatique, morale et divers-
Sauter vers: