DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

  Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20
AuteurMessage
prinu



Messages : 5218
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mar 18 Oct 2016, 16:55

Selon un porte-parole de l'UNESCO, "le texte a été entériné assez rapidement sans qu'il y ait de nouveau vote"
L'Unesco a formellement adopté mardi la résolution controversée niant le lien millénaire entre les Juifs et le Mont du Temple à Jérusalem.
Présenté par l'Algérie, l'Egypte, le Liban, le Maroc, Oman, le Qatar et le Soudan, le texte a été validé par les 58 Etats membres du Conseil exécutif de l'Unesco réunis en assemblée plénière au siège de l'organisation à Paris.
Aucun des Etats membres du Conseil exécutif, réunis en plénière, n'a demandé à rouvrir le débat et le texte a été entériné assez rapidement sans qu'il y ait de nouveau vote, a expliqué une porte-parole de l'Unesco.
Ou est passée la France ?
Les Palestiniens se sont immédiatement réjouis à l’annonce du résultat du vote, rapporte l'AFP.
"La résolution rappelle qu'Israël est une puissance occupante à Jérusalem-Est et lui demande d'arrêter ses abus", a déclaré à la presse Mounir Anastas, ambassadeur adjoint à l'Unesco.
Le Mexique avait pourtant annoncé plus tôt dans la journée vouloir changer son vote.
Le Ministère des Affaires étrangères avait par ailleurs indiqué avoir remercié son ambassadeur auprès de l'Organisation, Andrès Roemer Slomianski, en particulier pour avoir "mal informé le gouvernement" sur le contexte du vote et pour avoir partagé les intentions de vote du Mexique avec d'autres pays.
Roemer avait quitté la salle de vote jeudi à Paris, en guise de protestation personnelle contre la décision de son pays de voter en faveur de la résolution.
Après avoir donné pour consigne à Roemer d'approuver le texte adopté par une Commission de l'UNESCO, le ministère a indiqué que le Mexique s'abstiendrait de voter ce mardi, lors de la session plénière, pour une adoption définitive.
Le gouvernement du Mexique "reconnaît le lien indéniable du peuple juif au patrimoine culturel situé à Jérusalem-est", a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué publié sur son site internet.
Ce nouveau vote "reflète également la reconnaissance profonde de ce gouvernement envers la communauté juive, en particulier pour son importante contribution au développement économique, social et culturel du Mexique", ajoute le communiqué.
Le texte présenté par sept pays arabes et approuvé par 24 voix (6 contre et 28 abstentions), a attiré les foudres du gouvernement israélien.
La résolution a aussi été critiquée par la directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, qui a été menacée de mort par des anti-israél suite à sa prise de position.
le japon annonce cesser de financer l'unesco.
Rappelons qu'Israel n'est paspuissance occupante de par la jurisprudence du traité international de San Remo de 1921 qui crée un état juif sur l'intégralité de toute la palestine géographique, et crée l'émirat de transjordanie ( actuelle Jordanie) pour les musulmans, un état palestinien existant donc déja.

http://www.i24news.tv/fr/actu/international/127966-161018-resolution-sur-jerusalem-le-mexique-change-son-vote-et-s-abstiendra
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Messages : 5218
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mar 18 Oct 2016, 19:48

La véritable Mosquée Al Aqsa n’est pas à Jérusalem - Dr. Mordechai Kedar
Les bobards musulmans au sujet de Jérusalem et de la Mosquée Al Aqsa ont été Un proverbe bien connu affirme : » Les menteurs ont besoin d’avoir une bonne mémoire ». Le raisonnement est clair : un menteur a besoin de se rappeler de ses propres mensonges et à qui il les a racontés, de façon à éviter de se contredire et de révéler que ce qu’il dit est faux. Cette règle s’applique d’autant plus à des sujets importants. Jérusalem, par exemple, dont la sainteté pour les Musulmans Sunnites est fondée sur une interprétation tardive et politique d’un verset coranique, alors que, pour le Musulmans Chiites, ce n’est que le troisième lieu saint, classé en-dessous de La Mecque et de Médine (et aujourd’hui la ville de Nadjaf dans le Sud de l’Irak : 3ème ? 4ème ? ou plus ?).
Les sources islamiques antérieures déclarent que « La Mosquée d’Al Aqsa » ( signification littérale : « La Mosquée la plus lointaine »), qui n’est mentionnée qu’une seule et unique fois dans le Coran, était l’une des deux moquées localisée près de Ji’irrana, un village situé entre la Mecque et Taaf, dans la Péninsule Arabique (aujourd’hui l’Arabie Saoudite). Une de ces mosquées s’appelait : « Al-Masjid al-Adna », ce qui signifie la « mosquée la plus proche » et l’autre « al-Masjid al-Aqsa » : « La mosquée plus lointaine ». Quand le Coran fait référence à la Mosquée al-Aqsa, tout en racontant le mythe du voyage nocturne du Prophète Muhammad, depuis la « Mosquée Sainte », de La Mecque jusqu’à Al-Aqsa, il s’agit de la « Mosquée la plus lointaine », ce qui fait référence à la Mosquée située à Ji’irrana.

En 682 de l’ère commune, cinquante ans après la mort de Mahomet, Abd allah Ibn al-Zubayr, l’homme fort de La Mecque, s’est rebellé contre les Omeyyades qui dirigeaient Damas et il ne les a pas autorisés à accomplir le Hajj à La Mecque. Puisque le pèlerinage de La Mecque est l’un des cinq piliers fondamentaux, des cinq commandements majeurs en Islam, ils ont été contraints de choisir Jérusalem comme une alternbative au lieu réel du pèlerinage. Dans le but de trouver une justification pour ce choix de Jérusalem, les Omeyyades ont réécrit l’histoire racontée dans le Coran, en transférant la Mosquée « Al-Aqsa » (lez lointaine) à Jérusalem et en ajoutant, afin de faire bonne mesure (et bonne figure),le mythe du voyage nocturne de Mohammed à al Aqsa. C’est la raison (de convenance purement politique et non spirituelle) pour laquelle les Sunnites considèrent aujourd’hui Jérusalem comme leur troisième lieu le plus saint.

L’islam chiite, persécuté de façon impitoyable par le Califat Omeyyade, n’a pas accepté le bobard de la sainteté de Jérusalem (pour les Musulmans) et c’est la raison pour laquelle le second lieu le plus sacré des Chiites est bien Nadjaf en Irak, le lieu de la spéulture du fondateur du Chiisme, Ali Bin Abi Talib. Beaucoup d’anciens chiites -Iraniens et du Hezbollah – n’ont seulement commencé à déclarer Jérusalem « Sainte » après la rébellion khomeyniste de 1979, de façon à empêcher les Sunnites de les accuser d’être trop conciliants avec le Sionisme.

Le premier mensonge, dans ce cas,c’est la revendication parasite que la « Mosquée Lointaine » est à Jérusalem.

Les autres mensonges qui sont venus s’empiler sur le premier, la principale tergiversation correspondant à la localisation exacte de cette prétendue « Mosquée Lointaine », qui, jusqu’à il n’y a pas si longtemps, était le bâtiment recouvert d’un tôit d’argent construit à l’extrémité sud du Mont du Temple.

La zone entière du Mont du Temple est réputée être le al-Haram al-Sharif – le « Lieu Saint et Noble » -mais un changement est survenu à la fin de la guerre des Six-Jours, quand les voix juives ont ^pu enfin se faire entendre, dont en particulier, celle du Grand Rabbin de Haïfa, le Rav She’er Yashuv HaCohen, appelant à l’établissement d’une synagogue sur le Mont (du Temple). Immédiatement après la guerre, le Grand Rabbin de Tsahal, Shlomo Goren a également affirmé qu’il voulait célébrer des événements religieux sur le Mont du Temple. On a alors ressenti que les Musulmans ne feraient pas d’objection, puisque la mosquée Al Aqsa se situait sur l’extrémité sud du complexe et que la synagogue ne serait pas construite si près.

La seule conséquence, néanmoins, c’est que les Musulmans ont décidé d’annoncer que Al Aqsa mentionnée dans le Coran faisait référence, non seulement à la Mosquée située à l’extrême sud de l’endroit, mais qu’il s’agirait soudain de toute la zone du Mont du Temple, en abandonnant le nom d’origine, al-Haram al Sharif. Mon collègue, le professeur Yitzchak Reiter,, débat de cette question en long et en large, dans son livre : « From Mecca to Jerusalem and Back/ De La Mecque à Jérusalem et Retour,« , publié en 2005. Le fait de renommer le Mont du Temple est clairement un montage, alors que deux documents, l’un connu et l’autre beaucoup moins, révèlent toute la vérité.
La source la plus largement connue correspond à un manuel préparé en 1924, par personne d’autre que le très bon ami d’Adolf Hitler, le Mufti Haj Amin el Husayni, ouvertement antisémite, et qui a été réimprimé de nombreuses fois au cours des années suivant sa première publication. Le Dr. Daniel Tassel de Lexington, Massachusetts, m’a donné une copie originale imprimée en 1930, et je lui suis très reconnaissant de sa générosité. Le manuel s’intitule : « Un petit guide du Al-Haram al Sharif- Jérusalem ». Notons bien que tout ce secteur ne s’appelle pas al Aqsa. La mosquée Al Aqsa apparaît lors d’un chapitre de ce manuel, après le chapitre sur le Dome du Rocher, la structure au dôme en Or, au milieu du complexe. Il est clair que pour Haj Amin al- Husayni, le Mufti de Jérusalem, la mosquée Al Aqsa est simplement le bâtiment qui se trouve à l’extrême sud de l’ensemble, parce que les choses sont comme elles sont.
Le petit manuel rédigé par le Mufti de Jérusalem INN:MK
Le document le moins connu des deux, je l’ai récemment photocopié au domicile de mon ami Chaim Steinberger, à New York. Chaïm dispose d’une vaste collection de cartes de la Terre d’Israël et il m’a montré une carte touristique ordinaire de Jérusalem, de provenance jordanienne, qui a été réalisée en 1965, deux ans avant la guerre des Six-Jours de 1967. A cette époque, Jérusalem Est était illégalement occupée par le Royaume Hachémite de Jordanie, alors que le monde entier se taisait et n’osait murmurer le moindre mot contre cette occupation totalement illégale. Cette carte avait été dessinée par un Jordanien s’appelant Abd al-Rahman Rassas, qui travaillait comme géomètre officiel et a reçu l’autorisation de l’Autorité Tourisitique du Royaume Hachémite de Jordanie. Cette carte porte les termes : « Recommandée et approuvée par l’Autorité Officielle du Tourisme Jordanien » ( voir la photo à la fin de l’article).
Une lecture de la carte montre qu’en 1965, le site entier du Mont du Temple s’appelait encore : ‘al-Haram Al Sharif », qu’il se trouvait su le Mont Moriah et que la « Mosquée al-Aqsa » n’est jamais que le petit bâtiment se situant à l’extrême-sud du al-Haram al Sharif. En d’autres termes, trente ans avant les accords de paix entre Israël et le Royaume de Jordanie, les Jordaniens identifiaent encore Al Aqsa comme rien de plus qu’un édifice du sud de l’espace du al Haram Al Sharif, qui est construit sur le Mont Moriah.
Les menteurs patentés de l’Islam ont simplement décidé « d’étendre » al Aqsa – dont la véritable localisation se situe, en fait, dans le désert d’Arabie – afin qu’elle puisse comprendre la globalité de toute la zone du Mont du Temple, après que les Juifs ont libéré le lieu de leurs deux Temples lors de la guerre des Six Jours. après tout, les Juifs pouvaient vouloir construire une synagogue sur le Mont du Temple, sous la direction des Rabbins Goren et She’er Yashuv Hacohen.
Par exemple, le Cheikh krima Sabr, Mufti de Jérusalem entre 1994 et 2006, dans un sermon donné le vendredi 4 janvoer 2002, déclare ce qui suit : (avec les suppléments entre parenthèse , MK) : « Ecoutez ô Musulmans (à travers le monde entier), quand nous parlons de la Mosquée Bénite d’Al Aqsa, nous voulons parler d’une mosquée qui fait 144 dunams (la taille du Haram al Sharfi dans sa globalité) , comprenant ses murs, le Mur d’Al Buraq (le Mur occidental ou Kotel), les passages, les allées, les entrées et les squares, en supplément de la partie qui dispose d’un toit (le bâtiment à l’extrême sud), la partie qui est antique (sous la partie toitée) et la Fondation de la Pierre (sous le dôme du Rocher),l e site de prière de Marwani (les Etables de Salomon), tout cela appartient à al Aqsa… ».

Un autre mensonge, révélé en tant que tel par la même carte, fait suite à celle-ci. Cela concerne le lieu des Temples Saints juifs. J’ai écouté un paquet de sermons du vendredi en arabe, que je n’ai malheureusement pas enregistrés, dont certains où le prêcheur prétendait que les al-Haykal al-Maz’oum -« les supposés Temples juifs » – ne s’étaient jamais trouvés à Jérusalem.Un prédicateur prétendait qu’ils se trouvaient sur le Mont Sinaï et, dans un autre cas, le prédicateur disait que c’était sur le Mont Gerizim près de Naplouse, où « les Samaritains préservaient les traditions juives authentiques ». La carte jordanienne répond point par point aux mensonges de ces deux prédicateurs islamiques.
On se demande pourquoi la Mosque Al Aqsa est d’une telle importance pour les Musulmans et pourquoi ils lui ont accordé une telle prédominance au point qu’il finisse par être accepté comme l’un des principes fondamentaux de leur foi. La réponse réside dans le fait que l’Islam se définit comme une religion qui n’est pas entrée dans le monde pour vivre ne paix avec le Judaïsme et le Christianisme, les religions qui l’ont précédé, mais en tant que religion universelle ce qui signifie qu’il doit les effacer et s’emparer du monde. L’islam se perçoit comme « Din al-Haqq, » la vraie religion et le Judaïsme et le Christianisme sontles « Din al-Batil », les fausses religions. Les Musulmans n’ont qu’une peur, c’est que le peuple juif revienne sur sa terre, dans ses villes et sur le lieu de ses Temples, ce qui offrirait au Judaïsme le statut, de vraie religion, active et vibrante, posant alors une menace théologique directe à l’existence même et à la raison d’être de l’Islam.

C’est la seule raison valable pour laquelle toute activité juive sur le Mont du Temple, en particulier la prière juive les rend furieux et ils feront tout, y compris en répandant des mensonges et prévarications purs et simples, pour empêcher les Juifs de revenir sur les lieux dont ils ont été exilés il y a presque 2000 ans. C’est ce qui fait du conflit autour de Jérusalem le fondement d’une lutte théologique dont la source est l’incapacité du monde musulman à reconnaître l’histoire et les droits religieux des croyants non-musulmans, qui tous sont simplement appelés à disparaître, selon l’Islam.

Tous les autres aspects du conflit, nationalistes, politiques ou juridiques, sont de simples couches de camouflage destinés à dissimuler la controverse réelle, d’ordre théologique, entre Israël et ses voisins.

De nos jours, maintenant que nous avons reçu la bénédiction des commencements du retour à Sion, nous nous souvenons de la destruction des Temples et de la dispersion de notre peuple parmi les nations du monde. Nous pouvons voir de nos propres yeux que le retour du peuple juif à sa terre, vers sa capitale et vers le lieu des Temples Saints, est un véritable anathème pour beaucoup et tout spécialement pour nos voisins arabes.

La question qui surgit consiste à savoir si nous devons encore vivre avec les mensonges musulmans concernant le Mont du Temple – après avoir réussi à libérer notre terre et notre ville-capitale de l’occupation islamique – ou si nous devrions les informer de ce qu’ils savent déjà pertinemment, mais qu’ils tentent de réprimer : que c’est la terre de nos ancêtres qui se trouvaient là il y a 3.000 ans et qui faisait pèlerinage pour révérer le D.ieu UN, alors que leurs propres ancêtres n’étaient encore que des tribus païennes dans le Désert saoudien, qui buvaient du vin, enterraient leurs filles vivantes et adoraient des idoles.


Cartes et sources:
http://jforum.fr/la-veritable-mosquee-al-aqsa-nest-pas-a-jerusalem.html#dKHgSBPCF98vLp7A.99
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Messages : 5218
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mar 18 Oct 2016, 23:12

lire:
Chrétiens, relevez la tête !

http://www.dreuz.info/2016/10/18/chretiens-relevez-la-tete/?utm_content=buffer5e969&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5218
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mer 19 Oct 2016, 22:13

Extrait court:"L’hôpital de campagne de Tsahal bientôt reconnu comme le meilleur au monde ?
L’organisation mondiale de la Santé pense à donner son meilleur classement aux équipes de médecine urgentiste d’Israël. Ce serait la première fois qu’un pays obtient une telle distinction

Les hôpitaux de campagne israéliens qui sont régulièrement envoyés dans les zones touchées par les catastrophes pour fournir de l’aide humanitaire – ce qui permet aussi à l’Etat juif d’engranger les quelques rares “bons points” qui lui sont accordés à l’international – pourraient bientôt obtenir la meilleure note au classement de l’Organisation mondiale de la Santé, ce qui serait une première pour un pays.

En 2013, l’OMS de l’ONU a établi une liste de critères pour classer les équipes médicales étrangères intervenant lors des catastrophes soudaines sur une échelle de un à trois. Jusqu’à présent, aucun pays n’a reçu la meilleure note et « seuls une poignée d’entre eux dans le monde pourrait seulement y songer », selon l’auteur du système de classification, le docteur Ian Norton.

Le mois dernier, une délégation de l’OMS est arrivée en Israël pour évaluer l’hôpital de campagne du corps médical de Tsahal, une structure tentaculaire formée de 26 tentes, au cours d’un exercice à grande échelle qui s’est déroulé dans le nord d’Israël pour déterminer si le pays serait le premier parmi tous les autres à obtenir un score de “Type 3,” a expliqué le lieutenant-colonel et docteur Ofer Merin, commandant de l’hôpital de campagne, au Times of Israel.

L’hôpital de campagne n’est “pas seulement quelques médecins et docteurs répartis sur le terrain”, mais bien un “trésor national” qui offre les capacités d’un hôpital permanent doté d’une technologie avancée mais qui peut être dressé presque partout dans le monde en moins de 12 heures, a indiqué Merin.

Les formations israéliennes de secours et d’assistance envoyées en cas de catastrophes – certaines d’entre elles ont été conduites par Merin – ont été parmi les premières et les plus importantes à arriver sur la scène des catastrophes naturelles. Des équipes du corps médical de Tsahal et du Commandement du Front Intérieur ont offert leurs soins et leurs services médicaux après le tremblement de terre en Turquie en 1999, après le séisme en Haiti en 2010, après le typhon qui a balayé les Philippines en 2013 et plus récemment, après le séisme survenu au Népal en 2015.

Une classification de Type 3 viendrait renforcer la position d’Israël en tant que leader mondial dans la médecine d’urgence et prouverait aux amis comme aux contempteurs du pays le savoir-faire de l’Etat juif en termes de gestion des catastrophes.

La classification pourrait aussi permettre à Jérusalem de continuer à figurer parmi les premiers en ligne pour répondre aux catastrophes dans le futur, une position que savourent les diplomates et autres politiciens, qui évoquent les reproches de « nettoyage de décombres », les opposant à l’amélioration de l’image israélienne à l’international grâce aux efforts du pays en matière d’aide humanitaire face aux catastrophes.

Aider d’autres pays dans le besoin est “la forme la plus efficace de diplomatie”, avait ainsi indiqué en 2015 le ministre des Affaires étrangères d’alors, Avigdor Libermann, après l’envoi par Israël d’une équipe au Népal. « Dans l’élaboration de l’image d’un pays, rien n’est plus important que de fournir de l’aide.”

Toutefois, les diplomates insistent sur le fait que ces initiatives sont majoritairement altruistes.

“Si vous envoyons de l’aide à Haïti, aux Philippines et au Népal, nous ne cherchons pas manifestement à récolter de grands profits diplomatiques de la part de ces pays, que je devrais être en mesure de ne pas qualifier de superpuissances », avait déclaré un ancien haut diplomate en 2015, répondant à une question portant sur le commentaire de Liberman.

voir la photo sur le lien-
Un hôpital de campagne de 26 tentes mis en place par l’armée israélienne pendant un exercice à Beit Naballah, dans le centre d’Israël, le 9 décembre 2013. (Crédit : unité des porte-paroles de l’armée israélienne)

Dans le sillage de sa visite en Israël, Norton, qui faisait partie de la délégation de l’Organisation mondiale de la Santé, a corroboré les fiers propos tenus par Merin et salué l’hôpital de campagne lui-même et l’exercice d’immersion qui y a été conduit.

“Nous avons vu une partie de la structure, seulement six tentes sur les 26, mais même ces six tentes nous ont impressionnés”, a expliqué Norton au Times of Israel au cours d’un entretien téléphonique depuis le siège de l’OMS à Genève.

‘Je suis très confiant dans le fait qu’Israël fera un bon travail et saura réussir ce processus’
La décision finale concernant la qualification d’Israël ne sera connue que le mois prochain, mais selon Norton, il apparaît qu’Israël a une bonne chance de recevoir sa note de « Type 3 ».

“Je suis très confiant dans le fait qu’Israël fera un bon travail et saura réussir ce processus”, a indiqué Norton, se référant à la grande expérience acquise par Israël dans les efforts d’aide humanitaire en cas de catastrophes naturelles internationales..."
lire la suite:

http://fr.timesofisrael.com/lhopital-de-campagne-de-tsahal-bientot-reconnu-comme-le-meilleur-au-monde/
Revenir en haut Aller en bas
Erkos



Masculin Messages : 542
Inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mer 19 Oct 2016, 22:59

Citation de votre site : (cependant que l’Israël moderne, de l’aveu même de Netanyahu, n’aurait pas aussi bien réussi sans l’aide des Chrétiens qui l’ont soutenu depuis la déclaration Balfour jusqu’à ce jour).


Citation de Theodore Herzl sur le Pape Saint Pie X

Citation :
Entretien avec le Pape Saint Pie X rapporté par Théodore Herzl, père du sionisme, dans son journal le 25 janvier 1904 :
Je fus conduit chez le Pape en passant par un grand nombre de petits salons. Il me reçut debout et me tendit la main, que je ne baisai pas (…).
Je lui soumis brièvement mon affaire. Il répondit sur un ton sévère et catégorique (…) : « Nous ne pouvons pas soutenir ce mouvement [sioniste]. Nous ne pourrons pas empêcher les juifs d’aller à Jérusalem, mais nous ne pouvons en aucun cas soutenir cela. Même si elle n’a pas toujours été sainte, la terre de Jérusalem a été sanctifiée par la vie de Jésus-Christ. En tant que chef de l’Eglise, je ne peux vous dire autre chose. Les juifs n’ont pas reconnu notre Seigneur, c’est pourquoi nous ne pouvons pas reconnaître le peuple juif. » (…)
Et voilà, pensai-je, le vieux conflit qui recommence entre Rome et Jérusalem ; lui représente Rome, moi Jérusalem. (…)
« – Mais que dites-vous, Saint-Père, de la situation actuelle ? demandai-je.
Je sais bien qu’il est désagréable de voir les Turcs en possession de nos Lieux saints, répondit-il. Nous sommes forcés de le supporter. Mais soutenir les juifs pour qu’ils obtiennent eux, les Lieux saints, c’est une chose que nous ne pouvons pas faire. »
Je soulignai que notre motivation était la détresse des juifs, et que nous entendions laisser de côté les questions religieuses.
« Oui, dit-il, mais nous, et plus spécialement moi en tant que chef de l’Eglise, ne le pouvons pas. Deux cas peuvent se présenter. Ou bien les juifs restent fidèles à leur croyance et continuent d’attendre le Messie, qui pour nous est déjà venu. Dans ce cas, ils nient la divinité de Jésus, et nous ne pouvons rien faire pour eux. Ou bien ils vont là-bas sans aucune religion, et dans ce cas-là nous pouvons encore moins les soutenir. La religion juive a été la base de la nôtre, mais elle a été remplacée par la doctrine du Christ, et dès lors nous ne pouvons plus reconnaître son existence. Les juifs, qui auraient dû être les premiers à reconnaître Jésus-Christ, ne l’ont pas fait jusqu’à ce jour. »
Je faillis dire : «  C’est ce qui arrive dans toutes les familles. Nul n’est prophète dans sa famille. » Au lieu de cela, je déclarai : « La terreur et les persécutions n’étaient peut-être pas les meilleurs moyens pour éclairer les juifs. »
Il répliqua cette fois avec une simplicité désarmante : « Notre Seigneur est arrivé sans disposer d’aucune puissance. Il était pauvre. Il est venu en paix. Il n’a persécuté personne, on l’a persécuté. Même les Apôtres l’ont abandonné. Ce n’est qu’ensuite qu’il a grandi. C’est seulement au bout de trois siècles que l’Eglise a été mise en place. Les juifs avaient donc le temps de reconnaître la divinité de Jésus-Christ sans aucune pression extérieure. Mais ils ne l’ont pas fait, ils ne le font toujours pas à l’heure qu’il est. »
« Mais, Saint-Père, dis-je, la situation des juifs est épouvantable. Je ne sais si Votre Sainteté réalise toute l’ampleur de ce drame. Nous avons besoin d’un pays pour les persécutés.
– Mais cela doit-il être Jérusalem ? demanda-t-il.
Nous ne demandons pas Jérusalem, précisai-je, mais la Palestine, seulement le pays profane.
Il répéta : « Nous ne pouvons pas soutenir cela. »
«- Connaissez-vous, Saint-Père, la situation des juifs ? questionnai-je
Oui, je l’ai connue à Mantoue, répondit-il. Il y a des juifs là-bas. J’ai d’ailleurs toujours eu de bonnes relations avec les juifs. Tout récemment, un soir, j’ai eu la visite de deux juifs. Il est vrai qu’il existe des rapports qui se situent en dehors de la religion : des rapports de courtoisie et de charité. Nous ne refusons aux juifs ni l’une ni l’autre. Du reste, nous prions pour eux, afin que leur esprit s’éclaire. Précisément en ce jour, nous célébrons la fête d’un incroyant qui, sur le chemin de Damas, s’est converti de façon miraculeuse à la vraie croyance [Saint Paul]. Ainsi, si vous allez en Palestine et si vous y installez votre peuple, nous préparerons des églises et des prêtres pour les baptiser tous. »
Theodore Herzl – Journal 1895-1904. Le fondateur du sionisme parle.

Laissez les Catholiques hors de vos fourberies


Dernière édition par Erkos le Jeu 20 Oct 2016, 09:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9390
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Jeu 20 Oct 2016, 06:58

Erkos , la " théologie de substitution " , telle que suggérée par la bouche de saint Pie X selon Théodore Herzl , n'est qu'une opinion dans l'Eglise et n'est sûrement pas couverte par " l'infaillibilité pontificale " .

Les " messianistes chrétiens " démonteraient sans doute mieux que moi la " théologie de substitution " .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5218
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Ven 21 Oct 2016, 08:00

Zahir Muhsein, ancien membre du comité exécutif du PLO, en 1977: «Le peuple palestinien n’existe pas. La création d’un Etat palestinien n’est qu’un moyen de poursuivre notre lutte contre l’Etat d’Israël au bénéfice de l’unité arabe. En réalité, il n’y a aucune différence aujourd’hui entre les Jordaniens, les Palestiniens, les Syriens et les Libanais. Ce n’est que pour des raisons politiques et tactiques que nous parlons aujourd’hui de l’existence d’un peuple palestinien puisque les intérêts nationaux arabes exigent que nous introduisions l’idée d’un peuple palestinien distinct afin de combattre le sionisme. Pour des raisons tactiques, la Jordanie, un Etat souverain aux frontières bien définies, ne peut pas revendiquer Haifa et Jaffa ; par contre, en tant que Palestinien je peux exiger la possession de Haïfa, Jaffa, Beer Sheva et Jérusalem. Mais dès que nous aurons récupéré la totalité de la Palestine, nous n’attendrons pas une minute avant de l’intégrer à la Jordanie.»
Et Arafat en 1993 (le jour même où il signait les accords d’Oslo sur la pelouse de la Maison Blanche): “Puisque nous ne pouvons pas battre Israël par la guerre, nous le faisons par étape. Nous prenons chaque parcelle de territoire que nous pouvons acquérir, nous y établissons notre souveraineté et nous l’utilisons comme tremplin pour en acquérir davantage. Quand le moment viendra, les nations arabes nous rejoindrons pour porter le coup de grâce à Israël».

--

« Je trouve la résolution de l’UNESCO — qui a décrété, avec l’abstention de l’Italie, que le Mur des Lamentations de Jérusalem, le Kotel, est arabe — incompréhensible et erronée. » a déclaré le Premier ministre italien à RTL, et a ajouté avoir convoqué Paolo Gentiloni, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, pour examiner la situation.
Si l’on doit briser l’Unité européenne sur ce sujet, eh bien, qu’on la brise
« Cette histoire me semble hallucinante. Je dois rencontrer Paolo Gentiloni dès mon retour à Rome. » a expliqué Renzi de Bruxelles, où il se trouve pour le Conseil de l’UE.
source:
http://www.dreuz.info/2016/10/21/jerusalem-pour-le-premier-ministre-italien-le-vote-de-lunesco-est-hallucinant/

--
a lire: http://www.juifsdislam.net/articles.php?id=136&rub=1
--
Archeologie une nouvelle découverte
encore une n iéme preuve scientifique
un papyrus de 2700 ans en hébreu avec le mot Jerusalem !
:
http://www.lphinfo.com/nouvelle-gifle-lunesco/
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 2368
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Ven 21 Oct 2016, 23:37

Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9390
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Sam 22 Oct 2016, 17:18

Prinu , je pense que personne ne nie le glorieux passé des juifs à Jérusalem .
Cela valide-t-il pour autant la revendication actuelle d'un titre de propriété exclusif des juifs sur cette ville , 1900 ans après que leurs aïeux en ont été chassés ?

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5218
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mar 25 Oct 2016, 15:34

la revendication politique pour un etat juif a deux interet :
- humaniste car c'est un droit millenaire et un havre de securitè pour les juifs d'avoir un etat protecteur juif
- c'est une chance pour les gens des trois religions de vivre dans un état juif, car un etat juif etant democratique et moderne, c'est le seul type d'etat de toute la region a proteger le droit de culte pour toutes les religions.
seul un etat juif garanti le pluralisme religieux en pratique.
un etat musulman c'est en pratique l'apartheid.
les citoyens de toute religions, citoyens d'un état juif, ont ded libertes totales inedites au moyen orient.
mieux que cela: les non juifs ne sont obligés de faire leurs service militaire qui doit etre une volonté personnelle.   beaucoup de chretiens sont volontaires pour servir dans tsahal, et de plus en plus de musulmans s'inscrivent.
Donc plus de liberté que partout ailleurs, et moins d'obligation.
Les lieux saints ne sont pas libre sous la tutelle palestinienne, ce sont les juifs qui ont liberes des acces a tout les lieux saints et empechent la destruction de l'archeologie chretienne par les palestiniens.

http://www.lemondejuif.info/2016/10/israel-arabes-vandalisent-basilique-de-transfiguration-de-jesus/
Israël : des Arabes vandalisent la Basilique de la Transfiguration de Jésus

http://www.europe-israel.org/2015/10/dr-tawfik-hamid-il-faut-avouer-en-toute-honnetete-quisrael-est-le-seul-phare-de-democratie/

"Dr. Tawfik Hamid « Il faut avouer en toute honnêteté qu’Israël est le seul phare de démocratie. »

Dr. Tawfik Hamid, écrivain et universitaire égyptien, s’exprime librement sur l’Islam, sur le conflit israélo-arabe, sur Israël en  musulman éclairé.
Je suis né de religion Musulmane, mais je suis Chrétien d’Esprit et Juif de Cœur. Je suis surtout un être humain, opposé au fondamentalisme de l’Islam…
Après les nombreuses attaques terroristes de certains de mes coreligionnaires à travers le monde, après de nombreux actes de violence perpétrés par des islamistes dans de nombreux pays, je me sens responsable comme être humain et comme Musulman de parler et de dire la vérité pour protéger mes concitoyens du monde d’une catastrophe à venir, une guerre de civilisations.
J’admets que l’enseignement actuel prodigué dans nos écoles et dans nos mosquées crée la violence et la haine contre les non-Musulmans. Nous autres Musulmans nous avons besoin de changer notre perception du monde. A ce jour, nous acceptons la polygamie, les raclées données aux femmes par les hommes et le meurtre de ceux qui quittent notre religion, par apostasie.
Nous n’avons jamais eu de principes affirmés et clairs contre l’esclavage ou les guerres, contre le prosélytisme et la conversion forcée à l’Islam des non croyants, contre la taxe obligatoire de ceux qui se soumettent à notre religion (jizia).
Nous demandons sans cesse aux autres de respecter notre religion, alors qu’en permanence nous maudissons à haute voix les non Musulmans, lors de nos prières le vendredi à la mosquée.
Quel message transmettons-nous à nos enfants quand nous appelons les Juifs « descendants de porcs et de singes » ? Est-ce un message d’amour et de paix, ou un message de haine ?
Quel message transmettons-nous à nos enfants quand nous appelons les Juifs « descendants de porcs et de singes » ?
Je suis allé dans des églises et dans des synagogues et là on prie pour les Musulmans. Alors que nous n’arrêtons pas de les maudire et que nous enseignons à nos futures générations de les appeler « des infidèles » et de les haïr.
Dans un réflexe de soumission, nous sautons sur toute occasion pour défendre le prophète Mohamed, quand quelqu’un l’accuse d’avoir été pédophile. Mais en même temps, nous sommes fiers de cette histoire racontée dans nos livres saints où il épouse Aïsha, une gamine de 7 ans, alors qu’il avait plus de 50 ans.
Je suis triste de dire que parmi nous, nombreux étaient ceux qui se sont réjouis après les attentats du 11/9, et après d’autres attaques terroristes. Les Musulmans dénoncent ces attaques devant les medias, mais ils les tolèrent, voire ils sympathisent avec la cause de la terreur.
Jusqu’à ce jour, les hautes autorités religieuses de notre foi n’ont jamais émis un jugement religieux ou « fatwa » condamnant Ben Laden comme apostat. A l’opposé un écrivain comme Salman Roushdie a été déclaré apostat  » qu’on doit tuer », selon la loi religieuse ou sharia’h, parce que dans un de ses livres il critiquait l’Islam.
Des Musulmans manifestent pour avoir plus de contraintes religieuses comme en France, lorsqu’ils se sont opposés à l’interdiction du hijab, alors qu’ils ne le font pas avec autant de passion et en aussi grands nombres, quand il s’agit de condamner la terreur. C’est notre silence absolu contre les terroristes qui leur donne tant d’énergie pour continuer.
Nous Musulmans, nous devons aussi cesser de blâmer les autres ou le conflit arabo-israélien pour nos problèmes. Il faut avouer en toute honnêteté qu’Israël est le seul phare de démocratie, de civilisation et de droits de l’homme dans tout le Moyen Orient.
Nous avons chassé nos Juifs (0,9 million) sans aucune compensation ou miséricorde de la plupart des pays arabes qui sont devenus « judenrein » (vides de Juifs), alors qu’Israël a accepté plus de 1,3 million d’Arabes comme citoyens Israéliens à part entière, ayant les droits de tout être humain.
En Israël, la femme ne peut être légalement battue par un homme et toute personne peut changer de foi, sans crainte d’être tuée pour apostasie. Or ceci n’est pas le cas dans le monde islamique.
Je reconnais que les Palestiniens souffrent, mais leurs souffrances sont dues à la corruption de leurs dirigeants et ne sont pas le fait d’Israël.
D’ailleurs, on ne voit pas d’Arabes quitter Israël pour aller vivre dans un pays arabe, alors que des milliers de Palestiniens vont travailler avec bonheur chez « l’ennemi » israélien. S’ils étaient vraiment maltraités, continueraient-ils à aller travailler là-bas ?
« on ne voit pas d’Arabes quitter Israël pour aller vivre dans un pays arabe »
Nous, Musulmans, nous devons reconnaître nos problèmes pour y faire face. C’est à cette condition là que nous pourrons commencer une nouvelle époque, en harmonie avec le monde entier.
Nos dirigeants religieux doivent s’opposer clairement et fermement à la polygamie, la pédophilie, l’esclavage, le meurtre de ceux qui quittent l’Islam, ils doivent condamner les hommes qui frappent leur femme et les Musulmans qui déclarent des guerres contre les non Musulmans pour répandre l’Islam. Alors seulement, nous pourrons avoir le droit de demander aux autres de respecter notre religion.
Le temps est venu d’arrêter notre hypocrisie et de dire ouvertement « Nous Musulmans, nous devons changer ».

http://www.memri.fr/2015/10/23/al-aqsa-tv-nous-ne-laisserons-pas-un-seul-juif-sur-notre-terre-islamique-aucun-enfant-aucun-adulte-aucun-colon-quil-soient-dorigine-occidentale-ou-orientale-aucun-juif-ne-demeurera-sur-l/

Al-Aqsa TV : « Nous ne laisserons pas un seul juif sur notre terre islamique – aucun enfant, aucun adulte, aucun colon, qu’il soit d’origine occidentale ou orientale. Aucun juif ne restera sur la terre d’islam et des musulmans »
Le religieux et commentateur télévisé du Hamas cheikh Abu Iyad Funun se déclare prêt à jurer sur le Coran qu’ « il ne restera pas un seul juif sur cette terre ». Et d’ajouter : « Nous ne laisserons pas un seul d’entre vous, vivant ou mort, sur cette terre. Par Allah, nous sortirons vos os de vos tombes pour les expédier hors de ce pays.».
"Lorsque nous avons décidé de lutter contre les Byzantins à la bataille de Mutah, nous avions 3 000 combattants, tandis que les Byzantins en comptaient 200 000."


Il s’est exprimé sur Al-Aqsa TV le 13 octobre 2015.

voila ce qui arrivera sans état juif Protegeant les lieux saints de Jerusalem.
juifs comme chretiens ont tout à perdre.


http://www.dreuz.info/2016/10/25/lunesco-continue-a-delirer-les-juifs-et-les-chretiens-nont-rien-a-voir-avec-jerusalem/

"Après l’islamisation du Kotel, l’Unesco se prépare à voter une nouvelle résolution, aussi folle et hallucinante que la précédente, visant à nier aux Juifs et aux Chrétiens tout lien avec Jérusalem.
Peut-être entendrons-nous cette fois la voix du Vatican, qui demeura étrangement silencieuse la semaine dernière ?
A une semaine d’intervalle, le World Heritage Committee de l’Unesco, dans le but de légitimer la motion mensongère faisant du Kotel un lieu de prière sacré musulman, s’apprête à faire voter une nouvelle résolution selon laquelle Juifs et Chrétiens n’ont rien à voir avec Jérusalem, ni avec son patrimoine culturel, ni archéologique.
« C’est comme si l’on affirmait, que le soleil crée l’obscurité » a déclaré Benjamin Netanyahu.
La lumière qui éclaire l’Unesco est à nouveau psychédélique : seuls les musulmans pourront s’attribuer l’héritage juif et chrétien et gérer son aspect institutionnel et étatique. Car pour l’Unesco, la Palestine est un Etat. C’est cette institution, phagocytée par les nations musulmanes, qui vota en faveur de l’adhésion de la Palestine en tant qu’Etat membre de plein droit en novembre 2011 et céda, à l’époque, à ce nouvel « Etat » membre, non seulement un héritage juif, mais l’église de la Nativité de Bethléem, l’église de la crèche, de l’âne et du bœuf.
La porte-parole de l’Autorité palestinienne, Hanan Ashrawi déclara immédiatement qu’il s’agissait d’une manifestation de la souveraineté palestinienne.
Et c’est cela, l’objectif de toutes ces manœuvres : une affirmation politique n’ayant aucun rapport avec la culture, qui prévoit la criminalisation et la négation de tous les droits du peuple juif sur sa terre. Une stratégie programmée, qui poursuit une guerre diplomatique mortelle depuis l’ère Arafat. Et l’Unesco participe à cette stratégie, criminelle et négationniste, avec célérité.

Cette nouvelle affabulation de l’Unesco ne mettra pas l’Italie à l’épreuve mercredi, car le Comité qui va voter pour ce nouveau mensonge est formé de 21 Etats dont l’Italie ne fait pas partie. Et il est certain, si l’on consulte la liste des participants, qu’il n’y aura cette fois-ci aucune consolation, comme souligné par l’Ambassadeur israélien à l’Unesco, Carmel Shana-Hacohen.

Lors de la précédente délibération, si le Mont du Tempe, renommé en « Al Aqsa Mosque » et en « Al Haram al Sharif » fut défini comme « lieu musulman de prière », il y avait au moins dans le texte un passage, certes secondaire, qui parlait de l’importance de Jérusalem pour les trois religions monothéistes. Ce passage aujourd’hui a bizarrement disparu.

Le Mexique et le Brésil ayant aussi manifesté leur regret d’avoir voté « oui » à la résolution antisémite de la semaine dernière, ne sont pas membres du Comité.

Netanyahu, qui a téléphoné à Renzi après son revirement pour lui exprimer sa reconnaissance, a ajouté que si les Palestiniens continuaient à emprunter ce chemin périlleux du jihad diplomatique contre le peuple juif, ils s’apercevraient bien vite que les surprises de la semaine dernière de la part du Mexique, du Brésil et de l’Italie, pourraient se multiplier.

En effet, toute la mise en scène préparée par l’Unesco n’est qu’un fiction afin de dissimuler l’impatience croissante parmi les anciens soutiens d’Abu Mazen à l’égard de l’idéologie palestinienne, qui loue le terrorisme et ne laisse aucune place aux négociations.

L’Egypte, l’Arabie saoudite, les pays du Golfe, la Chine et l’Inde, pourtant partisans de la cause palestinienne, sont en train de revoir leur rapport avec Israël au nom de la guerre commune contre la terreur et pour le développement économique et technologique.

L’Unesco par contre, s’entête à demeurer la « maison folle » qui a choisi la destruction de l’Etat hébreu, et fait preuve d’un acharnement qui s’apparente à une véritable technique suicidaire.

Commentant la position de Renzi, le Premier ministre israélien a également déclaré que « le changement des institutions de l’ONU prendra quelques années, mais ces premiers signes positifs sont les bienvenus. »

Ce serait magnifique si l’Italie, en se prononçant sur le vote farce prévu ce mercredi à l’Unesco, invitait ses collègues à une nouvelle prise de position en faveur d’Israël.

--
si vous pensez encore a la moindre justice pour un etat palestinien, c'est que 40 ans de propagande en ce sens l'ont insufflé dans l'inconscient collectif.
ce serait bien au contraire, le triomphe de l'injustice et du mal.
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5218
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mar 25 Oct 2016, 17:17

Source Challenges.fr
http://www.challenges.fr/politique/jerusalem-quand-la-france-pietine-le-judaisme-et-le-christianisme-a-l-unesco_434736


Jérusalem: quand la France piétine le judaïsme et le christianisme à l'Unesco
Par Denis Jeambar
Le 24.10.2016

Pourquoi la France s'est-elle abstenue lorsque l'Unesco, le 13 octobre dernier, a adopté une résolution niant le lien historique du peuple juif avec Jérusalem?
Depuis le général de Gaulle, la diplomatie française navigue avec plus ou moins de subtilité entre Israël et le monde arabe. Nous sommes, en tout cas, bien loin de la IVe République lorsque notre pays aidait l'Etat juif à se doter de l'arme nucléaire. A cette époque-là, Shimon Perez disposait même d'un bureau au ministère de la Défense à Paris! En dépit de ce passé commun, l'ancien président israélien, décédé le 28 septembre dernier, enterré en présence de tous les grands de ce monde, dont François Hollande, n'aurait sans doute guère apprécié l'attitude de notre pays le jeudi 13 octobre à l'Unesco, l'organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture, dont le siège est à Paris. Ce jour-là, en effet, sous l'impulsion des représentants palestiniens et de nombreux pays arabes (Algérie, Egypte, Liban, Maroc, Oman, Qatar, Soudan), une commission du Conseil exécutif de l'Unesco adopte une résolution qui certes rappelle « l'importance de la Vieille Ville de Jérusalem et de ses remparts pour les trois religions monothéistes» mais qui nie, au fond, tout lien historique entre Jérusalem et le peuple juif. Tous les sites religieux y sont dénommés en arabe alors même que l'islam est apparu plus de 600 ans après la naissance du Christ et que le grand temple d'Hérode, dont le mur des Lamentations, selon tous les archéologues, est le témoignage, remonte à 19 avant Jésus Christ. Un texte donc tissé de mensonges sémantiques, une expulsion par les mots et une insulte à la vérité, avant même d'être antisémite.

Hollande temporise, Valls s'insurge...

Que croyez-vous que fit la France devant ce qu'il faut bien appeler une résolution révisionniste? Comme 25 autres pays, elle s'abstint! 24 votes favorables ont, en revanche, conduit à son adoption. Six Etats seulement ont voté contre, six Etats qui font honneur à la démocratie car respectueux de la vérité historique: les Etats-Unis, la Grande Bretagne, l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Estonie et la Lituanie.

En vérité, nulle surprise dans l'attitude de notre diplomatie. La France avait, en effet, commis pire, le 15 avril dernier, lorsque l'Unesco avait adopté une première résolution tout à fait comparable: elle avait alors tout simplement voté pour! Soupçonné aussitôt de cautionner une entreprise de négationnisme historique, le pouvoir avait tergiversé et gagné un peu de temps. Au bout d'un mois, François Hollande avait fini par sortir de son silence dans une lettre embarrassée, adressée au président du Conseil représentatif des institutions juives de France (le CRIF): « Rien dans le vote de la France ne devrait être interprété comme une remise en cause de la présence et de l'histoire juives à Jérusalem. ». Manuel Valls, comme d'habitude, avait été plus tranché: « Il y a dans cette résolution de l'Unesco des formulations malheureuses, maladroites, qui heurtent et qui auraient dû être incontestablement évitée, comme ce vote. »

Quand la realpolitik prime sur réalité historique

Du soutien, la France est donc passée à l'abstention. Ce qui est ni plus ni moins une nouvelle capitulation sur laquelle il faut bien s'interroger. Pourquoi la France accepte-t-elle que cette histoire-là soit travestie? Il y a, bien sûr, cette fameuse politique arabe de la France, politique d'équilibriste qui finit par se casser la figure comme c'est le cas dans cette affaire. Il y a aussi la triste réalité d'un commerce d'armes prospère dont les principaux clients sont des pays arabes, ennemis jurés d'Israël. Ajoutons une forme d'acceptation de la radicalité islamique, peut-être par crainte de la voir frapper à nouveau sur notre territoire ou se soulever dans les territoires perdus de la République. S'acheter donc une forme de tranquillité. On écartera l'amateurisme, nul ne pouvant imaginer que notre attitude soit une simple double bévue diplomatique.

Bref, nous voici face à une realpolitik qui piétine l'histoire à la fois juive mais aussi chrétienne. Car, dans son élan, la résolution de l'Unesco met l'histoire du christianisme dans le même sac. Diktat du révisionnisme islamique. On aurait aimé plus de réactions à une telle faute, pour ne pas dire scandale. Pas de commentaire officiel. Aucune condamnation de gauche ou de droite. Pas de grands éditoriaux indignés dans les journaux. Pas de leçons d'Histoire ou d'archéologie. Comme si seul le peuple juif était concerné par cette résolution. La France, qui se pare de tant de vertus, devrait demander un réexamen de cette résolution. Accepter que l'on triche ainsi avec la réalité est indigne de la nation des Droits de l'Homme, pourtant sans cesse soumise à l'examen critique de ses brillantes écoles d'historiens. Ce silence est une lâcheté, un révisionnisme français.

Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5218
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mar 25 Oct 2016, 18:48

http://www.europe-israel.org/2016/10/quand-les-nazis-exiles-au-moyen-orient-oeuvraient-a-la-cause-palestinienne/
source europe-israel

Quand les nazis exilés au Moyen Orient oeuvraient à la cause palestinienne

Pourquoi la propagande anti-israélienne et anti-juive des pays musulmans ressemble-t-elle tant à la propagande antisémite du IIIe Reich ? Parce que des milliers de nazis se sont réfugiés au Moyen Orient après 1945 où ils ont travaillé à la lutte contre Israël.
On sait […] que beaucoup de nazis trouvèrent refuge dans le monde arabe. A partir de 1953, l’Egypte en intégra quelque deux mille. Certains travaillaient dans le service secret de Nasser. Certains géraient des camps de concentration. D’autres s’impliquèrent dans la conception et la réalisation de fusées (1).
Parmi cette population, il y avait des spécialistes en propagande antisémite. Depuis l’Egypte, ils répandirent l’antisémitisme dans le monde arabe, ainsi que la doctrine de la négation de l’Holocauste. Ecrivant en 1967, l’historien Kurt Tauber a décrit la situation qui était celle de l’Egypte de Nasser :

«… En plus des dons de la Gestapo et de la SS, il y avait aussi un grand besoin d’autres aptitudes sur le Nil. On nous dit que d’anciennes recrues de Goebbels, initialement sous la supervision du défunt Johann von Leers, jouent un rôle important dans l’appareil de propagande antijuif et antisioniste de Nasser. A ce propos, nous entendons les noms de Werner Witschale, du Baron von Harder, de Hans Appler et de Franz Buensche. Mais un passé d’agent de la Gestapo, de la SS et des services d’espionnage n’empêche pas d’accéder à des carrières attractives au ministère égyptien de la propagande. Walter Bollmann, chef nazi des services d’espionnage en Grande-Bretagne avant la guerre, et plus tard, commandant SS, a servi dans la lutte contre la guérilla et les opérations antijuives en Ukraine ; Louis Heiden, officier SS qui fut transféré au bureau de presse égyptien durant la guerre, Franz Bartel, « vieux combattant » et officier dans la Gestapo ; Werner Birgel, officier SS de Leipzig ; Albert Thielemann, dirigeant SS en Bohème ; Erich Bunz, Major dans la SA et expert dans la question juive ; et le capitaine SS Wilhelm Boeckler, qui participa à la liquidation du Ghetto de Varsovie – sont tous réputés s’être occupés de propagande antijuive pour le compte de Nasser… » (2).
Matthias Küntzel a décrit un résultat majeur du projet égyptien de propagande :
« Cette pénétration des institutions égyptiennes d’après-guerre par une bande de faiseurs d’opinion d’obédience national-socialiste ne pouvait que contribuer […] au fait que, jusqu’à aujourd’hui, le public égyptien n’a guère pris conscience [de ce que l’on connaît des] crimes allemands contre les juifs. Durant près de cinquante ans, a prévalu dans les médias égyptiens le mensonge selon lequel, au XXe siècle, l’Holocauste n’a été rien d’autre qu’un prétexte constamment mis en avant pour justifier l’existence d’Israël… » (3).
Le numéro un des antisémites hitlériens : le cas de Johann von Leers (4).
Puisque la circulation des idées et les questions de continuité historique sont reconnues comme des sujets majeurs, le cas du professeur Johann von Leers (1902–1965) mérite une attention toute particulière. Il fut l’un des idéologues les plus importants du troisième Reich avant de travailler pour le Ministère égyptien de l’information.
En avril 1938, von Leers fut nommé professeur à l’université Friedrich-Schiller à Iéna. Il était spécialiste de « l’histoire juridique, économique et politique sur des bases raciales » (Rechts-, Wirtschafts- und politische Geschichte auf rassischer Grundlage). Il maîtrisait cinq langues : l’anglais, le français, l’espagnol, le hollandais, et le japonais (5). Dans sa jeunesse, il fut membre du mouvement nationaliste de la jeunesse Adler u. Falken (Aigles et Faucons), où il noua là des liens durables avec Heinrich Himmler. Il fut l’un des premiers membres du parti nazi. En 1929, il était devenu l’un des protégés de Goebbels (6).
Von Leers était un membre actif du Mouvement allemand de la Foi, sous le patronage de Himmler. Son objectif était de « libérer l’Allemagne de l’impérialisme judéo-chrétien » en créant, à sa place, une nouvelle religion païenne (7). Avec d’autres, il avait aussi été à l’origine d’un plan pour développer la race aryenne par la procréation. En compagnie d’un certain Friedrich Lamberty- Muck (8) qui prêchait la polygamie, il fut l’inspirateur du projet Lebensborn, activement mis en application par Himmler.
Von Leers était le spécialiste des affaires juives. Partisan déclaré du génocide, il fut l’un des propagandistes les plus radicaux de l’antisémitisme du Troisième Reich. Le philosophe juif, Emil Fackenheim, a expliqué que von Leers défendit une position selon laquelle « les États qui hébergent des JUIFS hébergent la peste, et le Reich a le devoir moral et le droit légal de conquérir ces pays parce qu’il doit aller jusqu’au bout de sa lutte sans merci pour éradiquer la peste. » (9).
Dans une communication personnelle avec Fackenheim, l’historien Erich Goldhagen expliquait « que, si la comparaison avec les bacilles était, bien sûr, banale chez les nazis, von Leers prenait une attitude originale en ne cachant pas derrière des euphémismes son appel au meurtre de masse. » Après sa mort, « sa veuve [Gesina Fischer née Schmaltz] qui partageait ses opinions, rentra en Allemagne, et mit les néo-nazis dans l’embarras en défendant ouvertement l’extermination des juifs par Hitler, au lieu de ranger le génocide parmi ses « erreurs » (10).
Von Leers possédait d’indéniables talents, qu’il a déployés pour asseoir les bases idéologiques de la collaboration du nazisme et de l’islam sur leur haine commune envers les juifs (11). Après la guerre, il a poursuivi son action en Égypte. Son travail fut considéré comme très positif, et a été pleinement soutenu.
Herf signale qu’en décembre 1942, von Leers a publié, dans Die Judenfrage, journal d’intellectuels antisémites, un article intitulé « Le judaïsme et l’islam face à face ». Comme le titre l’indique, l’auteur adoptait une perspective hégélienne, et présentait le judaïsme et l’islam en termes de thèse et d’antithèse. Cet essai mettait également en lumière le point de vue nazi obséquieux, que von Leers projetait sur le passé de l’islam, de même que l’intensité de sa haine du judaïsme et des juifs. Le passage suivant est extrait du texte original. L’auteur remercie le professeur Herf d’avoir mis à sa disposition ce document remarquable, dont il paraphrase ou cite directement des fragments:
« L’hostilité de Mahomet envers les juifs a eu une conséquence : les juifs d’Orient ont été totalement paralysés. Leur assise a été détruite. Le judaïsme oriental n’a pas réellement participé à l’extraordinaire montée en puissance du judaïsme [européen] au cours des deux derniers siècles. Repoussés dans la saleté des ruelles du mellah [dans les villes marocaines, c’est le quartier juif entouré de murs, analogue au ghetto européen] (12), les juifs ont mené là une vie misérable. Ils ont vécu sous une loi spéciale [celle d’une minorité protégée], qui contrairement à l’Europe ne leur permettait pas de pratiquer l’usure ni même le trafic de marchandises volées, les maintenant dans l’oppression et l’angoisse. Si le reste du monde avait adopté une politique semblable, nous n’aurions pas de question juive [Judenfrage]… En fait, en tant que religion, l’islam a rendu un service éternel [au monde] : il a empêché la conquête menaçante de l’Arabie par les juifs. Il a vaincu, grâce à une religion pure, le monstrueux enseignement de Jéhovah. C’est ce qui a ouvert à de nombreux peuples la voie vers une culture supérieure… » (13).
Pour sa part, lors de sa rencontre avec Hitler, le 21 novembre 1941, et dans ses émissions de radio, l’ancien mufti de Jérusalem, Haj Amin Al-Husseini, affirmait que les juifs étaient les ennemis communs de l’islam et de l’Allemagne nazie (14). L’ancien mufti fit de fréquents déplacements dans les Balkans pour y encourager les unités musulmanes SS. Les radios de l’Axe ont fidèlement rendu compte de ces visites. Au cours de son émission du 21 janvier 1944, il [Haj Amin] soulignait :
« Le Reich mène le combat contre les mêmes ennemis, ceux qui ont spolié les musulmans de leurs pays et anéanti leur foi religieuse, en Asie, en Afrique et Europe… Le national-socialisme allemand lutte contre les juifs partout dans le monde. Comme le dit le Coran: « Tu apprendras que les juifs sont les pires ennemis des musulmans ». Les principes de l’islam et du nazisme sont très proches, en particulier dans leur affirmation des valeurs du combat et de la fraternité d’armes, dans la prééminence du rôle du chef, dans l’idéal d’Ordre. Voila ce qui rapproche étroitement nos valeurs et facilite la coopération. Je suis heureux de voir, dans cette unité de musulmans SS, la mise en pratique indiscutable de nos deux visions du monde » (15).
Après la guerre, von Leers a habité incognito en Italie jusqu’en 1950, puis il a fui en Argentine, où il a travaillé comme rédacteur en chef du mensuel nazi, Der Weg. Il a établi dans ce pays des contacts étroits avec Adolf Eichmann. Après la chute de Perón en 1955, il est parti au Caire, où il a obtenu un poste au Ministère égyptien de l’information. Avec le soutien de l’ancien mufti, qui vivait, lui aussi, en Égypte, il se convertit à l’islam et prit pour noms Mustafa Ben Ali et Omer Amin Johann von Leers (16).
Von Leers a contribué financièrement à la publication d’une édition arabe des Protocoles des Sages de Sion. Il a redonné vie aux accusations de meurtres rituels, organisé la diffusion d’émissions de radio antisémites en plusieurs langues, encouragé les mouvements néo-nazis dans le monde entier, et entretenu une correspondance chaleureuse avec les premiers révisionnistes de l’Holocauste, dont Paul Rassinier (17). On a rapporté que von Leers aurait été le premier à imaginer l’idée d’une nationalité palestinienne autonome, dans le cadre de la guerre plus large contre Israël (18).
En plus de ses obligations professionnelles quotidiennes, Johann von Leers était actif au titre de « contact pour l’organisation des anciens membres des SS (ODESSA) en territoire arabe (19). » Et bien sûr, ce fut son vieil ami, Haj Amin Al-Husseini, qui lui trouva un poste de conseiller politique au Ministère égyptien de l’information (20). Dans son discours de bienvenue au Caire, l’ancien mufti déclara à l’adresse de von Leers : « Nous vous remercions de prendre part à la bataille contre les forces du Mal incarnées par les juifs du monde entier » (21).
Si la propagande anti-israélienne et antijuive actuelle des Arabes parait très proche de celle du Troisième Reich, ce n’est pas tout à fait par hasard."
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5218
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Jeu 27 Oct 2016, 06:37

http://lecourrier-du-soir.com/?p=579
Source Le courrier du soir

"Le Pape François a souligné ce mercredi 26 octobre 2016, dans un discours prononcé au Vatican, que DIEU a promis la terre sainte au peuple d’Israël. Les déclarations du pape interviennent au moment où l’UNESCO a passé une résolution niant tout lien entre Jérusalem et le mont du Temple
« DIEU a promis la terre sainte au peuple d’Israël ». Voilà en substance les propos du Pape François lors d’une allocution publique au Vatican ce mercredi. Le Pape tenait en effet un discours sur le thème de l’immigration. Il dira : « le peuple d’Israël, qui, à partir d’Egypte où il a été fait esclave, a marché dans le désert pendant 40 ans jusqu’à atteindre la terre promise par DIEU ».

Le discours du souverain pontife a été prononcé juste avant son audience avec le vice-ministre israélien pour la Coopération Régionale, Ayoub Kara. Il a remercié ce dernier pour ses efforts au nom de l’Eglise et des Chrétiens d’Israël. Pour Ayoub Kara, le message du Pape est adressé à l’UNESCO dont le comité de patrimoine mondial a approuvé une résolution qui a ignoré les liens du peuple juif au mont du Temple.

« La résolution est une attaque faite à l’histoire »

S’adressant au Pape, Ayoub Kara a remercié le souverain pontife pour ses déclarations qui reconnaissent les droits d’Israël à la terre sainte. Il dira plus tard aux journalistes qu’il n’est pas question que la résolution porte atteinte aux Chrétiens et aux textes sacrés car cela reviendra à « déformer les faits historiques et théologiques ».

Il convient de souligner que le pape ne s’est pas encore prononcé sur la résolution de Jérusalem passée par l’UNESCO. Mais du côté israélien, la colère gronde. Le porte-parole de la Knesset, Yuli Edelstein, a écrit une lettre au Cardinal Parolin lui faisant savoir que le déni de l’UNESCO de reconnaître le statut de la Cité Antique est un affront au christianisme et au Judaïsme.

Dans sa lettre, Yuli Edelstein écrit : « la résolution est une attaque faite à l’histoire et elle offense profondément le christianisme et le judaïsme. Le déni de l’historicité des Temples de Jérusalem et du mont du Temple reconnus par l’Ancient et le Nouveau Testament est une accusation terrible de la communauté internationale lorsque cette même résolution est adoptée plusieurs fois par un corps de l’ONU ».

« Jérusalem est la capitale d’Israël pour toujours »

Il ajoute : « le rejet audacieux du lien millénaire qui existe entre le Judaïsme et ses lieux sacrés à Jérusalem est une tentative flagrante de réécrire l’histoire. Les annales de nos deux religions ne peuvent pas être effacées par des mains levées et des voix comptées ». Pour Yuli Edelstein, il est temps que la communauté internationale réaffirme que Jérusalem est la ville sainte des trois religions monothéistes.

Le ministre israélien de l’Education, Naftali Bennett, a qualifié la décision de l’UNESCO de « déni de l’histoire ». Il dira : « l’histoire effacera cette décision embarrassante. Une chose restera intacte : Jérusalem est la capitale d’Israël pour toujours. En conséquence, ma décision de suspendre nos activités avec l’UNESCO tient toujours. Nous ne collaborerons pas avec aucun organe qui nie le lien du Peuple juif avec Jérusalem »."
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 2368
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Jeu 27 Oct 2016, 09:54

La France s'est abstenue je crois savoir .
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
prinu



Féminin Messages : 5218
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Lun 31 Oct 2016, 22:14

s'abstenir est un déni grave, la république devait farouchement s'y opposer.
--
Source Dreuz:
Spoiler:
 



Manifestation à Paris
La foule était compacte, ce 27 octobre : plus de 3 000 personnes s’étaient rassemblées sur l’Esplanade des Invalides, près du Quai d’Orsay.
Les forces de police qui protégeaient ce rassemblement ont eu droit à une ovation
A l’appel de toutes les organisations juives sauf l’UEJF, appendice socialiste que les obéissants dirigeants utilisent comme tremplin pour leur carrière (*), et la participation de l’amitié judéo-chrétienne, une importante manifestation de protestation s’est tenue à Paris pour protester contre l’abstention de la France à l’UNESCO, à la résolution portée par les palestiniens et certains pays arabo-musulmans, niant tout lien entre Jérusalem et le peuple juif, et du même coup le christianisme.
Conscient de la faiblesse des Occidentaux, le rouleau compresseur arabo-islamique dont l’ambition est de faire disparaître – parce que l’islam est une religion tolérante – le seul Etat non musulman du Proche-Orient et le seul Etat juif au monde, joue à plein au sein des institutions européennes.
La résolution nie tout lien entre Israël et le peuple juif
C’est ainsi que jeudi 13 octobre 2016, une commission du Conseil exécutif de l’Unesco, l’organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, dont le siège est à Paris, – sous l’impulsion des représentants palestiniens et de nombreux pays arabes (Algérie, Egypte, Liban, Maroc, Oman, Qatar, Soudan),- a adopté une résolution qui tout en rappelant « l’importance de la Vieille Ville de Jérusalem et de ses remparts pour les trois religions monothéistes» nie dans le texte tout lien historique entre Jérusalem et le peuple juif.

Vingt cinq Etats dont la France se sont abstenus au lieu de voter contre, un signe de lâcheté pire que voter pour.

Seuls six Etats ont voté avec droiture pour la vérité historique : les Etats-Unis, la Grande Bretagne, l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Estonie et la Lituanie.

A l’Unesco, la France avait déjà commis un sacrilège le 15 avril dernier, en votant POUR une résolution semblable. Pris à parti et accusés de cautionner un texte négationniste, François Hollande avait tardivement adressé une lettre au CRIF : « Rien dans le vote de la France ne devrait être interprété comme une remise en cause de la présence et de l’histoire juives à Jérusalem», et Manuel Valls avait à l’Assemblée nationale essayé de rattraper la dérive française : « Il y a dans cette résolution de l’Unesco des formulations malheureuses, maladroites, qui heurtent et qui auraient dû être incontestablement évitée, comme ce vote.»

On pouvait espérer que cette fois, la France voterait contre le texte, elle qui avait offert à la « Palestine », ce pays qui n’existe pas – un siège d’Observateur à l’ONU et l’UNESCO, mais les socialistes étant les socialistes…

Un grand écart écoeurant, pathétique et schizophrénique

Il n’en fut rien.

Les abstentions ont laissé libre cours au camp arabe. La France a apposé sa signature au bas du document. En endossant un texte qui utilise une terminologie arabe pour nommer tous les sites religieux juifs et chrétiens, et nie le lien entre Jérusalem et le peuple juif, la France a commis un grand écart écoeurant, pathétique et schizophrénique, au point que l’Italie et le Mexique, qui s’étaient aussi abstenus, ont après coup subitement réalisé leur faute et s’en sont ouvertement repentis.

Le texte mensonger, insulte à la vérité, est un délire antisémite, un de plus.

Sur l’estrade, lors de la manifestation, ont défilé une vingtaine d’intervenants pour déplorer d’une même voix le vote stupide de la France – l’un deux a parlé de vote « crétin » ; un autre a réclamé que le siège de l’UNESCO quitte Paris pour s’installer à Alger ; un autre a souligné que ce vote ouvrait la voie à un type de djihad culturel et sémantique plus subtil et plus dangereux encore ; un autre qu’il montrait clairement que le conflit israélo-palestinien n’était pas territorial, mais reflétait le rejet de l’existence d’Israël, purement et simplement.

Nul ne peut douter que l’abstention de la France à l’UNESCO s’est faite avec l’assentiment du Président François Hollande et de son premier ministre Manuel Valls.

Comment croire encore en la France qui depuis près de 50 ans et malgré les attentats dont elle est la cible, donne encore et toujours des gages au djihad arabo islamique ?
Spoiler:
 

--
j'ai bien aimé entendre sur france 2, un journaliste parler des sites d'extreme droite, et mettre Dreuz dans la liste, pour diaboliser les méchants sionistes.
les sionistes de gauches, ècolos, centristes, ps, ump, etc .. ont été giflés
c'est une canalisation anti-sioniste des médias.
le quai d'orsay et l'elysee ont des positions fashistes et négationnistes de l'histoire, quand aux juifs, en celà ils souillent les idéaux républicains, et les socialistes au pouvoir ont trahi jaures. quand a ceux de droite qui pensent de meme, ils trahissent la fibre gauliste de la résistance francaise, et les autres trahissent le siécle des lumiéres et la france de victor hugo ou de Malraux.
Revenir en haut Aller en bas
aristote



Masculin Messages : 375
Inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mar 01 Nov 2016, 22:52

Erkos a écrit:
Citation de votre site : (cependant que l’Israël moderne, de l’aveu même de Netanyahu, n’aurait pas aussi bien réussi sans l’aide des Chrétiens qui l’ont soutenu depuis la déclaration Balfour jusqu’à ce jour).


Citation de Theodore Herzl sur le Pape Saint Pie X

Citation :
Entretien avec le Pape Saint Pie X rapporté par Théodore Herzl, père du sionisme, dans son journal le 25 janvier 1904 :
Je fus conduit chez le Pape en passant par un grand nombre de petits salons. Il me reçut debout et me tendit la main, que je ne baisai pas (…).
Je lui soumis brièvement mon affaire. Il répondit sur un ton sévère et catégorique (…) : « Nous ne pouvons pas soutenir ce mouvement [sioniste]. Nous ne pourrons pas empêcher les juifs d’aller à Jérusalem, mais nous ne pouvons en aucun cas soutenir cela. Même si elle n’a pas toujours été sainte, la terre de Jérusalem a été sanctifiée par la vie de Jésus-Christ. En tant que chef de l’Eglise, je ne peux vous dire autre chose. Les juifs n’ont pas reconnu notre Seigneur, c’est pourquoi nous ne pouvons pas reconnaître le peuple juif. » (…)
Et voilà, pensai-je, le vieux conflit qui recommence entre Rome et Jérusalem ; lui représente Rome, moi Jérusalem. (…)
« – Mais que dites-vous, Saint-Père, de la situation actuelle ? demandai-je.
– Je sais bien qu’il est désagréable de voir les Turcs en possession de nos Lieux saints, répondit-il. Nous sommes forcés de le supporter. Mais soutenir les juifs pour qu’ils obtiennent eux, les Lieux saints, c’est une chose que nous ne pouvons pas faire. »
Je soulignai que notre motivation était la détresse des juifs, et que nous entendions laisser de côté les questions religieuses.
« Oui, dit-il, mais nous, et plus spécialement moi en tant que chef de l’Eglise, ne le pouvons pas. Deux cas peuvent se présenter. Ou bien les juifs restent fidèles à leur croyance et continuent d’attendre le Messie, qui pour nous est déjà venu. Dans ce cas, ils nient la divinité de Jésus, et nous ne pouvons rien faire pour eux. Ou bien ils vont là-bas sans aucune religion, et dans ce cas-là nous pouvons encore moins les soutenir. La religion juive a été la base de la nôtre, mais elle a été remplacée par la doctrine du Christ, et dès lors nous ne pouvons plus reconnaître son existence. Les juifs, qui auraient dû être les premiers à reconnaître Jésus-Christ, ne l’ont pas fait jusqu’à ce jour. »
Je faillis dire : «  C’est ce qui arrive dans toutes les familles. Nul n’est prophète dans sa famille. » Au lieu de cela, je déclarai : « La terreur et les persécutions n’étaient peut-être pas les meilleurs moyens pour éclairer les juifs. »
Il répliqua cette fois avec une simplicité désarmante : « Notre Seigneur est arrivé sans disposer d’aucune puissance. Il était pauvre. Il est venu en paix. Il n’a persécuté personne, on l’a persécuté. Même les Apôtres l’ont abandonné. Ce n’est qu’ensuite qu’il a grandi. C’est seulement au bout de trois siècles que l’Eglise a été mise en place. Les juifs avaient donc le temps de reconnaître la divinité de Jésus-Christ sans aucune pression extérieure. Mais ils ne l’ont pas fait, ils ne le font toujours pas à l’heure qu’il est. »
« Mais, Saint-Père, dis-je, la situation des juifs est épouvantable. Je ne sais si Votre Sainteté réalise toute l’ampleur de ce drame. Nous avons besoin d’un pays pour les persécutés.
– Mais cela doit-il être Jérusalem ? demanda-t-il.
– Nous ne demandons pas Jérusalem, précisai-je, mais la Palestine, seulement le pays profane.
Il répéta : « Nous ne pouvons pas soutenir cela. »
«- Connaissez-vous, Saint-Père, la situation des juifs ? questionnai-je
– Oui, je l’ai connue à Mantoue, répondit-il. Il y a des juifs là-bas. J’ai d’ailleurs toujours eu de bonnes relations avec les juifs. Tout récemment, un soir, j’ai eu la visite de deux juifs. Il est vrai qu’il existe des rapports qui se situent en dehors de la religion : des rapports de courtoisie et de charité. Nous ne refusons aux juifs ni l’une ni l’autre. Du reste, nous prions pour eux, afin que leur esprit s’éclaire. Précisément en ce jour, nous célébrons la fête d’un incroyant qui, sur le chemin de Damas, s’est converti de façon miraculeuse à la vraie croyance [Saint Paul]. Ainsi, si vous allez en Palestine et si vous y installez votre peuple, nous préparerons des églises et des prêtres pour les baptiser tous. »
Theodore Herzl – Journal 1895-1904. Le fondateur du sionisme parle.

Laissez les Catholiques hors de vos fourberies

Erkos, il a existé un sionisme chrétien. Des protestants anglo-saxons pensent en effet à partir du XIXe siècle que le Jugement dernier et la réalisation des prophéties ne peut se faire que si l'ensemble du peuple juif est réuni en Terre sainte pour se convertir collectivement au christianisme. Au XIXe siècle, ce courant de pensée est particulièrement influent dans les cercles dirigeants anglais et américains.

Mais pour Henry Laurens, historien français, le mouvement sioniste tel qu'il se forme dans la seconde moitié du XIXe siècle se construit en opposition avec le nationalisme européen. En effet, celui-ci repose sur l'idée que la nation se constitue à partir de la race et du sol, au détriment du vivre-ensemble tel que proclamé par la Révolution française. Cette conception raciale de la nation provoque un antisémitisme (affaire Dreyfus) qui pousse des penseurs juifs à penser rechercher un sol où se sentir en sécurité. Le mouvement sioniste, pour Henry Laurens, n'a pas de fondement religieux, il ne voit dans le texte sacré que la mémoire historique du peuple juif.

En fait, l'origine du souhait formulé par certains de voir une nation juive créée en Palestine est la question juive elle-même, à laquelle certains tentent d'apporter une solution, tel que Theodor Herzl. Le constat d'une émigration juive massive à partir de la Russie vers l'ouest, pour fuir notamment les quelques pogroms sanglants qui y ont lieu, et de l'exacerbation consécutive de l'antisémitisme dans les pays d'Europe, face à cette arrivée massive (dans un contexte je rappelle de nationalisme fort), constitue les termes de la question juive. Face à cela, que faire ? Aller aux Amériques ? Rester en Europe ? Pour des hommes comme Theodor Herzl, c'est impensable. Donc ce sera le soutien au départ.

Revenir en haut Aller en bas
aristote



Masculin Messages : 375
Inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mer 02 Nov 2016, 15:30

Pour ma part, je pense qu'il est aberrant qu'un chrétien se revendique politiquement du sionisme. Le sionisme est une idée politique défendue par des juifs pour des juifs. De là à s'identifier à eux, il y a un pas à ne pas franchir je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mer 02 Nov 2016, 15:38

Le Sionisme ne concerne pas les chrétiens. C'est une affaire politique des Juifs.

Par contre, au plan religieux, les chrétiens doivent observer : en effet, c'est Jésus qui annonce explicitement que ce peuple dispersé sera ramené dans sa terre promise vers la fin du monde.

Citation :
Matthieu 23, 38 Voici que votre maison va vous être laissée déserte.
Matthieu 23, 39 Je vous le dis, en effet, désormais vous ne me verrez plus, jusqu'à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur!"
Matthieu 24, 1 Comme Jésus sortait du Temple et s'en allait, ses disciples s'approchèrent pour lui faire voir les constructions du Temple.
Matthieu 24, 2 Mais il leur répondit : "Vous voyez tout cela, n'est-ce pas? En vérité je vous le dis, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit jetée bas."

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
aristote



Masculin Messages : 375
Inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mer 02 Nov 2016, 16:59

Bonjour Arnaud,

mon intervention dans la discussion ne concerne que des aspects historiques, qui permettent d'éclairer notre présent et l'actualité, et qui selon moi sont indispensables pour comprendre pourquoi il serait surprenant de dire qu'un chrétien doit être politiquement sioniste. Comme vous le dites si justement, ce sionisme politique ne nous concerne pas. Il porte un projet politique que nous ne pouvons pas partager, parce qu'il n'est pas de notre ressort. A la rigueur, on peut déplorer la manière concrète dont l'occupation sioniste a eu lieu (expulsion des Palestiniens, remplacés systématiquement par des émigrants juifs, entre autres choses). Mais pour le reste, observons.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mer 02 Nov 2016, 17:49

aristote a écrit:
Il porte un projet politique que nous ne pouvons pas partager, parce qu'il n'est pas de notre ressort.

Nous ne pouvons pas non plus partager les réactions Arabes ou Palestiniennes. Elles ne nous concernent pas davantage. C'est de la politique.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Erkos



Masculin Messages : 542
Inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mer 02 Nov 2016, 18:31

Nous devrions avoir une position, non pas en tant que politique ni en tant que religieux (je vous accorde ces deux là, je pense la même chose) mais en tant que dignité humaine et de la colonisation (et tout ce que ça entraine bien évidement) non pas sur le plan politique mais bien sur les conséquences de la colonisation.
Revenir en haut Aller en bas
aristote



Masculin Messages : 375
Inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Sam 05 Nov 2016, 20:48

Arnaud Dumouch a écrit:
Nous ne pouvons pas non plus partager les réactions Arabes ou Palestiniennes. Elles ne nous concernent pas davantage. C'est de la politique.

C'est de la politique, certes. Mais ça ne nous empêche pas d'avoir un avis sur la question. Et d'avoir la curiosité de connaître le processus historique qui a conduit à la situation actuelle. N'est-ce pas intéressant ?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Sam 05 Nov 2016, 21:35

salut

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
prinu



Féminin Messages : 5218
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mar 22 Nov 2016, 03:28

Que pensez vous du fait que les evangelistes americains sont avec donald Trump, et que celui- ci defende le sionisme.
J'ai l'impression que c'est surtout ca qui fait hurler les politiciens europeens à vilipender donald Trump, homme libre plutôt antisystéme quand clinton representait le systéme, les banques, le marasme.
Je ne pense pas, aristote, qu'il y ait d'occupation sioniste. La phraseologie est usurpatrice.
C'est une recupération de droit eternel et humaniste, et non une colonisation au sens negatif. Ce n'est pas prendre la terre d'autrui, puisque les juifs etaient autochtones et bien presents sur place, constamment, , bien avant l'arrivée toute recente ( 1830/1850) des musulmans qu'on surnomme, abusivement, palestiniens. Il y a un dénni historique a repeter les mots d'occupation ou de colonisation, quand il n'y a eu ni l'un ni l'autre d'apres les temoignages, la presse d'epoque, des archives officielles, et meme d'apres des historiens arabes.

Le christianisme enseigne bien l'histoire que les juifs furent captifs et qu'on leur a volé leur terre, oui ou non ?
La science et l'archeologie le prouvent aussi, oui ou non ?
Croyants et incroyants sont tout deux en face de faits.

Les athees reprochent aux juifs de suivre un texte de foi, qu'ils nient ( nier la bible)
Les croyants reprochent aux juifs de suivre l'histoire, qu'ils nient.( nier l'histoire et l'archeologie scientifique)
Les scribouyeux, eux, come l'onu, ou des journalistes et nos élus, defendent des droits a des gens indefendables autour du monde, ne poussent aucuns cris dans nombre de tueries autout du monde, et se specialise dans le denni des droits du peuple juif. Et on va bien sur encore accuser les juifs de " toujours exagerer"
L'histoire se repette..

Si je ne m'en tiend là qu'a l'interrogation chrétienne:
Dans ces conditions, la justice du retour des juifs dans leur terre culturelle d'origine, ne peux pas etre autre chose qu'une consequence de la foi en la bible, sinon la bible mentirait.
Dans ces conditions, etre antisioniste revient à penser que la bible ment,
Sans omettre que celui qui a pris vos péchés en lui, était un juif voulant liberer son pays du joug romain, de l'occupant non juif. Une forme déja évidente de sionisme libérateur.  Un sionisme qui n'etait a l'époque antiromain.
Et tout autant justifié, et dans justifié, il y a l'élement juste, justice.
En quoi une justice perd de son âme apres les annees.
On veux bien toujours pendre les juifs au pretexte qu'un juif aurait dénoncé un autre juif durant un procés, c'est bien celà ? Et parait il avec son accord.. et si ce procés n'etait pas truqué, par equ'il n'ya pas de journalistes fiables pour en discuter, à lépoque, rapportant son avis à notre époque.
Alors, donc, les juifs toujours coupables.

S'il revenait, ne croyez vous pas , qu'il reprendrait le flambeau de la resistance à l'occupation de la terre sainte par des hordes barbares s'opposant au sionisme ?
Je pense que Jésus serait naturellement, par essence, sioniste.

Je pense que le galvaudage de la phraseologie antisioniste,,parler d'occupation sioniste ou de colonisation negative sioniste, est destructeur de la civilisation chretienne, et entretiend savament la haine antijuive, sans rien apporter comme défense de la vie, ce galvaudage justifie du terrorisme islamique.
La defense de la vie est une pensée sioniste,
Le palestinisme prone l'adulation de la mort, la symbolique macabre de donner la vie de ses enfants dans le but de tuer le plus possible de juifs dans la rue, comme un idéal palestinien signant le modele de pensée palestinien, ne peux pas aboutir à une neutralité des chrétiens, mais en un haut-le -coeur des chretines envers la pensée palestiniste qui s'oppose a la vie. Ce principe est decrit par des ecrivains palestiniens et arabes, au point d'en creer une culture apocalyptique et macabre qui couvre les rues de gaz. L'ivresse démentielle du sang chez le palestinien moyen -et dés l'éducation à l'école primaire, volant et trompant l'enfance de ces otages de la politique-des otages de l'islamisme, perdus à jamais, ivres de sang et de destruction des mecreants et des non musulmans, pour des generations et des genetations- transparait dans leurs peintures degenerees mortuaires, et qui copie sans creer, sans culture, pour des gens venus d'une douzaine de pays arabes et qui n'ont que la culture de leurs douze pays d'origine familiale: la culture palestinienne n'existe pas, c'est une culture coloniale. Le meme esprit qui fait des bombes en france , à Toulouse, bruxelles, Nairobi, aux usa ( 11 sept) , et dans d'autres pays, ..au bataclan: l'imperialisme islamique, une culture qu'on veux tous nous imposer au prix de notre civilisation judeo chretienne et atheiste.


Le processus historique qui a amené la situation historique, n'est absolument pas le besoin personnel des juifs a rentrer chez eux, sur la terre de Jésus, la terre des grand prophétes d'Israel, etc,
mais
L'acharnement des fourbes et l'acharnement des docteurs de l'islam à empecher les juifs d'y recuperer leurs droits. Qui a engendré ce besoin humaniste de s'y deplacer chez certains juifs, et pas tous.beaucoup de veulent psa aller vivr en Israel, mais tous comprennent ce besoin du peuple juif et ce droit inaliénable.
C'est l'agression contre les juifs, au travers des siecles, les textes antijuifs du coran ou des fashistes autour du monde, les agressions antijuives de 1921 et 1929 par les palestiniens, les pogroms antijuifs, l'antisemitisme, incluons y bien sur la shoah qui n'ets nullement " utilisée" comme chantage - comme si la justice reclamee etait un chantage à .. la resistance sioniste à tout les imperialismes en fait, et nullement nuire à autrui, sinon se défendre des agressions d'autrui.
Ces agressions antijuives au fil des siecles
Qui ont créés l'ideal sioniste depuis bien longtemps, depuis trois mille ans, comme salvateur et ultimes espoir du peuple juif.
Le sionisme est une reaction naturelle à l'antisemitisme a travers les siecles, un but de liberté, un cri de 3000 ans.

n'inversez pas les rôles..
Ce ne sont pas les juifs qui ont crees la situation actuelle, ce sont les antijuifs à rravers les siecles, et la volonté des pays arabes à empecher tout droits historiques aux juifs, sur leur propre terre historique.
Ce dont les agressions palestiniennes de 1921 et 1948, mais aussi les pogroms antijuifs dans les payas arabes, d etout temps, y compris en 1947 et 48,
Qui ont donnés la situation actuelle.
Et un islamisme radical sublimé par toute declaration antisioniste.
Pour un chretien, etre antisioniste, ou meme se dire neutre, c'est se tirer une balle dans le pied et ne plus defendre le christianisme.
Dans ce clivage, le neutralisme nuit au christianisme.

C'est mon opinion.
Je me rejouis du vote americain pour un chretien sioniste.
Cela va secouer le cocotier du palestinisme: lez consequences du palestinisme sont terrifiantes et empechent la paix.


Dernière édition par prinu le Mer 23 Nov 2016, 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
aristote



Masculin Messages : 375
Inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mar 22 Nov 2016, 09:53

A vrai dire, Prinu, je ne suis pas particulièrement sioniste ou antisioniste. Le sionisme est un phénomène daté, porté par une communauté, qui entend raviver un destin collectif à travers des structures étatiques appropriées. Même la légitimité d'une telle réalisation étatique qu'est Israël n'est pas une question qui se pose pour moi, car politiquement ce sont les porteurs du projet qui ont manifesté une certaine solidarité. Être politiquement sioniste pour un chrétien revient il me semble à se sentir étroitement solidaire des juifs sionistes et plus particulièrement des penseurs du projet, ce qui n'est pas mon cas.

Voir dans la réinstallation des juifs en Palestine un signe de la Providence qui ne doit pas être négligé, c'est une autre question, et ce n'est pas non plus nécessairement s'approprier la pensée sioniste. Encore une fois, le sionisme est daté, il montre la capacité de résistance du peuple juif dans l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9390
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mar 22 Nov 2016, 12:33

prinu a écrit:
Que pensez vous du fait que les evangelistes americains sont avec donald Trump, et que celui- ci defende le sionisme.
J'ai l'impression que c'est surtout ca qui fait hurler les politiciens europeens à vilipender donald Trump, homme libre plutôt antisystéme quand clinton representait le systéme, les banques, ...

...


Je suis étonné , Prinu . Je crois me souvenir que vous défendiez autrefois le " système politico-financier des USA " contre les européens jugés trop pro-arabes .

Mais c'était avant la normalisation des relations entre l'Iran et les Etats-Unis , il est vrai .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5218
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mar 22 Nov 2016, 13:39

Je ne defendait pas un systeme, mais une morale -que certains jugent naïve parceque la notre est remplie de turpitudes-et une culture americaine, que j'aime.
Je denoncais surtout ce qu'on appelle l'antiamericanisme primaire, les palestinistes europeens attaquant tout ce qui est americain ou israelien, meme dans leurs choix de boites de maïs.

Depuis l'administration obama, la maison blanche a trahi israel. Autant que l'europe, au meme niveau de trahison.
La clique des clinton et d'obama a defendu l'iran nuclaire et trahi israel.
Les clinton, c'et un appareil suivi par les lobbys petroliers- tout ce que trump deteste.

Trump reprend le flambeau de l'amitié perdue par obama.
Perdue.. pas par l'amérique, juste par obama et les clinton.
Je defendrais toujours l'amerique de la liberté, et la culturelle americaine, qui ne s'oppose nullement à la culture europeenne, elle en provient.
J'ai vu a san francisco une assiette dorée, avec l'aigle, avec le visage d'obama comme président, et connaissant ses positions critiques envers israel, je n'ai vraiment pas eu envie de l'acheter.

Cet accord de normalisation avec l'iran me fait penser à l'accord de munich, quand daladier signe un accord avec hitler et que les francais hurlent bravo.
La photo de groupe de nos gentils diplomates souriants apres l'accord avec l'iran, vue dans la presse, represente autant de petains et de daladiers acclamés par les medias.
Que trump leur mene la vie dure et reinstaure la morale occidentale, et la morale chretienne que l'europe perd chaque jour un peu plus.
C'est un nouveau churchill.


Dernière édition par prinu le Ven 25 Nov 2016, 00:21, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 2368
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mar 22 Nov 2016, 17:10

On est d'accord ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
prinu



Féminin Messages : 5218
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Dim 27 Nov 2016, 19:28

Aristote, on peux bien sur differencier un projet politique d'un droit historique.

https://m.youtube.com/watch?v=xU9CauJP4Pg&sns=fb
Mettez les sous-titres anglais dans youtube
https://m.youtube.com/watch?sns=fb&v=NJS98gp1agE

Je pense qu'on fait l'erreur de juger un projet politique comme etant moderne, en lui donnant des dates-clefs trop fermées, ou dans le but de ne pas parleres années 1880 à 1947.
comme tout juger sur 1948 ( et avec de la desinformation) ou juger 3000 ans d'histoire de la resistance sioniste pour recuperer la terre volée aux juifs, sur uniquement des guerres recentes, alors que le sionisme n'est pas un nationalisme exacerbée par exemple, ni la politique d'un parti politique, mais une destinée humaine. Le sionisme ce n'est pas un conflit. C'est l'exigence d'une justice humaine et historique, une philosophie humaniste pacifique - vivre en paix au milieu des nations sans nuire a quiconque- une resistance aux divers impérialismes.

On nous donne des années-clefs tarte a la créme, on veux faire croire qu'un conflit date de cette année -en niant les massacres des juifs de 1921 et 1929 par des agresseurs musulmans-
alors que la jurisprudence politique moderne date de 1921 et non de 1948, et que
Bien avant,
déja la lutte des juifs contre l'empire romain etait un projet politique bien sioniste- retrouver , recuperer la terre volée aux juifs.
Les chretiens aussi ont été brimés par Rome, et de nos jours, juifs et chretiens sont menacés par l'imperialisme islamique.
Jésus, et tout les juifs de son époque, étaient bien des résistants sur une terre volée aux juifs par l'empire romain, et ses réunions, qui bravaient rome, était bien dans l'esprit sioniste.
C'etait meme le sionisme le plus pur, le plus sain ( sans t ;).  ): la justice. Pour moi cette morale perdure, cette justice historique reste saine, elle continue a s'opposer a la tyrannie, aujourd'hui la tyrannie islamique et le terrorisme islamique palestinien plus precisement.
Pour moi, qu'un groupe humain, les juifs,  resistent a tout les imperialismes au fil du temp, reste une resistance saine, le sionisme n'a pas faibli a travers le temps dans sa qualité de reclamer justice,
Pour moi, israle est victime, et les palestinisnes bourreaux. Je ne suis pas neutre.

les occupants de la terre volée aux juifs " le peuple de la bible-le peuple de jésus"
se sont succédés: empire romain et plus recemment l'imperialisme musulman.
De tout temp, les prieres juives " l'an prochain à Jérusalem " contiennent l'appel à recuperer la terre volée aux juifs. Le vrai sionisme est donc déja fort ancien.

En " continuant" la destinée humaine, en devenant christianisme depuis saint paul,
La morale  chretienne ne doit pas oublier ses racines communes, et la justice que les juifs, ni meilleurs ni pires que tout peuple, demandent simplement: que le monde les laissent en paix et que les palestiniens ne veuillent plus voler leur terre en pretextant qu'elle est à eux, tout en hurlant" m aux juifs" et " allah akbar"
Je juge aussi l'inacceptabilité qu'on impose à une démocratie israelienne, de devoir supporter a sa frontiére, islamiste et instable, une entité agressive aussi dangereuse et aussi fashisante qu'un état palestinien, dont j'en suis sur, personne dans le monde entier ne voudrais voir à sa frontiére.
Il est evident que ni la france ni les autres pays démocratiques, ne voudraient pas d'une republique islamique belliqueuse à leurs propres frontiéres, alors, l'antisionisme qui veux l'imposer aux israeliens, est un diktat non excusable.
La neutralité existe elle ? Je ne crois pas, la neutralité est acceptation d'une injustice.
La neutralité c'est regarder ailleurs quand des islamistes tuent des israeliens, et de dire " partagez".
Cela revient a accepter moralement une republique islamique aux frontieres de la france: une jolie neutralité parceque c'est loin, alors on s'en moque.
La neutralité devient immoralité crasse.
On ne peux en realité faire la paix qu'avec un regime supportable.: l'antisionisme revient a creer une guerre plus forte encore, mondiale, glorifier le jihad triomphant ( ce qui menace donc tout le monde chretien) , et detruire a cours terme une democratie, detruire la justice pour le peuple de Jésus.
Défendre les juifs a été le sentiment moral de plusieurs papes.

Je pense que l'equilibre a defendre est :
Le Vatican pour les chretiens
La Mecque pour les musulmans
Jérusalem pour les juifs.

Que penseriez vous si les hordes barbares de saladin voulaient la moitié de l'italie, reclamer ROME, et transformer le vatican en mosquee comme ils l'ont fait à Constantinople. l'antisionisme onusien declare deja que les murs saints juifs sont musulmans ..
etre " neutre" , se sentir non concerné, deviens alors un vilain mot.
Je ne sais pas si regarder une injustice de loin, et se sentir non concerné est de nature chrétienne.
C'est là aussi ma critique de certaines positions du vatican, que je juge souvent positives, mais diplomatiquement trop antisionistes.
J'aimerais que la base des chretiens fasse pression d'elle meme sur le vatican à ce sujet, parceque l'avenir du christianisme est, je pense, menacé par l'islamopalestinisme.
Trop de chretiens ont une epee de damoclés au dessus de leur tetes, en terre d'islam, ou les rares chretiens qui survivent difficilement chez les palestiniens, les obligeants a tenir des propos anti-israéliens, car menacés dans leurs vies ou celle de leurs familles s'ils ont des positions differentes.
Etre chretien chez les palestiniens, ou copte en egypte, et partout en terre d'islam, est une situation insupportable, de plus en plus intenable.
Les chretiens israeliens vivent cent fois mieux et libres, que dans des pays musulmans.

Voila quelques uns de mes arguments pour repondre oui au sujet.
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9390
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Lun 28 Nov 2016, 07:41

Intéressant . Le problème est que ce sionisme quasi intemporel ne s'est laissé découvrir que petit à petit : d'abord un refuge , puis un petit Etat , puis des territoires occupés ; quelle sera la suite ?

Le fait de n'avoir pas indiqué d'emblée toute l'étendue ( et les limites ) du projet fait planer un doute sur son extensibilité . Est-ce celle de la Bible ( du Nil à l'Euphrate ) ou est-ce celle du globe ? On ne sait plus .

Analogie avec les Etats-Unis d'Amérique : des territoires étaient alloués aux amérindiens par traités de paix , puis confisqués par la suite .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
r.



Féminin Messages : 1757
Inscription : 11/06/2010

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Mar 29 Nov 2016, 16:45

Passionnant ! :

QUEL AVENIR POUR LE SIONISME SOUS DONALD TRUMP ?

Christian Brosio interroge Youssef Hindi au sujet de ses deux ouvrages sur l'histoire du sionisme et le choc des civilisations publiés chez SIGEST. La fin de l'entretien porte sur Donald Trump, et ce que l'on peut en attendre. L'histoire des Etats-Unis est hélas peu encourageante, les présidents isolationnistes ont souvent été entraînés à la guerre à la suite de coups montés...

Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5218
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Ven 02 Déc 2016, 09:33

Trump est tres sioniste. Il defendra israel, il s'oppose a un etat islamiste palestinien
Et il s'oppose à la colonisation agressive musulmane de la palestine juive ( israel)
Le sionisme libertaire c'est l'avenir pour toujours
Et les medisants et diffamateurs majoritaires regarderons leurs pieds en bougonnant


--

http://coolamnews.com/israel-et-le-vatican-font-bloc-contre-lunesco/

Israël et le Vatican font bloc contre l’UNESCO
1 décembre 2016. Coolamnews

La réunion annuelle entre le Grand Rabbinat d’Israël et le Vatican a pris fin mercredi. La réunion de cette année était axée sur les efforts visant à instaurer la paix à la lumière de l’augmentation de la violence commise au nom de la religion.
La déclaration conjointe de la «Commission mixte du Rabbinat en chef de la délégation israélienne pour les relations avec l’Église catholique et de la Commission des relations religieuses du Saint-Siège avec les juifs» a appelé les dirigeants mondiaux à annuler le vote de l’UNESCO qui nie le lien entre le peuple juif et ses lieux saints à Jérusalem.
Moshe Dagan, qui a dirigé la réunion, a fustigé l’hypocrisie de l’UNESCO. La réunion s’est terminée par un appel pour la promotion de la paix et pour que les dirigeants religieux mettent un terme à la violence faite au nom de la religion.


Dernière édition par prinu le Dim 04 Déc 2016, 08:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5218
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Dim 04 Déc 2016, 08:42

https://www.dreuz.info/2016/12/03/lorganisation-unite-chretienne-remercie-israel/
Source dreuz info, un article:
"L’organisation « Unité Chrétienne » remercie Israël
"L’ONG « Christians United for Israel » (Chrétiens Unis pour Israël) a lancé une campagne de soutien à Israël sur les bus de San Francisco.
Pendant quatre semaines au mois de septembre, les flancs de 16 bus de San Francisco portaient des messages de remerciement des Chrétiens Unis envers Israël.
"Merci Israël d’apporter la sécurité aux minorités religieuses",
"Merci Israël pour se dresser avec force contre les organisations terroristes comme le Hamas et le Hezbollah."

Ces affiches publicitaires, explique leur site internet, ont été offertes par les donateurs de l’ONG qui comprennent que l’ennemi d’Israël est partout, et qu’il convient de répondre à leurs mensonges par la vérité.

« Nous ne nous abaissons pas à leur niveau et ne nous engageons pas dans le dénigrement. Au lieu de cela, nous nous contentons de mettre en avant la vérité, qui parle d’elle-même. Pour cela, nous avons besoin de ressources au bon moment, et nous remercions Dieu que cette fois, cela s’est produit ».

« Le message que nous avons voulu mettre sous les yeux des habitants de San Francisco est qu’Israël protège les minorités religieuses, et lorsqu’Israël combat les terroristes, ils combattent aussi nos ennemis. »
En Israël, environ 25% de la population n’est pas juive. Les musulmans sont le groupe religieux minoritaire le plus important, mais les minorités chrétiennes, druzes, et Baha’is s’y épanouissent.
Alors que le reste du Moyen-Orient est à feu et à sang, et que les minorités religieuses y sont persécutées, Israël reste un hâvre de paix.
Israël est même le seul endroit de tout le Moyen-Orient où les chrétiens ne sont pas seulement en sécurité, mais où leurs communautés se développe et prospère.

J’imagine que l’Eglise de France, consciente de la situation des Chrétiens d’Israël et de ceux du reste du Moyen-Orient, apportera ce même soutien au pays qui leur permet de maintenant leur présence en terre sainte."

Christian Larnet pour Dreuz
Avec autorisation

--
Voilà l'exemple de la bravoure et du devoir de dire la vérité haut et fort

Cliquez:

http://www.dreuz.info/wp-content/uploads/2016/12/Cywk0ZNWgAAYhTy.jpg
Mouvement Chrétiens unis pour Israël
Revenir en haut Aller en bas
Chopin



Masculin Messages : 110
Inscription : 11/11/2016

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Dim 04 Déc 2016, 09:07

De toute façon le sionisme c'est du communautarisme primaire exclusif où un chrétien n'a pas sa place, donc la question du fil est un non-sens historique et politique.
ça me fait sourire ces chrétiens mondialistes qui s'imaginent avoir leur place chrétienne partout, pourvu qu'on synchrétise à fond, profond...
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5218
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Dim 04 Déc 2016, 10:08

Faux
Tout en etant un mouvement humaniste pour recuper des droits' certes,
Le sionisme defend aussi toute les religions de maniere egalitaire.
C'est un projet de vie idéaliste ( les kibboutz, etc) à destinee pluraliste, au sein d'un état juif certes, mais qui defend toutes les religions au sein d'un état.
C'est avant tout un projet humaniste.
Parmis cent exemple d'humanisme universel dnas le projet sioniste, il y a, comme simple exemple, celui de nourrir l'Afrique (. Comme l'expliquait ben gourion), et la paix universelle entre tout les peuples.
La mission sioniste universelle envoie des equipes tout autour du monde lutter contre les fléaux, les maladies, et dans toutes les catastrophes humnaitaires autour du monde,  cette mission est incluse dans le projet sioniste.
Vous ne connaissez donc absolument rien du sionisme.
D'ailleurs l'etat juif finance les eglises et ecoles chretiennes, et les mosquees aussi, ainsi que les trois mille religions et sectes qui se sont réfugiés en israel pour enfin prier librement, toutes financées par l'état juif, de par le projet humaniste sioniste.
Qui est un projet, peut etre utopiste et jamais totalement atteind mais c'est comme ca, de perfection morale.
Cela va aussi loin que le droit a un soldat de refuser d'obeir ( aucune armee du monde n'a de tel texte militaire) en cas de conflit moral personnel.
Il y a des ministres israeliens chretiens, et seul israel donne toute liberté aux chretiens dans cette region du monde.

Le communautarisme est defendu dans la charte des droits del'homme en france , au meme titre que le syndicalisme en république.
Le communautarisme juif est prooccidental.
Alors que d'autres communautarisme, comme le communautarisme islamique, est antioccidental.
Le communautarisme chretien est egalement un droit
Que reconnait la republique laïque
Donc le mot communautarisme n'est pas un gros mot.
La philosophie sioniste inclus la paix entre les peuples et les religions, et garanti l'acces à tout les cultes au sein d'un état juif.
La France aussi, bien qu'état laïc.
A égalité de droits.
Il n'y a rien de primaire à cette philosophie la plus ouverte imaginable, tandis que votre critique ne montre pas trop d'ouverture..
L'état juif protége les citoyens chretiens.
Pensez vous que la resistance francaise et  le gaulisme, qui voulaient liberer la France, c' était un communautarisme primaire exclusif ?
Personne ne devait aider les francais a recuperer leur pays, parceque le gaulisme - et la resistance francaise- ne defendait que des francais ?

Est ce que les gens de biens , d etoute religion, doivent abandonner les chretiens attaqués  dans le monde, parceque ce serait un communautarisme exclusif ?
Donc par exemple, les athées n'ont pas à défendre les chrétiens ?
Vous parlez de la place des chrétiens, ils ne trouvent leurs droits que dans  le perimétre exclusif du vatican et en dehors de cette limite vous niez leurs droits d'etre defendus ?
Ou placez vous cette frontiére ?
Et pourquoi cette accusation sempiternelle de communautarisme est reservée exlusivement aux juifs, de tout temps, pour justifier qu'on n'ait nul besoin de défendre leurs droits  ?
Le non-sens moral est de ne pas les défendre. C'est même antagoniste à la morale chrétienne et au message de l'église.

--
Reflechissez un peu avant de faire une impromptue...
J'adore chopin ( samson francois, clara haskil, etc..)
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5218
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?   Aujourd'hui à 00:36

Un érudit Egyptien déclare qu'il n'y a aucun lien entre le Mont du Temple et l'Islam !
"Un érudit Egyptien de renom, Youssef Ziedan, spécialiste en études arabes et islamiques, a donné une série d'interviews à des chaines de télévisions égyptiennes durant lesquelles il a déclenché la colère de ses collègues musulmans. Il a osé dire devant les médias qu'il n'y a pas de lien entre Jérusalem et l'islam antique...Détails....
Zeidan a déclaré : " Quand l'Islam a été fondé au 7ème siècle, Jérusalem était une ville sainte pour les Juifs alors que la mosquée d'Omar n'était même pas construite, elle n'a été construite que 74 ans après la mort de Mahomet.
La raison pour laquelle elle avait été construite est que le batisseur voulait nuire à la centralité de la Mecque dans l'Islam ".
Le Professeur Ziedan est le directeur du Centre des Manuscrits et du Musée de la Bibliothèque d'Alexandrie.
S'est un conférencier connu, un professeur d'université, chroniqueur et auteur prolifique de plus de 50 livres. Il a remporté le Prix international de la Fiction arabe en 2009 pour son travail " Azazeel ", qui a également été traduit en hébreu.
Il a ajouté : " Jérusalem n'a jamais été connue pour comme Al-Qods ( Ville du Sanctuaire ) pendant les temps de Mahomet.
Les musulmans ont délibérément et faussement mené une lutte politique contre Israël en utilisant ce symbole mais l'aspect religieux du conflit est un non-sens. La seule raison pour laquelle les musulmans insistent sur le caractère sacré de Jérusalem est tout simplement politique ".
Le Cheikh Abdul Rahman Mahajeina Hachem, du Mouvement islamique en Israël, fait parti des nombreux musulmans choqués par cette déclaration. Alors que de nombreux chefs spirituels ont qualifié Zeidan d'hérétique, Mahajeina a déclaré sur Galei Tsahal, que Zeidan est in idiot : " Allah a dit aux prophètes de construire une mosquée à Jérusalem. elle a été construit durant l'époque de Mahomet et il a même prié là-bas ".
Il s'est ensuite rétracté : " Ce n'est pas une question de bâtiment mais plutôt d'emplacement. Il se pourrait que d'autres nations aient construit la mosquée, elle aurait pu être détruite lors d'un tremblement de terre, ce qui compte est l'emplacement ".
La semaine dernière, l'Autorité des Antiquités d'Israël a annoncé avoir découvert des preuves supplémentaires de l'histoire juive à Jérusalem, des siècles avant la fondation de l'Islam.
Une impression du sceau royal du roi Ezéchias, qui a régné de 727 à 698 avant notre ère, a été découverte au pied de la paroi sud du Mont du Temple.
Dans une étude connexe, le rabbin Shlomo Goren, un expert Mont du Temple, ancien Grand Rabbin de Tsahal et d'Israël, a écrit que la mosquée de Omar a été construite pour servir de maison de prière mais pas pour les musulmans, pour les Juifs !
Les déclarations du professeur Ziedan ont longtemps été tenues par des historiens juifs.
Non seulement Mahomet n'a jamais mentionner la ville de Jérusalem dans le Coran mais plus tard, quand les musulmans ont conquis la Terre sainte, ils ont totalement ignoré Jérusalem et établi leur capitale à Ramlé !
Rappelons que la charte de l'OLP originale qui date de 1964 ne mentionne même Jérusalem !!!"

Source: thereze zrihen

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/2015/12/un-erudit-egyptien-declare-qu-il-n-y-a-aucun-lien-entre-le-mont-du-temple-et-l-islam.html
Revenir en haut Aller en bas
 
Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 20 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20
 Sujets similaires
-
» Quelle devrait être la position d'un chrétien vis à vis de la politique ?
» Peut-on être chrétien et avoir un sens de l'humour et de la dérision?
» Il y a tous ces films horribles que nul chrétien ne doit regarder.
» Dieu, le Chrétien, et l'épreuve
» Faut-il avoir peur du "terrorisme chrétien" ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: