DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière : Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 1er mai - fête de Saint-Joseph artisan

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: 1er mai - fête de Saint-Joseph artisan   Dim 01 Mai 2016, 10:20

Fête du 1er mai : St Joseph artisan



Nous fêtons aujourd’hui, saint Joseph comme artisan et travailleur manuel. Charpentier de son métier, il coopéra par le travail de ses mains à l’œuvre créatrice et rédemptrice, tout en gagnant le pain de la Sainte Famille et, avec Marie, en éveillant à la vie des hommes l’Enfant que Dieu lui avait confié. Pie XII a institué en 1955 la fête de saint Joseph artisan, destinée à être célébrée le 1er mai de chaque année.

Prière à saint Joseph artisan composée par Pie XII (11 mars 1958).

"Ô glorieux Patriarche saint Joseph, humble et juste artisan de Nazareth, qui avez donné à tous les Chrétiens, mais spécialement à nous, l’exemple d’une vie parfaite dans le travail assidu et dans une admirable union avec Marie et Jésus, aidez-nous dans notre tâche quotidienne, afin que nous aussi, artisans catholiques, nous puissions trouver en celle-ci le moyen efficace de glorifier le Seigneur, de nous sanctifier et d’être utiles à la société où nous vivons, tous idéaux suprêmes de notre activité.

Obtenez-nous du Seigneur, ô Protecteur bien-aimé, humilité et simplicité de cœur, amour pour le travail et bienveillance pour ceux qui y sont nos compagnons, conformité à la volonté divine dans les souffrances inévitables de cette vie et joie en les supportant, conscience de notre mission sociale spécifique et sens de notre responsabilité, esprit de discipline et de prière, docilité et respect envers les supérieurs, fraternité envers nos égaux, charité et indulgence pour ceux qui dépendent de nous.

Soyez avec nous dans les moments de réussite, quand tout nous invite à goûter honnêtement les fruits de nos fatigues ; mais soutenez-nous dans les heures tristes, lorsque le Ciel semble se fermer pour nous et les instruments du travail se rebeller eux-mêmes entre nos mains.

Faites qu’à votre exemple, nous tenions les yeux fixés sur notre Mère Marie, votre très douce épouse, qui filait silencieusement dans un coin de votre modeste atelier, laissant glisser sur ses lèvres le sourire le plus suave ; que nous n’éloignions pas notre regard de Jésus qui s’affairait avec vous à votre établi de menuisier ; ainsi pourrons-nous mener sur terre une vie paisible et sainte, prélude de celle éternellement heureuse qui nous attend dans le Ciel, pour tous les siècles des siècles."

Ainsi soit-il !

http://www.sarthe.catholique.fr/Fete-du-1er-mai-St-Joseph-artisan
Revenir en haut Aller en bas
vraie ikone



Féminin Messages : 3
Inscription : 03/05/2016

MessageSujet: Re: 1er mai - fête de Saint-Joseph artisan   Mer 04 Mai 2016, 08:07

Il est bon, en ce mois de Marie, de fêter aussi Joseph "Dieu ajoute et fait croître". J'aime le prier, en particulier en cas de soucis matériels...et, bien sûr, il veille lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Violette7
Administrateur
avatar

Féminin Messages : 4442
Inscription : 23/06/2017

MessageSujet: Re: 1er mai - fête de Saint-Joseph artisan   Mar 01 Mai 2018, 14:34

Je remonte ce fil vu que c'est aujourd'hui, la fête de Saint Joseph Artisan.
Revenir en haut Aller en bas
k11
Administrateur
avatar

Féminin Messages : 1743
Inscription : 26/11/2014

MessageSujet: Re: 1er mai - fête de Saint-Joseph artisan   Mar 01 Mai 2018, 14:51

SOLENNITÉ DE SAINT JOSEPH

HOMÉLIE DU SAINT-PÈRE PAUL VI

Mercredi 19 mars 1969



Saint Joseph exemple et modèle de notre vie chrétienne

La fête de ce jour nous invite à la méditation sur saint Joseph, père légal et putatif de Jésus Notre-Seigneur. En raison de sa fonction près du Verbe Incarné pendant son enfance et sa jeunesse, il fut aussi déclaré protecteur de l'Eglise, qui continue dans le temps et reflète dans l'histoire l'image et la mission du Christ.

Pour cette méditation, de prime abord la matière semble faire défaut: que savons-nous de saint Joseph, outre son nom et quelques rares épisodes de la période de l'enfance du Seigneur? L'Evangile ne rapporte de lui aucune parole. Son langage, c'est le silence; c'est l'écoute de voix angéliques qui lui parlent pendant le sommeil; c'est l'obéissance prompte et généreuse qui lui est demandée; c'est le travail manuel sous ses formes les plus modestes et les plus rudes, celles qui valurent à Jésus le qualificatif de « fils du charpentier » (Mt 13, 55). Et rien d'autre: on dirait que sa vie n'est qu'une vie obscure, celle d'un simple artisan, dépourvu de tout signe de grandeur personnelle.

Cependant cette humble figure, si proche de Jésus et de Marie, si bien insérée dans leur vie, si profondément rattachée à la généalogie messianique qu'elle représente le rejeton terminal de la descendance promise à la maison de David (Mt 1, 20), cette figure, si on l'observe avec attention, se révèle riche d'aspects et de significations. L'Eglise dans son culte et les fidèles dans leur dévotion traduisent ces aspects multiples sous forme de litanies. Et un célèbre et moderne sanctuaire érigé en l'honneur du Saint par l'initiative d'un simple religieux laïc, Frère André, de la Congrégation de Sainte-Croix de Montréal, au Canada, met ces titres en évidence dans une série de chapelles situées derrière le maître-autel, toutes dédiées à saint Joseph sous les vocables de protecteur de l'enfance, protecteur des époux, protecteur de la famille, protecteur des travailleurs, protecteur des vierges, protecteur des réfugiés, protecteur des mourants.

Si vous observez avec attention cette vie si modeste, vous la découvrirez plus grande, plus heureuse, plus audacieuse que ne le paraît à notre vue hâtive le profil ténu de sa figure biblique. L'Evangile définit saint Joseph comme « juste » (Mt 1, 19). On ne saurait louer de plus solides vertus ni des mérites plus élevés en un homme d'humble condition, qui n'a évidemment pas à accomplir d'actions éclatantes. Un homme pauvre, honnête, laborieux, timide peut-être, mais qui a une insondable vie intérieure, d'où lui viennent des ordres et des encouragements uniques, et, pareillement, comme il sied aux âmes simples et limpides, la logique et la force de grandes décision, par exemple, celle de mettre sans délai à la disposition des desseins divins sa liberté, sa légitime vocation humaine, son bonheur conjugal. De la famille il a accepté la condition, la responsabilité et le poids, mais en renonçant à l'amour naturel conjugal qui la constitue et l'alimente, en échange d'un amour virginal incomparable. Il a ainsi offert en sacrifice toute son existence aux exigences impondérables de la surprenante venue du Messie, auquel il imposera le nom à jamais béni de Jésus (Mt 1, 21); il Le reconnaîtra comme le fruit de l'Esprit-Saint et, quant aux effets juridiques et domestiques seulement, comme son fils. S. Joseph est donc un homme engagé. Engagé — et combien! —: envers Marie, l'élue entre toutes les femmes de la terre et de l'histoire, son épouse non au sens physique, mais une épouse toujours virginale; envers Jésus, son enfant non au sens naturel, mais en vertu de sa descendance légale. A lui le poids, les responsabilités, les risques, les soucis de la petite et singulière Sainte Famille. A lui le service, à lui le travail, à lui le sacrifice, dans la pénombre du tableau évangélique, où il nous plaît de le contempler et, maintenant que nous savons tout, de le proclamer heureux, bienheureux.

C'est cela, l'Evangile, dans lequel les valeurs de l'existence humaine assument une tout autre mesure que celle avec laquelle nous avons coutume de les apprécier: ici, ce qui est petit devient grand (souvenons-nous des effusions de Jésus, au chapitre XI de saint Matthieu: « Je vous bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que vous avez caché ces choses aux sages et aux simples »); ici, ce qui est misérable devient digne de la condition sociale du Fils de Dieu fait fils de l'homme; ici, ce qui est le résultat élémentaire d'un travail artisanal rudimentaire et pénible sert à initier à l'œuvre humaine l'Auteur du cosmos et du monde (cf. Jn 1, 3; 5, 17) et à fournir d'humble pain la table de celui qui se définira lui-même « le pain de vie » (Jn 6, 48); ici ce que l'on a perdu par amour du Christ est retrouvé (cf. Mt 10, 39), et celui qui sacrifie pour Lui sa vie en ce monde la conserve pour la vie éternelle (cf. Jn 12, 25). Saint Joseph est le type évangélique que Jésus, après avoir quitté l'atelier de Nazareth pour entreprendre sa mission de prophète et de maître, annoncera comme programme pour la rédemption de l'humanité. Saint Joseph est le modèle des humbles que le christianisme élève à de grands destins. Saint Joseph est la preuve que pour être bon et vrai disciple du Christ, il n'est pas nécessaire d'accomplir de grandes choses; qu'il suffit de vertus communes, humaines, simples, mais authentiques.

Et ici la méditation porte son regard de l'humble Saint au tableau de notre humaine condition personnelle, comme il advient d'habitude dans l'exercice de l'oraison mentale. Elle établit un rapprochement, une comparaison entre lui et nous: une comparaison dont nous n'avons assurément pas à nous glorifier, mais où nous pouvons puiser quelque bonne réflexion. Nous serons portés à imiter saint Joseph suivant les possibilités de nos conditions respectives; nous serons entraînés à le suivre dans l'esprit et la pratique concrète des vertus que nous trouvons en lui si vigoureusement affirmées, de la pauvreté, spécialement, dont on parle tant aujourd'hui. Et nous ne nous laisserons pas troubler par les difficultés qu'elle présente, dans un monde tourné vers la conquête de la richesse économique, comme si elle était la contradiction du progrès, comme si elle était paradoxale et irréelle dans notre société de consommation et de bien-être. Mais, avec saint Joseph pauvre et laborieux, occupé comme nous à gagner quelque chose pour vivre, nous penserons que les biens économiques aussi sont dignes de notre intérêt de chrétiens, à condition de n'être pas considérés comme fin en soi, mais comme moyens de sustenter la vie orientée vers les biens supérieurs; à condition de n'être pas l'objet d'un égoïsme avare, mais le stimulant et la source d'une charité prévoyante; à condition encore de n'être pas destinés à nous exonérer d'un travail personnel et à favoriser une facile et molle jouissance des prétendus plaisirs de la vie, mais d'être au contraire honnêtement et largement dispensés au profit de tous. La pauvreté laborieuse et digne de ce saint évangélique nous est encore aujourd'hui un guide excellent pour retrouver dans notre monde moderne la trace des pas du Christ. Elle est en même temps une maîtresse éloquente de bien-être décent qui, au sein d'une économie compliquée et vertigineuse, nous garde dans ce droit sentier, aussi loin de la poursuite ambitieuse de richesses tentatrices que de l'abus idéologique de la pauvreté comme force de haine sociale et de subversion systématique.

Saint Joseph est donc pour nous un exemple que nous chercherons à imiter; et, en tant que protecteur, nous l'invoquerons. C'est ce que l'Eglise, ces derniers temps, a coutume de faire, pour une réflexion théologique spontanée sur la coopération de l'action divine et de l'action humaine dans la grande économie de la Rédemption. Car, bien que l'action divine se suffise, l'action humaine, pour impuissante qu'elle soit en elle-même (cf. Jn 15, 5), n'est jamais dispensée d'une humble mais conditionnelle et ennoblissante collaboration. Comme protecteur encore, l'Eglise l'invoque dans un profond et très actuel désir de faire reverdir son existence séculaire par des vertus véritablement évangéliques, telles qu'elles ont resplendi en saint Joseph. Enfin l'Eglise le veut comme protecteur, dans la confiance inébranlable que celui à qui le Christ voulut confier sa fragile enfance humaine voudra continuer du ciel sa mission tutélaire de guide et de défenseur du Corps mystique du même Christ, toujours faible, toujours menacé, toujours dramatiquement en danger. Et puis nous invoquerons saint Joseph pour le monde, sûrs que dans ce cœur maintenant comblé d'une sagesse et d'une puissance incommensurables réside encore et pour toujours une particulière et précieuse sympathie pour l'humanité entière. Ainsi soit-il.

_________________
Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.

Notre Père, notre Seigneur, aides nous à prier pour nos ennemis, car ce sont eux qui en ont le plus besoin. Amen
http://www.pagesorthodoxes.net/saints/silouane/silouane-amour.htm
Revenir en haut Aller en bas
k11
Administrateur
avatar

Féminin Messages : 1743
Inscription : 26/11/2014

MessageSujet: Re: 1er mai - fête de Saint-Joseph artisan   Mar 01 Mai 2018, 14:52

CONGRÉGATION POUR LE CULTE DIVIN
ET LA DISCIPLINE DES SACREMENTS

Décret

pour la mention du nom de saint Joseph
dans les prières eucharistiques II, III, IV du Missel Romain

Spoiler:
 

_________________
Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.

Notre Père, notre Seigneur, aides nous à prier pour nos ennemis, car ce sont eux qui en ont le plus besoin. Amen
http://www.pagesorthodoxes.net/saints/silouane/silouane-amour.htm


Dernière édition par k11 le Mar 01 Mai 2018, 14:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Violette7
Administrateur
avatar

Féminin Messages : 4442
Inscription : 23/06/2017

MessageSujet: Re: 1er mai - fête de Saint-Joseph artisan   Mar 01 Mai 2018, 14:53

Saint Joseph, un modèle pour les journalistes

Le Pape a reçu en audience quelque 400 employés du quotidien catholique italien l’Avvenire ce mardi midi. En ce premier mai, François a invité ces travailleurs à s’inspirer de saint Joseph, dont les caractéristiques sont le reflet du style Dieu : faire silence pour entendre, se laisser interpeller, être le témoin d’une église qui ne regarde pas la réalité avec distance ou supériorité mais de l’intérieur, et annoncer avec passion et joie de l’Evangile de la miséricorde.

Marie Duhamel – Cité du Vatican


En la solennité de saint Joseph, patron des travailleurs dont le Pape est particulièrement dévot, François juge « facile de d’apprécier la figure de saint Joseph et demander son intercession » mais pour devenir vraiment ses amis, il faut faire siennes ses qualités qui sont le reflet du style de Dieu.  Le Pape évoque d’abord « l’homme du silence » qui en apparence seulement est l’antithèse du communiquant. « En réalité, c’est seulement en éteignant les bruits du monde et de nos bavardages qu’il est possible d’écouter, contribution première à toute communication ».  Le silence de Joseph est habité par la voix de Dieu et manifeste l’obéissance de la foi. Joseph se laisse guide par Sa volonté, souligne François. Ce n’est pas un hasard s’il sait cheminer dans la nuit, sans comprendre, fort d’un appel qui le place face au mystère. « Joseph est l’homme juste capable de s’en remettre au rêve de Dieu, en se chargeant de porter de l’avant ses promesses. C’est un gardien discret et attentif. » Un éducateur qui accompagne et transmet un métier. Or « la dignité de la personne est étroitement liée au travail, et pas à l’argent, à la visibilité ou au pouvoir » répète le Pape.


Collaborer pour mieux communiquer



Dans « leur caisse à outils », les journalistes disposent maintenant d’instruments technologiques qui ont profondément modifié la profession. Une réorganisation du travail est nécessaire et elle implique plus de collaboration et une harmonisation des médias (télévision, radio, agence de presse). « Une convergence et une interactivité qui doivent favoriser les synergies, l’intégration et une gestion unique ». Le Pape met en garde contre « un attachement au passé » pourrait être une « tentation pernicieuse ». Il demande aux journalistes catholiques de savoir discerner « les signes des temps » pour emprunter de nouveaux chemins. François juge utile de rappeler que les médias « offrent un potentiel énorme pour contribuer à une culture de la rencontre ».  Comment l’Eglise peut-elle faire entendre sa voix et annoncer l’Evangile de la miséricorde ? En suivant les enseignements de saint Joseph.



Les vertus du silence



« Le menuisier de Nazareth nous rappelle l’urgence de retrouver un sens de saine lenteur, de calme et de patience ». Le Pape ne manque pas en effet d’observer que la « rapidité de l’information dépasse notre capacité de réflexion et de jugement ». Une culture de la hâte et de la superficialité qui privilégie l’immédiateté à l’expérience et qui « risque de nous exposer à la pastorale de l’applaudimètre » ou « à un nivellement de la pensée ».
Le silence de saint Joseph rappelle que tout commence par l’écoute pour s’ouvrir à la parole et à l’histoire de l’autre. Et le silence implique deux choses. D’abord, explique François, de ne pas perdre ou abîmer ses racines culturelles, et le Pape propose de toujours se ressourcer dans le Seigneur, en faisant notre ses sentiments d’humilité, de tendresse, de gratuité et de compassion. Le Pape demande ainsi aux journalistes de chercher la vérité avec humilité. Que l’Evangile soit « la ligne éditoriale » dont dépend leur intégrité, car ils auront alors « la lumière qui les aidera à discerner et les mots pour recueillir la réalité et l’appeler par son nom, en évitant de la réduire à une caricature. »



Se laisser interpeller



Ensuite, il faut reconnaître le Seigneur dans le visage de son prochain, et se laisser interpeller par lui, en dépassant « les myopies, la désinformation et les discriminations ». Le dialogue triomphe des suspicions et des peurs. « L’Eglise, artisan du dialogue, est purifiée et aidée par lui dans sa compréhension de la foi ». Le Pape demande aux journalistes de contribuer au dépassement d’oppositions stériles et dangereuses, de ne pas succomber à la tentation de ne pas voir, de s’éloigner, d’exclure et de discriminer, de ne pas se contenter de ce que les autres voient, mais aussi de transformer les problèmes en opportunité, et de se faire les compagnons de tous ceux qui se démènent pour la justice et la paix. « Ne grossissez pas la file de ceux qui courent pour raconter cette petite part de réalité déjà sous le feu des projecteurs. Partez des périphéries qui ne sont pas la fin mais le commencement de la ville ».



Eduquer à penser



Le Pape rappelle les propos de Paul VI lorsqu’il invitait les journalistes à « faire le bien de ceux qui les écoutent ». « Nous devons les éduquer à penser et à juger » affirmait le bienheureux en 1971. Le communiquant catholique a horreur des rigidités qui suffoquent ou emprisonnent. «  Il ne met pas en cage l’Esprit Saint mais cherchent à le laisser voler » afin que « la réalité ne cède pas la place à l’apparence, la beauté à la vulgarité, l’amitié sociale à la conflictualité ». Pour François, le communiquant catholique cultive et renforce toute semence de vie et de bien.



Le Pape souhaite que les journalistes catholiques puissent faire entendre la voix d’une Eglise qui ne regarde pas la réalité ni avec distance ou supériorité mais de l’intérieur, « qu’elle s’y cale, s’y mêle et l’habite pour susciter et dilater l’espérance de chacun ».  Et si le Pape de nouveau pousse ses interlocuteurs à « avoir en horreur l’information qu’on consomme facilement et qui ne (nous) engage pas, à reconstruire les éléments de contextes et expliquer les causes (de la réalité), à s’approcher des personnes avec toujours un grand respect », il les invite aussi à toujours « miser les relations (interpersonnelles) qui constituent et renforcent la communauté ». Et rien de telle que la miséricorde pour créer de la proximité, rappelle François. Il les exhortent ainsi à s’en faire messager pour contribuer au renouvellement de la société pour servir le bien commun, la dignité de chacun et à la pleine citoyenneté. Le Pape juge aujourd’hui nécessaire de donner de la voix aux valeurs propres à la mémoire collective, aux réserves culturelles et spirituelles du peuple, et de contribuer à apporter au monde sociale, politique ou économique la sensibilité et les orientations de la Doctrine sociale de l’Eglise, en étant les premiers interprètes fidèles et les premiers témoins.




https://www.vaticannews.va/fr/pape/news/2018-04/pape-francois-vatican-journaliste-saint-joseph-avvenire.html
 
Revenir en haut Aller en bas
k11
Administrateur
avatar

Féminin Messages : 1743
Inscription : 26/11/2014

MessageSujet: Re: 1er mai - fête de Saint-Joseph artisan   Mar 01 Mai 2018, 14:56

EXHORTATION APOSTOLIQUE
REDEMPTORIS CUSTOS
DE SA SAINTETÉ JEAN-PAUL II
SUR LA FIGURE ET LA MISSION DE SAINT JOSEPH DANS LA VIE DU CHRIST ET DE L'ÉGLISE

https://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/fr/apost_exhortations/documents/hf_jp-ii_exh_15081989_redemptoris-custos.html

_________________
Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.

Notre Père, notre Seigneur, aides nous à prier pour nos ennemis, car ce sont eux qui en ont le plus besoin. Amen
http://www.pagesorthodoxes.net/saints/silouane/silouane-amour.htm
Revenir en haut Aller en bas
Violette7
Administrateur
avatar

Féminin Messages : 4442
Inscription : 23/06/2017

MessageSujet: Re: 1er mai - fête de Saint-Joseph artisan   Mar 01 Mai 2018, 15:01

  k11
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1er mai - fête de Saint-Joseph artisan   

Revenir en haut Aller en bas
 
1er mai - fête de Saint-Joseph artisan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1er mai Saint Joseph Artisan
» Saint Joseph artisan : L'escalier miraculeux de la chapelle Loretto
» Saint Joseph artisan (1er mai 2012)
» Fête de Saint Joseph l'ouvrier de Dieu
» SAINT JOSEPH 1ER MAI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: