DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière : Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -41%
Carte Mémoire microSD XC SanDisk Extreme 64 Go ...
Voir le deal
15.95 €
-94%
Le deal à ne pas rater :
Chargeur sans fil – Samsung EP-P1100 Intérieur – ...
1.21 € 20.94 €
Voir le deal

Partagez
 

  Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 6 ... 9, 10, 11 ... 15 ... 20  Suivant
AuteurMessage
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty10/5/2016, 21:32

info palestine ment.
les palestiniens ont ete eduqués au jihad
et leurs origines ne sont pas palestiniennes.
le determinisme qui les caracterisent se basent
sur une education radicale raciale, un negation'isme de l'histoire de la region,
et a pour but de detruire un etat juif par racisme.

le lien demàdé, que j'avais oublié.
http://www.lemondejuif.info/2016/05/jerusalem-france-opposee-droit-juifs-chretiens-de-prier-mont-temple/

laissez moi vous dire ce qu'on censure partout,
en se basant sur dix ans d'informations,
de sites musulmans et palestinistes,
de blogs palestinistes ou des messages jihadistes sont echangés en privé, et avec des centaines de sources dont je n'ai pas conservé les traces depuis dix ans,
voici ce que lire les blogs palestinistes
en arabes et en anglais ( pages traduite)
permet de dire:

Daesh: le but idéologique de Daesh est " La Trés Grande Palestine, ou Califat Mondial, avec Jerusalem pour capitale mondiale"
En décembre 2015, le Hamas et Daesh ont conclu un accord militaire.
Le but idéologique du Hamas est expliqué en noir sur blanc dans sa charte officiel: le Califat Mondial, la Trés Grande Palestine, avec allégeance aux mollah d'Iran. Aucune souveraineté régionale.
Kif Kif
Le noms des pays arabes et les drapeaux des pays arabes devront disparaitre au nom de la Tres Grande Palestine.
Ce pourquoi Daesh est ravi des votes français et européens à l'onu et l'unesco à propos des palestiniens ..
qui tiraient des coups de feu de joie à l'annonce des attentats de Paris ( Charlie et Bataclan) et Bruxelles, selon la télévision libanaise.
Janvier 2015: une immense manifestation palestinienne à Gaza brule des drapeaux français, et les panneaux montrent une tour Eiffel détruite par un attentat
https://redcdn.net/hpimg11/pics/45355062G7.jpg

le palestinisme ment au monde.
et c'est plus efficace et plus dangereux que le nazisme et le stalinisme réunis:
plus d'adeptes.
et des millions pour desinformer et s'imposer en occident.


Dernière édition par prinu le 10/5/2016, 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty10/5/2016, 21:42

Le grand rabbin de France interpelle Jean-Marc Ayrault après une résolution de l’Unesco

La France a voté le 16 avril dernier une résolution arabe « ignorant le lien entre les juifs, le Mur occidental et le Mont du Temple à Jérusalem », déplore Haïm Korsia.

Le grand rabbin de France Haïm Korsia a rencontré, jeudi 21 avril, le ministre des affaires étrangères Jean-Marc Ayrault pour lui exprimer « sa vive désapprobation » du vote, le 16 avril dernier par la France, d’une résolution du conseil exécutif de l’Unesco sur la « Palestine occupée » et qui vise à « sauvegarder le patrimoine culturel palestinien et le caractère distinctif de Jérusalem-Est ».

Selon l’AFP, le texte de l’Unesco accuse notamment Israël d’installer de « fausses tombes juives » dans des cimetières musulmans de Jérusalem-Est et « dénonce vivement les agressions constantes commises par les Israéliens contre les civils », y compris des imams et des prêtres chrétiens.

Le grand rabbin « rassuré »

Pour le grand rabbin de France, cette résolution proposée par plusieurs pays arabes, ignore « le lien entre les juifs, le Mur occidental et le Mont du Temple à Jérusalem ».

Lors de son entretien avec le ministre des affaires étrangères, le grand rabbin Korsia a rappelé à Jean-Marc Ayrault « la centralité de Jérusalem dans le judaïsme », soulignant, par exemple, que les fidèles orientent leurs prières vers la ville sainte.

« Le grand rabbin s’est dit rassuré à l’issue de cet échange, le ministre ayant expliqué n’avoir jamais eu l’intention de remettre en cause, ni la présence ni l’histoire juives à Jérusalem, et redit que Jérusalem appartenait bien à tous les croyants, juifs, chrétiens et musulmans », a déclaré Haïm Korsia dans un communiqué.

http://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/France/Le-grand-rabbin-de-France-interpelle-Jean-Marc-Ayrault-apres-une-resolution-de-l-Unesco-2016-04-21-1200755030
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty10/5/2016, 21:44

Au contraire, le grand rabbin n'est pas rassuré.
il denonce encore plus les faits.
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty10/5/2016, 21:49

Le Figaro - TRIBUNE - Le grand rabbin de France s'étonne que la France ait voté pour la résolution de l'Unesco qui condamne non seulement la politique de l'État hébreu à Jérusalem, mais qui, surtout, rebaptise le mur des Lamentations et les autres lieux symboliques du judaïsme de noms arabes.

On ne peut être que profondément choqué lorsqu'on apprend que notre pays, la France, pays des Lumières et de la laïcité, a apposé sa signature au bas de la résolution adoptée par le Conseil exécutif de l'Unesco le 16 avril dernier, sur le point intitulé «Palestine occupée».
Il ne s'agit pas pour moi - ce n'est ni mon rôle ni mon ambition - d'évoquer les conflits politiques et territoriaux qui occupent et déchirent les États du Proche-Orient. Mais le responsable religieux français que je suis, ne peut demeurer silencieux devant une telle atteinte à la foi de nombre de fidèles, qui ont accompagné la destinée du Temple de Jérusalem, de Salomon le bâtisseur à Jésus chassant les marchands ; je ne peux rester indifférent devant une telle offense à l'Histoire et à l'honneur.

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/05/08/31002-20160508ARTFIG00108-le-grand-rabbin-de-france-denonce-la-resolution-de-l-unesco.php

ne peut se présenter comme la « ville lumière » où soufflent l’esprit, l’art et la culture, ce qui a justifié en son temps l’installation à Paris de l’UNESCO, et accompagner, voire précéder et encourager, l’effondrement moral de cette organisation faisandée depuis des lustres par la domination arabo-musulmane des institutions internationales.

Nous savons depuis DURBAN que dans ce domaine, tout est possible et surtout le pire: La vie institutionnelle internationale est devenue le contraire de ses objectifs initiaux. Au lieu d’être l’occasion d’échanges entre peuples et civilisations dans le respect mutuel, sous l’influence des Etats musulmans, les colloques internationaux se sont transformés en lieux de haine, de falsification de l’Histoire, de provocations et d’appels au meurtre surtout dirigés contre les Juifs et l’Etat Juif.

Mais avec la radicalisation mondiale de l’Islam et les appels au Djihad généralisés, les Chrétiens ou seulement les pays de civilisation chrétienne même laïcisés, sont devenus eux aussi des cibles déclarées et concrètes. Personne n’a honte dans le monde de l’Islam, s’il prend le Coran au sérieux, d’affirmer que les Juifs sont descendants de singes et les Chrétiens descendants de porcs et que leur assassinat est « légitime » s’ils refusent le statut de Dhimmis, c’est-à-dire celui de sous-hommes.

La recette imbécile qui consistait depuis quatre décennies à croire que la vindicte musulmane serait détournée de l’Europe si les Etats qui la composent et les institutions européennes manifestaient une hostilité croissante à l’égard d’Israël a fait long feu. Les millions de Musulmans venus s’installer en Europe, la coordination entre Etats musulmans, et le climat menaçant que ces derniers font peser sur l’Occident tout entier grignotent peu à peu les valeurs de liberté, qui ont fait la force et l’originalité de la civilisation occidentale.

C’est par perversion que nombre d’Occidentaux s’obstinent à demeurer dans le déni de cette réalité. Que les dirigeants français actuels soient du nombre et soient prêts à se rendre complices d’une falsification historique antijuive et antichrétienne (Jésus chassant les marchands du Temple est une image essentielle de la geste chrétienne) ne caractérise pas seulement une perfidie ancillaire. Bien plus, ils scient stupidement la branche sur laquelle s’appuie la civilisation occidentale. Le Mont du Temple bâti par le roi Hébreu Salomon, ce point nodal du monde depuis 3000 ans pour le Peuple d’Israël, jamais démenti, jamais affaibli, les pas de Jésus-Christ sur son parvis, tout cela est vendu à l’encan pour accepter le mensonge que ce lieu ne serait plus qu’un mur arabe où, dans un rêve, Mahomet aurait attaché sa jument!
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty10/5/2016, 22:21

http://fim13.blogspot.fr/2016/05/contrairement-ce-quelle-assure-ses.html?m=1

Contrairement à ce qu'elle assure à ses donateurs, l'Autorité palestinienne continue de verser des rentes aux terroristes
Dès qu'ils sont incarcérés, les terroristes palestiniens deviennent automatiquement des salariés de l'Autorité palestinienne, financés par les impôts des contribuables occidentaux.
En dépit de l'engagement qu'elle a pris envers les nations donatrices de ne plus payer de salaire aux terroristes emprisonnés, l'Autorité palestinienne (AP) a poursuivi ses versements. C'est ce qu'affirme un rapport publié la semaine dernière par l'organisme de surveillance des médias, Palestinian Media Watch.

À la suite de plaintes répétées des États-Unis et de certains pays européens qui reprochaient à l'Autorité palestinienne d'utiliser leurs financements pour payer des terroristes, le président de l'AP, Mahmoud Abbas, a fermé le Ministère des Affaires des Prisonniers et promis que les paiements ultérieurs seraient assurés par une commission nouvellement créée et placée sous l'égide de l'OLP (bien qu'elle soit contrôlée par le même directeur que celui du Ministère de l'AP). Mais une enquête de Palestinian Media Watch a abouti à la conclusion que l'AP a procédé à une série de versements à l'OLP dans le but probable de faciliter la rétribution des terroristes.

Le Ministre des Affaires des Prisonniers disposait d'un budget de 442 millions de shekels israéliens (118 millions de dollars) en 2014. Après sa dissolution, la dotation annuelle de l'AP à l'OLP qui s'élevait précédemment à 294 millions de shekels (78 millions de dollars) est passée à 481 millions de shekels (128 millions de dollars), un montant suffisant pour assurer le paiement de tous les prisonniers précédemment pris en charge par l'AP, plus un supplément de 10 %.

L'AP continue de recevoir environ 1 milliard de dollars au titre de l'aide étrangères tous les ans.

Des prisonniers palestiniens, actuels et anciens, ont déclaré en mars à The Daily Mail que leur rétribution continuait de venir directement de l'Autorité palestinienne. Ahmad Musa, qui a reconnu avoir tiré sur deux Israéliens et les avoirs tués a déclaré qu'il recevait tous les mois une somme de plus de 850 $. Musa a été condamné à la prison à vie pour ses crimes, mais il a été libéré au bout de cinq ans dans le cadre d'un effort de conciliation des Israéliens pour faciliter la reprise des négociations avec l'AP.

Amjad et Hakim Awad, deux cousins qui massacrèrent en 2011 cinq membres de la famille Fogel, les parents Ehoud et Ruth, Yoav, 11 ans, Elad, quatre ans et Hadas, un bébé de trois mois, dans leur maison de la Rive ouest du Jourdain, ont aussi été rémunérés selon le rapport de The Daily Mail. Amjad seul a reçu plus de 16.000 Livres (près de 23.000 $) selon ses estimations. (En 2012, la télévision de l'Autorité palestinienne célébrait les deux cousins comme des "héros.")

Des documents obtenus par Radio Israël en octobre dernier, révélaient que l'AP payaitr tous les mois des millions de dollars aux Palestiniens incarcérés dans les prisons israéliennes, y compris les membres de l'organisation terroriste Hamas, la première rivale de l'AP. L'artificier Abdullah Barghouti et Ibrahim Hamid qui avaient été condamnés respectivement à 67 et 54 années de prison pour leur implication dans les attentats les plus dévastateurs de la deuxième Intifada, comme celui de la cafétéria de l'Université hébraïque en 2002 et celles du restaurant Sbarro de Jérusalem en 2001, ont reçu chacun au total, plus de 200.000 shekels (53. 000 $).

The Jerusalem Post a fait un rapport sur les documents obtenus par Radio Israël. Il a observé que la somme d'argent consentie aux terroristes était liée à la durée de leur peine de prison, ce qui signifie que "plus le terrorisme est horrible, plus il est rétribué."
[Bien que] l'existence de ces paiements "n'ait rien de nouveau," ils montrent clairement que l'Autorité palestinienne procède à des incitations économiques qui encouragent les actes terroristes. Pire encore, selon une source, le fait de que cet argent soit dépensé dans ce but contribue à rehausser l'image des terroristes, ou comme les Palestiniens les appellent souvent, les "martyrs," et  à en faire des héros.
C'est un problème pour l'AP. Selon la même source, d'un côté l'AP affirme qu'elle veut la paix et qu'elle décourage la violence, et de l'autre elle place les terroristes sur un piédestal, elle  les célèbre comme des héros, et elle procède à des incitations financières significatives pour que des successeurs apparaissent et leur emboîtent le pas.

Un rapport de The Telegraph a montré que l'Autorité palestinienne a puisé 90 millions de dollars dans l'aide consentie par la Grande-Bretagne pour payer des terroristes convaincus dans les années précédentes. Cela représentait environ 16 % de toute l'aide étrangère obtenue par l'Autorité palestinienne.

--


Des renseignements fiables indiquent que le Hamas utilise le ciment à des fins militaires dans le cadre de sa stratégie consistant à donner la priorité à son infrastructure militaire, aux dépends des besoins des résidents de Gaza.
Mais Israel en laisse passer quand même , en abondance, en vérifiant son utilisation non militaire.


Dernière édition par prinu le 11/5/2016, 14:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty10/5/2016, 22:23

Donc toute l'europe finance du terrorisme islamique, et des tueurs,
en aidant des pseudos " palestiniens"
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty10/5/2016, 22:39

http://www.marianne.net/ce-que-cache-boycott-israel-100242714.html
La campagne BDS, pour le boycott des produits israéliens en provenance des territoires dits "occupés" ( ce qui est faux de part le traité international de San Remo de 1921), a-t-elle pour seul objectif le soutien au peuple palestinien ou au contraire, cache-t-elle une revendication bien plus inavouable : la disparition pure et simple de l'Etat d'Israël. Pour Martine Gozlan, rédactrice en chef à Marianne, "le boycott d'Israël est le lieu où se hurlent les non-dits" avec des militants qui réclament "une Palestine non pas aux côtés d'Israël, mais à sa place".

La cause palestinienne est devenue depuis bien des années le prête-nom et l'exutoire de passions douteuses en quête de respectabilité. La campagne pour le boycott d'Israël, appelée BDS - boycott, désinvestissement, sanctions -, incarne le dernier avatar de cette prétendue solidarité avec un peuple dont, par ailleurs, les faux amis n'ont jamais défendu les vrais héros : ces Palestiniens patriotes et démocrates, cibles de l'intégrisme, désormais condamnés au silence, comme le philosophe Sari Nusseibeh.

Il est même probable que ce nom, ou celui de son ami disparu, l'immense poète Mahmoud Darwich, qui voyait grandir comme un cauchemar la terreur du Hamas, n'évoquent à peu près rien pour les foules disparates régulièrement occupées à conspuer Israël, traité comme le premier, voire le seul prédateur de la planète. L'ancien président Shimon Peres, Nobel de la paix 1994, le rappelait douloureusement il y a quelque temps : "La focalisation sur Israël, alors qu'il y a tant de zones de conflits ultraviolents dans le monde, est un révélateur des intentions des promoteurs du boycott. Ses animateurs ne sont ni neutres, ni objectifs et ils ne connaissent pas les faits."

Une jeune journaliste israélienne, Adi Cohen, a voulu en avoir le cœur net. Elle a assisté aux manifestations qui ont étayé la Semaine de l'apartheid organisée en février dernier à Londres. Soit dit en passant, le terme d'"apartheid", utilisé de façon récurrente contre Israël, assimilé à l'Afrique du Sud d'hier, est contesté par les plus légitimes et les plus critiques de ses citoyens arabes. Par exemple, le député Ayman Odeh, chef de la Liste arabe unie qui constitue une force d'opposition importante à Netanyahou. Mais revenons à Adi Cohen et à sa traversée londonienne du BDS. Elle y a vu "des centaines de militants, furieux, appeler à une Palestine libre de la rivière à la mer". Du Jourdain à la Méditerranée : soit une Palestine non pas aux côtés d'Israël, mais à sa place. Avec à l'appui des cartes géographiques intégrales imprimées sur les tee-shirts. Elle y a entendu des orateurs évoquer "des prélèvements d'organes" sur les corps des Palestiniens retenus par Israël. On sait que ces rumeurs alimentent l'énorme déversoir de haine sur le Net, Israël concentrant sur son seul nom des millions d'interventions hystériques. Ces horreurs étaient, à Londres, accueillies sans broncher : sur l'Etat hébreu, il est désormais possible de tout dire, de tout écrire, de tout vomir à l'ombre du pseudo-humanisme BDS. Mais, au fait, comment traiter les Israéliens qui souhaitent une ouverture vers les négociations, font partie de l'opposition au gouvernement, espèrent une alternative politique à l'extrémisme adoubé par Benyamin Netanyahou ? La réponse est venue du King's College. Ami Ayalon, ancien chef du Shin Bet, très engagé dans l'initiative de Genève (2003) et inlassable supporteur de la solution à deux Etats, s'est fait expulser de l'université par des excités ultraviolents du BDS avec lesquels il ne demandait qu'à dialoguer.

Selon la cruelle logique comportementale de l'humanité, les routes de la haine sont aussi vastes qu'est étroite la porte de la sagesse. En conséquence, la campagne du boycott croît et multiplie. Elle prétend sanctionner uniquement les produits des colonies de Cisjordanie : en réalité, elle ne dissimule même plus son boycott général de l'Etat, des relations commerciales, universitaires, scientifiques et culturelles avec ce pays paria. Pour cette raison, la campagne BDS est interdite en France, où elle jetait de l'huile sur le feu des violences antisémites. Il faut s'interroger pourtant sur son succès auprès des opinions publiques occidentales, sur sa capacité d'influencer les organisations internationales. Le boycott d'Israël est le lieu où se hurlent les non-dits.
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty11/5/2016, 14:30

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 437992A9010n
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty11/5/2016, 14:30

Tandis que la France vote une résolution négationniste à l’UNESCO, Cazeneuve tente de faire « passer la pilule » devant un public Juif en désavouant ce vote…

Trop tard, le mal négationniste et la declaration de guerre totale contre le judaisme et le christianisme , ainsi que contre israel et ses droits; de la part de l'unesco, de l'onu et de chaque diplomate representant son pays qui a voté oui à ce texte, a été faite par ce vote.


http://www.europe-israel.org/2016/05/tandis-que-la-france-vote-une-resolution-negationniste-a-lunesco-cazeneuve-tente-de-faire-passer-la-pilule-devant-un-public-juif-en-desavouant-ce-vote/

"Pour qui ce gouvernement socialiste prend-t-il les électeurs Juifs ? Pour des imbéciles à n’en pas douter ! Entre un Jean-Marc Ayrault qui tente de rassurer le Grand Rabbin de France sur les « intentions » de la France lors de se vote infâme et Cazeneuve qui se livre à une grande esbroufe en faisant semblant de désavouer le vote français à l’UNESCO devant les Juifs présents lors d’une soirée, on assiste à une opération d’enfumage qui n’a d’autre but que d’endormir les Juifs de France.

Mais avec la diplomatie française pro-arabe et pro-palestinienne rien d’étonnant. Quand on fait le choix de se soumettre au diktat des pays islamistes de l’OCI pour quelques « barils de plus » on ne doit plus s’étonner. Charge ensuite au gouvernement de faire passer la pilule en tentant de faire taire « la rue juive »…
Cazeneuve nous en fait une belle démonstration quand, invité lors d’une soirée au CRIF, sous la pression d’un public très remonté, il n’a pas hésité à désavouer le vote français…
Questionné à propos de la résolution de l’Unesco qui non seulement condamne la politique menée par Israël à Jérusalem mais déjudaïse les lieux les plus sacrés du judaïsme, leur attribuant des noms musulmans, Cazeneuve ne s’est pas dérobé, lorsque la question est tombée, s’étonnant même « qu’elle ne soit pas venue plus vite ».
«Cette résolution n’est pas rédigée comme elle devrait l’être, et le vote de la France n’exprime pas une position de soutien » a d’emblée avancé le ministre avant de lancer la langue de bois par-dessus bord et de lâcher : « Il ne fallait pas l’adopter »…
Alors qu’attend le gouvernement pour retirer ce vote infâme qui attribue les lieux saints du Judaïsme aux musulmans ? Attendent-ils qu’une guerre sainte commence ?
Pourtant au début de son intervention, la réponse de Cazeneuve faisait plutôt figure de haute voltige diplomatique où on est capable de dire tout et son contraire dans la même phrase « Si nous voulons arriver à surmonter les difficultés dans la région, il faut qu’il y ait du dialogue, de la compréhension, du respect mutuel. Et le rôle de notre pays a toujours été de faire en sorte, sur le plan international, que cela puisse exister». Discours habituel de la diplomatie française qui veut tout dire et rien en même temps.
Mais face à un auditoire très remonté, Cazeneuve a été obligé de prendre une position plus tranchée allant même jusqu’à approuver la position du Grand Rabbin de France dans une tribune du Figaro. « Tout y est (…) j’approuve l’intégralité du contenu de cette tribune », s’est avancé le ministre.
Enfin, lorsque dans la salle, on lui a demandé si la France allait faire marche arrière voire, présenter des excuses, Bernard Cazeneuve, gêné s’est contenté d’une pirouette : «Il ne vous a pas échappé que je ne suis pas président de la République, que je n’ai pas l’intention de le devenir, et que je n’ai pas pour habitude de me prendre pour ce que je ne suis pas (…). Mais si François Hollande me demande ce que j’en pense, je lui dirai des choses qui sont de nature à lui permettre de faire la déclaration que vous avez envie d’entendre. Je ne peux pas être plus clair».
Il faut donc en déduire que c’est François Hollande lui même qui a pris la décision de voter cette résolution révisionniste dépossédant tout le peuple Juif de ses lieux les plus Saints.
Hollande est donc le premier président français à soutenir le révisionnisme islamiste anti-juif et anti-israélien.
Mais ce vote anti-Juif n’est qu’une étape dans la dhimmitude de la présidenceHollande : Laurent Fabius avait déjà indiqué clairement que la France reconnaitrait de facto l’Etat palestinien en cas d’échec de la conférence que la France souhaite organiser le 30 mai…
Or en attribuant d’office la responsabilité d’un éventuel échec des négociations à Israël, la diplomatie française et le président Hollande marqueront définitivement l’hostilité de la France face à Israël.
Dès lors, les Juifs de France ont tout à craindre à rester dans un pays qui a décidé de rejoindre le camp obscurantiste des pays islamistes de l’OCI."
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 12187
Inscription : 18/01/2016

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty11/5/2016, 14:48

Jean-Marc Ayrault convoqué par le CRIF
"Roger Cukierman est absolument furieux"

https://francais.rt.com/france/20349-ayrault-voyage-israel-crif

_________________
Trouver d'abord, chercher ensuite - Variante : Qui trouve cherche 
https://www.yhwh.fr

Le Chevalier Drach: « Il ne faut pas s'étonner si l'étude de cette science a amené un grand nombre de juifs à embrasser le christianisme. En effet, à moins de faire violence au texte des précieux morceaux qui nous restent de la Kabbale ancienne, il faut convenir que le dogme chrétien y est professé aussi nettement que dans les livres des Pères de l'Église. Les rabbins s'en sont si bien aperçus qu'ils ont pris des mesures pour éloigner les juifs de la lecture de la Kabbale parce qu'elle pourrait, disaient-ils, ébranler la foi de ceux qui n'y sont pas assez solidement affermis. »
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/David-Paul_Drach
Revenir en haut Aller en bas
https://www.yhwh.fr/
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty11/5/2016, 14:56

oui, la drapeau noir flotte sur la marmite..
les médias sont censurés et cadenacés, mais je pense
que tout cela va apparaitre au grand jour, avec moult censure et "scandaleuseries" poudrées.. dire que les juifs se plaignent toujours, etc ..
pour minimiser les faits et l'incidence historique du vote.
ce vote est une déclaration de guerre.
Sans doute le fait le plus grave depuis l'attaque arabe de 1948.

cela montre aussi les limites de l'unesco ou de l'onu a faire la justice.
les deux ne sont plus des références morales,
mais des tribunes administratives politiques pédantes, ou votent une majorité de dictatures, et dont les rouages sont fagocités par des lobbys pétroliers arabes.
il n'est pas etonnant qu'on transgresse leurs résolutions trop souvent dictatoriales.




Dernière édition par prinu le 11/5/2016, 15:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 12187
Inscription : 18/01/2016

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty11/5/2016, 15:00

prinu a écrit:
oui, la drapeau noir flotte sur la marmite..
les médias sont censurés et cadenacés, mais je pense
que tout cela va apparaitre au grand jour, avec moult censure et scandaleuseries poudrées.. pour minimiser les faits et l'incidence historique du vote.
ce vote est une déclaration de guerre.

Quelle idée de fonder un Etat à cet endroit aussi ! valait mieux choisir un autre lieu surtout que les premiers sionistes étaient athées et socialistes.
Maintenant c'est trop tard...

_________________
Trouver d'abord, chercher ensuite - Variante : Qui trouve cherche 
https://www.yhwh.fr

Le Chevalier Drach: « Il ne faut pas s'étonner si l'étude de cette science a amené un grand nombre de juifs à embrasser le christianisme. En effet, à moins de faire violence au texte des précieux morceaux qui nous restent de la Kabbale ancienne, il faut convenir que le dogme chrétien y est professé aussi nettement que dans les livres des Pères de l'Église. Les rabbins s'en sont si bien aperçus qu'ils ont pris des mesures pour éloigner les juifs de la lecture de la Kabbale parce qu'elle pourrait, disaient-ils, ébranler la foi de ceux qui n'y sont pas assez solidement affermis. »
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/David-Paul_Drach
Revenir en haut Aller en bas
https://www.yhwh.fr/
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty11/5/2016, 15:10

non.
l'etat juif etait un droit historique fondé.
Toutes les discussions au sein de la SDN en 1921
le démontrent. historique, moral, humanitaire , et logique.

l'illogique est de nier un droit historique aux juifs,
et d'imposer un état d'apartheid islamiste aux frontiéres d'une démocratie pluraliste israelienne.
le feu islamiste à cotè de l'eau judéochrétienne.
Le palestinisme est un danger.
creer un état palestinien signera le glas de l'occident chretien.
Le pribleme n'a jamais été Israel et les victimes des antisémitismes nazis communistes ou islamiques.

Les juifs ont toujours du resister à tout les impérialismes.
Les sionistes aussi, pour liberer le peuple juif.
le probleme c'est que les pays arabes et l'islam ont refusé la justice humaine.
Les premiers sheiks arabes sionistes ont été assassinés et l´islam enseigne l'antisémitisme.
antisémitisme et antisionisme ont fusionné: refuser le droit du peuple juif à son état sur sa terre d'origine du judaisme: n'est ce pas l'antisémitisme le plus pur.
le probléme de l'islam apparait comme la source principale des guerres de civilisation actuelles, les autres , juifs, chrétiens, non musulmans, sont des victimes.


Dernière édition par prinu le 11/5/2016, 15:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 12187
Inscription : 18/01/2016

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty11/5/2016, 15:17

prinu a écrit:
non.
l'etat juif etait un droit historique fondé.
Toutes les discussions au sein de la SDN en 1921
le démontrent. historique, moral, humanitaire , et logique.

l'illogique est de nier un droit historique aux juifs,
et d'imposer un état d'apartheid islamiste aux frontiéres d'une démocratie pluraliste israelienne.
le feu islamiste à cotè de l'eau judéochrétienne.
Le palestinisme est un danger.
creer un état palestinien signera le glas de l'occident chretien.


C'était une mauvaise idée que de s'entourer de musulmans ayant une lecture très différente puis la terre historique des hébreux c'est l'Egypte, tant qu'à faire valait mieux se poser sur le plateau de Gizeh, pour faire les choses bien !

http://docteurangelique.forumactif.com/t18938-la-religion-de-l-egypte-antique-aux-sources-du-monotheisme?highlight=sources

_________________
Trouver d'abord, chercher ensuite - Variante : Qui trouve cherche 
https://www.yhwh.fr

Le Chevalier Drach: « Il ne faut pas s'étonner si l'étude de cette science a amené un grand nombre de juifs à embrasser le christianisme. En effet, à moins de faire violence au texte des précieux morceaux qui nous restent de la Kabbale ancienne, il faut convenir que le dogme chrétien y est professé aussi nettement que dans les livres des Pères de l'Église. Les rabbins s'en sont si bien aperçus qu'ils ont pris des mesures pour éloigner les juifs de la lecture de la Kabbale parce qu'elle pourrait, disaient-ils, ébranler la foi de ceux qui n'y sont pas assez solidement affermis. »
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/David-Paul_Drach
Revenir en haut Aller en bas
https://www.yhwh.fr/
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty11/5/2016, 15:30

Smile
c'est de l'humour cette réponse !
et mettre une kippah sur la grande pyramide
on se souviens de la peur bleue de la présence de numérologues kabbalistes juifs ( parmis de nombreux numerologues de toutes religions venus celebrer l'evenement)  par des habitants du caire, amenant a fermer le plateau de giseh une journée ! ( je crois le 9 9 1999.  ?)
par peur qu'ils emportent la pyramide ou la dèclare juive  geek
ils pretextaient la securité du sol et un nettoyage, on a su ensuite pour les nombreuses lettres de plaintes appeurée et la presse locale focalisant sur la peur de la simple présence de juifs. meme les responsables archeologiques ont pris peur.

la peur des juifs crée aussi cette guerre
une peur infondée et populiste meme en europe -analogue a la peur de l'inconnu, des francs maçons, de conspirations mondiales, et autres phantasmes irrationnels etc..

tout le ciment du peuple juif, et toute sa culture, sont liés à Israel et Jérusalem.
c'est son essence.

La religion juive est venue de Judée

Israel est le pays de Jesus ,

heu le vatican doit s'etablir à giseh aussi ?

ce qui donne une legitimité socioculturelle plus fondée à Israel que cent pays crées avec moins de liens et ciment culturel d'avec leurs surfaces crées de toute piéces, par les armes ou sur un coup de dés. Nombre de pays arabes sont nés sans liens culturels fondés.

Israel est un des plus fondés des états.
C'est aussi l'espoir pour le monde,
et l'espoir pour les opprimés et réfugiès juifs depuis des siécles d'attente pour rentrer à la maison.


Israel est un état comme un autre, la liberté démocratique y est comme en France ,
un état de toutes les couleurs, qui reussi le tour de force de melanger avec succés nombre de gens differents .
israel respecte la souveraineté de l'egypte .. et des pays arabes.. et tout les hommes de bonne volonté à respecter la simple souveraineté d'Israel.
Que les pays arabes acceptent Israel, sans lui piquer sa capitale ni ses lieux saints juifs,   et non comme un clou mais comme un pays ami, voilà la paix.
accepter Israel et ses lieux saints juifs et sa cqpitale, celà doit aussi venir de votre coeur,
comme du coeur de tout chrétiens.
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty11/5/2016, 18:17

http://www.crif.org/fr/communiquedepresse/echange-de-correspondances-entre-le-crif-et-le-president-de-la-republique


Vous pouvez lire et télécharger ci-contre, au format PDF, le premier courrier et le second du Président du Crif à François Hollande, datant du 18 avril et du 10 mai dernier, ainsi que le courrier de réponse du Président de la République daté du 10 mai 2016.

Dès le lendemain du vote, Roger Cukierman avait écrit au Président de la République François Hollande pour lui exprimer son indignation devant le vote de la France à l'Unesco.

Dans le courrier qu'il a adressé à François Hollande dès réception de sa réponse, Roger Cukierman écrit :

"J'ai le regret de vous dire que j'ai été blessé par votre réponse reçue ce jour à ma lettre du 18 avril 2016 concernant le vote de la France à l'Unesco le 16 avril.

Ce vote à l'Unesco est une insulte aux Juifs du monde et les Français juifs le ressentent comme une agression douloureuse.

Je ne vois dans votre lettre aucune reconnaissance du caractère négationniste de la résolution votée par la France, seule grande puissance occidentale à avoir approuvé ce texte.

La France ne peut pas contribuer à bâtir la paix en niant avec les autres pays ayant voté cette résolution, des milliers d'années de présence juive à Jérusalem, ou en accusant les israéliens d'avoir fabriqué de fausses tombes juives.

Je remarque que la directrice générale de l'Unesco m'a, elle, écrit qu'elle se désolidarisait totalement de cette résolution."
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 12187
Inscription : 18/01/2016

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty11/5/2016, 20:52

prinu a écrit:
Smile
c'est de l'humour cette réponse !
et mettre une kippah sur la grande pyramide
on se souviens de la peur bleue de la présence de numérologues kabbalistes juifs ( parmis de nombreux numerologues de toutes religions venus celebrer l'evenement)  par des habitants du caire, amenant a fermer le plateau de giseh une journée ! ( je crois le 9 9 1999.  ?)
par peur qu'ils emportent la pyramide ou la dèclare juive  geek
ils pretextaient la securité du sol et un nettoyage, on a su ensuite pour les nombreuses lettres de plaintes appeurée et la presse locale focalisant sur la peur de la simple


C'est normal, les dimensions de Khéops révèlent le nom de Dieu, le dieu des hébreux est né en Egypte.

Spoiler:
 

_________________
Trouver d'abord, chercher ensuite - Variante : Qui trouve cherche 
https://www.yhwh.fr

Le Chevalier Drach: « Il ne faut pas s'étonner si l'étude de cette science a amené un grand nombre de juifs à embrasser le christianisme. En effet, à moins de faire violence au texte des précieux morceaux qui nous restent de la Kabbale ancienne, il faut convenir que le dogme chrétien y est professé aussi nettement que dans les livres des Pères de l'Église. Les rabbins s'en sont si bien aperçus qu'ils ont pris des mesures pour éloigner les juifs de la lecture de la Kabbale parce qu'elle pourrait, disaient-ils, ébranler la foi de ceux qui n'y sont pas assez solidement affermis. »
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/David-Paul_Drach
Revenir en haut Aller en bas
https://www.yhwh.fr/
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty12/5/2016, 02:42

je doute pignon, que les francs macons d'aujourd'hui
attaquent qui que ce soit.. pourquoi les haissez vous et les trzitez vous de criminels ?

si vous dites que le dieux des hebreux et donc des chretiens vient d'egypte ..
comme certains ecrivent dans les sites que vous citez, que la trinité chretienne viendrait d'une trinité egyptienne ( dans les mêmes sites internets qui soutiennent vos théses)

vos conclusions ? il faut prier Râ ?
ou alors les juifs ont le droit d'enlever la grande pyramide sans supplément bagage en soute ?
curieux
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty12/5/2016, 02:57

Le Premier ministre de Autorité palestinienne, Rami Hamdallah, a participé mardi à la septième Conférence islamique internationale Bayt al-Maqdis à Ramallah, en Samarie, où il a diffamé Israël et ses opérations de de contre-terrorisme.

Dans son discours, il a appelé la communauté internationale à intervenir pour «défendre» les résidents arabes de Jérusalem qui subissent les actions «illégales» de la part d’Israël »qui s’opposent au droit international et aux droits humains. »

Hamdallah a exhorté la communauté internationale à prendre des mesures contre Israël pour mettre fin à l ‘ « occupation » et établir un Etat palestinien indépendant le long des lignes d’armistice de 1949, avec Jérusalem comme sa «capitale éternelle».

Il a accusé Israël de tenter d’effacer l’ «identité nationale arabe» de Jérusalem, qui a en fait déjà été la capitale du peuple juif il y a 3000 ans. Dans le cadre de ses accusations, il a allégué qu’Israël est en train de réécrire l’histoire et d’expulser les Arabes de la capitale.

Le Premier ministre a poursuivi en disant que la Conférence s’inscrivait sur la voie de l’ancien mufti de Jérusalem Haj Amin al-Husseini, lequel a scellé un pacte avec le régime génocidaire nazie pour anéantir tous les Juifs.

Hamdallah s’est référé à al-Husseini, comme étant un proche confident d’Adolf Hitler, et «le fils au cœur pur» de la «nation palestinienne. »

Lors de la Conférence le ministre des lieux saints de l’AP, Yusuf Ida’is, a également fait référence à l’infâme mufti.

« Cette conférence est une continuation de la Première Conférence islamique Bayt al-Maqdis tenue par le défunt mufti Haj Amin al-Husseini sur le sol palestinien en 1931, et aujourd’hui nous marchons sur son chemin en suivant les instructions du Président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas « , a déclaré Ida’is.

Ironiquement, étant donné les allégations de Hamdallah qui accuse Israël de vouloir réécrire l’histoire de Jérusalem, Bayt al-Maqdis est en fait la version arabisée de l’hébreu « Beit Hamikdash », qui est le nom donné aux 2 Temples de Jérusalem sur le Mont du Temple le lieux le plus saint du judaïsme.


http://jforum.fr/les-palestiniens-avouent-suivre-la-voie-du-grand-mufti-de-jerusalem.html#k67YK4q4Ljk4Ea3E.99
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty12/5/2016, 03:01

http://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/112937-160511-resolution-unesco-sur-jerusalem-valls-regrette-le-vote-de-la-france

Le Premier ministre français estime que le texte contient "des formulations malheureuses et maladroites"
Le Premier ministre français Manuel Valls a regretté mercredi le vote de la France en faveur d'une résolution controversée de l'Unesco sur Jérusalem, qui contient selon lui "des formulations malheureuses et maladroites" qui auraient dû être "évitées".

"Il y a dans cette résolution de l'Unesco des formulations malheureuses, maladroites, qui heurtent et qui auraient dû être incontestablement évitées, comme ce vote", a dit le Premier ministre lors de la séance des questions à l'Assemblée nationale.


"Cette résolution ne change rien dans la politique de la France", a toutefois affirmé M. Valls, qui se rendra dans une dizaine de jours en Israël et dans les Territoires palestiniens.


A l'initiative de plusieurs pays arabes, le conseil exécutif de l'Unesco a adopté le 14 avril, avec la voix de la France, une décision sur la "Palestine occupée" accusant Israël d'installer de "fausses tombes juives" dans des cimetières musulmans de Jérusalem-Est.

La résolution se réfère au Mont du Temple, où se trouve le mur des Lamentations, comme à un lieu exclusivement musulman et "condamne fermement les agressions israéliennes constantes et les mesures illégales contre la liberté de culte et l'accès des musulmans à leur Saint site Al-Aqsa".


Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a condamné un texte "absurde".

"L'Unesco choisit d'ignorer le lien historique unique qui existe entre le Judaïsme et le Mont du Temple, l'endroit où ont été érigés deux temples pendant 1000 ans", a affirmé le Premier ministre.

Répondant à une question du député UDI Meyer Habib, de double nationalité française et israélienne, M. Valls a de nouveau tenté de calmer ce qu'il a qualifié d'"interrogations" et d'"inquiétudes" d'Israël et des associations juives en France.

"Je veux le redire devant vous avec force, avec conviction : la France en aucun cas hier, aujourd'hui ou demain, ne niera la présence et l'histoire juive à Jérusalem. Cela n'aurait aucun sens, c'est absurde de nier cette histoire", a déclaré M. Valls.

"Notre position est claire et ne varie pas : c'est la défense de la liberté d'accès et de culte à Jérusalem, ville symbole des trois grandes religions monothéistes, ville qui appartient à tous les croyants, qu'ils soient juifs, chrétiens ou musulmans", a-t-il dit, répétant la ligne déjà affirmée mardi par son ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault.

Photo:
"Rassemblement pour la prière Cohanim (la bénédiction des Cohen) au Mur des lamentations dans la vieille ville de Jérusalem le 25 Avril, 2016"

Lundi, le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait également désapprouvé la formulation de la résolution de l'UNESCO, lors d'une conférence organisée par le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France).

Ce litige, qualifié d'"incompréhension" par le président Hollande, intervient alors que la France tente de relancer le processus de paix israélo-palestinien, au point mort.

Paris va organiser fin mai une réunion ministérielle internationale, sans présence israélienne ou palestinienne, qui pourrait, en cas de succès, déboucher sur un sommet international avec les deux parties avant la fin de l'année.

M. Ayrault doit se rendre samedi et dimanche en Israël et en CIsjordanie. M. Valls s'y rendra, lui, du 21 au 24 mai.

--
bien que denoncer le texte de l'unesco soit un minimal moral,
une simple denonciation ne suffit pas.
c'est comme dire que Mein Kampf exagére puis le laisser en vente libre.
ca ne sert a rien.
rassurer les juifs n'a absolument aucun interet juridique en politique internationale
, pour les victimes que sont le judaisme et le christianisme attaqués par le texte de l'unesco.
seul le retrait de ce vote , sa denonciation par le président Hollande,
et une demande de la france d'annuler le vote,

tout comme l'ignominieuse résolution onusienne assimilant le sionisme ( un humanisme, une justice, et un droit international) à un racisme,
avait été annulée par l'onu, sur demande des démocraties;

pourrait reconcilier les juifs - et les chrétiens - avec les politiciens des pays qui ont voté pour ce texte.

Hollande, sa sauce tourne..


Dernière édition par prinu le 12/5/2016, 03:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 12187
Inscription : 18/01/2016

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty12/5/2016, 03:06

prinu a écrit:
je doute pignon, que les francs macons d'aujourd'hui
attaquent qui que ce soit.. pourquoi les haissez vous et les trzitez vous de criminels ?

Ce sont les papes qui disent cela et je suis d'accord avec eux après observation et étude historiographique.
La maçonnerie spéculative mais pas forcément les FM individuellement.


si vous dites que le dieux des hebreux et donc des chretiens vient d'egypte ..
comme certains ecrivent dans les sites que vous citez, que la trinité chretienne viendrait d'une trinité egyptienne ( dans les mêmes sites internets qui soutiennent vos théses)

Non, l'Egypte est une préfiguration de la révélation chrétienne, un prototype extraordinaire.

vos conclusions ? il faut prier Râ ?

Il faut prier Yeshoua pas le prototype égyptien, ce serait anachronique.

ou alors les juifs ont le droit d'enlever la grande pyramide sans supplément bagage en soute ?

Oui, la GP appartient aux hébreux, mais les hébreux sont des égyptiens, du moins les héritiers


_________________
Trouver d'abord, chercher ensuite - Variante : Qui trouve cherche 
https://www.yhwh.fr

Le Chevalier Drach: « Il ne faut pas s'étonner si l'étude de cette science a amené un grand nombre de juifs à embrasser le christianisme. En effet, à moins de faire violence au texte des précieux morceaux qui nous restent de la Kabbale ancienne, il faut convenir que le dogme chrétien y est professé aussi nettement que dans les livres des Pères de l'Église. Les rabbins s'en sont si bien aperçus qu'ils ont pris des mesures pour éloigner les juifs de la lecture de la Kabbale parce qu'elle pourrait, disaient-ils, ébranler la foi de ceux qui n'y sont pas assez solidement affermis. »
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/David-Paul_Drach
Revenir en haut Aller en bas
https://www.yhwh.fr/
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty12/5/2016, 03:18

je n'ai pas lu de haine de la part des francs macons, quand j'ai visité leur musée, avec une exposition sur hugo pratt.
mais j'avoue que je n'ai pas saisi tout leurs sens et symboles ésotériques,
et que dans des textes de loges,qui éditent des petites revues avec des débats culturels, je trouve a la foi du divin et de l'athéisme, je crois que les loges sont disparates, mais curieusement elles ne s'attaquent pas entre elles.
c'etait culturellement interessant.

non je ne crois pas que la GP pyramide appartiennent à quiconque d'autre qu'a l'égypte,
leur peur indiscible pour le 9 9 1999
sur la présence de juifs
est lié à l'antisémitisme corannique et à une propagande de bourrage de crâne.
D'ailleurs egypte et israel s'unissent avec aussi d'autres pays, contre daesh, et contre les tentatives palestiniennes de destabilisation régionale.

l'egypte a construit un mur antiterroriste pour filtrer leurs armes et bloquer les palestiniens, un mur
bien plus long et de meme nature que le mur de la vie israélien, mais les médias européens ne s'en interessent même pas.
il a ete construit dans le meme but.
mais si c'est pas juif alors ca va
personne n'y trouve rien à redire ni ne manifeste contre.
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 12187
Inscription : 18/01/2016

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty12/5/2016, 03:29

Pour ce qui est de la maçonnerie ça prendrait trop de temps à expliquer sur un fil dont ce n'est pas le sujet, c'est complexe et il faut avoir étudie le dossier sur plusieurs années afin de ne pas tomber dans la caricature.

Pour ce qui est des hébreux et l'Égypte antique voici un recueil d'informations à lire jusqu'au bout (bas de page) même en diagonale si le sujet ne vous passionne pas :

http://www.yhwh.fr/#!hebreux-egypte/c119q

_________________
Trouver d'abord, chercher ensuite - Variante : Qui trouve cherche 
https://www.yhwh.fr

Le Chevalier Drach: « Il ne faut pas s'étonner si l'étude de cette science a amené un grand nombre de juifs à embrasser le christianisme. En effet, à moins de faire violence au texte des précieux morceaux qui nous restent de la Kabbale ancienne, il faut convenir que le dogme chrétien y est professé aussi nettement que dans les livres des Pères de l'Église. Les rabbins s'en sont si bien aperçus qu'ils ont pris des mesures pour éloigner les juifs de la lecture de la Kabbale parce qu'elle pourrait, disaient-ils, ébranler la foi de ceux qui n'y sont pas assez solidement affermis. »
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/David-Paul_Drach
Revenir en haut Aller en bas
https://www.yhwh.fr/
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty12/5/2016, 03:34

ca demande en effet, deux sujets séparés..
et de lire ..
j'ai déja la vaisselle à terminer !😉
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty12/5/2016, 03:37

L’Agence Juive a organisé un service commémoratif pour les Juifs tués dans les attaques antisémites dans le monde entier.

La cérémonie, qui a eu lieu pendant la journée de Commémoration d’Israël pour les soldats tombés et les victimes du terrorisme, a été organisée au siège de Jérusalem de l’Agence.

Parmi les personnes présentes, il y avait la famille de l’enseignant juif Moshe Yaish Nahari, qui a été assassiné dans une attaque antisémite au Yémen en 2008.

« La guerre contre notre droit d’être un peuple libre et notre terre n’a pas de frontières. Nous avons été attaqués en France, à Copenhague, et en Argentine », a dénoncé le président de l’Agence juive, Natan Sharansky, aux participants.

« Nos ennemis continuent à essayer de détruire la vie juive et nous continuons à la construire. Ils essaient de rompre la chaîne des générations et nous continuons à la renforcer. Notre outil est l’alyah. Toute la famille Nahari a fait son alyah après l’assassinat de leur père et a été intégrée avec succès dans la société israélienne ».

« Nous allons continuer à renforcer le lien entre les Juifs et Israël dans le monde entier, afin de veiller à ce que les derniers mots du journaliste juif, Daniel Pearl, et l’enseignant juif, Moshe Nahari Yaish : ‘nous sommes Juifs et nous resterons Juifs’ – continuent de vivre ».
http://fr.timesofisrael.com/lagence-juive-organise-une-ceremonie-pour-les-juifs-tues-dans-les-attaques-antisemites/
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty12/5/2016, 04:54

Quelle hypocrysie !
http://actuj.com/2016-05/france/3512-exclusif-ce-que-francois-hollande-a-ecrit-au-crif-a-propos-du-vote-a-l-unesco

Ce que François Hollande a écrit au Crif à propos du vote à l'Unesco
Suite à la résolution de l’UNESCO sur les Lieux saints de Jérusalem, à laquelle la France a apporté son vote, Roger Cukierman, le Président du Crif, a écrit une lettre demandant des explications au Président de la République. François Hollande a bien voulu répondre.

Cher (écrit à la main) Monsieur le Président,
Votre courrier au sujet de la récente résolution adoptée par le Conseil exécutif de l’Unesco m’est bien parvenu. Je vous en remercie et souhaite vous apporter les précisions suivantes.
Comme le ministre des Affaires étrangères a eu l’occasion de vous le dire, ainsi qu’au Grand Rabbin de France, rien dans le vote de la France ne doit être interprété comme une remise en cause de la présence et de l’histoire juives à Jérusalem.
S’il y a une incompréhension du fait de certaines formulations dans cette résolution, je le regrette car la position de la France sur la question de Jérusalem est claire et ne varie pas : c’est la défense de la liberté d’accès et de culte à Jérusalem, ville fondamentale pour les trois grandes religions monothéistes et qui appartient à tous les croyants, Juifs, Chrétiens et Musulmans.
Comme elle l’a déjà fait par le passé, la France a voté ce texte avec d’autres partenaires européens pour marquer son attachement au statu quo sur les Lieux saints à Jérusalem. Ce dernier est essentiel dans le contexte actuel de montée des tensions et de blocage des négociations entre Israéliens et Palestiniens. Comme vous le savez, la France a engagé une initiative pour sortir de cette impasse dangereuse.
Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.
Bien à vous (écrit à la main)

François Hollande
Président de la République

---

c'est énorme ! il repond à coté.
Hollande n'a rien compris.
ces lieux saints sont juifs DONC de plein droit, israéliens
pas de status quo pour les lieux saints juifs
le texte de l'onu les déclare MUSULMANS !
ils changent leurs noms egalement !
et les donne à une entité musulmane terroriste !


le texte de l'unesco est une declaration de guerre totale

qu'Hollande confirme ce texte est aussi une declaration de guerre totale,
pas seulement contre Israël,

contre les juifs du monde, contre le judaïsme et le christianisme

Au moins on sait pour quel parti on ne votera pas
Revenir en haut Aller en bas
DelpheS

DelpheS

Masculin Messages : 869
Inscription : 13/04/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty12/5/2016, 09:13

Livre de Kenizé Mourad, suite, résumé :

Chapitre « Jeff Harper ». Il lutte avec son organisation contre la destruction des maisons (le livre de Kenizé Mourad date de 2003).
Depuis 67 les autorités démolissent et exproprient pout toutes sortes de raisons, sécurité, besoins de terrains pour le militaires, absence de permis de construire, en se servant d’un ancien plan britannique classant la Cisjordanie comme terre agricole, mais pour construire des colonies cela ne pose pas de problème.
Visite dans la vieille ville de Jérusalem, des filets ont été tendus au dessus de certaines rues de pour empêcher les juifs  de déverser leurs ordures sur les arabes, les nouveaux arrivants  grignotent le terrain, avec leur argent, l’aide de la police et de la justice. Ce sont les plus fanatiques qui viennent s’installer au cœur de la vieille ville arabe.

Chap « un colon israélien » : médecin , originaire de France, venu surtout pour des raisons religieuses : cette terre n’appartenait à personne, je n’ai rien pris à  M.Mohammed, et puis il y a eu la guerre de 67 et nous l’avons gagné ce qui nous donne tous les droits sut les territoires conquis. Les résolutions de l’ONU ?  De toute façon l’ONU est contre nous, ça ne changera rien à nos positions. Le peuple palestinien n’a jamais existé, c’était des nomades qui passaient pas là. .Begin a commis une erreur dans les accords avec l’Egypte en parlant des droits  du peuple palestinien, il n’y a pas de peuple palestinien. Il n’y avait pas de bourgeoisie, pas de société, ce n’était que des nomades, il faut qu’ils soient rattachés à la Jordanie, c’est le même peuple….
L’Europe verse de l’argent aux Palestiniens pour qu’ils éditent des livres anti sémites dans le cadre de  l’éducation de leurs enfants.
A subi certainement des traumatismes, l'holocauste, même si il ne l'a pas directement vécu, l'indépendance de la Tunisie et le départ forcé vers la France avec les autres rapatriés, et ces mêmes arabes qui lui contestent "sa" terre.

Chap « Le père Bernard Batran »  Famille palestinienne depuis des siècles. La famille de sa mère fuit Jaffa sous les canons israéliens, sa mère peut venir visiter son ancienne maison en 67, on la reçoit comme une étrangère, difficile de faire rentrer tous les réfugiés, cela poserait des problèmes démographiques, mais on devrait leur rendre leur dignité, leur donner des compensations, des maisons. Les camps de réfugiés devaient être une situation provisoire, elle dure encore depuis 35 ans ((ajouter plus de10 ans maintenant).
Les causes de l’Intifada  (la première) : problème des réfugiés non réglé, question de Jérusalem, nombre de gens arrêtés sans raison, restant en prison pendant des mois, sans jugement, sans accusation claire, la confiscation des terres, la construction incessante de colonies, le refus des permis de construire, la répression à la moindre protestation. Le frère du père Bernard,  qui faisait des études à l’étranger, a été arrêté deux fois sans raison et torturé. L’attitude de Sharon sur l’esplanade des mosquées était clairement une provocation.
Il faut résister, mais sans violence, les Israéliens savent parler et maitrisent l’utilisation des médias, ce que ne savent pas faire les arabes et les Palestiniens. Les arabes sont faibles aussi parce désunis. Il y a un lien entre le désespoir et les attentats, mais ces derniers ne font que nuire à l’image des Palestiniens.
Lorsqu’on lui dit que les soldats justifient leurs actions en disant qu’ils ne font que se défendre contre des terroristes, le père devient rouge d’indignation et dit que le péché originel est celui des Israéliens qui ont occupé des territoires qui ne leur appartenaient pas.

Chap « Youssouf, artiste peintre ». Sa peinture se veut un reflet de la situation des Palestiniens. Il n’a jamais fait de politique, cependant il a été arrêté lors de l’invasion de Ramallah, on le soupçonnait d’appartenir au Hamas, dit avoir été détenu dans des conditions inhumaines, avoir été frappé systématiquement par les soldats à chacun des multiples transferts. Finalement le tribunal militaire a demandé des preuves, sinon il fallait le relâcher,  alors un officier des renseignements lui a proposé des vacances gratuites à Tel-Aviv avec rencontres d'artistes israéliens, en échange d'informations sur les artistes palestiniens d’opposition. Comme il refusait, l’officier lui a demandé avec quelle main il peignait, sur un pressentiment il lui répondit la gauche. L’officier lui demanda alors de faire son portrait, puis avant de la laisser partir il lui brise le poignet avec son fusil, par bonheur Youssouf s’était entrainé à peindre de deux mains. Il ne croyait pas pareille chose possible, même si il avait entendu des histoires terribles. Il a perdu tout espoir de paix et ne veux plus avoir de contacts avec les Israéliens depuis que cet officier, enragé de le voir libéré et devant son refus de collaborer a tenté de briser sa carrière. Il a peur et est traumatisé, obsédé par cette violence, cet arbitraire total, ce mépris et le sentiment qu'ils peuvent faire ce qu'ils veulent, selon leur bon plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty12/5/2016, 12:16

ils vivent souverainement , sont gérés par les palestiniens ( hamas et AP)
ils ne sont pas non plus originaires de palestine ( aucuns ne le sont), ce sont aussi des colons musulmans, qui n'ont jamais possédé de pays.
élevés dans l'islam radical depuis la petite enfance, éduqués à la haine raciale envers juifs chretiens et non musulmans.
leur television et ecoles apprennent la haine.
ils recoivent des millions chaques mois, d'israel et du monde entier.
chaque mois l'etat d'israel leur envoie des millions pour tout payer.
des pays arabes egalementhop ! hop dans le gosier, c'est l'allocation mensuelle automatique ,

le droit de posseder une republique islamique radicale ? non.  

désolé !


un état islamique ?
NON !
-si ce n'etait pas islamofashiste pourquoi pas, mais là c'est des islamistes ! un regime palestinien fashiste,
trop facile de vouloir défendre des nazislamistes agresseurs ..
ce genre de livres ne decrivent pas la haine raciale antijuive ni leurs actes et massacres envers les juifs.
ni le terrible régime palestinien qui bafoue les droits de l'homme, et sûil ne fait pas encourager, semblable au regime politique iranien.
les francais voudraient ils d'un tel régime politisue à ses frontieres ?
non, les francais diraient non, n'obligez pas les israeluens a accepter une telle menace, qui envoie regulierement des commandis tuer des femmes et des enfants israeliens en hurlant "Allah Akbar"
c'est juste destiné à victimiser des agresseurs.

une republique islamique qu'il faut absolument empecher d'établir: leurs dirigeants ne veulent pas creer d'état souverain, mais un apartheid tenu par les mollahs d'iran.
leur but: le pire regime islamique de la planete, deyruire israel ensuite, une republique islamique  tenue politisuement par l'iran, aucune souveraineté , pas de droits de l'homme, détruire israel et génocider les juifs,
aucuns chretiens ne sera autorisé à résider dans un état palestinien ( ancienne déclaration publique de  Mr Abbas)
leur origines ? une douzaines d'états arabes.
leur avenir ? retourner dans leurs douze états arabes d'origine,
car on ne veux certainement pas d'une république islamique radicale

pas plus que la France ne souhaiterait une république islamique à sa frontiére.

enfin, pas de colons . que ce livre en presente des religieux ou de non religieux qu'importe:
toutes ces regions sans exceptions ont été déclaré terres pour un état juif en 1921 au traité de San Remo.
Dinc des juifs peuvent s'etablir partout.
saif que des demandes officielles doivent etre faites pour construire,
et que regulierement israel detruit des habitations illegales, construites autant par des musulmans que par des juifs, ce sûin oublie de dire.

Ainsi des " colons" israeliens ( il n'y a pasde colons juifs: c'est juif depuis 1921)
se plaignent et manifestent contre tsahal qui detruit des maisons  juives .. illégales.

a quand des livres de pauvres allemands avec leurs pribleles, voulant reconstruire un reich et reclamant le droit à un état nazi depuis 1946,
avec des problemes d'argent, et a qui on refuserait le droit de venerer hitler ? ouin ' oin ! les pauvres.
vite , l'onu doit financer un état national socialiste allemand, et l'uneso et l'europe doivebt les aider à tout prix, ce sont des resistants ..

--

Désolé, on ne peux pas rentrer dans le jeu victimisant d'islamistes voulant détruire la démocratie.
pour vivre mieux, ils peuvent demander la nationalité israelienne, ou ..
rentrer dans leurs douzes pays d'origines familiales, y retrouver leurs cultures.
ou sûils cessent de voter pour des chefs islamistes radicaux et de manifester pour massacrer les juifs.
tout ce que ce genre de livres ne disent pas .
et puis ce genre de livres ne montrent pas les palestiniens sans problemes.
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty12/5/2016, 12:40

massacres de juifs realisés par les palestiniens en 1929

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Massacre_d%27Hébron_(1929)
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty12/5/2016, 12:43

un jésuite s'exprime sur les palestiniens et les israeliens:
http://www.danilette.com/article-l-equivoque-palestinienne-r-p-michel-riquet-99633831.html

"L’équivoque palestinienne", R.-P. Michel Riquet

danilette
Monde chrétien, Conflit israélo-arabe

Lire également http://un-idiot-attentif.blogspot.com/2012/02/lequivoque-palestinienne.html grâce à qui j'ai eu connaissance de cette analyse magistrale qui n'a rien perdu de son actualité et qui énonce des vérités qu'il n'est plus permis de dire 40 ans plus tard

R-P. Riquet, jésuite, résistant, ancien déporté et grand ami d’Israël


Au moment où s’achève le conflit qui, pendant trente ans, a mis à feu et à sang ce qui fut l’Indochine, les amis de la paix aspirent à trouver une solution à celui qui, dans le même temps, ensanglante et déchire ce qui fut et devrait demeurer la Terre Sainte.

Au cœur du drame palestinien, il y a celui des milliers de réfugiés réduits à vivre, plus ou moins misérablement, dans les camps où la générosité des Nations Unies les entretient dans un état de précaire médiocrité. Mais il y a aussi, certains voudraient l’oublier, la tragédie de milliers de Juifs chassés d’Europe par les pogromes de Russie et de Pologne, au xixème siècle, puis, au XXème, par le monstrueux génocide de six millions d’Israélites, dont un grand mufti de Jérusalem n’hésitait pas à féliciter Hitler.

Il n’était pas question pour ceux qui furent les premiers pionniers du retour dans la terre d’Israël, Eretz Israel, d’en chasser ceux qui, depuis plus ou moins longtemps, y avaient élu domicile. Ils pensaient seulement y retrouver, eux aussi, leur patrie. Car, s’il est une terre au monde où les Juifs peuvent se considérer chez eux, c’est bien la Judée qui porte leur nom.

Ils y étaient bien avant les musulmans arabes qui envahirent la Palestine, en 638, sans autre droit que celui de leurs armes.

Ce qu’on prétend être, aujourd’hui, la nation palestinienne, n’a jamais existé. Les seuls moments de l’histoire où Jérusalem ait été capitale d’un État souverain sont ceux où les rois d’Israël, de David aux Macchabées, pendant près d’un millénaire, régnèrent sur la Pales­tine, "de Dan à Bersabée", c’est-à-dire de la Haute Galilée au Néguev.

Après comme avant, la Palestine, dont les frontières ne furent jamais précisément fixées, fut surtout un lieu de passage et de ren­contre où s’affrontèrent les empires rivaux de l’Égypte, de l’Assyrie, de Babylone et des Perses. Les Romains en firent une sous-préfecture de la province de Syrie, Byzance y maintint son empire jusqu’au jour où il fut supplanté, au viième siècle, par celui des conquérants arabes au nom de l’islam mais, dès le XIIème siècle, ils seront, à leur tour, relayés par les Turcs seldjoukides, puis ottomans. De 1517 à 1918, pendant quatre siècles, Jérusalem fut un sandjak du vilayet de Syrie, simple province, comme l’Arabie, d’un empire dont la capitale était Constantinople.

Pendant les treize siècles de domination musulmane, arabe puis turque, comme pendant les trois siècles de l’empire byzantin, il ne fut jamais question d’une nation palestinienne. D’une part, il y avait la communauté musulmane,l’umma, gouvernée par le khalife de Damas, puis de Bagdad, jusqu’à Cordoue en Espagne. C’était la nation unique soumise à un chef unique à la fois militaire, politique et religieux. Elle était, il est vrai, composée d’un agrégat de populations multiples, Syriens, Phéniciens, Druses, Kurdes, Iraniens, Coptes, Berbères, Ibères, progressivement ou brutalement arabisées et islamisées.

Au sein de cette communauté musulmane constituée par cet agglo­mérat de peuples divers, survécurent des communautés ethniques et religieuses soumises politiquement à la domination musulmane mais conservant, avec leur religion, une autonomie relative. Telle fut la condition des communautés chrétiennes et juives de Jérusalem et de Palestine, d’Égypte, de Syrie, comme d’Espagne et du Maghreb. Elles étaient "protégées". Grâce à quoi, elle ne furent pas absorbées par l’islamisation et gardèrent, tant bien que mal, leur identité, leurs biens, leurs lieux de culte.

Or, la communauté juive de Jérusalem, héritière des traditions mo­saïques et talmudiques, n’a jamais cessé de s’y maintenir, comme, d’ailleurs, celles de Jaffa, de Tibériade ou de Safed en Galilée. Elle n’a jamais cessé, non plus, d’accueillir les Juifs répandus dans le monde entier mais pour lesquels Jérusalem demeurait le centre de leur vie religieuse et nationale. Car, s’il n’y eut jamais une nation palesti­nienne, il y a, depuis Moïse et même Abraham, un peuple juif qui n’a jamais renoncé à considérer la Judée comme sa patrie et Jérusalem sa capitale. Toute la Bible en témoigne. Mais aussi Flavius Josèphe, Strabon et Tacite, comme aujourd’hui les historiens tant soit peu sé­rieux.

Cela ne supprime pas pour autant les titres de propriété légitime­ment acquis en Palestine par d’autres que les Juifs. Mais cela ne permet pas aux Arabes de se prétendre les seuls maîtres légitimes d’une terre que d’autres qu’eux ont occupée, cultivée et gouvernée bien avant eux et, souvent, beaucoup mieux qu’eux.

Bien avant la déclaration Balfour de 1917, bien avant le livre de Hertzl sur l’État juif, en 1896, la communauté juive de Jérusalem est déjà, et depuis trois siècles, la plus nombreuse. Sur 15.510 habitants, en 1844, on dénombre 7.120 Juifs pour 5.000 musulmans et 3.390 chrétiens. De 500 familles en 1621, la population juive de Jérusalem est passée à 1.200 familles en 1700 et 3.000 en 1824. En 1896, 28.400 Juifs représen­tent 61,9 °/o de la population de Jérusalem, en face de 8.560 musulmans et 8.748 chrétiens. En 1905, les statistiques turques font apparaître 40.000 Juifs à Jérusalem, 12.000 à Safed, 5.500 à Tibériade. A cette date, dans l’ensemble de l’actuelle Palestine, il y a 17 colonies juives instal­lées sur des terres en friches ou marécageuses, cédées un bon prix par leurs propriétaires turcs, persans ou levantins. C’est le cas, notam­ment, de la ferme-école Mikveh-Israel créée par l’Alliance israélite universelle, fondée à Paris, en 1870, par Charles Netter et Adolphe Crémieux. Celle de Rishon-le-Tzion s’est établie en 1882, grâce au baron Edmond de Rothschild. A cette époque, le territoire qui deviendra, en 1948, celui de l’État d’Israël, compte à peine 200.000 habitants, dont 60.000 Juifs. En 1914, ceux-ci seront 85.000, dont la moitié, 45.000, à Jérusalem. Ainsi, depuis Titus et Hadrien, des Juifs n’ont jamais cessé de se maintenir en Palestine, cependant que les millions d’autres dis­persés à travers le monde vivaient dans l’espérance du retour : "L’an prochain à Jérusalem".

De quel droit, dès lors, prétendre que les Juifs sont des étrangers et des intrus au pays de leurs pères et de leurs patriarches, Abraham, Isaac et Jacob, dont Hébron conserve encore les tombeaux? Les Juifs se considèrent en Judée comme les Polonais en Pologne, les Armé­niens en Arménie, les Irlandais en Irlande, même quand ceux-ci revien­nent après en avoir été exilés pendant plus d’un siècle.

Leur droit d’y revenir est d’autant moins contestable que, dans la plupart des pays où ils s’étaient réfugiés, ils ont eu à souffrir de vexations et de sévices particulièrement odieux, voire de massacres, de spoliations et d’expulsions. Les pays arabes n’ont pas fait exception, à commencer par ces tribus juives de Médine, massacrées ou expul­sées par Mahomet.

Aux quelque 800.000* Palestiniens qui auraient quitté, en 1948, le territoire où fut fondé l’État d’Israël, on peut opposer un nombre égal de Juifs que les événements de 1948 à 1967 ont contraint de quit­ter les États arabes, Irak, Syrie, Égypte et Maghreb, en y laissant la plupart de leurs biens. La masse de ceux-ci n’est certes pas inférieure à ceux que les réfugiés palestiniens prétendent avoir abandonnés, mais qui sont, aujourd’hui encore, sous séquestre à moins qu’ils n’aient été dûment remboursés à leurs propriétaires. De plus les immigrants juifs en Palestine n’y sont pas venus en parasites. Les premiers pion­niers arrivés de Russie, à partir de 1880, s’appliquent à transformer des terres en friches et des marécages en cultures productives. Les vallées de Yizréel et de Sharon, devenues stériles et malsaines, retrou­vent leur fécondité d’antan grâce à l’effort des kiboutzniks qui les ont drainées, assainies, cultivées. Les rendements s’améliorent en même temps que se perfectionnent les procédés de culture et d’irrigation. Mais les immigrants vont également implanter des industries jusque-là inconnues dans ce pays, alors sous-développé. C’est, d’ailleurs, ce qui provoque un afflux d’Arabes des pays voisins, en quête de travail.

.."


Dernière édition par prinu le 12/5/2016, 12:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty12/5/2016, 12:54

Si, de 1919 à 1948, la population juive de Palestine s’est accrue de 483.000 immigrants, la population arabe, elle aussi, s’est augmentée de 558.085 âmes. Mais la natalité n’est pas le seul facteur de cet accrois­sement, alors que la mortalité infantile est encore de 150 pour mille. Comme le remarque un rapporteur de l’U.N.R.W.A. : "Après 1931 les emplois du temps de guerre et, d’une façon générale, le développe­ment de l’industrie, plus rapide en Palestine que dans les pays arabes voisins, ont attiré de nombreux ressortissants de ces pays, sans bien souvent que les autorités aient enregistré leur entrée sur le territoire." C’est ainsi que la population de la Palestine sous mandat va passer de 752.048, en 1922, à 1.676.571, au 31 décembre 1943, dont 1.028.715 musulmans, 502.912 Juifs, 131.281 chrétiens.

Ainsi la présence accrue des Juifs en Palestine, loin d’entraîner un appauvrissement du pays, y apporte richesse et augmentation de l’em­ploi telles que les Arabes des pays voisins viennent s’y embaucher et s’y fixer. C’est ce que tenait à souligner, dans une déclaration à la B.B.C., le 23 mai 1939, M. Lloyd George :

"L’immigration juive a élevé le niveau de vie des Arabes en Pales­tine. Leurs salaires ont triplé. Leur hygiène s’est améliorée grâce aux institutions médicales et aux aménagements sanitaires réalisés par les Juifs. En de nombreuses régions, l’eau est abondamment fournie pour l’irrigation, l’énergie électrique et les besoins domestiques. La malaria disparaît grâce à l’assèchement des marais; grâce à l’exemple juif également, les méthodes primitives de culture se transforment petit à petit. Aucun Arabe n’a été exproprié de sa terre contre son gré. Les Juifs achètent des marais arides et désolés par la malaria, ainsi que des collines pierreuses, en les payant à leurs propriétaires arabes des prix exorbitants. Ensuite ils drainent ces déserts, les irriguent, les fer­tilisent et les ensemencent jusqu’à ce que la terre de Canaan, où cou­laient jadis le lait et le miel, apparaisse à nouveau."

Le secrétaire aux colonies, cependant peu favorable aux sionistes, Malcolm Mac Donald, n’hésitait pas à confirmer les dires de Lloyd George :

"C’est parce que les Juifs qui sont venus en Palestine ont créé des services sanitaires modernes et apporté un certain nombre d’autres avantages, que les Arabes, hommes et femmes, qui autrement seraient morts, sont aujourd’hui en vie et que des enfants arabes gran­dissent, qui autrement ne seraient jamais nés."

Cependant, si le droit de retour des Juifs au pays de leurs ancêtres n’est pas moins certain que celui des Arméniens en Arménie, des Polonais en Pologne, des Irlandais en Irlande, si ce retour a été, pour la terre d’Israël, un incontestable bienfait dont la main-d’œuvre arabe a très largement profité, grâce aux emplois qu’elle y a trouvés, c’est un fait que, de 1919 à 1948, l’opposition des Arabes à Israël s’est faite de plus en plus agressive et virulente. Les notables, les grands féo­daux arabes de Jérusalem, les effendis, réveillent et attisent dans la masse le ferment nationaliste. Le plus acharné apparaît alors un effendi de Jérusalem, Hadj-Amin-el-Husseini. Il est le principal res­ponsable de l’agitation qui, dès février 1920, saisit la foule arabe. Les colonies juives de Haute-Galilée, Tel-Haï, Kfar Guiladi, Metoulla, sont attaquées par des Arabes armés de couteaux. Il y a dix morts. A Jéru­salem, à l’occasion de la Pâque de cette année 1920, les Arabes atta­quent les Juifs à coups de pierres, de matraques, de couteaux, pil­lent maisons et magasins. Cent quatre-vingts Juifs sont blessés, plu­sieurs à mort, Hadj-Amin-el-Husseini est arrêté, mais on arrête aussi Vladimir Jabotinski coupable d’avoir organisé la défense des Juifs sauvagement attaqués. Dans un but d’apaisement le gouvernement britannique nomme alors Haut-commissaire : Sir Herbert Samuel, un israélite anglais. Arrivé le 1er juillet 1920, il proclame une amnistie générale, Jabotinsky est libéré, mais aussi Hadj-Amin-el-Husseini, qui devient, en 1921, grand mufti de Jérusalem, chef suprême des Arabes de Palestine.

Dès le mois de mai 1921, de nouveaux troubles éclatent. A Jaffa et à Tel-Aviv, on tue des Juifs sans défense, tel que le poète Haïm Brenner et sa famille. Tandis qu’on laisse armes et munitions aux Arabes, tout Juif porteur d’un revolver est arrêté.

A Hébron, le 23 août 1929, au témoignage de Sir John Chancelier on déplore "les meurtres sauvages perpétrés sur des membres sans dé­fense de la communauté juive, sans égard pour l’âge ou le sexe et accom­pagnés d’actes de férocité indicibles, incendie des fermes et des maisons, dans les villes et les campagnes, pillage et destruction des biens". Dans le même temps, à Jérusalem, à Safed, à Tel-Aviv, les mêmes mas­sacres des Juifs se reproduisent. La plupart des victimes ont reçu au moins trois blessures, plus d’une en a reçu douze à dix-huit sur tou­tes les parties du corps. Quarante-cinq pour cent d’entre elles sont des femmes, dix-neuf pour cent des enfants de un à dix ans.

La réponse de l’administration britannique fut la publication, en octobre 1930, d’un premier Livre blanc qui limitait l’émigration juive en Palestine et, d’autre part, décidait des mesures draconiennes qui devaient empêcher les Juifs de s’armer pour leur défense. Il ne leur restait qu’à organiser clandestinement leur résistance. C’est à quoi répond la création de la Hagana de Jabotinsky, à quoi s’ajouteront les organisations parallèles de l’Irgoun et du groupeStern.

Mais tandis que David Shaltiel, parti chercher des armes en Eu­rope, se fait coiffer par la Gestapo et envoyer à Dachau et Buchenwald jusqu’au 18 mars 1939, le grand mufti de Jérusalem se fait ravitail­ler par Hitler. Exilé par les Anglais, en juillet 1937, il continue son action à Bagdad où l’accueille Nouri-Saïd. En 1941, il se réfugie à Berlin auprès de Hitler, auquel il offre la collaboration d’une brigade de Waffen SS arabes. Accompagné d’Eichmann il visite les chambres à gaz d’Auschwitz et encourage la solution finale qu’elles apportent à la question juive.

Alors que la persécution des Juifs fait rage en Allemagne, en Autri­che et, après Munich, en Tchécoslovaquie, les Arabes, en Palestine, continuent de se livrer contre les Juifs à de sauvages agressions. Le 4 octobre 1938, 19 Juifs sont brûlés ou poignardés à Tibériade. La synagogue est incendiée. A cela, l’administration de Sa Majesté répond par un nouveau Livre blanc, le 17 mai 1939. Il limite pour cinq ans l’émigration juive.

La guerre, qui survient en septembre 1939 va, un moment, estomper le conflit entre Juifs et Arabes. D’une part, le principal agitateur, Hadj-Amin-el-Husseini, est en Allemagne collaborant avec Hitler. De l’au­tre, les Juifs sont à côté des alliés et participent de leur mieux à leur combat. Des milliers de Juifs servent dans l’armée britannique au Moven-Orient, tel Moshé Dayan qui perd un œil après avoir, par un coup d’audace, pris le fort Gouraud. Ils sont à Bir-Hakeim avec Koenig et rendent plus d’un service à Montgomery, en Cyrénaïque. Cepen­dant, le projet d’une brigade juive se battant comme telle au côté des armées alliées ne recevra l’approbation du Cabinet britannique qu’en mars 1945. Cela lui permettra d’être à Berlin pour la capitulation du IIIème Reich.

Mais, à peine terminée la guerre et achevé le monstrueux génocide de six millions d’israélites, la situation des Juifs en Palestine se heurte aux mêmes difficultés, aux mêmes hostilités qu’en 1939. Les malheu­reux rescapés des camps de la mort que soutenait l’espérance de re­trouver une patrie à Jérusalem se voient refoulés par la police bri­tannique. On leur interdit l’entrée en Palestine, on en interne plus de 20.000 à Chypre, dans des camps de sinistre mémoire.

Les bateaux où on les entasse connaissent parfois un tragique destin. Le Patria coule dans le port même de Haïfa où 1.800 émigrants sont noyés. Le Salvador s’engloutit dans la mer de Marmara avec 326 émi­grants, le Struma coule dans le Bosphore avec 769 Juifs échappés de Roumanie. Enfin, c’est la tragédie de l’Exodus avec 4.500 passagers, dont 400 femmes enceintes qui, après un hallucinant voyage, vont se retrou­ver parqués dans un camp en Allemagne.

On comprend l’exaspération qui entraîne alors l’Irgoun et la Hagana dans une lutte acharnée, à la fois contre la police britannique et contre les commandos arabes qui ne cessent de les attaquer. Pour protester contre les arrestations massives (2.718) de juin 1946, l’Irgoun fait sau­ter l’hôtel King David, mais après avoir prévenu les occupants qui, malheureusement, n’en tiennent pas compte. Il y a 200 morts.

Enfin, le 29 novembre 1947, les Nations unies prennent la décision de partager la Palestine en trois zones : 1° celle d’Israël qui compren­drait 546.000 Juifs et 350.000 Arabes sur 14.477 kilomètres carrés ; 2° celle des Arabes avec 945.000 habitants, dont 8.000 Juifs sur 11.655 kilomètres carrés ; 3° une zone internationale autour de Jérusalem avec 170.000 habitants dont 106.000 Juifs.

Aussitôt, les Arabes s’insurgent contre cette décision à laquelle, malgré tout, Israël se rallie. Le 3 décembre 1947, à Jérusalem, 200 Ara­bes poignardent les passants, pillent des magasins, brûlent les mar­chandises. Le 31 décembre 1947, les employés arabes de la raffinerie de Haïfa attaquent 400 ouvriers juifs de la même entreprise, 39 sont assassinés, 7 autres blessés. Le 18 janvier 1948, 35 étudiants de l’Uni­versité hébraïque de Jérusalem sont attaqués, massacrés jusqu’au der­nier et leurs corps odieusement mutilés. Le 22 février 1948, une formida­ble explosion dans la rue Ben-Yehouda fait 50 morts et 150 blessés avec des ruines énormes. Le 14 avril 1948, un convoi de 10 véhicules transportant médecins, infirmières, malades et personnel de l’Univer­sité vers le Mont Scopus, se trouve attaqué, malgré le drapeau de la Croix-Rouge : 35 tués, 20 blessés.

C’est dans ce climat de violence et de guérilla qu’il faut, pour le comprendre, situer le drame de Deir Yâsin que la propagande arabe va grossir et exploiter à plaisir.

Les Anglais ayant annoncé la fin de leur mandat et le départ de leurs troupes pour le 14 mai 1948, Juifs et Arabes se préparaient à la lutte finale. Pour Israël il s’agissait alors de sauvegarder la voie unique qui reliait Jérusalem à Tel-Aviv et à la mer. Les Arabes ne manquèrent pas de s’installer sur les hauteurs d’où ils pourraient intercepter les convois israéliens. C’est pourquoi ils fortifièrent le village de Deir-Yâsin et celui du Qastel. Le 10 avril 1948, l’Irgoun entreprit de les en déloger. Mais avant d’ouvrir le feu sur Deir Yâsin, ils invitèrent, par haut-parleurs, la population civile, femmes et enfants, à évacuer les lieux. 200 villageois en profitèrent effectivement pour se mettre à l’abri dans la vallée. Alors seulement l’Irgoun passe à l’attaque. Ils n’avaient d’ailleurs ni canons ni mortiers, rien que des armes légères, une mi­trailleuse Bren et des grenades. Les Arabes ayant arboré aux fenêtres des drapeaux blancs, l’avant-garde fut surprise d’être accueillie par un déluge de feu qui toucha le commandant de l’unité. La bataille fut acharnée, progressant maison par maison, les assaillants jetaient des grenades par les fenêtres. Leur stupeur fut grande de trouver, parmi les cadavres de soldats irakiens et palestiniens, des femmes et des enfants. Le nombre des victimes civiles et militaires fut de 200, l’Irgoun ayant eu 4 tués et 37 blessés. Un des notables de Deir Yâsin, Yunes Ahmad Assad déclarera dans le quotidien jordanien, Al Urdun, du 9 avril 1955 : "Les Juifs n’ont jamais eu l’intention de porter atteinte à la population du village, mais s’y trouvèrent forcés quand ils eurent à faire face au feu de l’adversaire placé au milieu de cette population."

Si la propagande arabe s’empressa de faire de Deir Yâsin le symbole de la barbarie sioniste, elle ne dit rien de l’atroce massacre que les Palestiniens accomplirent, peu après, le 12 mai 1948, à Kfar Etzion sur la route de Jérusalem à Hébron. Ce sont les blindés de la Légion arabe qui encerclent le village où les Juifs résistent avec de pauvres moyens. Dans le combat 239 hommes, femmes et enfants juifs furent tués, mais, après la reddition, 110 autres furent massacrés et mutilés sauvage­ment.

Le 14 mai 1948, à minuit, prenait fin le mandat britannique. Bien avant l’heure, militaires et fonctionnaires vident les lieux. A 16 heures dans la salle bondée du musée de Tel-Aviv, Ben Gourion proclame la fondation de l’État juif en Terre Sainte, qui portera le nom d’Israël. Mais déjà les armées régulières de l’Irak, de la Syrie, de la Jordanie, du Liban et de l’Égypte apportent l’appui de leurs chars, de leurs canons et de leurs mitrailleuses lourdes aux Arabes de Palestine.

Pour défendre Jérusalem, la Hagana ne dispose que de 1 400 hommes et d’un armement dérisoire, 2 voitures blindées munies de canon, une autre sans canon, 2 mortiers et 4 mitrailleuses lourdes. Avec cela, ce­pendant, la Hagana va tenir tête à la Légion arabe de Glubb Pacha, puissamment armée. Seule la vieille ville tombera en leurs mains. Dans toute la Palestine, des combats acharnés opposent les Israéliens mal armés aux armées de Syrie, de l’Irak et de l’Égypte. Le conseil de sécu­rité de l’O.N.U. réussit enfin à imposer une trêve effective le 10 juin, mais le 9 juillet, la bataille reprend encore jusqu’à un nouvel armis­tice le 19 juillet 1948. Ce n’est qu’en 1949, à Rhodes, que seront signés les traités d’armistice qui vont fixer les frontières provisoires de l’État d’Israël avec ses voisins. Ne tenant aucun compte du plan de partage adopté par les Nations unies, la Jordanie annexe la vieille ville de Jéru­salem, Bethléem, Hébron, la Samarie, l’ouest du Jourdain. La Syrie s’installe sur les hauteurs qui dominent le lac de Tibériade. L’Égypte s’étend jusqu’à Gaza et Charm-el-Cheik.

Ces sanglants affrontements entre Juifs et Arabes au long des an­nées 1947-1948 ont provoqué un large exode des populations de Palestine. Le quartier juif de la vieille ville de Jérusalem est entière­ment vidé de ses occupants séculaires, les synagogues transformées en écuries et en latrines, les cimetières juifs du Mont des Oliviers profa­nés. Dans le monde arabe, en Irak, Syrie, Yémen, Égypte, Maghreb, la situation faite aux Juifs va les contraindre à s’exiler. La plupart vont se réfugier en Israël. De 1948 à 1956, 254.399 Juifs passèrent du Yémen, de l’Irak, de la Syrie et du Liban en Israël, 197.388 d’Égypte et du Maghreb, au total 441.787, soit 56 % des immigrés. Un nombre à peu près égal d’Arabes palestiniens, au cours de la période 1947-48, ont quitté leur foyer pour se réfugier au Liban, en Syrie, en Jordanie, en Égypte. Ont-ils été chassés? Les Arabes le prétendent. Israël assure qu’il a tout fait pour les retenir. Ce qui est certain, c’est que la Pales­tine sous mandat, à la veille des événements de 1948, comptait 1.887.000 habitants dont 1.143.000 musulmans. De ceux-ci, 560.000 habitaient la partie annexée par la Jordanie, 132.510 la bande de Gaza annexée par l’Égypte; de plus, 140.000 Arabes demeurèrent dans la zone occupée par Israël conjointement avec 655.000 Juifs. Ce qui représente un total de 1.421.000 personnes restées sur place. Il n’y aurait donc que 460.000 Palestiniens à avoir quitté leur habitation située en Israël.

D’où vient alors que les statistiques de l’U.N.R.W.A. font état, en juin 1950, de 960.000 réfugiés immatriculés qui deviennent, en juin 1972, 1.506.640 ?

Une note discrète du Rapport présenté par le commissaire général de l’U.N.R.W.A. à l’Assemblée générale de l’O.N.U. en 1963 nous l’expli­que. "Les données statistiques ci-dessus sont établies d’après les listes d’immatriculation de l’Office et, en raison de facteurs tels que le nom­bre élevé des décès non déclarés et des immatriculations injustifiées et non décelées, elles n’indiquent pas nécessairement l’effectif réel de la population réfugiée."



A partir du moment où l’inscription sur les listes de l’U.N.R.W.A. donnait droit à des rations alimentaires, à des services sanitaires et scolaires, voire à un logement, les candidats ne manquèrent pas. On réussit même à camoufler les décès et à déclarer plusieurs fois les nais­sances. Nous sommes en Orient. Qui connaît les modes de vie des popu­lations de ces régions sait qu’elles comportent une bonne part de noma­des et de semi-nomades. La création de camps de réfugiés entretenus par les distributions alimentaires et autres que subventionnent les Na­tions unies crée une puissante attraction pour des populations mouvan­tes et mal loties qui vont s’y nicher. A quoi s’ajoute la panique provo­quée par la propagande arabe invitant les Palestiniens à s’enfuir pour revenir après la victoire qui les rendrait propriétaires des riches cul­tures et des industries crées par l’ingéniosité, mais aussi par le travail des Juifs.

La conjonction de ces facteurs sociologiques et politiques aboutit à la création d’un abcès qui, depuis plus de vingt-cinq ans, empoisonne la vie du Proche-Orient, mais aussi de l’Organisation des Nations unies, donc du monde entier.

Lorsque l’on se rappelle comment, de 1945 à 1961, 57 millions de personnes déplacées (D.P.) par la Guerre mondiale ont été relogées et réintégrées par les soins du Haut-Commissariat aux Réfugiés, l’Allema­gne fédérale, à elle seule, en intégrant douze millions, on s’étonne que les efforts de l’U.N.R.W.A. spécialement chargée par l’O.N.U. de résou­dre ce problème, n’aient pas réussi à faire absorber par le monde arabe les réfugiés palestiniens qui ne pouvaient être, en 1948, plus de cinq à six cent mille au maximum.

A l’exception de la Jordanie, qui accueillit le plus grand nombre de réfugiés et leur conféra la nationalité jordanienne en même temps qu’elle leur offrait les plus grandes facilités d’intégration parmi les Jordaniens qui sont leurs frères, le Liban, la Syrie, et l’Égypte se refusèrent à intégrer les réfugiés palestiniens dans leur population et les contraignirent à vivre parqués dans des camps, parfois même, comme à Gaza, sans pouvoir en sortir pour circuler librement.

Cependant, cette intégration fut envisagée par les Nations unies qui, en créant l’U.N.R.W.A., lui donnaient pour objectif de "promouvoir des projets économiques constructifs dans les pays arabes hôtes pour aider ceux-ci à installer les réfugiés". Un crédit de 200 millions de dollars fut ouvert à cette fin. L’opposition des pays arabes fit obstacle à la réalisation de ce projet.

Quoi qu’il en soit de cet échec, on doit rendre hommage au dévoue­ment, à l’ingéniosité, déployés par les fonctionnaires et collaborateurs de l’U.N.R.W.A. au service des réfugiés. Depuis 1950, ils ont assuré à un nombre croissant de réfugiés — de 816.667 en 1951 à 1.506.640 en 1972 — la distribution régulière de rations alimentaires, des logements, des services de santé et des services sociaux pour tous ceux qui en au­raient besoin. Plus encore mérite l’éloge l’effort considérable accom­pli pour la scolarisation des jeunes réfugiés. Au 31 mai 1963, l’U.N.R.W.A., conjointement avec l’U.N.E.S.C.O. avait créé 403 écoles primaires et primaires supérieures fréquentées par 145.458 élèves ; 8 écoles profes­sionnelles, 4 écoles normales d’instituteurs étaient fréquentées par 4.500 élèves cependant que des bourses permettaient à 544 étudiants de fré­quenter les universités du Proche-Orient.

Pour l’ensemble de ces activités et services, l’U.N.R.W.A. recevait des Nations unies, de l’U.N.E.S.C.O., de l’O.M.S. une contribution annuelle d’environ 35 millions de dollars, auxquels s’ajoutaient les dons d’organi­sations charitables qui furent, en 1963, de 622.408 dollars.

Grâce à cet effort de scolarisation et d’enseignement professionnel, auquel l’U.N.R.W.A. consacre 47 % de son budget, un grand nombre de jeunes réfugiés palestiniens ont pu trouver un travail bien rému­néré dans les pays arabes, particulièrement ceux qui sont producteurs de pétrole, notamment le Koweït et l’Arabie Séoudite.

A quoi il faut ajouter l’efficacité des services sanitaires, dispen­saires et hôpitaux, organisés par l’U.N.R.W.A. dans les 56 camps où sont logés 40 % des réfugiés. Des milliers d’enfants ont été préservés de la mortalité infantile, du rachitisme, de la tuberculose, de la polio­myélite, des affections oculaires et intestinales endémiques. Il en est résulté un accroissement démographique considérable. De 1953 à 1963, en dix ans, le nombre des réfugiés immatriculés est passé de 904.122 à 1.210.170 dont 483.490, un bon tiers, avaient moins de quinze ans.

Cependant, l’œuvre éminemment humanitaire de l’U.N.R.W.A. qui, en vingt-cinq ans, aura coûté plus d’un milliard de dollars aux Nations unies, aboutit à maintenir dans les camps de Gaza, du Liban et de Syrie des foyers virulents de haine et d’insurrection contre Israël. Le Fath recrute parmi les étudiants, nés et grandis dans ce milieu, les plus excités et les plus fanatiques de ses militants. Au lendemain de la Guerre des Six-Jours, dans les camps et les écoles de la bande de Gaza, nous avons pu constater par quels moyens les écoliers étaient entraînés à l’exécration d’Israël et à sa destruction par tous les moyens. N’est-il pas considéré et présenté comme l’unique responsable de l’inhu­maine condition des réfugiés palestiniens ?

Cependant, jamais Israël n’a manifesté le projet ou la revendica­tion d’éliminer de Palestine les populations diverses qui, depuis des siècles, l’habitaient. Avec lyrisme, mais sans fausser les réalités de l’Histoire, dans sa Lettre à un ami Arabe, André Chouraqui a évoqué ce que fut, pendant des siècles, en Terre Sainte et notamment à Jéru­salem, la coexistence pacifique et souvent fraternelle des Juifs et des musulmans arabes, druzes ou araméens. La Bible recommande et im­pose à Israël le respect et l’amour de l’étranger, plus encore du voi­sin. Aujourd’hui même, les rabbins aiment à rappeler le verset d’Isaïe : "Les Égyptiens se convertiront à Yahvé qui les exaucera et les gué­rira. Ce jour-là il y aura une route allant d’Égypte vers l’Assyrie. Ce jour-là, Israël, le troisième avec l’Égypte et Assur, sera béni au milieu de la terre. Yahvé Sabaoth les bénira en disant : "Bénis soient mon peuple d’Égypte, Assur, l’œuvre de mes mains et Israël, mon héritage" (Is. 19, 23-25). Dans la perspective biblique, tous ces peuples du Proche-Orient sont frères, issus du même patriarche Abraham. Ethniquement ils sont tous des sémites et parlent des langues sœurs.

La déclaration Balfour et les accords internationaux n’envisageaient nullement que la fondation d’un foyer national du peuple juif en Pales­tine entraînât l’exclusion des autres communautés musulmanes ou chrétiennes. Leurs droits devaient être sauvegardés.

C’est dans cet esprit que les premiers pionniers s’installèrent dans la Palestine soumise à la domination ottomane et c’est dans les mêmes conditions que se poursuivait, sous le mandat britannique, l’implan­tation des colonies agricoles juives, Kiboutzim et Moshavim. Il fallut l’hostilité, les brutalités, les voies de fait et les massacres suscités par le grand mufti de Jérusalem et la Ligue arabe, de 1920 à 1939, pour que les Juifs de Palestine se décident à organiser leur défense et à devenir, non seulement des laboureurs mais des soldats. C’est ainsi que l’on aboutit au Plan de partage adopté par les Nations unies, le 29 novembre 1947. Il n’éliminait personne, mais créait une Palestine à majorité arabe, une autre à majorité juive, autour d’une Jérusalem internationalisée, mais avec la majorité juive qui s’y maintenait de­puis des siècles. Ce plan donnait partiellement satisfaction aux vœux des Israélites qui l’acceptèrent. La Ligue arabe et les Arabes de Pales­tine le refusèrent et s’apprêtèrent à expulser tous les Juifs de Pales­tine.

Le 14 mai 1948, la déclaration d’indépendance d’Israël proclamait : "Nous tendons la main de l’amitié, de la paix et du bon voisinage à tous les États qui nous entourent et à leurs peuples, et nous les invitons à coopérer pour le bien commun avec la nation juive indé­pendante."

Le 15 mai 1948, au Caire, le secrétaire général de la Ligue arabe, Azzam Pacha, appelait tous les Arabes à la guerre sainte contre Israël et déclarait :

"Ce sera une guerre d’extermination, un massacre dont on parlera comme on parle des massacres des Mongols et des croisés."

Les États arabes, Égypte, Syrie, Jordanie, Liban, Arabie Séoudite et Irak envahirent alors la Palestine avec 3.110 chars, 885 avions, 517.000 soldats. Ils échouèrent devant la résistance d’une poignée de Juifs comme ceux de Massada et de Miçpa. La panique fit alors s’enfuir quelque 500.000 Palestiniens arabes. Avant de réintégrer dans ses frontières cette masse de fugitifs plus ou moins hostiles, l’État d’Israël était en droit d’exiger des garanties et, d’abord, que les États arabes voisins lui recon­naissent des frontières sûres. C’est précisément ce que, jusqu’à présent, Israël n’a jamais pu obtenir. A la veille du 5 juin 1967, le chef et porte-parole de l’Organisation de la Libération de la Palestine, Choukeiri, décla­rait sans ambages : "Ce sera nous ou Israël, il n’y a pas de moyen terme, rien ne sera accepté en dehors d’une libération. En cas de conflit, il ne resterait pratiquement pas de survivants juifs" (Le Monde 2.6.1967).

Nous savons ce qui s’ensuivit. Mais ce n’est pas cela qui résoudra le problème des réfugiés palestiniens. Au contraire, leur nombre s’est accru car une partie de la terre palestinienne précédemment annexée par l’Égypte, la Jordanie et la Syrie se trouve maintenant soumise à l’administration israélienne qui, du coup, se trouve avoir à admi­nistrer un État dont la population globale comprend 300.800 musul­mans, 72.150 chrétiens, 33.000 Druses et autres qui avec 2.434.800 Juifs constituent la population de l’État d’Israël et participent à droits égaux à son gouvernement démocratique. A ces 2.891.100 citoyens israéliens, s’ajoutent, dans les territoires administrés par Israël depuis juin 1967, 990.000 Arabes dont 952.000 musulmans, 32.000 chrétiens et 6.000 Dru­ses. Ainsi, depuis 25 ans, 300.000 Arabes musulmans et, depuis 5 ans, 952.000 autres, soit 1.252.000, font l’expérience de la vie quotidienne avec les Juifs dans un État à majorité juive. De l’avis des observa­teurs étrangers, cette population arabe d’Israël, comme celle des terri­toires administrés, connaît une amélioration considérable de son ni­veau de vie. Le rendement des cultures s’accroît, grâce au progrès des techniques enseignées et subventionnées par l’État d’Israël. Le chô­mage dont souffrait la Cisjordanie et la bande de Gaza tend à dispa­raître en raison des emplois offerts en Israël, lesquels sont rémunérés à des taux cinq fois supérieurs aux précédents, en même temps que les salariés bénéficient d’un régime de sécurité sociale effectif.

Pour ce qui est des droits de l’homme, la liberté de circulation a été donnée à tous, y compris ceux qui, notamment dans la bande de Gaza, en étaient privés par les gouvernements arabes. Entre la Jor­danie et Israël, les ponts sont largement ouverts permettant, non seu­lement le passage des convois de vivres et de produits variés, mais celui des personnes allant visiter leurs parents d’une rive à l’autre du Jourdain, ou simplement visiter les Lieux Saints situés en Israël.

Dans les territoires administrés par Israël, les villages et les villes ont été encouragés à se donner une administration municipale démo­cratiquement élue et responsable de la gestion des biens et services communaux. Quant aux Arabes, musulmans ou chrétiens, citoyens de­puis 1948 de l’État d’Israël, ils y jouissent des mêmes droits y compris le droit de vote et d’éligibilité à la Knesset, parlement israélien.


Ainsi, par la force des choses, dans les actuelles mais provisoires frontières contrôlées par Israël, se poursuit la réalisation, appa­remment utopique, d’une coexistence pacifique, voire fraternelle, entre Juifs, chrétiens et musulmans. Les tristes exploits des terroristes feddayin ont parfois obligé la police israélienne à des mesures de con­trôle, de surveillance, voire de répression énergique. Mais, le calme et l’ordre rétablis, ces 1.200.000 Arabes associés à la vie de 2.434.800 Israélites connaissent une situation sociale, économique et culturelle très supérieure à celle de leurs devanciers. Ils jouissent des droits et libertés que leur refusait, il y a seulement soixante ans, la puissance ottomane.

Cependant, chaque Assemblée générale des Nations unies tient à "réaffirmer les droits inaliénables du peuple de Palestine, tels qu’ils sont énoncés dans la Charte des Nations unies et dans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme".

Elle "note avec un profond regret que ni le rapatriement ni l’in­demnisation des réfugiés n’ont encore eu lieu, qu’aucun progrès notable n’a été réalisé, en ce qui concerne le programme de réintégration des réfugiés, soit par le rapatriement, soit par la réinstallation".

Mais on se tait sur un certain nombre de faits : 1° jamais encore Israël n’a pu discuter face à face avec les États arabes intéressés au problèmes des réfugiés ; 2° la réintégration des réfugiés de 1948 comme de 1967 suppose au moins que soient définies "les frontières sûres et reconnues", auxquelles Israël a droit : or, sur ce point, les décisions des Nations unies de 1947 et de 1967 n’ont pas encore été acceptées par les Arabes ; 3° si l’on reconnaît aux réfugiés palestiniens des droits inaliénables, on doit reconnaître aussi les mêmes aux Juifs. C’est ce que contestent cent déclarations des gouvernements du Caire, de Bag­dad et de Damas comme celles de l’Organisation de Libération de la Palestine. C’est aussi ce que contredisent gravement les mesures op­pressives et discriminatoires adoptées contre les Juifs d’Irak, de Syrie et d’Égypte. Eux aussi ont dû s’exiler et laisser leurs biens et leur situation au sein des nations arabes. La somme des avoirs juifs aban­donnés ou confisqués dans les pays arabes compenserait largement les pertes subies par les réfugiés palestiniens.

Dans ces conditions, la proclamation des droits inaliénables des Palestiniens n’est plus qu’une mystification aux dépens, tout à la fois d’Israël et des Palestiniens. Reste que le problème demeure posé à la conscience universelle d’une masse humaine injustement malheu­reuse et misérable. Même si ses conditions de vie sont, malgré tout, meilleures que celles de beaucoup d’autres populations du Tiers Monde, les réfugiés palestiniens se sentent frustrés et brimés. Ils gardent la nostalgie de ce qu’ils considèrent comme leur patrie, encore que la moitié, voire les deux tiers, d’entre eux n’y soient pas nés et n’y aient jamais vécu.

Peut-être faudrait-il, d’abord, démystifier la propagande qui s’exerce en leur faveur dans une complète méconnaissance et de l’histoire et des réalités d’aujourd’hui. Pendant des millénaires, les territoires actuelle­ment occupés soit par Israël, soit par le Liban, la Syrie, la Jordanie et, pour une part, l’Irak, n’ont formé qu’une seule et même province habi­tée par des populations multiples, diverses et mouvantes. En dehors des cités et des bourgades qui fixaient les sédentaires, il y avait une large population de nomades et d’errants pour qui l’idée de patrie n’avait au­cunement les contours précis qu’elle comporte pour les occidentaux. Il n’est donc pas a priori exclu qu’un réfugié palestinien se trouve aussi bien chez lui à l’orient qu’à l’occident du Jourdain, au nord qu’au sud de l’actuel État d’Israël. Si le Liban, la Syrie et l’Égypte avaient intégré les réfugiés palestiniens, comme le fit et le fait encore la Jordanie, le pro­blème serait déjà résolu.

Mais voici qu’aujourd’hui les deux tiers des 1.500.000 réfugiés imma­triculés par l’U.N.R.W.A. se trouvent, soit en Jordanie orientale, soit dans les territoires administrés par Israël. La solution du problème des réfugiés palestiniens dépend donc, pour la plus grande part, de deux interlocuteurs seulement, Israël et la Jordanie. Or, ce sont les deux États qui ont montré le plus de compréhension et d’humanité dans leurs rapports réciproques comme dans la manière de considérer et de traiter les réfugiés palestiniens. Le roi Hussein est le seul à leur avoir, dès le début, offert la nationalité jordanienne et à leur laisser la plus grande liberté de s’intégrer à la population de son royaume. D’ailleurs, la Transjordanie, à l’est du Jourdain, la Cisjordanie à l’ouest, formaient dans le passé une même province avec la Palestine. Les mêmes peuples, en majorité arabe, y vivaient de la même manière, parlaient la même langue. Il suffirait que les deux gouvernements d’Amman et de Jérusalem s’entendent entre eux pour que soit norma­lisé équitablement et humainement le problème palestinien, y compris celui d’un million de réfugiés.

Déjà, entre la Jordanie et Israël, une politique "des ponts ouverts" permet une très large circulation entre les deux rives du Jourdain. Des milliers de familles ont pu se réunir, ou, du moins, se rendre visite et communiquer. Des réfugiés de Gaza ont pu aller en Jordanie ou en Galilée avec une liberté dont, pendant 25 ans, ils avaient été privés par l’Égypte. Bien plus, on va travailler les uns chez les autres, Israël offrant des emplois aux uns et aux autres et ne s’opposant pas à ce que, de Cisjordanie on aille travailler en Transjordanie et vice versa.

Seul un terrorisme aveugle et stérile oblige encore, par souci de sécurité, à restreindre des libertés qui sont cependant beaucoup plus grandes que naguère, dans la bande de Gaza, en Syrie ou au Liban.

A ce dialogue entre Israël et la Jordanie quels sont encore les obs­tacles ?

La solidarité arabe, d’abord. C’est elle qui, en juin 1967, a forcé le roi Hussein à prendre l’offensive contre Israël alors que celui-ci lui avait donné l’assurance qu’il ne serait aucunement attaqué. Il ré­gnerait encore à Jérusalem et à l’ouest du Jourdain s’il ne s’était pas engagé dans la Guerre des Six-Jours.

Mais s’il y a une équivoque palestinienne, il y a aussi, et surtout, l’immense équivoque arabe. Parce qu’au VIIème siècle, les cavaliers de l’islam ont supplanté, en Asie, en Afrique, et en Espagne, l’empire mori­bond de Byzance, héritière de Rome, il ne s’ensuit nullement que les peuples multiples et divers de ces pays conquis par une poignée d’Ara­bes aient pour autant renoncé à leur identité première, coptes en Égypte, Berbères au Maghreb, Ibères en Espagne. Ils ont été, plus ou moins, arabisés et islamisés, mais beaucoup sont restés juifs ou chrétiens, ils ont souvent aussi, conservé l’habitude de parler le lan­gage de leurs ancêtres à côté de l’arabe devenu la langue officielle de l’administration mais aussi de la culture et du commerce comme de la religion d’État. Sur quatre à cinq cents millions de musulmans répandus dans le monde, il n’y a que soixante millions d’arabophones, mais sur ces soixante millions qui parlent arabe il n’y a de vrais Arabes que douze à quinze millions. Par exemple, en Égypte, 85 % de la popu­lation est d’origine copte et six millions d’Égyptiens sont demeurés fidèles à la religion chrétienne de rite copte, que pratiquaient leurs ancêtres d’Alexandrie et d’Héliopolis, cinq siècles avant la venue des escadrons du khalife Omar, tout comme les nombreuses communau­tés juives, qui, elles, y étaient installées depuis plus longtemps encore.

Il en fut de même dans tout le Proche-Orient où des peuples divers, par vagues successives, sont venus aboutir du Nord et de l’Est, voire de l’Ouest. Dans ces conditions, la prétention de faire de la Pales­tine une terre originairement et irréversiblement arabe, contredit la vé­rité de l’histoire. On ne peut surtout pas contester que Jérusalem ne fut une vraie capitale qu’au temps des rois d’Israël et devint le centre religieux du judaïsme, bien avant que naquît Jésus-Christ, lequel de­vance Mahomet de six cents ans.

Ceci dit, on doit reconnaître que le peuple arabe est proche parent d’Israël. La Bible leur attribue un ancêtre commun : le patriarche Abraham. Le Coran également. Bien avant la naissance de l’islam, les Arabes d’Arabie remontant, du sud au nord, le Wadi-Arabi s’ins­tallèrent à l’est du Jourdain, dans l’actuelle Transjordanie. Ils y sont incontestablement chez eux, mais ni plus ni moins que les Juifs en Palestine.

Il s’agit d’organiser entre Juifs, Arabes et autres, tels les Circassiens installés à Amman au siècle dernier, ou les Druses, une coexistence pacifique, voire fraternelle, dans une parfaite égalité de droits. Celle-ci est déjà réalisée entre tous les citoyens de l’État d’Israël sans au­cune discrimination de race ou de religion. Les Palestiniens d’El Fath protestent aujourd’hui qu’ils ont le même projet, mais dans une Pales­tine où les Arabes seraient majoritaires. C’est ce que nos amis israé­liens admettraient difficilement étant donné la situation humiliée qui fut souvent la leur, dans le passé, au sein de l’empire arabo-musulman et qui, depuis trente ans, est devenue pire encore en Syrie, en Irak, en Égypte, voire au Maghreb d’où la plupart ont dû se réfugier en Israël. L’ombre sinistre d’Auschwitz, mais aussi les émeutes et les massacres suscités par le grand mufti de Jérusalem justifient certaines réticences et certaines précautions des Juifs d’Israël. C’est pour cela, d’ailleurs, que les Nations unies, en 1947, adoptèrent la solution du partage de la Palestine en trois zones, celle où les Juifs seraient majo­ritaires, celle où les Arabes le seraient et, entre les deux, une Jérusalem internationalisée avec une majorité juive.

L’idéal serait, évidemment, que tous ces sémites, arabes ou juifs, ne forment qu’une nation comme les Alsaciens, les Basques, et les Bretons sont redevenus français avec les Normands et les Provençaux. Mais il fallut des siècles pour que la France s’unifie, comme demain devrait s’unifier l’Europe. Dans une Palestine, aujourd’hui déchirée par des passions surexcitées, du dehors plus que du dedans, il faut prévoir des étapes. La plus proche pourrait être une fédération entre l’État que gouverne Hussein d’Arabie, légitime héritier du chérif de La Mecque, et celui d’Israël, après un ajustement de leurs frontières et des échanges de population permettant de réinstaller convenable­ment le million de réfugiés qui subsistent actuellement dans les ter­ritoires contrôlés par l’un et l’autre États. L’Égypte pourrait alors discuter avec Israël de l’évacuation du Sinaï et de la situation de Gaza, à moins, comme il conviendrait, que la population de cette bande ne soit admise à décider, si elle le veut, de son entrée dans la Fédération Israélo-Jordanienne. Après quoi, le Liban ne manque­rait pas de se rallier, peut-être aussi la Syrie.

Alors, Jérusalem, capitale fédérale d’un ensemble arabo-israélien, réaliserait son nom et son destin : "Ville de la Paix". Alors aussi, les paroles du Psaume prendraient une immense signification :

De Sion l’on dira : "C’est ma mère", en elle tout homme est né. En toi sont toutes nos sources.

Je rêve, penserez-vous, mais l’action est fille du rêve, et la force d’Israël est de n’avoir jamais cessé d’espérer. "Nous de l’Espérance", disait Edmond Fleg. Il s’agit, aujourd’hui, d’unir nos efforts et nos amitiés pour que le rêve et l’espoir deviennent réalité dans la justice et dans la paix.



R. P. Michel Riquet - La revue des deux Mondes
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty12/5/2016, 12:57

passionnant et édifiant.
cet article d'un jésuite, explique bien la mystification palestinienne,
et la resistance israelienne à l'opresseur palestinien agresseur à travers le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 12187
Inscription : 18/01/2016

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty12/5/2016, 13:19

Demain à Nice, le relais des néocons US, faudra lui poser quelques questions:

http://2p82.mj.am/nl/2p82/x108.html

_________________
Trouver d'abord, chercher ensuite - Variante : Qui trouve cherche 
https://www.yhwh.fr

Le Chevalier Drach: « Il ne faut pas s'étonner si l'étude de cette science a amené un grand nombre de juifs à embrasser le christianisme. En effet, à moins de faire violence au texte des précieux morceaux qui nous restent de la Kabbale ancienne, il faut convenir que le dogme chrétien y est professé aussi nettement que dans les livres des Pères de l'Église. Les rabbins s'en sont si bien aperçus qu'ils ont pris des mesures pour éloigner les juifs de la lecture de la Kabbale parce qu'elle pourrait, disaient-ils, ébranler la foi de ceux qui n'y sont pas assez solidement affermis. »
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/David-Paul_Drach
Revenir en haut Aller en bas
https://www.yhwh.fr/
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty12/5/2016, 16:55

http://www.lemondejuif.info/2016/05/victoire-contre-haine-disrael-a-cannes-deprogrammation-documentaire-glorifiant-terroristes-jo-de-munich/

Victoire contre la haine d’Israël à Cannes : déprogrammation du documentaire glorifiant les terroristes des JO de Munich


CANNES-MUNICH

Le documentaire « Munich : A Palestinian Story », glorifiant les terroristes palestiniens des JO de Munich, qui devait être projeté au Palais des Congrès de Cannes, a été déprogrammé, a indiqué au Monde Juif .info un responsable de la communauté juive cannoise.

Dans un courrier adressé au président de la communauté juive cannoise, M. Gérard Bavard, le maire de Cannes, David Lisnard, indique que le documentaire est « une atteinte à la mémoire des victimes et peut constituer un trouble à l’ordre public.

La décision de la déprogrammation a été prise à l’issue d’une réunion avec le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui a effectué une revue du dispositif sécuritaire du Festival de Cannes.

Le maire précise qu’il reste attentif pour sa part à toute mesure de nature à écarter la moindre utilisation du Festival et de l’image de Cannes à des fins de provocation et pour diffuser une quelconque propagande abjecte et d’une certaine façon révisionniste à l’égard d’un acte terroriste.

« Munich : A Palestinian Story », du réalisateur libanais d’origine palestinienne Nasri Hajjaj, devait être projeté le 16 mai au Palais des Congrès de Cannes, dans le cadre du Marché du Film, le salon des professionnels qui commercialisent les œuvres de leur catalogue indépendamment de tout choix du Festival de Cannes.

Éric Hazan
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty13/5/2016, 00:14

Le President François Hollande démissionnera-t-il ?


--
Question posée aujourd'hui.

Philippe Dallier, né le 8 décembre 1962 à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), est un homme politique français, sénateur UMP de la Seine-Saint-Denis.
---
La position de la France sur la très délicate question des lieux saints à Jérusalem.
Philippe Dallier:
"Mes chers collègues,
Ma question s’adresse à monsieur le Premier Ministre et concerne la position de la France sur la très délicate question des lieux saints à Jérusalem.
Le 16 avril dernier, à l’UNESCO, la France a malheureusement voté pour une résolution portée, nous dit-on, par des pays arabes modérés, mais où figurent le Soudan.
Les termes de cette résolution sont une injure à l’histoire, pire que cela, une négation de l’existence même de ce qu’il y a de plus sacré pour le peuple juif : le Mont du Temple.
Dans la communauté juive de France, l’émoi est considérable.   Est-ce donc ainsi que la France compte faire progresser, à la fin du mois, le processus de paix, cette paix que nous appelons tous de nos vœux ?
Mardi, à l’Assemblée Nationale, monsieur le Ministre des Affaires étrangères, avait l’air embarrassé.
Hier, monsieur le Premier Ministre, a dit « regretter vivement ce vote de la France ».   Le Président de la République, lui-même, a exprimé des regrets ayant l’air surpris que ce texte soit interprété de cette manière.
C’est à se demander si quelqu’un l’avait lu.
Alors deux questions viennent immédiatement à l’esprit :
- qui détermine et conduit aujourd’hui la politique étrangère de la France ?
- et plus précisément qui a autorisé notre représentant à l’UNESCO à voter en faveur de cette résolution ?
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 12187
Inscription : 18/01/2016

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty13/5/2016, 00:21

prinu a écrit:
Spoiler:
 

Ce sont ceux qui souhaitent la démission d'Hollande à cause de ce vote ! même si je suis plutôt d'accord pour dire que l'UNESCO se plante nous pouvons apercevoir la force d'un lobby qui se lève de façon massive ... Bienvenue

_________________
Trouver d'abord, chercher ensuite - Variante : Qui trouve cherche 
https://www.yhwh.fr

Le Chevalier Drach: « Il ne faut pas s'étonner si l'étude de cette science a amené un grand nombre de juifs à embrasser le christianisme. En effet, à moins de faire violence au texte des précieux morceaux qui nous restent de la Kabbale ancienne, il faut convenir que le dogme chrétien y est professé aussi nettement que dans les livres des Pères de l'Église. Les rabbins s'en sont si bien aperçus qu'ils ont pris des mesures pour éloigner les juifs de la lecture de la Kabbale parce qu'elle pourrait, disaient-ils, ébranler la foi de ceux qui n'y sont pas assez solidement affermis. »
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/David-Paul_Drach
Revenir en haut Aller en bas
https://www.yhwh.fr/
Pignon



Masculin Messages : 12187
Inscription : 18/01/2016

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty13/5/2016, 00:23

Valls regrette amèrement, Meyer Habib lui inflige une leçon:


_________________
Trouver d'abord, chercher ensuite - Variante : Qui trouve cherche 
https://www.yhwh.fr

Le Chevalier Drach: « Il ne faut pas s'étonner si l'étude de cette science a amené un grand nombre de juifs à embrasser le christianisme. En effet, à moins de faire violence au texte des précieux morceaux qui nous restent de la Kabbale ancienne, il faut convenir que le dogme chrétien y est professé aussi nettement que dans les livres des Pères de l'Église. Les rabbins s'en sont si bien aperçus qu'ils ont pris des mesures pour éloigner les juifs de la lecture de la Kabbale parce qu'elle pourrait, disaient-ils, ébranler la foi de ceux qui n'y sont pas assez solidement affermis. »
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/David-Paul_Drach
Revenir en haut Aller en bas
https://www.yhwh.fr/
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty13/5/2016, 00:35

http://www.republicains.fr/actualites_adoption_unesco_palestine_occupee_20160512

Les Républicains condamnent vivement la décision du gouvernement français d'avoir voté, lors du Conseil exécutif de l'Unesco du 14 avril dernier, en faveur d'une décision "Palestine occupée", à l'initiative de plusieurs pays arabes (Algérie, Egypte, Liban, Oman, Qatar et Soudan), qui visait notamment à "sauvegarder le patrimoine culturel palestinien et le caractère distinctif de Jérusalem-Est".
Si cette position est pour le moins incompréhensible, il est surtout regrettable que la France ait voulu apporter sa voix, dans des conditions parfaitement biaisées alors même que ses partenaires occidentaux se sont prononcés contre ce texte (Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, Etats-Unis etc.) ou se sont au minimum abstenus.

Plus grave encore, fait sans précédent dans l'histoire de la Vème République et preuve de la déliquescence de l'appareil étatique français : un vote public de la France, dans une instance internationale majeure du système des Nations unies, est par la suite publiquement désavoué par les plus hautes autorités de l'Etat dans les jours qui ont suivi.

Manuel Valls y voit "des formulations malheureuses et maladroites" qui auraient dû être "évitées" ; le Président de la République regrette le vote : on se demande qui gouverne le navire France... Le Général de Gaulle, père du domaine réservé de la Vème République doit se retourner dans sa tombe.

En tout état de cause, cette décision ne fait que marginaliser un peu plus la voix de la France dans la région et condamne de facto la soi-disant relance française du processus de paix, initiative diplomatique mort née qu'avait lancée Laurent Fabius avant son départ du Quai d'Orsay en début d'année, et qui doit se traduire par la tenue en fin de mois à Paris d'une conférence internationale destinée à faciliter le règlement de la question israélo-palestinienne.

Son successeur, l'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault, a désormais perdu toute crédibilité, lui qui avait cependant voulu se situer dans la droite ligne de son prédécesseur en votant à l'Assemblée nationale la résolution portant sur la reconnaissance unilatérale de l'État de Palestine (2 décembre 2014), résolution complètement contreproductive qui n'avait fait que braquer la position israélienne et à laquelle les Républicains s'étaient vivement opposés à l'époque.

Dans les conditions d'une telle pétaudière, le déplacement du Ministre des Affaires étrangères au Proche-Orient en fin de semaine est condamné à l'échec.
Pierre LELLOUCHE
Délégué général aux Affaires Internationales
Député de Paris


Dernière édition par prinu le 13/5/2016, 00:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty13/5/2016, 00:38

Le lobby anti-israélien mondial oui !

Il n'y a pas de complot juif, pignon.
Et aucun lobby juif efficace, la preuve tout autour de nous.
Les juifs réclament justice et droit.
il existe bien un complot.
Le complot contre les juifs
assurément.


Dernière édition par prinu le 13/5/2016, 00:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 12187
Inscription : 18/01/2016

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty13/5/2016, 00:40

Et oui Sarko et sa nouvelle femmes sont +ou- israélites et le fils à N. Sarkozy s'est converti officiellement au judaïsme.
N. Sarkozy est président des Républicains, Pierre LELLOUCHE israélite aussi (Cf. votre article) ça n'enlève rien à l'absurdité de l'UNESCO.

_________________
Trouver d'abord, chercher ensuite - Variante : Qui trouve cherche 
https://www.yhwh.fr

Le Chevalier Drach: « Il ne faut pas s'étonner si l'étude de cette science a amené un grand nombre de juifs à embrasser le christianisme. En effet, à moins de faire violence au texte des précieux morceaux qui nous restent de la Kabbale ancienne, il faut convenir que le dogme chrétien y est professé aussi nettement que dans les livres des Pères de l'Église. Les rabbins s'en sont si bien aperçus qu'ils ont pris des mesures pour éloigner les juifs de la lecture de la Kabbale parce qu'elle pourrait, disaient-ils, ébranler la foi de ceux qui n'y sont pas assez solidement affermis. »
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/David-Paul_Drach
Revenir en haut Aller en bas
https://www.yhwh.fr/
Pignon



Masculin Messages : 12187
Inscription : 18/01/2016

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty13/5/2016, 00:42

prinu a écrit:
Le lobby anti-israélien mondial oui !

Il n'y a pas de complot juif, pignon.
Et aucun lobby juif efficace, la preuve tout autour de nous.
Les juifs réclament justice et droit.
il existe bien un complot.
Le complot contre les juifs
assurément.

vous parlez d'un complot contre les juifs, moi je ne crois pas aux complots mais aux réseaux et rapports de force.

_________________
Trouver d'abord, chercher ensuite - Variante : Qui trouve cherche 
https://www.yhwh.fr

Le Chevalier Drach: « Il ne faut pas s'étonner si l'étude de cette science a amené un grand nombre de juifs à embrasser le christianisme. En effet, à moins de faire violence au texte des précieux morceaux qui nous restent de la Kabbale ancienne, il faut convenir que le dogme chrétien y est professé aussi nettement que dans les livres des Pères de l'Église. Les rabbins s'en sont si bien aperçus qu'ils ont pris des mesures pour éloigner les juifs de la lecture de la Kabbale parce qu'elle pourrait, disaient-ils, ébranler la foi de ceux qui n'y sont pas assez solidement affermis. »
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/David-Paul_Drach
Revenir en haut Aller en bas
https://www.yhwh.fr/
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty13/5/2016, 00:43

accuser tout le monde d'etre juif, pignon, faible défense de l'impérialisme lobbyiste palestinien,
voir des juifs partout, faible défense également.

Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty13/5/2016, 00:45

Les plus forts sont les propalestiniens, partout.
Nous résistons à cet impèrialisme antidémocratique totalitaire qui vous plait tant.

Les sionistes sont pro-occidentaux dans l'âme, et pro-occidentaux.

sens d'une déclaration israélienne plus longue à l'onu, 1948.


Dernière édition par prinu le 13/5/2016, 00:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 12187
Inscription : 18/01/2016

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty13/5/2016, 00:45

prinu a écrit:
accuser tout le monde d'etre juif, pignon, faible défense de l'impérialisme lobbyiste palestinien,
voir des juifs partout, faible défense également.


Moué, les lobbyistes palestiniens sont un peu bidons, ils font du bruit sur internet mais en terme de pouvoir réel ils sont nuls.

_________________
Trouver d'abord, chercher ensuite - Variante : Qui trouve cherche 
https://www.yhwh.fr

Le Chevalier Drach: « Il ne faut pas s'étonner si l'étude de cette science a amené un grand nombre de juifs à embrasser le christianisme. En effet, à moins de faire violence au texte des précieux morceaux qui nous restent de la Kabbale ancienne, il faut convenir que le dogme chrétien y est professé aussi nettement que dans les livres des Pères de l'Église. Les rabbins s'en sont si bien aperçus qu'ils ont pris des mesures pour éloigner les juifs de la lecture de la Kabbale parce qu'elle pourrait, disaient-ils, ébranler la foi de ceux qui n'y sont pas assez solidement affermis. »
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/David-Paul_Drach
Revenir en haut Aller en bas
https://www.yhwh.fr/
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty13/5/2016, 00:53

les lobbys petroliers et palestinistes dictent et font la pluie et le beau temps de la politique étrangére francaise, mais aussi de Toute l'europe et des trois quart du monde.
ils sont presents majoritaires dans tout les staffs d'information de la planéte, et fagocitent l'onu et l'unesco jusqu'a la trogne.
Les palestiniens sont pris partout comme in peuple élu, supérieur, au dessus des lois de ce monde,
totipotents et impunis.
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 12187
Inscription : 18/01/2016

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty13/5/2016, 00:58

prinu a écrit:
les lobbys petroliers et palestinistes dictent et font la pluie et le beau temps de la politique étrangére francaise, mais aussi de Toute l'europe et des trois quart du monde.
ils sont presents majoritaires dans tout les staffs d'information de la planéte, et fagocitent l'onu et l'unesco jusqu'a la trogne.
Les palestiniens sont pris partout comme in peuple élu, supérieur, au dessus des lois de ce monde,
totipotents et impunis.

Heureusement que non, si c'était le cas Israël n'existerait plus depuis longtemps, les pays arabes producteurs de pétrole sont les alliées de l'occident et d’Israël.
Le seul problème est peut-être l'Iran chiite mais ce pays terminera comme la Libye ou l'Irak quand ce sera le bon moment !

_________________
Trouver d'abord, chercher ensuite - Variante : Qui trouve cherche 
https://www.yhwh.fr

Le Chevalier Drach: « Il ne faut pas s'étonner si l'étude de cette science a amené un grand nombre de juifs à embrasser le christianisme. En effet, à moins de faire violence au texte des précieux morceaux qui nous restent de la Kabbale ancienne, il faut convenir que le dogme chrétien y est professé aussi nettement que dans les livres des Pères de l'Église. Les rabbins s'en sont si bien aperçus qu'ils ont pris des mesures pour éloigner les juifs de la lecture de la Kabbale parce qu'elle pourrait, disaient-ils, ébranler la foi de ceux qui n'y sont pas assez solidement affermis. »
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/David-Paul_Drach
Revenir en haut Aller en bas
https://www.yhwh.fr/
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty13/5/2016, 01:34

http://actuj.com/2015-05/monde-juif/1807-le-plus-grand-aviateur-de-la-resistance-etait-un-juif-tunisien
Destin exceptionnel que celui de Max Guedj, juif français né en Tunisie. Résistant, il sera le seul français à être nommé Wing Commander dans la Royal air force. Retour sur une légende.

Dans « La promesse de l’aube », Romain Gary évoque son parcours d’aviateur, de pilote de guerre dans les FFL (Forces française libres). A ses côtés, combattra notamment un certain Pierre Mendès France. Pourtant, l’écrivain s’incline avec respect devant celui qui aura été considéré comme le plus grand pilote des forces aériennes françaises libres : Max Guedj.
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty13/5/2016, 01:42

j'ai l'espoir qu'israel vive pour l'eternité.
mais les puissants lobbys pétroliers et palestiniens sont les plus forts.
Le pétrole dicte aussi la politique étrangére de l'europe, sacrifier les juifs et israel, leur est moins important que risquer une crise comme aprés Suez.
voyez lrs marchés potentiels arabes( un leurre car c'est la chine qui prend tout les marchés)

au fait, vous voyez des produits israeliens partout dans les farfouilles ????

Juifs et chrétiens doivent rester unis.
le christianisme a besoin d'un état israelien fort qui défend les interets de la liberté de la foi chretienne.

les chretiens doivent se reveiller:
soyez forts,
qui defend militairement les chretiens massacrés dans le monde ?
pas grand monde !
les sionistes defendent les chretiens, israel proteste a chaque tuerie de chretiens dans le monde.
les médias israeliens sont en émois dés qu'on apprend ces tueries.

il faut nous fortifier ensembles.
ouvrez les yeux pignon.
Revenir en haut Aller en bas
prinu

prinu

Féminin Messages : 6464
Inscription : 28/02/2012

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty13/5/2016, 04:18

Du point de vue international, la France ( dixit Nama Vanier, consultante en Countering Violent Extremism, basée entre l'Afghanistan, le Liban et le sud de la Turquie, et son étude pour Harvard et Yale) comme Israel sont pris pour des pays qui martyrisent les musulmans,
essentiellement parce que tout deux pronent une morale et une civilisation occidentale et démocratique.
Des arabes (comme Ayann Hirsu Ali )disent que l'islam n'est pas compatible avec la démocratie.
Les israéliens musulmans sont des citoyens comme les autres, avec les mêmes droits et devoirs, et y vivent aussi libres qu'a Paris
et si des palestiniens n'ont pas les mêmes droits, c'est tout bonnement qu'ils n'ont pas la nationalité israélienne.
il est logique de se mefier de gens qui votent islamiste radical à 99 %, quand l'israelien ne vote radical que pour 1%.
Il faut plutôt demander aux chefs palestiniens pourquoi leurs lois ne sont pas démocratiques, pourquoi l'education palestinienne dés la petite enfance enseigne la mort aux juifs et aux chrétiens avec d'acceder au paradis, dans leurs manuels scolaires et émmissions télévisées enfantines, et pourquoi les responsables palestiniens bafouent les droits de l'homme en pronant un apartheid islamique ou les peu de droits civiques ne sont accordés chichement qu'aux musulmans.
On peux aussi se demander pourquoi le négationniste de la Shoah Abbas ( c'etait sa thése universitaire avant d'avoir été formé par le KGB) a pu devenir président sans aucun vote démocratique, et respecté en tant que tel quand il prône l'apartheid et le terrorisme dans ses discours en langue arabe..
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 13887
Inscription : 25/12/2011

 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty13/5/2016, 06:40

Désolé , cher Prinu , mais si le lobby juif arrivait à obliger le président Hollande à démissionner à un an de la fin de son mandat , ce serait un très mauvais signal pour tous ceux qui souhaitent la paix et un très bon pour ceux qui aspirent à la troisième guerre mondiale .

La tension internationale serait encore plus terrible .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




 Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?    Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste? - Page 10 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Un Chrétien doit-il être politiquement Sioniste?
Revenir en haut 
Page 10 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 6 ... 9, 10, 11 ... 15 ... 20  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: