DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 LE SECRET DE FATIMA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: LE SECRET DE FATIMA   Mer 27 Déc 2006, 17:38

LE SECRET DE FATIMA
INDÉFECTIBLE SIGNE D’ESPÉRANCE


Il en va de notre Saint-Père le pape Benoît XVI comme de cet « évêque vêtu de blanc » aperçu dans une vision prophétique par Lucie, François et Jacinthe, le 13 juillet 1917, il y aura quatre-vingt-dix ans l’année prochaine. Le “ troisième Secret ” le décrit traversant « une grande ville à moitié en ruine » qui signifie le monde parcouru par le Pape durant ses voyages apostoliques.

Il marche « d’un pas vacillant ». Qu’est-ce à dire ? Son discours prononcé à l’université pontificale du Latran, à l’occasion de la rentrée universitaire, le samedi 21 octobre, nous le fait comprendre.

MYSTÈRE D’INCARNATION RÉDEMPTRICE



Après les compliments d’usage, le Pape déclare que « le contexte universitaire invite de manière toute particulière à aborder à nouveau le thème de la crise de la culture et de l’identité, à laquelle nous assistons, de façon dramatique, au cours de ces dernières décennies ». On peut penser que le Pape veut parler de la crise de la civilisation chrétienne. Pour y remédier, Benoît XVI donne comme finalité aux études universitaires, la recherche de la Vérité intégrale :

« L’université est l’un des lieux les mieux qualifiés pour tenter de trouver les voies opportunes pour sortir de cette situation. Au sein de l’université, en effet, se conserve la richesse de la tradition, qui demeure vivante au cours des siècles – et la bibliothèque est justement un élément essentiel pour conserver la richesse de la tradition – [on inaugurait la nouvelle bibliothèque de l’université du Latran] ; en elle, on peut illustrer la fécondité de la vérité quand elle est accueillie dans son authenticité avec un esprit simple et ouvert. À l’université, on forme les nouvelles générations, qui attendent une proposition sérieuse, engagée et capable de répondre dans de nouveaux contextes à la question éternelle sur le sens de notre existence. Cette attente ne doit pas être déçue. Le contexte contemporain semble donner le primat à une intelligence artificielle qui est toujours davantage sous l’emprise de la technique expérimentale et oublie ainsi que toute science doit toujours également sauvegarder l’homme et engager sa tension vers le bien authentique. Surévaluer le “ faire ” en dissimulant l’ “ être ” n’aide pas à recomposer l’équilibre fondamental dont chacun a besoin pour donner à sa propre existence un solide fondement et une finalité valable. »

Cette finalité étant le Ciel, cela va sans dire.

« Tout homme, en effet, est appelé à donner un sens à son action surtout lorsque celle-ci se place dans la perspective d’une découverte scientifique qui invalide l’essence même de la vie personnelle. Se laisser entraîner par le goût de la découverte sans sauvegarder les critères qui viennent d’une vision plus profonde ferait facilement verser dans le drame dont parlait le mythe antique : le jeune Icare, pris par le goût du vol vers la liberté absolue et inattentif aux avertissements de son vieux père Dédale, s’approche toujours davantage du soleil, en oubliant que les ailes avec lesquelles il s’est élevé vers le ciel sont de cire. La terrible chute et la mort sont le tribut qu’il paie à cette illusion. »

Ce disant, le Pape pense, sans aucun doute, aux âmes qui tombent en enfer.

« Dans la vie il y a bien d’autres illusions auxquelles on ne peut se fier, sans risquer des conséquences désastreuses pour sa propre existence et celle des autres. »

Ces paroles valent pour la vie temporelle, mais plus encore pour notre « propre existence » dans l’au-delà et pour la vie éternelle.

« Le professeur universitaire a le devoir non seulement d’enquêter sur la vérité et de susciter un émerveillement éternel face à cette vérité, mais également de promouvoir la connaissance de la vérité dans toutes ses dimensions et de la défendre contre des interprétations réductrices et déformées. Placer au centre le thème de la vérité n’est pas un acte purement spéculatif, réservé à un petit cercle de penseurs ; au contraire, c’est une question vitale pour donner une profonde identité à la vie personnelle et susciter la responsabilité dans les relations sociales. »

Ici, le Pape invoque l’autorité de saint Paul écrivant aux Éphésiens : « Dès lors, plus de mensonge : que chacun dise la vérité à son prochain ; ne sommes-nous pas membres les uns des autres ? » (Ep 4, 25)

Pour illustrer les propos du Souverain Pontife, qu’il nous soit permis de citer en exemple notre traduction scientifique du Coran, entreprise en disciple du Bx Père de Foucauld, qui aborde « une question vitale » pour nos « relations sociales » avec les musulmans.

En postface du premier tome de cette traduction, l’abbé de Nantes écrivait :

« Certes, tant en Orient qu’en Occident, chrétiens, juifs talmudiques et arabes musulmans seront stupéfaits de la traduction que vous leur présentez, comme une découverte du texte original, authentique. Mais je n’y lis rien de choquant, d’indigne. Au contraire, cet écrit y retrouve une grandeur quasi biblique, voire évangélique, que souvent les interprétations grossières du hadît avaient occultée et avilie, donnant occasion à la polémique antimusulmane de rabaisser cette religion rivale, au dernier degré de l’ignorance et de l’immoralité, du sensualisme et du matérialisme “ arabes ”. »

Il faut le reconnaître, en effet, « depuis que l’islam pose une question tracassante à notre monde occidental, à notre Pierre le Vénérable († 1156), comme déjà au huitième siècle à saint Jean Damascène, son étude a constamment été menée de manière indiscrète et aussi peu légitime que non scientifique.

« Les uns ont voulu prouver que cette religion était fausse, donc sans valeur. Ils n’y ont que trop bien réussi parce que les invraisemblances, outrances et grossièretés du hadît leur ont fourni ample matière à polémique, sans leur laisser connaître le Coran lui-même. » C’est pourquoi nous avons entrepris l’exégèse scientifique du Coran.

« Qu’alliez-vous découvrir ? Je tremblais de voir vos conclusions rejoindre les leurs et, nonobstant leur caractère scientifique, je n’aurais pas trouvé légitime cette incursion indélicate dans la religion d’autrui [...].

« Or voici : cet homme est un génie religieux et un homme d’action d’une rare puissance ; son œuvre est digne d’être comparée aux plus grandes. » (frère Bruno Bonnet-Eymard, Le Coran, traduction et commentaire systématique, t. I, postface par l’abbé Georges de Nantes, p. 331)

Cependant pour que les résultats de notre légitime enquête s’imposent aux croyants de l’islam, comme aux fidèles des autres grandes religions et aux incroyants eux-mêmes, encore faut-il en recueillir la leçon avec honneur et loyauté, en vue d’atteindre l’unique et pure Vérité à laquelle tous sont appelés à se retrouver enfin unis dans le même culte et le même amour du Dieu qui s’est fait homme. La pure démonstration scientifique n’y suffit pas. Dans cette pensée, le Saint-Père poursuit en exhortant les scientifiques à « s’approcher le plus possible de Dieu qui est la fin vers laquelle tend toute chose » :

« Dieu est la vérité ultime à laquelle toute raison tend naturellement, sollicitée par le désir d’accomplir pleinement le parcours qui lui a été assigné. Dieu n’est pas une parole vide ni une hypothèse abstraite ; au contraire, il est le fondement sur lequel construire sa propre vie. Vivre dans le monde veluti si Deus daretur [en posant Dieu par hypothèse] implique d’assumer la responsabilité de savoir se charger de sonder tous les parcours possibles à condition de s’approcher le plus possible de Lui, qui est la fin vers laquelle tend toute chose. »

L’abbé de Nantes a, naguère, puissamment exprimé la même vérité en montrant combien « l’histoire incohérente et la puissante laideur des inventions morales et religieuses du passé et du présent manifestent une aspiration amoureuse de l’âme humaine vers une Beauté supérieure qu’elle ne saurait atteindre par ses seules inventions et ses seules forces », jusqu’à ce que la divine Sagesse vienne enfin résider en Israël, « comme une flèche de lumière dont l’aboutissement est Jésus-Christ. » À considérer l’histoire de l’humanité, l’Église n’a cessé d’admirer et d’aimer Dieu en œuvre dans le monde, parmi les nations, descendant, se révélant davantage, comme l’ombre portée s’accroît à mesure que l’objet s’approche, Dieu créant avec de plus en plus de précision et de perfection en Israël la sagesse image de sa propre Sagesse, jusqu’au toucher final, Dieu se faisant de sa créature une épouse pour créer en la Vierge Immaculée l’Homme-Dieu, son Autre lui-même, son Verbe, son Fils Unique devenu Fils de l’homme, fils de Marie mère de Dieu. » (Une mystique pour notre temps, CRC n° 133, septembre 1978, p. 9)

S’appuyant sur la première Épître aux Corinthiens, où saint Paul annonce qu’à « la fin », le Christ « remettra la royauté à Dieu le Père, après avoir détruit toute Principauté, Domination et Puissance » (1 Co 15, 24), le Saint-Père continue : « Le croyant sait que ce Dieu a un visage et qu’une fois pour toutes, avec Jésus-Christ, il s’est fait proche de chaque homme. »
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Mer 27 Déc 2006, 17:39

MYSTÈRE NUPTIAL

Mais parvenu à ce point, le Pape “ vacille ” ! Il ajoute en effet : « Le concile Vatican II l’a rappelé avec acuité : “ Car, par son incarnation, le Fils de Dieu s’est en quelque sorte uni lui-même à tout homme. ” »

Cette proposition a été qualifiée par l’abbé de Nantes d’ « énormité à faire hennir les étoiles » (CRC n° 288, janv. 1993, p. 2). En effet, dire que Dieu « s’est fait proche de chaque homme » en prenant chair dans le sein de la Vierge Marie, est une chose. Dire qu’il « s’est en quelque sorte uni lui-même à tout homme » en est une autre.

L’abbé de Nantes a montré que cette affirmation, extraite de Gaudium et Spes, était une hérésie, symétrique de l’hérésie nestorienne, mais de sens contraire, sans jamais obtenir de réfutation de Rome ni d’ailleurs, comme je l’ai rappelé dans notre éditorial de novembre dernier.

Nestorius niait toute « communication des idiomes », ou échange entre le Fils de Dieu et le Fils de Marie, de leurs attributs et opérations propres, de telle sorte qu’il niait la maternité divine de Marie. Le concile d’Éphèse l’a condamné en 431, en proclamant la Vierge Marie “ Mère de Dieu ”, Theotokos. Puisque Marie a donné naissance à Jésus de Nazareth, elle est Mère de Dieu, car Jésus est Fils de Dieu, Dieu lui-même.

La nouvelle hérésie, introduite au concile Vatican II par le jeune archevêque de Cracovie, Karol Wojtyla, consiste, au contraire de l’ancienne, à affirmer une abusive « communication des idiomes » entre le Verbe incarné, Fils de Dieu fait homme, et tout homme ; comme si, du seul fait que Dieu s’est fait homme, l’homme était fait Dieu !

La vérité catholique est tout autre. Par son incarnation, le Fils de Dieu n’est encore uni qu’à l’Immaculée, avec laquelle il ne fait qu’une seule chair pendant neuf mois. C’est ce que l’abbé de Nantes appelle le « mystère nuptial » de l’union de Jésus et Marie, « en l’amour desquels confluent toutes les énergies et forces du Créateur et de la créature ». Pour s’unir tous les hommes, il lui faudra les arracher au Prince de ce monde par son sacrifice sur la Croix, et faire de Marie la Vierge-Mère d’un genre humain nouveau par le ministère des Apôtres : « Allez par le monde entier, proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé [ par son union à Jésus et Marie] ; celui qui ne croira pas, sera condamné [c’est-à-dire définitivement séparé de Jésus et Marie]. » (Mc 16, 15-16)

Tout cela est tellement vrai que le premier acte du cardinal Ratzinger devenu le pape Benoît XVI, fut de rayer cette hérésie du Catéchisme de l’Église catholique où le pape Jean-Paul II l’avait disséminée çà et là, comme des graines de poison cachées dans le pain des enfants.

Voilà qu’il la rétablit dans ce discours à l’université du Latran, de la même manière, au beau milieu d’un enseignement parfaitement catholique. Il enchaîne en effet : « “ Il a travaillé avec des mains d’homme, il a pensé avec une intelligence d’homme, il a agi avec une volonté d’homme, il a aimé avec un cœur d’homme. Né de la Vierge Marie, il est vraiment devenu l’un de nous, en tout semblable à nous, hormis le péché. ” (Gaudium et spes, n° 22). Le connaître, c’est connaître la pleine vérité, grâce à laquelle on trouve la liberté : “ Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous libérera. ” (Jn 8, 32) »

C’est bien ce qui s’appelle marcher « d’un pas vacillant ». Prions pour le Saint-Père !

RÉPROBATION DE JUDAS

Le mercredi précédent, à l’audience générale, « achevant de parcourir la galerie de portraits des Apôtres appelés directement par Jésus au cours de sa vie terrestre », le Pape en arrivait à Judas, « celui qui est toujours cité le dernier dans les listes des Douze ». Et pour cause ! « Le simple nom de Judas suscite déjà chez les chrétiens une réaction instinctive de réprobation et de condamnation », dit le Pape.

Après quelques explications savantes sur le sens de l’appellation d’ “ Iscariote ” apposée au nom de “ Judas ”, Benoît XVI se demande « pourquoi Jésus a choisi cet homme et lui a fait confiance. Après tout, en effet, bien que Judas soit, dans les faits, l’économe du groupe, il est aussi qualifié de “ voleur ” (Jn 12, 6). Le mystère du choix demeure, d’autant plus que Jésus prononce un jugement très sévère sur son compte : “ Malheur à cet homme-là par qui le Fils de l’homme est livré ” (Mt 26, 24). »

Le Pape interrompt ici la citation du « jugement très sévère » de Jésus. Et il poursuit : « Le mystère s’épaissit encore davantage à propos de son destin éternel, sachant que Judas “ pris de remords en le voyant condamné, rapporta les trente pièces d’argent aux chefs des prêtres et aux anciens. Il leur dit : “ J’ai péché en livrant à la mort un innocent ” (Mt 27, 3-4). »

Et voici la conclusion du Pape, qui m’a scandalisé, je dois le dire : « Bien qu’il se soit ensuite éloigné pour aller se pendre, ce n’est pas à nous qu’il revient de juger son geste, en nous substituant à Dieu infiniment miséricordieux et juste. »

Ce n’est pas à nous qu’il revient de le juger. Certes ! Mais Jésus lui-même a prononcé une terrible sentence omise par le Pape. Après avoir dit : « Malheur à cet homme-là par qui le Fils de l’homme est livré », Jésus a ajouté : « Mieux eût valu pour cet homme-là qu’il ne fût pas né ! » S’il y avait une “ miséricorde ” pour Judas, et qu’il fût au Purgatoire jusqu’à la fin du monde, il aurait lieu de se réjouir d’être né et d’en remercier Dieu éternellement ! Ce sera le cas de chacun de nous, pécheurs, si Dieu nous fait miséricorde, si nous allons au Ciel. Donc, Judas est très certainement en enfer, sinon Jésus n’aurait pas dit de lui qu’il eût mieux valu pour lui n’être jamais né !

Sur ce point aussi, le Saint-Père nous paraît marcher « d’un pas vacillant », conformément à la vision du “ troisième Secret ”. Sans doute est-ce la raison pour laquelle Notre-Dame a montré l’enfer aux voyants de Fatima. Afin que, malgré les silences de la hiérarchie, nous ne doutions pas de l’existence de ce feu éternel préparé pour le diable et les mauvais anges, et ces maudits qu’à maintes reprises Jésus évoque non comme des possibles irréels, mais comme des êtres réels que Lucie, François, et Jacinthe ont vu “ flotter ” dans cet incendie, implacablement fixés dans la révolte et la réprobation qui est le salaire de leur iniquité.

LA TERREUR DE LA DAMNATION

En 1978, année de l’avènement de Jean-Paul Ier, traitant d’esthétique mystique pour notre temps, l’abbé de Nantes fit grand cas d’un théologien allemand, Hans Urs von Balthasar, et s’inspira de son œuvre magistrale La Gloire et la Croix (Aubier, 1965-1972).

« C’est l’honneur de notre temps, écrivait notre Père, c’est l’espérance de l’avenir qu’un théologien catholique réapprenne à l’Église du Christ cette sapientia amorosa, sapida scientia, cette science savoureuse, cette amoureuse sagesse, sans laquelle il n’y aurait plus ici-bas de véritables adorateurs de Dieu en esprit et en vérité. » (CRC n° 125, janvier 1978, p. 3)

Ce jugement s’applique littéralement au savoureux enseignement que nous dispense Benoît XVI depuis son avènement. Rien d’étonnant à cela : Hans Urs von Balthasar et Joseph Ratzinger étaient amis.

Hélas ! parvenu au chapitre de “ la misère de Dieu ”, lorsque l’esthétique mystique se fait « tragédie », le théologien Urs von Balthasar “ vacille ” :

« La seule objection qui demeure à notre vision chrétienne de la beauté de ce monde, explique l’abbé de Nantes, mais elle est de taille et paraît insurmontable, c’est le péché définitif, le péché sans rémission, le péché sans mélange de miséricorde, le péché enfin dressé contre Dieu et lui faisant obstacle, lui portant ombrage, le défiant éternellement.

« C’est l’histoire d’un drame qui finit mal, et cela s’appelle une tragédie.

« Nous touchons au port, il semble que plus rien n’échappe à la Seigneurie de Gloire de Jésus-Christ... et voilà que, des entrailles mêmes de l’Évangile, se dresse le plus formidable obstacle. Ce sont des paroles du Sauveur, calmes, incontournables, fermes, définitives :

« “ Allez, maudits, au feu éternel qui a été préparé pour le Diable et pour ses anges... Et ceux-ci iront au châtiment éternel ; mais les justes, à la vie éternelle. ” (Mt 25, 41-46)

« Et voici le personnage, continue notre Père, la personne de Judas, homme comme nous, choisi pour Apôtre par Jésus, l’un des Douze. Il fait partie de ce bel univers, il est entré dans le Royaume, il en est même l’une des colonnes, tout proche et familier de la Source de la grâce. Or, de cet intime, le Seigneur prononce la parole que des milliards d’hommes ne pourront lire sans frémir d’horreur :

« “ Malheur à cet homme par qui est trahi le Fils de l’homme. Il eût mieux valu pour cet homme qu’il ne fût pas né. ” (Mt 26, 24 ; Mc 14, 21) »

Il est remarquable que Benoît XVI, qui esquive la difficulté créée par cette dernière phrase du Sauveur, en l’omettant, se garde cependant de s’appuyer sur Jean-Paul II, son « bien-aimé prédécesseur ». Celui-ci n’hésitait pas à dire à Messori : « Même si le Christ dit, à propos de Judas qui vient de le trahir : “ Il vaudrait mieux que cet homme-là ne soit jamais né ! ” cette phrase ne doit pas être comprise comme la damnation pour l’éternité. »

Benoît XVI n’a pas osé reprendre une telle affirmation à son compte. C’est ce qui s’appelle marcher « d’un pas vacillant ».

Ce que notre Père écrivait du théologien von Balthasar s’applique à la lettre au Pape Ratzinger : « Ce n’est pas sans étonnement, mêlé d’une vive déception, que j’ai enfin surpris, sous-jacente, cette étrange relâche de la foi chez Urs von Balthasar. Il y a, éparses au long des tomes IV et V de La Gloire et la Croix ; Théologie, trop d’allusions au Jugement, à l’Enfer, dans un sens toujours réducteur pour qu’il soit téméraire de penser que leur auteur veut nous conduire à conclure que Dieu finalement sauvera tous les hommes. Les paroles contraires de Jésus sont passées sous silence, et à dessein, ou interprétées comme des restes d’Ancien Testament à ne pas prendre trop au sérieux (Théologie 2, p. 108, 442 : “ Car tout cela reste discours figuré, puisé dans d’anciens arsenaux ” ! ). Enfin, la dernière page de son dernier livre propose comme l’allégorie de notre histoire humaine le récit du naufrage de saint Paul dans les Actes, mettant en plein relief la parole de l’Apôtre à tous ses compagnons d’infortune : “ Aucun de vous n’y laissera la vie, le navire seul sera perdu. ” (Ac 27, 17). » (CRC n° 128, p. 14)

« Comment ces grands théologiens – je ne peux plus dire ces mystiques – ont-ils pu lâcher l’autre bout de la chaîne et discréditer ainsi les beautés de l’Espérance en les tournant à la présomption et à l’insolence ?

« Il n’y aurait point de peine en Dieu ni de chagrin au sujet de ses créatures s’il pouvait les aimer, content, jusque dans leur révolte absolue. Ou bien s’il décidait jamais d’obtenir par force ou par surprise leur repentir. Le tragique de la vie présente aurait disparu avec le tragique de la Vie éternelle. Les bons et les méchants confondus dans une même récompense et une même béatitude, ce seraient la vérité et l’erreur, le bien et le mal qui dès maintenant perdraient leur différence. La lutte n’aurait plus d’objet et la Croix de Notre-Seigneur Jésus-Christ serait un épisode absurde de la Comédie humaine. » (ibid.)

On peut même se représenter de quel épisode il aurait été suivi : « Au soir du Vendredi saint, passé le voile, ayant quitté la scène du monde, Jésus se hâte vers les Enfers, et le bon larron le suit de près, ne voulant point s’en séparer. Et l’autre, le mauvais larron ? Sont-ils venus lui serrer la main en riant ? Allons, c’est fini, réconcilions-nous ! Inconcevable comédie. » (p. 5)

Non ! le combat du Christ et de l’Antichrist est une divine tragédie d’amour et de peine éternelle. « Je sais, je vois l’inadéquation entre la foi qui enseigne le mal du péché et l’enfer perpétuel, foi qui totalise le mystère de l’être créé et de sa destinée éternelle, et l’esthétique qui n’y trouve point ce sommet de grâce et de beauté où elle aspire à goûter le bonheur parfait. J’ai seulement montré que si nous savions tout, et goûtions à la divine Science suprême du bien et du mal, nous ne ferions rien et n’aspirerions plus à rien. Or il est beau d’espérer et de conquérir... En outre, si nous espérions tout et faisions tout, au point de sauver tout et de réaliser la perfection rêvée de l’univers, nous n’aimerions plus et ne prierions plus. Or il est très beau et très bon pour les créatures d’aimer et de prier, pour que le Nom de notre Père céleste soit sanctifié, que son Règne arrive, que sa Volonté soit faite sur la terre comme au Ciel. Et dans les enfers ? Ah ! luttons contre l’Enfer mais n’interrogeons plus Dieu sur l’œuvre de son Premier et Éternel chagrin ! »

frère Bruno de Jésus.

qu'en pensez-vous?

http://www.crc-resurrection.org/accueil.asp
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Jeu 28 Déc 2006, 22:00

Citation :
Cette proposition a été qualifiée par l’abbé de Nantes d’ « énormité à faire hennir les étoiles » (CRC n° 288, janv. 1993, p. 2). En effet, dire que Dieu « s’est fait proche de chaque homme » en prenant chair dans le sein de la Vierge Marie, est une chose. Dire qu’il « s’est en quelque sorte uni lui-même à tout homme » en est une autre.

L’abbé de Nantes a montré que cette affirmation, extraite de Gaudium et Spes, était une hérésie, symétrique de l’hérésie nestorienne, mais de sens contraire, sans jamais obtenir de réfutation de Rome ni d’ailleurs, comme je l’ai rappelé dans notre éditorial de novembre dernier.

L'abbé de Nantes confond deux notions: unité dans l'être et union dans l'amour.

1° Le Verbe de Dieu s'est uni pour ne former qu'UN SEUL ÊTRE à son humanité Sainte.

2° Et ce faisant, comme dans un ACTE D'AMOUR, c'est comme s'il s'étais uni d'une sorte de baiser à tout homme.

L'abbé de Nantes comprend (volontairement) autre chose:

Il lit:

Citation :
Et ce faisant, il forme UN SEUL ETRE avac l'humanité toute entière.



L'abbé de nantes n'existe que par l'hérésie qu'il croit dénoncer (à lui tout seul) dans la théologie de l'Eglise.

Mais il oublie que l'Eglise est doctrinalement protégée et infaillible.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
fleurdoranger



Féminin Messages : 646
Inscription : 10/12/2006

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Ven 29 Déc 2006, 01:17

Question j'ai rien compris silent
Revenir en haut Aller en bas
Théophane



Masculin Messages : 592
Inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Ven 29 Déc 2006, 01:31

fleurdoranger a écrit:
Question j'ai rien compris silent

Je te conseille plutôt de lire le récit des apparitions de Fátima ; tu connais ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ratzinger2005.skyblog.com
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Ven 29 Déc 2006, 08:25

fleurdoranger a écrit:
Question j'ai rien compris silent

Bref, le Concile Vatican II dit que Dieu veut s'unir à nous par l'amour.

Le concile ne dit pas que Dieu veut supprimer notre être pour le remplacer par le sien (comme le dénonce l'Abbé de Nantes qui cherche l'hérésie pour justifier son schisme).

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Ven 29 Déc 2006, 14:06

"Et ce faisant, comme dans un ACTE D'AMOUR, c'est comme s'il s'était uni d'une sorte de baiser à tout homme." cheers
Revenir en haut Aller en bas
fleurdoranger



Féminin Messages : 646
Inscription : 10/12/2006

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 30 Déc 2006, 03:45

Théophane a écrit:
fleurdoranger a écrit:
Question j'ai rien compris silent

Je te conseille plutôt de lire le récit des apparitions de Fátima ; tu connais ?

ma mère a le livre,en france.je sais qu'il y a trois enfants,et des secrets que la SAINTE VIERGE leur a révélés,mais quels sont ils? il y en a un qui concernait l'ancien empire communiste,mais le dernier c'est quoi?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 30 Déc 2006, 12:22

Chere Fleur D'oranger, voici les trois secrets:

Premier secret (seconde guerre mondiale):

Citation :
— Vous avez vu l'enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur immaculé. Si l'on fait ce que je vais vous dire, beaucoup d'âmes seront sauvées et on aura la paix. La guerre va finir. Mais si l'on ne cesse d'offenser Dieu, sous le pontificat de Pie XI en commencera une autre pire encore. Lorsque vous verrez une nuit illuminée par une lumière inconnue, sachez que c'est le grand signe que Dieu vous donne, qu'Il va punir le monde de ses crimes par le moyen de la guerre, de la faim et des persécutions contre l'Église et le Saint-Père.

Deuxième secret guerre froide):




Citation :
Pour empêcher cette guerre, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis. Si on accepte mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix; sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, diverses nations seront détruites. À la fin, mon Cœur immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie, qui se convertira, et il sera concédé au monde un certain temps de paix ».



Troisième secret (Matyre de l'Eglise visible) :

Citation :
J'écris en obéissance à Vous, mon Dieu, qui me le commandez par l'intermédiaire de son Exce Rév. me Monseigneur l'Évêque de Leiria et de Votre Très Sainte Mère, qui est aussi la mienne.
Après les deux parties que j'ai déjà exposées, nous avons vu sur le côté gauche de Notre-Dame, un peu plus en hauteur, un Ange avec une épée de feu dans la main gauche; elle scintillait et émettait des flammes qui, semblait-il, devaient incendier le monde; mais elles s'éteignaient au contact de la splendeur qui émanait de la main droite de Notre-Dame en direction de lui; l'Ange, indiquant la terre avec sa main droite, dit d'une voix forte: Pénitence! Pénitence! Pénitence! Et nous vîmes dans une lumière immense qui est Dieu: “Quelque chose de semblable à la manière dont se voient les personnes dans un miroir quand elles passent devant” un Évêque vêtu de Blanc, “nous avons eu le pressentiment que c'était le Saint-Père”. Divers autres Évêques, Prêtres, religieux et religieuses monter sur une montagne escarpée, au sommet de laquelle il y avait une grande Croix en troncs bruts, comme s'ils étaient en chêne-liège avec leur écorce; avant d'y arriver, le Saint-Père traversa une grande ville à moitié en ruine et, à moitié tremblant, d'un pas vacillant, affligé de souffrance et de peine, il priait pour les âmes des cadavres qu'il trouvait sur son chemin; parvenu au sommet de la montagne, prosterné à genoux au pied de la grande Croix, il fut tué par un groupe de soldats qui tirèrent plusieurs coups avec une arme à feu et des flèches; et de la même manière moururent les uns après les autres les Évêques les Prêtres, les religieux et religieuses et divers laïcs, hommes et femmes de classes et de catégories sociales différentes. Sous les deux bras de la Croix, il y avait deux Anges, chacun avec un arrosoir de cristal à la main, dans lequel ils recueillaient le sang des Martyrs et avec lequel ils irriguaient les âmes qui s'approchaient de Dieu.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
fleurdoranger



Féminin Messages : 646
Inscription : 10/12/2006

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 30 Déc 2006, 15:01

pouvez-vous m'explique concrètement le troisième secret?
Revenir en haut Aller en bas
Théophane



Masculin Messages : 592
Inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 30 Déc 2006, 15:11

fleurdoranger a écrit:
pouvez-vous m'explique concrètement le troisième secret?

Si je ne me trompe pas c'est une prédiction de l'attentat contre le Pape Jean-Paul II.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ratzinger2005.skyblog.com
fleurdoranger



Féminin Messages : 646
Inscription : 10/12/2006

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 30 Déc 2006, 15:17

ah ok,alors ça ne concerne pas les années actuelles?
mais je vois pas trop le but de telles prophéties,à quoi ça sert?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 30 Déc 2006, 15:36

fleurdoranger a écrit:
ah ok,alors ça ne concerne pas les années actuelles?
mais je vois pas trop le but de telles prophéties,à quoi ça sert?

Le Cardinal Ratzinger, en publiant ce secret en 2000 avait effectivement commenté que cela concernait sûrement l'attentat contre JP II.

Mais si on lit bien ce secret, on voit que cela ne correspond pas du tout. C'est beaucoup plus profond et universel et cela annonce, comme pour les deux premiers secrets, un évènement mondial concernant la papauté elle-ême.

Jésus, dans l'Evangile de saint Jean, annonce que vers la fin du monde, l4eglise visible l'imitera en le suivant dans sa passion et sa mort (pour mieux ressusciter).

Voici le texte:

Citation :
Jean 21, 15 Quand ils eurent déjeuné, Jésus dit à Simon-Pierre: "Simon, fils de Jean, m'aimes-tu plus que ceux-ci?" Il lui répondit: "Oui, Seigneur, tu sais que je t'aime." Jésus lui dit: "Pais mes agneaux."
Jean 21, 16 Il lui dit à nouveau, une deuxième fois: "Simon, fils de Jean, m'aimes-tu" - "Oui, Seigneur, lui dit-il, tu sais que je t'aime." Jésus lui dit: "Pais mes brebis."
Jean 21, 17 Il lui dit pour la troisième fois: "Simon, fils de Jean, m'aimes-tu?" Pierre fut peiné de ce qu'il lui eût dit pour la troisième fois: "M'aimes-tu", et il lui dit: "Seigneur, tu sais tout, tu sais bien que je t'aime." Jésus lui dit: "Pais mes brebis.
Jean 21, 18 En vérité, en vérité, je te le dis, quand tu étais jeune, tu mettais toi-même ta ceinture, et tu allais où tu voulais; quand tu auras vieilli, tu étendras les mains, et un autre te ceindra et te mènera où tu ne voudrais pas."
Jean 21, 19 Il signifiait, en parlant ainsi, le genre de mort par lequel Pierre devait glorifier Dieu. Ayant dit cela, il lui dit: "Suis-moi."

Si ce texte parle de ce mystère, alors il est très important et annonce pour la proximité de quelques siècle, la fin de l'Eglise visible et la venue de certaines épreuves eschatologique.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Scat



Masculin Messages : 1169
Inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 30 Déc 2006, 19:12

Ce qui me gène Arnaud c'est pourquoi les 2 premier secret se sont déroulé dans un laps de temps assez court finalement et que le troisième soit pour "plusieurs" siècles après nous ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.linceul-turin.com
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 30 Déc 2006, 20:23

Scat a écrit:
Ce qui me gène Arnaud c'est pourquoi les 2 premier secret se sont déroulé dans un laps de temps assez court finalement et que le troisième soit pour "plusieurs" siècles après nous ?

Je dis plusieurs siècle pour éviter les récupération mystique exaltées (si tant est que ce que j'écris pourrait avoir une autorité).

Mon opinion est la suivante:

Première phase: La guerre religieuse de l'islamisme peut traumatiser le monde, surtout si l'Iran devient nucléaire.

Deuxième phase: il se peut que, une génération plus tard, se lèvent des jeunes qui se retournent avec dégoût contre tout ce qui porte le nom de Dieu. Un peu comme les fils de la génération de 1940 détruisirent en Europe tout ce qui rappelait le mot "patrie".

Mais ce n'est qu'une opinion sociologique.

Cela peut donc prendre 40 ans...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Scat



Masculin Messages : 1169
Inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Mer 03 Jan 2007, 16:34

c'est assez proche finalement...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.linceul-turin.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Ven 12 Jan 2007, 22:03

Si je lis le 3ème secret, je suis confortée dans mon idée que ce secret ne vise pas l'attentat contre Jean-Paul II.

"Il fut tué..." et Jean-Paul II n'a pas été tué !

Si l'Eglise est le corps du Christ, logiquement si je réfléchis : elle doit passer aussi par la Passion du Christ avec tous ses membres.

Jésus invitait déjà ses disciples à boire à la même coupe que Lui ?

Et si nous voulons prendre notre croix et Le suivre, il me semble qu'il n'y a pas d'autre issue que celle d'en passer par "La Passion" et puis bien sûr la Résurrection.
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: A quoi sert une prophétie ?   Sam 13 Jan 2007, 10:20

A quoi sert une prophétie ?

Moi je crois que c'est Jésus qui nous donne la réponse, lorsqu'il ouvre l'âme des disciples d'Emmaus à l'intelligence des Ecritures. Il va les aider à comprendre la passion, à partir des prophéties d'Isaïe.

Remarquez donc que ces prophéties on éclairé après que l'évènement se soit passé et pas avant.

Prophétiser, c'est pas prédire l'avenir. La prophétie est une clé qui va nous aider à comprendre un évènement important. Elle va être important pour comprendre un évènement du présent ou du passé immédiat.

Personnellement il m'a été donné de faire rêve prophétique, un rêve qui m'aidera à comprendre un évènement qui s'est déroulé 3 ans après avoir fait ce rêve. Mon rêve a pris tout son sens quand l'évènement venait juste de passer et en même temps il a donné tout son sens à cet évènement. Je vais vous le raconter brièvement pour que vous compreniez.

J'ai rêvé que je quittais la ville où j'exerçais mon ministère diaconal, par les airs, pas en avions, mais si je volais moi-même. J'étais accompagné par un ange. Nous avons survolé la campagne puis nous sommes arrivés au dessus d'une grande ville et là nous sommes descendus dans un grand bâtiment. L'ange m'a alors fait entrer dans une pièce où se trouvait Jésus allongé dans un lit. Je me suis assis à côté de lui, le coeur rempli d'une joie inexprimable. Ne me demandé pas ce que nous nous sommes dit, je ne m'en souviens pas et d'ailleurs je ne me souviens même pas si on s'est dit quelque chose. Je ne me souviens que du bonheur dont mon âme était inondée.

C'est alors que j'ai du le quitter, invité par cet ange qui me fit entrer dans une autre pièces et quand la porte s'est refermé, je me suis retrouvé face à face, non plus avec Jésus, mais avec le démon qui se jeta sur moi. Cette pièce était en grande partie arrondie et le mur était en verre. Je dû me battre en corps à corps avec lui. C'est alors que j'ai trouvé à ma porté, un grand pieux de bois pointu que j'ai saisi. J'ai transpercé le coeur du démon qui a laché prise ; j'ai jeté ce pieux dans le mur de verre qui s'est brisé et là j'ai pu vite m'échapper. Je me suis alors mis à la recherche de Marie. Pourquoi ? Je crois savoir que c'est parce que comme l'enfant qui avait eu très peur, je cherchais à me réfugier dans les bras de ma maman. Parce qu'inutile de vous dire combien j'ai eu peur. Quand je me suis réveillé mon coeur était encore tout rempli d'effroi, si on peut parler d'effroi. Je ne saurais exprimer ce que j'ai ressenti.

Eh bien, 3 ans après, j'ai changé de ville pour aller exercer mon ministère dans un hôpital militaire. Je me suis retrouvé aumônier de cet hôpital. J'y ai rencontré un médecin militaire féminin avec qui j'ai noué une relation d'amitié spirituelle. Elle était africaine et venait très souvent prié avec moi à la chapelle. Je l'emmenais même dans un groupe de prière charismatique. Un jour je lui ai ouvert mon coeur, lui parlant de grande grâce que j'avais reçu de Thérèse de l'enfant Jésus. Je me trouvais alors dans la sacristie de la chapelle, transformée en bureau, car mon bureau était en travaux. Je ne vais pas rentrer dans les détails car je serais très long.

Ce que je sais c'est que je lui ai demandé de ne plus venir me voir, de ne plus venir prier avec moi, de ne plus me parler, car après cette soirée où je m'étais mis à nu spirituellement si on peux dire, elle m'a annoncé que son futur mari lui avait fait une crise de jalousie. Il se trouvait en afrique à ce moment, et comme apparemment il avait des dons de voyance, il nous avait vu dans la sacristie en train de le tromper.

Eh bien 6 mois plus tard, alors qu'on ne se parlait plus et qu'ils venaient de se marier, il sont arrivé dans mon bureau que j'avais réintégré. Et là, devant son mari, cette femme par 2 fois, dont une en me regardant dans les yeux sur ma demande, a avoué que nous avions fait ensemble, ce soir là, l'amour dans la sacristie. Elle a dit que lorsque nous chantions l'office des laudes dans la chapelle, devant le St Sacrement, que je la caressait, etc .... Je vous passe les détails.

J'ai eu beau expliquer qu'il ne s'était jamais rien passé, le mari voulait absolument que nous allions ensemble à la chapelle, nous agenouiller devant le St Sacrement pour demander pardon au Seigneur d'avoir fait cela, d'avoir blasphémer ainsi. C'est son expression. J'ai refusé et ai fini par les mettre à la porte de mon aumônerie. Il m'a alors menacé d'écrire à mon évêque. Je lui ai dit qu'il pouvait le faire s'il voulait, que je n'avais rien à me reprocher.

Quand ils sont sortis je me suis éffondrés, en pleur. Si toute cette histoire arrivait aux oreilles de mon épouse, ce que je craignais (elle était très jalouse, et en plus j'étais célibataire géographique quand cela est arrivé), mon couple exploserait. C'est alors que tout à coup, à ce moment là, mon rêve m'est revenu en mémoire pour que je comprenne le sens de ce que je venais de vivre. C'est alors que mon rêve a pris tout son sens et que cette histoire aussi. J'ai alors compris que le Seigneur était là et qu'il ne m'abandonnerait pas.

La pièce où je venais de recevoir ce couple démoniaque, car c'est le nom qui va le mieux, avec lequel je venais de me battre pour clamer mon innocence ; cette pièce (mon bureau) était en grand partie en forme de cercle et fait de briques de verre. C'est le premier rapprochement que j'ai fait. Puis j'ai compris que ce voyange dans les airs vers cette grande ville, c'était ma mutation et ce grand bâtiment c'était l'hôpital et Jésus allongé sur un lit, c'était les malades que je visitais depuis que j'étais aumônier, et ce combat avec le démon, c'était cette épreuve que je venais de vivre et qui n'était pas terminé.

Je me suis alors abandonné entre les mains du Seigneur acceptant d'avance le sacrifice de mon couple si jamais cette histoire tournait mal, car je ne pouvais prouver mon innoncence. De plus cette femme avait donné comme détail, que nous avions fais l'amour sur un tapis rose. C'est quelques années plus tard, à Lisieux, racontant cette histoire à mon fils, que tout à coup en reparlant de ce tapis rose que j'ai compris que c'était parce que j'avais mis à nu mon coeur à cette jeune femme en lui confiant les grâces que Thérèse m'avaient accordés. Voilà pourquoi elle m'a accusé d'avoir fait l'amour sur un tapis rose (tapis de rose).

Voilà, tout cela pour vous expliquer ce qu'est pour moi, "une prophétie". En rêve, c'est une prophétie qui m'avait en effet été donné, afin que je comprenne cette épreuve qu'il me serait donné de vivre 3 ans plus tard.

Fraternellement en Christ

Pierre
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 13 Jan 2007, 11:00

Cher pierjosse, merci pour cet émouvant témoignage ! flower

J'admire votre force d'avoir d'avance accepté le sacrifice de votre couple si cela devait se produire, comme votre confiance en Dieu est grande.
Alors que vous étiez innocent !

Je suis interpellée aussi par ce "tapis rose" vous écrivez parce que vous lui aviez confié une grande grâce reçue de Thérèse, la personne vous a accusé.

J'en déduis donc qu'il vaut mieux ne pas confier ses grâces ??? garder les secrets du Roi.

Encore merci à vous, et union de prières dans le Seigneur
:sts:
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 13 Jan 2007, 11:00

Cher Pierre,

Et comment à votre avis, s'est réalisé cette partie du rêve:
Citation :
"J'ai planté un pieu dans le coeur du démon"?


N'est ce pas l'offrande que vous avez fait de cette croix à Dieu?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 13 Jan 2007, 12:49

PIERRE JOSSE dit :
Citation :
.......
Eh be ! affraid
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 13 Jan 2007, 13:06

Et bien.....Puisqu'on en est aux témoignages, je vous fais une confidence que je confie à votre discernement :


Il y a quelques années, le soir , au moment de ma prière, j'ai été emmenée avec mon corps quelque part où je voyais tout Paris. (Je pense que c'était devant le Sacré-Coeur où je me rendais régulièrement à l'adoration.....)

J'étais accompagnée par quelqun que je ne voyais pas mais qui était à mes côtés. Il m'a expliqué des tas de choses dont j'ai été incapable de me rappeler.

La seule chose dont je me rappelle, c'est qu'il fallait que je prie pour que les lieux saints de Paris soient préservés (j'en ai conclus que Paris risquait d'être détruit). Il m'était aussi demandé de prier pour la jeunesse...!?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 13 Jan 2007, 13:41

Citation :
La seule chose dont je me rappelle, c'est qu'il fallait que je prie pour que les lieux saints de Paris soient préservés (j'en ai conclus que Paris risquait d'être détruit). Il m'était aussi demandé de prier pour la jeunesse...!?

Cela rappelle cette phrase de la prophétie de sainte Odile (texte du VIII° siècle) sur la seconde guerre mondiale :

Citation :
LA PROPHETIE DE SAINTE ODILE


Ecoute, écoute, ô frère. J’ai vu la terreur des forêts et des montagnes. L’épouvante a glacé les peuples. Il est venu le temps où la Germanie sera appelée la nation la plus belliqueuse de la terre. Elle est arrivée l’époque où surgira de son sein le guerrier qui entreprendra la guerre du monde et que les peuples en armes appelleront l’Antéchrist, celui qui sera maudit par les mères pleurant, comme Rachel, leurs enfants et ne voulant ne pas être consolées.
Le conquérant partira des rives du Danube. La guerre qu’il entreprendra sera la plus effroyable que les humains auront jamais subi. Ses armées seront flamboyantes et les casques de ses soldats seront hérissés de pointes qui lanceront des éclairs pendant que leurs mains brandiront des torches enflammées.
Il remportera des victoires sur terre, sur mer et jusque dans les airs, car on verra ses guerriers ailés, dans des chevauchées inimaginables, s’élever jusque dans le firmament pour y saisir les étoiles afin de les projeter sur les villes et y allumer des grands incendies.
Les nations seront dans l’étonnement et s’écrieront: "D’où vient sa force?".
La terre sera bouleversée par le choc des combats: les fleuves seront rougis de sang, et les monstres marins eux-mêmes s’enfuiront épouvantés jusqu’au plus profond des océans.
Les générations futures s’étonneront que ses adversaires n’aient pu entraver la marche de ses victoires.
Des torrents de sang humain couleront autour de la montagne, ce sera la dernière bataille (ultima pugna).
Cependant, le conquérant aura atteint l’apogée de ses triomphes vers le milieu du sixième mois de la deuxième année des hostilités, ce sera la fin de la première période, dite de victoire sanglante. Il croira alors pouvoir dicter ses conditions.
La seconde partie de la guerre égalera en longueur la moitié de la première: Elle sera appelée tempus diuitionis, la période de la diminution. Elle sera féconde en surprises qui feront frémir les peuples.
Dans la troisième période, tous les peuples spoliés recouvreront ce qu’ils ont perdu et quelque chose de plus: La région Lutèce sera sauvée elle-même à cause de ses montagnes bénies et de ses femmes dévotes. Pourtant, tous auront cru à sa perte, mais les peuples se rendront sur la montagne et rendront grâce au Seigneur.
Car les hommes auront vu de telles abominations dans cette guerre que leurs générations n’en voudront plus jamais.
Malheur pourtant encore à ceux qui ne craignent pas l’Antéchrist, car il suscitera de nouveaux meurtres. Mais l’ère de la paix sous le feu sera arrivée et l’on verra les deux cornes de la lune se réunir à la croix, car en ces jours, les hommes effrayés adoreront Dieu en vérité, et le soleil brillera d’un éclat inaccoutumé.

Quand on pense au secret de la Salette qui dit que
Citation :
"Paris sera détruit et Marseille engloutit"
, on se dit que votre songe ne parle pas que du passé. On sait que, comme le WTC, Paris est une cible symbolique pour certains extrêmistes...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 13 Jan 2007, 14:15

Il y a aussi Anne-Catherine Emmerich qui dit :

Citation :
PARIS

Dans un endroit, il me sembla qu'on minait en-dessous une grande ville où le mal était à son comble. Il y avait plusieurs diables occupés à ce travail. Ils étaient déjà très avancés et je croyais qu'avec tant et de si pesants édifices elle allait bientôt s'effondrer. J'ai souvent eu, à propos de Paris, l'impression qu'il devait être ainsi englouti : je vois tant de cavernes au-dessous, mais qui ne ressemblent pas aux grottes souterraines de Rome avec les sculptures dont elles sont ornées.
http://leraton-laveuretl-aigle.blogspirit.com/

??????????
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 13 Jan 2007, 14:23

Arnaud Dumouch a écrit:
Cher Pierre,

Et comment à votre avis, s'est réalisé cette partie du rêve:
Citation :
"J'ai planté un pieu dans le coeur du démon"?


N'est ce pas l'offrande que vous avez fait de cette croix à Dieu?

Certainement, je n'y avais pas pensé jusqu'ici. Merci

Fraternellement en Christ.

Pierre
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 13 Jan 2007, 14:41

Elise a écrit:
J'en déduis donc qu'il vaut mieux ne pas confier ses grâces ??? garder les secrets du Roi.

Chère Elise,

Les grâces que Thérèse m'a accordée, les membres de ma famille et d'autre amis en ont été témoins. Il n'y avait là aucun secret. Il est évident que les démons qui habitaient cette femme ont cru deviné, que le Bon Dieu avait un plan particulier sur moi et c'est je crois pour cela qu'ils ont essayé de me détruire, car ce n'est pas que mon couple qu'ils auraient détruit, mais aussi ma carrière. Je perdais tout.

Et comme le Seigneur m'a fait comprendre, en ramenant ce rêve à ma mémoire qu'il veillait sur moi, je me suis abandonné entre ses mains, je lui ai tout offert d'avance ; j'ai accepté de tout perdre par amour pour Lui et surtout pour mon ministère qui aurait été éclaboussé et Lui avec. Il est évident que si ces personnes avaient mis cela sur la place publique, que je n'aurai pas pu continuer à exercer mon ministère diaconal. Mais Dieu ne l'a pas permis, c'était seulement une mise à l'épreuve ; pour que je lui montre jusqu'où j'étais prêt à le suivre dans l'offrande que je lui avais fait de moi-même, 25 ans auparavant.

Ces personnes sont repartis en Côte d'Ivoire, après qu'elle est (rappelé vous qu'elle était médecin) râté tous les examens qu'elle était venu passer en France. Je n'en ai plus entendu parlé depuis.

Dieu a permis que je sois crucifié dans l'amour que j'avais pour mon épouse, car depuis ce jour, mon épouse que j'ai voulu prévenir de ce qui m'arrivait, s'est retrouvé avec cette croix planté dans son coeur et son amour pour moi. Elle a toujours gardé au fond de son coeur "un doute". C'est ressorti plusieurs fois. Maintenant ce n'est plus par cette croix que je suis crucifié, mais par l'amour blessé de mon épouse, qui me blesse profondément. Car à cause de cet amour blessé, elle n'arrive plus à m'aimer comme une épouse aime son mari. Je ne peux pas lui en vouloir, puisque le Seigneur est derrière ce que je suis entrain de vivre. J'accepte cela comme une nouvelle épreuve par laquelle le Seigneur désire que je passe ; une épreuve terrible qui dure maintenant depuis 5 ans.

Fraternellement en Christ.

Pierre
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 13 Jan 2007, 15:14

[quote="Arnaud Dumouch"]
Citation :
LA PROPHETIE DE SAINTE ODILE


Ecoute, écoute, ô frère. J’ai vu la terreur des forêts et des montagnes. L’épouvante a glacé les peuples. Il est venu le temps où la Germanie sera appelée la nation la plus belliqueuse de la terre. Elle est arrivée l’époque où surgira de son sein le guerrier qui entreprendra la guerre du monde et que les peuples en armes appelleront l’Antéchrist, celui qui sera maudit par les mères pleurant, comme Rachel, leurs enfants et ne voulant ne pas être consolées.

Tiens....Curieux....! C'est la prière qui me vient constamment dans le coeur. C'est le cas pour la Palestine. Ca a été le cas pour le Liban......! Les larmes me montent aux yeux de manière inexplicable (ordinairement, je n'ai pas la larme facile) et un verset me vient spontanément aux lèvres :
Citation :
JER 1, 1
15 Ainsi parle Jéhovah: Une voix a été entendue à Rama, -Des lamentations et des pleurs amers:
Rachel pleurant ses enfants; Elle refuse d'être consolée, Parce que ses enfants ne sont plus.

J'ai l'impression de pleurer en voyant pleurer la Vierge Marie...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 13 Jan 2007, 16:57

pierjosse a écrit:
Elise a écrit:
J'en déduis donc qu'il vaut mieux ne pas confier ses grâces ??? garder les secrets du Roi.

Chère Elise,

Les grâces que Thérèse m'a accordée, les membres de ma famille et d'autre amis en ont été témoins. Il n'y avait là aucun secret. Il est évident que les démons qui habitaient cette femme ont cru deviné, que le Bon Dieu avait un plan particulier sur moi et c'est je crois pour cela qu'ils ont essayé de me détruire, car ce n'est pas que mon couple qu'ils auraient détruit, mais aussi ma carrière. Je perdais tout.

Et comme le Seigneur m'a fait comprendre, en ramenant ce rêve à ma mémoire qu'il veillait sur moi, je me suis abandonné entre ses mains, je lui ai tout offert d'avance ; j'ai accepté de tout perdre par amour pour Lui et surtout pour mon ministère qui aurait été éclaboussé et Lui avec. Il est évident que si ces personnes avaient mis cela sur la place publique, que je n'aurai pas pu continuer à exercer mon ministère diaconal. Mais Dieu ne l'a pas permis, c'était seulement une mise à l'épreuve ; pour que je lui montre jusqu'où j'étais prêt à le suivre dans l'offrande que je lui avais fait de moi-même, 25 ans auparavant.

Ces personnes sont repartis en Côte d'Ivoire, après qu'elle est (rappelé vous qu'elle était médecin) râté tous les examens qu'elle était venu passer en France. Je n'en ai plus entendu parlé depuis.

Dieu a permis que je sois crucifié dans l'amour que j'avais pour mon épouse, car depuis ce jour, mon épouse que j'ai voulu prévenir de ce qui m'arrivait, s'est retrouvé avec cette croix planté dans son coeur et son amour pour moi. Elle a toujours gardé au fond de son coeur "un doute". C'est ressorti plusieurs fois. Maintenant ce n'est plus par cette croix que je suis crucifié, mais par l'amour blessé de mon épouse, qui me blesse profondément. Car à cause de cet amour blessé, elle n'arrive plus à m'aimer comme une épouse aime son mari. Je ne peux pas lui en vouloir, puisque le Seigneur est derrière ce que je suis entrain de vivre. J'accepte cela comme une nouvelle épreuve par laquelle le Seigneur désire que je passe ; une épreuve terrible qui dure maintenant depuis 5 ans.

Fraternellement en Christ.

Pierre

Cher pierre,

Merci j'ai encore lu avec grande émotion votre témoignage, je vous porterai dans ma prière vous et votre épouse, surtout quand je vais à l'Adoration Eucharistique. Merci aussi pour l'explication.

Je comprends d'autant mieux votre cas que étant jeune mariée, j'étais très naive et un jour que j'étais à la maison mon beau-frère est venu chez moi, il ne s'est rien passé mais il n'avais pas envie de travailler et est resté là car il savait que j'avais une journée de congé.

Quand mon époux est rentré de son travail, mon beau-frère lui a dit je ne suis là que depuis un quart d'heure alors qu'il était là depuis le matin.

Il est parti et j'ai tout avoué à mon jeune époux et dit que rien ne s'était passé mais hélas comme mon beau-frère est un homme qui avait l'habitude de trahir son épouse, mon mari a eu un doute dans le coeur aussi. Il en a souffert , des années ce doute était en lui... maintenant il sait que ce n'est pas vrai ! mais quelle peine quand on se sent accusé pour rien et que votre couple traverse un telle crise. Alors c'est de tout coeur que je prierai pour que votre épreuve à tout deux cesse si c'est la volonté de Dieu !

Quand aux grâces, je me suis mal exprimée, en fait je me posais la question à moi faut il raconter ses grâces ? car j'en ai racontée et sans que Dieu me le reproche parce que c'était sur la demande de mon curé, il me répugne néanmoins de dévoiler mon intimité avec le Seigneur.


Etant engagée en Eglise, je sais par expérience que quand on dérange le mauvais il trouve un moyen de vous faire du mal, il essaie de faire avorter certains projets j'ai pu constater cela surtout quand il s'agit de la Ste Vierge et de l'Adoration Eucharistique que notre nouveau curé vient d'instaurer.

Mais Dieu est toujours victorieux et Marie a reçu grande puissance sur les forces du mal !

Bien fraternellement,

Dieu vous bénisse, votre ministère et votre épouse

Elise
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Merci Elise   Sam 13 Jan 2007, 18:28

Elise a écrit:
Quand aux grâces, je me suis mal exprimée, en fait je me posais la question à moi faut il raconter ses grâces ? car j'en ai racontée et sans que Dieu me le reproche parce que c'était sur la demande de mon curé, il me répugne néanmoins de dévoiler mon intimité avec le Seigneur.

Elise,

Après m'être confié à cette femme en qui j'avais, comme âumônier, mis toute ma confiance ; et qui était appréciée par tout le groupe de prière où elle m'emmenait, ce soir là j'ai dit au Seigneur : "mais pourquoi lui ais-je raconter tout cela ?". Je crois que c'est le Seigneur qui m'a poussé à m'ouvrir ainsi. Je n'avais aucune raison de me méfier d'elle. En général, lorsque j'ouvre mon coeur sur le plan spirituel à quelqu'un, c'est parce que j'y suis poussé.

Pour cette épreuve qui m'avait été annoncée 3 ans auparavant, il falait que j'ouvre mon coeur à cette femme.

De plus, mon épouse, à cause de certaines expèriences mystiques que j'ai faites, croit que je suis malade ; que par moment je ne sais plus ce que je fais. Elle m'a dit que j'avais pu faire l'amour à cette femme dans un de ces moments, et que je pouvais très bien ne plus m'en rappeler. Que répondre à cela ? Je sais que ce soir là je n'ai pas fait d'expérience mystique mais est simplement échangé avec cette femme qui était devenu une amie. Ma femme reste persuadé qu'il est possible que j'ai eu cette relation avec cette femme, à cause de ce que je vie sur le plan mystique. Je suis donc dans l'incapacité de lui prouver quoi que ce soit. Moi j'ose croire (sans doute pour me rassurer) que cela fait partie de ce que Jésus me demande de vivre. L'important pour moi, c'est d'être capable de supporter, le temps que le Seigneur le voudra, cette terrible épreuve. Et comme je crois que Thérèse veille sur moi comme une maman, avec Marie ma maman, alors je n'ai pas peur.

Lorsque j'ai eu à vivre mystiquement la passion de Jésus, mais vécue comme si j'étais un tout petit enfant, de manière très adoucie, Marie a toujours été à mes côtés. Une fois elle m'a même invité à changer avec elle une chanson que j'avais apprise dans un groupe de prière du Renouveau : "Jésus, Jésus, Jésus .....". Elle m'a dit (si c'est vraiment elle qui me parlait et que c'était pas là le fruit de mon imagination ou une hallucination psychotique), que c'était la chanson qu'elle me chantait lorsque j'étais petit. C'est comme cela que j'arrivai à soutenir ces passions mystiques, soutenu par ce chant et ma maman qui le chantait avec moi.

Je sais que c'est folie ce que je raconte là, mais c'est la vérité, ce qui ne veut pas dire que c'était vraiment Marie qui me parlait. Je l'ai cru, mais je sais très bien que lorsqu'on fait une psychose, des voix peuvent vous parler comme si elles étaient vraies alors que c'est votre propre conscient qui vous parle.

Tout cela pour vous dire que Marie que je cherchais dans ce rêve prophétique, s'est montré depuis à moi, du moins j'espère que c'était elle, car c'est ce que m'a dit mon coeur. Ce qui est très dûre, c'est de vivre des choses qui semblent tellement vrai et pour lesquelles lorsqu'on se réveille, avec le temps, on ne sait plus que penser. On est vraiment très seul face à cela. Mais je suis tellement content de n'avoir pas perdu la tête, avec tout ce que j'ai vécu et supporter !

Merci beaucoup pour tes prières. Nous en avons tellement besoin mon épouse et moi.

Que Dieu te bénisse aussi, ainsi que tous tes proches.

Pierre
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 13 Jan 2007, 20:03

Pierre,

Je te rejoins sur le plan des expériences mystiques car j'en ai vécues aussi. Pas aussi fortes que toi, mais à 17 ans Jésus est venu dans ma chambre après une nuit mystique alors que je Le l'avais supplié : pourquoi m'as tu abandonné ? Il est venu, je L'ai vu avec les yeux du coeur pas ceux de la chair, mais est resté toute la nuit dans ma chambre. Ce fut une de mes expériences mystiques les plus fortes, je ressens encore le feu qui brûlait mon coeur en ce temps là. Je ne pouvais en parler, un père pas pratiquant, violent et autant dire pas croyant même. Ma mère était une femme soumise. Et mon entourage aurait ri de moi.
J'ai partage cette expérience à l'âge de 23 ans pour la première fois à mon époux qui me croit mais lui hélas ne pratique plus ce qui est une souffrance pour moi mais ne m'empêche pas de prendre des engagements en Eglise autant que je le souhaite. Et puis à une amie il y a un an et seulement à notre curé qui est nouveau il y a qq mois; Il m'a dit tu n'as pas le droit de garder ces grâces pour toi, elles ne sont pas uniquement pour toi, tu dois témoigner mais tu n'es pas forcée... donc je n'ai encore rien dit dans le groupe du Renouveau dont je fais partie.
Il m'arrive d'entendre Jésus par locutions intérieures, A l'Adoration de sentir sa présence, vraiment sentir la présence réelle. Un après-midi je l'ai vu dans le St-Sacrement, c'était la face souffrante du suaire de Turin. Je me souviens m'être approchée et de me demander mais est ce que je vois bien ? je l'ai revu ! En retraite à Banneux dernièrement, il m'a aussi parlé là j'ai partagé avec le groupe du Renouveau, une autre grâce aussi j'étais à l'adoration à la paroisse et je suis allergique aux lys, il y avait des lys près de Jésus mais j'avais tant envie d'être près de lui que j'ai pris le risque et rien ne m'est arrivé. Dans la chapelle où nous étions en retraite j'ai directement été frappée par cela quand je suis arrivée, sur la porte du tabernacle il y avait un dessin : la ste hostie au milieu des lys alors j'ai également partagé.
Tout cela n'étonne pas mon curé au contraire et d'autres ont partage aussi des grâces.
Quand je sors de la messe ou de l'Adoration, je suis dans les vaps.... drunken

Tu vois j'allais ne rien dire et puis cela me sort du coeur I love you

Et d'autres choses encore... j'écris tout dans un cahier.

J'aime beaucoup la petite Thérèse, je me suis rendue avec mon époux plusieurs fois à Lisieux.

permets moi de penser que suite à une expérience mystique tu n'aurais pu commettre l'adultère, Dieu ne l'aurait pas permis. Ce qui vient de Dieu ne peut porter au péché.

Du moins, c'est mon humble avis mais peut-être que Dieu permet certaines choses afin que cela concoure à notre sanctification.

Je suis moi-même une femme pardonnée d'adultère, je n'ai pas honte de le dire ... je me suis relevée et j'en aime davantage le Seigneur Jésus.
Dès que le pardon est accordé Dieu oublie, alors c'est notre devoir d'oublier aussi.

Je sentais tellement le doute de mon époux que par dépit j'ai cédé un jour à un collègue de travail, je m'en suis amèrement repentie. Le prêtre m'a dit de n'en pas parler à mon mari car cela ne servait à rien que de le faire souffrir encore plus. Cette histoire est close à jamais.

Mais cela a servi à me rendre plus humble, si je n'avais pas et ne péchais pas d'autres façons parfois, je serais peut-être bien une grande orgueilleuse.

Ce que nous vivons Dieu Le permet, il a ses secrets... et parfois j'étouffe d'Amour, car même en paroisse, ou avec mon mari je peux pas toujours parler de mon Bien-Aimé ! Mais je dois dire que dans le groupe du Renouveau eux sont toujours réceptifs.

Cela me fait du bien d'échanger avec toi, et comme tu dis on est toujours seul avec son grabat... pas vraiment car Dieu est là.

A la retraite, notre curé nous parlait du paralytique quand Jésus lui dit prend ton grabat et marche... cela veut dire prend ton passé, porte le et suis moi, et laisse moi descendre au plus profond de tes blessures intérieures afin que je les guérisse. Nous porterons alors notre grabat mais ce grabat sera léger. Je lui posais la question mais dis moi quand tu penses que je serai guérie de mes blessures intérieures parce que parfois des souvenirs reviennent à l'imagination naturellement..; alors il m'a dit tu le sauras quand ces souvenirs reviendront et ils ne te feront plus souffrir. Depuis novembre, beaucoup de mes blessures ont été guéries, je retourne en juin et en janvier jusque mars nous avons chaque semaine une conférence et au milieu il y aura une célébration pour la guérison des blessures intérieures.

Pardonne moi ce long post, quand je parle de Jésus je n'arrêterais plus, et la Ste Vierge Marie je l'aime beaucoup, Elle est notre Mère à tous.

Je ne t'oublierai pas dans mes prières, ni ton épouse :sts:

Elise
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Sam 13 Jan 2007, 20:36

Merci beaucoup Elise,

Ce qui me fait plaisir, c'est de rencontrer des personnes qui eux aussi vivent des choses pas ordinaires. On se sent moins seul.

Fraternellement en Christ

Pierre
Revenir en haut Aller en bas
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Dim 14 Jan 2007, 18:14

Ne t'en fait pas Pierre, ce genres d'attaques est normale pour un mystique, même si cela semble étrange... C'est même bon signe... Disons que satan est en colère... ;)

Je vais prier l'Esprit saint d'éclairer ton épouse afin qu'elle voit clair dans tout ça...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Dim 14 Jan 2007, 18:27

pierjosse a écrit:
Merci beaucoup Elise,

Ce qui me fait plaisir, c'est de rencontrer des personnes qui eux aussi vivent des choses pas ordinaires. On se sent moins seul.

Fraternellement en Christ

Pierre

Bonsoir Pierre, bonsoir tous,

enfin je peux me connecter, depuis l'après-midi je ne pouvais rejoindre le forum ! :|

oui Pierre, on se sent moins seul .... surtout on se sent compris, tellement compris cela fait chaud au I love you

Fraternellement en Christ,

Elise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Dim 14 Jan 2007, 20:55

Chère Elise, il semble qu'il y ait eu une panne, cet après-midi : je ne suis pas arrivée à me connecter non plus (alors que j'y parvenais sur Agape...). Smile

Amitiés. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Dim 14 Jan 2007, 21:00

Fanny a écrit:
Chère Elise, il semble qu'il y ait eu une panne, cet après-midi : je ne suis pas arrivée à me connecter non plus (alors que j'y parvenais sur Agape...). Smile

Amitiés. I love you

Oui Chère Fanny, il semble qu'il y ait eu une panne et je me permets de le dire Cécile m'a contactée, elle non plus ne savait pas se connecter donc voilà nous sommes plusieurs ! I love you mais maintenant il semble que tout va pour le mieux ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
foreigner208



Messages : 1
Inscription : 28/01/2007

MessageSujet: LE VRAI 3EME SECRET DE FATIMA OCCULTE PAR L 'EGLISE   Dim 28 Jan 2007, 23:34

Texte du Secret

"Ne crains rien, chère petite. C'est la Mère de Dieu qui te parle et te demande de rendre public au monde entier le présent Message. Ainsi faisant, tu recontreras de fortes résistances. Ecoute bien et fais attention à ce que je te dis:
Les hommes doivent se corriger. Avec d'humbles suppliques, ils doivent demander pardon pour les péchés commis et pour ceux qu'ils pourraient commetre. Tu souhaites que je te donne un signe, afin que chacun accepte les paroles qu'à travers toi j'adresse à tout le genre humain. Tu as vu le Prodige du Soleil, et tous, croyants, non-croyants, paysans, citadins, journalistes, laïques, prêtres, tous l'ont vu. Et maintenant, proclame en Mon Nom:
Un grand châtiment s'abattra sur toute l'espèce humaine, pas aujourd'hui, ni demain, mais dans la seconde moitié du Vingtième Siècle. Je l'avais déjà révélé aux enfants de "La Salette", Mélanie et Maxime, et aujourd'hui je te le répète, parce que l'humanité a péché et piétiné le Don que je lui avais fait. il n'y a d'ordre dans aucune partie du monde et Satan règne sur les plus hautes fonctions, déterminant le cours des choses. Il réussira à séduire l'esprit des grands savants inventeurs des armes qui permettraient de détruire en quelques minutes la plus grande partie de l'humanité. Il aura en son pouvoir les puissants qui gouvernent les peuples et il les incitera à fabriquer d'énormes quantités de ces armes. Et, si l'humanité ne s'y oppose pas, je serais contrainte de laisser libre le bras de mon Fils. Alors, tu verras que Dieu châtiera les hommes avec plus de sévérité encore qu'au temps du déluge.
Si l'humanité ne se convertit pas, ce sera le temps des temps et la fin des fins; et si tout demeure comme actuellement, ou s'aggrave encore plus, les grands et les puissants périront avec les petits et les faibles. Le temps des plus grandes épreuves viendra aussi pour l'Eglise. Les Cardinaux s'opposeront aux Cardinaux, les Evêques aux Evêques. Satan marchera entre leurs files, et de nombreux changements se produiront à Rome. Ce qui est pourri tombera, et ce qui tombera ne se relèvera plus. L'Eglise sera offusquée et le monde ravagé par la terreur. Le temps viendra où aucun roi, empereur, Cardinal ou Evêque n'attendra plus Celui qui cependant viendra, mais pour punir selon les desseins de mon Père.
Une grande guerre se déchaînera dans la seconde moitié du vingtième siècle. Feu et fumée tomberont du Ciel, les eaux des océans deviendront vapeur et l'écume s'élèvera, ravageant et engloutissant toute chose. Des millions et des millions d'hommes périront d'heure en heure, et ceux demeurés en vie envieront les morts. Partout où le regard se tournera, il n'y aura qu'angoisse, misère et ruines dans tous les pays. Tu vois? Le temps s'approche toujours plus, et l'âbime s'élargit sans aucun espoir. Les bons périront avec les méchants, les grands avec les petits, les princes de l'Eglise périront avec leurs fidèles et les souverains avec leurs peuples. La mort sera partout à cause des erreurs commises par les insensés et par les partisans de Satan qui alors, et seulement alors, régnera sur le monde; en dernier lieu, ceux qui auront survécu à ces événements et qui seront encore en vie, proclameront à nouveau la Gloire de Dieu et Le serviront comme au temps où le monde n'était pas aussi perverti.
Va, ma petite, et proclame-le. Je serai toujours à tes côtés pour t'aider".
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: LE SECRET DE FATIMA   Dim 28 Jan 2007, 23:38

Cher foreigner208,

Ce texte avait été répandu dans les années 90. Le livre de Anna-Marie Turi sur les apparitions de Marie le publie.

C'est évidemment un faux.

Sa source est inconnue.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
 
LE SECRET DE FATIMA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Sens du 3e Secret de Fatima
» Le 3e secret de Fatima selon Jean Paul II
» Video sur le 3e secret de Fatima(tres bon)
» Révélation du Troisième SECRET de FATIMA ?
» Révélations de la Vierge du 3ème SECRET de FATIMA..et pourquoi l'Eglise ne l'a pas publié!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives : Théologie dogmatique, morale et divers-
Sauter vers: