DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Bioéthique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chantecl
Invité



MessageSujet: Bioéthique   Ven 29 Déc 2006, 22:36

La pratique du "bébé-médicament" peut être mise en œuvre en France

Plus de deux ans après sa promulgation, la loi de bioéthique du 6 août 2004 commence à entrer dans les faits. C'est ainsi que l'une de ses dispositions les plus importantes et les plus contestées – dans les milieux proches de l'Eglise catholique notamment –, la pratique dite du "bébé-médicament", va pouvoir commencer à être mise en œuvre par les équipes spécialisées autorisées à effectuer des diagnostics préimplantatoires (DPI).
L'Agence de biomédecine a explicité, mercredi 27 décembre, les termes d'un décret relatif au diagnostic prénatal et au DPI, paru au Journal officiel du 23 décembre. Ce décret était attendu avec impatience par les équipes médicales et scientifiques concernées, qui redoutaient que certains proches collaborateurs de Dominique de Villepin, aux convictions religieuses bien ancrées, ne fassent pression pour retarder autant que possible la publication de ce texte, qui avait été ardemment défendu par le député Pierre-Louis Fagniez (UMP, Val-de-Marne), rapporteur de la loi de bioéthique de 2004.
La pratique du "bébé-médicament" constitue une nouvelle étape dans la jeune histoire du DPI. Autorisé par les lois de bioéthique de 1994, ce dernier a commencé à être mis en œuvre en France au début des années 2000. Il consiste à analyser le patrimoine génétique d'embryons conçus in vitro à partir des cellules sexuelles de couples présentant un risque de donner naissance à un enfant atteint d'une maladie génétique grave et incurable.

SOIGNER UNE SŒUR OU UN FRÈRE AÎNÉ

Les embryons porteurs de l'anomalie génétique sont détruits, mais peuvent aussi, depuis peu, être utilisés à des fins de recherches. Environ 150 DPI sont aujourd'hui pratiqués chaque année, en France, par les trois centres autorisés (Paris-Clamart, Strasbourg et Montpellier). Ils aboutissent à une trentaine de naissances.
Le DPI pourra dorénavant être utilisé non seulement pour faire naître des enfants sains dans des familles à risques, mais aussi pour faire naître des enfants correspondant à des caractéristiques biologiques très précises. Il s'agit, dans ce cas, de faire en sorte que ces enfants, au moment de leur naissance, puissent fournir des cellules-souches, prélevées dans le sang du cordon ombilical, afin de soigner une sœur ou un frère aîné souffrant de certaines formes d'affections malignes du sang.
L'Agence de biomédecine précise que ce dispositif est mis en œuvre "à titre expérimental", les autorisations ne pouvant être données que si les dossiers présentés répondent à une série de critères, au premier rang desquels figure "le caractère incurable de la maladie entraînant le décès dès les premières années de la vie". Une telle pratique est d'ores et déjà autorisée en Grande-Bretagne, en Belgique, en Espagne, ainsi qu'aux Etats-Unis. Elle est, en revanche, prohibée dans de nombreux pays européens, parmi lesquels l'Italie et l'Allemagne.
Outre le fait qu'elle marque une nouvelle étape dans le processus de réification de l'embryon humain, les opposants à cette pratique mettent en avant les conséquences psychologiques chez les enfants qui apprendront qu'ils n'ont été conçus et sélectionnés in vitro que dans le but de soigner leur frère ou leur sœur. A l'inverse, ses partisans insistent sur les nouvelles perspectives thérapeutiques ouvertes et rappellent que les couples concernés auront donné, par écrit et à plusieurs reprises, leur consentement.
Un second décret d'application de la loi de bioéthique, également paru au Journal officiel, concerne les dons de cellules sexuelles (ou gamètes) et l'assistance médicale à la procréation (AMP). Ces pratiques seront dorénavant placées sous l'autorité de l'Agence de biomédecine. En 2004, sur près de 800 000 naissances, on recensait environ 12 300 enfants issus de fécondation in vitro et 5 600 enfants issus d'insémination artificielle.
L'Agence de biomédecine sera aussi chargée d'autoriser ou non les "déplacements transfrontaliers" d'embryons humains conçus in vitro et conservés par congélation. Il s'agit d'éviter les trafics et, notamment, de faire en sorte que l'AMP ne puisse, sur le sol français, bénéficier à des couples qui ne soient pas composés, comme le veut la loi, "d'un homme et d'une femme en âge de procréer".

Jean-Yves Nau

LE MONDE | 28.12.06
Revenir en haut Aller en bas
Chantecl
Invité



MessageSujet: Re: Bioéthique   Ven 29 Déc 2006, 22:38

Je te tue, mais tu vas voir, c'est pour ton bien

"Dans une interview accordée au Monde, Claude Sureau - professeur de gynécologie-obstétrique, membre du Comité national d'éthique et vice-président de l'Académie nationale de médecine - plaide pour autoriser la création d'embryons humains à des fins de recherche. "Autoriser la "création-destruction" d'embryons humains, c'est nous donner les moyens de prévenir la mort de fœtus ou de nouveau-nés" a-t-il déclaré."
peut-on lire sur genethique.org

Admirez le jeux de langage : on detruit un embryon, mais on sauve la vie d'un foetus.

C'est comme ceux qui font la guerre, forcement, c'est pour obliger l'autre camp a faire la paix, personne n'en doute !

lundi, octobre 23, 2006
# posted by un Boulbilinois : 19:50

Clonage

Des chercheurs de l'Université du Chili ont découvert qu'un composant chimique utilisé pour le clonage d'animaux ou d'embryons humains avait un effet mutagène. Ils ont mis en garde la communauté scientifique sur les risques de mutation entraînés par l'utilisation de ce composé chimique et ont recommandé son interdiction.

Si une équipe scientifique a réussi à cloner des êtres humains en utilisant ce composé chimique, ils ont indiqué qu'"il est possible" que naissent des enfants avec des malformations faciales ou autres caractéristiques mutantes.
Jusqu'alors la plupart des animaux clonés naissent avec de nombreuses anomalies et malformations.


Lu sur genethique.org

Allez, faites de beaux reves, on s'occupe des generations futures pour vous ...

dimanche, mai 23, 2004
# posted by un Boulbilinois : 23:50
Revenir en haut Aller en bas
Chantecl
Invité



MessageSujet: Re: Bioéthique   Lun 22 Jan 2007, 11:25

vendredi, janvier 19, 2007

2500$, il est pas cher, m'sieur dame, mon embryon,

Voila, tout est dit. pour 2500$ au Texas vous pouvez achetez un être humain en devenir, un embryon.
Ne vous inquiétez pas, tout est strictement encadré, médicalement bien sûr.
Par exemple, les donneurs d'ovules et de spermes sont triés, selon l'origine ethnique, l'éducation ou le physique des donneurs.

Mais puisqu'on vous dit depuis 20 ans qu'il n'y a aucune dérive eugéniste, raciste, aucune dérive d'aucune sorte, bande de retardataires, éternels réfractaires au progrès.

Dormez tranquille, vos petits enfants seront bien gentils avec vous, si c'est un critère de sélection clairement formulé dans le contrat.
Revenir en haut Aller en bas
 
Bioéthique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lois de Bioéthique
» Bioéthique: le Sénat autorise la recherche sur l'embryon
» débat bioéthique
» Master 2 - Droit de la bioéthique et de la santé
» L'affaire de Recife selon un étudiant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives: Société, Politique-
Sauter vers: