DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Notre Dame d'ESPIS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clotilde
Invité



MessageSujet: Notre Dame d'ESPIS   Dim 26 Nov 2006 - 19:27

Jacques de Moissac nous parle de Notre-Dame d'Espis sunny

Qui est Notre-Dame D'Espis?

Il est véridique qu'un jour, à proximité de Moissac, d'où j'étais, dans les années 1946, la Très Sainte Vierge apparut dans un bois à " petit Gilles", âgé de 5 ou 6 ans. Petit enfant que j'ai eu le bonheur de connaître - nous étions voisins -, il eut des visites innombrables de La Très Sainte Vierge, partout et n'importe où. D'ailleurs élevés à l'école libre où nous avions un prof de cathéchisme, Monsieur Grés Pierre, qui pour moi, avec le Saint Curé d'Ars, dont il était un fervent dévôt, nous enseignait leur vie.
Ce Saint homme était au courant des apparitions d'Espis, à côté de Moissac (82). Inutile de dire que nous en fûmes informés.

J'ai connu deux autres voyants, qui sont toujours de ce monde. Mais qui hélas, sous la pression de Monsieur l'Evêque de Montauban, ont renié ces apparitions. Mais quoi qu'il en soit, je suis un témoin, non par des visions, mais d'autres manifestations.
Je fréquente encore ces lieux où tous les treize du mois, il y a une messe, vêpres, etc. Cela me revient : l'Evêque était Mr Théas.

Revenons aux lieux.

Ce bois est sur une colline, plus ou moins à l'époque praticable ; depuis bien 40 ans, ce n'est plus le cas, car mon frère entrepreneur de TP a avec son matériel, mis les accès en sécurité. Bien sûr ces travaux furent faits bénévolement. Donc avec la bénédiction du Père Jean, qui repose en paix, sont venus des pèlerins.

Pour mon cas, je suis plus ancien dans la pratique du bois d'Espis, et ils ignoraient mes réelles connaissances du temps de Gilles Bouhours.
Avant cela, un silence avait frappé le bois d'Espis qui, par la Sainteté du Père Jean Laborie, a été remis, disons, à la piété du monde chrétien ; bois où il a sa sépulture. Ceci est une minuscule description, mais vous pouvez trouver le petit livre d'une cinquantaine de pages : '' Le petit Gilles".

Quand l'église a repris l'endroit, comme le lieu s'appelle Espis, elle fut consacrée à Notre-Dame. Actuellement une chapelle y reçoit les pèlerins, qui hélas, il faut bien l'avouer, sont de moins en moins présents.
Mais j'atteste, étant l'un des derniers survivants, autre que les deux voyants rétractés, de la Présence de la Très Sainte Vierge dans ces lieux.

Notre-Dame d'Espis, priez pour nous, bénissez et protégez tous les lecteurs de ces modestes lignes, vouées à votre Honneur. Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit! Amen.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Lun 27 Nov 2006 - 7:42

Chère Clotilde,

Tu connais aussi ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Lun 27 Nov 2006 - 13:43

Non, je ne connaissais pas, je joue simplement les intermédiaires ;)
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Lun 27 Nov 2006 - 14:27

LA REINE DU SAUVEUR.

Maintes fois la Douce Vierge avait décliné ses titres à son petit confident :

"Sainte Marie, Mère de Grâces ".
"Sainte Marie, Mère de Dieu".

Or, le 15 août 1954, elle lui découvre une autre appellation, plutôt nouvelle, inattendue.

A Seilhan, au soir de cette solennité, la maisonnée en prière dans l'oratoire familial, Gilles reçoit, une fois encore, la toute aimante visiteuse.

Elle lui dit : " Je suis la Reine du Sauveur , tu peux le dire à Monsieur le Curé".

Aussitôt Gilles en parle à ses parents.

Très surpris, ils lui disent : Ecoute bien, tu demanderas à la Sainte Vierge si tu as bien compris ".

Et Gilles d'interroger Notre-Dame :" Sainte Vierge, c'est bien comme ça que vous vous appelez ?"

Oui, Gilles, tu peux dire : " Reine du Sauveur, priez pour nous".

XXX

Le 5 novembre 1954, Marie lui redit son message.

C'était le premier vendredi du mois. Avec papa et maman, Gilles assiste à la Messe réparatrice du Sacré-Coeur.

Il aperçoit la Mère de Jésus sur l' Autel à côté de l' Epitre.

L' enfant L'y contemple de la fin de l' Evangile à la Communion.

A la Consécration, Elle s'incline profondément vers le milieu de l' Autel. Elle adore l' Hostie Sainte entre les doigts du prêtre..

Heureusement prêtre vraiment !...

Avant le Pater, Gilles renouvelle sa demande :" C'est bien vrai, Sainte Vierge, que Vous êtes la Reine du Sauveur ?"

Et la Vierge de reprendre, dans un ravissant sourire :

Oui, Gilles, tu peux dire : Reine du Sauveur, priez pour nous ".

XXX

Le 11 octobre 1954, par son Encyclique : " Ad Cœli Regnum ", S. S. Pie XII proclamait la Royauté Universelle de Marie.

Révélant ce nouveau titre à Gilles, en sa glorieuse Assomption, c'était semble-t-il, devancer cette proclamation solennelle si douce à son Cœur.

Royauté de convenance et de grâce, découlant d'abord du privilège inouï de la Maternité divine : " Celui qui naîtra de Vous, Lui dit l'ange, sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur lui donnera le trône de David son père; et son règne n'aura pas de fin ".
(S. Luc I)

Royauté tout autant dérivée de sa qualité de Corédemptrice : " Comme Dieu... est Père et Seigneur de toutes choses, écrivait saint Anselme au Moyen Âge, ainsi Marie est Souveraine et Mère de tout par la restauration de toutes choses par son entremise.

Oui, véritablement " Reine du Sauveur, du Rédempteur ", selon l' Alleluia de la fête de Notre-Dame des Sept Douleurs : " Sainte Marie, la Reine du Ciel et la Maîtresse du monde, brisée de douleur, était debout près de la Croix de Notre-Seigneur Jésus-Christ".

Une royauté de grâce, certes, mais pas moins de domination sur tout l'univers.

N'est-ce pas cette puissance unique qu' Elle manifeste à Lourdes lorsqu'un simple froncement de sourcils mit l'enfer en fuite, lorsqu'à Fatima Elle se joua apparemment du soleil comme d'un bracelet à son poignet, lorsque en tant de lieux, Elle multiplie les guérisons, les conversions, s'emparant de toutes espèces d'éléments, pour montrer sa présence d'amour et de Miséricorde? C'est bien le fait de si nombreuses merveilles, guérisons et conversions de la Madone miraculeuse des Roses de San Damiano...

Reine du Sauveur, formule rapide rappelant d'un seul jet : la Maternité Divine, la Royauté Universelle, la Corédemption et la Médiation de toute grâce.

Insérer ces privilèges insignes dans une même jaculatoire, n'est-ce pas, de la part de Notre-Dame, suggérer l'usage du personnel de cette invocation, en attendant que la Sainte Eglise la reconnaisse, l'ajoutant par exemple, aux Litanies de Notre-Dame de Lorette?

XXX

En conclusion, aimons à faire nôtre l'exhortation du Saint Père en instituant la fête de Marie Reine :

"Que tous s'approchent donc avec une confiance encore accrue du trône de Miséricorde et de Grâce de Notre Reine et Mère, pour demander le secours dans l'adversité, la lumière dans les ténèbres, le réconfort dans la douleur et les larmes. Qu'ils s'efforcent surtout de s'arracher à la servitude du péché et qu'ils offrent un hommage incessant, pénétré de la ferveur d'une dévotion
filiale à la Royauté d'une telle Mère...

Que la pieuse couronne du Rosaire soit entre les mains de tous pour chanter partout ses gloires."


"Que le Nom de Marie, plus doux que le nectar, soit l'objet des plus grands honneurs."

"Que tous, selon leur condition, s'efforcent de reproduire dans leurs cœurs et dans leurs vies les éminentes vertus de la Reine du Ciel."

Car personne ne peut se croire fils de Marie si, à son exemple, il ne se montre doux, juste et chaste, et ne contribue avec ardeur à la vraie fraternité toute soucieuse d'aider et de consoler."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Dim 3 Déc 2006 - 17:38

Ces apparitions, que je ne connaissais pas non plus, jusqu'à ce que Jacques de Moissac les relate sur le forum Agape, puis le forum Docteur Angélique - qu'il en soit ici vivement remercié - I love you , m'interpellent à plus d'un titre :

-- Pourquoi l'Eglise ne semble-t-elle pas faire cas du témoignage de cet enfant qui a bénéficié d'apparitions mariales pendant plusieurs années ; de 1947 à 1954, si je ne me trompe?

-- Gilles Bouhours a rencontré le Saint-Père Pie XII en 1950, en privé ; son message concernait directement le dogme de l'Assomption, dont on nous dit que le Saint-Père attendait un signe du Ciel pour le proclamer ; l'enfant-messager de Marie n'avait que cinq ans. Alors pourquoi ne parle-t-on pas de Notre-Dame d'Espis??

-- Ce message de la Sainte Vierge confié à Gilles, affirmait :
"La Sainte Vierge n'est pas morte, Elle est montée au Ciel en corps et en âme."

Ce qui me surprend, c'est que S.S. Pie XII a affirmé que la Sainte Vierge n'est pas morte - alors qu'il fallait que Jésus connût la mort et fût mis au tombeau - et qu'elle a été enlevée au Ciel dès qu'elle a eu rendu le dernier souffle... On nous dit que le Saint-Père Jean-Paul II, quant à lui, pensait qu'elle était morte et avait été mise au tombeau (ce qui n'exclut pas son Assomption). Qu'en penser? Question

Je place ci-après le récit très profond concernant son Assomption.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Dim 3 Déc 2006 - 17:41

ASSOMPTION DE MARIE.

Le 1er mai 1950, notre petit Gilles annoncait à SS Pie XII :

" La Sainte Vierge n'est pas morte,
Elle est montée au Ciel en corps et en âme."

En compagnie de l'Abbé Jean Eveillard, essayons de pénétrer le mystère de cette bienheureuse Vierge.

1/ Marie ne serait pas morte pour imiter Jésus-Christ.

On le sait : alors que Jésus nous donne le salut, Marie nous en procure l'auteur, c'est-à-dire Notre Sauveur lui-même.

Au fait, Jésus n'a pas connu la mort naturelle : Il a été tué, crucifié, sacrifié. La mort naturelle chez Marie ne pouvait donc ressembler à celle de Jésus. La prophétie de Siméon nous marque bien le genre de sa mort à elle :" <<Un glaive de douleur transpercera votre âme". Ce fut une mort de "compassion ". C'est sa "chair" qui mourut en celle de son fils.
Ainsi le marque le revers de ma Médaille Miraculeuse : les deux cœurs unis et surmontés de la Croix. Une manifestation plus récente nous figure ces mêmes cœurs Bénis, réunis par une lame acérée aux deux bouts et qui les transperce. Nous voulons parler du message de Notre-Dame du T.S. Rosaire à Kérizinen.
De même, Abraham, acceptant la mort d' Isaac, mourut en lui par compassion. Aussi, put-il recueillir lui-même le fruit de son sacrifice : " En toi sera bénie toute ta descendance."

Marie ne serait pas morte comme fille d'Adam et d'Eve.

Selon le Bienheureux Thomas à Kempis, Marie, aux heures tragiques de la Sainte Passion, aurait dû mourir autant de fois traversée par autant de glaives qu'elle vit et entendit d'injures et de tortures infligées à ce fils de ses entrailles. Or, tout au contraire, Elle ne mourut, ni même fléchit, se tenant debout près de la Croix , pareille au prêtre, offrant le divin Sacrifice.

En effet, cette Vierge très sainte, rachetée par anticipation par le sang de Jésus, échappait à la mort encourue par les premiers parents. De fait, Elle dépassait sans mesure nos premiers parents, créée qu'Elle était pour la T.S. Trinité et le salut de l'humanité, Mère de Dieu et Mère des hommes, Fille de la prédilection du Père, donc aussi des anges, eux-mêmes d'une nature toute supérieure à la nôtre.

3/ Marie proclamée " Immaculée dans sa conception".

Cette conception sans tache et pleine de grâce de Marie la personnifie essentiellement, selon son immémorable réponse à Sainte Bernadette :" Je suis l'Immaculée Conception. "

Comme l'écrit si bien Guy Chastel :

"Immaculée ". Un nom qui n'appartient qu'à Vous,
Un nom blanc que le Ciel a nimbé de lumière,
Un nom que votre bouche a prononcé pour Vous,
Un nom qui, d'une enfant, fit votre messagère".

Ce titre n'atteste pas seulement, chez Marie, l'absence totale de toute tache, mais il proclame encore cette excessive perfection qui l'élève, comme nous achevons de l'écrire, au-dessus de toute créature :

"Ave, gratia plena!".

Définissant cette insigne prérogative, le Souverain Pontife Pie XII déclara :" Alors que le Seigneur parlait par la bouche de son vicaire, Dieu lui-même me communiqua une connaissance si claire et si large de l'incomparable pureté de la Très Sainte Vierge, qu'étant perdu comme dans un abîme, en la profondeur de cette révélation.... je ne crains pas d'affirmer qu'il me fallut alors une grâce toute spéciale pour ne pas mourir de bonheur." Ainsi donc, si Ève restée fidèle ne dut pas mourir, l'Immaculée Marie avait mille fois plus de raisons de se soustraire à la mort.

4/Marie victorieuse de l' enfer.

Dès l'aube des temps, Marie est annoncée et montrée triomphant de l'infernal serpent : " Elle-même t'écrasera la tête" ( Gen. III,I5). Or la mort, comme le péché, c'est l'empire de Satan selon l'épître aux Hébreux (1,14) : " Salaire du péché", d'après la même épître (V,12). Sans doute, Jésus, la sainteté même, est-Il mort. Mais Il s'est fait péché pour nous." (Is. LIII,4-7)

La Mère Immaculée n'ayant nullement endossé nos péchés, sa mort ne pouvait les réparer. Ainsi se conçoivent l'inconséquence et l'impossibilité même de la mort de cette divine Vierge.



5/ Marie ne serait pas morte d'amour.

" Mourir d'amour"; telle était naguère la justification de la mort de Notre-Dame. De là, son âme, d'abord envolée aux cieux, en serait descendue pour reprendre son corps ressuscité. Et pourquoi donc ne pas emporter l'écrin avec le bijou?

Comme saint Paul, comme tant d'autres saints ont souhaité leur dissolution pour être au plus tôt avec Jésus-Christ (Phil. 1, 21), de même la Vierge Marie a-t-elle pu ressentir, en toute soumission d'ailleurs, les désirs les plus véhéments de sa réunion à son Fils bien-aimé... Or, c'est de tout son être qu'elle L'aimait : de tout son corps comme de toute son âme. Ainsi aspirait-Elle à Le contempler de ses yeux, à L'entendre de ses oreilles, à Le serrer sur son Cœur de Mère.

" Un jour vint, comme l'enseigne Pie XII, où Marie fut parfaitement mûre pour le Ciel. Elle y fut alors accueillie, avec toute la délicatesse, avec tout l'empressement, avec tous les honneurs que l'on ne peut concevoir. "

Comment imaginer alors que le Seigneur ne L'eût appelée, ne L'eût reçue toute entière, corps et âme?

La formule si brève de la définition dogmatique le suggère nettement : " Marie, Mère Immaculée de Dieu, au terme de son existence terrestre a été élevée à la gloire céleste avec son corps et son âme."

Et c'est bien dans cette certitude que S.S. Pie XII lui-même, dans une formule de prière pour l' Assomption, a supprimé DE SA MAIN "tout".

Toute allusion à cette mort a de même été exclue des oraisons de la nouvelle Messe de l' Assomption.

(D'après l'abbé Jean Eveillard,
Curé de la Chapelle du Saint-Sauveur
44370 Varades)


Couronnons ces réflexions par les paroles de S.S. Paul VI en son exhortation de midi, le 15 août 1973 : selon la définition du Dogme de l' Assomption, Marie fut élevée en corps et en âme à la plénitude de la gloire de la Vie éternelle. Nous ne saurions fermer les yeux ou rester indifférents devant un fait qui s'inscrit dans notre religion comme un triomphe extraordinaire de vie, de beauté, d'immortalité, étendu aussi à l'humanité corporelle de Celle qui est

BENIE ENTRE TOUTES LES FEMMES

6/ Une heureuse confirmation.

La confirmation de cette doctrine, tout inattendue, nous fut donnée lors de notre passage trop rapide à Rome, à l'occasion de l' Année Sainte.

Visitant la Basilique Saint-Pierre, dès notre arrivée notre vue aperçoit soudain un magnifique tableau tout pareil à celui de l'Ascension de Jésus, tant de fois sans doute aperçu en peinture ou en vitrail..

Mais, ce n'était pas le Sauveur qui s'élevait, c'était la Glorieuse Reine de tous les Saints.

Et quelle joie, quelle admiration dans le regard, dans toute l'attitude des Douze, nullement étonnés cependant de la glorification totale de Celle qui, après nous avoir donné le Sauveur, L'avoir suivi jusqu'au Calvaire, avait été, durant tant d'années encore, leur guide et leur soutien.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Dim 3 Déc 2006 - 18:42

Citation :
Ce qui me surprend, c'est que S.S. Pie XII a affirmé que la Sainte Vierge n'est pas morte - alors qu'il fallait que Jésus connût la mort et fût mis au tombeau - et qu'elle a été enlevée au Ciel dès qu'elle a eu rendu le dernier souffle... On nous dit que le Saint-Père Jean-Paul II, quant à lui, pensait qu'elle était morte et avait été mise au tombeau (ce qui n'exclut pas son Assomption). Qu'en penser?

Auriez vous le texte de Pie XII?

Pour le moment, aucune des deux opinions n'est donc dogmatique.

Vous pouvez donc soutenir les deux (ou l'une ou l'autre), jusqu'à ce que l'Eglise se prononce. Very Happy

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Dim 3 Déc 2006 - 21:42

Merci, cher Arnaud! Je vais demander à Jacques de Moissac s'il possède le texte du Saint-Père... Smile

Ah bon, l'Eglise doit aussi se prononcer sur ce point? drunken
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Lun 4 Déc 2006 - 21:04

Pie XII : Constitution apostolique " Munificentissimus Deus "

Définissant le dogme de l'Assomption
1er novembre 1950

Alors, puisque l'Église universelle, en laquelle vit l'Esprit de vérité, cet Esprit qui la dirige infailliblement pour parfaire la connaissance des vérités révélées, a manifesté de multiples façons sa foi au cours des siècles, et puisque les évêques du monde entier, d'un sentiment presque unanime, demandent que soit définie, comme dogme de foi divine et catholique, la vérité de l'Assomption au ciel de la Bienheureuse Vierge Marie - vérité qui s'appuie sur les Saintes Lettres et ancrée profondément dans l'âme des fidèles, approuvée depuis la plus haute antiquité par le culte de l'Église, en parfait accord avec les autres vérités révélées, démontrée et expliquée par l'étude, la science et la sagesse des théologiens - nous pensons que le moment, fixé par le dessein de Dieu dans sa Providence, est maintenant arrivé où nous devons déclarer solennellement cet insigne privilège de la Vierge Marie.
Nous, qui avons confié Notre pontificat au patronage particulier de la Très Sainte Vierge, vers qui Nous Nous réfugions en tant de vicissitudes des plus tristes réalités, Nous qui avons consacré à son Cœur Immaculé le genre humain tout entier en une cérémonie publique, et qui avons éprouvé souvent sa très puissante assistance, Nous avons une entière confiance que cette proclamation et définition solennelle de son Assomption apportera un profit non négligeable à la société humaine, car elle tournera à la gloire de la Très Sainte Trinité à laquelle la Vierge Mère de Dieu est unie par des liens tout particuliers. Il faut, en effet, espérer que tous les fidèles seront portés à une piété plus grande envers leur céleste Mère ; que les âmes de tous ceux qui se glorifient du nom de chrétiens, seront poussées au désir de participer à l'unité du Corps mystique de Jésus-Christ et d'augmenter leur amour envers Celle qui, à l'égard de tous les membres de cet auguste corps, garde un cœur maternel. Et il faut également espérer que ceux qui méditent les glorieux exemples de Marie se persuaderont de plus en plus de quelle grande valeur est la vie humaine si elle est entièrement vouée à l'accomplissement de la volonté du Père céleste et au bien à procurer au prochain ; que, alors que les inventions du " matérialisme " et la corruption des mœurs qui en découle menacent de submerger l'existence de la vertu et, en excitant les guerres, de perdre les vies humaines, sera manifesté le plus clairement possible, en pleine lumière, aux yeux de tous, à quel but sublime sont destinés notre âme et notre corps ; et enfin que la foi de l'Assomption céleste de Marie dans son corps rendra plus ferme notre foi en notre propre résurrection, et la rendra plus active.
Ce Nous est une très grande joie que cet événement solennel arrive, par un dessein de la Providence de Dieu, alors que l'Année Sainte suit son cours, car ainsi nous pouvons, pendant la célébration du très grand Jubilé, orner le front de la Vierge Mère de Dieu de ce brillant joyau et laisser un souvenir plus durable que l'airain de Notre piété très ardente envers la Mère de Dieu.
C'est pourquoi, après avoir adressé à Dieu d'incessantes et suppliantes prières, et invoqué les lumières de l'Esprit de vérité, pour la gloire du Dieu Tout-Puissant, qui prodigua sa particulière bienveillance à la vierge Marie, pour l'honneur de son Fils, Roi immortel des siècles et vainqueur de la mort et du péché, pour accroître la gloire de son auguste Mère et pour la joie et l'exultation de l'Église tout entière, par l'autorité de Notre-Seigneur Jésus-Christ, des bienheureux apôtres Pierre et Paul, et par la Nôtre, Nous proclamons, déclarons et définissons que c'est un dogme divinement révélé que Marie, l'Immaculée Mère de Dieu toujours Vierge, à la fin du cours de sa vie terrestre, a été élevée en âme et en corps à la gloire céleste.
C'est pourquoi, si quelqu'un - ce qu'à Dieu ne plaise - osait volontairement nier ou mettre en doute ce que Nous avons défini, qu'il sache qu'il a fait complètement défection dans la foi divine et catholique.
Et pour que Notre définition de l'Assomption au ciel de la Vierge Marie dans son corps parvienne à la connaissance de l'Église universelle, Nous voulons que Nos lettres apostoliques présentes demeurent pour en perpétuer la mémoire, ordonnant que les copies qui en seront faites, ou même les exemplaires qui en seront imprimés, contresignés de la main d'un notaire public, et munis du sceau d'une personne constituée en dignité ecclésiastique, obtiennent foi absolument auprès de tous, comme le feraient les présentes Lettres elles-mêmes si elles étaient exhibées ou montrées.
Qu'il ne soit permis à qui que ce soit de détruire ou d'attaquer ou contredire, par une audacieuse témérité, cet écrit de Notre déclaration, décision et définition. Si quelqu'un avait la présomption d'y attenter, qu'il sache qu'il encourrait l'indignation du Dieu Tout-Puissant et des bienheureux apôtres Pierre et Paul.
Donné à Rome, près de Saint-Pierre, l'année du très saint Jubilé mil neuf cent cinquante, le premier novembre, en la fête de tous les Saints, de Notre pontificat la douzième année.



On relève, dans la proclamation du dogme ci-dessus : "...que la foi de l'Assomption céleste de Marie dans son corps rendra plus ferme notre foi en notre propre résurrection, et la rendra plus active."

Le Saint-Père fait donc un parallèle entre l'Assomption de la Sainte Vierge et notre propre résurrection... Cela tend à affirmer que Marie s'est élevée au Ciel sans connaître le tombeau, et encore moins la corruption. Question

" Un jour vint, comme l'enseigne Pie XII, où Marie fut parfaitement mûre pour le Ciel. Elle y fut alors accueillie, avec toute la délicatesse, avec tout l'empressement, avec tous les honneurs que l'on ne peut concevoir. "

"Comment imaginer alors que le Seigneur ne L'eût appelée, ne L'eût reçue toute entière, corps et âme?"

"Ainsi donc, si Ève restée fidèle ne dut pas mourir, l'Immaculée Marie avait mille fois plus de raisons de se soustraire à la mort."


Quant à la manière dont est mort le Christ-Jésus - sur une Croix d'infamie -, et la "nécessité" qu'il y a eu pour Lui d'être mis au tombeau, le récit sur Notre-Dame d'Espis le souligne clairement : Il a voulu, par un Amour extrême, porter tous nos péchés, Se faire le Dernier des derniers, afin de nous ressusciter avec Lui! I love you sunny
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mar 5 Déc 2006 - 8:43

Arnaud Dumouch a écrit:
Citation :
Ce qui me surprend, c'est que S.S. Pie XII a affirmé que la Sainte Vierge n'est pas morte - alors qu'il fallait que Jésus connût la mort et fût mis au tombeau - et qu'elle a été enlevée au Ciel dès qu'elle a eu rendu le dernier souffle... On nous dit que le Saint-Père Jean-Paul II, quant à lui, pensait qu'elle était morte et avait été mise au tombeau (ce qui n'exclut pas son Assomption). Qu'en penser?

Auriez vous le texte de Pie XII?

Pour le moment, aucune des deux opinions n'est donc dogmatique.

Vous pouvez donc soutenir les deux (ou l'une ou l'autre), jusqu'à ce que l'Eglise se prononce. Very Happy

Chjère Fanny, dans ce texte, le pape parle juste de "la fin de sa vie terrestre", sans plus de précisions

On est donc libre, apparemment, de croire en sa dormition ou en sa mort.

Cependant, un récit ancien parle bien de sa mort, de son enterremlent par Jean, puis de la découverte, trois jours plus tards, de son tombeau vide par Thomas QUI CRUT CETTE FOIS.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Peau d'âne



Féminin Messages : 1981
Inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mar 5 Déc 2006 - 10:41

Le temps de Marie immaculé Conception est toujours en cours.

Quoiqu'il puisse exister une référence terrestre d'une existence physique tel que connais l'homme sur terre. Marie Immaculée Conception continue son oeuvre pour les hommes, il lui est possible, par la grâce de Dieu, de venir du monde des âmes pour intervenir sur le temps terrestre et apparaitre en corps pure aux hommes sur la terre.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mar 5 Déc 2006 - 12:45

C'est vrai. Elle est la première apôtre.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mar 5 Déc 2006 - 14:09

Cher Arnaud, il me semble que croire en sa dormition - ce "sommeil" qui n'est pas la mort - serait plus légitime que le contraire :

"Femme", en hébreu, signifie " réceptacle" ; Marie est le réceptacle de l'Amour, Celui de l'Esprit Saint. Un tel Temple n'a pu être corrompu...

D'autant que la Sainte Vierge a une place tellement à part dans le Dessein de Dieu (Dessein d'Amour!) - une place très active -, qu'on ne peut concevoir qu'elle n'ait pas quitté cette terre de manière particulière...

Elle est née sans péché, elle a conçu virginalement, elle a donné naissance au Fils de Dieu - elle est ainsi la Mère de Dieu et du Sauveur... Le Seigneur n'aurait pas permis que le corps de Sa mère - Sainte entre toutes - fût altéré par la mort! cheers

On pourrait conclure avec ces paroles de saint Pierre Damien ("Vie de Jésus") :

"Elle naît à petit bruit, sans que le monde en parle et sans qu'Israël même y pense, bien qu'elle soit la fleur d'Israël et la plus éminente de la terre ; mais, si la terre n'y pense pas, le ciel la regarde et la vénère comme celle que Dieu a fait naître pour un si grand sujet et pour rendre service à sa propre personne, c'est-à-dire pour le revêtir un jour d'une nouvelle nature."

La Mère de la Vie...
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mar 5 Déc 2006 - 15:57

Citation :
JEAN-PAUL II

AUDIENCE GÉNÉRALE

Mercredi 25 Juin 1997


Chers Frères et Soeurs,

Le Concile Vatican II s'exprime ainsi sur la fin de la vie de la Vierge Marie en ce monde : «La Vierge immaculée, préservée intacte de toute souillure de la faute originelle, après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, a été élevée, avec son corps et son âme, à la gloire du ciel» (Lumen gentium, n. 59). Le Concile reprend la définition de l'Assomption par le Pape Pie XII. Mais il ne se prononce pas sur la question de savoir si Marie a fait l'expérience dans sa chair du passage par la mort.

L'Écriture ne donne pas d'indication à ce sujet. La Tradition des Pères de l'Église, dans son ensemble, considère que la Mère n'est pas supérieure à son Fils, lui qui a accepté la mort et en a fait une source du salut. Associée au sacrifice du Christ, Marie a pu partager la souffrance et la mort pour la rédemption du monde. Pour elle, le passage dans l'au-delà fut une maturation de la grâce dans la gloire, à tel point que, dans son cas, la mort put être comprise comme une "dormition".

Certains Pères présentent la mort de Marie comme un événement d'amour qui l'a conduite à rejoindre son divin Fils pour entrer avec lui dans l'immortalité. Au terme de sa vie, elle aura connu, plus même que saint Paul, le désir de «partir pour être avec le Christ» (Ph 1, 23).

Ayant vécu le sort commun, la Vierge peut d'autant mieux exercer sa maternité spirituelle à l'égard de ceux qui arrivent à l'heure suprême de leur vie.

Je salue très cordialement les personnes de langue française venues ce matin. Chers amis, je vous souhaite un bon pèlerinage et un bon été, et je vous donne de grand coeur la Bénédiction apostolique

Source :http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/audiences/1997/documents/hf_jp-ii_aud_25061997_fr.html
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mar 5 Déc 2006 - 15:59

Cher Fanny, j'étais d'accord avec vous.

Jusqu'à ce que ce texte de Jean-Paul II cité par Sylvie soit produit.

Il n'est certes pas un dogme... Il laisse encore de la liberté de penser.

Mais il rejoint les plus anciennes traditions ...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mar 5 Déc 2006 - 16:01

Est-ce que lors d'une audience générale le pape dit ses opinions personnelles ou s'il parle en tant que magistère de l'église. Il faudrait savoir lorsqu'il a le Saint Esprit en lui et lorsqu'il ne l'a pas.

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mar 5 Déc 2006 - 16:05

Sylvie a écrit:
Est-ce que lors d'une audience générale le pape dit ses opinions personnelles ou s'il parle en tant que magistère de l'église. Il faudrait savoir lorsqu'il a le Saint Esprit en lui et lorsqu'il ne l'a pas.

Sylvie

Il y a une autorité du Magistère ORDINAIRE.
(Voir Motu proprio Ad Tuendam Fidem, Jean-Paul II, 1998).
Cela doit donc être reçu avec respect.

Mais cela ne ferme pas le débat comme le DOGME SOLENNEL.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mar 5 Déc 2006 - 16:18

Citation :
JEAN-PAUL II

ANGELUS

Castel Gandolfo
15 août 2002, solennité de l'Assomption



1. La solennité de l'Assomption de Marie au ciel, corps et âme, nous rappelle, au coeur de l'été, quelle est notre demeure véritable et définitive: le Paradis. Comme le souligne l'Epître aux Hébreux: "Nous n'avons pas ici-bas de cité permanente, mais nous recherchons celle de l'avenir" (13, 14). Dans le mystère que nous contemplons aujourd'hui, se dévoile clairement le destin de chaque créature humaine: c'est-à-dire la victoire sur la mort pour vivre éternellement avec Dieu. Marie est la femme parfaite dans laquelle se réalise dès à présent ce dessein divin, comme une anticipation à notre résurrection. Elle est le premier fruit de la Divine Miséricorde, car elle participe au premier chef au pacte salvifique inscrit et pleinement réalisé dans le Christ, mort et ressuscité pour nous.

2. "Bienheureuse celle qui a cru dans l'accomplissement de ce qui lui a été dit de la part du Seigneur!" (Lc 1, 45). Ces paroles s'appliquent bien à Marie, la Vierge du fiat qui, à travers sa disponibilité totale, a ouvert les portes au Sauveur du monde. L'obéissance de sa foi a été grande et héroïque; précisément à travers cette foi, Marie s'est unie parfaitement au Christ, dans la mort et dans la gloire. En la regardant se renforce également en nous la foi dans ce que nous attendons, et, dans le même temps, nous comprenons mieux le sens et la valeur du pèlerinage sur cette terre.

3. O Marie, Mère de l'espérance, forts de ton aide, n'ayons pas peur des obstacles et des difficultés; les efforts et les souffrances ne nous découragent pas, parce que Tu nous accompagnes sur le chemin de la vie et du Ciel, tu veilles sur tous tes fils, les emplissant de grâces. Je voudrais Te confier aujourd'hui de façon particulière mon voyage pastoral en Pologne, que je devrais entreprendre demain, si Dieu le veut.

...
http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/angelus/2002/documents/hf_jp-ii_ang_20020815_fr.html
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mar 5 Déc 2006 - 16:54

Lien vers une photo représentant la dormition sur la facade ouest de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Comme quoi, la pierre garde la Tradition plus intacte que les textes.


http://ndparis.free.fr/notredamedeparis/dossiers_photos/facade/parisnotredame_facade6.html


Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mar 5 Déc 2006 - 17:02

Courts extraits

Citation :
CONSEIL PONTIFICAL POUR LA PROMOTION
DE L'UNITÉ DES CHRÉTIENS
ACCORDS ARCIC
Commentaire du document
Marie : Grâce et Espérance dans le Christ
de la Commission internationale anglicane–catholique romaine - 2005


….

L’Écriture fait état de ce que Dieu a souci de ses serviteurs avant leur naissance (Ps 139; Lc 1, 15; Ga 1, 15) et de la grâce de Dieu qui précède même leur conception (Jr 1, 5) –– ce qui éclaire la signification de l’adresse de Gabriel à Marie qui la salue comme « favorisée » et de la parole d’Élisabeth qui la déclare « heureuse entre les femmes » (Lc 1, 28. 42). Marie accepta alors l’appel de Dieu à la maternité virginale dans un consentement fruit de la grâce et dont elle fut rendue capable par la préparation prévenante de Dieu. Dans la perspective paulinienne, elle est, de façon emblématique, « l’ouvrage de Dieu, créé dans le Christ Jésus en vue des œuvres bonnes que Dieu a préparées d’avance » (Ep 2, 10). Mais toutes ces grâces sont finalement orientées vers une destinée de gloire (MGE 54‑55), dont l’Écriture donne une expression concrète dans Élie (2 R 2, 11), Hénoch (He 11, 5) et le larron repentant (Lc 23, 43). Pour Marie, la disciple la plus étroitement proche du Christ, il convient au plus haut point que son union avec Dieu dans la vie la conduise à se trouver réunie avec Dieu dans la mort pour avoir part à la nouvelle création (MGE 56‑57).

…..

2. Deux points qui ont un intérêt spécial
Deux caractéristiques de Marie : Grâce et Espérance dans le Christ en font un document unique parmi ceux produits récemment par des commissions œcuméniques bilatérales. Son interprétation biblique va par endroit au-delà des résultats d’une interprétation historico-critique pour retrouver la signification de Marie à partir de sens scripturaires qui se situent par-delà l’intention originale qu’a voulu communiquer par l’auteur biblique. Cela mérite d’être pris en compte et même de faire l’objet d’une appréciation critique. En second lieu, pour sa réflexion théologique sur la grâce initiale de Marie reçue de Dieu et sa condition après la mort, l’ARCIC travaille de façon créative à partir d’une perspective eschatologique donnée dans un exposé largement paulinien sur l’entrée du salut dans nos vies humaines.

http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/chrstuni/angl-comm-docs/rc_pc_chrstuni_doc_20050516_commentary-wicks_fr.html

Est-ce du magistère ?

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mar 5 Déc 2006 - 17:07

Si ce n'est que de l'opinion, ça semble que Benoît XVI pense de même.


Citation :
SOLENNITÉ DE L'ASSOMPTION DE LA VIERGE MARIE
BENOÎT XVI
ANGELUS
Castel Gandolfo
Lundi 15 août 2005


Chers frères et soeurs!

Aujourd'hui, en la solennité de l'Assomption, nous contemplons le mystère du passage de Marie de ce monde au Paradis: nous célébrons, pourrions-nous dire, sa "pâque". Tout comme le Christ ressuscita d'entre les morts avec son corps glorieux et monta au Ciel, de même la Sainte Vierge, pleinement associée à Lui, a été élevée dans la gloire céleste avec toute sa personne. Même en cela, la Mère a suivi au plus près son Fils et nous a tous précédés. Aux côtés de Jésus, nouvel Adam, qui est "la prémice" des ressuscités (cf. 1 Co 15, 20.23), la Vierge, nouvelle Eve, apparaît comme "prémice et image de l'Eglise" (Préface), "signe d'espérance assurée" pour tous les chrétiens dans le pèlerinage terrestre (cf. Lumen gentium, n. 68).

http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/angelus/2005/documents/hf_ben-xvi_ang_20050815_fr.html


Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mar 5 Déc 2006 - 19:42

Chère Sylvie,

Citation :
Est-ce du magistère ?

Il est clair que le Magistère ordinaire enseigne de plus en plus explicitement la mort de Marie.

Qu'en dit le catéchisme de l'Eglise Catholique? Ce serait important car ce texte a une autorité plus forte encore.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mar 5 Déc 2006 - 20:18

Il faut tout faire ici….

Ce qu'en dit le cathéchisme catholique de 1992

Citation :
... aussi dans son Assomption...

966 " Enfin la Vierge immaculée, préservée par Dieu de toute atteinte de la faute originelle, ayant accompli le cours de sa vie terrestre, fut élevée corps et âme à la gloire du ciel, et exaltée par le Seigneur comme la Reine de l’univers, pour être ainsi plus entièrement conforme à son Fils, Seigneur des seigneurs, victorieux du péché et de la mort " (LG 59 ; cf. la proclamation du dogme de l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie par le Pape Pie XII en 1950 : DS 3903). L’Assomption de la Sainte Vierge est une participation singulière à la Résurrection de son Fils et une anticipation de la résurrection des autres chrétiens :

Dans ton enfantement tu as gardé la virginité, dans ta dormition tu n’as pas quitté le monde, ô Mère de Dieu : tu as rejoint la source de la Vie, toi qui conçus le Dieu vivant et qui, par tes prières, délivreras nos âmes de la mort (Liturgie byzantine, Tropaire de la fête de la Dormition [15 août]).


Vous m'avez tout mêlé avec votre Magistère. Que ce soit un magistère ordinaire ou non ordinaire, il me semble que dans une audience publique ou un angélus que le pape pèse ses mots car ils sont d'une importance capitale. Ce n'est pas une discussion autour d'une table de cuisine. C'est une audience, un sermon, il fait de l'enseignement. Il ne veut tout de même pas créer des hérésies. Il me semble que cela doit être conforme à la foi qu'il proclame dans son magistère extraordinaire.

Si c'est le magistère ordinaire qui parle lorsqu'il y a dialogue œcuménique et signature d'une entente et que cela ne vaut rien, à quoi bon dialoguer.

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mar 5 Déc 2006 - 20:35

Catéchisme de l'Eglise catholique :


I. La maternité de Marie envers l’Église

Toute unie à son Fils...

964 Le rôle de Marie envers l’Église est inséparable de son union au Christ, elle en découle directement. " Cette union de Marie avec son Fils dans l’œuvre du salut est manifeste dès l’heure de la conception virginale du Christ, jusqu’à sa mort " (LG 57). Elle est particulièrement manifeste à l’heure de sa passion :
La bienheureuse Vierge avança dans son pèlerinage de foi, gardant fidèlement l’union avec son Fils jusqu’à la Croix où, non sans un dessein divin, elle était debout, souffrant cruellement avec son Fils unique, associée d’un cœur maternel à son sacrifice, donnant à l’immolation de la victime, née de sa chair, le consentement de son amour, pour être enfin, par le même Christ Jésus mourant sur la Croix, donnée comme sa Mère au disciple par ces mots : " Femme, voici ton fils " (Jn 19, 26-27) (LG 58).

965 Après l’Ascension de son Fils, Marie a " assisté de ses prières l’Église naissante " (LG 69). Réunie avec les apôtres et quelques femmes, " on voit Marie appelant elle aussi de ses prières le don de l’Esprit qui, à l’Annonciation, l’avait déjà elle-même prise sous son ombre " (LG 59).

... aussi dans son Assomption...

966 " Enfin la Vierge immaculée, préservée par Dieu de toute atteinte de la faute originelle, ayant accompli le cours de sa vie terrestre, fut élevée corps et âme à la gloire du ciel, et exaltée par le Seigneur comme la Reine de l’univers, pour être ainsi plus entièrement conforme à son Fils, Seigneur des seigneurs, victorieux du péché et de la mort " (LG 59 ; cf. la proclamation du dogme de l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie par le Pape Pie XII en 1950 : DS 3903). L’Assomption de la Sainte Vierge est une participation singulière à la Résurrection de son Fils et une anticipation de la résurrection des autres chrétiens :

Dans ton enfantement tu as gardé la virginité, dans ta dormition tu n’as pas quitté le monde, ô Mère de Dieu : tu as rejoint la source de la Vie, toi qui conçus le Dieu vivant et qui, par tes prières, délivreras nos âmes de la mort (Liturgie byzantine, Tropaire de la fête de la Dormition [15 août]).




2853 La victoire sur le " prince de ce monde " (Jn 14, 30) est acquise, une fois pour toutes, à l’Heure où Jésus se livre librement à la mort pour nous donner sa Vie. C’est le jugement de ce monde et le prince de ce monde est jeté bas (cf. Jn 12, 31 ; Ap 12, 10). " Il se lance à la poursuite de la Femme " (cf. Ap 12, 13-16), mais il n’a pas de prise sur elle : la nouvelle Eve, " pleine de grâce " de l’Esprit Saint, est préservée du péché et de la corruption de la mort (Conception immaculée et Assomption de la très sainte Mère de Dieu, Marie, toujours vierge). " Alors, furieux de dépit contre la Femme, il s’en va guerroyer contre le reste de ses enfants " (Ap 12, 17). C’est pourquoi l’Esprit et l’Église prient : " Viens, Seigneur Jésus " (Ap 22, 17. 20) puisque sa Venue nous délivrera du Mauvais.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mar 5 Déc 2006 - 20:42

Citation :
Si c'est le magistère ordinaire qui parle lorsqu'il y a dialogue œcuménique et signature d'une entente et que cela ne vaut rien, à quoi bon dialoguer.

Chère Sylvie, tout dans l'enseignemlent des papes n'est pas le Magistère solennel et infaillible.

Cependant, le Magistère ordinaire donne des enseignements avec une autorité plus ou moins forte qui dépend des circonstances et du ton du pape.

Pour ce qui est de la mort de Marie, le pape rappelle juste que c'est la tradition la plus profonde et la plus ancienne de l'Eglise.

Mais si le Catéchisme de l'Eglise catholique reste neutre, c'est donc qu'il y a encore une certaine liberté d'opinion ...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Peau d'âne



Féminin Messages : 1981
Inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mer 6 Déc 2006 - 9:17

"la mort de Marie" n'est pas un terme approprié. Par le fait même, que la "mort" ne peut être qu'une connotation de fin définitive : par le corps puis par l'âme. Ce qui n'est pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves Tarrade



Masculin Messages : 3598
Inscription : 15/03/2006

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mer 6 Déc 2006 - 9:53

Arnaud Dumouch a écrit:
Citation :
Si c'est le magistère ordinaire qui parle lorsqu'il y a dialogue œcuménique et signature d'une entente et que cela ne vaut rien, à quoi bon dialoguer.

Chère Sylvie, tout dans l'enseignemlent des papes n'est pas le Magistère solennel et infaillible.

Cependant, le Magistère ordinaire donne des enseignements avec une autorité plus ou moins forte qui dépend des circonstances et du ton du pape.

Pour ce qui est de la mort de Marie, le pape rappelle juste que c'est la tradition la plus profonde et la plus ancienne de l'Eglise.

Mais si le Catéchisme de l'Eglise catholique reste neutre, c'est donc qu'il y a encore une certaine liberté d'opinion ...


Pour trancher cette question, il faudrait qu'un théologien génial définisse ce qu'est l'heure de la mort ! Very Happy

Marie a connu "l'Heure de la Mort" mais elle a franchit le "Jourdain" (de la Galilée des Nations) avec son corps.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves Tarrade



Masculin Messages : 3598
Inscription : 15/03/2006

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mer 6 Déc 2006 - 10:09

Selon A.C. Emmerich, l'âme de Marie est d'abord monté seule au Ciel. Jésus a ensuite accompagner l'âme de Marie jusqu'à son tombeau pour qu'elle retrouve son corps.

Citation :
Plus tard, je vis de nouveau les apôtres et les disciples en prière autour de la couche de la sainte Vierge. Je visage de Marie était épanoui et souriant comme dans sa jeunesse. Ses yeux, pleins d'une sainte joie, étaient tournés vers le ciel. Je vis alors un tableau merveilleusement touchant. Le toit de la cellule de Marie avait disparu ; la lampe était suspendue en plein air ; je vis à travers le ciel ouvert l'intérieur de la Jérusalem céleste. Il en descendit comme deux nuées éclatantes, où se montraient d'innombrables figures d'anges, et entre lesquelles une voie lumineuse se dirigea vers la sainte Vierge. Je vis, à partir de Marie, comme une montagne lumineuse s'élever jusque dans la Jérusalem céleste. Elle étendit les bras de ce côté avec un désir infini, et je vis son corps soulevé en l'air et planant au-dessus de sa couche, de manière qu'on pouvait voir par-dessous. Je vis son âme, comme une petite figure lumineuse infiniment pure, sortir de son corps, les bras étendus, et s'élever sur la voie lumineuse qui montait jusqu'au ciel. Les deux choeurs d'anges qui étaient dans les nuées se réunirent au-dessous de son âme et la séparèrent du corps, qui, au moment de cette séparation, retomba sur la couche, les bras croisés sur la poitrine. Mon regard, suivant l'âme de Marie, la vit entrer dans la Jérusalem céleste, et arriver jusqu'au trône de la très sainte Trinité. Je vis un grand nombre d'âmes, parmi lesquelles je reconnus plusieurs patriarches, ainsi que Joachim, Anne, Joseph, Elisabeth, Zacharie et Jean-Baptiste, aller à sa rencontre avec une joie respectueuse. Elle prit son essor à travers eux tous jusqu'au trône de Dieu et de son Fils, qui, faisant éclater au-dessus de tout le reste la lumière qui sortait de ses blessures, la reçut avec un amour tout divin, lui présenta comme un sceptre et lui montra la terre au-dessous d'elle comme s'il lui conférait un pouvoir particulier. Je la vis ainsi entrer dans la gloire, et j'oubliai tout ce qui se montrait autour d'elle sur la terre. Quelques-uns des apôtres, notamment Jean et Pierre, durent voir tout cela, car ils avaient les yeux levés au ciel. Les autres étaient pour la plupart prosternés vers la terre. Tout était plein de lumière et de splendeur. C'était comme lors de l'ascension de Jésus-Christ.

…/…

Je vis, dans la nuit, plusieurs apôtres et saintes femmes prier et chanter des cantiques dans le petit jardin qui était devant le tombeau. Une large voie lumineuse s'abaissai du ciel vers le rocher, et je vis s'y mouvoir une gloire formée de trois sphères pleines d'anges et d'âmes bienheureuses qui entouraient l'apparition de Notre Seigneur et de l'âme resplendissante de Marie. La figure de Jésus-Christ, avec des rayons partant de ses cicatrices, planait devant elle. Autour de l'âme de Marie, je vis, dans la sphère intérieure, de petites figures d'enfants ; dans la seconde, c'étaient comme des enfants de six ans, et, dans la sphère extérieure, comme des adolescents déjà grands. Je ne vis distinctement que les visages, tout le reste m'apparut comme des formes lumineuses resplendissantes. Quand cette apparition, devenant de plus en plus distincte, fut arrivée au rocher, je vis une voie lumineuse qui s'étendit depuis elle jusqu'à la Jérusalem céleste. Je vis alors l'âme de la sainte Vierge qui suivait la figure de Jésus descendre dans le tombeau à travers le rocher, et, bientôt après, unie à son corps transfiguré, en sortir plus distincte et plus brillante, et s'élever avec le Seigneur et le choeur des esprits bienheureux jusqu'à la Jérusalem céleste. Toute cette lumière s'y perdit, et je ne vis plus nu dessus de la terre que la voûte silencieuse du ciel étoilé.




http://www.jesusmarie.com/anne_catherine_emmerich_vie_vierge_marie.html

Revenir en haut Aller en bas
Peau d'âne



Féminin Messages : 1981
Inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mer 6 Déc 2006 - 10:26

Very Happy Oua c'est très beau.
Ben voilà vous l'avez votre Jourdain.
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mer 6 Déc 2006 - 12:48

Pourquoi donc, il vous faut des visions pour que vous croyez Question
La Tradition de l'Église ne suffit donc plus Question

Cliquez sur le lien suivant pour voir L'icône de la Dormition où l'on voit Jésus tenant l'âme de Marie dans ses bras.

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mer 6 Déc 2006 - 13:51

Vous trouvez, Arnaud, que le Catéchisme de l'Eglise catholique reste neutre? scratch

Il s'agit bien de l'Assomption de Marie : le Christ prend avec Lui Sa Mère, corps et âme. Il la prend dans Sa gloire, nous dit l'Eglise...

Les passages du CEC que j'ai mis en caractères gras sont sans ambiguïté :

"L’Assomption de la Sainte Vierge est une participation singulière à la Résurrection de son Fils et une anticipation de la résurrection des autres chrétiens."

Si la Sainte Vierge "participe singulièrement à la Résurrection de son Fils", c'est bien que son corps n'a - pas plus que son âme - connu la corruption, de même que le corps du Christ ne l'a connue! La mort n'a pas de prise sur elle. cheers


Le second passage que j'ai mis en exergue le dit encore plus nettement :

"...la nouvelle Ève, " pleine de grâce " de l’Esprit Saint, est préservée du péché et de la corruption de la mort (Conception immaculée et Assomption de la très sainte Mère de Dieu, Marie, toujours vierge)"

Personnellement, j'appelle un chat, un chat ; un corps non corrompu par la mort est un corps... ressuscité. sunny Puisque re - susciter revient à faire de nouveau naître à la vie. Very Happy

A moins que les théologiens (vous n'êtes pas particulièrement visé) se montrent d'un jésuitisme, ou d'un machiavélisme... infernal! :twisted:
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mer 6 Déc 2006 - 13:52

Jean-Yves TARRADE a écrit:



Marie a connu "l'Heure de la Mort" mais elle a franchit le "Jourdain" (de la Galilée des Nations) avec son corps.

Cher Jean-Yves, voici comment j'imagine que les choses se sont passées, à la lumière des textes de Jean-Paul II et de la légende antique.

http://eschatologie.free.fr/histoires/heuremort/5mortdeMarie.htm

C'est de l'imaginaire. Mais après tout...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mer 6 Déc 2006 - 13:58

Fanny a écrit:


"L’Assomption de la Sainte Vierge est une participation singulière à la Résurrection de son Fils et une anticipation de la résurrection des autres chrétiens."

"...la nouvelle Ève, " pleine de grâce " de l’Esprit Saint, est préservée du péché et de la corruption de la mort (Conception immaculée et Assomption de la très sainte Mère de Dieu, Marie, toujours vierge)"



Chere Fanny,

En lisant le texte, je ne vois rien qui tranche FORMELLEMENT entre dormition et mort de trois jours puis résurrection (comme pour Jésus, d'après la légende de saint thomas l'Apôtre).

On aurait pu écrire aussi de Jésus

Citation :
Son corps fut préservé de la corruption de la mort.

Autrement dit, ce texte pourrait dire que le corps de Marie, comme celui de Jésus, ne s'est pas décomposé.

Je vous dis cela parce que Jean-Paul II dit que Marie est morte. C'est donc (du moins pour nous catholiques), que ce texte parle de l'absence de "pourriture" et non de l'absence de séparation de l'âme et du corps, un peu comme pour sainte Cécile dont le corps, paraît-il est préservé de la corruption de la mort....

_________________
Arnaud


Dernière édition par le Mer 6 Déc 2006 - 18:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mer 6 Déc 2006 - 17:23

Voilà qui est plus clair, cher Arnaud. Je suis tout-à-fait d'accord.

Il semble donc qu'un être particulièrement saint durant sa vie terrestre - excepté Jésus, qui le fut davantage que la Sainte Vierge? - puisse ne pas voir son corps de chair détruit par la mort, le pourrissement. Question

À propos de sainte Cécile, on a en effet ouvert son tombeau en 1599 et on a constaté la conservation de son corps ; mais j'ai lu par ailleurs que son corps se serait (naturellement) décomposé à cause de cette ouverture... Question (je peux chercher la source de cette information).
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mer 6 Déc 2006 - 17:39

En apparté : je serais curieuse qu'on ouvr la tombe de jean-paul II....Pour voir.... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
joachim bouflet



Messages : 186
Inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mar 14 Oct 2008 - 17:47

je suis très étoinné que l'on fasse appel aux "apparitions" d'Espis pour débattre de la dormition ou de l'Assomption sans passer par la mort de la très Sainte Vierge. Les "apparitions" d'Espis ont été condamnées et les personnes qui s'occupent de ce lieu d'apparitions ne sont pas catholiques, mais appartiennent à une "petite Eglise" non reconnue par Rome. Et Pie XII n'avait pas besoin de la garantie du petit Gilles : s'il voulait une révélation privée pour confirmer ses certitudes - à savoir lAssomption de la Vierge - il avait les apparitions de Tre Fontane, à Rome (1947) qui disaient exactement la même chose. Mais la proclamation d'un dogme ne s'appuie JAMAIS sur des révélations privées...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mar 14 Oct 2008 - 18:28

joachim bouflet a écrit:
je suis très étoinné que l'on fasse appel aux "apparitions" d'Espis pour débattre de la dormition ou de l'Assomption sans passer par la mort de la très Sainte Vierge. Les "apparitions" d'Espis ont été condamnées et les personnes qui s'occupent de ce lieu d'apparitions ne sont pas catholiques, mais appartiennent à une "petite Eglise" non reconnue par Rome. Et Pie XII n'avait pas besoin de la garantie du petit Gilles : s'il voulait une révélation privée pour confirmer ses certitudes - à savoir lAssomption de la Vierge - il avait les apparitions de Tre Fontane, à Rome (1947) qui disaient exactement la même chose. Mais la proclamation d'un dogme ne s'appuie JAMAIS sur des révélations privées...

La révélation d'un dogme ne s'appuie jamais sur des révélations privées comme c'est vrai Joachim.

Les apparitions d'Espis sont fausses.... les faits survenus à Espis, dans le diocèse de Montbauban, à partir de 1946 relèvent de ce genre de processus : l'hallucination ou autres phénomènes pschopathologiques peuvent alors, prendre le relais du mécanisme premier d'apparition.

Le 22 août 1946 deux fillettes qui gardaient leurs oies près du bois d'Espis virent une "dame vêtue de noir, avec une robe ornée de marguerites" elle portait plusieurs couronnes. Les fillettes prirent peur et se sauvèrent. Le jour suivant, amenées sur les lieux par leur mère, elles diront voir à nouveau la Vierge. Une autre fille qui les accompagnait dira elle aussi voir la Vierge, puis d'autres enfants dans les jours suivants.

Les endroits vont varier.

La Vierge se manifeste en plusieurs points de la petite colline boisée d'Espis mais aussi dans la chambre des enfants et même dans la cour de l'école. Dès pélerinages seront organisés par les laics et certains clercs,
notamment un religieux en rupture avec son ordre le Père Collin.

En novembre 49, les principaux voyants se présentèrent d'eux-mêmes à l'évêché de Montauban et racontèrent leurs apparitions.

Le mois suivant, leur porte-parole remit à l'évêque Mgr Théas un compte rendu écrit des événements. Ces élements permirent à l'évêque de porter un jugement. D'abord à titre privé, ensuite le 12 décembre 1946 au porte-parole des voyants. "Mon sentiment est très net : les apparitions ne sont pas vraies. De ma part veuilez dire, aux voyants, qu'ils sont victimes de l'illusion.

A partir d'octobre 1947, un bambin d'à peine 3 ans Gilles Bouhours prétandant à son tour voir la Ste Vierge et devenait le centre d'attraction.
Il habitait avec sa famille à Arcachon, Gilles vit le 30 septembre 1947, la Vierge. Il était âgé de deux ans et dix mois. Il la décrit en robe blanche, tête recouverte d'un voile jaune, flottant sur l'eau. Le mécanisme de suggestion joue : cette première apparition survient le jour où un des voyants d'Espis est venu rendre visite à la famille Bouhours et raconté les premières apparitions. Le 13 octobre toute la famille Bouhours se rend à Espis et Gilles dira voir la vierge dans le bois comme les autres voyants.

Il va devenir le voyant principal d'Espis jusque 1950.

Il est adulé, il dira voir des "masques" grimaçants , il dira vouloir aller dire ses péchés au pape, il a un "secret" à révéler. Gilles et son père seront reçus au Vatican par Pie XII le 10 décembre 1949. Une seconde fois le 1er mai 1950 "La sainte Vierge n'est pas morte; elle est montée au ciel avec son corps et son âme". En fait, ce secret n'en est pas un. La croyance que la Vierge n'est pas morte est la traduction enfantine du dogme de l'Assomption que le pape s'apprêtait à définir solennellement cette année là.

Le rapport de l'enquête canonique dira :

" Gilles n'est pas un menteur, son rêve et son désir se confondent avec la réalité fortement exploitée par sa famille et son entourage".Pendant plusieurs années, jsuque sa mort il va être entretenu dans une atmosphère religieuse exaltée.

Les autorités ecclésiastiques ne pouvaient laisser ce mouvement se développer. Le 30 avril 1947, Mgr Théas publiait dans le bulletin catholique du diocèse un communiqué qui affirmait notamment :

"les apparitions d'Espis ne sont pas authentiques. les voyants sont victimes d'une illusion." Il interdisait au clergé et aux fidèles de se rendre à Espis.

Ces événemens survenus à Espis de 1946 à 1950 sont contemporains d'une multitude de prétendues apparitions de la Ste Vierge.
En cherchant à être exhaustifs, nous en avons relevé plus de 70 dans ces 10 dernières années mais aussi sur d'autres continents. Sur ces 70 aucune n'a été reconnue authentique dans les formes canoniques.

Deux seulement ont fait l'objet d'un début de reconnaissance sous la forme de l'autorisation du culte en lien avec l'apparition. (L'Ile Bouchard et Tre fontane 1947).

Le 4 février 1951 Mgr Ottaviani, assesseur du Saint-Office, publie un long article dans l'Osservatore Romano intitulé " Chhrétiens, ne vous excitez pas si vite !...." traduit dans la Documentation Catholique 25 mars 1951.

Source : Enquête sur les apparitions de la Vierge - Yves Chiron.

La Ste Vierge mérite qu'on établisse la Vérité au sujet de ses apparitons, il y a assez d'apparitions reconnues par l'Eglise sans s'occuper des faux prophètes et il faut à mon avis attendre le discerment de l'Eglise sunny
Revenir en haut Aller en bas
joachim bouflet



Messages : 186
Inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mar 14 Oct 2008 - 22:11

Merci, Julienne, pour toutes ces précisions. Vous avez plus de patience que moi, pour les reprendre et en faire profiter les autres... à partir de l'excellent livre d'Yves Chiron, que je ne saurais trop conseiller !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Mer 15 Oct 2008 - 9:47

Merci Joachim, en effet j'ai recopié du livre de Yves Chiron.

Plus d'une fois ce livre m'a été d'un grand secours, j'aime que la vérité soit établie.
Revenir en haut Aller en bas
Gerald



Messages : 1
Inscription : 01/01/2009

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Jeu 1 Jan 2009 - 14:53

Bonjour, j'ai connu le Père Jean, et cet homme était incroyablement bon, il m'est arrivé à espi des choses que je n'aurai jamais cru possible, comme sentir l'odeur de rose alors qu'il n'y avait à l'époque aucune fleur naturel, la première fois que j'y suis allé avec mon épouse, ne connaissant personne, nous avons assisté à la messe du matin ( en latin ), et la j'ai demandé si vraiment j'avais un don de guérison, donc qu'on me fasse un signe. Le matin rien ne se passe, et l'aprés-midi, avant l'imposition du scapulaire par le père Jean, un autre prêtre passait donné une médaille et nous donnions ce que nous voulions. Mon tour arrive, le père Jean m'impose le scapulaire, passe à mon épouse prés de moi, et d'un coup le prêtre qui avait le panier de médailles est revenu vers moi et m'a donné une poignée de médaille en me disant:
- Vous les donnerez à vos malades.
Je peux vous dire que je suis parti en pleurant de joie.
D'autres choses me sont arrivées là-bas, mais depuis le décés du Père Jean je n'ysuis plus retourné car ( je suis désolé pour certain ) les choses ne sont plus aussi sincères par les prêtres de portet sur garonne.
Voilà ce que je voulais dire de notre dame d'espi. Je pense souvant au Père Jean, et je n'oublierai jamais la fois ou lors d'un entretient je l'ai vu prendre sont pendule pour me donner une réponse. C'est lui aussi qui m'a conseillé les livres de l'Abbé Julio.
Je vous souhaite à toutes et à tous une bonne année 2009, que Dieu tout puissant vous Bénisse, et que Nôtre-Dame d'Espi vous protège.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Notre Dame d'ESPIS   Jeu 1 Jan 2009 - 15:36

Citation :
Voilà ce que je voulais dire de notre dame
d'espi. Je pense souvant au Père Jean, et je n'oublierai jamais la fois
ou lors d'un entretient je l'ai vu prendre sont pendule pour me donner
une réponse.

Etonnant. Pourriez-vous en dire plus ? Il y a un sujet où on a longtemps débattu de ce pendule ici :

http://docteurangelique.forumactif.com/archives-theologie-dogmatique-morale-et-divers-f14/l-usage-du-pendule-est-il-du-spiritisme-t4381.htm?highlight=pendule

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
 
Notre Dame d'ESPIS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Notre Dame d'ESPIS
» Prière à Notre-Dame de Lourdes
» Belle fête de Notre Dame du Rosaire !
» Neuvaine à Notre Dame du Sacerdoce
» A Notre Dame Des Victoires, Reine Des Vierge, Des Apotres et des Martyrs.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives: NDE, Miracles, prodiges, apparitions-
Sauter vers: