DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Préparatifs de la future guerre en Europe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Préparatifs de la future guerre en Europe   Mer 30 Nov 2016, 10:54

La Russie va avaler la Biélorussie.

Les grandes manœuvres commence dès ce début d'année 2017 avec le transfert de l'équivalent d'une armée russe en Biélorussie.
Les convois militaires par rail seront multipliés par 80 par rapport à 2016 et par 20 par rapport à 2013, année de l'exercice ZAPPA auquel avait participé 12000 soldats russes.


http://belarusdigest.com/story/will-russia-occupy-belarus-2017-28101

Citation :
Will Russia occupy Belarus in 2017?

29 November 2016




Redeployment of Russian military equipment by railway

Recently, the Russian Ministry of Defence disclosed logistical data of railway traffic to other countries for the upcoming year. It revealed that the Kremlin is planning to significantly increase the amount of military cargo headed for Belarus.

This may be a sign that Moscow is preparing to redeploy a large number of Russian troops to Belarus in 2017.

A piece by Belarus Digest predicted that the Kremlin is trying to transform Belarus into a flash point for menacing NATO and Ukraine by deploying its military capabilities on Belarusian territory.

Unfortunately, this prediction is corroborated by the aforementioned logistic data, as well as the fruitlessness of the meeting between Alexander Lukashenko and Vladimir Putin in Moscow.
The negotiation agenda: two different angles

On 22 – 23 October 2016 Alexander Lukashenko paid a working visit to his Russian counterpart Vladimir Putin to discuss bilateral economic problems. The lack of official comments on the results of the negotiations in Moscow raises some doubts about its real agenda. Moreover, the current state of affairs demonstrates that the Kremlin is unwilling to compromise and will continue to put pressure on Minsk.

Significant economic problems have been accumulating in Moscow-Minsk relations since the Russia-Ukraine conflict in 2014. The list of grievances includes permanent trade wars and restrictions of Belarusian goods on the Russian market, the gas price dispute and the incomplete delivery of oil to Belarus from Russia, and the sudden implementation of controls on the Belarusian-Russian border.

However, Alexander Surikov, the Russian ambassador to Belarus, announced shortly before the meeting that the two presidents would not be discussing economic problems. According to him, Vladimir Putin and Alexander Lukashenko would focus on political issues in the changing international context. He did not specify which 'changes' were implied.

Nevertheless, it seems that Putin had already set the political agenda for negotiations with Lukashenko during the Asia-Pacific Economic Cooperation Summit in Peru on 21 November 2016, one day before the meeting in Moscow. He explained why Russia is so alarmed by NATO’s expansion and stressed that the 'situation is heating up'.

Without doubt, Putin did discuss the current security situation in the region with his Belarusian counterpart. According to Kremlin strategists, upcoming deployments of four NATO battalions in Poland and the Baltic states will undermine the strategic stability of the region.

Putin believes that Belarus must participate in Russia’s military response to NATO’s activities on its Eastern flank

For this reason, Putin believes that Belarus must participate in Russia’s military response to NATO’s activities on its Eastern flank. Part of this response includes the large scale 'Zapad / West 2017' military drills taking place on the territory of Belarus and Kaliningrad next year.
Military drills or occupation?

However, the newly revealed logistical data of Russian military cargo to Belarus illustrate the Kremlin’s far-reaching strategic designs. It seems that Moscow is planning to redeploy a large number of Russian troops on the territory of Belarus for purposes other than military drills.
Spoiler:
 


According to these data, the Russian Ministry of Defence plans to send 4,162 railway carriages to Belarus next year. This would be 33 times more traffic than in 2015, and 83 times more traffic than this year. Some more argue that this increase in flow is connected with the 'Zapad/ West' joint strategic military exercises taking place next September.

However, comparing next year's logistical data with the number of railway carriages coming from Russia in 2013, during the previous 'Zapad' military drills, paints a rather different picture.

The Russian Ministry of Defence sent only 200 railway carriages to Belarus that year. Moreover, almost half of the motorised brigade of the Russian Armed Forces (comprising 2,500 troops) took part in the joint military exercises on the territory of Belarus.

Source: Russian Ministry of Defence

In contrast, next year the Russian Ministry of Defence is planning to send 20 times more railway carriages to Belarus than during previous 'Zapad' drills in 2013. What's more, the Kremlin’s strategists are not required to publish certain military logistic data in open sources. This is a usual practise. Therefore, to get a more realistic idea of the scale of Russian troops’ redeployment to Belarus, the number of railway carriages should be multiplied at least by a factor of 1.5.

This logistical military data indirectly confirms that Russia is going to redeploy a number of troops to Belarus almost equal to the 1st Guards Tank Army of the Western Military District, and not simply participate in regular military drills.

Obviously, the Kremlin does not need this many troops for training purposes. A more likely scenario is that Russia plans to transform Belarus into an outpost for military confrontation with NATO. Specifically, Russia may use Belarusian territory in order to generate security threats and challenges to the Baltic states.

the Kremlin must first set up a strategic military presence on the territory of Belarus

In order to accomplish this, the Kremlin must first set up a strategic military presence on the territory of Belarus. Obviously, if this many Russian troops arrive in Belarus, it will be difficult to send them home later. Without doubt, this is detrimental to the sovereignty and independence of the Belarusian state.
Implications of the meeting in Moscow

Notably, this Russian military logistical data appeared in open sources one week prior to Lukashenka's visit to Moscow, despite the fact that Belarusian military officials had not yet ironed out the details of next year's 'Zapad' drills with their Russian counterparts.

In this regard, the publication of these data can be seen as a tool to put psychological pressure on Minsk in order to bring Belarus into line with the Kremlin.

Simultaneously, the Russian media launched an information campaign dedicated to Belarus immediately following Lukashenka's visit to Moscow. Even certain federal-level Russian TV channels, such as 'Channel One Russia' and 'Zvezda', reported on the topic of Belarus

Some journalists' stories drew parallels with the situation in Ukraine. According to them, the same fate of destabilisation awaits Belarus, as Western intelligence agencies are preparing a colour revolution to overthrow Alexander Lukashenko.

Other stories focused on the growth of nationalist sentiment and 'Russophobia' in Belarusian society, as well as an outburst of right-wing oppositional political movements and parties. 'Zvezda', the TV channel of the Russian Ministry of Defence, warned explicitly that Alexander Lukashenko could be overthrown by Ukrainian provocateurs and so on.

Belarus Digest has written articles outlining a hypothetical coup scenario in Belarus launched by the Kremlin. According to this sequence of events, Russian-backed sabotage groups could operate as Belarusian nationalists or 'Ukrainian provocateurs'. In another scenario, based on the failed tactics of plotters in Montenegro, Russian agents could also pose as local security forces.

It seems that the Kremlin is preparing Russian public opinion for a serious crisis in Belarusian-Russian relations. The fruitlessness of Alexander Lukashenko’s visit to Moscow also signals that Belarus is refusing to become a Russian military outpost in the event of a confrontation between NATO and the West.

In the future, an intensification of tension and an increase in coercive measures by the Kremlin – should Belarus continue to defend its national sovereignty and independence – is possible. This could even entail a coup attempt and destabilisation as an excuse for the Russian military to intervene in Belarus and instal a fully pro-Kremlin regime in Minsk.

Without a doubt, such a pro-Kremlin regime would acquiesce to however many Russian troops the Kremlin desires on Belarusian territory.

Arseni Sivitski

Arseni is the Director of the Centre for Strategic and Foreign Policy Studies based in Minsk; he is also a military officer in reserve for the Belarusian Armed Forces.
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Préparatifs de la future guerre en Europe   Jeu 01 Déc 2016, 13:30

Pas un mois sans que la Russie se rende coupable de tests grandeurs nature de cyberguerre contre l'Europe de l'Ouest.

http://www.dna.fr/defense/2016/11/30/cyberattaques-en-serie-la-russie-soupconnee

Citation :
Cyberattaques en série : la Russie soupçonnée
Le piratage du principal opérateur de télécommunication Deutsche Telekom est le dernier d’une longue série. La politique aussi est menacée.


Le piratage de la Deutsche Telekom a perturbé les connexions de près d’un million de foyers. Photo archives AFP

 
 
Le black-out a commencé dimanche et privé jusqu’à un million de foyers de connexion internet. Géante et inédite, cette cyberattaque a perturbé les routeurs de la Deutsche Telekom, le principal opérateur de télécommunications. L’enquête suit son cours pour « déterminer d’où ces attaques provenaient, ce qui n’est pas facile », a réagi Angela Merkel, interrogée sur une éventuelle responsabilité russe dans l’offensive.

« Ce type d’offensives que « la doctrine de la Russie » appelle « conflits hybrides » « appartient désormais au quotidien, et nous devons apprendre à y répondre », a néanmoins ajouté la chancelière.

Des experts de la sécurité, cités dans le journal berlinois Tagesspiegel , attribuent clairement l’attaque au logiciel Mirai, développé par le groupe de hackers russes Sofacy, également connu sous les noms APT28 ou Pawn Storm. L’attaque contre la Deutsche Telekom poursuit sans doute « un double objectif » en mettant à nu la faiblesse d’une grande entreprise tout en préparant une offensive « de plus grande ampleur », par exemple lors du Sommet du G20 organisé en juin à Hambourg (nord).

« Le ‘malware’ (logiciel malveillant) était mal programmé, il n’a pas fait ce pour quoi il était conçu, sinon les conséquences auraient pu être beaucoup plus graves », rassure le porte-parole de la Deutsche Telekom, Georg von Wagner.
Législatives et G20

En 2015, Mirai avait déjà été utilisé pour pirater le Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand. Et plusieurs partis politiques allemands dont la CDU conservatrice d’Angela Merkel ont fait l’objet, cet été, de cyberattaques attribuées à des hackers pro-Kremlin. Les services de renseignement allemands accusent le gouvernement russe de piloter des campagnes internationales de cyberattaques à des fins d’espionnage et de sabotage, évoquant une « guerre hybride » orchestrée par Moscou depuis « sept à onze ans ». Au début du mois, Angela Merkel s’est inquiété de tentatives de désinformation qui « pourraient jouer un rôle pendant la campagne » des législatives de septembre 2017, lors desquelles elle briguera un quatrième mandat. « Nous devons pour cela informer les gens et continuer d’exprimer très clairement nos convictions politiques. »

Les médias allemands, eux, soupçonnent en particulier Moscou de chercher à influencer la vie politique allemande à travers les 3,2 millions de ressortissants des ex-Républiques soviétiques, arrivés en Allemagne après l’éclatement du bloc de l’Est, et qui disposent pour la plupart de la nationalité allemande. Début octobre, le ministère de la Défense a annoncé la création d’un cyber-département comprenant 130 fonctionnaires répartis entre Bonn et Berlin. Objectif : organiser la riposte,
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2676
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Préparatifs de la future guerre en Europe   Jeu 01 Déc 2016, 13:37

On peu retourner toute cette information et dire que l'Otan veut envahir la Russie en déploient les forces a la frontière russe. Je vous rappelle juste que la Biélorussie n'est pas dans l'Otan et qu'elle est partenaire militaire de la Russie.
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Préparatifs de la future guerre en Europe   Jeu 01 Déc 2016, 14:06

Joker 911 n'a aucun sens des proportions.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2676
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Préparatifs de la future guerre en Europe   Jeu 01 Déc 2016, 17:05

SJA a écrit:
Joker 911 n'a aucun sens des proportions.

Citez moi une seule base russe autour du territoire Américaine.
Revenir en haut Aller en bas
Eleison



Masculin Messages : 222
Inscription : 08/12/2015

MessageSujet: Re: Préparatifs de la future guerre en Europe   Jeu 01 Déc 2016, 22:12

Le grand tort de la Russie, c'est de ne pas se laisser faire. L'Empire US a beau crier " Nom de D..., Vladimir, laisse-toi faire, ça ne marche pas ! Et pourtant, le contrôle sans partage du continent eurasiatique est essentiel pour assurer l'hégémonie mondiale des USA, choisis par Dieu entre tous les peuples pour assurer l'ordre mondial divin. La preuve en est qu'ils sont les plus riches, donc les élus, selon la théorie de la prédestination calviniste qui leur est chère.

Côté Eurasie, la chose est devenue évidente et avouée depuis que Z. Brzezinski a publié "Le grand échiquier" dans les années '90. La Chine en fait aussi les frais. Seule l' Union Européenne est consentante, depuis qu'elle est devenue une colonie économique , culturelle, politique et militaire, en 1945. Et le Proche et Moyen Orient ne sont jamais que la base Sud de l'Eurasie centrale. D'où l'Iraq et la Syrie notamment.

Il faut donc détruire la Russie - comme Rome voulut détruire Carthage - pour cause de "rébellion contre l'autorité". Tous les moyens seront bons, jusqu'à la guerre nucléaire s'il le faut. D'où les préparatifs US autour de la Russie- dans son ancienne zone d'influence- en espérant qu'elle fasse un faux pas qui permettrait de lui mettre la responsabilité sur le dos. Mais comment peut-on être aussi fou pour s'opposer ainsi à la volonté de Dieu sur la terre comme au ciel ?


Dernière édition par Eleison le Jeu 01 Déc 2016, 22:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2676
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Préparatifs de la future guerre en Europe   Jeu 01 Déc 2016, 22:49

Eleison a écrit:
Le grand tort de la Russie, c'est de ne pas se laisser faire. L'Empire US a beau crier " Nom de D..., Vladimir, laisse-toi faire, ça ne marche pas ! Et pourtant, le contrôle sans partage du continent eurasiatique est essentiel pour assurer l'hégémonie mondiale des USA, choisis par Dieu entre tous les peuples pour assurer l'ordre mondial divin. La preuve en est qu'ils sont les plus riches, donc les élus, selon la théorie de la prédestination calviniste qui leur est chère.

Côté Eurasie, la chose est devenue évidente et avouée depuis que Z. Brzezinski a publié "Le grand échiquier" dans les années '90. La Chine en fait aussi les frais. Seule l' Union Européenne est consentante, depuis qu'elle est devenue une colonie économique , culturelle, politique et militaire, en 1945. Et le Proche et Moyen Orient ne sont jamais que la base Sud de l'Eurasie centrale. D'où l'Iraq et la Syrie notamment.

Il faut donc détruire la Russie - comme Rome voulut détruire Carthage - pour cause de "rébellion contre l'autorité". Tous les moyens seront bons, jusqu'à la guerre nucléaire s'il le faut. D'où les préparatifs US autour de la Russie- dans son ancienne zone d'influence- en espérant qu'elle fasse un faux pas qui permettrait de lui mettre la responsabilité sur le dos. Mais comment peut-on être aussi fou pour s'opposer à la volonté de Dieu sur la terre comme au ciel ?
:pape: prière
J'ajouterait juste que l'amerique en plaçant son arsenal nucléaire en Europe fait un bon tour de pass pass.
Revenir en haut Aller en bas
Eleison



Masculin Messages : 222
Inscription : 08/12/2015

MessageSujet: Re: Préparatifs de la future guerre en Europe   Jeu 01 Déc 2016, 22:56

@ joker911, citation : J'ajouterait juste que l'amerique en plaçant son arsenal nucléaire en Europe fait un bon tour de pass pass.

Oui, on reconnaît bien là les amis qui vous veulent du bien. Autrement dit : le diable n'a pas d'amis.
Revenir en haut Aller en bas
Gilles de Québec



Masculin Messages : 245
Inscription : 15/11/2016

MessageSujet: Re: Préparatifs de la future guerre en Europe   Ven 02 Déc 2016, 02:13

Je crois que vous vous énervez un peu trop sur cette éventuelle guerre entre russes et américains. Rolling Eyes (Qui aurait pu se produire sous l'administration Clinton)

Les relations si tendues entre ces deux supers-puissances vont revenir au beau fixe, avec l'arrivée au pouvoir en janvier 2017 du nouveau président élu Donald Trump.


Donald Trump, une lueur d'espoir pour les Russes? - Sputnik France
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Préparatifs de la future guerre en Europe   Ven 02 Déc 2016, 10:16

Une étape vient d'être franchie hier soir par la propagande de guerre du Kremlin.

Jamais un pays d'Europe de l'Ouest n'avait subit des attaques verbales d'une telle violence.

Nous ne rêvons pas, l'Allemagne de Merkel est comparée à la France de Napoléon ou à l'Allemagne d'Hitler.

Putin prépare les esprits russes à la guerre. Les russes voient des nazis partout en Ukraine, dans les pays baltes, en Allemagne ...
Lorsque qu'en Pologne on descelle les statues des criminels communistes russes qui ont occupé l’Europe de l'est pendant des décennies, devinez quoi ? C'est un coup des nazis polonais !

Quand l'UE parle d'une armée européenne devinez à cela fait penser la propagande russe ? A l'armée d'Hitler qui comprenait plusieurs nationalité en son sein !
Spoiler:
 


Citation :

Spoiler:
 

19:41 01.12.2016(mis à jour 21:52 01.12.2016)

La politique allemande à l’égard de la Russie subit des changements violents.

L’Union chrétienne-démocrate (CDU) et l’Union chrétienne-sociale (CSU) au pouvoir en Allemagne ont préparé un document chargé de déterminer les contours de cette nouvelle politique de durcissement. L'Union chrétienne-démocrate (CDU) et l'Union chrétienne-sociale (CSU) sont en train d'élaborer une nouvelle politique allemande à l'égard de la Russie. Le document stipulant ses particularités met l'accent sur le durcissement de cette politique. Les principes politiques d'Angela Merkel mettent en cause la sécurité Angela Merkel

Merkel est-elle la femme la plus dangereuse d’Europe?

Une telle tournure signifie que la chancelière fédérale allemande Angela Merkel s'éloigne des principes qu'elle avait précédemment l'habitude de partager, estime l'ex-secrétaire du ministère allemand de la Défense et ex-vice-président de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) Willy Wimmer dans une interview accordée à Sputnik. « Ainsi, je peux vous assurer qu'à l'époque où la République fédérale allemande remplissait les obligations des accords conclus, suivait les principes de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan) et était attachée au Statut de l'Organisation des Nations unies (Onu), nous n'aurions pas pu rédiger un tel document », indique l'expert.

C'est une dégradation de la politique allemande, déclare M. Wimmer qui ajoute que le document est tellement choquant qu'il est difficile de croire qu'il est l'œuvre du plus grand parti allemand. « Et quand on lit ce document, compte tenu de ces circonstances, on comprend que ce parti, mon parti, s'est dégradé jusqu'à devenir un parti qui menace la sécurité de l'Europe et qui n'est plus en mesure d'identifier les intérêts nationaux de la République fédérale allemande et de les présenter », souligne l'ex-secrétaire du ministère allemand de la Défense.

L'idée de bon voisinage oubliée

Par ailleurs, le document présente une vision erronée de la politique internationale contemporaine, indique M. Wimmer qui précise que dans cette situation, il est difficile à croire que Mme Merkel participait en réalité au règlement de la crise dans le sud-est de l'Ukraine. « Maintenant, quand on lit ce document, il faut tenir compte du fait que la chancelière fédérale, dont la participation à la création du document de ce genre, même à l'état de projet, est indispensable, veut priver le processus de Minsk de sa base et ainsi jouer un rôle décisif dans la déstabilisation de l'Europe », explique l'expert.

Selon M. Wimmer, la politique occidentale envers la Russie depuis la réunification de l'Allemagne se caractérisait par des démarches de confrontation. Le déploiement des forces de l'Otan près des frontières russes en est un exemple frappant. Cette politique a favorisé la création des scénarios de conflit de l'époque de la guerre froide, alors que tout le monde espérait sa fin… « Si j'étais à Moscou, en Russie, et si j'observais un tel état de choses aux frontières occidentales, moi, j'arriverais très probablement à la conclusion suivante : c'est la même politique qu'Adolf Hitler et Napoléon menaient à l'époque. Et dans une telle situation, nous ne pouvons pas suivre la politique de bon voisinage que nous avions adoptée en 1990 en signant la Charte de Paris », indique M. Wimmer.

La pression occidentale sur la Russie, dans quel but ?

La ligne de confrontation politique comme principe commun occidental ? La résolution du Parlement européen récemment adoptée le prouve. Selon l'ex-vice-président de l'OSCE, quand la Russie a exprimé sa volonté de mener une politique internationale correspondant à ses intérêts tout en suivant les normes du droit international, l'Occident a montré les dents. « Les Américains accompagnés des Britanniques et avec la participation active de Berlin essaient de détruire cette position et d'établir une tutelle sur la Russie. On ne peut pas traiter autrement les formules présentes dans ce document. Ils font tout pour briser l'échine de Moscou, mais la seule chose est sûre : dans le cas de Moscou, ça ne marchera pas », explique M. Wimmer. L'ex-vice-président de l'OSCE avertit : ce que fait Mme Merkel à Berlin, c'est un retour à l'arrogance allemande. Une tournure politique qui est très dangereuse, compte tenu de l'expérience historique du XXe siècle… Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Un modérateur vient de passer la photo en spoiler.
C'est dommage car elle est parlante. La voyant, on a l'impression de voir le Reichtag.


Dernière édition par SJA le Ven 02 Déc 2016, 11:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Préparatifs de la future guerre en Europe   Ven 02 Déc 2016, 10:25

Eleison a écrit:
Le grand tort de la Russie, c'est de ne pas se laisser faire. L'Empire US a beau crier " Nom de D..., Vladimir, laisse-toi faire, ça ne marche pas ! Et pourtant, le contrôle sans partage du continent eurasiatique est essentiel pour assurer l'hégémonie mondiale des USA, choisis par Dieu entre tous les peuples pour assurer l'ordre mondial divin. La preuve en est qu'ils sont les plus riches, donc les élus, selon la théorie de la prédestination calviniste qui leur est chère.

Côté Eurasie, la chose est devenue évidente et avouée depuis que Z. Brzezinski a publié "Le grand échiquier" dans les années '90. La Chine en fait aussi les frais. Seule l' Union Européenne est consentante, depuis qu'elle est devenue une colonie économique , culturelle, politique et militaire, en 1945. Et le Proche et Moyen Orient ne sont jamais que la base Sud de l'Eurasie centrale. D'où l'Iraq et la Syrie notamment.

Il faut donc détruire la Russie - comme Rome voulut détruire Carthage - pour cause de "rébellion contre l'autorité". Tous les moyens seront bons, jusqu'à la guerre nucléaire s'il le faut. D'où les préparatifs US autour de la Russie- dans son ancienne zone d'influence- en espérant qu'elle fasse un faux pas qui permettrait de lui mettre la responsabilité sur le dos. Mais comment peut-on être aussi fou pour s'opposer ainsi à la volonté de Dieu sur la terre comme au ciel ?

Quand j'étais gamin, au catéchisme, on priait pour le Père martyr Popieluszko.

Maintenant on trouve des catholiques qui souhaitent la victoire sur l’Europe du KGB.

Saint Jean-Paul II priez pour ces égarés !
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2676
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Préparatifs de la future guerre en Europe   Ven 02 Déc 2016, 11:14

SJA vous prenez trop vos rêves pour de la réalité, vous êtes obsédé par Poutine? 

Il y aura aucune guerre entre USA et Russie arrêter des faire des nouveaux sujets sur cette thème chaque mois.
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Préparatifs de la future guerre en Europe   Ven 02 Déc 2016, 11:15

Chez les polonais, on ne partage pas l'enthousiasme de ce forum pour le dictateur issu du KGB Putin.

Et on double quasiment les effectifs de l'armée.

http://nationalinterest.org/feature/poland-takes-its-military-might-seriously-18580


Citation :


Poland Takes Its Military Might Seriously
Spoiler:
 


Unlike most of its NATO and European peers, Poland has consistently viewed defense as a priority issue.
Agnia Grigas

December 1, 2016


A call earlier this week between President-elect Donald Trump and British Prime Minister Theresa May — in which they agreed on the need for more NATO member states to commit two percent of their GDP on defense spending — brought European security debate back into the limelight.

Although Trump gained notoriety in Europe for his skepticism of America’s alliances, there has been a surge of high-ranking politicians and government officials on both sides of the Atlantic saying that Europe is not doing enough for its defense. Earlier British Foreign Secretary Boris Johnson said that Europe should “step up to the plate” to meet NATO defense spending targets, and NATO chief Jens Stoltenberg noted that “more defense spending in Europe is important for the transatlantic bond.” A resurgent Russia and an increasingly inward looking political mood in the United States have prompted this reassessment.

The good news is that new key players such as Poland have emerged ascendant in Europe’s security architecture.

Unlike most of its NATO and European peers, Poland has for the past two decades consistently viewed defense as a priority issue, and as a result, has been slowly but steadily emerging as the bedrock of European security. Neighboring the highly militarized Russian enclave of Kaliningrad, Poland has reason to worry, and has defied the notion that all Europeans are simply “free riding” off the American taxpayer.

Poland is one of the few countries on the old continent that never cut its defense spending by a large margin after the collapse of the Soviet Union, keeping it at an average of around 1.9 percent of its GDP for the past two decades. During the 2008 global financial crisis, Poland’s military spending dipped to 1.7 percent of GDP, but following Russia’s incursion into Ukraine in 2014, it rapidly rebounded to a respectable 2.2 percent of GDP in 2015.

These spending habits contrast greatly with neighboring large and small NATO member states like Germany and the Czech Republic. Over the course of the last twenty years, Germany — Europe’s foremost economic power — has spent an average of around 1.3 percent of its GDP on defense, while the Czech Republic spent around 1.4 percent.

To date, apart from Poland, only Estonia, Greece, the United Kingdom and the United States meet NATO’s agreed two percent criteria. These countries will soon be joined by Latvia and Lithuania, as they have pledged to spend at least two percent of their GDP for defense by 2018.

However, spending numbers alone do not tell the whole story of defense commitment. The Polish government has pursued a number of policies designed to increase its military prowess and deter potential foes. In 2012, Poland unveiled a wide-ranging military modernization program, which, by 2022 will have poured nearly $62 billion on advanced military equipment. The funds will not only be used for purchasing state-of-the art tanks, military aircraft, missile systems and naval forces, but also upgrading its vast, albeit slightly aged military equipment that Warsaw retained after the end of the Cold War.

In early 2016, Warsaw also announced that it plans to nearly double its army size to strengthen the nation’s borders. This initiative will boost the size of Poland’s professional army from around 80 thousand to 150 thousand in the upcoming years. Polish Minister of Defense Antoni Macierewicz added that such military force “is the minimum which is necessary to respond to military threats.” Once this reform is completed, Poland will be inching closer to Europe’s largest armies like France, Germany and United Kingdom, where military forces number 200 thousand, 180 thousand and 162 thousand respectively.

In addition to the professional army, Poland announced in November that it plans to build a new territorial defense force of 53 thousand volunteers by 2019. According to the Ministry of Defense, each of Poland’s sixteen provinces will have a force of three thousand to five thousand volunteers who will undergo military training, with particular priority of deployment given to eastern provinces that are deemed the most exposed to Russia.

Through its history of participating in international operations, Poland has offered evidence that it is not merely a “free rider,” but a trustworthy partner to its allies. It has demonstrated loyal support to the United States both in Afghanistan and Iraq, where its troops fought the Taliban and helped topple Saddam Hussein. More recently, in 2016, Poland led the establishment of the trilateral Lithuanian–Polish–Ukrainian brigade, contributing the bulk of the fighting force, which will strengthen Europe’s eastern frontier.

Poland stands as an exception to Europe’s generally lackluster defense effort. Warsaw is proving with its long-standing commitment to defense spending that not all European countries are “free riding” on America’s institutionalized security umbrella in the guise of NATO.

When Washington considers its policy in regards to America’s allies in Europe and NATO, it should take notice of Poland’s colossal efforts and encourage other European nations to follow suit rather than weaken the NATO alliance. In a complex and volatile international environment, the United States will need its loyal allies and strong alliances.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2676
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Préparatifs de la future guerre en Europe   Ven 02 Déc 2016, 11:17

SJA a écrit:
Chez les polonais, on ne partage pas l'enthousiasme de ce forum pour le dictateur issu du KGB Putin.

Et on double les capacités de son armée.
Spoiler:
 


Citation :


Poland Takes Its Military Might Seriously
Spoiler:
 


Unlike most of its NATO and European peers, Poland has consistently viewed defense as a priority issue.
Agnia Grigas

December 1, 2016


A call earlier this week between President-elect Donald Trump and British Prime Minister Theresa May — in which they agreed on the need for more NATO member states to commit two percent of their GDP on defense spending — brought European security debate back into the limelight.

Although Trump gained notoriety in Europe for his skepticism of America’s alliances, there has been a surge of high-ranking politicians and government officials on both sides of the Atlantic saying that Europe is not doing enough for its defense. Earlier British Foreign Secretary Boris Johnson said that Europe should “step up to the plate” to meet NATO defense spending targets, and NATO chief Jens Stoltenberg noted that “more defense spending in Europe is important for the transatlantic bond.” A resurgent Russia and an increasingly inward looking political mood in the United States have prompted this reassessment.

The good news is that new key players such as Poland have emerged ascendant in Europe’s security architecture.

Unlike most of its NATO and European peers, Poland has for the past two decades consistently viewed defense as a priority issue, and as a result, has been slowly but steadily emerging as the bedrock of European security. Neighboring the highly militarized Russian enclave of Kaliningrad, Poland has reason to worry, and has defied the notion that all Europeans are simply “free riding” off the American taxpayer.

Poland is one of the few countries on the old continent that never cut its defense spending by a large margin after the collapse of the Soviet Union, keeping it at an average of around 1.9 percent of its GDP for the past two decades. During the 2008 global financial crisis, Poland’s military spending dipped to 1.7 percent of GDP, but following Russia’s incursion into Ukraine in 2014, it rapidly rebounded to a respectable 2.2 percent of GDP in 2015.

These spending habits contrast greatly with neighboring large and small NATO member states like Germany and the Czech Republic. Over the course of the last twenty years, Germany — Europe’s foremost economic power — has spent an average of around 1.3 percent of its GDP on defense, while the Czech Republic spent around 1.4 percent.

To date, apart from Poland, only Estonia, Greece, the United Kingdom and the United States meet NATO’s agreed two percent criteria. These countries will soon be joined by Latvia and Lithuania, as they have pledged to spend at least two percent of their GDP for defense by 2018.

However, spending numbers alone do not tell the whole story of defense commitment. The Polish government has pursued a number of policies designed to increase its military prowess and deter potential foes. In 2012, Poland unveiled a wide-ranging military modernization program, which, by 2022 will have poured nearly $62 billion on advanced military equipment. The funds will not only be used for purchasing state-of-the art tanks, military aircraft, missile systems and naval forces, but also upgrading its vast, albeit slightly aged military equipment that Warsaw retained after the end of the Cold War.

In early 2016, Warsaw also announced that it plans to nearly double its army size to strengthen the nation’s borders. This initiative will boost the size of Poland’s professional army from around 80 thousand to 150 thousand in the upcoming years. Polish Minister of Defense Antoni Macierewicz added that such military force “is the minimum which is necessary to respond to military threats.” Once this reform is completed, Poland will be inching closer to Europe’s largest armies like France, Germany and United Kingdom, where military forces number 200 thousand, 180 thousand and 162 thousand respectively.

In addition to the professional army, Poland announced in November that it plans to build a new territorial defense force of 53 thousand volunteers by 2019. According to the Ministry of Defense, each of Poland’s sixteen provinces will have a force of three thousand to five thousand volunteers who will undergo military training, with particular priority of deployment given to eastern provinces that are deemed the most exposed to Russia.

Through its history of participating in international operations, Poland has offered evidence that it is not merely a “free rider,” but a trustworthy partner to its allies. It has demonstrated loyal support to the United States both in Afghanistan and Iraq, where its troops fought the Taliban and helped topple Saddam Hussein. More recently, in 2016, Poland led the establishment of the trilateral Lithuanian–Polish–Ukrainian brigade, contributing the bulk of the fighting force, which will strengthen Europe’s eastern frontier.

Poland stands as an exception to Europe’s generally lackluster defense effort. Warsaw is proving with its long-standing commitment to defense spending that not all European countries are “free riding” on America’s institutionalized security umbrella in the guise of NATO.

When Washington considers its policy in regards to America’s allies in Europe and NATO, it should take notice of Poland’s colossal efforts and encourage other European nations to follow suit rather than weaken the NATO alliance. In a complex and volatile international environment, the United States will need its loyal allies and strong alliances.


Mais SJA dites moi meme si ils triplent la capacité de leur armée en Pologne a quoi est ce que ca servira?
Revenir en haut Aller en bas
Eleison



Masculin Messages : 222
Inscription : 08/12/2015

MessageSujet: Re: Préparatifs de la future guerre en Europe   Ven 02 Déc 2016, 13:41

Russie : 12 bases militaires à l'étranger, dont 10 dans les anciens territoires de l'URSS et 2 en Syrie :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Forces_arm%C3%A9es_de_la_F%C3%A9d%C3%A9ration_de_Russie

USA : entre 700 et 800 bases hors métropole :
http://www.mondialisation.ca/le-r-seau-mondial-des-bases-militaires-us/5314

Par ailleurs, la Russie compte une population de moins de 150 millions d'habitants en 2016 tandis que l'Otan en totalise plus d'un milliard.

Dans ces conditions, une politique conquérante  serait suicidaire de la part de la Russie. Elle serait par contre tout-à-fait envisageable de la part de l'Amérique, d'autant plus que les guerres se passeraient essentiellement hors de ses territoires. Merci les amis US !
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 2355
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: Préparatifs de la future guerre en Europe   Ven 02 Déc 2016, 16:32

C'est essentiellement le cartel militaro-industriel US qui pousse à ce genre de peurs délirantes, il faut bien vivre et donc allouer un budget militaire conséquent.
Puis il y a aussi les idiots utiles qui n'ont pas encore intégré la chute du mur de Berlin, ils se sont fossilisés et n'ont pas encore actualisé leur grille de lecture.
Pour rappel le Katéchon russe:
http://docteurangelique.forumactif.com/t19846-paraclet-et-katechon?highlight=katechon
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
joker911



Messages : 2676
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Préparatifs de la future guerre en Europe   Ven 02 Déc 2016, 16:46

Eleison a écrit:
Russie : 12 bases militaires à l'étranger, dont 10 dans les anciens territoires de l'URSS et 2 en Syrie :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Forces_arm%C3%A9es_de_la_F%C3%A9d%C3%A9ration_de_Russie

USA : entre 700 et 800 bases hors métropole :
http://www.mondialisation.ca/le-r-seau-mondial-des-bases-militaires-us/5314

Par ailleurs, la Russie compte une population de moins de 150 millions d'habitants en 2016 tandis que l'Otan en totalise plus d'un milliard.

Dans ces conditions, une politique conquérante  serait suicidaire de la part de la Russie. Elle serait par contre tout-à-fait envisageable de la part de l'Amérique, d'autant plus que les guerres se passeraient essentiellement hors de ses territoires. Merci les amis US !

Voila pourquoi pour moi il y aura aucune guerre directe, la Russie n'a que tres peu d'habitants donc si un vrai conflit il sera nucléaire
Revenir en haut Aller en bas
ericbasillais



Masculin Messages : 40
Inscription : 12/04/2016

MessageSujet: Re: Préparatifs de la future guerre en Europe   Ven 02 Déc 2016, 16:47

@SJA et Joker 911 :
Satan n'est-t-il pas le grand diviseur ?
La ligne de front spirituelle ne recouvre pas exactement la ligne de front politique, d'ailleurs nettement plus mobile (voir le cas caricatural d'Erdogan jouant sur tous les tableaux).
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2676
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Préparatifs de la future guerre en Europe   Ven 02 Déc 2016, 16:55

ericbasillais a écrit:
@SJA et Joker 911 :
Satan n'est-t-il pas le grand diviseur ?
La ligne de front spirituelle ne recouvre pas exactement la ligne de front politique, d'ailleurs nettement plus mobile (voir le cas caricatural d'Erdogan jouant sur tous les tableaux).
SJA Crois juste sans trop réfléchir a ce qui lui servent les médias.
Pour Erdogan il a une population très divisé dans son pays.
Revenir en haut Aller en bas
Gilles de Québec



Masculin Messages : 245
Inscription : 15/11/2016

MessageSujet: Re: Préparatifs de la future guerre en Europe   Ven 02 Déc 2016, 17:14

Citation :
Gilles de QuébecJe crois que vous vous énervez un peu trop sur cette éventuelle guerre entre russes et américains. Rolling Eyes (Qui aurait pu se produire sous l'administration Clinton)

Les relations si tendues entre ces deux supers-puissances vont revenir au beau fixe, avec l'arrivée au pouvoir en janvier 2017 du nouveau président élu Donald Trump.



Donald Trump, une lueur d'espoir pour les Russes? - Sputnik France
Revenir en haut Aller en bas
 
Préparatifs de la future guerre en Europe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aidons les chiens empoisonnés en Serbie
» 2011:Crise du capitalisme hégémonique
» L'Europe en guerre contre les trafics d'animaux sauvages et
» La démocratie a t`elle un avenir en Europe
» L'islamisation de l'Europe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: