DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière : Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
saint Zibou

avatar

Masculin Messages : 10548
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Sam 17 Déc 2016, 18:09

L’Évangile éternel


   L’Évangile éternel est celui, vertical, du Dieu  trinitaire et, horizontal, du Verbe incarné. C'est, là, toute son originalité. En effet, c'est au Père que le Christ, en tant que Dieu nous a relié, et en tant qu'homme qu'il l'a pu. L'importance de cette relation au Père vient du fait qu'origine de la Trinité, le Père est source de toute béatitude, créée et incréée. Les ss. Athanase d'Alexandrie, Grégoire de Naziance et autres Pères de l'Église parlaient de divinisation, afin de souligner la profondeur de cette relation. Sur un registre plus moderne, nous traduirons ce terme par celui d'alliance. Ainsi, le Père est le terme de cette Alliance, puisqu'en tant que Dieu, il est la source de tout bien, le Fils incarné, le moyen objectif de celle-ci, car, opérant, dans l'unité de sa Personne divine, l'unité de cette alliance, entre le Père et les hommes. Enfin, le Saint-Esprit est le moyen subjectif de l'Alliance, puisque lui seul, parce que Dieu, est à même de révéler la divinité du Christ à notre entendement limité, en créant et soutenant notre Foi. C'est par son moyen, d'ailleurs, qu'il nous incorpore à Jésus-Christ, puisque nous croyons une Personne, possédant une identité, non une simple vérité abstraite. C'est de cette façon que le Saint-Esprit  réalise l'unification du multiple, au sein de l'unité de l'alliance réalisée en J-C.

     Ainsi, la Foi comporte-t-elle une dimension indubitablement existentielle, comme l'avait noté Kierkegaard, laquelle, reconnaissant Jésus-Christ comme sauveur, autrement dit, comme Chef de l'humanité par grâce, nous rend membres de celui-ci, nous incorporant, de ce fait, à Lui. En conséquence, les bienfaits de l'alliance, conclue entre lui et le Père, s'appliquent-ils à nous. C'est en cet "admirabile commercium", ce joyeux échange, que consiste notre salut.

     Voilà, donc, la raison pour laquelle l'Évangile éternel est l'unique parole de Dieu dite aux hommes, puisque cette parole nous révèle Dieu en son engagement total pour nous et malgré nous, en tant que Dieu trinitaire et incarné, en Jésus-Christ, peu importe la situation historique où cet investissement divin se réalise, pécheresse ou impeccable, avec ou sans péché originel. C'est, aussi, pourquoi, toute la théologie se résume à approfondir le Mystère du Christ, selon le mot célèbre de l'apôtre, bien plus qu'à s'attarder au péché, que même la morale profane, celle d'un Kant, par exemple, peut tout aussi bien définir.
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou

avatar

Masculin Messages : 10548
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Sam 17 Déc 2016, 18:22

La sainte Alliance entre Dieu et les hommes (perspective ontologique)
***
A- La Trinité dans le salut (Dieu sauve l’humanité/retour à Dieu)
  Sur l’Incarnation du Verbe- saint Athanase d’Alexandrie

      1-  Le Père (Jc.1/17, Col.1, Ex.3/14, Dt.6/4) l’Être
(3) Car Dieu est bon; bien plus, il est la source de la bonté. Or, un être bon ne saurait avoir de jalousie envers personne. Aussi, n’étant jaloux de l’être d’aucune chose, il les fait toutes à partir du néant, par son propre Verbe, notre Seigneur Jésus-Christ. Parmi ces choses, il prit en pitié le genre humain avant tout sur terre.
   2-  Jésus-Christ (Jn.1/1-18, Eph.2/4-7, IIPet.1/4) l’Un
(54) Si elles sont d’un homme, qu’il s’en moque; mais s’il reconnaît qu’elles ne sont pas d’un homme, mais bien de Dieu, qu’il ne rie plus de ce dont on en se moque pas; qu’il admire plutôt que les réalités  divines nous soient apparues grâce à un procédé aussi simple, que par la mort l’immortalité se soit étendue à tous et que l’Incarnation du Verbe nous ait fait connaître la providence universelle, et le Verbe même de Dieu qui en est le chorège et le démiurge. Car, Il s’est lui-même fait homme pour que nous soyons faits Dieu.
***
Première lettre à Sérapion- saint Athanase d’Alexandrie
3- Le Saint-Esprit (ICor.12/3, IJn.4/1-4, Jn.3/1-21, Rom.8/9) le Multiple

(24) C’est aussi par l’Esprit que nous sommes dits tous participants de Dieu. En effet, Paul dit : « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous? Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira lui-même; car le temple de Dieu, que vous êtes, est saint ». Or, si l’Esprit Saint était une créature, nous n’aurions par lui aucune participation de Dieu, mais nous serions joints à la créature et étrangers à la nature divine, en tant que ne participant en rien à elle. Mais, maintenant que nous sommes dits participants du Christ et participants de Dieu, il apparaît que l’onction  et le sceau, qui est en nous, n’est pas de la nature des choses créées, mais de celle du Fils qui, par l’Esprit qui est en lui, nous unit au Père. C’est, en effet, ce que Jean, comme il a été dit plus haut, a enseigné en écrivant : « Nous connaissons que nous demeurons en Dieu, et qu’il demeure en nous, en ce qu’il nous a donné de son Esprit ». Mais si, par la participation de l’Esprit, nous devenons participants de la nature divine, bien insensé  serait quiconque dirait que l’Esprit appartient à la nature créée et non à celle de Dieu. C’est pour cela, en effet, que ceux en qui il se trouve, sont divinisés. Que s’il divinise, nul doute que sa nature ne soit celle de Dieu.
***

B- L’Incarnation dans le salut (L’humanité sauvée par Dieu/entier retour à Dieu)
Lettre 101 à Clédonios- Saint Grégoire de Naziance
(II Cor.5/21, 8/9)
(32) Si quelqu’un a mis son espérance dans un homme privé d’esprit, il a vraiment perdu l’esprit et n’est pas digne d’être sauvé entièrement, car ce qui n’a pas été assumé n’a pas été guéri, mais c’est ce qui a été uni à Dieu qui est sauvé. Si la moitié seulement d’Adam est déchue, c’est la moitié qui est assumée et sauvée; mais si c’est Adam entier qui a péché, c’est à l’Engendré entier qu’il est uni et il est entièrement sauvé. Qu’ils ne nous refusent donc pas le salut entier, et qu’ils n’affublent pas le Sauveur d’os seulement, de nerfs ou d’une humanité en peinture.


Dernière édition par saint Zibou le Dim 18 Déc 2016, 18:48, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 4740
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Sam 17 Déc 2016, 20:12

saint Zibou a écrit:
L’Évangile éternel


   L’Évangile éternel est celui, vertical, du Dieu  trinitaire et, horizontal, du Verbe incarné. C'est, là, toute son originalité. En effet, c'est au Père que le Christ, en tant que Dieu nous a relié, et en tant qu'homme qu'il l'a pu. L'importance de cette relation au Père vient du fait qu'origine de la Trinité, le Père est source de toute béatitude, créée et incréée. Les ss. Athanase d'Alexandrie, Grégoire de Naziance et autres Pères de l'Église parlaient de divinisation, afin de souligner la profondeur de cette relation. Sur un registre plus moderne, nous traduirons ce terme par celui d'alliance. Ainsi, le Père est le terme de cette Alliance, puisqu'en tant que Dieu, il est la source de tout bien, le Fils incarné, le moyen objectif de celle-ci, car, opérant, dans l'unité de sa Personne divine, l'unité de cette alliance, entre le Père et les hommes. Enfin, le Saint-Esprit est le moyen subjectif de l'Alliance, puisque lui seul, parce que Dieu, est à même de révéler la divinité du Christ à notre entendement limité, en créant et soutenant notre Foi. C'est par son moyen, d'ailleurs, qu'il nous incorpore à Jésus-Christ, puisque nous croyons une Personne, possédant une identité, non une simple vérité abstraite. C'est de cette façon que le Saint-Esprit  réalise l'unification du multiple, au sein de l'unité de l'alliance réalisée en J-C.

     Ainsi, la Foi comporte-t-elle une dimension indubitablement existentielle, comme l'avait noté Kierkegaard, laquelle, reconnaissant Jésus-Christ comme sauveur, autrement dit, comme Chef de l'humanité par grâce, nous rend membres de celui-ci, nous incorporant, de ce fait, à Lui. En conséquence, les bienfaits de l'alliance, conclue entre lui et le Père, s'appliquent-ils à nous. C'est en cet "admirabile commercium", ce joyeux échange, que consiste notre salut.



     Voilà, donc, la raison pour laquelle l'Évangile éternel est l'unique parole de Dieu dite aux hommes, puisque cette parole nous révèle Dieu en son engagement total pour nous et malgré nous, en tant que Dieu trinitaire et incarné, en Jésus-Christ, peu importe la situation historique où cet investissement divin se réalise, pécheresse ou impeccable, avec ou sans péché originel. C'est, aussi, pourquoi, toute la théologie se résume à approfondir le Mystère du Christ, selon le mot célèbre de l'apôtre, bien plus qu'à s'attarder au péché, que même la morale profane, celle d'un Kant, par exemple, peut tout aussi bien définir.

Oui, la réintégration, voici la traduction chiffrée:

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
saint Zibou

avatar

Masculin Messages : 10548
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Sam 17 Déc 2016, 22:02

J'ai voulu monter que la trame de la Foi chrétienne, c'est le Mystère du Christ, verticalement, la sainte Trinité et, horizontalement, l'Incarnation, la théologie et l'économie de Dieu. A ce titre, le péché originel ou le moralisme occupent un place secondaire, bien qu'importante, dans le salut de Dieu. Toutefois, c'est le dessein de Dieu, son investissement pour l'homme, qu'il importe de saisir, surtout pour ne pas occulter l'originalité du Christianisme, en le réduisant à une simple éthique sociale, courroie de transmission de l'aliénation idéologique, au bénéfice du pouvoir politico-économique...
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou

avatar

Masculin Messages : 10548
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Dim 18 Déc 2016, 17:57

Hymne trinitaire au Salut

Ephésiens.1/3-14 a écrit:
Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a bénis de toute bénédiction spirituelle, dans les régions célestes, en Christ. Eph 1, 4 C'est ainsi qu'il nous a choisis en lui avant la fondation du monde, pour être saints et irréprochables devant lui dans l'amour, Eph 1, 5 nous ayant prédestinés à être pour lui des fils adoptifs par Jésus Christ selon le bon plaisir de sa volonté, Eph 1, 6 à la louange de gloire de sa grâce dont il nous a gratifiés dans le Bien-aimé. Eph 1, 7 C'est en lui que nous avons le rachat par son sang, la rémission des fautes, selon la richesse de sa grâce, Eph 1, 8 qu'Il a fait abonder pour nous en toute sagesse et prudence, Eph 1, 9 nous faisant connaître le mystère de sa volonté que, selon son bon plaisir, il s'était proposé en lui Eph 1, 10 pour le dispenser dans la plénitude des temps [à savoir] : rassembler toutes choses dans le Christ, ce qui est aux cieux et ce qui est sur la terre. Eph 1, 11 C'est en lui encore que nous avons été choisis comme son lot, prédestinés que nous étions, selon le dessein de Celui qui accomplit tout selon la décision de sa volonté, Eph 1, 12 pour être, à la louange de sa gloire, ceux qui d'avance ont mis leur espérance dans le Christ. Eph 1, 13 Et c'est en lui que vous aussi, après avoir entendu la Parole de vérité, l'Évangile de votre salut, c'est en lui aussi qu'après avoir cru, vous avez été marqués d'un sceau par l'Esprit Saint promis, Eph 1, 14 arrhes de notre héritage, en vue du rachat de ce que [Dieu] s'est acquis à la louange de sa gloire.


Dernière édition par saint Zibou le Dim 18 Déc 2016, 18:39, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou

avatar

Masculin Messages : 10548
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Dim 18 Déc 2016, 18:31

Petit catéchisme de Martin Luther

LA FOI CHRÉTIENNE:

telle qu'un chef de famille doit l'enseigner aux siens en toute simplicité

Le premier article: La Création

Je crois en Dieu, le Père Tout-Puissant, Créateur du ciel et de la terre.

Quel est le sens de ces paroles ?

Je crois que Dieu m'a créé ainsi que toutes les autres créatures. Il m'a donné et me conserve mon corps avec ses organes, mon âme avec ses facultés; il me donne tous les jours libéralement la nourriture, le vêtement, la demeure, la famille et toutes les choses nécessaires à l'entretien de cette vie; il me protège dans tous les dangers, me préserve et me délivre de tout mal; et cela, sans que j'en sois digne, par sa pure bonté et sa miséricorde paternelle. Je dois, pour ces bienfaits, le bénir et lui rendre grâces, le servir et lui obéir. C'est ce que je crois fermement.

Le deuxième article: La Rédemption

Je crois en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, et qui est né de la vierge Marie. Il a souffert sous Ponce Pilate; il a été crucifié; il est mort; il a été enseveli; il est descendu aux enfers; le troisième jour, il est ressuscité des morts; il est monté au ciel; il s'est assis à la droite de Dieu, le Père Tout-Puissant, et il viendra de là pour juger les vivants et les morts.

Quel est le sens de ces paroles ?

Je crois que Jésus-Christ, vrai Dieu, né du Père de toute éternité, vrai homme, né de la vierge Marie, est mon Seigneur. Il m'a racheté, moi perdu et condamné, en me délivrant du péché, de la mort et de la puissance du diable; non point à prix d'or ou d'argent, mais par son saint et précieux sang, par ses souffrances et sa mort innocentes, afin que je lui appartienne et que je vive dans son Royaume, pour le servir éternellement dans la justice, dans l'innocence et la félicité, comme lui-même, étant ressuscité des morts, vit et règne éternellement. C'est ce que je crois fermement.

Le troisième article: La Sanctification

Je crois au Saint-Esprit, la sainte Église universelle, la communion des saints, la rémission des péchés, la résurrection de la chair et la vie éternelle.

Quel est le sens de ces paroles ?

Je crois que je ne puis, par ma raison et mes propres forces, croire en Jésus- Christ, mon Seigneur, ni aller à lui. Mais c'est le Saint-Esprit qui m'a appelé par l'Évangile, éclairé de ses dons, sanctifié et maintenu dans la vraie foi; c'est lui qui assemble toute l'Église chrétienne sur la terre, qui l'éclaire, la sanctifie et la maintient, en Jésus-Christ, dans l'unité de la vraie foi; c'est lui qui, dans cette Église, me remet chaque jour pleinement tous mes péchés, ainsi qu'à tous ceux qui croient; c'est lui qui, au dernier jour, me ressuscitera, moi et tous les morts, et me donnera, comme à tous les croyants, la vie éternelle en JésusChrist. C'est ce que je crois fermement.
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou

avatar

Masculin Messages : 10548
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Dim 18 Déc 2016, 18:54

Le salut est trinitaire, comme en fait foi le saint baptême et le formule, magistralement, le Symbole, originel, de Nicée-Constantinople, conformément aux Écritures.

C'est pourquoi, j'ai tenu à mettre en évidence les divers témoignages rendus à ce salut trinitaire: d'abord, saint Paul, apôtre des gentils, ensuite, les ss. Athanase et Grégoire, pères de l'Église, enfin, le Bx. Luther, leur successeur.
Revenir en haut Aller en bas
petero

avatar

Masculin Messages : 8650
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Lun 19 Déc 2016, 20:21

saint Zibou a écrit:
Le salut est trinitaire, comme en fait foi le saint baptême et le formule, magistralement, le Symbole, originel, de Nicée-Constantinople, conformément aux Écritures.

C'est pourquoi, j'ai tenu à mettre en évidence les divers témoignages rendus à ce salut trinitaire: d'abord, saint Paul, apôtre des gentils, ensuite, les ss. Athanase et Grégoire, pères de l'Église, enfin, le Bx. Luther, leur successeur.

Il est évident que le salut est trinitaire, puisque c'est Dieu le Père, qui par son Fils et dans l'Esprit, nous donne le salut, comme le dit fort bien la formule baptismale : Je te baptise au Nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.



"
Revenir en haut Aller en bas
petero

avatar

Masculin Messages : 8650
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Lun 19 Déc 2016, 20:26

Etre baptisé au nom du Père, c'est reconnaître que Dieu n'est pas seulement un créateur, n'est pas seulement un maître, n'est pas simplement un être supérieur, mais Dieu nous engendre réellement, nous donne, non seulement la vie de la terre, mais la vie du cœur, la vie du ciel, la vie la plus profonde, sa propre vie. Dieu est pour nous un Père et nous nous recevons de Lui. 

Si nous sommes baptisés au nom du Fils, c'est parce que comme Jésus, nous devenons fils de Dieu, nous devenons membres de la famille de Dieu, nous sommes jaillis en quelque sorte du cœur du Père comme le Fils de toute éternité jaillit du cœur du Père ainsi que nous l'avons célébré à Noël, où nous fêtions à la fois la naissance éternelle du Fils du sein du Père et la naissance dans le temps de ce même Fils du sein de Marie. 

Baptisés au nom du Père, baptisés au nom du Fils, nous sommes aussi baptisés au nom du Saint Esprit, c'est-à-dire au nom de l'Esprit. Qu'est-ce que l'Esprit ? Esprit est un mot qui, dans les langues anciennes signifie le souffle vital. Nous sommes baptisés dans le souffle même de la vie de Dieu. Et ce souffle vital est ce qui nous sanctifie, ce qui nous transforme de fond en comble, détruisant en nous tout germe de mal, d'erreur, de péché, pour nous faire participer à la plénitude de Dieu, ce qu'on appelle la sainteté de Dieu. Et comme le dit saint Basile, si nous sommes baptisés dans le Saint Esprit, c'est que nous recevons la sainteté de celui qui est saint par excellence : Saint Esprit, Esprit de sainteté, le souffle vital de Dieu qui est sanctifiant, qui transforme tous ceux à qui Il est donné, pour les rendre intérieurement participants de la sainteté de Dieu. Si donc nous recevons la sainteté par le Saint Esprit au moment du baptême, le Saint Esprit ne peut être lui-même que Dieu, car il n'y a pas d'autre sainteté que celle de la profonde vitalité, Dieu lui-même. Donc, l'Esprit souffle vital de Dieu, l'Esprit de sainteté sanctifiant, ne peut-être que Dieu lui-même. 
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou

avatar

Masculin Messages : 10548
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Mer 21 Déc 2016, 18:14

petero a écrit:
saint Zibou a écrit:
Le salut est trinitaire, comme en fait foi le saint baptême et le formule, magistralement, le Symbole, originel, de Nicée-Constantinople, conformément aux Écritures.

C'est pourquoi, j'ai tenu à mettre en évidence les divers témoignages rendus à ce salut trinitaire: d'abord, saint Paul, apôtre des gentils, ensuite, les ss. Athanase et Grégoire, pères de l'Église, enfin, le Bx. Luther, leur successeur.

Il est évident que le salut est trinitaire, puisque c'est Dieu le Père, qui par son Fils et dans l'Esprit, nous donne le salut, comme le dit fort bien la formule baptismale : Je te baptise au Nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.



"

Alors, pourquoi tant de personnes "religieuses" sont-elles hypnoptisées par le spectaculaire, le prodigieux, le mystique, le moralisme ou l'"eschatologisme", attitudes de fuites du réel, par rejet, par le haut ou par l'avant, ne laissant qu'une portion congrue à la Parole et ses sacrements, où Dieu vient à notre rencontre, dans ce monde, pour nous sauver ET nous défendre contre la chair, le diable et le monde?
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 14273
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Mer 21 Déc 2016, 21:26

Les gens sont fascinés par le miracle! C'est normal! Jesus a dit que c'était la preuve qu'Il était Dieu St jean : croyez en ces oeuvres!
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou

avatar

Masculin Messages : 10548
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Mer 21 Déc 2016, 21:34

RenéMatheux a écrit:
Les gens sont fascinés par le miracle! C'est normal! Jesus a dit que c'était la preuve qu'Il était Dieu St jean : croyez en ces oeuvres!

De nos jours, le miracle consiste en la survie de l'Église, selon moi, d'après Rom.8/11 ou I Cor.12/3, bien plus que dans le sensationnalisme.
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 14273
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Mer 21 Déc 2016, 21:39

Non!
Il s'agiy des miracles comme ceux de Jesus! Et comme Il les a annoncé!
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou

avatar

Masculin Messages : 10548
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Mer 21 Déc 2016, 21:47

RenéMatheux a écrit:
Non!
Il s'agiy des miracles comme ceux de Jesus! Et comme Il les a annoncé!

La Résurrection de Jésus-Christ est le seul miracle qui emporte mon adhésion, puisqu'il se continue dans la vie de l'Église, selon Rom.8/11 ou I Cor.12/3, entre autres.
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 14273
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Jeu 22 Déc 2016, 08:58

Vous refusez donc les paroles que Jesus a prononcé?
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou

avatar

Masculin Messages : 10548
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Jeu 22 Déc 2016, 10:25

RenéMatheux a écrit:
Vous refusez donc les paroles que Jesus a prononcé?

:offtopic:
Revenir en haut Aller en bas
giacomorocca

avatar

Masculin Messages : 1306
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Ven 23 Déc 2016, 15:56

@ Saint Zibou,

Lorsque 'il est question du symbole de Nicée-Constantinople, vous lui adjoignez souvent le mot "ORIGINEL" ou "INALTÉRÉ".

Pourriez-vous nous dire ce que vous entendez par "originel" et "inaltéré" ?

merci!
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou

avatar

Masculin Messages : 10548
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Ven 23 Déc 2016, 17:05

giacomorocca a écrit:
@ Saint Zibou,

Lorsque 'il est question du symbole de Nicée-Constantinople, vous lui adjoignez souvent le mot "ORIGINEL" ou "INALTÉRÉ".

Pourriez-vous nous dire ce que vous entendez par "originel" et "inaltéré" ?

merci!

C'est le texte du Credo, sans l'ajout illicite du "filioque" par l'Église de 'Rome, en 1014.
Revenir en haut Aller en bas
giacomorocca

avatar

Masculin Messages : 1306
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Ven 23 Déc 2016, 17:42

saint Zibou a écrit:
giacomorocca a écrit:
@ Saint Zibou,

Lorsque 'il est question du symbole de Nicée-Constantinople, vous lui adjoignez souvent le mot "ORIGINEL" ou "INALTÉRÉ".

Pourriez-vous nous dire ce que vous entendez par "originel" et "inaltéré" ?

merci!

C'est le texte du Credo, sans l'ajout illicite du "filioque" par l'Église de 'Rome, en 1014.

et "originel" ?
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou

avatar

Masculin Messages : 10548
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Ven 23 Déc 2016, 17:49

giacomorocca a écrit:
saint Zibou a écrit:
giacomorocca a écrit:
@ Saint Zibou,

Lorsque 'il est question du symbole de Nicée-Constantinople, vous lui adjoignez souvent le mot "ORIGINEL" ou "INALTÉRÉ".

Pourriez-vous nous dire ce que vous entendez par "originel" et "inaltéré" ?

merci!

C'est le texte du Credo, sans l'ajout illicite du "filioque" par l'Église de 'Rome, en 1014.

et "originel" ?

C'est la version de 381.
Revenir en haut Aller en bas
giacomorocca

avatar

Masculin Messages : 1306
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Mar 27 Déc 2016, 17:16

Et la version de 325 n'était pas originel ?
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou

avatar

Masculin Messages : 10548
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Mar 27 Déc 2016, 19:38

giacomorocca a écrit:
Et la version de 325 n'était pas originel ?

Elle a été complétée par celle de 381. Or, après 431, il fut interdit d'ajouter quoi que ce soit au texte de 325. C'est pourquoi, à Chalcédoine, on a accepté les deux états du texte, celui de 325 et de 381, sans plus.
Revenir en haut Aller en bas
giacomorocca

avatar

Masculin Messages : 1306
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Mar 27 Déc 2016, 20:32

Et le symbole de Chalcédoine promulgué lors de ce concile, vous en faite quoi?
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou

avatar

Masculin Messages : 10548
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Mar 27 Déc 2016, 21:25

giacomorocca a écrit:
Et le symbole de Chalcédoine promulgué lors de ce concile, vous en faite quoi?

Il y a bien eu une DÉFINITION de Foi, à Chalcédoine, qui précisait l'article christique du Credo. Il n'y a PAS eu de rédaction d'un autre Symbole, comme le mentionne Dz.303
Revenir en haut Aller en bas
giacomorocca

avatar

Masculin Messages : 1306
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Mar 27 Déc 2016, 23:15

Détrompez-vous, il y a bien eu profession de foi à Chalcédoine, profession qui venait enrichir ce que professait Constantinople en 381, qui lui-même avait enrichi ce que professait Nicée en 325. Les hérésies et problématiques nouvelles ont obligées à chaque fois les Pères conciliaires à préciser dogmatiquement ce qui est inclus implicitement dans le dépôt de la foi.

Cadenasser  l’Église sur Nicée-Constatinople à partir de Dz 303 est malhonnête ; mettez au moins les articles 300, 301 et 302 qui donnent le contexte de 303 (et inclus, que vous le vouliez ou non, la profession de Chalcédoine).

Citation :
5eme session, 22 octobre 451 :
profession de foi de Chalcédoine.
Les deux natures dans le Christ
300
(préambule à la définition. A la suite des professions de foi de Nicée et de Constantinople Smile
Or donc, pour une connaissance complète et une confirmation de la religion, il eût suffi de ce sage et salutaire Symbole de la grâce divine car il donne un enseignement parfait sur le Père, le Fils et le Saint- Esprit et il expose l'Incarnation du Sauveur à ceux qui la reçoivent avec foi. Mais voici que ceux qui tentent de rejeter la prédication de la vérité par leurs propres hérésies ont donné naissance à des nouveautés :
les uns ont osé rejeter le mot de Mère de Dieu au sujet de la Vierge ; les autres introduisent une confusion et un mélange et imaginent de façon insensée que la chair et la divinité ne font qu'une seule nature et disent de façon monstrueuse que, du fait de la confusion, la nature divine du Fils est passible pour cette raison, voulant leur fermer la porte à toute machination contre la vérité, le saint et grand concile oecuménique, aujourd'hui présent, enseignant la doctrine inébranlable prêchée depuis le commencement, a défini qu'avant tout la confession de foi des 318 pères devait demeurer en dehors de toute atteinte.  
Et il ratifie l'enseignement transmis sur la substance de l'Esprit par les 150 pères réunis plus tard dans la ville impériale à cause de ceux qui combattaient contre l'Esprit Saint; enseignement que ces pères ont fait connaître à tous, non qu'ils aient voulu ajouter un point manquant aux propositions antécédentes, mais parce qu'ils voulaient clarifier par le témoignage des Ecritures leur pensée sur le Saint-Esprit contre ceux qui tentaient de rejeter sa Seigneurie. D'autre part, à cause de ceux qui tentent de défigurer le mystère de l'économie et qui, dans leur sottise impudente, disent que celui qu'a enfanté la Sainte Vierge Marie n'est qu'un simple homme, le concile a reçu les lettres synodiques du bienheureux Cyrille, qui fut pasteur de l'Eglise d'Alexandrie, à Nestorius et aux évêques d'Orient, comme très propres à réfuter les insanités de Nestorius... A ces lettres il a joint à bon droit, pour la confirmation des doctrines orthodoxes, la lettre que le bienheureux et très saint archevêque Léon, qui préside à la très grande et ancienne Rome, a écrite au défunt archevêque Flavien pour la suppression de la perversité d'Eutychès Can.290-295, en tant que cette lettre s'accorde à la confession du grand Pierre et qu'elle est là comme une sorte de colonne commune contre ceux qui tiennent des opinions fausses.
Il s'oppose en effet à ceux qui tentent de diviser le mystère de l'économie en une dualité de fils ; il repousse loin de l'assemblée des prêtres ceux qui osent dire passible la divinité du Fils unique ; il s'élève contre ceux qui imaginent, à propos des deux natures du Christ, un mélange ou une confusion ; il chasse ceux qui disent dans leur délire que la forme d'esclave que le Christ a reçue pour lui de nous est céleste ou de quelque autre substance ; et il anathématise ceux qui inventent la fable de deux natures du Seigneur avant l'union, mais n'en imaginent plus qu'une seule après l'union.
301
(Définition) Suivant donc les saints pères, nous enseignons tous unanimement que nous confessons un seul et même Fils, notre Seigneur Jésus Christ, le même parfait en divinité, et le même parfait en humanité, le même vraiment Dieu et vraiment homme (composé) d'une âme raisonnable et d'un corps, consubstantiel au Père selon la divinité et le même consubstantiel à nous selon l'humanité, en tout semblable à nous sauf le péché (voir He 4,15), avant les siècles engendré du Père selon la divinité, et aux derniers jours le même (engendré) pour nous et notre salut de la Vierge Marie, Mère de Dieu selon l'humanité,
302 un seul et même Christ, Fils, Seigneur, l'unique engendré, reconnu en deux natures, sans confusion, sans changement, sans division et sans séparation, la différence des natures n'étant nullement supprimée à cause de l'union, la propriété de l'une et l'autre nature étant bien plutôt gardée et concourant à une seule personne et une seule hypostase, un Christ ne se fractionnant ni se divisant en deux personnes, mais un seul et même Fils, unique engendré, Dieu Verbe, Seigneur Jésus Christ, selon que depuis longtemps les prophètes l'ont enseigné de lui, que Jésus Christ lui-même nous l'a enseigné, et que le Symbole des pères nous l'a transmis.

303
(Sanction) Tout ceci ayant donc été formulé par nous avec la plus scrupuleuse exactitude et diligence, le saint concile oecuménique a défini qu'il n'était permis à personne de professer, de rédiger ou de composer une autre confession de foi, ni de penser ou d'enseigner autrement...  

Vous dite :
Citation :
Or, après 431, il fut interdit d'ajouter quoi que ce soit au texte de 325.

Les Pères conciliaires de Chalcédoine n’avaient vraisemblablement pas la même lecture que vous du Dz 303, eux qui ont eux-mêmes « ajouté » à la profession  de foi de Constantinople, comme les Pères de Constantinople qui ont eux-mêmes « ajouté » à la profession de foi de Nicée. Le pouvoir donné par le Christ à Pierre et à ses apôtres ainsi qu’à leurs successeurs ne s’arrête pas à Constantinople en 380 ; par contre ceux-ci ne peuvent donner un enseignement qui serait contraire à ce qui a été professé antérieurement.
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou

avatar

Masculin Messages : 10548
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Mer 28 Déc 2016, 02:30

giacomorocca a écrit:
Détrompez-vous, il y a bien eu profession de foi à Chalcédoine, profession qui venait enrichir ce que professait Constantinople en 381, qui lui-même avait enrichi ce que professait Nicée en 325. Les hérésies et problématiques nouvelles ont obligées à chaque fois les Pères conciliaires à préciser dogmatiquement ce qui est inclus implicitement dans le dépôt de la foi.

Cadenasser  l’Église sur Nicée-Constatinople à partir de Dz 303 est malhonnête ; mettez au moins les articles 300, 301 et 302 qui donnent le contexte de 303 (et inclus, que vous le vouliez ou non, la profession de Chalcédoine).

Citation :
5eme session, 22 octobre 451 :
profession de foi de Chalcédoine.
Les deux natures dans le Christ
300
(préambule à la définition. A la suite des professions de foi de Nicée et de Constantinople Smile
Or donc, pour une connaissance complète et une confirmation de la religion, il eût suffi de ce sage et salutaire Symbole de la grâce divine car il donne un enseignement parfait sur le Père, le Fils et le Saint- Esprit et il expose l'Incarnation du Sauveur à ceux qui la reçoivent avec foi. Mais voici que ceux qui tentent de rejeter la prédication de la vérité par leurs propres hérésies ont donné naissance à des nouveautés :
les uns ont osé rejeter le mot de Mère de Dieu au sujet de la Vierge ; les autres introduisent une confusion et un mélange et imaginent de façon insensée que la chair et la divinité ne font qu'une seule nature et disent de façon monstrueuse que, du fait de la confusion, la nature divine du Fils est passible pour cette raison, voulant leur fermer la porte à toute machination contre la vérité, le saint et grand concile oecuménique, aujourd'hui présent, enseignant la doctrine inébranlable prêchée depuis le commencement, a défini qu'avant tout la confession de foi des 318 pères devait demeurer en dehors de toute atteinte.  
Et il ratifie l'enseignement transmis sur la substance de l'Esprit par les 150 pères réunis plus tard dans la ville impériale à cause de ceux qui combattaient contre l'Esprit Saint; enseignement que ces pères ont fait connaître à tous, non qu'ils aient voulu ajouter un point manquant aux propositions antécédentes, mais parce qu'ils voulaient clarifier par le témoignage des Ecritures leur pensée sur le Saint-Esprit contre ceux qui tentaient de rejeter sa Seigneurie. D'autre part, à cause de ceux qui tentent de défigurer le mystère de l'économie et qui, dans leur sottise impudente, disent que celui qu'a enfanté la Sainte Vierge Marie n'est qu'un simple homme, le concile a reçu les lettres synodiques du bienheureux Cyrille, qui fut pasteur de l'Eglise d'Alexandrie, à Nestorius et aux évêques d'Orient, comme très propres à réfuter les insanités de Nestorius... A ces lettres il a joint à bon droit, pour la confirmation des doctrines orthodoxes, la lettre que le bienheureux et très saint archevêque Léon, qui préside à la très grande et ancienne Rome, a écrite au défunt archevêque Flavien pour la suppression de la perversité d'Eutychès Can.290-295, en tant que cette lettre s'accorde à la confession du grand Pierre et qu'elle est là comme une sorte de colonne commune contre ceux qui tiennent des opinions fausses.
Il s'oppose en effet à ceux qui tentent de diviser le mystère de l'économie en une dualité de fils ; il repousse loin de l'assemblée des prêtres ceux qui osent dire passible la divinité du Fils unique ; il s'élève contre ceux qui imaginent, à propos des deux natures du Christ, un mélange ou une confusion ; il chasse ceux qui disent dans leur délire que la forme d'esclave que le Christ a reçue pour lui de nous est céleste ou de quelque autre substance ; et il anathématise ceux qui inventent la fable de deux natures du Seigneur avant l'union, mais n'en imaginent plus qu'une seule après l'union.
301
(Définition) Suivant donc les saints pères, nous enseignons tous unanimement que nous confessons un seul et même Fils, notre Seigneur Jésus Christ, le même parfait en divinité, et le même parfait en humanité, le même vraiment Dieu et vraiment homme (composé) d'une âme raisonnable et d'un corps, consubstantiel au Père selon la divinité et le même consubstantiel à nous selon l'humanité, en tout semblable à nous sauf le péché (voir He 4,15), avant les siècles engendré du Père selon la divinité, et aux derniers jours le même (engendré) pour nous et notre salut de la Vierge Marie, Mère de Dieu selon l'humanité,
302 un seul et même Christ, Fils, Seigneur, l'unique engendré, reconnu en deux natures, sans confusion, sans changement, sans division et sans séparation, la différence des natures n'étant nullement supprimée à cause de l'union, la propriété de l'une et l'autre nature étant bien plutôt gardée et concourant à une seule personne et une seule hypostase, un Christ ne se fractionnant ni se divisant en deux personnes, mais un seul et même Fils, unique engendré, Dieu Verbe, Seigneur Jésus Christ, selon que depuis longtemps les prophètes l'ont enseigné de lui, que Jésus Christ lui-même nous l'a enseigné, et que le Symbole des pères nous l'a transmis.

303
(Sanction) Tout ceci ayant donc été formulé par nous avec la plus scrupuleuse exactitude et diligence, le saint concile oecuménique a défini qu'il n'était permis à personne de professer, de rédiger ou de composer une autre confession de foi, ni de penser ou d'enseigner autrement...  

Vous dite :
Citation :
Or, après 431, il fut interdit d'ajouter quoi que ce soit au texte de 325.

Les Pères conciliaires de Chalcédoine n’avaient vraisemblablement pas la même lecture que vous du Dz 303, eux qui ont eux-mêmes « ajouté » à la profession  de foi de Constantinople, comme les Pères de Constantinople qui ont eux-mêmes « ajouté » à la profession de foi de Nicée. Le pouvoir donné par le Christ à Pierre et à ses apôtres ainsi qu’à leurs successeurs ne s’arrête pas à Constantinople en 380 ; par contre ceux-ci ne peuvent donner un enseignement qui serait contraire à ce qui a été professé antérieurement.

Vous ne savez réellement pas lire. Car, la définition de Chalcédoine, qui enseigne la foi du Symbole, n'est est, donc, pas un. Ce n'est qu'une précision. Ensuite, le Concile de Chalcédoine a entériné le complément de 381, parce celui-ci ne tombait pas sous l'interdit du concile d'Éphèse, de 431. Ainsi, depuis 1014, le papisme a sombré dans le gnosticisme, puisqu'il a enfreint Dz.265, 303 et 559, ouvrant grande la porte au libéralisme théologique, qui cancérise la théologie chrétienne, aujourd'hui. De sorte que, vous pouvez vous asseoir sur votre prétendue succession apostolique...:mortderire:
Revenir en haut Aller en bas
giacomorocca

avatar

Masculin Messages : 1306
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.   Mer 28 Déc 2016, 16:23

Le symbole de Nicée-Constantinople n’empêchait pas de concevoir dans le mystère de l’incarnation une dualité de Fils ; le symbole de Chalcédoine ne le permet plus.

Le symbole de Nicée-Constantinople n’empêchait pas d’imaginer un mélange ou une confusion des deux natures (physis) dans le Christ ; le symbole de Chalcédoine ne le permet plus.

Le symbole de Nicée-Constantinople n’empêchait pas dire que la forme d'esclave prise par le Fils est de nature céleste ou d'une essence (ousia) étrangère à la nôtre ; le symbole de Chalcédoine ne le permet plus.

« Ce n'est qu'une précision », dite-vous.

Pour ma part je professe que le Christ, quant à sa divinité, est consubstantiel avec le Père (Nicée-Constantinople), mais également consubstantiel avec notre humanité dans son humanité parfaite reçu de la Vierge Marie, Mère de Dieu selon l'humanité (Chalcédoine).
Je professe également (comme Chalcédoine) que la divinité et l’humanité de Christ existent ensemble sans mélange, ni changement, ni division, ni séparation.

Je vous invite à faire vôtre cette profession de foi de Chalcédoine que je cite à nouveau :

Citation :
Suivant donc les saints pères, nous enseignons tous unanimement que nous confessons un seul et même Fils, notre Seigneur Jésus Christ, le même parfait en divinité, et le même parfait en humanité, le même vraiment Dieu et vraiment homme (composé) d'une âme raisonnable et d'un corps, consubstantiel au Père selon la divinité et le même consubstantiel à nous selon l'humanité, en tout semblable à nous sauf le péché (voir He 4,15), avant les siècles engendré du Père selon la divinité, et aux derniers jours le même (engendré) pour nous et notre salut de la Vierge Marie, Mère de Dieu selon l'humanité, un seul et même Christ, Fils, Seigneur, l'unique engendré, reconnu en deux natures, sans confusion, sans changement, sans division et sans séparation, la différence des natures n'étant nullement supprimée à cause de l'union, la propriété de l'une et l'autre nature étant bien plutôt gardée et concourant à une seule personne et une seule hypostase, un Christ ne se fractionnant ni se divisant en deux personnes, mais un seul et même Fils, unique engendré, Dieu Verbe, Seigneur Jésus Christ, selon que depuis longtemps les prophètes l'ont enseigné de lui, que Jésus Christ lui-même nous l'a enseigné, et que le Symbole des pères nous l'a transmis.
Revenir en haut Aller en bas
 
L'Évangile éternel, inconditionné historiquement.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qu'en est-il de ceux qui n'ont jamais entendu parler de l'évangile ?
» L'évangile de Barnabé contredis le coran !
» Évangile et Méditation du Mercredi 6 février 2008
» Évangile et Méditation du samedi 2 Février 2008
» Historiquement Show : Les Cent-Jours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: