DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le P. Pierre Tritz, bienfaiteur des enfants des rues de Manille, est décédé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16667
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Le P. Pierre Tritz, bienfaiteur des enfants des rues de Manille, est décédé   Lun 19 Sep 2016, 18:04

Le P. Pierre Tritz, bienfaiteur des enfants des rues de Manille, est décédé

Isabelle Demangeat et Clémence Houdaille, le 19/09/2016 à 17h22


Surnommé le « Père Teresa de Manille », le P. Pierre Tritz vivait aux Philippines depuis 1950. Il avait fait de la scolarisation des enfants des rues le combat de sa vie.




Le P. Pierre Tritz à Manille, en février 2005. ZOOM   

Avec le décès du P. Pierre Tritz, samedi 10 septembre, à Manille (Philippines), c’est « un visionnaire, un homme d’action et de cœur » qui s’en va, pour Camille Gubelmann. Ce jésuite originaire de Moselle s’est consacré inlassablement aux enfants des rues en luttant sans cesse pour leur maintien ou leur réinsertion dans le circuit éducatif, à Manille.

« Visionnaire parce qu’il avait eu l’intuition que la solution à la misère venait par l’éducation », explicite le président de l’une des associations relais en France de la fondation créée par le prêtre pour l’enfance défavorisée (1). « Homme d’action, poursuit-il, parce qu’il n’hésitait pas à se déplacer pour récolter des fonds. Homme de cœur parce qu’il trouvait l’injustice insupportable et avait cette intelligence de toujours ouvrir son cœur à ceux qui souffraient ».

Ordonné prêtre en Chine


Né le 19 septembre 1914, Pierre Tritz est l’aîné de sept enfants, dont trois sont entrés dans les ordres. Fasciné dans son enfance par la figure de Matteo Ricci, jésuite et grand évangélisateur de la Chine, il entre lui aussi dans la Compagnie de Jésus, à 19 ans, le 2 octobre 1933. Trois ans plus tard, il part en Chine, où il côtoie le P. Teilhard de Chardin. « C’est là que j’ai intégré le circuit pédagogique, expliquait-il en 1998 à La Croix. Comme enseignant (en éducation civique), comme assistant administratif, à l’université jésuite de Tientsin, et comme élève, à la mission de Shienshin où j’ai appris le chinois et suivi mon cursus de philosophie. » À Shanghaï, où il s’installe en 1944, il étudie la théologie et est ordonné prêtre en 1947, peu avant de devoir quitter la Chine.


« Après l’accession au pouvoir de Mao, la Mission chinoise de la Compagnie a dû déménager aux Philippines, racontait-il encore à La Croix. Au terme d’un court retour en France, un télégramme de mon provincial m’a demandé de me rendre là-bas dans les plus brefs délais. »
Le P. Tritz s’installe alors en 1950 à Manille, qu’il ne quittera plus.

En 1952, son supérieur lui propose un poste d’aumônier dans un institut d’enseignement agricole. Parallèlement, le P. Tritz devient professeur à l’université d’Araneta, enseignant la théologie et la philosophie. À partir de 1961, il donne également des cours en maîtrise de psychologie et de science de l’éducation à l’Ateneo, l’université la plus prestigieuse de Manille.

Un article de presse


En 1964 ou 1965, il tombe « par hasard » sur un article de presse expliquant qu’aux Philippines, 60 % des enfants entrant en primaire abandonnent l’école avant la fin de leurs six années de scolarité obligatoire et gratuite. « Cette statistique a vraiment été un déclic pour moi, expliquait-il. Derrière ces chiffres, il y avait une réalité humaine qui m’a profondément marqué. » « Après avoir découvert que l’abandon de leur scolarisation était dû en grande partie à l’impossibilité pour leurs familles, de payer leurs fournitures scolaires, il monte peu à peu sa Fondation Erda, à Manille », raconte Camille Gubelmann. Son but premier : distribuer, par l’intermédiaire d’assistantes sociales, des fournitures scolaires aux enfants qui en ont besoin.


Sa fondation prend de l’ampleur – elle vient en aide aujourd’hui à près de 22 000 enfants. Ses projets et ses actions, aussi. Le P. Tritz monte un orphelinat, trouve des avocats pour les enfants en conflit avec la justice. Indigné par l’inexistence d’écoles maternelles publiques aux Philippines, il demande au ministère de l’éducation de revoir à la baisse les exigences préalables à la création d’écoles maternelles, pour pouvoir en monter au sein des bidonvilles. Accepté. « Et je suis persuadé que son action à ce sujet a beaucoup joué quand, en 2012, le président Benigno Aquino, a voté le programme K to 12 », ajoute le président de l’association relais en France. Ce programme offre la possibilité d’une scolarisation, gratuite, aux Philippines, couvrant la maternelle et douze années d’« éducation basique ».

Chevalier de la Légion d’honneur


Le P. Tritz devient alors le « Père Teresa des Philippines ». Et même s’il a dû, à la suite de la loi martiale instaurée par le dictateur Marcos, renoncer, en 1974, à sa nationalité française, il est promu, en 1996, chevalier de la Légion d’honneur. Un titre parmi d’autres – il reçoit le Prix Raoul-Follereau en 1983 – mais qui n’influe pas sur les conditions de vie du jésuite. « Jusqu’à ses derniers jours, il vivait dans une petite chambre, dans un hôpital, tient à préciser Camille Gubelmann. Il y avait une table qui faisait office de bureau, deux chaises, un lit dont l’armature était en fer, une armoire pour ses vêtements et une bibliothèque pour ses livres. »

Après avoir passé les commandes, au début des années 2000, de la présidence de sa fondation, le P. Tritz s’est éteint neuf jours avant ses 102 ans. Il laisse derrière lui une centaine de salariés, bénévoles, des milliers d’enfants et adultes scolarisés grâce à lui. Et quelques héritiers. Parmi eux : le prêtre français Matthieu Dauchez, qui agit depuis plus de dix ans auprès des enfants des rues de Manille.

Ses obsèques ont été célébrées à Manille, mercredi 14 septembre.


Isabelle Demangeat et Clémence Houdaille


(1) Education Recherche Développement Assistance (Erda) Centre-Europe, l’une des associations relais de la Fondation Erda, aux Philippines.

http://www.la-croix.com/Religion/Monde/Le-P-Pierre-Tritz-bienfaiteur-des-enfants-des-rues-de-Manille-est-decede-2016-09-19-1200790138

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
 
Le P. Pierre Tritz, bienfaiteur des enfants des rues de Manille, est décédé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vidéo témoignage, Les enfants des rues de Manille : Le père Matthieu Dauchez témoigne.
» MAHARADJA, ENFANTS DES RUES ET PIERRES PRÉCIEUSES : 25/07/10 SUR M6 à 22h45
» Les enfants des rues
» La joie profonde qui jaillit du coeur des enfants blessés de Manille
» Les pierres pour les enfants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: