DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière : Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Mgr Rey : critère de discernement dans ces élections

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 83903
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Mgr Rey : critère de discernement dans ces élections   Sam 22 Avr 2017, 20:24

Élection présidentielle – Monseigneur Rey rappelle les critères d’un bon discernement
 Mgr Dominique Rey | 20 avril 2017


Monseigneur Rey, évêque du diocèse de Fréjus-Toulon © AFP PHOTO ERIC ESTRADE


À la veille d'une élection cruciale pour le pays, l'évêque de Fréjus-Toulon propose une série de conseils pour avoir la main sûre au moment de glisser le bulletin dans l'urne.


Évêque du diocèse de Fréjus-Toulon depuis 2000, Mgr Dominique Rey récapitule dans une lettre ouverte une série de recommandations, à conserver à l’esprit avant de pousser la porte du bureau de vote.
Loin de désigner un candidat idéal, Mgr Rey rappelle les devoirs du chrétien face à certains sujets sociaux, éthiques et environnementaux. Mgr Rey invite également, au nom des valeurs qui portent la communauté chrétienne, à réveiller la conscience politique profonde des citoyens, en se détachant des multiples coups de théâtre et scandales qui rythment la vie politique, et portent davantage sur les moyens déployés par les candidats dans leur campagne que sur leurs idées…
Voici cette lettre de Mgr Rey, publiée sur le site du diocèse de Fréjus-Toulon :
La tournure prise par la campagne présidentielle illustre la crise de la politique qui traverse notre pays. La Conférence des Évêques de France nous invitait pourtant il y a quelques mois à  Retrouver le sens du politique.

Engagement politique et espérance


A l’heure de l’information continue, une controverse chasse l’autre et la surenchère des petites phrases se fait souvent au détriment de l’analyse et de la réflexion. Aussi, eu égard aux courants profonds qui traversent et meuvent l’histoire, rien de tout cela n’est de nature à nous ébranler. L’écume des vagues est éphémère et négligeable lorsqu’on la considère avec un peu de recul, dans la perspective du temps long. Si l’on peut regretter que le sens de la vérité et du bien ne soient pas toujours les mobiles premiers de l’action politique, on ne doit pas non plus s’étonner que des scandales puissent arriver (Mt 18, 7). Ainsi, on n’élit rarement les plus vertueux. Il s’agit de voir celui qui est le plus capable de servir le bien commun et de diriger une communauté pour que chacun puisse y vivre en paix.
Dans ces temps difficiles où certains semblent se résoudre à une impossibilité pour les chrétiens de s’engager honnêtement, sans « se salir les mains », comme si c’était une fatalité, il faut au contraire saluer ceux qui accomplissent ce service de la politique et qui veulent tenir leur place dans le monde -politique-, sans être du monde. On pourra toujours nous reprocher de n’être pas des saints ; on ne doit pas pouvoir nous reprocher notre indifférence et notre passivité. La peur des coups ou des compromis n’est pas un motif suffisant pour déserter le champ du politique.

Légitime diversité de stratégie


On a réédité ces jours-ci la note de Simone Weil sur la suppression des partis politiques. Ils seraient pour une part responsables du climat malsain de la vie publique en favorisant les luttes pour des intérêts particuliers, l’esprit de réseau plutôt que le sens de l’intérêt général. En étant fidèle au parti plutôt qu’à la vérité, le risque serait de ne plus penser par soi-même : « Presque partout, l’opération de prendre parti, de prendre position pour ou contre, s’est substituée à l’obligation de la pensée. » Bien que la note date de 1940, il est frappant d’en constater l’actualité. Mais, s’il est légitime d’imaginer un autre système pour organiser la vie politique, il est bien sûr possible d’envisager l’engagement dans le cadre d’un parti.
La stratégie, le choix des instruments et des modes d’expression politiques ne doivent pas être érigés en absolu, d’autant qu’ils se réalisent dans des situations imparfaites et souvent en rapide mutation. Le Compendium de la Doctrine sociale est assez clair à ce sujet : « Le chrétien ne peut pas trouver un parti qui corresponde pleinement aux exigences éthiques qui naissent de la foi et de l’appartenance à l’Église : son adhésion à une formation politique ne sera jamais idéologique, mais toujours critique, afin que le parti et son projet politique soient encouragés à créer les conditions propices à la réalisation du véritable bien commun, y compris la fin spirituelle de l’homme. » (n. 73) On trouve donc chez les chrétiens un légitime pluralisme politique ; on doit veiller cependant à ne pas se diviser à propos de motifs secondaires : « Le parti le plus sage, entre chrétiens, est de ne pas se haïr pour des questions controversables. » (Bienheureux F. Ozanam)

Discerner


Que la plupart des candidats à l’élection présidentielle soient baptisés montre bien que le fait d’être chrétien ne constitue pas en soi un critère pour éclairer notre vote. Inutile de se lamenter sur l’absence du candidat idéal ou de l’homme providentiel ! Même s’il est impossible de donner des consignes de vote, quelques critères pourront aider au discernement. Il n’y a bien sûr pas de “programme politique chrétien” clé en main directement révélé par le Christ. Mais il y a une succession de principes, quelques interdictions, et des exhortations qui permettent de donner un socle solide à une société.

Personne humaine et principes non-négociables


La vision chrétienne de l’engagement politique repose sur la centralité de la personne humaine (dignité et transcendance, disait le pape à Strasbourg en 2014) et le sens du bien commun, conçu comme le « bien de tout homme et de tout l’homme. »
A la veille des élections on cite souvent la Note doctrinale de la Congrégation pour la Doctrine de la foi de 2002. Elle donne des critères pour l’engagement et le comportement des chrétiens dans la vie politique. On parle habituellement de “principes non-négociables”, nécessaires à la vie démocratique. Souvent présentés comme étant au nombre de trois (le droit à et la défense de la vie humaine, le mariage conçu comme l’union stable d’un homme et d’une femme, la liberté d’enseigner), on oublie qu’ils comprennent en réalité la totalité du bien commun.
Leur liste est donc plus longue : « Il faut penser à la protection sociale des mineurs et à la libération des victimes des formes modernes d’esclavage. On ne peut exclure de cette liste le droit à la liberté religieuse et le développement dans le sens d’une économie qui soit au service de la personne et du bien commun, dans le respect de la justice sociale, du principe de solidarité humaine et de la subsidiarité, qui veut que “les droits de toutes les personnes, de toutes les familles et de tous les groupes, et que l’exercice de ces droits, soient reconnus“. Enfin, comment ne pas voir dans ces exemples le grand thème de la paix. »

L’option préférentielle pour les pauvres


Les racines évangéliques de la Doctrine sociale indiquent une priorité politique : l’option préférentielle pour les pauvres. Elle est un élément clé de tout action politique chrétienne. Un chrétien en politique ne peut pas faire l’impasse des questions de pauvreté et de misère: SDF, chômeurs, migrants, population des pays en guerre et des pays pauvres, conditions de détention des prisonniers etc. Les expressions forgées par le pape François n’ont pas pu ne pas nous frapper : « Lutter contre la culture du déchet ou bien encore contre la mondialisation de l’indifférence. »
Dans l’histoire, la France a toujours montré l’exemple de la solidarité et de la fraternité. Face aux nouveaux enjeux de pauvreté auxquels l’humanité fait face dans sa dimension planétaire, et compte tenu de la fluidité de l’information, les Français sont invité à une nouvelle « fraternité hors les murs », sans craindre de s’appauvrir.

Vigilance éthique


Nous devons être vigilants à ce que de nouvelles transgressions éthiques ne viennent fragiliser les bases de notre société. Ainsi, la protection des droits des enfants reste une priorité. Il est de notre responsabilité de protéger leurs conditions de croissance psychologique, leur stabilité affective et leur environnement familial. L’adoption plénière par un couple de même sexe n’est pas un cadre juridique protecteur pour l’enfant, qui a besoin de se savoir issu d’un père et d’une mère.
L’être humain ne peut être traité comme une marchandise: ni les enfants, ni le ventre des femmes ne peuvent faire l’objet de transactions. La GPA (gestation pour autrui) est une pratique gravement contraire à la dignité de la personne humaine et doit être fermement condamnée. « L’être humain risque d’être réduit à un simple engrenage d’un mécanisme qui le traite à la manière d’un bien de consommation à utiliser, de sorte que lorsque la vie n’est pas utile au fonctionnement de ce mécanisme elle est éliminée sans trop de scrupule, comme dans le cas des malades, des malades en phase terminale, des personnes âgées abandonnées et sans soin, ou des enfants tués avant de naître. »

Préserver la maison commune


Défendre et respecter notre « mère terre » fait partie des obligations graves qui doivent se traduire par des choix politiques courageux. Nous n’échapperons pas à de sérieux examens de conscience sur nos modes de vie: production, consommation, énergie, alimentation, transport… Les paroles du pape en ont étonné plus d’un: « L’heure est venue d’accepter une certaine décroissance dans quelques parties du monde, mettant à disposition des ressources pour une saine croissance en d’autres parties. Benoît XVI affirmait qu’il est nécessaire que les sociétés technologiquement avancées soient disposées à favoriser des comportements plus sobres, réduisant leurs propres besoins d’énergie et améliorant les conditions de son utilisation. » (Laudato Si, 93)
L’écologie intégrale dont parle Laudato Si est une boussole fiable pour un programme politique en cohérence avec la Doctrine sociale de l’Eglise. Elle repose sur la notion de limite. Or les idéologies comme le libéralisme libertaire, le transhumanisme, l’anti-spécisme brouillent nos repères et récusent totalement les limites : limites entre l’homme et la machine, l’homme et l’animal, limites de nos désirs matériels, limites entre l’homme et la femme, entre les générations, limites entre les espaces, sacré-profane, frontières géographiques…

L’économie au service de l’homme.


Dans un discours historique en 2015 à Santa Cruz, le pape François a fustigé l’économie qui tue et qui exclue. La logique du gain à n’importe quel prix pue « l’odeur de ce que Basile de Césarée appelait “le fumier du diable”; l’ambition sans retenue de l’argent qui commande… Quand le capital est érigé en idole et commande toutes les options des êtres humains, quand l’avidité pour l’argent oriente tout le système socio-économique, cela ruine la société, condamne l’homme, le transforme en esclave, détruit la fraternité entre les hommes, oppose les peuples les uns aux autres, et comme nous le voyons, met même en danger notre maison commune. »
Le pape exprime ses inquiétudes concernant la soumission du politique à la technologie et aux finances. «  La politique ne doit pas se soumettre à l’économie et celle-ci ne doit pas se soumettre aux diktats ni au paradigme d’efficacité de la technocratie. Aujourd’hui, en pensant au bien commun, nous avons impérieusement besoin que la politique et l’économie, en dialogue, se mettent résolument au service de la vie, spécialement de la vie humaine. » Un des maux politiques actuels est, pour le pape François, la renonciation du politique face aux exigences de l’économie et du marché.
A ce titre, il serait important que les chrétiens redisent plus fermement leur attachement à la préservation et à la défense du dimanche, comme jour de repos indispensable pour que le travail reste toujours subordonné au bien de la personne.

Revivifier l’Europe : des racines et du zèle


Le pape faisait part de ses rêves sur l’Europe en mai 2016 : « Je rêve d’une Europe jeune, capable d’être encore mère : une mère qui ait de la vie, parce qu’elle respecte la vie et offre l’espérance de vie… Je rêve d’une Europe qui écoute et valorise les personnes malades et âgées, pour qu’elles ne soient pas réduites à des objets de rejet improductifs. Je rêve d’une Europe où être migrant ne soit pas un délit, mais plutôt une invitation à un plus grand engagement dans la dignité de l’être humain tout entier. »

Immigration et identité


Il relie ainsi très clairement la question de l’accueil des migrants à celle de l’identité : il sera d’autant plus difficile de se montrer accueillant si l’on oublie ses racines chrétiennes. « L’Europe sera en mesure de faire face aux problématiques liées à l’immigration si elle sait proposer avec clarté sa propre identité culturelle et mettre en acte des législations adéquates qui sachent en même temps protéger les droits des citoyens européens et garantir l’accueil des migrants. » Ou encore : « A l’origine de la civilisation européenne se trouve le christianisme, sans lequel les valeurs occidentales de dignité, de liberté, et de justice deviennent complètement incompréhensibles… Dans notre monde multiculturel, ces valeurs continueront à trouver plein droit de cité si elles savent maintenir leur lien vital avec la racine qui les a fait naître. » (60° anniversaire du Traité de Rome, 25 mars 2017)

Laïcité


A l’heure où les questions concernant les relations entre le religieux et le politique se posent de manière cruciale, il convient d’avoir une conception juste et commune de la laïcité. La neutralité de l’État n’est pas la neutralisation du religieux. Le respect de la liberté de conscience des individus oblige à les traiter de façon égale quelle que soit leur religion. L’autonomie de la sphère temporelle n’implique pas l’exclusion de la sphère religieuse. « La laïcité de l’État est un cadre juridique qui doit permettre à tous, croyants de toutes religions et non-croyants, de vivre ensemble. » Cela n’implique pas la relégation du religieux de la sphère publique vers le seul domaine privé où il devrait rester caché.
Le pape François a dénoncé le laïcisme français qui considère parfois les religions comme des sous-cultures, estimant que le christianisme doit pouvoir contribuer à la croissance de l’Europe. « Une Europe capable de mettre à profit ses propres racines religieuses, sachant en recueillir la richesse et les potentialités, peut être plus facilement immunisée contre les nombreux extrémismes qui déferlent dans le monde d’aujourd’hui, et aussi contre le grand vide d’idées auquel nous assistons en Occident, parce que c’est l’oubli de Dieu, et non pas sa glorification, qui engendre la violence ».

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mgr Rey : critère de discernement dans ces élections   Sam 22 Avr 2017, 21:41

Et qu'y a t-il de "spécial" à ce que j'avais mis hier ? c'est du pareil au même, à la différence que venant de vous, Gabriel ne l'a pas fusionné avec "la politique française".

mais j'applaudis : « La laïcité de l’État est un cadre juridique qui doit permettre à tous, croyants de toutes religions et non-croyants, de vivre ensemble. »



Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 83903
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Mgr Rey : critère de discernement dans ces élections   Sam 22 Avr 2017, 21:47

fanfan59 a écrit:
Et qu'y a t-il de "spécial" à ce que j'avais mis hier ? c'est du pareil au même, à la différence que venant de vous, Gabriel ne l'a pas fusionné avec "la politique française".

mais j'applaudis :  « La laïcité de l’État est un cadre juridique qui doit permettre à tous, croyants de toutes religions et non-croyants, de vivre ensemble. »




Remettez le ici. On va comparer.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Hillel31415

avatar

Masculin Messages : 4432
Inscription : 08/04/2013

MessageSujet: Re: Mgr Rey : critère de discernement dans ces élections   Sam 22 Avr 2017, 21:50

donc un candidat de gauche en somme...
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 4596
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: Mgr Rey : critère de discernement dans ces élections   Sam 22 Avr 2017, 21:53

Hillel31415 a écrit:
donc un candidat de gauche en somme...

Salut heureux de te revoir ici, je pense qu'il fait référence à un candidat de droite ... à une femme, une sorte de Jeanne d'Arc.
C'est ce que j'ai lu entre les lignes, en filigrane ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mgr Rey : critère de discernement dans ces élections   Sam 22 Avr 2017, 21:54

Arnaud Dumouch a écrit:
fanfan59 a écrit:
Et qu'y a t-il de "spécial" à ce que j'avais mis hier ? c'est du pareil au même, à la différence que venant de vous, Gabriel ne l'a pas fusionné avec "la politique française".

mais j'applaudis :  « La laïcité de l’État est un cadre juridique qui doit permettre à tous, croyants de toutes religions et non-croyants, de vivre ensemble. »




Remettez le ici. On va comparer.

demandez à Gabriel, c'est lui qui l'a changé de place, moi je vais dormir.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 83903
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Mgr Rey : critère de discernement dans ces élections   Sam 22 Avr 2017, 22:13

fanfan59 a écrit:
Monsieur Dumouch

voici le billet du doyen de mon village :

Il faut voter… Chacun pourrait dire ses agacements liés à la campagne d’élection présidentielle. Et la tentation de s’en désintéresser semblerait légitime. Aucun candidat n’est idéal. Cela se saurait !
 
Pourtant, il faut voter. On ne mesure pas combien c’est important. Et avant même cela, combien c’est une chance de pouvoir voter… Voter c’est choisir. Ne pas voter c’est jouer solo, hors-jeu de la société…
 
Nos évêques décrivaient lucidement les maux de notre temps, dans leur dossier d’octobre 2016 : «Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique». Le chômage des jeunes est cruel, la question migratoire est compliquée, le travail écologique n’est pas suffisamment pris à bras le corps, le sujet de la dette est escamoté, le chantier Europe est souvent maltraité, etc.

Les catholiques sont des citoyens à part entière. Ils ne peuvent rester en dehors de ce qui touche à cœur la vie des contemporains, autrement dit, ils ne peuvent pas rester en dehors de la question politique, de la vie en commun.
 
Chrétiens, nous avons des convictions,  et nous abordons ces sujets de manière ouverte, raisonnable, dialogale, avec espérance et patience, comme Dieu nous espère avec patience confiante. Votons !
 
 
P. Y. J., curé.


qu' a t-il de "spécial" avec l'évêque de Fréjus ?

Chère Fanfan, Comparons : Ce mot du prêtre est identique au mot de la Conférence épiscopale.

Lisez Mgr Rey : il commence par faire son métier de prophète et il dit :

Citation :

"Pour voter, un catholique se souvient d'abord de ce qui est non négociable : La protection de la vie humaine de sa conception à sa mort".

C'est cela un discours courageux ! Car il sait que c'est l'inverse du "vivre ensemble".

C'est comparable au discours de Mgr Saliège qui, alors que les évêques de France produisent en 1942 un discours lénifiant sur "le vivre ensemble, le poids de l'occupation et la manière de bien la vivre", fait lire en chaire par tous ses curés la lettre suivante :
Citation :

"Les Juifs sont des hommes. Les enfants Juifs sont des enfants. Ceux qui séparent les mères de leurs enfants devront en rendre compte".

Vous voyez ce que je veux dire ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Gabriel
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 6046
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: Mgr Rey : critère de discernement dans ces élections   Dim 23 Avr 2017, 08:48

fanfan59 a écrit:
Le discours très politique de Mgr Pontier devant les évêques de France

Loup Besmond de Senneville (à Lourdes), le 28/03/2017 à 9h55
Mis à jour le 28/03/2017 à 9h57

Lors de son discours d’ouverture de l’Assemblée plénière des évêques de France, à Lourdes, Mgr Georges Pontier a mis en garde, mardi 28 mars, contre le « repli sur soi » et le « dangereux regard de méfiance » porté sur les musulmans. Une manière de s’opposer au Front National sans jamais mentionner le nom du parti de Marine Le Pen.

Alerter contre la montée du Front National sans jamais le citer. C’est à cet exercice délicat que s’est livré, mardi 28 mars à Lourdes, le président de la Conférence des évêques de France, Mgr Georges Pontier, en ouvrant les travaux de l’Assemblée plénière des évêques.
« Nous ne pouvons pas penser notre avenir, chacun replié sur soi-même. Certains le pensent. C’est un leurre », a martelé l’archevêque de Marseille.

Faisant l’apologie de la « fraternité » contre le « repli », Mgr Pontier a répondu indirectement à la candidate frontiste, Marine Le Pen. Il a ainsi employé un vocabulaire utilisé depuis plusieurs années par de nombreux évêques français pour s’opposer au Front National, sans jamais mentionner explicitement le nom du parti fondé par Jean-Marie Le Pen.

« Ceux qui viennent chez nous et sont accueillis, peuvent s’intégrer, apporter leur savoir-faire (…).

Notre conviction chrétienne et citoyenne nous invite à la générosité », a-t-il affirmé. Citant le pape François, Mgr Pontier a estimé que les chrétiens étaient tenus à un « devoir de solidarité » : « l’hospitalité offerte à l’étranger qui a besoin d’un refuge est offerte à Jésus-Christ lui-même. »
Il a appelé à un changement d’attitude envers les migrants et les réfugiés. « Il s’agit de passer « d’une attitude de défense et de peur, de désintérêt et de marginalisation (…) à une attitude qui soit basée sur la ‘culture de la rencontre’. »

Autre plaidoyer contre le repli développé par l’archevêque de Marseille : celui regrettant le « dangereux regard de méfiance » porté sur les musulmans après les attentats. « Notre société hésite sur la place à faire à la religion musulmane dans notre pays », a constaté Mgr Pontier. Avant d’insister : « Nous savons que seuls le dialogue et la rencontre permettent de grandir dans la connaissance et le respect mutuel. »discours d’ouverture de Mgr Pontier de l’Assemblée plénière de printemps des évêques de France : “Nous ne pouvons pas penser notre avenir, chacun replié sur soi-même”, souligne Mgr Pontier à Lourdes

Formation des imams

Bien sûr, la place des musulmans en France dépend aussi de la capacité de leurs responsables à s’organiser : « Il est nécessaire que du sein de la population française musulmane se lèvent des responsables qui aident leurs frères à inscrire la pratique de l’islam dans notre République et se démarquent de ceux qui distillent des enseignements fermés ou des pratiques communautaristes », a insisté le président de la Conférence des évêques. Il a souligné l’importance de la formation des imams ainsi que celle de « l’organisation d’une représentation lisible de l’islam » en France.

Le président de la Conférence des évêques de France est revenu plus largement sur le climat de la campagne présidentielle, alors que François Fillon et Marine Le Pen sont mis en cause dans plusieurs affaires. Là encore, sans jamais citer aucun candidat. « L’exercice du pouvoir est exigeant. Il nécessite une vigilance de tous les instants pour demeurer au service du bien commun et ne pas en tirer un profit personnel aux effets désastreux », a-t-il jugé, en citant de larges extraits du document «

Retrouver le sens du politique », publié en octobre par l’épiscopat.

En revanche, il a adressé clairement aux candidats et aux « futurs gouvernants du pays » une claire mise en garde contre le développement de « pratiques eugéniques » et contre la disparition « de toutes les procédures de dialogue et de réflexion contenue dans la loi Veil », un an après la suppression par les parlementaires du délai de réflexion qui était jusqu’alors imposé aux femmes souhaitant avorter. Autre point d’insistance de l’archevêque de Marseille : l’opposition de l’Église à tout « droit à l’enfant ». Un message envoyé aux candidats souhaitant élargir la procréation médicalement assistée aux femmes seules ou aux couples de femmes.

Loup Besmond de Senneville (à Lourdes)

http://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/France/Le-discours-tres-politique-Mgr-Pontier-devant-eveques-France-2017-03-28-1200835320

fanfan59 a écrit:
Législatives : l’archevêque de Rouen écrit aux candidats

Publié le 04 juin 2012

l’approche du premier tour des élections législatives, le 10 juin 2012, Mgr Jean-Charles Descubes, archevêque de Rouen, s’est adressé à tous les candidats se présentant dans les 7 circonscriptions de Seine-Maritime qui correspondent au diocèse de Rouen. Il attire leur attention sur la famille, l’éducation et l’économie.

La lettre aux candidats de Mgr Jean-Charles Descubes, archevêque de Rouen, est le fruit de la réflexion de catholiques des paroisses, des institutions et des mouvements du diocèse qui se sont interrogés sur les enjeux des prochaines élections quant à « l’avenir de notre société, de sa justice et de sa fraternité ».

Premier point d’attention : la famille, avec le souhait d’une « protection de l’institution du mariage » mais aussi d’aides « accordées aux familles fragiles et précaires » ou encore « une prise de conscience de l’importance de l’intergénérationnel ».

Deuxième point d’attention : l’éducation, avec notamment les demandes de mise en place « d’un tutorat en faveur de ceux qui manifestent le plus de difficultés », et de « relations entre l’école et l’entreprise par une promotion de l’apprentissage et une valorisation des stages ».
Enfin, troisième et dernier point : l’économie, avec pour premier défi le souhait de « mesures concrètes pour diminuer le chômage en particulier des jeunes et des séniors et une adaptation des formations ». Le texte demande aussi « une régulation financière internationale et un encadrement des pratiques des banques d’affaires » et « un encouragement aux placements éthiques ».
Mgr Descubes exprime son espérance de voir progresser « la justice sociale dans notre pays » et en rappelle le préalable : mettre « l’homme au centre et au cœur de toutes les préoccupations ».

Pour un service civil dans des associations reconnues d’utilité publique

De son côté, la direction de la Pastorale des Jeunes du diocèse de Rouen a exprimé le vœu de voir s’instituer pour les jeunes de 18 à 25 ans un temps de service civil de quelques mois auprès d’une association présentant une utilité publique.

http://www.eglise.catholique.fr/sengager-dans-la-societe/eglise-et-politique/elections/366331-legislatives-larcheveque-de-rouen-ecrit-aux-candidats/

_________________
"Le respect de la personne humaine se fonde sur son caractère irremplaçable" - Blaise Pascal
Revenir en haut Aller en bas
https://www.i-services.com
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 83903
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Mgr Rey : critère de discernement dans ces élections   Dim 23 Avr 2017, 09:37



fanfan59 a écrit:
Législatives : l’archevêque de Rouen écrit aux candidats

Publié le 04 juin 2012

l’approche du premier tour des élections législatives, le 10 juin 2012, Mgr Jean-Charles Descubes, archevêque de Rouen, s’est adressé à tous les candidats se présentant dans les 7 circonscriptions de Seine-Maritime qui correspondent au diocèse de Rouen. Il attire leur attention sur la famille, l’éducation et l’économie.

La lettre aux candidats de Mgr Jean-Charles Descubes, archevêque de Rouen, est le fruit de la réflexion de catholiques des paroisses, des institutions et des mouvements du diocèse qui se sont interrogés sur les enjeux des prochaines élections quant à « l’avenir de notre société, de sa justice et de sa fraternité ».

Premier point d’attention : la famille, avec le souhait d’une « protection de l’institution du mariage » mais aussi d’aides « accordées aux familles fragiles et précaires » ou encore « une prise de conscience de l’importance de l’intergénérationnel ».

Deuxième point d’attention : l’éducation, avec notamment les demandes de mise en place « d’un tutorat en faveur de ceux qui manifestent le plus de difficultés », et de « relations entre l’école et l’entreprise par une promotion de l’apprentissage et une valorisation des stages ».
Enfin, troisième et dernier point : l’économie, avec pour premier défi le souhait de « mesures concrètes pour diminuer le chômage en particulier des jeunes et des séniors et une adaptation des formations ». Le texte demande aussi « une régulation financière internationale et un encadrement des pratiques des banques d’affaires » et « un encouragement aux placements éthiques ».
Mgr Descubes exprime son espérance de voir progresser « la justice sociale dans notre pays » et en rappelle le préalable : mettre « l’homme au centre et au cœur de toutes les préoccupations ».

Pour un service civil dans des associations reconnues d’utilité publique

De son côté, la direction de la Pastorale des Jeunes du diocèse de Rouen a exprimé le vœu de voir s’instituer pour les jeunes de 18 à 25 ans un temps de service civil de quelques mois auprès d’une association présentant une utilité publique.

http://www.eglise.catholique.fr/sengager-dans-la-societe/eglise-et-politique/elections/366331-legislatives-larcheveque-de-rouen-ecrit-aux-candidats/


salut

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
 
Mgr Rey : critère de discernement dans ces élections
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour le discernement dans ma vie sentimentale
» Criteres de Discernement selon la congregation pour la Doctrine de la foi
» Discernement face aux apparitions et révélations:Des textes précieux
» Discernement ; Comment discerner un vrai d'un faux prophète?
» Dans Votre Vie le Discernement est si important.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: