DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La tolérance est-elle une nouvelle vertu?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
philippe bis



Masculin Messages : 2973
Inscription : 31/01/2016

MessageSujet: La tolérance est-elle une nouvelle vertu?   Ven 09 Sep 2016, 13:55

La tolérance est-elle une nouvelle vertu? Qui remplace les autres? Qui est complémentaire aux autres? Si l'intolérance est un mal, la tolérance est -elle un bien, un nouveau bien?  Si on approuve un bien comment tolérer un bien? Ne tolére t -on pas plutot un mal?       http://final-age.net/2006/07/la-tolerance/              
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 2973
Inscription : 31/01/2016

MessageSujet: Re: La tolérance est-elle une nouvelle vertu?   Ven 09 Sep 2016, 14:14

La tolérance, la tolérance, il y a des maisons pour cela ! Tout le monde connaît cette boutade, que les uns attribuent à Claudel, et les autres à Clemenceau. Peu importe sa paternité. Ce qui compte ici, c’est la signification du mot. Car il en est de ce terme comme d’une multitude d’autres qui, avec le temps, ont glissé de sens. La différence est que certains de ces glissements ne portent pas à conséquences, d’autres si. Tel est le cas pour la tolérance.

Dans une société qui se pique de n’avoir plus ni morale ni Dieu, la Tolérance a paradoxalement été élevée au rang des divinités séculières, avec la Liberté, la Démocratie ou d’autres de leurs sœurs. Elle a ses liturges, ses hiérophantes et ses sycophantes. Elle est la déesse au pied léger qui préside aux destinées de la cité. Elle est tout à la fois déité et vertu théologale, et ce n’est pas sans raison qu’elle vient à croiser les voies de la charité chrétienne, pour se gonfler de cette fréquentation.

Comme vertu supposée, elle a son contraire : l’intolérance, qui n’est pas seulement vice personnel mais vice social. L’intolérant n’est pas seulement un méchant homme ; il est un péril social. C’est pourquoi il doit être dénoncé, et publiquement fustigé. La loi et les tribunaux s’y emploient désormais.

Il n’est assurément pas question ici de retracer l’historique ou l’évolution de ce terme, spécialement depuis la Réforme à notre âge de la Pensée molle, en passant par les Lumières du XVIIIe siècle. Retenons seulement deux traits de cette tolérance avant d'opérer un rappel.

II.- Pour les modernes, la tolérance repose tout d’abord sur un indifférentisme à l’égard des comportements et des opinions, auxquels sont donnés une égale valeur. Il n’y a pas de vrai ou de faux qui puisse les distinguer, pas de morale universelle pour les hiérarchiser et permettre de tenir ceux-ci pour bons et ceux-là pour mauvais. En cet ordre, les “valeurs” de “Pierre” ne sont pas supérieures à celle de “Jacques” ; si elles sont distinctes, elles sont simplement autres, c’est tout. Elles sont égales. Ce qui peut seul leur donner de la valeur, c’est leur poids. Et ce poids se mesure au nombre de ceux qui les partagent. La tolérance tourne alors en obligation sociale à proportion de l'étendue de ce partage, et l’intolérance caractérise celui qui se soustrait du solde de cette mathématisation éthique. Dans notre société, par exemple, nous sommes déjà passés de la tolérance des comportements homosexuels comme une option comportementale possible à la contrainte de les accepter comme tels, sous peine de sanction pénale.

Le second caractère de la tolérance moderne, tient au fait qu’elle entretient, consciemment ou non, une confusion nécessaire entre les actes et les personnes. Celui qui exprime la pensée que tels comportements sont contraires à une morale objective, universelle, est accusé de juger leurs auteurs. C’est pourquoi le christianisme, qui s’autorise des jugements de valeur, est réputé être intolérant, fanatique. Cette confusion permet de dissoudre les résistances possibles. Qui, en effet, souhaiterait être publiquement fustigé comme un intolérant !? L’idéal est donc de n’être jamais pris en défaut ; et pour ne pas juger, il faut accepter, car le rapport entre acte et personne est à double sens : si j'accepte l'acte, alors je ne puis être soupçonné de juger son auteur. Mme Morano a récemment illustré cet idéal de gastéropode à propos des unions homosexuelles : « Certes ma vision du mariage est celle d’une union entre un homme et une femme. Mais si on veut respecter l’amour, alors l’amour peut être une belle histoire entre deux personnes de même sexe. Je me refuse à juger ». Personne n’avait évidemment demandé à Mme Morano de juger qui que ce soit, mais c’est égal : la vertu est supposée être ainsi de son côté, « parce qu’elle ne juge pas ».

Remettons un peu les pendules à l’heure. Et rappelons ce qu’est la tolérance pour un chrétien.

III.- Tolérer, c’est supporter un mal que l’on ne pourrait empêcher sans risquer de créer un mal plus grand. La tolérance est ainsi, principalement, un comportement de gouvernant, que l’on se gouverne soi-même ou que l’on gouverne autrui. Elle ne consiste aucunement à accepter un mal, moins encore à lui reconnaître un droit quelconque au milieu d'autres droits légitimes. Elle consiste à se résoudre à le subir, pour la préservation du bien plus grand de la cité.

La tolérance, de ce point de vue, n’est pas une vertu. Elle est dictée par la vertu, qui est, principalement, la prudence, au regard du bien à sauvegarder. Elle est, sous ce rapport, un moindre mal. Cela ne signifie pas qu’un mal soit choisi pour lui-même, mais qu’il est jugé bon de le supporter pour la préservation d’un bien.

On ne construit pas une politique sociale par validations successives de comportements tolérés qui ne laissent pas d’être des maux, pour les imposer, finalement, à la société toute entière comme des idéaux de convivialité. L’agir humain doit être gouverné par la raison droite, et celle-ci est mesurée par le vrai et par le bien.

Contre l’idéal de gastéropode ambiant, il faut rappeler que juger est l’acte le plus élevé et le plus parfait de l’intelligence humaine. Si l’idéologie dominante, pour servir ses fins, confond résolument les actes et les personnes qui les accomplissent, le christianisme les distingue non moins résolument. Il n’autorise pas à juger des personnes, de leur for interne, de leurs consciences, et s’agissant par exemple du cas des homosexuels, il invite à les respecter comme toute autre personne, aimée et créée par Dieu. Mais il enseigne que les actes peuvent être caractérisés indépendamment, par un acte de jugement, selon qu’ils sont conformes ou non à la loi morale. En rappelant cette indispensable distinction qui, en n'identifiant pas la personne à ses actes, permet le rachat, la conversion et le dépassement de soi, l'Eglise n’a pas à redouter d'être prise en défaut d'aimer les hommes, dont elle défend plus sûrement la dignité et la vocation.

La tolérance, d'ailleurs, n’est pas l’amour. Je puis tolérer le mal de quelqu’un que j’aime, mais si je l’aime, mon effort sera non de m’illusionner avec lui sur le mal dont il est prisonnier, en lui donnant à croire que c'est une valeur, un droit, un bien ou une liberté, mais de l’aider à en sortir, d’une manière ou d’une autre. Contrairement à ce qu’ose soutenir Mme Morano, le Christ n’a pas “toléré” les comportements fautifs de Zachée, l’adultère de la femme lapidée ou les turpitudes de Marie-Madeleine. Venu pour les pécheurs, Il a aimé en eux les personnes qu’il allait racheter au prix de ses souffrances inouïes et de son Sang pour les arracher à l’emprise de leurs péchés. « Va et ne pèche plus » dit-il explicitement à la femme adultère (Jn 8,11), après avoir fustigé l’aveuglement de ceux qui la poursuivaient, et Marie-Madeleine est la femme des parfums répandus sur les pieds du Sauveur, la pénitente de la Sainte-Baume et le modèle du repentir. Il n’y a rien là qui ressemble de près ou de loin à cette tolérance complaisante, complice et destructrice à laquelle on nous enjoint aujourd’hui de communier.

IV.- Que veut-on dire, nous, en faisant usage du mot "tolérance" ? Qu'il faille être miséricordieux ? Alors parlons donc de miséricorde. Qu'il faille être indulgent pour la faiblesse humaine ? Alors parlons d'indulgence. Qu'il faille aimer les hommes, même lorsqu'ils sont pécheurs ? Alors parlons d'amour, parlons de charité, parlons de compassion. Qu'il faille se supporter les uns les autres ? Alors parlons de bienveillance, parlons de patience, parlons de douceur ou de compréhension ! Qu'il faille se respecter ? Alors parlons de respect mutuel. Que reste-t-il alors à la tolérance que ces mots ne disent pas ? Qu'il faille accepter que d'autres ne partagent pas nos opinions, nos jugements, nos façons de voir ou de vivre ? Il n'y a rien là qui soit étranger à la bienveillance, au respect mutuel ou à la charité.

Qu'a-t-on à gagner à utiliser un mot qui, à trop vouloir dire, hors de son champ de signification, ne signifie plus rien et qui, surtout, par l'usage unilatéral qui en est couramment fait, tend à nous interdire à nous-mêmes d'exprimer ce que nous pensons ? Qu'on veuille bien y réfléchir : chaque mot ici proposé a, à lui seul, une richesse dont le mot tolérance est fort loin, et fort incapable, de remplir le sens. Alors ? Laissons-là les modes des discours aller avec celles des comportements, et ne dédaignons pas l'effort de parler vrai pour penser juste. 20 mars 2008 - (E.S.M.) - Dans une société qui se pique de n’avoir plus ni morale ni Dieu, la Tolérance a paradoxalement été élevée au rang des divinités séculières, avec la Liberté, la Démocratie ou d’autres de leurs sœurs. (HERMAS)


Revenir en haut Aller en bas
Lino



Masculin Messages : 381
Inscription : 08/12/2014

MessageSujet: Re: La tolérance est-elle une nouvelle vertu?   Ven 09 Sep 2016, 14:26

Si c'est la tolérance face à la faiblesse ou l'ignorance dans le but d'aider la question ne se pose pas. Pour le reste je me garde de tous jugement personnel.......
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 15777
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: La tolérance est-elle une nouvelle vertu?   Ven 09 Sep 2016, 14:31

La tolérance n’est pas une vertu, puisqu’elle ne vise pas un bien, mais un mal. Plus précisément : la tolérance est l’acte de celui qui n’empêche pas un mal, afin de promouvoir un plus grand bien ou d’éviter un plus grand mal.


La parabole de l’ivraie et du bon grain (Mt 13, 24-30) nous rappelle que Dieu tolère le mal dans nos vies : il refuse que les serviteurs arrachent l’ivraie uniquement pour éviter d’abîmer le bon grain, car la suppression du mal causerait des maux supérieurs à la tolérance dont il peut faire l’objet.

Tolérer un mal n’est pas l’approuver ou y consentir ; c’est la désapprouver et vouloir y mettre fin dès que possible.

Il est parfaitement intolérant d’accuser d’intolérance celui qui proclame avec conviction ce qu’il considère correspondre au vrai et au bien.

En général une telle position trahit une position relativiste, doctrine selon laquelle il n’y aurait aucune vérité qui puisse s’imposer universellement.

Mais le relativiste tolérant devrait « tolérer » que d’autres ne partagent pas sa conviction, et admettre qu’ils proclament ce qu’ils considèrent comme vrai et bien pour tout homme.

L’accusation d’intolérance formulée par le relativiste, est une projection sur son interlocuteur de sa propre intolérance inavouable

21 août 2006
P. Joseph-Marie Verlinde


_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 15777
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: La tolérance est-elle une nouvelle vertu?   Ven 09 Sep 2016, 14:36

Il me semble aussi que le Père Verlinde parle de tolérance et d'intolérance en ce qui concerne le new-âge et le bouddhisme.
Il ne faut pas lui faire dire ce qu'il n'a pas dit.

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 2973
Inscription : 31/01/2016

MessageSujet: Re: La tolérance est-elle une nouvelle vertu?   Ven 09 Sep 2016, 14:45

Espérance a écrit:
Il me semble aussi que le Père Verlinde parle de tolérance et d'intolérance en ce qui concerne le new-âge et le bouddhisme.
Il ne faut pas lui faire dire ce qu'il n'a pas dit.
 Ou avez vous vu que je lui fait dire ce qu 'il n 'a pas dit?? J 'ai posté justement ces vidéos et les liens  qui s 'y référe!Ensuite je pense pas que le pére parle de tolérance envers le bouddhisme en particulier mais de  la tolérance en générale ce qui il est vrai est devenu un vaste sujet puisque le mot lui méme est un vrai "fourre tout"...
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 2973
Inscription : 31/01/2016

MessageSujet: Re: La tolérance est-elle une nouvelle vertu?   Ven 09 Sep 2016, 14:56

Espérance a écrit:
Il me semble aussi que le Père Verlinde parle de tolérance et d'intolérance en ce qui concerne le new-âge et le bouddhisme.
Il ne faut pas lui faire dire ce qu'il n'a pas dit.
Avez vous écouté les deux vidéos?
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 15777
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: La tolérance est-elle une nouvelle vertu?   Ven 09 Sep 2016, 16:14

philippe bis a écrit:
Espérance a écrit:
Il me semble aussi que le Père Verlinde parle de tolérance et d'intolérance en ce qui concerne le new-âge et le bouddhisme.
Il ne faut pas lui faire dire ce qu'il n'a pas dit.
Avez vous écouté les deux vidéos?

non, je n'ai pas le matériel pour cela mais je connais le Père Verlinde (bien même).

Et je n'ai pas dit que vous lui faites dire ce qu'il n'a pas dit, je mets seulement en garde qu'en général, le Père Verlinde parle de ce qu'il a vécu dans le bouddhisme.

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 2973
Inscription : 31/01/2016

MessageSujet: Re: La tolérance est-elle une nouvelle vertu?   Ven 09 Sep 2016, 16:30

Espérance a écrit:
philippe bis a écrit:
Espérance a écrit:
Il me semble aussi que le Père Verlinde parle de tolérance et d'intolérance en ce qui concerne le new-âge et le bouddhisme.
Il ne faut pas lui faire dire ce qu'il n'a pas dit.
Avez vous écouté les deux vidéos?

non, je n'ai pas le matériel pour cela mais je connais le Père Verlinde (bien même).

Et je n'ai pas dit que vous lui faites dire ce qu'il n'a pas dit, je mets seulement en garde qu'en général, le Père Verlinde parle de ce qu'il a vécu dans le bouddhisme.
Dans ce cas précis sur la tolérance il n ' en parle pas du tout puisque il répond a ceux qui le traite d 'intolérant au regard de sa religion qui est le christianisme...
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 11480
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: La tolérance est-elle une nouvelle vertu?   Ven 09 Sep 2016, 16:32

Vais me répeter

La tolérance envers le péché est une faute grave
La tolérance envers le pecheur, c'est de la charité et/ou la miséricorde, au choix
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 2973
Inscription : 31/01/2016

MessageSujet: Re: La tolérance est-elle une nouvelle vertu?   Ven 09 Sep 2016, 16:35

J 'ai appelé ce fil "La tolérance est-elle une nouvelle vertu?" est ce n 'est bien sur pas pour faire dire au pére virlinque que si c 'est une vertu! Un peut comme arnaud ici qui a titré "Fréquenter les démons, est-ce dangereux ? " https://www.youtube.com/watch?v=uG8IoaSJ5-Y Smile
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 2973
Inscription : 31/01/2016

MessageSujet: Re: La tolérance est-elle une nouvelle vertu?   Ven 09 Sep 2016, 16:39

RenéMatheux a écrit:
Vais me répeter

La tolérance envers le péché est une faute grave
La tolérance envers le pecheur, c'est de la charité et/ou la miséricorde, au choix
Exact  on approuve un bien on tolére le mal !Mais dans notre société la tolérance est devenu la norme et cela a remplacé le bien et c 'est la le gros probléme
Revenir en haut Aller en bas
philippe bis



Masculin Messages : 2973
Inscription : 31/01/2016

MessageSujet: Re: La tolérance est-elle une nouvelle vertu?   Ven 09 Sep 2016, 16:56

De la théorie a la pratique exemple: "Hillary Clinton : il faut changer les dogmes religieux traditionnels contraires à l’avortement et aux « droits reproductifs " https://www.lifesitenews.com/news/hillary-clinton-religious-beliefs-that-oppose-abortion-have-to-be-changed
Revenir en haut Aller en bas
Valtortiste91



Masculin Messages : 4898
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: La tolérance est-elle une nouvelle vertu?   Ven 09 Sep 2016, 17:02

RenéMatheux a écrit:
Vais me répeter

La tolérance envers le péché est une faute grave
La tolérance envers le pecheur, c'est de la charité et/ou la miséricorde, au choix
Exact : Le Christ a accueilli le pécheur, pas le péché. C'est pour cela qu'il était miséricorde.
Ce sont les pharisiens qui, dans l’Évangile, promettent la Géhenne aux pécheurs.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
Valtortiste91



Masculin Messages : 4898
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: La tolérance est-elle une nouvelle vertu?   Ven 09 Sep 2016, 17:10

Valtortiste91 a écrit:
.... Le Christ a accueilli le pécheur, pas le péché. C'est pour cela qu'il était miséricorde.
Ce sont les pharisiens qui, dans l’Évangile, promettent la Géhenne aux pécheurs.

En théologie, la miséricorde divine est la bonté de Dieu qui lui fait pardonner les fautes des hommes, et renouveler l'homme dans sa dignité, pour qu'il puisse se relever et que puisse s'accomplir en lui le dessein d'amour de Dieu qui l'a créé pour le bonheur.

En fait, lorsque Dieu fait miséricorde aux hommes, il ne leur donne pas ce qu'ils méritent, c'est-à-dire la colère.

À l'inverse, lorsqu'il leur fait grâce, il leur donne ce qu'ils ne méritent pas, c'est-à-dire la vie éternelle.

Un acte de miséricorde est donc un acte de bonté ou de pardon immérité par la partie adverse.

Les hommes sont eux aussi invités à pratiquer la miséricorde, car, créés par Dieu, leur cœur est à l'image du cœur de Dieu. Ils ont cependant besoin de recevoir la miséricorde pour devenir capable d'être miséricordieux, selon leur vocation profonde.
---------------
Parole du Seigneur :

Aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien espérer en retour. Alors votre récompense sera grande, et vous serez les fils du Très-Haut, car lui, il est bon pour les ingrats et les méchants.
Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux.
Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés.

Luc 6, 35-37.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
philippe bis



Masculin Messages : 2973
Inscription : 31/01/2016

MessageSujet: Re: La tolérance est-elle une nouvelle vertu?   Ven 09 Sep 2016, 17:34

Valtortiste91 a écrit:
RenéMatheux a écrit:
Vais me répeter

La tolérance envers le péché est une faute grave
La tolérance envers le pecheur, c'est de la charité et/ou la miséricorde, au choix
Exact : Le Christ a accueilli le pécheur, pas le péché. C'est pour cela qu'il était miséricorde.
Ce sont les pharisiens qui, dans l’Évangile, promettent la Géhenne aux pécheurs.
Et ne péche plus !Que serait la charité sans la vérité et la vérité sans la charité?Saint Jean baptiste a payé  de sa téte la vérité  qu'il ne cessé de clamer et c 'est plutot le roi  hérode qui avait epousé la  soeur de son frére  qui a manqué de charité donc attention de ne pas inverser les roles... http://saintebible.com/john/8-11.htm


Dernière édition par philippe bis le Ven 09 Sep 2016, 17:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Valtortiste91



Masculin Messages : 4898
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: La tolérance est-elle une nouvelle vertu?   Ven 09 Sep 2016, 17:37

philippe bis a écrit:
Valtortiste91 a écrit:
RenéMatheux a écrit:
Vais me répeter

La tolérance envers le péché est une faute grave
La tolérance envers le pecheur, c'est de la charité et/ou la miséricorde, au choix
Exact : Le Christ a accueilli le pécheur, pas le péché. C'est pour cela qu'il était miséricorde.
Ce sont les pharisiens qui, dans l’Évangile, promettent la Géhenne aux pécheurs.
Et ne péche plus !Que serait la charité sans la vérité et la vérité sans la charité?Saint Jean baptiste a payé  de sa téte la vérité  qu'il ne cessé de clamer et c 'est plutot le roi qui avait epousé sa soeur qui a manqué de charité donc attention de ne pas inverser les roles...
Il doit y avoir un rapport entre votre réflexion, celle de RenéMatteux et la mienne, mais il m'échappe pour l'instant.

Si vous voulez passer de la tolérance à la vérité confessée jusqu'à la mort, prenez le Christ ... la Miséricorde incarnée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
philippe bis



Masculin Messages : 2973
Inscription : 31/01/2016

MessageSujet: Re: La tolérance est-elle une nouvelle vertu?   Ven 09 Sep 2016, 17:47

Valtortiste91 a écrit:
philippe bis a écrit:
Valtortiste91 a écrit:
RenéMatheux a écrit:
Vais me répeter

La tolérance envers le péché est une faute grave
La tolérance envers le pecheur, c'est de la charité et/ou la miséricorde, au choix
Exact : Le Christ a accueilli le pécheur, pas le péché. C'est pour cela qu'il était miséricorde.
Ce sont les pharisiens qui, dans l’Évangile, promettent la Géhenne aux pécheurs.
Et ne péche plus !Que serait la charité sans la vérité et la vérité sans la charité?Saint Jean baptiste a payé  de sa téte la vérité  qu'il ne cessé de clamer et c 'est plutot le roi qui avait epousé sa soeur qui a manqué de charité donc attention de ne pas inverser les roles...
Il doit y avoir un rapport entre votre réflexion, celle de RenéMatteux et la mienne, mais il m'échappe pour l'instant.

Si vous voulez passer de la tolérance à la vérité confessée jusqu'à la mort, prenez le Christ ... la Miséricorde incarnée.
Je pense que nous sommes tous les 3 d 'accord pour parler de pardon mais aussi de continuer a dire non a l 'avortement ( ce qui fait de nous des intolérants au yeux de certains)
Revenir en haut Aller en bas
 
La tolérance est-elle une nouvelle vertu?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» comment utilisé mes pierres? Ont-elles toujours leur vertus?
» Quelle version de la Bible choisir pour étudier ?
» L’épikie (équité) est-elle une vertu ?
» De la morale laïque à l'école ou "la vertu peut-elle s'enseigner ?" par Edith Fuchs
» Nouvelle sur le forum, questions, questions, sorry...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: