DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les raisons du mal-être chez les prêtres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Lun 10 Oct 2016, 17:36

Les raisons du mal-être chez les prêtres

Samuel Lieven, le 10/10/2016 à 12h55

Une enquête inédite menée dans un diocèse de Belgique francophone, dont La Croix publie le contenu en exclusivité, identifie les principales sources de souffrance chez les prêtres. L’institution et le manque de « perspectives d’avenir » apparaissent comme la première cause de mal-être, loin devant la vie affective ou la charge de travail.



De quoi souffrent les prêtres ? Et qu’est-ce qui, a contrario, les rend heureux dans leur mission ? Les résultats d’une enquête sans précédent menée auprès de 110 prêtres du diocèse de Liège, en Belgique, renversent les représentations les plus communes. Alors que la vie affective, le sentiment de solitude ou la surcharge de travail passent pour les principaux facteurs de mal-être ou de dépression parmi les prêtres, c’est le manque de perspective d’avenir et l’institution qui génèrent le plus de souffrance.
Sur la base de 46 questionnaires dépouillés – soit 247 citations recueillies et classées par thèmes selon une échelle d’intensité bien-être/mal-être – par les soins de Jean-Luc Joly, ancien cadre en ressources humaines à la SNCF, l’absence de « perspectives d’avenir » apparaît en effet, et de loin, comme la première cause de mal-être chez les prêtres, talonnée par une organisation (le « système de paroisses » couvrant tout le territoire) jugée à bout de souffle. S’ensuivent, toujours sur l’échelle du « mal-être », le sentiment d’une absence d’écoute ou de reconnaissance par la hiérarchie, l’éloignement à l’égard de l’Église en tant qu’institution, ou encore les relations difficiles entre prêtres.

Le ressourcement spirituel en tête des sources de bien-être

À l’inverse, les différentes formes de ressourcement spirituel (retraites, vie de prière, accompagnement spirituel) arrivent en tête des sources de bien-être, à égalité avec la vie affective : relations avec les fidèles, avec l’entourage… Le sentiment d’être utile à la communauté et la possibilité de prendre du temps pour soi figurent également dans la partie positive du classement, à égalité avec le sentiment d’être « respecté, reconnu et apprécié » par les autres. Œuvrer à l’évangélisation de la société contribue aussi à la bonne santé morale des prêtres.

Enfin, dans la zone grise du classement (intensité proche de zéro, en positif ou en négatif) figurent le sentiment de solitude ou la perception par les prêtres de leur propre état de santé. La charge de travail et la gestion des personnes qui les aident apparaissent aussi dans la partie négative, mais loin derrière le malaise qu’engendrent le manque de perspective et l’institution.

Un psychologue, un théologien et un ancien DRH

L’initiative de ce questionnaire revient à trois prêtres du diocèse de Liège soucieux d’établir un état des lieux après avoir observé, ces dernières années, « des confrères qui vivent des soucis de santé, qui ont quitté le ministère, qui ont choisi une autre orientation que celle de la paroisse ou ne sont pas épanouis dans leur ministère ». L’un d’eux, en particulier, explique être « resté sur sa faim » après avoir exprimé son « mal-être » et sa « préoccupation devant les difficultés de plusieurs confrères ».

Avec l’assentiment de leur évêque, Mgr Jean-Pierre Delville, ces trois prêtres ont diffusé l’an dernier un questionnaire auprès de leurs confrères et sollicité trois professionnels pour en établir la synthèse : un psychologue, un théologien et l’ancien DRH basé à Metz, Jean-Luc Joly. Ce dernier est déjà engagé de longue date – depuis le suicide d’un prêtre de son diocèse en 2006 – dans une « démarche de progrès » pour un mieux-être des prêtres dans les diocèses de Metz, Liège et Avignon. « Le fait que cette enquête émane de la base, avec la possibilité de répondre anonymement, a permis de libérer la parole hors de toute pression hiérarchique », explique cet ancien professionnel, qui a présenté son travail la semaine dernière devant le conseil presbytéral en présence de l’évêque. « Il est frappant de constater que même dans ces conditions, les prêtres hésitent à nommer leurs souffrances et usent souvent de formules prudentes du style : Je crois pouvoir affirmer que… »

Si elle ne concerne qu’un diocèse parmi d’autres et demande à être enrichie par ailleurs, la démarche intéresse au plus haut point Mgr Delville, théologien de l’université de Louvain-la-Neuve, proche de la communauté de Sant’Egidio. « Ce désaveu à l’égard de l’institution est d’autant plus surprenant que le pape François s’emploie à insuffler renouveau et confiance dans l’Église, commente l’évêque de Liège. L’aspect positif, en revanche, est qu’un évêque a plus de prise sur les problèmes institutionnels que pour régler des difficultés d’ordre personnel ou affectif. » La balle est à présent dans le camp du conseil presbytéral, où des groupes de travail se constituent pour tenter d’apporter des réponses.
–––––––––––––––_______________
En France, un accompagnement encore limité

En France, les évêques prennent peu à peu conscience du mal-être ressenti chez certains prêtres, qui dans les cas les plus extrêmes peut conduire au suicide (La Croix du 20 février 2014).

Pourtant, peu de diocèses se dotent des outils nécessaires au dépistage et à l’accompagnement de ces situations. Parmi ces derniers, on peut citer la « démarche de progrès » lancée par Jean-Luc Joly à Metz, adoptée depuis à Liège et à Avignon. Le but ? Apprendre à s’écouter entre prêtres, à se fixer des objectifs réalistes, à mieux gérer sa relation avec les fidèles et la hiérarchie. Autre initiative née en 2005, Talenthéo, un réseau de coachs chrétiens bénévoles : www.talentheo.net

http://www.la-croix.com/Religion/Monde/Les-raisons-du-mal-etre-chez-les-pretres-2016-10-10-1200795120

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Lun 10 Oct 2016, 17:40

Les jeunes prêtres surchargés en danger
Samuel Lieven, le 19/02/2014 à 16h42

Le suicide d’un prêtre dans la Manche, en décembre, est pris  « très au sérieux »  par les évêques, conscients que le poids des responsabilités et l’isolement peuvent conduire certains jeunes prêtres au désespoir.
Malgré ses efforts en matière de formation et d’accompagnement, l’Église reste relativement démunie face au risque de « burn-out ».




Deux jours avant Noël, le 23 décembre, Sainte-Mère-Église (Manche) enterrait son curé. Ordonné en 2005, le P. Emmanuel Serveau, 50 ans, s’est donné la mort en laissant une lettre. Et une communauté sous le choc. Le mois dernier, l’interception d’un message sur le réseau social Facebook, posté par un jeune prêtre du diocèse de Bourges, a permis d’éviter de justesse le même scénario. Geste rarissime et toujours entouré de mystère, le suicide d’un prêtre soulève quantité d’interrogations. Chez les évêques, les faits sont pris « très au sérieux », mais nul ne sait comment prévenir ces situations.

« Avec un prêtre ordonné tous les deux ans en moyenne dans un diocèse, les attentes à leur égard sont beaucoup plus fortes qu’autrefois », avance le P. Luc Crépy, vicaire général de la congrégation des eudistes et ancien supérieur du séminaire d’Orléans. Diminution et vieillissement des forces en présence, regroupement des paroisses à marche forcée…, mécaniquement, les jeunes prêtres se retrouvent très tôt propulsés à des niveaux de responsabilité inimaginables du temps de leurs aînés.

« Prenez du recul, ne vous identifiez pas à votre mission »

Dans la Manche, le P. Serveau jonglait entre les deux paroisses dont il était curé, ses responsabilités au catéchuménat et auprès des Jeunes chrétiens ruraux (MRJC), sans compter sa charge de doyen à la tête d’un secteur. « Seul maître à bord, le curé gère tout, décide de tout, avec une latitude sans équivalent dans le monde de l’entreprise, pointe le psychanalyste Jacques Arènes, professeur à l’Institut catholique de Lille et au Collège des Bernardins à Paris. C’est passionnant, mais la chute est d’autant plus dure, en cas d’échec, qu’il n’existe pas de médiation pour soulager l’intéressé du poids de sa responsabilité. »

« Prenez du recul, ne vous identifiez pas à votre mission », répète en boucle Mgr Jean-Christophe Lagleize à la trentaine de prêtres qu’il a déjà rencontrés depuis son arrivée dans le diocèse de Metz, à l’automne. Pas forcément facile à entendre, lorsqu’on a « charge d’âmes », quand on vient soi-même d’une famille pas forcément croyante, parfois marquée par un divorce, et dans une société où la présence de l’Église est de moins en moins évidente. « On se met beaucoup de pression, on n’a pas envie que le petit reste s’en aille par notre faute », concède un prêtre formé sur les mêmes bancs que son collègue de Bourges qui avait exprimé son désarroi sur Facebook.

« Notre nouvel évêque s’est vite rendu compte que les prêtres en faisaient trop »

Le risque de désillusion guette notamment quand la greffe avec la communauté ne prend pas. « Lorsque vous arrivez avec un idéal, que vous vous mettez à dos la moitié des paroissiens parce vous portez un col romain et l’autre moitié parce que vous n’en portez pas, lorsque vous ne parvenez pas à être le témoin que vous auriez voulu être, que reste-t-il ? », s’interroge un prêtre blogueur dans le nord de la France. Conflits, solitude, sentiment d’isolement…, sans aller jusqu’aux extrêmes, certains quittent le navire.

Aurait-on tendance à l’oublier ? Un prêtre est un homme comme les autres et, à ce titre, il n’échappe pas au climat d’émulation général. En particulier les plus jeunes, dont beaucoup ont fait de brillantes études et possèdent le même goût pour le défi que les cadres en entreprise. « Comme dans un échec professionnel ou amoureux, ils décompensent aussi brutalement qu’ils s’investissent sans compter, observe Jacques Arènes, qui en reçoit quelques-uns en consultation. C’est le risque inhérent à tout métier vocationnel. »

De plus en plus consciente du risque que courent ses jeunes recrues dans un contexte de pénurie, la hiérarchie tâtonne dans plusieurs directions. « Notre nouvel évêque s’est vite rendu compte que les prêtres en faisaient trop », rapporte le P. Daniel Jamelot, vicaire épiscopal du diocèse de Coutances. Sous l’impulsion de Mgr Laurent Le Boulc’h, un nouveau mot d’ordre circule dans la Manche : « Le maximum de baptisés fait le minimum, pas l’inverse ! »

 « En situation d’échec, je ne culpabilise plus bêtement, je cherche des solutions avec d’autres »


Partager le fardeau avec les laïcs, mais aussi encourager la vie en communauté. « Ce n’est pas forcément “la” solution, mais c’est la mienne », témoigne le P. Thomas Sépulchre, qui partage la vie de deux autres prêtres dans une paroisse populaire d’Orléans. Si tous les prêtres sont censés bénéficier d’un accompagnement spirituel, ce n’est pas le cas partout, notamment dans les zones rurales. « Je ne peux que suggérer, mais en aucun cas contraindre, cela relève du for intérieur de chacun », explique l’archevêque de Bourges, Mgr Armand Maillard.

Dans certains diocèses, le coaching pour prêtres a fait son apparition. Jean-Luc Joly, ancien cadre des ressources humaines à la SNCF, a été bouleversé par le suicide d’un prêtre en 2006. « C’était peu après son affectation dans une nouvelle paroisse, où le courant ne passait guère avec les laïcs. Comme il ne savait pas dire “non”, il s’en est mis plein le dos et ne dormait que quatre heures par nuit », témoigne l’ancien DRH, qui a mis en place une « démarche de progrès » dans le diocèse dès l’année suivante. Le but ? Apprendre à s’écouter entre prêtres, à se fixer des objectifs réalistes, à mieux gérer sa relation avec les fidèles et la hiérarchie. « En situation d’échec, je ne culpabilise plus bêtement, je cherche des solutions avec d’autres », témoigne un participant. La démarche ne suscite toutefois que lentement des émules. « Dans l’Église, la tentation est encore trop souvent de spiritualiser les problèmes au lieu de solliciter un soutien psychologique quand c’est nécessaire », souligne Olivier Pelleau, cofondateur de Talenthéo, un réseau catholique intervenant à la demande pour aider les prêtres en responsabilité.

http://www.la-croix.com/Religion/Les-jeunes-pretres-surcharges-en-danger-2014-02-19-1109053

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28504
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Lun 10 Oct 2016, 17:50

Je ne sais pas comment nos prêtres dans ma paroisse vivent leur mission (trois prêtres pour dix paroisses, bientôt réunies en une seule) mais elle est très lourde.

On vient les voir pour avoir de l'aide, des conseils, mais ils en auraient besoin, eux aussi. Confused
Revenir en haut Aller en bas
Invité_



Masculin Messages : 338
Inscription : 30/09/2016

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Lun 10 Oct 2016, 20:05

La sélection psychologique devrait être plus poussée.

Les âmes trop fragiles ne supportent pas la solitude, l'horreur, l'angoisse et/ou la surcharge de travail. Ils sont comme des éponges qui prennent l'eau. Ou le sang.

Prêtre est une vocation, c'est comme le militaire. C'est une vocation, opposée mais similaire. C'est un don de soi et un sacrifice. Quelle beauté. C'est sublime.

Cela m'évoque Lucrèce qui sent les dieux, si lointains.



Revenir en haut Aller en bas
J&B



Féminin Messages : 1813
Inscription : 09/08/2014

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Lun 10 Oct 2016, 20:32

Formateur de prêtres-soldats, apprentissage de la vie à la dure, ascèse, formation poussée sur la psychologie/psychanalyse, la symbolique c'est cela ta vocation ?
Si oui,  je crains qu'à Rome, ce ne soit très difficile, parce que leur mouvement actuel est d'aller dans le sens de la psychologie des masses, le sentimentalisme. Alors qu'à mon avis, c'est justement cela qui discrédite l'Eglise actuelle.
Ta vocation conviendrait mieux à l'Eglise catholique traditionaliste ou l'église orthodoxe.

Ce qui me fait penser à ce film, que j'aime beaucoup,  le connais-tu  ?

L'Ile, "Ostrov" film russe sur un monastère orthodoxe et un moine très spécial...
La-dedans, il y a tout, l'ascèse, la grâce, l'intelligence spirituelle et l'intelligence humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité_



Masculin Messages : 338
Inscription : 30/09/2016

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Lun 10 Oct 2016, 20:48

J'ai simplement comparé deux vocations. De simples exemples. Dans chacune, il faut être prêt. Et parfois on se trompe de vocation, par l'emballement, la fougue, le feu de la jeunesse (je pense aussi à la vocation maritale). Puis l'on découvre la réalité du terrain. Et elle est très différente de ce qu'on s'était imaginé.

Concernant la solitude des prêtres, il y a un pseudo-paradoxe : Dieu est là. Mais confronté à la solitude du terrain, parfois les prêtres ont le sentiment d'être abandonnés et comme le soulignait Espérance, sans perspective d'avenir (pas de transmission génétique, etc).

Sans compter le fait qu'ils doivent brimer des pulsions naturelles, biologiques qui, normalement, s'expriment dans l'amour avec une épouse. Mais pas de mariage, et pas de sexe hors mariage pour eux.

A longueur de journées ils entendent les confessions, les vices, les vicissitudes, les tourments, parfois les aveux de sadiques, les commérages, les envies, bref : tout ce qui compose l'humanité.

Tout ce que je voulais dire, c'est qu'il faut de solides épaules pour être prêtre. Un mental en acier. Du caractère. Et surtout, de la distanciation, du discernement, de la tempérance, et la foi.

La carrure spirituelle doit être extrêmement large.
Revenir en haut Aller en bas
J&B



Féminin Messages : 1813
Inscription : 09/08/2014

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Lun 10 Oct 2016, 21:14

Pour moi, dans l'avenir, il n'y aura plus de prêtres, mais des saints qui se lèveront parmi le peuple, des solides, des vrais, comme au moyen-âge, ce n'était pas le bagage intellectuel qui comptait, mais une grandeur d'âme qui ne passait pas incognito.
D'ailleurs, on y retourne, au moyen-âge Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité_



Masculin Messages : 338
Inscription : 30/09/2016

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Lun 10 Oct 2016, 21:21

Tout à fait.

D'où cette histoire de Bac pour devenir prêtre...

Mais j'y vois :

- Epreuve de patience
- Test de responsabilités
- Test de capacité à l'étude
- Test de volonté et détermination
- Test de discipline
- Test d'aptitudes sociales
- Test de résilience (rebondir face aux difficultés)
- Année hors séminaire officiel pour enquête + établissement de mon profil psychologique.

Ils se fichent du Bac. Ils testent sur la durée. Et c'est très bien.
Revenir en haut Aller en bas
J&B



Féminin Messages : 1813
Inscription : 09/08/2014

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Lun 10 Oct 2016, 21:39

Citation :
- Année hors séminaire officiel pour enquête + établissement de mon profil psychologique.

Oui, alors faut faire gaffe aux traces laissées dans la neige Smile
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6692
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 03:40

personnellement je me dis que l’Église est une famille ,
donc si Notre Père appel l'un d’entre nous a être (prêtre) c'est donc a mon frère qu'Il le demande , mais si mon frère ce met a jouer a Mr le curé , le fonctionnaire de la religion et devient le truc institution , au lieu de créer un lien il le coupe !
ensuite qu'avec du temps on engendre de telles situations est tout a fait normal !!
le manque de simplicité dans la relation lorsque l'on fabrique du social de l'institution lorsque l'on veut du "mon père monseigneur et autres titres " hé bien désolé on met une distance qui dans la famille n'existe pas , ensuite on se retrouve seul ? ben oui les autres ne trouve plus l'Esprit de famille dans l'institution !
lorsque l'on peut arriver a comparer l’Église Famille et Épouse du Christ a l'armée ou autre institution pour moi cela exprime très bien le dérapage !!
faut il réellement que l'on en revienne au temps des catacombes pour se souvenir ce qu’est la vraie Fraternité la Vraie Simplicité et Saint-ple cité !?
on a tout compliqué et opacifié, être de la hiérarchie c'est avoir droit a des égards a des révérences le mot frère n'est plus qu'une formule creuse !
c'est triste très triste c'est de cela que souffre tous ces hommes que l'on a fou,tu sur un piédestal qui n'existe pas !
ils n'auront jamais de promotion ni d'avenir évolutif ? ben non être frères et heureux de vivre en famille ça suffit a toute personne normalement conçue , mais on a tout mis dans des petites boites bien froides bien carrées , évidement que ça ne peut pas aller de vivre ainsi !!
on vient voir le curé il fait son truc (sa cérémonie) et on s'en va , tu parles d'une famille qui est heureux là dedans ? a force de fonctionnariser et de rabattre les oreilles a coup de " l'institution" on a fait une religion où on vient chercher sa cérémonie et autre et on s'en va , comme cela les Mrs Curé le Monseigneur restent seul , ben oui c'ets cela l'administration !
c'est exactement ce que Jésus ne voulait pas et qui Lui a valu un conflit avec la religion Juive des messieurs en place !

si j'ai tord pourquoi les curés disent qu'ils ne sont pas compris par les évêques ? c'est cela l'administration pas de vrai Fraternité !
on c'est mis a gérer la cendre et pas a entretenir le feu voila ce qui ne va pas voila la religion en place de l'Eglise !

Comme dit J1B il se lèvera des Saints !!

j’en connais 1 , il n' arien demandé quand il s'est convertit , il a bien essayé de faire avec la religion mais l'institution le rejetait , alors il a pris sa foi son bâton de pèlerin et a témoigné a qui voulait l'entendre , et sans rien dire sans rien demander cela a porté du fruit !
comme il le dit " je m'adresse à ceux qui sont a bord de l'église en dehors ceux qu'on a laissé sur le bord du chemin !" et c'est assez énorme le nombre de personnes qui se sont convertit en l'écoutant parler du Christ !!
lui-même en est surprit il n'a fait que vivre sa foi sans rien voir , dernièrement il était malade lui et son épouse on prié Jésus en disant " c'est comme tu veux si c'est le départ que Ta Volonté soit faite !"
pour elle c'était terrible de le voir soudainement tombé malade avec un pronostic ?? mais après cette prière de Confiance , elle était vraiment totalement prête et en Paix !
mais le voila guérit , et ils ont reçu une multitude de cartes postales d'appels téléphoniques et de propositions d'aides !
mais il n'est pas perçu comme étant Mr ,,,, mais comme le frère de ses frères !
il faut revenir a cela on a trop fait d ele religion pas assez de la famille , voila de ce d'on souffre nos frères serviteurs , mais il faut qu'ils fassent aussi le chemin simple de fraternité au lieu d'être l'institution distante et dominante !

pour moi le problème est toujours le même , quand Rome c'est soit disant convertit elle nous a refilé ses virus de religion autoritaire impériale et cela a pourrit les chose s! 1800ans plus tard ça encombre encore !
pourtant l'Esprit Saint c'ets un Esprit de Fils et de donc entre nous de Frère !

il y a des choses qui doivent changer et disparaitre mais on va encore s'accrocher aux traditions moribondes qui n'en sont même pas !!



Revenir en haut Aller en bas
monge



Masculin Messages : 3562
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 06:41

Loup Nocturne a écrit:
La sélection psychologique devrait être plus poussée.

Les âmes trop fragiles ne supportent pas la solitude, l'horreur, l'angoisse et/ou la surcharge de travail. Ils sont comme des éponges qui prennent l'eau. Ou le sang.

Prêtre est une vocation, c'est comme le militaire. C'est une vocation, opposée mais similaire. C'est un don de soi et un sacrifice. Quelle beauté. C'est sublime.


Là je suis parfaitement d'accord avec vous! Seulement je crains que si on veut être trop sélectif on n'aura finalement aucun prêtre. Alors je me demande si c'est judicieux de vouloir retrouver chez une même personne toutes les qualités que devrait avoir un prêtre qu'on résume souvent dans le jargon par les trois "S": Sainteté, Science, Santé
Revenir en haut Aller en bas
J&B



Féminin Messages : 1813
Inscription : 09/08/2014

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 06:57

Théodéric a écrit:
personnellement je me dis que l’Église est une famille ,
donc si Notre Père appel l'un d’entre nous a être (prêtre) c'est donc a mon frère qu'Il le demande , mais si mon frère ce met a jouer a Mr le curé , le fonctionnaire de la religion et devient le truc institution , au lieu de créer un lien il le coupe !
ensuite qu'avec du temps on engendre de telles situations est tout a fait normal !!
le manque de simplicité dans la relation lorsque l'on fabrique du social de l'institution lorsque l'on veut du "mon père monseigneur et autres titres " hé bien désolé on met une distance qui dans la famille n'existe pas , ensuite on se retrouve seul ? ben oui les autres ne trouve plus l'Esprit de famille dans l'institution !
lorsque l'on peut arriver a comparer l’Église Famille et Épouse du Christ a l'armée ou autre institution pour moi cela exprime très bien le dérapage !!
faut il réellement que l'on en revienne au temps des catacombes pour se souvenir ce qu’est la vraie Fraternité la Vraie Simplicité et Saint-ple cité !?
on a tout compliqué et opacifié, être de la hiérarchie c'est avoir droit a des égards a des révérences le mot frère n'est plus qu'une formule creuse !
c'est triste très triste c'est de cela que souffre tous ces hommes que l'on a fou,tu sur un piédestal qui n'existe pas !  
ils n'auront jamais de promotion ni d'avenir évolutif  ? ben non être frères et heureux de vivre en famille ça suffit a toute personne normalement conçue , mais on a tout mis dans des petites boites bien froides bien carrées , évidement que ça ne peut pas aller de vivre ainsi !!
on vient voir le curé il fait son truc (sa cérémonie) et on s'en va , tu parles d'une famille qui est heureux là dedans ? a force de fonctionnariser et de rabattre les oreilles a coup de " l'institution" on a fait une religion où on vient chercher sa cérémonie et autre et on s'en va , comme cela les Mrs Curé le Monseigneur restent seul , ben oui c'ets cela l'administration !
c'est exactement ce que Jésus ne voulait pas et qui Lui a valu un conflit avec la religion Juive des messieurs en place !  

si j'ai tord pourquoi les curés disent qu'ils ne sont pas compris par les évêques ? c'est cela l'administration pas de vrai Fraternité  !
on c'est mis a gérer la cendre et pas a entretenir le feu voila ce qui ne va pas voila la religion en place de l'Eglise !


:chapeau:
Revenir en haut Aller en bas
monge



Masculin Messages : 3562
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 07:21

monge a écrit:

je me demande si c'est judicieux de vouloir retrouver chez une même personne toutes les qualités que devrait avoir un prêtre qu'on résume souvent dans le jargon par les trois "S": Sainteté, Science, Santé

Plutôt que de vouloir rechercher ces trois qualités chez une seule personne, est ce qu'on ne pouvait pas "spécialiser" avec
- Des vocations uniquement dédiées à la sanctification des fidèles par l'attribution des sacrements particulièrement la célébration de l'eucharistie, et ils seront aussi "spécialisés" dans la prière en faveur des fidèles. A ceux ci on exigera un minimum de sainteté: la chasteté parfaite, la solitude etc etc. Par contre on ne va pas exiger d'eux qu'ils fassent de longues études. là c'est le premier S (Sainteté)
- Des vocations pour instruire, enseigner, dans une célébration eucharistique ils pourront juste faire l’homélie, et en dehors il pourront faire des catéchèses, conseiller les fidèles etc. A ceux ci on demandera une bonne instruction et pas nécessairement une sainteté excellente: Ils peuvent alors très bien être marié et vivre "dans le siècle" là c'est le second S (Science)
- Des vocations pour servir, pour "gouverner", ceux ci doivent avoir des bonnes aptitudes intellectuelles, sociales, psychologique etc.
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 08:49

je pense que le problème fondamental concerne le statut du chrétien par rapport au salut .

L'Eglise-institution  s'est construite sur une dichotomie  clerc-laïc.
Vatican II a relativisé le salut par rapport aux laïcs et il a gardé l'absolutisation du salut par rapport aux clercs : il y a incohérence et "dissonance cognitive ".
la culture cléricale repose sur le Droit canonique qui rend le prêtre la seule source de salut en tant
que source des sacrements . Mais par ailleurs comme les autres religions  ou l'ignorance  de la religion chrétienne font que le salut peut être accordé en dehors de l'Eglise par Dieu , Le prêtre n'est plus une source de salut obligatoire mais facultative ...
Lui doit fournir un effort surhumain , incommensurable , pour être à la hauteur de sa tâche de source du salut sacramentel , mais les Laïcs ,eux, n'ont aucun effort à fournir , puisque de toute façon , Dieu les sauvera  in fine .
Le Drame , il est dans la cohabitation permanente avec cette incohérence théologique :
Pourquoi obliger le  berger à des efforts  surhumains  si chacune des brebis décide , elle ,quel est son bon plaisir en la matière ?
ce qu'il faut donc définir c'est:1) en quoi l'Eglise est-elle source de salut , et 2) en quoi le statut par rapport au salut doit-il être commun à tous les baptisé(e)s .
faute de quoi , tout va s'effondrer ...car le prêtre veut partager la condition des fidèles et les fidèles veulent être guidés par quelqu'un qui partage leur condition ..
Revenir en haut Aller en bas
Invité_



Masculin Messages : 338
Inscription : 30/09/2016

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 08:58

monge a écrit:
Loup Nocturne a écrit:
La sélection psychologique devrait être plus poussée.

Les âmes trop fragiles ne supportent pas la solitude, l'horreur, l'angoisse et/ou la surcharge de travail. Ils sont comme des éponges qui prennent l'eau. Ou le sang.

Prêtre est une vocation, c'est comme le militaire. C'est une vocation, opposée mais similaire. C'est un don de soi et un sacrifice. Quelle beauté. C'est sublime.


Là je suis parfaitement d'accord avec vous! Seulement je crains que si on veut être trop sélectif on n'aura finalement aucun prêtre. Alors je me demande si c'est judicieux de vouloir retrouver chez une même personne toutes les qualités que devrait avoir un prêtre qu'on résume souvent dans le jargon par les trois "S": Sainteté, Science, Santé

Alors en effet Monge, cela peut être un repoussoir : on manque déjà de prêtres... et si on commence avec ça, ça risque de repousser encore plus.

Néanmoins l'Eglise n'est vraiment pas douée pour attirer les jeunes, niveau marketing on est proches de zéro. Depuis quand n'ai-je pas croisé de prêtre en soutane dans la rue ? Alors que je vois souvent des imams là où j'habite. Dans la rue, sur les marchés, ... A la télé je vois des pubs pour la Défense (armée). Par contre je ne vois jamais de pubs pour devenir prêtre, imam ou rabbin : merci la laïcisation !


Dernière édition par Loup Nocturne le Mar 11 Oct 2016, 09:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12280
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 09:08

Tout ça c'est largement blabla...

C'est quand la dernière fois que vous avez invité un prêtre chez vous pour partager un repas, un moment de rencontre...???

PS : Ne me posez pas la question de savoir ce qu'il en est pour moi... je ne vous répondrais pas. J'ai juste l'impression d'avoir une longueur d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 09:16

adamev a écrit:
Tout ça c'est largement blabla...

C'est quand la dernière fois que vous avez invité un prêtre chez vous pour partager un repas, un moment de rencontre...???

PS : Ne me posez pas la question de savoir ce qu'il en est pour moi... je ne vous répondrais pas. J'ai juste l'impression d'avoir une longueur d'avance.

C'est ce que j'allais justement dire Very Happy Leur solitude est grande, même s'ils vivent maintenant à plusieurs dans un secteur paroissial.

Mais, quand un jeune prêtre débarque au milieu d'une "communauté" bien structurée, il a bien du mal à trouver sa place.

Et ici ? que s'est-il passé ? n'était-ce, justement pas un problème de solitude ?

http://docteurangelique.forumactif.com/t21385-le-pere-philippe-dockwiller-est-mort-le-scandale-des-pretres-calomnies-dans-des-accusations-de-pedophilie

Loup, j'avoue que votre façon d'approcher la prétrise me glace...

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
monge



Masculin Messages : 3562
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 09:33

Oculus a écrit:

Mais par ailleurs comme les autres religions  ou l'ignorance  de la religion chrétienne font que le salut peut être accordé en dehors de l'Eglise par Dieu , Le prêtre n'est plus une source de salut obligatoire mais facultative ...
Le prêtre est une source de salut obligatoire pour les catholiques quand il est disponible.

Citation :

Lui doit fournir un effort surhumain , incommensurable , pour être à la hauteur de sa tâche de source du salut sacramentel , mais les Laïcs ,eux, n'ont aucun effort à fournir , puisque de toute façon  , Dieu les sauvera  in fine .
D'où tenez vous cela? ce n'est pas juste. En effet ordinairement les laïcs plongés dans le monde ont à faire face à plus d'obstacle pour leur salut que les religieux. Mais le discours pastoral actuel nie cette vérité. C'est à la limite du scandale...
Revenir en haut Aller en bas
Invité_



Masculin Messages : 338
Inscription : 30/09/2016

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 09:46

Espérance a écrit:
Loup, j'avoue que votre façon d'approcher la prétrise me glace...

Vous seriez étonnée de certains aumôniers parachutistes. Et bien d'autres encore.

Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 09:48

Loup Nocturne a écrit:
Espérance a écrit:
Loup, j'avoue que votre façon d'approcher la prétrise me glace...

Vous seriez étonnée de certains aumôniers parachutistes. Et bien d'autres encore.


je ne connais pas d'aumôniers parachutistes, mais des aumôniers militaires et visiteurs de prisons, oui.

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
monge



Masculin Messages : 3562
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 09:56

Je n'ai pas visionner cette vidéo (je ne peux pas le faire), mais il y a un aumônier parachutiste qui était parmi le commando de la légion qui avait sauté sur Kolwesi au Zaïre (actuel RD Congo) en 1975 si mes souvenirs sont justes. C'était pour libérer les otages occidentaux capturés par les rebelles Katangais.
Le prêtre fait parti de ces expéditions pour apporter un soutien psychologique , pour donner des derniers sacrements etc. Les soldats ont besoins des médecins du "corps" , certains ont aussi besoin d'avoir des médecins de "l'âme" auprès d'eux.


Dernière édition par monge le Mar 11 Oct 2016, 13:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité_



Masculin Messages : 338
Inscription : 30/09/2016

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 10:00

Merci d'aider Espérance à comprendre, monge.

Tous les prêtres (ou futurs prêtres) ne sont pas tous pareils. Certains sont marqués par leur passé. Imprégnés de leur passé. Et c'est le but du séminaire : se transformer, accepter ses forces et ses faiblesses, en combinaison avec son être, ses bagages.

Certes les prêtres déposent leurs bagages et changent parfois de manière radicale. Cela dépend de chacun.

Dans le reportage ci-dessus on voit un prêtre qui aide des prostituées. Un autre qui baigne dans le monde de la nuit. Un autre qui va visiter les plages et parler aux jeunes. Etc etc.
Revenir en haut Aller en bas
Invité_



Masculin Messages : 338
Inscription : 30/09/2016

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 10:29

Revenir en haut Aller en bas
Invité_



Masculin Messages : 338
Inscription : 30/09/2016

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 11:08

Alors comme vous le voyez, des perspectives d'avenir, il y en a.

1. La communication hiérarchique dans l'Eglise semble poser problème, certes. Comme dans toute institution il y a des ralentis, des virages, des blocages. Sauf que l'Eglise devrait être différente. Je ne la connais pas encore de l'intérieur mais d'après ce que j'ai cru comprendre, il existe un manque de communication.

2. Espérance, mon approche "vous glace". Je vous rassure, ma foi est sincère et j'ai reçu un Appel. Ca, c'est indéniable, et je ne m'y attendais pas. Ce n'est pas pour rien. Cependant j'ai presque 30 ans et un passé. Mes positions sont nettes, carrées et claires.

3. La question des femmes de prêtres se pose : solitude, angoisse, besoins naturels, douceur. Tout cela Dieu est censé l'apporter au prêtre (son ministre) : apaiser, soulager, nourrir, revitaliser. Donc se pose une autre question annexe :

3a. La réelle vocation et la réelle foi de certains prêtres. Et on enchaîne sans transition :

4. La sélection psychologique (caractère, endurance au stress et à la solitude tard le soir, faculté de résilience, équilibre mental, etc).

5. La surcharge de travail : avec un marketing approprié, l'Eglise aurait plus de prêtres, donc les prêtres par conséquent seraient soulagés dans leur dur labeur.

5a. Comme nous l'explique le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine, comment voulez-vous attirer les gens si les Eglises leur semblent fermées, s'ils croient que nous n'avons rien à leur proposer, s'ils n'ont jamais ou rarement l'occasion de croiser un prêtre (et le reconnaître à l'uniforme), le voile chrétien des femmes chrétiennes, les lumières, l'encens, les chants, la liturgie, lors des messes ? Davantage de conférences ?

6. L'Eglise se meurt et elle aussi a besoin d'une revitalisation. Vous verrez que la contre-balance de mai 68 (dont Adamev semble faire l'apologie - je parle des soixante-huitards, pas de la contre-balance) va arriver.


Dernière édition par Loup Nocturne le Mar 11 Oct 2016, 11:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 11:38

Loup, ne pensez pas que je ne connais pas les prêtres ! j'ai travaillé avec le Père Guy Gilbert, éducateur de rue, j'ai eu un religieux aumônier des prisons comme directeur de conscience, je connais bien aussi le Père Arthur Hervé...

et... je fais aussi partie du secteur pastoral. Nous, nous les laïcs, travaillons avec eux pour les décharger de certaines réunions. Ainsi par exemple, il n'y a pas souvent un prêtre avec nous pour la préparation des obsèques et même pour les animer.

Aussi, je reçois pas mal de confidences !!


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 11:55

Espérance a écrit:
... le manque de « perspectives d’avenir » apparaissent comme la première cause de mal-être...

C'est fort ça. Mais on est là ?
Le manque de perspective d'avenir ?

La promesse du paradis ne suffit plus maintenant ?
On touche le fond.
Revenir en haut Aller en bas
monge



Masculin Messages : 3562
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 12:01

ogmog a écrit:
Espérance a écrit:
... le manque de « perspectives d’avenir » apparaissent comme la première cause de mal-être...

C'est fort ça. Mais on est là ?
Le manque de perspective d'avenir ?

La promesse du paradis ne suffit plus maintenant ?
On touche le fond.

C'est effectivement révélateur...
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 12:07

Avez-vous lu la suite :

l’absence de « perspectives d’avenir » apparaît en effet, et de loin, comme la première cause de mal-être chez les prêtres, talonnée par une organisation (le « système de paroisses » couvrant tout le territoire) jugée à bout de souffle. S’ensuivent, toujours sur l’échelle du « mal-être », le sentiment d’une absence d’écoute ou de reconnaissance par la hiérarchie, l’éloignement à l’égard de l’Église en tant qu’institution, ou encore les relations difficiles entre prêtres.



_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 12:12

Citation :
"le sentiment d’une absence d’écoute ou de reconnaissance par la hiérarchie"
Elle est forte celle là aussi !
Ils se plaignent donc que Dieu ne le entend pas. Quand on suit le Christ on doit être prêt à suivre le chemin des apôtres. Et quand on connait leur vie, il faut être un peu niais pour imaginer que le chemin va être facile, surtout quand on sait dans quelles conditions ils ont fini. Franchement on est où là ? Ils auraient tenu combien de temps à l'époque des Romains ces curés modernes ?

A quand une grève des prêtres ou même un syndicat ?
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 12:17

ogmog a écrit:
Citation :
"le sentiment d’une absence d’écoute ou de reconnaissance par la hiérarchie"
Elle est forte celle là aussi !
Ils se plaignent donc que Dieu ne le entend pas. Quand on suit le Christ on doit être prêt à suivre le chemin des apôtres. Et quand on connait leur vie, il faut être un peu niais pour imaginer que le chemin va être facile, surtout quand on sait dans quelles conditions ils ont fini. Franchement on est où là ? Ils auraient tenu combien de temps à l'époque des Romains ces curés modernes ?

A quand une grève des prêtres ou même un syndicat ?

je pense franchement que vous êtes de mauvaise foi ou alors, vous n'y connaissez rien au fonctionnement des paroisses !!! alors arrêtez de dire des sottises.

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 12:18

Je n'y connais rien et vous tout. Quelle humilité. Vous forcez mon admiration. Cette démonstration me suffit. Je vous rend votre chapelle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité_



Masculin Messages : 338
Inscription : 30/09/2016

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 12:37

Cet Invité anonyme a raison.

Anonymous a écrit:
Espérance a écrit:
... le manque de « perspectives d’avenir » apparaissent comme la première cause de mal-être...

C'est fort ça. Mais on est là ?
Le manque de perspective d'avenir ?

La promesse du paradis ne suffit plus maintenant ?
On touche le fond.

La promesse du Paradis doit être la seule et unique perspective d'avenir ici-bas.

Anonymous a écrit:
Citation :
"le sentiment d’une absence d’écoute ou de reconnaissance par la hiérarchie"
Elle est forte celle là aussi !
Ils se plaignent donc que Dieu ne le entend pas. Quand on suit le Christ on doit être prêt à suivre le chemin des apôtres. Et quand on connait leur vie, il faut être un peu niais pour imaginer que le chemin va être facile, surtout quand on sait dans quelles conditions ils ont fini. Franchement on est où là ? Ils auraient tenu combien de temps à l'époque des Romains ces curés modernes ?

A quand une grève des prêtres ou même un syndicat ?

Ils n'auraient pas tenu longtemps à l'époque Romaine. Ici on me reproche (sans le dire) ma vision "glaciale" (dixit Espérance) de la prêtrise alors que je parle de caractère, de force mentale, d'endurance psychologique, d'équilibre, de résistance au stress et même au calvaire.

La faim, la soif. La misère, la guerre. La majorité sont des jeunes sans expérience n'ayant rien connu de ce qu'un homme doit vivre pour devenir un bon prêtre. Savoir de quoi il parle. Pouvoir fixer quelqu'un dans les yeux et lui affirmer la foi sans même dire un mot.

C'est cette flamme qui manque.

J'ai été obligé de m'autocensurer pour ne pas passer pour un psychopathe intolérant, alors que je prône la tolérance, le partage et l'amour, mais aussi la réalité du terrain.

Un Appel c'est beau. J'en ai reçu trois. Un à 7 ans, un autre à 17 ans. Armée, ou prêtrise ? Je ne suis pas devenu prêtre.

Aujourd'hui j'ai 29 ans et après avoir vécu et voyagé énormément, expérimenté la vie, je me donne à cet Appel.

Il faut du caractère. Un certain mental. Une (auto)discipline. Une rectitude. Une conviction. La foi.

J'aurais pu devenir riche et puissant alors que j'ai tout abandonné pour ce troisième et final Appel, après une vie, une vraie vie riche d'expériences parfois atroces et douloureuses. C'est ce qui rend plus fort, ce qui fortifie l'âme, les sens, la foi.

La "carrure" spirituelle.


Dernière édition par Loup Nocturne le Mar 11 Oct 2016, 16:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
monge



Masculin Messages : 3562
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 13:19

Loup Nocturne a écrit:


Aujourd'hui j'ai 29 ans et après avoir vécu et voyagé énormément, expérimenté la vie, je me donne à cet Appel.

Il faut du caractère. Un certain mental. Une (auto)discipline. Une rectitude. Une conviction. La foi.

J'aurais pu devenir riche et puissant alors que j'ai tout abandonné pour ce troisième et final Appel, après une vie, une vraie vie riche d'expériences parfois atroces et douloureuses. C'est ce qui rend plus fort, ce qui fortifie l'âme, les sens, la foi.

La "carrure" spirituelle.
Ben dis donc je suis vraiment séduis quand je vous entends parlé, je ne sais pas pourquoi...
Revenir en haut Aller en bas
Invité_



Masculin Messages : 338
Inscription : 30/09/2016

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 13:26

Monge,

C'est dommage que vous ne puissiez voir la vidéo du "Padre", appelé ainsi par les légionnaires eux-mêmes. En dessous de sa soutane, un treillis et des ranjos. Puis le saut en parachute. Il parle comme moi.

Vent, météo, forces spéciales de la sainte église catholique. Réalité du terrain.

Je le dis et le répète sans dévier : Rectitude, discipline, force mentale, résistance au stress, équilibre, endurance, expérience.
Revenir en haut Aller en bas
monge



Masculin Messages : 3562
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 13:27

Loup Nocturne a écrit:


Dans le reportage ci-dessus on voit un prêtre qui aide des prostituées.

Un homme aider directement les prostitués? hmm c'est un peu audacieux, la chair est (très) faible ne l'oublions jamais. Les aider à distance me semble plus prudent.
Revenir en haut Aller en bas
J&B



Féminin Messages : 1813
Inscription : 09/08/2014

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 17:13



Les futures forces spéciales de l'Eglise Catholique (FSEC)
A 4:44 : là aussi, on mange la "parole"
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 17:16

monge a écrit:
Loup Nocturne a écrit:


Dans le reportage ci-dessus on voit un prêtre qui aide des prostituées.

Un homme aider directement les prostitués? hmm c'est un peu audacieux, la chair est (très) faible ne l'oublions jamais. Les aider à distance me semble plus prudent.

C'est aussi un prêtre, le Père Talvas qui a fondé l'association "le Nid" pour les prostituées qui veulent s'en sortir.

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Invité_



Masculin Messages : 338
Inscription : 30/09/2016

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 17:37

J&B a écrit:


Les futures forces spéciales de l'Eglise Catholique (FSEC)
A 4:44 : là aussi, on mange la "parole"

Oui. Pas de traces.

D'où les empreintes dans la neige.

Ce qu'il faut retenir de cela, c'est l'esprit. La discipline. Le 1er Maître Marius est un excellent exemple : à la fin de l'adolescence, il a failli sombrer dans le banditisme. Ensuite une "rencontre" avec un agent de police l'a remis sur les rails. Il a devancé le service pour s'engager directement. On voit ce qu'il est devenu : une légende.

Nos armes à nous sont bien différentes : elles sont spirituelles.
Revenir en haut Aller en bas
monge



Masculin Messages : 3562
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mar 11 Oct 2016, 17:46

Espérance a écrit:


C'est aussi un prêtre, le Père Talvas qui a fondé l'association "le Nid" pour les prostituées qui veulent s'en sortir.

Si c'est une association je comprend mieux. Mais accoster les prostitués dans la rue pour les aider... eh ben c'est prendre un risque énorme de succomber dans leur charme, la paille ne doit jamais s'approcher du feux, elle va certainement brûler.
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mer 12 Oct 2016, 06:15

Loup Nocturne a écrit:

J'aurais pu devenir riche et puissant alors que j'ai tout abandonné pour ce troisième et final Appel, après une vie, une vraie vie riche d'expériences parfois atroces et douloureuses. C'est ce qui rend plus fort, ce qui fortifie l'âme, les sens, la foi.

La "carrure" spirituelle.

Eh Là ! NW !!! souvenez-vous qu'un Loup ne peut pas avoir les chevilles qui gonflent , ça l'handicape trop !
en matière d'humilité , je vois une très nette marge de progression à votre ardeur performative ... :beret:

le problème de l'Eglise n'est pas de recruter des Superman ou Spiderman , Il est de faire vivre une théologie du salut eucharistique
qui soit la même pour les pasteurs et les brebis .
si d'un côté vous avez des commandos marine spirituels et de l'autre des tas de gros beaufs ou beaufesses avachi(e)s , vous avez un christianisme ésotérique et clivé mais pas une Eglise qui partage l'Esprit Saint .
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mer 12 Oct 2016, 08:03

monge a écrit:
Espérance a écrit:


C'est aussi un prêtre, le Père Talvas qui a fondé l'association "le Nid" pour les prostituées qui veulent s'en sortir.

Si c'est une association je comprend mieux. Mais accoster les prostitués dans la rue pour les aider... eh ben c'est prendre un risque énorme de succomber dans leur charme, la paille ne doit jamais s'approcher du feux, elle va certainement brûler.

Voici comment ça s"estpassé :

Citation :
La rencontre en 1937 entre le père André-Marie Talvas et Germaine Campion, alors prostituée dans le quartier des Halles à Paris et malade alcoolique, est à l’origine du Nid et du Mouvement Vie Libre. À partir de cette rencontre, le père Talvas va réaliser que la prostitution est « l’une des pires formes de mépris des personnes et le résultat d’une incroyable incompréhension entre les hommes et les femmes ». Germaine Campion va transformer son appartement en lieu d’accueil pour les femmes en difficultés. Proche de l’Action catholique ouvrière, le Père Talvas va mobiliser des militants du catholicisme social pour organiser plus de lieux d’accueil.

En 1946, le Nid est fondé, en référence à l’ambiance chaleureuse d’un des premiers lieux d’accueil. Il deviendra rapidement l’amicale du Nid. Le Nid est engagé dès sa fondation dans le soutien à la loi de fermeture des maisons closes par la loi dite « Marthe Richard ». Son but : « accueillir des jeunes femmes abandonnées avec ou sans enfant en vue de les adapter ou les réadapter à la vie sociale ». Ses moyens : « création de centres et foyers, publication de revues et bulletins, organisation de conférences »

Une femme Germaine CAMPION, alors qu’elle revenait chez elle pour mourir, est conseillée par une amie de sa mère. Elle va voir un jeune vicaire qui lui dit : » Madame, vous êtes malade, un jour vous guérirez. Jamais je ne vous abandonnerai « . Cette rencontre eut lieu à PARAMET/SAINT MALO en 1937. Ce compagnonnage d’une femme malade et d’un homme qui croyait en la guérison dura 11 années. En 1948, Germaine CAMPION fait sa cure et devient abstinente. Elle avait dit : » Si un jour je guéris, j’irai le dire à tout le monde « . Ce compagnonnage dura et ne s’arrêta pas à la guérison. Fondé par André-Marie TALVAS et Germaine CAMPION, l’association VIE LIBRE dite « Mouvement » est né en 1953

Less premières réunions ont eu lieu au Nid au 80, boulevard du général Leclerc à Clichy.

André-Marie Talvas est né le 28 avril 1907 à Chauvigné (Ille-et-Vilaine) et meurt le 28 février 1992 dans une maison de repos à Saint-Germain-en-Laye. En 1919, il commence à travailler avec son père artisan chaisier. « j’ai donc grandi dans un monde où j’ai vu les ravages de l’alcool chez les hommes, les femmes, dans les couples, dans les familles. » En 1927, il entre au séminaire des vocations tardives à Saint-Hilan. Il rencontre le père Guérin, fondateur de la JOC, vicaire à Clichy. Pendant son service militaire à Versailles, il découvre le quartier Pigalle de Paris. Il est ordonné à Rennes le 6 juillet 1935. Vicaire à Saint-Erblon, en paroisse rurale et ouvrière, puis à Paramé, près de Saint-Malo.

En 1937, il rencontre Germaine Campion dans l’église Saint-Eustache : par la suite, il lui dit au cours d’une confession : « Madame, vous avez oublié de dire que vous buvez – Oui, lui dis-je, et je suis perdue. – Non, Madame, vous êtes malade. Un jour vous guérirez… Madame, ne pleurez pas. Je ne vous abandonnerai jamais. » Sa guérison prendra 11 ans ! Mobilisé à Versailles en 1939, le père Talvas est fait prisonnier pendant la bataille de France et envoyé neuf mois au Stalag XII à Limbourg, près de Francfort. De retour à Paramé en 1941, il loue un manoir, « le Pont Pinel » pour accueillir des femmes en difficulté, avec la participation de Jeanne Grandmougin et de Germaine Campion. « Toute l’action repose sur le postulat que l’amour et le respect de l’Homme peuvent vaincre la force brutale, l’inertie, les situations jugées désespérées et sans issue. C’est cette force-là qui peut faire basculer le Monde.

En 1943, il est nommé à Paris comme aumônier national Adjoint du M.P.F. Il travaille avec les aumôniers d’Action Catholique spécialisée. Avec Maggy Boire, jociste bretonne, et des membres des mouvements, il démarre à Paris les activités du Nid : rencontre et accueil des femmes prostituées. Il participe alors au développement du courant abolitionniste. Jeanne Grandmougin le rejoint à Paris en 1945. L’association « Le Nid » est fondée en février 1946. En août elle devient « L’Amicale du Nid ». Il agit pour la fermeture de maisons avec la loi dite « Loi Marthe Richard – 13 avril 1946 ». Germaine Campion arrive à Paris. En 1947, il rencontre le Dr Lecoq, médecin à Saint-Germain-en-Laye, spécialiste en alcoologie. En 1948, Germaine Campion fait une cure de désintoxication. Avec Elle, il crée « l’Entraide » qui devient le mouvement « Vie Libre ». Il participe à la création de revues qui deviendront « Prostitution et Société » en 1987. Une équipe masculine est créée en 1952. en 1953, il participe à la préparation et à la réalisation du film « Les Compagnes de la nuit » avec Raymond Pellegrin et Nicole Courcel. Une vaste campagne d’information de l’opinion et des pouvoirs publics est lancée.

Une vaste campagne d’information de l’opinion et des pouvoirs publics est lancée. Le mouvement est créé au Brésil avec Mgr Antonio Fragoso, évêque de Cratéus (Nord-Este) en 1954. En 1959, le Père Talvas donne des cours à l’Institut Catholique de Paris. Il milite pour la signature par la France de la Convention internationale du 2 décembre 1949 : « Convention pour la Répression de la Traite des êtres Humain et de l’Exploitation de la Prostitution d’Autrui ». En 1963, il crée le groupe « Les Volontaires de l’Amitié », rencontre et accueil d’hommes marginalisés. Il rédige, en 1964, un mémoire sur la prostitution à l’intention du Concile Vatican II. Il provoque Michèle G. à publier son histoire : Du trottoir à la liberté. En 1976, le Père Talvas cesse sa fonction d’Aumônier National du Mouvement du Nid

http://www.patrimoine-parisbreton.org/germaine-campion/


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Invité_



Masculin Messages : 338
Inscription : 30/09/2016

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mer 12 Oct 2016, 08:27

Oculus a écrit:
Loup Nocturne a écrit:

J'aurais pu devenir riche et puissant alors que j'ai tout abandonné pour ce troisième et final Appel, après une vie, une vraie vie riche d'expériences parfois atroces et douloureuses. C'est ce qui rend plus fort, ce qui fortifie l'âme, les sens, la foi.

La "carrure" spirituelle.

Eh Là ! NW !!! souvenez-vous qu'un Loup ne peut pas avoir les chevilles qui gonflent , ça l'handicape trop !
en matière d'humilité , je vois une très nette marge de progression à votre ardeur performative ... :beret:

le problème de l'Eglise n'est pas de recruter  des Superman ou Spiderman , Il est de faire vivre une théologie du salut eucharistique
qui soit la même pour les pasteurs et les brebis .
si d'un côté vous avez des commandos marine spirituels et de l'autre des tas de  gros beaufs ou beaufesses avachi(e)s , vous avez un christianisme ésotérique et clivé mais pas une Eglise qui partage l'Esprit Saint .

Je ne vois pas de manque d'humilité dans mes écrits. Je parle d'une situation concrète et d'un cas de vie. Selon vous, par exemple (ce n'est qu'un exemple....) un enfant soldat, battu et maltraité, qui a reçu une éducation militaire, a énormément voyagé, s'est battu, a été blessé, s'est remis sur pieds, a expérimenté les exils, les élevages, chaque continent, beaucoup de cultures, et en plus ayant beaucoup étudié pendant ses petites heures libres, selon vous, s'il vous racontait sa vie, vous lui diriez qu'il manque d'humilité ?

1. Il ne s'agit pas de former des commandos marine dans l'Eglise, cessez de caricaturer. Superman et Spiderman non plus. Je vous parle de l'esprit et de la force de caractère des futurs prêtres. Comme le soulignent judicieusement le Commandant puis le 1er Maître : "pas de places pour les faibles" et "90% de votre réussite, c'est dans votre tête". Comment voulez-vous qu'un prêtre faible guide les faibles puisque son rôle est justement de leur venir en aide et les guider ?

2. Sans former des Supermen, je vois mal un prêtre s'enfuir au moindre bruit, avoir peur de son ombre, et être incapable de neutraliser un malfrat lors d'une agression pour sauver la vie d'autrui... ou la sienne (paix au Père Hammel). De manière non-létale, évidemment.

3. Je crois justement qu'il faudrait, dans l'Eglise, agir à l'inverse de l'armée : au lieu d'imposer un âge limite, une date de péremption, nous devrions imposer un âge minimal pour le Séminaire. Afin que le candidat futur prêtre ait vécu, ait eu le temps de vivre. Ce n'est qu'une idée, comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
J&B



Féminin Messages : 1813
Inscription : 09/08/2014

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mer 12 Oct 2016, 11:36

Deux textes de saint Paul qui parle de la force et de la faiblesse.

2 Corinthiens, chapitre 11 :

23 Ils sont ministres du Christ ? Eh bien – je vais dire une folie – moi, je le suis davantage : dans les fatigues, bien plus ; dans les prisons, bien plus ; sous les coups, largement plus ; en danger de mort, très souvent.
24 Cinq fois, j’ai reçu des Juifs les trente-neuf coups de fouet ;
25 trois fois, j’ai subi la bastonnade ; une fois, j’ai été lapidé ; trois fois, j’ai fait naufrage et je suis resté vingt-quatre heures perdu en pleine mer.
26 Souvent à pied sur les routes, avec les dangers des fleuves, les dangers des bandits, les dangers venant de mes frères de race, les dangers venant des païens, les dangers de la ville, les dangers du désert, les dangers de la mer, les dangers des faux frères.
27 J’ai connu la fatigue et la peine, souvent le manque de sommeil la faim et la soif, souvent le manque de nourriture, le froid et le manque de vêtements,
28 sans compter tout le reste : ma préoccupation quotidienne, le souci de toutes les Églises.
29 « Qui donc faiblit, sans que je partage sa faiblesse ? Qui vient à tomber, sans que cela me brûle ? »
30 S’il faut se vanter, je me vanterai de ce qui fait ma faiblesse.

et le chapitre 12 :
06 En fait, si je voulais me vanter, ce ne serait pas folie, car je ne dirais que la vérité. Mais j’évite de le faire, pour qu’on n’ait pas de moi une idée plus favorable qu’en me voyant ou en m’écoutant.
07 Et ces révélations dont il s’agit sont tellement extraordinaires que, pour m’empêcher de me surestimer, j’ai reçu dans ma chair une écharde, un envoyé de Satan qui est là pour me gifler, pour empêcher que je me surestime.
08 Par trois fois, j’ai prié le Seigneur de l’écarter de moi.
09 Mais il m’a déclaré : « Ma grâce te suffit, car ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse. » C’est donc très volontiers que je mettrai plutôt ma fierté dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ fasse en moi sa demeure.
10 C’est pourquoi j’accepte de grand cœur pour le Christ les faiblesses, les insultes, les contraintes, les persécutions et les situations angoissantes.

Car, lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort.

Il sait que c'est lorsqu'il est vide de toute stratégie humaine, prestige mondain, force physique, ambition personnelle, volonté (trop) humaine de se défendre que le Christ peut agir à travers lui, sans les perturbations (légitimes) qui viennent obstruer le mental et se surimposer à la réalité et aux circonstances.

La Force divine est donnée directement en Christ et non pas par des supérieurs hiérarchiques qui, par ailleurs, risquent de se tromper.
Jésus ne dit-il pas : Quand on vous emmènera pour vous livrer, ne vous inquiétez pas d'avance de ce que vous aurez à dire, mais dites ce qui vous sera donné à l'heure même; car ce n'est pas vous qui parlerez, mais l'Esprit-Saint. (Marc 13, 11)
Revenir en haut Aller en bas
Invité_



Masculin Messages : 338
Inscription : 30/09/2016

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mer 12 Oct 2016, 11:39

Au lieu de copier-coller des textes, j'aimerais des réponses à mes arguments. Je veux de l'argumentaire. D'humain à humain. D'homme à homme ou de femme à homme.

C'est trop facile de se réfugier derrière des textes.

La réalité du terrain nous rattrape toujours.
Revenir en haut Aller en bas
J&B



Féminin Messages : 1813
Inscription : 09/08/2014

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mer 12 Oct 2016, 13:21

Justement, mon commentaire, à la suite des textes de Paul est qu'au lieu d'anticiper les actes de l'ennemi et de s'entraîner à et effet, il faut faire confiance au Seigneur et au plan qu'il est en train d'exécuter par les circonstances qui nous arrivent.
Être à l'écoute du monde intérieur et spirituel n'est pas du ressort d'un conditionnement militaire, réflexe de survie, commandement et obéissance aveugle.

La force spirituelle s'apprend aussi par l'Esprit, en comprenant et surmontant les épreuves qui nous arrivent à tous dans cette vie. Nul besoin qu'elles soient prestigieuses, comme le prêtre parachutiste, ou les prêtres chanteurs... la maladie, l'injustice, les insultes, tout le monde peut y avoir droit.

Le but final et spirituel n'est pas de préserver sa vie, mais d'être un instrument du Christ, pour que sa bonne nouvelle parvienne à qui de droit et peut-être justement à notre ennemi... quitte à y laisser sa vie. C'est ce que disent et ont vécu Jésus et Paul et les autres.
La stratégie à vue humaine pour préserver sa vie est tout à fait légitime, mais quand on agit dans le prolongement du Christ, le programme, les valeurs, les buts changent, car ce n'est plus notre vie biologique qui est en cause, mais la vie éternelle.


Il se trouve qu'on entre dans le sujet de la violence et la non-violence, la légitime défense, la défense individuelle et collective, tant de fois débattu dans ce forum, par exemple ici :

http://docteurangelique.forumactif.com/t18514p200-la-guerre-juste

http://docteurangelique.forumactif.com/t18769p100-la-non-violence-selon-dims

Mais comme dit plus haut : il ne s'agit pas de former les prêtres à devenir des guerriers, mais c'est l'esprit qui compte.

Alors, comment s'y prendre ?
Quel est le programme préconisé pour coacher les prêtres dans un esprit de force pour surmonter toutes les avaries qu'il peut rencontrer dans son ministère en ce monde ?
Dans cette vue des choses, je ne vois que la vie monastique dans des conditions difficiles, comme dans le film l'Ile dont j'ai mis le lien plus haut.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mer 12 Oct 2016, 13:33

J&B a écrit:
Formateur de prêtres-soldats, apprentissage de la vie à la dure, ascèse, formation poussée sur la psychologie/psychanalyse, la symbolique c'est cela ta vocation ?
Si oui,  je crains qu'à Rome, ce ne soit très difficile, parce que leur mouvement actuel est d'aller dans le sens de la psychologie des masses, le sentimentalisme. Alors qu'à mon avis, c'est justement cela qui discrédite l'Eglise actuelle.
Ta vocation conviendrait mieux à l'Eglise catholique traditionaliste ou l'église orthodoxe.

Ce qui me fait penser à ce film, que j'aime beaucoup,  le connais-tu  ?

L'Ile, "Ostrov" film russe sur un monastère orthodoxe et un moine très spécial...
La-dedans, il y a tout, l'ascèse, la grâce, l'intelligence spirituelle et l'intelligence humaine.

C'est un film magnifique. Nous l'avons vu au moins 5 fois !!
Revenir en haut Aller en bas
J&B



Féminin Messages : 1813
Inscription : 09/08/2014

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mer 12 Oct 2016, 13:53

Si j'étais le père spirituel de L.N, je l'enverrai dans ce monastère, à la place du Supérieur, ça vaut tous les enseignements prestigieux de Rome :beret:


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mer 12 Oct 2016, 14:23

J&B a écrit:
Si j'étais le père spirituel de L.N,  je l'enverrai dans ce monastère, à la place du Supérieur, ça vaut tous les enseignements prestigieux de Rome  :beret:



En tous cas, il a suivi un des plus beaux chemins de sainteté, dans sa stricte petitesse.
Revenir en haut Aller en bas
J&B



Féminin Messages : 1813
Inscription : 09/08/2014

MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mer 12 Oct 2016, 16:26

Le frère Anatole représente bien la force spirituelle dans la faiblesse humaine, dont parle saint Paul et le Supérieur du monastère, la faiblesse spirituelle dans la force humaine (le prestige et les honneurs qui prennent feu à l'école du père Anatole).

C'est vrai que ce film est un véritable enseignement spirituel en plus des rebondissements inattendus et d'un certain humour Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les raisons du mal-être chez les prêtres   Mer 12 Oct 2016, 16:39

J&B a écrit:
Le frère Anatole représente bien la force spirituelle dans la faiblesse humaine, dont parle saint Paul et le Supérieur du monastère, la faiblesse spirituelle dans la force humaine (le prestige et les honneurs qui prennent feu à l'école du père Anatole).

C'est  vrai que ce film est un véritable enseignement spirituel en plus des rebondissements inattendus et d'un certain humour Smile

Et depuis que je l'ai vu, je ne fais plus le signe de la Croix de la même manière Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
 
Les raisons du mal-être chez les prêtres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Religion Chretienne et Alchimie
» Crise chez mes beaux parents :-(
» Ma visite chez l'endocrinologue Echographie, Scintigraphie,
» 1er rendez vous chez l'orthophoniste
» Constipation chez bébé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: