DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'abomination du Dîner Al Smith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Azertyu



Féminin Messages : 96
Inscription : 19/10/2016

MessageSujet: L'abomination du Dîner Al Smith   Mer 26 Oct 2016, 20:47

http://dieuetmoilenul.blogspot.fr/2016/10/labomination-du-diner-al-smith.html



par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Fatima Network Perspectives
Le 25 octobre 2016

Chaque année depuis sa première édition en 1945, l'Archidiocèse de New York parraine et organise le « souper-bénéfice à la mémoire d’Al Smith » nommé parce qu’il fut le premier candidat présidentiel Catholique de l'Amérique. Accueilli par l'Archevêque de New York, le but de ce dîner à l’origine était d'amasser des fonds pour les enfants nécessiteux de l'Archidiocèse. Au cours des décennies qui ont suivi, cependant, cet événement de charité a été transformé dans une grotesquerie Américaine dans des proportions diaboliques au cours duquel les candidats à l’élection présidentielle sont honorés devant le monde entier indépendamment de leur opposition aux enseignements les plus essentiels de l'Église sur la Foi et la morale.


L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Chaque année, lors de cet événement, les partisans des plus graves maux imaginables dans la société civile, les pro-avortement, les « pro-droits des homosexuels » chez les candidats présidentiels Démocrates, sont honorés par l'un des prélats les plus éminents de l'Église, et une foule de bien nantis Catholiques libéraux se joignent au prélat en riant aux éclats de leurs plaisanteries professionnellement écrites, prétendant que les plaisantins ne sont pas les défenseurs des crimes abominables contre la loi naturelle et Divine.

Le Dîner Al Smith est devenu un espace classique de la vie publique Américaine « libre de valeurs » dans lequel l'ordre moral est considéré comme inopérant et où la seule « valeur » qui importe est la « civilité » de style Américain — ce qui signifie le consentement tacite à prononcer du mal par le silence auquel on lui fait face. Ainsi avons-nous assisté au Cardinal Dolan qui riait et donnait des petits coups de coude de jovialité à Hillary Clinton pendant ce spectacle révoltant, comme si c’était de la moindre importance qu’il soit assis à côté d’elle, la dignifiant de la présence d'un Prince de l'Église, elle qui est une ardente défenderesse de l'assassinat brutal en masse d'enfants innocents par l'avortement au moment même où ils quittent le sein de leurs mères — et pour lesquels Clinton demande maintenant des subventions fédérales !

Dolan était si déférent envers son invité du mal qu’il a été vu à chuchoter à l'oreille de Clinton pour la distraire des remarques « désagréables » de Donald Trump à son propos. Non, il ne faut pas être désagréable envers un défenseur des enfants assassinés, assassinats qui sont financés par des subventions du gouvernement fédéral. Car, après tout, c'est le Dîner Al Smith au profit des enfants nécessiteux — c’est-à-dire ceux qui sont autorisés à échapper au scalpel et aux pinces de l'avorteur.

Il n’est pas exagéré de dire que le Dîner Al Smith, qui reçoit une couverture de presse nationale et même internationale, rend l'Archevêque de New York un accessoire au grave péché dans plusieurs des neuf façons que l'Église a traditionnellement reconnues : au moins par l'éloge ou par la flatterie du pécheur objectif ainsi que par la dissimulation et le silence. Mais aussi par le consentement tacite de la part d'un prélat Catholique qui a le devoir impérieux de condamner le péché. Comme la Sainte Écriture nous avertit : « Ils connaissent bien le jugement de Dieu : ceux qui se conduisent de cette manière méritent la mort. Pourtant, ils continuent à commettre de telles actions et, de plus, ils approuvent ceux qui les commettent aussi (Rom. 1 :32) ».

Le Dîner Al Smith est devenu une abomination qui devrait être terminé sous sa forme actuelle ; et le Cardinal Archevêque de New York devrait faire amende honorable pour l'immense scandale que cette disgrâce annuelle a causé en revêtant du manteau de la respectabilité les principaux partisans de maux intolérables qui crient au Ciel pour un châtiment divin contre notre nation.

Mais alors l'image d'un Cardinal grassouillet qui rit avec l'incarnation même du mal politique à notre époque est une véritable icône de la crise ecclésiale sans précédent que l'Église endure maintenant. Une crise dont la résolution semblerait maintenant dépendre de la plus dramatique des interventions divines.

Notre-Dame de Fatima, protégez-nous !
Revenir en haut Aller en bas
Lebob



Masculin Messages : 4651
Inscription : 17/02/2012

MessageSujet: Re: L'abomination du Dîner Al Smith   Jeu 27 Oct 2016, 17:59

C'est vrai que Trump a tellement changé d'avis sur la question que plus personne ne sait exactement ce qu'il en pense.

Je signale aussi pour ceux qui ne sont pas au courant qu'aux Etats-Unis c'est un arrêt de la Cour Suprême (Roe v. Wade en 1973) qui a supprimé les lois prohibant l'avortement dans 30 états du pays et défini les conditions sous lesquelles un avortement pouvait avoir lieu.

J'ajoute que quelles que soient ses opinions sur la question, un président des Etats-Unis peut difficilement peser sur la législation en la matière aux Etats-Unis puisque le pouvoir législatif sur cette question relève du pouvoir des états et non de l'administration fédérale.

Quant à "la plus dramatique des interventions divines" qui "résoudrait la crise", je suppose que comme dans le cas d'autres tragédies historiques il faudra attendre longtemps avant qu'elle se manifeste.

J'attends avec impatience ce que l'auteur de ce morceau de bravoure nous servira si Mme Clinton, élue président, venait à rencontrer le pape.

Ah ! On me souffle dans l'oreille qu'il y aurait eu un précédent et qu'un pape aurait chaleureusement serré la pince d'un président ouvertement favorable à l'avortement : http://www.parismatch.com/Actu/International/En-images/Le-pape-Francois-et-Barack-Obama-complices-a-la-Maison-Blanche-833701

Comment se fait-il donc qu'une "dramatique intervention divine" n'ait pas foudroyé ces deux mécréants sur place ?
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12280
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: L'abomination du Dîner Al Smith   Jeu 27 Oct 2016, 18:37

mort de rire
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'abomination du Dîner Al Smith   Ven 28 Oct 2016, 20:13

https://www.infochretienne.com/hillary-clinton-confirme-etre-favorable-a-pratique-de-lavortement-jusquau-dernier-jour-terme/ L’animateur Chris Wallace a choisi de poser cette question à la candidate :

« Vous avez déclaré que le foetus n’a aucun droit constitutionnel. Vous avez également voté en faveur des avortements en fin de grossesse. Pourquoi ? »

Hillary Clinton a alors avancé l’argument des grossesses qui engendrent un risque pour la santé et la vie de la mère.

« Les cas d’avortement qui arrivent en fin de grossesse sont souvent un déchirement pour les familles qui font face à cette décision…. Je ne pense pas que les Etats-Unis aient à intervenir dans des décisions aussi importantes. »

Pour les républicains, Hillary Clinton est une extrémiste de l’avortement. Le candidat républicain à la présidentielle, Donald trump, considéré comme pro-vie, a alors répondu à Hillary :

« Je pense que c’est terrible. Si on écoute ce que dit Hillary, il sera possible d’extraire le bébé de l’utérus de la mère, jusqu’au jour prévu de sa naissance. Vous pouvez dire que c’est OK, Hillary peut dire que c’est OK. Mais ce n’est pas OK pour moi. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'abomination du Dîner Al Smith   Ven 28 Oct 2016, 20:16

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'abomination du Dîner Al Smith   Ven 28 Oct 2016, 20:28

https://pbs.twimg.com/media/Cv3tGWBVYAAKWM9.jpg Le FBI pourrait réinvestiguer les e-mails de Clinton, le $SPX et le peso mexicain chutent
Revenir en haut Aller en bas
Lebob



Masculin Messages : 4651
Inscription : 17/02/2012

MessageSujet: Re: L'abomination du Dîner Al Smith   Ven 28 Oct 2016, 22:22

philippe bis a écrit:
https://www.infochretienne.com/hillary-clinton-confirme-etre-favorable-a-pratique-de-lavortement-jusquau-dernier-jour-terme/    L’animateur Chris Wallace a choisi de poser cette question à la candidate :

« Vous avez déclaré que le foetus n’a aucun droit constitutionnel. Vous avez également voté en faveur des avortements en fin de grossesse. Pourquoi ? »

Hillary Clinton a alors avancé l’argument des grossesses qui engendrent un risque pour la santé et la vie de la mère.

« Les cas d’avortement qui arrivent en fin de grossesse sont souvent un déchirement pour les familles qui font face à cette décision…. Je ne pense pas que les Etats-Unis aient à intervenir dans des décisions aussi importantes. »

Pour les républicains, Hillary Clinton est une extrémiste de l’avortement. Le candidat républicain à la présidentielle, Donald trump, considéré comme pro-vie, a alors répondu à Hillary :

« Je pense que c’est terrible. Si on écoute ce que dit Hillary, il sera possible d’extraire le bébé de l’utérus de la mère, jusqu’au jour prévu de sa naissance. Vous pouvez dire que c’est OK, Hillary peut dire que c’est OK. Mais ce n’est pas OK pour moi. »

Selon sa mauvaise habitude Trump fait dire à Clinton des choses qu'elle ne dit pas. A moins qu'il n'ai strictement rien compris à sa réponse, ce qui ne serait pas surprenant compte tenu de l'ignorance crasse dont il fait étalage à chaque occasion. Par ailleurs, le site web "Infochrétienne" ment (et le mensonge est un péché, outre que ce n'est pas bien beau) en rapportant la réponse de Hillary Clinton qui est beaucoup plus nuancée que ce rapport le lien. Je donne ici la transcription complète (en anglais) de cette partie du débat :

Citation :
WALLACE: Well, let's pick up on another issue which divides you and the justices that whoever ends up winning this election appoints could have a dramatic effect there, and that's the issue of abortion.
TRUMP: Right.
WALLACE: Mr. Trump, you're pro-life. But I want to ask you specifically: Do you want the court, including the justices that you will name, to overturn Roe v. Wade, which includes -- in fact, states -- a woman's right to abortion?
TRUMP: Well, if that would happen, because I am pro-life, and I will be appointing pro-life judges, I would think that that will go back to the individual states.
WALLACE: But I'm asking you specifically. Would you like to...
TRUMP: If they overturned it, it will go back to the states.
WALLACE: But what I'm asking you, sir, is, do you want to see the court overturn -- you just said you want to see the court protect the Second Amendment. Do you want to see the court overturn Roe v. Wade?
TRUMP: Well, if we put another two or perhaps three justice on, that's really what's going to be -- that will happen. And that'll happen automatically, in my opinion, because I am putting pro-life justices on the court. I will say this: It will go back to the states, and the states will then make a determination.
WALLACE: Secretary Clinton?
CLINTON: Well, I strongly support Roe v. Wade, which guarantees a constitutional right to a woman to make the most intimate, most difficult, in many cases, decisions about her health care that one can imagine. And in this case, it's not only about Roe v. Wade. It is about what's happening right now in America.
So many states are putting very stringent regulations on women that block them from exercising that choice to the extent that they are defunding Planned Parenthood, which, of course, provides all kinds of cancer screenings and other benefits for women in our country.
Donald has said he's in favor of defunding Planned Parenthood. He even supported shutting the government down to defund Planned Parenthood. I will defend Planned Parenthood. I will defend Roe v. Wade, and I will defend women's rights to make their own health care decisions.
WALLACE: Secretary Clinton... CLINTON: And we have come too far to have that turned back now. And, indeed, he said women should be punished, that there should be some form of punishment for women who obtain abortions. And I could just not be more opposed to that kind of thinking.
WALLACE: I'm going to give you a chance to respond, but I want to ask you, Secretary Clinton, I want to explore how far you believe the right to abortion goes. You have been quoted as saying that the fetus has no constitutional rights. You also voted against a ban on late-term, partial-birth abortions. Why?
CLINTON: Because Roe v. Wade very clearly sets out that there can be regulations on abortion so long as the life and the health of the mother are taken into account. And when I voted as a senator, I did not think that that was the case.
The kinds of cases that fall at the end of pregnancy are often the most heartbreaking, painful decisions for families to make. I have met with women who toward the end of their pregnancy get the worst news one could get, that their health is in jeopardy if they continue to carry to term or that something terrible has happened or just been discovered about the pregnancy. I do not think the United States government should be stepping in and making those most personal of decisions. So you can regulate if you are doing so with the life and the health of the mother taken into account.
WALLACE: Mr. Trump, your reaction? And particularly on this issue of late-term, partial-birth abortions.
TRUMP: Well, I think it's terrible. If you go with what Hillary is saying, in the ninth month, you can take the baby and rip the baby out of the womb of the mother just prior to the birth of the baby.
Now, you can say that that's OK and Hillary can say that that's OK. But it's not OK with me, because based on what she's saying, and based on where she's going, and where she's been, you can take the baby and rip the baby out of the womb in the ninth month on the final day. And that's not acceptable.
CLINTON: Well, that is not what happens in these cases. And using that kind of scare rhetoric is just terribly unfortunate. You should meet with some of the women that I have met with, women I have known over the course of my life. This is one of the worst possible choices that any woman and her family has to make. And I do not believe the government should be making it.
You know, I've had the great honor of traveling across the world on behalf of our country. I've been to countries where governments either forced women to have abortions, like they used to do in China, or forced women to bear children, like they used to do in Romania. And I can tell you: The government has no business in the decisions that women make with their families in accordance with their faith, with medical advice. And I will stand up for that right.
WALLACE: All right. But just briefly, I want to move on to another segment...
TRUMP: And, honestly, nobody has business doing what I just said, doing that, as late as one or two or three or four days prior to birth. Nobody has that.   (Source : https://www.washingtonpost.com/news/the-fix/wp/2016/10/19/the-final-trump-clinton-debate-transcript-annotated/ )

Il est très clair que Clinton vise expressément des cas très particuliers où ils s'avère en fin de grossesse que la poursuivre mettrait la vie de la mère en danger. Elle ne précise pas ce qu'elle entend par fin de grossesse.

Et lorsque Trump explique que si on laissait faire Clinton on pourrait enlever le bébé de l'utérus au cours du neuvième mois et même le dernier jour il montre qu'il ignore ce qu'est une césarienne, ce qui serait sans doute la solution préconisée par tout médecin raisonnable dans le cas où des complications surviennent au cours du dernier mois de gestation.

Dernier détail : dans la séquence de questions précédentes, le "grand défenseur de la vie à tout prix" que prétend être Trump a réitéré son opposition formelle à tout aménagement du deuxième amendement. Il a répété qu'il ne voyait aucune raison d'interdire à n'importe quel déséquilibré de faire l'acquisition d'un ou de plusieurs fusils d'assaut. Le genre d'armes qui permet de tuer en quelques minutes vingt enfants et huit adultes dans une école. Protection de la vie, vraiment ?
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28504
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: L'abomination du Dîner Al Smith   Ven 28 Oct 2016, 22:30

Lebob a écrit:
Je signale aussi pour ceux qui ne sont pas au courant qu'aux Etats-Unis c'est un arrêt de la Cour Suprême (Roe v. Wade en 1973) qui a supprimé les lois prohibant l'avortement dans 30 états du pays et défini les conditions sous lesquelles un avortement pouvait avoir lieu.

Il faut aussi ajouter que celle qui est à l'origine de ce jugement s'est convertie et milite contre l'avortement:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Roe_v._Wade#L.27.C3.A9volution_de_Norma_McCorvey

Comme quoi il n'est pas trop tard pour sortir du chemin de perdition. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'abomination du Dîner Al Smith   Sam 29 Oct 2016, 18:17

http://www.dailymotion.com/video/xgzn6g_miracle-santa-maria-de-guadalupe_people
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'abomination du Dîner Al Smith   Sam 29 Oct 2016, 18:24

Lebob a écrit:
philippe bis a écrit:
https://www.infochretienne.com/hillary-clinton-confirme-etre-favorable-a-pratique-de-lavortement-jusquau-dernier-jour-terme/    L’animateur Chris Wallace a choisi de poser cette question à la candidate :

« Vous avez déclaré que le foetus n’a aucun droit constitutionnel. Vous avez également voté en faveur des avortements en fin de grossesse. Pourquoi ? »

Hillary Clinton a alors avancé l’argument des grossesses qui engendrent un risque pour la santé et la vie de la mère.

« Les cas d’avortement qui arrivent en fin de grossesse sont souvent un déchirement pour les familles qui font face à cette décision…. Je ne pense pas que les Etats-Unis aient à intervenir dans des décisions aussi importantes. »

Pour les républicains, Hillary Clinton est une extrémiste de l’avortement. Le candidat républicain à la présidentielle, Donald trump, considéré comme pro-vie, a alors répondu à Hillary :

« Je pense que c’est terrible. Si on écoute ce que dit Hillary, il sera possible d’extraire le bébé de l’utérus de la mère, jusqu’au jour prévu de sa naissance. Vous pouvez dire que c’est OK, Hillary peut dire que c’est OK. Mais ce n’est pas OK pour moi. »

Selon sa mauvaise habitude Trump fait dire à Clinton des choses qu'elle ne dit pas. A moins qu'il n'ai strictement rien compris à sa réponse, ce qui ne serait pas surprenant compte tenu de l'ignorance crasse dont il fait étalage à chaque occasion. Par ailleurs, le site web "Infochrétienne" ment (et le mensonge est un péché, outre que ce n'est pas bien beau) en rapportant la réponse de Hillary Clinton qui est beaucoup plus nuancée que ce rapport le lien. Je donne ici la transcription complète (en anglais) de cette partie du débat :

Citation :
WALLACE: Well, let's pick up on another issue which divides you and the justices that whoever ends up winning this election appoints could have a dramatic effect there, and that's the issue of abortion.
TRUMP: Right.
WALLACE: Mr. Trump, you're pro-life. But I want to ask you specifically: Do you want the court, including the justices that you will name, to overturn Roe v. Wade, which includes -- in fact, states -- a woman's right to abortion?
TRUMP: Well, if that would happen, because I am pro-life, and I will be appointing pro-life judges, I would think that that will go back to the individual states.
WALLACE: But I'm asking you specifically. Would you like to...
TRUMP: If they overturned it, it will go back to the states.
WALLACE: But what I'm asking you, sir, is, do you want to see the court overturn -- you just said you want to see the court protect the Second Amendment. Do you want to see the court overturn Roe v. Wade?
TRUMP: Well, if we put another two or perhaps three justice on, that's really what's going to be -- that will happen. And that'll happen automatically, in my opinion, because I am putting pro-life justices on the court. I will say this: It will go back to the states, and the states will then make a determination.
WALLACE: Secretary Clinton?
CLINTON: Well, I strongly support Roe v. Wade, which guarantees a constitutional right to a woman to make the most intimate, most difficult, in many cases, decisions about her health care that one can imagine. And in this case, it's not only about Roe v. Wade. It is about what's happening right now in America.
So many states are putting very stringent regulations on women that block them from exercising that choice to the extent that they are defunding Planned Parenthood, which, of course, provides all kinds of cancer screenings and other benefits for women in our country.
Donald has said he's in favor of defunding Planned Parenthood. He even supported shutting the government down to defund Planned Parenthood. I will defend Planned Parenthood. I will defend Roe v. Wade, and I will defend women's rights to make their own health care decisions.
WALLACE: Secretary Clinton... CLINTON: And we have come too far to have that turned back now. And, indeed, he said women should be punished, that there should be some form of punishment for women who obtain abortions. And I could just not be more opposed to that kind of thinking.
WALLACE: I'm going to give you a chance to respond, but I want to ask you, Secretary Clinton, I want to explore how far you believe the right to abortion goes. You have been quoted as saying that the fetus has no constitutional rights. You also voted against a ban on late-term, partial-birth abortions. Why?
CLINTON: Because Roe v. Wade very clearly sets out that there can be regulations on abortion so long as the life and the health of the mother are taken into account. And when I voted as a senator, I did not think that that was the case.
The kinds of cases that fall at the end of pregnancy are often the most heartbreaking, painful decisions for families to make. I have met with women who toward the end of their pregnancy get the worst news one could get, that their health is in jeopardy if they continue to carry to term or that something terrible has happened or just been discovered about the pregnancy. I do not think the United States government should be stepping in and making those most personal of decisions. So you can regulate if you are doing so with the life and the health of the mother taken into account.
WALLACE: Mr. Trump, your reaction? And particularly on this issue of late-term, partial-birth abortions.
TRUMP: Well, I think it's terrible. If you go with what Hillary is saying, in the ninth month, you can take the baby and rip the baby out of the womb of the mother just prior to the birth of the baby.
Now, you can say that that's OK and Hillary can say that that's OK. But it's not OK with me, because based on what she's saying, and based on where she's going, and where she's been, you can take the baby and rip the baby out of the womb in the ninth month on the final day. And that's not acceptable.
CLINTON: Well, that is not what happens in these cases. And using that kind of scare rhetoric is just terribly unfortunate. You should meet with some of the women that I have met with, women I have known over the course of my life. This is one of the worst possible choices that any woman and her family has to make. And I do not believe the government should be making it.
You know, I've had the great honor of traveling across the world on behalf of our country. I've been to countries where governments either forced women to have abortions, like they used to do in China, or forced women to bear children, like they used to do in Romania. And I can tell you: The government has no business in the decisions that women make with their families in accordance with their faith, with medical advice. And I will stand up for that right.
WALLACE: All right. But just briefly, I want to move on to another segment...
TRUMP: And, honestly, nobody has business doing what I just said, doing that, as late as one or two or three or four days prior to birth. Nobody has that.   (Source : https://www.washingtonpost.com/news/the-fix/wp/2016/10/19/the-final-trump-clinton-debate-transcript-annotated/ )

Il est très clair que Clinton vise expressément des cas très particuliers où ils s'avère en fin de grossesse que la poursuivre mettrait la vie de la mère en danger. Elle ne précise pas ce qu'elle entend par fin de grossesse.

Et lorsque Trump explique que si on laissait faire Clinton on pourrait enlever le bébé de l'utérus au cours du neuvième mois et même le dernier jour il montre qu'il ignore ce qu'est une césarienne, ce qui serait sans doute la solution préconisée par tout médecin raisonnable dans le cas où des complications surviennent au cours du dernier mois de gestation.

Dernier détail : dans la séquence de questions précédentes, le "grand défenseur de la vie à tout prix" que prétend être Trump a réitéré son opposition formelle à tout aménagement du deuxième amendement. Il a répété qu'il ne voyait aucune raison d'interdire à n'importe quel déséquilibré de faire l'acquisition d'un ou de plusieurs fusils d'assaut. Le genre d'armes qui permet de tuer en quelques minutes vingt enfants et huit adultes dans une école. Protection de la vie, vraiment ?
Hillary Clinton a toujours soutenu l’avortement comme un droit, et elle défend son remboursement par les contribuables, et notamment les avortements tardifs ou postnataux ( la "nouveauté" et "l 'innovation" est le temps de cette "intervention" qui passe tout "simplement" de 5 semaines a 9 mois -1 jours !!, effarant comme les "nouveaux" arguments qui sont en faits de vieux arguments!) http://fr.aleteia.org/2016/09/02/clinton-ou-trump-pour-les-catholiques-la-peste-ou-le-cholera/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'abomination du Dîner Al Smith   Sam 29 Oct 2016, 18:27

Spoiler:
 
Avortement tardif : le terrible témoignage du Docteur http://www.libertepolitique.com/Actualite/Decryptage/Avortement-tardif-le-terrible-temoignage-du-Docteur-X
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'abomination du Dîner Al Smith   Sam 29 Oct 2016, 18:29

l’avortement postnatal : oui, le lecteur ne rêve pas, cela signifie légitimer l’homicide du nouveau-né http://www.cqv.qc.ca/sur_l_avortement_tardif_apr_s_la_naissance
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: L'abomination du Dîner Al Smith   Lun 14 Nov 2016, 00:30



absolument prodigieux !! :mdr: :mdr: :mdr: :mdr:
Revenir en haut Aller en bas
 
L'abomination du Dîner Al Smith
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Militaire: Michael Smith Contrôleur Radar US Air Force
» Abomination un chien reçoit l'hostie par une pasteure anglicane
» Chili:faire un geste pour arrêter cette abomination
» (1950) interview du Dr Sarbacher par W.B.SMITH "les soucoupes n'ont pas une origine terrestre"
» Chant Gospel : Alleluia ! "Agnus Dei" par Michael W. Smith

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: