DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

  Il est temps de tuer Dieu et la patrie, par David Vann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 5837
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Il est temps de tuer Dieu et la patrie, par David Vann    Dim 26 Mar 2017 - 20:41

Libé tente de ressusciter Nietzsche

Le quotidien libertaire a confié à un Américain fanatique le soin de rédiger un éditorial hallucinant, dans lequel on peut lire les absurdités suivantes :

"[...] Devant l’absurdité récurrente des Trump et autres phénomènes nationalistes de droite tels que le Brexit, les Le Pen, Wilders, Grillo et compagnie, nous avons des raisons de nous sentir effrayés et désorientés. Etant donné que les masses populistes qui votent pour des autoritaristes à peine déguisés et des aspirants dictateurs sont largement influencées par la religion, l’athéisme offre une porte de sortie. C’est sur ces masses-là que je voudrais m’attarder aujourd’hui, et sur notre combat contre Dieu.

Les menaces qui pèsent sur la France et sur l’Amérique, qu’elles soient internes ou viennent de l’extérieur, ont Dieu pour origine. Bien que le respect de la liberté religieuse soit une pierre angulaire de la démocratie occidentale, force est de reconnaître que les religions elles-mêmes n’apportent aucune liberté, mais plutôt l’asservissement et la perspective d’une guerre inéluctable. Dans les universités, nous avons tendance à penser que le débat autour de Dieu s’est achevé au XIXe siècle, aussi sommes-nous devenus complaisants et avons-nous oublié que notre mission première de créer un monde sécularisé demeure. C’est le but même de l’éducation.

La guerre religieuse doit toujours être envisagée sous ses deux angles. De jeunes musulmans attaquent des populations civiles en France et en Amérique ou ailleurs, favorisant l’élection de chefs de guerre chrétiens racistes et anti-immigrants, tels que George W. Bush ou Donald Trump, qui vont en retour châtier le Moyen Orient, suscitant de nouveaux recrutements de jeunes musulmans désireux de tuer des civils. C’est une boucle sans fin. La seule façon de parvenir à, peut-être, y mettre fin serait de s’attaquer à notre part de responsabilité, c’est-à-dire à la tâche quasi impossible de démontrer aux dizaines de millions d’électeurs religieux nationalistes des pays occidentaux que leurs croyances sont tout simplement infondées.

Aux Etats-Unis, dans un coin rural de la Floride, je me retrouve à devoir convaincre mes voisins que les faits existent ; que l’Associated Press ou le New York Times sont des sources plus crédibles que Fox ou Breitbart ; que des millions de Syriens ne vont pas venir leur piquer leurs emplois, que la grandeur de l’Amérique n’existe pas et ne devrait pas être recherchée, et que la devise du pays, «God Bless America» - que Dieu bénisse l’Amérique - ne devrait plus jamais être prononcée. En France, vous êtes confrontés à la même chose. Chacun devrait convaincre ses voisins qu’un gouvernement très à droite est plus dangereux que les terroristes, que la France ne devrait pas poursuivre des rêves de grandeur et que Dieu est mort.

Il y a 70 millions de catholiques en Amérique, et leur vote est l’aspect dont on parle le moins dans l’élection de Trump. Nombre d’entre eux sont ce qu’on appelle aux Etats-Unis des single issue voters - des électeurs qui se mobilisent sur un seul et unique sujet - qui ont voté pour Trump simplement pour voter contre l’avortement. Tant que nous ne comprendrons pas à quel point la religion sape tous nos efforts pour créer un monde ouvert, démocratique et pluraliste fondé sur les faits avérés, la raison et la loi séculière, nous ne pourrons pas remporter ce combat.

Suite : http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/03/22/il-est-temps-de-tuer-dieu-et-la-patrie-par-david-vann_1557655

_________________
Philippe


Dernière édition par Gabriel le Dim 26 Mar 2017 - 20:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.i-services.com
Chrysostome

avatar

Masculin Messages : 29200
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Il est temps de tuer Dieu et la patrie, par David Vann    Dim 26 Mar 2017 - 20:46

:mdr: fou
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 82671
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Il est temps de tuer Dieu et la patrie, par David Vann    Dim 26 Mar 2017 - 22:46

Ca c'est le projet de Lucifer. Saint Paul le décrit comme une étape préparatoire indispensable :
Citation :

2 Théssaloniciens 2, 7 Dès maintenant, oui, le mystère de l'impiété est à l'oeuvre. Mais que seulement celui qui le retient soit d'abord écarté. Alors l'Impie se révélera,

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Gabriel
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 5837
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: Il est temps de tuer Dieu et la patrie, par David Vann    Lun 27 Mar 2017 - 18:43

Pour avoir lu le Roman "Le Maître de la terre" de Robert-Hugh Benson je peux confirmer qu'il y a une concordance inquiétante entre les paroles de l'Antéchrist qui est présenté dans ce livre et les propos de David Vann. Ce pauvre homme ne sait pas qui lui inspire ses pensées.

L'avènement de l'AC ne sera sans doute pas pour notre génération mais à moins d'un miracle au cours de ce centenaire des apparitions de Fatima, les années à venir risquent d'être bien sombres.

_________________
Philippe
Revenir en haut Aller en bas
https://www.i-services.com
Chrysostome

avatar

Masculin Messages : 29200
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Il est temps de tuer Dieu et la patrie, par David Vann    Lun 27 Mar 2017 - 19:16

L'Église a commencé sous la persécution et finira de même.

C'est aussi un combat pour ne pas perdre la foi !
Revenir en haut Aller en bas
Espérance



Féminin Messages : 18179
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Il est temps de tuer Dieu et la patrie, par David Vann    Lun 27 Mar 2017 - 20:29

Mais à vous lire, on la perdrait bien la foi Sad car justement aujourd'hui, le pape François parle de la "joie d'évangéliser et ce serait peut-être là-dessus qu'il faudrait réfléchir !
Revenir en haut Aller en bas
Espérance



Féminin Messages : 18179
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Il est temps de tuer Dieu et la patrie, par David Vann    Lun 27 Mar 2017 - 22:21

François a répondu à trois questions, sur l'évangéIisation, le multiculturalisme et le discernement.

La première a été posée par un prêtre qui a demandé quelles purifications et quels choix prioritaires les prêtres d’aujourd’hui doivent faire pour ne pas perdre la joie de l’évangélisation et ne pas perdre la joie d’être un peuple croyant dans le cœur de l’histoire.

«Évangéliser est une joie»,

a répondu le Pape, en parlant sans notes, et citant l’exhortation Evangelii nuntiandi du «grand Paul VI», qui est «le plus grand document pastoral de l’après-Concile, qui a encore aujourd’hui une actualité». Paul VI «parlait de cette joie : la joie de l’Église, c’est d’évangéliser.

Et nous, nous devons demander la grâce de ne pas perdre cette joie d’évangéliser».

Il faut donc «demander la grâce de ne pas être des évangélisateurs tristes, ennuyeux : ceci ne va pas.

Un évangélisateur triste est quelqu’un qui n’est pas convaincu que Jésus est joie, que Jésus t’apporte la joie, et quand il t’appelle, il te change la vie et te donne la joie et t’invite dans la joie : aussi sur la croix, mais dans la joie, pour évangéliser.»

Le Pape a ensuite évoqué les défis d’aujourd’hui.

«Chaque époque historique, depuis les premiers temps du christianisme, a été continuellement soumise à de multiples défis.

Des défis à l’intérieur de la communauté ecclésiale, et dans le même temps, dans le rapport avec la société dans laquelle la loi allait prendre corps. Rappelons-nous de l’épisode de Pierre dans la maison de Corneille à Césarée, ou la controverse d’Antioche, et ensuite à Jérusalem, sur la nécessité ou non de circoncire les païens, et ainsi de suite.

Nous ne devons donc pas craindre les défis, que cela soit clair.

Tant de fois, nous entendons ces plaintes : "Ah, cette époque, dans laquelle il y a tellement de défis, et nous sommes tristes…"

Non ! Il ne faut pas avoir peur ! Les défis doivent se prendre comme le taureau : par les cornes !»

«Et il est bien qu’il y ait des défis, a-t-il poursuivi.

C’est bien, parce qu’ils nous font grandir. Ils sont le signe d’une foi vivante, d’une communauté vivante qui cherche son Seigneur et tient les yeux et le cœur ouverts.

Nous devons plutôt craindre une foi sans défis, une foi qui se croit complète : je n’ai pas besoin d’autres choses, tout est fait.

C’est cela que nous devons craindre.

Comme si tout avait dit et réalisé ! Les défis nous aident à faire en sorte que notre foi ne devienne pas idéologique.

Il y a toujours les dangers des idéologies. Les idéologies germent et croissent quand quelqu’un croit avoir la foi complète.

Les défis nous sauvent d’une pensée fermée et définie, et nous ouvrent à une compréhension plus ample de la Révélation.

Comme l’avait affirmé la Constitution dogmatique "Dei Verbum" (lors du Concile Vatican II, ndlr) : "L’Église, au cours des siècles, tend incessamment vers la plénitude de la vérité divine, afin que les paroles de Dieu en viennent à leur accomplissement."

Et c’est en cela que les défis nous aident à nous ouvrir au mystère révélé.»

Le Pape a ensuite parlé de la société multiculturelle, multireligieuse, multiethnique : «Moi, je crois que l’Église, sans que nous en soyons conscients, a beaucoup à nous enseigner et à nous aider pour une culture de la diversité. Nous devons essayer.

L’Esprit Saint est le Maître de la diversité.

Regardons nos diocèses, nos prêtres, nos communautés. Regardons les congrégations religieuses.

Tellement de charismes, tellement de façons de réaliser l’expérience croyante.

L’Église est une, dans une expérience multiforme.

C’est cela la richesse de l’Église, être à la fois une, et multiforme. L’Évangile est un dans sa forme quadruple. Ceci donne à nos communautés une richesse qui manifeste l’action de l’Esprit», a expliqué le Pape François.

La Tradition ecclésiale a une grande expérience de gestion du multiple, à l’intérieur de son histoire et de sa vie, a rappelé le Pape.

«Nous avons vu et nous voyons de tout : beaucoup de richesses et beaucoup d’horreurs et d’erreurs. Et ici, nous avons une bonne clé qui nous aide à lire le monde contemporain, sans le condamner et sans le sanctifier, en en reconnaissant les aspects lumineux et les aspects obscurs. Comme aussi en nous aidant à discerner les excès d’uniformité ou de relativisme : deux tendances qui cherchent à annuler l’unité des différences, l’interdépendance», a-t-il précisé.

L’Église, a-t-il poursuivi en improvisant, est "une" dans ses différences.

L’Esprit Saint est «un grand artiste, un grand Maître de l’unité dans les différences».

François a invité à ne pas confondre uniformité et unité, pluralisme et pluralité.

«L’unité et la pluralité viennent de l’Esprit Saint, a-t-il précisé.

Dans les deux cas, ce qui est recherché, c’est de réduire la tension, et d’annuler le conflit et l’ambivalence à laquelle nous sommes soumis en tant qu’êtres humains.

Chercher à éliminer un des pôles de la tension, c’est éliminer la façon dont Dieu a voulu se révéler dans l’humanité de son Fils.» Cela peut revenir à élaborer «une théorie très claire et distincte mais non cohérente avec la Révélation, et donc idéologique.

La foi, pour être chrétienne et non pas illusoire, doit se configurer à l’intérieur des processus : des processus humains, sans ses réduire à cela. C’est une belle tension, a-t-il souligné, une tension qui nous fait toujours grandir dans l’Église».

François a enfin affronté un troisième point : la formation au discernement.

«La culture de l’abondance à laquelle nous sommes soumis offre un horizon de nombreuses possibilités, en les présentant toutes comme valides et bonnes.

Nos jeunes sont exposés à un zapping continu. Nous pouvons naviguer sur deux ou trois écrans ouverts en même temps, nous pouvons interagir dans le même temps sur plusieurs scènes virtuelles.

Que cela nous plaise ou non, c’est le monde dans lequel nous sommes insérés, et c’est notre devoir, comme pasteurs, de les aider à traverser ce monde», a insisté le Saint-Père.

«Je retiens donc qu’il est bon de leur apprendre à discerner, pour qu’ils aient les instruments et les éléments qui les aident à parcourir le chemin de la vie, sans que ne s’éteigne l’Esprit Saint en eux. Dans un monde sans possibilité de choix, ou avec moins de possibilités, les choses sembleraient peut-être plus claires, je ne sais pas.

Mais aujourd’hui nos fidèles, et nous-mêmes, nous sommes exposés à cette réalité», a souligné le Pape.

«Au fur et à mesure que nous grandissons, au milieu d’une multitude de voix qui ont apparemment toute raison, le discernement de ce qui nous conduit à la Résurrection, à la Vie, et non à une culture de mort, est crucial.

C’est pour cela que je souligne tellement ce besoin. C’est un instrument catéchétique et ensuite pour la vie, que nous devons enseigner à notre peuple dans la catéchèse, dans l’accompagnement spirituel, dans les homélies.

Enseigner aux jeunes, aux enfants, aux adultes, à demander la grâce du discernement.»

Au terme de cette rencontre, le Pape a salué la foule très nombreuse rassemblée sur le parvis de la cathédrale.
 
http://www.news.va/fr/news/le-pape-aux-pretres-et-consacres-de-milan-leglise
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 5837
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: Il est temps de tuer Dieu et la patrie, par David Vann    Mar 28 Mar 2017 - 18:05

Espérance a écrit:
Mais à vous lire, on la perdrait bien la foi Sad  car justement aujourd'hui, le pape François parle de la "joie d'évangéliser et ce serait peut-être là-dessus qu'il faudrait réfléchir !

La persécution vous ferait perdre la foi Espérance ?

Mais bien entendu il faut évangéliser dans la joie.

_________________
Philippe
Revenir en haut Aller en bas
https://www.i-services.com
Espérance



Féminin Messages : 18179
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Il est temps de tuer Dieu et la patrie, par David Vann    Mar 28 Mar 2017 - 18:09

Gabriel a écrit:
Espérance a écrit:
Mais à vous lire, on la perdrait bien la foi Sad  car justement aujourd'hui, le pape François parle de la "joie d'évangéliser et ce serait peut-être là-dessus qu'il faudrait réfléchir !

La persécution vous ferait perdre la foi Espérance ?

Mais bien entendu il faut évangéliser dans la joie.

je ne sais pas comment je réagirai... alors j'aime mieux prier pour la paix, faire de l'évangélisation concrète et non comme si on allait nous mettre dans la fosse aux lions.
Je suppose qu'en cas de... il y a la grâce de Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
 
Il est temps de tuer Dieu et la patrie, par David Vann
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le temps est il dieu
» comment l'expliquer? rationnalité à propos de Dieu...
» Satan le diable peut-il nous tuer?
» Tuer et préparer une volaille
» Viens Esprit Saint

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: