DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 "Comment parler du péché aujourd'hui ?"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16648
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Sam 17 Sep 2016, 20:01

"Comment parler du péché aujourd'hui ?"

"Comment parler du péché ? On reproche à l'Eglise de développer la culpabilité de ses fidèles. Sommes-nous en train de perdre la perception de nos fautes ?"

Réponse du P. Michel Souchon.


"Il est difficile de parler du péché aujourd'hui, parce qu'immédiatement on reproche à l'Église de développer le sentiment de culpabilité qui est souvent rejeté comme une faiblesse pathologique.La raréfaction des confessions et la généralisation de la communion semblent attester un affaiblissement de la perception collective de la faute... ", interpelle un internaute.

Les richesses du nouveau rituel

Vous avez raison ! Oui, il est difficile pour les prédicateurs de parler du péché. Et il est vrai aussi que la pratique du sacrement de la réconciliation et du pardon est devenue plus rare… Je crois que ces deux phénomènes sont liés. Les richesses du nouveau rituel de ce sacrement (1973) n'ont pas été suffisamment explorées.

Nous avons peut-être sous estimé un des apports importants des célébrations collectives : une attention portée davantage sur les "péchés par omission", sur la passivité qui nous rend complices des "structures de péché". Et surtout, la mise en oeuvre du nouveau rituel a donné lieu à des consignes contradictoires : possibilité, puis limitation des absolutions collectives ; expérience de la qualité des célébrations collectives, puis nécessité réaffirmée d'un aveu et de l'absolution individuels, etc. Sur tout cela, je me permets de vous renvoyer à un article de cette revue (n° 151, 1er mars 2003).

Crise de la conscience d'être pécheur ?

Mais il faut peut-être chercher ailleurs les raisons de ce que vous appelez "l'affaiblissement de la perception collective de la faute". J'en suggère une. Bien des chrétiens attendent de se sentir pécheurs pour venir au sacrement, alors que c'est dans la rencontre de Dieu leur donnant son pardon qu'ils se découvriraient pécheurs.


Vous connaissez les mots de Pascal : "À mesure que tu expieras tes péchés, tu les connaîtras et il te sera dit : Vois les péchés qui te sont remis".

Ceux qui ne s'approchent plus du sacrement parce qu'ils n'ont pas conscience d'être pécheurs doivent se souvenir qu'on ne vient pas recevoir le pardon de Dieu pour se décharger du poids de sa culpabilité, mais pour se découvrir pécheur. Pécheur pardonné.

http://croire.la-croix.com/Definitions/Mots-de-la-foi/Peche/Comment-parler-du-peche-aujourd-hui


_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16648
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Sam 17 Sep 2016, 20:04

Un sacrement, plusieurs appellations

Sacrement de pénitence, sacrement du pardon, confession… il semble qu’il y ait du mal à arrêter un nom a ce sacrement.

Les explications du P. Sébastien Antoni, assomptionniste.Publié le 1er mars 2016.

Le rituel le nomme sacrement de pénitence et de réconciliation.

Le rituel au numéro 5 affirme que "chacun des mots peut, d’une certaine façon, être utilisé pour désigner la réalité en cause" ; mais il faut cependant noter qu’aucun, à lui seul, ne peut exprimer de façon adéquate le tout du sacrement.

Confesser, (du verbe latin confiteri qui signifie reconnaître comme évident, dévoiler, indiquer, avouer, manifester…), c’est donc avouer à la fois le mal commis, mais surtout reconnaître l’amour et le pardon du Seigneur toujours offert.

Conversion, (du latin conversio qui signifie changement, mutation, révolution...) désigne le changement radical d’orientation de toute la vie. Il s’agit de retrouver la vie de disciple selon l’Evangile.

Pénitence, exprime l’ensemble des actes de l’homme par lesquels ce changement d’orientation s’opère et fructifie tout au long de la vie.

Pardon
, renvoie à l’initiative de Dieu qui fait miséricorde.

Réconciliation
désigne surtout le but et le résultat de tout le processus : l’amitié renouée entre Dieu et l’homme : l’Alliance !

Parler seulement de conversion ou de pénitence risque de centrer l’attention uniquement sur les efforts de l’homme. À l’inverse, parler seulement de pardon risque de conduire à ne voir que le don de Dieu, en omettant ce qui relève de la démarche de l’homme. Enfin parler de réconciliation seulement, c’est affirmer trop vite comme une chose acquise ce qui ne se réalise qu’en terme de processus. Pour être réconcilié, il ne suffit pas que Dieu veuille pardonner au pécheur ; il ne suffit pas que le pécheur regrette ce qu’il a fait ; il faut que pardon et repentir se rejoignent.

P. Sébastien Antoni, assomptionniste

http://croire.la-croix.com/Definitions/Vie-chretienne/Se-confesser/Un-sacrement-plusieurs-appellations

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16648
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Sam 17 Sep 2016, 20:07

Comment se sentir vraiment pardonné ?


"J'ai eu une relation adultère. J'ai menti, j'ai fait du mal à mon mari... Comment me sentir vraiment pardonnée ? ", demande une internaute.


La réponse de Jean-Luc Ragonneau, jésuite.

Introduction

"Mariée civilement depuis 20 ans, je me suis fait baptiser il y a 10 ans. Entre le baptême et la profession de foi, j'ai eu une relation adultère. Je n'ai rien vu venir, j'ai menti, j'ai fait du mal à mon mari, j'ai obtenu son pardon, (...) mais je voudrais savoir si je peux communier, dois-je de nouveau aller me confesser ? Souvent, lorsque je vais à l'église, je me sens "illégitime", j'ai honte. Ma foi est toujours présente, mais j'ai du mal à me mêler aux autres, à participer, à échanger comme le préconise l'Église. Quelle est ma place maintenant ? Merci de vos réponses."

Quand l’œuvre de Dieu s'accomplit en nous


Avec votre demande, telle qu'elle est formulée, c'est chaque chrétien qui est invité à réfléchir. Il est impossible de traiter l'ensemble de vos interrogations, car en fait vous nous invitez à revenir à l'essentiel. Tout d'abord, vos questions n'étonnent pas, elles suscitent l'admiration du travail de la grâce à l’œuvre en vous, ou, pour le dire autrement, de l’œuvre de Dieu en train de s'accomplir.

Il y a toujours un combat à mener


Comme tout baptisé, vous avez fait l'expérience que la vie dans la suite du Christ n'est pas "un long fleuve tranquille". Tous ayant rencontré Jésus le Christ, nous faisons l'expérience qu'"on ne naît pas chrétien, on le devient" [ajouterai-je tous les jours], que sans cesse il y a un combat à mener avec des moments de victoire et de dépassement, avec des instants de défaite et de faiblesse.

Tout n'est pas joué parce qu'un jour il a été dit : "Je crois…". C'est toute la vie, dans toutes ses dimensions, qui sans cesse a besoin d'être évangélisée, qui a besoin d'être libérée de ses pulsions, de ses attachements désordonnés, de ses dévoiements… La vie chrétienne, à la lumière de l'Evangile, se découvre un parcours de croyant pour mieux aimer.

C'est parce que nous sommes dans la lumière qu'est le Christ, que nous distinguons les zones d'ombre dans notre vie… et parfois il nous arrive de nous retrouver dans la nuit du doute, du questionnement, du refus d'aimer, de l'infidélité, de la trahison,… Comme Nicodème [cf. Jean 3], il nous faut aller "de nuit" à la source de la voix qui peut nous remettre sur la voie : "Il vous faut renaître d'en-haut". Et nous sommes toujours dans ces commencements, en cette naissance.

La vie est donnée par grâce

Comment ne pas se souvenir de ce que Jésus dit à propos de sa venue et de sa mission : "Je suis venu pour que les hommes aient la vie et qu'ils l'aient en abondance" [Jean 10, 10] ? Aucune illusion de sa part de ce que nous pourrions atteindre par nous-mêmes… mais conviction que la vie, celle que Dieu veut pour nous, est donnée par grâce : "La miséricorde (de Dieu) n'a donc pas de bornes, et chaque fois que le pécheur se repent, la voici qui vient, qu'il soit question de petits ou de grands péchés. Tu as failli, relève-toi, la miséricorde t'accueille ; tu es tombé, crie, et la miséricorde accourt. Tu as de nouveau failli, tu es de nouveau tombé, tourne-toi vers le Seigneur : il te recevra avec des entrailles de bonté. Tu as failli, tu es tombé une troisième et une quatrième fois, pleure ta faute, la miséricorde ne te laissera jamais. A chaque chute, relève-toi, et la miséricorde n'aura pas de fin" [Savonarole, Dernières méditations, p. 67].

Dieu ne se complaît pas dans le passé

Pour vous, les signes humains de la miséricorde divine, ce sont le pardon vécu avec votre mari, la foi qui a retenu votre geste, la prière retrouvée, l'éducation de votre fille dans la foi… et toute la démarche que vous entreprenez ainsi que le désir qui vous meut. A travers ces signes, Dieu vous dit son attente et sa tendresse. Dieu ne se complaît pas dans le passé, il croit en demain avec vous. C'est l'expérience d'Israël dans l'Ancien Testament ; c'est une lecture possible des récits de guérison dans les évangiles.

Février 2008 ; Jean-Luc Ragonneau, jésuite

http://croire.la-croix.com/Definitions/Mots-de-la-foi/Pardon/Comment-se-sentir-vraiment-pardonne

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28469
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Sam 17 Sep 2016, 22:26

Aujourd'hui, il n'y a plus de péché, c'est le bar ouvert, le free for all, je fais ce que je veux, quand je veux, avec qui je veux... :pompom: Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Sam 17 Sep 2016, 23:40

Chrysostome a écrit:
Aujourd'hui, il n'y a plus de péché, c'est le bar ouvert, le free for all, je fais ce que je veux, quand je veux, avec qui je veux... :pompom: Rolling Eyes

En même temps, il n'y a plus grand monde pour aller se confesser et s'y découvrir pécheur.. et puis, dans notre société apostate, la contrition, c'est pas vendeur neutral on préfère croire soit que tout va bien (j'ai pas tué ? donc c'est bon..), soit qu'on n'aura pas de compte à rendre (à qui je vais "rendre des comptes" et pourquoi d'ailleurs ?), soit que Jésus étant tout amour Il va nous accueillir les bras ouverts avec un joyeux "alors ? ça s'est bien passé pour toi ? Viens, le paradis c'est par là ->".




Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Sam 17 Sep 2016, 23:52

C'est quoi le péché???
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9344
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 00:01

C'est de se croire plus intelligent que tout le monde et même que Dieu , par exemple . Vous pouvez vous sentir visé , Adamev .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .


Dernière édition par boulo le Dim 18 Sep 2016, 06:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28469
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 00:58

Métanoia a écrit:
Chrysostome a écrit:
Aujourd'hui, il n'y a plus de péché, c'est le bar ouvert, le free for all, je fais ce que je veux, quand je veux, avec qui je veux... :pompom: Rolling Eyes

En même temps, il n'y a plus grand monde pour aller se confesser et s'y découvrir pécheur.. et puis, dans notre société apostate, la contrition, c'est pas vendeur neutral on préfère croire soit que tout va bien (j'ai pas tué ? donc c'est bon..), soit qu'on n'aura pas de compte à rendre (à qui je vais "rendre des comptes" et pourquoi d'ailleurs ?), soit que Jésus étant tout amour Il va nous accueillir les bras ouverts avec un joyeux "alors ? ça s'est bien passé pour toi ? Viens, le paradis c'est par là ->".





Les gens en Occident ont rejeté le christianisme au profit de spiritualités dans lesquelles il n'y a pas de Dieu, pas d'enfer, où le bien et le mal sont relatifs, où on fait ce qu'on veut, quand on veut... C'est le sens de cette parole:

"Vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal."

:snake:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 05:11

adamev a écrit:
C'est quoi le péché???

C'est quoi être chrétien pour vous ? (juste sous votre avatar)
ah tiens.. c'était la série des "c'est quoi ce terme du topic ?" par Adamev" Mr. Green

Chrysostome a écrit:
Les gens en Occident ont rejeté le christianisme au profit de spiritualités dans lesquelles il n'y a pas de Dieu, pas d'enfer, où le bien et le mal sont relatifs, où on fait ce qu'on veut, quand on veut... C'est le sens de cette parole:

"Vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal."

:snake:

Tout à fait.. et les ravages sont très visibles à tous les niveaux y compris professionnels car quand on a des notions très floues de bien et de mal, quand on considère n'avoir de compte à rendre à personne et qu'on fait ce qu'on veut, quand on veut ben.. faut avoir la foi pour continuer à essayer de motiver ses troupes (d'où la grande majorité des cadres qui visent les emplois où il n'y a pas d'encadrement ce qui est un comble mais qui, à l'usage, se comprend tout à fait).
Revenir en haut Aller en bas
monge



Masculin Messages : 3531
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 08:39

Espérance a écrit:
Un sacrement, plusieurs appellations

Sacrement de pénitence, sacrement du pardon, confession… il semble qu’il y ait du mal à arrêter un nom a ce sacrement.

Les explications du P. Sébastien Antoni, assomptionniste.Publié le 1er mars 2016.

Le rituel le nomme sacrement de pénitence et de réconciliation.

Le rituel au numéro 5 affirme que "chacun des mots peut, d’une certaine façon, être utilisé pour désigner la réalité en cause" ; mais il faut cependant noter qu’aucun, à lui seul, ne peut exprimer de façon adéquate le tout du sacrement.

Confesser, (du verbe latin confiteri qui signifie reconnaître comme évident, dévoiler, indiquer, avouer, manifester…), c’est donc avouer à la fois le mal commis, mais surtout reconnaître l’amour et le pardon du Seigneur toujours offert.

Conversion, (du latin conversio qui signifie changement, mutation, révolution...) désigne le changement radical d’orientation de toute la vie. Il s’agit de retrouver la vie de disciple selon l’Evangile.

Pénitence, exprime l’ensemble des actes de l’homme par lesquels ce changement d’orientation s’opère et fructifie tout au long de la vie.

Pardon
, renvoie à l’initiative de Dieu qui fait miséricorde.

Réconciliation
désigne surtout le but et le résultat de tout le processus : l’amitié renouée entre Dieu et l’homme : l’Alliance !

Parler seulement de conversion ou de pénitence risque de centrer l’attention uniquement sur les efforts de l’homme. À l’inverse, parler seulement de pardon risque de conduire à ne voir que le don de Dieu, en omettant ce qui relève de la démarche de l’homme. Enfin parler de réconciliation seulement, c’est affirmer trop vite comme une chose acquise ce qui ne se réalise qu’en terme de processus. Pour être réconcilié, il ne suffit pas que Dieu veuille pardonner au pécheur ; il ne suffit pas que le pécheur regrette ce qu’il a fait ; il faut que pardon et repentir se rejoignent.

P. Sébastien Antoni, assomptionniste

http://croire.la-croix.com/Definitions/Vie-chretienne/Se-confesser/Un-sacrement-plusieurs-appellations

Oh là pas un seul mot sur la contrition! c'est ainsi que dans aleteia 10 conseils de prêtres pour bien se confesser http://fr.aleteia.org/2016/08/24/10-conseils-de-pretres-pour-mieux-nous-confesser/
pas un mot sur la contrition non plus!

La contrition est pourtant la matière de la confession, sans elle la confession est nulle, et une contrition parfaite suffit pour obtenir le pardon des péchés, et même la rémission des peines temporelles.

Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2557
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 09:24

Il faut sortir de l'enfermement dans l'unique perspective du salut Individuel .
quant on prépare un voyage ou une excursion, il y a deux façons d'échouer à arriver au but :
la première est de considérer qu'on est le meilleur est qu'on ne peut pas se tromper et minimiser
tous les aléas et les dangers , la deuxième est d'être au contraire totalement paralysé par le découragement et l'impossibilité éprouvée du surmonter toutes les difficultés . l'un se nomme l'Orgueil
ou l'excessive confiance en soi , l'autre la peur et le découragement .
Il y a eu une érreur théologique fondamentale : celle de considérer que le péché individuel n'avait pas de répercussions collectives . Or en fait nous pouvons être un éxemple ou un contre éxemple ,
une source de courage et d'inspiration ou de dégôut et de découragement .
Lorsque Caïn tue Abel et croise Dieu , Il lui dit " suis -je le gardien de mon frère ? "
je pense que fondamentalement c'est cela le péché , de considérer que c'est du chacun pour soi ,
même avec Dieu . Or un peu plus loin dans l'Alliance avec Noé , c'est à dire avec tous les hommes :
Dieu dit : "je demanderait compte à l'Homme de l'âme de l'Homme ". ce qui est la réponse exacte à "suis-je le gardien de mon frère " ? car on ne tue pas seulement en pratiquant un meurtre , mais en détruisant le courage et l'espérance des autres par une mauvaise conduite .l'homme étant un être dépendant de l'amour , il est encore plus dépendant des exemples d'amour qu'il donne ou ne donne pas . On est tous responsables les uns des autres et dans l'Eglise , encore plus .
Dès lors , se confesser individuellement n'est pas se sauver soi même ! c'est aussi bien et encore plus Sauver l'Eglise à laquelle on appartient ! Dans un Bateau , la vigilance d'un seul peut sauver tout l'équipage si un obstacle mortel pour le bateau est vu par celui qui a pris le quart ou la vigie .
Le Christ est venu nous sauver ENSEMBLE , pas individuellement , mais cet Ensemble n'est sauvé que si chacun INDIVIDUELLEMENT prend sa part du fardeau des autres et se tient à égale distance de l'Orgueil et de la peur pour s'en remettre à une certaine humilité et courage collectif .
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 10:52

boulo a écrit:
C'est de se croire plus intelligent que tout le monde et même que Dieu , par exemple . Vous pouvez vous sentir visé , Adamev .

Si j'en juge parce qu'en dit votre église vous venez d'en commettre un car plutôt que d'essayer de répondre à la question vous vous contentez d'une attaque personnelle, d'un dénigrement.

Pour votre instruction l'adage "tu ne tueras pas" n'a rien d'un commandement divin mais tout d'un simple bon sens.
Si dans un groupe humain nous nous tuons les uns les autres non seulement le groupe explose mais la vie en société est impossible et toute évolution vers plus d'humanité est bloquée. Dieu n'a rien à y voir.
De même l'autre "honore ton père et ta mère". Rien ne dit qu'il s'agit là d'honorer papa et maman biologiques mais tout indique qu'il s'agit du ciel (père du monde) et de la terre (mère des hommes)...

Et je pourrais continuer à décortiquer le Décalogue (père de toutes les lois humaines) pour montrer qu'il ne doit rien à la parole divine et qu'il doit tout à l'invention humaine nécessaire pour le développement de l'humanité et de l'humanisme dont la plupart des religions "révélées" se sont emparés pour asseoir leur domination sur le monde (récup par Aaron des tables de la loi brisées par Moïse).

Pov' boulo pharisien


Dernière édition par adamev le Dim 18 Sep 2016, 14:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 10:59

Chrysostome a écrit:
Les gens en Occident ont rejeté le christianisme au profit de spiritualités dans lesquelles il n'y a pas de Dieu, pas d'enfer, où le bien et le mal sont relatifs, où on fait ce qu'on veut, quand on veut... C'est le sens de cette parole:

"Vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal."

Non les "gens", comme vous dites avec cette pointe de mépris propre aux pseudos croyants, n'ont pas rejeté le "Christianisme" mais ont rejeté sa forme institutionnelle, ses dogmes, interdits, anathèmes et autres joyeusetés des religions.

Quant à la connaissance du bien et du mal les hommes n'ont pas attendu les religions pour savoir au fond d'eux ce qu'est le bien et ce qu'est le mal.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 11:03

Métanoia a écrit:
adamev a écrit:
C'est quoi le péché???

C'est quoi être chrétien pour vous ? (juste sous votre avatar)

Pas forcément être "catholique" au sens où l'entend Rome et ses sbires...

Tout à fait.. et les ravages sont très visibles à tous les niveaux y compris professionnels car quand on a des notions très floues de bien et de mal, quand on considère n'avoir de compte à rendre à personne et qu'on fait ce qu'on veut, quand on veut ben.. faut avoir la foi pour continuer à essayer de motiver ses troupes (d'où la grande majorité des cadres qui visent les emplois où il n'y a pas d'encadrement ce qui est un comble mais qui, à l'usage, se comprend tout à fait).

Ce qu'on voit surtout ce sont les ravages de l'intégrisme qu'il soit religieux ou utilitaire (dogmatisme politique ou économique par exemple)....
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28469
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 12:45

adamev a écrit:

Non les "gens", comme vous dites avec cette pointe de mépris propre aux pseudos croyants, n'ont pas rejeté le "Christianisme" mais ont rejeté sa forme institutionnelle, ses dogmes, interdits, anathèmes et autres joyeusetés des religions.

Où ai-je été méprisant en parlant des "gens" ?

Et me taxer de "pseudo-croyant", n'est-ce pas du mépris et un jugement facile ?


Quant à la connaissance du bien et du mal les hommes n'ont pas attendu les religions pour savoir au fond d'eux ce qu'est le bien et ce qu'est le mal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 12:52

adamev a écrit:
Quant à la connaissance du bien et du mal les hommes n'ont pas attendu les religions pour savoir au fond d'eux ce qu'est le bien et ce qu'est le mal.

Pour juger d'une chose, il faut avoir un "étalon" auquel se référer, c'est quoi l'étalon qui est "au fond d'eux" ?
Revenir en haut Aller en bas
Jean Luc Ettore



Masculin Messages : 150
Inscription : 01/08/2016

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 13:08

perso j'ai déjà beaucoup de mal à me débarrasser en conscience de mon fardeau de péché .
même aprés avoir reçu l'absolution du prêtre qui me dit bien que mes péchés sont effacés , souvent , ça bloque encore dans mon esprit . je vais quand même mieux depuis que j'ai compris qu'on y pouvait rien de toutes façons . que ça nous colle à la peau ( on va dire ) .. moi ,
c'est dans Romains 7 chap 14 à 25 , que j'ai trouvé un peu de réconfort . ( esclave du péché et esclave de la loi ...) ce sont 2 lois en nous. une est contre nous . on voudrait bien n'en garder qu'une seule ...
la bonne loi évidemment , mais , la chair est faible .
comment y remedier ? et bien mes amis , l'âge , le temps , la perséverance dans la foi qui nous rattrapera si Dieu veut .
on est comme sur un bateau en pleine tempête . et les justes comme les injustes sont là dessus .
et quand tu veux parler du péché des autres , on te rappelle trés vite les tiens ...
alors bon . je ne suis pas fait pour évangéliser . par contre , rien ni personne ne m'empêchera de Prier mon chapelet .
moi , mon bateau est troué . mais il suffit d'une seule parole . je veux bien l'espèrer toute ma vie s'il le faut . mais mon Dieu , je l'espèrerais encore même si je suis en enfer .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 13:48

Jean Luc Ettore a écrit:
perso j'ai déjà beaucoup de mal à me débarrasser en conscience de mon fardeau de péché .
même aprés avoir reçu l'absolution du prêtre qui me dit bien que mes péchés sont effacés , souvent , ça bloque encore dans mon esprit . je vais quand même mieux depuis que j'ai compris qu'on y pouvait rien de toutes façons . que ça nous colle à la peau ( on va dire ) .. moi ,
c'est dans Romains 7 chap 14 à 25 , que j'ai trouvé un peu de réconfort . ( esclave du péché et esclave de la loi ...) ce sont 2 lois en nous. une est contre nous . on voudrait bien n'en garder qu'une seule ...
la bonne loi évidemment , mais , la chair est faible .
comment y remedier ? et bien mes amis , l'âge , le temps , la perséverance dans la foi qui nous rattrapera si Dieu veut .
on est comme sur un bateau en pleine tempête . et les justes comme les injustes sont là dessus .
et quand tu veux parler du péché des autres , on te rappelle trés vite les tiens ...
alors bon . je ne suis pas fait pour évangéliser . par contre , rien ni personne ne m'empêchera de Prier mon chapelet .
moi , mon bateau est troué . mais il suffit d'une seule parole . je veux bien l'espèrer toute ma vie s'il le faut . mais mon Dieu , je l'espèrerais encore même si je suis en enfer .

C'est beau Jean-Luc I love you
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 14:19

Chrysostome a écrit:
adamev a écrit:

Non les "gens", comme vous dites avec cette pointe de mépris propre aux pseudos croyants, n'ont pas rejeté le "Christianisme" mais ont rejeté sa forme institutionnelle, ses dogmes, interdits, anathèmes et autres joyeusetés des religions.

Où ai-je été méprisant en parlant des "gens" ? ?

Vous auriez pu vous contenter d'écrire... l'occident a rejeté.... ou encore nous avons rejeté... Ecrire les gens c'est introduire  une notion de supériorité (nous les croyants) sur tous ces (pauvres) gens insuffisants spirituels. C'est sous-entendre que vous n'êtes pas de la caste "des gens" genre "intouchables".

Et me taxer de "pseudo-croyant", n'est-ce pas du mépris et un jugement facile ?

Relisez la parabole du pharisien et du publicain. Il ne suffit pas d'avoir le cœur brisé, d'être humble pour que ce soit vrai.

Quant à la connaissance du bien et du mal les hommes n'ont pas attendu les religions pour savoir au fond d'eux ce qu'est le bien et ce qu'est le mal.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 14:32

la chair est faible . comment y remédier ?

En considérant que nos "fautes" ne sont pas péchés mais tendances d'une personnalité déviée (pour ou par des causes externes le plus souvent).
Exemples : un enfant pique quelques sous dans le porte-monnaie familial. Une bonne explication de texte accompagnée d'une fessée règle généralement le problème. Mais si cette manie est récurrente alors ça devient de la kleptomanie qui ne relève pas du curé mais du psy afin d'en comprendre la cause. De même beaucoup de nos défauts.
Etre infidèle n'est bien souvent que le symptôme d'une carence affective à laquelle la confession n'apportera rien d'autre qu'un soulagement de sa conscience sans régler le problème au fond.
Restent les défauts majeurs qui peuvent être handicapants (psy) et/ou relever de la police et de la justice.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 14:43

Métanoia a écrit:
adamev a écrit:
Quant à la connaissance du bien et du mal les hommes n'ont pas attendu les religions pour savoir au fond d'eux ce qu'est le bien et ce qu'est le mal.

Pour juger d'une chose, il faut avoir un "étalon" auquel se référer, c'est quoi l'étalon qui est "au fond d'eux" ?

C'est toute la différence entre la Règle et le règlement. Entre a reconnaissance des qualités et défauts.
L'étalon c'est soi-même. Comment dire cet acte est mauvais ou bon si je ne commence pas par me poser la question de savoir s'il serait bon ou mauvais pour moi. Comment dire de l'autre ses qualités si je ne me les reconnais pas à moi-même (histoire de flatter mon égo)? De même comment reconnaitre ses défauts s'ils ne me renvoient pas à moi-même une image qui m'est désagréable parce que porteuse de mes propres défauts...
L'étalon extérieur s'appelle une norme. Ainsi la norme sociale du couple c'est le couple hétéro... et on voit ce que ça donne en terme de regard sur les couples ou individus hors norme...
Ainsi des musulmans hors norme "catholiques" bon teint.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 15:09

adamev a écrit:
Métanoia a écrit:
Pour juger d'une chose, il faut avoir un "étalon" auquel se référer, c'est quoi l'étalon qui est "au fond d'eux" ?

L'étalon c'est soi-même. 

L'étalon qui est au fond de moi, et auquel je me réfère, n'est pas "moi" (mon égo) mais cette "conscience où l’homme découvre la présence d’une loi qu’il ne s’est pas donnée lui-même, mais à laquelle il est tenu d’obéir", cette "conscience est le centre le plus secret de l’homme, le sanctuaire où il est seul avec Dieu et où sa voix se fait entendre", et qui est bien plus sûre que mon égo.

Ce n'est donc pas par rapport à moi-même que je juge si c'est bon ou mauvais, mais par rapport à cette loi de Dieu inscrite en moi.
Mais, peut-être, disons-nous la même chose ?

Alors certes, les religions n'ont pas le monopole de cette loi intérieure puisqu'elle est en chacun de nous, mais .. comme peu l'écoutent (préférant se fonder sur leur propre vision du bien et du mal par rapport à leur égo), je les remercie d'être encore là deux mille ans après la crucifixion du Christ pour m'avoir délivré Sa parole et m'avoir permis d'entendre le doux murmure de la voix de Dieu en moi.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 15:32

Mais, peut-être, disons-nous la même chose ?

En effet. Je vous ai laissé le soin d'établir le lien avec la "conscience" que je partage à une nuance près. Lorsque vous écrivez "le sanctuaire où il est seul avec Dieu et où sa voix se fait entendre" qui relance la question de savoir c'est qui ou quoi Dieu? Si vous dites loi à laquelle il (l'homme) est tenu d'obéir où est sa liberté, où est son libre arbitre???

Curieuse cette manière que vous avez d'appeler "les religions" pour finalement les réduire à "la religion" (la vôtre (respectable au demeurant))... Votre pseudo en révèlerait-il plus que vous ne pensez (voir étymologie)???
Revenir en haut Aller en bas
aristote



Masculin Messages : 373
Inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 15:39

Adamev a écrit:
En considérant que nos "fautes" ne sont pas péchés mais tendances d'une personnalité déviée (pour ou par des causes externes le plus souvent).
Exemples : un enfant pique quelques sous dans le porte-monnaie familial. Une bonne explication de texte accompagnée d'une fessée règle généralement le problème. Mais si cette manie est récurrente alors ça devient de la kleptomanie qui ne relève pas du curé mais du psy afin d'en comprendre la cause. De même beaucoup de nos défauts.
Etre infidèle n'est bien souvent que le symptôme d'une carence affective à laquelle la confession n'apportera rien d'autre qu'un soulagement de sa conscience sans régler le problème au fond.
Restent les défauts majeurs qui peuvent être handicapants (psy) et/ou relever de la police et de la justice.

Très bien. Mais avec votre discours (qu'un psychologue n'aurait en effet pas mieux tenu), il n'y a plus de moralité ni de responsabilité. A quoi bon faire des efforts si nos mauvaises tendances ne sont que les effets d'un déséquilibre purement psychique, psychologique, physique ? C'est un peu léger non ? Vous avez beau prendre les moyens pour corriger un gamin qui vole, si à un moment donné vous n'êtes pas capable de vous dire que c'est pour son bien et qu'il y a va de sa bonne éducation, vous risquez d'être un simple tyran, qui administre une correction sans vraiment savoir pourquoi, en tout arbitraire.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 15:56

aristote a écrit:
Très bien. Mais avec votre discours (qu'un psychologue n'aurait en effet pas mieux tenu), il n'y a plus de moralité ni de responsabilité.

Ah bon? Expliquez moi ça??? En quoi nos déviances nous exonèrent-elles de nos responsabilités, de la moralité?

A quoi bon faire des efforts si nos mauvaises tendances ne sont que les effets d'un déséquilibre purement psychique, psychologique, physique ?

Au moins celui (effort) d'essayer de comprendre. Ce qui est différent de la démarche des religions qui confondent domination et maîtrise de soi. Qui préfèrent le refoulement par la culpabilité à la mise en lumière par l'analyse. D'où d'ailleurs la diabolisation de tout ce qui est psy.

C'est un peu léger non ? Vous avez beau prendre les moyens pour corriger un gamin qui vole, si à un moment donné vous n'êtes pas capable de vous dire que c'est pour son bien et qu'il y a va de sa bonne éducation, vous risquez d'être un simple tyran, qui administre une correction sans vraiment savoir pourquoi, en tout arbitraire.

C'est justement pour ça que dans mon post précédent j'ai fait précéder la correction par une explication de texte. Faut lire pour ce que j'écris pas pour ce que vous pensez que j'ai pensé ou pas. Une bonne explication de texte accompagnée d'une fessée règle généralement le problème
Revenir en haut Aller en bas
Jean Luc Ettore



Masculin Messages : 150
Inscription : 01/08/2016

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 16:04

adamev a écrit:
la chair est faible . comment y remédier ?

En considérant que nos "fautes" ne sont pas péchés mais tendances d'une personnalité déviée (pour ou par des causes externes le plus souvent).
Exemples : un enfant pique quelques sous dans le porte-monnaie familial. Une bonne explication de texte accompagnée d'une fessée règle généralement le problème. Mais si cette manie est récurrente alors ça devient de la kleptomanie qui ne relève pas du curé mais du psy afin d'en comprendre la cause. De même beaucoup de nos défauts.
Etre infidèle n'est bien souvent que le symptôme d'une carence affective à laquelle la confession n'apportera rien d'autre qu'un soulagement de sa conscience sans régler le problème au fond.
Restent les défauts majeurs qui peuvent être handicapants (psy) et/ou relever de la police et de la justice.

Thumright

il ne faut pas déconsidérer tous ces points vous avez raison .
mais lorsque nous parlons de " péchés " nous sommes uniquement centrés sur la transgression de la loi divine . rien d'autre.
notre perception propre n'a plus alors d'effet sur le mot " péché " . car il ne nous appartient en rien . à nous . mais à la loi divine seule qu'il ne faut pas transgresser .
et donc si quelqu'un à une ( personnalité ) déviante ou sujette à la mauvaise conduite , cette personnalité est soit purement psychopathologique , du domaine médicale , une déficience mentale , cognitive , et combien d'autres facteurs du type ..
soit en religion , nous avons une personne " animée " ( anima ) ( âme ) dérangée , emprise , sous l'effet d'un ou plusieurs démons .
à celà effectivement nous avons le choix , et le droit de choisir ce qui correspond à notre entendement personnel .

le mot " péché " aujourd'hui est plus synonyme de " perché " ( définition péjorative de quelqu'un de fada en réalité )
il devrait aussi continuer à être entendu dans la façon mystique pure proprement enseignée par Jésus Christ Lui-même .
le pécheur est remplacé par un néologisme médical que depuis combien de temps ?
30 ans , 40 ans un siècle ?
Revenir en haut Aller en bas
aristote



Masculin Messages : 373
Inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 16:16

Adamev a écrit:
C'est toute la différence entre la Règle et le règlement. Entre a reconnaissance des qualités et défauts.
L'étalon c'est soi-même. Comment dire cet acte est mauvais ou bon si je ne commence pas par me poser la question de savoir s'il serait bon ou mauvais pour moi. Comment dire de l'autre ses qualités si je ne me les reconnais pas à moi-même (histoire de flatter mon égo)? De même comment reconnaitre ses défauts s'ils ne me renvoient pas à moi-même une image qui m'est désagréable parce que porteuse de mes propres défauts...
L'étalon extérieur s'appelle une norme. Ainsi la norme sociale du couple c'est le couple hétéro... et on voit ce que ça donne en terme de regard sur les couples ou individus hors norme...
Ainsi des musulmans hors norme "catholiques" bon teint.

J'en déduis donc qu'être homosexuel doit être bon pour vous, s'il doit l'être pour les autres.

Plus sérieusement, Adamev, quelle est la véritable contrainte ? Celle de la norme sociale, qui change au gré des mœurs et des changements de majorité ? Celle de la norme que chacun s'impose à lui-même ?

Revenir en haut Aller en bas
aristote



Masculin Messages : 373
Inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 16:18

Ma réponse à votre dernier post, Adamev, qu'est-ce que vous allez lui expliquer, à l'enfant ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 16:20

adamev a écrit:
Mais, peut-être, disons-nous la même chose ?

En effet. Je vous ai laissé le soin d'établir le lien avec la "conscience" que je partage à une nuance près. Lorsque vous écrivez "le sanctuaire où il est seul avec Dieu et où sa voix se fait entendre" qui relance la question de savoir c'est qui ou quoi Dieu?

J'ai cité Gaudium et Spes et je confirme qu'en effet, au plus profond de nous, Dieu nous parle dans un doux murmure  I love you
Dieu est quelqu'un avec qui je suis en relation, Il n'est pas une idée ou une croyance réconfortante, Il est là, Présent, Vivant, plus près de moi que moi-même.

Si par hasard, tu ne savais en quel endroit me trouver, Moi,
ne t'en vas pas de-ci de-là, mais si tu veux me trouver, Moi,
tu devras me chercher en toi.

Puisque tu es mon lieu de séjour, tu es ma maison, ma demeure,
ainsi je frappe à tout moment, si je trouve dans ta pensée
la porte close à mon amour.

Hors de toi,ne me cherche pas, parce que, pour me trouver, Moi,
il suffit que tu m'appelles;
A toi, lors, j'irai sans tarder, car tu dois me chercher en toi.
Ste Thérèse d'Avila


adamev a écrit:
Si vous dites loi à laquelle il (l'homme) est tenu d'obéir où est sa liberté, où est son libre arbitre???


L'homme y est tenu d'obéir, non pas car il n'a pas de libre arbitre, mais parce qu'il a fini par reconnaître que cette loi est une loi d'Amour et qu'il est tenu d'obéir à l'amour (la charité). Lorsque je me rends compte que je suis aimée, et que j'aime, je suis tenue d'obéir à cet amour partagé en l'accueillant, en le respectant, en y étant fidèle, n'ai-je plus de libre arbitre pour autant ? oui, je l'ai mais je choisi de ne rien faire contre cet amour partagé (j'use donc de mon libre arbitre en posant un choix).

adamev a écrit:
 Curieuse cette manière que vous avez d'appeler "les religions" pour finalement les réduire à "la religion" (la vôtre (respectable au demeurant))... Votre pseudo en révèlerait-il plus que vous ne pensez (voir étymologie)???

Je crois que vous parliez des religions, et j'ai répondu en parlant de ma religion car nous sommes sur un forum catholique.
Quand à tenter de discerner quoi que ce soit à partir d'un pseudo c'est un peu hasardeux.. que devrais-je conclure d'un Adam-Eve ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 16:28

aristote a écrit:
Adamev a écrit:
C'est toute la différence entre la Règle et le règlement. Entre a reconnaissance des qualités et défauts.
L'étalon c'est soi-même. Comment dire cet acte est mauvais ou bon si je ne commence pas par me poser la question de savoir s'il serait bon ou mauvais pour moi. Comment dire de l'autre ses qualités si je ne me les reconnais pas à moi-même (histoire de flatter mon égo)? De même comment reconnaitre ses défauts s'ils ne me renvoient pas à moi-même une image qui m'est désagréable parce que porteuse de mes propres défauts...
L'étalon extérieur s'appelle une norme. Ainsi la norme sociale du couple c'est le couple hétéro... et on voit ce que ça donne en terme de regard sur les couples ou individus hors norme...
Ainsi des musulmans hors norme "catholiques" bon teint.

J'en déduis donc qu'être homosexuel doit être bon pour vous, s'il doit l'être pour les autres.

Vos êtes dans l'abus ou vous n'avez rien compris à la sagesse d'Aristote??? Où ais-je posé un jugement qualitatif (bon/mauvais) sur le couple hétéro ou homo?

Plus sérieusement, Adamev, quelle est la véritable contrainte ? Celle de la norme sociale, qui change au gré des mœurs et des changements de majorité ? Celle de la norme que chacun s'impose à lui-même ?

Sur quels critères, impositions, référence s'impose-t-on une norme? Et n'Est-ce pas l'ensemble des normes personnelles qui constitue la norme sociale. Ainsi si ma norme est le couple hétéro quel regard cela m'amène t-il à poser sur les couples homos??? (petit rappel je suis en couple hétéro depuis plus de 50 ans)

Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 16:31

aristote a écrit:
Ma réponse à votre dernier post, Adamev, qu'est-ce que vous allez lui expliquer, à l'enfant ?

Mais très simplement l'origine et la destination normale de l'argent volé. Pourquoi ce vol porte préjudice à chacun des membres de la famille et pourquoi ce geste pas plus grave que ça mérite quand même une fessée.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 16:36

Métanoia a écrit:
Quand à tenter de discerner quoi que ce soit à partir d'un pseudo c'est un peu hasardeux.. que devrais-je conclure d'un Adam-Eve ? Wink

Exactement ce que vous pensez sans doute que nous sommes à la fois homme et femme (ou femme et homme). L'une ou l'autre des deux personnalité pouvant être ou dominante ou dominée.

En avoir conscience et savoir (à peu près) à chaque instant quelle est des deux la personnalité qui s'exprime est un gage de grande sérénité.

Pour le reste à chacun sa foi et comme disait ma grand-mère chacun la sien.

Ps : je ne cherche pas à discerner... je me contente d'ouvrir mon dictionnaire de grec ancien. :mdr:
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28469
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 17:01

adamev a écrit:
Chrysostome a écrit:
adamev a écrit:

Non les "gens", comme vous dites avec cette pointe de mépris propre aux pseudos croyants, n'ont pas rejeté le "Christianisme" mais ont rejeté sa forme institutionnelle, ses dogmes, interdits, anathèmes et autres joyeusetés des religions.

Où ai-je été méprisant en parlant des "gens" ? ?

Vous auriez pu vous contenter d'écrire... l'occident a rejeté.... ou encore nous avons rejeté...

Qui ça "nous" ? Suis-je inclus dans ce "nous" ?

Ecrire les gens c'est introduire  une notion de supériorité (nous les croyants) sur tous ces (pauvres) gens insuffisants spirituels. C'est sous-entendre que vous n'êtes pas de la caste "des gens" genre "intouchables".


Mes excuses aux gens... pardon, aux citoyens que j'aurais insulté. Mr.Red

Et me taxer de "pseudo-croyant", n'est-ce pas du mépris et un jugement facile ?

Relisez la parabole du pharisien et du publicain. Il ne suffit pas d'avoir le cœur brisé, d'être humble pour que ce soit vrai.

Je la connais et la médite souvent. salut

Quant à la connaissance du bien et du mal les hommes n'ont pas attendu les religions pour savoir au fond d'eux ce qu'est le bien et ce qu'est le mal.
Revenir en haut Aller en bas
aristote



Masculin Messages : 373
Inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 18:16

C'est un gloubi-boulga sans nom Adamev. D'abord ce n'est pas un jugement qualitatif, c'est un jugement moral, quand on désigne des actes humains "bons" ou "mauvais". Ensuite, il existe bien une loi, qui mérite d'être appelée loi car elle nous concerne tous également. Il s'agit de la loi divine. Les "normes sociales", elles, ont le mérite au moins de nous rappeler une chose vraie : on ne fait pas ce qu'on veut.

Mais c'est bien la loi divine à laquelle nous sommes tenus d'obéir. Le plan que Dieu a conçu pour chacun d'entre nous, à savoir un chemin pour tendre au salut, nous pouvons l'accepter, c'est-à-dire le vouloir, comme nous pouvons le rejeter, et par conséquent ne pas le vouloir. C'est aussi simple que cela.
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou



Masculin Messages : 9400
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 19:15

A quoi bon traiter du péché, sans parler de pardon des péchés, de même, pourquoi tenter de détecter une maladie, si on a pas de remède?
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 23:35

aristote a écrit:
C'est un gloubi-boulga sans nom Adamev. D'abord ce n'est pas un jugement qualitatif, c'est un jugement moral, quand on désigne des actes humains "bons" ou "mauvais"

C'est votre avis... la morale c'est comme le reste, les normes sociales, contingent au lieu et au temps. Ce qui est moral ici est immoral ailleurs...

Ensuite, il existe bien une loi, qui mérite d'être appelée loi car elle nous concerne tous également. Il s'agit de la loi divine.

C'est votre croyance. J'ai démontré dans un autre post que ces pseudos lois divines n'étaient en réalité qu'invention humaine.

Les "normes sociales", elles, ont le mérite au moins de nous rappeler une chose vraie : on ne fait pas ce qu'on veut.

Ce n'est pas la fonction des normes qui sont discriminantes. C'est le rôle des lois qui s'appliquent à tous.


Mais c'est bien la loi divine à laquelle nous sommes tenus d'obéir. Le plan que Dieu a conçu pour chacun d'entre nous, à savoir un chemin pour tendre au salut, nous pouvons l'accepter, c'est-à-dire le vouloir, comme nous pouvons le rejeter, et par conséquent ne pas le vouloir. C'est aussi simple que cela.

C'est votre système d'assurance pour l'hypothétique au-delà.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 23:36

saint Zibou a écrit:
A quoi bon traiter du péché, sans parler de pardon des péchés, de même, pourquoi tenter de détecter une maladie, si on a pas de remède?

Encore faut-il être d'accord sur la notion de péché. La détection de symptômes (diagnostic) est la clé du traitement (remèdes).
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou



Masculin Messages : 9400
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 23:51

adamev a écrit:
saint Zibou a écrit:
A quoi bon traiter du péché, sans parler de pardon des péchés, de même, pourquoi tenter de détecter une maladie, si on a pas de remède?

Encore faut-il être d'accord sur la notion de péché. La détection de symptômes (diagnostic) est la clé du traitement (remèdes).

En l'occurrence, le remède est antérieur aux symptômes. Car, Jésus-Christ est Dieu fait homme, mort et ressuscité pour notre salut, ainsi que la divine Trinité l'a voulu, de toute éternité. De sorte que, le péché est bien plus une négation de Jésus-Christ qu'une transgression de principes catégoriques (Kant).


Dernière édition par saint Zibou le Dim 18 Sep 2016, 23:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Dim 18 Sep 2016, 23:52

saint Zibou a écrit:
adamev a écrit:
saint Zibou a écrit:
A quoi bon traiter du péché, sans parler de pardon des péchés, de même, pourquoi tenter de détecter une maladie, si on a pas de remède?

Encore faut-il être d'accord sur la notion de péché. La détection de symptômes (diagnostic) est la clé du traitement (remèdes).

En l'occurrence, le remède est antérieur aux symptômes. Car, Jésus-Christ est Dieu fait homme, mort et ressuscité pour notre salut, ainsi que la divine Trinité l'a voulu, de toute éternité.

amen...
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2557
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Lun 19 Sep 2016, 08:29

Métanoia a écrit:

L'homme y est tenu d'obéir, non pas car il n'a pas de libre arbitre, mais parce qu'il a fini par reconnaître que cette loi est une loi d'Amour et qu'il est tenu d'obéir à l'amour (la charité). Lorsque je me rends compte que je suis aimée, et que j'aime, je suis tenue d'obéir à cet amour partagé en l'accueillant, en le respectant, en y étant fidèle, n'ai-je plus de libre arbitre pour autant ? oui, je l'ai mais je choisi de ne rien faire contre cet amour partagé (j'use donc de mon libre arbitre en posant un choix).

je plussoie : l'homme en tant que grand prématuré du règne naturel nait dépendant de l'amour de son entourage dans le but de faire grandir un cerveau qui accède au langage et à la culture  mais qui dépend aussi des exemples d'amour qu'il reçoit ou pas , voire des traumatismes qui lui sont infligés . ceci est complètement universel à l'espèce humaine . La dette d'amour envers notre famille et éducation aussi .
Dieu nous crée "à son image et à sa ressemblance " . de fait on n'est pas libre d'enlever cette image en nous  car elle nous est consubstantielle . c'est cette image qui soit nous inspire et nous guide quand on en prend conscience soit nous juge quand on l'ignore et la méprise .
la seule liberté qui nous soit donnée est celle de libérer en nous  des énergies qui nous irriguent  quand on s'oriente vers l'acte conscient de ressembler à cette image , c'est à dire nous laisser guider par elle vers la ressemblance .
en cela la religion peut être implicite ou apophatique ou explicite ou cataphatique . mais l'essentiel est ce que l'on fait au plus petit d'entre ceux qui nous sont donnés comme image à respecter et comme ressemblance à éduquer et émuler .
c'est pourquoi le seul langage universel d'amour est l'exemple que l'on reçoit et donne qui oriente le chemin des autres .
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 11943
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Lun 19 Sep 2016, 12:19

adamev a écrit:
saint Zibou a écrit:
A quoi bon traiter du péché, sans parler de pardon des péchés, de même, pourquoi tenter de détecter une maladie, si on a pas de remède?

Encore faut-il être d'accord sur la notion de péché. La détection de symptômes (diagnostic) est la clé du traitement (remèdes).
La première chose à faire, c'est de savoir que dieu existe, puis qu'Il a toutes perfections, puis qu'il est Jesus!
Tout le reste en découle, dont le péché et l'enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16648
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Lun 19 Sep 2016, 17:33

adamev a écrit:
saint Zibou a écrit:
A quoi bon traiter du péché, sans parler de pardon des péchés, de même, pourquoi tenter de détecter une maladie, si on a pas de remède?

Encore faut-il être d'accord sur la notion de péché. La détection de symptômes (diagnostic) est la clé du traitement (remèdes).


Psychanalyse et péché


"Peut-on dire que la psychanalyse efface-t-elle le sens du péché ?", demande un internaute. Bruno Piettre, psychotérapeute apporte des éléments de réponse.



Le sens du péché est une notion qui appartient fondamentalement à une religion, notamment chrétienne.

Le premier terme de la question demande de préciser le domaine de la psychanalyse. Il convient de rappeler que la psychanalyse est une démarche qui, en laissant libre cours à la parole spontanée, permet l'émergence de l'inconscient psychique par l' "association libre" et par l'interprétation des rêves, "voix royale qui permet d'accéder à l'inconscient" (Freud).

La psychanalyse permet donc à un sujet d'appréhender, à partir de son histoire personnelle, les mécanismes psychiques qui se sont développés au cours de sa vie, en particulier dans l'enfance, qui caractérisent sa personnalité et conditionnent aujourd'hui une part de son comportement, sans qu'il en ait vraiment conscience. La psychanalyse permet ce passage de l'inconscient au préconscient puis au conscient ; et ainsi de comprendre les forces et les conflits qui naissent entre le Moi, le Surmoi et le Ça, à l'origine des pulsions et des mécanismes de défense.

Le second terme invite à préciser la notion de péché. Le sens du péché est une notion qui appartient fondamentalement à une religion, notamment chrétienne, c'est à dire à ce qui relie l'homme (religere) à Dieu. Le péché est un acte contre cette Alliance, donc contre la vie qui vient de Dieu. La foi catholique est fondée sur la trinité de Dieu, sur la divinité du Fils fait homme par l'Esprit-Saint et sur la rédemption des péchés des hommes par sa crucifixion et sa résurrection. Le sacrifice du Christ ouvre aux hommes, ainsi sauvés, la porte de la vie éternelle. Le sens du péché, centré sur soi, prend alors toute sa dimension dans le sens du rachat offert par Dieu et le sens du pardon donné à l'autre.


"La psychanalyse n'est ni une religion, ni une philosophie, ni une morale"

Le sens du péché est donc une notion essentielle et centrale, qui nourrit l'inspiration d'une vie spirituelle bien plus qu'elle n'impose l'application d'un code de conduite ou l'obligation d'une souffrance réparatrice. Elle implique cependant une morale fondée sur un système de doctrines et de promesses, basée sur des notions du bien et du mal, inspirées par la Bible, cadrées par les dix commandements et clarifiées par le message de l'Évangile. Le bien procède de l'Amour et le mal est le bien qu'on n'a pas fait. L'examen de conscience que s'imposait Mère Térésa chaque soir était simplement "Ai-je assez aimé aujourd'hui ?". L'expérience chrétienne du péché résulte d'un conflit avec la parole de Dieu et la foi en cette parole.

La psychanalyse n'est ni une religion, ni une philosophie, ni une morale. Si elle laisse la notion de péché à la religion, elle s'intéresse de très près aux notions de faute et de culpabilité. La psychanalyse a fait beaucoup avancer les connaissances psychologiques, notamment sur les sen-timents de culpabilité qui sont le résultat d'une relation conflictuelle, mais normale, entre ces deux instances de la personnalité, le moi et le surmoi.



"La psychanalyse affirme l'existence d'une morale inconsciente"


La psychanalyse ne cherche pas à modifier le sens du péché qu'en a le sujet ou que la religion inspire, sa finalité est d'aider l'individu à prendre conscience de la nature de la culpabilité qui l'habite. L'analyse peut favoriser un travail de déculpabilisation si le sentiment de culpabilité s'avère sans fondement ou excessif, sans rapport avec la réalité de la faute et inversement à la prise de conscience de l'importance de la faute, quand le sentiment de culpabilité fait défaut.La psychanalyse distingue deux types de culpabilité : la culpabilité objective de celui qui a commis une faute et dont il est responsable au regard de la loi, et la culpabilité subjective de celui qui se sent fautif devant sa conscience ; c'est un sentiment moral et non un état de fait.


"Se sentir coupable est sain"


Mais que veut dire moral en psychanalyse ? La psychanalyse affirme l'existence d'une morale inconsciente, où le bien est d'être actif, vivant, développant sa puissance, son potentiel sans pour autant nier l'autre. La morale de la psychanalyse peut s'exprimer ainsi : "Le bien est la force de devenir sans cesse ce que l'on doit être" (J.D. Nasio). Mais il s'agit d'une force tempérée par l'autre, d'une jouissance tempérée par le symbolique. Le mal est la jouissance sans entrave, sans maîtrise, aveugle, non pensante, isolée et stérile, niant le symbolique. La conscience morale c'est l'autre en moi, le surmoi, qui me permet de vivre en société. En cela l'analyse ne s'oppose en rien à la reli-gion, elle s'en distingue en ce qu'elle révèle, et précise les sentiments ressentis.

Ainsi, la culpabilité subjective peut engendrer une tristesse profonde voire maladive sans rapport avec la faute, ou bien un sentiment pénible provoqué par le souvenir d'une faute que l'on regrette d'avoir commise. Se sentir coupable est sain, car cela permet de réguler ses pulsions, en créant l'angoisse nécessaire répondant au besoin d'une soupape de sécurité. L'angoisse de se sentir coupable provoque le repentir avec l'espoir d'un rachat à venir. En cela, l'apport de la psychanalyse n'est pas contradictoire avec le sens du péché qui invite aussi au repentir. Cette forme d'in-trospection peut même donner l'illusion qu'elle peut remplacer la confession. Mais l'analyste n'est pas un confesseur et le confesseur n'est pas un analyste, à de rares exceptions près.

"Le sens du péché comme la notion de culpabilité sont des garde-fous de l'âme humaine."


Si la religion propose comme repère le principe du devoir (notamment la notion du devoir d'état), la psychanalyse oppose le principe de plaisir et Freud écrit ceci : "la religion est de nou-veau seule à savoir répondre à la question d'une finalité de la vie." et plus loin : "On notera que c'est simplement le programme du principe de plaisir qui fait la finalité de la vie." Le sens du péché comme la notion de culpabilité sont des garde-fous de l'âme humaine. L'une comme l'autre entraînent des mécanismes de défense, de la sublimation au refoulement en passant par bien d'autres, qui n'ont d'autre but que de protéger l'individu contre la perte d'amour, de Dieu ou de l'autre.


"L'interdit protège l'individu de lui-même "


Le sens du péché, comme le sentiment de culpabilité prennent toute leur force dans l'interdit et la loi du père. Davantage, il faudrait encore rapprocher les notions d'inconscient collectif et de péché originel. En psychanalyse, le fantasme inconscient commun à tous est la faute ancestrale non commise mais que nous rêvons tous de commettre : tuer le père. Dans la religion chrétienne, le péché originel est la volonté de toute puissance de l'homme et son envie de se prendre pour Dieu.

L'interdit protège l'individu de lui-même et préserve son moi narcissique en disant : "tu ne peux le faire, non pas parce que tu n'en es pas capable, mais parce que tu en es em-pêché". Si le sens du péché, peut paraître plus flou à certains aujourd'hui, il convient de rechercher peut-être davantage une explication dans la disparition progressive des interdits dans l'évolution d'une société, plutôt que dans la psychanalyse. Cette évolution rend plus difficile l'établissement de règles communes, plus vulnérables les références universelles, et plus discutées les propositions des préceptes de l'Église, sans rendre, semble-t-il, plus fragiles les fondements de la psychanalyse.

Mais laissons à K.G. Jung le dernier mot : "Remarquons pour finir que l'individuation se confond en même temps avec l'idéal chrétien originel du royaume des cieux "qui est en nous". L'idée de base sur laquelle s'est édifié cet idéal est que l'action et le comportement justes ne peuvent résulter que d'une droiture d'esprit et d'un état d'âme sain et qu'il ne saurait y avoir de guérison et d'amélioration du monde qui ne prennent leur point de départ dans l'individu."

Bruno Piettre, psychotérapeute pour croire.com,2006

http://croire.la-croix.com/Definitions/Mots-de-la-foi/Peche/Psychanalyse-et-peche

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16648
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Lun 19 Sep 2016, 17:35

Comment différencier la faute du péché ?

Une interview de Soeur Régine du Charlat, qui enseigna à l'Institut catholique de Paris et dirigea l'Institut des arts sacrés sur le thème de la culpabilité et du péché.

Comment peut-on faire la part entre faute et péché ?


Ce n'est pas entre ces termes qu'il y a une différence. Mais plutôt entre culpabilité et péché. Quand on parle du péché, on parle du mal et à la fois de quelque chose qui engage la foi et la relation à Dieu. Mais on en n'est pas forcément conscient. Je ne suis pas certaine moi-même de l'avoir déterminé. N'oublions pas que dans la foi, il y a toujours une part de responsabilité dans le bien comme dans le mal.

Prenez le mensonge, par exemple. Pas celui d'un enfant, bien sûr. Mais parlons plutôt de l'attitude mensongère qui peut être mortifère. Comme la méchanceté. Quelques paroles suffisent à faire du mal, sans que cela soit au premier abord apparent. Dans l’Évangile, Jésus est sévère avec les pharisiens (Matthieu, 9, 10-13), mais pas avec la femme adultère.

Comment discerner concrètement le moment de se réconcilier ?


D'abord, il faut sortir de la contrainte extérieure. La personne doit avoir besoin de ne pas rester seule avec sa faute. Elle doit ressentir cela comme une nécessité intérieure. Quand le fils prodigue dit "j'irai et je dirai" (Luc, 15, 11-32), il demande un geste ou une parole qui le tire de là. Cela renvoie à la relation fraternelle. Ces gestes sont liés au sacrement.

Mais on peut vivre la réconciliation de différentes façons, au travail, dans le couple, sans pour autant la séparer de la démarche sacramentelle. L'unité de l'expérience humaine et spirituelle peut se célébrer dans le sacrement, mais pas uniquement.

Où se situe la limite entre le pardon thérapeutique et le pardon sacramentel ?


Au cours d'une thérapie, on n'avoue pas, on nomme. La thérapie prépare l'acte d'assumer la vie qu'on a eu, si l'on s'engage, bien sûr. Mais si on a à pardonner ou à demander le pardon, c'est une autre démarche. La responsabilité, le geste ne font pas partie de la thérapie. Même si le courage de faire la vérité en soi est déjà un acte spirituel, à condition de le vouloir.

Vous dîtes "nous sommes sauvés et pardonnés avant même de nous savoir pécheurs" (1), pouvez-vous l'expliquer ?

C'est ce que dit Paul "Vous êtes morts et sauvés par le Christ", (épître de saint Paul aux Romains, 6, 1-14). Par la célébration du pardon, on se met en disposition de reconnaître la Résurrection. Elle transforme tout. Le pardon empêche le péché d'avoir le dernier mot. Dans ce sens, le pardon est un des noms de la Résurrection. "Vous êtes et vous serez ressuscités avec le Christ", nous dit Paul. C'est une invitation à cheminer vers la Résurrection.

Le rite de la réconciliation se perd. Selon vous, comment évolue le sens de ce sacrement ?

Aujourd'hui, le sacrement de réconciliation s'est vidé de sa gestuelle et de son sens. Nous devons retrouver, réanimer les rites du Carême sans pour autant en faire des mécanismes. Pour cela, il suffit de peu. C'est comme un repas en famille, qui est un acte quotidien fort. Seulement, nous gardons une certaine timidité à en reconnaître toute sa plénitude. Pour moi, la démarche de réconciliation est du même ordre.

Quel avenir lui voyez-vous ?

Le sacrement de réconciliation est "la pierre de touche du christianisme" (2). Il n'aura d'avenir que si son sens est vécu comme une démarche dans laquelle chacun retrouve son intégrité intérieure, son centre de gravité dans la foi. Attention, il ne s'agit pas de sainteté ! Si chacun prend un chemin de vérité vis-à-vis de lui-même et vis-à-vis de Dieu, peut-être apprendrons-nous à ré-habiter la forme.


----------------------------
(1) Page 18, La Réconciliation, éditions Desclée de Brouwer (1997).
(2) Sous-titre de son ouvrage, La Réconciliation.

http://croire.la-croix.com/Definitions/Mots-de-la-foi/Peche/Comment-differencier-la-faute-du-peche

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou



Masculin Messages : 9400
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Lun 19 Sep 2016, 18:44

RenéMatheux a écrit:
adamev a écrit:
saint Zibou a écrit:
A quoi bon traiter du péché, sans parler de pardon des péchés, de même, pourquoi tenter de détecter une maladie, si on a pas de remède?

Encore faut-il être d'accord sur la notion de péché. La détection de symptômes (diagnostic) est la clé du traitement (remèdes).
La première chose à faire, c'est de savoir que dieu existe, puis qu'Il a toutes perfections, puis qu'il est Jesus!
Tout le reste en découle, dont le péché et l'enfer.

Dieu, la très sainte TRINITÉ, Jésus-Christ, la grâce, d'abord et avant tout. Ensuite, seulement, le péché. N'est-ce pas la démarche des Pères grecs, celle des Athanase et des Grégoire?...

Pascal a écrit:
526. La misère persuade le désespoir. L’orgueil persuade la présomption. L'Incarnation montre à l’homme la grandeur de sa misère, par la grandeur du remède qu’il a fallu.
Revenir en haut Aller en bas
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 4996
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Lun 19 Sep 2016, 18:58

Malheureusement avec ce genre de paroles dans les derniers films d'animation Disney on finit par habituer les plus jeunes au relativisme moral et personne ne voit rien :



Pour voir si vous avez toujours un discernement suffisamment aiguisé, écoutez toutes les paroles de cette chanson (magnifique au demeurant mais c'est voulu, on n'attrape pas les mouches avec du vinaigre) et notez tout ce qui vous fait hérisser les poils du dos.
Revenir en haut Aller en bas
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 4996
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Lun 19 Sep 2016, 19:02

adamev a écrit:

Pour votre instruction l'adage "tu ne tueras pas" n'a rien d'un commandement divin mais tout d'un simple bon sens.
Si dans un groupe humain nous nous tuons les uns les autres non seulement le groupe explose mais la vie en société est impossible et toute évolution vers plus d'humanité est bloquée. Dieu n'a rien à y voir.

Ce bon sens semble justement s'émousser de nos jour, voyez l'avortement ou l'euthanasie. Même une bonne partie des catho n'y voient pas un meurtre, juste un acte de compassion et de charité. Très peu y perçoivent les nombreuses conséquences, alors que nous le voyons de plus en plus aujourd'hui le climat et jusqu'au cosmos en sont totalement ébranlés.

Apocalypse 3
…17Parce que tu dis: Je suis riche, je me suis enrichi, et je n'ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu, 18je te conseille d'acheter de moi de l'or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies. 19Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j'aime. Aie donc du zèle, et repens-toi.…
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16648
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Mar 20 Sep 2016, 14:53


Péché grave et péché véniel


"Pourriez-vous m'expliquer quelle est la différence entre un péché grave et péché véniel ?"
La réponse du P. Sagadou, assomptionniste.


On pourrait dire du péché que c’est une offense à Dieu, par une pensée, une parole, un acte ou une omission.

Ce sont les croyants qui parlent de péché là où, au niveau purement humain, il est question de mal ou de faute.

Le mal est ce qui détruit et la faute est ma part de responsabilité dans le mal
.

En employant le mot péché, le croyant reconnaît que, lorsqu’il fait librement le mal, il fait souffrir Dieu. L’alliance avec lui est abîmée.

Le Catéchisme de l’Église catholique définit le péché comme "un manquement  à l’amour véritable, envers Dieu et envers le prochain".

Sera donc péché grave ce qui compromet sérieusement l’alliance entre Dieu et le croyant.

Pour évaluer la gravité d’un péché, il y a trois éléments dont il faut prendre en compte :

le premier, c’est que le fait soit en lui-même grave objectivement. Par exemple, le fait de tuer ou de renier sa foi.

Mais, précise le Catéchisme de l’Église Catholique, un meurtre est encore plus grave qu’un vol.

En fait, et c’est le deuxième élément, la gravité du péché sera aussi liée au fait qu’il ait été commis librement et sans circonstances atténuantes.

Par exemple, la légitime défense consiste à tuer quelqu’un, mais c’est pour se défendre. Un accident de la route ne relève pas nécessairement de ma responsabilité.

Enfin, troisième élément, il y a gravité si le péché est commis en toute connaissance de cause
.
Le seul problème, c’est que notre ignorance peut être aussi pécheresse, s’il se trouve que nous ne faisons rien pour former notre conscience.

Péché véniel

Le péché véniel quant à lui est considéré comme le péché qui ne rompt pas l’alliance avec Dieu.

Il blesse la charité, mais il ne la supprime pas.

Le péché véniel ne détruit pas la grâce sanctifiante. Il ne la démunie pas, seulement il atténue le rayonnement de la grâce.

On peut considérer que l’accumulation des péchés véniels peut conduire à la rupture avec Dieu.

Citons quelques exemples de péchés véniels :

avoir une vaine estime de soi-même ou une vaine satisfaction dans ce qui nous concerne ;

recevoir la sainte communion de manière insouciante, avec des distractions;

admettre en son cœur tout soupçon non fondé, tout jugement injuste contre le prochain, etc.….

On le perçoit aisément, c’est la conscience qui en dernier ressort détermine la gravité du péché.

En morale chrétienne, le dernier mot est à la conscience et non à la loi même si je ne dois pas ignorer celle-ci.

Pécher gravement, c’est poser volontairement un acte important que je sais être mauvais et qui me coupera des autres et de Dieu.

La conscience, où retentit la voix de Dieu, est le lieu de décision de mes actes.

C’est là qu’il faut regarder pour voir s’il y a eu vraiment rupture grave de l’alliance entre Dieu et nous.

Bien sûr, la conscience peut se tromper, et justement, être humain exige la recherche du bien moral, et donc pour cela,  de former notre conscience.

Une chose est claire : Dieu ne juge pas par rapport à un règlement. Il voit le cœur.


P. Jean-Paul Sagadou, assomptionniste

http://croire.la-croix.com/Definitions/Mots-de-la-foi/Peche/Peche-grave-et-peche-veniel

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16648
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Mar 20 Sep 2016, 14:57

Nous sommes ici dans la section THEOLOGIE CATHOLIQUE, on y réfléchit, on commente mais on ne donne pas de commentaires à "une autre sauce" qui n'est pas catholique.

On ne regarde pas non plus la paille qui est dans l'œil de l'autre. Nous sommes TOUS pécheurs.

Merci.

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6683
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Mar 20 Sep 2016, 15:04

adamev a écrit:
la chair est faible . comment y remédier ?

En considérant que nos "fautes" ne sont pas péchés mais tendances d'une personnalité déviée (pour ou par des causes externes le plus souvent).
Exemples : un enfant pique quelques sous dans le porte-monnaie familial. Une bonne explication de texte accompagnée d'une fessée règle généralement le problème. Mais si cette manie est récurrente alors ça devient de la kleptomanie qui ne relève pas du curé mais du psy afin d'en comprendre la cause. De même beaucoup de nos défauts.
Etre infidèle n'est bien souvent que le symptôme d'une carence affective à laquelle la confession n'apportera rien d'autre qu'un soulagement de sa conscience sans régler le problème au fond.
Restent les défauts majeurs qui peuvent être handicapants (psy) et/ou relever de la police et de la justice.

Bonjour Adamev,

ne lis pas mon écris comme une pierre jetée a ton encontre, tout a contraire je voudrais que ce soit de l'AMour Fraternel !

comme tu parles la pour moi cela semble exactement le problème de ne pas savoir Entendre ni Écouter Jésus Seigneur et Sauveur , Jésus Ressuscité, Jésus Vivant en nos Cœurs !

la confession c'est Venir se mettre en Présence du Christ pas du curé mais "de Jésus" , certes Jésus est toujours avec nous si on est Baptisé, mais en le faisant devant une personne c'ets plus cuisant et concret car trop souvent on est dans l'abstrait !
la confession n'est pas pour se soulager mais pour Venir recevoir l'Amour du Seigneur et reconnaitre nos dérive de façon incarnée en présence d'une personne (ce qui est autrement plus cuisant pour l'âme et permet de bien prendre conscience de notre faute et réalité de cette faute !) !
si on le fiat réellement alors on guérit réellement de TOUT , parfois il faut y revenir plusieurs fois mais Le seigneur Connait notre misère et la Guérison Spirituelle n'est pas une abstraction mais LA Réalité de ce placer devant le Sauveur de l'homme , des hommes !

placer la guérison psychologique hors du champs de l'Amour du Christ et de sa Bonté c'est vraiment ne pas Réaliser ce que veut dire Charité pour Notre Seigneur, y a-t-il un recoin de notre être qui échappe a sa Lumière Bienfaisante ?

le temps que l'on voit la confession comme un truc on passe devant Jésus sans le voir !
qu'elle est notre espérance Réelle en Jésus , si tu étais devant Lui crois tu que cela ne changerait pas ton âme , ton cœur ton psychisme ?

la confession est l'occasion de se mettre devant Lui , c'est la charge de prêtre confié a l'un d'entre nous afin de nous aider a clarifier ce qui est encore obscure ; Ha oui certainement c'est humiliant , c'est le problème , comme on a dévié revenir est humiliant, l'humilité devrait faire notre Joie et nous nous la vivons comem une agression car l'orgueil l'amour propre (pas propre) nous tiens la bride l'anneau au nez !!
pourquoi est-il si difficile de dire honnêtement nos dérive nos difficultés a voix haute devant témoin alors que ce témoin devrait représenter le Christ pour nous !?

oui on va dire " mais les curés ceci cela ! " en fait on s'en fout , il faut y aller parler a Jésus se confesser et repartir léger , c'est Jésus que l'on vient voir (tant pis si le curé n'est pas a hauteur , Jésus Lui l'Est !)
de toute façon au dernier jour totu sr amis au grand jour et là rien ne sera caché !

la seule vraie solution est de se dire " je suis Aimé Vraiment par Le Seigneur Vivant , donc si j'ai un fardeau qui me pèse une plaie qui ne cicatrise pas une part de ténébres que je veux confier au Seigneur pour qu'IL l'éclaire et que je la voit en face afin qu'Il m'en débarasse !" alors il faut y a ller il faut le faire !

souvenons nous de la Promesse faite par Jésus et expliquée par les Apôtre !
"ceux qui Sont en Christ sont Justifiés (pourvu qu'ils restent fidèle = saint) et au dernier jour les justes ne viennent pas au jugement car ils sont JUSTE, ceux qui vivent justifié n'ont plus besoin de venir au jugement "

dans l'ancien testament un prophète dit " au Jugement des justes les pécheurs ne se lèveront pas !!"

donc si notre conscience nous fait comprendre que bien que Baptisé on est retombé dans des travers on peut faire confiance au seigneur pour nous purifier si on lui demande , "1000 fois le Juste tombe 1001 le seigneur le relève !"

il ne s'agit pas de vivre dans le complexe et dans la culpabilité maladive , car si on comprend bien l'Amour du Christ , Il ne nous accuse pas, mais si on comprend un peu l'Amour nous aussi on peut reconnaitre notre tord envers l'Immense Don que le Christ nous fait , donc aller se laver de temps a autre n'est pas un luxe !

la confession n'est pas un truc psy,
c'est l'acte spirituel d'un homme qui Aime Le Seigneur, et reconnaissant échapper ou trahir l'Amour va Lui redire "je t'AIME Seigneur même si je te tombe trop souvent JE T'AIME malgré tout, et je viens te demander Pardon car justement si je ne reçois pas Ton Amour et pardon , demain je m'éloignerais encore plus et je finirais pas sombrer loin de TOi !
Tu Es Le Seul qui puisse me relever me guérir JE T'AIME et je veux encore aujourd'hui espérer en Ton Amour afin qu'un jour Je t'Aime Saintement puisque Tu m'a sauvé sur la Croix et Baptisé en Ton Nom !"
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6683
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: "Comment parler du péché aujourd'hui ?"    Mar 20 Sep 2016, 15:13

Oculus a écrit:
Métanoia a écrit:

L'homme y est tenu d'obéir, non pas car il n'a pas de libre arbitre, mais parce qu'il a fini par reconnaître que cette loi est une loi d'Amour et qu'il est tenu d'obéir à l'amour (la charité). Lorsque je me rends compte que je suis aimée, et que j'aime, je suis tenue d'obéir à cet amour partagé en l'accueillant, en le respectant, en y étant fidèle, n'ai-je plus de libre arbitre pour autant ? oui, je l'ai mais je choisi de ne rien faire contre cet amour partagé (j'use donc de mon libre arbitre en posant un choix).

je plussoie : l'homme en tant que grand prématuré du règne naturel nait dépendant de l'amour de son entourage dans le but de faire grandir un cerveau qui accède au langage et à la culture  mais qui dépend aussi des exemples d'amour qu'il reçoit ou pas , voire des traumatismes qui lui sont infligés . ceci est complètement universel à l'espèce humaine . La dette d'amour envers notre famille et éducation  aussi .
Dieu nous crée "à son image et à sa ressemblance " . de fait on n'est pas libre d'enlever cette image en nous  car elle nous est consubstantielle . c'est cette image qui soit nous inspire et nous guide quand on en prend conscience soit nous juge quand on l'ignore et la méprise .
la seule liberté qui nous soit donnée est celle de libérer en nous  des énergies qui nous irriguent  quand on s'oriente vers l'acte conscient de ressembler à cette image , c'est à dire nous laisser guider par elle vers la ressemblance .
en cela la religion peut être implicite ou apophatique ou explicite ou cataphatique . mais l'essentiel est ce que l'on fait au plus petit d'entre ceux qui nous sont donnés comme image à respecter et comme ressemblance à éduquer et émuler .
c'est pourquoi le seul langage universel d'amour est l'exemple que l'on reçoit et donne  qui oriente le chemin des autres .

Bonjour Occulus ;

Jésus nous dit " nul ne vit pour soi-même "

et aucun homme ne mène une Vraie vie si il ne vit que pour lui !!

croire que l'on puisse avoir des dérives des parts d'ombres en soi , même si on les acceptes et que l'on compose avec , cela nuira forcement a l'humanité et a commencer par nos proches !

lorsque l'on dit "Dieu est 1" , on devrait donc comprendre que nous tous sommes forcement Un aussi, mais l'homme est tellement peu spirituel qu'il morcelle tout ! (tiens le règne de la division cela ?)
Revenir en haut Aller en bas
 
"Comment parler du péché aujourd'hui ?"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Comment parler de Dieu ?
» Comment parler de péché?
» Comment parler à Dieu ?
» Comment parler de Dieu
» « Youcat », un « miracle » pour parler aux jeunes d’aujourd’hui

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: