DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière : Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Arnaud Dumouch
Administrateur


Messages : 84690
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Sam 08 Avr 2017, 15:17

Espérance a écrit:


« Les évêques sont opposés à l’avortement en raison du respect pour la vie.

c'est clair, net et précis.

Et c'est dogmatiquement faux. Qu’on me permette de rappeler ici que l’Eglise catholique n’est pas « contre l’avortement par principe à cause de la défense de la vie » …
On peut être contre la chasse aux phoques, contre le pillage des ressources marines en raison de la défense de la vie.
Mais l’Eglise est contre l'avortement en raison de la défense de l'âme immortelle des enfants, créée par Dieu à l’instant de leur conception (lorsque le zygote apparait, précise l’Eglise) et que l'on plonge dans le shéol.
C’est une réalité essentielle de sa foi : l’âme des enfants est, comme l’âme de la Vierge Marie, créée immédiatement par Dieu au moment de la conception. En les avortant, on plonge donc les enfants dans un au-delà dont Benoît XVI rappela en 2007, que l’Eglise en ignorait la nature.
Voici, en gras, les points essentiels des textes du Magistère de l’Eglise (en rouge les points essentiels) :

PREMIER TEXTE : Instruction DONUM VITAE 6, saint Jean-Paul II, 1987

SUR LE RESPECT DE LA VIE HUMAINE NAISSANTE ET LA DIGNITÉ DE LA PROCRÉATION.
RÉPONSES A QUELQUES QUESTIONS D'ACTUALITÉ
[...]
Dès le moment de sa conception, la vie de tout être humain doit être absolument respectée, car l'homme est sur terre l'unique créature que Dieu a « voulue pour lui-même » [16] et l'âme spirituelle de tout homme est « immédiatement créée » par Dieu [17] ; tout son être porte l'image du Créateur.

I LE RESPECT DES EMBRYONS HUMAINS
[...]
1. Quel respect doit-on à l'embryon humain, compte tenu de sa nature et de son identité ?

L'être humain doit être respecté — comme une personne — dès le premier instant de son existence.

C'est pourquoi le fruit de la génération humaine dès le premier instant de son existence, c'est-à-dire à partir de la constitution du zygote, exige le respect inconditionnel moralement dû à l'être humain dans sa totalité corporelle et spirituelle. L'être humain doit être respecté et traité comme une personne dès sa conception, et donc dès ce moment on doit lui reconnaître les droits de la personne, parmi lesquels en premier lieu le droit inviolable de tout être humain innocent à la vie."


DEUXIEME TEXTE : COMMENTAIRE DE LA CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI, 8 décembre 2008
INSTRUCTION DIGNITAS PERSONAE SUR CERTAINES QUESTIONS DE BIOETHIQUE, N°1

A ce titre, il est important de rappeler le critère fondamental d’éthique formulé par l’Instruction Donum vitae pour juger toutes les questions morales qui concernent les interventions sur l’embryon humain : « Le fruit de la génération humaine dès le premier instant de son existence, c’est-à-dire à partir de la constitution du zygote, exige le respect inconditionnel moralement dû à l’être humain dans sa totalité corporelle et spirituelle. L’être humain doit être respecté et traité comme une personne dès sa conception, et donc dès ce moment, on doit lui reconnaître les droits de la personne.


TROISIEME TEXTE : EVANGELIUM VITAE 60, saint Jean-Paul II, 25 mars 1995

"60. Certains tentent de justifier l'avortement en soutenant que le fruit de la conception, au moins jusqu'à un certain nombre de jours, ne peut pas être encore considéré comme une vie humaine personnelle. En réalité, « dès que l'ovule est fécondé, se trouve inaugurée une vie qui n'est celle ni du père ni de la mère, mais d'un nouvel être humain qui se développe pour lui-même. Il ne sera jamais rendu humain s'il ne l'est pas dès lors.

A cette évidence de toujours... la science génétique moderne apporte de précieuses confirmations. Elle a montré que dès le premier instant se trouve fixé le programme de ce que sera ce vivant : une personne, cette personne individuelle avec ses notes caractéristiques déjà bien déterminées. Dès la fécondation, est commencée l'aventure d'une vie humaine dont chacune des grandes capacités demande du temps pour se mettre en place et se trouver prête à agir. Même si la présence d'une âme spirituelle ne peut être prouvée par aucun moyen expérimental, les conclusions de la science sur l'embryon humain fournissent « une indication précieuse pour discerner rationnellement une présence personnelle dès cette première apparition d'une vie humaine : comment un individu humain ne serait-il pas une personne humaine ? ».
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
scholasate



Messages : 1741
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Dim 09 Avr 2017, 16:01

On revient toujours au même texte de Donum Vitae, mais ce texte n'a pas une portée dogmatique, puisqu'il parle du respect de l'embryon, non de l'instant de la création de l'âme humaine. C'est donc pastoral et non doctrinal.
Je m'étonne qu'Arnaud qui a tellement réfléchi sur le passage de la mort, qui connaît des étapes, ait du mal à concevoir un passage graduel du néant à la vie.
Au demeurant, pour moi, l'objection principale d'une création de l'âme au moment de la génération du zygote humain est le taux important d'avortements spontanés, qui n'est pas moindre que pour d'autres mammifères. Certes le péché a désorganisé les lois de la vie, mais il est absurde de penser que la majorité des âmes humaines sont créées à l'insu de leurs parents. Cela n'a pas de sens, ce n'est pas réaliste. (Or c'est ce qui découle de la position des Mercier et consorts, car la plupart des avortements, selon les lois de la nature qui éliminent les embryons non vivables, sont spontanés.)
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Messages : 84690
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Dim 09 Avr 2017, 16:04

Citation :
il parle du respect de l'embryon, non de l'instant de la création de l'âme humaine.

Vous avez mal lu ! Reprenez calmement votre lecture (surtout les passage en rouge. Vous verrez s'il ne par pas de l'instant ! 


PREMIER TEXTE : Instruction DONUM VITAE 6, saint Jean-Paul II, 1987

SUR LE RESPECT DE LA VIE HUMAINE NAISSANTE ET LA DIGNITÉ DE LA PROCRÉATION.
RÉPONSES A QUELQUES QUESTIONS D'ACTUALITÉ
[...]
Dès le moment de sa conception, la vie de tout être humain doit être absolument respectée, car l'homme est sur terre l'unique créature que Dieu a « voulue pour lui-même » [16] et l'âme spirituelle de tout homme est « immédiatement créée » par Dieu [17] ; tout son être porte l'image du Créateur.

I LE RESPECT DES EMBRYONS HUMAINS
[...]
1. Quel respect doit-on à l'embryon humain, compte tenu de sa nature et de son identité ?

L'être humain doit être respecté — comme une personne — dès le premier instant de son existence.

C'est pourquoi le fruit de la génération humaine dès le premier instant de son existence, c'est-à-dire à partir de la constitution du zygote, exige le respect inconditionnel moralement dû à l'être humain dans sa totalité corporelle et spirituelle. L'être humain doit être respecté et traité comme une personne dès sa conception, et donc dès ce moment on doit lui reconnaître les droits de la personne, parmi lesquels en premier lieu le droit inviolable de tout être humain innocent à la vie."


DEUXIEME TEXTE : COMMENTAIRE DE LA CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI, 8 décembre 2008
INSTRUCTION DIGNITAS PERSONAE SUR CERTAINES QUESTIONS DE BIOETHIQUE, N°1

A ce titre, il est important de rappeler le critère fondamental d’éthique formulé par l’Instruction Donum vitae pour juger toutes les questions morales qui concernent les interventions sur l’embryon humain : « Le fruit de la génération humaine dès le premier instant de son existence, c’est-à-dire à partir de la constitution du zygote, exige le respect inconditionnel moralement dû à l’être humain dans sa totalité corporelle et spirituelle. L’être humain doit être respecté et traité comme une personne dès sa conception, et donc dès ce moment, on doit lui reconnaître les droits de la personne.


TROISIEME TEXTE : EVANGELIUM VITAE 60, saint Jean-Paul II, 25 mars 1995

"60. Certains tentent de justifier l'avortement en soutenant que le fruit de la conception, au moins jusqu'à un certain nombre de jours, ne peut pas être encore considéré comme une vie humaine personnelle. En réalité, « dès que l'ovule est fécondé, se trouve inaugurée une vie qui n'est celle ni du père ni de la mère, mais d'un nouvel être humain qui se développe pour lui-même. Il ne sera jamais rendu humain s'il ne l'est pas dès lors.

A cette évidence de toujours... la science génétique moderne apporte de précieuses confirmations. Elle a montré que dès le premier instant se trouve fixé le programme de ce que sera ce vivant : une personne, cette personne individuelle avec ses notes caractéristiques déjà bien déterminées. Dès la fécondation, est commencée l'aventure d'une vie humaine dont chacune des grandes capacités demande du temps pour se mettre en place et se trouver prête à agir. Même si la présence d'une âme spirituelle ne peut être prouvée par aucun moyen expérimental, les conclusions de la science sur l'embryon humain fournissent « une indication précieuse pour discerner rationnellement une présence personnelle dès cette première apparition d'une vie humaine : comment un individu humain ne serait-il pas une personne humaine ? ».
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
scholasate

avatar

Masculin Messages : 1741
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Dim 09 Avr 2017, 16:40

Je ne comprends pas votre logique. Le texte dit très clairement que l'âme est créée en un instant, cela ne veut pas dire que cet instant est la génération du zygote. Je vous renvoie le conseil de relire calmement et sans a priori.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 84690
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Dim 09 Avr 2017, 16:48

Non : le texte dit que l'âme est créée au moment de l'apparition du zygote.

Le fruit de la génération humaine dès le premier instant de son existence, c’est-à-dire à partir de la constitution du zygote, exige le respect inconditionnel moralement dû à l’être humain dans sa totalité corporelle et spirituelle. 
Même si la présence d'une âme spirituelle ne peut être prouvée par aucun moyen expérimental, les conclusions de la science sur l'embryon humain fournissent « une indication précieuse pour discerner rationnellement une présence personnelle dès cette première apparition d'une vie humaine : comment un individu humain ne serait-il pas une personne humaine ? ».

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
monge - ancien



Masculin Messages : 4382
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Dim 09 Avr 2017, 17:32

Dès le moment de sa conception, la vie de tout être humain doit être absolument respectée, car l'homme est sur terre l'unique créature que Dieu a « voulue pour lui-même »

Ce bout de phrase mise en gras me gène! je sais que Dieu tout ce Dieu a fait c'est pour sa gloire, et donc Dieu a créer l'homme pour Lui Dieu pas pour l'homme lui même, ou bien alors quel sens VaticanII donne à cette expression?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 84690
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Dim 09 Avr 2017, 18:12

Monge la gloire de Dieu (qui crée "pour sa gloire"), c'est justement que c'est absolument gratuit. Car les créatures que nous sommes n'apportent aucune gloire à Dieu qui est parfait.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
scholasate

avatar

Masculin Messages : 1741
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Dim 09 Avr 2017, 21:44

Arnaud Dumouch a écrit:
Spoiler:
 
Vous mêlez deux textes différents, dont l'un exprime un point de vue pastoral (respect inconditionnel de l'embryon dès sa conception) et l'autre un point de vue philosophique, qui, à supposé même qu'il engage le magistère (ce qui est possible mais ne reflète pas une tradition constante et très ancienne), se prononce sur l'origine de la personne humaine, et non sur la création de l'âme. La création de l'âme demande une réflexion théologique, puisqu'elle se place du point de vue de Dieu; le respect de la personne humaine ne demande pas cet acte de foi.
On peut d'ailleurs se prononcer contre l'avortement pour d'autres raisons que théologiques. Savez-vous que la Corée du Nord interdit l'avortement depuis 2015 ?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 84690
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Dim 09 Avr 2017, 21:55

Le texte dit tout ce que vous dites au plan pastoral.

Et il engage le Magistère ordinaire infaillible sur deux points :

1° L'avortement tue une personne.
2° Cette personne reçoit son âme spirituelle à l'instant de sa conception, c'est-à-dire à l'étape du zygote.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
scholasate

avatar

Masculin Messages : 1741
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Lun 10 Avr 2017, 06:40

C'est une interprétation maximaliste, qui va contre l'esprit de la lettre, car vous justifiez l'accusation de meurtre, ce qui est extrêmement grave pour des femmes souvent victimes de violence masculine. Il faudrait y penser avant de condamner, car on se retrouve facilement, comme hommes surtout, dans le peau des pharisiens. Savez-vous, tiens, qu'en Pologne où l'avortement est interdit, les femmes qui avortent tout de même ne peuvent être poursuivies ? Ce sont les soignants qui le sont. Faites au moins cette distinction-là, par respect pour la misère des autres.
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 11186
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Lun 10 Avr 2017, 07:45

Ce débat est très intéressant . Pourquoi les autorités de l'UCL ne l'ont-elles pas entamé publiquement avec le professeur Mercier au lieu de le sanctionner d'emblée ?


_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 84690
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Lun 10 Avr 2017, 08:22

scholasate a écrit:
C'est une interprétation maximaliste, qui va contre l'esprit de la lettre, car vous justifiez l'accusation de meurtre, ce qui est extrêmement grave pour des femmes souvent victimes de violence masculine. Il faudrait y penser avant de condamner, car on se retrouve facilement, comme hommes surtout, dans le peau des pharisiens. Savez-vous, tiens, qu'en Pologne où l'avortement est interdit, les femmes qui avortent tout de même ne peuvent être poursuivies ? Ce sont les soignants qui le sont. Faites au moins cette distinction-là, par respect pour la misère des autres.

Le mot "meurtre" employé par l'Eglise est purement factuel (comme l'homicide).

C'est la notion d’assassinat volontaire (pleine connaissance et maîtrise) qui impliquerait un jugement fautif sur l'intention des parents qui avortent. Les parent ne font pas d’assassinat. Ils ne savent pas.

Bien sûr que s'ils savaient, ils ne le feraient pas.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Lun 10 Avr 2017, 11:12

boulo a écrit:
Ce débat est très intéressant . Pourquoi les autorités de l'UCL ne l'ont-elles pas entamé publiquement avec le professeur Mercier au lieu de le sanctionner d'emblée ?


certainement parce que c'est une affaire interne, entre la hiérarchie et le prof. qui n'était, il me semble, qu'un jeune intérimaire.

Ceux qui sont allés faire "mousser" cette affaire ne l'ont certainement pas fait dans une bonne intention (paroles de mon cousin qui est prof dans cette Université)

Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 84690
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Lun 10 Avr 2017, 11:22

Espérance a écrit:



certainement parce que c'est une affaire interne, entre la hiérarchie et le prof. qui n'était, il me semble, qu'un jeune intérimaire.

Ceux qui sont allés faire "mousser" cette affaire ne l'ont certainement pas fait dans une bonne intention (paroles de mon cousin qui est prof dans cette Université)


Il n'est pas un intérimaire mais un "maître de conférence" non nommé.

Il enseigne depuis 10 ans comme assistant à l'UCL.

Je le connais bien. Il traduit du saint Thomas pour le site Docteur angélique :

http://docteurangelique.free.fr/accueil/collaborateurs.html

L'affaire n'est absolument pas interne à l'université. Elle s'est fendu d'un commentaire, par la voix de Tania Van Hemelryck, conseillère du recteur « pour la politique du genre » (sic), engageant l’Université Catholique de Louvain en faveur de l’avortement.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Lun 10 Avr 2017, 14:43

Arnaud Dumouch a écrit:
Espérance a écrit:



certainement parce que c'est une affaire interne, entre la hiérarchie et le prof. qui n'était, il me semble, qu'un jeune intérimaire.

Ceux qui sont allés faire "mousser" cette affaire ne l'ont certainement pas fait dans une bonne intention (paroles de mon cousin qui est prof dans cette Université)


Il n'est pas un intérimaire mais un "maître de conférence" non nommé.

Il enseigne depuis 10 ans comme assistant à l'UCL.

Je le connais bien. Il traduit du saint Thomas pour le site Docteur angélique :

http://docteurangelique.free.fr/accueil/collaborateurs.html

L'affaire n'est absolument pas interne à l'université. Elle s'est fendu d'un commentaire, par la voix de Tania Van Hemelryck, conseillère du recteur « pour la politique du genre » (sic), engageant l’Université Catholique de Louvain en faveur de l’avortement.

Pardon pour mon erreur, il était "remplaçant de la professeure de philo" mais justement, s'il y avait 10 ans qu'il était "assistant à l"UCL", je trouve que c'est encore plus grave : c'est tout simplement de la provocation, il savait que ça allait sortir de l'UCL et faire les gros titres de certains médias.

Pour moi, c'est une faute professionnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 84690
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Lun 10 Avr 2017, 14:51

Espérance, vous croyez vraiment ce que vous dites ? Vous avez lu son texte ?

Vous expliquez comment que, à l'UCL, des textes aussi forts en faveurs de l'avortement ne sont jamais punis?

Comment expliquez vous le soutien des profs retraités et le silence des profs en activité ?




_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
scholasate

avatar

Masculin Messages : 1741
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Lun 10 Avr 2017, 16:35

Arnaud Dumouch a écrit:

Le mot "meurtre" employé par l'Eglise est purement factuel (comme l'homicide).

C'est la notion d’assassinat volontaire (pleine connaissance et maîtrise) qui impliquerait un jugement fautif sur l'intention des parents qui avortent. Les parent ne font pas d’assassinat. Ils ne savent pas.

Bien sûr que s'ils savaient, ils ne le feraient pas.
Le mot meurtre est employé par vous sous couvert de l'Eglise. J'ai dit ce que j'avais à dire. Bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
monge - ancien



Masculin Messages : 4382
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Lun 10 Avr 2017, 16:51

l'avortement est scientifiquement un meurtre, rien à voir avec la religion...
Revenir en haut Aller en bas
-ysov-

avatar

Masculin Messages : 16517
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Lun 10 Avr 2017, 18:14

Non.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 6499
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Lun 10 Avr 2017, 18:20

Arnaud Dumouch a écrit:
Espérance, vous croyez vraiment ce que vous dites ? Vous avez lu son texte ?

Voici le texte que j'invite chacun ici à lire :

http://ds.static.rtbf.be/article/pdf/pro-life-1-1-1490093097.pdf
Revenir en haut Aller en bas
https://www.i-services.com
Gabriel
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 6499
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Lun 10 Avr 2017, 18:21

scholasate a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:

Le mot "meurtre" employé par l'Eglise est purement factuel (comme l'homicide).

C'est la notion d’assassinat volontaire (pleine connaissance et maîtrise) qui impliquerait un jugement fautif sur l'intention des parents qui avortent. Les parent ne font pas d’assassinat. Ils ne savent pas.

Bien sûr que s'ils savaient, ils ne le feraient pas.
Le mot meurtre est employé par vous sous couvert de l'Eglise. J'ai dit ce que j'avais à dire. Bonsoir.

L'embryon comme le foetus est un être humain au premier stade de son développement. Il s'agit d'une vie autonome et indépendante de celle de sa mère. Mettre fin à cette vie est donc bel et bien un meurtre et ce n'est pas la religion qui nous l'enseigne mais la science et la raison.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.i-services.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Lun 10 Avr 2017, 19:07

Arnaud Dumouch a écrit:
Spoiler:
 



Du côté de l’Alma Mater néolouvaniste, on souligne que M. Mercier a été entendu. "L’instruction du dossier est clôturée et a abouti à une proposition de sanction disciplinaire. L’intéressé en a été immédiatement informé. Des recours sont autorisés par la procédure et ses enseignements restent suspendus jusqu’à la décision finale. Cette procédure, qui relève de la relation contractuelle entre un employeur et son employé, s’est déroulée, de la part de l’UCL, dans la plus stricte confidentialité afin de respecter les droits des personnes concernées".

Liberté académique


Selon l’UCL "la liberté académique est un fondement de nos missions. Nous tenons à rappeler notre profond attachement au rôle de l’université comme animatrice de débats et d’échanges, y compris sur des questions controversées. Ce rôle, essentiel pour la formation de citoyens critiques et responsables, ne peut s’exercer pleinement qu’en garantissant l’expression sereine et respectueuse de différents points de vue et dans des cadres fondés sur la rigueur scientifique. C’est dans cet esprit que l’université a instruit les plaintes qui lui ont été adressées".

"L'UCL est d'abord une université"

Vincent Hanssens, professeur émérite de l’UCL est ancien secrétaire général de la Fédération internationale des universités catholiques.

Il est bien placé pour analyser les remous suscités dans certains milieux par la mise à l’écart de Stéphane Mercier.
"Les réactions, souvent acerbes, qui s’expriment au sujet de l’affaire m’incitent à un double commentaire.

D’abord sur la nature, les tâches et les responsabilités d’une université catholique. Il y a, une fois de plus une confusion entre une telle université et une institution ecclésiale, un séminaire notamment, chargée de la formation de clercs et laïcs.

L’université catholique, et ce d’autant plus qu’elle n’est pas pontificale, n’est pas, à l’inverse du séminaire, une institution d’Eglise mais une institution dans l’Eglise.

Selon notre interlocuteur "elle assure un enseignement axé fondamentalement sur la recherche scientifique et non sur la Révélation, ce qui ne l’empêche guère de s’interroger sur les rapports entre foi et raison, de retenir la dimension de la spiritualité dans la formation des étudiants et de faire son travail de recherche en ne négligeant pas les acquis de la foi, s’il y a lieu, mais en ne s’y soumettant pas. Elle est université avant d’être catholique".

Il y a encore une autre confusion aux yeux de Vincent Hanssens…

"Il faut distinguer débat universitaire et débat politique. L’université est-elle un lieu de débat ? Oui… mais ce terme est souvent ambigu car il a fréquemment une connotation politique. La "faute" du Pr Mercier est de les avoir confondus et de s’être livré à un discours politique dans le cadre d’un enseignement universitaire. C’est un manquement déontologique grave.

Il a "perverti", entendez : détourné de ses fins une fonction essentielle de l’université, se servant de ce contexte d’enseignement et de son autorité morale de professeur pour faire passer une opinion personnelle, qu’il a le droit d’exprimer librement, mais pas dans ce contexte. Si débat il y a dans le cadre d’un enseignement, il ne peut être que scientifique".

Un débat plus politique qu’universitaire

Pour le Pr Hanssens "il doit reposer sur la confrontation de recherches pouvant prêter à interprétations et à opinions diverses. Un débat "pour ou contre" est davantage politique qu’universitaire. Les autorités ont eu raison de suspendre son enseignement tant que l’analyse de la situation est en cours".

Sous la direction de Vincent Hanssens est paru aux Editions Mols "De l’emprise à la liberté", un ouvrage éclairant sur les dérives sectaires dans l’Église. On y reviendra.

http://www.lalibre.be/actu/belgique/la-faute-du-pr-mercier-est-de-s-etre-livre-a-un-discours-politique-dans-le-cadre-d-un-enseignement-universitaire-58e12eb0cd70812a652ecf1f
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Lun 10 Avr 2017, 19:12

Avortement: Monseigneur Delville juge caricaturale la position de Stéphane Mercier

La rédaction Publié le dimanche 09 avril 2017 à 15h21 - Mis à jour le dimanche 09 avril 2017 à 16h00

Après l’UCL, c’est au tour des évêques belges de prendre leurs distances avec les propos de Stéphane Mercier, le professeur de philosophie qui, à Louvain-la-Neuve, avait comparé l’avortement à un meurtre. 

Sur le plateau de l’émission ‘A votre avis’ce dimanche sur la RTBF, Mgr Delville a replacé ce débat sur le terrain de la philosophie, en trouvant l’approche de Stéphane Mercier “ pas complètement satisfaisante”.

Pour l’évêque de Liège, l’enseignant n’aurait pas dû se contenter d’une approche privilégiant la seule philosophie de la nature, au détriment de la philosophie existentielle. 

Pour lui dès lors, l’UCL a pris la bonne décision en suspendant le cours.

Cette décision était “ inévitable”, tant l’approche pédagogique de Stéphane Mercier était inappropriée a jugé Mgr Delville. “ Il a été tellement caricatural dans sa position qu’il a soulevé son auditoire contre lui. Il s’est mis dans une position impossible à tenir.”

Notons que l’évêque de Liège a rappelé que l’avortement restait un homicide aux yeux de l’Église, mais qu’il ne pouvait jamais être consédéré sans envisager la situation de la mère.


http://www.lalibre.be/actu/belgique/avortement-monseigneur-delville-juge-caricaturale-la-position-de-stephane-mercier-58ea3045cd70e80512bf6717
Revenir en haut Aller en bas
-ysov-

avatar

Masculin Messages : 16517
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Lun 10 Avr 2017, 19:17

Bah, c'est comme le rat, la rate n'hésitera pas à dévorer les petits si trop stressée. Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
monge - ancien



Masculin Messages : 4382
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Lun 10 Avr 2017, 19:27

Et pourquoi dire que l'avortement est un meurtre ne serait pas avis objectif et scientifique ? mais ces gens sortent d'où?
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 14961
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Lun 10 Avr 2017, 20:27

Espérance a écrit:
Spoiler:
 

La lacheté de cet évèque est à vomir! On en a marre de ces laches!

Tous ceux qui même par des paroles contribuent à ce que bras et jambes soient arrachés à des bébés en répondront devant Dieu! Et ce ne sera que justice!

Faire du mal à un enfant est le pire des infamies! Malheur à ces gens là! Malheur à eux!
Revenir en haut Aller en bas
-ysov-

avatar

Masculin Messages : 16517
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Lun 10 Avr 2017, 22:44

monge a écrit:
Et pourquoi dire que l'avortement est un meurtre ne serait pas avis objectif et scientifique ? mais ces gens sortent d'où?

Il y a des femmes qui en subissant une fausse couche, en sont soulagées... Du point de vue strictement scientifique,
un avortement très tôt, n'a aucune incidence pour le foetus en lui-même, donc aucune souffrance. Mais dans un point
de vue spirituel, religieux, qui n'est pas scientifique, mais du domaine de la foi, c'est volontairement contrecarrer
un humain en devenir et ainsi, en logique catholique, les limbes doivent déborder depuis 50 ans... Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
RenéMatheux



Masculin Messages : 14961
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Mar 11 Avr 2017, 08:18

-ysov- a écrit:
monge a écrit:
Et pourquoi dire que l'avortement est un meurtre ne serait pas avis objectif et scientifique ? mais ces gens sortent d'où?

Il y a des femmes qui en subissant une fausse couche, en sont soulagées... Du point de vue strictement scientifique,
un avortement très tôt, n'a aucune incidence pour le foetus en lui-même, donc aucune souffrance.
Cela vous n'en savez strictement rien!

Dès que le bébé reagit, il peut y avoir souffrance.
En plus le siège de la souffrance est sans doute l'ame. Et qui vous dit que cet acte infame ne cause aucune souffrance?
Revenir en haut Aller en bas
monge - ancien



Masculin Messages : 4382
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Mar 11 Avr 2017, 08:43

-ysov- a écrit:
monge a écrit:
Et pourquoi dire que l'avortement est un meurtre ne serait pas avis objectif et scientifique ? mais ces gens sortent d'où?

Il y a des femmes qui en subissant une fausse couche, en sont soulagées... Du point de vue strictement scientifique,
un avortement très tôt, n'a aucune incidence pour le foetus en lui-même, donc aucune souffrance.

Mais c'est incroyable ces raisonnement là! depuis quand il faudrait souffrir pour qu'on puisse parler d’homicide? si je tue quelqu'un sans qu'il ne souffre ce n'est pas un homicide? Pourquoi les gens perdent leur raison,, leur bon sens élémentaire quand il s'agit de l'avortement?
L'avortement est un homicide c'est une vérité scientifique élémentaire....
Seulement dans certain pays on ne fait pas de cet homicide un crime, mais un droit.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 6499
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Mer 12 Avr 2017, 16:53

Ce qui est certain c'est qu'au niveau de Dieu c'est bien un meurtre. Nous sommes ici sur terre pour apprendre à aimer, à retrouver l'image divine inscrite en nous. Si comme le croit l'Eglise Dieu donne à l'homme une âme dès le tout premier moment de sa conception, nul n'a le droit de retirer cette vie si ce n'est Dieu qui en est l'origine et la fin. L'avortement quel que soit le moment où il est pratiqué prive une âme de ce temps de croissance spirituelle à travers l'incarnation, temps de croissance nécessaire pour retrouver le chemin vers le Père. Dès lors même s'il faut toujours discerner l'acte de la personne, ne dédramatisons ni ne relativisons jamais l'avortement qui est un crime abominable aux yeux de Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.i-services.com
Gabriel
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 6499
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Mer 12 Avr 2017, 16:57

En marge de l’affaire Mercier : Université et Vérité

Dans un discours qu'il devait prononcer à la « Sapienza » de Rome le 17 janvier 2008, mais que celle-ci a refusé d’entendre, le pape Benoît XVI a posé la question du rapport entre l'université, la raison, la vérité et la foi.

Sa leçon manquée ne s'adressait pas à une université catholique mais à une université d'état, ce qui met en relief la portée universelle de son propos. Le souverain pontife part d'un principe: l'université comme communauté scientifique, l'Eglise comme communauté de croyants, cherchent toutes deux la vérité, dans une démarche autonome. La question est alors de savoir si, du fait de cette autonomie, elles n'ont rien à se dire, à apprendre l'une de l'autre. On pense par exemple, ici, aux enjeux de l'affaire Galilée  ou à ceux de la bioéthique.

En premier lieu, précise le pape, l'Eglise a pour mission de maintenir la communauté des croyants sur le chemin vers Dieu indiqué par Jésus. Mais la foi n'appartient pas pour autant à la seule sphère privée ou subjective. Elle entretient des rapports avec la raison éthique universelle qui, affirme-t-il, s'impose à l'humanité. Et ceci concerne directement le monde universitaire qui puise son origine dans la soif de connaissance propre à l'homme.

Comme Socrate, dans son dialogue avec Euthyphron , les premiers chrétiens ont compris leur foi comme une dissipation du brouillard de la religion mythologique: ils accueillent comme une partie de leur identité la recherche difficile de la raison pour parvenir à la vérité toute entière.

C'est ainsi que l'université a pu et dû naître dans le cadre de la foi chrétienne.

Mais, comme l'a observé saint Augustin, le simple savoir rend triste car la vérité est plus que le savoir, c'est connaître le bien. C'est le sens de la question de Socrate à Euthyphron: quel est le bien qui nous rend vrais ? La vérité rend bon et la bonté est vraie. Le Logos se révèle aussi comme le Bien et Benoît XVI conclut: la raison publique universelle qui fonde la démarche universitaire ne peut évacuer cette dimension de la recherche du vrai.

L'université est confrontée à la juste relation entre connaître et agir: la médecine scientifique inscrit l'art de guérir dans la rationalité, le droit pose la question de la justice et de la liberté.

A ce point du raisonnement, le pape pose, avec Habermas (1), la question du conflit entre ce qu'il appelle la "sensibilité aux intérêts particuliers" et la "sensibilité à la vérité" comme concept nécessaire dans le processus d'argumentation. Poser cette question, c'est introduire dans le débat, pour en justifier le rôle, les facultés de philosophie et de théologie auxquelles, précise le Saint-Père, l'université, dès le moyen âge, a confié la recherche sur l'existence humaine dans sa totalité, avec une vive sensibilité pour la vérité.

Qu'est-ce qu'une raison vraie ? Il n'y a pas de réponse toute faite, observe Benoît XVI, mais la philosophie ne recommence pas chaque fois du point zéro d'un sujet pensant de manière isolée. Elle s'inscrit dans le dialogue du savoir historique et, à ce titre, elle ne doit pas se fermer à ce que les religions et, en particulier, la foi chrétienne ont reçu et donné à l'humanité comme indication du chemin. Parmi les choses dites au cours de l'histoire par les théologiens, plusieurs étaient fausses et nous troublent mais, en même temps, l'humanisme de la foi chrétienne constitue une instance pour la raison publique, un encouragement vers la vérité, une force purificatrice contre la pression du pouvoir et des intérêts.

Le danger qui menace aujourd'hui les sciences exactes et, à travers elles, les sciences humaines c'est de baisser les bras face à la question de la vérité: la raison se plie face à la pression des intérêts, elle est contrainte de reconnaître l'utilité comme critère ultime; la philosophie se dégrade en positivisme; la théologie se confine dans la sphère privée d'un groupe; la raison, sourde au grand message de la sagesse et de la foi chrétiennes, se dessèche dans le cercle étroit de ses propres argumentations: elle se décompose et se brise.

Oui, l'Eglise a un rôle vis-à-vis du monde universitaire: l'aider à maintenir vive la sensibilité à la vérité, inviter la raison à se mettre à la recherche du vrai et du bien pour découvrir finalement, en toute liberté, Celui qui est le chemin, la vérité et la vie.

Un tel discours (2) s'impose avec plus de force encore, faut-il le dire, aux universités qui entretiennent des liens structurels avec l'Eglise, impliquant des devoirs spécifiques à l'égard de la communauté des croyants. C'est ce qu’au même moment Mgr Michel Schooyans a encore rappelé avec vigueur le 30 janvier 2008 à Neufchâteau, en célébrant la messe grégorienne des obsèques de Monseigneur Edouard Massaux, ancien recteur de l'Université Catholique de Louvain (U.C.L.). Désapprouvant les dérives sécularistes de cette université, le défunt avait exclu, dans ses dernières volontés, toute présence officielle (cardinal grand chancelier, pouvoir épiscopal organisateur, conseil d'administration, conseil académique) à ses funérailles

Dans sa prédication remarquable (3), Monseigneur Schooyans, a notamment rappelé que le recteur Massaux "connaissait les pièges entrelacés du scientisme, des idéologies, du relativisme et du scepticisme corrosif". Pour lui, "sciences de la nature et sciences humaines étaient deux grands portiques ouverts à l'espérance et à la lumière: à ses yeux, comme aux yeux de Benoît XVI, la raison elle-même devait être sauvée. Comme saint Augustin, il considérait que pour l'homme il n'y a de pleine lumière que là où la grâce en a déjà ouvert le chemin" et "dans ce monde universitaire où les hommes ont souvent une estime fort flatteuse d'eux-mêmes, Massaux jugeait qu'il devait y avoir place pour le don que Jésus offrait à la  Samaritaine de l'Evangile: ce don, c'est ce que nous appelons la foi".

Près de dix ans plus tard, ces témoignages forts n’ont rien perdu de leur actualité : ils interpellent une fois de plus le monde académique et singulièrement les universités qui se parent du nom de «  catholique » .

http://belgicatho.hautetfort.com/archive/2017/04/12/en-marge-de-l-affaire-mercier-universite-et-verite-5932231.html
Revenir en haut Aller en bas
https://www.i-services.com
Gabriel
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 6499
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Mer 12 Avr 2017, 17:02

Le Père Xavier Dijon vient en renfort à Stéphane Mercier en rappelant ce qu'est le rôle de l'Université

http://belgicatho.hautetfort.com/archive/2017/04/10/le-pere-xavier-dijon-vient-en-renfort-a-stephane-mercier-en-5931651.html

Avortement : adopter une attitude molle et libérale n'est pas une attitude de miséricorde

http://belgicatho.hautetfort.com/archive/2017/04/10/avortement-adopter-une-attitude-molle-et-liberale-n-est-pas-5931557.html
Revenir en haut Aller en bas
https://www.i-services.com
scholasate

avatar

Masculin Messages : 1741
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Mer 12 Avr 2017, 17:45

Le problème n'est pas l'amour contre la vérité, mais la vérité contre le mensonge. Quand on prétend que la création de l'âme humaine à l'instant de la génération du zygote est un dogme de l'Eglise catholique, on profère un mensonge.

Il y a vraiment de meilleurs arguments, philosophiques, contre l'avortement que cette affirmation théologique outrancière.

Et de nouveau j'invite les personnes douées de réflexion théologique à méditer sur le chiffre de (au moins) 50% de fausses couches (la plupart spontanées) – voir p. ex. https://fr.wikipedia.org/wiki/Fausse_couche). Il faut expliquer d'abord comment ce serait possible, du point de vue du projet divin, si tous ces foetus étaient doués d'une âme. Il y a un relent de gnose dans l'affirmation "l'âme humaine est créée à l'instant de la génération du zygote" si la plupart de ces âmes supposées ne naissent pas, à cause des lois de la nature pourtant établies par Dieu. Cela revient à dire que le monde est pourri, que les lois de la nature sont tellement abîmées (par le péché originel, etc.) que cela ne sert à rien de vivre ici-bas. C'est de la gnose, point barre.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 84690
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Mer 12 Avr 2017, 17:47

scholasate a écrit:
Spoiler:
 


M'enfin scholasate ! Lisez !


Voici en trois textes du Magistère de l’Eglise, la solution à ces deux points essentiels (en rouge : la question de l’âme et du moment de sa création) :
 
PREMIER TEXTE : Instruction DONUM VITAE 6, saint Jean-Paul II, 1987
 
SUR LE RESPECT DE LA VIE HUMAINE NAISSANTE ET LA DIGNITÉ DE LA PROCRÉATION.
RÉPONSES A QUELQUES QUESTIONS D'ACTUALITÉ
 [...] 6. Dès le moment de sa conception, la vie de tout être humain doit être absolument respectée, car l'homme est sur terre l'unique créature que Dieu a « voulue pour lui-même » [16] et l'âme spirituelle de tout homme est « immédiatement créée » par Dieu [17] ; tout son être porte l'image du Créateur. 
[...]
Quel respect doit-on à l'embryon humain, compte tenu de sa nature et de son identité ?
 
L'être humain doit être respecté — comme une personne — dès le premier instant de son existence.
 
C'est pourquoi le fruit de la génération humaine dès le premier instant de son existence, c'est-à-dire à partir de la constitution du zygote, exige le respect inconditionnel moralement dû à l'être humain dans sa totalité corporelle et spirituelle. L'être humain doit être respecté et traité comme une personne dès sa conception, et donc dès ce moment on doit lui reconnaître les droits de la personne, parmi lesquels en premier lieu le droit inviolable de tout être humain innocent à la vie."
 
 
DEUXIEME TEXTE : EVANGELIUM VITAE 60, saint Jean-Paul II, 25 mars 1995
 
"60. Certains tentent de justifier l'avortement en soutenant que le fruit de la conception, au moins jusqu'à un certain nombre de jours, ne peut pas être encore considéré comme une vie humaine personnelle. En réalité, « dès que l'ovule est fécondé, se trouve inaugurée une vie qui n'est celle ni du père ni de la mère, mais d'un nouvel être humain qui se développe pour lui-même. Il ne sera jamais rendu humain s'il ne l'est pas dès lors.
 
A cette évidence de toujours... la science génétique moderne apporte de précieuses confirmations. Elle a montré que dès le premier instant se trouve fixé le programme de ce que sera ce vivant : une personne, cette personne individuelle avec ses notes caractéristiques déjà bien déterminées. Dès la fécondation, est commencée l'aventure d'une vie humaine dont chacune des grandes capacités demande du temps pour se mettre en place et se trouver prête à agir. Même si la présence d'une âme spirituelle ne peut être prouvée par aucun moyen expérimental, les conclusions de la science sur l'embryon humain fournissent « une indication précieuse pour discerner rationnellement une présence personnelle dès cette première apparition d'une vie humaine : comment un individu humain ne serait-il pas une personne humaine ? ».
 
 
TROISIEME TEXTE : COMMENTAIRE DE LA CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI, 8 décembre 2008
INSTRUCTION DIGNITAS PERSONAE SUR CERTAINES QUESTIONS DE BIOETHIQUE, N°1
 
A ce titre, il est important de rappeler le critère fondamental d’éthique formulé par l’Instruction Donum vitae 6 pour juger toutes les questions morales qui concernent les interventions sur l’embryon humain : « Le fruit de la génération humaine dès le premier instant de son existence, c’est-à-dire à partir de la constitution du zygote, exige le respect inconditionnel moralement dû à l’être humain dans sa totalité corporelle ET SPIRITUELLE. L’être humain doit être respecté et traité comme une personne dès sa conception, et donc dès ce moment, on doit lui reconnaître les droits de la personne.
 
 
4° QUATRIEME TEXTE : DISCOURS A L’ACCADEMIE PONTIFICALE DE LA VIE, DECLARATION FINALE DE LA DOUZIEME ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, le 27 Février 2006
En l’occasion de l'Assemblée générale XII, l'Académie pontificale pour la vie a célébré un congrès international sur le thème : "L'embryon humain dans la phase préimplantatoire des aspects scientifiques et considérations bioéthiques.". À la fin des travaux, l'Académie pontificale pour la Vie veut à offrir à la communauté ecclésiale et de la société civile dans son ensemble quelques réflexions sur ce qui était l’objet d’une réflexion. 
 
1.LA GRAVITE DE CETTE QUESTION
 
Tout le monde sait qu'une grande partie du débat bioéthique contemporaine, en particulier au cours des dernières années, a mis l’accent sur ​​la réalité de l'embryon humain, que ce soit considéré en lui - même et par rapport aux actions des autres êtres humains autour de lui. Ceci est bien expliqué envisage le multiple (scientifique, philosophique, éthique, religieux, législatif, économique, idéologique, etc.) implications liées à ces domaines inévitablement catalyser des intérêts différents, ainsi que d'attirer l'attention de ceux qui cherchent pour un agir de manière éthique authentique. Par conséquent, il est inévitable de faire face à une question fondamentale : " qui ou quoi ? est l'embryon humain", dans le but de tirer une réponse cohérente à ce que les critères d'interrogation d'action qui respectent pleinement la vérité intégrale de l'embryon lui - même. À cette fin, selon la méthodologie bioéthique correcte, il est nécessaire d’abord de tous à regarder les données qui met à la disposition de la science la plus courante, ce qui permet de nous à connaître en détail les différents processus par lequel un nouvel être humain commence sa l’existence. Ces données doivent ensuite être soumis à l'interprétation anthropologique afin de mettre en évidence leurs significations et des valeurs émergentes, qui, enfin, référence doit être faite pour établir les normes morales pour l’action pratique et praxis opérationnel. 
 
2. APPROCHE SCIENTIFIQUE
 
Ainsi, à la lumière des plus récentes réalisations de l’embryologie, vous pouvez définir quelques points essentiels universellement reconnus :
 
a) Le moment marque le début de l'existence d'un nouveau « être humain » est constitué par la pénétration des spermatozoïdes dans l’ovocyte. La fécondation induit toute une série d'événements articulés et transforme la cellule oeuf dans un "zygote". Chez l’homme tomber dans, le noyau du sperme (y compris dans la tête) et un centriole (qui va jouer un rôle décisif dans la formation du fuseau mitotique dans l'acte de la première division cellulaire) ; Il est en dehors de la membrane plasmique. Le noyau mâle subit des changements biochimiques et structurelles profondes qui dépendent sur ​​le cytoplasme ovulaire et prédispose le rôle que le génome mâle va immédiatement commencer à se développer. En effet, nous assistons à la décondensation de la chromatine (induite par des facteurs synthétisés dans les dernières étapes de l’ovogenèse) qui rend possible la transmission des gènes paternels. L'ovocyte, après l’admission de sperme complète sa seconde division méiotique et expulse le deuxième corps polaire, ce qui réduit son génome un nombre haploïde de chromosomes afin de reconstituer, avec les chromosomes introduits par le noyau mâle de la caractéristique du caryotype de l'espèce. À la fois, il effectue une « activation » du point de vue métabolique, avec une vue de la première mitose. Il est toujours l'environnement cytoplasmique de l'ovocyte qui induit centriole du spermatozoïde à dupliquer elle-même, ce qui constitue le centrosome du zygote. Ce double centrosome avec une vue de la constitution des microtubules qui va constituer le fuseau mitotique. Les deux mis en chromosomiques le fuseau mitotique sont déjà formés et disposés en Equateur dans la position de métaphase. Les autres phases de la mitose et enfin le cytoplasme se divise et le zygote donne la vie aux deux premiers blastomères. L'activation du génome embryonnaire est probablement un processus graduel. Dans l'embryon de cellules humaines sept gènes sont déjà actifs ; d’autres sont exprimés dans le passage de la phase de zygote à celle de deux cellules. 
 
b) la biologie, et plus particulièrement embryologie, fournit la documentation d'une direction déterminée du développement : ce qui signifie que le processus est "orienté" -in Time- dans le sens d'une différenciation progressive et l’acquisition de la complexité et ne peut pas régresser à partir des stades déjà terminé. 
 
c) un autre point acquis avec les premières phases de développement est l’« autonomie » du nouvel être dans le processus d'auto-réplication de son matériel génétique. 
 
d) sont aussi étroitement liée à la propriété de " continuité " les caractéristiques de "gradualité" (étape nécessaire dans le temps d'une moins différenciée à la phase la plus différenciée) et « coordination » du développement (existence de mécanismes qui régulent dans un processus de développement ensemble unitaire).
 
 
Ces propriétés ont été presque oubliées au début dans le débat bioéthique. Aujourd’hui, on leur accorde une plus grande importance dans ces derniers temps, en raison des résultats positifs que la recherche offre sur la dynamique du développement embryonnaire, même dans la phase de « morula » qui précède la formation du blastocyste. Toutes ces tendances est la base pour interpréter le zygote comme un « organisme » primordial (unique - organisme unicellulaire) qui exprime toujours son potentiel de développement grâce à une intégration continue, d’abord parmi les différents composants internes et entre les cellules qui les résultats dans progressivement. L'intégration est à la fois morphologique et biochimique. Les recherches menées depuis quelques années permettent d’apporter de nouvelles "preuves" de ces réalités. 
 
3. APPROCHE PHILOSOPHIQUE
 
Ces réalisations de l’embryologie moderne ont besoin d’être soumis à une analyse du philosophique et interprétation anthropologique dans le but de percevoir les grandes valeurs que chaque être humain, même à l'état embryonnaire, transporte et exprime. Par conséquent, on est confronté à la question fondamentale du statut moral de l'embryon. On sait que, parmi les différentes propositions herméneutiques présentes dans le débat bioéthique en cours, ont déclaré à plusieurs reprises du développement embryonnaire humain qui unissent l'attribution à elle d’un statut moral, souvent pour des motifs fondés sur des critères « extrinsèques » (c’est-à-dire fondés sur des facteurs externes à l’embryon lui-même). Mais cette approche ne convient pas d'identifier réellement le statut moral de l'embryon, puisque tout jugement possible finit par être basée sur tout à fait classique et arbitraire. Dans le but de formuler une opinion plus objective sur la réalité de l'embryon humain et, par conséquent, déduire des indications éthiques, il faut plutôt prendre en considération des critères qui sont « intrinsèque » à l’embryon lui - même, à partir précisément avec les données que les connaissances scientifiques mettent à notre disposition. D'eux, on peut dire que l'embryon humain dans la phase préimplantatoire est : 
 
a) un être de l'espèce humaine ; 
 
b) un être individuel ; 
 
c) un être qui possède en lui-même la finalité de se développer comme une personne humaine ainsi que de la capacité intrinsèque pour atteindre un tel développement. De tout cela, nous pouvons conclure que l'embryon humain au stade de la pré-implantation est déjà vraiment une personne ? 
 
 
4. LA FOI S’EN TROUVE CONFORTEE
 
De toute évidence, étant une interprétation philosophique, la réponse ferme à cette question dépendra (pour l’Eglise) de « la foi définie », tout en restant ouverte, en tout cas, à d’autres considérations. Pourtant, précisément à partir de données biologiques qui sont disponibles, nous croyons qu'il n'y a aucune raison importante de nier que l'embryon est une personne déjà à ce stade. De Bien sûr, cela suppose une interprétation du concept de la personne d’un genre important, à savoir, sur la base de la même nature humaine en tant que telle, riche en potentiel qui seront exprimés au cours du développement embryonnaire et après la naissance. À l’appui de cette position devrait être noté que la théorie de l’animation immédiate, appliquée à tout être humain qui vient à l’existence, est pleinement compatible avec sa réalité biologique (comme dans la continuité "substantielle" avec la pensée de la Tradition). "Par toi mon Dieu, mes reins ont formé. Tu m'as tissé dans le sein dans ma mère. Je te remercie pour le prodige que je suis ! Merveille que tes œuvres et mon âme le connaît pleinement." dit le Psaume (Ps 139, 13-14), se référant à l'intervention directe de Dieu dans la création de l'âme de chaque nouvel être humain. 
 
En conséquence, du point de vue moral, au-dessus de toute considération de la personnalité de l'embryon humain, on doit reconnaître qu’on est tout simplement être dans la présence d'un être humain (et il serait suffisant même le doute d'être en sa présence). Cela exige à son égard le plein respect de leur intégrité et de la dignité : toute conduite qui pourrait en quelque sorte constituer une menace ou d’une infraction à ses droits fondamentaux, le premier qui est le droit à la vie, il doit être considéré comme un acte gravement immoral.
 
 
En conclusion, nous faisons nos propres paroles du Saint-Père Benoît XVI a parlé dans son discours à notre congrès : « l'amour de Dieu ne fait pas la différence entre la nouvelle conception, encore dans sa mère l ‘utérus et l'enfant ou d'un jeune ou d’âge mûr homme ou le vieil homme. Il ne fait aucune différence, parce que chacun voit l'empreinte de sa propre image et ressemblance (cf. Gn 1 : 26). Il ne fait aucune différence, parce que tout reflète le visage de son Fils unique, en qui « nous a choisis avant la création du monde (...), nous destiné à être ses enfants adoptifs (...), selon le plaisir de sa volonté » (Eph 1 : 4-6)" 
 
(Discours aux participants à l'assemblée générale de l'Académie pontificale pour la vie et le Congrès international sur "l'embryon humain dans la phase préimplantatoire".
 
27 Février 2006 : L'Osservatore Romano, édition en langue espagnole, le 3 Mars 2006, p 4).

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
scholasate

avatar

Masculin Messages : 1741
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Mer 12 Avr 2017, 18:06

Cela ne sert à rien d'essayer de noyer le poisson. Vos textes vont dans le même sens: respect inconditionnel de l'embryon dès l'instant de sa conception. C'est un point de vue morale et, en l'espèce, pastoral. Maintenant ce respect est fondé sur une anthropologie de la personne humaine que l'on peut partager même sans avoir la foi (ce n'est donc pas d'abord une affirmation théologique), à savoir que le corps humain est animé par un principe éternel, disons l'âme. Après, il est impossible de faire de cette affirmation un dogme ex professo, ex cathedra (enfin appelez ça comme vous voulez je ne suis pas un spécialiste du jargon théologique). En effet, il y a trop de raisons de penser que l'âme ne s'unit pas (nécessairement) au corps au moment de la conception: les plus de 50% de fausses couches, la tradition de l'Eglise (spécialement thomiste !), etc.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 84690
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Mer 12 Avr 2017, 18:09

Incroyable ! Bien sûr qu'il y a le respect inconditionnel.

Mais vous ne voyez pas la différence avec le respect d'un chien ou d'un chat : "PERSONNE HUMAINE, ÂME SPIRITUELLE" "CREATION", ZYGOTE" INSTANT DE LA CONCEPTION" " ? Vous voulez quoi de plus ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
scholasate

avatar

Masculin Messages : 1741
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Mer 12 Avr 2017, 18:13

Je veux une phrase du magistère disant: l'âme s'unit au corps au moment de la conception (du zygote).

Pas peut-être, mais sûrement.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 84690
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Mer 12 Avr 2017, 18:21

Citation de Domum Vitae 6 :

L'âme spirituelle de tout homme est « immédiatement créée » par Dieu [17] (...) L'être humain doit être respecté — comme une personne — dès le premier instant de son existence, c'est-à-dire à partir de la constitution du zygote,(...) dès ce moment on doit lui reconnaître les droits de la personne, parmi lesquels en premier lieu le droit inviolable de tout être humain innocent à la vie.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
scholasate

avatar

Masculin Messages : 1741
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Mer 12 Avr 2017, 18:34

Bon, là c'est vous qui ne savez pas lire. Mais je sens qu'on va y arriver. Je reprends:
Premier point (extrait du § 5 de l'introduction):
#L'âme spirituelle de tout homme est « immédiatement créée » par Dieu [Cf. Pie XII, Enc. Humani Generis: AAS 42 (1950) 575; Paul VI, Solennelle Profession de Foi, 30 juin 1968: AAS 60 (1968) 436.]
C'est une affirmation théologique qui ne me fait pas problème ici. La question c'est quand. On n'en sait rien. C'est tout.
Deuxième point (extrait du chapitre 1, dans la réponse à la question: "Quel respect doit-on a l'embryon humain, compte tenu de sa nature et de son identite ?"
#(...) L'être humain doit être respecté — comme une personne — dès le premier instant de son existence, c'est-à-dire à partir de la constitution du zygote,(...) dès ce moment on doit lui reconnaître les droits de la personne, parmi lesquels en premier lieu le droit inviolable de tout être humain innocent à la vie.
C'est une affirmation philosophique. Je suis tout à fait d'accord.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 84690
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Mer 12 Avr 2017, 18:51

Je vois. Vous vous dites : Que l'âme soit créée par la main de Dieu, pas de problème. Mais rien ne me dit si elle est immédiatement créée (en terme d'instant) à la conception.


Certains ont fait cette objection. Alors saint Jean-Paul II a répondu :


Citation :

DEUXIEME TEXTE : EVANGELIUM VITAE 60, saint Jean-Paul II, 25 mars 1995

"60. Certains tentent de justifier l'avortement en soutenant que le fruit de la conception, au moins jusqu'à un certain nombre de jours, ne peut pas être encore considéré comme une vie humaine personnelle. En réalité, « dès que l'ovule est fécondé, se trouve inaugurée une vie qui n'est celle ni du père ni de la mère, mais d'un nouvel être humain qui se développe pour lui-même. Il ne sera jamais rendu humain s'il ne l'est pas dès lors.

A cette évidence de toujours... la science génétique moderne apporte de précieuses confirmations. Elle a montré que dès le premier instant se trouve fixé le programme de ce que sera ce vivant : une personne, cette personne individuelle avec ses notes caractéristiques déjà bien déterminées. Dès la fécondation, est commencée l'aventure d'une vie humaine dont chacune des grandes capacités demande du temps pour se mettre en place et se trouver prête à agir. Même si la présence d'une âme spirituelle ne peut être prouvée par aucun moyen expérimental, les conclusions de la science sur l'embryon humain fournissent « une indication précieuse pour discerner rationnellement une présence personnelle dès cette première apparition d'une vie humaine : comment un individu humain ne serait-il pas une personne humaine ? ».

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
RenéMatheux



Masculin Messages : 14961
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Mer 12 Avr 2017, 19:40

scholasate a écrit:
Spoiler:
 

Ce genre d'objection est hyper ignoble et débile.

débile parce que si l'embryon a son ame à l'instant, pourquoi ne l'a t  il pas à l'instant t-1?

Ignoble parce que ce que vous dites revient à dire qu'à un moment on peut tuer ce bébé, car on sait pas si il est un bébé. Vous ouvrez donc, vous scholaste la voie à ce qu'on arrache bras et jambes à ces petits etres! Vous faites dire aux tueurs "meme des chrétiens se posent la question! C'est ignoble votre attitude.

C'est hyper ignoble parce que ces gens là seront prets à prendre le risque de tuer quelque chose qui pourrait etre un bébé! Principe de précaution, oui! Sauf pour les bébés! infect!
Revenir en haut Aller en bas
scholasate

avatar

Masculin Messages : 1741
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Mer 12 Avr 2017, 19:52

Dans la phrase "En réalité, dès que l'ovule est fécondé, se trouve inaugurée une vie qui n'est celle ni du père ni de la mère, mais d'un nouvel être humain qui se développe pour lui-même. Il ne sera jamais rendu humain s'il ne l'est pas dès lors." il n'est en aucun cas question de la création de l'âme, on reste dans l'analyse philosophique.
Vous tournez en rond dans votre erreur, abandonnez.
Revenir en haut Aller en bas
scholasate

avatar

Masculin Messages : 1741
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Mer 12 Avr 2017, 20:25

René je ne fais pas une objection à l'opposition morale contre l'avortement, je me soucie de rigueur et d'exactitude théologique, ce qui est extrêmement important pour toute sorte de raisons, honnêtement je préférerais que vous restiez dans le bac à sable et laissiez les grands jouer entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
-ysov-

avatar

Masculin Messages : 16517
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Mer 12 Avr 2017, 23:00

monge a écrit:
Spoiler:
 

Je parle des premières semaines, alors que le foetus ne ressent absolument rien, son cerveau n'est même pas suffisamment
développé et d'ailleurs il ressemble à un reptile.

Moralement par contre, c'est autre chose, car c'est de l'égoïsme pur et quand cela est accessible à toute une société, c'est très dommageable, d'autant plus qu'une insensibilité y est au point que de plus en plus de filles perçoivent l'avortement comme un moyen de contraception ultime.
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage

avatar

Masculin Messages : 605
Inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Mer 12 Avr 2017, 23:32



On peut retrouver le long entretien entre Stéphane Mercier et Jeanne Smits ici :

http://reinformation.tv/interview-stephane-mercier-licencie-universite-catholique-belge-ucl-argumentaire-avortement-smits-68352-2/


Concernant "l'insufflation" de l'âme dans l'embryon d'après un texte donné à Maria Valtorta :

http://www.maria-valtorta.org/Publication/TOME%2003/03-065.htm

Citation :


[...]

Vous ne péchez pas en matière de foi, puisque vous croyez être dans le Vrai. Quand vous connaîtrez la Vérité et que vous persisterez dans l'erreur, alors vous pécherez. De même beaucoup de choses qui sont péché pour les israélites, pour vous ne le sont pas, parce qu'aucune loi divine ne vous les interdit. Le péché c'est quand quelqu'un se révolte sciemment contre l'ordre donné par Dieu et qu'il dit : "Je sais que ce que je fais est mal, mais je veux le faire quand même". Dieu est juste. Il ne peut punir quelqu'un qui fait le mal en croyant faire le bien. Il punit celui qui, ayant eu la possibilité de connaître le Bien et le Mal, choisit ce dernier et y persiste."

"Alors, en nous l'âme existe, vivante et présente ?"  

"Oui."          

"Et elle souffre ? Crois-tu vraiment qu'elle se souvienne de Dieu ? Nous ne nous souvenons pas du sein qui nous a portés. Nous ne pourrions pas dire comment il est fait intérieurement. L'âme, si j'ai bien compris, est spirituellement engendrée par Dieu. Comment peut-elle se souvenir de Lui si le corps ne se souvient pas de son long séjour dans le sein ?"      

"L'âme n'est pas une brute, Plautina. L'embryon, oui. C'est si vrai que l'âme n'est donnée que quand le fœtus est déjà formé[2]. L'âme est, à la ressemblance de Dieu, éternelle et spirituelle. Éternelle à partir du moment où elle est créée, tandis que Dieu est le Très parfait, Éternel et pour cette raison n'a pas de commencement dans le temps, comme Il n'aura pas de fin. L'âme, lucide, intelligente, spirituelle, œuvre de Dieu, s'en souvient. Et elle souffre parce qu'elle désire Dieu, le vrai Dieu de qui elle vient, et elle a faim de Dieu. Voilà pourquoi elle aiguillonne le corps engourdi pour chercher à s'approcher de Dieu."    

"Alors, nous avons une âme comme ceux de votre peuple que vous appelez "justes" ? Vraiment la même ?"

"Non, Plautina. Cela dépend de ce que tu veux dire. Si tu veux parler de l'origine et de la nature, votre âme est en tout égale à celle de nos saints. Si tu parles de la formation, alors je te dis que déjà elle est différente. Si tu veux parler de la perfection atteinte avant la mort, alors la différence peut être absolue. Mais cela n'est pas seulement pour vous les païens. Même un fils de ce peuple peut être absolument différent d'un saint dans la vie future.

[...]



La note [2] ci-dessus renvoie à l'affirmation de saint Thomas d'Aquin sur l'insufflation de l'âme :

Citation :

...
[2] Position soutenue par saint Thomas d’Aquin, docteur de l’Église, dans la lignée d’Aristote. Il estimait le temps d’insufflation à 40 jours. Aujourd’hui, la science avançant, Jean-Paul II, sans trancher sur le moment exact de l’insufflation, rappelle que dès l'origine de l'embryon, il y a une définition personnelle à respecter (nous en sommes tous issus). Ce qui n’est pas incompatible avec le séquencement d’un processus de vie unique. En savoir plus.
...





Revenir en haut Aller en bas
monge - ancien



Masculin Messages : 4382
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Jeu 13 Avr 2017, 08:28

-ysov- a écrit:
Spoiler:
 

Ah maintenant on parle de ressembler à un reptile, si un bébé à cause d'une mauvaise formation congénitale ressemble à un reptile il n'est pas un humain pour cela? si un bébé à cause  d'une mauvaise formation congénitale naît avec un cerveau de moineau il n'est pas un humain à cause de cela?
Est ce que rationnellement on devrait se baser sur des critères si subjectif, et non scientifique ?
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 6499
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Jeu 13 Avr 2017, 10:39

scholasate a écrit:
Je veux une phrase du magistère disant: l'âme s'unit au corps au moment de la conception (du zygote).

Pas peut-être, mais sûrement.

Dans tous les cas vous ne pouvez pas prouver le contraire donc dans le doute, la sagesse exige que l'on s'abstienne !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.i-services.com
Gabriel
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 6499
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Jeu 13 Avr 2017, 10:49

Dans les évangiles vous avez le récit de la visitation de la Sainte Vierge Marie à sa cousine Elisabeth. Nous savons qu'aussi tôt Marie enceinte, elle va rendre visite à sa cousine qui elle est enceinte depuis 6 mois de Jean-Baptise.

A peine la salutation de Marie retentit-elle aux oreilles d’Élisabeth que l'enfant qu'elle porte tressaille en elle. L'évangéliste Luc précise qu'aussitôt Élisabeth fut remplie de l'Esprit Saint, déclarant Marie "pleine de grâce".

Qu'un enfant bouge dans le sein de sa mère, rien que de très naturel. Mais l'enfant d'Élisabeth tressaille d'allégresse, on pourrait même dire qu'il "bondit de joie". Voilà qui dépasse les mouvements d'un enfant à naître.

Élisabeth reconnaît en l'enfant de Marie son "Seigneur" et son propre enfant reconnaît en bondissant de joie la grandeur de Jésus.

http://croire.la-croix.com/Definitions/Fetes-religieuses/Visitation/Quel-est-le-sens-de-la-fete-de-la-Visitation

Notez ainsi qu'Elisabeth ne s'écrie pas "Comment se fait il que la mère d'un tas de cellule sans âme aux apparences de reptile vienne me voir" ? A peine conçu (Marie n'en était même pas encore à son premier mois de grossesse) Jésus possède une âme et la dignité d'être humain mais aussi de Seigneur. L'âme d'un embryon de quelques jours capable de communiquer avec l'âme d'un foetus de 6 mois.

Sur base de ce seul récit il nous est impossible théologiquement de prétendre ignorer que l'âme nous est donnée dès le tout premier moment de la conception !


Dernière édition par Gabriel le Jeu 13 Avr 2017, 10:58, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.i-services.com
Gabriel
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 6499
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Jeu 13 Avr 2017, 10:51

Des étudiants s'étonnent: Une police de la pensée à l’égard Monsieur Stéphane Mercier !



Nous sommes étonnés de l’attitude de l’UCL par la police de la pensée à l’égard Monsieur Stéphane Mercier !

Les valeurs de l’université ne sont-elles pas de défendre et d’enseigner la liberté académique et la liberté d’expression afin de permettre la réflexion et la recherche ?

L’Université Catholique de Louvain (ci-après, l’UCLouvain) décide suspendre son chargé de cours invité, Stéphane Mercier (ci-après, pour simplifier l’écriture, le professeur Mercier), des deux cours qu’il donne à l’UCL et de lancer une procédure disciplinaire à son égard. Nous sommes étonnés à plus d’un titre !

Nous notons que les autorités de l’UCLouvain ont d’abord mis en avant les valeurs de l’université pour critiquer l’enseignement de ce chargé de cours, comme suit : « Et la note dont l’UCL a connaissance est en contradiction avec les valeurs portées par l’université. Le fait de véhiculer des positions contraires à ces valeurs dans le cadre d’un enseignement est inacceptable"

Or, la façon injuste dont le professeur Mercier est traité démontre, à notre étonnement, que l’UCLouvain (a) ne respecte pas les valeurs de liberté académique, de liberté d’opinion et d’expression et de liberté d’enseignement, (2) refuse d’enseigner l’esprit critique à ses étudiants si c’est à l’encontre de la pensée dominante – et est donc à rebrousse-poil de l’enseignement d’un authentique pluralisme nécessaire à la société démocratique, (c) est, du fait qu’elle affirme respecter les libertés susvisées, en porte-à-faux avec le principe de non-contradiction et (d) combat la liberté de religion, même la plus élémentaire.

Quelles sont donc les valeurs défendues par l’UCLouvain ?

Suite : https://www.ultramontain.be/2017/04/12/des-%C3%A9tudiants-s-%C3%A9tonnent-une-police-de-la-pens%C3%A9e-%C3%A0-l-%C3%A9gard-monsieur-st%C3%A9phane-mercier/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.i-services.com
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Gabriel
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 6499
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Jeu 13 Avr 2017, 16:51

Ce qui est certain c'est qu'il n'est pas écrit "en ces mois là" ni "en ces temps là". Je n'inteprprète donc rien je me contente de m'en tenir au texte qui dit clairement "en ces jours là" c'est à dire ceux proche de celui de l'annonciation. Et il est évident que Marie apprenant que sa cousine qu'elle pensait stérile venait de tomber enceinte n'allait pas attendre des semaines ou des mois pour lui rendre visite.

Mais l'Ecriture vous donne la preuve de tout cela :

On peut lire en effet ceci :

Citation :
Luc 1, 56 Marie demeura avec elle environ trois mois, puis elle s'en retourna chez elle.

1,57
Quant à Élisabeth, le temps fut accompli où elle devait enfanter, et elle mit au monde un fils.

Le temps qui fut accompli = 9 mois

9 mois - 3 mois = 6 mois. Marie a donc rendu visite à sa cousine quand celle ci était enceinte de 6 mois. A ce moment comme l'ange Gabriel l'avait annoncé, Marie en était à peine au moment de la conception.

Citation :
Luc 1,36
Et voici qu'Élisabeth, ta parente, vient, elle aussi, de concevoir un fils dans sa vieillesse, et elle en est à son sixième mois, elle qu'on appelait la stérile ;

Quand Marie quitta sa cousine elle en était à son 3ème mois, tandis que sa cousine en était à 9 mois.

On voit donc que Marie est immédiatement partie rendre visite à sa cousine après l'annonce de l'ange Gabriel, elle est ensuite restée avec elle 3 mois jusqu'au terme de la grossesse d'Elisabeth.

Vous pouvez bien entendu tordre les textes pour leur faire dire ce qu'il ne disent pas mais c'est vous dans ce cas qui faites de l'interprétation tendancieuse.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.i-services.com
-ysov-

avatar

Masculin Messages : 16517
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   Jeu 13 Avr 2017, 16:59

monge a écrit:
Spoiler:
 

Je ne parle pas d'enfant mal formé congénitalement, je parles de tous qui ressemblent à un reptile durant les premières semaines, tout comme vous, tout comme moi. Même le sexe n'est pas déterminé et quand le sexe est apparent c'est systématiquement le sexe femelle! eh oui et un peu plus tard, soit le sexe femelle s'affirme ou finalement c'est le sexe mâle
qui prédomine. Je parie que vous ne saviez même pas que lors du premier stade qui définit le sexe du foetus, nous sommes
tous femelles! Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide   

Revenir en haut Aller en bas
 
L’université catholique de Louvain désavoue le professeur Stéphane Mercier et son étude de texte sur l'avortement comme un homicide
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Matière à réflexion
» Programme CSE durant le blocus
» Calendrier académique 2010-2011
» De l'ésotérisme au christianisme / Père Verlinde
» Presentation de Mbella jordan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: