DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière : Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Dégâts climatiques ...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
RenéMatheux



Masculin Messages : 17504
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Mer 17 Oct 2018 - 2:50

Ben voyons!

C'est faux!

J'habite à coté de la mer depuis 1992. Et je peux vous dire que le niveau n'a pas bougé d'un iota.
Alors arretez les incantations et la propagande.
Revenir en haut Aller en bas
florence_yvonne

avatar

Féminin Messages : 10032
Inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Mer 17 Oct 2018 - 4:26

Je n'ai pas lu le message de RM, mais je pari qu'il parle de la plage de saint Raphael qui ne bouge pas. :mdr:


_________________
Déisme : Position philosophique de ceux qui admettent l'existence d'une divinité, sans accepter de religion.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.forum-religions.org/
RenéMatheux



Masculin Messages : 17504
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Mer 17 Oct 2018 - 4:30

On se demande comment vous savez que j'ai écrit alors...........

Arretez de nous prendre pour des imbéciles.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2998
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Mer 17 Oct 2018 - 7:07

RenéMatheux a écrit:
On se demande comment vous savez que j'ai écrit alors...........

Arretez de nous prendre pour des imbéciles.

Laissez la dans sa propagande catastrophique...
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis

avatar

Masculin Messages : 6462
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Mer 17 Oct 2018 - 7:21

Le débat sur le changement climatique ne fera jamais l 'unanimité quand je vois le temps que cela a mis pour le tabac .En effet les industriels regorgeait d’ingéniosité pour publiciter leurs cigarettes aux naïfs que nous étions. https://www.vivelapub.fr/fumez-cest-bon-pour-votre-sante-selon-la-pub/#1
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis

avatar

Masculin Messages : 6462
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Mer 17 Oct 2018 - 7:23

Revenir en haut Aller en bas
philippe bis

avatar

Masculin Messages : 6462
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Mer 17 Oct 2018 - 7:24

Revenir en haut Aller en bas
Jesper Andieu

avatar

Masculin Messages : 517
Inscription : 10/10/2018

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Mer 17 Oct 2018 - 7:39

Le problème c'est que du temps cette fois on n'en n'a plus. Peut-être qu'il faudra que leur vie ou celle de leurs proches soit en danger pour qu'ils commencent à réagir. Mais là encore, il sera trop tard.
Dire que lea terre tournait autour du soleil aussi était une "idéologie". On est habitué à ce genre de scotomisation. En général le déni - qui est une incapacité d'accepter de voir la réalité en face - est un réflexe psychique pour repousser dans l'inconscient le danger que l'on REDOUTE.

_________________
"Tu es celle qui n'est pas, je suis celui qui suis." Jesus à St Catherine de Sienne
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 17504
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Mer 17 Oct 2018 - 7:43

Jesper Andieu a écrit:
Le problème c'est que du temps cette fois on n'en n'a plus. Peut-être qu'il faudra que leur vie ou celle de leurs proches soit en danger pour qu'ils commencent à réagir. Mais là encore, il sera trop tard.
Dire que lea terre tournait autour du soleil aussi était une "idéologie". On est habitué à ce genre de scotomisation. En général le déni - qui est une incapacité d'accepter de voir la réalité en face - est un réflexe psychique pour repousser dans l'inconscient le danger que l'on REDOUTE.

Et vous vous auriez su que c'était vrai?
Non! Vous auriez suivi la majorité et ce que pensait les gens à l'époque.

Expliquez nous donc en quoi le raisonnement d'Aristote disant que la terre ne tournait pas sur elle même était faux!


Revenir en haut Aller en bas
Alice-Augusta

avatar

Féminin Messages : 109
Inscription : 16/05/2016

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Mer 17 Oct 2018 - 11:31

Le climat n'a jamais cessé de changer, tous le savaient. Les agriculteurs ont de touts temps eu a gérer des variations le plus souvent imprévisibles.

voici un article : Grandes Sécheresses , étés caniculaires à travers les siècles (D’après « Des changements dans le climat de la France », paru en 1845)
https://www.france-pittoresque.com/spip.php?article644

Quel est le degré de température de nos grands étés ? Ici revient l’insurmontable difficulté de fixer au juste, avant l’usage du thermomètre, l’intensité du froid ou de la chaleur. Un artifice fondé sur les rapports reconnus entre certains phénomènes naturels et les mouvements du thermomètre, fournit les mesures approximatives de nos grandes chaleurs et sécheresses.

De Humboldt a posé en principe que la végétation des arbres exige au moins une température moyenne égale à 11°. Le chiffre de cette température répond encore au point où la chaleur de l’air commence à devenir sensible. Ce degré assez fixe peut être pris pour le premier terme d’une échelle de nos grandes chaleurs. Messier a quant à lui constaté que le maximum de la chaleur à Paris, le 8 juillet 1793, a marqué 40°. C’est à peu près la plus haute température, excepté celle de l’été 1705 à Montpellier, observée en France, le thermomètre au nord, isolé, à l’ombre, à l’abri des réverbérations et à l’air libre.
DATES DE NOS GRANDS ÉTÉS ET GRANDES SÉCHERESSES :

* VIe siècle : 580, 582, 584, 585, 586, 587, 589, 591
* VIIe siècle : 675, 700
* VIIIe siècle : 783
* IXe siècle : 874, 892
* Xe siècle : 921, 987, 994
* XIe siècle : 1078, 1094
* XIIe siècle : 1137, 1183, 1188
* XIIIe siècle : 1204, 1212, 1226, 1287
* XIVe siècle : 1305, 1306, 1325, 1331, 1334, 1361, 1384, 1392
* XVe siècle : 1473
* XVIe siècle : 1540, 1553
* XVIIe siècle : 1632, 1674, 1684, 1694
* XVIIIe siècle : 1701, 1712, 1718, 1719, 1726, 1727, 1767, 1778, 1793
* XIXe siècle : 1803, 1811, 1817, 1825, 1842, 1858, 1875, 1893

Les graduations intermédiaires peuvent se déduire des rapports de la température avec les mouvements de la végétation. Par exemple, les fruits à noyau fleurissent ordinairement au milieu du mois de mars, sous une chaleur extrême de 17°. La floraison des vignes et la maturité des premiers fruits se rencontrent, vers le même temps, du 15 au 30 juin : le maximum moyen de la température indique alors 32°. Les récoltes d’été, depuis celle du seigle jusqu’à celle du vin, ont lieu, année commune, entre le 20 du mois de juin et le 20 du mois de septembre ; or, la température extrême des mois de mai, juin, juillet et août, qui influent le plus sur ces récoltes, égale moyennement 35° ; enfin, au delà de 35°, si cet excès de chaleur dure assidûment plusieurs jours ou se répète trop souvent, les plantes se dessèchent et les récoltes périssent. Ainsi, on peut estimer, d’après ces évaluations approximatives, la chaleur thermométrique de nos anciens étés.

En 580, les arbres fleurirent une seconde fois aux mois de septembre ou d’octobre. Des pluies abondantes et des inondations terribles avaient précédé cette floraison inaccoutumée ; et la chaleur, dont elle était la suite, fut accompagnée de tremblements de terre, d’incendies et de grêles, spécialement à Bordeaux, à Arles et à Bourges. Cette seconde floraison fait supposer au moins une température printanière prolongée, soit 12° à 14° de chaleur moyenne, et 24° à 25° de chaleur extrême.

La chaleur de l’année 582 fit fleurir les arbres au mois de janvier. En 584, on eut des roses en janvier : une gelée blanche, un ouragan et la grêle ravagèrent successivement les moissons et les vignes ; l’excès de la sécheresse vint consommer ensuite les désastres de la grêle passée : aussi ne vit-on presque pas de raisins cette année ; les cultivateurs désespérés livrèrent leurs vignes à la merci des troupeaux.

Cependant les arbres, qui avaient déjà porté des fruits au mois de juillet, en produisirent (....)

Revenir en haut Aller en bas
humanlife



Masculin Messages : 12874
Inscription : 07/11/2013

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Mer 17 Oct 2018 - 18:34

La différence c'est qu'il n'y avait pas 9 milliards d'habitants à cette époque.
Revenir en haut Aller en bas
Jesper Andieu

avatar

Masculin Messages : 517
Inscription : 10/10/2018

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Mer 17 Oct 2018 - 19:36

Citation :
Expliquez nous donc en quoi le raisonnement d'Aristote

Je parle de Galilée et de la manière dont l'Église l'a traité.

_________________
"Tu es celle qui n'est pas, je suis celui qui suis." Jesus à St Catherine de Sienne
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis

avatar

Masculin Messages : 6462
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Mer 17 Oct 2018 - 21:07

humanlife a écrit:
La différence c'est qu'il n'y avait pas 9 milliards d'habitants à cette époque.
Oui et beaucoup moins d 'arbres et de végétation aujourd 'hui ( qui ne retient d 'ailleurs que la moitié du CO2).On met ou le reste?Dans le garage a rené? Pouffer de rire
Revenir en haut Aller en bas
Jesper Andieu

avatar

Masculin Messages : 517
Inscription : 10/10/2018

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Mer 17 Oct 2018 - 22:10

Je voyais sur des photos, l'état de sécheresse des lacs Suisse, et de celui du Lac D'annecy.
Si je me souviens bien, les signes du réchauffement climatiques, dans un premier temps, se sont à la fois des sécheresses et des inondations.

_________________
"Tu es celle qui n'est pas, je suis celui qui suis." Jesus à St Catherine de Sienne
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 17504
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Mer 17 Oct 2018 - 23:10

Jesper Andieu a écrit:

Si je me souviens bien, les signes du réchauffement climatiques, ce sont à la fois des sécheresses et des inondations.
:mdr: :mdr: :mdr: :mdr: :mdr: :mdr: :mdr: :mdr:
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 17504
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Mer 17 Oct 2018 - 23:12

Jesper Andieu a écrit:
Citation :
Expliquez nous donc en quoi le raisonnement d'Aristote

Je parle de Galilée et de la manière dont l'Église l'a traité.

Allez je cite les bons auteurs Mr. Green


RenéMatheux a écrit:
Jesper Andieu a écrit:
La vérité ne devrait pas faire peur aux chrétiens.
Mais enfin vous direz ce que vous voudrez, mais c'est Galilée qui avait raison. Wink

Là encore vous devriez vous renseigner avant de dire n'importe quoi!.
Alors sachez que le pape qui conversait avec Galilée n'était pas du tout opposé à sa théorie.
C'est pour d'autres raisons que la situation s'est envenimée.

Faudrait cesser de croire ce que raconte les médias.
Maintenant si vous préferez etre naif............
Revenir en haut Aller en bas
florence_yvonne

avatar

Féminin Messages : 10032
Inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Jeu 18 Oct 2018 - 5:09

joker911 a écrit:
RenéMatheux a écrit:
On se demande comment vous savez que j'ai écrit alors...........

Arretez de nous prendre pour des imbéciles.

Laissez la dans sa propagande catastrophique...

image: http://www.diocesedepapeete.com/medias/images/mgr.pascal.jpg?fx=c_100_100

MgrL'actualité de l'Eglise universelle est marquée par la récente publication de la première encyclique du pape François intitulée « Laudato si' » sur la sauvegarde de la maison commune. La « maison commune » désigne l'endroit que nous habitons tous : le monde, la planète Terre ; dont nous avons à prendre soin, « avec urgence ».

Le choix d'un tel sujet peut paraître étonnant tant il semble que l'actualité internationale est occupée plutôt par des conflits meurtriers et les déplacements de population. Et pourtant, le triste état de la planète sur le plan environnemental n'est pas un thème si éloigné que cela. Le pape François le souligne à grands traits : la dégradation de la nature est étroitement liée à la dégradation des relations entre les êtres humains.

Autrement dit, si notre maison commune souffre tellement de l'activité humaine, c'est en raison de l'incapacité des hommes à vivre ensemble. La pollution, le changement climatique, la pénurie d'eau, la perte de biodiversité, la détérioration de qualité de vie humaine... ce sont autant de phénomènes qui montrent que l'humanité vit repliée sur elle-même, occultant la situation des plus pauvres et les risques qui pèsent sur les générations futures.

En réponse aux énormes défis qui se posent, le pontife propose une « écologie intégrale » qui prenne en considération le développement de tout l'homme en tous ses aspects jusque dans son appartenance à la nature. Les solutions ne viendront certainement pas de la science et de ses solutions techniques. Ce n'est qu'en retrouvant une vraie confiance dans le fait de vivre ensemble que l'humanité va pouvoir inverser sa tendance à l'auto-destruction.

Nous sommes tous invités à lire l'encyclique de notre pape François. Nous connaissons sa manière de parler : simple, dynamique, franche. Le ton n'est jamais accusateur, le pontife fait appel à la responsabilité de chacun. Nous habitons tous la même maison. La convivialité n'est possible qu'au prix d'une « conversion profonde ».

+ Monseigneur Pascal


Read more at http://www.diocesedepapeete.com/pages/annonces/ema/cat-2015/la-maison-brule.html#WKjO88um3BdIqyRq.99

_________________
Déisme : Position philosophique de ceux qui admettent l'existence d'une divinité, sans accepter de religion.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.forum-religions.org/
J&B

avatar

Féminin Messages : 3918
Inscription : 09/08/2014

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Jeu 18 Oct 2018 - 6:12

Jesper a écrit:
Je voyais sur des photos, l'état de sécheresse des lacs Suisse, et de celui du Lac D'annecy.
Si je me souviens bien, les signes du réchauffement climatiques, dans un premier temps, se sont à la fois des sécheresses et des inondations.

Il faut quand même faire attention à quelle saison on photographie les lacs et les cours d'eau  :beret: car en été avec la chaleur qu'il a fait, ça fondait un max et les lacs et les cours d'eau étaient bien remplis.
Par contre, en automne et en hiver, quand il fait froid en haut, les neiges ne fondent plus, ce qui en résulte que les petits cours d'eau sont à sec et le niveau des lacs sont bas.

Mais ce n'est bien sûr pas une raison pour ne pas respecter l'environnement, mais là, les plus malins ont trouvé un moyen de profiter d'une période de bouleversements climatiques pour en soutirer des taxes sur la culpabilité au nom de l'éthique, alors que les industriels déversent dans la nature des méga-tonnes de déchets dangereux sous toutes ses formes.

Quand il y a médiatisation et manipulation des consciences à ce point, il faut se poser des questions ...

http://canal9.ch/jean-claude-pont-sort-un-livre-sur-le-theme-du-rechauffement-climatique/
qui raconte l'histoire du réchauffement climatique et qui est du groupe des climato-réalistes qui compte environ mille scientifiques climato-sceptiques.
https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/2017/12/07/contre-sommet-des-climato-realistes-le-discours-douverture/
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2998
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Jeu 18 Oct 2018 - 6:45

philippe bis a écrit:
humanlife a écrit:
La différence c'est qu'il n'y avait pas 9 milliards d'habitants à cette époque.
Oui et beaucoup moins d 'arbres et de végétation aujourd 'hui ( qui ne retient d 'ailleurs que la moitié du CO2).On met ou  le reste?Dans le garage a rené? Pouffer de rire

Et les océans? Boulet
Quand on ne connait pas on se tait.
Revenir en haut Aller en bas
Jesper Andieu

avatar

Masculin Messages : 517
Inscription : 10/10/2018

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Jeu 18 Oct 2018 - 7:10

Il y a une chaine sur youtube qui recense tous les événements climatiques, mois par mois depuis 2011.
Par exemple "2018 is strange". C'est très intéressant. Et même si on n'adhère pas aux remarques apocalyptiques, on est quand même en droit de s'interroger sur ce qu'il se passe.
Je ne sais pas du reste si le complotisme sur ce coup là n'aurait pas changé de camp.
Imaginons qu'on nous annonce une épidémie exigeants des mesures rapides. Si une moitié dit que c'est encore un coup de je sais pas qui, le résultat sera que ça fera de nombreuses victimes.
je ne sais pas vraiment ce que cherchent les uns et les autres dans cette histoire, mais enfin moi je n'ai jamais habité en ville depuis trente ans, et je constate tous les jours les changements objectifs qui se produisent. Soit le Giec est une officine qui complote en vue de je ne sais pas trop quels intérêts  -et alors elle est passible de la justice - soit au contraire ses opposants défendent eux les intérêts de ceux qui nous poussent à consommer non stop h 24 ou bien font du déni.
Je serais porté à penser que la séduction passe toujours par de fausses BONNES NOUVELLES. Pas par des mauvaises. Or l'idée qu'il faille en venir à se serrer la ceinture n'est pas une idée tellement vendable et populaire, donc moins sujette à caution que l'autre. J'ajoute que la pente que donnent les évangiles est la modération dans la consommation, un refus du matérialisme, une exigence de
partage, l'amour de la création, le respect de ce qui vit, l'harmonie entre l'homme (né dans un jardin) et la nature. Donc si un gros coup de frein est donné à cette consommation pathologique - qui sert sans doute à combler un grand vide spirituel - et bien c'est quoi qu'il en soit tout bénef. Pour conclure:


Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) — en anglais IPCC pour Intergovernmental Panel on Climate Change — est un organisme intergouvernemental, ouvert à tous les pays membres de l'ONU.
Ce groupe, créé en 1988 suite à une initiative politique de nature internationale, dépend de l’Organisation météorologique mondiale et du Programme des Nations unies pour l'environnement, « a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les risques liés au réchauffement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation. Il n’a pas pour mandat d’entreprendre des travaux de recherche ni de suivre l’évolution des variables climatologiques ou d’autres paramètres pertinents. ».
Bien que contestées, notamment pour des raisons essentiellement politiques,
« les évaluations de ce groupe sont principalement fondées sur les publications scientifiques et techniques dont la valeur scientifique est largement reconnue. »

Juste pour remettre quand même les choses en perspective.

_________________
"Tu es celle qui n'est pas, je suis celui qui suis." Jesus à St Catherine de Sienne
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis

avatar

Masculin Messages : 6462
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Jeu 18 Oct 2018 - 7:49

Le président américain Donald Trump fait marche arrière

Il a affirmé que «quelque chose est en train de changer» au niveau de l'environnement, dans une interview diffusée dimanche [14 octobre] sur le réseau télévisé américain CBS.

«Je ne pense pas que ce soit un canular, je pense qu'il y a probablement une différence», a-t-il expliqué à la journaliste Lesley Stahl en parlant du changement climatique.
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis

avatar

Masculin Messages : 6462
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Jeu 18 Oct 2018 - 7:50

https://www.bienpublic.com/actualite/2018/10/18/japon-des-cerisiers-fleurissent-pourtant-ce-n-est-pas-le-printemps
Revenir en haut Aller en bas
florence_yvonne

avatar

Féminin Messages : 10032
Inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 3:06

philippe bis a écrit:
https://www.bienpublic.com/actualite/2018/10/18/japon-des-cerisiers-fleurissent-pourtant-ce-n-est-pas-le-printemps

Comme je refuse les Cookies je n'ai pas accès à l'info.

_________________
Déisme : Position philosophique de ceux qui admettent l'existence d'une divinité, sans accepter de religion.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.forum-religions.org/
Onan Peuplu

avatar

Masculin Messages : 5985
Inscription : 31/05/2016

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 3:37

Jesper a écrit:
Donc si un gros coup de frein est donné à cette consommation pathologique - qui sert sans doute à combler un grand vide spirituel - et bien c'est quoi qu'il en soit tout bénef.

Tu fais ERREUR, cher ami....la consommation ne fait que grimper, et dans le plus mauvais sens....notamment le consommation dite (faussement) "écologique", du genre à couper des forêts pour revêtir des murs en briques de façades "bois" (plusieurs exemple près de chez moi)
Sans parler du massacre que sont les pellets...on en parle dans mes fil-s, vas y voir si tu as du temps , ça devait être l'hiver passé ou peu avant thumleft

Les bagnoles ils les envoient à la casse pour un chouia de  Co2 en "trop", ce qui gaspille le pétrole pour en refabriquer etc...alors que le transport maritime et par avions explose les émissions, et là on ne t'en parle pas !  spiderman

On te bassine avec les "crises" mais c'est du blabla...moi je vois très bien que les gens n'ont jamais autant consommé....eh oui j'ai des z'yeux un peu partout Mr.Red

Cette histoire de climat, ce n'est que de l'hypocrisie pour enfumer les consciences, plus on parle d'écologie, moins ils en font, plus ils détruisent en réalité, derrière ce paravent..... :snake:

Essayes de ne pas contribuer à cette Arnaque ..........

et renseignes-toi mieux : https://www.youtube.com/watch?v=ozmQeNDyV5g

aussi : https://www.medias-presse.info/31-072-scientifiques-americains-sopposent-a-la-dictature-du-climat/33161/

https://www.wikiberal.org/wiki/Liste_de_scientifiques_sceptiques_sur_le_r%C3%A9chauffement_climatique

Et puis, dire que le message evangéliques ne suffirait pas pour nous faire changer sur le plan de la consommation-"matérialiste" et qu'on a besoin d'y être forcé de l'extérieur, c'est un peu comme dire qu'il faut un Etat bolchevique pour régler la question des pauvres Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Jesper Andieu

avatar

Masculin Messages : 517
Inscription : 10/10/2018

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 3:54

Oh non, ce n'est pas la même chose.

J'ai traîné sur votre fil que je trouve...exotique. Wink

_________________
"Tu es celle qui n'est pas, je suis celui qui suis." Jesus à St Catherine de Sienne
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 17504
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 4:26

Jesper Andieu a écrit:
Il y a une chaine sur youtube qui recense tous les événements climatiques, mois par mois depuis 2011.
Depuis 2011?
Et cela prouverait quelque chose?
Pourquoi pas depuis 2018?
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 17504
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 6:28

philippe bis a écrit:
Le président américain Donald Trump fait marche arrière

Il a affirmé que «quelque chose est en train de changer» au niveau de l'environnement, dans une interview diffusée dimanche [14 octobre] sur le réseau télévisé américain CBS.

«Je ne pense pas que ce soit un canular, je pense qu'il y a probablement une différence», a-t-il expliqué à la journaliste Lesley Stahl en parlant du changement climatique.

Ce pauvre phillippe qui s'obstine à croire les médias.

Allez je lui met un autre son de cloche


Nouveau rapport catastrophiste du GIEC sur le changement climatique « d’origine humaine » : Trump reste ferme


Le président Donald Trump opère une manœuvre d’importance face à l’offensive généralisée des climato-alarmistes. Tout en revenant sur sa précédente affirmation, radicale, selon laquelle le changement climatique serait un canular, il a affirmé qu’il ignorait si ces évolutions de la météo pouvaient être d’origine humaine, estimant que le climat est un phénomène cyclique qui « changera de nouveau, dans l’autre sens ». Ce point de vue heurte de front la « grande terreur » climatique martelée dans un nouveau rapport catastrophiste du GIEC, arme majeure pour imposer une lucrative disruption technologique et l’instauration d’une gouvernance mondiale affranchie du contrôle des peuples. Les médias de l’oligarchie se déchaînent réaffirmant, tel le Las Vegas Review-Journal, que selon la Nasa et la NOAA « on n’avait pas connu d’hiver aussi doux depuis 1976 ». Ce qui, à l’échelle climatique, ne signifie quasiment rien.



Dans un entretien d’une heure dimanche soir sur CBS, Donald Trump a affirmé qu’il n’entendait pas handicaper les Etats-Unis au prétexte de lutter contre le changement climatique. Sur le climat, « je crois en effet qu’il se passe quelque chose », a-t-il concédé, mais a immédiatement enchaîné : « Quelque chose change, mais ça changera aussi dans l’autre sens ! » Et de développer : « Je ne dis pas que c’est un canular. Je crois qu’il y a probablement des évolutions. Mais je ne pense pas qu’il y ait une origine humaine. Je dirai simplement ceci : il est hors de question que je sacrifie (sous ce prétexte) des milliers et des milliers de milliards de dollars, des millions et des millions d’emplois. » « Vous savez, nous parlons en millions d’années », a-t-il ironisé.

Le discours présidentiel évolue donc sur la forme mais reste ferme sur le fond. Donald Trump avait qualifié le changement climatique de canular en 2016, affirmant que « le concept de changement climatique global a été créé par et pour les Chinois, afin de rendre l’industrie américaine non-concurrentielle ». Il était diplomatiquement revenu sur cette mise en cause de la Chine par la suite, mais avait maintenu sa qualification de « canular ».

Donald Trump, qui devait visiter ce lundi les régions de Géorgie et de Floride frappées par le cyclone Michael, a manifesté ses doutes sur les conclusions de scientifiques réchauffistes qui estiment que le changement climatique (supposément d’origine humaine) cause une aggravation des tempêtes : « J’entends dire qu’autrefois nous avions des tempêtes bien plus violentes que Michael. » Le président ajoute, à propos des climato-alarmistes : « Vous devriez me les montrer, ces scientifiques, parce qu’ils ont de très gros objectifs politiques. »



sur https://reinformation.tv/rapport-giec-trump-changement-climatique-origine-humaine-lenoir-89086-2/
Revenir en haut Aller en bas
Jesper Andieu

avatar

Masculin Messages : 517
Inscription : 10/10/2018

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 6:51

Citation :
Ce pauvre phillippe qui s'obstine à croire les médias.

Ben apparemment vous y croyez vous-même puisque vous les citez...
Permettez-moi de vous dire que vos sources ne sont en gros que des amoncellemens de ragots complotistes et orientés. Je n'y vois que des fakes.

_________________
"Tu es celle qui n'est pas, je suis celui qui suis." Jesus à St Catherine de Sienne
Revenir en haut Aller en bas
ptrem



Masculin Messages : 1849
Inscription : 31/12/2010

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 7:02

Pour donner une idée de la puissance du soleil;
de plus son activité varie et influence le climat terrestre

https://www.planetoscope.com/solaire/864-Energie-fournie-par-le-soleil.html

Quelle elle est la puissance de l'énergie solaire ?

10 000 000 000
Chaque seconde le soleil dégage autant d'énergie que 10 milliards de bombes nucléaires
85%

Le soleil est plus brillant que 85% des objets de la Voie Lactée
3 minutes

Si toute l'énergie du soleil était dirigée sur la Terre, la croûte terrestre mettrait 3 minutes pour fondre !
1 million d'années

C'est le temps qu'il faut à l'énergie du noyau du soleil pour atteindre sa surface

Chaque seconde au cœur du Soleil, environ 700 millions de tonnes d'hydrogène sont converties en 695 millions de tonnes d'hélium et 5 millions de tonnes d'énergie sous forme de rayons gamma. Le Soleil mesure 1 400 000 kilomètres de diamètre, 108 fois le diamètre de la Terre.

Sur Terre, cela représente chaque seconde 400 000 zettawatt, soit 400 000 000 Térawatts soit 400 000 000 000 000 000 000 000 W par seconde ou 145 600 000 000 000 000 000 000 000 Watts chaque année, une quantité difficile à représenter .... Une énergie produite par une fusion nucléaire produit autant d'énergie qu'un milliard de milliards de centrales nucléaires.


La production totale des centrales nucléaires est de 413 TW, soit 1,130TW par seconde.


Quand le rayonnement du soleil varie d'un seul watt par m2, cela peut provoquer un changement de température de l'ordre du dixième de degré sur Terre, ce qui est énorme.


Pendant qu'elle voyage vers la surface du Soleil, l'énergie est continuellement absorbée et réémise à des températures de plus en plus basses, ce qui fait que lorsqu'elle atteint la surface, elle est principalement constituée de lumière visible. Après avoir parcouru les 4/5èmes du trajet vers la surface, l'énergie est plus portée par les courants de convection plutôt que par radiation. Il faut 50 millions d’années pour qu'un photon parvienne à la surface.


La masse du Soleil est de 2 milliards de milliards de milliards de tonnes (ou 2.10 puissance 27), soit une masse mille fois supérieure à celle de toutes les planètes du Système solaire réunies. Le phénomène de combustion solaire devrait se poursuivre encore 4,55 milliards d'années.

Revenir en haut Aller en bas
humanlife



Masculin Messages : 12874
Inscription : 07/11/2013

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 7:08

Tout le monde connaît le soleil mais personne ne semble penser à l'influence de l'activité de 9 milliards d'individus avec des moyens industriels sur une masse sphérique dont l'atmosphère pourrait y être sensible.

La négation de l'influence de l'activité humaine sur le réchauffement climatique apparaît de plus en plus comme un positionnement purement idéologique, non rationnel.
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 17504
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 7:33

Jesper Andieu a écrit:
Citation :
Ce pauvre phillippe qui s'obstine à croire les médias.

Ben apparemment vous y croyez vous-même puisque vous les citez...
Permettez-moi de vous dire que vos sources ne sont en gros que des amoncellemens de ragots complotistes et orientés. Je n'y vois que des fakes.

Tandis que les votres ne sont que la pure vérité.......

Ah, une remarque, je me suis contenté de donner "un autre son de cloche". Je ne me suis pas prononcé sur sa validité!

Par contre, je j'ai pas besoin d'aller loin pour savoir que les réchauffards sont des sacrés menteurs : 300 metres! Pas plus!
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis

avatar

Masculin Messages : 6462
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 7:35

Jesper Andieu a écrit:
Citation :
Ce pauvre phillippe qui s'obstine à croire les médias.

Ben apparemment vous y croyez vous-même puisque vous les citez...
Permettez-moi de vous dire que vos sources ne sont en gros que des amoncellemens de ragots complotistes et orientés. Je n'y vois que des fakes.
thumleft
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis

avatar

Masculin Messages : 6462
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 7:38

Les plantes rejettent 30% de CO2 en plus de ce qui était prévu ! https://sciencepost.fr/2017/12/plantes-rejettent-30-de-co2-plus-de-etait-prevu/
Revenir en haut Aller en bas
humanlife



Masculin Messages : 12874
Inscription : 07/11/2013

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 7:40

On ne se pose pas les bonnes questions sur la polémique du réchauffement climatique, pour l'instant on en est au stade de se lancer des analyses contradictoires à la figure.

Est-ce raisonnable, quand l'intelligence et la réflexion viendront alimenter le débat au-delà de la passion?
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis

avatar

Masculin Messages : 6462
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 7:43

la polemique ne concerne que une minorité , l'intelligence et la réflexion on déja agis et c 'est pour cela qu 'il y a un consensus. Seul les solutions manque...
Revenir en haut Aller en bas
humanlife



Masculin Messages : 12874
Inscription : 07/11/2013

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 8:02

la polémique est importante, l'intuition se pose dans le débat sur les points de vue, mais on sait que les solutions proviennent de l'intelligence de la réflexion, la prise de conscience va de pair avec l'intelligence de la réflexion.
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis

avatar

Masculin Messages : 6462
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 8:29

ce graph montre ce qui est du à l'homme
sous le terme anthropogenic

en bleu les actions qui réduisent l'effet de serre
en rouge celle qui l'augment

ensuite

il y'a le natural = le soleil
et le total en bas ce qui est le plus important

entre parenthèse la marge d'erreur

je ne sais pas pourquoi l'albédo est classé antropogène alors que les glaciers enneigés c'est de l'albédo naturel

https://fr.wikipedia.org/wiki/Alb%C3%A9do


dans l'ordre nous avons =

1)les gaz à effet de serre à longue durée de vie = Co2 et méthane (les pets de vache lol)
les halocarbones (frigos et clims)

quand c'est rouge c'est pas bon


2)l'ozone stratosphérique en bleu qui nous protège (la couche d'ozone)
et le mauvais ozone au niveau du sol, celui lié aux voitures et industries en rouge
qui fait des pics d'ozone en été et nous étouffe (en plus de réchauffer la terre)

3)le méthane mais de haute atmosphère

4)l’albédo de surface en bleu, je suppose la neige (naturelle du coup ?) et en rouge les poussières répandus sur la neige (charbon ?) je pense, qui bloquent l'albdedo naturel

on remarque que la balance est bonne

5)les aérosols c'est la bonne nouvelle ce sont les particules qui bloquent le soleil on voit que cela atténue bien l'effet de serre (c'est comme remplir une pièce de cendres, le soleil passe moins bien)
ça ne veut pas dire que c'est bon pour nos poumons, mais c'est bon pour l'effet de serre

6)les contrails c'est le contraire de chemtrail lol en gros les traînées de condensations laissées par les avions, c'est négligeable


7)l'irradition solaire donc bah les uv et infrarouge émis par notre grosse centrale nucléaire solaire

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89clairement_%C3%A9nerg%C3%A9tique

le total = mauvais !
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis

avatar

Masculin Messages : 6462
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 8:31

l'être humain est très mauvais pour ce qui est de se projeter dans le futur
ce n'est pas dans nos gènes


il a aussi beaucoup de mal avec la notion d'exponentielle

en gros tout s'emballe très vite

une personne qui a 70 ans aujourd'hui a vu la population mondiale multipliée par 4
*
c'est impossible à concevoir pour notre petit cerveau primitif

le problème c'est qu'il n'y a pas que la population qui suit une exponentielle

la pollution, l'extraction d’énergies fossiles...

on sait comment ça se passe dans un système aux ressources finies qui suit une exponentielle le rapport de club de Rome pour le moment ne s'est pas trop trompé

à voir s'il a raison à horizon 2030/2050

http://adrastia.org/introduction-meadows-the-limits-to-growth/
Revenir en haut Aller en bas
humanlife



Masculin Messages : 12874
Inscription : 07/11/2013

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 8:37

Justement je ne parle pas de diffuser des informations, mais d'élaborer une pensée efficace.
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis

avatar

Masculin Messages : 6462
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 8:52


évenements climatiques
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
humanlife



Masculin Messages : 12874
Inscription : 07/11/2013

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 9:34

Je comprend, le monde est devenu autiste.
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 9300
Inscription : 20/08/2007

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 13:41

Bonsoir ,

pour ce qui est de la pollution de l'air, dans les grandes villes vu la densité de véhicule et le nuage fabriqué on ne peut que reconnaitre le problème !
mais ça ne veut pas dire qu'a l'échelle de la planète ce soit de même vu que les plantes absorbent le gaz carbonique !!
malgré tout le bon sens demande que l'on change la façon de vivre , mais ils ne le feront pas car c'est trop rentable pour la finance et les pétroliers , et on ne peut pas compter sur le génie des politiciens pour agir promptement ( il est déja trop tard de toute façon) ils sont là a chercher quel avantage en tirer avant de se soucier du vrai problème !!

on sait que lorsqu'un gros volcan explose il rejette dans l'atmosphère autant de gaz que l'humanité pendant 1 siècle avec ses industrie , et vu le nombre de volcan qui ont explosés depuis 80ans, notre présence n'est pas la plus grande menace (enfin c'est pas un défi que je lance pour faire mieux que les volcans hein !Very Happy )

dans le livre de l'apocalypse ce que l'Ange dit a Jean sur le fait que les hommes détruiront la terre et la mer et tout ce qui vit dedans et refuseront de se repentir des œuvres de leurs mains ; concerne vraiment notre comportement industriel lié au consumérisme forcené !!

quand j'étais jeune ont voyait des hirondelles par centaines posées sur les fils électrique et téléphonique , aujourd'hui je ne vois que 2 , 3 hirondelles et encore par tous le sans !
les moucherons abeilles et autres insectes volants c'était la joyeuse invasion , aujourd'hui sauf les guêpes et frelons le reste ce fait extrêmement rare !
mon père me racontait qu'enfant il s'amusait a courir dans les près histoire de voir déloger les lapins et lièvres , aujourd'hui vous pouvez courir un moment et devenir bon pour le Décathlon avant de voir partir un lapin !!

on sait que c'est nous qui détruisons l’écosystème en mer mais on ne cesse pas et c'ets pas quand on sera 10 12 milliards que ça ira mieux !!
mais comme le modèle est le modèle américains de consommation qui réussit à la fiance le reste du monde ce lance dans ce modèle , donc on ne peut aller qu'a la ruine de la planète !!

on ne cesse de regarder la nature la faune la flore soit comme un enmis concurrent soit comme un produit quantifiable a exploiter , avec une telle mentalité a quoi s'attendre d'autre qu'a la destruction ?
un ami cultivateur m'expliquait qu'il sème des graines traitées pour ne pas s'abimer l'hiver dans le sol et germer au printemps mais elles doivent subir plusieurs traitements surtout pour qu'aucun rongeur ou insecte ne s'y attaque ni la maladie quand elle commence a pousser et que c'est trop mou pour aller traiter ! depuis qu'il utilise cela , il n'y a plus de musaraignes ni autre taupes dans ses champs ni d’insectes qui se nourrissent de ses graines i oiseaux qui les déterrent !
FORMIDABLE ça MARCHE ! il n'est pas fière mais c'est quasiment imposé par les semenciers et la concurence si t'e spas performant , tu ne paye plus le gros tracteur ni la ferme ni ta banque et donc on va vendre ta ferme a un autre qui lui ne se pose pas de question !
et Oui on a choisi une façon de vivre sans issue !
c'est même pas une façon de vivre , juste de survire !!

e pense qu'en plus la multiplication de sondes diverses et le wifi qui se répand partout tue énormément d'animaux , ça nos dirigeants ne veulent pas en entendre parler car on va pas s'attaquer à ce qui fonctionne économiquement !!

la voiture électrique comme solution à la pollution ?? si vous devez jeter vos voiture actuelle pour en refabriquer des électrique je doute que la planète aille vraiment mieux vu le Ramdam industriel que ça implique !!

nos chefs ne sachant que penser en rentabilité et finance et manipuler mentir pour la fuite en avant , rien de bien réel ne sera fait , et on a plus le temps de tergiverser !

mais nos nations n'ont pas de chefs ; l'Europe depuis qu'on nous baratine avec Où est SON CHEF ? un homme crédible , censé, clairvoyant et un minimum correct ? 0

je ne doute pas qu'ils vont nous le fabriquer ce superman (super intelligent connecté dynamique) au service de l'esclavage humain !!
ça va plaire aussi cela le super homme !!

on refuse de changer on aura le résultat prévu , a chacun de s'éloigner de ce modèle pervertit et destructeur , le principe des communauté religieuse quasi auto suffisantes est un bon modèle , je paris que si vous le tentez et que ça fonctionne trop bien vous aurez des problèmes !

vous êtes libre de vivre selon le modèle définit et de ne pas faire de vague !!
la surveillance de tout s'accroit , tout va être mesuré quantifié limité interdit au nom du Bonheur parfait !!
Après tout quand on voit la vie comme son ennemie c'est la logique qui en découle
Revenir en haut Aller en bas
humanlife



Masculin Messages : 12874
Inscription : 07/11/2013

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 14:40

si nous ne changeons pas c'est ce que nous n'en avons pas l'intelligence, nous ne pouvons nous en prendre qu'à nous-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Jesper Andieu

avatar

Masculin Messages : 517
Inscription : 10/10/2018

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 18:58

D'accord avec vous Théoderic !

_________________
"Tu es celle qui n'est pas, je suis celui qui suis." Jesus à St Catherine de Sienne
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis

avatar

Masculin Messages : 6462
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 22:49

https://fr.calameo.com/read/004599499ce6b6175b221?view=book
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis

avatar

Masculin Messages : 6462
Inscription : 29/04/2017

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Ven 19 Oct 2018 - 22:53


Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 17504
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Sam 20 Oct 2018 - 0:24

philippe bis a écrit:
la polemique ne concerne que une minorité ,
C'est comme les savants qui disent que les évangiles sont fiables.......
Alors le coup de minorités!
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 17504
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Sam 20 Oct 2018 - 0:28

Comme j'en ai ras le bol des copiés collés des rechauffards, je vais mettre l'avis d'un directeur de recherche du CNRS qui lui a l'avantage de savoir de quoi il parle


L'effet de serre remis en question par plusieurs physiciens ( rédigé en 2007- derniers ajouts le 06/01/2012)
Comme je vous l'ai souvent dit, ce site vise à compléter (ou à corriger, le cas échéant) les nombreuse informations que vous assènent les grands médias et les grands prophètes du "réchauffement climatique global", le plus souvent incompétents. Pour eux, -du moins, ils le tiennent pour tel-, le débat est clos. La cause est entendue : Les traces de CO2 présentes dans l'atmosphère sont, via l'effet de serre, les grands responsables du réchauffement global. D'ailleurs c'est bénéfique, ajoutent-ils (tant que l'homme ne s'est pas ingénié à en rajouter), puisque si l'effet de serre n'existait pas, nous serions condamnés à vivre à -18°C, autrement dit, au Groenland.

Les affirmations de ces cavaliers de l'apocalypse paraissent revêtues du "consensus" de la quasi-totalité des scientifiques et des médias . Alors, une fois encore, vous admettez tout cela comme un fait acquis et vous pensez certainement qu'il n'existe aucune controverse. Eh pourtant, le crédo de l'effet de serre est très sérieusement contesté par des physiciens spécialistes, théoriciens et thermodynamiciens, qui expliquent que la théorie de l'effet de serre traditionnelle ne tient pas la route, viole les lois fondamentales de la physique et que certains calculs de température qui ont conduits aux chiffres mille fois répétés, sont absolument faux...

Si vous avez eu la curiosité de lire la page consacré aux théories (au pluriel) du réchauffement climatique, vous avez déjà pu constater qu'il existe, au moins, une explication alternative à celle de l'effet de serre du CO2, qui tient suffisamment la route, comme on dit vulgairement, au point qu'un important projet, doté de gros capitaux, a démarré au CERN en 2007 pour en préciser les mécanismes fondamentaux.



http://www.pensee-unique.fr/effetdeserre.html
Revenir en haut Aller en bas
humanlife



Masculin Messages : 12874
Inscription : 07/11/2013

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Sam 20 Oct 2018 - 1:49

RenéMatheux a écrit:
Comme j'en ai ras le bol des copiés collés des rechauffards, je vais mettre l'avis d'un directeur de recherche du CNRS qui lui a l'avantage de savoir de quoi il parle.

Donc selon vous, l'activité humaine de façon générale ne peut avoir d'influence sur le climat de la planète?
c'est à dire les individus peuplant la terre vivent de façon indépendante par rapport à leur milieu, selon les critères de la physique et de la biologie, par un miracle de la science je présume.
Revenir en haut Aller en bas
Alice-Augusta

avatar

Féminin Messages : 109
Inscription : 16/05/2016

MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   Sam 20 Oct 2018 - 12:48

Les hivers les plus rigoureux de 763 à 1795


763-764. Hiver très rigoureux au cours duquel la mer fut gelée sur nos côtes. Dans l'intérieur de la Gaule, des froids extraordinaires furent signalés du début d'octobre 763 à la fin de février 764. En certaines contrées de notre pays, il serait tombé, au dire des historiens, jusqu'à 10 m de neige.


821-822. Tous les fleuves d'Europe, en particulier la Seine, l'Elbe et le Danube furent pris par les glaces pendant plus d'un mois. "Les plus grandes rivières de la Gaule et de la Germanie furent tellement glacées que, pendant l'espace de trente jours et davantage, on y passait par dessus à cheval et avec des charrettes".


859-860. Hiver très rude et très long, durant depuis novembre jusqu'en avril. Chutes de neige abondantes.


974-975. Dans les Gaules, l'hiver fut "long, sec et dur" ; il se prolongea du début de novembre au 20 mars : en mai, il tomba encore beaucoup de neige.


1073-1074. Fortes gelées du début de novembre jusqu'au 15 avril, accompagnées d'un vent de Nord violent et desséchant. "Les moulins ne pouvant fonctionner par suite de la prise des fleuves et rivières, l'armée d'Henry IV, empereur d'Allemagne, souffrit cruellement du manque de farine et, par suite de pain."


1076-1077. Un des hivers les plus rude du XIème siècle, d'après les témoignages des contemporains. De très fortes gelées se produisirent du 1er novembre au 15 avril, et le Rhin, ainsi que le lac de Constance furent pris par les glaces de la St Martin jusqu'à la fin mars. "cette année fut si étrangement froide que la plupart des arbres, vignes et fruitiers moururent, que les semences en furent intéressées et que la terre devint stérile pour les quelques années suivantes."


1114-1115. Hiver terrible en Bretagne de m^me qu'en Angleterre. "La mer gela dans la Manche à quelque distance des côtes, et les pierres les plus grosses se fendirent avec éclat."


1124-1125. Froids extraordinaires avec chutes de neige abondantes en France, Allemagne et Italie. "Dans les rivières, la glace était si épaisse et si solide qu'elle supportait les voitures chargées ; les chevaux circulaient sur le Rhin comme sur la terre ferme. Ces intempéries se prolongèrent tellement que les arbres ne prirent leurs feuilles qu'en mai."


1149-1150. Hiver très rigoureux dans le Nord de la France, où, sur les côtes, les eaux de la mer étaient gelées jusqu'à trois milles du rivage. Dura du début de décembre jusqu'à la fin de février.


1204-1205. En Bretagne et dans le Nord-ouest de la France, "grand hiver de la mi-janvier à la mi-mars."


1218-1219. Dans le centre de la France, l'hiver fut si rude et si long que par trois fois la Loire, la Seine et la Vienne se trouvèrent suffisamment gelées pour qu'elles puissent être traversées sur la glace."


1224-1225. Hiver rigoureux depuis la St Denis (9 octobre) jusqu'à la St Marc (25 avril), avec fortes tempêtes ayant abattu, en Normandie, plusieurs clochers d'églises.


1233-1234. Hiver très rigoureux dans l'extrême Est de la France et en Italie. Le Rhône et le lac de Zurich furent congelés. Des voitures chargées purent arriver de la terre ferme jusqu'à Venise en passant sur la glace.


1235-1236. Toutes les rivières furent prises par la glace, dont la débâcle entraîna la chute des ponts de Saumur et de Tours.


1275-1276. Hiver très froid mais de courte durée, avec chutes de neige abondantes dans l'Est. A Parme, le sol resta couvert de neige de décembre 1275 à avril 1276.


1291-1292. En Alsace, le mois de février 1292 fut remarquablement froid. Le Rhin gela à Brisach, où les chevaux et voitures pouvaient le traverser sur la glace.


1302-1303. en décembre 1302, froids exceptionnels dans l'Est et le sud-Est du pays, surtout vifs du 26 décembre au 6 janvier. Le Doubs, le Rhin et le Rhône furent gelés."En leurs lits, on trouvait mort les gens par angoisse de froid."


1305-1306. Froids très vifs du 15 décembre au 25 janvier, et du 15 février à la fin de mars. Tous les grands fleuves furent pris par les glaces.


1315-1316. L'hiver se montra si rigoureux en France, en Allemagne et en Angleterre, depuis le début de décembre 1315 jusqu'à Pâques 1316, qu'il provoqua une famine générale. "On était obligé, lit-on dans l'Histoire d'Angleterre de Rapin de Thoyras, de cacher les enfants avec un soin extrême, si on ne voulait les exposer à être dérobés pour servir d'aliments aux larrons."


1322-1323. La partie occidentale de la mer Baltique fut couverte de glaces du début de février au 15 mars. En février, il tomba beaucoup de neige en France. Certains auteurs prétendent que la mer Adriatique fut également gelée.


1324-1325. Hiver très rigoureux dans le Nord de la France. La Seine gela deux fois, et au cours de la débâcle, les ponts de bois de Paris furent emportés.


1357-1358. Les contemporains affirment qu'il tomba au cours de cet hiver des quantités prodigieuses de neige comme on n'en avait encore jamais vues, surtout en Italie, en Belgique et en Angleterre.


1363-1364. Dans le centre et le midi de la France, l'hiver fut très long et ne se termina qu'à la fin de mars : à Paris, on compta 14 semaines consécutives de fortes gelées durant lesquelles le sol resta couvert de neige. Le lac de Zurich, le Rhône et le Rhin furent gelés jusqu'à une grande profondeur. La Loire étant gelée "la ville de Tours employa 38 hommes pour rompre les glaces de la Loire afin d'empêcher les assiégeants de passer."


1407-1408. En Angleterre, en Allemagne et en France, cet hiver fut un des plus rudes du Moyen Age, et il occasionna la destruction d'un nombre considérable d'arbres fruitiers et de vignes. Il se prolongea du 10 novembre au 31 janvier et du 15 février au 10 avril. On lit dans les Registres du Parlement : "La St Martin dernière passée, il y eu une telle froidure que nul ne pouvait besogner. Le greffier même, bien qu'il eût près de lui du feu en une pellette pour empêcher l'encre de son cornet de geler, voyait l'encre se geler en sa plume de trois mots en trois mots, et tant que enregistrer ne pouvait." Par ailleurs Félibien écrit : "tous les annalistes de ce temps là ont pris soin de remarquer que cet hiver fut le plus cruel qui eut été depuis plus de 500 ans. Il fut si long qu'il dura depuis la St Martin jusqu'à la fin de janvier et si âpre que les racines des vignes et des arbres fruitiers gelèrent. Toutes les rivières étaient gelées et les voitures passaient sur celle de Seine à Paris. On y souffrait une grande nécessité de bois et de pain, tous les moulins de la rivière étant arrêtés et l'on serait mort de faim dans la ville sans quelques farines qui y furent apportées des pays voisins." A Paris, durant 66 jours les gelées atteignirent une intensité exceptionnelle : "Le dimanche après l'Epiphanie les gens allèrent ribber et chouller en traversant la Seine d'un côté à l'autre."


1419-1420. hiver rude en France avec beaucoup de neige. Les loups pénétraient jusque dans les faubourgs de la capitale, qui se trouvait alors aux mains des Anglais.


1422-1423. Froids excessifs en Hollande et dans le Nord de la France. La Seine fut prise en janvier. "Il faisait si froid que personne ne pouvait travailler, mais seulement sauter, courir, jouer à la pelote ou autres jeux pour s'échauffer. Les coqs et gelines avaient les crêtes gelées jusqu'à la tête." Ces fortes gelées accompagnées de neiges durèrent jusqu'au 25 mars.


1434-1435. Hiver très long, appelé en Angleterre la grande gelée car il s'y prolongea du 24 novembre au 10 février : "Dans le Nord, il neigea près de 40 jours consécutifs, la nuit comme le jour". De nombreux lacs et fleuves furent gelés. Les plus lourdes voitures traversèrent la Seine à Paris et la Moselle à Metz. "L'eau qui écoulait des linges mouillés placés devant le feu pour sécher gelait en tombant."


1442-1443. C'est surtout dans le Midi que cet hiver fut remarquable. "Les rivières du pays de Gascogne, du Languedoc et du Quercy gelèrent si fort que nul ne pouvait y aller ni à pied ni à cheval par suite des neiges qui étaient chutes sur la terre." Les chroniques de l'époque relatent qu'en cette année 1442 " la reine de France, Marie d'Anjou, épouse du roi Charles VII, étant en la ville de Carcassonne, y fut assiégée par les neiges hautes de plus de 6 pieds par les rues et fallut qu'elle s'y tint l'espace de trois mois, jusqu'à ce que M. le Dauphin, son fils, vint la quérir et la conduisit à Montauban où était le roi son père." De son côté, en effet, Charles VII avait été contraint à passer l'hiver à Montauban, depuis Noël 1442 jusqu'à la fin de février 1443, sans pouvoir, en raison des rigueurs de la saison, sortir de la ville.


1457-1458. Du 20 novembre jusqu'à la fin de février l'hiver se montra très rigoureux. De nombreuses rivières furent prises par les glaces et une armée de 40 000 hommes put camper sur le Danube congelé. La saison se termina, dans la région parisienne, par une abondance exceptionnelle de chutes de neige.


1480-1481. L'hiver fut très froid et très long, car il se prolongea pendant plus de 6 mois. La Seine, l'Oise, la Marne et l'Yonne furent gelées. En Bretagne, des gelées d'une exceptionnelle intensité se produisirent de Noël 1480 à la fin de février 1481. Les vignes périrent en grand nombre dans l'Est : dans certaines contrées, "on coupait le vin avec la hache et la cognée et on le vendait au poids".


1490-1491. Dans l'Est, il fut appelé l'hiver des grandes neiges. Le Lac de Zurich fut gelé.


1507-1508. hiver rigoureux dans le Midi. Le jour de l'Epiphanie, il tomba à Marseille près d'un mètre de neige (3 pieds).


1513-1514. On compta dans le Nord et l'Est 12 semaines de fortes gelées. Le Rhin et le lac de Zurich furent pris en totalité et pendant 11 jours, on put les traverser facilement.


1534-1535. L'hiver fut rude dans le Massif Central. "Le Lot gela en janvier et on pouvait le traverser sans danger."

1543-1544. "L'hiver fut si rigoureux en Bretagne que la plupart des plantes gelèrent jusqu'à la racine." Dans le Nord du pays, le froid fut si vif en décembre et au début de janvier qu'il fallait couper le vin dans les muids à coup de hache et le vendre au poids.


1552-1553. L'hiver fut dur dans le Nord et l'Est. Lors du siège de Metz par Charles Quint, on fut obligé de couper les jambes à de nombreux soldats transis par le froid.


1564-1565. A Paris, les grands froids durèrent de la fin de décembre 1564 jusqu'au 20 mars 1565. Sur la Somme gelée, "on établit des loges où il se vendait des vivres comme en plein marché". En Provence, les oliviers périrent en grand nombre et, à Arles, le Rhône fut pris dans toute sa largeur. Partout la neige tomba en abondance, en particulier dans l'Aude où les chutes se prolongèrent pendant plus de 8 jours et dans la Vendée où par places son épaisseur atteignit 6 pieds.


1568-1569. En décembre 1568, toutes les rivières de France furent prises par les glaces. Le froid reprit ensuite en février mars et avril. En Vendée, les rigueurs de cet hiver s'y firent sentir "de Noël 1568 à la St Vincent 1569". Devant Bordeaux "la mer gela et la glace y était de la hauteur d'un homme". En Provence, de nombreux figuiers et oliviers furent tués par ces gelées. Le 19 décembre, les rigueurs de l'hiver obligèrent le duc d4anjou à abandonner le siège de Loudun.


1570-1571. L'hiver fut si rude de la fin de novembre 1570 à la fin de février 1571 que, pendant ces trois mois, les rivières restèrent suffisamment gelées pour supporter tous les charrois : le 10 mars, la Meuse et le Rhin étaient encore pris. Un grand nombre d'arbres fruitiers furent détruits par ces froids, même dans le Languedoc.


1594-1595. Hiver rigoureux du début décembre jusqu'à la mi-janvier. Le froid reprit le 13 avril avec une intensité aussi grande qu'en décembre, ce qui occasionna à Paris beaucoup de morts subites, principalement chez les femmes et les petits enfants : à cette même date, de nombreuses hirondelles tombèrent mortes de froid. Toutes les rivières de l'Europe occidentale et centrale, de même que les lagunes de Venise, furent prises fortement.


1607-1608. Appelé longtemps le grand hiver, car de la mi décembre 1607 jusqu'à la mi mars 1608 les rigueurs d'un froid intense se firent sentir sur toute l'Europe septentrionale et occidentale. Le Rhin fut pris depuis son embouchure jusqu'en amont de Cologne. "Devant Anvers, l'Escaut gela si fort que l'on y bâtit dessus plusieurs tentes et pavillons où s'y vendaient toutes sortes de victuailles : les habitants d'Anvers y menaient banqueter leur femme et leurs enfants." Le 10 janvier, le vin gela dans le calice à l'église Saint-André-des-Arts de Paris, et , écrit l'Estoile, "il fallut chercher un réchaud pour le fondre". En Champagne, "le vin gelait sur les tables, quelles que proches du feu qu'elles fussent". Dans l'Est, de nombreux voyageurs périrent dans les neiges.


1615-1616. en cet hiver, le roi Louis XIII revenait de Bordeaux où son mariage avait été célébré et se rendait à Paris avec sa nouvelle épouse. L'intensité du froid fut telle que, dans le régiment des Gardes composé de 3 000 hommes formant l'escorte royale, plus de 1 000 périrent au cours du voyage : aussi la Cour dut-elle s'arrêter à Tours, car, dit le Mercure Français, "le froid fit mourir tant de valets et serviteurs des princes et seigneurs qu'ils furent contraints, étant à Tours, de faire maison neuve". Des historiens rapportent qu'en certains lieux de la Sarthe, l'épaisseur de la couche de neige atteignait la hauteur d'un homme. A Paris, la Seine fut gelée du 1er au 30 janvier, et, lors de la débâcle, un côté du Pont Saint-Michel se trouva renversé.


1620-1621. Hiver très long, avec gelées particulièrement rudes de la fin de janvier à la fin de février. En ce dernier mois, la mer fut par les glaces à Dunkerque. Le port de Calais fut gelé, de m^me que l'Escaut. Les froids furent également très vifs en Provence, et les glaces des lagunes de l'Adriatique emprisonnèrent la flotte vénitienne.


1640-1641. Dans le Massif Central, cet hiver "le plus terrible qui ait été de la souvenance des vivants" se prolongea du début d'octobre jusqu'au mois de mai.


1655-1656. Hiver très rigoureux en France et en Allemagne à partir du 25 novembre 1655. Chutes de neige abondantes. La Seine gela à Paris du 8 au 16 décembre 1655.


1657-1658. Les rigueurs de cet hiver se firent sentir dans toute l'Europe. A Paris, le mois de janvier et le début de février 1658 furent extrêmement froids et la Seine fut gelée du 1er au 21 février. Dans le Massif Central, "il y eu si grand froids que de mémoire d'homme on ne vit tant de glace dans le Lot". Cet au cours de cet hiver que Charles X, roi de Suède, fit traverser le Petit Belt sur la glace par toute son armée, y compris le cavalerie, l'artillerie, les caissons...


1659-1660. Il y eut deux séries de très fortes gelées, la première de Noël à la mi-janvier et la seconde en février. "Cette froidure surpassa, non seulement celle du grand hiver 1607-1608, mais aussi l'industrie et l'expérience des plus grands éventeurs, puisqu'elle purifia le butin et les maisons des pestiférés de la ville incomparablement mieux qu'ils ne l'avaient fait avec leurs feux et leurs parfums." Le Rhône fut gelé.


1662-1663. hiver long avec gelées presque continues à Paris du 5 décembre au 8 mars. En décembre 1662 la Seine était entièrement prise.


1669-1670. Froid excessif en janvier et février. Pendant ces deux mois, l'Escaut fut entièrement pris.


1676-1677. A Paris, la Seine resta gelée du 9 décembre au 13 janvier, soit 35 jours consécutifs. Pendant 3 semaines de ces deux mêmes mois, on traversait, en Belgique, la Meuse sur la glace.


1683-1684. Des froids rigoureux se firent sentir, surtout au mois de janvier 1684. Le long des côtes de l'Angleterre, de Hollande et de France, la mer fut gelée sur une étendue de plusieurs milles au point que, pendant plusieurs semaines, aucun bateau ne put sortir des ports ou y rentrer : sur la Tamise même, qui resta gelée du 23 décembre au 7 février, on installa une foire qui put subsister pendant une quinzaine. D'après les écrivains du temps, le tiers des campagnes voisines de Tours mourut de faim au cours de cet hiver. Dans le Midi, il tomba des quantités de neige extraordinaires.


1694-1695. Hiver très long, d'octobre 1694 à mars 1695, avec de fortes gelées (minimum à Paris -15°).


1708-1709. "Le lundi 7 janvier 1709, lit-on dans une chronique de l'époque, commença une gelée qui fut ce jour-là la plus rude et la plus difficile à souffrir : elle dura jusqu'au 3 ou 4 février. Pendant ce temps là, il vint de la neige d'environ un demi-pied de haut : cette neige était fort fine et se fondait difficilement. Quelques jours après qu'elle fût tombée, il fit un vent fort froid d'entre bise et galerne (c'est-à-dire d'entre N et NW) qui la ramassa sur les lieux bas, ils découvrirent les blés qui gelèrent presque tous". Les céréales manquèrent, en effet, dans la plus grande partie de la France, et il n'y eu guère qu'en Normandie, dans le Perche et sur les côtes de Bretagne qu'on pût juste récolter la quantité de grain nécessaire pour assurer les semences ; aussi dans la région parisienne le prix du pain atteignit-il, en juin 1709, 35 sous les neuf livres au lieu de 7 sous, prix ordinaire. De nombreux arbres furent gelés jusqu'à l'aubier, et la vigne disparut de plusieurs régions de la France. Du 10 au 21 janvier, la température sous abri se maintint à Paris aux environs de -20°, avec des minima absolus de -23.1° les 13 et 14 janvier ; le 11, le thermomètre s'abaissa jusqu'à -16.1° à Montpellier et -17.5° à Marseille.
L'hiver de 1709 fit ressentir ses effet sur une grande partie de l'Europe. L'Ebre, la Garonne, le Rhône et la Meuse gelés, mais la Seine resta libre ; au début d'avril, la Baltique était encore couverte de glaces. Aux dires de Réaumur et de Lavoisier, on n'avait jamais encore observé en France de froids aussi rigoureux que ceux de 1709.


1715-1716. Hiver froid et très neigeux du 20 décembre au 31 janvier. A Paris, -20° le 22 janvier. En Savoie la neige avait 20 pieds d'épaisseur : il en était de même en Alsace.


1728-1729. Hiver long et rude, en particulier du 24 décembre au 22 janvier et du début mars à la mi-avril. En Poitou, l'encre gelait dans les plumes, même dans les pièces chauffées. En Provence, les oliviers périrent. A Paris, le thermomètre s'abaissa jusqu'à -15°. Le mois d'avril fut marqué par de fortes chutes de neige.


1739-1740. "Le nom d'année du grand hiver est devenu propre à 1709, écrivait Réaumur dans les Mémoires de l'Académie des Sciences ; celui de l'année du long hiver est dû à aussi bon titre à 1740."
En France la saison froide dura du mois d'octobre 1739 jusqu'à mars 1740 ; à Paris on compta pendant ce temps 75 jours de gelées dont 22 consécutifs. Les gelées de 1740 furent moins rigoureuses que celles de 1709, mais la neige tomba en beaucoup plus grande abondance en janvier et février. Grâce à cette dernière circonstance, les blés se trouvèrent protégés et au début de juin ils présentaient une magnifique apparence. Malheureusement la récolte fut compromise par les froids pluvieux de l'été 1740, qui présenta une température si basse qu'on put écrire que dans la région parisienne "il avait gelé en 1740 pendant tous les mois de l'année".


1741-1742. Janvier 1742 fut très rigoureux en France, où, du 2 au 25, les gelées furent ininterrompues. Dès le 27 décembre 1741, la Seine était prise.


1775-1776. Très rude dans le Nord, cette saison ne présenta par contre aucune anomalie remarquable dans le Centre et le Midi. D'après la description d'un contemporain, "l'embouchure de la Seine sur une largeur de plus de 8000 mètres, se montra, dès le 29 janvier 1776 et les jours suivants, toute couverte de glaces, ainsi que cette partie de la mer comprise entre la baie de Caen et et le Cap de la Hève, en sorte que du Havre, la mer paraissait couverte de glace jusqu'à l'horizon ; cette glace était rompue par le flux et le reflux, ce qui donnait à notre mer l'apparence de la Baltique".
Les fortes gelées commencèrent en France dans la nuit du 8 au 9 janvier et durèrent jusqu'au début de février.
A Paris, la Seine fut entièrement gelée du 25 janvier au 6 février. Le minimum absolu de température atteignit -17.2° le 29 janvier à Paris et -22.5° à Nancy le 1er février, mais la couche de neige, qui dépassait 4 pouces d'épaisseur, permit à de nombreux végétaux de résister à ces gelées exceptionnelles.


1783-1784. C'est surtout dans le Nord de la France que cet hiver fit sentir ses rigueurs depuis le début de novembre jusqu'en avril, et la neige y tomba avec une telle abondance entre le 26 décembre et le 17 février que la circulation fut fréquemment interrompue. Le 30 décembre 1783, le minimum thermométrique à Paris s'abaissa jusqu'à -19.1° et dans la capitale on enregistra 69 jours de gelée consécutifs. La terre fut gelée jusqu'à 65 cm de profondeur.


1788-1789. L'Europe entière subit les rigueurs de ce remarquable hiver, principalement de la fin de novembre 1788 à la mi-janvier 1789. A Paris, où la Seine resta gelée du 26 novembre au 20 janvier, on compta cinquante six jours de gelée consécutifs avec un minimum absolu de -21.8° le 31 décembre 1788. Le Rhône fut pris à Lyon, la Garonne à Toulouse, de même que le Rhin, la Tamise et le lac Léman. La masse des glaces intercepta les communications entre Calais et Douvres et les navires se trouvèrent bloqués dans les ports de la Manche : on traversait à pied et à cheval le port d'Ostende. A Marseille, les bords du bassin étaient couverts de glace. Au moment du dégel, les blés apparurent très verts et très propres, car la neige qui avait été très abondante les avait protégés et les mauvaises herbes s'étaient trouvées en grande partie détruites. Voir ici pour plus de détails en région lyonnaise.


1794-1795. Deux périodes de gelée intense : la première de la mi-décembre à la fin de janvier et la seconde de la mi-février à la fin de mars.
A Paris, il y eut quarante-deux jours de gelée consécutifs et la Seine fut gelée du 25 décembre au 28 janvier : le 23 janvier le thermomètre descendit à -23.5°. C'est au cours de cet hiver que la cavalerie de Pichegru s'empara de la flotte hollandaise bloquée par les glaces dans le Zuydersée." Le Zuydersée était gelé, raconte Thiers ; nos escadrons traversèrent au galop ces plaines de glace, et l'on vit des hussards et des artilleurs à cheval sommer comme une place forte ces vaisseaux devenus immobiles et qui se rendirent à ces assaillants d'une espèce si nouvelle".
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dégâts climatiques ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dégâts climatiques ...
Revenir en haut 
Page 9 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» Phénomènes climatiques extrêmes
» 50 millions de réfugiés climatiques en 2010 ?
» LES REFUGIES CLIMATIQUES
» MF - Bulletins Climatiques Mensuels Départementaux
» HAARP, nouvelle armes climatiques??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: