DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière : Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 « On prête à l’Église un poids politique qu’elle n’a plus »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: « On prête à l’Église un poids politique qu’elle n’a plus »   Jeu 08 Déc 2016, 19:13

« On prête à l’Église un poids politique qu’elle n’a plus »

Recueilli par Anne-Bénédicte Hoffner, le 08/12/2016 à 15h03
Mis à jour le 08/12/2016 à 15h14

Le diocèse de Nanterre organisait mercredi 7 décembre à la maison Saint-François-de-Sales de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) une soirée intitulée « Un tour d’avance sur les présidentielles ».

Les élus des principaux partis politiques étaient invités à réagir aux thèmes mis en avant par les évêques de France dans leur texte « Retrouver le sens du politique ».

Le P. Bertrand Auville, curé de Vanves, chargé de mission auprès du monde politique dans le diocèse de Nanterre, répond aux questions de La Croix.

La Croix : Pourquoi les catholiques se passionnent-ils pour cette campagne électorale ?

P. Bertrand Auville : Voter est un devoir, qui résonne bien de surcroît avec le sens de l’engagement, de la responsabilité et de la décision auquel sont formés les catholiques. S’ajoutent à cela plusieurs explications plus conjoncturelles : la religion est revenue sur le devant de la scène, et pousse les catholiques à se sentir impliqués. Sans doute certains voient là une occasion de dire qui ils sont, ce qu’ils ont dans la tête, en se disant qu’il serait dommage de ne pas saisir l’occasion de le partager.

Mais il y a aussi une part de peur, indéniable, dans leurs motivations, et sans doute aussi le sentiment déplaisant de ne pas avoir été écoutés lors de la Manif pour tous.

Comment expliquer l’intérêt des candidats pour l’électorat catholique ? N’exagère-t-on pas son poids ?

P. Bertrand Auville : Ces dossiers dans la presse sur « le retour des catholiques en politique », cette idée selon laquelle François Fillon aurait été élu grâce à l’Église catholique me semblent symptomatiques d’une certaine hystérisation… Je pense que l’on prête là à l’Église un poids qu’elle n’a plus. Et si François Fillon va sûrement plaire à certains en raison de son programme libéral, on ne peut absolument pas dire qu’il soit en adéquation totale avec les encycliques sur le sujet ! Je sens une volonté de faire rentrer les catholiques dans une « case », alors que leur vote est loin d’être unanime, et c’est tout à fait normal.

Je dois reconnaître en tout cas que tous les partis ont été très réceptifs à notre invitation. Seul le Front de gauche n’a pas trouvé de représentant à nous envoyer mais nous les avons tous invités, y compris le Front national. Je les sens désireux à la fois d’entendre les catholiques – et peut-être de bénéficier d’une sorte de thermomètre – mais aussi de partager leurs convictions.

Quel est votre but avec cette soirée ? Quel rôle pensez-vous devoir jouer vis-à-vis des catholiques pendant cette campagne ?

P. Bertrand Auville : L’objectif est vraiment d’éclairer les consciences, de dire aux électeurs : « regardez les programmes, ne votez pas à l’affect pour celui qui flatte votre oreille, votre égo ou vos opinions, celui qui ‘vous représente’ou qui va défendre votre intérêt, votre milieu social ou même votre Église. Si vous croyez à la notion de bien commun, votez non pas pour celui pour lequel penche votre cœur mais votre raison ». Il n’y a, je crois, ni homme providentiel, ni programme miracle, ni parti idéal. Notre devoir est de choisir le moins mauvais, sans pour autant s’en tenir là !

Un vrai travail est nécessaire pour dépassionner le choix, pour aider les électeurs catholiques à regarder dans les programmes la place faite à l’homme, et à tout l’homme : pas seulement l’embryon, le vieillard, celui qui travaille ou qui souffre mais tout cela à la fois. D’où les thèmes sur lesquels nous avons choisi de questionner les élus présents : l’islam et la laïcité, les migrants et le rôle des frontières, la place du travail dans la vie de l’homme et l’espérance européenne après le Brexit…

Comment les catholiques doivent-ils se positionner face à cette suspicion de leur “retour” en politique ?

P. Bertrand Auville : Ils doivent être vigilants et ne pas se laisser enfermer trop vite dans la caricature que l’on fait d’eux, et de François Fillon aussi d’ailleurs : conservateur, notable de province, attaché à la défense du patrimoine, opposé à l’avortement etc. Le défi est de rester ferme sur l’essentiel sans se laisser piéger et laisser croire que nous ne sommes attachés qu’à ces sujets sur lesquels nous sommes attendus.

Il serait bon, au fond, que cette campagne nous permette de retrouver un idéal commun, quelque chose de beau et de noble qui nous fasse tous lever le nez, et nous éloigne à la fois de l’idéologie et du pragmatisme pur (« de toute façon, il est compliqué d’agir, donc contentons-nous d’acheter la paix sociale »).

Recueilli par Anne-Bénédicte Hoffner

http://www.la-croix.com/Religion/France/On-prete-a-l-Eglise-un-poids-politique-qu-elle-n-a-plus-2016-12-08-1200809036
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 11196
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: « On prête à l’Église un poids politique qu’elle n’a plus »   Ven 09 Déc 2016, 01:18

Merci , Espérance . J'espère que le traître à la religion Christian Terras lira ce rapport , lui qui prétend le contraire dans sa revue en ligne .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 84703
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: « On prête à l’Église un poids politique qu’elle n’a plus »   Ven 09 Déc 2016, 04:07

L'Eglise, si elle garde sa foi, a un poids moral immense et subit les foudres du monde selon ce texte du livre de la sagesse :


TROISIEME ACTE, UN COMBAT CONTRE "LES INTOLÉRANTS" : déshonorons l'intolérant qui pense qu'il y a autre chose :

Sagesse 2, 10 Opprimons le juste qui est pauvre, n'épargnons pas la veuve, soyons sans égards pour les cheveux blancs chargés d'années du vieillard.
Sagesse 2, 11 Que notre force soit la loi de la justice, car ce qui est faible s'avère inutile.
Sagesse 2, 12 Tendons des pièges au juste, puisqu'il nous gêne et qu'il s'oppose à notre conduite, nous reproche nos fautes contre la Loi et nous accuse de fautes contre notre éducation.
Sagesse 2, 13 Il se flatte d'avoir la connaissance de Dieu et se nomme enfant du Seigneur.
Sagesse 2, 14 Il est devenu un blâme pour nos pensées, sa vue même nous est à charge ;
Sagesse 2, 15 car son genre de vie ne ressemble pas aux autres, et ses sentiers sont tout différents.
Sagesse 2, 16 Il nous tient pour chose frelatée et s'écarte de nos chemins comme d'impuretés. Il proclame heureux le sort final des justes et il se vante d'avoir Dieu pour père.
Sagesse 2, 17 Voyons si ses dires sont vrais, expérimentons ce qu'il en sera de sa fin.
Sagesse 2, 18 Car si le juste est fils de Dieu, Il l'assistera et le délivrera des mains de ses adversaires.
Sagesse 2, 19 Eprouvons-le par l'outrage et la torture afin de connaître sa douceur et de mettre à l'épreuve sa résignation.
Sagesse 2, 20 Condamnons-le à une mort honteuse, puisque, d'après ses dires, il sera visité."


_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Elriel

avatar

Masculin Messages : 1010
Inscription : 08/09/2013

MessageSujet: Re: « On prête à l’Église un poids politique qu’elle n’a plus »   Dim 11 Déc 2016, 11:47

Il ne sert à rien de voter dans un pays qui a perdu sa souveraineté.

IL serait temps que l'Eglise en prenne conscience. Ces débats ne servent à rien sinon à continuer de nous faire croire que, par le vote, nous avons un quelconque pouvoir de peser sur la balance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « On prête à l’Église un poids politique qu’elle n’a plus »   Dim 11 Déc 2016, 18:09

Elriel a écrit:
Il ne sert à rien de voter dans un pays qui a perdu sa souveraineté.

IL serait temps que l'Eglise en prenne conscience. Ces débats ne servent à rien sinon à continuer de nous faire croire que, par le vote, nous avons un quelconque pouvoir de peser sur la balance.

le vote est un devoir, c'est ce qu'avait dit notre évêque au sujet des élections présidentielles en 2012.

« Voter est un devoir chrétien », par Mgr Le Vert
Publié le 30 mars 2012

Chers amis,
Des échéances électorales importantes nous attendent dans quelques semaines, avec le renouvellement de nos représentants au plus haut niveau des pouvoirs exécutif et législatifs : le Président de la République et l’ensemble de nos députés.

Ces élections surviennent à une période forte de crise et d’interrogations sur l’avenir de notre société. Comme tous les citoyens de notre pays, nous sommes appelés à exprimer notre choix. La Conférence des Evêques de France (CEF) a proposé dès le 3 octobre 2011 un document, « Elections : un vote pour quelle société ? », écrit pour nous aider dans notre réflexion et notre discernement. Les évêques attirent l’attention sur des points qui nous concernent tous, et qui sont à prendre en compte en vue des prochaines élections : la famille, la culture, la jeunesse, l’attention particulière aux plus pauvres et aux plus démunis, le handicap, la vie dans les banlieues, les migrants, l’environnement, la justice, le respect de la vie, l’économie, une juste laïcité qui ne rejette pas le fait religieux dans la sphère du privé… L’attention de la campagne se focalisera sans doute sur le domaine économique et social. Cependant, nos élus seront en place pour cinq années, et ils auront au cours de leur mandat à traiter toutes ces autres questions. Il nous revient donc d’examiner comment les choix et les orientations des candidats traitent les différents points évoqués par les Evêques de France, de vérifier si ce qui nous est proposé est cohérent avec la société que nous voulons pour demain.

Notre Eglise ne se confond pas avec un parti politique et ne se reconnaît en aucun d’eux. Elle respecte la liberté d’opinion et incite chacun à exercer sa responsabilité de citoyen. Cependant, la laïcité n’interdit pas aux chrétiens d’exprimer et de promouvoir les valeurs humaines conformes à l’Evangile. Au contraire, elle le demande.

L’Évangile, quant à lui, n’est pas un programme politique. Mais en revanche, au nom même de l’Évangile, il y a des choix politiques auxquels les chrétiens ne peuvent adhérer. En fait, il ne s’agit pas de tirer un programme politique de l’Évangile, mais de lire les programmes politiques à la lumière de l’Évangile.

Conformément à l’enseignement de l’Eglise, je rappelle que voter n’est pas seulement un devoir citoyen, mais aussi chrétien ; et que la responsabilité de chacun est de participer à ces élections de manière éclairée et en conscience, en allant chercher l’information et en contribuant au débat et aux échanges avec d’autres. Nous devons le faire avec un regard de paix et inspiré par les valeurs évangéliques. C’est pourquoi, au nom même de ma mission d’évêque, je vous invite à lire ou relire le document publié par la Conférence des Evêques de France.

Vous pouvez trouver ce texte sur le site eglise.catholique.fr.

Chers amis, l’Espérance qui nous anime nous donne confiance en l’avenir, un avenir à construire ensemble, sous le regard de Dieu et avec sa grâce. N’oublions pas de le prier aussi pour ces élections, pour qu’il advienne ce qu’il y aura de mieux pour notre pays. Parce qu’il est devenu homme et qu’il connaît le cœur de l’homme, le Christ Jésus a quelque chose à nous dire sur tout ce qui concerne la vie de notre monde, les difficultés qu’il rencontre et les craintes qui peuvent tourmenter notre cœur.

Bonne préparation aux prochaines échéances électorales.
+ Jean-Marie Le Vert
Evêque de Quimper et Léon
Revenir en haut Aller en bas
Elriel

avatar

Masculin Messages : 1010
Inscription : 08/09/2013

MessageSujet: Re: « On prête à l’Église un poids politique qu’elle n’a plus »   Dim 11 Déc 2016, 20:43

Si demain un évêque dit "Tous à la Gay Pride!" vous le suivrez?

C'est pas parce qu'un "Monseigneur" dit quelque chose que c'est la vérité. Jésus a-t-il dit quelque part qu'il fallait aller voter? Sur quelle base dogmatique se fonde votre évêque?
Il y a deux siècles, le même vous aurait dit de boycotter les élections.

C'est un peu ce qui m'énerve dans bon nombre d'Eglises, toujours du côté du système en place, démocratie ou monarchie peu importe, tant qu'on est du côté du pouvoir en place. Et je ne dis pas ça QUE pour les catholiques, entendez moi bien, c'est le même son de cloche chez un grand nombre de protestants...
Revenir en haut Aller en bas
Oculus

avatar

Masculin Messages : 2763
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: « On prête à l’Église un poids politique qu’elle n’a plus »   Dim 11 Déc 2016, 21:20

Elriel a écrit:
Il ne sert à rien de voter dans un pays qui a perdu sa souveraineté.

IL serait temps que l'Eglise en prenne conscience. Ces débats ne servent à rien sinon à continuer de nous faire croire que, par le vote, nous avons un quelconque pouvoir de peser sur la balance.

Elriel , il y a un seul parti français dont le but est la récupération de la souveraineté de la France par la sortie de l'UE par l'article 50 du T.U.E (FRexit) , la sortie de l'euro et la sortie de l'Otan . Ce parti créé en 2007 à partir de rien sur cette base qui n'a jamais changé , va sans doute atteindre les 15 000 membres d'ici la fin de l'année , va sans doute présenter son candidat à la présidentielle et est la terreur de l'UE , c'est pour cela qu'il est systématiquement blacklisté des grands médias de masse depuis sa création ....
mais un électeur sur deux qui entend parler de son programme vote pour lui et un sur dix devient membre , son site est le plus consulté des partis politiques sur le Net , ça va peut être devenir la surprise de l'année 2017 ??
Voter pour ce parti sera le seul vote utile selon votre souhait : c'est l'UPR .
Revenir en haut Aller en bas
Elriel

avatar

Masculin Messages : 1010
Inscription : 08/09/2013

MessageSujet: Re: « On prête à l’Église un poids politique qu’elle n’a plus »   Dim 11 Déc 2016, 21:30

Je sais bien Oculus.
Le problème, c'est les 500 signatures...
Asselineau ne les aura jamais.

C'est triste.

Et c'est pour ça que je me résignerai à voter FN. Même si ce n'est pas à eux que va ma préférence, ce sont les seuls à proposer un référendum de sortie de l'UE...

Sinon paraît-il Mélenchon propose une sortie de l'UE. Cependant je ne lui fais aucune confiance...

J'irai donc voter, mais sans grande conviction...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « On prête à l’Église un poids politique qu’elle n’a plus »   Dim 11 Déc 2016, 21:52

on a le temps d'y penser et réfléchir, vu que c'est dans 4 mois ! et les primaires de la gauche avant en janvier.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « On prête à l’Église un poids politique qu’elle n’a plus »   Lun 12 Déc 2016, 11:09

En tout cas Elriel, les parents de Jésus, Joseph et Marie, se sont conformés à l'édit qui ordonnait un recensement de tout l'empire.

Voir l'évangile de Luc. :
Naissance de Jésus à Bethléhem (Luc 2.1-20)

Citation :
2 A cette époque-là parut un édit de l'empereur Auguste qui ordonnait le recensement de tout l'Empire.
2 Ce premier recensement eut lieu pendant que Quirinius était gouverneur de Syrie.
3 Tous allaient se faire inscrire, chacun dans sa ville d'origine.
4 Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée dans la ville de David, appelée Bethléhem, parce qu'il était de la famille et de la lignée de David.
5 Il y alla pour se faire inscrire avec sa femme Marie qui était enceinte.

Revenir en haut Aller en bas
Elriel

avatar

Masculin Messages : 1010
Inscription : 08/09/2013

MessageSujet: Re: « On prête à l’Église un poids politique qu’elle n’a plus »   Mar 13 Déc 2016, 14:31

Oui mais Jésus, quant à lui, avait souvent des comportements d'opposition au système établi plutôt que de soumission.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « On prête à l’Église un poids politique qu’elle n’a plus »   

Revenir en haut Aller en bas
 
« On prête à l’Église un poids politique qu’elle n’a plus »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CHAPELET DE L'EUCHARISTIE
» Sainte Prisca ou Priscille IIIème s. (Rome) et commentaire du jour " L'Epoux est avec eux"
» La bible dévoilée : les révélations de l'archéologie
» Prophétie de Marie-Anne de Jésus Torres
» Saint Gaétan de Thienne et commentaire du jour "Qui perdra sa vie à cause de moi la gardera"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: