DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La question de l'avortement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chantecl
Invité



MessageSujet: La question de l'avortement   Ven 03 Nov 2006, 21:19

La droite polonaise veut ancrer l'interdiction de l'avortement dans la Constitution - 26/10/2006 @ 20h59 - Varsovie

Les députés polonais ont commencé à débattre jeudi de l'inscription dans la Constitution d'un droit à la vie "dès la conception", qui pourrait entraîner l'interdiction absolue de l'avortement.
La législation polonaise est d'ores et déjà parmi les plus restrictives en Europe. L'interruption volontaire de grossesse n'y est autorisée qu'en cas de viol, d'inceste, de danger pour la vie de la mère ou de malformation irréversible du foetus.
L'inscription de la protection de la vie "dès la conception" dans la Constitution, vise surtout à empêcher toute libéralisation de la loi actuelle, dans l'esprit des initiateurs du projet, l'ultra-catholique Ligue des familles polonaises (LPR), membre de la coalition au pouvoir.
Tout changement dans la Constitution requiert une majorité des deux tiers alors qu'une simple majorité suffit pour modifier la loi.
"Si dans deux trois ans, la gauche veut changer la loi pour autoriser les meurtres d'enfants avant leur naissance quel que soit le cas de figure, nous aurons tout cela sur notre conscience", a déclaré à la presse Wojciech Wierzejski, vice-président de la LPR.
Il a assuré qu'une adoption de l'amendement à la Constitution ne conduirait pas automatiquement à une modification de la loi en vigueur.
Mais, la gauche et les organisations féministes estiment au contraire que l'amendement déboucherait sur une interdiction totale de l'avortement.
"Le nouveau texte vise à interdire complètement l'avortement en Pologne", a déclaré Wojciech Olejniczak, président du Parti social-démocrate (SLD).
Largement autorisé sous le communisme comme dans tout l'ancien bloc soviétique, l'avortement été très strictement limité par une loi votée en 1993, après la chute de la dictature.
La femme n'est toutefois pas passible de sanctions.
Seul le médecin ou la personne qui pratique un avortement est passible de deux ans de prison.

Selon les organisations féministes, une interdiction totale ne ferait que renforcer la pratique des avortements dans la clandestinité.
"Nous estimons à entre 80.000 et 200.000 par an le nombre d'avortements clandestins en Pologne", a affirmé à l'AFP Wanda Nowicka, présidente de la Fédération du planning familial.
L'accès à un cabinet clandestin reste facile.
Des petites annonces insérées quotidiennement dans les plus grands journaux polonais offrent un "service gynécologique complet".
Mais l'illégalité renchérit les coûts.
"Le prix moyen d'une intervention est estimé à 2.000 zlotys (515 euros)", affirme Mme Nowicka.
C'est l'équivalent de deux mois de salaire pour une caissière de supermarché.
"Personne ne contraindra une femme à avoir des enfants si elle ne le veut pas.
C'est de l'hypocrisie totale d'interdire complètement l'avortement alors que tout le monde sait que les avortements clandestins existent", a expliqué Mme Nowicka.
Le vote sur l'amendement devra avoir lieu au plutôt dans deux mois, selon la législation polonaise.
Le résultat reste pour l'instant imprévisible.
Pour être adopté, l'amendement doit trouver le soutien d'au moins 307 députés sur 460.
Les partenaires de la LPR au sein de la coalition, les conservateurs de Droit et Justice (PiS) des frères Kaczynski et les populistes d'Autodéfense ont apporté leur soutien au texte.
Mais la coalition ne compte au total que 230 voix et certains de ses députés ne sont pas enthousiastes. Le président Lech Kaczynski a lui-même émis jeudi des réserves.
"Je suis pour le maintien du statu quo.
Cette question a été résolue avec succès il y a une dizaine d'années et je préférerais que le compromis alors obtenu soit un compromis durable", a déclaré le président.
L'opposition libérale, qui compte de nombreux catholiques dans ses rangs, défend peu ou prou la même position.
"Nous sommes contre le déclenchement d'une nouvelle guerre de l'avortement", a déclaré la députée libérale Anna Zielinska-Glebocka.
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Ven 03 Nov 2006, 22:28

BRAVO AUX POLONAIS§ cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Chantecl
Invité



MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Sam 04 Nov 2006, 12:48

Ben attends, s'ils en discutent, c'est que c'est pas gagné. Ca va se décider dans les jours qui viennent... pale
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80876
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Sam 04 Nov 2006, 12:54

A mon avis, cette technique constitutionnelle est illusoire. Mais elle peut effectivement retarder les choses. salut

La même technique a voulu être utilisée par l'Europe lors du débat sur la constitution :

L'idée était fameuse ! En faisant voter une constitution de 600 pages, contenant tout le projet humaniste de mai 68, y compris des conceptions de l'économie libérale, les eurocrates pensaient graver dans le marbre et pour 1000 ans leurs idées. Ils pensent par exemple, avoir interdit à jamais la peine de mort, par des contrats internationaux. C'est risible. Imaginons qu'un gouvernant nationaliste arrive au pouvoir qquepart. Il lui suffirait de retirer son pays de ces contrats. On peut même sortir de l'Europe de Schengen si on veut, tout en restant dans l'Europe économique (pas de guerre de sécession prévue pour empêcher cela).



En effet, les contrats et les constitutions se déchirent. Si l'avortement progresse partout en Occident, même au Portugal et en Pologne, c'est parce que les idées humanistes et sans Dieu progressent. L'idée que l'enfant pourrait avoir un âme, l'idée qu'on pourrait affronter sa propre conscience 80 ans plus tard s'efface chez des peuples étourdis de leurs activités et loisirs.

Bref, si l'Esprit Saint ne revient pas évangéliser l'Europe, cette conception de la vie sacrée dès sa conception s'éteindra.

A moins que l'Europe ne devienne musulmane. Dans ce cas, l'avortement est interdit non par la conviction des peuples, mais par leur servitude à la charia... Mr.Red

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Krystyna
Invité



MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Ven 17 Nov 2006, 12:59

Avez-vous lu le livre Dis merci, de Barbara Monestier. C'est l'adoption racontée par une petite chilienne adoptée à 4 ans et demie par des Français et qui, à l'âge de 21 ans, retourne au Chili rencontrer sa mère biologique. Elle rencontre une amie de ses parents adoptifs, Veronica, qui s'occupe d'un orphelinat :

Citation :
Veronica m'explique que, pour elle, la vie est sacrée. Mieux vaut mettre un enfant au monde que d'avorter, dit-elle en substance, mais si l'on ne peut pas éduquer un enfant, si l'on n'a pas de quoi le faire vivre, alors... autant le laisser à d'autres qui s'en occuperont mieux que vous. J'écoute attentivement cette femme, chaleureuse et posée, car elle est sincère et sait visiblement de quoi elle parle.

Pourquoi la loi autorisant l'avortement ne s'est-elle pas accompagnée d'une simplification des procédures d'adoption ? Le fait que ça n'ait pas été fait prouve que c'est une loi homicide.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80876
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Ven 17 Nov 2006, 13:45

Je crois que c'est une loi qui fut porté par une volonté FEMINISTE de poser sa LIBERTE.

Et le féminisme historique, sorti de mai 68, loin de ressembler à celui de "Ni putes, ni soumises", s'est posé CONTRE l'homme et CONTRE l'enfant.

Du coup, avorté fut posé dans le pays comme un acte souverain de la féminité libérée...

L'horreur.

Quel échec.

Et dire que la génération de ces femmes qui en arrive à l'heure où le salaire de ce passé arrive...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
philippe



Masculin Messages : 2254
Inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 00:54

Arnaud.
Plus compliqué que celà. Il ne faut pas oublier que c'est Simonne Weil, réscapée des camps de la mort, qui a fait voté la loi. En fait il s'agissait surtout d'éviter le massacre des avortements sauvages; Non pas autoriser l'avortement mais dépénaliser.........de même qu'une messe noire est dépénalisée, mais est-on pour cela pour les messe noires? Puis les féministes ont crié victoire, et ont même obtenu le dérembourssement par la ss heu! je veux dire la sécurité sociale. La démarche entre Simonne Weil et les féministes n'est pas la même; opposée même. Tout comme Saint Louis qui avait autorisé les maisons closes dans le royaume de France. Pour éviter que les jeunes filles ne se fassent violer. Etait-il pour les violeurs et la prostitution pour autant?
Revenir en haut Aller en bas
philippe



Masculin Messages : 2254
Inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 01:07

Une mystique qui voit le purgatoire, a vu un jour une religieuse et une femme mourant de son avortement, passer de vie à trépas presque en même temps. Quelle n'a pas été sa surprise de voir que l'avorteuse allait au ciel sur le champs, alors que la religieuse après une longue vie d'austérité, partait pour un purgatoire encore plus long. Explication: L'avorteuse était humble et repentante et la religieuse ne l'était pas. Beaucoup de femmes sont dans une angoisse sans nom à cause de l'avortement. Je n'ai jamais fait avorté de ma vie ni étais complice, mais il ne faut pas compter sur moi pour jeter la première pierre d'angoisse sur l'une d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
AntoineG



Messages : 611
Inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 01:33

Cher Philippe,

Oui l'intention de Simone Weill était sans doute celle que vous indiquez. Et son autorité morale a pesé pour les députés et pour l'opinion publique.

Mais une intention bonne ne rend pas bon un mauvais acte ou une mauvaise loi. Ce sont deux plans différents.

Réduire les avortements sauvages est évidemment une bonne chose, prise isolément.

Il faut raisonner plus globalement : avec le recul, la loi de 78 a-t-elle globalement sauvé des vies humaines ou au contraire en a coûté ?

Question légitime comme pour toutes les lois visant la santé publique.

Attention aux calculs : Dans un avortement sauvage, deux êtres humains risquent leur vie.

L'étude d'impact est résumée par le calcul suivant : Nombre de mères décédées par an avant la loi suite à un avortement sauvage, plus le Nombre d'enfants morts par avortement par an avant la loi, moins le Nombre actuel (post loi) d'enfants morts par avortement par an.

Quelqu'un connait-il les 3 nombres nécessaires au calcul ?

Antoine
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 02:15

Citation :
DANIEL ORTEGA, CHAMPION PRO-VIE
Daniel Ortega, de nouveau président de la République du Nicaragua, a fait savoir par un communiqué officiel ce samedi que la loi interdisant toute forme d’avortement volontaire avait été contresignée par lui le vendredi 17 novembre, en présence de représentants des Eglises catholique et évangélique.

La loi, qui sera publiée au Journal officiel grâce à cette approbation présidentielle, met fin à plus de 100 ans d’exceptions légales autorisant l’avortement dans des cas limités. Exceptions d’interprétation de plus en plus large, évidemment.

Source: Jeanne Smits

http://voxgalliae.blogspot.com/2006/11/daniel-ortega-champion-pro-vie.html#comments
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
philippe



Masculin Messages : 2254
Inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 03:14

AntoineG.
pour ma part je ne suis pas pour cette loi. Et face à ceux et celles qui crient leur "grande" victoire ignoble, il y a celles qui n'osent pas crier leur douleur et leur regret à la face du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80876
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 07:28

philippe a écrit:
AntoineG.
pour ma part je ne suis pas pour cette loi. Et face à ceux et celles qui crient leur "grande" victoire ignoble, il y a celles qui n'osent pas crier leur douleur et leur regret à la face du monde.

Il est certain que Dieu juge des intention et que l'intention de Simlone Weil fut sincère et humaniste (dans une perspective athée).

Je parlais cependant de Simone Weil et de ce qu'elle découvrira en arrivant de l'autre côté, sans aucunement dire qu'elle serait accusée.

Mais de fait, il y aura la constatation des dégats objectifs, non voulus par elle, à savoir pour le moment, environ 250 000 avortement par an, sur 30 ans: on arrive à plus de 7 millions de morts.

La France dans son ensemble et la génération des féministes devra découvrir, de l'autre côté, une foule aussi immense?

Celui qui sera humble et reconnaîtra son erreur sera effectivement sauvé car il y a beaucoup d'amour quand on est beaucoup pardonné.

Je suis par contre frappé par l'étrange situation: le fait qu'une rescapée des camps ait pu produire, dans un vrai soucis d'humanité, un fait objectif comme celui qui se révèlera.

Je ne juge pas. C'est trop vertical et j'aurais pu être à sa place si les circonstances.. etc. Mais n'êtes-vous pas frappé de cette étrangeté ?

Comment l'interprétez vous?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80876
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 15:46

Cher Noel, Vpous me mettez dans un faux dilemme.

Entre les faiseuses d'anges et leurs aiguilles à Tricoter rouillées et l'IVG d'un cinquième des enfants à naître, il y a la possibilité de créer des systèmes d'accouchement soius X, adoption... clown

Parlez-en en loge... Mr.Red

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80876
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 16:10

Vous parlez du viol et de l'inceste. Il est certain que pour un humaniste qui ne croit pas à l'âme de l'enfant, c'est un problème important.


Mais presque tous les IVG sont du à autre chose, de convenance personnelle.

Il est interdit de tuer un enfant qui vient de naître.

Il n'est pas absurde d'interdire de tuer un enfant avant sa naissance.

C'est possible si on donne des aides concrètes. Il n'y a rien de scandaleux à cela, surtout si chrétien, vous considérez le sort éternel de ces enfants.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
lucie



Messages : 615
Inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 16:20

Noel a écrit:
Il reste que votre approche de cette question est scandaleuse.
Noel

je suis d'accord...


Je ne suis pas pour l'avortement en soi. Loin de là.

Mais je trouve qu'il y a chez les anti avortements à tout crin une absence de compassion, de regard sur la souffrance humaine.


Les réponses anti avortement (comme d'ailleurs pro avortement) sont en général dogmatiques.... Et on oublie celui qui souffre derrière.

Une femme qui veut avorter avortera, au risque d'en mourir. Mieux vaut qu'elle n'en meure pas.

Le systèmre d'accouchement sous X en France tout au moins est totalement vicié. La mère peut des années après voir l'enfant qui est né, revenir, alors qu'elle a construit sa vie, et n'a pas envie de le voir, alors qu'on lui avait promis qu'il aurait une vie sans elle.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80876
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 16:25

Chère Lucie,

C'est vrai. C'est une position dogmatique. On ne tue pas un humain. S'il n'y avait pas d'âme éternelle en jeu, mais juste quelques cellules, l'Eglise ne serait pas ainsi paniquée. C'est le plus grand crime, celui symbolisé jadis par le conte "Tom Pouce":

Citation :
Les parents ayant faim, ils décidèrent de perdre leurs enfants dans la forêt.


Citation :
Le systèmre d'accouchement sous X en France tout au moins est totalement vicié. La mère peut des années après voir l'enfant qui est né, revenir, alors qu'elle a construit sa vie, et n'a pas envie de le voir, alors qu'on lui avait promis qu'il aurait une vie sans elle.

La niuvelle loi indique que si l'un des deux partis, 18 ans plus tard, ne veut pas reprendre contact, nul n'y sera contraint.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
lucie



Messages : 615
Inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 16:35

Arnaud Dumouch a écrit:
Chère Lucie,

C'est vrai. C'est une position dogmatique. On ne tue pas un humain. S'il n'y avait pas d'âme éternelle en jeu, mais juste quelques cellules, l'Eglise ne serait pas ainsi paniquée. C'est le plus grand crime, celui symbolisé jadis par le conte "Tom Pouce":

Citation :
Les parents ayant faim, ils décidèrent de perdre leurs enfants dans la forêt.


Citation :
Le systèmre d'accouchement sous X en France tout au moins est totalement vicié. La mère peut des années après voir l'enfant qui est né, revenir, alors qu'elle a construit sa vie, et n'a pas envie de le voir, alors qu'on lui avait promis qu'il aurait une vie sans elle.

La niuvelle loi indique que si l'un des deux partis, 18 ans plus tard, ne veut pas reprendre contact, nul n'y sera contraint.


Juste pour rire : il n'y a pas d'ame éternelle en jeu si les anges baptisent l'enfant.... Mr. Green

Le simple fait de poser la question à la mère, 18 ans après, alors qu'on lui a promis que l'enfant disparaitrait de sa vie est trop fort. On ne peut pas faire une promesse, puis dire ensuite "bon, vous êtes sur qu'on la tient, la promesse".

Que la mère ait la possibilité de voir d'elle même si l'enfant a fait une demande, que l'enfant ait la possibilité d evoir si la mère a fait une demande, OK. Mais qu'on relance, non, c'est déjà une pression, je trouve.

J'avoue être un peu passionnnelle à ce sujet... Il se trouve que j'accompagne en ce moment une femme qui vient de recevoir une demande de l'enfant dont elle n'a pas avorté.... Elle avait enterré ça, ça ressort, ça lui fait mal, elle se sent flouée. Son mari et ses enfants ignoraient cet épisode...
C'est un peu injuste.

Une autre femme que je connais a refusé l'accouchement sous X après avoir subi des pressions pour laisser des informations qui seraient données à l'enfant ultérieurement....

Par contre, j'ignore totalement si ces cas sont fréquents....
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80876
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 16:48

Citation :
Juste pour rire : il n'y a pas d'ame éternelle en jeu si les anges baptisent l'enfant.... Mr. Green

Ils sont sauvés. Ce n'est pas le problème.

C'est le problème de la ²qualité de leur éternité.

Cette vie a une vrai utilité, à travers ses silence et ses souffrance, pour façonner des coeurs humbles et très assoiffés de Dieu.

Or Dieu ne peut se donner qu'àla mesure de notre désir.

Si la vie humaine n'était pas un purgatoire précieux et utile, l'Eglise ne dirait rien...


Citation :
Que la mère ait la possibilité de voir d'elle même si l'enfant a fait une demande, que l'enfant ait la possibilité d evoir si la mère a fait une demande, OK. Mais qu'on relance, non, c'est déjà une pression, je trouve.


C'est tout-à-fait l'esprit de la nouvelle loi.

Citation :
J'avoue être un peu passionnnelle à ce sujet... Il se trouve que j'accompagne en ce moment une femme qui vient de recevoir une demande de l'enfant dont elle n'a pas avorté.... Elle avait enterré ça, ça ressort, ça lui fait mal, elle se sent flouée. Son mari et ses enfants ignoraient cet épisode...
C'est un peu injuste.

Elle ne doit pas regretter de ne pas l'avoir tuer. Il suffit qu'elle accepte une rencontre SECRETE, une fois. Qu'elle lui rende ses racines. Qu'elle lui explique pourquoi elle ne pouvait pas le garder.

C'est tout simplement, en acte, de l'amour sacré.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
lucie



Messages : 615
Inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 17:02

Arnaud Dumouch a écrit:

Citation :
J'avoue être un peu passionnnelle à ce sujet... Il se trouve que j'accompagne en ce moment une femme qui vient de recevoir une demande de l'enfant dont elle n'a pas avorté.... Elle avait enterré ça, ça ressort, ça lui fait mal, elle se sent flouée. Son mari et ses enfants ignoraient cet épisode...
C'est un peu injuste.

Elle ne doit pas regretter de ne pas l'avoir tuer. Il suffit qu'elle accepte une rencontre SECRETE, une fois. Qu'elle lui rende ses racines. Qu'elle lui explique pourquoi elle ne pouvait pas le garder.

C'est tout simplement, en acte, de l'amour sacré.

Elle n'en a pas envie, et on lui avait promis qu'il n'y aurait pas. On réveille un passé dont on lui avait promis qu'il n'existerait plus.

Et ça, c'est pas normal.

Maintenant, jamais je ne me permettrai de lui dire "y'a qu'a", sous une forme ou sous une autre.

parce qu'il n'y a pas qu'à. Il n'y a pas qu'à rencontrer quelqu'un, et puis à faire comme s'il n'avait pas existé. c'est tout simplement impossible.

Et jamais je ne porterai un jugement sur sa souffrance en disant que "c'est de l'amour sacré".

Je peux l'écouter, l'accompagner vers un choix qui sera le sien. Et avec lequel elle devra vivre.
Et pour le moment, son choix n'est pas à accepter une rencontre. Et son attitude est à la révolte devant une promesse qui a été rompue.
Revenir en haut Aller en bas
lucie



Messages : 615
Inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 17:05

Arnaud Dumouch a écrit:
Citation :
Juste pour rire : il n'y a pas d'ame éternelle en jeu si les anges baptisent l'enfant.... Mr. Green

Ils sont sauvés. Ce n'est pas le problème.

C'est le problème de la ²qualité de leur éternité.

Cette vie a une vrai utilité, à travers ses silence et ses souffrance, pour façonner des coeurs humbles et très assoiffés de Dieu.

Or Dieu ne peut se donner qu'àla mesure de notre désir.

Si la vie humaine n'était pas un purgatoire précieux et utile, l'Eglise ne dirait rien...


Je fais toute confiance à Dieu pour que la qualité de leur éternité soit bonne.

De toutes façons, je ne comprends même pas ce que ça veut dire, qualité de l'éternité. On est sauvé, ou on ne l'est pas. Après, cela relève du mystère qui nous sera révélé plus tard.
Enfin, je crois.

C'est comme si je disais que l'enfant qui est mort à 2 jours (même baptisé) aura une qualité d'éternité peu souhaitable. Dieu ne l'a pas laissé vivre... Et en plus, il aura une moche éternité...
Ah non alors.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80876
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 17:45

Chère Lucie,

Citation :
C'est comme si je disais que l'enfant qui est mort à 2 jours (même baptisé) aura une qualité d'éternité peu souhaitable. Dieu ne l'a pas laissé vivre... Et en plus, il aura une moche éternité...

Votre raisonnement tient certainement du fait suivant: la loi sur l'IVG nous a enlevé de l'esprit l'idée profonde qu'un embryon est un enfant.

Imaginez que j'écrive ceci:

Citation :
Une famille tue ses trois enfants (5 ans, 7 ans, 11 ans). C'est pas grave. Ils auront la vie éternelle. Dieu ne les a pas laissé vivre... Et en plus, il aura une moche éternité...

Vous seriez choquée, je pense ? Car je parle ici d'enfants VIVANTS. Donc cela nous touche. C'est pourquoi il faut absolument redonner VIE dans notre esprit aux enfants dès leur conception. C'est une valeur suprême qui, perdue, brise une des choses les plus sacrées.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
lucie



Messages : 615
Inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 18:03

Arnaud Dumouch a écrit:
Chère Lucie,

Citation :
C'est comme si je disais que l'enfant qui est mort à 2 jours (même baptisé) aura une qualité d'éternité peu souhaitable. Dieu ne l'a pas laissé vivre... Et en plus, il aura une moche éternité...

Votre raisonnement tient certainement du fait suivant: la loi sur l'IVG nous a enlevé de l'esprit l'idée profonde qu'un embryon est un enfant.

Imaginez que j'écrive ceci:

Citation :
Une famille tue ses trois enfants (5 ans, 7 ans, 11 ans). C'est pas grave. Ils auront la vie éternelle. Dieu ne les a pas laissé vivre... Et en plus, il aura une moche éternité...

Vous seriez choquée, je pense ? Car je parle ici d'enfants VIVANTS. Donc cela nous touche. C'est pourquoi il faut absolument redonner VIE dans notre esprit aux enfants dès leur conception. C'est une valeur suprême qui, perdue, brise une des choses les plus sacrées.

Je suppose que je me suis bien mal exprimée.

Je reprends donc...

Tu me dis dans un premier temps que la question n'est pas celle d'un amas de cellule, mais de l'ame éternelle.

Je te réponds que les anges se chargeront, d'après toi, de baptiser l'enfant, et donc, que leur ame n'est pas en jeu.

Tu me réponds que ce n'est pas la question de leur salut, mais celle de la qualité de leur éternité, puisqu'ils n'ont pas vécu.



Je te réponds que je fais toute confiance à Dieu pour la qualité de leur éternité.



Et j'ajoute que si tel n'était pas le cas, il en serait de même pour un enfant de deux jours, j'aurais pu ajouter pour un enfant mort d'un avortement spontanné.



Je ne vois pas du tout comment ce que tu dis réponds à ma remarque.



Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80876
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 18:12

Chère Lucie,

Merci. Oui, j'avais mal compris.

Le coeur d'un petit enfant est tout aussi plein de Dieu que le coeur d'un grand saint.

C'est disait la soeur de saint Thérèse, comme un petit dé à coudre et un vase. Lequel est le plus plein?

A votre âge, chère Lucie, ayant connu le bonheur et des souffrance, il est probable que vous ayez plus de désir d'amour et de justice que lorsque vous aviez 4 ans.

Oui, dit saint Thomas: Si la vie terrestre existe, c'est nécessairement qu'elle est utile car Dieu ne fait rien en vain.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
lucie



Messages : 615
Inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 18:41

Arnaud Dumouch a écrit:
Chère Lucie,

Merci. Oui, j'avais mal compris.

Le coeur d'un petit enfant est tout aussi plein de Dieu que le coeur d'un grand saint.

C'est disait la soeur de saint Thérèse, comme un petit dé à coudre et un vase. Lequel est le plus plein?

A votre âge, chère Lucie, ayant connu le bonheur et des souffrance, il est probable que vous ayez plus de désir d'amour et de justice que lorsque vous aviez 4 ans.


Possible.
Pas sur.


"si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieux. " Matthieu 18, 3


Quant à l'utilité de la vie humaine... je laisse ça aux théologiens. Mr. Green

Je ne sais pas si la question est qu'elle soit utile, ou qu'elle soit, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
philippe



Masculin Messages : 2254
Inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 18:48

Lucie.

Citation :
Mais je trouve qu'il y a chez les anti avortements à tout crin une absence de compassion, de regard sur la souffrance humaine.

Non c'est faux. Relisez tout ce que j'écris. je suis contre l'avortement mais je me veux aussi avocat des mères.
Revenir en haut Aller en bas
lucie



Messages : 615
Inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Dim 19 Nov 2006, 19:16

philippe a écrit:
Lucie.

Citation :
Mais je trouve qu'il y a chez les anti avortements à tout crin une absence de compassion, de regard sur la souffrance humaine.

Non c'est faux. Relisez tout ce que j'écris. je suis contre l'avortement mais je me veux aussi avocat des mères.

C'est vrai, désolée.

Mais ta position n'est justement pas dogmatique... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Mer 22 Nov 2006, 00:13

MISE A JOUR DU SITE POUR LA MARCHE POUR LA VIE
Le site de la Marche Nationale pour la Vie du 21 janvier 2007 vient d'être mis à jour : nous sommes aujourd'hui à 2 mois, jour pour jour, de ce grand rendez-vous unitaire du respect de la vie.
Figurent notamment :
- Sur la page d'accueil, la vidéo de la Marche pour la Vie 2006 réalisée par David Fontey.
- Une fiche destinée à aider les groupes de province souhaitant organiser un car pour se rendre à Paris.

(merci Henri)

http://voxgalliae.blogspot.com/2006/11/mise-jour-du-site-pour-la-marche-pour.html#comments
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Jacques Luc



Masculin Messages : 373
Inscription : 06/10/2006

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Mer 22 Nov 2006, 23:07

Regardez attentivement ceci :
(Ouvrez en toute confiance - c'est un document pps sans virus Smile )

http://www.archive-host2.com/membres/up/1182172094/samuel.pps


--------------------------------
Jacques
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aggelia.be
spidle33



Masculin Messages : 4540
Inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Jeu 23 Nov 2006, 12:57

Cette histoire est une des plus belles de la médecine !!! J'avais déja vu la photo, mais sans le détail de l'histoire...

La vraie médecine n'est-elle pas au service de la vie ?
Amen cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://le-rdv-des-saints.over-blog.com/
Krystyna
Invité



MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Jeu 23 Nov 2006, 13:10

Je ne vois rien que le texte du début... Les photos n'apparaissent pas.
Revenir en haut Aller en bas
Jacques Luc



Masculin Messages : 373
Inscription : 06/10/2006

MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Jeu 23 Nov 2006, 15:25

Krystyna écrit :
Citation :
Je ne vois rien que le texte du début... Les photos n'apparaissent pas

Tu dois cliquer à chaque fois, n'importe où sur l'écran, pour voir apparaître le texte suivant et ensuite les images (souris - click gauche).

Ici, ça marche bounce

Tiens-moi au courant, stp.

---------------------------------
Jacques
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aggelia.be
Krystyna
Invité



MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Ven 24 Nov 2006, 13:08

Statistiques et bonheur.

Nombre de naissances en 2004 selon le site de l'INSEE : 764 700 naissances en 2004.

A l'INSEE, ils ne connaissent pas l'IVG, ca n'existe pas.
Il y à les naissances, les finances, le nombre de véhicules par possesseur de téléphone en fonction de l'âge moyen des femmes, mais alors l'IVG : rien.

L'INED annonce 14 avortements annuels pour 1 000 femmes de 15-49 ans, soit environ 200 000 IVG chaque année; on estime que près de 40 % des femmes y auront recours dans leur vie.

Le site doctissimo annonce qu'en France, 220 000 interruptions volontaires de grossesse sont pratiquées chaque année, soit un avortement pour trois naissances.

Résultats
Taux d'IVG entre 33% et 26%. Il faut revenir en 1750 pour obtenir une mortalité infantille de 21%.
A cette époque, avant la révolution, les gens étaient malheureux à cause de la pauvreté engendrée par le système politique de l'époque ... blablabla.

Bon, et aujourd'hui alors ? Qu'est-ce qui cause tout ce malheur ?
Car sans juger l'IVG lui-même, on ne va pas me faire croire que l'on se lance dans un IVG de gaieté de coeur. Qui se préocupe de ce malheur ambiant aujourd'hui ?

Donc, pour demain, au lieu de dormir, de marcher machinalement vers nos occupations quotidiennes, faisons l'effort de nous éveiller : aidons au moins une personne. Par une parole, par un don, par une gentillesse quelconque.

Après demain, le monde sera meilleur si nous faisons cela dès demain.
Si vous le pouvez, jettez votre télé et parlez, prenez du temps avec les autres et par dessus tout, jouez avec vos enfants.

Si nous faisons cela après demain, alors l'avenir sera radieux.

Un Boulbilinois

Avortement

220 000 interruptions de grossesse par an, soit 27% des naissances est "un chiffre énorme et inquiétant", constate le Syndicat national des gynécologues et obstétriciens de France.

27%, je ne suis pas fier d'être français. Mais quel mal ronge donc notre societe pour en arriver là ?
Qui se pose seulement la question ? Aujourd'hui l'avortement est un sujet tabou.
Impossible d'en parler sans dechainer les passions.
Près d'une naissance sur trois n'arrive volontairement pas à terme et personne n'en parle.
C'est bien, continuez de dormir....

Aujourd'hui nous avons de plus en plus recours aux médecines douces,
a l'homéopatie, bref, nous ne voulons pas trop violenter notre corps. Très bien.
Mais alors, pourquoi tant d'avortements ? Savez-vous comment cela se pratique ?
C'est un peu plus violent que des antibiotiques, cela n'a rien de confortable
et les personnes sont plongées dans une profonde détresse.

Alors pourquoi ??? Enfin, moi ce que j'en dis ...
Je suggère de ne pas chercher à comprendre ce qui se passe.

Un Boulbilinois

IVG

Le ministre de la santé, Philippe Douste-Blazy, a signé le décret d'application autorisant l'interruption volontaire de grossesse (IVG) médicamenteuse en ville.
Le médecin, qui aura conclu une convention avec un hôpital privé ou public, pourra délivrer lui-même à ses patientes, enceintes de moins de 5 semaines, un comprimé de Mifégyne (RU 486).
Les promoteurs de ce décret comparent les risques médicaux liés à cet avortement précoce à ceux d'une fausse couche spontanée et insistent sur le fait que la sécurité de la femme sera garantie, que le médecin sera toujours disponible en cas de complications (forts saignements, ...).
Le décret prévoit également de revaloriser de 30 % le forfait IVG en établissements de soin pour les inciter à continuer cette pratique, souvent arrêtée car jugée peu rentable.

Lu sur genethique.org

Les médécins ne se précipitent pas pour pratiquer des avortements alors on les paye plus. 30% plus cher, c'est bon pour le trou de la sécu...

Encore une bataille, pas la guerre, où la mort gagne sur la vie. Encore un coup de chapeau aux lobby.

Un Boulbilinois (juin 2004)
Revenir en haut Aller en bas
Krystyna
Invité



MessageSujet: Re: La question de l'avortement   Ven 24 Nov 2006, 17:09

Jacques Luc a écrit:
Regardez attentivement ceci :
(Ouvrez en toute confiance - c'est un document pps sans virus Smile )
http://www.archive-host2.com/membres/up/1182172094/samuel.pps

Waouh... J'en ai encore des frissons...
Revenir en haut Aller en bas
 
La question de l'avortement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» question sur l'avortement
» l'avortement, un dernier recours ou un droit?
» Démonstration philosophique de "L'illégitimité de la pratique de l'avortement chez l'être humain"
» Une question en orthographe/conjugaison?
» Diacre question

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives: Société, Politique-
Sauter vers: