DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière : Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La finance on en parle ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20, 21  Suivant
AuteurMessage
Pignon



Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Mer 21 Sep 2016, 22:41

Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Pignon



Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 22 Sep 2016, 14:02

Pignon a écrit:
philippe bis a écrit:
Deutsche Bank chute encore de 8%, sous la menace d'une amende US à 14 milliards $.
http://pro.publications-agora.fr/JIMOFDD/EJIMS928

Le dollar va-t-il s’effondrer à la fin du mois ? Non, il devrait s’apprécier !! » L’édito de Charles SANNAT

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Je reçois pas mal de demandes autour de l’effondrement prévu, programmé, du dollar. Voici le petit mot d’un de nos camarades lecteurs qui me demandait : « Charles, un autre sujet : allez vous écrire un article sur les dangers potentiels (pour le dollar) de la rentrée de la monnaie chinoise dans le panier de devises pour les dts ? Jim Rickards de la chronique Agora fait tout un foin. Qu’en pensez-vous de cette nouvelle (c’est pour fin de ce mois je crois) ? »

Bon, tout d’abord, je dois vous dire qu’à la Chronique Agora, il y a des gens que je connais, et que j’estime profondément. Simone Wapler, par exemple, est une femme brillante et pleine d’un humour économico-financiaro-british qui me fait toujours hurler de rire. Donc je crois qu’il ne faut pas oublier que Jim Rickards qui n’est pas « tout » Agora.

Ceci étant posé, je vais maintenant vous dire que non seulement je ne pense pas comme Jim Rickards que le dollar va s’effondrer mais qu’en plus je pense même le contraire, à savoir qu’à court terme il va s’apprécier, et qu’enfin cette histoire de DTS est du fumeux le plus total et je m’en vais vous expliquer tout cela afin d’alimenter votre réflexion.

Le dollar va s’effondrer le 30 septembre à 15h02… précisément !!

Bon, vous l’aurez deviné, je suis ironique et je n’y crois pas un instant ! Il n’y a actuellement aucune raison que le dollar s’effondre.

Pourquoi donc me direz-vous ?

Parce que tout est relatif comme disait ce brave Albert (Einstein) et que dans un système de change flottant entre différentes monnaies, si une monnaie baisse (ou s’effondre) cela est par rapport aux autres qui, elles, du coup, s’apprécient d’autant.

D’après JR (Jim Rickards), c’est la « guerre des monnaies » et c’est l’arrivée du yuan dans le DTS qui devrait être le déclencheur d’un tel effondrement du roi dollar… Pourtant, je ne vois rien de cela ne serait-ce que poindre le bout du museau…

Tout d’abord, le yuan qui rentre dans le DTS est un mouvement qui se prépare depuis des années, et d’ailleurs depuis l’année dernière plusieurs mouvements monétaires d’ajustement de la valeur du yuan ont eu lieu afin de préparer cette entrée dans le panier de devises du FMI. Il n’y a donc aucune raison que cela entraîne à la fin du mois de septembre des mouvements brusques sur le dollar.

Mais ce n’est pas tout. Pour que le dollar s’effondre, il faut que tout le monde vende ses dollars pour acheter d’autres monnaies à la place. Qui pourrait vendre des tonnes de dollars et ferait chuter la valeur du dollar ?

La Chine, le Japon, ou encore quelques pétromonarchies du Golfe qui croulent toutes sous des tombereaux de dollars. Mais pourquoi ces pays lâcheraient-ils tous leurs dollars brutalement ? Sans compter qu’en faisant cela, un pays comme la Chine, assise sur 3 500 milliards de réserve de change, se tirerait une balle dans le pied.

Mais ce n’est pas tout : si la FED (la banque centrale US) augmente ses taux d’intérêts et qu’ils restent négatifs au Japon, en Suisse, et en Europe, c’est même le mouvement contraire auquel nous allons assister. Le dollar va même monter et s’apprécier.

Pourquoi ? Tout simplement parce que je préfère placer mes sous à 1,5 % en dollars plutôt qu’être sûr de les perdre à -0,4 % à la BCE… Du coup, on pourrait même envisager une fuite de capitaux qui iraient trouver refuge… aux États-Unis en dollars !

Les DTS c’est quoi ?

Les DTS c’est rien du tout ! C’est une monnaie théorique et technique émise par le FMI dont la valeur est calculée en fonction de la valeur d’un panier de monnaie (comme l’était l’ECU à l’époque pré-monnaie unique).

Techniquement, le DTS s’est créé à partir de rien par le FMI, et on calcule la valeur marchande d’un DTS par rapport à la pondération suivante : 40 % de dollars, 30 % d’euros, 10 % de yuan, 10 % de livre sterling et 10 % de yen… En gros, c’est ça (j’ai arrondi pour simplifier le truc).

Que le dollar baisse ou pas, qu’il s’effondre ou pas, cela ne change rien aux DTS existants, c’est juste la valeur du DTS qui est exprimée par valeur de ce panier de devises. De la même façon, si je crée plein de DTS, cela ne fera rien aux autres monnaies. Pourquoi ? Parce que le DTS ne circule pas !!

Personne n’a un DTS dans la main ou ne paye en DTS. Le DTS est en réalité juste un instrument comptable ou plus précisément d’équilibre comptable. Si j’ai un trou, je peux m’en servir pour équilibrer « comptablement mais le DTS n’est pas un instrument d’échange : il n’est donc pas à proprement parler une devise. Il n’aura donc aucun impact sur le système monétaire mondial.

Plus grave encore, dire comme l’affirme JR que l’on peut « acheter du DTS » en prenant  40 % de dollars, 30 % d’euros, 10 % de yuan, 10 % de livre sterling et 10 % de yen est totalement faux ! Vous avez, dans un tel cas, 40 % de dollars, 30 % d’euros, 10 % de yuan, 10 % de livre sterling et 10 % de yen… vous n’avez en aucun cas 1 DTS…

Pourquoi ? Parce que, encore une fois, le DTS n’existe pas, il ne circule pas, il n’est pas une monnaie d’échange, et vous ne pouvez pas l’acheter. Il est juste un instrument comptable et financier pour les pays entre eux. Les pays peuvent se payer en « DTS »… mais ça ne va pas plus loin (pour le moment).

Néanmoins, en respectant cette pondération « politique », vous avez une bonne répartition entre vos devises détenues qui se rapproche des grands équilibres.

Le dollar n’est pas plus pourri que toutes les autres devises !

La réalité c’est que le dollar n’est pas plus pourri que toutes les autres monnaies fiduciaires du monde entier. Je dirais même plus : le bilan de la FED n’est pas pire que celui de la BCE, de la Banque du Japon ou encore de la banque centrale suisse par exemple.

Il n’y a donc aucune raison pour que le dollar ne s’effondre plus que l’euro qui, lui, risque à tout moment d’exploser alors que l’Europe est tout sauf un État fédéral et que les multiples crises auxquelles l’Europe est confrontée risquent d’aboutir à brève échéance à une explosion.

Parler donc de l’effondrement du dollar c’est une vision purement américano-centrée, et un discours qui est fait pour répondre aux peurs d’un Américain mais pas pour celles de l’Européen, même si le produit « Jim Rickards » est vendu de façon identique partout dans le monde… Il y a là un biais évident produit.

Mais ce n’est pas tout…

Le dollar reste incontournable !

Je suis le premier à suivre tous les accords de swap ou de devises entre pays et à vous en parler alors que c’est « technique » et pas franchement sexy mais important. Cela porte le nom de « dédollarisation » et « désaméricanisation » de l’économie mondiale. C’est un mouvement initié par la Chine ET la Russie, et non pas les BRICS comme on veut nous le faire croire. Le Brésil n’est pas « opposé » aux USA, l’Inde non plus, loin de là.

Alors oui il y a un processus en cours, mais c’est un processus au long court et progressif car il n’est de l’intérêt de personne d’effondrer le système, raison pour laquelle il tient toujours debout malgré tous les conflits et toutes les divergences !

Non il n’y a pas de guerre des monnaies, mais au contraire une immense concertation entre les différentes banques centrales et c’est à ce prix que le système a été sauvé maintenant depuis presque 10 ans.

Oui l’essentiel du commerce mondial se fait en dollars encore…

Oui quand les marchés baissent, alors tout le monde se rue sur les actifs en dollars et cela porte le nom de « fly to quality ».

Oui le marché de la dette américaine (les bons du Trésor) est le plus vaste et le plus liquide du monde, d’où le besoin en dollars de l’économie mondiale.

Oui le dollar va voir sa part se réduire, mais au moment où nous parlons, non seulement il ne va pas s’effondrer, mais il va même s’apprécier au premier krach boursier venu et dès que la FED montera ses taux (peut-être cette semaine).

Il est déjà trop tard. Préparez-vous !

Charles SANNAT

http://www.insolentiae.com/le-dollar-va-t-il-seffondrer-a-la-fin-du-mois-non-il-devrait-sapprecier-ledito-de-charles-sannat/


Dernière édition par Pignon le Jeu 22 Sep 2016, 14:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Pignon



Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 22 Sep 2016, 14:02

Pourquoi les DTS reviennent à la mode, après plus de 40 ans d'existence discrète?

Parce ce que les DTS servent, comme son nom l'indique pour émettre des emprunts dans une monnaie supra-nationale garantie par un organisme supra-national, le FMI. On va donc créer des "emprunts" avec des garanties supérieures à celle des USA. Pourquoi ces emprunts ... qui seront de fait des obligations? Parce que le marché des bons du trésor américain va flancher. Il faut créer un nouveau marché obligataire fiable car la chute du marché obligataire us est programmée pour cette raison: les taux vont maintenant remonté et cela coule totalement le marché des obligations existences. De plus les états lourdement endettés (ils le sont quasi tous) ne pourront pas supporter la charge de la dette (les intérêts) dans un contexte de hausse des taux.

Donc l'entrée du yuan dans les DTS n'est pas un but en soi; c'est une étape. Le but est d'émettre des obligations garanties par le FMI ... Ce changement se fera vraisemblablement, mais pas du jour au lendemain (le 1er octobre 2016). Une fois, les nouvelles obligations émissent, il sera temps alors de "tuer" toutes les obligations d'état anciennes et ainsi de supprimer toutes les dettes liées à ces obligations (comme les emprunts russes qui ont perdu toutes valeurs, mais ont continué d'exister pendant 50 ans)

Il faut amha en conclure qu'il y a deux faces au problème: les dettes et les devises. Les DTS vont traités les dettes. Mais les devises vont kracher ou seront dévaluer lourdement quand le marché des emprunts d'état ne sera plus. Et là,il faudra rétablirla confiance dans les devises par la création d'une monnaie mondiale ou des monnaies par blocs économiques (new dollar, new euro, new yen, new pound, new yuan) partiellement garanties par les réserves d'or des BCs.

http://forum-gold.fr/viewtopic.php?f=2&t=10064&start=180
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 22 Sep 2016, 14:09

La FED a abaissé bon nombre de ses prévisions économiques mais elle renforce son idée de hausse de taux. On appelle cela schizophrénie.
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 22 Sep 2016, 17:08

philippe bis a écrit:
La FED a abaissé bon nombre de ses prévisions économiques mais elle renforce son idée de hausse de taux. On appelle cela schizophrénie.


La terrible vérité derrière les taux d’intérêt négatifs

Jean-Marc Vittori / Editorialiste Le 19/09 à 14:59



Fabien Clairefond Les Echos Fabien Clairefond pour Les Echos

La crise financière que nous subissons depuis près d’une décennie est née d’un excès de dettes. Ceux qui ont trop prêté doivent accepter de prendre leurs pertes. Ou d’être prélevés sur leur épargne, ce qui revient au même.

Mais pourquoi donc cette étrange folie ? Après les banques centrales et les Etats, les entreprises se mettent aux taux d'intérêt négatifs. La française Saint-Gobain et l'allemande Henkel ont levé des centaines de millions en faisant miroiter un taux négatif de 0,05% par an. Un peu comme si elles attrapaient des mouches avec du vinaigre. Ce n'est pas fini car la Banque centrale européenne (BCE) achète des obligations à tour de bras, à tel point que cette matière première de la finance se raréfie. Les prix vont donc encore monter, et les taux d'intérêt encore baisser. La Banque du Japon est sur la même tendance. Et même si la Réserve fédérale des Etats-Unis semble pour l'instant regarder plutôt vers la hausse des taux, les Américains s'inquiètent de ce qui se passera lors de la prochaine récession. [size=150]En décortiquant les propos tenus par Janet Yellen, la présidente de la Fed, lors de l'université d'été des banquiers centraux à Jackson Hole, certains experts ont trouvé dans une note de bas de page l'indice que la Fed pourrait alors baisser son taux directeur jusqu'à... -9%.


Les banquiers centraux ont d'excellentes raisons de pratiquer l'inondation. Il faut relancer l'investissement trop faible, pénaliser l'épargne trop forte, redonner le goût du risque aux investisseurs. Tant pis si les banquiers souffrent, peinant à prendre une marge sur un produit de base au prix négatif ! Mais les grands argentiers visent en réalité une autre cible : les épargnants. Même s'ils ne l'avoueront jamais.

Pour comprendre pourquoi les épargnants sont visés, il faut remonter le fil d'une décennie de crise. Comme toutes les grandes tempêtes financières, celle de 2007-2008 est venue d'un excès de crédit. Trois économistes qui scrutent cet excès depuis des années, Oscar Jorda, Moritz Schularick et Alan Taylor, décrivent dans leur dernier article académique un mouvement en forme de « crosse de hockey ». Dans les dix-sept pays étudiés, le crédit bancaire au secteur privé a par exemple bondi de 80% du PIB en 2000 à 120% en 2009. « Jamais dans l'histoire du monde industriel le levier n'avait été plus grand ». Les emprunteurs ont trop emprunté. Le pendant de l'histoire est souvent oublié : si des emprunteurs ont trop emprunté, cela signifie fatalement... que des prêteurs ont trop prêté.

Le problème, c'est que les prêteurs sont des épargnants. Ils ont le défaut d'être beaucoup plus nombreux que lors de la dernière dépression, celle des années 1930. Ils sont aussi souvent âgés, ce qui veut dire qu'ils votent beaucoup. Pas question de les froisser et encore moins de les effaroucher, ce qui pourrait les amener à vider leur compte en banque. « Je n'accepterai pas qu'un seul déposant perde un seul euro parce qu'un établissement financier se révélerait dans l'incapacité de faire face à ses engagements », avait ainsi déclaré à Toulon Nicolas Sarkozy quand il était président de la République, dix jours après la faillite de la banque Lehman Brothers en 2008.

Mais si les prêteurs ne perdent rien, cela implique que les emprunteurs ont trop à rembourser. On a perdu le mode d'emploi des deux seuls leviers qui permettent d'échapper à cette loi d'airain : la croissance (qui accroît l'argent disponible pour rembourser) et l'inflation (qui diminue le montant réellement remboursé). C'est tout le drame de la Grèce. Sauf que le même Nicolas Sarkozy, encore président de la République, avait fait une déclaration très différente le 19 octobre 2010 à Deauville, avec son amie Angela Merkel. Les deux dirigeants avaient estimé que les futurs sauvetages d'Etats via le nouveau Mécanisme européen de stabilité devraient forcément se traduire par des pertes pour les créanciers privés. Autrement dit, les épargnants devront perdre. Et pas seulement un euro.

Le Sarkozy de Toulon avait été loué pour sa vision, celui de Deauville vilipendé pour son inconscience. Pour nombre d'observateurs, la petite phrase de Deauville est le déclencheur de la crise européenne, qui a culminé en 2011-2012 avec les attaques spéculatives contre l'Espagne et l'Italie, seulement enrayées par la promesse de Mario Draghi, président de la BCE, de faire « ce qu'il faudra » pour sauver la monnaie unique. Mais c'est le Sarkozy de Deauville qui avait raison.

Pour sortir de la crise, ceux qui ont trop prêté devront prendre leurs pertes. C'est ce qui s'est passé lors de la crise de la dette latino-américaine des années 1980, même s'il a fallu perdre une décennie pour en arriver là. C'est ce qui s'est passé aux Etats-Unis à partir de 2009. En cinq ans, 465 banques ont fermé leurs portes. Les autres ont essuyé des centaines de milliards de dollars de pertes sur leurs prêts immobiliers. Les futurs retraités vont découvrir peu à peu que leurs fonds de pension rapporteront beaucoup moins que ce qu'ils espéraient (le célèbre fonds Calpers annonce encore un rendement de 6,5% alors que ses placements lui ont rapporté dix fois moins l'an dernier). C'est ce qui ne s'est pas encore passé en Europe et au Japon, ou trop peu. Les actionnaires français ont certes l'impression d'avoir été tondus (-25 % pour l'indice CAC40 depuis le pic de 2008) , mais ce n'est pas le cas des Britanniques (le FT100 est étal) ou des Allemands (+30 % pour le Dax30). L'idée avancée par le FMI en 2013 d'une taxe de 10% sur les patrimoines pour solder la crise avait amusé la galerie. La taxation des dépôts au-delà de 100.000 euros dans les banques chypriotes la même année avait été regardée avec commisération. Mais quand une banque bavaroise applique depuis le 1er septembre 2016 un taux négatif de 0,5% sur les dépôts des particuliers au-delà de 100.000 euros, elle prend exactement la même mesure, en l'étalant dans le temps. Voilà pourquoi les taux d'intérêt négatifs sont là pour longtemps : c'est le moyen rampant de faire payer la facture de la crise à ceux qui l'ont jusqu'à présent évitée.

http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0211305520881-la-terrible-verite-derriere-les-taux-dinteret-negatifs-2028429.php?srM9RK8R71d6Hmg1.99#xtor=CS1-33
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 22 Sep 2016, 18:15

Mr Untermyer:

J’aimerais vous poser quelques questions sur le sujet que vous avez abordé ce matin, quant au contrôle de la monnaie. Le contrôle du crédit implique un contrôle de la monnaie, n’est-ce pas vrai ?

Mr Morgan:

Le contrôle du crédit ? Non.

Mr Untermyer:

Mais la base du système bancaire est bien le crédit ?

Mr Morgan:

Pas toujours. Le crédit est une preuve des activités bancaires, mais il n’est pas de la monnaie. La monnaie, c’est l’or, et rien d’autre.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Panique_bancaire_am%C3%A9ricaine_de_1907
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 06 Oct 2016, 16:09

Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Mer 26 Oct 2016, 19:57

A partir de 1h05 kerviel a juppé: shadow banking je connais pas!!Un peu comme si un patissier connaissais pas la recette de l 'eclair au chocolat!! http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/l-emission-politique/l-emission-politique-du-jeudi-6-octobre-2016_1848299.html https://fr.wikipedia.org/wiki/Finance_de_l%27ombre
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Mer 26 Oct 2016, 19:59

La somme de transactions effectuées dans le système fantôme a connu une hausse remarquable depuis sa naissance dans les années quatre-vingts7 mais la crise de 2007 a enrayé sa progression, et pendant une courte période le secteur s'est rétréci, aux États-Unis et dans le reste du monde. En 2007 le Conseil de stabilité financière évalua la finance fantôme américaine à $24 000 milliards en 2007, un chiffre qui serait toujours de $24 000 milliards en 2011. À l'échelle mondiale, une étude des onze plus grandes organisations de finance fantôme estima leur valeur à $50 000 milliards en 2007, alors que tout le secteur fantôme avoisinait $60 000 milliards vers la fin de 2011.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Mer 26 Oct 2016, 20:03

Après son passage par l'ENA, il rejoint l'inspection des finances ministre du Budget de 1986 à 1988 https://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Jupp%C3%A9
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Mer 26 Oct 2016, 20:04

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 27 Oct 2016, 13:04

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Ven 28 Oct 2016, 20:57

Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Sam 03 Déc 2016, 13:08

02-12-2016 - Marc Fiorentino : Le krach boursier Américain,
une perte colossale pour les investisseurs

Déjà 1700 milliards de dollars partis en fumée, selon Marc Fiorentino mais on en parle pas beaucoup

Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Eleison



Masculin Messages : 412
Inscription : 08/12/2015

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Dim 04 Déc 2016, 15:16

Le 14 décembre prochain, la FED décidera des nouveaux taux de base à appliquer. On voit mal comment elle pourrait aller à l'encontre de la tendance des marchés qui est nettement à la hausse, comme le montre la video du message précédent. La seule inconnue relative est la hauteur du relèvement qu'elle appliquera et l'ampleur des conséquences qui s'ensuivront. Mais il est déjà certain que celles-ci risquent d'être dévastatrices. Aux abris !

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-remontee-des-taux--il-va-falloir-payer-l-addition-.aspx?article=9630031468H11690&redirect=false&contributor=Anthony+Alberti
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Dim 04 Déc 2016, 16:25

Eleison a écrit:
Le 14 décembre prochain, la FED décidera des nouveaux taux de base à appliquer. On voit mal comment elle pourrait aller à l'encontre de la tendance des marchés qui est nettement à la hausse, comme le montre la video du message précédent. La seule inconnue relative est la hauteur du relèvement qu'elle appliquera et l'ampleur des conséquences qui s'ensuivront. Mais il est déjà certain que celles-ci risquent d'être dévastatrices. Aux abris !

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-remontee-des-taux--il-va-falloir-payer-l-addition-.aspx?article=9630031468H11690&redirect=false&contributor=Anthony+Alberti

ICi nous en discutons cher Eleison.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Eleison



Masculin Messages : 412
Inscription : 08/12/2015

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Dim 04 Déc 2016, 18:14

Très intéressant, merci cher ami. Je suis particulièrement sensibles aux arguments d'Aurum Argentum : le pouvoir des banques centrales n'est pas illimité et nous approchons dangereusement des limites techniques incontournables.

De plus, la situation politique et géopolitique générale vire inexorablement au désavantage des élites mondiales : la contestation grandit en occident qui se voit presque coupé en deux moitiés opposées et le mouvement prend de l'ampleur. Une forte digression s'impose donc d'urgence pour détourner les peuples de cette fâcheuse tendance. Un bon gros krach systémique ferait bien l'affaire, à défaut d'une troisième guerre.

C'est pourquoi je ne serais pas étonné que de grosses surprises nous attendent dès la mi-décembre.
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 15 Déc 2016, 22:18

Eleison a écrit:
Très intéressant, merci cher ami. Je suis particulièrement sensibles aux arguments d'Aurum Argentum : le pouvoir des banques centrales n'est pas illimité et nous approchons dangereusement des limites techniques incontournables.

De plus, la situation politique et géopolitique générale vire inexorablement au désavantage des élites mondiales : la contestation grandit en occident qui se voit presque coupé en deux moitiés opposées et le mouvement prend de l'ampleur. Une forte digression s'impose donc d'urgence pour détourner les peuples de cette fâcheuse tendance. Un bon gros krach systémique ferait bien l'affaire, à défaut d'une troisième guerre.

C'est pourquoi je ne serais pas étonné que de grosses surprises nous attendent dès la mi-décembre.
"Don't fight the FED ..", le GOLD (le canari dans la mine) est mal mené, en attendant :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Lun 02 Jan 2017, 15:17

Le graphique boursier le plus effrayant du monde

Indice de risque plus élevé qu'en 2008 et 2012

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Lun 02 Jan 2017, 15:21

Pour le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz, «la fin de l'euro n'est qu'une question de temps»

https://francais.rt.com/economie/31623-pour-prix-nobel-economie-joseph-stiglitz-fin-euro-question-temps
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Eleison



Masculin Messages : 412
Inscription : 08/12/2015

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Mar 31 Jan 2017, 10:53

L'effet Trump sur votre avenir financier.

http://www.moneymakeredge.ca/

Ici encore, Trump modifie la donne classique. Il semble que la grosse crise ne soit plus pour bientôt. On ne s'en plaindra pas. Opportunités à saisir ou à surveiller quand-même , pour ceux qui le peuvent encore. Vers la fin de la vidéo, petite revue instructive sur la valeur chiffrée des différents actifs en circulation dans le monde.

Le tout avec le délicieux accent en prime.
Revenir en haut Aller en bas
Eleison



Masculin Messages : 412
Inscription : 08/12/2015

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Sam 04 Fév 2017, 12:46

Banques européennes - créances douteuses : la situation s'aggrave .

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-une-alerte-supplementaire-sur-les-banques-europeennes.aspx?article=10319552022H11690&redirect=false&contributor=Philippe+Herlin.

Les 10 banques les plus touchées ( taux de créances douteuses, retards de remboursement de + 90 j.

Grèce 47,1%

Chypre 46,7%

Portugal 19,8 %

Italie 16,4%

Slovénie 16,3%

Irlande 14,4%

Bulgarie 13,2% *

Hongrie 12,8% *

Roumanie 10,7% *

Croatie 10,5% *

(* : non membre de la zone euro)
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Sam 04 Fév 2017, 13:38

Et la BCE qui rachète à tour de bras des créances pourries ...
Quel est son bilan?
Les allemands commencent à en avoir plus que ras le bol de ces politiques monétaires non conventionnelles ... ça risque de finir mal...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 09 Fév 2017, 14:42

Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Lun 13 Fév 2017, 11:23

Euro NEWS: La journaliste d'Euronews précise que si l'Allemagne rapatrie son or aussi vite, c'est parce qu'elle craint une explosion de l'euro-système.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Lun 13 Fév 2017, 23:22

Alors que les marchés franchissent presque chaque jour de nouveaux sommets historiques depuis la victoire de Donald Trump aux élections présidentielles américaines, Victor Sperandeo, l’ancien associé de George Soros vient d’alerter kingworldnews sur le fait que nous sommes sur le point d’assister à un P*TAIN de chaos d’ici un peu plus de 2 mois !

http://www.businessbourse.com/2017/02/13/victor-sperandeo-nous-sommes-sur-le-point-dassister-a-un-ptain-de-chaos-dici-un-peu-plus-de-2-mois/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 23 Fév 2017, 17:53

Tout le monde s’accorde à dire que les valorisations boursières ne sont pas soutenables et qu’un énorme crash arrive

http://www.businessbourse.com/2017/02/23/tout-le-monde-saccorde-a-dire-que-les-valorisations-boursieres-ne-sont-pas-soutenables-et-quun-enorme-crash-arrive/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 23 Fév 2017, 18:43

Pignon c'est fout comme tu peux rammené ta science partout , tu est bac +8 en finance ?
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 23 Fév 2017, 18:44

Jesus42 a écrit:
Pignon  c'est fout comme tu peux rammené ta science partout , tu est bac +8 en finance ?

Non, mon surnom est bac - 12 et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 23 Fév 2017, 18:45

Ta surtout bac+12 en connerie a en voir se que tu nous raconte
Revenir en haut Aller en bas
Thomas33

avatar

Masculin Messages : 976
Inscription : 03/05/2014

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 23 Fév 2017, 18:56

Pignon a écrit:
Tout le monde s’accorde à dire que les valorisations boursières ne sont pas soutenables et qu’un énorme crash arrive

http://www.businessbourse.com/2017/02/23/tout-le-monde-saccorde-a-dire-que-les-valorisations-boursieres-ne-sont-pas-soutenables-et-quun-enorme-crash-arrive/

C'est un mauvais timing qu'un Krach arrive quand les nations occidentales reprennent leur souveraineté...
Revenir en haut Aller en bas
Marc Hassyn

avatar

Masculin Messages : 651
Inscription : 12/08/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 23 Fév 2017, 19:08

Pignon a écrit:
Non, mon surnom est bac - 12 et toi ?

Monsieur Estrosi, c'est vous ? lol!
Revenir en haut Aller en bas
ptrem



Masculin Messages : 1725
Inscription : 31/12/2010

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 23 Fév 2017, 19:42

Jesus42 a écrit:
Ta surtout bac+12 en connerie a en voir se que tu nous raconte
Agar bizga aytgan bo'lsa, ayniqsa sizning grad 12 BullShit ko'rish berdi
Revenir en haut Aller en bas
Marc Hassyn

avatar

Masculin Messages : 651
Inscription : 12/08/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 23 Fév 2017, 19:46

ptrem a écrit:
Agar bizga aytgan bo'lsa, ayniqsa sizning grad 12 BullShit ko'rish berdi

C'est pas si grave, pas la peine de se prendre l'uzbek ! :mdr:

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 23 Fév 2017, 20:09

Est apres c'est a moi qu'on dis de bien m'exprimé ?? Je peut parler bresiliens et flammand si sa vous vas...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 23 Fév 2017, 20:10

Ang tanan miadto sa impyerno ,

mipirma sa usa ka asshole
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 23 Fév 2017, 20:10

ainsi que cebuanois ;)
Revenir en haut Aller en bas
Marc Hassyn

avatar

Masculin Messages : 651
Inscription : 12/08/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 23 Fév 2017, 20:16

Gipakapoy kanato ... Trop is te veel...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 23 Fév 2017, 20:20


Ako shit kamo midaro
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 23 Fév 2017, 20:20

*sa usa ka skate
Revenir en haut Aller en bas
Marc Hassyn

avatar

Masculin Messages : 651
Inscription : 12/08/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 23 Fév 2017, 20:31

Bravo kaayo matinahuron
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 23 Fév 2017, 20:32

Je savais pas qu'un marcassin vivais 50 ans , un record que vous etes Smile
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 02 Mar 2017, 13:06

Une crise en quête de fin - Quand l'Histoire bégaie
Source: sénat

Commentaires sur le rapport:
https://www.forum-gold.fr/viewtopic.php?f=14&t=18891&st=0&sk=t&sd=a
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 02 Mar 2017, 13:10

Pignon a écrit:
Une crise en quête de fin - Quand l'Histoire bégaie
Source: sénat

Commentaires sur le rapport:
https://www.forum-gold.fr/viewtopic.php?f=14&t=18891&st=0&sk=t&sd=a


Roger Karoutchi, président :
– Merci. Votre rapport nous alerte sur le risque d’explosion d’un système financier virtuel, qui survit au bord du précipice. Le retour du politique ne serait pas superflu


Dernière édition par Pignon le Jeu 02 Mar 2017, 13:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Jeu 02 Mar 2017, 13:13

Pignon a écrit:
Pignon a écrit:
Une crise en quête de fin - Quand l'Histoire bégaie
Source: sénat

Commentaires sur le rapport:
https://www.forum-gold.fr/viewtopic.php?f=14&t=18891&st=0&sk=t&sd=a


Roger Karoutchi, président :
– Merci. Votre rapport nous alerte sur le risque d’explosion d’un système financier virtuel, qui survit au bord du précipice. Le retour du politique ne serait pas superflu


M. Roger Karoutchi, président. - Mes chers collègues, nous allons entendre Pierre-Yves Collombat nous présenter le rapport sur l'avenir et les risques du système financier et bancaire, un sujet ô combien important sur lequel il n'a pas ménagé ses efforts ; je le remercie vivement pour l'ampleur de son investissement. Ce rapport fera date ; il est polémique, juste ce qu'il faut. J'espère qu'il fera réagir, qu'il provoquera le débat
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Lun 06 Mar 2017, 12:25

3EME ARTICLE sur le rapport, celui de Capital.fr
http://www.capital.fr/bourse/actualites/la-machine-a-crises-financieres-tourne-a-plein-regime-alerte-le-senat-1211353

La machine à crises financières tourne à plein régime, alerte le Sénat


Explosion de l’endettement dans le monde, bulles sur les actions et les obligations, fragilité bancaire, boom des créances douteuses… Les germes d’une prochaine crise d’ampleur sont là.

Depuis le creux de novembre dernier, les marchés d’actions se sont envolés, portés notamment par les espoirs de rebond de la croissance mondiale. Pour autant, les raisons de s’inquiéter ne manquent pas. En particulier, un rapport du Sénat, déposé par le sénateur socialiste du Var Pierre-Yves Collombat, souligne que "la machine à crises financières est toujours là", compte tenu de l’excès actuel de liquidités, qui "stimule la spéculation" (donc les prises de risque excessives) et favorise le gonflement de bulles financières, ainsi que de la fragilité des banques. Les mèches de plusieurs bombes à retardement sont allumées. Tour d’horizon.

Envolée de la dette publique dans les pays développés

Partout (à l’exception de l’Allemagne), depuis le début de la crise financière de 2008-2009, l’endettement public a explosé. Aux Etats-Unis, il est passé de 9.000 milliards de dollars en 2007 (64% du produit intérieur brut) à 19.000 milliards de dollars actuellement (103% du PIB). Au Japon, il ressortait à 234% du PIB en 2014 et est attendu à 258% en 2019, selon le rapport "Une crise en quête de fin, quand l’Histoire bégaie" du Sénat.



Envolée de la dette privée dans les pays émergents

Alors que les pays développés sont asphyxiés par la dette publique, le monde émergent doit quant à lui faire face au boom de la dette privée (notamment celle des entreprises), qui a grossi de 57.000 milliards de dollars entre 2007 et 2014, pour atteindre 200.000 milliards de dollars, soit 286% du PIB mondial, contre 269% en 2009. Rien qu’en Chine, la dette privée a quadruplé sur la période !

A lire aussi

La dette de 17.000 milliards d’euros des entreprises chinoises va-t-elle provoquer le prochain krach mondial ?

Les nouveaux geysers de liquidités (les injections des banques centrales et les taux d’intérêt ultra-bas) ont favorisé le gonflement de bulles, vouées à éclater

Afin de lutter contre la crise financière, les autorités ont injecté des liquidités via les rachats d’actifs massifs des banques centrales (QE) et une politique de taux d’intérêt proches de 0. Une politique très (trop) laxiste, qui a conduit à la formation d’une bulle sur les marchés d’actions américains (le S&P 500 a été multiplié par presque 4 depuis le plancher de 2009, et le Nasdaq 100 par plus de 5 !). "Comme dans les années 2000, (…) l’idée se répand de nouveau qu’on est entré dans une période miraculeuse", rapporte le Sénat. Les intervenants tablent sur une "valorisation boursière continue des entreprises", grâce à la faiblesse des taux et des bénéfices en hausse, tandis que les mauvaises créances (celles qui risquent fort de ne pas être remboursées), "pense-t-on, seront emportées par le mouvement ou rachetées par la Fed", la banque centrale américaine.

Outre cette bulle sur certains marchés d’actions, une autre, mondiale, sur les obligations (d’Etat et d’entreprises) s’est formée du fait de l’action des banques centrales, qui ont poussé les taux d’intérêt à près de 0 (les prix des obligations évoluent à l’inverse des taux).

Or, "l’éclatement d’une de ces deux bulles, puis nécessairement celui de l’autre (du fait de phénomènes d’arbitrages entre les deux classes d’actifs, NDLR), prendrait alors des allures de krach systémique encore plus violent que celui de 2007-2008, au moment où les moyens d’intervention des gouvernements et des banques centrales ont atteint leurs limites et que la crise économique (…) se transforme lentement en crise sociale et politique", s’alarme le Sénat. "D’où la situation cornélienne dans laquelle se trouvent les banques centrales : continuer cette politique de taux bas et de QE, c’est alimenter la spéculation et donc augmenter le risque de krach ; l’arrêter, c’est prendre le risque non seulement de ralentir l’activité économique mais aussi de déclencher un effondrement des actions et des obligations, aux conséquences imprévisibles"…

A lire aussi

Un krach sur les obligations aurait des conséquences incalculables

De grandes banques sous-capitalisées et très fragiles

L’hypothèse de la défaillance (la faillite) d’un établissement bancaire européen systémique est envisageable. "Ce qui a rendu si dangereuses les trop grosses banques, c’est d’avoir pu gonfler leurs actifs en s’endettant au point que leurs capitaux propres censés permettre de faire face aux défaillances ne représentent presque plus rien", s’inquiète le Sénat.

Actuellement, Deutsche Bank, le n°1 bancaire allemand, HSBC et Crédit Suisse "connaissent de graves difficultés. Avec un bilan de 2.200 milliards d’euros (73% du PIB allemand), Deutsche Bank est à la fois la plus grande banque d’Europe et a plus exposée au risque produits dérivés" : jusqu’à "75.000 milliards euros" (l’équivalent du PIB mondial !). Même si, en cas de crise, la facture "ne sera pas de ce niveau au terme de la compensation des gains et des pertes, celle-ci risque quand même d’être salée et surtout, entre-temps, elle aura entraîné dans sa chute beaucoup d’autres établissements bancaires", s’alarme le Sénat.

>>> Vidéo Xerfi. Les vrais risques sur les banques européennes sont en Allemagne, par Christopher Dembik, responsable analyse macroéconomique à Saxo Bank


Selon le Fonds monétaire international, l’établissement sino-britannique HSBC est la "seconde banque systémique la plus fragile". Ses difficultés (baisses du chiffre d’affaires, des bénéfices et des effectifs) remontent à 2008. Elle est aussi mêlée à des scandales d’envergure : évasion fiscale, manipulation des changes et blanchiment d’argent appartenant au cartel mexicain de la drogue.

Les créances douteuses se multiplient, mettant en danger la zone euro

Les banques du vieux continent souffrent de leurs stocks élevés de créances douteuses (prêts ayant de bonnes chances de ne jamais être emboursés). Ayant plus que doublé depuis 2009, leur volume dans la zone euro ressort à 1.000 milliards d’euros selon le Fonds monétaire international (FMI) ou 900 milliards selon la Banque centrale européenne (BCE), soit "un ratio créances douteuses sur prêts consentis bien supérieur à celui des Etats-Unis", souligne le Sénat.

Des prêts dangereux qui empoisonnent les bilans des banques (et leur hors-bilan), notamment celles du Sud de l’Europe. Selon le FMI, ils représentent en effet 34% de l’actif du bilan des banques grecques, 18% de celui des italiennes et 12% des portugaises. D’où l’idée que ces établissements devront être recapitalisées.

Le problème, c’est que l’Europe impose depuis janvier 2016 qu’ils le soient par leurs déposants ou leurs créanciers (souvent de petits épargnants qui, en leur prêtant, croyaient faire un placement de bon père de famille…), et non par l’Etat. Or, une telle issue risque d’entraîner une crise politique grave. Le scénario d’un Itaxit (sortie de l’Italie de la zone euro) n’est pas exclu. Or, la Botte a un PIB (1.900 milliards d’euros) très important. "Tout le monde comprend qu’une sortie de l’Italie de la zone euro sera l’acte de décès de la monnaie unique. La crise grecque de l’été 2015 n’a été que le hors d’œuvre. La crise italienne sera la crise de la zone euro", pronostique l’économiste Jacques Sapir. Tous aux abris…

>>> Vidéo Xerfi. Euro : par ici la sortie ?, par Patrick Artus, chef économiste de NATIXIS (KN-5,47 € -1,03 %)

Retrouvez toutes les vidéos de Xerfi sur XerfiCanal TV. Le groupe Xerfi est le leader des études économiques sectorielles. Retrouvez toutes ces études sur le portail de Xerfi.com

Nicolas Gallant
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Mer 15 Mar 2017, 17:19

"Donc vous devez comprendre que la BCE n’existe plus dans les faits, chaque banque centrale achète ses propres dettes !

Retenez bien ce que je viens de dire car les implications sont considérables.

La BCE en elle-même n’existe presque plus et ne fonctionne plus. C’est le SEBC (repensez à ce que vous avez lu au tout début de cet article) à savoir le Système européen des banques centrales (SEBC) qui en réalité a pris le relais de la BCE.

Désormais, au moment où vous lisez ces lignes, nous avons la preuve, vous avez la preuve ici, dans cet article, sources à l’appui, que chaque banque centrale rachète les propres dettes souveraines de son pays respectif… Cela veut dire qu’il n’y a plus rien de commun. Cela veut dire aussi, que le SEBC, la BCE prépare sans le dire le retour aux monnaies nationales, ou chaque pays devra gérer sa propre dette! Dans les faits, chaque pays gère à nouveau sa propre dette et c’est à ce prix que nous avons l’illusion que l’euro fonctionne encore…

Vous devez prendre conscience que nous sommes là dans une situation inverse à celle de la construction d’une zone monétaire.

Vous faites en réalité face à la destruction de la zone euro et de la BCE.

Vous assistez à la déconstruction de l’euro, là, maintenant, sous vos yeux.

Vous avez toutes les preuves en main.

L’euro ne survivra pas et vous devez prendre vos dispositions."

https://www.insolentiae.com/effrayant-la-bce-nexiste-deja-plus-leuro-est-deja-mort-ledito-de-charles-sannat/

&


€ : enfin la fin ! ou ?
L’écart entre les rendements du Bund et ceux du Schatz vient de dépasser cette semaine celui des Notes (à 10 ans et à 2 ans), ce qui signifie que la sous-évaluation du Deutsche Mark stimule encore davantage la croissance allemande au détriment des entreprises américaines, ce qui est un argument supplémentaire en faveur du Donald pour qu’Angela accepte ce qui était inenvisageable, à savoir un €clatement, avec la fin généralisée de l’euro,

Après les discussions avec Mike Pence, Angela va pouvoir en aborder ces problèmes cette semaine directement avec le Donald lui-même.

Comme dans le cadre du système de Bretton Woods, les projets de dévaluation doivent évidemment être tenus secrets (et démentis !) avant de prendre ces décisions qui sont pourtant objectivement attendues par les bons spéculateurs.

Deux fenêtres se présentent : d’abord, celle de la mi-août qui est la meilleure période pour prendre des décisions de cette importance (cf. la dévaluation Pompidou du 8 août 1969, l’arrêt de la libre convertibilité du dollar en or du 15 août 1971) et une autre plus proche : le weekend élargi de Pâques prochain.
http://chevallier.biz/2017/03/e-enfin-la-fin-ou/


&


Robert Shiller, prix Nobel d'économie 2013, commence à avoir des doutes sur la bonne santé de l'économie
https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-03-14/as-trump-charms-wall-street-robert-shiller-gets-dot-com-deja-vu?cmpid=socialflow-twitter-business&utm_content=business&utm_campaign=socialflow-organic&utm_source=twitter&utm_medium=social
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Ray



Messages : 7252
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Mer 15 Mar 2017, 17:47

Pignon a écrit:
Dans les faits, chaque pays gère à nouveau sa propre dette et c’est à ce prix que nous avons l’illusion que l’euro fonctionne encore…
Tout ce temps perdu pour en arriver là...
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Mer 15 Mar 2017, 18:30

Ray a écrit:
Pignon a écrit:
Dans les faits, chaque pays gère à nouveau sa propre dette et c’est à ce prix que nous avons l’illusion que l’euro fonctionne encore…
Tout ce temps perdu pour en arriver là...

Oui ... c'est tragique car cette monnaie unique a tué l'Italie et grandement fragilisé la France sans parler de la Grèce ...
C'était pourtant prévu d'avance, une monnaie commune et non unique aurait certainement fonctionné ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Pignon



Masculin Messages : 5656
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Mer 15 Mar 2017, 19:53

Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
Ray



Messages : 7252
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Ven 17 Mar 2017, 03:45

Jean-Michel Naulot, ancien banquier et régulateur à l’AMF

« Une génération entière de responsables politiques en France et en Europe est responsable de la crise de 2008 et de celle à venir.
On pensait qu'il suffisait de déréguler et de créer une monnaie pour doper la croissance. On constate que cette monnaie ne fait que créer des tensions croissantes. »


« Les dirigeants tiennent toujours le même discours et ignorent la protestation populaire. »

Il cite l'économiste américano-canadien John Kenneth Galbraith parlant de Roosevelt : « Les hommes d'état sont ceux qui savent tourner leur regard vers leurs peuples. »

« Les 3 facteurs des crises de 29 et de 2008 sont réunis, à savoir :
-Dettes très importantes
-Créations monétaires très importantes
-Insuffisance de la régulation »


« Avec l'Euro, nous avons ajouté la crise à la crise. »

Lui aussi préconise une monnaie commune, mais pas unique.

« Je rencontre au sein de tous les partis politiques des personnes du même avis que moi [s'agissant de l'euro], mais ils n'ont pas toujours le courage de le dire. »
(Donc si je comprend bien, ceux dont il parle sont conscients qu'on va dans le mur, mais par manque de courage, préfèrent fermer leur gueule ? Pourquoi sont-ils en politique ?)

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eleison



Masculin Messages : 412
Inscription : 08/12/2015

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Sam 18 Mar 2017, 23:10

Ray a écrit, citant Galbraith : « Les 3 facteurs des crises de 29 et de 2008 sont réunis, à savoir :
-Dettes très importantes
etc...


La dette nationale la plus importante au monde, en chiffres absolus, est celle des USA (encore eux !) : environ 19.919 milliards de $ actuellement ( voir : http://usdebtclock.org/ ). En chiffres relatifs : 105 % du PIB, mais c'est le chiffre absolu qui inquiète.

A raison d'une augmentation constante de 1 Million $ toutes les 4' 20 " environ, cela donne environ 333 M par jour ou 1 Md tous les 3 jours. Ce qui signifie que , pour atteindre les 20.000 milliards de dette US, il reste à peu près 27 jours , ce qui nous mène vers le 15 avril prochain.

Or , ces 20.000 Mds constituent le plafond légal actuel , lequel doit faire l'objet d'une approbation du Congrès US pour être dépassé. Certes, le Congrès votera sans doute le dépassement mais celui-ci constitue un seuil psychologique auquel les marchés ne resteront probablement pas insensibles. Il apparaît en effet de plus en plus évident qu'une telle dette ne sera jamais remboursée. Cela pourra avoir un effet négatif sur le dollar et sur les obligations US qui ne trouveraient plus d'acheteurs en dehors de la FED, et donc de nouveaux QE, etc...

Un grand pas serait alors franchi vers l'inéluctable krach, en concordance avec de nombreux autres paramètres.
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 7252
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   Sam 18 Mar 2017, 23:18

Eleison a écrit:
Cela pourra avoir un effet négatif sur le dollar

Certains pensent qu'il n'y aura pas d'effet négatif sur le dollar tant que les US resteront la 1ère puissance militaire.
(Car, in-fine, c'est cette puissance qui permet d'imposer le reste. Une guerre mondiale et c'est la monnaie du vainqueur qui emporte la mise.)
Lorsque la Chine passera devant militairement (et ça arrivera) alors le dollar aura du souci à se faire. Probablement pas avant. Peu importe le nb de QEs qu'ils feront.

(Cet "exorbitant privilège" (@DeGaulle) de battre monnaie pour le monde.)


Dernière édition par Ray le Jeu 23 Mar 2017, 13:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La finance on en parle ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
La finance on en parle ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 19 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20, 21  Suivant
 Sujets similaires
-
» un conte merveilleux avec un âne qui parle?
» Un Moment Sacré ! Le Seigneur, nous parle de differentes manières :
» seth parle, l'éternelle validité de l'âme de Jane Roberts
» Seigneur, parle-moi !
» Sans jouer au poète, je crois que la nature nous parle de la Sagesse de notre Dieu.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: