DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière : Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 7 janvier: Fête de saint Frère André (Montréal - Canada)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gilles de Québec

avatar

Masculin Messages : 1372
Inscription : 15/11/2016

MessageSujet: 7 janvier: Fête de saint Frère André (Montréal - Canada)   Sam 07 Jan 2017, 18:31



Aujourd’hui, l’Église célèbre la mémoire du saint Frère André de Montréal. La fête liturgique du premier saint masculin du Canada, aurait normalement due avoir lieu hier car le Frère André est décédé le 6 janvier 1937. Nous fêtons toujours, autant que la chose est possible, un saint ou une sainte à la date de sa mort, c’est-à-dire de son entrée au ciel. Mais puisque en certains endroits de la planète, on fête toujours l’Épiphanie du Seigneur le 6 janvier, les évêques Canadiens ont reporté la mémoire liturgique du Frère André, au 7 janvier. Ainsi, notre cher saint peut être célébré par l'Église universelle. 
De son vivant, le Frère André a été un très grand thaumaturge. Il a obtenu de Dieu, par l’intercession de saint Joseph, de très nombreux miracles. J’ai bénéficié moi-même de la bienveillance et de la puissance d’intercession de notre saint national. J’ai déjà raconté sur mon blogue comment le Frère André m’a obtenu une guérison miraculeuse (1).
Pour honorer le saint Frère André, en ce jour où l’Église l’acclame et le prie, je vous partage le récit du miracle qui a conduit à sa canonisation.   
LE MIRACLE QUI A MENÉ À LA CANONISATION DU FRÈRE ANDRÉ
Bien des personnes voulaient connaître le miracle qui a été approuvé par le Vatican, donnant ainsi le feu vert à la canonisation de frère André. La famille de la personne miraculée voulait se tenir loin des médias afin de laisser toute la place au frère André à qui lʼon attribue l'intercession pour la guérison miraculeuse. La direction de lʼOratoire Saint-Joseph a décidé dʼen publier le récit dans la revue LʼOratoire. Il sʼagit dʼun Canadien, victime dʼun accident grave sur la route à la fin des années 1990. Il était alors âgé de 9 ans.
Un accident terrible, une guérison miraculeuse

« Un enfant roulant à bicyclette est heurté par une automobile. Le diagnostic des médecins indique un traumatisme crânien sévère. Les jours passent et le garçon est toujours dans le coma. Les médecins informent alors les parents que la situation devient critique. Le décès de lʼenfant est imminent. Pendant quʼà lʼhôpital, on retire les tubes qui maintiennent la respiration du jeune homme; des amis de la famille sʼarrêtent à lʼOratoire Saint-Joseph du Mont-Royal. Dans leur prière, ils demandent au bienheureux frère André la guérison complète du garçon. Ils rapportent à la famille de lʼhuile de Saint-Joseph, une médaille ainsi quʼune image de prière au frère André. Inspirés par cette démarche de foi, les parents prient le bienheureux frère André de permettre à leur enfant de recouvrer la santé.

À la surprise générale, une amélioration inattendue se produit. Malgré le retrait de lʼappareil respiratoire effectué quelques jours plus tôt, le jeune peut à nouveau respirer de lui-même. Les signes dʼamélioration se multiplient et le garçon sort du coma au bout de trois semaines. À partir de ce moment, sa condition ne cesse de progresser. Dans les semaines qui suivent, le garçon se remet rapidement de son grave accident. Ses parents accueillent cette guérison comme une grande faveur obtenue grâce à lʼintercession du frère André. Le jeune homme, aujourdʼhui dans la vingtaine, se porte bien et mène une vie active.
Cette guérison qui avait dʼabord fait lʼobjet dʼune enquête diocésaine en février 2005, a été déclarée scientifiquement inexplicable quatre ans plus tard. La commission médicale mandatée par la Congrégation pour la cause de saints a rendu un verdict favorable et unanime le 26 février 2009. Le 19 décembre, le pape Benoît XVI a demandé que soit émis un décret sur ce miracle. Et cʼest ainsi que sʼouvrait grande la porte pour introduire lʼancien portier du collège Notre-Dame au rang de saint. » (2)

N’hésitons pas à recommander au saint frère André les

personnes malades que nous connaissons.


(1) Dieu ma joie: Guéri par le Frère André


dieumajoie.blogspot.com/2011/10/le-17-octobre.html 

(2) Le miracle qui a menée à la canonisation du frère André - Accueil ...


diocesemontreal.org/...andre/.../le-miracle-qui-a-menee-a-la-canonisation-du-frere-an...


Père Guy Simard - Oblat de la Vierge Marie

Revenir en haut Aller en bas
Gilles de Québec

avatar

Masculin Messages : 1372
Inscription : 15/11/2016

MessageSujet: Re: 7 janvier: Fête de saint Frère André (Montréal - Canada)   Sam 07 Jan 2017, 20:09

Revenir en haut Aller en bas
Gilles de Québec

avatar

Masculin Messages : 1372
Inscription : 15/11/2016

MessageSujet: Re: 7 janvier: Fête de saint Frère André (Montréal - Canada)   Dim 08 Jan 2017, 16:42



Saint Frère André de Montréal décédé le 6 janvier 1937 - Sa fête liturgique est le 7 Janvier.Ses stations de prière à genoux sont longues, fréquentes et intenses.

BESSETTE, ALFRED, dit frère André, frère convers de la Congrégation de Sainte-Croix et figure charismatique, né le 9 août 1845 dans la paroisse de Saint-Grégoire (Mont-Saint-Grégoire, Québec), fils d’Isaac Bessette et de Clothilde Foisy ; décédé le 6 janvier 1937 à l’hôpital Notre-Dame-de-l’Espérance de ville Saint-Laurent (Montréal). Sa fête liturgique est le 7 Janvier.
Alfred Bessette est le neuvième enfant d’une famille de 13 (dont 4 morts en bas âge). Il est si frêle à sa naissance que le curé le baptise, le lendemain, « sous condition ». À l’automne de 1849, Isaac Bessette vend sa propriété de Saint-Grégoire et achète une terre à neuf milles de là, au sud-est, à Farnham, près de la rivière Yamaska.

Le père de famille, pauvre, exerce divers métiers : menuisier, charpentier, tonnelier et charron. Le 20 février 1855, un arbre qu’il abat lui tombe sur la poitrine et le tue. Désormais seule avec ses enfants, Clothilde assure leur éducation chrétienne et leur transmet la dévotion traditionnelle à la sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph. Restée sous le choc de la mort de son mari, elle dépérit et meurt de tuberculose le 20 novembre 1857.
Alfred a 12 ans. Il est recueilli par sa tante maternelle Marie-Rosalie et son mari Timothée Nadeau, qui résident à Saint-Césaire. Il suit des leçons de catéchisme, puis reçoit la confirmation de Mgr Jean-Charles Prince*, premier évêque de Saint-Hyacinthe, le 7 juin 1858. Sa pauvreté et sa santé fragile expliquent la brièveté de ses études ; il ne saura que signer son nom et lire les caractères imprimés.
Pour gagner sa vie, Alfred transporte des matériaux de construction. Quand l’oncle Nadeau, en 1860, part chercher de l’or en Californie, le maire de Saint-Césaire, Louis Ouimet, accueille l’adolescent pour travailler dans la ferme. Alfred exerce ensuite divers métiers à Farnham, à Saint-Jean (Saint-Jean-sur-Richelieu), à Waterloo et à Chambly. En 1862, de retour à Saint-Césaire, il est apprenti boulanger et cordonnier.
Ces multiples expériences de travail n’améliorent pas son état, lui qui ne digère rien, disent des témoins, mais qui prie toujours. D’ailleurs, depuis sa tendre enfance à Farnham, Alfred a des comportements qui inquiètent son entourage : malgré sa santé fragile, il se prive de dessert et porte à la taille une ceinture en cuir avec des pointes de fer. Ses stations de prière à genoux sont longues, fréquentes et intenses : on le trouve les bras en croix, devant un crucifix, à l’église, dans sa chambre ou dans une grange.
Dans l’espoir d’y trouver un travail adapté à sa constitution, Alfred prend le train pour la Nouvelle-Angleterre en octobre 1863. Des milliers de compatriotes attirés par la prospérité du pays y ont déjà émigré, et parmi eux, des frères, des sœurs et des connaissances d’Alfred.
Le jeune homme de 18 ans, qui a peine à supporter le travail en usine, alterne les emplois dans des filatures de coton avec le travail dans des fermes. Il est embauché au Connecticut (Moosup, Putnam, Hartford et Killingly), au Massachusetts (North Easton) et au Rhode Island (Phenix). Réservé de nature, Alfred, épuisé après sa journée de travail, s’enferme dans sa chambre et prie.
Après avoir cherché sans succès pendant quatre ans un emploi qui lui convienne, Bessette revient au Canada en 1867 et s’installe à Sutton, où vivent sa sœur Léocadie et son frère Claude. Il retourne bientôt à Farnham. Le prêtre de l’endroit, Édouard Springer, l’engage pour prendre soin du cheval, du jardin et des gros travaux du presbytère.
Quand il change de cure en 1868, Bessette retourne à Saint-Césaire chez Louis Ouimet ; ce dernier, témoin de sa piété, en parle à son curé, André Provençal. Interrogé sur son désir d’entrer en religion, Alfred invoque son ignorance. L’abbé Provençal calme ses réticences en l’assurant qu’il trouvera dans la Congrégation de Sainte-Croix, à laquelle il confie en 1869 la direction d’un collège dans sa paroisse, le climat de prière dont il a besoin, tout en se rendant utile.
Le 22 novembre 1870, Bessette se présente au collège Notre-Dame, à Côte-des-Neiges (Montréal), où la Congrégation de Sainte-Croix vient d’installer son noviciat. Le mois précédent, le curé Provençal a écrit une lettre de recommandation au maître des novices, Julien-Pierre Gastineau, lui disant qu’il envoyait un saint à sa communauté.
Le 8 décembre, le pape Pie IX déclare saint Joseph patron de l’Église universelle. Avec un autre postulant, Bessette prend l’habit religieux le 27 décembre, ainsi que le nom d’André, en l’honneur du curé Provençal. On lui confie la fonction de portier du collège, qu’il exercera jusqu’à la mi-juillet 1909. Il doit aussi assurer la propreté des lieux, faire les courses, donner l’aumône aux pauvres.
Il fait de plus office de barbier et d’infirmier auprès des collégiens malades, s’occupe du courrier, du transport des colis des élèves, qu’il accompagne parfois les jours de promenade. En 1872, les supérieurs de la congrégation hésitent cependant, en raison de sa mauvaise santé, à l’admettre à la profession religieuse.

Après une conversation avec Mgr Ignace Bourget* – celui-là même qui a fait venir la congrégation au pays [V. Joseph-Pierre Rézé* ; Jean-Baptiste Saint-Germain*] –, le frère André est rassuré.
Peu après, le nouveau maître des novices, Amédée Guy, le recommande en disant : « Si ce jeune homme devient incapable de travailler, il saura au moins bien prier. » Admis à prononcer ses vœux temporaires le 22 août 1872, le frère André fait sa profession perpétuelle à 28 ans et 6 mois, le 2 février 1874.



SAINT FRÈRE ANDRÉ…PRIEZ POUR NOUS !





Revenir en haut Aller en bas
 
7 janvier: Fête de saint Frère André (Montréal - Canada)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 7 janvier: Fête de saint Frère André (Montréal - Canada)
» Prières au saint frère André
» "Saint Frère André "Quelle douceur que ces paroles sur le coeur des canadiens.
» Beau vidéo en hommage au Saint-Frère André
» La Vie de Saint Frère André et Oratoire St-Joseph de Montréal...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: