DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 David Belhassen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yacoub



Masculin Messages : 280
Inscription : 26/01/2011

MessageSujet: David Belhassen   Lun 17 Oct 2016, 14:55

Mahomet était-il vraiment un Arabe ?

Cette question, qui peut sembler incongrue de prime abord, fait ces derniers temps l’objet de débats sérieux entre les experts du Coran.

Est-il possible que Muhammad ne soit pas finalement tel que la tradition musulmane le décrit : un Arabe mecquois membre du clan prestigieux des Hashîm, appartenant à la puissante tribu des Qoraïsh ?

Le Coran lui-même n’apporte aucun élément biographique sur Muhammad. Et les données prétendument biographiques contenues dans la Hadith et la Sîra ne sont pas considérés comme fiables par la plupart des experts. A tel point que beaucoup se sont posés la question de l’historicité du personnage. A t-il vraiment existé ou n’était-il qu’une création théologique ? Les Historiens qui se sont penchés sur le sujet sont parvenus à la conclusion que « toute biographie de Muhammad n’a pas plus de valeur que celle d’un roman que l’on espère historique. » (selon Alfred-Louis de Prémare).
Sans rentrer dans les détails – et sans s’attacher à la question-même de l’historicité de Muhammad -, il m’a semblé intéressant de relever dans le Coran toutes les fois que le mot Arabe est mentionné.


Chose étrange, il n’apparait que 10 fois ! Et parmi ces 10 fois, 6 proviennent de la sourate 9 mais qui est en fait la sourate 113, soit l’avant-dernière du Coran dans son ordre chronologique ! (Voir les travaux de Sami El Deeb sur l’ordre chronologique des versets du Coran).

Ce nombre de fois infime, comparée à l’expression « fils d’Israël » par exemple, est d’autant plus étrange que les rares fois où les ‘Arabes’ sont évoqués dans le Coran, c’est presque toujours de manière péjorative et méprisante.
Il est à noter que par fidélité au texte coranique d’origine, les citations des versets en question seront dénuées de toute ponctuation ou de lettres majuscules. Y seront absentes également les fioritures que chaque traducteur met un point d’honneur à introduire dans sa version française, comme s’il s’agissait d’un chef d’œuvre littéraire à la Victor Hugo, alors que le Coran est d’un niveau linguistique et littéraire déplorable, un véritable ‘navet’ comparé à bien d’autres créations de la littérature arabe.

Voici donc leur traduction littérale, quasiment du mot à mot :

9. 90
وجاء المعذرون من الأعراب ليؤذن لهم وقعد الذين كذبوا الله ورسوله ۚ سيصيب الذين كفروا منهم عذاب أليم
et sont venus parmi les arabes pour demander à rester chez eux et ceux qui ont menti à allah et à son envoyé se sont planqués ceux qui sont des mécréants parmi eux une affliction sera sur eux
9. 97
الْأَعْرَابُ أَشَدُّ كُفْرًا وَنِفَاقًا وَأَجْدَرُ أَلَّا يَعْلَمُوا حُدُودَ مَا أَنْزَلَ اللَّهُ عَلَى رَسُولِهِ وَاللَّهُ عَلِيمٌ حَكِيمٌ
les arabes sont les plus endurcis des mécréants et dans leur hypocrisie, et les plus enclins à ne pas savoir les préceptes qu’a fait descendre allah sur son envoyé et allah est savant sage
9. 98

وَمِنَ الْأَعْرَابِ مَنْ يَتَّخِذُ مَا يُنْفِقُ مَغْرَمًا وَيَتَرَبَّصُ بِكُمُ الدَّوَائِرَ عَلَيْهِمْ دَائِرَةُ السَّوْءِ وَاللَّهُ سَمِيعٌ عَلِيمٌ
et parmi les arabes certains prennent leur dépense comme coûteuse et attendent pour vous les revers que sur eux soit le revers et allah est audient savant
9. 99

وَمِنَ الْأَعْرَابِ مَنْ يُؤْمِنُ بِاللَّهِ وَالْيَوْمِ الْآخِرِ وَيَتَّخِذُ مَا يُنْفِقُ قُرُبَاتٍ عِنْدَ اللَّهِ وَصَلَوَاتِ الرَّسُولِ أَلَا إِنَّهَا قُرْبَةٌ لَهُمْ سَيُدْخِلُهُمُ اللَّهُ فِي رَحْمَتِهِ إِنَّ اللَّهَ غَفُورٌ رَحِيمٌ
et parmi les arabes ceux qui croient en allah et au jour dernier prennent ce qu’ils dépensent comme rapprochement à allah et aux prières de l’envoyé or si c’est un rapprochement pour eux c’est afin qu’ils soient introduits par allah dans sa clémence certes allah est pardonneur clément
9.101
وَمِمَّنْ حَوْلَكُمْ مِنَ الْأَعْرَابِ مُنَافِقُونَ وَمِنْ أَهْلِ الْمَدِينَةِ مَرَدُوا عَلَى النِّفَاقِ لَا تَعْلَمُهُمْ نَحْنُ نَعْلَمُهُمْ سَنُعَذِّبُهُمْ مَرَّتَيْنِ ثُمَّ يُرَدُّونَ إِلَى عَذَابٍ عَظِيمٍ
et à vos alentours parmi les arabes il y a des hypocrites et parmi le clan de médine il en est des obstinés dans l’hypocrisie tu ne les connais pas nous les connaissons nous les affligerons deux fois lorsqu’ils seront plongés dans une affliction immense

9. 120
مَا كَانَ لِأَهْلِ الْمَدِينَةِ وَمَنْ حَوْلَهُمْ مِنَ الْأَعْرَابِ أَنْ يَتَخَلَّفُوا عَنْ رَسُولِ اللَّهِ وَلَا يَرْغَبُوا بِأَنْفُسِهِمْ عَنْ نَفْسِهِ ذَلِكَ بِأَنَّهُمْ لَا يُصِيبُهُمْ ظَمَأٌ وَلَا نَصَبٌ وَلَا مَخْمَصَةٌ فِي سَبِيلِ اللَّهِ وَلَا يَطَئُونَ مَوْطِئًا يَغِيظُ الْكُفَّارَ وَلَا يَنَالُونَ مِنْ عَدُوٍّ نَيْلًا إِلَّا كُتِبَ لَهُمْ بِهِ عَمَلٌ صَالِحٌ إِنَّ اللَّهَ لَا يُضِيعُ أَجْرَ الْمُحْسِنِينَ
il n’est pas donné au clan de médine et à vos alentours parmi les arabes de s’opposer à l’envoyé d’allah ou de préférer leur être à son être car de même qu’ils n’éprouveront ni soif ni fatigue ni faim dans le sentier d’allah ils ne fouleront aucune foulée sans irriter les mécréants et n’affligeront rien aux ennemis sans qu’il ne leur soit écrit pour cela un acte pardonnable voici allah ne soustrait pas le salaire des excellents

33.  20
يَحْسَبُونَ الْأَحْزَابَ لَمْ يَذْهَبُوا وَإِنْ يَأْتِ الْأَحْزَابُ يَوَدُّوا لَوْ أَنَّهُمْ بَادُونَ فِي الْأَعْرَابِ يَسْأَلُونَ عَنْ أَنْبَائِكُمْ وَلَوْ كَانُوا فِيكُمْ مَا قَاتَلُوا إِلَّا قَلِيلًا
ils pensent que les coalisés ne sont pas partis or si venaient les coalisés ils souhaiteraient être des bédouins chez les arabes et demanderaient de vos nouvelles et s’ils étaient chez vous ils n’auraient trucidé que faiblement

48. 11
سَيَقُولُ لَكَ الْمُخَلَّفُونَ مِنَ الْأَعْرَابِ شَغَلَتْنَا أَمْوَالُنَا وَأَهْلُونَا فَاسْتَغْفِرْ لَنَا يَقُولُونَ بِأَلْسِنَتِهِمْ مَا لَيْسَ فِي قُلُوبِهِمْ قُلْ فَمَنْ يَمْلِكُ لَكُمْ مِنَ اللَّهِ شَيْئًا إِنْ أَرَادَ بِكُمْ ضَرًّا أَوْ أَرَادَ بِكُمْ نَفْعًا بَلْ كَانَ اللَّهُ بِمَا تَعْمَلُونَ خَبِيرًا

ils te diront les planqués parmi les arabes à la traîne que nos biens et nos tentes nous préoccupent dispensent nous ils disent avec leurs langues ce qui manque à leurs cœurs dis qui donc peut vous combler auprès d´allah s´Il veut vous attribuer peine ou vous attribuer profit mais dans ce que vous oeuvrez allah est informé

48. 16
قل للمخلفين من الأعراب ستدعون إلىٰ قوم أولي بأس شديد تقاتلونهم أو يسلمون ۖ فإن تطيعوا يؤتكم الله أجرا حسنا ۖ وإن تتولوا كما توليتم من قبل يعذبكم عذابا أليما

dis aux planqués parmi les arabes vous serez appelés contre des gens de grande force vous les truciderez à moins qu´ils ne se soumettent si vous obéissez vous octroiera allah une récompense excellente et si vous vous détournez comme vous vous êtes détournés auparavant il vous affligera une punition violente

49. 14
قَالَتِ الْأَعْرَابُ آمَنَّا قُلْ لَمْ تُؤْمِنُوا وَلَكِنْ قُولُوا أَسْلَمْنَا وَلَمَّا يَدْخُلِ الْإِيمَانُ فِي قُلُوبِكُمْ وَإِنْ تُطِيعُوا اللَّهَ وَرَسُولَهُ لَا يَلِتْكُمْ مِنْ أَعْمَالِكُمْ شَيْئًا إِنَّ اللَّهَ غَفُورٌ رَحِيمٌ

ont dit les arabes nous croyons dis vous ne croyez pas mais dites nous sommes soumis et pourquoi entrera la croyance dans vos cœurs et si vous obéissez à allah et à son envoyé il ne soustraira rien à vos œuvres car allah est pardonneur clément

Il est remarquable que Muhammad ne dit jamais « nous » lorsqu’il parle des « Arabes ». Comme s’il n’en faisait pas partie !
Evidemment, tout cela peut laisser à penser que Muhammad – s’il est vraiment un personnage historique -, n’était pas un ‘Arabe’.
Mais s’il ne l’était pas, de quelle origine était-il donc alors ? Et pourquoi lui était-il si important de flatter la langue arabe ? Langue qu’il ne maniait d’ailleurs pas excellemment, vu le style abracadabrant du Coran et le nombre incroyable d’hébraïsmes et d’aramismes !

Ce paradoxe entre d’une part le mépris de Muhammad pour les ‘Arabes’ et de l’autre son admiration pour la langue arabe, demande des explications. Pour ne pas être en reste, voici tous les versets – au nombre de 11-, dans lesquelles Muhammad caresse dans le sens du poil la « sublime langue arabe » :

12.2.
voici nous l’avons descendu en coran arabe afin que vous soyez discernant
إِنَّا أَنْزَلْنَاهُ قُرْآنًا عَرَبِيًّا لَعَلَّكُمْ تَعْقِلُونَ
13.37.
ainsi nous l’avons descendu en loi arabe et si tu suis leurs passions après ce qui t’est venu de la connaissance il n’y aura pour toi en allah ni allié ni garant
وَكَذَلِكَ أَنْزَلْنَاهُ حُكْمًا عَرَبِيًّا وَلَئِنِ اتَّبَعْتَ أَهْوَاءَهُمْ بَعْدَمَا جَاءَكَ مِنَ الْعِلْمِ مَا لَكَ مِنَ اللَّهِ مِنْ وَلِيٍّ وَلَا وَاقٍ
16.103.
et ainsi nous savons qu’ils disent voici celui qui l’enseigne est charnel or la langue de celui auquel ils visent est étrangère et cette langue est en arabe compréhensible
وَلَقَدْ نَعْلَمُ أَنَّهُمْ يَقُولُونَ إِنَّمَا يُعَلِّمُهُ بَشَرٌ لِسَانُ الَّذِي يُلْحِدُونَ إِلَيْهِ أَعْجَمِيٌّ وَهَذَا لِسَانٌ عَرَبِيٌّ مُبِينٌ
20.113.
et de même nous l’avons descendu en coran arabe et nous y avons multiplié les menaces afin qu’ils deviennent pieux ou que surgira pour eux la mémoire
وَكَذَلِكَ أَنْزَلْنَاهُ قُرْآنًا عَرَبِيًّا وَصَرَّفْنَا فِيهِ مِنَ الْوَعِيدِ لَعَلَّهُمْ يَتَّقُونَ أَوْ يُحْدِثُ لَهُمْ ذِكْرًا
26.195.
en langue arabe compréhensible
بِلِسَانٍ عَرَبِيٍّ مُبِينٍ
39.28.
un coran en arabe dénué de tortuosité afin qu’ils soient pieux
قُرْآنًا عَرَبِيًّا غَيْرَ ذِي عِوَجٍ لَعَلَّهُمْ يَتَّقُونَ
41.3.
un écrit aux versets articulés un coran arabe pour une communauté de savants
كِتَابٌ فُصِّلَتْ آيَاتُهُ قُرْآنًا عَرَبِيًّا لِقَوْمٍ يَعْلَمُونَ
41.44.
si nous en avions fait un coran en langue étrangère ils auraient dit si au moins les versets étaient bien articulés quoi un locuteur étranger pour de l’arabe dis il est pour ceux qui croient un guide et une guérison et pour ceux qui n’en croient pas leurs oreilles et que tombe sur eux une cécité comme s’ils étaient hélés d’un endroit lointain
وَلَوْ جَعَلْنَاهُ قُرْآنًا أَعْجَمِيًّا لَقَالُوا لَوْلَا فُصِّلَتْ آيَاتُهُ أَأَعْجَمِيٌّ وَعَرَبِيٌّ قُلْ هُوَ لِلَّذِينَ آمَنُوا هُدًى وَشِفَاءٌ وَالَّذِينَ لَا يُؤْمِنُونَ فِي آذَانِهِمْ وَقْرٌ وَهُوَ عَلَيْهِمْ عَمًى أُولَئِكَ يُنَادَوْنَ مِنْ مَكَانٍ بَعِيدٍ
42.7.
et de même nous avons révélé à toi un coran arabe pour que tu avertisses la mère des cités et ses alentours et que tu avertisses du jour du rassemblement pas de doute sur lui un camp au jardin et un camp au brasier
وَكَذَلِكَ أَوْحَيْنَا إِلَيْكَ قُرْآنًا عَرَبِيًّا لِتُنْذِرَ أُمَّ الْقُرَى وَمَنْ حَوْلَهَا وَتُنْذِرَ يَوْمَ الْجَمْعِ لَا رَيْبَ فِيهِ فَرِيقٌ فِي الْجَنَّةِ وَفَرِيقٌ فِي السَّعِير

43.3.
Voici nous l’avons amené en coran arabe afin que vous soyez discernant
إِنَّا جَعَلْنَاهُ قُرْآنًا عَرَبِيًّا لَعَلَّكُمْ تَعْقِلُونَ
46.12.
et avant lui l’écrit de Moïse guide et clémence et cet écrit est justifié en langue arabe pour avertir les obscurantistes et annoncer aux excellents
وَمِنْ قَبْلِهِ كِتَابُ مُوسَى إِمَامًا وَرَحْمَةً وَهَذَا كِتَابٌ مُصَدِّقٌ لِسَانًا عَرَبِيًّا لِيُنْذِرَ الَّذِينَ ظَلَمُوا وَبُشْرَى لِلْمُحْسِنِينَ

La clé de ce paradoxe, entre d'une part l'anti-arabité du Coran, et de l'autre son pro-arabophonisme, se trouve aux sourates 16. 103 et 41. 44 :

16.103.
Et donc nous savons qu’ils disent voici celui qui l’enseigne est charnel or la langue de celui auquel ils font allusion est étrangère et cette langue est en arabe compréhensible.
41.44.
Si nous en avions fait un coran en langue étrangère ils auraient dit si au moins les versets étaient bien articulés, quoi un locuteur étranger pour de l’arabe ?

Ces deux derniers versets nous révèlent deux choses : soit Muhammad craignait d’être démasqué en dévoilant l’identité non-arabe de son maître à penser (un rabbin Juif hérétique ? Un moine Araméen défroqué ? Un Nabatéen judaïsant ? Un Ethiopien christianisant ?) ; soit il n’était pas un Arabe lui-même !

Dans les deux hypothèses, on ne peut dire qu'être "Arabe" faisait la fierté de Muhammad et qu'il se targuait de cette identité ! Seule l'arabophonie l'intéressait, et uniquement dans un objectif de prosélytisme et de propagande missionnaire !

Et dire que Muhammad est considéré par les "Arabes" comme le champion de leur arabité ?! Et cela, alors qu’il les méprisait, et qu'il a passé sa vie à trucider (entre autres) tout "Arabe" polythéiste qui renâclait à son monothéisme de pacotille !

Le summum de l’aliénation qui fait de nos jours que la grosse majorité des "Arabes" (en vérité des "arabophonisés") adhèrent à la théologie du bourreau de leurs ancêtres.

David A. Belhassen
Revenir en haut Aller en bas
http://apostats-de-lislam.xooit.org/f5-Sous-forum.htm
Hillel31415



Masculin Messages : 3465
Inscription : 08/04/2013

MessageSujet: Re: David Belhassen   Lun 17 Oct 2016, 15:08

D'après ces textes les arabes seraient des hypocrites, des mécréants, des lâches, des assassins et des idiots...
Je ne vois donc aucune raison de penser que Mohammad ne serait pas arabe du coup... langue
Revenir en haut Aller en bas
yacoub



Masculin Messages : 280
Inscription : 26/01/2011

MessageSujet: Re: David Belhassen   Mar 18 Oct 2016, 17:26

L’Évangile de Jean, revisité par l'islam



Une véritable artillerie musulmane s'est abattue ces derniers temps sur l’Évangile de Jean.
Celle-ci remet tout particulièrement en cause l’authenticité du passage relatant l’abolition par Jésus de la loi du Pentateuque condamnant la femme adultère à la lapidation.
Tout d’abord, citons le passage en entier :
« Yeshoua', lui, va au Mont des Oliviers ; à l'aube, de nouveau, il arrive au Temple, et tout le peuple vient à lui. Il s'assoit et les enseigne. Alors les scribes et les pharisiens amènent une femme surprise d’adultère. Ils la place au centre. Ils lui disent : « Rabbi, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Dans la Loi, Moïse nous a commandé de lapider celles-là. Toi, donc, que dis-tu ? »
Ils disent cela pour l’éprouver et pour avoir à l'accuser. Mais Yeshoua' se courbe, du doigt il écrit en bas, sur la terre.
Ils demeurent pour le questionner. Il se relève et leur dit : « le sans-péché parmi vous que le premier sur elle, il jette la pierre. »
Il se courbe de nouveau et il écrit sur la terre. Ayant entendu, ils sortent un à un, en commençant par les plus vieux. Il reste seul, et la femme au milieu. Yeshoua' se relève et lui dit : « Femme, où sont-ils ? Pas un ne t'a jugée ? Elle dit : « Pas un, monsieur » ; Alors Yeshoua' lui dit « Moi non plus je ne te juge pas. Va, dès cet instant, ne pèche plus. » (Evangile selon Jean 8, 1- 11)

La lecture de ce passage en hébreu, donc dans la langue originelle de Yeshoua'-Jésus (l'hébreu et non l'araméen !), est susceptible de convaincre de son authenticité. Il y a tant de jeu de mots, d’allitérations, d’allusions bibliques, que seul un disciple hébraïsant de Jésus, du Ier et IIème siècle, aurait pu l’écrire.
Ce texte contient aussi des détails que nul n’aurait pu inventer : par exemple, que Jésus n’enseigne pas debout (comme dans 7, 37 et 10, 23-24), mais assis, car il se trouve dans la partie du Temple où les "sages" de la Torah avaient le droit de s’asseoir (Jn 8, 20 et MC 12, 41). Ou encore qu'il écrit du doigt (le seul de tout le "Nouveau Testament" à nous montrer Jésus en train d’écrire, ce qui contredit l’image d’Épinal d'un Jésus illettré !). Bien des exégètes auraient "vendu leur âme à Satan" pour savoir ce que Jésus avait écrit ! Mais le fait-même que l’Évangile de Jean l'ignore, renforce l'authenticité de ce passage.
Il est donc impossible que ce texte ait pu être écrit par un évêque grécisant ou latinisant du IVème et encore moins du IXème siècle comme certains exégètes musulmans "éclairés" l'insinuent et le prétendent.
Ces derniers rétorquent que ce passage est absent de nombreux anciens manuscrits de l’Évangile de Jean. Certes, mais ils devraient alors se poser la question suivante : puisque ce passage n’est pas authentique, comment se fait-il que les chrétiens, dès le IIème siècle, n’ont jamais lapidé les femmes adultères ?
Ajoutons à cela que si ce passage est absent d’anciens manuscrits, il est bel et bien présent dans des manuscrits non moins anciens (notamment Le Codex Bezae Cantabrigensis). De plus, de nombreux "Pères de l’Église" des IIème, IIIème, IVème et Vème siècle, comme Papias, Ambroise, Augustin, ou Jérôme, le citent.
Voici ce que dit par exemple Augustin (IVème siècle) lorsqu’il révèle la raison de l’occultation de ce passage dans certains manuscrits :
« On trouve même des chrétiens de peu de foi ou plutôt ennemis de la vraie foi, qui craignant l’impunité pour leurs femmes, arrachent des exemplaires sacrés le récit de l’indulgence accordée par Jésus-Christ à la femme adultère. » (De coniugiis adulteris)



Ce passage de l’Évangile de Jean a donc été compris par certains chrétiens dévots comme une légitimation de l'adultère féminin qu'il fallait à tout prix censurer !
A ce propos, voici ce qu’en dit aussi Ernest Renan :
« Le récit de la femme adultère laisse place à de grands doutes critiques. Ce passage manque dans les meilleurs manuscrits ; je crois cependant qu’il faisait partie du texte primitif. Les données topographiques des versets 1 et 2 ont de la justesse. Rien dans le morceau ne fait disparate avec le style du quatrième Évangile. Je pense que c’est par un scrupule déplacé, venu à l’esprit de quelque faux rigoriste, sur la morale en apparence relâchée de l’épisode, qu’on aura coupé ces lignes qui pourtant, vu leur beauté, se seront sauvées, en s’attachant à d’autres parties des textes évangéliques… On comprend en tout cas beaucoup mieux qu’un tel passage ait été retranché qu’ajouté. » (E. Renan, Vie de Jésus)

La situation est donc à l'opposé des allégations musulmanes : ce passage de l’Évangile de Jean n'a pas été rajouté, mais au contraire ! Ce sont des évêques obscurantistes et scrogneugneux du Moyen-Age qui l'ont biffé et effacé de l’Évangile de Jean !

Et si les musulmans tiennent tant à nier l’authenticité de ce passage, la raison en est double : 1. Justifier la poursuite de la lapidation dans les États musulmans. 2. Justifier le Coran, car tout le Coran ne tient que sur l’allégation de la falsification du Pentateuque et des Évangiles, selon la tautologie suivante : Ce n’est pas le Coran qui est bourré de bourdes mais la Torah et les Évangiles qui ont été falsifiés.
Conclusion :

Ce passage de l’Évangile de Jean qui fait abolir par Jésus la lapidation de la femme adultère, est authentique.
Il est grand temps que les musulmans qui se disent "modérés" ou "éclairés" fassent un effort pour amender la législation musulmane sur la lapidation de la femme adultère, ou à tout le moins, pour manifester en faveur de l’abolition de cette pratique abominable dans tous les États islamiques.
Or, non seulement ils ne le font pas mais ils s'escriment en vain à remettre en cause l'authenticité de ce passage de l'Evangile de Jean dénonçant la lapidation de la femme adultère.
Et cela révèle tout de leurs intentions ! Comment ensuite croire en leur sincérité et à leur "bonne foi" lorsqu'ils déclarent vouloir faire partie intégrante du monde civilisé, progressiste, libre, tolérant, ouvert, et en un mot HUMAIN ?!

David A. Belhassen
Revenir en haut Aller en bas
http://apostats-de-lislam.xooit.org/f5-Sous-forum.htm
 
David Belhassen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» David Belhassen agnostique trilingue : arabe, français, hébreu
» David [ECS]
» Medecines complémentaires->Vidéos David Servan-Schreiber
» Ô ! David ! grand pécheur !
» feu le gourou David Koresh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Débats avec les religions non-catholiques-
Sauter vers: