DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Pape François : le «protagoniste de l'Eglise» est l'Esprit Saint

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16642
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Pape François : le «protagoniste de l'Eglise» est l'Esprit Saint   Dim 01 Mai 2016, 16:23

Nouveauté et résistances

2016-04-28 L’Osservatore Romano

A partir de la Pentecôte, le «protagoniste de l'Eglise» est l'Esprit Saint: c'est lui qui «anime tout», qui aide «à être forts dans le martyre», mais aussi à «vaincre les résistances» qui peuvent apparaître au sein de la communauté chrétienne elle-même.

C'est l'histoire d'un chemin — parcouru par l'Eglise depuis les origines jusqu'à nos jours — que le Pape François a racontée dans son homélie prononcée au cours de la Messe célébrée à Sainte-Marthe, le jeudi 28 avril.

Une route qui, dès les premières discussions entre les apôtres, a été caractérisée par plusieurs attitudes: «se réunir», «s'écouter», «discuter», «prier et décider» avec l'Esprit Saint. C'est la route, a souligné le Pape, «de la synodalité», sur laquelle «s'exprime la communion de l'Eglise» qui est l’œuvre de l'Esprit.

«Le protagoniste de l'Eglise, du travail de l'Eglise, de la croissance de l'Eglise» est l'Esprit. Comme le Pape l'a rappelé, il s'agit d'une donnée qui ressort clairement des Ecritures.

«C'est l'Esprit qui fait tout, l'Esprit qui mène l'Eglise de l'avant». Mais, a-t-il ajouté, il la mène de l'avant «également dans sa confrontation avec ses propres problèmes».

Ainsi, «quand la persécution explose, après le martyre d'Etienne, par exemple, c'est l'Esprit qui donne la force aux croyants pour rester dans la foi». Et c'est encore lui «qui fait fuir les croyants de Jérusalem, après le martyre d'Etienne» et les pousse à «apporter la foi en Jésus dans d'autres lieux».

Dans le passage proposé par la liturgie du jour, tiré des Actes des apôtres (15, 7-21), est racontée la «résistance de ceux qui croyaient que Jésus était venu uniquement pour le peuple élu».

Ces derniers, entendant que l'Esprit Saint était venu «sur les païens, sur les grecs, sur ceux qui n'appartenaient pas au peuple d'Israël», se rebellaient en disant: «Mais non, on ne peut peut pas faire cela».

Bien qu'animés de «bonne volonté», ils faisaient «résistance».

De la même façon que quand ils introduisaient eux-mêmes d'autres exceptions: «Mais oui, c'est vrai, l'Esprit Saint est venu sur eux, mais ils doivent parcourir la route selon la loi, pour arriver à la grâce, c'est-à-dire la circoncision et toutes les rites d'appartenance au peuple d’Israël».

C'était une situation de «grande confusion», déclenchée par ce que le Pape a défini «les surprises de l'Esprit».

C'est-à-dire que «l'Esprit mettaient les cœurs sur une nouvelle route» et que les apôtres «se sont trouvés dans des situations qu'ils n'auraient jamais imaginées, des situations nouvelles».

Le problème était: «comment gérer ces situations nouvelles?». Comme, par exemple, le fait que les païens puissent recevoir l'Esprit Saint.

C'est pourquoi ils se demandaient: «Et alors que faisons-nous?». En somme, a expliqué le Pape en utilisant une expression commune, «ils avaient une patate bouillante entre les mains et ils ne savaient pas qu'en faire».

Dans les Actes, on lit donc comment pour ce motif eut lieu une réunion, lors de laquelle chacun raconta «sa propre expérience — Paul, Barnabé, Pierre lui-même» — et de comment, à la fin, les apôtres « se sont mis d'accord».

Mais avant la solution finale, a souligné le Pape, on remarque «une belle chose: “Toute l'assemblée se tait et écoute Barnabé et Paul, qui rapportaient quels grands signes et prodiges que Dieu avait accomplis entre les nations, parmi eux».

Du récit apparaît donc un aspect fondamental: «écouter, ne pas avoir peur d'écouter». Cela est important car, a dit François, «quand quelqu'un a peur d'écouter, il n'a pas l'Esprit dans son cœur». Et surtout, il est important d'écouter avec humilité».

En effet, ce n'est qu'«après avoir écouté», que les apôtres «ont décidé d'envoyer aux communautés grecques, c'est-à-dire aux chrétiens qui sont venus du paganisme», plusieurs disciples «pour les tranquilliser et leur dire: “C'est bien, continuez ainsi”».

Puis «ils se sont mis d'accord». Comment affronter les problèmes? «Avec la réunion, l'écoute, la discussion, la prière et la décision finale. Et c'est là que se trouve l'Esprit».

Un style, une route suivis des origines «jusqu'à aujourd'hui», chaque fois que «l'Esprit nous surprend» par quelque chose dont nous disons: «On n'a jamais fait ainsi»; ou bien: «On doit faire ainsi».

«Pensez — a ajouté le Pape en utilisant un exemple “plus proche de nous” — à Vatican II, aux résistances qu'a rencontrées le Concile Vatican II».

Aujourd'hui aussi, a-t-il dit, il y a des «résistances qui continuent sous une forme ou une autre, et l'Esprit qui va de l'avant».

Mais «la route de l'Eglise est la suivante: se réunir, unir ensemble, s'écouter, discuter, prier et décider. C'est ce qu'on appelle la synodalité de l'Eglise, dans laquelle s'exprime la communion de l'Eglise».

Cet Esprit, a conclu le Pape, «est le don du Père, que Jésus a envoyé».

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
 
Pape François : le «protagoniste de l'Eglise» est l'Esprit Saint
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pape François, tout un programme !..
» Miserando atque eligendo (La devise du Pape François)
» Interview de la soeur du nouveau Pape François
» L'Angélus à Rome avec le Pape François
» Le blason du Pape François

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: