DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Vacuité de la métaphysique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sânkhya



Messages : 800
Inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Vacuité de la métaphysique   Sam 23 Sep 2006, 18:47

Manuel a écrit:
Le mot être n'existe pas dans toutes les langues du monde.

Voilà, c'est dit. La métaphysique de l'être n'est pas «naturelle» à l'homme. C'est une construction relative, un produit d'une culture déterminée. La métaphysique ne peut pas prétendre à l'universalité, surtout pas quand elle prétend déduire de ses «découvertes» (!) des principes éthiques.
Revenir en haut Aller en bas
manuel



Messages : 1005
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Vacuité de la métaphysique   Sam 23 Sep 2006, 18:58

Vous ne me rendez pas service! Very Happy


Sinon soyons sérieux. L'Être universel est (ou existe). Cela dit, ça ne nous apprend rien de plus.

Il est clair qu'il y a bien un fondement ultime à toute chose.

Le problème est le développement de cette intuition. la détermination grec en est un moment original et primordiale pour l'humanité sans conteste.


Mais ce n'est pas la seule. c'est pour cela que rétrospectivement, il existe d'autres traditions philosophiques non occidentale ou grec.




M.
Revenir en haut Aller en bas
Sânkhya



Messages : 800
Inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Vacuité de la métaphysique   Sam 23 Sep 2006, 23:55

Non, Manuel, vous avez prouvé que la métaphysique est une construction artificielle, un produit de certaines structures mentales façonnées par une culture déterminée. Et même si la métaphysique était universelle, on ne pourrait pas s'empêcher de douter. Peut-être que la métaphysique dérive de structures mentales propres à l'espèces, mais auxquelles rien de réel ne correspond.

L'éthique a le même problème. Les sacrifices humains étaient acceptés au Mexique, condamnés en Europe. Le sexe libre est condamné par les catholiques, cultivé par les raéliens. Les catholiques et les darwinistes sociaux croient tous les deux qu'il faut suivre la nature, mais ne s'entendent pas sur ce qu'est la nature (mais les seconds sont plus proches de la science actuelle). D'autres croient qu'il faut combattre les tendances naturelles. Au Mexique autrefois et en Inde, on accepte le système des castes. Dans des pays démocratiques, on trouve ça injuste. La manière de disposer des morts donne aussi lieu à des variations. Le plaisir est condamné par les jansénistes, cultivé par la société en général à notre époque. La souffrance était méritée autrefois, maintenant elle n'a pas le droit d'exister.

La science, elle, est universelle! Il me semble que c'est le seul système vraiment sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
manuel



Messages : 1005
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Vacuité de la métaphysique   Dim 24 Sep 2006, 00:28

A Yves,


Je n'ai rien prouvé de tel. Si vous voulez lire une critique de la métaphysique vous le savez lisez Kant.


J'ai juste insisté sur la diversité des déterminations de l'Être aussi réel que "l'existence" de l'Être. Il ne faut surtout pas tomber dans le relativisme qui n'est pas une réponse viable mais se révèle être dangereux en fin de compte.

De plus si la science découvre et donne des résultats tangibles malgré son ébullition, c'est bien signe qu'il y a de l'Être. L'ébullition des sciences, la diversité des cultures sont bien plutôt signe de la quête de sens tant qu'il n'y en a pas ici-bas d'arrêté définitive et qui peut combler tout notre être comme l'indique le concept de Vision béatifique.

C'est l' histoire qui permet de remettre chaque chose à sa place dans son processus propre ou global. Nier ou dénigrer la dimension historique des choses c'est les rendre immuable ou faussement absolu et dénaturer l'accés naturellement humain et fini aux choses.




M.
Revenir en haut Aller en bas
Nelly Emont



Messages : 492
Inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: Vacuité de la métaphysique   Dim 24 Sep 2006, 14:27

La "vacuité" de la métaphysique est d'époque récente dans notre civilisation
Son refus de la métaphysique est né avec Kant et l'influence de celui-ci a été considérable. La métaphysique est une partie de la philosophie . Elle désigne ce "qui est au delà des choses naturelles", au-delà de la physique. Si la connaissance scientifique est importante, elle ne connaît que le transitoire (une théorie est toujours révisable)/ Seule la métaphysique est "éternelle" parce qu'elle répond aux besoins qui habite l'homme de connaître les causes ultimes. Et ces causes ultimes sont cachées ("l'essentiel est imvisible aux yeux"). La métaphysique est recherche de la sagesse, et le sage est celui qui lit le coeur profond des choses. Et ce coeur des choses c'est l'être, qui est l'objet principal de la recherche métaphysique.
Cette approche de la métaphysique est celle des grands philosophes chrétiens.
Revenir en haut Aller en bas
Josaphat



Masculin Messages : 696
Inscription : 09/09/2006

MessageSujet: Re: Vacuité de la métaphysique   Dim 24 Sep 2006, 14:54

C'est vrai que l enotion d'Etre est occidentale mais il y a bien quelque chose. Si on pense que dire Etre est encore une détermination culturelle et réifiante donc relative alors on peut utilser des concept orientaux comme le "Cela" de l'hindouisme ou la "telléité" du bouddhisme ou alors on peut encore se taire de cette manière le "Cela" ou "l'Etre" ou l'"Ainsité" (autre concept bouddhique) apparaîtra avec bien plus d'acquité que ce que tout les mots le pourraient.
Revenir en haut Aller en bas
http://altertransblogalisation.skynetblogs.be
Nelly Emont



Messages : 492
Inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: Vacuité de la métaphysique   Dim 24 Sep 2006, 15:51

Si la notion d'être a été formulée en Occident, cela ne veut en aucun cas dire qu'elle est culturelle. C'est une notion qui a vocation à être universelle, et qui de fait l'est, même si certaines philosophies ne la connaissent pas et si d'autres la rejettent. On ne peut tenir la métaphysique comme une science (la science de l'être) si celle-ci est culturelle. Il faut qu'elle soit universelle.
Revenir en haut Aller en bas
manuel



Messages : 1005
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Vacuité de la métaphysique   Dim 24 Sep 2006, 16:17

Citation :
Si la notion d'être a été formulée en Occident, cela ne veut en aucun cas dire qu'elle est culturelle. C'est une notion qui a vocation à être universelle, et qui de fait l'est, même si certaines philosophies ne la connaissent pas et si d'autres la rejettent. On ne peut tenir la métaphysique comme une science (la science de l'être) si celle-ci est culturelle. Il faut qu'elle soit universelle.


Ce qui me fâche un peu c'est ce "il faut qu'elle soit". Je suis d'accord. Mais la métaphysique et l'histoire des idées le montre bien, est avant tout une quête de sens de l'Être.

Ce que je dis de "culturel" (sans que cela soit pour moi "un gros mot") c'est sa détermination grec par exemple, qui est le fait de ces hommes et femmes d'ailleurs, qui ont médité sur cette évidence, cette intuition qu'ils partageaient à savoir qu'il y a quelque chose, de l'Être. Et là toutes les religions et cultures posent un fondement ultime.

Ce que je pense : la métaphysique possède quant à elle un objet universel : l'Être en tant qu'être. La réflexion, les spéculations sur cet Être sont relatives aux époques et aux hommes qui les ont soutenu. C'est la dimension historique de cette quête que je rappelais.

Je rappelle que même dans la Bible, Dieu inscrit son Action dans l'Histoire.



M.
Revenir en haut Aller en bas
Nelly Emont



Messages : 492
Inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: Vacuité de la métaphysique   Dim 24 Sep 2006, 16:47

L'être est une notion qui échappe à l'histoire. Mais cela ne veut pas dire qu'elle ne s'exprime pas dans l'histoire...
Et oui, on peut dire que c'est une notion culturelle puisque ce sont les grecs qui l'ont définie, mais c'est une notion également universelle et c'est cette dimension qui l'emporte sur l'autre. "il faut qu'elle soit universelle", n'est pas une obligation pour tout citoyen d'y adhérer ; je veux simplement dire qu'une vérité qui ne serait pas universelle ne serait pas une vérité.
Revenir en haut Aller en bas
manuel



Messages : 1005
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Vacuité de la métaphysique   Dim 24 Sep 2006, 17:05

A vrai dire c'est donc la question de l'universel qui se pose.


Je pense que l'Être appartient quelque part à l'histoire. C'est une question platonicienne par excellence et qui introduit le fameux "parricide de Parménide". Sinon le non-être pose toujours question.


Je ne dis pas que l'être est soumis au devenir en tant que tel (sinon le problème est toujours le même et devient héraclitéen : l'être est le devenir, fondement de toute chose). Mais ce que je dis est quelque part là dedans : l'Être se fait connaître à travers l'histoire (donc comme dimension d'être et de connaissance essentielle). Ni plus ni moins. C'est un de accents mal compris des recherches en métaphysique moderne et qui a pourtant donné lieu à l'absurdité du relativisme ou de la mort de la métaphysique.




M.
Revenir en haut Aller en bas
 
Vacuité de la métaphysique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Mu de Joshu et la vacuité
» le vide et la vacuité.
» La vacuité
» Bouddhisme - Enseignement: L’esprit d’éveil et la vacuité par Yongey Mingyour Rinpoché
» Pourquoi la Vacuité?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives: Histoire, Philosophie et Spiritualité-
Sauter vers: