DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Jean Luc Ettore



Messages : 150
Inscription : 01/08/2016

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Dim 04 Sep 2016, 14:17

dommage que ces lois administratives , sociales , qui défoncent déjà bien des familles en prenant toute la place des pères les mettant au rang d'inutiles , de géniteurs abrutis et incapables bref , les misérables travailleurs précaires que nous sommes devenus parce que fainéants hein , sont pour la majorité encore volontaires pour faire de ce monde un monde solidaire .
pourvu qu'on nous ficherait un peu la paix . , je suis sur même que l'emploi reprendrait haut la main
l'agriculture , l'élevage , reviendrait bien rapidement .
mais je doute que celà leur interesse finalement . comme la possibilité même que ces arrierés de " chrétiens " pourraient oeuvrer pour une cause si noble leur soit donnée si facilement ?
je m'excuse mais ce ptit coup de gueule me semble important à souligner .
mais si on nous coupe la corde aussi , ce sera pas facile .


Revenir en haut Aller en bas
ysov



Messages : 14443
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Dim 04 Sep 2016, 14:31

Arnaud Dumouch a écrit:
Sonia, ce monde là marcherait si les individus n'apportaient pas avec eux certaines cultures ou idéologies où on répond à l'amour par la volonté de dominer.

Typique d'une idéologie sous couvert de la religion qui programme la solidarité entres eux et l'imposition envers les autres.

Chez moi, un musulman actif dans les droits de l'homme a critiqué les paroisses et les gens qui ont favorisé le parrainage
de réfugiés en majorité chrétiens. Alors, pourquoi ce soucis de sélection d'après vous? tout simplement parce que non seulement
ces chrétiens sont persécutés par des musulmans au nom d'une idéologie programmée depuis leur berceau et cette idéologie
est incompatible avec nos valeurs, c'est aussi simple que cela.
Revenir en haut Aller en bas
rebelle3



Messages : 150
Inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Dim 04 Sep 2016, 14:31

Metanioa,Arnaud et monge, merci pour votre lucidité
Revenir en haut Aller en bas
monge



Masculin Messages : 3552
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Dim 04 Sep 2016, 15:30

Espérance a écrit:

De toute façon, les migrants que je connais (célibataires comme familles) sont logés par la mairie.


Effectivement, les pouvoirs publiques s'occupent déjà des réfugiés, et dans les pays pauvres, l'ONU s'en occupe, alors pourquoi François demande aux paroisses, voir à chaque chrétien de s'en charger? je comprend que certain veulent le faire par obeissance au pape, mais dans le fond y a t'il véritablement une nécessité de charité étant donné qu'on s'occupe déjà d'eux?
Revenir en haut Aller en bas
ysov



Masculin Messages : 14443
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Dim 04 Sep 2016, 15:36

Eh bien qu'il fasse comme un de ses prédécesseurs, Alexandre VI qui offrit asile aux juifs persécutés d'Espagne, moyennant revenus. Pouffer de rire
Revenir en haut Aller en bas
sonia



Messages : 1407
Inscription : 31/07/2011

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Dim 04 Sep 2016, 15:39

Arnaud Dumouch a écrit:
Sonia, ce monde là marcherait si les individus n'apportaient pas avec eux certaines cultures ou idéologies où on répond à l'amour par la volonté de dominer.

faut faire confiéance en l'Amour,Dieu ne peut pas se trahir Lui même tout ce qui est fait par Amour finira par le bien
Revenir en haut Aller en bas
ysov



Masculin Messages : 14443
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Dim 04 Sep 2016, 15:45

Dieu laisse en grande partie à l'homme sa propre construction de sa destiné. Allez donc inculquer l'amour universelle en Arabie... Vous allez voir ce qu'ils en pensent de votre certitude de salon.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16678
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Dim 04 Sep 2016, 16:23

monge a écrit:
Espérance a écrit:

De toute façon, les migrants que je connais (célibataires comme familles) sont logés par la mairie.


Effectivement, les pouvoirs publiques s'occupent déjà des réfugiés, et  dans les pays pauvres, l'ONU s'en occupe, alors pourquoi François demande aux paroisses, voir à chaque chrétien de s'en charger? je comprend que certain veulent le faire par obeissance au pape, mais dans le fond y a t'il véritablement une nécessité de charité étant donné qu'on s'occupe déjà d'eux?

cela ne nous empêche pas de les ACCUEILLIR autour d'une table, d'un café ou un thé, de ne pas changer de trottoir dès qu'on en voit un.


_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Dim 04 Sep 2016, 16:58

Espérance a écrit:
cela ne nous empêche pas de les ACCUEILLIR autour d'une table, d'un café ou un thé, de ne pas changer de trottoir dès qu'on en voit un.


Et ça se fait très bien au café du coin, même pas besoin de les accueillir chez soi. On peut les inviter à un repas au Mc Do (comme l'a fait un ami à moi récemment, une belle rencontre au final et c'est lui qui a été le plus heureux des deux Very Happy ).
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16678
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Dim 04 Sep 2016, 21:45

Accueil des réfugiés : les particuliers aussi peuvent s'engager

Laurent Grzybowski publié le 30/08/2016

Pour favoriser l'accueil des réfugiés chez les particuliers, la ministre du Logement a lancé cet été un appel à projets. Une mesure applaudie par les associations qui l'expérimentent depuis plusieurs années.


Héberger des réfugiés dans les familles ? Mise en œuvre par des associations ou par des paroisses, la formule existe déjà. Mais la ministre du Logement a décidé, cet été, de lui donner un sérieux coup de pouce. Pour pallier le manque criant de places dans les centres d'accueil, Emmanuelle Cosse a lancé un appel à projets visant à développer « l'expérimentation de dispositifs d'hébergement de réfugiés chez les particuliers ». Et s'engage à verser jusqu'à 1500 par personne et par an. But de l'opération : accueillir plus de 1000 réfugiés supplémentaires. Un objectif somme toute assez modeste quand on sait que le seul bidonville de Calais en compte quelque 7000, selon la Préfecture, 9000 selon les associations. Et que la France s'est engagée auprès de ses partenaires à en recevoir, dans l'année qui vient, plus de 30.000 depuis la Turquie.

Cet appel à projets concerne des personnes majeures
, volontaires, ayant obtenu le statut de réfugié. Elles seront logées à titre gratuit, sur tout le territoire national et dans des logements comportant au moins une chambre privative. Une convention devra être signée entre le réfugié, le ménage d'accueil et l'association qui les accompagne. Les futurs hôtes s'engagent pour une durée minimum de trois mois et jusqu'à un an. Ils ont surtout vocation à participer à l'insertion du réfugié et aux mesures d'accompagnement proposées par l'association.

De leur côté, les organismes retenus devront identifier les réfugiés susceptibles de participer à ce dispositif, recenser les propositions d'accueil et assurer le suivi social des personnes hébergées. Elles devront être particulièrement vigilantes sur les conditions matérielles de l'hébergement. Pour la ministre du Logement, « ce nouveau dispositif entend permettre aux réfugiés de réussir leur parcours d'intégration ». Les associations assureront un accompagnement global des personnes accueillies, en lien avec leur hôte : diagnostic social, suivi médical, participation à des activités sportives ou culturelles permettant une meilleure appréhension de la société française. La finalité est de construire un projet de sortie vers un logement pérenne et autonome. Pour être agréées, les associations devront s'engager à accompagner au moins 50 réfugiés par an.
Citation :

“ Le tout-État a conduit à une situation où un étranger ne rencontre que des professionnels de l'accueil. Or, c'est aussi le rôle de chaque citoyen de s'engager à titre individuel.”

Aussi méritante soit-elle, l'initiative d'Emmanuelle Cosse n'est cependant pas nouvelle. Ces derniers mois, la société civile s'est mobilisée comme jamais pour accueillir celles et ceux venus chercher refuge en France. Depuis l'été 2015, les citoyens ont été nombreux à proposer leur toit. Ils l'ont fait, par exemple, via la plate-forme CALM – Comme à la maison – du mouvement Singa (« prêter » en bambara, une langue nationale du Mali). Cette plate-forme numérique fonctionne comme n'importe quel outil de mise en relation. À l'image de Airbnb ou d'Uber, il suffit de se connecter et de laisser ses coordonnées. Sauf que l'engagement n'est pas commercial mais social. Les réfugiés y postent leurs besoins, tandis que les particuliers y offrent un hébergement temporaire – entre un et neuf mois – ou un soutien.

« Nous nous réjouissons beaucoup de l'aide que va nous apporter le ministère du Logement »,
s'enthousiasme Alice Barbe, l'une des initiatrices du réseau. « L'accueil des migrants relève d'une responsabilité partagée. Le tout-État a conduit à une situation où un étranger ne rencontre que des professionnels de l'accueil. Or, c'est aussi le rôle de chaque citoyen de s'engager à titre individuel. » Parmi les familles inscrites, des agriculteurs, des banquiers, des gens qui vivent à la campagne, d'autres en ville, en région parisienne, à Béziers, Montpellier, ou à Bruxelles. Lancée il y a trois ans pour faciliter l'insertion socio-économique des réfugiés, l'association espère, grâce au soutien de l’État, accueillir plusieurs dizaines de migrants supplémentaires. Et rêve de monter des projets similaires dans d'autres pays d'Europe. Alice Barbe en est convaincue : « Si on donne une chance à ces réfugiés et si on améliore les conditions d'accueil, on peut arriver à une société où il fera bon vivre ensemble. »

Le Service jésuite des réfugiés (JRS) a mis en place une initiative équivalente baptisée Welcome en France. Le réseau est présent dans une vingtaine de villes. Son principe ? Accueillir un demandeur d'asile dans une famille ou dans une communauté religieuse pendant une durée limitée, généralement de quatre semaines. « Libérer une chambre pour un court séjour n’est pas quelque chose d'impossible si les limites sont claires », explique Michel Cros, président de Welcome, qui insiste sur la dimension amicale et humaine de l'accueil, ainsi que sur la nécessité d’être situé assez près des préfectures, pour que le demandeur d’asile puisse effectuer ses démarches. « Pour les personnes qui craignent de se lancer dans un engagement lourd, il est possible d’accueillir quelqu’un le temps d’un repas, d’un week-end ou pour des vacances. » Bien entendu, la gratuité est toujours de mise.
Citation :

“ Ce qui importe, ce n'est pas d'assister les réfugiés, mais de les aider à trouver le chemin de l'autonomie. ”

La principale différence avec le projet du ministère du Logement, et elle est de taille, c'est que les associations ne conditionnent pas leur aide à l'obtention du statut de réfugié. « Nous aidons surtout les demandeurs d'asile, car beaucoup d'entre eux ne trouvent pas de place dans les centres d'hébergement qui leur sont destinés », témoigne Michel Cros. « Eux aussi ont besoin d'être soutenus et accompagnés. D'autant que la procédure pour obtenir le statut de réfugié est longue, beaucoup trop longue. Certains sont obligés d'attendre deux ou trois ans. » Et leur nombre ne cesse d'augmenter. Bien que les familles volontaires soient très nombreuses, notamment dans certaines villes de province, Welcome ne dispose que de quatre salariés. « Il nous sera difficile de répondre positivement à l'appel de la ministre, mais nous serons toujours prêt à partager notre expérience et à donner des conseils à d'autres associations. Le chantier est immense. »

Pour Nadette Caro, responsable de Welcome à Lyon, « l'initiative d'Emmanuelle Cosse est tout à fait louable… mais insuffisante. Même si l'hébergement est indispensable, il ne suffit pas d'offrir un toit aux réfugiés pour leur permettre de s'intégrer. Il faut faciliter leur accès à l'emploi et à la formation. Ce qui importe, ce n'est pas de les assister, mais de les aider à trouver le chemin de l'autonomie. »

Des réfugiés de plus en plus nombreux :

Dans le cadre des accords européens, la France recevra jusqu'en 2017 plus de 30.000 réfugiés venus de Turquie, du Liban ou encore des hotspots grecs et italiens. Des milliers d'autres arrivent également par leurs propres moyens, demandant l'asile en France. L’État développe depuis plusieurs mois un dispositif important pour organiser l'accueil, qui a notamment permis de fournir un logement à plus de 2500 réfugiés grâce à la mobilisation de logements vacants en zones détendues, et une place d'hébergement accompagné en Centre d'accueil et d'orientation à plus de 20.000 migrants sur tout le territoire.

http://www.lavie.fr/solidarite/initiatives/accueil-des-refugies-les-particuliers-aussi-peuvent-s-engager-30-08-2016-75846_815.php

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9353
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Lun 05 Sep 2016, 06:25

Espérance a écrit:
Accueil des réfugiés : les particuliers aussi peuvent s'engager

Laurent Grzybowski publié le 30/08/2016

...

http://www.lavie.fr/solidarite/initiatives/accueil-des-refugies-les-particuliers-aussi-peuvent-s-engager-30-08-2016-75846_815.php

Je pense immanquablement au film comique : " Le grand partage . "

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
rebelle3



Féminin Messages : 150
Inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Lun 05 Sep 2016, 08:40

peut être que nous pouvons leur laisser nos maisons et camper dans nos jardins. n'importe quoi, nos ancêtres se sont battus pour construire notre monde. à eux de faire de même chez eux. pour ce qui me concerne, je finance les études d'enfants dans leur propre pays. avec l'espoir qu'ils auront les moyens de s'en sortir et de grandir chez eux, dans leur culture, leurs racines.

Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16678
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Lun 05 Sep 2016, 11:27

TWITTER @PONTIFEX_FR


4 sep. 2016

Portons le sourire de Mère Teresa dans le cœur et offrons-le à ceux que nous rencontrons sur notre chemin.


3 sep. 2016

Imitons Mère Teresa qui a fait des œuvres de miséricorde l'orientation de sa vie et de son chemin vers la sainteté.


2 sep. 2016

La charité signifie être proche de la périphérie des hommes et des femmes que nous rencontrons tous les jours.

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
rebelle3



Féminin Messages : 150
Inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Lun 05 Sep 2016, 13:47

Mère Thérésa avait parait il aussi la fâcheuse habitude de lutter contre la contraception..... contrairement à soeur Emmanuelle qui l'encourageait.
sortir les gens de la misère, parfois..... c'est aller au delà des paroles de l'Eglise, du Pape....
la main charitable est au dessus de celle qui reçoit. redonner leur autonomie aux personnes, pour qu'ils ne soient pas dépendant de la charité, là selon moi est la Charité.... la vraie.... mais cela suppose tout abandon du besoin de reconnaissance et de contrôle sur la vie de l'autre.

Revenir en haut Aller en bas
ysov



Masculin Messages : 14443
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Lun 05 Sep 2016, 15:34

Au risque de choquer (ce ne sera pas la première fois), accueillir des réfugiés oui certainement, à plus forte raison si la société est surtout vieillissante (2 sur 3 seront retraités bientôt!). Mais voilà, pour aller dans votre sens rebelle3 que je partage, qui équivaut à l'expression populaire qu'il est bien d'aider en donnant du poisson à quelqu'un qui a faim, mais lui montrer à le pêcher est la suite capitale. Mais si sa mentalité est de ne pas trop consacrer ses énergies à le faire, ça devient donc une charité sans issu. Donc, dans une proportion nationale, accueillir des gens en masse dont leur habitude n'est pas très besogneuse, c'est se tirer dans le pied en les accueillant.
D'ailleur, si nos pays avaient depuis longtemps supprimés les allocations d'aides, le trois quart ne seraient jamais venu... Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
rebelle3



Féminin Messages : 150
Inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Lun 05 Sep 2016, 17:38

effectivement Ysov... la charité n'est pas toujours là où on pense. et ne serait ce qu'au niveau des aides que ces gens reçoivent de nos états généreux (c'est à dire notre argent racketté par le biais des impôts), il me semblent que nous sommes suffisemment charitables. Aller au delà relève de la stupidité. mais bon, chacun son truc,
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16678
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Lun 05 Sep 2016, 18:52

Plus de 2.100 migrants hébergés par les diocèses depuis un an

Plus de 2.100 migrants hébergés par les diocèses depuis un an

Spoiler:
 
Des migrants originaires d'Europe de l'est sont accueillis provisoirement à Décines-Charpieu dans des locaux industriels loués par le diocèse de Lyon, le 21 avril 2015

Migrants: plus de 2.100 migrants ont été hébergés par des structures liées aux diocèses catholiques depuis un an, après l'appel du pape

Plus de 2.100 migrants ont été hébergés par des structures liées aux diocèses catholiques depuis un an,  a indiqué lundi la Conférence des évêques de France (CEF), qui souligne que ses chiffres ne sont pas exhaustifs.

En comptant les initiatives hors hébergement (cours de français, aide administrative, accès à l'emploi...), ce sont plus de 2.300 migrants qui ont été accompagnés par les diocèses, ajoute dans un communiqué la pastorale des migrants de la CEF.

Le 6 septembre 2015, le pape François avait invité toutes les paroisses et communautés catholiques d'Europe à accueillir chacune une famille de réfugiés.

Depuis, au moins 2.114 migrants ont été hébergés par des associations, oeuvres ou paroisses de l'Eglise de France, selon la pastorale des migrants, qui publie une "synthèse basée sur les réponses de 43 diocèses" sur les 93 de France métropolitaine.

"Les réponses des autres diocèses sont encore en attente, ce qui laisse augurer des chiffres bien plus importants que ceux rapportés ici", souligne ce service national de la CEF.

Pour l'accompagnement des migrants (plus de 2.300 dans les diocèses), "presque partout on observe une étroite collaboration avec d'autres associations et les pouvoirs publics", se réjouit l'Eglise.

"Si plusieurs diocèses évoquent des initiatives pour les chrétiens d'Orient", venus d'Irak ou de Syrie, "la grande majorité a accueilli des migrants chrétiens comme non-chrétiens", sans distinction, assure-t-on de même source.

Plusieurs diocèses signalent la prise en charge d'exilés arrivés en France par des programmes spécifiques, comme la "relocalisation" de demandeurs d'asile depuis la Grèce et l'Italie (10 diocèses) ou la "réinstallation" de réfugiés arrivés directement du Liban et de Turquie (8).

"A noter une forte présence de migrants en provenance des centres d'accueil et d'orientation (CAO) en France", mis en place pour désengorger la "jungle" de Calais et les campements parisiens: "17 diocèses signalent leur présence", selon la CEF.

Beaucoup d'évêques français, et notamment le président de la CEF, Mgr Georges Pontier, ont invité les fidèles  à "surmonter les peurs" pour accueillir des réfugiés. Mais l'adhésion à l'accueil des migrants a chuté au cours de l'année, même chez les catholiques pratiquants, passant de 48% en septembre 2015 à 38% en mars 2016, selon une analyse Ipsos publiée en août.

Les protestants luthériens et réformés ont pour leur part lancé cet été une campagne "Exilés: l'accueil d'abord!", avec quelque 2.400 places mises à disposition des pouvoirs publics pour héberger des migrants.

http://actu.orange.fr/societe/plus-de-2-100-migrants-heberges-par-les-dioceses-depuis-un-an-CNT000000tmFcb.html

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Lun 05 Sep 2016, 20:41

Mais le problème est le même avec.. les français ! Avez-vous vu le nombre de jeunes qui ne veulent PAS travailler parce que les allocs leur suffisent ? Ma fille aînée, que j'ai élevée en lui donnant les moyens d'être autonome dans sa vie, à 32 ans n'a jamais travaillé ! Elle s'est adaptée à ce niveau de vie (allocations familiales pour deux enfants et aides diverses y compris des parents et grands-parents) et ne manque de rien du tout (télé grand écran, téléphones portables, voiture), ne paie pas d'impôts et élève ses deux petites en traitant sa soeur cadette, qui travaille et paie ses impôts, d'imbécile.

Je suis d'accord que, s'il y avait moins de facilités, on verrait moins de migrants arriver à notre El Dorado (ils déchantent vite quand même), mais nos propres jeunes des banlieues ricanent à l'annonce d'un salaire mensuel à 1000 euros quand ils en gagnent autant par semaine en faisant 4h de guet par jour. Et, eux, peuvent se payer des sacs Vuitton dans les grands magasins parisiens, ils n'achètent pas des faux mais des vrais.

Encore une fois, c'est une question de nos politiques publiques qui sont iniques, dénoncées dès les années 80, et pas une question de charité désordonnée de mielleux qui sont insouciants des conséquences. Pourquoi opposer les deux ? On doit avoir le courage d'assumer sa politique : soit on aide tout le monde à survivre sans travailler et alors c'est ouvert à ceux qui remplissent les conditions qu'on a déterminées (comme le revenu de base universel en Finlande), et/ou on arrête d'ouvrir les vannes à fond et on assume de ne faire entrer que xx personnes par an maximum, avec des obligations à la clé (travailler gratuitement pour la commune où on habite, et sans qu'on entende crier à l'esclavage).

Dans un cas comme dans l'autre, la charité d'une personne qui use de ses biens propres envers une personne qui n'a même pas de quoi manger ou dormir dans un lit propre, même sommaire, ne doit pas se "discuter", cela n'a rien à voir.

En revanche, et là je vais aussi vous rejoindre, j'en ai marre de voir des gens déjà ici depuis longtemps, qui ont travaillé longtemps pour la France, se retrouver dans la rue sans rien (comme Ahmed que j'ai rencontré devant le supermarché, digne malgré son intense pauvreté, et qui était ? infirmier anesthésiste, parle 5 langues couramment, d'une instruction à faire pâlir nos petits jeunes bien propres, a été des années bénévoles à Médecins du monde et, suite à des problèmes personnels graves, a tout perdu en même temps que son travail et sa santé et ne croit plus en rien et surtout plus à s'en sortir).

C'est ça moi qui me met en rogne :colere: j'aime bien ce smiley Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
ysov



Masculin Messages : 14443
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Lun 05 Sep 2016, 20:45

C'est que votre Ahmed ne fait pas partie de ce qui est à la mode, RÉFUGIÉS.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Lun 05 Sep 2016, 20:59

ysov a écrit:
C'est que votre Ahmed ne fait pas partie de ce qui est à la mode, RÉFUGIÉS.

Certes..

Je crois que, si c'est à la mode, c'est que nos dirigeants se savent coupables de cette situation et s'abritent derrière des idées humanistes pour accepter ce qui est inéluctable : l'arrivée massive d'étrangers qui rêvent à mieux que chez eux, a minima, ou à survivre à des situations terribles de guerre ou de persécutions.

Ces pays du continent africain, n'ont-ils pas de ressources propres ? générant des milliards de dollars de recettes ? Comment peut-on supporter que quelques familles s'octroient ces fortunes colossales et n'aident pas d'elles-mêmes les pays limitrophes à s'en sortir ? L'union des pays africains en est où ?

Tant qu'on ne mettra pas l'Arabie saoudite devant sa propre iniquité, son propre manque total de charité (car eux ne s'embarrassent de rien : pas d'ici ? tu n'as droit à rien), et qu'on continuera à leur déployer le tapis rouge (pourquoi au fait ? ah oui mince... on a besoin de pétrole), ils continueront à exploiter outrancièrement les ressources de leur continent et à nous refiler les déshérités. Qu'on ne me dise pas qu'ils ne pourraient pas financer des actions humanitaires, d'éducation, sanitaires ou de remise en route des économies locales. Mais pour faire ça, eux aussi devraient se positionner face à des politiques locales abusives et y mettre le holà.
Revenir en haut Aller en bas
ysov



Masculin Messages : 14443
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Lun 05 Sep 2016, 21:15

Qui a commencée les combats en Syrie? Les rebelles! Oui les choses se sont envenimées quand d'un côté l'oncle Sam et l'Europe ont voulu les utiliser, alors que la Russie et la Chine pour des motifs géopolitiques étant pour Assad, contre les rebelles. Enfin, Assad un chiite, supportant l'Iran, suscita de la part de l'Arabie Saoudite l'envie de supporter les rebelles pour finalement
en faire une guerre sainte sunnites contre chiites. On nous impose à coup de culpabilité l'arrivée
massive de beaucoup qui en profitent, mais comme ce n'est pas tatoué sur leur front, eh bien
c'est sans distinction! Le pape aurait dû se la fermer!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Lun 05 Sep 2016, 21:34

ysov a écrit:
Qui a commencée les combats en Syrie? Les rebelles! Oui les choses se sont envenimées quand d'un côté l'oncle Sam et l'Europe ont voulu les utiliser, alors que la Russie et la Chine pour des motifs géopolitiques étant pour Assad, contre les rebelles. Enfin, Assad un chiite, supportant l'Iran, suscita de la part de l'Arabie Saoudite l'envie de supporter les rebelles pour finalement
en faire une guerre sainte sunnites contre chiites. On nous impose à coup de culpabilité l'arrivée
massive de beaucoup qui en profitent, mais comme ce n'est pas tatoué sur leur front, eh bien
c'est sans distinction!

C'est ça.. ils ont joué une partie de Risk mais en vrai.

Maintenant, je me dis que risquer sa propre vie sur des embarcations bondées, on ne le fait pas pour rien.. on le fait par désespoir ou avec l'espoir de s'en sortir mieux (je n'y vois pas là quelqu'un qui tente de profiter, et en terme d'abus des biens sociaux, je renvoie à nos propres concitoyens qui sont loin d'être en reste).

Quand aux radicalisés, on en a des centaines ici, nés ici, embrigadés ici donc bon.. c'est pas quelques-uns de plus qui feront basculer nos pays à l'heure actuelle, je ne crois pas que la grande majorité des migrants soient profiteurs ou radicalisés, donc (pour moi) on ne doit pas en avoir peur, mais on doit tous (tous les pays européens, tous y compris la Lituanie, la Lettonie, etc..) participer à les intégrer (et donc leur donner les moyens de s'en sortir et de pouvoir participer au pays qui les accueille).


Revenir en haut Aller en bas
ysov



Masculin Messages : 14443
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Lun 05 Sep 2016, 22:01

La force du nombre, vous connaissez? Dans ce lot, il y a des radicalisés, sans doute pas la majorité, mais beaucoup de suiveurs. Vous indiquez en avoir 51, moi j'en ai 54, nous sommes donc les premiers de la génération X et comme nous pouvons en théorie envisager que nous serons encore en ce monde dans 30 ans, nous le constaterons bien.  Le principe est de ne pas refuser systématiquement d'aider des migrants, à plus forte raison qu'il faudra des têtes de pipe en nombre suffisant pour contribuer collectivement. Ce que les décideurs actuels, en majorité des boomers qui s'arrachent les cheveux pour pallier un trou énorme qui est imminent, quand on pense que 2 sur 3 seront retraités, ces boomers justement à la source de ce déséquilibre en nombre des générations.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Lun 05 Sep 2016, 22:16

ysov a écrit:
La force du nombre, vous connaissez? Dans ce lot, il y a des radicalisés, sans doute pas la majorité, mais beaucoup de suiveurs.

Mais elle est déjà là la force du nombre des radicalisés ! Et indétectable car déjà là. Pour ma part, c'est un autre problème que celui des migrants.

ysov a écrit:
Le principe est de ne pas refuser systématiquement d'aider des migrants, à plus forte raison qu'il faudra des têtes de pipe en nombre suffisant pour contribuer collectivement. Ce que les décideurs actuels, en majorité des boomers qui s'arrachent les cheveux pour pallier un trou énorme qui est imminent, quand on pense que 2 sur 3 seront retraités, ces boomers justement à la source de ce déséquilibre en nombre des générations.

En France, c'est entre 1946 et 1965 environ, donc les derniers boomers effectivement vont aller grosso modo jusqu'à 2045 (avec une espérance de vie de 80 ans) donc oui effectivement il faut un nombre suffisant de travailleurs, mais il faut qu'ils trouvent un emploi (et quand ils en trouvent un, que les allocs ne donnent pas autant de moyens de s'en sortir qu'en travaillant).

De surcroît, il faut aussi que la main-d’œuvre soit adaptée au marché.. ce qui est loin d'être le cas. Quels emplois des migrants peuvent-ils tenir ? Nos sociétés en fournissent peu vu qu'on a démonté toutes nos industries (qui faisaient le bonheur des immigrés italiens à l'époque). Ils seront donc "condamnés" à vivre des allocs, à être vu comme des profiteurs.. et on les en accusera.

Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16678
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Lun 05 Sep 2016, 22:21

Là, il ne s'agit pas de migrants, mais de jeunes d'une vingtaine d'années qui sont venus en bretagne pour "travailler" la saison.

Il y avait beaucoup d'offres : dans les boulangeries, dans les hôtels, les restaurants, les magasins de souvenirs... et à certains, il était proposé de les loger et les nourrir.

Oui mais... j'ai entendu deux filles dire "mais on ira quand alors à la plage et se baigner ?" et l'autre "moi, je voulais rentrer bien bronzée"...

Pour en revenir aux migrants, il leur faut une carte de séjour pour pouvoir avoir un emploi et cette carte n'arrive pas en 48h !!

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
ysov



Masculin Messages : 14443
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Lun 05 Sep 2016, 22:43

Le bon sens non plus n'arrive pas en 48 h... :mdr:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Lun 05 Sep 2016, 23:03

Espérance a écrit:
Pour en revenir aux migrants, il leur faut une carte de séjour pour pouvoir avoir un emploi et cette carte n'arrive pas en 48h !!

Tout à fait.. surtout quand ils sont sans-papiers.

C'est pourquoi il faut les mettre dans des endroits corrects (et pas des zones insalubres) mais là aussi.. on n'a rien. Les centres de rétentions administratives, c'est bien mais c'est fermé et les délais sont trop longs, ça fait emprisonnement à la longue.

En ce moment, on trouve d'autres moyens comme des logements type sociaux, basiques, dans plusieurs communes pour les éparpiller. C'est pas mal. Mais il reste que ça semble un peu injuste par rapport à ceux qui vivent déjà là depuis longtemps et sont encore à la rue (Ahmed par exemple). On ne devrait pas avoir à faire de choix entre deux désespoirs.
Revenir en haut Aller en bas
ysov



Masculin Messages : 14443
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Lun 05 Sep 2016, 23:11

Les priorités vont selon les modes.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16678
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Mer 07 Sep 2016, 10:58

Les catholiques de France aux côtés des réfugiés

Anne-Bénédicte Hoffner et Alice Papin, le 05/09/2016 à 17h29

Le 6 septembre 2015, le pape François appelait « chaque paroisse, chaque communauté religieuse, chaque monastère » à un geste concret en faveur des réfugiés affluant vers l’Europe.

Diversement compris, cet appel a suscité de très nombreuses mobilisations.
  

Des réfugies syriens et irakiens au monastère des Orantes dans les Yvelines. / Albert Facelly/divergence

Cours de français et dîners « cuisiner ensemble » organisés par le Secours catholique pour des familles hébergées à l’hôtel, collectifs d’accueil des migrants créés par les paroisses d’abord pour « sensibiliser et informer » puis pour loger ou visiter des réfugiés, transformation d’un presbytère en accueil de nuit, et même création d’un comité de pilotage pour coordonner les initiatives, doté d’un poste à temps plein… Depuis le 6 septembre 2015, les idées n’ont pas manqué dans le diocèse de Besançon.

Il y a un an tout juste, bouleversé par les images de réfugiés syriens entassés sur des bateaux, le pape François appelait les catholiques à « un geste concret » à leur égard. « Que chaque paroisse, chaque communauté religieuse, chaque monastère, chaque sanctuaire d’Europe accueille une famille réfugiée, à commencer par celles de mon diocèse de Rome », lançait-il aux fidèles massés place Saint-Pierre.

L’élan a été réel, motivé à la fois « par l’appel du pape, la photo du corps du petit Aylan sur une plage turque, puis par l’annonce du ministre de l’intérieur d’accueillir 30 000 “relocalisés” en deux ans », se souvient Michel Croc, président du Service jésuite des réfugiés (JRS) en France.

Désormais, et même si l’émotion est en partie retombée, le Service national de la pastorale des migrants (SNPM) de la Conférence des évêques de France fait le constat d’une réelle mobilisation : selon un premier bilan, rendu public lundi 5 septembre et basé sur les réponses de 43 des 93 diocèses de la France métropolitaine, plus de 2 114 migrants ont été hébergés au cours de l’année chez des particuliers, dans des bâtiments paroissiaux ou des congrégations religieuses. Plus de 2 300 autres ont été accompagnés, « à travers des rencontres conviviales, des cours de français, des aides administratives ou des propositions spirituelles ».

De nombreuses paroisses engagées

Plusieurs diocèses ou paroisses ont commencé par une réunion pour recenser les bonnes volontés et, déjà, les compétences. L’invitation lancée mi-octobre par le diocèse de Paris a reçu un tel écho que « la salle n’était pas assez grande » : « Il devait y avoir 100 paroisses sur les 106 du diocèse », évalue Charles Gazeau, diacre et délégué épiscopal pour la solidarité.

Les initiatives sont diverses. Fortement sollicité lui aussi, le Secours catholique a vivement incité les bénévoles « à travailler en réseau avec les associations déjà existantes, à créer des cellules diocésaines pour canaliser les propositions », fait valoir Laurent Giovannoni, son responsable du département accueil et droits des étrangers. Dans 19 diocèses, « une coordination a été mise en place », recense le SNPM. À Saint-Brieuc, elle a réuni très vite le Secours catholique, la Société Saint-Vincent de Paul, la diaconie, la pastorale des migrants « et un questionnaire a été adressé à tous les paroissiens », se souvient Jean-Claude Lemercier.

Depuis, des actions variées se sont mises en place. À Taizé, la communauté loge dans des maisons des alentours deux familles chrétiennes d’Irak et d’Égypte, une famille syrienne, ainsi qu’onze jeunes réfugiés passés par Calais, tous musulmans, souligne frère Benoît, qui précise que cet accueil a été « le souhait général de la communauté ». Le JRS, lui, a multiplié par trois le nombre de ses familles d’accueil dans le cadre du réseau Welcome et plus que doublé le nombre de ses implantations : de nombreux chrétiens – comme cette famille versaillaise de six enfants, qui a hébergé une jeune Guinéenne musulmane pendant un mois en décembre 2015 – ouvert leur porte pour la première fois à un migrant. À Nice, des kits de vêtements et de produits d’hygiène ont été distribués aux migrants arrivant de Vintimille, en Italie, et une collecte de fonds organisée pour permettre à l’Aquarius de poursuivre ses activités de sauvetage en Méditerranée.

Répondre aux craintes

« Jamais nous n’aurions imaginé une telle mobilisation », reconnaît Hélène Ceccato, chargée des migrants au sein de la délégation du Secours catholique dans les Hauts-de-Seine et qui a travaillé toute cette année en étroite coordination avec Aurore de la Selle, embauchée spécialement par le diocèse de Nanterre. Là, 18 paroissiens ont mis un logement à disposition d’une association spécialisée pour deux ans, permettant d’y loger 80 personnes.

Cependant, partout aussi, ces soirées d’échanges ont donné lieu, aussi, à des réactions de « peur », voire « d’hostilité ». « Certains nous disaient : on est envahi, comment va-t-on faire ? » se souvient Hélène Ceccato, qui se réjouit que « ces craintes aient pu s’exprimer » et d’avoir pu y répondre « à partir de l’Évangile ». À Gordes, dans le Vaucluse, le curé, le P. Michel Berger, a présenté la proposition de la paroisse d’accueillir des réfugiés « comme un acte de charité, pas du tout d’ordre politique ». « Les personnes les plus réservées se sont tues », remarque-t-il.

Des confusions sont nées également de la promesse de la France d’accueillir « les minorités persécutées en Irak ». Tout encourageant la création d’associations de soutien aux chrétiens d’Orient, diocèses et mouvements ont dû parfois rappeler aux paroissiens désireux de recevoir chez eux des réfugiés chrétiens uniquement que le pape souhaitait un « accueil inconditionnel ». Comme en témoigne le fait qu’il soit reparti de Grèce avec trois familles syriennes musulmanes…

« On ne s’improvise pas dans l’accueil des réfugiés »

Les déceptions, voire les échecs, ont parfois été au rendez-vous. Gordes, « l’un des plus beaux villages de France », n’a eu le temps d’accueillir deux familles afghanes venues de Paris que l’espace d’un déjeuner et d’une nuit… « Dès le lendemain, ils ont décidé de repartir, ils préféraient être en ville pour rester en contact avec d’autres Afghans », raconte le P. Michel Berger, le curé du secteur, qui se souvient aussi de la « surprise » de ses paroissiens, convaincus de « leur donner la chance de poser enfin leurs valises ». « Par cette histoire, on a compris qu’on ne s’improvise pas dans l’accueil des réfugiés », précise-t-il.

Un constat qui rejoint là encore celui du Secours catholique. « L’hébergement n’est pas forcément le premier besoin exprimé par les migrants, souligne Laurent Giovannoni. De plus en plus, ils nous disent leur souhait de rencontrer des Français. » Inviter une personne pour un repas, organiser une sortie culturelle : les possibilités d’agir sont multiples, moins exigeantes souvent qu’un hébergement à domicile, et donc plus susceptibles aussi de s’inscrire dans la durée.

Pour le responsable de l’accueil des étrangers au Secours catholique, l’appel du pape ne doit donc pas être pris « au pied de la lettre mais au sens d’un accompagnement : pour que ces exilés se sentent des personnes à part entière, et pour que nous cessions d’en avoir peur ».

Anne-Bénédicte Hoffner et Alice Papin

http://www.la-croix.com/Religion/France/Les-catholiques-de-France-aux-cotes-des-refugies-2016-09-05-1200786793

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...   Mer 07 Sep 2016, 13:32

Hé bien voilà, Espérance, quand je vois cette photo, je me dis que je ne peux pas refuser l'asile, l'aide et l'entraide sauf à me renier moi-même.

Quand je vois ces parents et ce petit, qui sont-ils (pour moi) ? La Sainte Famille en exil ! Voilà à qui je refuserai l'asile et l'entraide si je le faisais.

Je ne dis pas qu'ils sont ipso facto, eu égard à leur qualité de réfugiés, des gens qui vont être plus bienveillants et respectueux d'autrui que d'autres, je dis seulement que la Sainte Famille en exil devait ressembler à cela.. et me mettrais-je du côté de ceux qui auront dit "il n'y a pas de place pour vous ici !" ? Sûrement pas. Je préfère garder ce regard bienveillant que je porte sur eux, et juger sur les actes qu'ils poseront plutôt que de les condamner a priori en imaginant ce qu'ils pourraient être, ou faire (comme nous-même refusons d'être condamnés a priori au faciès ou sur notre nom de famille ou notre appartenance ou lieu d'habitation).



Revenir en haut Aller en bas
 
Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Un ou une famille de migrants par paroisse, oui mais...
» Le Pape appelle chaque paroisse à accueillir une famille de migrants mais ...
» La Famille Myriam Béthléem:Vous connaissez?
» Famille Ave Maria
» Grains de café ? (famille des trivias)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: